AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   Dim 4 Jan - 13:28

 DAVY                   If You Want Blood (You've Got It) by AC/DC on Grooveshark                 LI






Les questions personnelles, je n'aimais pas ça, j'avais trop l'impression d'être dans une interview pour Hope International. Je me raclais la gorge, puis d'un air désintéressé, je lançais un : " en Licence Art". Puis continuais à regarder les gens qui marchaient autour de moi. Je remplissais mes joues d'air, montrant bien mon ennui, comme à chaque fois qu'une conversation commençait à mes les briser. Mais le pire de tout, c'est quand une conversation est pète couilles, mais qu'EN PLUS, la personne avec qui on parle fait partie des personnes que l'on aimerait bien faire couler au fond d'un lac Russe pour ne plus jamais à avoir à lui parler. 

Lorsqu'elle me tendit un mikado et que je refusais, elle me demanda si je n'aimais pas ça. Non non, ce n'est pas que je n'aimais pas, mais la nourriture de petit supermarché très peu pour moi. De plus, elle les avait touché, je n'avais pas envie de me retrouvé contaminé par une quelconque maladie que seul les gens de classe moyenne et pauvre arrivent à choper, de plus, je ne partage pas la nourriture avec les autres, et dernière chose, peut-être la plus importante, ce ne sont pas des sablés préparés par la cuisinière des Hope. Donc, hors de question que je pose ma bouche dessus. 
 

Un long soupir s'échappe de ma gorge. Je ne serais jamais tranquille tant que cette peste asiatique sera collée à mes bask'. Que faut-il faire pour se débarrasser d'un parasite ? Franchement ! A croire que c'est une masochiste aimant qu'on la traite avec condescendance. Je ne sais pas pourquoi, mais lorsqu'elle me proposa qu'elle désirait me faire visiter la ville, je ne refusais pas. Peut-être un élan de sympathie ou tout simplement.... peut-être que j'avais juste pitié d'elle. Intérieurement, j'avais envie de lui dire de retourner dans sa cave afin de "farmer" sur un jeu en ligne pour des fils de bourges trop faignants pour avancer dans un jeu tout seul. Mais la seule chose qui sortie de ma bouche fut un : "ouais pourquoi pas". 

Elle continua de parler, me demandant si j'avais vu autre chose que l'Université. J'étais déjà venu une fois dans cette ville pour les affaires, mais il était vrai que je n'avais pas réellement fait le tour. Il y avait tant de choses et moi, trop occupé pour visiter, ou peut-être trop paresseux, je ne sais pas. Enfin bref, elle me demanda en suite s'il y avait quelque chose que je voulais voir en particulier. Pour tout dire je trouvais cette question étrange vu que je ne connaissais pas du tout la ville, et donc, je ne savais réellement pas ce qu'il s'y trouvait. A part mes hôtels, l'Université, la plage, les boîtes, et chez moi, je ne savais pas trop quelle merveille se cachait entre les palmiers. 

- Montres-moi les endroits que tu aimes ? * Histoire que je n'y mette pas les pieds pour ne pas voir ta gueule*
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   Lun 8 Déc - 15:44



Comme à chaque fois que Li rencontrait une connaissance à elle, elle était heureuse, à croire qu’un rien suffisait à son bonheur. Et puis Davy était un peu nouveau, elle se sentait comme obligée de savoir comment il allait, s’il s’en sortait depuis la dernière fois, bref le parrainer presque. C’était un peu inconscient, mais elle se souvenait de son arrivée à elle où elle avait été complètement perdue, et surtout où elle s’était fait aboyé dessus par une Eta Iota quelques jours seulement après sa reprise des cours. Ca lui laissait d’assez mauvais souvenirs, et depuis elle se portait garante pour faire la visite aux nouveaux élèves, quitte à les aider plusieurs jours. Pour elle, ce n’était pas grand chose, et ça lui faisait plaisir.

Seulement, même si Li n’avait absolument pas capté la haine qu’il ressentait à son égard, elle avait décelé ce côté un peu ronchon, un peu j’m’enfoutiste du garçon, mais ne se doutait pas une seule seconde que c’était parce que sa présence l’agaçait. Pour elle, c’était juste qu’il était timide et n’osait pas s’ouvrir. Voilà jusqu’où vont les quiproquos quand ils sont bien entretenus, et surtout quand on a une personne aussi crédule que Li en face de soi. Nourrir l’espoir qu’ils étaient amis, alors que ça se voyait bien qu’il avait qu’une envie : se tirer d’ici. Pourtant, elle ne percevait pas toute cette once de colère, et se contentait juste de sourire. Un sourire sincère.

« - Non… Pas cours. Lui répondit-il alors machinalement.
- Et tu es en quoi déjà ? Lui demanda-t-elle ensuite, ne se souvenant plus de la spécialisation du jeune homme. »


Li, de nature, avait toujours été curieuse, et ne se privait pas pour poser toutes les questions qui lui passaient par la tête. Fut un temps, elle se contenait de peur d’être indiscrète, mais quand elle était sortie avec Kevin au zoo, elle avait vite compris qu’elle en devenait agaçante à tourner autour du pot. Depuis, elle y allait franco, et c’était tout de suite bien différent.

La conversation était peu animée, et Davy se contentait de répondre, sans plus, sans fioritures, tandis que Li enchainait et surenchérissait davantage, en venant à la question qui la tracassait le plus : se plaisait-il à Miami ? S’en sortait-il ? Elle s’apprêtait à la poser, mais préféra néanmoins proposer les Mikados qu’elle s’engloutissait, n’étant pas égoïste pour un sou, trouvant impoli de manger sans proposer. Celui pourtant refusa.

« - Tu n’aimes pas ça ? Demanda-t-elle alors, avant de hausser les épaules, et attraper le dernier de la boite. Boite qui finit très vite dans la poubelle qui siégeait à côté du banc. »

Après avoir fini sa bouche, elle continua à demander, distinctement, au jeune homme comment elle trouvait Miami. C’était une réponse un peu vague, qui la déçut, mais qui lui apprit qu’on l’emmerdait déjà, et ce malgré le fait qu’il venait seulement de débarquer. Décidément, dans ce lycée, il y en avait des fouilles merdes.

« - Ah oui ? Elles te cherchent la merde ? Elles te font du mal ? Intriguée, elle voulait en savoir plus, mais en vue de ce qui lui pendait au nez, elle aurait sans doute mieux fait de se taire. Non parce que sinon je peux aller les voir et les remettre en place si tu veux. Elle regarda ses bras, fins comme des allumettes. Bon je ne fais pas le poids, je te l’accorde, mais qui ne tente rien n’a rien. »

C’était surtout parce qu’elle voulait paraître sympathique envers lui, et lui montrer qu’il pouvait compter sur elle, malgré son gabarit un peu ridicule. Une poupée de porcelaine ne faisait pas le poids face aux grosses pointures, mais pourtant elle voulait éviter qu’il arrive à Davy ce qui lui était arrivé l’an passé.

« - J’en ai marre du parc, je crois que je vais marcher un peu. »

Perspective fort tentante, qui fit sourire Li.

« - Tu veux que je te fasse un peu visiter ? T’as pas du beaucoup voir Miami, en dehors de l’université, je me trompe ? Elle se réjouissait déjà à l’idée de lui montrer les richesses dont regorgeait cette ville, mais avait peur qu’il ne soit pas aussi enthousiaste à ce sujet, ce pourquoi elle resta assez évasive sur la question, ne préférant pas se précipiter. »

Le voyant se lever, elle le suivit, imposant une petite distance de sécurité néanmoins, au cas où il préférait rester seul.

« - Y a un truc que tu voudrais voir en particulier ? Osa-t-elle demander, avant de regarder sa montre. »

Il était bientôt l’heure de son cours. Sa bonne conscience lui rappelait d’y aller, pour qu’elle puisse avoir une année réussite, mais sa mauvaise la suppliait de suivre sa route, et de profiter de l’instant présent. C’était en plus un cours magistral, non obligatoire, et depuis bien des mois, elle ne tenait plus autant rigueur de l’importance des cours qu’avant. Autant arriver en retard était une angoisse quotidienne, autant maintenant ça lui faisait une belle jambe d’avoir un mot d’absence. Et c’était sur cette pensée qu’elle se décida, à encore une fois sécher, ne pouvant imaginer rester enfermée dans une salle alors qu’il faisait si beau dehors.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   Dim 30 Nov - 16:57

 DAVY                   If You Want Blood (You've Got It) by AC/DC on Grooveshark                 LI




Et merde. La jeune fille m'avait rejoint en souriant, comme si elle ne captait en rien le fait que je ne pouvais pas la supporter. Comme si le fait de vouloir lui enfoncer la tête dans le tronc d'un palmier n'était pas palpable. Cette saloperie de parasite ne comprendra jamais les véritables sentiments que je nourrissais pour elle. 

Comme si nous étions de vieux amis, elle s'était alors arrêtée à quelques pas de moi, comme si tout lui était permis, et elle commençait à me poser des questions qui me semblaient incroyablement stupides. Prenons sa première question... " tu n'as pas cours ?" Cette question était complètement ridicule, si j'avais cours, je ne serais certainement pas assis dans ce parc, à regarder les gens passer, mais plutôt à l'Université assis à un pupitre afin de pouvoir décrocher mon diplôme. 

Dans ma tête, un tas de répliques cinglantes jaillissaient comme le feu d'artifice du Guy Faukes day. Des répliques directes, nettes, et précises du genre : si j'avais cours je serais pas là connasse ! Ou bien : qu'est-ce que ça peut bien te foutre ? De toute façon moi j'ai déjà un avenirs, pas comme une certaine personne ! Ou encore : Retournes faire des baskets dans un sous-sol !  Je fronçais les sourcils, même le visage de cette fille semblait vouloir me sortir par les trous de nez. 

- Non... pas cours. 

Son questionnaire ne s'arrêta pas là, bien évidemment, sinon, ça aurait été bien trop facile. Si Miami me plaisait  ? Eh bien heu, oui, enfin, j'imaginais bien que oui, sinon je serais déjà reparti chez moi il y a bien longtemps. J'observais la jeune fille droit dans les yeux, me demandant comment elle faisait pour ne pas voir que sa présence m'indisposais. Elle sortit des mikados, que je regardais d'un mauvais œil, elle voulait vraiment que je mange un truc comme ça ? Moi comme biscuit je ne mangeais que ceux que la cuisinière officielle du manoir me préparait. Des sablés en forme de sapin de noël ! Accompagné d'un thé avec une pointe de lait, ou de miel, tout dépendait de mon humeur. Hors de question que je touche à son truc de supermarché. 

- Oui c'est cool Miami, même si certaines personnes sont assez casses couilles.  

Elle ne disait plus rien, et je l'observais comme si elle allait venir vampiriser ma vie. Elle, avec son sourire et ses yeux pétillants, c'était comme si j'avais été son cadeau au pieds du sapin le matin de noël. Si ça se trouvait, dans sa parfaite petite famille de fabricants de chaussures Nike, ils ne connaissaient pas noël. Et si ça se trouve, cette fille ne savait pas grand chose. Était-elle bien nourrie au moins ? Si ça se trouve ses mikados étaient la seule chose qu'elle mangeait dans la journée. BREF, après tout je m'en fichais, j'allais pas commencer à m'attendrir et à faire charité. Je l'avais déjà fait avec Alice et voilà où ça m'avait mené, j'étais maintenant dépendant d'elle. 


- J'en ai marre du parc, je crois que je vais marcher un peu. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   Sam 29 Nov - 12:52

S’il y avait bien quelque chose dont Li ne se lassait pas ici à Miami, c’était se réveiller, ouvrir ses volets et voir le soleil briller haut dans le ciel, avec une vue plongeante sur la plage, qui donnait tout sauf envie d’aller en cours. Ca aurait pu être une routine chiante pour certains, mais ça mettait toujours Li de bonne humeur. Rien ne valait le beau temps, la chaleur pour la mettre en joie. De toute façon, il était bien connu que Li était rarement de mauvaise humeur. Elle est toujours ce petit boute en train, qui ne cesse jamais de sourire. Et ce en toutes circonstances.

Ce matin-là, elle est donc allée prendre une douche dans la salle de bain attenante, avant de revêtir une tunique verte, un bas en jean et des talons hauts. Une tenue basique, rien de très recherché, mais c’était ce qui lui ressemblait le plus. Elle n’avait jamais été trop bling bling, et savait parfaitement que ce qui était sobre pouvait tout aussi bien être classe. Elle se regarda dans le miroir une dernière fois, donnant un dernier coup de peigne dans sa longue chevelure, avant de descendre dans la salle commune des Eta Iota. Elle salua les filles présentes sur place, et s’installa tranquillement sur un des nombreux poufs roses pour prendre un thé en guise de petit déjeuner, tout en discutant avec ses sœurs de confrérie. Depuis peu, Li avait été promu au sein de la confrérie et était devenu le bras droit de Nina. Et en y repensant, en un an, Li avait fait un sacré bout de chemin à Wynwood, évoluant mentalement et physiquement. Il était difficile de croire que la Li qui est arrivée l’an dernier et la Li d’aujourd’hui soit la même. En effet, à l’époque elle avait intégré les Khi Omicron, n’ayant que comme seule préoccupation les cours, et au final, elle avait rencontré des gens, qui lui avaient ouvert les yeux, et de fil en aiguille elle était passé de cette petite fille timide, à cette jeune femme qui s’affirme et n’hésite pas à dire ce qu’elle pense. C’était un grand changement pour elle.

Après avoir fini, elle retourna rapidement à sa chambre pour attraper son sac dans lequel elle glissa des feuilles et une trousse, le strict minimum pour assister au cours magistral du jour. Elle n’aurait qu’à prendre quelques notes, et sa journée serait terminée. La vie à l’université était bien plus paisible qu’au lycée, où les cours s’enchainaient sans vraiment laisser le temps de souffler un peu. Cette année avait été un changement radical sur tous les tableaux, et elle en était satisfaite, puisqu’elle pouvait consacrer davantage de temps à d’autres activités tel que les virées shopping, les entrainements chez les Cheers, et autres sorties avec les beaux Pi Sigma. Bien sur, elle avait énormément de mal avec eux, mais il fallait croire que les fréquenter était inévitable, alors elle se contentait juste de sourire, tout en priant pour ne pas croiser les jumeaux Young à chaque fois.

La jeune fille prit alors le chemin de l’université, qui n’était en soi pas très long, mais nécessitait de passer par le parc, qui créait une belle séparation entre les bâtiments scolaires, et ceux des confréries. Li poussa la grille du parc, et s’avança dans l’allée centrale, tout en envoyant des SMS, avant de sortir de son sac un paquet de Mikado, et d’en picorer un. Tout en marchant, elle regardait autour d’elle, se remémorant les nombreuses rencontres qu’elle avait pu faire en ce lieu, jusqu’à ce qu’elle voie un jeune homme assis sur un banc, non loin, droit devant elle. Au début, elle regardait juste comme ça, dans le vide, puis plus elle s’en approchait plus il lui disait quelque chose. Leurs regards se croisent, et ça fait tilt. Davy. Un large sourire vient éclairer le visage de la jeune étudiante. Davy, c’était un jeune homme qu’elle avait croisé il y a de ça plusieurs jours maintenant. Il est nouveau dans le coin, et elle l’avait entre autre aidé à s’y retrouver. Elle s’était un peu pris d’affection pour lui, pour une raison qu’elle ignorait encore, et de nature amicale, voulait en faire son ami.

Contente de le voir là, elle se dirigea donc vers lui, tandis que ce dernier tentait sans doute de se dissimuler derrière son sac, ce qui fit rire Li, qui tout en s’approchant, lui lança : « Pas besoin d’te cacher, je t’ai vu ! ». Pour elle, évidemment ce n’était pas méchant, mais ça se voyait bien que lui ne l’aimait pas. Mais naïve, elle n’y voyait que du feu, et puis cela ne partait pas d’une mauvaise attention, c’est juste qu’elle était comme ça. « Tu n’as pas cours ? » Lui demanda-t-elle alors, avant d’ajouter : « Miami te plais ? Tu commences à t’y retrouver ? » Elle voulait s’assurer que tout était bon de son côté, bien qu’elle pense qu’il était assez grand, et que par conséquent il saurait se débrouiller seul quoiqu’il arrive. « Tiens, t’en veux un ? » Ajouta-t-elle ensuite tout en tendant son paquet de Mikado.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   Lun 24 Nov - 21:52

 DAVY                   That Man by Caro Emerald on Grooveshark                  LI




Comme si s'était devenu une routine matinale. Le soleil m'avait encore aveuglé ce matin. Cependant, cette fois, j'avais prévu le coup. Tout en gardant les yeux fermés, et allongé de mon lit, je tâtais la petite table de nuit qui se trouvait à ma droite à la recherche de mes lunettes de soleil. Une fois celle-ci récupérées, je les posais sur mon nez afin de pouvoir ouvrir les yeux. Aaaaaaaaaaaah, c'était bien cette fois, j'avais trouvé le truc. Je restais un instant là, figé, à observer le plafond à travers mes verres teintés. Me disant que j'allais enfin pouvoir me réveiller normalement tout les matins. 

Je me suis redressé sur mes pieds environs cinq minutes après avoir commencé à sourire. Je m'étirais, puis observa mon emploi du temps, négligemment accroché au mur par un malheureux bout de scotch. Cool, pas cours aujourd'hui. Bon, comme d'habitude, le rituel du matin. Je commençais par la douche, enfiler un caleçon, m'observer dans le miroir, m'habiller, me coiffer, partir.

J'étais enfin dehors, bien entendu, la température était suffisante pour que je me dise qu'avoir emmené un manteau ici venait à se faire diagnostiquer en tant que suicidaire. Je marchais, souriant, heureux de ne pas avoir cours, ainsi que de ne pas m'être réveillé de trop mauvaise humeur. Je marchais sans vraiment savoir où aller, tant et si bien que mes pas me menèrent à un endroit que je commençais plus ou moins à connaître. C'était un parc. Il n'avait rien d'extraordinaire, rien de quoi s'enflammer. Habituellement, lorsqu'on laissait nos pas nous porter, ils nous menaient souvent à un endroit où nous avions eu un souvenirs particulièrement troublant, touchant, fort. Là non, pas du tout, c'était juste que je passais par ce parc tout les matin pour aller à l'Université, que je confondais tout le temps avec le lycée bien évidemment. Le nombre de fois où j'était arrivé en retard à cause de cela. Ma parole, les gens devaient vraiment me prendre pour un idiot. 

Je me posais sur un banc sous un grand palmier, puis observa longuement le paysage. Je commençais à me perdre dans mes pensées. Je pensais à mon transfert ici qui était arrivé si subitement. Je pensais à ma mère, dont je n'avais pas de nouvelles depuis que j'avais pris l'avion pour changer de continent. Quelque part, j'avais la nette impression qu'elle avait essayé de gommer mon existence. Plus dans les pattes, plus dans le champ de vision, pouf, disparu le Davy. Je laissais échapper un soupire, les sentiments... tout ça, c'était vraiment pas mon truc. Je comprenais que dalle, et c'était peut-être une bonne chose finalement. Quand je voyais tout le monde tomber amoureux des gens, et qu'ils commençaient à devenir des espèces de mongoliens ne pensant même plus par eux mêmes, je trouvais cela plutôt navrant. D'un côté, c'était ainsi que j'étais né. Mon père avait aimé ma mère, et ma mère avait aimé mon père. Ils avaient baiser, et j'ai débarqué neuf mois plus tard. Point. Je me souviens qu'avant, ma mère supportait toutes les conneries de mon père sans rien dire. C'était limite si elle disait Amen à tout ce qu'il faisait, comme si rien était grave, alors qu'au contraire, ça l'était, enfin, de mon point de vue en tout cas. Le fait est que ma mère ne pensait plus que part mon père, et cela me démoralisait qu'un jour je puisse devenir comme ça... Non, je me promis à moi-même de ne jamais devenir ce genre de personne. Plutôt vomir et me couper les burnes.

Je levais la tête. Au loin, je vis apparaître une fille que j'avais malheureusement, et je dis bien, malheureusement, appris à connaître. Quand je dis que j'étais malheureux de la connaître, c'était tout simplement parce que si je l'avais fait, ce n'était pas de ma volonté. Pour tout dire, on m'avait même forcé. Et quand je dis on, je dis ELLE. Cette fille aux yeux bridés et à la voix que je ne supportais même plus. Comme un parasite, le son de sa voix résonnait dans ma tête pendant des heures et des heures sans jamais s'arrêter. Je me figeais, peut-être qu'avec un peu de chance, elle ne me verrait pas, ou bien qu'elle me prendrait pour une statue. Nos regards se croisent. Je retiens mon souffle, et sens quelques gouttes de sueurs perler sur mon front à cause du stress. Lorsqu'elle comprend que c'est moi, elle sourit. Putain, elle a quand même mis plusieurs secondes à me reconnaître, en plus d'être chiante elle était conne. Li, c'était comme ça qu'elle s'appelait, elle s'approchait, elle traversait le parc. Je crois... je crois bien qu'elle commençait à venir à ma rencontre. Je me levais, agrippant mon sac à dos comme s'il allait me protéger de tout contact physique ou social. Mais non, ce n'était qu'un sac. 

- Merde. 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parfois j'aimerais t'enfoncer tes tampons dans les amygdales ~ Li
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parfois, j'aimerais revenir en arrière, quand je savais quoi faire ¤ Lilith
» Les morts prennent parfois plus de place que les vivant dans nos coeurs /Anti/
» me noyer ? plutôt dans tes yeux qu'ici... [ A ]
» On peut parfois cacher les plus beaux joyaux dans les écrins les plus viles [Eli-Mathi]
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: