AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Bal de Noël 2013 || All.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Ven 17 Jan - 4:18




Bal de Noël 2013.

« Ce qui compte à Noël, ce n'est pas de décorer le sapin, c'est d'être tous réunis. »[Kevin Bright ]

Maeko écouta Ayase et ses amis parler sans broncher. Elle s'était peint un sourire aux lèvres, exactement de la même façon que lorsqu'elle se retrouvait dans la même pièce que son géniteur, au Japon. Ne pas parler, ne pas regarder les gens dans les yeux et tout irait bien. Lorsque Nobu lui présenta officiellement la nippone, elle se força à étirer un peu ses lèvres, incapable de faire plus. Elle mentait souvent, mais dire à haute voix qu'elle était enchantée de faire la connaissance de la jeune femme était un risque de se laisser à dire des choses qu'elle regretterait ensuite. Et puisque, quelque soit la situation, elle avait souvent du mal à la fermer, elle s'affaira plutôt à mettre toute sa concentration dans cet exploit, en attendant la fin du supplice. Du moins, c'est ce qu'elle fit jusqu'à ce que Harmony arrive et qu'Ayase ouvre sa sale petite bouche de japonaise trop bien élevée* pour présenter tout le monde.

« Donc bah tu connais déjà Ki, mon frère de cœur, là c'est Nobu mon... ex ». 

Elle se mordit la langue jusqu'à sentir une douleur aiguë et le goût de son sang dans sa bouche. Surtout, ne pas rétorquer quoique ce soit. Elle n'avait plus fait ça depuis des années. Plus depuis qu'elle n'allait plus aux dîners de charité avec ses parents, en fait. Elle haïssait ce sentiment d'infériorité qui la prenait chaque fois qu'elle se retrouvait dans une situation où elle avait l'obligation de se taire, c'était l'une des raisons pour lesquelles ses parents avaient cessé de l'emmener avec eux aux soirées : elle avait fini par arrêter de se taire. Ce qui n'arriverait pas ce soir... Si elle arrivait à garder la bouche fermée. Elle croisa rapidement le regard de Nobu que venait de se racler la gorge, le vit marmonner des excuses silencieuses et, sans changer son expression d'un cil, elle porta son attention sur la nouvelle venue.

« Ensuite Rubi, une très bonne amie et Maeko, la copine de Nobu » Termina alors Ayase, tout à fait naturellement.

Si la chinoise avait encore une once de bien-être, elle s’évanouit à ce moment précis alors que ses joues rosissaient. Autant la plupart du temps, elle refusait aux autres le plaisir de la voir disparaître, autant cette fois-ci, elle aurait voulu le faire elle-même. Harmony eut l'air légèrement surprise, mais Maeko n'y fit même pas attention. Elle était bien trop occuper à chasser de son esprit, les divers scénarios de meurtres qui y circulaient. Elle eut d'ailleurs un mal fou à accentuer son sourire pour Harmony, qui n'était en rien dans son malaise grandissant.

« Ravie d'enfin faire ta connaissance. » répondit-elle, simplement, en essayant de garder une voix neutre.

Et c'était vrai en plus. Harmony était une Nu Zêta et comme chacun d'entre eux, elle gagnait donc par conséquent l'affection de la chinoise de par cette appartenance. Et tant qu'elle n'avait pas l'air d'avoir trop de ressemblance avec Neal, l'ancien colocataire de Maeko, cela resterait sûrement ainsi. Et de toute façon, la jeune femme semblait être quelqu'un de très discret et bien qu'elles partagent la même confrérie et deux clubs, elles ne s'étaient jamais réellement parlées.

Nobu annonça qu'il connaissait déjà Harmony et Ayase lui demanda si elle voulait rester avec eux. À ce moment-là, Ki et sa cavalière les quittèrent pour aller danser et Maeko eut l'impression qu'elle allait se mettre à suffoquer. Elle parcourut même la salle des yeux pour essayer de trouver une échappatoire, laisser Nobu seul avec deux filles étant sûrement moins grave que d'égorger l'une d'entre elles. Mais fort heureusement, puisqu'elle ne trouvait personne à aller rejoindre dans l'immédiat, ce fut celle qu'elle avait envie d'achever qui décida de les quitter, pour aller au bar en compagnie de la seconde jeune femme. La première précisa cependant qu'elles reviendraient par la suite, si cela ne les dérangeait pas. Maeko n'avait aucun doute sur le fait que ça ne perturberait aucunement son petit ami, mais pour elle, c'était une toute autre histoire.

Nobu soupira et la chinoise se tourna enfin vers lui, desserrant enfin sa mâchoire qui commençait à lui faire mal. L’atmosphère pesante avait disparue et, tout en récupérant doucement son calme, Maeko se laissa un instant distraire par un couple qui faisait beaucoup de bruit au milieu de la salle. Elle reconnut son amie Karen, accompagnée d'un asiatique inconnu, mais elle n'eut pas vraiment le temps d'analyser plus la situation : la seule personne qui l'intéressait vraiment dans l'immédiat venait de se mettre à parler.

« Désolé, Mae’… je ne pensais pas que… bref, on danse, si tu veux ? » Fit le nippon, en passant une main derrière sa nuque.

« C'est... » Pas grave. C'est ce qu'elle aurait dit, s'il s'était arrêté là. Malheureusement, il n'eut pas cette bonne idée.

« Ou alors… tu préfères peut-être rester un peu avec tes amies ? C’est comme tu veux. Mais pitié, ne tue pas Ayase, c’est la seule option non-envisageable ». 

En quelques secondes, le calme qu'elle venait à peine de retrouver se changea à nouveau en colère. Elle n'arrivait même pas à croire qu'après tous les efforts qu'elle venait de faire, il osait dire ça. Elle lança un regard en arrière, peu encline à se disputer devant ses amis. Seulement, Anaeli venait de disparaître dans la foule et Zen et Sergueï s'éloignaient vers la piste de danse.

« Je ne sais pas danser. » Mentit-elle d'une voix sèche, vexée. « Et j'ai réussi à supporter que tu te sois fait ma cousine sans tuer ni l'un, ni l'autre... Je devrais bien supporter un affront de plus sans abattre personne ! »

Tais-toi, maintenant. Quoiqu'il arrive, surtout, boucle-là pour une fois ! Pensa-t-elle, essayant à nouveau de se contenir. Toutefois là, il ne s'agissait plus de faire des efforts pour Nobu, puisque c'était lui qui l'agaçait. Elle essaya de penser aux bons moments qu'ils passaient ensemble quand elle ne faisait pas sa chieuse, au fait qu'il avait même rejoint les Nu Zêta pour elle et a tout ce qu'elle aurait donné, juste pour cinq minutes avec lui. Mais, sa colère ne se calma pas, le fait qu'il puisse la penser encore assez odieuse pour faire un scandale au milieu d'une fête la froissait. Qu'il prenne la défense d'Ayase la blessait. Et elle avait soudain l'impression qu'elle pourrait toujours faire tous les efforts possibles et imaginables, qu'il ne changerait pas son opinion pour autant. Des larmes qu'elle n'attendaient pas virent brouiller sa vue et elle se demanda si c'était à cause de la colère ou de sa constatation. Mais au fond, que ce soit l'une ou l'autre importait peu, le fait était qu'il l'avait à nouveau fâchée et qu'elle voulait qu'il le sache. Et tant pis si elle avait encore le rôle de la méchante, elle avait fini par prendre l'habitude. Froidement, elle fixa ses yeux embués dans ceux du nippon.

« Tu sais, des fois je me demande pourquoi on est encore ensemble, on se fait pas confiance... Et je crois bien que ça ne sera jamais le cas ! Apparemment j'arrive même pas à te montrer que je ne suis pas une espèce de tarée psychopathe, prête à tuer n'importe qui pour un oui ou pour un non. J'ai jamais compris pourquoi tu crois m'aimer, je comprends encore moins ce soir. Mais franchement, si t'es toujours en train de trembler dans ton coin à l'idée que je puisse faire une saloperie... » Continua-t-elle, laissant sa phrase en suspens le temps d'y trouver une fin.

Le pire dans tout ça ? C'est que c'était entièrement la vérité. La confiance, ça avait toujours été un problème majeur avec tout le monde, pour elle. Chaque fois qu'elle l'avait accordée à quelqu'un, elle avait été si déçue qu'elle ne l'accordait plus entièrement à personne. Même pas à lui. Et du coup, chaque fois que ça n'allait pas entre eux, elle se rassurait en se disant qu'elle avait eu raison, parce qu'il ne l'aimait pas vraiment. Comment aurait-il pu d'ailleurs ? Même ses parents, qu'ils soient biologiques ou adoptifs avaient toujours fini par l'abandonner -et par conséquent la détester, dans son esprit-. Au final, elle se haïssait elle-même, d'être assez bête pour l'aimer à ce point d'une part et de ne pas l'être assez pour tout partager avec lui, d'autre part. La seule et unique fois où il ne fallait pas être juste au milieu était celle qu'elle avait choisi pour l'être. Alors qu'elle tentait de dompter les lames qui menaçaient de plus en plus d'envahir ses joues, elle aperçut Ayase, tranquillement installée au bar et la fin de sa phrase fut toute trouvée...

« Bah... T'aurais sûrement dû rester avec Ayase, vu qu'elle t'est si précieuse, elle a l'air super agréable, elle, au moins ! Et puis elle n'a pas de cavalier, ça tombe bien pour toi ! »

Maeko, jalouse ? Loin d'elle cette idée, bien sûr. Mais au fond et même si ça lui faisait horriblement mal, elle n'arrivait pas à s'empêcher de penser qu'il aurait réellement été mieux avec une fille comme la belle Alpha Psi. Elle essuya ses yeux rapidement d'un revers de main et osa enfin tourner la tête vers la piste de danse pour trouver Zen qui dansait toujours avec son cavalier. À ce moment-là, elle aurait bien eu besoin de l'ukrainienne et de sa présence apaisante pour la calmer, mais à défaut, elle resterait énervée.

« Tu me rends folle ! » Fit-elle, un peu trop fort à son goût, alors qu'elle avait réussi à maîtriser le volume sonore de sa voix jusque là. Et tu ne sais même pas combien c'est vrai, ajouta-t-elle dans sa tête. « J'ai besoin d'un verre ! »

Sa dernière phrase était censée lui permettre de s'enfuir au bar. Sauf que... Son verre était toujours plein et près à exploser tant elle le tenait fort. Du coup, elle n'eut pas vraiment l'occasion d'aller en chercher un autre et elle se trouva complètement ridicule de rester plantée devant lui sans savoir prendre de décision. Elle avala donc son verre en entier, se rappelant au passage qu'elle avait fait le mauvais choix de le demander sans alcool et comme elle se trouvait toujours pathétique, elle ajouta :

« Je vais aller prendre l'air, peut-être que dehors, il y aura quelqu'un d'assez aimable pour ne pas me lancer mes défauts à la gueule quand j'ai rien demandé ! Toi, fais ce que tu veux... C'est pas à toi que je suis mariée, après tout ! »

Elle hésita une poignée de seconde à s'excuser pour sa dernière phrase, de peur qu'il la laisse encore à cause de ça. Mais au lieu de faire cela, elle tourna les talons et se dépêcha de sortir de la salle de bal. Une fois seule dans les couloirs, c'est la panique de la fusillade qui refit son apparition, l'oppressant tellement qu'elle se sentit obligée de courir pour sortir et enfin réussir à respirer normalement. Au départ, elle avait dans l'idée de repartir à sa chambre dès qu'elle aurait enfin retrouver son souffle, mais elle vit l'asiatique qui s'était accroché avec son amie un peu plus tôt et s'approcha de lui. Il était sur le côté, en train de fumer près d'un type qu'elle ne connaissait pas non plus. Elle le regarda de haut en bas, se demandant si elle allait vraiment l'accoster, puis, comme elle n'avait plus rien à perdre pour cette soirée minable, elle décida que oui.

« Salut. Je peux rester avec toi ? » Demanda-t-elle, alors qu'elle était déjà en train de s'installer à côté de lui, contre le mur.

Question de rhétorique, comme toujours, elle ne laissait jamais vraiment le choix à la personne à qui elle demandait pour venir s'incruster. Adossée contre le lycée qui lui faisait si peur, elle croisa les bras en continuant d'observer son camarade avec attention, tout en lançant des regards à la porte, espérant voir apparaître Nobu malgré ce qu'elle venait de lui dire. Puis, comme elle n'était pas de nature très patiente, qu'elle ne voyait pas le nippon arriver et qu'en plus une question lui brûlait les lèvres... Elle décida de la poser.

« Bon, t'es qui toi ? Je t'ai vu avec Karen, mais elle m'a jamais parlé de toi, ça me perturbe ! » Demanda-t-elle donc, avec la délicatesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Parce qu'évidemment, qu'elle sache qui il pouvait bien être, était plus important que le fait qu'il soit peut-être mal. Ça, elle s'en moquait comme de sa première chemise. La seule chose qui comptait vraiment, à ce moment-là, c'était d'oublier un peu Nobu. Elle se l'imaginait en train de rejoindre Ayase ou n'importe quelle autre fille. Elle se revoyait en train de lui balancer des choses qu'au final elle regrettait. Et elle venait même à avoir envie de retourner s'excuser. Hors, ça, c'était hors de question. Changer ; oui, ramper aux pieds de son copain ; jamais. Il lui fallait donc une autre occupation. Et que ce soit une conversation amicale ou une dispute, elle s'en moquait, tant que ça avait l'effet escompté. De toute façon, elle ne reverrait probablement plus ce type par la suite, pas vrai ?


Aaah, les chrétiens et leurs fêtes débiles, elle les retenait, ceux-là.



TEMPLATE BY FEDORA @ CAUTION 2.0 AND ATF - BANNER BY BANNERMAKER - LYRICS BY ARTIST - NOTES OR OTHER STUFF YOU WANNA PUT


* Je suis désolée, moi je t'aiime d'amour, Ayaya ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Ven 17 Jan - 14:20



Bal de noël.



All & Kevin

.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Lun 20 Jan - 18:58

Heureusement pour Li, avoir un cavalier Alpha Psi, qui plus est bon danseur, ne pouvait être qu’un avantage pour elle. Du moins, c’est ce qu’elle finit par penser en le voyant en action. Il dansait très bien, sans hésitations, et Li suivait tout simplement ses pas du mieux qu’elle pouvait. Heureusement d’ailleurs, elle avait ce nouvel ami, qui lui était cher, qui ne se moquerait certainement jamais d’elle, si elle venait à trébucher et à tomber.

De plus, il était rare pour elle de venir sur de hauts talons. Ca l’agrandissait, ça oui, déjà qu’elle se trouvait petite du haut de ses un mètre soixante, mais elle n’avait guère l’habitude de danser. Pour le moment, elle maitrisait, et elle arrivait à gérer son déséquilibre, mais elle sentait la chute venir, bien qu’elle fasse tout pour la retarder. Concentrée, à la fois sur ses pieds, puis ceux de Mikah pour ne pas se tromper, elle continuait néanmoins à converser avec le jeune homme.

_Et bien, oui je pense exactement comme toi.

Li était heureuse de voir que Mikah se plaisait à ce bal, de le voir sourire. Au moins, Li se sera rendu utile en lui proposant d’être sa cavalière, et ça ne pouvait pas lui faire plus plaisir. Et puis, elle même s’amusait, alors que demande le peuple.

_ En réalité, je ne suis ici que depuis septembre, et je dois dire que mise à part ce bal, je n’en ai assisté à aucun autre. Mais j’ai pu voir les photos, entendre les ressentis, et je peux te confirmer que toutes les fêtes organisées ici sont exceptionnelles. Enfin, si on oublie le bal d’Halloween de cette année…

Elle afficha une petite moue, après avoir fini sa phrase. Halloween lui rappelait tellement de mauvais souvenirs, mais cela faisait parti de son passé, du passé de Wynwood et tous les élèves. Elle avait beau ne pas être dans le bâtiment au moment où ça s’est produit, elle a été terriblement touché et traumatisé au point de s’être enfermé dans un profond mutisme deux semaines durant. La crainte de voir un autre barje débarquer la hantait, et elle avait du mal à sortir de sa chambre du dortoir des Khi. Mais elle avait fini par se faire à l’idée, et la vie a repris son cours.

Bien qu’elle ait gardé un mauvais souvenir, elle a de suite approuvé ce nouvel événement, quoiqu’en gardant une certaine appréhension. Mais cette fois-ci, pas de détraqué armé, aucun risque.

_ Non, je pense qu’ils feront quelque chose, surtout s’ils voient que ce bal a du succès. C’est obligé.

Saint-Valentin, égal la fête qui ne concerne absolument pas la chinoise. De une, elle ne s’appelle pas Valentin, et puis elle n’a jamais eu d’amoureux avec qui la fêter. Pour elle, cela reste un jour fabuleux, où elle reste assise sur son canapé à regarder ses séries à l’eau de rose, ou à déambuler gaiement dans les rues de Paris à voir tous ces couples si mignons, et débordants de joie.

C’est un peu comme un objectif qu’elle rêve un jour d’atteindre, en vain. La timidité la ronge, et oser sortir avec un garçon lui fait peur. Puisqu’elle est dans son petit monde, sa petite utopie, où elle trouvera le prince charmant, le vrai. Du coup, elle se révèle bien difficile, et surtout elle a peur de totalement déchanter.

_ Je suis d’accord sur le fait qu’on ne puisse pas dire que ce soit une fête super utile. C’est plus une fête commerciale qu’autre chose, c’est vrai. Mais je trouve que c’est plus que ça, plus significatif, symbolique. Dans le sens, où les couples profitent de ce jour pour montrer à quel point ils sont amoureux. Du moins, c’est comme ça que je le perçois. Je comprends ta vision des choses, mais pour ma part, c’est important. Et puis, pour certains couples, qui sont ensemble depuis longtemps, c’est un jour où ils se rappellent l’un l’autre à quel point ils comptent l’un pour l’autre. Enfin, après chacun son point de vue, et je respecte le tien.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Lun 20 Jan - 20:37

- En réalité, je ne suis ici que depuis septembre, et je dois dire que mise à part ce bal, je n’en ai assisté à aucun autre. Mais j’ai pu voir les photos, entendre les ressentis, et je peux te confirmer que toutes les fêtes organisées ici sont exceptionnelles. Enfin, si on oublie le bal d’Halloween de cette année…

Me répondit-elle alors que nous continuons tranquillement notre danse passive. Cela voulait donc dire qu'elle n'était que trois mois plus ancienne que moi ici ? J'avais tendance à oublier le fait qu'elle était une jeune fille récente en ces lieux. J'espérais être tout aussi intégré en si peu de temps. Moi je n'avais vu aucune photo ni rien entendu de vraiment particulier au sujet de ces évènements et je me demandais quels autres moments dans l'année pourraient servir à ce genre de fête. Pâques ? Nouvel an ? Les armistices des guerres ? Fin d'année scolaire ? Quand elle parla d'Halloween, je fus interloqué. J'avais entendu des blabla concernant cet évènement mais je n'avais jamais su vraiment ce qui s'était passé à ce moment là, donc, je me permis de la questionner en répétant :

- Le bal d'Halloween ?

Ca devait être vraiment grave pour que Li fasse une tête pareille. J'avais peut-être même tord de lui en demander d'avantage. Je n'avais pas envie qu'elle soit embarrassé à m'en parler, ou triste, ou que cela l'atteigne négativement de quelque manière que ce soit. Par la suite, nous poursuivons notre conversation sur la Saint Valentin ou elle répondit :


- Je suis d’accord sur le fait qu’on ne puisse pas dire que ce soit une fête super utile. C’est plus une fête commerciale qu’autre chose, c’est vrai. Mais je trouve que c’est plus que ça, plus significatif, symbolique. Dans le sens, où les couples profitent de ce jour pour montrer à quel point ils sont amoureux. Du moins, c’est comme ça que je le perçois. Je comprends ta vision des choses, mais pour ma part, c’est important. Et puis, pour certains couples, qui sont ensemble depuis longtemps, c’est un jour où ils se rappellent l’un l’autre à quel point ils comptent l’un pour l’autre. Enfin, après chacun son point de vue, et je respecte le tien.

- Tu as raison...Pour certaines personnes, c'est quelque chose d'important. Je ne critique pas ceux qui le fête. Je ne te critiquerais pas tu sais. Peut-être que je n'ai pas vraiment compris le sens de cette fête, je ne sais pas...Enfin, malgré tout, ça ne m'empêchera pas de jeter un coup d'oeil à cette fête si elle est réalisé ici. Je suis un curieux de nature d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Lun 20 Jan - 21:44

J'avais des appréhensions, beaucoup d'appréhensions. J'avais tellement peur de remettre les pieds dans cet endroits. Je n'arrivais plus à y voir un lycée, mais le lieu où j'ai faillis crever. C'est tout ce que j'avais en tête. Je ne sais pas ce qui me dérange le plus en revenant. Le souvenir de ce qu'il s'est passé ou le fait que ce qui m'est arrivé s'est passé dans MA salle. Dans tous les cas, j'étais tellement loin d'être à l'aise en franchissant les portes de l'établissement. J'avais eu mille fois l'envie de fuir, de retourner en arrière, chez moi... De me mater un film à la con en bouffant une glace en pyjama. De prendre la voiture et me barrer loin d'ici, juste quelques jours... Mais il m'a retenu. Il à toujours été là pour moi, même quand tout allait mal, même quand j'étais plus bas que terre, même quand j'ai cru que j'allais mourir, mais quand j'ai fondu en larmes en me rendant compte que tout était fini, même quand je lui ai dit "Je crois que je ne reviendrais pas..."... Raph... Il ne m'a jamais abandonné, il m'a toujours encouragé, il à toujours prit soin de moi et m'aime plus qu'il ne le faudrait. Je lui dois tellement... Je l'aime tellement...

Bref, c'était grâce à lui que j'avais surmonté mes peurs et que j'avais remonté la pente. La première étape étant de franchir ces putains de portes! J'avais revêtu une jolie robe, m'étais fait belle et comptait bien, au final, profiter de ma soirée! J'avais pris mon courage à deux mains et m'étais pointé au bal du lycée. Oui, j'arrivais à toutes les occasions, parce que merde, c'est pas réservé qu'aux éleves! Et moi, j'avais pas eu de bal.... D'abord.... Enfin bref, au pire on s'en fou grave! Donc j'avais débarqué, cherchant mon prince charmant des yeux partout dans la salle pour finalement le trouver. Je l'aurais reconnu entre mille, comment ne pas reconnaître celui que j'aime en même temps? Il était différent de tous les autres, dans sa façon d'être, de parler, de se tenir, de marcher..... Je ne saurais pas l'expliquer, en faites je suis pas sûre que ça s'explique, je savais que c'était lui, un point c'est tout! Même un grand masque lui couvrant le visage ne suffisait pas pour m'embobiner!

Après avoir avancé vers lui gentillement, deux coupes à la main et les lui avoir proposé, je me décidais enfin à ôter ce masque qui m'agaçais déjà au plus haut point, le déplacement simplement afin qu'aucun de nous ne soit vu, pour pouvoir l'embrasser tendrement. Chose qui me démangeais dès l'instant où je l'avais aperçu. Quelle idée de foutre ce genre de masque?! Enfin bref! C'était plutôt dangereux vu l'endroit et les circonstances, mais je n'avais pas réfléchis.... Comme toujours! Pas grand monde ici ne me connaissait de toute façon, et puis merde, rien à faire! On ne vit qu'une fois et je ne tenais pas à faire attention à mes moindre faits et gestes, surtout concernant Raphaël. Bref! Je lui demandais ensuite pourquoi il portait ce masque. C'est vrai quoi, à première vue ils devaient être 6 ou 7 avec ces trucs sur le visages, c'était quoi leur complots? J'étais curieuse de le savoir...

- Si je te le disais, ça ne serait plus un mystère … Peut-être que si tu es sage …

Je fis mine de réfléchir un instant avant d'ajouter;

-J'aime les mystères, tu savais pas? Et puis j'ai pas l'intention d'être sage....

Après quoi j'avouais qu'au final, ça faisait presque du bien de revenir au lycée, parce que c'était mon lieu de travail, déjà, et que ça m'aidais à avancer... Ce à quoi Raph répondait que ça faisait également du bien de me voir dans les parages, et qu'il voterait bien pour bien pour moi en tant que reine. Je riais à ces mots. Même quand j'allais mal, il réussissait toujours à me faire rire et me changer les idées. C'est fou... Je buvais le restant de mon verre avant de le poser délicatement sur le buffet à côté de moi. Le blondinet me tendit la main avant d'ajouter;

- Pardonnez-moi ma Reine si je ne suis qu’un simple roturier, mais votre splendeur m’a éblouit. Accepteriez-vous de partager cette danse avec moi ?

Je riais de nouveau et déposais ma main dans la sienne, prenant un air presque hautin.

-En temps normal je répondrais par la négative, mais puisque c'est vous mon cher, pourquoi pas!

Je me collais donc à lui, profitant de chaque pas, de chaque minute, de chaque seconde. Il me manquait, en faites c'est ma façon d'être quand j'étais avec lui qui me manquait. Je n'étais plus la même depuis Trent Walker, et je m'en voulais terriblement. Le pauvre, ça n'avait pas dû être facile de me supporter. Mais là, tout était parfait... Ou presque. Ca aurait été bien mieux sans tout ce monde. C'est vrai que c'était dangereux en faites, très dangereux, et étonnement intéressant.... Et puis, je m'en fichais. Je m'inquiétais surtout pour lui, je ne voulais pas qu'il lui arrive quoi que ce soit par ma faute.... Soudain, après de longues et délectables minutes, des cris retentissèrent dans la pièce. Je tournais la tête, ne rompant en aucun cas mon contact avec le Khi, et observait la scène. Je soupirais, comme si j'avais l'habitude de ce genre de situation, mais en faites, c'était pas si faux. Kevin Ikeda.... Mon meilleur ami, et accessoirement mon ex petit ami, qui piquait une crise de jalousie apparemment. Ce petit con était exaspérant mais qu'est-ce que je l'aimais! Enfin, plus comme avant, certes, mais j'aimais toujours être en sa compagnie. Nous deux c'est compliqué en faites; On s'adore, mais on s’envoie chier à longueur de journée.... C'est notre façon de dire je t'aime au final! Et ça à toujours été comme ça! Raphaël m'attirais vers lui, m'entourant de ses bras et posant sa tête sur mon épaule. Je calais la mienne contre la sienne et posais mes mains sur les siennes, comme pour l'empêcher de me lâcher. J'étais si bien avec lui. C'était presque paradoxale; Raph et moi, amoureux et heureux comme jamais, dans les bras l'un de l'autre... Et Kevin et cette fille que je ne pensais pas connaître, en pleine engueulade...

- Est-ce qu’il a toujours été aussi excessif ou c’est à cause d’elle ?

-Disons seulement qu'il à du caractère, et qu'il est compliqué.... Et très jaloux.... Mais c'est vraiment quelqu'un de bien, tu sais!

Les deux tourtereaux s’enfuirent alors à tour de rôle et j'hésitais à rejoindre Kevy-Chou... Mais après tout, il était grand, et je le connaissais assez pour savoir qu'il n'avait pas l'envie ni le besoin de me parler, là, tout de suite. S'il en avait envie, il savait où me trouver.... Et je n'avais pas envie de l’emmerder de toute façon. Le reste de la soirée se déroulait magnifiquement bien. Mon Khi préféré et moi, dansant tranquillement parmi les élèves de Wynwood et profitant de cette soirée comme jamais... Mais une voix se fit finalement entendre, annonçant que toutes les personnes masquée devaient se barrer au plus vite. Je fis une légère moue, pensant inutilement que ça changerais quelque chose... Raph m'attira à l'écart, près des vestiaires pour m'embrasser une dernière fois. Je répondais à son baiser profitant de l'instant. Je n'avais pas envie qu'il me quitte, j'étais tellement bien avec lui.... Il prit ensuite la direction des vestiaires puis me murmura un léger "Je t'aime" avant de partir. Je répondais, mais il ne dû pas m'entendre tant il allait vite. Je souriais tristement, contente tout de même d'être venue. Je me sentais mieux, beaucoup mieux, et encore fois, c'était grâce à lui!

"Je reviens dès que je peux".... C'est-à-dire? J'aurais tellement voulu que ce soit 1 heure plus tard, tout au plus. Mais quelque chose me disait qu'il ne reviendrait pas. Je ne restais pas longtemps à vrai dire. Après avoir bu un dernier verre de je ne sais trop quoi avant de me diriger vers la sortie où je croisais Kevin. ne voulant pas l'embêter, je ne passais que très furtivement, attirant son visage vers moi pour embrasser sa joue, et murmurant un "Tu sais où me trouver!" - Sous entendu "Si tu veux parler" - lui souriant légèrement avant de reprendre la marche vers ma voiture.

-Et Keep Calm Chou'!

Lui lançais-je marchant tranquillement et sans vraiment le regarder. Je rejoignais ma voiture et la démarra pour rentrer à la villa. Une bonne soirée, j'en étais vraiment contente, même si j'aurais voulu ne pas avoir à rentrer seule...


~~~ FIN DU BAL POUR DANY~~~

HRP: Si ce passage furtif te dérange Ki, je peux le supprimer ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Lun 27 Jan - 11:29

_ Je pensais que tu aurais déjà entendu parler de cet événement, même nouveau, ça a bouleversé tellement de monde… Commença la chinoise. Mais pour résumer, parce que rentrer dans les détails me ferait revivre la scène, et ça gâcherait la soirée, il y avait un élève de Senior, Trent Walker, qui lors du bal d’Halloween s’est pointé au lycée avec des flingues, et a pris en otage tous les participants, il en est sorti des morts et beaucoup de blessés.

C’était pas le sujet le plus joyeux, elle en était consciente, mais autant qu’il sache, parce qu’il aura certainement affaire à des personnes qui ont encore plus souffert que Li, simple spectatrice sur le parking, entendant uniquement les coups de feu et pleurant dans les bras de Nobu. Certains gardaient des séquelles, et surtout malgré le temps qui s’était écoulé entre Halloween et Noël, le deuil n’avait toujours pas été fait pour les élèves décédés dans le carnage. Ca avait été une dure épreuve que Li n’était pas prête d’oublier de sitôt, mais elle ne tenait pas à s’attarder sur le sujet.

_ Enfin voilà. Conclut-elle quelque peu gênée.

Ils continuèrent à danser, tout en parlant de l’éventuel futur événement, et la fête la plus proche était la Saint Valentin, mais apparemment elle n’était pas aux goûts de tous. Li qui pensait que tout le monde aimait cette soirée, croisait quelqu’un qui pour la première fois éprouvait une sensation négative vis-à-vis de cette fête. Bon, après pas tout le monde n’était fleur bleue, mais ça Li l’ignorait. Elle était sans doute la seule à imaginer ça. Parce que les Pi Sigma eux, n’étaient probablement pas du genre à s’emballer pour de telles futilités et offrir de somptueux cadeaux à leurs dulcinées, ils seraient plus du genre à renier la fête et à moquer tous ceux qui y participent, c’était certain.

Mais pour Li, naïve et innocente, tous les mecs étaient de charmants gentlemans offrant des roses à leurs petites amies. Oui, là vie n’est pas ainsi, nous ne sommes pas dans le monde des Bisounours.

_ Après je ne critique pas non plus ta façon de penser, je comprends même. Après chacun voit et a sa propre opinion.

Même si elle n’en revenait toujours pas.

La soirée continuait à battre son plein, quoique les cavaliers masqués se soient déjà éclipsés et que minuit était passé. Li continuait à danser auprès de Mikah, mais sentait la fatigue venir. La journée n’avait pas été des plus simples pour elle, le stress ressenti, puis une fête mouvementée, ça nécessitait beaucoup d’énergie, et à force, ses paupières se firent lourdes.

Elle s’était bien amusée, c’était le principal, elle avait pu en profiter, maintenant il fallait qu’elle soit en forme pour le lendemain, qui était Noël pour de bon. Elle le passerait avec sa mère, de retour quelques jours aux Etats Unis, et ne voulait pas paraître complètement exténuée, et ne pas pouvoir profiter de sa présence.

C’est pourquoi, elle s’arrêta, s’excusant auprès de Mikah.

_ Et bien, il commence à se faire tard, commença-t-elle tout en se frottant les yeux, je pense qu’il est temps pour moi de te laisser, sinon je dormirais toute la journée de demain, et c’est plutôt moyen pour Noël. En tout cas, j’ai passé une très agréable soirée en ta compagnie, et j’espère pouvoir remettre ça au plus vite. Finit-elle en le gratifiant d’un sourire.

Elle commençait à s’éloigner de la piste, puis se retourna et lui lança : Et puis Joyeux Noël à toi et ta famille. Et elle quitta la pièce, plein de bons souvenirs dans la tête, prête à aller rejoindre Morphée.

-Li quitte le bal-

HRP : Je pense qu’il est temps d’en finir là, de toute façon le sujet sera bientôt fermé, et je sais pas si j’arriverais à répondre avant le 30 si on continuait ^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   Mer 29 Jan - 14:37

Bal de Noël
Serait-il venu s’il n’y avait pas été obligé ? Aurait-il osé faire le déplacement pour se retrouver quasiment seul sans connaître personne ici ? Enfin, si, il connaissait quelques personnes. Mais ce n’était pas elles qui allaient lui tenir compagnie pendant la soirée, elles avaient leurs propres amis avec qui la passer. Enfin, de toute façon, cette situation n’était pas réelle. Celle qui l’était, c’était qu’il avait été obligé de se présenter au bal, et qu’il pensait certainement le quitter une fois qu’il aurait fait ce qu’il avait à faire. Et ce qu’il avait à faire, c’était semblait-il danser avec une personne masquée. Soit. La jeune fille avec qui il était semblait plutôt gentille. Quand elle lui dit qu’elle ne l’enlevait que pour une danse et qu’elle le rendrait à sa cavalière après, Antonio ne put s’empêcher de penser à Karen. Il n’avait pas de cavalière, mais techniquement, elle était la sienne le temps d’une danse. En fait, c’était une des raisons pour laquelle il ne serait pas venu. Il n’avait pas envie de danser avec elle. Il n’avait pas envie de lui parler, de la voir. Il ne l’aimait pas. Elle ne prenait pour son larbin, ce qu’il n’était pas. En très peu de temps en sa compagnie, l’Italien avait compris que cette fille était mauvaise et qu’il valait mieux l’éviter. Mais comment faire quand la fille en question l’achetait aux enchères ? Antonio ou la chance incarnée.

Curieux de savoir pourquoi il avait été convié à ce bal sans possibilité de refus et pourquoi il devait avoir des dizaines d’yeux braqué sur lui, Antonio demanda à sa cavalière d’un temps si elle savait pourquoi ils faisaient ça. Après tout, elle était masquée, comme d’autres, ce qui signifiait qu’elle avait au moins eu une info de plus que lui. Qui étaient-ils ? Le brun ne le savait absolument pas. Trop nouveau pour reconnaître des silhouettes, il n’arrivait pas à satisfaire ses questions. Il avait cru qu’elle pourrait lui apporter des réponses, mais non. Au lieu de ça, elle déclencha un nouveau degré de curiosité chez lui.

- Franchement, pas du tout, ça m'a été imposé sinon j'avais une sorte de gage, dirons-nous. Mais bon je suis pas si déplaisante ? Ok je manque un peu de formes, je le concède ! Mais si tu me connaissais, j'ai sacré réputation, si tu vois ce que je veux dire !

Oui, il comprenait ce qu’elle voulait dire. Pour un peu, il en aurait presque rougi. Mais il savait que les autres les regardaient, même s’ils n’avaient pas forcément tous les yeux braqués sur lui. Il se força donc à rester calme et à respirer pour ne pas que son pouls s’emballe, provoquant des rougeurs. Il s’appliqua à lui sourire sans paraître trop timide, mais son effort fut vain. En gros, il avait l’air d’une ado en face du mec le plus populaire du lycée –et accessoirement, l’amour de sa vie, mais ça, il ne le savait pas encore-. Là, il était juste en train de danser avec une fille masquée, qu’il ne connaissait pas et qui faisait des sous-entendus.
Il continua de danser avec elle sans rien dire. Ce n’était qu’une question de minutes, ça n’allait pas durer des heures. Et après, il serait libre. Il pourrait donc repartir sans plus attendre. Peut-être même qu’avec un peu de chance et de discrétion, il allait pouvoir échapper à la Sigma Mu à qui il appartenait le temps d’une journée. Pendant la danse, sa cavalière trébucha sur sa robe et se retint à lui. Antonio ne dit rien. Pour une fois que ce n’était pas lui qui était maladroit. Parce que marcher sur les pieds de quelqu’un, ou tomber, c’était plutôt de son registre à lui. Peut-être qu’elle aussi était dans le genre ? La danse se termina sans plus de problèmes et le jeune homme la remercia.

- De même. Fait attention, elle mord. A plus !

La masquée regardait fixement Karen. S’il ne voyait pas son visage, il voyait son regard. Et il en disait long. Se pourrait-il qu’elles se connaissent ? Sa cavalière le quitta, et tout de suite, Antonio se sentit mal à l’aise. Il savait que Karen allait venir. Elle lui avait promis qu’elle allait lui avoir une danse. Et face à elle, il n’aurait probablement pas le choix. Plus elle était proche, plus elle était étouffante. Sa présence l’écrasait comme s’il était un vulgaire insecte. Oui, en face d’elle, il essayait de se battre du mieux possible, mais il n’arrivait à rien. Karen était un démon qui projetait une aura meurtrière autour d’elle.
Avant qu’elle ne fasse le moindre pas vers lui, le jeune italien décida qu’il était temps pour lui de s’éclipser discrètement. Il avait fait ce qu’on lui avait demandé de faire, il n’avait pas à en faire plus. Surtout s’il devait passer d’atroces minutes entre les griffes de cette Sigma Mu. Instinctivement, il se baissa légèrement pour ne pas dépasser les personnes qui étaient plus petites que lui. Il n’était pas grand non plus, mais plus que certains autres, et sa tête pouvait apparaître dans un coin moins dense de la salle. Il n’eut pas le temps d’atteindre la porte de sortie qu’une main se saisit de son bras.

- Toi, viens danser.

L’Alpha Psi déglutit. Il était mal. Il avait reconnu cette voix avant même de voir le visage de celle à qui elle appartenait. Comment pouvait-il refuser cette danse ? Elle l’avait gagné aux enchères de l’après-midi, ce qui signifiait qu’elle pouvait faire de lui presque tout ce qu’elle voulait pour un petit moment, et ça impliquait une danse au bal. Il était coincé. Après quelque secondes, il cessa toute résistance et se laissa emporter plus loin. Elle le força à mettre ses mains sur ses hanches et encadra son cou. Résigné, il se laissa faire et commença à danser avec elle. Elle ouvrit la bouche de nouveau pour lui dire qu’elle n’allait pas le garder longtemps mais seulement le temps de la danse. Bon, déjà, ça, c’était bien. Il pourrait s’en allait après et ne pas risquer qu’elle change d’avis.

- Au fait, si tu vois un bridé s’avancer vers toi, cours. C’est juste un conseil.

Antonio haussa les sourcils. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Immédiatement, il pensa qu’elle parlait de son copain, et qu’il se pouvait qu’elle soit en train d’essayer de le rendre jaloux avec lui. Et si ça marchait ? Si ça marchait, il allait certainement passer un sale quart d’heure. C’était ce qu’elle était en train de sous-entendre, du moins. Il n’eut pas le loisir de se poser plus de questions que justement, ce dont elle venait de parler était en train d’arriver. Un jeune homme visiblement asiatique se tenait à côté d’eux, les fixant un à un. Antonio s’arrêta de danser et Karen en fit de même.

- Ahm je vous dérange peut-être ?

Un premier frisson parcourut son dos. Ça ne sentait pas bon. Mais alors pas du tout.

- Toi !

Il déglutit à nouveau. des premières gouttes de sueur suivirent le frisson dans son dos, collant légèrement sa chemise à sa peau.

- Enlève tes sales pattes de cette fille !

L’autre gars l’avait attrapé par le col et forcé à se pencher vers lui. Il le regarda droit dans les yeux.

- Ecoute moi bien p'tite merde, tu te rends pas compte de la chance que t'as et tu l'auras pas une seconde fois, si je te revois aux côtés de Karen je peux te dire que ta mère te reconnaîtra même pas ! L'avertissement prend effet maintenant !

Il sentait son souffle sur son visage. Son souffle chaud et rempli de colère. Il déglutit une nouvelle fois. Il n’avait qu’une envie : s’enfuir. Un instant, le jeune homme s’arrêta de parler pour prendre une grande inspiration. Le cœur de l’italien se mit à battre plus fort, anticipant de qui allait se passer.

- Maintenant Dégage ! Va faire mumuse avec les paysannes du bal !

L’asiatique le poussa violemment sans qu’il se cherche à se retenir à quelque chose. Au lieu de tomber, il percuta un couple qui se trouvait derrière lui et ça l’aida à se redresser sans faire de chut. Il fixa le gars une demi seconde, puis Karen, et s’en alla en silence. Il fit quelque pas en marchant normalement, puis la peur et la colère l’emportèrent et il se mit à courir pour parcourir ce qu’il lui restait jusqu’à la porte. Une fois sorti, il s’arrêta en se demandant quelle direction il devait prendre. Il était perdu. Il ne savait plus où aller ni comment y aller. Tout ce dont il se souvenait, c’était de ces cris sur lui et de la fureur dans le regard de l’autre jeune homme. Il allait s’en prendre à Karen, c’était sûr. Quand il était parti, il l’apostrophait déjà. Et les autres autour qui n’avaient pas bougé un seul doigt. Son cœur battait toujours trop vite, il se sentait mal, comme au bord de la rupture. Il ne devrait pas être dans cet état, il n’avait rien fait après tout. C’était elle qui l’avait forcé à venir danser avec elle. Il n’avait pas eu le choix.
Antonio finit par se décider sur le chemin à prendre et commença à courir encore. Il ne pouvait pas marcher, retourner à sa chambre normalement. Sinon, il allait paniquer. Il avait vu le danger dans son regard. Et le pire, c’était qu’il devait encore quelque chose à Karen pour les enchères. Alors, il était loin d’être en sécurité. Pour un peu, il aurait presque eu pitié pour elle en sachant ce qu’elle allait certainement vivre. Et encore, il était loin de se douter de toutes les horreurs que Kevin était en train de lui cracher au visage. S’il avait su …

Haletant, il s’arrêta devant le bâtiment des Alpha Psi. Il ouvrit la porte en soupirant. Comme c’était, il n’allait pas dormir de la nuit et allait craindre la moindre personne l’approchant pour la semaine à venir. Il n’était pas peureux, mais ce type lui faisait froid dans le dos. Oui, quelque chose de malsain émanait de lui –comme de Karen, d’ailleurs- et il ne pouvait faire autrement que d’avoir peur de lui. Arrivé devant sa chambre, il chercha ses clés dans sa poche mais ne parvint pas à mettre la main dessus. Il chercha dans toutes ses poches. Impossible de les trouver. Il tâta son costume, commençant à réellement paniquer.

- Non non non non non … Non, c’est pas vrai !

A chaque mot prononcé, il augmentait le son de sa voix, comme si quelqu’un pouvait l’entendre et l’aider. Il chercha encore et encore dans chacune de ses poches. Il avait perdu ses clés. Et il était hors de question qu’il retourne là d’où il venait. Après avoir vainement cherché ce qui de toute évidence n’était plus dans sa poche, le brun tenta d’ouvrir la porte comme ça, au cas où elle ne serait pas verrouillée. Mais elle l’était.

- Putain de merde, c’est pas possible !

Retrouvant sa langue maternelle, il cédait totalement à la panique. Alors qu’il s’énervait complètement sur cette pauvre porte, il se mit à hurler dessus, à la frapper, parlant toujours en italien.

- Vicky ! Ouvre-moi ! Vicky … ! Vicky …

Il répéta son prénom et à chaque fois, ça ressemblait de plus en plus à une lamentation. Il devait se rendre à l’évidence : il était enfermé dehors. Il n’était pas en sécurité, ici. Il se retourna, s’appuya sur la porte et se laissa glisser le long de cette dernière en laissant couler ses larmes. Il allait devoir attendre qu’elle rentre du bal.
Les minutes s’écoulèrent, longues et pesantes. Il n’y avait pas un seul bruit dans le couloir du bâtiment. Pas le moindre petit bruit pour signaler la présence de quelqu’un. Il était désespérément seul. Seul au monde. Et il allait le rester pour un moment. Il pleurait toujours. Antonio posa sa tête contre la porte en gémissant d’angoisse. Et si le prétendant de Karen l’avait suivi et attendait le bon moment pour s’en prendre à lui ? Non. Il l’aurait fait au moment où il s’était mis à pleurer comme un enfant. Alors qu’il avait les yeux fermés, un bruit lui parvint. La lumière s’alluma dans le couloir et il les rouvrit immédiatement.
Pour voir une silhouette masculine apparaître.



HRP : Pour info, la silhouette qui apparaît, c'est Adamounet chéri ♥
code by loverdose
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bal de Noël 2013 || All.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bal de Noël 2013 || All.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Events passés :: Event de Noël 2013-
Sauter vers: