AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 527
Je suis âgé(e) de: : 20
Mes disponibilités pour RP: : 7/5
Je fais partie des: : Alpha Psi.


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis: Bâtiment des Alpha Psi
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   Sam 3 Sep - 17:20


3rd of September, 2016
Afternoon.


C'était une situation légèrement étrange. Peut-être même carrément stupide. Elle n'en savait trop rien. Honnêtement, Holly était un peu perdue. Elle ne savait ni ce qu'elle avait fait, ni ce qu'elle était en train de faire, ni même ce qu'elle allait faire. Elle était incapable de savoir si c'était une bonne ou une mauvaise idée. Une initiative intelligente et prudente. Ou bien.. Complètement conne et dangereuse. Après tout, qu'est-ce qui lui assurait qu'elle était bien celle qu'elle prétendait être ? Qu'est-ce qui lui prouvait qu'elle n'était pas un pédophile ou un maniaque en série, dissimulée derrière une jeune femme innocente et faible ? Parce que c'était ce qu'elle avait compris. C'était de cette manière qu'elle qualifiait la jeune femme qu'elle avait rencontré. Si on pouvait appeler cela une "rencontre". C'était .. Un forum. De soutient ou d'aide. Elle ne savait pas trop comment appeler cela. Ça faisait un moment qu'elle était sur ce genre de choses. Depuis .. Depuis l'enlèvement. Depuis Halloween. Elle n'avait pas vu de psychologue, comme un bon nombre des victimes. Elle n'avait pas été aidée. Ça n'était pas son genre. Ça n'était pas ce qu'était Holly. Elle était beaucoup trop fière, beaucoup trop têtue. Elle avait choisi de se sauver seule, de s'en sortir par elle même, comme elle le pouvait. Et ça avait été compliqué. Ça avait été dur. Elle s'était enfermée, avait passé des semaines à flipper, à se demander si le danger n'était pas au coin de la rue ou même beaucoup plus près, au sein même de sa confrérie, dans son cercle d'amis. Comment pouvait-elle en être sûre ? C'était ce qu'elles avaient en commun. C'était ce qui avait fait qu'elles étaient entrées en contact, comme ça, en partageant leurs expériences, en cherchant un soutient, des conseils.

Est-ce qu'elles auraient dû en arriver là ? Est-ce qu'elles auraient vraiment dû en arriver à se fixer un rendez-vous ? Le fait qu'elles vivaient toutes deux à Miami était-ce vraiment une raison suffisante ? Et le fait qu'elles aient vécu la même .. chose ? Avaient-elles vraiment enduré les même souffrances ? Holly en doutait fortement. Elle n'avait surement pas vécu ce qu'elle avait enduré. Ça n'était surement pas le cas. De ce qu'elle avait compris en tout cas. Cette .. Sanaé, -c'était de cette manière qu'elle s'était présentée, en avait surement vu bien plus qu'Holly. Si pour l'une ça n'avait duré que l'espace d'une nuit plus quelques heures de sommeil forcé, la jeune femme avait vécu bien pire. Bien plus long. Bien plus physique. Bien plus moral. Ça n'avait pas été, pour elle, la même chose que pour Holly. Loin de là. C'était ce qu'elle se disait en serrant son thé glacé entre ses mains. Comment pouvait-elle prétendre avoir vécu un traumatisme face à ce que lui avait déjà raconté Sanaé ? Depuis combien de temps échangeaient-elles sur internet ? Deux ? Trois ? Peut-être quatre mois ? Elle ne savait plus. Une chose était certaine, c'était qu'elle ne savait pas à quoi elle ressemblait. Ni l'une, ni l'autre. Elle n'avait jamais trouvé bon de préciser, de s'échanger un Facebook, ni quoi que ce soit. Ça s'était toujours arrêté à ce forum et aujourd'hui, ça allait se concrétiser, ça allait devenir réelle. Elle lui avait donné un indice vestimentaire, rien de plus. Elle portait son t-shirt kaki, son préféré. C'était un indice. De quoi la repérer, quoi. Un truc simple. Au fond, elle était un peu stressée. Angoissée serait plus juste. Elle ne savait pas trop à quoi s'en tenir. Et puis .. Il fallait admettre que c'était étrange comme situation. Elle avala une gorgée de son thé glacé et passa une main nerveuse dans ses cheveux avant de jeter un oeil à son téléphone portable. Elle allait arriver d'une minute à l'autre.   

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

i just feel sort of empty these days + My hands are cold, my lips are turning blue, i'm shaking. This fragile heart, so heavy in my chest, is breaking. I live through scars this time. I live through scars this time..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 152
Mes disponibilités pour RP: : Disponible
Je fais partie des: : Eta Iota


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis:
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   Sam 10 Sep - 20:45

Trouvons du réconfort...

ft. C. Holly Ziegler


3rd of September, 2016
Afternoon.
Je ne savais pas trop pourquoi j'avais fait ça. La première fois que je m'étais connectée sur ce forum pour parler de ma mésaventure de manière anonyme, j'avais été sceptique. J'avais cru que jamais personne ne pourrait comprendre ce que j'avais traversé, ce que j'avais enduré. A l'heure actuelle, je crois que j'avais tort. J'y avais trouvé quelqu'un qui avait vécu quelque chose de similaire, bien qu'en beaucoup moins poussé. Holly. Elle aussi avait subis un kidnapping. Certes, ça n'avait duré que quelques heures et elle n'avait pas eu à supporter les mêmes tortures mais j'imaginais que ce genre d'évènements suffisait à traumatiser une personne. Quelque chose nous liait. En apprenant qu'on vivait dans la même ville, on avait décidé de se rencontrer. Etait-ce une bonne chose à faire? Peut-être que non. Peut-être même que j'allais tomber sur un dingue. Mais si je voulais réapprendre à vivre, je me devais de ne pas me laisser contrôler par mes peurs. J'avais déjà perdu une année de ma vie. Je devais tout faire pour essayer de reprendre confiance en moi. A mon rythme, mais quand même. Et si ça devait commencer par rencontrer une personne avec laquelle je parlais depuis des mois à travers des écrans interposés, alors je le ferais. Ce serait déjà un bon début après tout.

En me réveillant ce matin-là, je n'avais pas très envie de sortir de mon lit mais j'avais prit sur moi. J'étais allé me doucher et j'avais enfilé des vêtements propres et de me préparer. Une fois l'étape de la salle de bain terminée, je m'étais connectée à mon ordinateur pour voir mes e-mails et ce genre de petites choses rapidement. J'avais ouvert la page de la conversation que j'entretenais avec Holly. J'avais songé à annuler, l'espace de quelques secondes. Mais j'avais soudainement soupiré et je m'étais déconnectée du site avant d'éteindre mon ordinateur. Je devais y aller. Je devais faire ce pas, cette progression dans ma vie. C'était important. J'étais ensuite sortie. Je regardais encore parfois derrière moi, par dessus mon épaule, quand j'avais l'impression qu'une même personne me suivait depuis trop longtemps. C'était stupide. Combien de pourcentage de chance avais-je de me faire kidnapper une seconde fois, à une année d'intervalle en prime? Sans doute quelque chose aux alentours de zéro pour cent de chance. Pourtant, c'était plus fort que moi. J'étais encore loin d'avoir gagné la guerre contre moi-même, contre cette peur obsédante. Je m'étais arrêté pour manger dans un restaurant. Je faisais ça certains jours pour reprendre un peu confiance, pour réussir à supporter la proximité des gens.

Etape par étape, j'avançais. Doucement mais sûrement. Me brusquer, vouloir aller trop vite, cela ne servirait à rien. C'était ce qu'on avait essayé de me faire comprendre mais dont j'avais finalement pris conscience toute seule. Ce n'était pas parce que les autres, ceux de mon entourage, me disaient ça que c'était vrai. Il avait fallu que je le réalise par moi-même pour que ça rentre dans mon cerveau et que je fasse donc l'évolution pas à pas. Le début de l'après-midi passa et il fut l'heure pour moi de me rendre à mon rendez-vous avec Holly. Je m'approchai du starbuck et entrai. Je m'arrêtai et cherchai du regard ce fameux t-shirt kaki qui devait me servir d'indice pour retrouver cette jeune femme. Je souris doucement en la trouvant. Heureusement, le kaki n'était pas une couleur souvent portée. J'hésitai une seconde. J'aurais pu faire demi-tour, elle ne m'avait peut-être pas encore vue... Je pris mon courage à deux mains avant de m'avancer vers la jeune fille en question. « Holly? » Je lui adressai un petit sourire. « Je suis Sanaé... » Il fallait bien lui confirmer que c'était bel et bien mon prénom après tout. Une fois qu'elle m'avait confirmée que c'était bien elle, je m'installai en face d'elle à cette petite table. « C'est tellement étrange de pouvoir mettre un visage sur ce prénom... » Comment commencer la conversation? De quoi parler? Que dire? Comment les dire? Je commandai la même chose qu'Holly, un thé glacé. C'était une boisson que j'affectionnais tout particulièrement alors pourquoi me priver?

code by ORICYA.


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Sanaé ∆
« Citation à venir »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 527
Je suis âgé(e) de: : 20
Mes disponibilités pour RP: : 7/5
Je fais partie des: : Alpha Psi.


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis: Bâtiment des Alpha Psi
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   Sam 10 Sep - 22:33

Elle ne pouvait pas empêcher sa jambe de monter et descendre dans un mouvement incessant et nerveux. Surtout nerveux. Elle ne savait ni quoi faire, ni quoi penser, ni qu'est-ce qu'elle allait bien pouvoir dire ou raconter. Quand on y réfléchissait, ça n'était pas simple. Ce genre de rendez-vous, de rencontres, de face à face, ça n'était pas un truc qui se faisait tous les jours. Holly n'avait jamais fait ça avant. Ou presque. Elle avait souvent trainé sur des forums, des jeux en étant plus jeune, à l'époque où son ordinateur était son meilleur ami. À l'époque où elle était comme son petit frère favori. Elle avait rencontré un tas de personnes. Des jeunes, des vieux, des hommes et des femmes. Des types mal intentionnés comme des gamines plus garçons manqués qu'autre chose. Pourtant, elle n'en était jamais arrivée là. Elle n'en était jamais arrivée à se fixer une date pour se voir. Jamais. C'était la première fois, mais d'un côté, c'était largement différent. Pas de jeux, mais une histoire. Un évènement. Une déchirure. Un enlèvement. C'était ce que les deux filles avaient en commun. C'était ce qui les avaient mené là. C'était ce qui faisait qu'Holly se tenait là, assise dans ce starbucks où elle ne venait presque jamais, un thé glacé entre les mains. C'était parce qu'elles avaient vécu quelque chose de similaire. C'était parce qu'elles avaient subi un traumatisme et c'était pour en parler, pour se rencontrer pour de vrai, plutôt qu'elles s'étaient déplacées toutes les deux.

Holly était arrivée la première. Étonnant, n'est-ce pas ? La ponctualité n'étant pas son fort, elle était surprise. Elle ne pouvait s'empêcher de guetter l'heure sur sa montre mais aussi les alentours. Elle ne savait pas quelle tête cette Sanaé pouvait-elle bien avoir. Elle ne savait qu'une seule chose: elle avait à peu près le même âge qu'elle, à quelques choses près. C'était déjà ça. Alors, elle fixait la porte, de temps en temps. Elle se forçait à ne pas se lever. Elle se faisait obstacle pour ne pas se lever et s'en allait parce que d'un côté, elle était légèrement angoissée. Elle ne savait pas comment ça allait bien pouvoir se passer, ni comment elle allait réussir à gérer tout ça. On ne pouvait pas nier qu'elle avait un caractère particulier. On ne pouvait pas nier qu'elle était relativement spéciale. Froide. Distante. Elle n'avait pas franchement l'air sympa et pourtant, là, il allait falloir faire un minimum. Elle aurait aimé ne pas être prise par surprise. Elle aurait préféré la voir arriver, se dire que c'était elle. Elle aurait préféré anticiper, et ne pas avoir cet air con et surpris au moment où son prénom avait été prononcé et qu'elle avait levé la tête vers l'inconnu qui n'en était pas vraiment eu. Elle s'était contentée de hocher la tête. Super. Pas un mot, rien. Juste un hochement de tête.

Oui, c'était vrai. C'était étrange. C'était difficile aussi. C'était bizarre puisqu'elles avaient eu tant de choses à se dire par écrit et pourtant, là, c'était comme si Holly avait perdu sa langue, comme si elle avait perdu l'usage de la parole. Elle la regardait simplement. Elle observait cette fille qui semblait si jeune, physiquement. Si fragile. C'était ce qu'elle s'était en premier. Vulnérable. Voilà ce qu'elle semblait être. Si .. Destructible. Si facilement broyée. La main d'Holly se crispa autour de son gobelet en y pensant. Des connards. C'était tout ce qu'ils étaient. Comment avaient-ils pu torturer, abuser, détruire une jeune fille de cette allure ? Comment ? C'était la question. C'était le même principe avec les deux tarés de son enlèvement à elle. Ça ne s'expliquait pas. Ils étaient simplement fous, déséquilibrés. Malade. La remarque de la jeune femme arracha un petite sourire à l'australienne qui baissa la tête avant de passer une main dans ses cheveux et de s'intéresser à la jeune femme.

"C'est étrange, ouais. Pour être honnête, j'étais prête à partir en courant en voyant un obèse en marcel blanc débarqué et dire qu'il était la fameuse 'Sanaé' .."  

Après tout, on était jamais à l'abris de rien.

"Thé glacé, toi aussi ? C'est .. Rafraichissant. J'te comprends."

Elle n'avait pu s'empêcher de remarquer la commande. D'ailleurs, n'aurait-elle pas du attendre avant de passer sa commande ? Surement que si. Ou peut-être que non. Peu importait, de toute façon.

"Donc .. Sanaé .. T'es à la fac de Wynwood ?"

Devait-elle vraiment poser cette question ? Elle voulait soupirer mais ça n'allait pas vraiment le faire. Mieux valait s'abstenir. Après tout, pouvait-elle aborder le sujet directement ? Étaient-elles vraiment là pour cela, dans le fond ? Elle n'en était pas sûr. Et puis, mieux valait laisser l'autre venir. C'était une bonne technique.


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

i just feel sort of empty these days + My hands are cold, my lips are turning blue, i'm shaking. This fragile heart, so heavy in my chest, is breaking. I live through scars this time. I live through scars this time..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 152
Mes disponibilités pour RP: : Disponible
Je fais partie des: : Eta Iota


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis:
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   Dim 11 Sep - 20:31

Trouvons du réconfort...

ft. C. Holly Ziegler


3rd of September, 2016
Afternoon.
Je ne savais pas comment réagir face à la jolie brune qui se tenait déjà là, assise à cette table, dans ce starbuck dont nous avions convenu comme étant notre lieu de rendez-vous. Que dire? Par quoi commencer? Face à nos écrans d'ordinateur, la conversation avait semblé si simple, si naturelle, que ça en était perturbant d'être à ce stade là. On s'était confié beaucoup de choses et pourtant, on avait l'impression d'être deux inconnues. Parce qu'au fond, c'était ce que nous étions l'une pour l'autre. On avait beau avoir partagé nos expériences mutuelles, on ne se connaissait pas. Ni d'Adam, ni d'Eve. Qui était-elle? Etait-elle une jeune femme timide ou plutôt le genre à faire la fête? Avait-elle eu une enfance heureuse? Ses parents étaient-ils mariés, divorcés, ou peut-être même qu'ils étaient juste en concubinage? Avant de la voir, je ne savais même pas si elle était blonde, brune ou rousse. Je ne savais rien d'elle et elle ne savait rien de moi. A part que nous avions toutes les deux été plus ou moins blessées voir brisées par des épreuves de la vie. Après avoir prit sur moi, j'avais abordé la demoiselle. Demoiselle qui ne m'avait répondu que d'un hochement de tête. Je l'avais sans doute prise par surprise, puisqu'elle ne m'avait pas vue arriver. Et je savais très bien que la situation était étrange alors non, je ne lui en voulais pas. Tout comme je ne lui en voulais pas d'avoir passé commande avant mon arrivée. Ce serait idiot de lui en vouloir pour des choses aussi futiles. "C'est étrange, ouais. Pour être honnête, j'étais prête à partir en courant en voyant un obèse en marcel blanc débarqué et dire qu'il était la fameuse 'Sanaé' .." Je souris doucement en m'installant à la table. "Pour être honnête, j'étais prête à faire demi-tour aussi..." Puisqu'elle avait décidé d'être honnête, je pouvais l'être moi aussi. Ce n'était pas parce que je ne voulais pas la rencontrer, ça non. Mais plutôt parce que j'avais peur. Comme la majorité du temps, même si j'essayais de prendre sur moi au maximum et même si j'essayais de toutes mes forces de me soigner à ce niveau-là. Parce que oui, je voulais aller mieux. Je ne voulais plus vivre dans la peur. Mais c'était quelque chose qui prendrait encore du temps...

"Thé glacé, toi aussi ? C'est .. Rafraichissant. J'te comprends." Une nouvelle fois, je lui adressai un sourire en posant mes yeux sur elle. "J'aime beaucoup cette boisson. Au moins, ça nous fait un autre point commun. Un point commun beaucoup plus positif que l'autre." Autant mettre une petite touche d'humour non? Oui, j'essayais de me soigner en utilisant l'humour. J'avais toujours étais une personne aimant rire et faire des blagues alors je tentais de retrouver ça du mieux que possible, même si ce n'était clairement pas encore ça. Mais c'était vrai ce que je disais: hormis l'enlèvement, on avait au moins cette boisson en commun. "Donc .. Sanaé .. T'es à la fac de Wynwood ?" Elle était sérieuse? Oui, sans doute que oui. Ce n'était pas facile de commencer cette conversation alors pourquoi pas commencer par une banalité après tout. "Oui. En psychologie. Et toi?" D'accord, c'était complètement stupide. Mais on devait être autant gênée l'une que l'autre au final. "Hum... Ecoutes... Ne faisons pas de manières. C'est vrai que c'est dur de lancer la conversation pour le coup alors... Autant crever l'abcès si t'es d'accord? Est-ce-que tu as des questions à me poser ou... est-ce-que tu as envie d'aborder ton épreuve peut-être avec moi...?" En parler en face à face ne me dérangeait pas. Je ne voulais juste pas que ce qu'on avait vécu soit un handicap pour apprendre à nous connaître vraiment, en dehors de ce qui nous reliait clairement l'une à l'autre: le partage d'une expérience plus ou moins traumatisante. "Je vais t'avouer que moi, j'ai une question... Est-ce-que... Est-ce-que toi aussi tu as peur et tu regardes parfois derrière ton épaule...?" C'était peut-être que c'était idiot mais parfois, j'avais ce réflexe. Autant l'avouer. Je n'avais pas honte de le dire, de dire que j'avais encore peur malgré l'année qui s'était écoulée. La serveuse m'apporta mon thé glacé et je la remerciai avant de reposer mes yeux sur la brune en face de moi.

code by ORICYA.


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Sanaé ∆
« Citation à venir »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 527
Je suis âgé(e) de: : 20
Mes disponibilités pour RP: : 7/5
Je fais partie des: : Alpha Psi.


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis: Bâtiment des Alpha Psi
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   Dim 11 Sep - 21:37

Elle ne s'attendait pas exactement à ça. Elle ne savait d'ailleurs pas pourquoi mais Holly l'avait imaginé blonde et .. Nettement plus petite. Elle avait imaginé sa corpulence à l'égal de celle qui se présentait devant elle, mais les traits du visage n'était pas du tous les même. Allez savoir pourquoi. Elle avait imaginer cette Sanaé des milliers de fois, sans jamais se décider à lui demander son Facebook ou même son instagram. Elle avait préféré ne pas savoir et ce, pour une raison inconnue. C'était complètement stupide parce que si au moins, elle avait su, elle aurait pu la reconnaitre. Elle aurait pu cacher cette surprise. Elle aurait pu réagir autrement. Elle n'aurait sans doute pas écarquillé les yeux et lâché sa paille. Elle aurait peut-être prononcé un mot au lieu de simplement hocher la tête. Elle aurait pu avoir l'air plus sympathique, moins silencieuse et froide. Mais c'était habituel, chez elle. C'était l'image qu'elle donnait et parfois, bien malgré elle. Encore une fois, elle n'avait pas su faire autrement. Elle n'avait pas pu. C'était dans sa nature, quoi qu'on en dise. Chassez le naturel, il revient au galop. C'était exactement ce qui lui arrivait chaque fois qu'elle essayait de sourire. Sa tentative se concluait par un échec et le tout s'apparentait plus à un rictus qu'autre chose. Exactement comme au moment où elle avait sorti l'histoire du type en marcel blanc. Elle avait été prête à rajouter qu'il aurait pu être dégoulinant, plein de sueur et myope au point de porter de grosses lunettes de vues, mais elle avait su se contrôler. C'était le mieux à faire.

Les deux jeunes femmes étaient dans le même état d'esprit. C'était évident. Sanaé aussi, avait été à deux doigts de faire demi-tour. C'était normal. Elles avaient eu peur. En tous cas, Holly, si ça n'avait pas été de la peur, c'était de l'angoisse. Ça se voyait à sa façon de faire tournoyer son gobelet entre ses mains, de triturer la paille ou encore de remuer son pied. Elle n'avait rien de quelqu'un de tranquille. Mais voir cette fille aux airs fragiles, ça l'avait un peu apaiser. Elle n'avait rien à craindre et pourtant, elle ne cessait de se répéter que dans tous les cas, mieux valait se méfier des apparences. C'était bien connu. Seulement, là, à ce moment, en parlant de thé glacé, elle avait oublié. Elle avait oublié le pourquoi elles étaient là, toutes les deux, à se regarder dans le blanc des yeux. Les enlèvements, les tortures, la moral dans les chaussettes. C'était ça le véritable but. Un groupe de parole, à deux, en quelques sortes. Seulement, elle ne pensait pas que l'humour allait pouvoir les aider et l'histoire du point commun positif, ne la fit que sourire légèrement. Et encore, c'était largement forcé, ça se voyait. Elle aurait aimé avoir l'air plus sympathique, mais elle n'y arrivait pas. Elle n'avait pas envie de plaisanter mais pas non plus d'en parler comme ça, directement. C'était surement pour cette raison qu'elle avait orienté la conversation sur leurs études respectives. Honnêtement, ça n'était pas non plus une superbe idée. Elle l'avait lu sur son visage.

"Oh, psychologie ? Sympa. Je suis en journalisme, moi. Je tiens le Wynwood Times.."

Ok, mais à part ça, on s'en fout et Sanaé était loin d'être le genre de filles à tourner autour du pot. D'ailleurs, elle n'hésitait pas à le faire savoir en entrant directement dans le vif du sujet. En laissant Holly sur le cul, fallait bien le dire. Elle ne s'attendait pas à ce que ce soit elle qui lance la conversation et encore moins si tôt. Elle en lâcha sa paille. C'était .. Imprévu. Est-ce qu'elle avait des questions ? Elle avait beau y réfléchir, c'était comme si ça ne venait pas, comme si son cerveau était trop remué pour fonctionner, comme s'il l'avait lâché. Elle la fixait avec des yeux ronds, à la recherche de quelque chose à dire, en vain. Heureusement ou pas, la détresse s'était clairement affiché sur son visage mais disparut aussitôt lorsque la jeune femme prit les devants en lui demandant si elle se retournait parfois, dans la rue, pour regarder par dessus son épaule. Si seulement elle savait. Holly déglutit, inspira profondément et s'appuya contre le dossier de sa chaise.

"Oui. Ça m'arrive. Souvent. Pour pas dire toujours. Même quand je suis dans ma chambre, à la confrérie. Je me retourne, en y entrant, je vérifie que j'ai bien fermé la porte au moins deux fois. Je peux me lever en pleine nuit aussi. Quand on m'a .."

Elle marqua une pause. C'était toujours dur d'employer ces termes. D'en parler tout court, en fait. Dit le, Holly.

"Quand on m'a enlevé .. J'ai .. Suivi un garçon et c'est arrivé chez lui. Ils étaient deux. Un homme et une femme. Je suis tombée dans son piège à lui. J'étais tellement facile. Il a suffit qu'il me parle de musique et qu'il m'invite chez lui pour que .. Elle m'endorme avec son truc et que je me réveille dans .. cette cave. Avec tous les autres."

C'était comme ça que ça s'était passé. Elle avait été capturé, simplement, sans poser de problème. Elle s'était faite avoir.

"Aujourd'hui, je .. J'ai changé. C'est triste à dire, mais je regrette cette .. Facilité que j'avais à coucher avec n'importe qui. J'étais beaucoup plus sociale. J'étais ouverte. J'étais .. Aguicheuse. Maintenant, dès qu'un type m'aborde, j'ai une chance sur trois de me dire que je vais finir dans un van et me faire emmener je ne sais où mais que cette fois .. Il ne sera pas là pour me sauver."

On pouvait dire qu'elle avait tout sorti d'un coup, au moins c'était fait. Enfin .. Tout, pas exactement. Disons que le plus gros de l'histoire était dit. Il manquait un tas de détail. Elle avait omis la manière dont Adam était parvenu à se détacher, les tortures qu'ils avaient subit, les lettres aux proches, les chantages. Elle avait omis l'inquiétude, la peur, Anastasia, Iris. Elle avait omis Adam. Il avait joué au con. Mais l'important, c'est qu'il s'en était sorti. C'était la pire nuit de sa vie.

"C'était.. la pire nuit de ma vie."

Elle soupira.

"Alors ouais. Ouais, je regarde derrière mon épaule dès que je mets un pied dehors, mais ça m'empêche pas de vivre. Je peux pas les laisser gagner."

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

i just feel sort of empty these days + My hands are cold, my lips are turning blue, i'm shaking. This fragile heart, so heavy in my chest, is breaking. I live through scars this time. I live through scars this time..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est dans le partage de la douleur qu'on trouve du réconfort.. Sanaé&Holly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» [HRP] RP dans les RR
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Miami vice city :: » Coral Gables :: » Starbucks-
Sauter vers: