AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Oups. ~ Raphaël & Heaven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Re: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitimeDim 12 Fév - 22:22

    Trop absorbée par l'idée qu'il lui prenne tout ce qu'elle avait, Heaven n'entend même pas sa question. Elle ne répond pas. Et elle ne l'aurait décemment pas fait, même si elle l'avait entendue. L'étudiant pose son livre sur l'herbe verte et jaune, et se lève. La jeune fille ne l'avait pas imaginé si grand. Il la surplombait de toute sa hauteur, la rendant plus petite. Elle ne s'était jamais sentie aussi minuscule, même ridicule, du haut de sa taille de mannequin. C'est là qu'elle comprit qu'elle aurait pu courir, faire n'importe quoi, que l'américain aurait pu la rattraper en deux-deux. Impossible de fuir. Elle doit l'affronter. L'inconnu plante son regard dans celui d'Heaven tel une pioche dans la terre. Il se bouge pas. Il n'a aucune expression. Il est d'une neutralité déconcertante mais qui, pourtant, ne fait pas ciller celui de la grande blonde. Il est vide. Ça perturbe quelque peu la jeune fille, qui aimerait bien savoir ce qu'il pense, quelles sont ses intentions. Sans avoir le temps de réfléchir, elle sent son appareil partir. Elle ne le lâche pas. Il se fout totalement de ce qu'elle pense, pourvu qu'il est ce qu'il veut. Égoïsme.

    Méfie-toi. Si je tire, il risque de…

    Tomber ? C'était le mot. Le verbe exact de ce qu'il aurait pu se passer si un silence n'était pas venu troubler ce petit moment d'hostilité. L'américain se tait. Il toise Heaven, dans un froncement de sourcils. Elle en profite pour ramener son petit bijoux contre elle, doucement. Il penche la tête sur le côté, comme un chien le ferait dans une situation d'observation. L'observait-il ?

    Euh... On se connait ?

    La bonne blague.
    C'est après avoir voulu prendre tout ce qu'elle possédait qu'il se demandait s'il la connaissait.

    Généralement, c'est pas comme ça qu'on aborde quelqu'un qu'on connait. Alors je suppose que non.

    Il a l'air de réfléchir. Heaven n'avait pas l'habitude de cacher ce qu'elle pensait. Elle dit ce qu'elle pense sans se soucier des conséquences. Elle lâche son appareil photo d'une main, et vient la poser sur sa hanche douloureuse. Elle ne montre en rien sa douleur.

    C'est quoi ton nom ?

    Heaven.

    Haussement de sourcil.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Re: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitimeJeu 2 Fév - 13:04

Plantée devant lui en léger retrait, les pupilles animées par l’arrogance, la défiance et l’insolence, la photographe dévisageait son interlocuteur avec toute la suffisance du monde. Sentiment ressenti ou masque de protection, l’Américain n’en avait pas la moindre idée, mais ce qu’il savait c’était que cette attitude l’agaçait. Il fronça légèrement les sourcils. La petite impertinente cherchait à le provoquer. Pour tout argument, une absurdité. Elle jouait avec les mots. Ok. Exactement le profil de la gamine exaspérante. Pour qui se prenait-elle à jouer à la plus maligne ? Il leva les yeux au ciel. Quant à elle, elle avait esquissé l’ébauche d’un geste presque imperceptible. La traduction d’une émotion profonde qu’elle ne pouvait ni ne pourrait contenir. Un mouvement qui trahissait son éperdue passion, ce même mouvement qu’une femme aurait eu à l’égard de son enfant menacé. Elle venait de ramener son appareil-photo contre son cœur, symbole idiot de l’intime désir de protéger quelque chose ou quelqu’un. Ridicule. Qu’il soit ou non plaqué contre sa poitrine, il n’aurait pas davantage ou moins de scrupule à l’en déposséder.

- Tu m’prends vraiment pour un con ou tu parles pas l’anglais couramment ?

Précautionneusement, le garçon avait refermé puis déposé son livre sur l’herbe séchée par les rayons éclatants du soleil. Il plaqua tranquillement ses mains sur la pelouse et reprit appui sur ses talons et ses jambes endolories par sa position. Il s’avança, pas à pas, se rapprochant peu à peu de l’inconnue. Bientôt, il se retrouva nez à nez avec elle. Debout, il la dominait d’une tête au moins. Ses mollets et ses cuisses bien dessinés lui conférait l’illusion d’une taille qu’elle n’atteindrait en réalité jamais. Tant mieux. Elle serait à jamais soumise face à l’étendue de sa grandeur. Dans ses pupilles irrévérencieuses, il planta les siennes. En cet instant, elles ne reflétaient ni agacement, ni mépris, ni colère. Du vide, simplement du vide. Du flegme et de la placidité. Puis, brusquement, ses doigts se refermèrent sur l’engin électronique. Clairement, il se foutait de ses effets sentimentaux de sensibilité.

- Méfie-toi. Si je tire, il risque de…

Silence soudain. Derechef, les sourcils de Raphaël s’étaient froncés, suivis par les plissements de son front. Sans retenue, il dévisageait le visage de la fille. Marrant, il y avait quelque chose en lui offrait le sentiment qu’il ne lui était en réalité pas méconnu. Légèrement, il pencha la tête sur le côté, mine suspicieuse.

- Euh… on se connait ?

Réfléchir, réfléchir et encore réfléchir. Ou avait-il bien pu apercevoir ces traits atypiques. Sèchement, il trancha :

- C’est quoi ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Re: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitimeLun 30 Jan - 22:51

    La jeune étudiante hésite un instant avant de parler, avant de dire quoi que ce soit. Qu'a-t-elle pour sa défense..? Rien, absolument rien. Que dalle. Nada. Elle se sent terriblement mal. Si l'homme décide de porter plainte, tout ce qu'elle aimait allait être anéanti, en une fraction de seconde. Tout avait été si rapide qu'Heaven n'avait presque rien compris, sauf le fait qu'elle ait fait une erreur. Fatale ou pas, il fallait qu'elle s'explique. Pour le bien de tous, -surtout pour le sien-. L'homme qui se trouve en face d'elle n'a pas l'air commode. Il a tout l'air d'un homme impulsif et colérique. L'étudiante n'a pas l'habitude de se tromper au niveau de l'analyse des gens qu'elle rencontre. Elle pense tout à coup qu'elle aurait dû rester nue, chaudement dans son lit. Qu'elle aurait dû rester dans son appartement sombre et danser nue sur du Eminem. Qu'elle aurait dû jouer la junkie aujourd'hui. Seulement, un oiseau doit déployer ses ailes. Un oiseau doit voler, et son vol à elle, c'était la photo. Le seul voyage qu'elle pouvait se permettre d'effectuer pour l'instant. La seule manière de se manifester, la seule manière de se faire comprendre, la seule manière de s'exprimer. Un regard menaçant se pose dans les yeux bleus de la jeune fille. Menaçant au point de voir une arme braquée sur elle. Menaçant au point de se demander si elle va rentrer chez elle en un seul morceau ce soir. Heaven a vécu pire, comme regard. Le regard de l'homme qui va vraiment te tuer. Elle soutient celui du jeune homme, hautaine. La chose qu'elle avait apprise dans sa vie, c'est que le répondant pouvait faire mal. Elle a peur mais n'en montre rien. Elle montre sa fierté qui n'est égale à aucune autre. Le jeune homme tend la main. Pourquoi ? Pense-t-il qu'elle va donner la moitié de sa vie à un inconnu, comme ça ? La seule chose qu'a pris la jeune fille, c'était une seconde de sa vie, immortalisée à jamais dans la carte mémoire de son appareil photo. Réquisitionner toute une vie n'est pas loyal. Elle provoque le jeune garçon alors qu'il lui parle du droit à l'image.

    Je connais t'en fais pas. Mais je n'ai même pas encore utilisé ta soit disant image.

    Toutes les rencontres que l'ont fait dans sa vie sont importantes. Elles peuvent faire avancer, ou faire reculer. Elles peuvent faire du bien, ou faire du mal. Elles peuvent aider, ou enfoncer. Mais chacune d'entre elle à un rôle particulier qu'il faut savoir interpréter d'une manière ou d'une autre. La blonde se demandait bien quel rôle allait jouer cet homme dans sa vie. Elle n'en savait fichtrement rien. Et comme elle se l'était toujours promis, les questions c'était fini. Il fallait qu'elle avance, en laissant des gens derrière. C'était le plus grand sacrifice qu'elle devait faire. Elle s'en donnait à coeur joie, à certain moment. L'étudiante rapproche son appareil d'elle, protectrice. Personne ne l'avait encore touché, ce ne serait pas aujourd'hui la première fois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Re: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitimeLun 23 Jan - 15:09

Morose matinée, morose après-midi. Le 3 décembre 2012 resterait dans les anales. Veille mal achevée, début de journée mal commencé. Cela devait faire approximativement une heure que Raphaël s’était enfui du studio estival de Jack, et il n’y remettrait certainement plus les pieds avant un moment. Avant que les rumeurs ne s’étouffent, en fait. Drôle de situation. Il avait ouvert les yeux dans la chambre de son meilleur ami, sa plus grande rivale lovée dans ses bras. Comment en étaient-ils arrivés là ? Excellente question mais mieux valait ne plus y songer. Encore des souvenirs à enterrer profondément. Il poussa un soupir, laissant sa tête basculer en arrière. Elle percuta maladroitement le tronc du chêne contre lequel il était appuyé. Froncement de sourcils, serrage de dents. Le coup s’était propagé dans son crane comme un produit soluble dans de l’eau et y résonnait désagréablement. Ses doigts passèrent brièvement dans ses cheveux bruns mal coiffés, massant au passage son crane douloureux. Satanée veisalgie. Elle n’était toujours pas passer, laissant perfidement sa tête douloureuse, son esprit fatigué, ses muscles endoloris, sa bouche sèche et son estomac nauséeux. Oh, pris à part, ses symptômes étaient aisément supportables, mais une fois unis, ils constituaient un véritable calvaire. Enfin… c’était sans doute le pris à payer pour ses péchés.

Les pupilles du garçon, assombries par l’éreintement, glissèrent à nouveau sur la fine écriture qui couvrait les pages du livre qu’il tenait entre ses mains. La philosophie pour les nuls de Christian Godin. Il leva les yeux au ciel. La philosophie… C’était avec elle que tout avait commencé. A cause d’elle. S’il n’avait pas assisté à ce cours, s’il n’avait pas partagé ce travail de groupe de début d’année avec Katina, ils ne se seraient jamais remarqués, ne se seraient jamais échangé un regard. Et tout aurait été différent. Tout aurait été tellement mieux. Il ne se serait pas retrouvé dans les descriptions de Freud, Socrate ne lui aurait pas rappelé les reproche de la Russe sur ses incessantes questions, la Forme suprême de Platon jamais ne l’aurait fait songer à son corps somptueux. Quant à la célèbre maxime de Sartre, jamais il ne l’aurait autant considérée. Oh oui, l’Enfer, c’était les autres. L’Enfer, c’était elle. Il pinça les lèvres. Il aurait échangé n’importe quoi pour retourner en arrière, pour effacer ses erreurs. Pourtant, il savait que c’était impossible. Dommage. En attendant, cette lecture lui collait plus mal de crane encore et son esprit embrouillé envahissait son cerveau d’images inavouables.

Du bout des doigts, l’étudiant avait attrapé la photographie qui lui servait de marque-page. Discrètement, il la plaça au centre de la page. Mais plutôt que de refermer dessus les pages déjà découvertes, il la contempla. Encore une fois. Il se revoyait, enfant, trop serré dans son pantalon blanc, ses chaussures à crampons et sa veste de cuir et de laine, seule protection contre l’épaisse couche de neige et le blizzard qui soufflait sur les rues de Saint-Pétersbourg. Malgré tout, il souriait, comme souriait la petite fille qu’il serrait dans ses bras. Sur l’image, ses boucles d’or rendaient exceptionnellement bien et semblaient embrasées par le soleil qui les surplombait. Malgré les cheveux, malgré les yeux, ils se ressemblaient, tous les deux. Un judicieux mélange des deux adultes qui riaient, derrière eux. La mère tout contre sa fille, le père une main sur l’épaule de son fils. Tableau de famille, immortalisation d’une escapade à jamais gravée dans sa mémoire. Doucement, il releva la tête. C’était dans un parc, comme aujourd’hui. Comme aujourd’hui, les enfants couraient, insouciants, dans les plaines refroidies par les intempéries de l’hiver et les jeunes amoureux s’embrassaient chastement sous les rares éclats de l’astre du jour. Comme ce matin là, ils vivaient heureux, ignorant presque qu’un jour il leur faudrait mourir. Brusque froncement de sourcil. Était-ce l’objectif d’un appareil photo qui était braqué sur lui ? Hey ! Le flash l’aveugla le temps d’une seconde. Pour qui il se prenait, cet impertinent photographe ? L’engin s’abaissa, découvrant le visage d’une jeune femme au visage atypique. Vu la tête qu’elle tirait, elle avait compris son erreur. De sa bouche s’évada la plus réputée des exclamations de gêne : oups.

- Euuh… Tu veux pas que je te signe un autographe, tant que t’y es ? File-moi ça.

Son regard se planta dans le sien, menaçant. Il tendit la main en avant.

- Il n’est pas question qu’une inconnue garde comme ça un cliché de moi ! Le droit à l’image, t’en as jamais entendu parler ?!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitimeSam 14 Jan - 23:11

Oups. ~ Raphaël & Heaven Tumblr_lxra9pr9aF1r8z0x6o1_500

    Capturer tous les moments de sa vie, profiter de chaque instants quels qu'ils soient. Pouvoir se dire qu'on est en vie, qu'on a la chance d'être sur Terre. Avoir la chance de pouvoir respirer, avoir la chance de pouvoir marcher, de courir, de manger, de parler, de bouger, de rire de s'amuser. Oui, la vie peut être compliqué. Oui, la vie peut être dure, aucun doutes là dessus. Mais à quoi sert-elle si personne ne prend la peine de la vivre pleinement ? A quoi sert-on dans ce fucking monde si on ne se prend pas tous par la main pour commencer une nouvelle vie, un nouveau monde. Nous ne sommes pas des pions. Nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Aucun choix n'est pris au hasard. Chaque petit choix insignifiants que nous prenons chaque jour nous mènes inexorablement vers notre destinée. Alors autant profiter. Autant vivre, tant que nous sommes tous en vie.

    Elle aime traînasser le matin. Rester dans son lit, nue. Elle peut passer des heures comme ça, pourvu que personne ne la dérange. Pourvu que ses stores restent baisser, que la chambre reste sombre. Qu'elle ait seulement assez de luminosité pour pouvoir voir où elle pose les mains pour prendre sa cigarette. Elle ne se considère pas comme toxico, non. Elle aime bien fumer, ça la détend. C'est son seul petit déjeuner après tout. Ou bien, elle se contente de deux clémentines. Pourquoi ce fruit ? Elle allait en cueillir quand elle était petite. Il y avait un espèce de petit jardin derrière chez elle. Quand elle ne savait pas quoi faire, elle partait, et allait manger ces petits fruits qu'elle trouvait si délicieux en l'absence de sa mère. La vie prenait tout son sens lorsqu'elle s'allongeait dans l'herbe et qu'elle contemplait le ciel, les oiseaux qui passaient. Le silence régnait. Seul les oiseaux pouvait se permettre de le briser par leur douce mélodie. Heaven se permettait seulement de s'endormir, pendant des heures. Personne n'y allait dans ce jardin. Elle ne savait pas pourquoi. Tout le monde passait à côté de ce havre de paix qu'elle s'appropriait de jour en jour. Après tout, tant mieux si le monde ne le connaissait pas. Elle pouvait y faire ce qu'elle voulait.

    Elle ouvre les yeux. Inconsciente, elle s'est assoupie quelques minutes, sa clope encore à la main. Chanceuse que sa couverture n'ait pas pris feu. Sa nudité ne la gênait nullement. Elle devait certainement figurer dans le top 5 des filles les moins pudiques du monde. En même temps, elle n'a aucune honte à avoir. Elle finit sa clope, et la pose dans son cendrier, délicatement posé sur sa table de chevet. Elle se lève, et se dirige vers la salle de bain. Elle se regarde. Elle voit sa cicatrice qui de temps à autre, la fait souffrir. Elle sourit. Elle pense à la souffrance accumulée toutes ces dernières années. Mais ce n'est pas ça qui l'a fait sourire, non. C'est la personne qui l'a sauvée. Monsieur Tässäon Apollo. Qui avait une femme et un enfant. Mais ça n'avait pas empêché l'étudiante de l'embrasser, ça non. C'était une façon définitive de dire merci... Elle va dans la douche, et laisse l'eau ruisseler sur sa peau blanche. Elle n'émet aucun son depuis son réveil. Elle pense. Mais à quoi ? A ce qu'elle va faire aujourd'hui ? Elle sort de la douche et regarde le tas de fringues sur le sol, la flemme la tuera, c'était certain. Elle décide d'aller se chercher d'autres affaires dans sa garde robe, qui parait beaucoup plus vide que d'habitude. L'étudiante enfile un slim en jean, avec un t-shirt noir simple, avec une chemise de plusieurs couleurs, et des baskets presque assorties.

    Elle prend son appareil photo, et se dirige vers le parc. Certes, ce n'était en rien celui qu'elle avait connu gamine, mais un parc était un parc, et c'était très bien pour prendre des photos. Dès qu'elle arriva, elle dévisagea le monde autour d'elle. Elle regarda la façon de marcher des gens, la façon qu'ils avaient de s'habiller. Elle prend quelques clichés rapides ; un couple de dos qui se tient la main, des gens qui sont allonger dans l'herbe. Puis son regard est attiré pas un homme, qui lit, le dos contre un grand arbre. La photo parfaite. Elle s'approcha un peu, de façon à faire jouer la lumière dans la photo. Elle savait l'utiliser, cette source de lumière. Elle s'approcha encore un peu, prit l'appareil de façon à voir la cible. Et hop ! Elle regarda son cliché, l'homme avait tourné la tête au même moment. L'étudiant regardait l'objectif d'un air menaçant. Ca donnait un côté spécial à la photo. Seulement, ce n'était qu'à cet instant qu'Heaven comprit que l'homme l'avait vu le prendre en photo. Et ne pas se faire voir pendant qu'elle prenait les gens avait toujours était une mission pour elle. Voir qu'elle avait échoué la rendait malade. Ce mec pouvait l'attaquer en justice. Et toutes les autres personnes présentes dans son appareil alors ? Un seul son sortit de sa bouche :

    Oups.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Oups. ~ Raphaël & Heaven Empty
MessageSujet: Re: Oups. ~ Raphaël & Heaven   Oups. ~ Raphaël & Heaven Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Oups. ~ Raphaël & Heaven
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oups. ~ Raphaël & Heaven
» Stairway to Heaven
» Oups ! on est vus [PV: Flocon de Cendre & Nuage du Matin]
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Oups ! J'ai fais la plus grosse bêtise de ma vie ! ft PNJ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: