AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Welcome back [Aiden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Welcome back [Aiden]   Lun 16 Fév - 19:37

Le temps de terminer la clope que j'avais commencée, nous entrons dans la grande demeure. Je suis Lila, d'une démarche lente et nonchalante. Les mains dans les poches, j'observe les pièces que je découvre d'un air distrait, faussement intéressé. Le fait qu'elles soient en ordre ne m'intrigue même pas tant que ca. En fait, ce que j'observe surtout, c'est Lila. Le moindre de ses mouvements, ses réactions, ses émotions. Mais je ne veux pas qu'elle le sente comme quelque chose de pesant. Qu'elle me prenne pour quelqu'un qui la juge, car ce n'est pas le cas. Je pense qu'elle me connait assez depuis le temps. Je l'observe simplement en silence, m'assurant de son bien être, comme une sorte de protecteur.

Je la suis alors qu'elle m'entraine dans la cuisine. Elle sort une bouteille de whisky de son placard, ce qui ne m'étonne pas vraiment. Nous sommes des SM après tout, et elle connait mes goûts. Elle attendait cette occasion pour le retour d'Ed, mais comme il tarde, elle estime que notre retour à nous vaut bien ca. Derrière le comptoir, je saisis mon verre en cristal, trinque avec elle, et le porte rapidement à mes lèvres. Trop rapidement pour que ca paraisse naturel. C'est mon premier verre aujourd'hui. Avec toute cette route à faire et la fatigue, je ne pouvais pas vraiment me permettre de déconner. J'étais responsable de Lila. Et je tenais à rentrer rapidement.

Ce doux breuvage sonne comme une récompense bien méritée. Alors que l'alcool descend rapidement dans ma gorge, j'en savoure la sensation, avide. Oui, l'alcool m'a manqué aujourd'hui. Ces derniers temps, en vivant de nouveau à la rue, j'avoue que j'ai augmenté mon rythme de consommation, ce qui n'est pas rassurant pour moi qui suis déjà tombé dans l'alcoolisme. Mais il faut bien que je compense tout ca par quelque chose. L'alcool est l'une des seules choses que j'ai qui peut me faire oublier ma vie, m'apaiser lorsque je souffre, m'endormir dans mes insomnies. Lila se drogue. Moi je bois. Chacun ses méthodes. Sauf que me concernant, je ne me rend pas vraiment compte que j'en suis déjà à un stade critique -surtout que Lila a une sacrée descente également. Ce qu'il y a de bien entre nous, c'est qu'on se ressemble sur pas mal de points, notre façon de voir les choses, notre façon de vivre. Et elle ne me juge pas elle non plus.

Lila me propose de dormir ici cette nuit. Je la dévisage un instant, me demandant ce qu'elle entendait pas « dormir » ici, nous deux, sous un même toit... Mais comme elle l'avait dit, il était tard et nous étions fatigués du voyage. Bon, pour ma part, ca ne changera surement pas le peu de sommeil qui m'habite, mais elle, elle a besoin de se reposer, ca c'est certain. Pas d'ambiguïté donc, aucune. Je n'ai pas l'esprit mal placé. Nous sommes devenu des amis proches à présent, sans qu'il ne se repasse quoi que ce soit de plus entre nous. Alors pourquoi je pense à ca en cet instant? Je dois être fatigué, comme elle l'a dit.

« Ouais pourquoi pas ! »

Répondis-je innocemment. C'est vrai qu'il y avait largement la place ici. Et honnêtement, je suis soulagé qu'elle me propose de rester pour pouvoir la surveiller, je n'osais pas vraiment m'inviter, c'est pas mon genre. C'est sa première nuit ici après tout, elle pourrait être tentée de retrouver ses vieux démons. Elle a besoin de quelqu'un. Besoin de moi. Et puis, l'idée de retourner dans l'appart que je partage en colocation avec Mike et Soraya ne me réjouit pas vraiment. Je suis partie à l'improviste, j'ai tout plaqué un beau matin, sans dire au revoir à personne. Je ne veux pas revenir la dessus et devoir me justifier. Les collocs' c'est bien beau pour réduire le prix du loyer, mais parfois, c'est pesant pour un solitaire comme moi.

« C'est une bonne idée. »

Je bois de nouveau et vide mon verre, le posant sur le comptoir. Ca me fait tellement de bien. Je regarde Lila un instant pour partager ce moment. Elle a changé. Ca me fait trop drôle de la voir comme ca, ici. Ses cheveux sont plus longs, ca lui va bien. Elle est plus... femme. Lila... une femme. C'est presque drôle quand on y pense. Quand on a la connait aussi bien que moi. Mais même si elle traverse une mauvaise passe en ce moment, elle garde tout de même un certain charme la caractérisant. Sa détresse et sa mélancolie me touchent, m'attirent. J'ai envie de l'aider, de la protéger, de rester auprès d'elle. Je sais que j'en suis capable et je crois que j'ai besoin de me sentir utile pour quelque chose, pour quelqu'un. J'apprécie le fait qu'elle se raccroche à moi. C'est ce qui me fait exister.

Elle n'a pas l'air d'aller très bien. Elle me dit que tout ce qui lui vient en tête, c'est du négatif, puis elle vient se blottir contre moi.

« Oui, je sais... »

Répondis-je d'une vois grave. Comment ne pas repenser à tout ce que nous avions vécu ici en revenant sur ces lieux? Et comment ne pas constater que les choses ne sont plus ce qu'elles étaient... Ce qu'on aurait voulu qu'elles soient. Je comprend Lila et elle le sait. Nous compatissons dans nos malheurs, dans notre douleur, notre malêtre. Je ne suis pas du genre à la rassurer, à lui dire que la vie est belle et que tout ira bien. La vie est dure, féroce, impitoyable. Elle n'oublie rien, ne pardonne pas. Nous attend derrière chaque faux pas. Et des faux pas, nous savons comme il y en a eu pour tout deux. Si je connais mieux la vie de la jeune femme, elle sait également certaines choses à mon sujet lorsqu'elle savait poser les bonnes questions au bon moment, sans paraître trop curieuse. La mort de ma mère à ma naissance dont je ne me suis jamais remis, puis de mon père alcoolique... Ma jeunesse difficile avec pour seul soutien Ryan, la rigueur de mon grand-père qui m'a élevé et qui me tabassait. Mon parcours semé d'embûches, mon adolescence chaotique, ma fuite et ma vie dans les rues, ou devrais-je dire ma descente aux enfers. Les réglements de comptes, ce que j'ai du faire pour m'en sortir. Ma rencontre avec Jack et sa soeur Alma, puis Arizona... La mort de Jack. Ma venue à Wynwood, la trahison de Marissa... puis Arizona... Il y a bien sur certains points que Lila ignore encore et ignorera toujours, car c'est sans doute mieux ainsi. Il est des choses qu'on ne peut pas dire. Qu'on ne DOIT pas dire. Toujours est-il qu'elles sont bien là, ancrées en moi, telle une cicatrice qui ne se refermera jamais.

Alors que des tonnes d'émotions se heurtent à ma tête et mon esprit, Lila, toute petite dans mes bras, me demande si c'était une bonne idée de revenir ici. J'hausse les épaules.

« Où veux-tu qu'on aille de toute façon? On ne peut pas toujours fuir... Ici ou ailleurs, tu sais, ca ne changera pas grand chose. »

Je voulais m'en convaincre. Quelque part, j'étais attaché à ce lieu où j'avais passé les meilleurs moment de ma vie. Où je m'étais enfin trouvé une place, pour un temps. Alors même s'il y avait eu des souffrances, je sentais que ce n'était pas terminé, que j'avais encore des choses à faire ici. J'entoure de grands bras la jeune femme. Je respire son parfum. Je sens sa poitrine contre le bas de mon torse. Je la laisse m'étreindre le temps qu'elle voudra, le temps qu'il faudra pour aller mieux.

« On a plein de souvenirs ici. Tu peux penser aux bons aussi, à ceux qui ne te font pas souffrir du moins... »

Moi par exemple, j'évitais de penser à mon histoire avec Arizona. Car même si c'était de l'amour, et donc du bonheur à la base, c'était l'une des choses qui me faisait le plus de mal. Lila doutait de sa force maintenant qu'elle se retrouvait à Wynwood, le lieux où elle avait plongé, et c'était tout à fait normal. Je la rassurai de mon ton convaincu et déterminé:

« Du moment que je reste là, tu ne replongeras pas Lila, tu as ma parole. Je vais tout faire pour ca. Si quelqu'un te fait du mal ou essaie de t'influencer, dis-le moi aussitôt, je m'en occuperai personnellement. »

Si Lila me connaissait bien mieux à présent, elle savait également la violence qui faisait partie de moi. Elle savait que j'avais déjà tué, tout comme elle savait que je n'hésiterais pas à recommencer si on m'en donnait les raisons.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Welcome back [Aiden]   Ven 13 Fév - 21:21

La voiture s'arrête, je me réveille. Les rêves d'avant se volatilise, me laissant juste un sentiment de frustration. De quoi ai-je bien pu rêver. Mes yeux se posent sur le jardin. Je ne réalise pas encore où j'étais. Peut-être qu'Aiden s'arrêtait à cause de la fatigue. J'avoue que j'étais inutile pour le coup. Je n'avais pas vraiment conduit en chemin. Mais je partais du principe qu'Aiden était assez franc pour me demander de prendre le volant s'il le souhaitait. Et ça me plaisait d'être passagère. Quand il répond à ma question. Je commençais à peine à reconnaître l'entrée de la villa. Et en même temps, le chez toi me paraissait faux. Mais c'est vrai que c''était chez moi maintenant. J'ai le regard dans le vague, le temps d'une seconde. Et le temps d'une seconde les derniers événements douloureux déferlent dans ma mémoire. Je ferme immédiatement les paupières pour respirer un bon coup. La douleur, je déteste ça. L'instinct premier était l'envie d'éteindre tout ça à coup de médoc, mais j'avais les poches vides désormais. Peut-être qu'Aiden lit dans mes pensées. Je ne sais pas vraiment, mais il intervient au bon moment.

« Après tout ca, j'ai bien mérité que tu me paies un coup, non? »

Mes yeux bleus se tournent vers lui légèrement perdue, avant de lui sourire dans la foulée. Je l'aurais embrassé si je ne me posais pas autant de question. Il me soulageait d'un poids énorme. Je n'étais pas prête à être seule, je n'étais pas prête à revoir les autres. Je pensais à Dwight, à Shane. Surtout Shane, la tentation aurait été trop grande. Savoir qu'il pouvait avoir de quoi de me détendre dans sa poche, et je ne parle pas de son pénis, je lui ai bien assez fait de mal... Ça me fait quelque chose d'être de retour. Je revis à nouveau, mais je suis confronté à ces sentiments douloureux. Moi qui avait pris l'habitude de les fuir, ils me traversent de plein fouet.

-J'allais justement te le proposer ! Tentais-je de plaisanter d'un sourire morne.

J'ouvre ma portière et abandonne le véhicule dans l'allée pour sortir les clés de ma poche. La porte immense s'ouvre dans un grincement ignoble. Elle mériterait d'être huilé la pauvre. Dieu sait combien de temps elle n'a pas servi. Je crois que Zoe n'a pas eu le temps d'arrivé. Je sais qu'elle devait faire un passage. Quand ? C'était son problème, elle avait les clés, et je n'étais pas matériel. En fait, elle pouvait même vidé la villa et revendre les meubles que ça ne me ferait ni chaud ni froid. J'étais devenue une coquille vide grâce à cette cure. Me rendre compte que je dérangeais les gens par ma présence. Que je n'avais plus aucune influence. Pire encore, j'avais l'impression d'être devenue une nuisance. Seul Aiden était resté. Dans le hall, Aiden me suit. J'allume la lumière. Tout est nickel. Je crois que j'avais embauché quelqu'un ranger avant qu'on me retire mon argent. J'espérais encore que Eddy revienne, mais je commence à me faire à l'idée qu'il m'a abandonné lui aussi. Je me retourne sur Aiden. Ses yeux intenses m'observent et le souvenir d'une nuit haute en couleur me revient en tête. C'est vrai que j'ai toujours eu un penchant pour lui physiquement. Alors ça me fait sourire. Le lien qui s'était créer ces derniers mois, était loin d'être ce que j'avais imaginer de lui dans le passé. Je fais un signe de la tête pour l'attirer dans la cuisine. Une style américaine, un peu poussiéreuse mais parfaitement rangé. J'ouvre le placard et trouve le vieux whisky d'Eddy.

-Je voulais pas toucher cette bouteille parce que j'ai toujours cru qu'Ed reviendrait. Mais je crois qu'il me pardonnera l'écart.

Nos yeux se croisent et je laisse planer un sourire calme sur mon visage. Je sors deux verres en cristal. Nous serre chacun un verre. L'alcool n'a jamais fait partie de ma cure et je n'étais pas fan des cuites de toute manière. Même si j'en ai eu de mémorable, je n'ai jamais bu seule. Je fais glisser le verre sur le marbre du plan de travail de la cuisine. Je me tiens derrière et porte le miens entre mes doigts. Les ongles complètements rongés. Faut bien passé ses nerfs sur quelque chose ! Je lève mon verre.

-A notre retour !

Je trinque avec lui. Je fais même passé mes cheveux derrière mon oreille comme une vrai fille. Mes cheveux ont poussé là bas. Et j'ai pas vraiment pris le temps d'aller voir un coiffeur. Je me trouve pas mal comme ça en fait. J'ai l'impression que ça me vieilli, ou plutôt que ça m'assagit, enfin d'apparence. Putain, vivre sans drogue, ça laisse le temps à votre cerveau de tourner trop vite. Je passe du bon au mauvais en un clin d’œil. Mes lèvres cherchent l'alcool avide et c'est d'une bonne gorgé que je fais coulé le sky dans ma gorge. Brûlant au passage tout mon œsophage.

-Il est tard et t'a roulé toute la journée presque. Tu veux pas rester dormir ici cette nuit ? Ya bien assez de place pour nous deux dans ce château !

J'exagérais, mais c'est vrai que pour moi toute seule, je trouvais ça grand. J'ai même envisager de donner la maison aux SM pour en faire leur QG. Mais je ne suis plus sure de faire partie de la confrérie désormais. Je ne sais plus sure d'y trouver que des amis maintenant. Encore une pensée qui me fout un coup derrière la tête. J'ai envie de me servir un autre verre mais manquerait plus que je sombre dans l'alcool et je suis bonne pour vieillir dans une clinique.

-Putain Aiden, comment ils font les autres avec leurs émotions. T'es là et pourtant tout ce qui me vient en tête c'est le négatif.

Je frissonne un moment. Je me sens tellement égoïste en ce moment en plus. Les mots d'une patiente me revient en tête. Elle m'a dit que j'avais de la chance moi. Qu'au moins, des gens se souciait de mon cas. Que je devrais arrêter de me prendre pour le centre du monde et me réjouir de ce que j'ai. Pour l'instant, je ne vois qu'Aiden, et il est tout ce que j'ai. Alors je sais pas pourquoi, je vais dans ses bras. C'est assez répétitif ces derniers temps. J'ai besoin qu'il m'entoure dans ses bras, j'ai besoin d'un contact physique. En fait j'ai peur de revenir. J'ai peur du regard de mes amis, j'ai peur de revoir Dwight, j'ai peur de refaire face à Matt. Je sais qu'il m'en veut. Il n'a pas répondu à un seul de mes messages. Je resserre l'étreinte sur Aiden. Putain, ça aussi, je le remarque. Je l'avais déjà noté avant, mais Aiden est sacrément musclé. Wyatt l'était mais il était du genre mince comme garçon, Isaac pareille. Aiden, j'ai l'impression de serrer une statut grecque contre moi à chaque fois. Mais son odeur de cigarette et maintenant d'alcool me rassure. Elle se mélange à l'odeur de la route de son savon. Ça m'apaise.Voila que je me laisse bercé par des détails maintenant.

-Tu crois que c'était une bonne idée de revenir ici ? Demandais-je toujours dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Welcome back [Aiden]   Mar 10 Fév - 19:57

Je n'avais pas été d'accord avec Matt lorsque j'avais appris, il y a de cela quelques mois déjà, qu'il avait envoyé Lila en cure de désintoxication. Certes, je voulais qu'elle s'en sorte et mon expérience me disait que ce n'était vraiment pas simple. Mais je ne pensais vraiment pas que ce centre dans lequel elle allait rester enfermer, prisonnière, était la bonne solution. Après quelques sms échangés avec la dite demoiselle, j'avais décidé de tout plaquer pour aller la sortir de cette galère. Car je n'étais pas son amis le plus proche, mais j'avais sentis qu'elle était très mal et que ce n'était pas la solution pour elle. J'allais l'aider, l'épauler. Dans ces moments là, la chose la plus importante et le soutien. Le soutien d'un proche. Pas de tas de médecins, infirmières et gardiens qui n'ont de cesse de nous faire la moral et de nous prendre pour des patients malades, des fous... des cons.

Lila m'avait sauté dans les bras lorsque j'avais débarqué ce jour là, complétement à l'improviste. J'étais comme ca, libre comme l'air. J'étais partis d'un coup de tête, sans penser aux conséquences, à mes études... Mon amie avait besoin de moi, c'était le plus important. J'étais le seul à pouvoir l'aider. Et j'avoue que me sentir utile durant cette période difficile pour moi allait me faire le plus grand bien. En effet, Zona m'avait trompée puis était partie. Alma l'avait rejoint à Los Angeles en octobre. Ryan n'était plus là. Et j'étais un peu en froid avec Matt à cause de Lila... Ma présence à Wynwood perdait de plus en plus son sens.

« Je vais te faire sortir de là Lila, tu as ma parole. Tu vas sortir. »

Lui avais-je murmuré sur de moi, car je savais que d'une façon ou d'une autre, nous arriverions à nos fins. Je voulais qu'elle reprenne confiance en elle, et en moi. Je suis allé la voir régulièrement. De plus en plus souvent à vrai dire. Elle me parlait de tout. De sa vie, ses envies, ses idées. Ses peurs... la trahison qu'elle avait subie. Bien que je ne sois pas du genre à m'attarder sur le physique des gens, j'avais remarqué à quel point elle avait maigris, ca en était très inquiétant. Heureusement, j'avais l'impression de la voir reprendre des forces un peu plus à chaque fois, sans doute y étais-je pour quelque chose. J'avais réfléchis à un plan pour la faire sortir de là de façon radicale, comme je l'avais fait avec Grace lorsqu'elle était à l'hôpital suite à son accident avec Ed. Mais j'avais rapidement compris que ce centre était blindé de partout et que c'était mission impossible. Je ne tenais pas à me faire enfermer moi aussi, déjà qu'on m'autorisait à venir avec mon air de type des rues qui n'inspire pas confiance, je ne voulais pas en rajouter. J'avais pris mon mal en patience, et voyant qu'elle allait mieux de jours en jours, je finis par la faire sortir de façon légale. Une grande première pour moi. Je me suis porté garant de sa sobriété, et sans plus attendre, nous voilà en train de sauter dans la voiture direction Miami.

Sur la route, il n'y a plus aucunes limites. Je sens Lila savourer sa liberté retrouver, ce qui me réjouit également. Je suis heureux, pour la première fois depuis des mois. J'ai réussis dans cette mission que je m'étais donnée, cette promesse que j'avais tenue. De l'extérieur, j'ai mon air impassible, mais Lila qui me connait très bien maintenant peut sentir que je partage sa joie. Pendant 4 jours, je roule comme un dingue, ce qui n'a pas l'air de trop déranger la demoiselle à mes côté. Je n'ai pas beaucoup d'argent, pour pas changer, et pour faire le plein d'essence, il nous arrive d'utiliser des méthodes peu recommandables sur lesquelles je préférerai ne pas m'attarder. De temps à autre, je roule moins vite, voyant que Lila s'est endormie. C'est d'ailleurs le cas lorsque nous arrivons à la villa Bird où elle m'a chargé de la raccompagner. Partout où nous passons, c'est ravagé.

« Le calme après la tempête... »

Déclarai-je sombrement en arrêtant la voiture devant l'entrée, me demandant si les personnes auxquelles je tiens encore ici n'ont rien de grave. Lila se réveille et me demande où on est.

« On est chez toi. »

Répondis-je en me tournant vers elle pour voir sa réaction. J'imagine qu'elle est très heureuse de rentrer et de retrouver sa vie. J'espère profondément qu'elle est assez forte à présent pour ne pas replonger. J'ai juré de la surveiller, et je compte bien remplir cette tâche. Nous sortons de ma voiture, les portes claques, tout est calme, morbide à vrai dire.

« Après tout ca, j'ai bien mérité que tu me paies un coup, non? »


Déclarai-je histoire de détendre un peu l'atmosphère. Je comptais m'assurer que la jeune femme aille bien avant de repartir, quitte à passer la nuit chez elle s'il le fallait. Je ne voulais pas être chiant, mais Lila avait compris qu'elle avait besoin de moi. C'était un commun accord pour nous aider à aller mieux l'un l'autre. Comme c'était étrange de revenir ici après ces mois de vie en nomade. Si Lila logeait au centre, j'étais pour ma part resté à la rue, retrouvant mes vieilles habitudes pour survivre à la faim, au froid et à la tentation de retomber dans l'alcool. Livré à moi-même. Et durant cette période, c'était Lila, Lila et personne d'autre, qui avait donné un sens à ma vie, un but.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Welcome back [Aiden]   Lun 2 Fév - 22:09


A la quatrième semaine de cure, plus aucune substance narcotique naviguait dans mes veines et seule restait la peine. La peine de savoir ma mère mourante, la peine d'avoir été abandonnée dans cet endroit. La peine de voir tout ceux que j'aimais m'abandonner pour de meilleures aventures. Les seules loisirs se résumaient à jouer aux cartes avec Zoé, taguer les murs avec des craies. On était pas loin de l'asile psy à ce niveau. Je perdais la notion de temps et de jours. Samedi ou mercredi ? Chaque jour c'est la même chose, un semblant de quotidien rythmé par les repas et les activités de groupes. Puis un matin on m'a donné le droit d'avoir mon téléphone quelques heures par jour. Juste assez pour me rendre compte que peu de gens m'avaient répondu. Un vide m'envahis quand je calcule le nombre de réponses reçues à mes envoies de sms. Si bien que j'avais renoncé à mon téléphone.

Puis on m'appelle aux visites. Au début, j'ai pensé à Matt ou mes parents. Comme d'hab c'est les seuls à venir. Mais c'est à eux que j'en veux terriblement. J'ai appris que mon père était redevenu mon tuteur légal, même financiers. J'étais majeur sans aucuns des droits. Youpi ! J'avais refusé, mais l'infirmière m'assura qu'il s'agissait de quelqu'un de nouveau. Ses yeux avaient brillés quand elle le qualifia de sacrément sexy. J'arquai un sourcil. Qui ? Mon cœur espère inconsciemment Edward. Même Isaac ferait l'affaire. Mais Isaac, il est pas sexy, il a juste une sacrée personnalité. Sceptique j'avançais dans le couloir tel un zombie. Je n'avais aucune envie, aucune énergie. Tout ce que je ressentais, c'était le vide. Je détestais cet endroit. Et tout espoir s'était évadé. Dans cet endroit, il me forçait à penser à ce que je ne veux pas réaliser. Et tout ce qui me vient en tête, c'est ceux qui sont partis, ceux qui vont partir. Puis j'ouvre la salle, on dirait un parloir, sans les surveillances obligatoires. C'est plus confortable. L'air y est plus respirable, la confiance y est plus présente qu'une prison. Je traverse le couloir, la fille de l’accueil me sourit, mais je me sens incapable de le lui rendre. La porte s'ouvre sur un homme debout, en train de lire les tableaux de publicités. Ceux blindés de posters «La drogue c'est mal, appelez nous, blablabla ». Il se retourne et son visage me reste inconnu l'espace d'une seconde. Tellement préparée à voir quelqu'un à qui j'en voulais que je ne m'attendais pas à le voir ici. Aiden.

Il me faut un instant pour réaliser, qu'il ne s'agit là, pas d'un tour de mon esprit torturer. Quand enfin je comprends que c'est vrai, que l'infirmière n'a pas mentis, je me jette telle une gamine dans les bras d'Aiden. On a jamais été les amis les plus proches du monde, mais il venait de faire un bon dans mon cercle de proche et sa présence eut le don de me faire tomber en larmes. De soulagement. Je m'étais serré si fort contre lui ce jour-là que je ne me souviens même plus comment cette journée a fini. Tout ce que je sais c'est que je m'étais sentie soulagée. Et que pour une fois en un mois, j'avais vraiment eu l'impression d'avoir un allié à l'extérieur.

Avec le temps, il était passé régulièrement et étonnement, c'était plus facile de parler avec lui, qu'avec n'importe qui. Il ne m'analysait pas, il ne me jugeait pas, il ne me conseillait pas. Il m'écoutait et me supportait. C'était tout ce don j'avais besoin. Si il me permettait d'alléger la situation à la clinique. Je vis tout de même Zoé partir avant moi. Alors qu'entre nous, la plus junkie des deux, c'était clairement elle ! Avec mes parents c'était compliqué. L'état de ma mère allait de mal en pie et je mourrais à chaque fois que je la voyais. J'étais terrifiée. Je ne savais plus combien de temps il me restait avec elle. Mais je n'ai pas envie de me rappeler d'elle ainsi. Dès qu'on abordait le sujet de ma mère, en thérapie ou avec Aiden, je me mettais à pleurer. Mike, Ed, puis ma mère. J'étais en train de me demander si ce n'était pas moi qui portait malheur. J'avais besoin de sortir de cet endroit. Pratiquement 4 mois que j'y suis. Je mérite un peu d'air frais ! Je mérite de vivre. Aiden m'aida à sortir. De manière plus « légal ». Si mon père restait le tuteur financier de ma personne, Aiden jura d'être le garant de ma sobriété. Ce qu'il était, ce qu'il avait fait pour venir ici, les lois qu'ils transgressaient. Je m'en tapais complètement. Et puis, grâce à lui, à ses visites, je me sentais plus vivante, mieux. Parce que sans son soutien, j'aurais jamais pu avancer. Un partie de ma conscience savait que Matt et mes parents avaient raison et qu'ils ne voulaient que mon bien. Mais la méthode m'avait tellement blessée. Je me sentais tellement trahie. Il me fallait du temps.

Avec Aiden, la valise de la clinique bouclée, on avait pris la route, pour un retour à Miami. En voiture, la route s'annonçait longue. Mais pour Lila, c'était un soulagement. Il n'y avait pas mieux pour se sentir libre de ses mouvements. Rouler sans fin, sans limites. Emprisonnée pendant des mois, isolée du monde entier. Elle ne demandait qu'à ressentir l'air chaud et pollué des routes. Presque quatre jours de voyages, une nuit au motel et deux dans la voiture. Lila n'avait pas vécue sans argent depuis un sacré baille. Et bizarrement, elle trouvait ce mode de vie plus sain que ces deux dernières années. Sur la route, pendant qu'Aiden était trop concentré à conduire pour parler. Lila repensait à Mike. A sa manière de vivre. A sa façon d'envisager le futur. L'homme avait fait le tour des Amériques sans un rond en poche. Lila... presque rien. Ça lui faisait réfléchir aux différents buts de sa vie. Les études n'avaient plus aucun intérêt à ses yeux. L'ambition n'était qu'un mot parmi tant d'autre.

C'est endormie et à la nuit tombée, que la voiture se gare devant l'immense allée mal soignée de la villa Bird. Autrefois somptueuse et élégante. Les jardins n'avaient plus aucunes tenues, l'herbe avait poussée à outrance pour ensuite se brûler au soleil et offrir un sol sec et brun. L'ouragan avait apporté son lot d'arbres couchés dans la cour et ses feuilles mortes formaient un épais tapis tout autour de la maison. L'arrêt la réveille en un instant. Un long soupire, les yeux vitreux, elle se tourne vers Aiden en baillant et se frottant les yeux.

-On est où là ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Welcome back [Aiden]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome back [Aiden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: