AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Jeu 25 Déc - 17:24






E=MC2

Jared & Joy



« Tu as déjà entendu la théorie selon laquelle les humains n'utilisent qu'une infime partie de leur cerveau? Certains ont plus de facilités à débloquer l'accès aux autres parties, ce qui leur confère des dons en quelques sortes. Certains ont des facultés physiques comme un accès quasi illimité à l'adrénaline, d'autres ont des capacités psychiques et se font appeler médiums, même si dans leur cas je ne suis pas convaincu de leur existence réelle. »

Il faut croire que sur certains points nous étions plus ou moins sur la même longueur d’onde. Ce garçon commençait à dire des choses assez censées. Je finis par faire un petit sourire qui traduisait mon accord. Pour autant il ne devenait pas mon ami mais seulement un garçon que je me permettais de fréquenter. Il continua sa phrase

«  Mais en ce qui me concerne, j'ai ce qu'on appelle une mémoire eidétique, plus communément connue comme mémoire absolue ou visuelle. Il me suffit de lire une chose très brièvement ou de croiser quelqu'un pour me souvenir des moindres détails, ça et mon QI qui est plutôt élevé, font que je suis naturellement doué pour quelque chose de simple comme les études. »

Il ne s’arrêtait plus. Il étalait sa culture et je ne savais pas pourquoi je ne souhaitais le stopper. Je voulais vraiment savoir qui était ce garçon qui se prenait pour la cuisse de Jupiter. Je le laissais raconter sa vie et le pourquoi du comment il était si intelligent.

J’entendais dans mon dos ces rires hystériques de fille en manque d’homme. Mes points se serraient sur la table. J’avais envie de tout casser mais je restais calme. Je sentais bien que Jared souhait m’embêter qu’il souhaitait trouve r une faille dans mon système mais il n’y en avait aucune et ces petites manigances de PS ne m’attendraient jamais.

Je raclais ma gorge avant de prendre la parole.« Une mémoire eidétique dis-tu ?! Mais regarde prenons comme exemple... Moi. Eh bien je travaille ma mémoire depuis que je suis jeune j’ai un QI plutôt bien élevé et ben voilà  finalement je suis à ton niveau. Et puis entre nous soit-dit je préfère travailler et être fière de ce que j’accompli parce que justement il y a une dose de travail derrière plutôt que de ne rien faire et d’être heureux pour ce que tu ne fais pas. »

J’avais étais légèrement brouillon dans mon explication mais il paraît que les surdoués sont comme cela. Le professeur passa et attrapa nos deux copies en nous lançant un regard qui voulait dire pas mal votre trop de choses.  Nous étions les seuls à avoir finis les autres groupes travaillaient encore d’arrache pieds pour essayer de faire la moitié de notre travail. C’est vrai que c’était pas mal de se sentir supérieur mais il ne fallait pas en abuser comme Jared avait l’air de faire.
Je détachai ma queue de cheval et mes longs cheveux descendirent sur mes épaules en cascade. Puis je repris la parole.

« Donc si je comprends bien tu ne bosse jamais. Donc finalement tu n’as  strictement aucun mérite lorsque tu as une bonne note ou de bons résultats."
Je finis par afficher un sourire légèrement satais pas hautain. Je sais très bien qu’il saura très bien quoi répondre à ça mais bon je travail petit à petit ma répartie.



HRPG : Entre deux repas de famille .. Désolé. J’espère que c’est assez réfléchis pour Jared :D
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Mer 24 Déc - 15:55



Quand deux Einstein se rencontrent, E n'est plus vraiment égal à MC2 ft. Joy Crawford



Après mon beau discours sur les gens naturellement aidés par la nature et "les autres" elle ne tarda pas à répondre, mais à ma grande déception elle ne relevait pas le sujet. Elle essayait d'éclaicir et justifier ses précédents propos. Je me suis peut-être mal exprimer. Tu m'excusera mais dans ce lycée, un garçon mignon est un PS et les PS détestent les KO. Je sais de quoi je parle. Alors rencontrer un garçon au physique de PS et au mental de KO. J'avais environ 99% de chance que ça n'arrive pas. Elle n'avait pas tout à fait tors, mais je ne comprenais pas en quoi être beau était si gênant, de plus tout les beaux gosses n'étaient pas des PS elle devrait le savoir, il y a un certain nombre de critères plutôt selectifs qui mènent à notre confrérie, mais qu'importe.

J'avais décidément du mal à la cerner, mais y arrivait elle, elle même, quelqu'un qui classe tout dans des catégories doit avoir du mal à se définir. Car non nous n'appartenons jamais à une seule catégorie, c'est trop réducteur. Je la regardais désormais avec attention pendant qu'elle continuait son speech, j'essayais surement inconsciement de trouver une faille dans son raisonnement, ou quelque chose qui la trahirait. C'est étiquettes ... Et je déteste ces étiquette mais je ne fais dérogation à la règles je les utilise quand j'en ai l'occasion. Et en l'occurrence tu est le parfait type de PS. Regarde ça toutes le filles te fixe, je suis d'ailleurs sûre qu'elles me jalousent. Comment pouvait elle détester quelque chose à laquelle elle semblait si attaché ? me demandais-je brièvement avant de me rendre compte que je détestais moi même bon nombre de chose auxquelles je m'attachais. Etait ce dans la nature humaine de faire preuve d'aussi peu de jugeotte ?

Je prêtais désormais attention à ce qu'elle venait de dire, toutes les filles me regardaient bel et bien, et je leur souriais, je me demandais déjà combien d'entre elles allaient devenir mes petits jouets d'un instant, avant que je les brise en mille morceaux. Mon sourire n'était pas seulement un sourire charmeur standard, si on y prêtait vraiment attention, il traduisait les intentions malsaines qu'il soulevait, le sadisme étant chez moi une seconde nature. Elles la jalousaient bel et bien, et la jeune fille n'avait pas l'air habituée à ça malgré le fait que la nature l'ait physiquement plutôt gâtée. Je me délectais de ce spectacle, j'avais presque envie de la séduire afin que les autres la détestent pour de bon. J'aimais semer la discorde, mais je n'étais pas ici dans mon terrain favoris, le lycée n'était pas un endroit que je connaissais bien, je décidais donc d'attendre d'avoir une meilleure vision de la situation avant de tenter quoi que ce soit, il fallait rester stratégique.

Elle regardait autour, visiblement la popularité, les regards envieux et la jalousie n'étaient pas monnaie courante pour elle. Elle était à la fois si banale, et si différente, et elle ne s'arrêtait pas de parler , en plain dans sa lancée elle ajoutait La preuve que les étiquettes sont fausses. Je suis sûre que tu m'as prise pour une KO alors que non. Bien sur tu parles comme tel, et en plus tu fais la maligne, elle en a d'autres des comme celle là ? Moi je suis lambda. Il faut croire que je suis naturellement douée.. D'ailleurs qu'appelles-tu naturellement doué? Ah ça l'avait bel et bien intriguée au final, tout n'est pas perdu, c'est pas une alien elle a quand même des réactions normales. Je la regardais alors d'un air amusé, et après avoir finalement répondu à la dernière question du questionnaire je posais mon stylo sur la table. Je posais mon coude sur cette dernière et mettait le menton dans la paume de ma main tout en la regardant. J'entendis un lointain soupir, surement une groupie à la con.

Tu as déjà entendu la théorie selon laquelle les humains n'utilisent qu'une infime partie de leur cerveau? Certains ont plus de facilités à débloquer l'accès aux autres parties, ce qui leur confère des dons en quelques sortes. Certains ont des facultés physiques comme un accès quasi illimité à l'adrénaline, d'autres ont des capacités psychiques et se font appeler médiums, même si dans leur cas je ne suis pas convaincu de leur existence réelle. J'essayais d'imaginer si les mediums pouvaient réellement exister, d'un point de vue technique c'est pas totalement impossible, mais c'est quand même sacrément surfait. Elle me regardais désormais avec un air incrédule, elle devait me prendre pour un cinglé qui allait lui annoncer que je voyais les réponses aux exams dans une boule de cristal. Mais en ce qui me concerne, j'ai ce qu'on appelle une mémoire éidétique, plus communément connue comme mémoire absolue ou visuelle. Il me suffit de lire une chose très brièvement ou de croiser quelqu'un pour me souvenir des moindres détails, ça et mon QI qui est plutôt élevé, font que je suis naturellement doué pour quelque chose de simple comme les études.  Elle eu un air soulagé en un premier temps, et maintenant elle avait l'air perplexe.

J'espérais vraiment qu'elle allait entrer dans mon jeu et parler de choses intéressantes parceque pour un hyperactif dans mon genre l'ennui était le pire des poisons. Je répondais à ses questions sans pour autant lui en poser, elle me dirais d'elle même ce que je voulais savoir, y aller en douceur, toujours en douceur, c'était la clé de la manipulation pour les nuls. Haha qu'est ce que je peux débiter comme conneries à la minute, même dans ma tête c'est fou. Je me perdais à nouveau dans mes pensées. J'étais bel et bien perdu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Jeu 18 Déc - 20:54






E=MC2

Jared & Joy



Il ne répondait pas. Je venais de lui tendre une belle perche de manière à ce qu'il ne vive pas dans le mensonge dans les faux semblants toute sa vie mais il avait l'air de s'en ficher pas mal. Il était plus hautain que je ne l'imaginais cela se voyait sur son visage qu'il pensait que je le trouvais mignon. Un PS tout craché, il croit que toutes les filles sont à ses pieds, que toutes les filles se battraient pour lui mais je ne suis pas comme toutes ses filles. Chacun est à sa place.

Après un silence pesant je finis par me présenter ce qui dans de telles circonstances était la moindre des choses. J'imaginais déjà dans ma tête une réponse froide mais bizarrement j'eu tort son ton était plutôt agréable ce qui me surpris sans pour autant que je sois adoucie. "Vous auriez du commencer par la jeune fille, moi c'est Barre." Il accompagna sa phrase d'un clin d'œil ce qui aurait fait craquer plus d'une mais pas moi. Enfin .. Je m'égare. Alors que mon stylo glissait tranquillement sur ma copie au rythme de ma pensée, le professeur vint nous interrompre ou plutôt lui et son discours me fut froid dans le dos. Il parlait de bordel c'est a peu près le seul mot que j'avais retenu. Mon collègue semblait pas très enjoué il finit par écrire quelque chose sur son téléphone qui restera entre lui et le prof. Etant curieuse je rêvais de savoir ce qu'il lui avait dit mais je préférais me mêler de mes affaires.
J'avais finis de rédiger les dernières question toi les autres groupes semblaient patiner et ne cessait d'appeler le professeur. Il nous restait environs 1h15 le temps pour moi de comprendre le fonctionnement de ce mystérieux jeune homme. De plus ce qu'il ajouta le perturba une fois de plus. Il venait de se qualifier de naturellement doué et en plus de cela de se positionner au dessus des KO. Mais qui était -il vraiment pour oser dire ça ?

"Je me suis peut-être mal exprimer. Tu m'excusera mais dans ce lycée, un garçon mignon est un PS et les PS détestent les KO. Je sais de quoi je parle. Alors rencontrer un garçon au physique de PS et au mental de KO. J'avais environ 99% de chance que ça n'arrive pas. C'est étiquettes ... Et je déteste ces étiquette mais je ne fais dérogation à la règles je les utilise quand j'en ai l'occasion. Et en l'occurrence tu est le parfait type de PS. Regarde ça toutes le filles te fixe, je suis d'ailleurs sûre qu'elles me jalousent." Je finis pas lever les épaules afin qu'il comprenne que j'en avait rien à faire.
Le professeur ne nous surveillait plus. Je trouvais cela étrange, un message écrit et nous étions plus sous surveillance. Il semblait maintenant avoir peur de mon voisin de table. Pour ça je le respectais pour le reste il restait un garçon pédant et imbus de lui même. Tout ce que j'avais tendance à haïr cher un garçon. Il avait sûrement des raisons de se vanter mais je ne les connaissais et tant que je ne savais rien je ne changerai pas mon point de vu sur lui même si j'entends d'ici les filles de la classe"Joy tu as trop de chance tu lui a parlé. Parle lui de moi." Jared devait sûrement connaître son succès au près des filles mais moi je ne tomberai pas dans le piège. Je me demandais d'ailleurs au même moment comment il faisait pour supporter tant de popularité.

Il faut dire que pour moi qui ai toujours été dans l'ombre c'est un sentiment bizarre que d'être dévisager car je parle à un charmant garçon.

Je finis pas me racler la gorge et dire"La preuve que les étiquettes sont fausses. Je suis sûre que tu m'as prise pour une KO alors que non. Moi je suis lambda. Il faut croire que je suis naturellement douée.. D'ailleurs qu'appelles-tu naturellement doué?"
Lorsque j'étais directe il évitait de répondre alors j'allais passer par quatre chemins. Je prendrai le temps qu'il me faudra mais je percerai son mystère.




Hrpg:Je suis sur mon tel je n'ai pas pu mettre les couleurs désolé je le ferai plus tard ;)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Jeu 18 Déc - 14:30



Quand deux Einstein se rencontrent, E n'est plus vraiment égal à MC2 ft. Joy Crawford



Je m'étais reconcentré sur les prochaines questions lorsqu'elle se décida enfin à me répondre, me sortant alors de ma réflexion. La première idée qui me passa par la têté était de l'étrangler lentement mais surement, puis je décidais d'écouter sa réponse, attentivement, sans un mot. Oui en effet la question me semble trop ouverte. Même si ta dernière option me tente bien j'opterais pour la première. Parce que il ne faut pas oublier de prendre en compte ce facteur qui viens  bousculer le reste de l'expérience.... Elle confirmait alors mon doute, le problème n'était pas de répondre avec exactitude aux questions mais surtout de la relier à l'expérience. Une expérience bancale en soi... Ca s'nnonçait d'un ennui sans nom, surtout qu'a peine vingt minutes s'étaient écoulées sur l'heure et demi, et nous avions déjà dépassé la moitié de cet exercice. J'étais ici en colle pour tout avouer, pas à cause de mauvaises notes ou d'un manque de concentration. C'était uniquement parce que je prenais ce prof pour un abruti sans nom et qu'il le savait pertinemment.

C'est donc là que je me mis à m'interroger comme souvent, et la question récurente était "Qu'est ce que je fous là, pourquoi suis je ici, pourquoi est ce que j'existe", c'est la que je l'entendais me parler. Pour les détruire, pour reconstruire ce monde à ton image, pour les écraser, disait-il religieusement. Il ne me laisserais donc jamais tranquille. Soudain en plus de la migraine qu'il me causait je sentais mes lentilles me brûler les rétines doucement. Ma vue se brouillait quelque peu, je regardais autour de moi, les tbles blanches du labo, la lumière aveuglante, les élèves et leurs faces de rat. C'était définitif, je n'aimais pas cet endroit. Dans quoi m'étais je embarqué en revenant à wynwood, miami ... Quelle idée, non mais quelle idée.

Elle me sorti de mes pensées en me lançant une interrogation que je ne compris pas C'est quoi ton truc? Comment ça c'est quoi mon truc ? Je ne voyais pas où elle voulait en venir, elle me dévisageais, elle se retenait visiblement de me dire quelque chose, mais quoi ? que voulait-elle ? J'avais étrangement du mal à la cerner, elle était indéniablement mignonne, mais c'était surtout une intello de mes deux, le genre trop fier des minces connaissances qu'elle possède. Tu n'es pas Khi Omikron n'est-ce pas ..alors comme  ce fait-il que tu sois si doué ? Ajouta t-elle. Quel raisonnement de merde, mais bon je comprenais tout de suite mieux, c'était une Khi, ces gens là ne savaient pas rester à leur place, elle m'agacais. Si tu ne veux pas de réponse sarcastique alors ne pose pas de questions stupides pensais-je. Juste après avoir pensé ça je lui souris, je la regardais exactement comme si je savais pertinemment qu'elle me voulait, car après tout si elle n'était pas homo, elle avait forcément un peu envie de moi. Puis je replongeais le regard dans mon exercice.

Elle ne saurait pas quel est mon "truc", elle resterait dans le flou tant qu'elle ne le méritait pas. Je finissais de répondre à la question 6 et elle parla de nouveau. Quelle piplette celle là, je croyais que les Khi étaient des gens concentré sur leur travail. Au fait moi c'est Joy ! Dit-elle avec un entrain insoupconé. Je sursautais alors et me retournais vers elle, je lui souris à nouveau et dis Vous auriez du commencer par là jeune fille, moi c'est Jared je lui faisais alors un clin d'oeil quand soudain une voix retentit Monsieur Hope, vous n'êtes pas dans un bordel ici, calmez vos hardeurs et concentrez vous à moins que vous ne vouliez une autre retenue. Je haussais les sourcils, et lui lançais un regard noir, j'avais envie de me lever et de le passer à tabac, et lui, il m'y encourageais. Je passais alors une main sur mon visage pour me calmer, et optais pour une solution plus fine.

Je saisissais mon téléphone portable et écrivais un message au prof, qui eu pour effet instantané de le pétrifier sur place après la lecture de celui-ci. Je le regardais désormais d'un air machiavélique et satisfait. Puis je me tournais à nouveau vers ma camarade. Ne dit on pas souvent que le démon existe, et qu'il n'est pas un petit homme rouge avec des cornes et une queue. Qu'il peut être magnifique puisqu'il est un ange déchu qui avait pour habitude d'être le favori du tout puissant ? Je m'égarre, ou peut être suis-je en train de trouver la réponse à la raison de mon existence. Elle était silencieuse et c'était à mon tour de parler Tu ne t'es jamais dit que le monde ne se restraignait pas à ce que tu crois savoir de lui ? On a pas besoin d'être Khi pour être intelligent. Les humains ne naissent pas égaux, et si tu pense que travailler avec acharnement peut compenser, contre quelqu'un qui, non seulement en fait de même mais est en plus naturellement doué... Je pense que tu fais fausse route. Je la scrutais avec attention, quelle serait sa réaction, allais-je la briser ou la motiver, la pousser à montrer son vrai visage. Je commencais à m'amuser, et je ne comptais pas perdre ce nouveau jouet sur lequel je venais de poser la main.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Mer 17 Déc - 20:39






E=MC2

Jared & Joy



Travail en binôme. C'était la première chose qu'avait annoncé notre prof en entrant dans la salle, j'avoue que je n'avais strictement pas envie.Et comme je le redoutais je tomba avec un de ces garçons charmants avec rien dans le cerveau du moins en apparence.

Je le voyais griffonner sur sa copie j'avoue que au début je ne faisais pas attention mais finalement e lui avoir demandé de l'aide je me rendis compte qu'il n'était pas si idiot que ça. Mais je préférais mourir plutôt que d'avouer que ce PS était futé. Il me proposa trop gentiment à mon goût de copier sa réponse je fut surprise a première car ce qu'il avait écrit semblait totalement logique. Je cherchais autour de lui par quel moyens subtile il avait pu me berner et ainsi tricher, mais je ne voyais rien d'anormal.
Puis après que j'ai finis de copier ces quelques lignes, il enchaîna sur la question suivante. Son assurance et sa connaissance du sujet me perturbaient au plus haut point mais je le laissais parler. "Et bien la question est trop ouverte pour qu'on puisse définir laquelle des deux réponses de... .Et de ...  Enfin je sais pas si tu as tout compris, mais je me demandais laquelle des deux réponses il faut qu'on donne"
A ce moment précis je ne savais plus quoi dire. C'était pourtant bien moi le génie de cette classe. 2 venais de me faire mette KO par un beau parleur mais j'avais écouté ses deux théories je les avais comprises. Ce que quiconque dans cette classe aurait pris pour du chinois je l'ai compris de a à z et pour cela j'étais fière pour le reste je ne savais que dire ni que faire.

Il finit par dire "ou si il faut simplement noter: "votre question n'est pas pertinente monsieur veuillez reformuler" t'en pense quoi ?" J'avoue que cette proposition me faisait sourire. Mais je ne devais en aucun cas lui montrer quelque signe d'une possibilité d'amitié même si il était sacrément mignon ce qu'il devait sûrement savoir. Je devais faire équipe avec lui tout en menant la danse. Dur mais pas impossible. Apres une réflexion intense je finis par répondre. "Oui en effet la question me semble trop ouverte. Même si ta dernière option me tente bien j'opterais pour la première. Parce que il ne faut pas oublier de prendre en compte ce facteur qui viens  bousculer le reste de l'expérience...." Bizarrement en lui parlant j'eus l'impression d'avoir un Khi en face de moi. Je répondis sur ma feuille avant de relever ma tete vers le petit prodige et de dire: "C'est quoi ton truc?" Il ne semblait pas comprendre pourtant c'était bien simple je reformulais:"Tu n'es pas Khi Omikron n'est-ce pas ..alors comme  ce fait-il que tu sois si doué ?" J'aurais pu ajouter et si charmant mais bon je n'avais aucune envie de le séduire je voulais d'abord percer son secret.

"Au fait moi c'est Joy !" Finis-je par dire en rédigeant ma réponse a la question 6. Le professeur nous regardait du coin de l'oeil ce qui avait tendance à m'agacer, j'ai toujours eu horreur qu'on me surveille.
Je tentais de regardais par dessus son épaule ce qu'il écrivait. Me voilà maintenant en train de copier mon camarade et en train de douter de moi. Ce garçon je devais l'avoir il me perturbait me déstabilisait et c'était quelque chose d'effrayant pour une fille comme moi qui essaye d'avoir confiance en elle.




Hrpg:Je suis sur mon tel je n'ai pas pu mettre les couleurs désolé je le ferai plus tard ;)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Mer 17 Déc - 19:19



Quand deux Einstein se rencontrent, E n'est plus vraiment égal à MC2 ft. Joy Crawford



Les cours m'ennuyaient, c'était une vérité générale car ils ne m'apportaient rien 90% du temps, rares sont les professeurs qui enseignent réellement quelque chose à leurs élèves. Et le prof que nous avions aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle. Il était surement devenu professeur à cause d'un complexe d'infériorité durant sa scolarité, il avait cherché à devenir ce qui autrefois faisait figure d'autorité dans son esprit. Quelle belle déception a t-il du avoir... Cette idée m'amusais, je souriais légèrement quand il eu la stupide idée de nous faire faire des travaux en binôme.

Ma binôme était une jeune fille plutôt séduisante, mais elle avait une attitude hautaine qui avait le don de m'ennuyer fortement. Je décidais donc de l'ignorer. Il distribuait les sujets, je lisais l'intitulé... Un cours répétitif au possible, c'était déjà dans le programme de l'an passé. Un rappel ? Il nous prend vraiment pour des abrutis... Il avait surement du passer sa soirée dans un bar de strip a dépenser sa misérable paie, et par négligeance il nous donnait du réchaufé. Quel rebus de la société celui là ! Pensais-je avec mépris. J'inscrivais mon nom et mon prénom sur mon exemplaire. Ma voisine elle avait déjà commencé à écrire, sans même me consulter, il est beau l'esprit d'équipe... N'avait elle pas la moindre notion de politesse ? Une si belle fille... Quel gachis !

Bien que mes pensées n'étaient pas vraiment en accord avec la situation, je ne m'en plaignais pas, pour une fois quelqu'un m'ignorais, et même si j'adorais être sous le feu des projecteurs, un peu de répis occasionnel n'était pas de refus. Je ne comprenais pas bien l'attitude de ma camarade elle avait pourtant fait mine de place le devoir entre nous pour que nous fassions équipe. Mais soudain elle dit ‘’Bon écoute, tu peux écrire ton nom là en haut à gauche s’il te plait. Ne t’inquiète pas c’est la seule chose que tu auras à faire. Le reste, je m’en charge. Tu peux draguer a belle brune là-bas elle ne cesse de te fixer depuis un quart d’heure.’’ Pff... Quelle garce. Je me plaçais donc à l'extrémité de la table et commençais à remplir mon questionnaire. En plus la brune en question elle me dévisageais pour une bonne raison, elle m'en voulais... J'avais vraiment pas envie d'aller lui dire quoi que ce soit.

Je jetais de temps à autre des coups d'oeil rapides vers ma collègue pour savoir si par hasard elle avait besoin d'aide, car je ne pouvais pas me permettre de mauvais résultats. Jusque là RAS, elle avait l'air de s'en sortir, et le peu que je lisais en biais de ses réponses n'était pas trop mal. Néanmoins je la vis mordiller son stylo, elle avait un blanc c'était sur, je la vis jeter un oeil du coté du professeur. Oh non ! pensais-je, quel boulet elle ne va pas nous amener le prof... C'est donc blasé que je me rapprochais légèrement d'elle, laissant ainsi une porte ouverte à d'éventuelles questions. Quand soudain elle ravallait sa fierté pour me demander ‘’Tu... Tu connais la réponse à la question 4 ?’’ Je souriais alors, j'allais pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce à cette prétentieuse sans nom... Je lui tendais alors ma feuille, et toujours en souriant lui dis :

J'ai déjà répondu, tu peux copier. Je levais alors un sourcil l'air de dire "prends ça dans ta face" mais aucun mot ne sortait de ma bouche, puis je lui fis un sourire charmeur. Je la vis rechigner avant de lire ma réponse, ensuite en lisant elle eu l'air surprise. Et je saisis l'occasion pour lui demander si la question 5 était bien un piège ou non.
Bouche bée elle ne voyait d'abord pas pour quelle raison il y aurait eu un piège je devais alors lui expliquer. Et bien la question est trop ouverte pour qu'on puisse définir laquelle des deux réponse de... Je lui expliquais donc la première théorie en espérant qu'elle comprenait tout.Et de ... Je n'arrêtais pas de parler. Et le prof me jetais des regards en biais, ça se lisait sur son visage qu'il pensait que je draguais cette fille. Enfin je sais pas si tu as tout compris, mais je me demandais laquelle des deux réponses il faut qu'on donne, ou si il faut simplement noter: "votre question n'est pas pertinente monsieur veuillez reformuler" t'en pense quoi ?

Cette question était assez rhétorique, en entendant les deux explications je pensais que la première était surement elle qu'il attendait, même si la deuxième l'ivalidait en partie. Je ne savais pas trop quoi répondre, et ma camarade elle restait pour lors sans voix, je pris mon téléphone et prenais une photo du sujet pour pouvoir le bosser plus tard au calme, si ça tombait pendant un partiel il fallait que je sois capable de répondre sans demander son avis à la blonde d'à coté. Après l'avoir regardée pndant un moment en attendant une réponse, je récupérais ma feuille et me mis à relire le sujet. Peut être avais-je raté quelque chose.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   Mer 17 Déc - 18:03






E=MC2

Jared & Joy



Mon premier jour de cour fut une catastrophe, je n’avais qu’une envie fuir. Loin. Très des fois mêmes je me demandais pourquoi j’étais revenue ici à Miami alors qu’en Inde je m’y sentais comme chez moi. Mais je me souvenais alors de cette  mission top secrète et je comptais bien la remplir même si le chemin serait semé d’embuches. Alors je devais aborder ce nouveau jour avec une pointe d’optimisme. Mais je n’eu que quelques minutes pour profiter.

Premier cours de la journée et obligation de se mettre en groupe avec un illustre inconnu. Il faut savoir que j’ai horreur de ça, surtout quand cet inconnu s’avère être un PS. Je ne sais pas dans quelle confrérie il se trouve mais je le devine bien vite. En plus de cela étant une ancienne Khi Omikron je pense que je vais devoir mener la danse, alors tant qu’il fait ce que je lui demande sans trop poser de questions et que j’ai…enfin nous avons une bonne note je le tolère.

J’attrape une feuille mon stylo et le sujet, je m’assois à une table sans trop me préoccuper du garçon qui fait équipe avec moi. Je note sur la feuille mon nom, je me tourne vers lui pour lui demander son nom puis je me ravise et commence à lire la première question. Il n’a pas l’ai de broncher ce qui ne me dérange pas plus que ça, le prof à l’ai de s’en ficher royalement. J’ai le champ libre.

Des fois je me demande pourquoi j’agis de la sorte. Je voulais changer mais je suis toujours autant solitaire finalement. Mais la réponse fait rapidement surface. Depuis le collège j’ai l’habitude de travailler pour les autres. Alors mon retour à WHS bien que je n’ai pas réintégrer ma confrérie je suis la même, je travaille dur pour avoir les résultats que je mérite. Et ce n’est sûrement pas un garçon beau gosse comme lui qui va me détourner de ma tâche première u moment, le travail.

Le professeur finit par lever ses fesses de son tabouret et passe dans les rangs, je place la feuille au milieu pour faire mine que nous nous partageons les tâches. Ca à l’air de passer comme une lettre à la poste. Je me résous après quelques réflexions acharnées à lui adresser la parole. ‘’Bon écoute, tu peux écrire ton nom là en haut à gauche s’il te plait. Ne t’inquiète pas c’est la seule chose que tu auras à faire. Le reste, je m’en charge. Tu peux draguer a belle brune là-bas elle ne cesse de te fixer depuis un quart d’heure.’’

Voilà il aura tout de même participé à ce travail finalement. Je suis enfin arrivée à la question 4 et bizarrement je bloque. Je n’ose pas appeler le prof, mon égo risque d’en prendre un coup. Je sors mon cours tente de trouver la solution dans celui-ci mais rien. Je ne veux pas échouer si prêt du but il ne me restait que 4 questions, j’y étais presque. Je devais avoir raté tellement de cour pourtant là-bas le lycée français était très bien. M’enfin que voulais-vous.  Je n’ose pas demander à mon binôme, je me doutais qu’il n’avait pas la solution mais après tout pourquoi ne pas tenter, ça me sauverais de savoir que quelqu’un est plus au fond du fossé que moi. Je ne finis pas me tourner vers lui avant de dire un petit sourire en coin. ‘’Tu... Tu connais la réponse à la question 4 ?’’

J’avais joué à l’Eta Iota mais bon c’était un Pi Sigma il devait bien connaître ce rayon de garces et sûrement des pires.  Je rigolais déjà intérieurement m’imaginant les réponses sordides qu’il allait me sortir.




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand deux Einstein se rencontrent, E n’est plus vraiment égal à Mc2 [Jared &Joy.C]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand deux ne font qu'un
» Quand deux destins se ressemble et s'assemble...
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Quand deux paramecias se heurtent (Flashback PV Hikari)
» Quand deux destins se croisent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: