AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Départ pour la Laponie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mar 23 Déc - 19:01






départ pour la Laponie
Bambi, Ethan et Fawn


Intéractions: Fawn, Ethan
Mentions: Meven, Sean, les Kent, Carry, Eden

Maman et Papa ont accepté que Fawn et moi aillons passer 10 jours en Laponie. Le voyage est organisé par Wynwood, et englobera aussi bien Noël que le Nouvel An. Je suis vraiment heureuse qu'ils aient accepté, mais en même temps, je me sens égoïste de ne pas passer les fêtes de fin d'année avec mes parents. C'est bien la première fois de ma vie. Pour une fois, mon enthousiasme n'est pas complet. Je me sens en fait limite réticente à y aller. Fawn, elle, a repris la joie de vivre qu'elle avait perdue. Elle est plus expressive, plus souriante, plus vivante. Elle ressemble plus à la jumelle que je connaissais avant l'accident. Je suis contente pour elle. Au final, c'est d'ailleurs grâce à elle que je me suis laissée embarquée dans cet avion.

Meven vient nous chercher au bâtiment des NZ avec un jeune homme blond que je ne connaissais que de vue. Il se présente comme étant Sean. A l'aéroport, on enregistre nos bagages sans trop de problèmes et on rejoint le reste du lycée en salle d'embarquement. L'excitation générale commence à me gagner peu à peu, et voir Fawnie si heureuse me remplit de bonheur. Je n'arrive pas à quitter mon sourire. Toujours près de Meven et Sean, je regarde un peu autour de moi pour voir si je peux trouver des amis. J'aperçois de loin le groupe des Kent que je connais tous plus ou moins de vue. Parmi eux, il y a Ethan; penser qu'il peut me voir avec deux PS me fait violemment rougir, et je m'excuse auprès des deux jeunes hommes pour m'éclipser avec Fawn à un autre bout de la salle.

"Alors, Fawnie? T'es heureuse? Heureusement que Papa et Maman nous ont envoyé nos affaires d'hiver, je pense qu'on en aura bien besoin en Laponie. Ça ne sera pas bien différent de Québec en hiver. La maison me manque tellement parfois..."

Je soupire et me perd dans mes pensées. On discute encore un peu toutes les deux, assises sur des sièges à l'écart des autres. Je n'ose pas chercher Ethan du regard. Enfin, on peut embarquer. Je monte à bord de l'avion que je vais prendre pour la deuxième fois de ma vie. Fawn et moi choisissons un carré de sièges libres, et nous nous installons côte-à-côte. J'occupe la place près du hublot, mais je suis prête à la céder à ma sœur si jamais l'envie lui prend. Bientôt, nous sommes rejointes par Ethan, qui comme toujours étale sa bonne humeur devant nous: "Je me mets là ! Si ça vous dérange, c'est votre problème !" Un sourire en coin se dessine sur mon visage. Je sais qu'il pense exactement le contraire, ce qui fait que je ne prend pas la remarque à cœur. Il s'est assis juste en face de moi et regarde par le hublot. Je l'observe encore quelques instants avant de me rendre compte que je le fixe plus que nécessaire, alors je me détourne et fouille dans mon sac pour en sortir un livre et un sachet de gâteaux. Le luxe autour de moi me met mal à l'aise; ma famille n'a pas pour habitude de dépenser des sommes pharaoniques, et le luxe n'a jamais fait partie de notre quotidien. Certes, nous vivons confortablement, mais nous n'avons presque rien de superflu.

"Ça ne vous gêne pas un peu autant de luxe? Enfin, c'est tellement énorme. Je suis pas habituée. D'ailleurs, j'espère ne jamais l'être."

Une autre jeune femme (Carry) vient se placer dans le siège restant, mais elle ne semble pas encline à la conversation, alors je la laisse tranquille. Pour une fois, mon côté boute-en-train et hyperactif est quasiment inexistant. J'espère que le directeur ne va pas nous rappeler ô combien les 17 heures d'avion vont être longues, je sais déjà que jamais je ne pourrais tenir aussi longtemps sans rien faire. Je ne suis peut-être pas particulièrement enthousiaste aujourd'hui, mais je reste Bambi Rivest, incapable de ne rien faire pendant plus d'une heure. Mais bon, j'ai pris le paquet pour m'occuper: musique, livres, appareil photo, jeux de cartes et puis je pense aussi dormir si le temps se fait vraiment long. En dernier recours, il reste bien sûr les films mis à notre disposition. Contre toute attente, je sens vite l'épuisement me gagner. Comme l'excitation générale est un peu retombée, elle laisse place à la fatigue accumulée au cours des dernières heures. Mon livre encore dans les mains, je pose mon marque-page là où je me suis arrêtée, me roule en boule sur mon siège avec une couverture toute douce et m'endors. Je suis réveillée par l'annonce d'une hôtesse qui nous dit que nous allons arriver à Londres.

Mes yeux s'ouvrent à la volée et je me réveille tout à fait. Je me relève dans mon siège, regardant au passage par le hublot tout en gardant une oreille ouverte pour écouter Eden. Une fois qu'il a fini, je réveille doucement ma jumelle, malgré mon excitation. Je lui résume vite fait ce qu'a dit Eden, puis me tourne vers Ethan: "Ça vous dirait d'aller se prendre un petit déjeuner? Je paye pour tout le monde." On descend de l'appareil et je me dirige automatiquement vers le premier lieu qui dégage une bonne odeur de pain chaud et de jus de fruits. Je commande un croissant et un jus d'orange qui vient juste d'être pressé, laisse les autres choisir, paye, puis vais m'asseoir avec eux devant les grandes baies vitrées avec vue sur le tarmac. Je sors mon appareil photo de mon sac et prends quelques photos. La lumière est magnifique et ces grands oiseaux blancs dont le ballet est parfaitement orchestré m'ébahissent.

"C'est beau... dis-je à personne en particulier. Et dire qu'on va remonter là-dedans dans quelques heures en n'ayant vu que cette infime parcelle de Londres... (soupir) Je suis un peu dégoûtée. J'aurais eu tant de choses à voir et à photographier! On reviendra."

Ce n'était pas une question, mais bien une affirmation. On reviendra. Je ne sais pas vraiment à qui j'ai dit ça. A Fawn? Ou bien à Ethan? Je coule un regard vers lui. Il a les yeux qui suivent les avions, mais quand il sent mes yeux posés sur lui, il tourne la tête vers moi. Je rougis et baisse les yeux vers mon appareil pour soi-disant trier les clichés que j'ai pris. C'est vraiment bizarre ce qu'il m'arrive...

Tenue de Bambi

Résumé:
 

Spoiler:
 


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Dim 21 Déc - 11:20

Intéractions: Dwight, Shane, Nathan, Sasha (vite fait) et je crois que c'est tout
Mentions: Eric

Allongée sur son lit, la flemme l’emporta sur la motivation de la sigma mu. Ce soir, elle partait dans un pays lointain. Elle ne connaissait pas exactement le temps de trajet, mais elle se doutait que ça se rapprochait grandement de 10h de vol. A cette idée, elle avait seulement envie de se désinscrire de ce voyage à la dernière minute, voulant donc préserver sa patience qui allait être mise à rude épreuve. Finalement, elle se mit un coup de pied au cul et commença son sac avec dans la seule idée de le finir le plus vite possible. Pour ce voyage, on leur avait dit de prendre des trucs chauds et de quoi tenir à des degrés très certainement plus proche du -50 qu’au zéro et Leahna avait prévu, passant une journée dans la semaine à dévaliser tous les magasins de la ville, bien qu’acheter une veste bien chaude à Miami, c’était un peu comme chercher une mini jupe au pole nord : mission impossible. Ce jour-là, elle était revenue à la confrérie avec des sacs plein les mains, passant à peine la porte d’entrée du bâtiment. Sous les yeux ébahis de ses confrères, elle s’était justifiée avec un simple « oui bah… j’ai pas envie de mourir de froid ! » Certes, blonde, mais un minimum prévoyante. Blonde… Oui, mais plus pour très longtemps. Dans son planning qui était désormais vide depuis la fin des cours, elle avait dans l’idée de se teindre les cheveux. A croire que c’était sa période du brun. L’année dernière déjà, pour ce bal de Noël qu’elle participait avec Nathan, elle était brune et c’est ce à quoi elle passa une partie de la journée avant le départ : changer sa couleur de cheveux. (Cf. Photo profil)

Pour se rendre à l’aéroport, Leah s’était arrangée avec Shane qui participait aussi au voyage et même si elle était sur le point d’être prête, elle n’était pas certaine que lui l’était tout autant.  Elle discuta de deux trois formalités de confrérie avec Eric en attendant leur recruteur quand elle hurla dans la cage d’escalier « SHANE, ARRETE DE FAIRE TON PLAYBOY ET BOUGE TON CUL ! » et reprit la discussion avec son adjoint, le temps que le sigma mu daigne enfin se tenir prêt à partir. Lorsque ce fut le cas, elle n’osa même pas imaginer le chantier dans lequel il avait mis sa piaule. Ils purent enfin prendre la route vers l’aéroport dans la poubelle roulante de Shane qui, au final n’était pas moins pourrie que sa poubelle à elle. Sa mère la suppliait encore aujourd’hui de changer de voiture, mais bien trop attachée à sa vieille voiture à qui il fallait 10 minutes pour démarrer, elle refusait catégoriquement. A l’aéroport, Leah suivit Shane jusqu’à l’enregistrement des bagages et puis rejoignit les autres. Elle s’empressa d’aller se chercher un capuccino et s’installa sur un siège, sans vraiment faire attention à son entourage, finalement. Jouant avec la cuillère, elle en était au stade de raconter de la merde à Shane, tellement l’ennuie la prenait de cours « Tu sais quand tu fais ça… » Elle tapa la cuillère dans le fond de son gobelet « et que ça fait du bruit qui monte dans les sons aigus, ça veut dire que c’est du vrai café ? » Le bruit du néant résonna suite à ses multiples choc contre le fond de son gobelet. « Ouais bon, ici ça fonctionne pas vu que c’est du carton ! Mais quand t’as une vraie tasse, parfois ça fonctionne ! » En voyant la tête de Shane à sa débilité, elle tenta de le prendre de court « Aucune réflexion sur ma blondeur, White, à partir d’aujourd’hui je suis brune » Le directeur expliqua le déroulement du voyage alors que Dwight pointa le bout de son nez en lui précisant qu’il comptait bien l’emmerder durant le voyage. Une nouvelle qui ne l’enchantait pas du tout et avant même qu’il n’ait commencé, la Sigma mu se sentait déjà blasée. « C’est pas parce que ton frère est parti jouer les jolis cœurs ailleurs que tu dois te décharger sur moi ».

Dans l’avion, Leahna avait pris place avec Shane et Dwight qui, visiblement n’avait pas l’intention de se calmer. Shane lui demandait un service « Rassure-toi, t’es pas très gros mais quand même pas au point de pouvoir passer à travers un hublot, mais j’y veillerai, promis. C’est dommage que Rico ne soit pas venu. ». Dwight l’interpela, pour lui faire comprendre qu’il s’emmerdait. « Bah écoute de la musique ou vas voir tes potes, j’en sais rien moi Dwight ». Shane lui parlait ensuite de ski. Est-ce qu’elle savait en faire ? Oui, elle avait appris. C’était pas une championne, mais elle se débrouillait et elle comptait bien faire des sessions de ski avec qui le voulait, si vraiment ils le pouvaient. Dwight repris de plus belle, une fois, deux fois, pour finalement l’énerver. Elle le poussa en dehors de leur place à 4 en s’adressant au Sigma mu d’un « Je reviens », et entraina le Pi Sigma dans le fond de l’appareil.

- « A quoi tu joues là ? T’as quel âge Dwight, tu comptes faire le gamin de 5 ans pendant les 17 prochaines heures ou quoi ? Je te préviens, ça me gonfle déjà. J’sais pas, t’as des potes non ? Vas les voir, discute avec, dors, écoute de la musique j’en sais rien, mais si c’était pour réclamer ton frère pendant 2 semaines, honnêtement je vois pas pourquoi t’es venu. T’aurais très bien pu le rejoindre. Donc soit tu le mets de côté et tu mords sur ta chique et t’arrête ton attitude de gamin de 5 ans, soit je pète un câble. »

En retournant vers sa place, Leahna s’arrêta là où se trouvait Sasha, Nathan et deux potes à eux. Ne les connaissant pas du tout, elle se contenta juste de saluer les deux PS en leur adressant un sourire pour le coup, un peu forcé, sans rien ajouter avant de retourner s’asseoir. Une jeune fille qu’elle n’avait jamais vue ou juste entrecroisée discutait avec Shane qui fit les présentations. Leah sourit et regarde Shane d’un air suspect pour finalement mettre ses écouteurs et se laisser bercer par la musique.

Le lendemain, Leahna fut réveillée par la voix d’Eden Cobb qui leur annonçait l’atterrissage à Londres. De part son enfance, elle avait instauré une certaine distance avec l’Angleterre, mais ça ne l’empêchait pas de sourire à l’idée de pouvoir se dégourdir un peu les jambes. Plusieurs personnes avaient leur anniversaire et dans le tas elle ne connaissait que la mère de Nathan à qui elle s’empressa de souhaiter un bon anniversaire. Dans l’aéroport,  Dwight lui proposa d’aller prendre un petit dej, pour se faire pardonner. Elle se contenta de lui voler un baiser accompagné d’un « C’est une gentille attention, mais j’ai pas faim. Tu peux aller te chercher un truc si tu veux, je vais près de Shane, on se retrouve là » La Sigma mu pris la direction de son confrère  « Alors t’as pu fumer ? Et ce vol t’en as pensé quoi ? Dire qu’on n’est même pas à la moitié, j’en ai déjà marre » Leah attacha ses cheveux d’un élastique quand un bras vint entourer ses épaules et l’entrainer ailleurs. Elle se retourna vers Nathan « Je dois trouver un cadeau pour ma mère illico-presto et j’ai besoin d’un avis féminin. » Elle sourit à ce qu’elle était en train d’entendre « Ah oui et maintenant que t’as besoin de moi j’existe ! » Elle marqua une pause le temps de voir la réaction de son meilleur ami puis repris « je déconne » et se laissa entrainer par le pi sigma. « T’as vaiment aucune idée pour ta mère ? Tu pourrais…. Lui acheter un blackberry ? Pour son boulot c’est beaucoup plus pratique qu’un Iphone, en plus elle pourrait filtrer ses appels du bureau. Elle dit souvent que ça l’agace quand des clients l’appellent le week-end. Au moins avec un blackberry non seulement elle pourrait faire ce qu’elle veut, mais en plus à chaque fois que son téléphone sonne, elle n’y répond pas et ne répond juste qu’à son portable privé » La jeune fille réfléchit encore « Si tu veux quelque chose de plus symbolique et plus personnel, tu peux lui offrir une rose rouge ou un scarf de marque. Un scarf c’est beau, c’est classe, c’est personnel. Ou un voyage avec l’homme de sa vie, vu que je l’ai vue discuter et rigoler avec ton père en arrivant.» Leah croisa ses bras dans l’attente d’une réaction quelconque de la part de son meilleur ami « Non laisse tomber le voyage, ça peut être plus gênant qu’autre chose pour elle, ou alors pas avec ton père... Avec le père de Nina par exemple. Et moi tu comptes m'offrir quoi? Je peux te conseiller aussi, si tu veux » ponctua-t-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Dim 21 Déc - 0:01



Voyage en Laponie
« Escale à Londres »

Intéractions: Sean
Mentions: Eden, Leahna, les SM, Sieg, Héra, Sean, Isobel, Alex, Paytah, Mike et il me semble que c'est tout

J’arrive à l’aéroport, plus qu’impatiente, ma valise à la main et un sac balancé sur l’épaule. La Laponie quoi ! J’ai tellement hâte d’arriver, rien que changer un peu de température ! Ça fait un moment que j’ai pas quitté Miami, très longtemps en fait, mais bon là je ne pouvais pas rater ça. Quand je passe les portes de l’aéroport je n’ai aucun regard en arrière. Je me dirige vers l’amas d’élèves tous aussi excités que moi. Eden est là aussi. Il nous fait un petit speech passionnant. Je cherche du regard des gens que je connais. Je fais un signe à Leahna et d’autres SM, lance un petit sourire à Sieg (qui est avec sa connasse comme toujours) et repère aussi Sean. Nous enregistrons ensuite toutes les bagages avant d’embarquer dans notre avion privatisé. Je m’installe dans un coin, regardant par le hublot. C’est fou ce que ça me manque l’époque où on partait en vacances en famille.

« Un peu de silence, merci. Tout le monde s’installe dans le fond de son siège et ouvre grand ses oreilles. Celui qui parle en même temps que moi il passe ses nuits à la belle étoile. On y va pour la répartition des chambres.  Chambre 1… »

Les noms défilent, j’attends bien sagement le mien qui ne tarde pas à arriver:

« Chambre 8 : Dwight Young, Leahna Montgomery, Alexandra Wayland, Elena Willows et Kyle Lawner. »

Je reste bloquée sur le troisième nom. Alex ? Genre Alex Alex ? Je vois Sean se lever et déclarer froidement :

« Depuis quand les anciens de WHS peuvent venir dans les voyages scolaires ? Sérieusement depuis quand on peut faire l’école à la carte hein ? »

Il se retourne vers moi et ancre ses yeux dans les miens, me demandant par là si j’étais au courant pour ça. Mon regard lui répond que je ne l’étais pas plus que lui. Je suis un peu étonnée qu’elle ne m’ait pas prévenue ni rien. Ça serait une erreur ? Ça m’étonnerait un peu. Mes pensées se tournent et se retournent dans ma tête. Pendant ce temps-là, l’autre fillette de Paytah chiale encore et toujours. Mike lui fait une bonne réflexion ce pour quoi je le remercie intérieurement. Tout le monde discute, la bonne humeur règne, même mon sourire ne veut plus quitter mon visage. Après le décollage je sors mon casque afin d’écouter éternellement ma musique. L’autre hystérique d’Héra gueule parce que ça la fait chier qu’il y ait des gens heureux ici. Je lève les yeux au ciel et augmente le volume. C’est parti pour un paquet d’heures de vol !

Nous entamons la descente vers Londres. J’y suis allée pendant une semaine quand j’étais toute petite, autant dire que je ne m’en souviens plus vraiment. La ville finit par apparaitre sous l’appareil. L’excitation réapparait à bord. Nous avons une escale de 3h30 ici mais pas le droit de sortir de l’aéroport. Je descends de l’avion et vagabonde en solo jusqu’à un hall près d’une sortie avec plein de sièges alignés et des passagers qui attendent leur avion. J’aime bien observer les gens dans les aéroports. De l’autre côté du hall se trouve une boutique Marks & Spencer où j’entre pour m’acheter un truc à grignoter. L’accent des anglais me fera toujours autant rire ! Je ressors puis tombe sur Sean.

« Hey Sean ! Je te cherchais un peu. T’as entendu ça pour Alex ? Tu penses pas qu’ils se sont plantés ou je ne sais quoi ? Enfin elle nous aurait prévenus non ? Quoi qu’elle est partie en France un peu sans prévenir alors on sait plus maintenant. »

Qui ? Moi ? Le kidnapper ? Pas du tout ! Non mais ça fait un moment qu’on s’est pas vus alors ça fait toujours un peu de bien de discuter. Je lui demande ensuite s’il veut pas qu’on sorte un peu pour aller cloper. La température extérieure contraste déjà avec Miami ! C’est le palier de décompression avant la Laponie, on va vraiment geler en fait. Mais ce voyage s’annonce génial, j’ai hâte d’arriver !
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Ven 19 Déc - 21:23

Arwen se sentait plutôt bien en avion et en plus, elle était accompagnée par une amie, donc pas toute seule. Puis il y avait plein d'élèves avec qui discuter, en plus de ses occupations de prévues. La jeune fille, en voyant Nina non loin d'elle, décida d'aller lui dire bonjour. Elle n'allait pas rester avec elle tout le vol, Nina était quelqu'un de très populaire et elle avait sans doute mieux à faire que de rester avec Arwen. Mais au moins quelques minutes, histoire de voir comment ça allait. La jeune brune semblait aller très bien d'ailleurs, absolument pas malade dans l'avion. Tout le monde pensait ça, à tort. La jeune Evans demanda au passage à Nathan comment il allait, bien qu'il n'avait pas l'air d'en avoir grand-chose à faire.

- Ça va aussi. Carter m'a dit de te passer le bonjour au passage.

Sans doute que ce nom là lui dirait plus quelque chose. Enfin, le garçon s'éloigna pour aller rejoindre ses amis et Nina leur présenta deux des siennes qu'Arwen n'avait jamais vues dans l'enceinte de l'école.

- Enchantée, moi c'est Arwen.

Elles discutèrent un peu toutes ensemble lors du reste du trajets jusqu'à Londres et finalement, le temps passa un peu plus vite. D'ailleurs, Arwen profiterait de l'escale pour envoyer un message à son cher mari, qui lui avait demandé de la tenir au courant dès qu'elle le pouvait. Alalah, elle espérait quand même qu'il n'allait pas vouloir 150 messages par jour, parce que c'était non d'office. Au bout d'un moment, elle se sentit fatiguée et décida de retourner à son siège.

- Vic, je vais dormir un peu, tu me réveilles quand on arrive à Londres ?

Puis finalement, quand elle se réveilla, se fut pour entendre qu'ils n'avaient pas le droit de sortir de l'enceinte de l'aéroport. Elle était déçue, mais elle comprenait. Elle jeta d'ailleurs un regard un peu mauvais aux élèves qui criaient au scandale, mais elle les comprenait eux aussi. Au final, elle proposa plutôt autre chose à Victoria.

- Hey, tu veux faire le tours des magasins de l'aéroport ?

A défaut de pouvoir voir la grande roue, elles avaient au moins les boutiques et les décorations de Noël qui rappelaient à tous les voyageurs que la fin de l'année approchait quand même à grands pas.  Même si la jeune fille ne comptait pas dépenser des sommes extraordinaires, Léa lui avait demandé quelque chose qui venait de son pays d'origine et elle n'allait pas faillir à sa promesse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Lun 15 Déc - 3:51

Interactions : un homme (toi ?), groupe Nina/Niji/Arwen/Victoria, Meven,

Mentions : Jewel, Nat, Sasha, Eden, Soso, Pay Ritchy

La plupart des gens, lorsqu'ils doivent se rendre à un voyage, bouclaient leurs valises à la dernière minute. Moi au contraire, m'y prenais des jours à l'avance. Je détestais faire du travail à la dernière minute, car c'était beaucoup trop stressant et on risquait d'oublier des choses importantes. Par conséquent, mes bagages étaient bouclés depuis quelques jours déjà. Mon dressing contenait déjà des vêtements pour le temps froid, mais je renouvelai quand même certains de mes affaires. Je m'étais également équipée de magazines, principalement de mode, et de gros bouquins, espérant que cela puisse m'aider à passer le temps durant le voyage.

Je débarquai à l'aéroport vêtue d'un gros pull en Cachemire gris, un pantalon noir ainsi que de longes bottes à talons hauts. Un sac à main et deux énormes valises pleines à craquer me suivent dans mon dos et je dus demander à un garçon, en utilisant mon charme légendaire, de m'aider à les transporter. Après les avoir enregistrés, je remerciai l'homme, puis me promenai dans l'assemblée pour discuter avec quelques connaissances. Je saluai Jewel et son amie par la même occasion, bavardai avec Soraya et fis la bise à Nina. J'allai voir des Pi Sigma en chemin aussi pour m'éloigner de l'ennui. Tandis que l'heure d'embarquement approchait à grands pas, Eden demanda notre attention et commença à nous dicter l'horaire du voyage. L'idée de retourner dans la ville où j'avais grandi me réjouissait, même si je l'avais quitté sur un mauvais souvenir. Sasha attira justement mon attention avec un commentaire inutile, mais je me contentai de l'ignorer, ne voulant pas qu'il gâche mon humeur. Plusieurs instants plus tard, il était temps pour tous de se diriger vers l'avion. J'entamai une conversation avec Lucy avant de porter mon choix de siège en compagnie de Nina et de Niji. Ce fut une fois assise et observant mon environnement que la réalisation de devoir passer 17h dans un endroit comme celui-ci me frappait de plein fouet. J'avais déjà pris l'avion, ce n'était pas un problème, mais jamais pour autant de temps. La panique commençait lentement à se faire ressentir et j'essayais le plus possible de me calmer. Heureusement, Victoria et une fille qui m'était inconnue vint se joindre au groupe. Je m'empressais de faire la bise à l'Alpha Psi.

« Oh Vic, je savais pas que tu venais ! Comment tu vas ? »

Je m’adressai également à son amie.

« Salut, je m’appelle Kaira. »

La conversation réussit quelque peu à m'apaiser, mais plus qu'elle avançait, plus je perdais mon intérêt et mon anxiété reprenait. Cinq minutes et l'air commençait déjà à me manquer. On venait à peine de décoller, mais simplement la pensée de devoir rester dans un espace clos pendant des heures augmentait mon angoisse. En plus, le moche qui venait de hurler et Paytah qui criait au meurtre ne faisaient qu'empirer ma situation. Alors que des sueurs froides se mettaient à couler sur ma peau, je me levai presque brusquement.

« Désolée, j'ai besoin d'espace. »

Par chance, un coin quatre places se trouvant à l'écart était libre et je pris place sur un siège, un peu soulagée d'être moins entourée. Je débutai des exercices de respiration et essayais de penser à autre chose. Une présence se faisait sentir à côté de moi quelques minutes plus tard et j'ouvris les yeux pour observer Meven.

« C’est l’avion qui te met dans cet état ? »

J'hochai lentement la tête, puis raclai ma gorge afin d'éclaircir ma voix.

« 17h dedans... Je sais pas comment je vais tenir. »

Mon souffle devint de nouveau irrégulier et le Pi Sigma me répétait encore et encore de me concentrer sur ma respiration.

« Ferme les yeux et pense à un endroit où tu aimerais être en ce moment. »

J’exécutai ses paroles en action et bientôt je réussis à trouver mon calme. Je déposai ma tête contre le hublot et lâchai un soupir.

« Tu peux me mettre un film ? Un bon s’il te plaît. »

Je passai le restant de voyage à regarder des films, à lire et à essayer de dormir. J’étais  moins bavarde que d’habitude, mais réussis à entretenir une conversation normale avec Soraya, qui vint me voir pour prendre des nouvelles sur mon état. N’arrivant pas à dormir, je dus prendre un somnifère pour réussir à dormir un bon 4/5 heures. Finalement, l’avion finit par atterrir et je me jetai presque à l’extérieur dès qu’on eut l’occasion.
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Lun 15 Déc - 3:22

désolée c'est pas vraiment potable

Interactions : Nina, Peter, Sasha, Leahna, Dwight, groupe Arwen/Niji et compagnie
Mentions : Jewel, Eden, Paytah, Soma, Isobel


Nina avait quitté il y a quelques heures pour dévaliser les magasins alors que je terminais rapidement de remplir mon bagage à main pour le voyage.  Chargeur sans fil, jeux électroniques et somnifères devraient me suffire durant le trajet. Je n’étais pas un adepte de la lecture, donc si jamais le vol était beaucoup trop long pour mon ennui, je me résignerais à la diversité de films présents dans l'avion.

Nina revint de ses achats en fin d’après-midi. Elle me tendit la marchandise qu’elle avait choisie pour moi et je levai les yeux en l'air, faussement exaspéré, mais finis tout de fois par les accepter. Je décidai par la même occasion d’enfiler l’un des pulls que l’Eta Iota venait de ramener pour me tenir au chaud durant le vol. La voisine vint chercher les chiens, car à l’évidence, ces bêtes ne pouvaient rester seuls pendant 10 jours sans faire de dégât. Je m’étendis sur le lit dans le but de reposer mes yeux tandis que l’autre prenait sa douche. Le temps passa rapidement puis, avant que je ne puisse saisir la clé de ma voiture, l’Eta Iota me stoppa dans mes actions.

« Tu vas vraiment oser laisser ta voiture sur le parking de l’aéroport pendant 2 semaines ? On peut prendre la mienne si tu veux, de toute façon je vais devoir la changer »

« Quoi ? Pourquoi tu veux la changer ? »

Aux dernières nouvelles, sa voiture se trouvait loin du besoin d’être échangé.

« Mais comme tu veux. »

Je plaçai mes sacs ainsi que ceux de Nina dans le coffre de sa voiture avant de prendre place sur le siège du conducteur. Nous arrivâmes à l’aéroport plusieurs minutes plus tard et fûmes accueillis par Peter, qui désirait prendre des nouvelles de sa fille. Je lui serrai la main en guise de salutations avant de m’en aller pour enregistrer mes bagages. Par la suite, je me tins avec les Pi Sigma en entendant que l’on annonce le vol. Eden profita que le groupe soit au complet afin de nous dévoiler quelques informations sur le voyage. Je fis partie de la surprise générale lorsqu’on nous informa que 17h de vol était prévu. Je ne craignais pas les avions, mais autant d’heures là-dedans c’était abusé. Je remarquai enfin Nina, qui n’était plus dans mon champ de vision depuis les dernières minutes, un peu plus loin avec son téléphone en main. Je m’approchai de la jeune fille et passai mes bras autour de sa taille.

« Tu vas survivre à 17h de voyage ? »

« Mh, j’ai déjà de la difficulté à rester 30 minutes dans une salle de classe, alors. »

Puis, me rappelant qu’elle avait été dans une conversation téléphonique il y a quelques secondes, je lui demandai :

« Tu parlais à qui ? »

Nous discutâmes un moment, puis on invita les élèves à monter à bord. Je croisai ma mère en chemin et étonnamment, je parvins à lui adresser un sourire, quoiqu’il semblait loucher un peu. Je ne lui adressai tout de fois pas la parole, me contentant de prendre une place aux côtés de Nina. Je fis signe à Soma, cela faisait un bon bout qu’on ne s’était pas croisé. D’après ce qui circulait dans l’air, il était parti en voyage. Et était aussi en fréquentation avec Jewel. Bof. Dwight fit également une apparition et je le kickai presque hors de l’appareil en entendant le commentaire qu’il adressa à Nina. Heureusement, elle sut se défendre en moins de deux, mais mes sourcils étaient toujours froncés.

« Wow, Dwight, j’pensais que t’avais dépassé ce stade. Faut croire que non. »

Je m'installai finalement au banc de 4 avec Sean, Sasha et son frère après que le pilote nous ait demandé d'attacher notre ceinture de sécurité. L'avion décolla peu de temps après et une pair d'écouteurs pendaient à mes oreilles. J'entendis Isobel annoncer les chambres, mais ne portai plus attention après qu'elle eut nommé mes colocataires. Des protestations lointaines provenant de Paytah parvinrent à moi, sauf que je ne réagis pas, fatigué de toujours me le mettre à dos. Ayant déjà des fourmis dans les jambes, je prévins les autres de mon départ temporaire, puis retournai dans le coin de Nina. Cette dernière m'invita à s'asseoir à sa place pour qu'elle puisse s'installer sur mes genoux. Remarquant son teint livide, j'arquai un sourcil.

« Ça va ? T'as pas l'air bien. » lui demandai-je doucement.

Une fille qui me disait vaguement quelque chose m'adressa la parole. J'étais quelque peu étonné qu'elle fasse partie des connaissances de Nina.

« Oui et toi ? » répondis-je machinalement.

Ma petite-amie fit les présentations et j'hochais la tête. Je restais quelques minutes avant de prendre la décision de retourner auprès des hommes.

« Bon c'est pas que je m'ennuie, mais les conversations de filles sont pas les plus intéressantes. »

Je me penchai pour déposer un baiser sur le front de Nina. Je me tournai vers les autres filles.

« Si vous remarquez qu'elle est en train de mourir, vous m'avertissez, hein. » leur dis-je à l'intention de Nina.

Je m'éloignai non sans un clin d'oeil à la bande.

———————

Un soupir de soulagement s’échappe de mes lèvres au moment où les roues de l’avion frappèrent le sol. Eden attira l’attention du petit groupe et annonça les dernières informations, soulignant par la même occasion la liste des anniversaires. Une boule apparut dans ma gorge en entendant que ma mère en faisait partie. Pas que je l’avais oublié, à vrai dire je n’y avais pas du tout pensé. De plus, c’était vachement ingrat de ma part d’ignorer ce point et de ne pas lui acheter de cadeaux. Je sortis de l’appareil, profondément préoccupé par mes pensées. Puis, une idée me parvint en tête.

« Faut que je fasse quelque chose, tu m’accompagnes ? » dis-je à Sasha qui se trouvait non loin de moi.

Sans lui donner plus d’informations, j’accourus vers la personne qui se trouvait dans mon champ de vison : Leahna. Ignorant carrément le goujat qui lui servait de petit-ami, je plaçai un bras autour de ses épaules et m’éloignai du groupe avec elle et Sasha.

« Je dois trouver un cadeau pour ma mère illico-presto et j’ai besoin d’un avis féminin. »
Résumé ::
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mer 10 Déc - 23:26

Départ pour la Laponie
interactions : Nina, Nathan, Arwen & Victoria
mentions : lucy, héra
La Laponie, sacré choix. Moi je redoutais d'avance le froid qu'il allait faire mais, malgré cela, je me réjouissais de prendre le large. Pas que je n'aimais pas Miami, je , m'y étais même pas mal habituée. Tokyo me manquait toujours. Mais voyager était aussi quelque chose que je trouvais plutôt plaisant, voir d'autres horizons, voir des gens qu'on ne reverra jamais, respirer un autre air, sortir de sa routine. Bien que cette dernière peut se révéler parfois rassurante. Les rares fois où mon père, cet homme d'affaires qui ne vit que pour son travail, nous a "accordé" du temps, il nous emmenait en voyage. Généralement, c'était pour une semaine - grand maximum. On a donc été à Seoul, Beijing, Bangkok, Hong Kong, Singapour, Taipei, Sydney et Dubai. Personnellement, j'aurais aimé voir un peu l'Europe.

Ça allait être chose faite dans quelques heures. Nous allions faire escale à Londres. Mais ce n'était qu'une première étape vers la destination finale : la Laponie. Pour l'occasion, j'avais acheté quelques vêtements chauds et un plaid. J'avais passé une journée entière à faire ma valise. Pourquoi tant de temps ? Parce que détestant cette corvée, je m'occupais de tout et de rien en même temps. Mais bon, je l'avais souvent bourrée et écrasée cette vieille valise que je finissais toujours pas y caser ce que je voulais. Après tout, cela faisait que peu de temps que je l'avais entièrement défaite, perdre la main m'aurait été difficile si vite. Aussi quand je retrouvais Nina à l'aéroport, je souriais à sa question.

« - Tu vas bien ? Ça a été pour mettre tout dans ta valise ? J’ai seulement été faire les magasins cette aprem avec Li pour trouver ce qu’il me manquait.

- Oui et toi ? Oh, non ça va. Je me suis juste assise dessus pour la fermer. Il était hors de question que j'embarque un truc de moins que prévu. »

Entre temps, on fut rejointes par d'autres et on gagna rapidement l'embarquement et bim, bam, boum, ni une ni deux, j'avais choisi ma place près d'un hublot et Nina à ma gauche.

« - Ça me saoule déjà d’attendre. Tu vas survivre à 17h de voyage ?
- Survivre, oui. La vraie question serait plutôt de savoir dans quel état allons nous sortir de là.
- T’as déjà voyagé dans beaucoup de pays ? Je ne suis jamais allée à Londres.
- Londres, moi non plus je n'y suis jamais allée. Mais avec mes parents, on a pas mal bougé. Surtout en Asie, tu te doutes bien et hors continent, on a aussi été à Sydney et Dubai. Et toi ? »

Après quelques minutes, l'avion décollait. Pour le trajet, j'avais sorti un plaid rose à pois noirs et un bandeau de sommeil pour les yeux. Ce dernier restait sur le dessus de ma tête retenant les quelques mèches de cheveux qui cerclaient habituellement mon visage, j'étais prête à le mettre sur mes paupières au moindre coup de barre - ou si une personne venait à m'ennuyer mais pour l'instant, ça allait même si j'avais entendu Lucy remettre en place une Khi hystérique. Une folle qui apparemment gueulait pour demander du silence. Fuck la logique, meuf. Bref, le départ se faisait en douceur, je regardais dehors, au fur et à mesure, la hauteur qu'on prenait, j'admirais les nuages et surtout à quel point le monde en bas était soudain si petit. Je pense que c'est ce que je préfère quand je prends l'avion. Rien n'a d'importance lorsque l'on est si haut car tout en bas, tout est minuscule.

À un moment, Nina et moi furent rejointes par Nathan que je connaissais de vue depuis la fête d'Halloween, et deux filles. Nina me les présentait comme étant Arwen et Victoria, sa cousine. Je les saluais tous les trois, on discutait un peu, je me reposais au bout d'une heure, musique dans les oreilles et bandeau sur les yeux et pas le temps de dire ouf que l'escale londonienne me réveillait...

©clever love.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Dim 7 Déc - 18:52

Interaction : Jewel, Sasha, Soma, Eden

Alors que Nat talonnait Jewel dans l'avion, sa meilleure amie lui présente Sasha. Natasza savait très bien qui il était. DJ lors de la fête des PS l'été dernier, il était aussi l'un des organisateurs de la soirée d'Halloween. Elle eut un pincement au cœur quand elle se remit à penser à Samuel, malgré tout, il lui était difficile d'oublié une telle déception sentimentale.

«Sasha ! je te présente Nat, ma meilleure amie. Elle était à la soirée Halloween, mais j’ai pas vraiment pris le temps de te la présenter parce que… t’avais l’air fort occupé ! » Nat baissa la tête, les joues s'empourprèrent en sachant pertinemment la vrai raison. « Ah si je me souviens d’elle, tu vas bien Natasza, contente de partir en Laponie ? » Les yeux de la polonaise se mettent à briller et elle retrouve son sourire naturel. « Je vais bien merci ! Oui j'ai très hâte d'arrivé là-bas ! » Du moins, elle tut le fait qu'elle aurait aimé qu'une autre personne soit là pour les accompagner.

Assise l'une à côté de l'autre, Jewel plaisanta sur son frère. Mais pour rien au monde Nat n'échangerait. Elle était heureuse du sien et l'élevait certainement au rang de l'homme le plus parfait du monde, selon elle. « Je sais pas si il va survivre, mais je compte bien lui donner tout les jours des nouvelles, moins non plus je n'aime pas rester loin de lui aussi longtemps. » Très vite, l'enthousiasme de Jewel se communique à Natasza, déjà enjoué de nature. Elle parle de leurs anniversaires. Ses yeux s'illuminent. Nat avait aussi prévu le coup, se trimbalant son paquet cadeau dans son bagage à main. Pas question de le lâcher. Mais avant qu'elle ait pu répondre à sa meilleure amie, une voix masculine s'éleva derrière eux. "Tant mieux, je vais pouvoir te donner le mien en main propre dans ce cas." Elle fit volte face pour regarder celui qui venait de parler. Un homme asiatique, grand, qu'elle reconnaissait pour avoir été dans l'équipe de football de Wynwood et souvent en compagnie d'Olivia. Elle regarde ensuite Jewel avec des yeux curieux et un sourire qui voulait tout dire. Un échange de parole entre l'Eta Iota et le Rho Kappa, puis il posa un sac de bonbon qui attira tout de suite l'oeil de Natasza. Gourmande malgré elle.

"Salut, Soma Akane, le cousin d'Olivia. Je peux m'asseoir avec vous deux pour le vol ou la place est prise ? D'ailleurs, je t'ai pris ça Jewel en chemin, partage avec ton amie, y'a de tout mais laissez moi en un peu ! Certaines viennent de Tokyo, j'ai pas souvenir que tu aies eu l'occasion de goûter des sucreries de chez moi."

Alors Nat se trompait pas, il était bien attaché à Olivia. Mais même si elle était amie avec l'eta iota, il est vrai qu'elle la connaissait que très peu. « Natasza Oleszak » d'un geste de la main, elle montre le siege en face d'elles. « Je t'en prie assis toi. » Elle se tourne vers Jewel pour lui sourire. Quelque chose chez Soma était intimidant pour la polonaise. Elle ne sut si c'était sa taille imposante, son visage amicale mais distant ou alors cette allure typique des japonais. Elle se penche pour piocher dans le sac, sans complexe, il l'avait invité à se servir, elle n'allait pas s'en priver. « Tu viens direct de Tokyo ? Dis donc, comment ça se fait ? » S'enquit tout de suite Natasza, déjà en train de croquer une friandise. Un autre membre de l'équipe intercepte Soma, le coupant dans leur discussion. Elle préfère se détourner de la conversation.

Isobel prend la parole, fait taire tout le monde. Nat regarde en coin Jewel. Se demandant si elle prenait bien le fait de voyager avec cette femme. Elle annonce les compositions des chambres. « Chambre 9 : Jewel McCoy, Natasza Oleszak, Soma Akane et Ritchy Taylor. » Nat se met à sourire de joie et regarde immédiatement sa nouvelle amie, victorieuse. Puis enfin Soma d'un sourire plus sobre. « C'est génial on sera toute les deux ! Enfin tous les trois. » Par contre, elle ne savait pas du tout qui était l'autre colocataire du voyage. Elle regarde d'un air perplexe Jewy. « C'est qui Ritchy ? »

Avant le décollage, elle se dépêche d'envoyer un sms à Zacc, sûrement dans sa chambre. Elle se sentit un peu désolé de devoir le laisser tout seul. Sa famille étant en Australie, il allait passé les fêtes sans personnes, ça soulevait le cœur à Natasza. Pendant le voyage. Il y a les discussions entre copines, les questions inquisitrice sur la nature de son cadeau, bien trop impatiente. L'ambiance dans l'avion était très agité. Si bien que parfois Nat avait du mal à entendre la voix de Jewel ou de Soma. Elle était sûre que les hôtesses n'avaient sûrement jamais vu un bordel pareille. Quand tout commence à se calmer. Nat sent la fatigue la touché et elle laisse Jewel tranquille, pour s'allonger dans son siège et ferme les yeux. Les écouteurs dans les oreilles.  Bercée par l'avion, elle mettra peu de temps à décrocher.

Le soleil européen réveille Natasza, bien qu'elle n'est pas dormi aussi longtemps qu'elle l'aurait voulu. La plupart était encore endormis. Un masque devant les yeux, certains avec des bouchons d'oreilles, d'autre non. Elle se leva en faisant attention de ne toucher personne pour ne pas les réveiller et se rafraîchir dans les toilettes. Elle avait les yeux rouges et son mascaras avait coulé. Elle efface les traces noirs dessous ses yeux, se lavent les mains et retourne s'asseoir sur son siège, demande un jus d'orange à l’hôtesse au passage. Elle continuera le reste de son voyage en regardant un film, jusqu'à ce que les yeux de sa meilleure amie s'ouvre. «Bon anniversaire Jewy » Dit-elle en guise de bonjour.

« Madame, Monsieur, nous abordons notre descente vers Londres. Il est 9h45 et la température extérieure est de 3 degrés. Nous vous invitons à regagner votre siège et vous assurer que vos bagages à mains sont situés sous le siège devant vous ou dans les coffres à bagages. Les portes et issues doivent rester dégagées de tout bagages. Nous avons été heureux de vous accueillir a bord et espérons que ce vol vous a été agréable. Nous vous remercions d’avoir choisi Miami International et espérons vous revoir prochainement sur nos lignes. A bientôt » Nat finit de s'étirer à cette annonce, boucle sa ceinture et sourit à Jewel et Soma avant de fourrer son sac à main sous son siège. Eden se lève. Explique les conditions de l'escale, puis quelque chose de plus amusant.

« Dernière chose : aujourd’hui plusieurs d’entre vous ont leur anniversaire, il paraît. Je paie donc un verre à Isobel McCoy, Jack Kent, Lucy Baulia, Natasza Oleszak, Jewel McCoy et Victoria Palmer »

Les yeux de Nat s'écarquillent, cherche les autres du regard, puis se tourne vivement vers Jewel. « Bah dis-donc à croire que c'était un jour prolifique. »

Descendu de l'avion, Nat n'arrive pas à tenir en place. Cependant, elle se rue sur son téléphone pour l'allumer et réaliser qu'elle avait reçu une réponse. Joyeuse, elle répondit le plus vite possible avant d'être emporter par sa meilleure amie dans le duty free. Les deux jeunes filles passèrent devant Eden. Nat remercia le proviseur, évitant de l'appeler par son prénom, car elle ne pouvait décemment pas le faire, éducation oblige. Assise dans un café. Nat sort de son bagage, une boite enveloppé de papier cadeau en kraft rouge, entouré d'un ruban rose. Elle le pose sa la table, les yeux pétillants. Quand Jewel ouvrit la boite, c'était pour découvrir les chaussons de danse classique que Nat et sa mère avait personnalisé juste pour elle. Dans l'ensemble classique, avec son nom brodé sur le coté du talon. Les rubans de soie en guise de lacet était remplis d'arabesques et de timides fleurs fait comme son prénom, en broderie fine et délicate. Pour ça, sa mère était très douée.

« C'est pas grand chose, mais j'ai pensée que tu pourrais apprécier, après tout ma mère fait des jolies choses quand on lui demande. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Sam 6 Déc - 3:17

Je m'excuse pour les fautes d'ortho, de syntaxe ou autres, mais je me relirai demain, là il est trop tard x)

Interactions: Soraya, Jack, Mike, Héra
Mentions: Héra, Sieg, Nina, Niji, Kaira, et je pense que c'est tout



Depuis son arrivée à Miami, Lucy vivait beaucoup plus sainement qu’à Hawaï où elle restait cachée des médias, dans l’ombre de Vicky Mc Fenry. Depuis le départ de cette dernière, son obsession avant, dans un premier temps, continué à se nourrir, voulant à tout prix se venger, lui faire payer ce qu’elle avait vécu et la faire souffrir. Mais après ? Est-ce que tout cela allait réellement l’aider à avancer ? Elle n’avait pas eu d’autres choix que de faire avec ce départ et donc, de passer à autre chose, de s’accrocher au surf, à sa confrérie, à Soraya. Petit bout de femme qui l’aidait beaucoup à relativiser, à avancer et avec le sourire. La Laponie, un voyage qui était annoncé depuis plusieurs mois maintenant et même si ses parents acceptaient de signer l’autorisation parentale, sa mère était encore en train d’essayer de la dissuader quelques heures seulement avant le grand départ. Son excuse ? Le psy qui trouvait cette idée de voyage particulièrement mauvaise et risquée pour l’équilibre psychologique de la jeune fille. C’était déjà ce qu’il avait dit pour Miami et pourtant, elle ne s’était jamais sentie aussi libérée, aussi loin de ses souvenirs que depuis qu’elle était là. Miami l’aidait à avancer à son rythme. Lentement, certes, mais elle avançait déjà plus qu’à Hawaï et c’était déjà bien. Toujours l’oreille collée à son portable, elle écoutait à peine ce que sa mère lui disait et pire encore, elle laissait sortir sa méchanceté, chose qui était devenue rare. C’était comme si ses parents lui étaient toxiques. Une idée qui lui traversa l’esprit, à laquelle elle finirait par s’accrocher, si sa mère continuait à lui pourrir la vie à ce point. Elle ponctua la conversation à l’aide d’un « j’en ai rien à faire de ce que pense ce psy » et raccrocha sans même entendre la suite de ce que voulait lui dire sa génitrice.

Une fois sa valise terminée, elle se rendit à l’aéroport avec d’autres filles de sa confrérie qui, elles aussi se rendaient en Laponie. Elle se dirigea vers l’enregistrement des bagages, passa dans le portique et récupéra ses affaires déposées dans des bacs. Elle n’avait pas encore tout rassemblé, qu’elle entendit déjà le rire de son amie un peu plus loin. Elle tourna la tête vers cette dernière et une fois qu’elle eut récupéré ses affaires, salua quelques personnes au passage, puis enfin Soraya, son pseudo-mec, Sieg qu’elle avait rencontré à la Flashmob et enfin Jack à qui elle adressa un sourire plus que généreux. Elle regarda la blonde qui les accompagnait. Chef des Khi Omikron et donc, aucune envie de lui adresser la parole. De toute façon, avec la tête qu’elle tirait, comment en avoir envie ? « Vous allez bien ? Hâte de partir ? » Soraya lui demanda ensuite ce qu’elle voulait boire. Pas grand-chose en fait. Elle avait qu’une seule envie : Fumer. Lucy profita donc de l’absence de Jack et Soraya pour sortir 5 minutes, le temps de fumer. Ou comment l’aider à se calmer un peu après la discussion qu’elle avait eu un peu plus tôt avec sa mère. Une fois la clope terminée, elle se reparfuma et pris un chewing gum, faisant disparaître l’odeur de fumée qu’elle pouvait avoir sur ses vêtements ou encore dans ses cheveux.

Lorsqu’elle revint près des autres, elle trouva pour la première fois depuis qu’elle connaissait le pseudo-couple, Soraya sur les genoux de son sigma mu « Ah mais vous n’êtes pas si fake que ça en fait, comme couple » Sourire taquin à son amie elle écouta le discours de Cobb non sans un regard discret vers Jack. Peu de temps après, ils purent embarquer dans l’avion. Lucy discuta avec Nina ou encore Nijiko et Kaira et enfin, rejoint les autres lorsque Jack cita son prénom « C’est de moi qu’on parle ? » Elle rend un sourire réciproque au Rho Kappa lorsqu’il lui expliqua la raison de son prénom dans leur discussion « Oh, ma douce, comme c’est gentil. Sinon, enchantée, Lucy, mais on se connaît déjà. T’es un des capitaines-plutôt-mignons des Cannonballs, non ? Je t’ai déjà vu faire le pitre, mais c’était drôle » Elle ponctua d’un sourire, voulant s’assurer qu’elle n’y allait pas trop franchement pour le vexer et puis s’installa là où ils lui avaient garder une place. « Oh ! Toi aussi ? » Demanda-t-elle à Jack concernant leur anniversaire « Et moi, Soso, ça sera quoi ? ».

L’ambiance était au beau fixe, jusqu’au moment où Soraya eut la bonne idée de parler à son copain qui, apparemment était une idée de trop au point de faire exploser la blondasse à côté qui lui demanda – à sa façon – de la fermer. Choquée, Lucy regarda dans un premier temps Jack, à ses côtés et puis Soraya qui dégageait un air d’incompréhension également. L’Eta Iota s’adressa à la Khi Omikron « T’as un problème avec l’espèce humaine ? Parce que déjà, tu pouvais lui demander gentiment, si vraiment elle t’emmerdait. Ensuite, je ne pense pas qu’il existe encore une loi interdisant une fille à parler avec son copain, parce que jusqu’à preuve du contraire, tu ne t’appelles pas Mike, je me trompe ? Donc pourquoi c’est toi qu’on entend hurler comme un cochon qu’on égorge à sa place ? » Elle montra Mike du doigt et puis reprit « et enfin, il paraît que tirer la gueule, ça fatigue donc si vraiment t’es fatiguée, pense à être plus aimable. Tu verras, t’auras vachement moins l’impression d’être épuisée et en plus de ça, tu préserveras l’ambiance et la bonne humeur de tout ce petit monde qui t’entoure. Avec toute l’hypocrisie du monde, je te remercie ». Lucy se replongea dans la lecture de son magazine, déjà exaspérée par des Khi Omikron et finalement demanda à la portoricaine « Soraya, je peux avoir ton jeu de carte, si tu ne t’en sers pas, j’ai envie de m’amuser avec Jack » Quand son amie lui tendit son jeu, Lucy sortit les cartes de la boite « Tu crois au tarot ? » en attendant la réponse, elle mélangea les cartes puis lui demanda « vas-y, pose une question. N’importe laquelle »

Au fil des heures, elle se distrayait comme elle pouvait avec le rho kappa qu’elle avait près d’elle, ou encore son amie lorsqu’elle n’était pas en train de regarder un film avec son Sigma Mu et enfin, quelques heures plus tard, un des deux directeurs leur expliqua le programme. Une escale à Londres, un verre offert aux personnes ayant leur anniversaire et 3h30 d’ennuie dans l’aéroport de Londres. Le sourire aux lèvres, elle bouscula gentiment Jack à côté d’elle « Heyy Joyeux anniversaire ! Mais j’ai pas de cadeau là, donc… ca te fait quel âge ? » Lorsqu’elle fut au courant, elle lui déposa sur la joue le nombre de baisers équivalent aux bougies qu’il devrait avoir sur son gâteau d’anniversaire. A l’aéroport, Cobb leur offrit un verre et puis, Lucy s’accapara de Soraya en s’adressant à Mike « Je te la rends dans 10 minutes ». Elle avait besoin d’aide pour trouver un cadeau pour Jack. Elle ne le connaissait pas assez et se doutait que la portoricaine pourrait l’aider « Bon alors, il aime quoi ? »




Résumé:
Lucy débarque à l'aéroport et va enregistrer ses bagages
Elle salut les Eta et d'autres et va rejoindre Soraya et son petit groupe
Elle salut Mike, Soraya, Sieg et Jack
Elle va fumer pendant que Soraya et Jack disparaissent
Elle écoute Cobb tout en regardant Jack discrètement
Dans l'avion elle discute avec Nina, Niji et Kaira et puis avec Jack qui lui a gardé une place
Elle s'installe et continue à discuter puis remballe Héra
Elle propose un tarot à Jack

A Londres, elle s'accapare de Soraya pour aller chercher un cadeau pour Jack et dit à Mike qu'elle lui rend sa copine dans peu de temps :roll:
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 22:15

Désolée c'est un peu de la merde et il y a sûrement pas mal de fautes parce que je manque cruellement de sommeil


Interactions: Nathan, Sasha, Peter, Victoria, Nijiko, Arwen, Dwight
Mentions: James, Isobel, Soraya, Lucy et je ne sais plus qui :roll:


« Doudou j’vais en ville »

Attendre jusque 20h50 à étudier c’était totalement impossible avec l’excitation et le manque de concentration. J’avais pris de quoi m’occuper dans l’avion pour ce qui était de mes cours étant donné les examens que j’avais en janvier. C’était un défi pour moi : allier les vacances et les études, mais c’était évidemment sans savoir ce qui nous attendait sur place. En ville, il fallait trouver des trucs chauds, et même si j’avais de quoi mettre à la maison, j’avais envie de nouveautés, ou peut-être simplement envie de combler les heures de patience. Nathan pouvait encore jouer aux jeux vidéos, dormir ou s’occuper de ses chiens alors que j’avais tout sauf envie de dormir, je n’aimais pas les jeux vidéos et … Les chiens non plus, à vrai dire, quoi que ceux là je commençais à m’y habituer doucement mais sûrement. En ville, on s’arrêtait devant plusieurs magasins et même si Li ne faisait pas partie du voyage, elle pouvait toujours profiter de l’opportunité pour elle aussi dépenser son argent. Lorsqu’on arriva dans un magasin de sport, je se dirigeai vers les tenues de ski, dépitée « C’est quand même pas super glamour tout ça » Du noir, des marques de sport, du rouge, du bleu et finalement, mon attention se porta sur des tenues un peu plus jolies, bien que ça restait toujours des trucs de ski. Il fallait mettre le prix double, certes, mais je m’en fichais pas mal, si j’pouvais ressembler à quelque chose d’autre qu’à un glaçon sur pattes. Je montrai une tenue avec le pantalon bleu à Li et la même avec le pantalon en rose pour qu’elle choisisse. En bonne Eta, elle choisit le rose. Un des hommes travaillant là vint à notre rencontre. Il commença à nous expliquer tout ce qu’il ne fallait pas oublier d’acheter pour ce genre de voyage. Du bonnet jusqu’au snowboard. Discrètement, j’échangeai un regard avec l’adjointe des Eta Iota. « Je ne compte pas faire de Snowboard, merci de proposer » Alors qu’on s’avançait vers les caisses, il nous rattrapa en proposant d’autres choses à acheter et là, ça commençait vraiment à m’énerver « J’suis pas venue ici pour acheter votre magasin entier, merci. J’ai ce qu’il me faut ça suffit là » Je payai mes achats et puis continuai ma séance de shopping.

Vers 17h je reviens pour commencer à préparer mon sac, montrant par la même occasion, mes achats à Nathan, puis pris une douche pour enfiler un pantalon en cuir, un t-shirt à longue manches et un pull ouvert bien chaud que je mis dans mon sac à main. Lorsque tout fut prêt je m’adressai au Pi Sigma « Tu vas vraiment oser laisser ta voiture sur le parking de l’aéroport pendant 2 semaines ? » Si j’avais la même voiture que lui, j’aurais préféré prendre un taxi, bien qu’encore le taxi c’était chiant « On peut prendre la mienne si tu veux, de toute façon je vais devoir la changer » Lorsqu’on arriva dans l’aéroport, beaucoup d’élèves étaient déjà présents. On s’avança pour aller enregistrer nos bagages puis rejoignit les autres. Je saluai Sasha et son frère que je ne connaissais d’ailleurs pas ensuite je rejoignis Niji que je saluai également  « tu vas bien ? Ca été pour mettre tout dans ta valise ? J’ai seulement été faire les magasins cette aprem avec Li pour trouver ce qu’il me manquait » Lorsque Lucy passa à côté de nous, elle nous fit la bise également et parti en direction de Soraya qui se dandinait un peu plus loin. Pas vraiment réactive, je remarquai seulement Isobel, mon père et toute la clique un peu plus loin et finis par me lever pour aller les saluer « Tu vas bien ? J'ai pris quelques médicaments pour toi dans mon sac au cas où tu ne supportes pas bien le vol, même si je sens que c'est plutôt un somnifère que j'aurais du te donner, histoire que ta patience légendaire ne soit pas trop mise à l'épreuve... » C’était pas la première fois que je prenais l’avion et enceinte non plus. J’allais bien. Je haussai les épaules et répondis « ca va je vais bien et toi ? Ca va, j’ai pas besoin de médoc non plus c’est pas la première fois que je prends l’avion. Dans le pire des cas je serai de mauvaise humeur, mais il n’existe pas encore de médoc pour ça » Au même moment, mon portable sonna dans le fond de mon sac et le défi du jour était de le retrouver. Lorsque je parvins à mettre la main dessus, le correspondant avait raccroché « Et merde » Je soupirai et m’assieds sur l’une des rangées de siège un peu plus loin pour rappeler Gustaf et lorsqu’il décrocha je me redressai et fis les cent pas au téléphone. Visiblement, il allait aussi partir avec ma mère en Suède et sur le moment, je ne pus m’empêcher de repenser à l’année précédente et cette soirée Swensson qui m’avait plus faite flipée qu’autre chose. Sans parler des parents qui étaient assez déroutants voir même déconcertants. Je retournai ensuite m’asseoir, le téléphone toujours contre l’oreille et écoutait d’une oreille distraite tous les conseils du Suédois qui s’y connaissait mieux que moi en pays nordiques. Lorsque la conversation pris fin, je retournai mettre mon portable dans mon sac et posa mon regard sur Nathan, lui adressant un léger sourire au passage. Je retournai ensuite près de Niji « Ca me saoul déjà d’attendre » Mine boudeuse j’écoutai les informations du frère de Sasha et si le nombre d’heures pouvaient en étonné certains, ça ne m’avait pas vraiment choqué pour avoir déjà fait le même style de vol jusqu’en Suède l’année dernière, pays voisin de la Finlande. Lorsque Nath revint dans les environs, je lui demandai « Tu vas survivre à 17h de voyage ? » Pour le coup, j’étais peut-être encore moins patiente que lui. Quoi que ça valait.

Dans l’avion je m’installai dans un coin à 4 places avec Niji lorsque Dwight fit son apparition. Toujours aussi con lui, moi qui croyait que son frère le bâtait, j’avais vraiment dû me tromper « J’te savais pas aussi con que ton frère. En tout cas, lui il sait faire la différence entre une fille avec un gros ventre et une fille avec un ventre relativement petit. J’sais pas, finalement peut-être qu’il devrait te donner des cours pour grandir un peu » Moi qui était plus ou moins de bonne humeur, ce débile avait réussi à me foutre les nerfs pour au moins 17 heures. Niji n’avait néanmoins pas à supporter mon humeur, tout ça à cause de l’autre. Calmement, je lui demandai « T’as déjà voyagé dans beaucoup de pays ? Je ne suis jamais allée à Londres » C’est vrai, lorsque j’étais partie en Suède, l’escale était en Allemagne et pour le retour, nous étions passés par le Canada. Après le décollage, je m’enfonçai un peu plus dans mon siège lorsqu’Arwen et Victoria s’approchèrent et s’installèrent « Hey, comme tu vas toi ? Pas trop malade en avion ? » Je lui souris « Ca va et toi ? Non du tout, c’est pas la première fois que je le prends t’en fais pas. J’ai fait à peu près le même voyage l’année dernière pour la Suède. Et vous, comment ça va ? T’as l’air excitée Vic » Je savais que ma cousine avait eu des shooting toute la semaine, aux Maldives. Avant, j’aurais donné n’importe quoi pour être à sa place et même si moi aussi, j’avais fait dans le mannequinat, j’avais dû arrêter avec ma grossesse, mais en y réfléchissant, mes cours me prenaient tellement de temps que lorsque je l’avais, je préférais le passer avec Nathan, mes amies, ou encore à me reposer. Arwen s’adressa au Pi Sigma sur qui je posai mon attention. Elle le connaissait au moins de vue, mais j’étais même pas sûre que Nathan la connaisse vraiment. « Carter n’a pas voulu venir ? Il a peut-être trop de travail » Je poussai le pi Sigma à s’asseoir à ma place pour pouvoir squater ses genoux. Lorsque Sasha passa par là, je lui souris et lui parlai de Nathan « Je te le rends après » Je lançai un regard à Niji « Ah au fait. Nijiko, Arwen une amie et Victoria, ma cousine et Nath, ben tu connais je suppose » Le reste du voyage s’était un peu passé normalement entre les discussions, l’ennuie, le manque de patience et parfois l’envie de dormir.

A Neilou: Si quelque chose t'embêtes dis-le moi <3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 21:43

Interactions: Leahna, Nina, Soma, Peter
Mentions: Nathan, Dwayne, Eden, les SM, Nat

Tenue de Dwight:

C'est le jour J et je suis chaud !!!!! Mais genre chaud bouillant ! Ultra surexcité, mode pile activé, je sens que ça va être l'éclate. Mes bagages sont fait, je n'ai plus qu'à me diriger vers la première femme de ma vie pour l'embrasser et lui dire au revoir. J'embrasse mon père qui lui aussi est présent pour l'occasion. Une fois cela fait, je vais récupérer Leahna et nous allons vers l'aéroport. En chemin je discute avec elle de tout et de rien, mais surtout du lonnnng vol qui nous attends.

"Purée j'ai déjà hâte d'arriver, je vais péter les plombs moi la dedans ! Compte sur moi pour t'embêter un peu chérie !" Lançais-je à l'attention de ma douce d'un ton presque sérieux. Une fois dans l'aéroport je n'étais toujours pas calme et après avoir aidé Leah avec ses valises -ouais ça m'arrive d'être galant - je fonçais vers mon parrain qui était déjà la, près du directeur.

"Hey tonton ! B'jour m'sieur le directeur ! - je reportais mon attention sur mon oncle - Tu vas bien ? Pressé de partir ? Pas trop peur qu'on te fasse la misère pendant le voyage ? C'est pas comme si Nina allait être douce et patiente ... Déjà qu'avec son bide ..."

J'entendais mon oncle me recadrer directement.

"Dwight, ne m'appelle pas comme ça ici tu veux ! Pour ma crédibilité on repassera ! Et ne parle pas comme ça de Nina, je te rappelle qu'on ne voit rien pour le moment ! Donc si tu tiens à ta vie, ne la taquine pas sur ça, déjà que le vol va être long ... Si elle et toi vous commencez votre cirque j'imagine même pas le calvaire...."

Je le laissais divaguer, préférant de loin retourner auprès de Leahna. Après une courte discussion nous nous dirigions vers l'avion dans lequel nous embarquions. Passant près de Nina pour accéder à mon siège je lançais d'un ton taquin à mon amie d'enfance.

"Hey Palmer, tu peux faire de la place steuplait, j'peux pas passer avec ton bide ... C'est que ça commence à pousser la dedans."

Lui faisant une tête de smiley fier comme un coq de ma blague pourrie je me préparais à esquiver les coups. Après nos mots d'amour échangés je saluais le moche de McCoy qui était aussi de la partie ainsi que d'autre Pi puis je me posais avec Leah. Nous installions nos affaires quand à un moment je voyais une tête de chinois, japonais chelou, bref un bridé que je ne connais que trop bien ! Un large sourire je m'approchais de lui et le prenait par le cou. Revoir Soma m'arrachait une vague de joie que je ne cachais pas, il faut dire que c'est un bon pote de l'équipe de foot après tout ! Après quelques échanges avec lui, je comprenais vite le pourquoi de sa présence en croisant le regard de mini McCoy aka Jewel, ainsi qu'une fille près d'elle que je ne connaissais que de nom. Natasza. Nom de famille imprononçable, vraiment digne d'une pute de l'Est Hongroise. Enfin russkov, roumaine, hongroise, Polak, tout ça c'est le même bordel - à vous d'voir le jeu de mots - Ne m'attardant pas sur elle je ne retenais qu'une chose, elle plairait à Maël. D'ailleurs je me demande pourquoi cet autiste n'est pas venu. Cette pensée m'arrache une vague de mélancolie parce que Dwayne non plus n'est pas la. Enfin je vais à mon siège légèrement ronchon. Ma bonne humeur s'envole à cause du speech de l'hotesse dont je me tape complètement. Quand je repense au discours d'Eden, la je fulmine limite, 17 putain d'heures de vol, je vais mourir... Enfin nous partons et déjà au bout de trois heures je commence à m'ennuyer. Je regarde ma belle compagne, assise sagement près de moi. D'ailleurs en face de moi il n'y avait que les poilus SM. Je ne suis absolument pas en mauvais terme avec eux, bien au contraire j'adore ces gars, ce sont vraiment des oufs. Sauf que je m'ennuie, du coup je fais le gamin. De mon index j'appuie au moins dix fois successivement sur l'épaule de Leah et je prends une petite voix.

"Leah Leah Leah Leah Leah Leah Leah. J'mennuie."

Je laissais à peine deux secondes s'écouler, et je tapotais encore son épaule avec mon index.

"Leah Leah Leah Leah Leah Leah Leah. J'ai faim ..."

Rebelote au bout de trois secondes.

"Leah Leah Leah Leah Leah Leah Leah. Pourquoi Dwayne il a pas voulu v'nir ?"

Et je recommençais encore.

"Leah Leah Leah Leah Leah Leah Leah. Masse moi."

Je venais littéralement de tuer son image de chef des SM devant ses potes mais je m'en battais les couilles complètement. C'était ma copine, je m'ennuyais et j'avais envie qu'elle s'occupe de moi. Regardant alors Peter, un sourire en coin me vint.

"Tonton !! Leahna elle veut pas jouer avec moi. Tu joues aux cartes ?"

Je me faisais rembarer aussi sec.

"Dwight ... Ferme la tu veux ... Tu m'épuises la..."

Je lui jetais un oreiller sur la tête, lui arrachant un regard meurtrier. Par contre je me sentais con, parce que du coup j'avais plus d'oreiller... Pas grave je gratterais les genoux de Leah ! En tout cas je voyais bien Peter en train de reluquer la mère McCoy mais je m'abstenais de tout commentaire à ce niveau, simple question d'instinct de survie. Je me tournais alors de nouveau vers Leahna.

"Leah .. Ma chérie ... Mon amour .. Ma princesse ... Dit, tu joues avec moi ?"

Pire qu'un gosse, le pire, c'est qu'il restait encore de LONNNNNGUES heures de vol. Je caressais presque l'idée d'aller jouer avec Nina ou bien aller gratter des films à Soma, chui sur que ce geek en a la masse.

                                                        **

Nous arrivions après de longues heures de vol à Londres. J'avais été prodigieusement relou pendant une partie. En gros, jusqu'à ce que j'ai mangé et que je dorme, ce qui m'avait valu les remontrances de Leahna. J'avais envie d'une douche, j'avais encore la dalle, faut dire que la bouffe était pas top. Enfin plus que tout, j'avais vraiment fait chier ma belle blonde, du coup je me sentais un peu coupable maintenant que je déambulais dans l'aéroport de l'avoir ainsi saoulé. Eden pour sa part avait embarqué pas mal de personne vu que c'était leur anniversaire. Limite une colonie ... Enfin, m'approchant de Leahna je lui disais d'une voix calme.

"Dit, je sais que j'ai été ultra relou pendant le voyage, du coup pour me faire pardonner ça te dit de prendre le petit dej avec moi ? Je t'invite."

Attendant patiemment sa réponse, je ne m'extasiais pas spécialement de l'endroit où nous étions. J'étais déjà venu tellement de fois ici qu'à force je connaissais presque le coin. Je regardais seulement les passants et surtout ma blonde, histoire de savoir si j'allais me faire recaler ou pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 19:51

Interaction : Paytah, Yepa, Victoria, Aylana
Mention : Sasha




Paytah ne comprenait pas l'allusion de Lance ? Pourtant c'était lui qui avait tenu de beaux discours lors de leur première rencontre, et ce, même quand Lance avait demandé à ne pas l'entendre. Enfin, ce n'était pas bien grave. Le jeune New-Yorkais croisa subitement le regard de la belle Victoria et étira un sourire avant de répondre à sa bise tandis qu'elle lui disait :

« Ah je ne savais pas que tu venais aussi, c’est cool ! Tu vas bien ? »

Le garçon se vanta :

- Eh ouais, qu'est ce que tu veux ? Je suis un homme plein de surprise. Je vais bien, j'appréhende un peu ce trajet qui va durer une éternité mais à part ça, je suis assez content du voyage. Ca me changera d'air. Et toi ? Comment te porte tu ma belle ?

Toujours aussi sans-gêne, il ne voyait pas pourquoi il se retiendrait d'évoquer le physique agréable de la demoiselle durant la conversation. Paytah et Victoria se présentèrent ensuite mutuellement avant que la jeune fille ne s'éloigna voir d'autres personnes. Lance prit ensuite un malin plaisir à tourmenter le jeune amérindien. Même s'il se voyait d'une relation amical, Lance ne perdait jamais un moment à être cynique avec quelqu'un. Les sarcasmes, c'étaient une grosse part de sa personnalité. Furieux, Paytah répliqua :

«Toi je t'ai rien demandé ! T'inquiète pas pour moi, ni pour elle. Me prend pas pour un idiot non plus, je sais ce que je fais ! Et ne me reparle plus jamais de cette visage pâle à la langue fourchue. ».

Lance haussa les sourcils :

- Oh. En tout cas l'histoire finit bien on dirait, ironisa-t-il une nouvelle fois.

Il ne s'en faisait pas beaucoup pour la relation entre Paytah et Jess. Le nombre de fois où lui même s'était fendu avec des filles, ça ne se comptait plus sur les doigts. Il y eut ensuite les blabla de l'hôtesse que Lance n'écoutait évidemment pas. Comme si les gens allaient garder leur calme en cas de crash d'avion. Ca risquait la pagaille et puis point barre. Alors que Lance jetait un regard par le hublot, une voix retentit dans l'avion :

« Hé le Sioux ! Tu veux pas chialer en silence steuplait, tu serais gentil de pas en faire profiter tout le monde, même la mioche à côté de toi elle se fout de ta gueule. Sinon je viens te faire taire moi-même, ce sera une autre paire de manche crois-moi. »

Lance jeta un oeil à Paytah, puis, intrigué, il regard qui avait énoncé ça sans pouvoir réprimer un sourire moqueur qui l'empêcha de pouffer de rire. Il laissa en libre droit à Paytah de répliquer :

« Ferme là, je t'ai rien demandé ! J'aimerais bien te voir à ma place visage pâle à la tronche de cake. »

L'insulte ne volait pas très haut. Soudain, une autre demoiselle fit son apparition. Cette fois ci, c'était une amie de Paytah. Lance, une fois de plus, exprima un commentaire mais la jeune fille rétorqua aussitôt :

« Pathétique ?! Ya que ceux qui ont le mépris facile comme toi qui le sont. »

Quel caractère ! Mais Lance joua à nouveau les vantards :

- Mépris facile, tu as au moins raison sur ce point.

Il garda un sourire narquois mais une fois de plus, Paytah s'enflamma :

«Non Môssieur, je ne fais pas des pandas pour concquérir Meika. Ferme là, nom d'un chien et avant de tirer des conclusions attives, cherche à savoir, pilamayaya .Tu m'énerve Lance depuis tout à l'heure ! Me cherche pas, j'suis pas d'humeur ! Une cousine qui me met la honte, un pote qui se moque de moi. Ah bravo ! Bravo ! Vous faites la paire!Alors s'il vous plait vous deux, laissez moi tranquille ! ».

Lance fixa un moment Paytah :

- En effet, t'es pas de bon poils. C'est l'avion qui te rend nerveux comme ça ?

Il regarda ensuite Yepa en haussant les sourcils l'air de dire "Tu savais que ton cousin était bizarre ?" Durant le temps qui suivit, Lance observait un peu les autres personnes qui se trouvaient à bord, remarquant Sasha, le chef des Pi Sigma qu'il avait rencontré il y a peu de temps. Un mec sympa et classe. Le jeune homme sortit ensuite son portable et brancha ses écouteurs dessus avant de se passer sa playlist des Beatles. Pendant ce temps là, la cousine de Paytah en profita pour le faire en dessin, ce qui amusa le jeune homme bien qu'il trouvait ça débile et trop gamin pour lui. D'ailleurs, il ne l'écoutait même pas quand elle lui parla de barbie. Au contraire, il mit son volume à fond pour éviter ça. Au bout d'un moment, comme beaucoup de personne déjà dans l'avion, Lance finit par s'endormir, affalé contre le hublot. Il ne fut réveillé qu'au bout d'un moment par un cinglé qui hurla dans l'assemblée s'il y avait de la drogue à bord de l'avion. Il était con ou bien il était con ? Enfin bref, une fois ce type calmé, Lance put retrouver le sommeil.


***

Lance se réveilla avant les deux autres, dérangé par la lumière du jour. Il s'étira longuement en baillant et remarqua qu'il avait laissé tourné son portable toute la nuit, s'étant endormi en écoutant ses musiques. Fuck, la batterie était presque vide. Le jeune homme s'empressa de l'éteindre pour garder le peu qu'il restait. Il devait absolument en garder pour pouvoir avoir des nouvelles de sa mère. Très vite, l'annonce de l'arrivée à Londres se fit entendre, réveillant Paytah qui s'empressa de regarder par le hublot.

« Wouaaaaaaaw ! »

Lance observait le jeune amérindien du coin de l'oeil. Son attitude narquoise d'hier avait disparu. Il semblait plus blasé qu'autre chose et ce n'était pas à cause de son ami. Il n'était pas aussi enthousiaste que lui à être arrivé à Londres. Il détestait Londres depuis qu'il savait que son vrai père s'y trouvait et avait refait sa vie. Il préférait ne pas y penser mais sachant qu'il y était, il ne pouvait pas y trouver la joie. Eden donna de nouvelle consigne, parlant des anniversaires et du fait qu'il ne fallait pas s'éloigner de l'aéroport, ce qui courrouça Paytah qui se mit à hurler :

« QUOI MONSIEUR ! ON A PAS LE DROIT DE VISITER LONDRES ? POURQUOI ? ON PEUT PAS VISITER, MEME UNE SEULE HEURE ? »

Lance s'en moquait. Il n'était pas question qu'il mette les pattes dans cette ville de toute manière. C'était comme s'il craignait de rencontrer son toxico de père biologique, alors que c'était réellement peu probable. Le jeune homme quitta l'avion. Une escale de trois heures, c'était long. Qu'allait-il faire durant ce temps ? Paytah s'éloigna avec sa cousine pour aller fêter des anniversaires mais Lance préféra rester seul dans son coin à fixer le hall de l'aéroport, bourré de monde qui faisaient les boutiques comme dans un centre commercial. Il aimait peu ce genre d'ambiance. Dire qu'il était à Londres...Heureusement que ce n'était qu'une escale.

« Bon alors...que fait-on Lancelot ? »

Lance pivota soudainement sa tête vers Paytah. Il n'avait pas entendu leur arrivée. Il avait un peu les pensées ailleurs.

- T'es prié de garder ce surnom débile dans ta petite tête, répliqua-t-il.

C'était un peu à son tour d'être d'une humeur mauvaise. Il pensait à plein de chose pas forcément agréable.

- On ne peut aller nulle part de toute façon, ajouta-t-il, que veux-tu faire pendant trois heures ? Y'a rien ici à part des boutiques inutiles. Quoi que...

Il se souvint de son portable.

- A moins qu'il y ai un endroit qui me permettrait de recharger mon portable.




Résumé : Lance répond à Vic, taquine Paytah. A Londres, il est de moins bonne humeur mais reste en compagnie de Paytah sans savoir quoi faire des 3h à perdre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 18:54

Interaction : /
Mention : /



Il y avait pas mal de brouhaha à bord de l'appareil, même un peu d'embrouilles. On ne pouvait pas contenir dans un espace aussi restreint autant de lycéens sans qu'il y ai un minimum de bordel. Finalement, l'avion remua puis roula doucement rejoindre la piste de décollage. Il fit un demi-tour, presque à l'arrêt et enfin, il poussa la vitesse. Cette fois-ci, le départ était inévitable. Ritchy eut un désagréable frisson en sentant l'appareil se retirer du sol. Ce n'était pas le fait de voler qui le dérangeait. C'était le fait d'être dans une boîte en métal pendant dix-sept heures. Il aurait pu être enfermé dans un camion, le résultat serait le même. Toujours parfumé à l'herbe, il marmonna soudainement pour lui même :

- La vache, il me faut un bouquin...!

Pourtant, la lecture n'était pas son loisir de prédilection.

- Avec des images, ajouta-t-il en farfouillant dans son sac alors que l'avion venait d'atteindre son altitude de voyage.

Alice au Pays des Merveilles sortit subitement de son sac et le jeune homme se mit aussitôt à le feuilleter avec une attention étrange voire même surnaturelle venant de sa part. Il était à l'image des hommes qui noyaient leurs soucis dans l'alcool en se noyant dans un livre. Une heure, peut-être moins, passa. Au bout d'un moment, Ritchy détourna le regard vers le hublot. Seul le ciel était visible. Il faisait noir, depuis le temps que la nuit était tombée.

- On a décollé ! s'exclama-t-il soudainement comme revenant d'un monde lointain.

Mi excité et enthousiaste, mi nerveux et oppressé, il regarda son livre comme s'il ignorait lui-même d'où il sortait ça, puis il jeta un nouveau regard bref à la petite fenêtre avant de marmonner pour lui-même :

- Oh p*tin ouais on a décollé.

Ritchy s'enfonça au fin fond de son fauteuil et se prit la tête dans ses mains. L'une de ses jambes ne cessait de bouger à la manière d'un marteau piqueur. Soudain, il se leva de son siège et se rendit à pas rapide vers les toilettes. Lorsqu'il vit la taille du tout petit compartiment, il se refusa d'y aller et fit demi tour, parcourant l'avion de tout son long à grand pas, jusqu'au bout. Il renouvella l'opération plusieurs de suite, de plus en plus désemparé.

- Y'A T-IL D'L'HERBE DANS L'AVION ?! hurla-t-il soudainement.

Il se tut. Des regards interloqués se posèrent sur lui. En plus d'être illégale, une réponse positive en aurait troubler plus d'un. Ritchy fixa un par un les prunelles qui s'étaient tournées vers lui. Il haussa les épaules.

- On sait jamais, ajouta-t-il en essayant de se rattraper d'une petite voix, c'est peu commun d'avoir une pelouse dans un avion.

Il espérait ainsi calmer l'attention mais quand une hôtesse lui suggéra de s'asseoir, il s'exclama d'un ton sec :

- Nop !

Puis il afficha un sourire nerveux :

- J'suis bien debout !

Mais durant la majorité du trajet, l'hôtesse lui proposa vainement plusieurs fois la même chose car Ritchy ne cessait de déambuler comme un mort dans l'avion. Elle dû même l'empêcher d'aller dans le cockpit de justesse. Ce ne fut seulement quand il se retrouva à bout de force qu'il retourna sur son siège et s'écroula de fatigue.


***


« Madame, Monsieur, nous abordons notre descente vers Londres. Il est 9h45 et la température extérieure est de 3 degrés. Nous vous invitons à regagner votre siège et vous assurer que vos bagages à mains sont situés sous le siège devant vous ou dans les coffres à bagages. Les portes et issues doivent rester dégagées de tout bagages. Nous avons été heureux de vous accueillir a bord et espérons que ce vol vous a été agréable. Nous vous remercions d’avoir choisi Miami International et espérons vous revoir prochainement sur nos lignes. A bientôt »


Ritchy ouvrit les yeux, avachi n'importe comment dans son fauteuil. Lorsque son cerveau fut apte à comprendre ce que disait la voix dans l'avion, il hurla en levant les bras :

- OOOOOH YEAAAAARH !!

Le voilà excité comme une puce. Il fixait intensément la belle ville de Londres qui se démarquait entre les nuages. Le temps que l'avion se pose semblait lui durer une éternité.

- Allez ! Allez ! répétait-il.

Quand ce fut enfin le cas, les portes de l'appareil s'ouvrirent et Ritchy fut l'un des premiers à décamper de l'intérieur. Il traça dans le couloir comme un dératé qui avait un bus urgent à prendre. Il disparu dans la foule on ne savait où...Il ne revint que pour embarquer trois heures plus tard dans le prochain avion pour un nouveau voyage déplaisant.



Résumé : Ritchy pète un câble dans l'avion pendant un certain temps avant de s'endormir. A l'escale, il se sauve et ne revient que pour embarquer à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 18:24


Interaction: Victoria, Alayna, Mike, Lance, Eden, Isobel, Jewel, Alayna (2ième fois)
Mentions: Meika, Jess, Ty, Yepa

L'avion devenait le souk.
Je dis ça par rapport à Lance et à Yepa et puis aussi à Mike.
Avant le souk, y a une fille trop sexy, mais vraiment trop belle, qui est venue saluer Lance et qui s'est présentée à moi. Elle s'appelle Victoria Palmer.
« Paytah Yellow, fis-je en souriant, enchanté. Tu es une Palmer ? Tu es la sœur de Nina ? »
Vic fit une remarque sur ma cousine préférée. J'acquiessais en disant : « Elle adore Barbie...Elle aimerait transformer chez moi en maison de poupée géante. » Yepa fit un sourire à Vic et lui montra une de ses barbies.

Puis l'avion devînt le souk.  
Yepa cette vilaine peste que j'ai pour cousine, est allé raconter ma vie privée à Lance. Donc ce dernier,  se mit à faire des commentaires et je le regardais avec fureur. Il me demanda ensuite si j'avais pas mis enceinte l'Abandonneuse, j'ai nommé Jess. Ce fût surtout son ''ça peut arriver quand on a pas l'habitude'' qui m'énerva le plus.
Je jetai un regard noir à Lance et lui lançait (justement) : «Toi je t'ai rien demandé ! T'inquiète pas pour moi, ni pour elle. Me prend pas pour un idiot non plus, je sais ce que je fais ! Et ne me reparle plus jamais de cette visage pâle à la langue fourchue. ».
Je me rappelais encore comment Jess m'avait abandonné  et coupé les ponts avec moi, sous prétexte que j'étais''trop petit ''. Je me rappelle même lui avoir demandé si -justement- elle était enceinte tant j'avais trouvé son excuse bidon. Heureusement, elle m'avait répondu que non. Et si elle m'avait menti ? Ma foi, tant pis pour elle, hein !
Je déclarais que Yepa était bavarde. Le futur PS fit une nouvelle allusion, mais je ne voyais pas où il voulait en venir, alors je lui dis : « Non...A part Ty. », parce que moi, j'étais très discrèt et peu bavard de nature, contrairement à Yepa et Ty.

Je me mis à ruminer de colère au sujet de Jess et de Lance, puis je me calmais lorsque la dame se mit à donner des recommandations au cas ou on crasherait.
Comme je me mis à paniquer, je me mis à dire haut et fort qu'on allait tous mourir. Quelqu'un m'interpella : « Hé le Sioux ! ». Je me tournais pour voir qui m'avait parlé. Mike, un SM. Je ne le connaissais pas, mais en tout cas, il ne me portait pas dans son cœur. Ça devait être à cause de Ty. Moi non plus, je n'aimais pas Mike parce qu'il me détestait. «  Tu veux pas chialer en silence steuplait, tu serais gentil de pas en faire profiter tout le monde, même la mioche à côté de toi elle se fout de ta gueule. Sinon je viens te faire taire moi-même, ce sera une autre paire de manche crois-moi. » 
Je fronçais mes sourcils-sourcils que je ne fronce jamais, ou très rarement- et je lui criais : « Ferme là, je t'ai rien demandé ! J'aimerais bien te voir à ma place visage pâle à la tronche de cake. »
Oups. Ouh ça fait mal ! Je me baissais sur mon siège, genre ''j'ai rien dis''. J'avais déjà insulté un jour Lance Booker, mais je lui avais dis que c'était parti tout seul. Là aussi, c'était parti tout seul.
En plus, je vais SOUFFRIR : MIKE EST DANS MON IGLOO ! OH FOR THE LIFE OF ME !!!

Ensuite, Alayna, une talentieuse élève de Wynwood arriva à la rescousse pour me rassurer. Elle trouva le bon sujet (Ma Meika adorééééée *-*) pour me faire penser à autre chose. Elle me parla aussi de la sculpture. Je lui dis que j'avais essayé de sculpter un petit panda mais que j'avais échoué. Je lui dis que j'essayais de mettre en pratique ce qu'elle m'avait appris, mais que je n'y arrivais pas. Je lui dis ensuite que je finirais un jour par y arriver et que je n'abandonnerai pas !
La rouquine fût ravie que j'essaie de fabriquer quelque chose puisqu'elle me dit qu'elle voulait bien voir mon panda, ce qui me ravît. Mais Lance-décidément, il me cherche ou quoi ? Il  veut ma main sur sa figure ? Qu'est-ce qui lui prend ? Il était plus sympa l'autre jour!- lança avec sarcasme : « Meika...celle pour qui tu flashe ? Tu lui fais des pandas pour la concquérir ? Si ça ce n'est pas pathétique. ».
La rousse prit ma défense : « Pathétique ?! Ya que ceux qui ont le mépris facile comme toi qui le sont. ». Bien fait ! Prend ça dans ta tronche Lancelot ! Je remerciais la rouquine avec un sourire, puis je me tournais vers Lance et  lui lançais un regard qui, si il pouvait tuer, l'aurait fait. Mon regard devint de flamme parce que j'étais en colère. «Non Môssieur, je ne fais pas des pandas pour concquérir Meika. Ferme là, nom d'un chien et avant de tirer des conclusions attives, cherche à savoir, pilamayaya .Tu m'énerve Lance depuis tout à l'heure ! Me cherche pas, j'suis pas d'humeur ! Une cousine qui me met la honte, un pote qui se moque de moi. Ah bravo ! Bravo ! Vous faites la paire!Alors s'il vous plait vous deux, laissez moi tranquille ! ».
Mon visage était rallongé, j'étais en colère. Si j'étais une fille, je pense que j'aurais eu mes règles.

Sur ces mots, je remerciais Alayna,  me couchais contre le hublot, et pris contre moi la peluche de Donald Duck. Je le serrais dans mes bras. Il était tout doux. Ça faisait un peu gamin, je le savais, mais Donald Duck en peluche me rassurais. J'avais moins peur de l'avion. Je fermais mes yeux de chinois et attendis le sommeil. Je ne regardais pas le décollage, vexé. Je ne mangeais pas non plus. Je ne mangeais plus depuis quelques semaines, et j'étais devenu un peu plus maigre. J'avais froid avec mes cheveux courts et je regrettais mes extentions. Je fini par m'endormir alors que nous étions dans les airs. Je me mis à rêver de Meika Cloud, la Sioux de mes rêves et de ma vie.
Yepa, elle, dessinait Lance. Elle lui donna le dessin, puis lui parla de Barbie et le secret des fées, avant de manger et de s'endormir, elle aussi, contre moi.

« Madame, Monsieur, nous abordons notre descente vers Londres. »
Je me réveillais en sursaut. Je regardais autour de moi. Lance avait les yeux ouverts, Yepa dormait contre moi. Je me redressais et baillais. « Il est 9h45 et la température extérieure est de 3 degrés. Nous vous invitons à regagner votre siège et vous assurer que vos bagages à mains sont situés sous le siège devant vous ou dans les coffres à bagages. Les portes et issues doivent rester dégagées de tout bagages. »
Je me précipitais sur le hublot pour regarder. « Wouaaaaaaaw ! », m'écriais-je tout excité. C'était trop beau ! On voyait Londres par le hublot. «  Nous avons été heureux de vous accueillir a bord et espérons que ce vol vous a été agréable. Nous vous remercions d’avoir choisi Miami International et espérons vous revoir prochainement sur nos lignes. A bientôt ».
Je regardais les terres Londoniennes se rapprocher, avec des yeux brillants. Je n'étais jamais allé à Londres de ma vie, ni en Europe. Je m'étirais puis baillais de nouveau. Eden nous donna les consignes et annonça des anniversaires.
« QUOI MONSIEUR !, m'écriais-je, ON A PAS LE DROIT DE VISITER LONDRES ? POURQUOI ? ON PEUT PAS VISITER, MEME UNE SEULE HEURE ? »
J'étais déçu. Je m'étais imaginé visiter Londres avec Yepa, faire des achats, prendre des photos du London Eyes, du BigBen, ect.
Je baissais la tête, triste. Je m’emmitouflais dans mon manteau noir, ajusta mes boucles d'oreilles, puis secouais Yepa pour la réveiller. Nous descendîmes tous de l'avion et nous arrivâmes à l'intérieur de l'aéoport. J'allais récupérer mes valises et ma guitare, puis envoyais un texto à Matoskah pour lui dire que nous étions bien arrivés à Londres. Je m'approchais ensuite de Jewel McCoy, une Eta très jolie, et je lui dis  en souriant d'un sourire craquant: «Hey salut Jewel. Joyeux anniversaire !!! Ça te fais quel âge aujourd'hui ? ». J'allais ensuite voir Vic et je lui dis : « Je ne savais pas que c'était ton anniv'. Joyeux anniversaire ! ». Je lui offris mon sourire, puis j'allais souhaiter joyeux anniversaire à Isobel, ma prof. Ensuite, j'allais voir Lance, suivit de Yepa, et je lui dis : « Bon alors...que fait-on Lancelot ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 2:39


C'est Noël !

Christmas At Hogwarts by John Williams on Grooveshark



Londres Airport, 10h05 > 3 °C

Comme tout le monde, Eden attendait l’heure du décollage. Il discutait dans un premier temps avec ses collègues comme Peter qui lui demandait comment il sentait ce voyage. Dans un premier temps, il avait un peu peur du foutoir qui allait certainement y avoir dans l’avion. Ils n’étaient qu’eux, alors pourquoi être civilisés et respecter le temps de vols des autres ? Une fois sur place, ils pourraient se défouler, probablement que seulement à ce moment-là, Eden pourrait être un peu plus serein

« Je pense que 17h de voyage ça va soit les énerver, soit finir par les calmer, donc on verra, mais je crois que les premières heures dans cet avion vont être épuisantes, mais sinon ça va, et toi ? Pas trop peur du froid ? »

Eden avait eu l’habitude de la neige lorsqu’il était gamin. Londres, c’était le contraire de Miami. Lorsqu’il pouvait y avoir de la pluie, c’était des litres et des litres qui pouvaient se déverser et la neige, les anglais n’y échappaient pas non plus. Peter n’était certes, pas de Miami, mais ne connaissant même pas les minima hivernal à Las Vegas. « Je suppose qu’à Las Vegas il ne faisait quand même pas – 30 degrés en hiver ? » Au même moment, une voix qu’Eden connaissait par cœur l’interpella. Il lui avait déjà fait le coup lorsqu’il eut terminé son discours et même s’il ne lui avait rien dit, il n’en avait pas pensé moins. Eden comme l’impression que ses frères allaient l’énerver au moins durant le vol. Même avant, visiblement « Monsieur, on embarque bientôt ? » Il regardait Sasha, désespéré et à l’attention de Peter il prit la parole « Peter, je suppose que tu connais Sasha, mon petit frère. Il est tellement chiant à ses heures, comme tu peux le voir, qu’il a sûrement un abonnement à la salle de colle ou encore à ton bureau. Mais c’est aussi un ami de ta fille je crois » L’ainé des Cobb regardait Sasha en souriant et lui demanda « ça va t’as sur faire un choix dans tes fringues où t’as dû emmener ta garde-robe à roulettes ? » encore un sourire moqueur sur son visage, Eden posa ensuite ses yeux sur Isobel qui l’interrogea sur Londres ou encore sur James. Au même moment, Eden tourna sa tête vers son autre frère, histoire de voir ce qu’il pouvait être en train de faire. « Il a peut-être beaucoup changé physiquement, mais à eux deux ils sont toujours aussi chiants, Iso’ . D’ailleurs si tu les veux encore en vacances, fais toi plaisir » Au fond, même s’ils passaient leur temps à emmerder Eden, ce dernier s’entendait toujours aussi bien avec l’un que l’autre.

Lorsque le temps fut à l’embarquement, Eden se dirigeait vers l’hôtesse qui les attendait. Il lui tendit sa carte d’embarquement et alla s’installer avec Peter, Isobel et Sidney. Il tendit le listing des chambres à la prof d’histoire et sourit à son commentaire concernant la chambre de ses frères qui, effectivement risquait de se transformer en Bronx. Eden écoutait la conversation avec ses collègues tout en gardant un œil sur certains. Une première remarque d’un sigma mu envers un autre élève attira son attention, mais laissa couler et puis ce fut autour de ses frères de faire – encore – les pitres. A haute voix il lâcha « Ils sont pas sérieux eux, j’espère » et finit par se lever et rejoindre le groupe où se trouvait Sasha, James et une jeune fille que Sasha venait tout juste de traiter de "poil de carotte". Eden fit signe à ses frères direction le fond de l’avion et commença sa tirade tout en restant discret :  « Vous comptez vraiment jouer les gamins de 5 ans comme ça pendant 17 heures ? L’un qui se croit sur le marché… Et encore, sur le marché ils sont polis. L’autre qui ne trouve rien de plus bas que de critiquer le physique d’une personne. J’ai ma place à jouer moi les gars, alors je sais que le respect ça ne vous parle pas des masses, mais peut-être que pour une fois, il ne faudrait pas juste penser qu’à soit. Grandir aussi, ça ferait pas de mal. J’ai pas à jouer les instit’ maternelles ou les pères de substitutions. Sasha à la limite, ça pourrait passer, quoi que pour un futur universitaire c’est moyen.» Il s’adressa ensuite à James « Mais toi t’as quel âge ? T’as perdu en maturité près de tes italiens ou bien… ? J’passe pour quoi moi sérieux » Eden était surtout blasé et pas énervé… Ou encore un peu déçu, mais ce qu’il se jurait, c’était de ne pas jouer les flics avec eux pendant deux semaines. Il en était hors de questions. Il avait 26 ans, pas d’enfants et prendre la place de leur père absent avec ses frères, il ne fallait même pas y compter. Il avait toujours été là pour eux, il le serait toujours, mais à ses yeux c’était donnant-donnant. Il n’avait rien contre les allers et retours dans l’avion et savait que l’un était assez difficile, alors que l’autre avait un égo surdimensionné. Il y était habitué, il connaissait l’humour de chacun, mais c’était pas le cas de tout le monde. Il les laissa rejoindre leur place et retourna à la sienne, continuant cette discussion tranquillement en oubliant presque ce qu’il venait de dire à ses frères. Pas vraiment rancunier, son voyage se passait normalement et calmement, ou presque.

Le lendemain matin, ils allaient bientôt arriver à Londres, enfin. Ils allaient pouvoir se dégourdir les jambes s’aérer l’esprit et peut-être même manger un truc pour se redonner des forces. Une vingtaine de minutes avant l’atterrissage, une hôtesse prit la parole :

« Madame, Monsieur, nous abordons notre descente vers Londres. Il est 9h45 et la température extérieure est de 3 degrés. Nous vous invitons à regagner votre siège et vous assurer que vos bagages à mains sont situés sous le siège devant vous ou dans les coffres à bagages. Les portes et issues doivent rester dégagées de tout bagages. Nous avons été heureux de vous accueillir a bord et espérons que ce vol vous a été agréable. Nous vous remercions d’avoir choisi Miami International et espérons vous revoir prochainement sur nos lignes. A bientôt »

Ca annonçait l’arrivée à Londres et donc, des explications à rappeler. Eden se leva et réclama le silence avant de donner ses infos :

« Je vais être bref. A Londres vous n’avez que 3h30 de temps libre. Pas la peine de vous échapper de l’aéroport, il n’y a rien autour, c’est perdu. Mesdemoiselles, les magasins londoniennes, c’est pas près d’ici. Vous pourrez profiter des magasins dans l’aéroport ainsi que de quoi vous restaurer. Soyez au moins une demi heure à l’avance à la porte d’embarquement et pour les retardataires, tant pis pour eux, ils se démerderont pour nous rejoindre. Soyez attentifs et ponctuels, merci. Ah ! Dernière chose : aujourd’hui plusieurs d’entres vous ont leur anniversaire, il paraît. Je paie donc un verre à Isobel McCoy, Jack Kent, Lucy Baulia, Natasza Oleszak, Jewel McCoy et Victoria Palmer »

Eden rangea son copion et rassembla ses affaires et n’hésita pas à mettre une couche en plus en vue de la température extérieure. Une fois dans l’aéroport, il attendit que le temps passe, discutant avec l’un et l’autre, sortit fumer et enfin paya un verre aux personnes ayant leur anniversaire. Lorsque l’heure approcha pour embarquer en direction d’Helsinki, Eden ne pris même plus la peine de leur ressortir le même discours qu’à Miami. Encore une fois, le même avion, réservé juste pour leur excursion en place de quatre. Les étudiants allaient probablement être bruyants les premières heures, et puis trouveraient de quoi passer leur temps jusqu’à Helsinki. Du moins, il l’espérait. Dans l’avion, il s’installa à nouveau près des trois autres membres du personnel en attendant la prochaine escale.

Infos: comme d'hab vous pouvez interagir avec lui, j'ai fait au plus bref mais si vous voulez détailler le fait qu'il paie un verre ou quoi, vous pouvez j'y répondrai :-)

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Jeu 4 Déc - 0:41

Interactions : Sieg, Soraya, Mike, Jack, Shane
Mention : heu, j'sais plus.


La journée commence mal, très mal. Moi qui me faisais une joie de partir en Laponie, je suis actuellement dans la voiture de Mike, très agacée et silencieuse les bras croisés, pendant que les deux couilles discutent allègrement à voix basse. Près de moi il y a Soraya, une fille que je ne connais absolument pas. Des amis à toi, Sieg, hein ? Moi je m'en fous de tes amis, je pense juste que tu es un imbécile et que tu m'énerves. Pourquoi ? La raison est simple, limpide même.

On devait se rejoindre sur le parking du lycée avant de filer trouver ces deux-là. Sauf que je suis arrivée en avance et toi tu n'es pas arrivé à l'heure. Alors j'ai perdu patience, tout simplement perdu patience. J'ai laissé en plan ma valise énorme au beau milieu du parking et hop, direction le bâtiment des Rho Kappa, en bravant l'interdiction de mon cher et tendre qui m'a fait jurer de ne jamais y foutre un pied. Sieg et moi on est ensemble depuis pas longtemps. Et cela doit rester un secret pour tout le monde, parce que je suis chef des Khi. Et une chef des Khi qui sort avec un con de sportif, ça fait mauvais, très mauvais genre. Sauf que là présentement, je m'en fous. Je suis du genre qui déteste attendre, et une minute de retard c'est suffisant pour moi. Alors je file, et j'entre dans le bâtiment des Rho Kappa, furax. Les types qui s'y trouvent me reconnaissent derechef et ça gueule. "Qu'est ce que tu fous là, grosse pétasse ?" "C'est pas pour les intellos ici, DEGAGE" Je ne parle pas des commentaires sexistes, sinon je vais devenir vulgaire. Je monte les escaliers, direction les chambres. ça commence à bien faire. La chambre de Sieg est au bout du couloir. Alors je toque, et j'entre, ignorant superbement le fait que j'ai la formelle interdiction d'être là. Toi tu finis de préparer ton sac et le regard que tu me jettes me laisse entendre que tu es surpris de me voir là. Mais je m'en fous. Je croise les bras, mécontente.

"Je viens te chercher parce que sinon on va être en retard. Bouge ton cul."


Il me fais les gros yeux ou je rêve ? Oui oui il le fait.

"je t'ai dit de ne PAS venir au batiment. Putain, c'est interdit ici... !

- ...Aux dernieres nouvelles je suis ta COPINE donc pour moi rien n'est interdit. Et ensuite, la prochaine fois tu seras à l'heure ça m'évitera de croiser ta légion de peigne culs."


Et bon apétit bien sûr. Sauf que j'ai dû parler un peu fort et je me retrouve plaquée contre le mur avec une main sur ma bouche. ça pourrait être excitant si je n'étais pas énervée et si on était pas super pressés. Juste. Je retire sa main alors qu'il me parle.

"Pas... de.. mise en couple... Officielle. Chut et parle plus bas.

- Bouge. C'est tout, juste tu bouge.
- Alors tu ne viendras plus ICI.
- Je m'en branle, PRENDS TON SAC ON Y VA.

- Promets le moi."

Je pousse un soupir. Un énorme soupir.

"Putain oui mais grouille, tu m'ENERVES.

- nan mais attend, je dois mettre ma play 4 et la prendre en photo avant..."


Là j'ai un petit rire. Un petit rire sarcastique en croisant les bras pendant qu'il se tourne en direction de son sac.

"Ahahah. Non tu vas pas prendre ta play 4.

- J'ai pas fini Unity !!
- ...Amène la un peu pour voir. ça va te faire drôle.
- Ho des menaces, qu'est ce qu'elle va faire la tête d'ampoule ?

- LA QUOI ?!"

J'ai hurlé. Toi tu me fais signe de jouer le jeu mais là ça va trop loin. Déjà continue, et ta PS4 elle passe par la fenêtre. Je te le signale très clairement d'ailleurs. Parce que tu ne vas pas amener ta console alors qu'on passe Noel dans un endroit pareil, hors de question. Et le coup de la tête d'ampoule ça me rend folle, absolument folle. Même si je sais que c'est du chiqué, là je le prends pour moi parce que je suis déjà énervée de base. Et lui il se rebiffe quand je lui dis qu'il ne PRENDRA PAS sa PS4.

"... hooooo et tu vas faire QUOI  si je la prend ?

- On ne couche pas ensemble pendant six mois.
- ...tu vas tenir ?
- Sans problème.

- Pari tenu.
- Parfait ! Amène la et elle finit en miettes."


Je suis sur les dents. On va vraiment rater l'avion s'il continue. Mais la menace ne te plait pas, visiblement quand tu t'énerves, mais je gagne la partie. On passe par la salle commune en s'insultant copieusement, et visiblement la scène plait bien à tes collègues quand tu cries "ENCORE UNE FOIS DANS CE DORTOIR ET JE PRENDS ARTHUR EN OTAGE !" sauf qu'on a pas besoin de faire semblant pour s'engueuler, là tout de suite, vraiment pas. Et en plus de ça je m'engueule avec Marcus, l'enfoiré de Rho Kappa qui m'avait pris le chou le jour où je me suis faite une déchirure sur le terrain de sport. Tu le recales très vite et tu jette un regard faussement gourmand en direction des filles. Moi je bous, en silence. Mon statut ne me permet pas de te rouler la pelle de ta vie devant toutes ces pétasses qui me regardent de haut. Mais peu importe. On gueule, et quand on sort je suis morose. Le trajet se passe dans le silence parce que je fais sévèrement la gueule, j'ai pas envie de parler du tout en fait. Et toi tu insistes et moi je ne réponds rien, le nez en l'air, ma fierté passant avant tout. Quand on arrive chez Mike, c'est un grand type qui nous ouvre et qui me détaille de bas en haut. Ah. Oui. Bon ben ducon, on va s'entendre toi et moi. J'ai mal aux pieds, mes talons ne sont pas faits pour marcher autant. Derrière lui il y a une jeune fille qui salue Sieg et me sourit gentiment. Mais moi je fais encore la gueule, alors la réponse est un peu sèche. "Héra. Enchantée également." hm. Non mais. On monte dans la voiture et Sieg me fait des blagues. Il essaie de me faire comprendre que sa méchanceté n'était pas voulue. Mais moi je pense à sa console. T'es con. Tu pars en vacances avec ta copine et toi tu veux amener ta console. Tu l'aurais fait ? Elle aurait fini ensevelie sous la neige, parole. Quand on arrive à l'aéroport, il y a déjà pas mal de monde. Et moi j'ai envie de me foutre sous ma couette, et DORMIR.

Il y a deux mecs qui se jettent sur nous dans l'aéroport. Un type, Jack qui se présente. Ah oui. C'est pas un gros con de RK ça ? ça ne m'étonnerait pas. Je lui adresse un sourire poli pendant que l'autre tire la tronche, comme moi. Ils s'en vont au bout d'un moment, alors que nous approchons de la porte d'embarquement, à attendre. On aurait pu arriver en retard. Mais ça n'a pas d'importance.

On s'assoit et on attend. Soraya piaille. Je sais déjà qu'elle va me saouler, celle la c'est obligé. Parce que les gens qui parlent trop ça a tendance à me gonfler. On dirait une gamine. Je lève les yeux au ciel parce que moi personnellement, j'aimerais seulement être dans l'avion pour mettre mes machins qui font noir sur les yeux et me reposer. La colère, ça use. Mais je le suis déjà nettement moins parce qu'il est drôle, Sieg, quand il dit qu'il voudrait que je sois sa Templière. ça m'a fait sourire, puis rire, et puis l'embrasser avant d'aller dans l'aéroport. Soraya revient avec des boissons et moi je lui souris, faussement aimable. Va bien falloir. Mais alors quand Siegfried met de la musique, je me mets à le fusiller allègrement du regard. EH ESPECE DE CON. Elle avait enfin réussi à la fermer et maintenant la voilà qui se dandine sur les genoux de son con de mec au regard inquisiteur. Pourquoi j'ai choisi de venir déjà ? Ah oui je pensais que ça serait romantique, avec toi et moi, la laponie, le Père Noël, toussa. Hinhinhin. L.O.L. Je vais finir par lui mettre une gifle si elle continue.

Le proviseur nous sort un laïus et des instructions à n'en plus finir, et moi je baille. Sieg et moi on reste un peu à distance. Parce qu'il ne faut pas rester ensemble, mon visage est trop connu. Pas de bol trop de gens nous sautent dessus. D'abord Shane, que je croise vite fait et qui se fout de moi. Je lui jette un sourire tout aussi narquois. "Elles me manquent beaucoup. Ducon." oui parce que bon certes tu m'as sorti de là mais quand même. Mais le sourire est amusé. Les SM sont vraiment des abrutis, eux aussi.

Finalement on se pose dans l'avion. Ah enfin. Un siège confortable. Et alors que je sors mon attirail pour dormir (17h de trajet, une aubaine) un cri. Oh merde. Yellow. Le type de l'anniversaire, là, je m'en souviens. Une soirée parfaite à me faire chier, un bonheur total. Mike se lève et l'envoie prodigieusement chier. Pour une fois un sourire se dessine sur mon visage.

"....Merci mec."


Ils discutent, tous, entre eux et moi je pose ma tête sur l'épaule de Sieg. Pour une fois je ne veux plus être un secret. Surtout qu'on s'est disputés, et il n'y a pas de lit pour se réconcilier, alors je me contente seulement de presser un peu sa main, et de fermer les yeux.
Sauf que Muños, elle a pas envie de dormir elle, et elle me casse les noix sévère. Elle piaille encore.

« Il y a de la neige là bas !!! J’ai trop hâte »

MAINTENANT CA SUFFIT. Je me redresse, profondément agacée.

"Tu sais Soraya, je ne te connais pas du tout donc je n'aurais pas la prétention de te dire ce que tu as à faire. Par contre..."

Je la fixe. Je crois qu'elle est un peu surprise. Ouais mais on va partager un igloo, donc on va mettre les choses au clair tout de suite.

"Je suis quelqu'un qui aime bien avoir une certaine tranquilité tu vois, un peu de silence de temps en temps, du repos, tu comprends le délire ?"


Merde à la fin. Allez, le coup de grâce.

"En d'autres terme, j'aimerais bien que tu LA FERMES."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mer 3 Déc - 17:06


Départ Laponie




Mention: Ash, Ethan, Paytah, Alayna, Fawn , l'hôtesse de l'air ,Eden Cobb et tout le monde
InterractionShin , Maira et Alice

Voilà en fin le jour que l'on attendait tous , le voyage en Laponie , depuis plus d'un mois que j'attendais ce voyage je comptais , chaque jour je regardais combien de temps il me rester avant le Jour J . La veille j'avais préparer mes affaires , pris tout ce que j'avais besoin , dont , des gant , des pulls, un bonnet , tout ce qui pouvait être chaud . Je me souviens que étant petite je rêvais d'aller en Laponie voir le Père Noel et maintenant que j'ai 16 ans j'y vais enfin , voir ce pays merveilleux remplis de neige . Mais revennons à la réalité , je m'étais levé tôt ce matin pour finir mes bagages et me préparer tranquillement , car j'allais passer 17heures dans l'avion , ce qui aller me paraître super long , je mis dans mon sac un roman à l'eau de rose que toutes les filles lisent pourtant ce n'est pas vers lequel je me dirige , mon portable bien évidemment , mon chargeur, mes écouteurs et des chew-gums. Je vérifie une dernière fois si je n'ai rien oublier , c'est bon aller Let's go . Je descend le taxi est déjà là . J'avais décider d'y aller seule pour ne pas m'imposer une horraire et tout le tralalala . Le chauffeur pris mes affaires , je m'installe à l'arrière , le taxi démarre , je regarde par la fenêtre , et dire que demain il neigera là où je serais et ici il fera chaud. Je m'imagine ces paysages magnifiques , blanc , lumineux et tout cette magie .

Une fois arriver à l'aéroport , le chauffeur me donna mes bagages et me souhaita un bon voyage , je le remercie et me dirigea vers le point de rendez-vous que les professeurs nous avez donner . Je salua tout le monde et écouta M.Cobb qui bien entendu voulait que l'on l'appelle Eden et non Monsieur ou Monsieur Cobb . Après quelque temps , je suivis le groupe d'étudiants pour embarquer , on avait un avion rien que pour nous , il faut dire que l'école avait mis le paquet pour ce voyage ! Dans l'avion je m'assis juste devant Alice et Alayna. L'hôtesse de l'air nous fit son spitche habituel , pour nous expliquer comment suivre les lumière au sol , mettre les masque à oxygène et tout le baratin . A force on le connait par cœur on pourrait même le faire à sa place . J'appris que j'était dans la même chambre que Shin, Maira, Ethan, Ash et Fawn ; Je décida d'aller voir justement Maira . Elle était bien évidemment à côté de Shin, ces deux là son vraiment trop mignon! " Hey ça va Maira et Shin? " je discute avec eux puis je retourne vers ma place , sur le chemin je vis Paytah paniquer je lui souris , Aylayna était déjà à côté de lui pour le rassuré . Je m'assis à ma place et sortis mon livre , je me retourne et vit alice qui lit un livre "Salut Alice , ça va ? Il est bien ton livre ?"... L'avion décolla enfin , nous étions maintenant en route pour ce voyage merveilleux .

HRP:
 
© Sheepirl sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mer 3 Déc - 14:20

En route pour la Laponie
Interactions : James, Jewel, Natasza, Soraya, Maira, Isobel, Alayna, Sean.

Donc comme je vous le disais, je n’aurais probablement pas été à l’heure si nous n’avions pas décidé James et moi de faire le chemin jusqu’à l’aéroport ensemble, puisque personne ne serait venu me réveiller. Je m’étais endormi comme une merde, et il fallait dire qu’il n’y avait que mes frères pour m’épargner la mauvaise humeur après un réveil tel que celui là. Du coup, je m’étais exécuté, et nous nous étions rendus à sa voiture, direction l’aéroport, mais aussi deux semaines de vacances au Pole Nord. Encore maintenant je me demandais ce qu’il m’avait pris, en dehors du fait que j’allais être avec Eden et James pour Noël, chose qui n’était pas arrivée depuis bien des années. Ca pouvait sembler étrange, mais Noël avec la famille ça reste pour moi aussi quelque chose de précieux, même si évidemment il faut exclure les parents pour le rendre potable, sans quoi je fuis ce moment de l’année comme la peste noire. Mes parents à Noël sont pires que tous les autres jours de l’année. Et ce n’est pas des paroles en l’air, demandez donc aux frangins ce qu’ils en pensent, ils se sont même tirés de la maison familiale, il y a bien une raison, et malheureusement ce sont nos très chers parents.

En parlant d’eux, en arrivant au parking de l’aéroport, James se servit encore une fois de leurs pouvoirs, tout en leur plantant un couteau dans le dos. Je le reconnaissais bien là, et étais vraiment heureux d’avoir à nouveau mon compère de toujours pour leur en faire baver un peu. Ce dernier tendit donc la carte bleue des parents, leur notifiant de ne pas hésiter à l’utiliser, tandis que nous passions les barrières, morts de rire. « Je te jure, ça m’avais vraiment manqué tout ça, j’avais plus personne avec qui les emmerder. » Dis-je à l’intention de mon frère, qui lui était concentré sur sa manœuvre. Rangement en bataille effectué, nous voilà dehors, observant les derniers rayons de soleil, mourant de chaud dans nos tenues qui ne seront pourtant pas suffisantes à l’arrivée. On pénètre dans le hall d’entrée, direction l’enregistrement des bagages. On retrouve beaucoup de wynwoodiens, mais aucun ne vaut la peine que je les salue pour le moment, l’attente me rendant irascible. Cependant, une fois que ce fut fini, me voilà léger comme l’air, à déambuler dans l’aéroport, ne sachant absolument pas quoi faire. C’est là qu’Isobel vint à ma rencontre. « Bonjour Isobel. » Lui lançais-je poliment. C’était peut-être une prof et d’habitude je n’avais aucun respect, mais c’était la mère de mon meilleur pote et un peu comme une tante pour moi, vu que je la connaissais depuis ma naissance. « Un peu pressé si, l’Angleterre me manque parfois. » Répondis-je nostalgique. Ca ne servait à rien que je joue le gars insensible avec elle, vu le nombre de fois que j’étais venu dormir chez elle. « Et oui c’est James, il est de retour depuis pas longtemps. C’est vrai qu’il a beaucoup changé, mais au fond il est toujours le même. » J’étais enthousiaste, et on voyait un grand sourire mon visage quand j’en parlais. « Et toi tu vas bien ? Contente de faire partie de ce voyage ? Ca doit quand même être cool d’être prof on peut se porter garant pour toutes les sorties. » Je la tutoyais, ne voyant pas bien pourquoi je la vouvoierais, surtout en vue de ce voyage qui était vraiment dans le but de s’amuser, et non pédagogique comme Mr Hoffmann avait fait le printemps dernier.

Après cette petite discussion, je pris la direction de la machine à café, laissant James un peu seul. Sur ma route, je tombais sur Maira, accompagné de son petit ami, celui qui avait fini par nous rejoindre à Halloween. Je leur souriais. « Et bien pas vraiment, j’ai jamais été habitué à des températures si basses, mais après tout on va bien s’amuser non ? Et toi ? La portoricaine ? Tu vas tenir le choc ? » Lui demandais-je taquin, avant de continuer ma route pour me faire couler un bon chocolat chaud. Le temps que celui-ci soit prêt, Sean m’avait rejoint. « Salut mec » tout en lui faisant un check. « Ca faisait longtemps qu’on avait pas fait de voyages tous les deux, pas vrai ? » Sean et moi c’était grâce à notre fric et à notre goût pour les voyages qu’on s’était rencontrés à l’époque. On faisait souvent des trips, et ça faisait quelques temps maintenant que nous n’avions pas bougés, trop occupés avec la confrérie. D’ailleurs en parlant de confrérie, nous étions beaucoup de Pi Sigma à faire partie du voyage, ce qui était rare, nous devons l’avouer, même Nathan venait cette année, je ne le voyais d’ailleurs pas. « Tiens Sean, dans l’avion t’as qu’à venir t’asseoir avec nous dans l’avion, je serais avec mon frangin. » Lui proposais-je alors, avant de récupérer mon gobelet fumant et les quelques pièces que la machine me rendait. « D’ailleurs j’y retourne, à toute à l’heure. » Je lui assenais une tape amicale sur l’épaule et repartis rejoindre James.

Eden nous fit alors son petit discours, comme à chaque fois, et nous n’avions plus qu’à attendre l’embarquement, sans doute la phase que je haïssais le plus lors d’un voyage. L’avion, ce n’était sans doute pas la première fois que le prenais, mais l’attente je ne la supportais plus, autant au début j’étais comme ce gars asiatique, collé à la fenêtre à mater les avions, autant là je n’avais qu’une envie que ça soit fini. On trouve ça marrant au début, mais à force c’est une corvée. On a tout fait, vu tous les films à bord, et il ne nous reste plus qu’à prier qu’on arrive à s’endormir. Ce qui n’allait pas être facile, vu la sieste dont je sortais. J’étais en pleine forme, mauvaise nouvelle pour moi.

Après de longues minutes d’attente, nous voilà enfin dans l’avion, et c’est le capharnaüm. Comme l’avion nous était réservé, on prenait les places qu’on voulait, et autant vous dire que niveau organisation c’est le boxon. « On se met ensemble ? » « Viens à côté de moi ! » « J’aime pas le hublot ! » Ca fusait de partout, ce pourquoi je poussais un peu tout le monde, pas trop amusé à faire la statue, ayant déjà repéré quatre places stratégiques, mais aucun moyen d’y accéder. C’est alors que Jewel, qui venait en sens inverse me salua. Je lui fis un énorme sourire. « Ca va princesse ? » Puis elle me présenta son amie. « Ah si je me souviens d’elle, tu vas bien Natasza, contente de partir en Laponie ? » Lui demandais-je avant qu’elles partent regagner leur siège. Nous faisions de même avec James. Il ne suffisait plus qu’à attendre Sean. J’observais tout autour de moi, voyant qui faisait partie du voyage. Je vis Maira au loin, et évidemment qui disait Maira, disait Soraya, qui ne put s’empêcher d’ouvrir sa gueule. « Toujours la gueule ouverte celle-là. » Lançais-je à James, avant de m’adresser haut et fort à elle. « Et toi, t’aurais pas pu perdre ta langue, ça nous ferait des vacances ? » Au passage je défendais Maira, et lui fermait le clapet par la même occasion. Ce n’était pas cette salope qui allait ruiner mon voyage, ça non.  Je fis un clin d’œil à Maira, avant de continuer ma conversation avec James. « N'empêche c'est cool de retourner en Angleterre ça doit faire trois ans que j'y ai pas mis les pieds ça va faire du bien. » « Oui c’est vrai. Mine de rien, même si Miami c’est bien, l’Angleterre c’est là où j’ai toujours vécu, et là où on a tous nos souvenirs. Je n’oublierais jamais ça. » Dis-je avant de me lever, direction les toilettes.

Envie pressante, me voilà contraint d’attendre devant une porte close, parlant tout seul, tambourinant la porte, jusqu’à ce qu’une hôtesse arrive, et m’ouvre la porte. « Le voyant déconne, si c’est rouge, c’est pas forcément fermé. » M’expliqua-t-elle, me faisant me sentir absolument con. Je me fis cependant discret, puis partis faire ce que j’avais à faire avant de regagner ma place auprès de mon frère. Le décollage ayant lieu, je m’attachais, et écoutais les instructions que je connaissais dès lors par cœur.

Une fois dans les airs, Isobel fit le topo sur le contenu des chambres. « On est ensemble. » Lançais-je guilleret à James, tout en lui faisant un regard complice, qui voulait entre autre dire : à nous les conneries. Puis peu après, une jeune fille prit place à nos côtés. Elle était rousse, et une inconnue à mes yeux. Au début je pensais qu’elle n’avait juste pas de potes, mais elle se permit de prendre un ton sarcastique et s’en prendre à James, et ses cheveux. Et quand on critique les cheveux d’un Cobb ça ne se finit jamais bien. On sait qu’on a un problème capillaire, on vit avec, pas besoin de nous le faire remarquer, mais bon elle cherchait la merde, ce pourquoi je lui lançais : « Et alors ça te poses un problème poil de carotte ? » Avant de me réinstaller dans mon siège, laissant la suite à James, qui la remballerait probablement mieux que moi, même s’il avait fallu que j’y mette mon grain de sel. En attendant, je regardais à travers le hublot, tout en zyeutant l’horloge, impatient d’arriver à Londres.

Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mer 3 Déc - 7:58


Mentions:Eden, Paytah, Soraya, Héra, Isobel, Ethan, Bambi et Fawn.
Interactions:

Jour J. Départ Laponie. Pour une fois, j'attendais cela avec impatience, d'autant plus que ces temps ci n'avait pas été facile. Mon frangin allait mieux mais il était toujours à l'hopital sous surveillance car, "on ne savait jamais", qu'ils disaient. Oui, c'était sur, on ne pouvait jamais savoir. Combien de gens allaient mieux et étaient morts le lendemain? Le nombre était incalculable. Je savais juste que ça arrivait et tant que je n'avais pas la certitude et constatais par moi même ses progrès, j´avais décidé de ne pas baisser ma garde. Je n'avais pas envie d'être détruite par une rechute de mon frère. Les miennes étaient déjà suffisantes. L'air motivé, je remplissais ma valise d'un tas de truc. En m'inscrivant pour le voyage je m'étais renseignée.Dix sept heures de vol, plus toutes les escales. Le voyage allait durer une éternité. Rien que d'y penser ça me fatiguait. Mais c'était le prix à payer pour voir la Laponie, le père Noël, la neige. J'avais hâte. Ma valise débordait de pull, de chaussettes, de jeans et de gants. J'avais pris le nécessaire pour ne pas me les geler. La Laponie ce n'était pas rien quand même. C'était la neige, le froid, les chiens de traîneau ... Le rêve quoi. La neige, pour moi, c'était comme parler de soleil à un londonien. Oui, je sais, c'était cliché. Me parler de la neige, à moi, une australienne, c'était n'importe quoi.
Vainement, je cherchais de la place pour caler mes sept livres. En deux semaines, j'avais largement le temps de les lire encore et encore. Je lisais vite, surtout que j'aimais ça, ça faisait passer le temps et rien que dans l'avion une bonne partie allait être dévorée.

Au volant de ma Fiat 500, je me dirigeais vers l'aéroport. La ponctualité n'étant pas mon truc, j'allais sûrement être un peu en retard. Pour partir si loin ça n'allait pas le faire du tout. J'accélérais toujours plus, pour être le plus à l'heure possible. Mes efforts furent récompensés. A mon arrivée, beaucoup était déjà arrivé , j'étais même peut être la dernière. Sans parler avec personne, j'enregistrais mes bagages rapidement et me rapprochais du groupe lorsque notre directeur, plus familièrement appelé Éden, se hissa sur un siège pour s'adresser au groupe. Son discours n'était constitué que des informations concernant le vol, le temps entre les différentes embarcation et d'autre truc pas très très intéressant. Très vite mon attention avait été porté sur les différentes personnes présentes. J'aperçus Paytah, ainsi que Soraya au milieu d'une bande. Se trouvait aussi avec elle, Héra dont je n'avais plus aucune nouvelle. Tant pis. Je n'en avais pas donner non plus au final ... Ça ne faisait rien. A moi en tous les cas. Je ne m'arrêtais pas à si peu de chose. Je zapping, tout simplement. Rien de plus simple, rien de plus compliqué. Trop de bruit pour rien autrement. Trop de préoccupation inutile. La vie valait beaucoup mieux que ces petits soucis futiles. Je n'avais plus la tête à cela. Je ne l'avais jamais eu en fait.

On embarquait les uns après les autres après avoir remis à l'hôtesse les cartes d'embarquement qui nous avait été donné. Peu désireuse de me retrouver à côté d'un pot de colle, bavard, je remarquais deux jeunes filles qui se ressemblaient vachement et je me dirigeais vers l'unique place libre sur les quatre aux côtés d'un jeune homme avec des tâches de rousseurs. Était-il tous frère et sœur là ? Puis, une femme prit la parole. Nous avions eu le droit à une touche d'humour avant qu'elle ne commence sérieusement à dire ce qu'elle voulait que nous sachions. Répartitions des chambres. C'était tout ce que tout le monde attendait. Chambre numéro 1. J'étais du nombre et ne connaissais personne à l'intérieur et vaguement Shane, à qui jamais acheter ce que j'avais consommer le soir du bal ... Uniquement lui. Et c'était tout. Peut être que tout se passerait bien en fait.

Résumé:
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mar 2 Déc - 15:53

La jeune fille était un peu gênée de devoir venir avec sa limousine et la montrer à tout le monde. Mais c'était encore le moyen le plus efficace pour amener pas mal de monde à l'aéroport. Surtout que le chauffeur savait ce qu'il faisait, et qu'elle était plus ou moins surveillée par le père de son mari. Quand une des jeunes hommes lui demanda si elle était une star, elle rigola. L'innocence de certains était vraiment top.

- Aha non, je ne suis pas une star. Mais mon mari un peu, si. J'utilise pas souvent cette voiture, mais ya plus de place, alors je trouvais ça plus pratique.

Et ça l'étais effectivement, puisqu'elle avait 6 personnes avec elle. Elles la remerciaient, mais ce n'était rien, ça lui faisait plaisir et elle ne demandait rien en échange de leur part. Juste de s'amuser dans ce voyage.
Ils n'eurent pas de problème à l'aéroport, les élèves furent sages et ils purent monter dans l'avion. Arwen espérait que tout le monde avait prévu de quoi s'occuper, vu le temps de trajet qu'ils avaient. Elle, elle avait de la lecture, et si besoin, elle pouvait aller discuter avec tout le monde, ainsi que calmer les éventuels nerveux. Pour le moment, elle voulait discuter avec Victoria, sa voisine de siège.

- Non, je viens de Liverpool, mais j'y suis déjà allé et j'ai beaucoup étudié cette ville. Ça me fait surtout bizarre, ça fait deux ans que je ne suis pas revenue dans ce pays.

Elle ne savait pas si Vic était au courant de certaines choses à son sujet. Ça ne la dérangeait pas de les raconter, ça faisait juste très longtemps.

- Je pourrais sans doute pas te faire découvrir tout, mais l'essentiel. Et puis, on est limités dans le temps.

C'était vrai qu'il pleuvait souvent, là-bas, mais pas toujours. Arwen, dans sa jeunesse, avait connu des jours ensoleillés et des matins chauds. Mais l'Angleterre était surtout connu pour son mauvais temps et le brouillard qui envahissait régulièrement les rues de sa capitale.

- Ahaha, j'espère qu'il ne va pas trop pleuvoir ! Surtout à côté de Miami, ça va faire un choc pour beaucoup de monde.

Son amie lui posa alors une question sur Carter. C'est vrai que c'était un « détail » qui l'avait beaucoup fait réfléchir avant de penser à partir. Déjà, ça serait la première fois qu'elle serait séparée de lui aussi longtemps depuis leur mariage. Et en plus, c'était pendant les fêtes de fin d'année.

- Hum, je suppose qu'il va survivre. J'ai demandé à la nounou de Léa de surveiller de temps en temps, si l'appartement, ça va, histoire qu'il n'y mette pas le feu … Je pense que son père va venir, et il aura sa fille, alors ça ira. Au pire, je l'appellerai de temps en temps, mais j'ai pas trop envie de l'étouffer ou de passer tout mon voyage au téléphone.

Arwen avait vu non loin de là Nina et elle avait envie d'aller lui parler un peu. Victoria pouvait venir, après tout, elles étaient de la même famille.

- Je vais discuter avec ta cousine, tu veux venir ?

Elle s'était rapproché de l'Eta Iota depuis son retour d'ailleurs. Elle alla s'asseoir près d'elle et lui sourit.

- Hey, comme tu vas toi ? Pas trop malade en avion ?

Il fallait avouer que quand on n'avait pas l'habitude, c'était une sensation étrange. Et certains étaient toujours malades, après plein de vols.

- Bonjour Nathan, tu vas bien aussi ?

Arwen connaissait beaucoup moins le jeune homme, mais si Nina en avait fait le père de son bébé, il ne pouvait pas être si mauvais que ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mar 2 Déc - 11:11


Départ Pour La Laponie
Ce rp vaut pour Maira ET Hayley

MAIRA:
Interactions: Shin, Nicholas, Sasha, Arwen, Soraya, Hayley


La Laponie, la Laponie, il n'y a que ça qui tourne dans ma tête ces derniers temps parce que ça allait être quelque chose d'extraordinaire et d'absolument unique, la Laponie représente un rêve, des paysages magnifiques et des moments superbes à venir, je pouvais parfois critiquer Miami et Wynwood mais c'est une superbe occasion que l'on nous offrait pour les vacances de Noël, bien sûr que je ne crois plus au Père Noël depuis longtemps mais j'allais laisser ce en quoi je croyais ou non pour le temps de ce voyage et laisser la magie opérer, nous allions tous dans un endroit magique, alors Père Noël ou non je comptais bien profiter de ce moment de répit au milieu de l'année à fond. Et puis il y avait un autre petit détail qui suffisait à me rendre joyeuse, enfin c'était plus qu'un détail, c'était plutôt LE détail, ce qui comptait le plus pour moi c'était que Shin vienne aussi à ce voyage. Shin, Shin Young Hae... Ce garçon que je connais depuis la fin de l'année dernière, nous étions fais pour nous rencontrer, vraiment, nous partagions la même vision du monde, les mêmes centre d'intérêt, l'art est notre vie à tout les deux et pourtant çà a été un long processus pour nous deux pour qu'on se rende compte qu'il y avait plus entre nous, qu'une simple amitié et mon cœur fait des bonds dans ma poitrine alors qu'encore allongée moi même je le regarde dormir paisiblement, ses cheveux nouvellement blonds illuminaient son visage dans les rayons matinaux du soleil, lui donnant des airs d'ange, mon ange avec qui je pars dans quelques heures de l'autre côté de l'Atlantique pour le pays que tout les enfants du monde rêvent de visiter.

Mais avant de partir, il restait une mission très importante à accomplir et pour Shin comme pour moi, ça paraissait mission impossible : finir nos bagages à temps, c'est vrai que comme ça Shin et moi nous faisons assez sages et tout le monde doit croire que nous sommes très ordonnés et méthodiques, ces gens là ne sont jamais venus dans notre chambre, véritable maelstrom de papiers, dessins et partitions qui traînaient par terre, nous sommes bordéliques, c'est le moins que l'on puisse dire, alors quand il s'agit de préparer nos valises je ne vous raconte pas l'histoire, parce que tout ne s'est pas fait en une seule étape bien entendu, on a commencé le matin, puis nous avons décidés d'acheter deux trois autres affaires pour le voyage, puis nous avons repris mais pas si sérieusement, car Shin était à sa musique, nous discutions et moi entre deux pull pliés je griffonnais quelques dessins sur un bloc, autant dire qu'à peine une heure avant le départ nous y étions encore et une sorte de stress est monté dans notre chambre, un stress qui nous a fait comprendre qu'il fallait que l'on se mette un peu à bouger et donc nous nous sommes dépêchés à préparer nos valises, je prenais quelques choses pour moi pour le voyage, une trousse remplie de divers crayons et au moins trois blocs de dessin refusant de dessiner sur une tablette. Je crois qu'on avait à peine terminé quand Nicholas est arrivé à notre chambre, j'espère que le bazar ambiant ne lui a pas fait peur. « Coucou Nicholas, oui on est « enfin » prêts ! »

Dans la voiture je ne parlais pas beaucoup d'un naturel timide et ne connaissant pas grand monde je restais relativement silencieuse, je remerciais bien entendu Arwen qui nous emmenait jusqu'à l'aéroport. Arrivés, Shin prend ma valise et je souris face à cet acte de galanterie, avant de répondre à son baiser, sentant des petits papillons me parcourir. Nous enregistrons nos bagages et Eden Conn commença son discours. Alors que son petit frère allait à la machine à café, passant devant nous j'en profitais pour saluer ce dernier « Hey Sasha ! Comment ça va ? Prêt pour le grand froid polaire ? » En fait c'était plutôt une question pour moi même qui n'avais connu que le chaud de Puerto-Rico et de Miami depuis que je suis née. Pendant l'attente, avant de monter dans l'avion je discute avec Shin, de tout et de rien, nous étions encore une fois complètement dans notre bulle. Puis nous sommes montés dans l'avion, où nous nous sommes installés avec Nicholas avant d'être rejoints par une fille qui semblait connaître ce dernier. Nicholas semble aux anges et trépignent sur son siège alors que nous décollons, Shin prend ma main et je lui souris tendrement, la meilleure des surprises vint après car nous apprenons que nous seront dans la même chambre. « Pour une fois qu'on est ensemble dans un truc organisé par le lycée, c'est un miracle ! » dis-je en souriant. C'est à ce moment que Soraya, ma chère sœur qui visiblement m'en voulait encore pour avoir prévenu Javier que l'on venait à Puerto Rico, choisit de me lancer une réplique bien acide, je décidais de laisser couler, ne voulant pas péter un scandale dans l'avion mais je gratifiais toutefois ma sœur d'une jolie grimace. Quelque part dans l'avion un mec menace de faire faire demi tour si on ne lui passe pas de chargeur d'Ipad, ça semble agacer Shin qui le connaît je crois, mais il ne dit rien. Moi j'ai déjà le nez rivé sur mon bloc de dessin, doucement je me met à griffonner un portrait de Shin en souriant avant de relever le nez vers Nicholas et Hayley qui me font face. « Ça vous dérange si je vous dessine ? » demandais-je d'une petite voix timide, pas sûre de leur réaction.

-----------------------------

HAYLEY:
Interactions: Jack, Ethan, Nicholas, Shin, Maira.
Mention: Alayna.


Ce matin dans la maison des Kent à Miami on aurait pu croire que la troisième guerre mondiale avait lieu mais rien de ça, non Jack, Ethan et moi nous étions juste entrain de nous préparer pour le voyage des vacances de Noël, en Laponie sous la supervision de notre grand frère Seth qui allait nous accompagner jusqu'à l'aéroport. La joie et l'excitation était dans l'air de partir loin comme çà vers l'inconnu, c'était la première fois aussi que la famille prenait l'avion et rien que ça c'était déjà une petite révolution pour nous et puis, comment dire non à une destination comme la Laponie, le rêve de tout les gosses, le pays du Père Noël, et même si je ne crois pas à de telles choses, aller là bas me fais totalement, rêver, on dit de moi souvent que je suis trop douce ou même trop naïve mais ça fait parfois du bien de ne pas trop penser à la dure réalité du monde et de s'échapper un peu dans les rêves, voir la neige, les montagnes, les rênes, faire du ski, de la luge, boire un bon chocolat chaud dans un chalet, à la lueur chaleureuse d'un bon feu de cheminée, franchement, qui pourrait refuser une pareille offre ? Pas moi, pas mes frères non plus, et donc la famille Kent s'exportait pendant quelques semaines en Laponie. Quand je dis la troisième guerre mondiale je parle en fait de la toute dernière phase de la préparation ou plutôt le bouclage des valises, pour moi c'est déjà fini depuis un petit bout de temps mais il semblerait que pour mes frères ça traîne un tout petit peu en longueur. Finalement, Jack fini sa valise et nous n'attendions plus que Ethan, Ethan que Seth jugea bon de railler un peu, je soupirais devant cette chamaillerie entre mes frères, j'allais prendre mes valises pour les mettre dans la voiture de Seth, mais Jack les prit à ma place et les colla dans les bras de notre grand frère sans se départir de son légendaire air malicieux en disant que Seth devait laisser je cite « les enfants se préparer », je roulais les yeux avant de répondre à son clin d'oeuil par un petit rire. « C'est ça laisse les gamins préparer leurs jouets » dis-je avant de mettre mon sac à dos sur mes épaules et d'aller vérifier si Ethan était prêt, ce qui me valu une réplique cinglante de sa part, lui tirant la langue mais ne lui en voulant pas plus que cela je partis m'installer dans la voiture de mon frère.

Dans la voiture nous avons le droit à un concert privé du grand chanteur lyrique Jack Kent, sa spécialité ? Chanter au moins trois tons au dessus de la mélodie, une spécialité hélas peu reconnue dans le métier, ce qui me vaut d'ailleurs de me boucher les oreilles en priant ne pas finir sourde avant la fin du trajet jusqu'à l'aéroport. Une fois arrivés c'est l'heure des au revoir avec Seth, souriant à sa phrase et à la plaisanterie de Jack, je ne pus m'empêcher de rajouter : « C'est çà et si tu es sage on t'enverra même peut-être une jolie carte postale » dis-je avant de récupérer ma valise et de lui faire la bise avant de suivre Jack et Ethan vers l'enregistrement des bagages, Jack qui semblait le plus heureux du monde me sortit qu'il comptait bien me faire honte pendant le voyage, ce à quoi Ethan surenchérit que c'était tout le temps le cas, je souris néanmoins. « Ah ah mince maintenant j'ai peur de partir si tu dois me faire honte Jack » plaisantais-je en retour. Puis vint une ancienne consœur de Jack et je les laissais discuter ne voulant pas entrer dans toute la conversation. Je profitais qu'Ethan ai repéré Nicholas pour m'éloigner avec lui du petit groupe, la petite remarque qu'il fit à ce dernier me fit grimacer mais voyant que mon correspondant ne réagissait pas négativement je décidais de ne rien dire. Je souris et le salua à mon tour : « Salut Nicho, ça va ? Alors prêt pour le voyage ? J'ai lu plein de trucs énormes sur la Laponie ça va être géant », tout aussi enthousiaste que Jack à l'idée de partir.

Je laisse partir Nicholas vers une fille que je ne connais pas, ils ont l'air de bien s'entendre, ça me fait sourire. Il est temps de monter dans l'avion et je ne sais pas du tout avec qui me mettre, puis je repère Nicholas qui est avec des gens que je ne connais pas, je demande timidement si je peux m'asseoir et ils répondent par l'affirmative avant de me présenter. « Moi c'est Hayley, enchantée. » Ils me répondent qu'ils s'appellent Shin et Maira, je souris, ils sont mignons tout les deux à se tenir  la main. Nicholas a l'air tout joyeux de partir. « Ouiii, j'ai hâte d'arriver, 17 heures d'avion ça paraît interminable. » dis-je avant de me retourner Maira qui nous demandais à Nicho et moi si elle pouvait nous dessiner, timide je bredouillais une réponse comme quoi oui je voulais bien avant de me plonger dans mes pensées.

Résumé Maira::
 

Résumé Hayley::
 


electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Mar 2 Déc - 6:42


Mentions :Lila, Leahna, Héra, Mike, Victoria, Peter vaguement.
Interactions : Leahna, Héra, Mike vaguement, Victoria, toi ?


Shane n’avait pas encore bouclé le moindre bagage. « Je suis large » répétait-il à chaque fois que l’un de ses camarades Sigma Mu lui faisait la remarque. Ça n’avait pas l’air de l’alarmer outre mesure, et de toutes manières, il n’avait pas encore trouvé le courage de réunir toutes ses fringues étalées et jonchant le sol de sa chambre. Une chambre qui lui paraissait bien vide depuis que Lila avait mise les voiles, son côté de la piaule complètement déserté, et il lui était devenu fréquent de penser que sa colocataire lui manquait. Ses réveils du pied gauche, ses fous rires et même ses crises. Ils avaient le plus subrepticement du monde investit le quotidien du jeune homme, et il était le premier surprit à admettre qu’il s’y était finalement attaché. Il regrettait même certains des mots qu’il lui avait dit, le soir où elle lui avait latté les couilles. Shane n’était pas du genre à s’imiscer dans la vie des gens –à moins qu’il n’y trouve un intérêt personnel- mais il avait bien senti que Lila traversait une sale période. Il l’avait vu déconner des semaines durant, enchaînant écarts sur écarts, sans parler de toutes les merdes qu’elles avalait ou sniffait. Il l’avait vu s’éteindre à petit feu, puis elle était partie. Et il n’avait rien dit. Ni ne lui avait envoyer  le moindre message depuis son départ. Je lui enverrai un message quand je rentrerai du voyage. Ça peut bien attendre. Il ne pensait qu’à ce voyage.

Levé à une heure tout à fait honorable – milieu de la matinée, une journée sans cours – il avait passé l’essentiel de sa journée à glander avec ses frères de confréries et à abandonner toutes tentatives de faire sa valise. Sa seule sortie jusque là fut une excursion en ville, durant laquelle il refourgua tout ce qu’il lui restait comme came ; de toutes évidences, il n’emmènerait rien en Finlande. Il avait prit cette décision un soir d’intense réflexion, au comptoir d’un bar, où il avait estimé qu’il serait trop risqué de passer les portiques de sécurité avec un peu de coke ou des pilules d’ecsta, quelle que soit la manière avec laquelle il les dissimulait sur lui. Deux semaines. Deux petites semaines. Facile. Il ne perdit pas une minute pour regagner le campus de Wynwood, au volant du vieux chevrolet que lui avait lâché son frère quand celui-ci s’était offert un nouveau modèle flambant neuf. L’engin virait à l’épave, mais Shane s’en était accoutumé. Apparemment, il lui était possible de s’habituer à beaucoup plus de choses qu’il ne l’aurait pensé, comme cette vieille caisse pourrie et ce campus de bourgeois insupportables. L’agitation était de mise au sein des Sigma Mu, et un flux inhabituel d’élèves arpentaient la salle commune et le couloir du premier étage. Ce n’est que lorsqu’il vit un tas de bagages amassés près de l’entrée que Shane comprit qu’il était sérieusement à la bourre. Il fila aussitôt vers sa chambre. Putain, j’aurais pas pu faire ça plus tôt ?  

Il attrapa sa valise rangée au sommet de son armoire, l’étala sur le sol avant de l’ouvrir, et prit une grande respiration. Il n’avait aucune idée de l’heure mais il lui fallait être productif. Ça caille en Finlande, pensait-il tandis qu’il enfonçait sauvagement des pulls en laine et des chaussettes de ski dans son sac. Il était particulièrement pressé de retrouver des températures plus fraîches, même si c’était un changement des plus radical. Ce sera toujours autre chose que les tempêtes ou cette putain de chaleur qu’on a ici. Il avait également hâte de retrouver les pistes de ski, et il n’avait pas oublié de récupérer sa planche de snow à l’occasion. Une poignée de minutes plus tard, il descendait les escaliers jusqu’à la salle commune, sa valise en main et le sentiment de n’avoir rien oublié d’important. L’excitation montait doucement, pour lui comme pour tout ceux qui l’accompagnaient. Deux semaines en Finlande, dans le trou du cul du monde. Deux semaines à skier, à se la couler douce, deux semaines ailleurs. Dans le putain de village du Père Noël. Je pouvais pas manquer ça. Pas maintenant. Pas avec …

« Ça va, j’arrive ! » cria-t-il à Leahna, qui lui avait poliment demandé de bouger son cul. La jolie blonde n’avait pas le langage aussi ordurier que Shane, mais elle ne prenait en général pas plus de pincettes pour se faire comprendre. Dans un dernier au revoir à ses confrères sigma, il suivit sa chef à l’extérieur, sa valise dans la main droite et une clope dans la bouche. Tous d’eux embarquèrent dans la dite-épave du garçon, les valises dans le coffre et prirent la route jusqu’à l’aéroport. Sa conduite était enjouée et vive, et son excitation grandissante. Il savait déjà qu’il ne dormirait pas cette nuit, ou très peu. Les minutes suivantes passèrent très vite, les retrouvailles avec leurs camarades, les explications de Cobb, le passage aux portiques, puis l’embarquement. « Le trajet va durer 17 heures précisement. » Ils feraient une escale de plusieurs heures à Londres, puis à Helsinki, et l’idée de faire un rapide tour dans l’une des deux capitales tentait Shane. C’était là la seule consolation qu’il trouva.

Il croisa Héra au moment du contrôle de sécurité, et la salua. « Ça a l’air d’aller mieux, apparemment. Content que t’aies délaissés tes poubelles » lui dit-il, retenant un rire moqueur. Ils se retrouvèrent en première classe, dans des sièges confortables, et accompagné de Leahna, il prit ses aises, fin prêt pour le voyage.

« Dix-sept heures. Dix-sept heures. Sans fumer, en plus de ça. Si j’essaie de passer par le hublot et que par chance tu es réveillée, retiens-moi s’te plaît » plaisanta-t-il tandis qu’il passait son téléphone en mode avion, préparant son casque pour les longues d’ennuis qui s’annonçaient. « T’es opé on fait un tour dans Londres pendant l’escale ? Hors de question que je patiente à l’aéroport … » La discussion ne tarda pas à s’engager à nouveaux, et alors que l’avion décollait, Shane avala un chewing-gum et en proposa un à son amie.  Le brouhaha d’étudiants habituel grandissait au fur et à mesure que les minutes passaient, et pourtant peu attentifs aux alentours, le sigma mu entendit son pote Mike s’exclamer « Hé le Sioux, tu veux pas chialer en silence s’te plaît, tu serais gentil de pas en faire profiter tout le monde. Même la mioche à côté de toi elle se fout de ta gueule. Sinon, je viens te faire taire moi-même, ce sera une autre paire de manche crois-moi. » Éclatant d’abord d’un grand rire, Shane joint ses mains à sa bouche et siffla deux coups distinctement, amusé, puis applaudit. Entre temps, Madame McCoy, sa « tutrice », avait donné la composition des chambres « Chambre 1 : Arwen Evans, Victoria Palmer, Shane White, Lancer Booker, Carry Chainsaw et Maya Moore. » Le jeune homme au cheveux châtains fut tout d’abord perplexe : il ne connaissait que deux personnes sur cinq. Et encore, Carry, il lui avait seulement refourgué de la came à quelques reprises. Quant à Victoria … Hasard ou nous, lorsqu’il leva la tête, c’est sur elle que ses yeux se posèrent. Elle était installée à quelques mètres, toute proche de Palmer, le directeur. Elle le regardait, lui souriait. Subitement mal à l’aise, il tenta de relancer la discussion vers Leahna et d’autres qui les avaient rejoints mais sa diversion ne dura pas, et il tourna vivement le regard lorsqu’il sentit que Victoria s’était levée et venait dans sa direction. Il l’accueillit avec un franc sourire

« Hey ! Alors, t’es prêt pour le changement de climat ? Vous, les floridiens, vous êtes trop habitués à la chaleur, ça va vous tuer ce voyage ! » Il rit, mais ne put s’empêcher de penser : je ne suis pas floridien, je viens d’un endroit encore pire que la Floride, un trou perdu qu’on appelle Arkansas. Il lui répondit en plaisantant qu’il n’attendait que ça, de se cailler les fesses dans la neige, puis la jolie brune lui demanda s’il avait passé une bonne semaine. Pas trop mal certes, ça aurait été mieux si t’avais été là, aurait-il aimé dire, mais trop d’oreilles étaient susceptibles de l’entendre. « Peu importe maintenant, nous voilà partis pour le bout du monde. Assieds-toi, je t’en prie. Je te présente Leahna, chef des Sigma Mu. Leah, Victoria, une bonne amie à moi. » Il n’aimait pas faire les présentations, mais il semblait qu’il était plus enclin à faire des efforts ces derniers temps. « Tu as entendu la composition des chambres ? » dit-il, ravit. C’était là la meilleure nouvelle de sa journée, Victoria et lui seraient dans la même chambre lorsqu’ils auront atteint la Laponie. « Je connais pas les autres par contre. Mais ça me convient comme ça » enchaîna-t-il, faisant clairement comprendre que la simple présence de la jolie Victoria lui suffisait. Il aimait la voir à ses côtés. Et lui sourire. Surtout ses sourires. Une dizaine de minutes plus tard, elle les quitta pour regagner sa place, et bêtement, Shane la suivit du regard. Il mit de nombreuses secondes à se retourner vers Leah et ses autres camarades.

« J’ai tellement hâte de skier. Tu sais skier, Leah ? Obligé on se fait une session, genre tous les jours » dit-il d’un ton suspect et neutre, beaucoup trop neutre pour être naturel. Ses pensées étaient ailleurs.

résumé :
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Lun 1 Déc - 23:36

Interactions : Alice, Nicholas, Paytah, Lance, James

J'étais contente de voir Alice dans la voiture avec moi. Je savais qu'on attendait encore du monde, aussi j'étais patiente, mais je ne m'attendais pas à voir la petite frimousse de Nicholas se pointer dans la voiture. J'avais dit à mon amie que j'allais bien, mais d'un coup, j'étais un peu plus tendue. En le rencontrant, j'avais pensé ne plus le revoir, et en le recroisant, je m'étais rendu compte que ça n'allait pas être aussi simple que ça. Au lieu de prendre les choses comme elles venaient, comme à mon habitude, je ne savais plus comment agir, à part lui adresser une question bateau, à savoir s'il allait bien. Je lui répondis que moi aussi, j'allais bien. Si j'avais été moins gênée, j'aurais sans doute entamé la conversation sur notre voyage passionnant, mais à la place, je ne fis que gratter la cicatrice à l'arrière de ma nuque, signe de la nervosité qui ne me prenait pourtant jamais. Tout le reste du voyage je fut concentrée sur la route, et à l'aéroport, ce fut le calme qui prit possession de mon corps. Encore une fois, Nicholas vint me parler, mais j'étais beaucoup plus à l'aise, bien que pas énormément souriante.

- Tu as déjà pris l’avion ?

- Oui, mais il y a des années. Je suis née en Irlande, donc j'ai pris l'avion pour venir en Amérique. C'est un peu faire le chemin inverse aujourd'hui, même si c'est Londres !

Je venais de lui révéler mes origines au passage, mais ça m'était égal, je n'avais pas honte du pays d'où je venais.

- Et toi alors, pas trop angoissé ?

Moi, tout ce que j'espérais, c'était qu'il n'y ait pas de turbulences. Être secouée dans tous les sens, très peu pour moi. Comme sans doute pour beaucoup de monde. Une fois installée dans l'avion, je décidai de me reposer un peu, mais ça, c'était avant de voir Paytah paniquer à cause de l'avion. Je l'aimais plutôt bien, ce gars, alors je m'éclipsais en m'excusant auprès d'Alice pour aller voir l'Alpha Psi. J'essayais de le calmer un peu en détournant son attention. Meika allait bien, visiblement. Il avait eu un réel coup de cœur pour elle et je l'aidais pour qu'il lui fasse une surprise. Ça ne m'étonnait pas trop qu'il n'y arrive pas, c'était dur, et même moi après toutes ces années et des cours avec des professionnels, il y avait des choses qui ne m'étaient pas accessibles.

- Oh, je veux bien voir ton panda ! Mais si tu veux, je pourrais te réexpliquer si tu as besoin, aucun problème pour moi !

- Meika...celle pour qui tu flashe ? Tu lui fais des pandas pour la concquérir ? Si ça ce n'est pas pathétique.

Je tournai la tête vers celui qui venait de parler. Je ne le connaissais pas, mais c'était visiblement un ami de Pay. Je le fusillais du regard, il venait clairement de se moquer là, et je détestais ça.

- Pathétique ?! Ya que ceux qui ont le mépris facile comme toi qui le sont.

Je n'avais pas haussé le ton, j'avais parlé calmement, mais froidement. Je saluai Paytah avec un sourire, puis retournai m'asseoir, deux sièges plus loin. Je soupirai en regardant Alice.

- Pfffn ya vraiment des imbéciles ici. Enfin, tant que je suis pas dans son igloo, tout ira bien.

D'ailleurs, une de nos accompagnantes fit la liste pour nous donner nos compagnons de chambre. J'étais avec mon amis, mais aussi avec … Nicholas. Décidément, je ne pouvais pas l'éviter. Les deux autres, je ne les connaissais pas du tout. Nicho me fit un signe et je le lui rendis avec un petit sourire. Bien, j'attendais ce séjour avec impatience. Je me recalais dans mon siège tranquillement.

- Je suis tellement pressée ! Ça fait hyper longtemps que j'ai pas vu la neige. Les batailles et tout, c'est génial ! Très fatiguant pour moi, donc je peux pas vraiment en faire, mais tellement cool !

Un instant, j'étais vraiment une gamine de 16 ans qui n'avait aucun problème et qui se réjouissait de pouvoir faire un bonhomme de neige. Et puis on allait voir Londres aussi, et ça, ça me plaisait. Je demandais à mon amie :

- J'ai jamais visité Londres, c'est beau ?

Certes, ça ne pourrait jamais être aussi beau que mes terres natales, mais il paraît que ça valait le coup d’œil. Nous discutions un peu, puis je décidai de me relever pour aller discuter avec quelqu'un. Étrangement, si je n'aimais pas me rapprocher des gens, il y en avait un que j'aimais particulièrement embêter. C'était James Cobb, qui en plus s'était fait remarquer au début du trajet. Je m'installais, ou plutôt me laissais tomber légèrement, sur le siège vide à côté de lui.

- Alors Cobb, pour quelle musique qui arrache les oreilles t'as voulu arrêter cet avion ?

C'était mon prof de dessin, mais pour moi hors de question de mettre une barrière entre nous deux, malgré la différence d'âge.

- Parce que bon, si t'as des goûts musicaux aussi bons que tes goûts capillaires, j'ai un peu peur …

Ça, c'était typiquement le chose à ne pas lui dire. A croire que je ne tenais pas beaucoup à ma vie …

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 269
Je suis âgé(e) de: : 23
Mes disponibilités pour RP: : Libre
Je fais partie des: : Sigma Mu


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis:
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Lun 1 Déc - 23:13

Interaction : Sasha, Isobel, etc...
Mention : James, Alex

Départ pour la Laponie. Je profite une dernière fois de la chaleur de Miami avant de fermé le fenêtre pour les quelques jours de vacances. Pour passer du +0 au -0 j’avais prévu une grosse veste spéciale pour le pole nord et bien entendu des pulls. Ainsi qu’un pantalon de ski et des jeans. ‘Fin toute la panoplie quoi. La valise était bien lourde mais il ne fallait pas lésiner sur les fringues pour la Laponie. J’attrappe mon téléphone ainsi que mon Ipod. Les deux ont la batterie pleine pour le vol jusqu’en Laponie. Et bien sure mon chargeur. Faudrai pas tomber en rade. Je jette un dernier coup d’œil. Cahier d’écrire bien en place sur bureau.

Meven passe me chercher et je monte vite dans la voiture. Départ pour la Laponie. Vacances dans le froid polaire. Super. Faut dire que ce voyage scolaire tomber plutôt bien, premièrement je ne pouvais pas mettre les pieds à New York, ensuite je pourrai surement passer à Vienne voir ma mère à la fin du séjour. C’est donc le cœur léger et avec mes amis que je pars en vacances. Me permettant de rêver à de futur délire laponnien

Comme tout les élèves j’écoutais le discours d’Eden avant de pouvoir enfin embarquer dans ce fichu avion, qui j’espère ne va pas se cracher. Allant me chercher un café, non je ne change pas les habitudes et prions dieu qu’il y ai du café en Laponie et pas des glaçons de café, j’entame une rapide discussions avec Sasha qui me signale que je suis a coté de lui et de son frère pendant le vol.

17h de vol… Ca allait faire un paquet de café tout ca. Heureusement j’allais bien rire avec ce petit Sasha coté de moi.
Ecouteur sur les oreilles, j’écoutais le Sapin de Charlie quand Madame McCoy commence à faire le listing des Chambres 1, 2, 3 … 6 « Sean Anders, Meven Belfort, Bambi Rivest, Hayley Kent et Kaira Jacobs » Tout allait bien jusqu’à la mention d’un nom de la chambre 8 : « Alexandra Wayland » . Sur le coup j’ai du mettre quelques minutes à réagir car la madame avait fini de donner les chambres. Puis elle a demander si on avait des questions alors moi qui suit habituellement sillencieux je me suis levé, pour demander d’une voix très froide.

- Depuis quand les anciens de WHS peuvent venir dans les voyages scolaires ? Sérieusement depuis quand on peut faire l’école à la carte hein ?

Je me suis ensuite tourné vers Elena assise sur un siège plus loin et je l’ai regarder dans les yeux. Est-ce-qu’elle savait pour ça ?
Sasha et les autres mon regarder avec des yeux ronds. Alors je me suis fait tout petit jusqu’à l’arriver à Londre seulement avec ma musique. De temps en temps une personne me déranger mais pas trop longtemps car je parlais mal. J’étais énervé par cette nouvelle. Cette fille en Laponie ruiné mais vacances. Cette fille qui s’était barré sans un mot en face, juste un mail.
Alexandra Wayland tu vas gouter à ma vengeance. Et la Laponie est glaciale.


IRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    Lun 1 Déc - 22:02

En route pour la Laponie
Interactions : Soraya, Siegfried, Hera, Jack, Ethan, Paytah.

La Laponie. Qu’est-ce que Mike pouvait bien avoir à foutre là-haut ? C’est une bonne question, il est vrai. Mais si on s’arrête un peu, pour un photographe, qui fait des études de cinéma, tout à coup ça semble beaucoup plus plausible, même si effectivement en voyant le gabarit on se doute qu’il soit un grand fan des voyages à la neige. Il ne l’a d’ailleurs jamais vu de lui-même. Vivre à Miami depuis son enfance, ce n’est pas s’assurer des réveillons à faire des bonhommes de neige, c’est surtout profiter de la plage et d’une chaleur suffocante, rien à voir avec le programme que réservait l’école cette année-là. Un séjour en Laponie, rien de tel pour se dépayser totalement, et Mike n’avait aucune idée de ce que c’était avoir froid, c’était donc avec difficulté qu’il avait fait sa valise. Lui qui ne ramenait que quelques fringues, il ne pourrait pas se contenter de son t-shirt, se doutant bien qu’il allait mourir de froid sur-le-champ. Il avait fait son bagage seul dans son coin, tentant de prendre le maximum de choses s’apparentant à des pulls, des chaussettes et autres tenues fourrées pour éviter d’avoir à trop acheter sur place. Il avait profité de sa journée, et n’avait pas été dérangé. Ce n’est qu’une fois après avoir fini, et avoir déjà enfilé une tenue pour prévenir du froid à l’atterrissage que Soraya fit son apparition, et l’appela comme elle le faisait d’habitude, avec son Mike avec trois fois trop de i et un ton de désespoir. Cette fois-ci, c’était parce qu’elle ne savait pas comment s’habiller pour partir, et Mike s’y connaissant autant en mode qu’une vache en espagnol, il arqua un sourcil, et lui répondit d’une façon tout à fait aimable, un peu comme toutes les fois. « J’ai une gueule à m’y connaître en mode ? Si t’hésites tant, mets un pantacourt ! » Répliqua-t-il, alors qu’elle repartit déjà boudeuse pour appeler une amie, pour avoir des conseils. « Ah les filles… » Marmonna-t-il dans sa barbe avant de s’affaler dans le divan. Quelques minutes après, elle était revenue, habillée comme un bonhomme de neige, l’écharpe en plus. « Pas trop chaud ? » Demanda-t-il plein de sarcasmes, alors qu’elle se plongeait dans une lecture passionnante : le droit. Lui, préféra mater la télé, pour s’occuper, plutôt que d’avoir à se lancer là-dedans. Il feinta même de ne pas avoir lu la détresse sur le visage de Soraya.

Alors plongé dans un documentaire fort passionnant sur la reproduction des ours polaires –devant lequel il menaçait de s’endormir-, la sonnette retentit, et le fit sursauter. De suite, il éteignit la télé, et vit à sa porte Siegfried… et une blondasse en talons aiguilles. Génial, pensa-t-il. Il fit mine de rien, par respect pour Sieg et alla les saluer. « ‘Lut vous deux. » Il fit un check à Sieg et salua la jeune fille. « Et moi c’est Mike. Vous pouvez entrer deux minutes si vous voulez, le temps qu’on sorte la montagne de bagages de Soraya. » Dit-il pour plaisanter, avant de commencer à rapatrier ses affaires. Il ne fallait effectivement pas tarder, et Soraya le fit d’ailleurs remarquer. « Oui on y va. » Dit-il sur un ton on ne peut plus agacé, il fallait dire qu’en présence d’inconnu il avait toujours du mal, et que sous ses airs bourrus c’était un grand timide, qui maladroit comme il était, avait un tact légendaire dans ces situations là. Les quatre compagnons prirent la direction du tas de ferraille de Mike, et en peu de temps arrivèrent à destination. Mike se gara sur le parking, et grimaça en voyant le prix que ça allait lui couter pour les semaines à venir, mais tant pis, il refusait de prendre le bus quoiqu’il arrive.

Une fois dans le hall d’entrée, ils furent accueillis par la fratrie Kent au grand complet, et Mike les salua sans trop faire d’histoire. « Et moi j’pue ? » « Ouais, je t’avais dis de prendre ta douche toute à l’heure pourtant ! » Ajouta-t-il avant de pouffer. Décidément, ça n’allait pas être de tout repos, et son caractère de ronchon reprenant le dessus n’allait vraiment pas aider. Ils enregistrèrent les bagages, et Mike ne faisait attention à rien, jusqu’à arriver à la douane. Gardant un mauvais souvenir de Puerto Rico, il s’adressa aux vigiles, avec un sourire hypocrite sur le visage. « Je sais ce que j’ai à faire, merci. » Et il sortit ce qu’il avait à sortir. Tout un micmac qu’il trouvait inutile, mais bon pour regagner la salle d’embarquement c’était nécessaire. Une fois là-haut, il s’installa sur un siège, et Soraya proposa d’approvisionner tout le monde. « Café s’t’euplait. Sans lait, sans sucre. » Demanda-t-il, s’installant confortablement sur le siège, avant de se tourner vers Sieg. « Alors vieux, comment ça va ? Content de partir prendre le large pour se peler les couilles ? Et d’ailleurs la fille qui t’accompagne, c’est ta meuf ? Tu m’avais pas raconté ça ! » Il tentait de faire la conversation pour passer le temps. Soraya revint quelques minutes plus tard, et Mike la remercia en l’embrassant, et l’invitant à s’asseoir sur ses genoux. Il fallait bien qu’il se rattrape pour ses sarcasmes passés, et ceux à venir. Elle lui tendit alors des cookies. « Non merci, pas faim pour le moment. » Blotti contre elle, il finit presque cul sec sa boisson avant d’envoyer le gobelet dans la poubelle la plus proche. Il en avait marre d’attendre. Puis Siegfried eut la merveilleuse idée de mettre de la musique –pas du genre de Mike pour arranger le tout- ce qui réveilla considérablement Soraya qui désormais pétait le feu. « Génial, merci Sieg, regardes ce que t’as fais… » Dit-il un ton faussement agacé, mais surtout moqueur pour faire réagir la portoricaine. A force il avait l’habitude, ça ne l’emmerdait pas plus que ça, mais il aimait bien la taquiner.

Après une bonne demi-heure d’attente, les voilà enfin dans l’avion, en première classe, sur des sièges confortables à souhait. Mike savait qu’il allait pouvoir dormir à son aise, du moins il l’espérait, mais avec les loustiques à ses côtés, il commençait à en douter. « Il y a de la neige là-bas, j’ai trop hâte. » « Bah pas moi. » Dit-il peu enthousiaste. Il ne connaissait pas le froid, et ça ne lui donnait pas trop envie en fait, à l’idée d’avoir le pif rouge, et le nez qui coule. La seule chose qui l’enchantait c’est que c’était beau, mais fallait que ça soit froid. Il soupira, quand tout à coup quelqu’un se mit à hurler, pleurer, de façon tout à fait grotesque. Mike se leva et repéra l’auteur de ce bruit. « Oh putain, fallait qu’on se tape Yakari en plus pendant le voyage. » Maugréa-t-il. « Hé le Sioux » l’appela-t-il de sa place. « Tu veux pas chialer en silence steuplait, tu serais gentil de pas en faire profiter tout le monde, même la mioche à côté de toi elle se fout de ta gueule. Sinon je viens te faire taire moi-même, ce sera une autre paire de manche crois-moi. » Puis se réinstalla sur son siège, quand une accompagnatrice choisit de faire son apparition pour énumérer les chambres, et leurs occupants. « Et oui ma pauvre Soraya, encore une fois c’est avec Satan que tu partages ta piaule, comme aux Everglades. » Puis Isobel cita le nom de Paytah et le sourire sur le visage de Mike disparut. « Oh non c’est pas vrai, décidément… » Mais se ravisa d’en dire plus.

Le temps passa, ils étaient désormais bien en haut dans les airs, ce pourquoi il décida de s’allumer la télé. « Tu veux mater un film Soso, ou me plumer au poker en ligne ? » Demanda-t-il. Peu importe son choix, il voulait passer le temps.

Résumé:
 



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Départ pour la Laponie    

Revenir en haut Aller en bas
 
Départ pour la Laponie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Départ pour la Guerre || PV Tous les Sang-Purs||
» Un départ dans une nouvelle région
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: