AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Quand deux sportifs se croisent (Soso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Quand deux sportifs se croisent (Soso)   Sam 7 Fév - 21:09

Il était dans les alentours de dix-sept heures lorsque je décidais de sortir faire un tour alors que ça faisait une heure ou deux que j'avais fini les cours. J'avais longtemps hésité sur le programme de la soirée : un tour au gymnase, un tour dehors, ou rester cloîtrer à l'intérieur pour réviser. Le choix avait été très difficile parce que tout m'avait tenté ! Je n'étais pas un fin admirateur des révisions, mais si je voulais réussir mes études, je n'avais pas franchement le choix alors pour ça, je prenais sur moi. Aujourd'hui, j'avais eut plus d'interrogations que de cours à proprement dit. Je n'avais donc pas grand chose à réviser et par ailleurs, j'avais déjà eut une ou deux surcharge au cerveau à force de rester concentré devant une feuille pendant plusieurs heures. C'était, entre autre, ce qui me fit barrer l'idée de réviser ce soir.

Par la suite, je m'étais longtemps poser la question si j'allais simplement faire un peu de basket ou autre au gymnase ou si j'allais me dérouiller les jambes en faisant un peu le tour du coin car il fallait avouer que je ne sortais pas beaucoup de l'enceinte de Wynwood. Miami était encore une ville qui m'était inconnue. Ce fut ce qui eut raison de ma réflexion. Au final, voir un peu de la ville me changerait les idées. Je n'étais toujours pas à l'aise dans le monde des Blancs et j'avais du mal à m'extérioriser dans leur monde. Un monde qui n'était pas sûr. Pour cette sortie, je n'eus besoin que d'un pantalon marron, léger, ainsi qu'un débardeur gris. J'avais attaché ma chevelure couleur ébène en queue de cheval car il était toujours possible qu'il y ai du vent dans la soirée, et ce n'était pas pratique de retrouver sa tignasse dans la figure pendant un petit sprint sympa à la plage. (ICI )

Oui, car la plage était bien ma destination. Je ne l'avais encore jamais vu, encore jamais foulé. Je savais pourtant qu'elle n'était pas loin mais je savais aussi qu'elle était très touristique, il y avait souvent foule. Mais là, à cette heure, je pense que ça devrait être un peu plus calme. Du moins je l'espérais. Lorgner les caucasiens en maillot de bain ne faisait pas partit de mes fantasmes. Je partis à pied. J'arrivais rapidement au abord de la plage de sable fin, blanc et encore chaud alors que l'astre du jour entamait déjà sa course vers l'horizon. J'avais pour habitude de vivre avec le soleil. De me lever quand il se levait et de me coucher avec lui. Depuis que je vivais à Miami, cette habitude était bouleversait et ça m'irritait. Je ne pouvais plus me coucher une fois toute lumière naturelle au repos à cause d'éventuelle révision et parfois je devais me lever avant lui car l'heure, c'était l'heure, qu'il fasse jour ou nuit.

Je ne pouvais qu'être ravi de voir qu'il y avait quasiment personne à la plage. Juste quelques âmes qui traînaient, d'autres qui se baladaient simplement ou qui profitaient du manque de monde pour promener leur chien. Je m'avançai vers le ressac quelques mètres plus loin. Mes baskets s'enfonçaient doucement dans le sable. Une brise agréable me souffla au visage et la vue de l'horizon disparu sous les eaux m'offrait un sentiment de liberté que je n'avais plus ressentit depuis que je vivais à Miami. Il n'y avait pas de plage là d'oû je venais après tout. Rien que des plaines arides et des montagnes forestières. Si la ville possédaient des choses que ma réserve n'aura jamais, l'inverse existait également. Ici, jamais je n'entendrais un troupeau de bison en exode, ou le hurlement d'une meute de loup en chasse. Ici, je ne pouvais qu'entendre les voitures qui criaient, de même que les habitants. Mais là, sur cette plage. Il n'y avait que la douceur du vent et le chant de la mer. Mes poumons s'embellirent de l'air vivifiant puis je lançais mes jambes au galop en traçant les foulées le long de la plage, non loin des vagues qui écumaient la rive sableuse, laissant ma queue de cheval virevolter derrière moi au rythme de ma course, soulevant de petits nuages de sable à chacun de mes pas. Le but pour moi n'était pas de trottiner bêtement comme le faisait les Blancs pour montrer qu'ils prenaient soin de leur corps, mais simplement de courir vite pour une dépense parfaite, avec pour seul objectif d'aller vite et de prendre plaisir sentir cette vitesse sur le visage, comme lorsque je dévalais les collines pour échapper à un groupe d'amis qui avait décidé de jouer à chat, ou lorsque je traçais à travers la plaine pour récupérer un cheval en fuite.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand deux sportifs se croisent (Soso)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand deux ne font qu'un
» Quand deux destins se croisent
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Deux routes qui se croisent [PV : Jonhattan] [Terminé!]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: