AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Le Clash du siècle ! -Pay & Davy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   Lun 22 Déc - 19:05

J'avais crié sur Davy et je lui avais dis ma façon de penser, le traitant de vipère et de visage pâle.
Soudain, je ressentis les doigts du mec baraqué se resserrer sur mes clavicules. Je fis une grimace de douleur. Il me faisait mal. Pourquoi il me faisait ça, je ne lui avais rien fait !
" Arrêtes ça toi, je ne t'ai pas donné l'ordre d'agir ainsi que je sache ", lui hurla Davy.
Je regardais mon meilleur ami avec un regard noir. Pourquoi agissait-il de la sorte avec moi ? Moi, son best ?
Il me semblait qu'il me prenait pour un sauvage, comme le stéréotype que souvent les Blancs pensaient : un peau rouge = sauvage, cruel, ect. Or, ce n'était pas ce que j'étais.
J'étais civilisé, sympa, drôle, riche, bien élevé...Je n'étais pas un Sioux de western.

Un chauffeur monta dans la limousine et nous emmena devant une énorme villa, plus grande et belle que la mienne. Le trajet fut silencieux. Je pensais à Meika et Joy.
On entra dans la demeure. Ça devait être la maison des Hope. J'observais silencieusement la villa. Nous montâmes à l'étage. Davy s'arrêta devant une porte, se retourna, fit un signe de tête, puis je sentis une main se plaquer sur ma bouche. Je voulu retirer cette grande main qui me servait de baillon, mais je n'y arrivais pas. De toute façon, le mec m'en empêchais.
Je décidais d'arrêter d'essayer de me dégager. Je restais silencieux et calme.
Le brun ouvrit la porte et je vis à l'intérieur Joy, couchée sur le canapé, endormie. Je l'observais un moment puis levais le regard vers Davy. Il ferma la porte.
Il m'expliqua que j'avais blessé Joy. Je baissais les yeux puis hochais tristement la tête.
Je relevais mon regard triste vers mon meilleur ami, puis lui demandais par le regard si il pouvait dire au mec de me débâillonner. Je voulais parler et je parlerais calmement cette fois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   Mer 10 Déc - 19:28

DAVY           Supermassive Black Hole by Muse on Grooveshark                PAYTAH



Lorsque le garçon répliqua que je ne comprenais rien, qu'il aimait Joy, je ne pus m'empêcher de me dire qu'il me prenait réellement pour un con. Lui ? Aimer Joy ? Laissez-moi rire, quelle pitoyable blague. L'envie de le frapper me vint de nouveau, mais je ne fis rien, n'ouvrant toujours pas la bouche. Le regardant à travers mes lunettes de soleil, j'attendais la suite. 

Quelques instants passèrent sans que lui ou moi n'ouvrions la bouche. Nous regardant l'un l'autre, sans faire attention à ce qu'il pouvait bien se passer à l'extérieur de la voiture. C'est alors qu'il ouvrit la bouche, déblatérant l'une des conneries les plus flagrantes de l'univers. Moi ? Aimer Joy ? Il se foutait d'moi là pas vrai ? Moi Davy Markus Hope Bolovitch ? Avoir des sentiments pour quelqu'un ? Physiquement impossible.  Pour seule réponse je n'esquissais qu'un sourire, tout en enlevant mes lunettes de soleil car, avouons-le, dans l'habitacle de ma voiture, elles n'avaient aucune utilité. Pour ce qui était de mon manque d'actes linguistique, c'était que j'attendais encore le bon moment pour ouvrir ma gueule. 

C'est alors qu'il haussa la voix. Même plus que hausser, il hurlait même. J'arquais un sourcil, le gauche, pour être précis. J'écoutais l'aborigène vomir un flot de paroles ininterrompues et particulièrement drôles. Il me traitait de traître, or, il savait comment je réagissais lorsque quelque chose me semblait être mal. Et puis, à ma manière, je l'avais prévenu. Mon monologue avant d'encastrer sa tête dans l'encadrement de la portière était une sorte de mise en garde, et il le savait, vu comment il avait réagi. Il me traita également de lâche et de menteur, je ne lui avais pas menti, je n'aimais pas Joy, et au pire, il ne me l'avait jamais demandé, et si j'avais été un lâche, je n'aurais pas pris la peine de me déplacer pour le remettre en place, j'aurais juste envoyer Egor lui péter les deux jambes. Il me traita d'assassin, non... tout simplement non, il était encore en vie que je sache ! Et honnêtement, venant d'un mec dont la tribu est connue pour être des coupeurs de têtes, cette remarque me faisait doucement rigoler. 

Par contre, pendant ce temps, quelque chose d'autre ce produisait dans l'habitacle. Les menaces que me fit l'autochtone commença à crisper mon mafieux russe, qui resserra ses gros doigts autour des clavicules de Paytah. Je regardais le gros bonhomme, ayant l'impression que s'il continuait, il allait lui briser les os. Je fronçais les sourcils, et d'une voix sèche je lui lançais un : " Arrêtes ça toi, je ne t'ai pas donné l'ordre d'agir ainsi que je sache ". Egor se détendit alors, maintenant tout de même Paytah afin que celui-ci ne puisse pas bouger. Et en toute honnêteté, il valait mieux pour lui qu'il reste tranquille, car moi, à sa place, je n'oserais même plus parler, ni même trembler.

Mon regard se posa de nouveau vers Paytah. Je l'observais longuement de mes yeux bruns, pendant que celui-ci me fusillait du regard. Cela ne me fit ni chaud ni froid car après tout, la devise des Hopienne était très simple : Quand on s'attaque à un Hope, faut pas s'attendre à survivre. J'avais été élevé ainsi, pensant que nous pouvions tout contrôler, tout avoir, tout dominer. Dans l'esprit de Cassidy, Jared, Adrian et moi, c'était très simple, nous étions des rois dans ce monde.  
Je ne disais toujours rien, ma salive n'avait pas à être utilisée pour ce genre de chose, la gaspiller pour un discours comme celui de Paytah n'était pas digne de notre amitié, et n'était certainement pas digne de moi. L'heure de parler n'était pas encore arrivée. Egor tourna la tête, puis m'annonça que le chauffeur était arrivé. J'acquiesçais  d'un signe de la tête. Le chauffeur monta dans la voiture, il démarra. Le trajet fut de courte durée, mais dans le silence, tout paraissait plus long, plus intense... 

Le chauffeur se gara devant l'allée de pavés gris anthracite qui menait jusqu'à la porte de ma demeure. Je descendis de voiture le premier, suivi de près par Paytah, toujours fermement maintenu par Egor, par simple mesure de sécurité. Je n'aimerais pas que cet indien reprenne de vilaines manies pas vraiment adaptée au monde des blancs, comme par exemple, essayer de m'attaquer dans le dos avec un couteau fait en caillou taillé à la main.  

L'agent d'entretient ouvrit la porte de la demeure, me souhaitant la bienvenue dans une petite courbette, ne faisant pas réellement attention à ce qui était en train de me suivre. Peut-être avait-elle eu l'habitude de ce genre d'évènements en ayant servie mon père en Russie avant son arrestation. Je regardais à droite, puis à gauche, Cassidy devait encore se prélasser dans sa chambre, ou déjà être en pleine partie de jambes en l'air chez l'un de ses nombreux jouets humains. 

Je montais les escaliers, suivi par Egor et Paytah, qui se demandait certainement ce qu'on venait faire ici. Avant d'ouvrir la porte, je me retournais, faisant un signe de tête à Egor. Celui-ci compris, et plaqua sa main sur la bouche de Pay, pendant que je lui fis signe de ne faire aucun bruit. J'ouvris la porte. Joy était toujours sur mon canapé, endormie. Je laissais Paytah l'observer également, puis après quelques minutes, je refermais la porte. 

- Après votre soirée, elle est venue me voir. Désespérée, tu lui as fait du mal. Et ça malheureusement, je ne peux l'accepter. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   Lun 8 Déc - 22:31


La première chose que j'ai vu, c'est Davy. Puis, la deuxième chose...sa limousine. Pourquoi il avait emmené une limousine avec lui ? La troisième chose que je vis c'est un grand monsieur un peu coincé. Mais rien ne pouvait gâcher ma joie de voir mon meilleur ami ! J'aimais beaucoup Davy, c'était un chouette gars !
Je le saluais chaleureusement, mais je fus reçu avec froideur. Je m'inquiétais alors pour lui.
Le jeune proprio de Hope International s'avança vers moi, en colère. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Il avait ses règles ou quoi ?
« Je me souviens d'un garçon qui vivait d'amour et d'eau fraîche. », commença t-il.
« Ah bon ? C'est qui celui là ? MDR. », fis-je en pouffant de rire.
« Il pensait au grand amour avec un grand A. »
Ah ? Ce mec me ressemble. Moi aussi je pense au grand amour avec un grand A. Meika...*-*.
Mister Bolovitch continua : « Il avait des principes aussi, que je trouvais très bien. Je pensais que ce mec était intègre et qu'il se tiendrait à ses convictions comme si elles étaient sacrées. A la place, j'ai appris que cette même personne avait tenté de manipuler quelqu'un qui m'était cher. »
Oh Oh...
Mon visage changea. Mon sourire disparu. Il s'assombrit. Joy... comptait à ses yeux ?
« Tu vois de quoi j'parle Yellow ? ».
J'avalais ma salive pour toute réponse. Le regard de Davy me transperce. Je deviens plus pâle, mes yeux s'agitent de droite à gauche et de gauche à droite. Je me mets à trembler. Un Hope...c'est dangereux. Un Hope peut tout. Contre un Hope, on ne peut rien.
Le visage Pâle remonte ses lunettes et m'observe. Je recule d'un pas. Un de mes poings se serre. Je suis ceinture noire de Karaté. Davy l'ignore. Je sais me défendre. Si un coup pars, je donnerais aussi.
Je fixe Davy. Il me fixe aussi. Mes yeux innocents le regardent. Ma bouche est légèrement entre-ouverte. Mon cœur fait BOUM-BOUM. Mon meilleur ami s'approche de moi. Il me fait peur. Je recule. Il avance.
Je peux me défendre.
Mais là...une torpeur s'empare de moi. Tellement que quand le mec coincé ouvre la porte et que Davy m'empoigne par les cheveux, je ne fais rien. La peur m'a paralysé. Je crie de douleur quand Davy m'attrape par les cheveux. Puis soudain, mon meilleur ami me cogne contre l'encadrement de la porte. Je pousse un cri à la fois de surprise, de douleur et de peur. Le coup a été si fort, que je ne me sens pas bien. Je me sens sonné. Je me sens tituber. Le mec me soutiens, puis me fait entrer dans la limousine après être monté avec Davy. Il ferme la porte. Je suis prisonnier.
Je me tiens le front. J'ai mal. Mais la douleur à l'intérieur est plus forte que jamais.
« On joue pas avec Joy Pay'. On joue pas avec une fille. J'espère que ça te servira de leçon, autrement je peux te promettre que mon ami Egor ici présent se fera un plaisir de te rappeler qu'il faut pas déconner avec ça. », me lance Davy.
Je reste silencieux. Puis, au bout d'un moment, je m'écrie en colère : « Tu ne comprend rien ! J'aime Joy ! Je l'aime et je n'ai pas joué avec elle.».
Je lui lance un regard noir. J'ai menti. J'ai menti pour avoir une autre chance avec Joy. Sait-on jamais !
Si ça se trouve, Meika ne m'aime pas !
L'attente est tellement longue que j'en pers la foi!
Je lance ensuite : « Tu l'aime...tu aime Joy, pas vrai ? ». J'élève la voix : « Tu aime Joy et tu ne m'a rien dis ! Je croyais qu'on était censé êtres des meilleurs amis ! Mais apparemment, tu sais MEME PAS CE QUE CA VEUT DIRE vu comment tu as osé me frapper. Ré-essaie si tu l'oses. La prochaine fois que tu lève la main sur moi, tu entendra parler de moi  espèce de Nodawe* (*vipère en Lakota) ! Vous les visages pâles, vous êtes décidément tous les mêmes de génération en génération ! Des menteurs, des lâches, des traitres, des tueurs ! Tous les mêmes ! »
Je lançais un regard à Davy qui, si il pouvait tuer, l'aurais fais.
Je m'en moquais qu'il était de Hope international ou pas. Il m'avait blessé. Il fallait qu'il le sache !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   Lun 8 Déc - 20:04

DAVY           Supermassive Black Hole by Muse on Grooveshark                PAYTAH




Lorsque je me réveillais ce matin là, je ne pus m'empêcher de me demander comment j'avais pu trouver le sommeil. A mes côtés se trouvait Joy, qui s'était endormie après m'avoir parlé de sa soirée en long, en large et en travers. Je passais dix minutes à l'observer, ne comprenant pas très bien comment elle aussi, avait réussi à trouver le sommeil après la discussion que nous avions eu, sur la naïveté de la jeune fille, et le comportement de Paytah. 

Personnellement, je ne comprenais pas comment celui-ci avait osé manipuler ainsi une jeune fille si gentille et si pure. Après tout, Paytah n'avait jamais été comme ça, il n'avait jamais fait du mal à une jeune fille. Il avait toujours été comme lui, respectueux. Pensant que le plus important dans une relation était le respect et les sentiments réels. 

Je me levais de mon canapé en faisant bien attention de ne pas réveiller la jeune Evans, puis me dirigea sans bruit vers mon dressing afin de prévoir une tenue pour la journée. Je me dirigeais en suite vers ma salle de bain afin de me faire couler un bain, puis entra dedans une fois que la baignoire fut remplie d'eau. A l'intérieur de ma baignoire en pierre polie, je ne pus m'empêcher de réfléchir longuement. Je n'arrivais vraiment pas à comprendre ce qui était en train de se passer dans la tête de Paytah, à croire qu'il n'avait plus aucune valeur morale. 

Je me suis relevé puis attrapa ma serviette que j'enroulais autour de ma taille, avant de me sécher entièrement et de m'habiller, tout en pratiquant mon rituel habituel matinal bien entendu. Je regardais mon reflet dans le miroir. " Que veux-tu faire toi ? Tu ne vas quand même pas laisser ton meilleur pote devenir un connard de manipulateur de merde ? " Non, je ne pouvais décemment pas laisser Paytah faire une descente aux enfers. 

Je me dirigeais de nouveau vers ma chambre, Joy toujours endormie, ne se doutais aucunement de ce que je m'apprêtais à faire. Je pris une feuille blanche d'un papier luxueux, à effet coquille d'oeuf, puis attrapa une stylo à encre bleu, afin de laisser un mot à la jeune femme : je suis sorti, lorsque tu te réveilleras, prend une douche, et demande à Géraldine de te préparer le petit déjeuner, elle t'appèlera un taxi pour rentrer chez toi. A oui, et prends gardes à toi, Cassidy est à la maison aujourd'hui. 

Je déposais le mot sur la table basse en face de mon canapé où la jeune fille était négligemment allongée, puis demanda à Egor de m'accompagner dans la journée. Le petit Davy Markus Hope Bolovitch n'était pas là aujourd'hui. Aujourd'hui, c'était un Hope qui avait ouvert les yeux. Je m'installais à l'arrière de la limousine alors qu'Egor montait derrière le volant. Sur la route, je lui demandais de téléphoner au lycée de Wynwood afin de pouvoir payer la femme qui faisait les annonces aux hauts parleurs afin de pouvoir faire passer un message à Paytah. L'appel de l'argent et le nom Bolovitch éveilla tout de suite l'intérêt de la femme, qui accepta sans poser la moindre question. 

Durant toute la journée, je me préparais mentalement à ce que j'allais faire ce soir. Assis sur le capot de la limousine, Egor à mes côtés, je fumais une cigarette. Lui me regardait avec gravité. Il ne pensait pas que cette mise en scène était nécessaire. Mais après tout, les Hope faisaient souvent tout trop grand. Le majordome me répliqua en suite que je ne devrais pas fumer. Je lui répondis avec froideur que mon père le payait pour me servir, et non pas pour se préoccuper de la santé de mes poumons. 

Une voix résonna derrière moi. Il était là, souriant. Comme si je ne savais pas ce qu'il venait de faire. Il me tendit la main. Il aurait dû s'apercevoir que quelque chose n'allait pas, car habituellement, je ne me promenais pas avec la limousine, et encore moins avec Egor. Je m'approchais du garçon avec l'air le plus sérieux du monde, le regard perçant, le regard Hope. 

- Je me souviens d'un garçon qui vivait d'amour et d'eau fraîche. Il pensait au grand amour avec un grand A. Il avait des principes aussi, que je trouvais très bien. Je pensais que ce mec était intègre et qu'il se tiendrait à ses convictions comme si elles étaient sacrées. A la place, j'ai appris que cette même personne avait tenté de manipuler quelqu'un qui m'était cher. Tu vois de quoi j'parle Yellow ? 

Je regarde longuement le garçon. Ça y est, il sait ce qui est en train de se produire. Paytah sait qu'il ne parle pas à son meilleur ami, mais à un Hope. Son visage semble changer, habituellement si rayonnant, il est devenu craintif. Je le sens nerveux, tremblant. Je m'approche de lui, puis pose mes lunettes de soleil hors de prix sur l'arrête de mon nez. Je regarde longuement l'autochtone, il semble suer à grosse goutte. Il sait que même s'il essaie de se défendre ça ne l'avancera à rien, car Egor surveille ses moindres faits et gestes. 

Je l'observe sans rien dire, des mes doigts, j'enveloppe mon menton, et lance un sourire au garçon qui se trouve devant moi. Je m'approche encore de Pay, lentement, mais sûrement. Je l'observe, je guette le moindre geste du garçon qui me fixe également. Egor ouvre la porte de la limousine. Je regarde l'intérieur, puis attrape violemment le garçon par les cheveux avant d'envoyer sa tête dans l'encadrement de la porte de la limousine. Il n'y a pas de sang, mais le choc est assez violent pour que Pay se retrouve sonné. Egor attrape l'indien afin que celui-ci reste sur ses jambes pendant que je monte dans la limousine. Egor entre à son tour et fait asseoir Paytah à côté de lui, juste en face de moi. Puis il ferme la porte de la limousine. 

- On joue pas avec Joy Pay'. On joue pas avec une fille. J'espère que ça te servira de leçon, autrement je peux te promettre que mon ami Egor ici présent se fera un plaisir de te rappeler qu'il faut pas déconner avec ça. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   Lun 8 Déc - 18:08

Le Clash du siècle !
C'est un Clash qui te fera mal au coeur...tellement mal que tu auras honte, très honte!

Je marchais en direction de la plage, mains dans les poches, me demandant ce que Davy, mon meilleur ami voulait me dire.
J'avais entendu une annonce dans le haut parleur, me convoquant. J'avais rendez-vous donc avec Davy à la plage.
Je rependais à la soirée que j'avais passé hier avec Joy Evans , une blonde qui venait de Dallas.
Je l'avais manipulé, espérant qu'elle tomberait sous mon charme pour rendre jalouse Meika.
J'avais fais un énorme numéro, pleurant même, malgré moi, car je n'aimais pas faire ce genre de cinéma. J'étais un mec doux et sincère avec les filles. Mais avec Joy, j'avais usé de la ruse pour la charmer. J'avais exagéré mes mensonges, disant qu'elle comptait pour moi. Je l'avais embrassé deux fois, réalisant ainsi  mon rêve d'embrasser une blonde, les blondes étant mon type de fille.

Je portais aujourd'hui un sweat gris, un jean noir, des converses noires, des piercings en argent aux oreilles (un à l'oreille gauche, deux à l'oreille droite), le bracelet multicolore de Meika et un bracelet noir clouté. J'avais les cheveux mi longs qui retombaient sur mon cou. C'était des extentions. J'étais impatient que mes cheveux poussent. Il fallait attendre. Attendre. Que je détestait ce mot ! Attendre...Comme Meika.  Il faisait dans les 20°C par là. Il était 17h20. Je venais de sortir des cours et j'étais passé chez moi déposer mon sac et ma guitare.
J'étais enfin arrivé à la plage. J'aperçus Davy, qui m'attendais déjà. Je m'avançais vers lui, le sourire aux lèvres : « Salut Davy ! Comment ça va ? ». Je lui présentait ma main pour qu'on puisse faire notre handshake, mais il ne réagit pas.
« Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as l'air fâché. Tu as eu une mauvaise note ? Hope International à coulé ? Quelqu'un t'énerve ? », demandais-je.
Je voulais savoir ce qui génais mon meilleur ami. Nous étions amis et les amis s'entraidaient toujours entre eux !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Clash du siècle ! -Pay & Davy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Clash du siècle ! -Pay & Davy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Davy James' Fiche technique
» Davy Back Fight !
» Golf : Le coup du siècle
» Cours #1 • La Crémation des Sorcières au 14ème siècle
» Vie et Étiquette au XIXème siècle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: