AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 502
Mes disponibilités pour RP: : Disponible !
Je fais partie des: : Eta Iota


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis: Dans la confrérie
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎   Sam 3 Sep - 22:28

I can make the bad guys good for a weekend
Ce soir-là était un soir comme les autres, avec de l’excitation en plus. Eh oui. Comme tous les samedis soirs, Zara avait rendez-vous avec le monde de la nuit. Un monde qui faisait d’elle cette femme ouverte, souriante, excitée et totalement décalée. Une femme qui veut vivre, qui veut s’amuser et arborer ses couleurs en portant du Jimmy Choo, du Prada ou encore du Dolce&Gabanna. Des marques qu’elle ne quittait jamais, qu’elle chérissait et qui faisait d’elle la demoiselle qu’elle était. Sa mère l’avait habituée à porter de la haute gamme, de la marque plutôt que des vêtements trouvés dans une solderie, ou un bête magasin de monsieur et madame tout le monde. Ce soir là, Zara avait opté pour un style assez classe : une robe décolleté, noire et moulante. Avec ça, elle joignit des talons avec lesquels elle savait qu’elle souffrirait le martyr, mais comme on dit « Il faut souffrir pour être belle ». Zara s’était répété cette phrase stupide des centaines de fois, comme si ça allait abréger ses souffrances après une heure avec ces talons certes, rendant ses jambes on ne peut plus sexy sans parler de sa démarche faussement aisée, mais qui lui fusillaient littéralement les pieds.

Avec ses amies, les filles de sa confrérie et des gars qu’elle venait tout juste de rencontrer, Zara se laissait ambiancer par l’endroit. Une boite de nuit, pas des plus classe qu’on se le dise, mais pas trop mal. C’est sympa et il y a de quoi s’amuser. La musique n’est pas mauvaise, quoi que le son est un peu fort et malgré tout, elle a ce sourire qui ne la quitte pas. C’est ce genre de soirée qu’elle aime passer, même si bien souvent le lendemain, elle a tendance à les maudire encore et encore. De temps en temps, Zara entraine ses amies sur la piste de danse. Elle se fait violence pour ne pas enlever ses chaussures et les balancer sur le premier venu et ne pense qu’à la soirée. Juste, la soirée. L’Eta Iota remue son corps, elle se dandine sur le rythme de la musique et se laisse même emporter par l’un ou l’autre désirant partager la danse avec elle et puis après un petit quart d’heure, elle n’a qu’une envie : boire et se rafraichir. Déterminée, Zara abandonna sa troupe et en se faufilant entre les personnes agglutinée les unes sur les autres, elle finit par trouver le chemin du bar. Enfin presque. Devant elle, un attroupement de personnes sans doute aussi assoiffée qu’elle, mais dont elle se fichait éperdument. Seule sa petite personne compte pour elle. Alors elle attend. Une seconde, deux secondes, trois secondes et puis finalement, elle décide de se glisser, ni vu ni connu, devant ce gars devant elle. Youpie, elle a gagné une place. Et puis quoi ? Elle finit par se glisser, encore. Et enfin elle parvient à voir la couleur du bar, mais devant elle, encore un gars. Et là, elle décide d’y aller cash

« Tu sais, quand on est galant, on laisse passer les femmes. J’imagine que c’est pas ton fort, mais je sais pas, t’as pas envie comme ça ? Non parce que ça doit faire une heure que j’attends » mensonge « et je commence vraiment à en avoir marre. ».

Sur un ton hautain, Zara regarda le gars de la tête aux pieds et croisa ses bras contre elle en attendant une quelconque réaction de ce type. Mais à peine deux secondes furent écoulées qu’elle reprit avec toujours le même mépris

« Surtout te presse pas, j’ai tout mon temps surtout ! »





* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Zara V. Federicci
« Oh. You're a princess ? Okay, But I'm the qeen »
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎   Dim 4 Sep - 22:18



_≥ i can make the bad guys good for a weekend ≤_



Cela faisait deux semaines que Luke avait rompu avec sa copine. Il était temps pour lui de sortir de sa chambre, de s’oxygéner et de rencontrer de nouvelles personnes. Ed avait décidé de sortir son ami pour lui changer ses idées. Il déprimait en le voyant sombrer alors que la vie continuait. Enfin, c’était facile à dire pour lui. Il n’a jamais connu l’amour et est persuadé que ce n’est pas pour lui. Alors les chagrins de ce genre, il n’avait jamais géré et ne savait donc pas vraiment comment soulager son pote. Ed avait surtout envie de sortir boire un verre et danser comme un fou toute la nuit, et il ne voulait surtout pas être seul. Luke devait l’accompagner, il l’avait décidé ainsi et son ami n’avait pas le droit de refuser. C’est ainsi qu’Ed entra sans frapper – évidemment – dans la chambre de Luke. Il sauta sur le lit et bouscula son frère de confrérie. « Ca pue le mort dans cette chambre. Aère moi ça et file un pantalon. Ce soir on sort. » Le pauvre garçon avait encore les yeux rougis après avoir pleuré toute la journée. Ed avait horreur de voir les gens attristé, et de voir ses amis baisser les bras l’insupportait. « Allez, sors toi les doigts ! Ce n’est pas en te morfondant que ça va s’arranger. » Il pouvait peut être paraître pour quelqu’un de froid parfois, mais ce n’était pas volontaire. Luke n’eut pas d’autre choix que de se lever et enfiler un pantalon comme l’avait demandé Ed.

Une heure plus tard, les deux amis se rendirent dans une boîte de nuit que fréquentait souvent le rouquin. Il aimait faire la fête et rencontrer de nouvelles personnes. Cet endroit était le lieu idéal pour ça. D’autant plus qu’il adorait croiser des gens de l’université qui avaient beaucoup de préjuger sur la confrérie Khi Omikron. Pour les autres, ils ne sont que des intellos coincés du cul qui passent leur nuit à lire des livres et à travailler à fond sur leurs dossiers. C’était un cliché qu’Ed voulait éviter. Lui, il savait faire la part des choses. Il savait très bien que si il passait sa vie à bosser, il perdrait la tête. Il avait besoin de faire des soirées de temps en temps avec ses amis. C’était vitale pour lui de voir du monde. Ce garçon qui venait des quartiers chauds de Détroit et qui passait sa vie à jouer dehors avec ses amis n’avait pas changé. La monotonie que lui apportait parfois ses études pouvait l’étouffer. Et même si il les adorait, il devait faire un break de temps en temps. D’autant plus que c’était encore les vacances alors il pouvait se le permettre.

Au bout de deux heures à se déhancher comme une danseuse Brésilienne, Ed avait les jambes engourdies. Il décida alors de les préserver un peu et parti au bar pour se prendre un verre afin de se désaltérer. Le futur prix nobel de physique – on peut rêver – eu du mal à se frayer un chemin. Impatient, il n’hésita pas à jouer des coudes et à bousculer les autres pour arriver enfin à sa destination. Le barman qui avait l’habitude de le voir ne lui demanda pas ce qu’il désirait boire car c’était toujours la même chose qu’il désirait. Ed avait soif et perdait patience face à l’attente qu’il y avait. Et apparemment, il n’était pas le seul. Agacé par ce ton hautain que prenait la femme qui l'interpelait, Ed décida de ne pas se retourner. Il n’avait pas envie de faire plaisir à cette personne. Il n’avait pas envie de se prendre la tête ce soir là. Pourtant, elle insista en ajoutant qu’il ne fallait pas qu’il se presse et qu’elle avait tout son temps. Ne supportant pas le mépris qu’il entendait dans sa voix, il décida de se retourner. Il n’aurait pas dû. En voyant le visage de la chef des poupées barbies, Ed grimaça.

« Oh, désolé princesse je ne savais pas que vous étiez là. Je vous en prie, prenez ma place. » Dit-il faussement désolé.

Il jugea ensuite la jeune femme de haut en bas et se mit à hausser les sourcils. Il n’aimait pas vraiment cette fille qu’il trouvait superficielle et prétentieuse. Ed n’était pas quelqu’un qui jugeait facilement  les gens, mais avec elle, ce n’était pas facile. Il lui lança sur le même ton méprisant qu’elle avait employé.

« Je ne savais pas que c’était une maison close ici. »

Il la reluqua une nouvelle fois des pieds à la tête. Il venait gentiment de suggérer qu’elle ressemblait à une prostituée dans cette tenue. L’étudiant se retourna, ne souhaitant pas parler plus à cette fille qui ne lui inspirait que du dégoût et récupéra le verre que le barman lui avait enfin servit.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 502
Mes disponibilités pour RP: : Disponible !
Je fais partie des: : Eta Iota


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis: Dans la confrérie
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎   Lun 5 Sep - 15:01

I can make the bad guys good for a weekend


La patience, c’était pas le point fort de Zara. Au contraire, c’était probablement son plus gros défaut. Ah non. Il y avait l’impulsivité aussi, l’égocentrisme, la jalousie, Bref, elle avait une tonne de défauts, mais parfois on pouvait quand même souligner quelques qualités. Le problème, c’est qu’elle les mettait très peu en avant. Peut-être par peur de paraître trop simple, trop gentille ou trop niaise. Après, Mademoiselle Federicci avait son tempérament, du sang purement italien et juste italien. Si on se référait à les -on dit-, les italiens ont cette réputation de monter rapidement dans les tours et tout ça, sans faire les choses à moitié. C’était un peu le cas de Zara finalement. Son frère était pareil qu’elle, voir pire. Oui, Matteo était un vrai connard, celui du genre de la pire espèce. A la différence de Zara, Mattéo avait de la méchanceté en lui, pas elle. Ou bien pas de la vraie méchanceté ; juste un peu de mépris pour certaines personnes. Ce soir là, Zara voulait laisser ses rancœurs de côté, ses mauvais côtés et laisser place à la fête. C’était un peu ce qu’elle avait fait sur la piste de danse quelques minutes plutôt, avant de se retrouver coincée dans ce bain de foule et tout ça, pour pouvoir prendre de quoi boire.

De temps en temps, Zara tourna la tête vers son groupe d’amis pour surprendre sa sœur lui faire de grands signes. Dans le langage de Vittoria, ça signifiait qu’elle devait se grouiller ou laisser l’idée de se désaltérer, mais ça elle pouvait rêver. Elle venait presque de se faire marcher dessus à plusieurs reprises, c’était pas pour rien. Là, elle était même sur le point de pouvoir atteindre le bar, à condition que ce gars, juste là, se décide à la laisser passer. Mais pour ça, il fallait qu’il la remarque ou simplement, qu’il l’entende. Et pour ce faire Zara n’hésita pas à jouer la peste comme d’habitude. Un s’il te plait ? Non, fallait pas rêver. C’était ce genre de petits mots qu’il manquait dans le vocabulaire de l’italienne et bizarrement, elle peinait même à vouloir les apprendre. Lorsque enfin, elle se fit remarquer, elle pencha la tête sur le côté en entendant les dire du garçon. Il ne commençait pas trop mal. Et sans aucune grande difficulté, ni même sans se faire prier, elle se glissa entre les deux amis pour atteindre le bar. « Ben tu vois, c’est pas bien compliqué » Quand le barman remarqua sa présence, elle commanda un mojito. Le genre de boisson qui rafraichissait, si c’était bien préparé.

Zara attendit. Encore. Alors que son amie fut sur le point de lui poser une question, la voix du gars qui venait de la laisser passer et à qui elle n’avait même pas trouver bon de remercier, lui adressa de nouveau la parole. Ou plutôt une pique sur sa tenue. Ce gars-là, il n’avait jamais vu de jolie filles. Ou une fille bien sapée, ça doit pas exister dans son monde. Zara fit mine de se retourner, à la recherche d’une prostituée. « Ah tu parles de la pouffiasse qui se dandine sur la barre, là-bas ? Ouais t’as raison, c’est limite pour une boite de nuit. Mais il paraît que ça fait son effet. Surtout pour les idiots qui savent pas faire la différence entre une pute et une fille qui ne s’habille pas comme un sac. C’est pas un crime d’être jolie, mais encore faut-il que certains arrivent à le comprendre.» Elle se pinça les lèvres et haussa les épaules, mimant une moue désolée pour lui, ou pour son cas à la limite du désespoir. « Qui cherche trouve, mais t’en fais pas je ne suis pas trop rancunière, la preuve. » elle prit le verre que le barman venait de servir à la personne de l’autre côté, sans aucune retenue et le glissa devant son interlocuteur « Sinon, en-dessous de l’étiquette de pute que tu me colles, je réponds aussi au prénom de Zara. »


A lire:
 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Zara V. Federicci
« Oh. You're a princess ? Okay, But I'm the qeen »
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎   Mar 6 Sep - 9:26



_≥ i can make the bad guys good for a weekend ≤_

Soupirant d’exaspération quand elle se faufila entre lui et le gars qui était à côté de lui, Ed se demanda comment on pouvait être aussi stupide au point de ne pas comprendre l’ironie. Les petites princesses qui se prenaient pour les reines du monde commençaient sérieusement à lui taper sur le système. Il ne comprenait pas comment un être humain pouvait se comportait avec autant de dédain et d’arrogance. C’était quelque chose qu’il avait trop connu lorsqu’il était dans cette école privé alors qu’il venait d’un quartier populaire. Toute son enfance et son adolescence il a passé du temps avec ces personnes tellement pétés de tunes qu’ils ne savaient plus quoi en faire. Alors que lui, il pouvait parler à ses voisins du dessus sans avoir à les téléphoner car il y avait un gros trou dans le plafond. Ed n’a jamais réussi à se faire à tout ça. Pas la pauvreté, mais à la richesse. Il avait bien du mal à comprendre pourquoi les parents ne disaient pas non à leurs enfants quand ils leurs demandaient avec impatience pourquoi ils n’avaient pas encore eu de poney pour leur anniversaire. C’était inadmissible pour lui de balancer du pognon par les fenêtres de la sorte. Tout ça pour dire que la tenue de la jeune femme était tout à fait le genre de chose que seul un riche pouvait acheter. Il n’hésita pas une seule seconde d’ailleurs à faire une remarque sur la robe de la brunette ce qui semblait pas du tout la déconcerter. Son objectif qui était de l’éloigner avait échoué, une fois de plus. Elle était pire qu’une moule attachée à son rocher. Elle ne pouvait pas quitter le bar ? Non, il fallait qu’elle reste pour lui taper sur le système.

Et dire qu’Ed était venu pour s’éclater et décoincer un peu son pote qui venait de vivre une rupture difficile. Maintenant, il était obligé de s’occuper de cette nana car il n’allait certainement pas la laisser gagner. Il ria faussement lorsqu’elle lui demandait si il parlait des femmes qui prenaient la barre installé sur la piste pour … bah on va pas vous faire un dessin non plus. Elles devaient être en manque. Tiens, ça lui donnait une idée : pourquoi pas présenter une de ses filles à Luke qui avait besoin d’une fille facile. La jeune femme continua sa tirade en insinuant sans trop le cacher qu’Ed était un parfait idiot car il ne savait pas faire la différence entre une prostituée et une fille qui sait bien s’habiller. Ca ne la choquait pas ce qu’elle venait de dire ? En gros, elle disait que dans les deux cas, elles s’habillaient de la même manière. « Je ne vois pas de grande différence entre elles et toi. Mise à part peut être l’étiquette de la robe, l’effet et le même. » Bon d’accord, elle était facile celle là et il était encore bien trop gentil pour la jeune femme. Il fallait qu’il sorte les griffes pour s’en débarrasser car il ne la supportait déjà plus. Il la reluqua une dernière fois et fit une grimace de dégoût en ajoutant. « Ce genre d’accoutrement n’intéresse que les camionneurs et les mecs sortis de prison. Si tu étais venu ici pour trouver un gars du genre, tu t’es loupée princesse. » Bon, il devait avouer qu’il ne la trouvait pas vilaine. Au contraire même. Et c’était ça le pire. Il avait oublié quelques secondes que lui aussi c’était un gars et qu’il avait besoin de temps en temps de voir une fille avec une robe beaucoup trop courte pour qu’elle soit sage.

Il vit Luke au loin lui faire un signe pour qu’ils partent mais Ed était bien trop occupé avec la demoiselle pour s’en aller. Il n’allait pas la laisser gagner. Oh non. Un Khi Omikron n’abandonne jamais. Vous m’avez entendu : JAMAIS. Le geste qu’elle venait de faire, celui de voler le verre à l’autre gars à côté d’elle ne choqua pas une seule seconde Ed qui leva les yeux en l’air. Une vraie garce celle là. Pourtant, il prit le verre et le bu d’une traite. Ed haussa les épaules quand elle lui dit son prénom. Il répondit avec un grand mépris dans la voix. « Oh, un prénom de luxe pour une petite fille pourrie gâtée.» Il soupira et commanda un nouveau verre au barman. Si il devait rester là avec cette chieuse, il allait lui falloir beaucoup plus d’alcool. « Et le prénom du gars que tu as gentiment traité d’idiot tout à l’heure, c’est Ed. J’espère que ça ne sera pas trop compliqué pour toi à retenir. Il n’y a que deux lettres. Ca va aller ?! » Insinuant bien entendu qu’elle était trop stupide pour se souvenir des prénoms des mecs qu’elle croisait dans les bar, Ed se focalisa ensuite sur son verre qui était encore vide. Il lança un regard plein de reproche au barman qui était occupé ailleurs.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎   

Revenir en haut Aller en bas
 
I can make the bad guys good for a weekend » Ed ♥︎
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yeah, you show me good loving make it alright need a little sweetness in my life (elya)
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Miami vice city :: » Coral Gables :: » Discothèques-
Sauter vers: