AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 EVENT Tempête : Groupe 7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Mer 11 Fév - 18:31

Interaction : Soma, Marcus(PNJ)
Mention : Logan, Shin



Aucun réponse de la part du jeune homme qui désirait sortir. Cependant, il fit le bon choix de ne pas tenter de diable et alla faire comme tout les autres faisaient : pianoter sur son téléphone. N'étant pas pourvu de cet appareil laveur de cerveaux, je n'avais pas grand chose à faire à part regarder le déluge dehors. Soudain, je sentis une main sur mon épaule. Je tournais mon regard sur le visage familier de Soma qui me dit :

"Salut mec, je t'avais pas vu. T'es là depuis longtemps ?

Je me tournais entièrement vers lui et afficha un sourire. Enfin une tête que je connaissais ici. Que je connaissais depuis peu il fallait dire. On s'était rencontré au même endroit et un peu par hasard à vrai dire. Il était un RK, comme je l'étais désormais et un peu grâce à lui. Il était très gentil, le fils entre nous était passé rapidement. C'était un amoureux du sport, c'était un peu normal que l'on s'entende bien.

- Soma ? C'est drôle, je n'avais pas remarqué ta présence non plus. Non pas depuis très longtemps, je faisais un peu de basket dans le coin là bas jusqu'à ce que la tempête débarque.

Je crois qu'on va être bloqué ici un moment. Au moins le temps que ça se calme."

J'hochais la tête.

- J'en ai bien l'impression.

Puis au bout d'un moment, je me disais que cela ne changera rien de contempler la colère de Mère nature en attendant qu'elle se calme. L'idée de m'occuper avec le ballon me tirailla mais à peine je fis volte face qu'un bruit assourdissant se fit entendre dans le gymnase. Après quoi, les lumières s'éteignirent. Nous voilà tous plongés dans le noir total. Enfin, presque total si on ne comptait pas les écrans de téléphone allumés. Un cri apparu dans l'obscurité. Quelqu'un hurlait de terreur, probablement effrayé par le noir soudain. Me tenant près de l'entrée, je me sentis soudainement bousculé par quelqu'un (Marcus) qui se dirigeait précipitamment vers la sortie. Je ne pouvais voir que sa silhouette à travers les jets de lumière lancés par les éclairs extérieurs mais dans la pénombre, j'avais plutôt une bonne vue et au naturel j'étais pourvu de bons réflexes, chopant le jeune au passage par les épaules pour le raisonner un peu. A l'aide d'un gadjet, Soma parvint à mieux éclairer les lieux.

J'entendis alors un bruit, comme quelque chose qui tombait au sol. L'écran d'un téléphone attira mon regard. Il était tombé par terre et éclairait par hasard le visage du jeune homme qui voulait sortir au départ, en proie à d'horribles spasmes. Mes yeux s'agrandirent légèrement. Je n'étais pas un gros sensible sur le sujet et le voir faire sa crise, c'était certes impressionnant mais ne me gênait pas plus que ça. Ce qui m'inquiétait réellement, c'était le risque qu'il courait. Hélas, je n'avais que peu de notion en médecine, je ne savais pas vraiment quoi faire. Je m'approchais du jeune en proie à son epilepsie, j'essayais de me souvenir quoi faire dans ces cas là. Il me semble qu'il ne fallait pas y toucher et veiller à ce qu'il ne se cogne dans rien. Bon, je ne voyais pas trop de danger autour de lui, pour le peu que je pouvais voir. Soudain, je remarquais qu'il tenait une carte dans sa main mais un jeune asiatique (Shin) me devança. Il avait l'air de s'y connaître. Je retournais alors près de l'autre qui hurlait sa peur du noir pour tenter de le calmer sans le brusquer.

Résumé : Toka discute avec Soma, et tente de calmer celui qui hurle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Mar 10 Fév - 22:24

Interactions: Tokalah, Haven
Mentions: Logan, Tae, Shin, Le taré

Je ne sais pas ça fait combien de temps que je suis la, un long moment c'est tout ce que je peux dire. Plusieurs heures même. Je me souviens être parti et il faisait un temps radieux, j'étais loin de m'imaginer que cela allait prendre une tout autre tournure. Je suis dans la hall de sport, j'avais fini ma séance de muscu et cela faisait plusieurs heures que je cognais sur mon sac de frappe. C'était la particularité de la Hall de sport de l'université, on y trouvait de tout et c'était bien pratique pour les gens comme moi qui passait leur vie au sport. Pour ma part c'est mon métier qui me demande cette rigueur et ce culte du corps. Parfois ce sont mes vieux démons qui reviennent et qui font que je me retrouve comme aujourd'hui à évacuer tout ça. Un simple gilet à capuche noir, capuche fourrée sur ma tête, cachant totalement ma chevelure, un long t-shirt noir, un survêtement, des bandes sur les mains et des chaussures de boxeurs, voila de quoi est faite ma tenue. Je sais qu'il y a du monde dans la salle où je me trouve mais je ne sais pas qui puisque je suis dans un recoin dos à tout ce peuple, cela me permet de rester concentré sur ce que je fais. Puis j'ai ma musique à fond donc je ne calcule rien ni personne, pas même la pluie et le vent qui sont de plus en plus violents. Ce n'est qu'après plusieurs minutes à enchaîner les coups de poings et pieds que je daigne faire une pause, je me dirige vers mon sac que je n'avais certainement pas laissé au vestiaire puisque à l'intérieur se trouvait mon fidèle et dévoué ordinateur, il ne me quitte jamais, mes quelques câbles nécessaire à la survie de mon matériel informatique. Ma serviette, deux grands bouteilles d'eau et ma trousse de soin. Enfin trousse de soin, c'est un bien grand mot, juste des bandages, de la bombe de froid, de la pommade contre les coups, du désinfectant, des pansements, bref pas de quoi arrêter une hémorragie mais assez pour les pépins du quotidien sportif. Ce qui m'intéresse en l'occurrence c'est la bouteille d'eau et la serviette. Je les attrape et essuie mon visage dans un premier temps, je prends une énorme gorgée d'eau et c'est à ce moment que je remarque les gens qui s'attroupent. Instinctivement j'enlève un de mes écouteurs et marche tranquillement pour voir pourquoi ils sont tous là. Plus j'avançais plus je voyais ce qui se passait. Mes sourcils se fronçaient en pensant à Olivia et mon frère. De tête Ryoma est à la maison avec les parents mais ma cousine ? Il était clair qu'on ne pouvait pas sortir du bâtiment, mes yeux se tournèrent d'ailleurs sur un garçon qui parlait à voix haute pour pester (Logan) et je remarquais Tokalah lui faire une remarque pour le coup judicieuse. Je m'approchais de l'Amérindien et posait ma main droite sur son épaule une fois à sa hauteur.

"Salut mec, je t'avais pas vu. T'es là depuis longtemps ? Je crois qu'on va être bloqué ici un moment. Au moins le temps que ça se calme."

J'avais fait la connaissance de ce gaillard dans ce même endroit la, quasiment pour les mêmes raisons qui font que je suis présent dans cette pièce aujourd'hui. On avait sympathisé, il aimerait intégrer les RK et je l'aide. Nous ne sommes pas les meilleurs amis du monde, mais c'est un mec que j'apprécie, c'est mon cadet et je le guide comme je le peux. On discute de tout et de rien parfois, on peut donc considérer que nous sommes de bons potes. Oui c'est exactement cela. Je ne faisais que suivre du regard le jeune homme qui avait pesté, je ne le connaissais pas. Il faut dire que je ne suis de retour que depuis peu donc je ne connais personne. Après un échange avec Tokalah je retournais vers mon sac en scrutant la pièce. J'y voyais d'autres asiats, à croire qu'on commençait à arriver en masse à Miami (Tae, Shin) ce qui me fit me sentir moins seul pour le coup. Un grand bruit se mit alors à résonner. Je lève les yeux au plafond et l'électricité se met à disparaître. Je roule des yeux, super.. Je ne suis clairement pas rentré. Je m'inquiète pour ma chère et tendre cousine car après un échange bref de sms avec mon frère il me prévenait qu'il était avec les parents à l'abri. En revanche Olivia, que dalle. Je supposais que c'était le réseau. Je mettais mon téléphone en mode ultra économique histoire d'économiser de la batterie car j'avais un mauvais pressentiment. Je ne mettais pas trompé en entendant un garçon, tout du moins c'était un cri d'homme, pousser des hurlements à tout va. Il voulait sortir. Je ne m'en occupais pas pour le coup, si il a envie de mourir et s'envoler c'est son problème après tout, mais c'était chiant quand même. Je n'avais pas encore remarquer qu'un jeune homme faisant un malaise à cause du manque de visibilité, j'attrapais alors un petit gadget que j'enclenchais dans mon portable. C'était une petite batterie autonome universelle que je trimbalais toujours sur moi, simple précaution du geek que je suis.

Au moins c'est clair je ne suis pas prêt de tomber en rade c'est déjà ça. Je me tournais alors en remarquant finalement deux trois personnes (Haven, Shin et Logan) dont un qui était au sol et semblait faire une sorte de malaise. L'asiatique l'aidait tandis que la jeune femme s'approchait d'eux. Je la regarde, je plisse mes yeux, ironique quand on sait que je suis japonais et la je me bloque sur place. Je ne suis pas sur de moi et ce n'est que lorsqu'un éclair retentit, illuminant à travers les vitres la pièce que je vois ce visage si familier. Elle s'est assise. Je reste la, debout, ignorant totalement les cris de l'autre dément pour le coup. C'est impossible.. Je veux dire, elle m'aurait prévenu non ? Impossible que ce soit elle. Un autre éclair, de la lumière, je vois son visage et je me décompose presque sur place. Je cherche une explication et mon cerveau tourne à mille à l'heure. Je revois en flash nos baisers, notre relation, ce lien si fort qui s'était dressé et surtout beaucoup de peur. Oui de la peur. La peur d'accepter son mode de vie à l'époque, qui elle était. La plus grande erreur de ma vie était la devant moi, assise tranquillement et elle n'avait même pas déniée venir me parler ou me prévenir de son retour, elle qui était partie si brièvement, sans même un au revoir. Je m'approche d'elle, jetant rapidement un coup d'oeil à celui qui était allongé, il avait bel et bien fait un malaise mais pour le coup je ne m'en occupais pas. Je m'approche de la jeune femme et me poste face à elle, respectant tout de même le périmètre d'intimité. Ma voix s'élève, peu sûre d'elle. Je suis décontenancé et ça s'entend.

"Salut Coleen ... Tu aurais pu me dire que t'étais revenue... Surtout après être partie comme ça.."

Je la regarde, j'essaye du moins, il n'y a aucune lumière quasiment mais mes yeux s'habitue peu à peu, il n'y a que la petite lumière de mon fond d'écran de portable qui me permet de voir un peu mieux ses traits. Jusqu'à ce flash du tonnerre qui inonde de nouveau la pièce. Mes yeux capturent alors son regard et je m'aperçois tout de suite de mon énorme erreur. Putain c'est pas possible on dirait un doppleganger la fille. En somme, un double, un sosie. Je regarde la fille puis je reprends rapidement sur ce même ton incertain.

"Désolé, soit je confonds et auquel cas tu es vraiment le sosie d'une ... D'une fille que je connais, et j'aurais l'air un peu bête. Soit c'est toi et la..."

Ca fait plaisir. Ces mots n'arrivent pas à sortir car mon attention se porte à la fois sur la jeune femme, le taré et le mec allongé au sol. Le taré à l'air d'être assez en forme pour hurler, la fille ne va pas s'envoler mais le mec allongé je ne sais pas. Il a l'air entre de bonnes mains en tout cas pour le moment, et si besoin est j'apporterais mon aide, même si je ne pense pas pouvoir être hyper utile. Par contre l'autre hystérique devenait pénible, j'avais bien envie de l'assommer pour le faire taire mais je ne pense pas que ça soit une bonne solution. Je passais une main dans mes cheveux pour remettre en place deux trois mèches rebelles tout en regardant de nouveau la jeune femme d'un oeil furtif, histoire de ne pas être trop insistant. C'est dingue comment elle lui ressemble. Je sentais une boule dans mon estomac. Je ne pense pas que ce soit elle dans le fond, pourquoi elle ne m'aurait pas prévenu ? Bon elle n'a aucun compte à me rendre après tout mais quand même, on était pas juste des.. Potes. Puis je sais pas, j'en aurais entendu parlé donc c'est forcément une erreur ! Enfin dans le fond, j'espère que non et que si c'est elle, je pourrais peut être réparer l'erreur que j'ai commise dans le passé. Après si c'est elle et qu'elle n'a pas jugé bon de me prévenir c'est qu'elle a une dent contre moi, ou qu'elle s'en fout royalement, ce qui m'arrache une vague d'agacement rien que d'y penser.

HRP: Si ça va pas n'hésitez pas à me le dire :) et désolé des fautes j'ai pas relu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Mar 10 Fév - 20:07

Intéractions: Tae, Shin et indirectement Logan
Mentions: Tokalah, Eric, Greg

Le sport était pour Haven un devoir, mais surtout quelque chose qui lui permettait de se dépenser. Elle pouvait penser à autre chose, mettre de côté ses démons qui, au fur et à mesure des mois commençaient à se faire vieux et pourtant, elle avait encore l’impression que c’était hier. Assise sur le rebord de la piscine annexe à la salle de sport, elle fixait l’eau. Un regard vide et pourtant, elle ne cillait pas. En réalité, après une bonne dose de sport, elle reprenait son souffle, doucement et totalement perdue dans ses pensées. Ses cheveux mouillés dégageaient une goutte, de temps en temps, qui se frayait un chemin sur son visage sans aucune réelle expression. Dans la piscine, d’autres sportifs, mais elle n’y fait pas attention. Elle ne les regarde même pas. Seul le bruit du vent finit par la sortir de ses pensées. Allez ma grande, il est temps de te bouger. La sigma mu se lève et se dirige vers les douches et enfin les cabines où elle se change et enfile un pantalon noir, un pull gris et une veste en cuir. Une fois dehors, dans le vestiaire, elle se contente juste de se regarde une fois dans le miroir et puis quitte l’endroit pour rejoindre la grande salle. Là aussi, certains s’entrainaient et se dépensaient et pour le coup, il n’y avait que des hommes. Haven s’avance et se stop à hauteur d’un asiatique.

- Et merde ! Je crois que je n'ai pas fermé la fenêtre...
"Je pense que tu vas passer une partie de la soirée à éponger l’endroit où tu vis."

Elle lui adresse un sourire et puis, pas assez insouciante pour aller dehors par un temps pareil, elle s’assied sur un banc se trouvant à deux pas du jeune homme. Elle y dépose son sac de sport et s’installe. L’adrénaline que lui avait procuré la natation lui donnait la sensation de planer et la mettait dans un état de somnolence. Une fois de plus, elle fixe une fenêtre, sans vraiment la regarder. Elle était ailleurs, encore dans ses pensées. Un bruit au-dessus de leur tête et automatiquement, elle lève les yeux, comme un autre jeune homme qui râlait de devoir rester là. Il peut y aller, si ça lui chante, au final personne ne le retient. Elle, elle ne le connaît même pas et elle n’est même pas en mesure de lui donner quelconque conseil, surtout qu’un autre jeune homme (Tokalah) l’avait déjà fait. Elle regarde les personnes autour d’elle et puis, finit par attraper son portable. Elle envoie un premier texto à Eric, elle espérait qu’il était bien à l’abri et pas quelque part sur son vélo. Elle lui avait demandé d’aller à la banque, mais elle ne savait même pas quand il comptait le faire et pour le coup, elle priait tous les deux qu’il pouvait exister sur cette terre pour qu’il n’y sois pas aller. Pas cette fois. Le message envoyé, elle regarde une fois de plus le plafond qui continuait à effrayer le monde qu’il abritait. Et S’il s’envolait ? Haven visse ses écouteurs dans ses oreilles et continue à regarder le temps qu’il fait dehors. Elle qui pensait que Miami était à l’abri de tous ce que New-York pouvait subir, elle s’était bien gourée.

Maintenant, c’est au tour de l’électricité de faire des siennes et de s’éteindre totalement, non sans un hystérique qui est en train d’hurler à exploser les tympans de tout le monde. Haven regarde une première fois une des jeunes présents s’asseoir et puis continue à écrire son texto pour Eric et lui dire que l’électricité vient de s’éteindre. L’autre continue encore à hurler et Haven n’a qu’une envie, le foutre dehors vu qu’il a tellement envie de sortir et ce, même par un temps pareil et plus loin, elle jette un regard sur le type qui s’est assis un peu plus tôt. Il lui faut une quinzaine de secondes pour comprendre qu’il est en pleine crise d’épilepsie quand elle  voit son voisin, asiatique aussi, se presser à lui venir en aide. Sans vraiment prévenir, elle se lève et se dépêche à rejoindre le jeune homme pour lui venir en aide. Elle n’y connaît rien en médecine, juste les premiers secours qu’elle a appris à l’armée. Dans la main du jeune homme, une carte et sans réellement la prendre, elle déchiffre une phrase, qui est de soutenir sa tête sur quelque chose de mous. Elle enlève son pull, se retrouvant avec un simple t-shirt et le plie. Elle soulève délicatement la tête du jeune homme en plein malaise et glisse son pull en dessous de sa tête et ne sait pas quoi faire d’autre pour l’aider. Elle relève la tête vers le jeune homme, prêt à aider également.

« Je sais pas ce qu’il faut faire d’autre, ils disent quoi sur la carte ? »

Après être venue en aide à l’étudiant en détresse, l’autre hystérique continuait à hurler un peu plus loin et honnêtement, si elle ne sortait pas tout juste de l’armée, probablement qu’elle l’aurait foutu dehors. La jeune fille va s’asseoir plus loin, parterre, contre un mur et attend que le temps passe. En fait, elle a juste envie de sortir. Elle regarde une dernière fois le garçon épileptique et prend son portable pour composer le numéro d’Eric. Lorsqu’il décroche, elle entame la conversation :

« Rico, t’es toujours à la banque j’espère ? »
« Oui j'y suis toujours avec mon cher cousin qui n'arrête pas de répéter qu'il t'envoie des messages... Tu es bien a l'abris toi aussi j'espère »
« Greg ? Il m’envoie pas de message. Il te fait juste marcher. Oui je suis toujours à la salle de sport, mais il n’y a plus d’électricité, on est dans le noir complet avec un gars qui vient de faire une crise d’épilepsie et un hystérique qui veut sortir. Si j’avais pas appris à me contenir, je le fouterais dehors à coup de coup de pieds tellement qu’il me gonfle »
« Okay au moins tu es en sécurité c'est ce qui compte... De notre côté l'ambiance est un peu tendue en plus on est enfermés la dedans »
« Ca va t’es avec ton cher et tendre cousin, tu dois être content »
« Oui et avec un mec qui tire sur les alarmes avec un flingue et Sieg' qui lui balance des statues »
« oh putain, fais attention. »
« Promis et toi fais rien d'imprudent »
« Non non, y’a juste le toit qui va peut-être nous tomber sur la tête. Il a pas l’air très neuf ce bâtiment. En fait, j’aurais pas dû te demander pour la banque, ça pouvait attendre »
« Très drôle Haven bref fais attention... T'inquiètes tu pouvais pas savoir qu'il y aurai une tempête mais je préfèrerais être a l'appartement avec toi »
« Tu me préviens si ça s’aggrave avec tes tarés? J’vais aller voir comment va le garçon qui a fait la crise »
« Promis je te previens sois prudente hein ? »
« Oui, toi aussi. on se voit après! Bisous »
« Ça marche a toute bisous! »

Et puis elle raccrocha, pas vraiment sereine avec la seule envie de retrouver Eric. Peut-être que si elle n'était pas partie et si elle n'avait rien demandé à Eric, ils seraient ensemble dans un moment comme celui-là. Haven se redresse et se dirige vers le jeune homme qui se trouvait dans le mal un peu plus tôt et s’assied contre le mur  juste en face de lui. Elle le fixe et au fond, elle espère qu’il va vite aller mieux.

HRPG: Si quelque chose ne va pas, dites le moi, j'étais pas vraiment sûre de mon coup pour Logan ._. . De plus, elle ne fait pas grand chose, parce que j'imagine qu'elle ne sera pas la seule à vouloir l'aider.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Mer 4 Fév - 15:19

Ya des jours où c'est vraiment la merde. Bah aujourd'hui, c'est pire que de la grosse bouse d'éléphant. Déjà, quand je me suis réveillé, c'était pas le top. Lendemain de fête, alcool et peu de sommeil. Je me suis éclaté avec les autres PS, mais je sais en me levant que j'ai frôlé dangereusement les limites de ma propre santé. Mais ce n'est pas grave, je me motive à aller faire du sport quand même ! Parce que ça détend, parce que j'aime bien, parce que ça m'occupe. Et puis le gymnase n'est pas très loin, alors c'est tout bénef. Si hier soir, chez les humains, ça a été la fête, le ciel est en retard d'une journée et se déchaîne maintenant. A Miami, il ne fait pas souvent un temps terrifiant, mais quand ça arrive, dame nature met le paquet, je crois. J'ai connu quelques unes de ces tempêtes, depuis que je vis ici, mais jamais de bien grave, et puis toujours bien à l'abri dans notre maison dorée. Ce qui n'est pas le cas à l'instant.

Je ne suis pas patient et il faut que le monde aille dans mon sens. Seulement, aujourd'hui, c'est tout le contraire. J'ai un rendez-vous très important tout à l'heure, j'ai décidé qu'il se passerait à merveille, alors je ne peux même pas concevoir qu'il ne se déroule pas du tout. Je suis même prêt à tenter de sortir dès que ça se calme un peu et je grommelle dans ma barbe inexistante contre le temps. Ça ne changera rien, et un de mes camarades me le fait remarquer : c'est dangereux, il vaut mieux attendre. Je ne réponds rien et m'en vais dans un coin de la salle. Je n'aime pas trop beaucoup ça, le gymnase fait des bruits qui ne rassurent pas. Je n'ai pas une trouille d'enfer, mais disons que si je pouvais être à un autre endroit à ce moment même, je ne refuserais pas. On est tous un peu comme ça, je crois, à ne pas vouloir parler aux autres. Alors on fait tous la même chose : on envoie des messages à nos proches pour savoir comment ils vont, et leur dire de faire attention. La même question, partout « tu as vu le temps ? Tu es à l'abri ? ». Comme si les gens étaient aveugles et voulaient absolument s'envoler comme des ballons de baudruche.

Je me laisse glisser contre le mur en soupirant. De toute façon, nous sommes coincés ici, et je n'ai rien à faire. Heureusement, ma batterie est presque pleine, mais je préfère la garder pour appeler en cas de besoin plutôt que de jouer à des applications débiles qui ne vont m'aider en rien. Alors que je m'impatiente, je reçois un message de James qui me dit qu'il a reçu du verre à cause d'un arbre qui est rentré dans la vitre. Ils ne sont donc plus à l'abri, et lui, en plus de ça, est blessé. Il me dit que ça va bien, mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter. Je suis seul ici, il est seul là-bas. Je devrais être avec lui, je devrais l'aider, vérifier par moi-même que ce n'est pas grave. Et s'il arrive quelque chose d'autre à un de mes proches ? J'ai dans l'idée qu'où que nous soyons, nous ne sommes pas à l'abri. Eileen ? Kaira ? Mes parents ? Tant de personnes à qui je tiens. Et surtout James, touché à la cafet', loin de moi. Je lui envoie un messages lui faisant bien comprendre que je n'aime pas ça et qu'il a intérêt à faire attention s'il ne veut pas que je lui tombe dessus. J'ai une boule dans le ventre en sachant qu'il ne va sans doute pas si bien que ça et je ne comprends pas vraiment pourquoi je suis si inquiet pour lui en particulier. Sans doute que c'est parce que les autres vont bien et pas lui.

Trop occupé à penser aux autres, je n'ai même pas fait attention aux bruits venant d'au-dessus de ma tête. Ils continuent à se faire de plus en plus menaçants. Je tremblantes sur mon téléphone et j'envoie un message un peu pressant à James. Je peux t'appeler vite fait ? Juste pour vérifier que ça va. Stp. Mon écran ne tarde pas à s'allumer de nouveau, avec sa réponse. Ouai vas-y appelle pas de problème. Je compose donc son numéro fébrilement, en marmonnant.

- S'il te plaît, répond, soit pas pourri saleté de réseau.

Et heureusement, je finis par entendre la voix de mon colocataire de l'autre côté. Bon, pas super clairement, mais assez pour le comprendre. Je lui laisse à peine le temps de commencer que je le « harcèle » déjà.

- Je te préviens, t'as pas intérêt à me mentir ! T'es sûr que ça va ? T'as quoi exactement ?
- Genre je suis du genre à mentir.... Et bah comme je te disais la vitre a péter et des morceaux de verre on un peu coupé mon bras, mais je te jure Logan que ça va.
- Mouais. J'espère. Quelqu'un s'occupe de toi au moins ? Vous pouvez aller à l'infirmerie ?
- Oui y'a Henri un KO qui s'est occupé de mon bras et je peux le bouger donc ça va, pour l'infirmerie il semblerait que c'est fermé et que Porter ai gardé les clés.
- Ah merde. Défoncez la porte au pire ? Fin pas toi, vas pas te blesser encore plus !
- Et  toi ça va ?

Je vais lui répondre quand j'entends un énorme bruit. Ça ne vient pas de mon téléphone, mais d'au-dessus de moi. En fait, c'est le bruit qu'on entend depuis tout à l'heure, qui est encore plus énorme. Immédiatement, la lumière s'éteint et le silence se fait. C'est la voix de James qui me rappelle que je suis au téléphone avec lui et que la terre n'a pas cessé de tourner.

- C'était quoi ça ? Ya eu un truc ? Ça va ? REPOND LOGAN

Je me reprends en quelques secondes et avale ma salive difficilement.

- Eh merde, c'est ... l’électricité qui a sauté, on est dans le noir, mais ya rien d'autre visiblement, ça va.
- Punaise ce gymnase est vraiment pourri, j'aime pas te savoir là dedans, tu fais gaffe hein?
- Oui oui, t'en fais pas, je suis dans un coin de la pièce, loin d'une vitre déjà. Je connais personne et yen a un qui veut sortir.

Et puis là, c'est un type qui hurle qu'il veut sortir. Non mais mec, t'es cinglé ?! Oui, je voulais sortir tout à l'heure, mais en voyant le temps se gâter, ça ne me dit plus du tout ...

- C'pas super rassurant ce que j'entends... Le bâtiment tient bon ?
- Boh, ça a l'air pour le moment. J'espère que ça va se calmer, mais j'ai pas l'impression. Vu l'orage, je sais pas si c'est prudent le téléphone, mais j'ai pas envie de plus avoir de nouvelles.
- Pareil çà me rassure d'avoir des nouvelles et punaise oui y'a intérêt à ce que ça se calme vite je sens que ça va m'énerver rapidement tout ça, surtout avec la soirée d'hier jsuis pas bien en forme ça arrange rien.
- Elle m'a tuée cette soirée, je t'en parle pas. Je me suis assis parce que ça me fait encore tourner la tête ! Fais attention s'il te plaît. Vas falloir que je te laisse, j'ai plus de batterie et je peux pas me brancher.
- Punaise oui, je sais même plus à quelle heure je suis allé me pieuter mais ce matin c'était l'horreur. Okay, tu fais attention à toi mec je déconne pas, on se retrouve à la piaule toute à l'heure! A toute et fais gaffe.
- A tout à l'heure, oublie pas la pizza !
- T'inquiètes elle sera prête avant que tu arrives.
- Parfait !

Je raccroche à contre cœur, en vitesse. Cette soirée, oui, elle m'a tué. Comme d'habitude, j'en ai profité. Alcool, fatigue, etc. Sans compter la lumière des éclairs dehors, seule lumière qui nous berce actuellement, et surtout le stress. Le stress pour moi, pour nous, pour ma famille, mes amis, James à qui je viens de parler. Le stress du mec qui hurle à s'en décrocher les poumons qu'il veut sortir alors que la tempête hurle, elle aussi. Autant de facteurs qui sentent très mauvais pour moi. J'ai de la batterie, j'ai menti à James. Et je ne me suis pas assis à cause du contre-coup de la soirée, mais à cause d'un événement futur. Mon cœur bat trop vite, ma tête tourne. Je tourne la tête pour voir qui se trouve près de moi mais je n'ai pas le temps de parler au bridé (Shin) sur son matelas. Je lâche mon téléphone qui glisse plus loin, encore allumé sur le profil du jeune Cobb.

Pour la suite, il faut sortir de la tête de Maxwell pour la connaître. Lui, perd presque son lien avec la réalité, avec le monde qui l'entoure. Il sert juste dans sa main une carte. Une simple carte où est écrit : Carte d'épileptique
Ce qu'il faut faire :
Dégagez l'espace autour de moi.
Protégez ma tête (coussin ou vêtement replié sous la tête).
Desserrez mes vêtements (col, ceinture).
Éventuellement, enlevez mes lunettes.
Dès que possible, m'allonger sur le côté.
Attendre mon retour à la conscience.
Avertir les secours (15 ou 18) si la crise se prolonge plus de 5 minutes.
Ce qu'il ne faut pas faire :
Ne me déplacez pas pendant la crise si ce n'est pas indispensable.
N'entravez pas mes mouvements.
Ne mettez rien dans ma bouche.
Ne me donnez rien à boire.

Car oui, c'est une crise qui se profile. Ses bras et ses jambes deviennent moins « souples » et se lancent dans une danse chaotique et incontrôlable. Le jeune homme convulse, pas non plus comme un possédé, mais assez pour qu'on voit qu'il y a un problème et qu'il a besoin d'aide. Ses yeux s'agrandissent, rétrécissent, s'agrandissent, mais au fond, ne regardent que le vide. On dirait qu'il a du mal à respirer, que quelque chose le gêne, et c'est sans doute sa langue. Il mord l'intérieur de ses joues, sans le vouloir, sans ressentir la douleur qui en découle. Son poignet cogne plusieurs fois le sol, sa jambe joue tellement au diable qu'il en perd sa chaussure droite. Pour ceux qui n'ont jamais assisté à ce genre de scène, c'est assez impressionnant. Pour les autres … eh bien, on ne s'y fait jamais.


HRP : Logan va s'isoler dans un coin puis appelle James. Il raccroche un peu vite et fait un crise d'épilepsie tonico-clonique (Shin va l'aider). J'ai pas super décrit la crise, pour les plus courageux, j'ai une vidéo, mais attention, c'est dur à voir, je préviens.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Sam 31 Jan - 23:03

 
La tempête du siècle !

Le gymnase serait assez grand pour accueillir tous les lycéens et le personnel réunis face à la tempête. Seulement voilà, vous n'êtes qu'une poignée à entendre le vent gronder et les gouttes claquer violemment sur la tôle ondulée du toit. Vous vous demandez quand vous pourrez sortir, parce qu'on vous a conseillé de ne pas bouger. De toute manière, il ne vaut mieux pas que vous le fassiez. Parce que dehors l'orage gronde et la tempête enfle, dehors les éclairs ne font que se rapprocher un peu plus de votre cachette. Qui plus est, le bruit assourdissant qui tonne au dehors résonne dans ce vaste bâtiment duquel vous aimeriez bien sortir pour trouver un meilleur abri, ou retrouver vos proches, ceux qui ne répondent pas au téléphone, ceux qui sont trop loin. Vous, vous êtes loin de vous douter que le paratonnerre du gymnase est défectueux et que de ce fait, il ne protège pas si bien le bâtiment que cela.
Ce n'est que lorsqu'un énorme bruit résonne dans la pièce que vous comprenez qu'il s'est passé quelque chose. Mais avez vous seulement le temps de réfléchir ? Avez vous seulement le temps de penser à quoi que ce soit lorsqu'un bruit d'explosion retentit et que vous vous retrouvez dans le noir ?

Il faut espérer que vous avez suffisamment de batterie sur vos téléphones. Parce qu'à présent la seule lumière que vous voyez c'est celle des éclairs qui font écho sur le sol depuis la vitre percée au plafond.

Mais vous devrez aussi gérer Marcus, l'un de vos petits camarades, qui se met soudain à hurler comme un fou, pris d'une soudaine prise d'angoisse parce qu'il a peur du noir. Et lorsqu'il hurle qu'il doit sortir, qu'il DOIT ABSOLUMENT sortir, vous songez sans doute que les ennuis ne font que commencer, pas vrai ?

   
(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Ven 30 Jan - 19:21

Event Tempête
Parce que c'est toujours la grande joie de se retrouver au milieu d'une tempête.

Un début de journée ordinaire. Le genre de début qui vous donne envie de rentrer chez vous et de vous recoucher immédiatement pour retourner jouer avec  le marchand de sable. Continuer à rêver bien au chaud et oublier la journée qui vous attend. Malheureusement, mon lit était déjà loin. Et pour bien appuyer là où ça faisait mal, mon bus était bondé. Je me retrouvais donc debout au milieu d'une cinquantaine de personnes qui se marchaient royalement les uns sur les autres sans ménagement. Habituellement je ne prenais jamais le bus, mais aujourd'hui j'étais en retard et j'avais un entrainement de box pour travailler ma rapidité et mon cardio. Le transport en commun était donc mon dernier recourt pour arriver à l'heure. Quand les portes s'ouvrirent à mon arrêt, une vague humaine se déferla sur le trottoir, entrainant tout ce qui se trouvait sur son passage. J'arrivais tant bien que mal à m'extraire de cette foule pour partir en direction du gymnase. Quelques gouttes vinrent chatouiller mon visage. Je levais les yeux vers l'immense étendue bleue qui tournait rapidement en un vieux gris noirâtre peu rassurant. J'accélérais le pas pour essayer d'atteindre la salle de sport avant le déluge. Le vent commençait à se faire plus imposant et la pluie beaucoup plus présente. Sans m'en rendre compte j'avais commencé à courir. Autour de moi, les gens avaient quitté la rue pour s'abriter dans le café le plus proche et au loin je pouvais apercevoir le bâtiment que je cherchais désespérément  à rejoindre.

Une fois au sec, mais complètement trempé de la tête au pied, je me dirigeais vers les vestiaires. Je troquais mon jean et mon pull en laine contre un vieux t-shirt qui devait bien avoir une petite dizaine d'année et un survêtement noir. Je me séchais rapidement les cheveux à l'aide d'une serviette et rangeais mon sac dans un casier. Dans la salle d'entrainement j'aperçus des étudiants regardant vers l'extérieur. Intrigué je me dirigeais vers eux et regardais dans la même direction. C'était le chaos. La pluie était devenue torrentielle et les arbres étaient presque couché sur le sol. Je n'en revenais pas. Et dire que je me trouvais dehors seulement cinq minutes plus tôt. Mais maintenant j'étais à l'abris, je n'avais donc pas vraiment besoin de m'inquiéter. Et puis je n'étais pas près de sortir alors ne pouvant pas faire autrement autant essayer de passer le temps. Je m'assaillais donc dans les gradins et sortais mon téléphone. Plus de batterie...génial ! Je n'étais pas près de rentrer chez moi. D'ailleurs en pensant à mon appartement...

- Et merde ! Je crois que je n'ai pas fermé la fenêtre...

Emi Burton


EDIT : J'ai juste changé la code :D
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Mer 28 Jan - 13:49

Event Tempête

Interactions : /

Ce matin, je n’avais miraculeusement pas cours, et je comptais bien en profiter. Passer du temps avec Maira, mais surtout aller au gymnase m’entrainer un peu. Cela faisait bien trop longtemps que je n’y avais plus mis les pieds. Bien sur je m’entrainais régulièrement. Footing, tours de terrain, mais cela faisait longtemps que je ne m’étais plus essayé au saut en hauteur, qui pourtant était ma spécialité. Autrefois, en Corée, j’assistais à de nombreuses compétitions, mais j’avais totalement lâché prise en arrivant ici. Je me concentrais davantage sur la musique, et ne participais plus vraiment à ce genre de manifestation, bien que ce ne soit pas l’envie qui m’en manque.

Je m’étais levé dans les alentours de dix heures, et avait vérifié que Maira dorme encore avant de lui préparer un petit-déjeuner. Depuis peu nous vivions ensemble dans un appartement du centre-ville, à Coconut Grove. Vue sur la mer, ça avait été mon cadeau de Noël pour la jeune fille. Certains diront que c’est énorme, mais je ne voyais pas en quoi c’était quelque chose d’exceptionnel. C’était une manière pour nous de vivre notre vie, tout en continuant à aller en cours, mais avec la liberté en plus.

Plateau en main, sur lequel j’y avais déposé du jus, des tartines, et un bol de chocolat chaud, je pris la direction de la chambre où Maira devait sans doute dormir encore. Doucement, je toquais à la porte, et entrais non sans difficulté. Le plateau menaçait de valser à tout instant, et je ne pouvais pas non plus la réveiller dans un tel fracas. Sur la pointe des pieds, je posais le plateau à terre, et m’asseyais sur le lit. Je la contemplais d’abord cinq minutes, envoutée par son visage, puis me lançais, retirant la mèche qui tombait sur son visage avant de poser mes lèvres sur les siennes.

« - Bonjour mon cœur. »

J’affichais un grand sourire sur mes lèvres. Depuis maintenant plusieurs mois, j’étais comme sur un petit nuage, et ça n’était pas prêt d’en finir. Je lui demandais de s’asseoir, et porta le plateau jusqu’à elle.

« - Et voilà mademoiselle. »

Je lui dépose le plateau sur les jambes, attendant sa réaction, qui ne tarde pas à venir. Un grand sourire, elle dépose le plateau à côté d’elle et vient m’embrasser, plaçant ses deux mains de part et d’autre de mon visage.  

« - Je crois que je vais t’en faire un tous les matins, allez mange, sinon ton cacao va refroidir. »

Je m’apprêtais à sortir de la chambre, mais me rappelais d’une chose.

« - Je dois aller au gymnase, mais réserves-moi ton après-midi d’accord ? »

Elle acquiesça, et je pus partir me changer. T-shirt ample, jogging et sac de sport, j’étais fin prêt à aller suer un peu. Je jetais un coup d’œil par la fenêtre, voyant que le temps commençait à se couvrir, et enfila un bonnet, seule chose qui pourrait me couvrir la tête en cas de pluie. Ce n’est qu’une fois prêt que j’allais dire en revoir à Maira, avant de monter sur ma moto et prendre la direction du gymnase. Il faisait moche et sacrément froid aujourd’hui, ce qui était plutôt étonnant, et ça m’embêtais un peu puisque j’avais voulu au début emmener Maira à la plage, mais tant pis, il allait falloir que j’avise.

Une fois sur place, je déposais mon sac dans un casier du vestiaire, et partis en direction du grand hall où des gens se trouvaient déjà pour faire leurs entrainements quotidiens et autres exercices. Pour commencer, je me lançais dans quelques minutes de course et échauffements, avant de mettre en place tout le matériel dont j’aurais besoin.

Tout allait bien, jusqu’à ce que de grandes rafales de vent se fassent entendre. Le vent s’était amplifié et dehors c’était le chaos. Une horreur, et de suite je m’inquiétais pour Maira. Je lui envoyais un texto, ainsi qu’à quelques autres avant de me coller à la vitre et voir le temps se déchainer dehors. Sortir dehors c’était du suicide.

« - Non mais c’est sérieux ça ? Pff, je vais rester bloqué là moi ? »

Je tourne la tête vers l’individu qui râle. Un Pi Sigma. Pourquoi fallait-il toujours que les gens qui râlent et se plaignent soient des Pi Sigma ? Ils prenaient des cours ? Ils étaient payés pour ? Je ne comprenais pas, mais à chaque fois que j’en rencontrais un, celui-ci faisait son petit cinéma de capricieux. Et ça n’avait pas loupé cette fois aussi. Mais malgré tout, je choisis de me taire, n’ayant pas envie de déclencher une tempête aussi à l’intérieur. Je savais que les Pi Sigma savaient frapper là où ça faisait mal, et j’avais suffisamment de mauvais souvenirs avec Samuel pour vouloir me confronter à nouveau à l’un d’eux.

A la place, je pris un gros matelas et m’installais dessus. Il ne me restait plus qu’à attendre que ça se calme, tout en espérant que Maira aille bien, elle qui était seule chez nous, elle qui n’avait personne pour la rassurer, elle que j’avais laissé pour du sport. Je m’en voulais, et priais pour que ma batterie tienne au maximum pour la garder en contact le plus possible.

* Tenue de Shin

© Sashette

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Lun 26 Jan - 18:59

Interaction : Logan

J'avais plutôt mal dormi cette nuit. J'avais passé une grande partie de la soirée à réviser mes cours de la veille. Je prenais plus à coeur ces enseignements que je ne le pensais...J'agissais comme si j'avais le poids du monde sur mes épaules mais à vrai dire, j'avais déjà le poids de ma réserve, ce qui était déjà bien lourd à porter. J'étais le jeune lakota partit à Miami faire de grandes études ! Vous imaginez un peu ce que je représentais aux yeux des miens ? Une lueur d'espoir. Et pour ma mère ? Une porte de sortie. J'avais énormément de détermination en moi et rien ne semblait pouvoir m'arrêter. A part peut-être la fatigue. Car à force de m'écraser les neurones dans mes bouquins, je m'étais affalé sur mon bureau à plus de trois heures du matin. J'avais fait un rêve déplaisant. J'avais revu la silhouette de mon père alors qu'il quittait le nid familial.

Bref, à cause de ça, je m'étais réveillé dans une position inconfortable, affalé sur mes cahiers, un bras sous la tête, la lumière du soleil dans les yeux, les cheveux dans la figure et une montre qui indiquait les dix heures du matin. Je n'étais pas un lève-tard au naturel. J'aimais me lever avec le soleil. Mais là, on pouvait dire que je ne l'avais vraiment pas fait exprès. J'avais des crampes partout à avoir dormi sur le bureau après avoir passer des heures penché dessus pour réviser. J'avais un grand besoin d'exercice avant de finir tout rouillé. Eh oui, car malgré mes ambitions, si je n'entretenais pas mon corps, j'étais un homme fini et surtout malheureux au possible ! J'avais envie de m'amuser un peu et cela me fera le plus grand bien. Je me passais un t-shirt gris et un short ainsi que des baskets et ne mangea qu'un morceau avant de me rendre dans un endroit où je pourrais me défouler en paix. (ICI ) Je me rendis alors vers le hall de sport après avoir attaché ma tignasse d'ébène en queue de cheval car les cheveux longs, ça pouvait gêner mine de rien quand on se dépensait. Sur le chemin qui conduisait au bâtiment se trouvant un peu à l'écart de l'université de Wynwood, je remarquais l'étrange coloration du ciel. Ce dernier d'ordinaire bleu comme la mer se trouvait être...gris comme mon haut. Enfin, ce n'était sans doute pas bien important. Après tout, il n'y avait pas de raison que Miami ait de temps en temps autre chose qu'un beau ciel d'azur ensoleillé. Nous n'étions pas en Polynésie que je sache.

D'autres élèves et étudiants se trouvaient déjà sur place. Certains étaient en solo et faisaient leur affaire, d'autres se dépensaient par équipe. Je n'étais pas quelqu'un de particulièrement sociable, alors lorsque je décidais de prendre un ballon de basket pour m'entraîner au tir au panier, ce fut seul. Et sans me vanter, je n'avais pas perdu la main. Depuis mon commencement, aucun panier n'avait été raté. Un vrai pro ! Et je me lançais constamment des défis en reculant à chaque fois un peu plus de mon objectif. Au bout d'un moment, je fis une halte, dribblant tranquillement au sol et soufflant un peu quand je m'aperçus plus loin d'un attroupement de personne contre les vitres du bâtiment. En arrêtant le ballon dont le rebond cessa de résonner dans le hall du gymnase, j'entendis moi aussi des bruits inquiétants provenant de l'extérieur. M'approchant de la fenêtre, je me rendis compte que l'extérieur s'était changé en un véritable déluge. Le vent balayait le macadam et les palmiers se pliait à son bon vouloir. Des objets non identifiés pourfendaient de temps en temps les airs sous le cri des bourrasques et de la pluie qui cognaient avec force contre la vitre, formant un rideau d'eau qui troublait la vue. C'était une belle tempête qui s'était abattu sur Miami. Comme quoi, même la ville de l'été éternel n'était pas à l'abri des colères de Mère-Nature. En levant les yeux au ciel, je scrutais les sombres cumulus qui le recouvraient et le rendait menaçant.

- Non mais c'est sérieux ça ? Pff, et je vais rester bloqué là moi ?

Mon regard se posa sur un jeune homme qui pestait contre les éléments. Il avait l'air plutôt furieux de ce changement de temps si soudain. Il avait raison cependant, cette tempête bloquait tout ceux qui s'étaient retrouvé dans le gymnase.

- Il n'y a pas le choix apparemment, finis-je par dire, ce serait dangereux de sortir.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   Dim 25 Jan - 23:53

Séance de muscu quotidienne, me voilà ! Eh oui, il faut bien entretenir ce corps de rêve, non ? Bon, d'accord, je suis déjà un dieu, mais ça me détend et ça me fait travailler un peu. Puis c'est l'un des rares sport que je peux faire. Je profite comme je peux hein. Paré de ma tenue de sport, je marche jusqu'à la salle de sport de l'université, qui ne se trouve pas très loin. C'est parfait en plus, j'habite à la confrérie, je n'ai pas besoin de demander au chauffeur personnel embauché par mes parents pour m'amener. C'est gentil à eux, mais chaque fois que je monte dans le véhicule, je me rappelle que je suis incapable de conduire. Que je suis inutile.

En rentrant dans le bâtiment, je me dirige vers les vestiaires pour déposer les affaires dont je n'ai pas besoin. J'ai pris une veste d'ailleurs, parce qu'en partant, il pleuvait et il commençait à y avoir énormément de vent. En déposant mon sac, j'entends un grand bruit inhabituel et je me demande ce que c'est. J'oublie cependant rapidement, car ça n'a pas l'air de venir de la pièce où je suis. Seulement, ça recommence, alors je décide de revenir sur mes pas pour éventuellement demander à quelqu'un. Je sors des vestiaires, portable en main, et me dirige vers la fenêtre. Je regarde au dehors et remarque qu'il y a bien plus de vent qu'à mon arrivée, tout d'un coup. Il n'y a plus personne dehors, la pluie fouette le sol, et certains objets que je n'arrive pas à identifier volent. Sérieusement ? Une troisième fois, le bruit, et je comprends que ça doit venir du toit. On entend maintenant le vent de l'intérieur et ça n'est pas très rassurant. Tout a l'air de se déchaîner dehors et je me retourner vers les gens qui regardent comme moi. Je ne les connais pas d'ailleurs. Ça n'a pas l'air d'être une averse, mais je ne veux pas croire que c'est plus que ça.

- Non mais c'est sérieux ça ? Pff, et je vais rester bloqué là moi ?

Je n'ai pas fumé, pas pris de drogue, rien, donc c'est forcément la réalité. C'est bien ma veine ! J'ai un rendez-vous moi ce soir, pour quelques pièces de la collection de ma mère, mais que je créé moi-même. Hors de question que je reste ici. Je dégaine mon portable pour envoyer quelques messages. Si d'ici quelques temps ça ne se calme pas, moi je m'en fiche, je sors. Tempête ou pas.
Revenir en haut Aller en bas

I see you

avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 1996
Je suis âgé(e) de: : 25


MessageSujet: EVENT Tempête : Groupe 7   Sam 24 Jan - 18:53

La tempête du siècle !


Membres du groupe 7 :
Shin Young Hae
Haven G. L. Altman
Soma Akane
Tae Hee Kang
Kyle Lawner
Dylan S. McRoberts
Tokalah Blackblood
Logan C. Maxwell
Azraël Trophime

Regardez. Regardez bien. Miami, la belle Miami, égale à elle même. Un soleil à son zénith, le bleu du ciel en roi, et la chaleur au rendez-vous. D'ailleurs, ce n'est pas la seule à l'être, vous aussi. Vous n'êtes pas chez vous, non, pas enfermés, pas occupés avec les choses banales de la maison. Vous êtes dehors. En train de vous promener, seul ou à plusieurs. En train de rigoler. En train de manger. En train d'acheter. En train d'apprendre. En train de vous dépenser. En train de vivre tout simplement. Vous pouvez imaginer la scène comme dans les films américains oui, parce que pour le moment, tout va bien. Regardez ce couple qui s'aime. Cette petite fille qui joue avec son chien. Regardez cette fleuriste qui conseille une future mariée, et cette classe de lycée qui joue au basket. Regardez bien ce temps, parce que bientôt, il sera suspendu.
Une goutte tombe. Elle est froide, transparente. Toute petite. Mais les ailes du plus petit papillon du monde ne déclenche-t-il pas un cyclone à l'autre bout du globe ? Elle est rapidement suivie d'une sœur. Elles sont mêmes issues d'une famille nombreuse. Très nombreuse. Bien plus que vous ne pouvez l'imaginer. Des centaines de gouttes viennent s'écraser sur le sol, sur les visages, sur les toits, sur les plantes. Elles ne sont pas vraiment dangereuses, en elles-mêmes. Personnes ne les aime, et pourtant, elles se font rares à Miami. Elles mouillent, refroidissent. Sentez la tension qui les accompagne. Sentez le calme qui se fait peut à peut, à mesure que vous rentrez chez vous, pauvres mortels impuissants devant de l'eau. Nous vous rassurons, ça, ce n'est rien. Tremblez, parce que vous ne pouvez plus rien contrôler.

Remarquez. Vous avec vu ? Le ciel est gris. Sombre. Pourtant, il n'est pas tard, vous devriez encore y voir très clair. Pourtant, vous devez vous rapprocher pour lire le menu, et enlever vos lunettes de soleil inutiles. Vous qui êtes du coin, vous ne devinez pas ? Non, bien sûr. L'être humain oublie. Il vit dans sa bulle, sans se soucier que mère Nature puisse vouloir se faire entendre, elle aussi. Eh bien voilà. Voyez donc ce qui vient heurter et détruire votre ignorance.
Certains ont peut-être déjà vécu. D'autres non. Mais aujourd'hui, vous êtes tous dans le même bateau. Le temps est lourd, même à l'intérieur vous le sentez. Il pleut, ça commence à beaucoup tomber, au dehors. La température a baissé. Oh, c'est Miami, alors vous n'avez pas encore trop froid. Mais le soleil a déserté, ça ne vous plaît pas. Vous, vous ne pouvez pas, déserter.
L'eau se sent seule, alors elle appelle l'un de ses amis. Le vent, qui aime bien hurler pour prouver qu'il est bien là. Il se lève, commence à souffler, faire perdre l'équilibre aux téméraires qui ne se sont pas mis à l'abri. On dirait des roseaux qui se plient, incapable de faire autrement. Eux aussi, tout comme vous, comprennent qu'il faut rentrer. Peut-être que là, vous savez enfin ce qui se passe. Ce n'est pas juste une averse. Pas non plus un petit coup de vent.
Ce qui est là est bien plus terrifiant.

Vous vous cachez. On vous explique que vous devez vous barricader. Certains n'hésitent pas, ils savent, ils ont déjà vécu. D'autres se sentent inutiles, essaient d'aider sans parvenir à faire quoi que ce soit. Les enfants pleurent, déçus de ne plus pouvoir jouer au ballon, tandis que les doyens de la ville savaient que ça allait revenir, un de ces jours. Mais qu'importe ce que vous fassiez, ça ne change rien. Elle vous encercle. Elle vous menace. Elle vous attend. Elle vous chasse. La tempête de votre vie vous a trouvés, et c'est en regardant les palmiers sur le point d'être déracinés, le mobilier de jardin voler, tout se déchaîner, que vous vous dites que franchement, vous aimeriez quand même bien y survivre.

Explications :
- Eh oui, voilà notre petit événement, spécialement pour la réouverture du forum, on espère que vous allez aimer
- C'est une tempête, pas juste un coup de vent, ni nous plus une énorme tornade qui détruit tout, on voulait pas trop vous traumatiser
- Comme dans tout event, privilégiez les réponses courtes pour que ça se fasse rapidement, mais évitez de répondre 3 fois par jour aussi, parce que d'autres n'arriveront pas à suivre
- Vous pouvez envoyer des sms, mais par contre, si vous voulez passer des appels, n'oubliez pas qu'avec le temps, ça va sans doute très mal passer. Et c'est marrant si certains sms restent sans réponse aussi (a)
- On vous joint la liste des membres dans le lieu concerné à la fin
- Et hum, c'est tout je crois
- Ah si ! Amusez-vous bien <3
(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: EVENT Tempête : Groupe 7   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT Tempête : Groupe 7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EVENT Tempête : Groupe 5
» EVENT Tempête : Groupe 7
» EVENT Tempête : GROUPE 1
» EVENT Tempête : Groupe 2
» ϟ MENS SANA IN CORPORE SANO ϟ EVENT VI ϟ Groupe IV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: