AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   Jeu 5 Fév - 10:00

La jolie brunette avait ses clés en main et sa fierté au top. Elle n'avait que 19 ans, oui, mais elle avait fait un pas de géant dans sa vie. De plus elle était certaine de ne pas reculer, de ne pas s'être trompée dans sa direction. Son mariage, son travail, rien n'était un erreur, donc elle n'aurait jamais de regret. Il y avait eu des épisodes plus compliqués, mais la jeune fille préférait ne retenir que le positif. Alors qu'elle entrait dans les toilettes pour vérifier son apparence, elle croisa quelqu'un dont elle n'aurait absolument pas pensé la présence. Pas qu'elle ait oublié la jeune fille en face d'elle, mais elle avait l'impression qu'une éternité était passée depuis qu'elle ne l'avait plus vue. Nina, en quelque sorte, faisait partie de son passé. Mais là, c'était bien le présent et Arwen sourit en la voyant. Oui, elles ne se sont pas toujours entendues mais l'Anglaise avait tiré un trait là-dessus. Carter et elle étaient mariés et Nina, visiblement, avait également fait son petit bonhomme de chemin. En parlant de petit bonhomme … un avait décidé de loger dans le ventre rebondi de l'ancienne chef EI. Elle était étonnée, mais pas moins contente pour sa camarade. Celle-ci lui demanda si elle était de retour à Miami, et hésita quant au fait qu'elle soit toujours avec Carter. C'est vrai que le garçon, quand elle l'avait connu il y avait de cela plus d'un an et demi, n'était pas du tout le même. Pi Sigma, dragueur, sûr de lui, riche. Il pouvait avoir tout ce qu'il voulait et Arwen n'avait jamais voulu croire que c'était elle qu'il avait voulue. Elle la rassura sur leur mariage, tout allait bien. Ils étaient bien de retour dans la ville après leur absence de quelques mois, et normalement, c'était pour un bon moment.

Arwen ne se posa même pas la question en parlant de Léa. Ça faisait déjà longtemps qu'elle connaissait l'existence de la petite, Carter lui ayant confié. En plus de ça, la Voice en avait parlé. Bon, énormément de monde n'accordait aucun crédit à cette tarée, et ils avaient raison. Mais il arrivait quelques fois qu'elle n'ait pas tort et qu'elle révèle les pire atrocités sur les élèves de l'école. Au final, Arwen avait appris avec le temps de ne plus faire attention aux élucubrations de cette nana en manque de reconnaissance.

- Il a bien une fille, pour une fois que cette gourdasse se trompe pas ! Elle s'appelle Léa, elle a deux ans. Sa mère n'est pas très présente, alors on l'a souvent à la maison.

En fait, il arrivait à la mère de disparaître pendant des semaines. Arwen ne la connaissait pas tant que ça, mais elle ne l'appréciait pas énormément. Si elle avait une fille aussi mignonne que Léa, jamais elle ne pourrait « l'oublier » de la sorte. Elle resterait autant de temps que possible avec elle. Mais elle n'avait pas d'enfant, elle ne pouvait pas se mettre à la place d'Evalia.

- On a fait plusieurs villes. On était partis dans le Vermont au départ, on a visité l'Italie, l'Australie, la Corée aussi, je suis allée voir Ki en spectacle. On a profité autant que possible, mais pas très longtemps. J'ai décidé de faire un stage après, pour pouvoir travailler.

C'était un peu étrange, quand on y pensait. Carter avait beaucoup d'argent, assez pour qu'elle n'ait jamais à travailler de sa vie. Surtout que lui continuait à travailler aussi. Mais elle, elle ne le voyait pas comme ça. Elle n'était pas capable de rester chez elle, sans rien faire de sa journée. Il fallait qu'elle aide les autres, qu'elle fasse quelque chose de sa vie, qu'elle soit utile à la société.

- Oui, ça fait du bien. Ça nous a aidé un prendre un bon départ tous les deux. Ça peut vous faire du bien je pense, oui. Et puis je suppose que c'est pas de tout repos la grossesse alors ça te fera encore plus de bien d'être au calme. Le temps de prendre vos repères tous les deux, puis de les adapter au reste du monde.

C'était étonnant pour la jeune fille que le père soit Nathan, mais au final, si beaucoup de choses avaient changé pour elle, c'était sans doute pareil pour les autres. Si le couple était heureux, il n'y avait rien à redire. Après tout, avant de le connaître plus que ça, elle n'aurait jamais pensé que  Carter avait une fille, ou qu'elle allait se marier avec lui dans un futur plutôt proche. Nina lui confirma qu'ils avaient trouvé leurs repères, mais aussi que le bébé n'était pas voulu. Ils étaient jeunes, au fond, ce n'était pas si étrange que ça, mais ne n'était pas pour autant que ses parents n'allaient pas l'aimer. Au contraire, ils avaient choisi de le garder.

- Oui oui, je pense avoir saisi ! Dit-elle en rigolant. Je suis sûre que vous ferez de très bons parents.

La jeune fille lui proposa d'aller boire un verre au café. C'était quand même mieux que de rester dans les toilettes ! Elles pourraient être assises et boire une bonne boisson. Il était tôt encore, les étudiants étaient soit en cours, soit en train de dormir, alors elles auraient de la place sans problème. C'était un peu le repère des étudiants d'ailleurs, Arwen le connaissait presque par cœur, elle y était allée très souvent pour travailler. Elles s'y rendirent donc toutes les deux et s'installèrent à une table un peu à l'écart. L'ancienne Lambda expliqua que son retour n'était pas en tant qu'élève mais en tant qu'intervenante. C'était bizarre vu son jeune âge mais tout à fait possible, puisqu'elle était supervisée par de « vrais » professionnels le temps qu'elle finisse sa formation.

- C'est un peu étrange oui, mais je suppose que je vais m'y faire. Et puis, je suis pas vraiment prof, juste intervenante. En plus de ça, j'ai un cabinet en bas de mon appartement, donc je ne serais pas toujours à Wynwood, juste de temps en temps.

La serveuse vint prendre la commande et Arwen demanda un café. A peine la serveuse éloignée, une sonnerie se fit entendre et Nina décrocha un peu à contre cœur. Arwen tenta de ne pas écouter la conversation, elle n'aimait pas la curiosité mal placée. Elle comprit seulement que ce devait être Nathan au téléphone. La jeune Palmer s'excusa et Arwen fit un simple geste de la main.

- Non non, t'inquiètes pas, fallait bien que tu répondes. Je comprends, il a sans doute besoin de se faire à l'idée que sa vie va changer. Prendre l'air ailleurs vous fera vraiment du bien à mon avis, à lui comme à toi.

Arwen expliqua alors plus en détails ce qu'elle faisait au sein de l'école. Le yoga, les massages, la garderie, tout. Elle l'invita d'ailleurs à passer, à l'occasion, Carter aimerait sûrement les revoir. Malgré le premier épisode des toilettes, il n'y avait plus de malaise à propos de ça dans le couple. Ils étaient installés, il ne manquait plus qu'à décorer le petit appartement comme ils le voulaient. Ils avaient préféré quelque chose de plus petit, moins cher, mais bien plus chaleureux, pas comme l'appartement que Carter avait avant. Au point que la première fois qu'elle s'y était rendu, elle avait failli se perdre entre la chambre et la salle de bain.

- Je comprends, ne le force pas. Mais tu es la bienvenue quand tu veux ! Juste pour discuter, ou pour manger, pareil, passe juste un coup de fil et je te confirme que je suis libre. Et pour les massages, pareil, ça sera cadeau. Pas sûr que Carter soit là, il voyage pas mal pour le boulot aussi, mais dans l'ensemble il n'est pas trop absent. En particulier quand sa fille est là, il refuse la plupart des déplacements et s'il n'a pas le choix, il me téléphone trois fois par jour pour vérifier que tout va bien !

Arwen était un peu une mère de substitution, mais jamais elle ne pourrait remplacer la vraie mère de Léa. Déjà, les deux s'appréciaient énormément et la jeune Evans avait une vraie tendresse pour sa belle-fille. Carter était un peu un papa poule, mais sa fille était assez autonome pour son âge. Curieuse de tout, posant toujours des questions, parfois Arwen avait l'impression de se voir plus jeune.

- Oui, l'entreprise de son père. Ils étaient fâchés, mais ça va beaucoup mieux, et c'est aussi une des raisons de notre retour, pour qu'il puisse voir un peu plus souvent sa famille.

Cependant, la jeune fille fit une grimace en entendant la partie « un bébé à vous ». En effet, ça, ce n'était pas possible. Nina ne le savait pas,  Carter non plus d'ailleurs. Cependant, elle se força un peu à sourire, elle ne pouvait pas éviter ce sujet fâcheux. Elle demanda ensuite à Nina si ça allait pour les cours, s'ils connaissaient le sexe du bébé, et proposa son aide. Elle n'avait pas vraiment d'enfant à elle, mais elle en élevait un quand même, et c'était peut-être même plus difficile puisque Léa n'était pas sa fille. Pour ce qui était de la grossesse par contre …
Nina lui confirma que ça allait, bien que parfois c'était plus difficile. C'était normal après tout, ça ne pouvait pas allait à merveille non plus, elle ne pouvait pas vivre comme s'il n'y avait rien de différent.

- Justin Sasha McCoy ? Je trouve ça très joli. Il est prévu pour quand ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   Ven 2 Jan - 1:03

Une main dans mes cheveux pour les remettre en place, je rattrapai le temps qu’il m’avait manqué ce matin en sautant du lit suite au coup de file de ma mère. Prise par le temps, je pouvais désormais le prendre pour tenter de ressembler à quelque chose et peut-être même camoufler le manque de sommeil qui commençait à s’accumuler un peu plus chaque nuit. Heureusement, l’industrie de la cosmétique avait inventé ce produit presque miracle : l’anticerne. Une révolution qui permettait de faire disparaître ces poches bleutées montrant ô combien on avait mal dormi. Le tout recouvert d’un fin voile de fond de teint et pour terminé, de quoi réveiller un peu mon regard : du mascara ou un peu de fard à paupières. Un dernier regard dans le miroir, une touche de rouge à lèvre et je pouvais ranger le tout dans mon sac. Une voix féminine mais discrète me sortit de mes pensées, me faisant même sursauter. Je ne m’attendais pas à voir quelqu’un dans ces toilettes à cette heure, alors que les élèves étaient sensés se trouver en cours, mais pire encore je ne m’attendais pas à ce que cette voix soit celle d’Arwen. C’était presque amusant de se retrouver ici, finalement. C’en devenait presque un rituel, déjà notre première rencontre s’était déroulée dans ces toilettes, mais dans une toute autre situation. Quand j’y repensais, je me rendais compte que j’avais avancé, que j’avais changé et l’idée d’aller draguer le premier venu ne me disait franchement plus rien, d’autant plus que l’homme qui partageait ma vie depuis plusieurs mois maintenant dormait encore dans mon lit qui était en fait notre lit et chez moi qui était maintenant chez nous. Il y a un an d’ici, on n’aurait jamais su dire que j’en arriverais là. J’avançais, peut-être trop vite pour certain, trop vite pour mes parents, mais j’avançais et je n’avais pas du tout l’habitude de laisser qui que ce soit dicter ma vie, personne d’autres que moi. Pas même mes parents, ni Nathan, bien qu’il n’y songeait pas, lui.

Arwen était une fille différente, mais pas moins ravissante. Elle était belle au naturelle, elle était douce et n’importe qui pourrait se sentir bercer par le calme et la sérénité qu’elle dégageait. J’étais presque prête à parier que la seule fois où elle s’était énervée était le jour où elle nous avait surpris avec Carter dans ces toilettes et encore, j’avais beaucoup de mal à l’imaginer fâchée, blessée oui, mais pas fâchée. Ou du moins, ça c’était l’impression qu’elle me donnait, contrairement à moi qui criait plus souvent qu’autre chose et contre toute attente, la grossesse me calmait. Si Nath l’avait remarqué, il prierait certainement pour que ça dure plus que 9 mois, bien que ce ne soit pas possible.


- Oui, nous sommes toujours mariés ! Tous se passe bien, et nous avons décidés de revenir dans le coin avec la petite. A vrai dire, la ville me manquait, et certains de mes problèmes personnels ont été réglés, alors voilà.


Pendant quelques instants, je me demandais de qui elle parlait. Je la regardai avec un air d’incompréhension en faisant travailler ma mémoire. En réfléchissant bien, c’est vrai que j’avais entendu parler de cette rumeur que cette maudite voix avait lâché aux oreilles de tout le monde. Cependant, j’avais pris l’habitude de ne pas me fier à ses dires. Quand je voyais les rumeurs sur mon compte, la plupart étaient totalement infondée comme le mariage avec Dwight Young. Plutôt mourir que de me marier avec lui et qu’importe si ça fait plaisir à son père que son fils épouse une Palmer, jamais j’aurais pu le supporter et avoir Dwayne comme beau frère, je préfère encore qu’on me coupe les vivres. Donc cette histoire d’enfant était vraie.

« Oh, j’avais entendu parler de la fille de Carter, par la voice, mais je ne savais pas si c’était vraiment vrai. » Je lui souris « Vous étiez partis où ? En Europe non ? Au moins, on a le soleil ici. » Peut-être qu’au final, ils étaient juste partis dans une ville voisine, bien que ça m’étonnait un peu. J’essayai de me mettre à sa place. Partir de Miami pour une ville un peu plus paisible nous ferait certainement du bien, au moins pendant quelques mois, même une ville voisine finalement, mais pourrions-nous y arriver à partir et quitter nos habitudes ? J’en suis pas si sûre. Curieuse je lui demandai « Ca a dû vous faire du bien de vous éloigner un peu de Miami, non ? Parfois, j’ai l’impression que c’est ce qui nous faudrait avec Nath »

A la nouvelle de la grossesse, Arwen avait l’air déjà étonnée, mais lorsqu’elle apprit que l’heureux élu était Nathan, elle l’avait l’air d’autant plus. C’est vrai que dans un sens ça pouvait étonné, mais Nath avait changé. Il n’était pas le garçon parfaitement gentil ou sociable. Peut-être même qu’en ce moment il l’était de moins en moins, mais je ne l’aimais pas moins. Toujours plus et même avec sa mauvaise humeur, je le considérais toujours comme l’homme de ma vie. Certes, ça semblait un peu naïf comme vision, mais c’était pas comme si ça avait été le coup de foudre entre nous. Il y avait même eu plus de bas que de haut. Je l’avais même expliqué au psy avec qui j'avais rendez-vous une fois par mois, pour s’assurer que je tenais le coup avec mes études. Heureusement, je tenais bien le coup, même si certains jours étaient plus durs que d’autres.

« C’est vrai que ça peut choquer autant pour moi que pour lui, mais ça va, je crois qu’on a un peu trouvé notre rythme et c’est plus simple pour moi aussi de supporter son caractère tout comme lui de supporter le mien et pour le bébé, c’était pas forcément cherché, ça nous est un peu tombé dessus comme ça. Fin non on pas comme ça… » Je fis une pause, cherchant mes mots et repris en rigolant « bref, tu m’as comprise » Je finis de ranger mes affaires dans mon sac, vérifiant une dernière fois mon portable et puis répondis « Le café ? Oui ! En plus à cette heure-ci je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de monde. Je crois qu’il fait son chiffre d’affaire grâce aux étudiants de Wynwood en fait. Ca grouille toujours de  lycéens ou d’universitaires ! »

Nous nous dirigeâmes vers le café dont parlait Arwen et nous nous installâmes loin du tintamarre que faisaient les personnes présentes, nous nous installons à une table. Arwen m’expliqua qu’elle travaillait à Wynwood ce qui était une nouvelle information pour moi. En même temps j’y mettais plus trop les pieds dans cette école, ni même dans cette partie de la ville finalement.

« Ca ne te fait pas bizarre de bosser là où tu étais en cours il n’y a quelques années ? Moi, rien que d’y aller pour un simple papier ça me saoul. Bon après c’est vrai qu’aujourd’hui c’était un peu imprévu. »

La serveuse vint prendre la commande et sans trop réfléchir à ce que je souhaitais boire, je lui demandais un chocolat chaud, ou peut-être une coutume matinale. Au même moment, mon portable sonna dans mon sac. Le défi était de le retrouver. J’avais un coup de cœur pour les grands sacs, mais pour ce qui était de retrouver le portable ou les clés, c’était toute une histoire. Je finis par mettre ma main dessus et à la vue de la photos de Nath sur l’écran, décrochai, faisant une légère grimace à Arwen, désolée de décrocher. Le Pi Sigma appelait simplement pour me demander où je me trouvais et il était vrai que j’étais partie un peu comme une voleuse sans vraiment lui dire où j’allais. En vérité, le voir à nouveau endormi en sortant de la douche m’avait simplement donné envie de le laisser dormir tout en me glissant en dehors de la chambre. Je lui expliquai en vitesse la raison de mon départ précipité et puis finalement lui informai que je me trouvais avec Arwen. J’avais droit à un truc du genre « c’est qui Arwen ? » à laquelle je répondais par un simple « c’est la femme de Carter Evans » Carter lui disait déjà beaucoup plus pour avoir été son chef. J’étais pas vraiment étonnée qu’il ne connaisse pas énormément la jeune fille que j’avais en face de mois.
« Tu veux pas venir nous rejoindre ? Tu pourrais déjeuner au moins »
« j'ai pas de temps pour vous » Charmant, pour ne pas changer.
« mais pour faire la grasse mat’ t’as tout ton temps »
« Bah oui »
« Ben pourquoi tu veux savoir où je suis alors »
Jouant avec un dessous de verre se trouvant au milieu de la table, j’écoutais ce qu’il marmonnait
« Après on dit que j’porte pas assez d’attention »
« T’irais au bout de ton attention si tu venais »
« tu peux te ramener aussi, je m'ennuie »
« dans une heure tu t’ennuieras encore? »
« bah chepas, faut juste te grouiller »
« Bah viens t’ennuyer près de nous, je me grouillerai déjà plus »
« non merci »
« ma voiture est en panne t’as pas le choix »
« fais chier » suite à quoi je souris
« Non mais j’déconne. Bon il faut quoi à monsieur McCoy? »
« n'importe quoi, tant que c'est mangeable je m'en fous »
« Merci Nath j’aime ta précision. Tâche de t’ennuyer pendant max une heure et j’arrive ! »

Je finis par raccrocher au bout de 5 minutes de conversation et rangeai mon portable dans mon sac alors que la dame apportait les boissons

« Désolée mais j’suis partie un peu comme une voleuse au matin et comme Nathan dormait encore je ne lui ai pas dit où j’allais. J’ai essayé qu’il vienne, comme il ne te connaît pas trop visiblement, J’ai essayé jusqu’à lui faire le coup de la panne d’essence, mais ça n’a pas fonctionné. » Je jouai un peu avec la cuillère dans la tasse et repris « Peut-être que si Carter avait été là il serait venu, mais je suis même pas sûre, surtout s’il vient de se lever. Il a plus l’air aussi sociable qu’avant je trouve » je grimaçai légèrement. J’avais pas trop à me plaindre, égoïstement, parce qu’au moins j’avais l’impression de l’avoir un peu plus pour moi, mais d’un autre côté, je ne voulais pas non plus qu’il se renferme. Peut-être qu’il avait juste besoin de souffler. « Bon et sinon, on disait quoi avant cet imprévu ? Ah oui ton boulot à WHS, je t’écoute ! »

- J'ai fait une formation avant de revenir, et je suis toujours supervisée par votre infirmière. J'aide à la relaxation, yoga, massages, j'ai aussi ouvert une petite garderie en bas de chez moi, parce qu'à côté de l'école, j'ai un cabinet. Passe quand tu veux d'ailleurs, je suis sûre que Carter serait heureux de te voir ! Puis avec Nathan aussi, il a été son chef, faut pas l'oublier. Donc voilà, nous sommes de retour, pas pour une semaine ou un mois, mais définitivement.

Je souris  à cette nouvelle. Au moins elle avait trouvé un sens à sa vie, elle vivait avec son copain et elle avait l’air épanouie.  Finalement, nous étions presque dans la même situation à quelques détails près. Néanmoins, quant elle me proposa de passer chez eux avec Nathan je grimaçai légèrement

« Honnêtement, ça me ferait plaisir de passer, donc je le ferai volontiers, mais je ne pense pas que Nathan viendra. En ce moment il est plus aussi sociable qu’avant, fin il évite un peu les soirées, les amis et j’ai même pas envie de le forcer parce qu’après ça va être un vrai emmerdeur. Je dis pas ça pour être méchante avec lui, loin de moi cette idée, mais c’est sérieux. Il va être super froid, il va râler, il parlera pas, donc autant le laisser dans sa petite bulle. Mais moi je passerai c’est pas grave. Puis si vous voulez le voir, vous pouvez passer aussi. Bon après c’est mieux de passer un coup de fil, moi je suis là mais lui avec son boulot il a pas des heures toujours fixes donc je sais même pas quand il est là ou pas sauf le jour même ou la veille. La dernière fois qu’une personne est venue à l’improviste pour le voir, elle a attendu 2h, on a fini par diner ensemble, puis elle est repartie et lui a débarqué peu de temps après »

Il était vrai que la dernière venue de Leahna s’était déroulée de cette façon. Elle avait voulu le voir un peu à l’improviste et finalement, j’ai passé la soirée avec elle. On a bien discuté, on s’est amusée, mais je n’étais pas l’objectif de sa visite. Dans le pire des cas, je pourrais toujours proposer à Arwen et Carter de rester diner dans l’espoir que Nathan revienne rapidement.  Enfin je repris :

« Mais c’est chouette tout ça, vraiment vous avancez bien. Il ne manque plus qu’un beau bébé à vous et ça sera un tableau parfait, non ? Carter il travaille pour l’entreprise de son père, c’est ça ? »

Du temps où je connaissais encore Carter, il n’avait pas l’air très motivé à l’idée de reprendre les rennes de cette entreprise, faut croire que ça avait changé.

Et toi donc ? Pas trop difficile de suivre les études ? Vous savez déjà si c'est un garçon ou une fille ? D'ailleurs, si jamais t'as besoin de conseils plus tard et que tu t'en sors pas, tu peux venir toquer à ma porte. Pour ce qui est de la grossesse, je peux pas vraiment t'aider, je n'ai jamais connu ça !

Je souris à l’aide que m’apportait Arwen. Je trouvais ça particulièrement gentil, surtout connaissant notre entente dans le passé.

« Merci Arwen c’est gentil et sinon mes études ça va. Parfois c’est plus fatiguant que d’autres parce que j’ai pas assez dormi ou j’ai quelques troubles de la concentration ou encore des vertiges et donc j’ai du mal à bosser, mais sinon ça va. Ca m’intéresse beaucoup, en plus j’ai des stages chez la mère de Nathan et ça m’aide beaucoup pour mes études mine de rien. » Repensant à sa question sur le sexe du bébé, je répondis tout sourire « Oui c’est un petit garçon. On pense l’appeler Justin. Jusqu’à présent c’est le prénom qu’on a en tête en plus on trouve que ça donne bien "Justin Sasha McCoy" non ? »

Voyant le sourire un peu forcé de mon interlocutrice, je cachais mon enthousiasme. Sur le moment, j’avais sans doute dit un truc qu’il ne fallait pas. « Ca va Arwen ? T’as l’air un peu…déconfite. J’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas ? » Je grimaçai un peu, confuse. J’espérais vraiment n’avoir rien dit de choquant. Repassant mes phrases mentalement, j’essayai de me rappeler ce que j’aurais pu dire qui l’aurait offensée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   Mar 25 Nov - 9:56

Arwen ne voulait que se rafraîchir un peu dans les toilettes, se mettre un peu d'eau sur le visage, après sa journée. Puis elle se ne sentait pas à son aise habillée ainsi, le calvaire était bientôt terminé. Ou peut-être pas d'ailleurs. En entrant dans la pièce, elle était tombée sur une vieille connaissance. Pas une amie, pas une ennemie. La vie réservait bien des surprises et elle était en train de le constater, au ventre rond de la demoiselle.

- Arwen, tu m’as fait peur ! Ca fait longtemps. Vous êtes de retour à Miami ? Enfin, si t’es toujours… avec Carter

La remarque fit rire la jeune fille pendant quelques secondes. C'était vrai que connaissant le garçon et comme il était à son arrivée à Miami, on aurait pu se poser des questions. Mais non, ils étaient bien toujours mariés, heureux, et tout ce qui allait avec. En fait, il ne leur manquait qu'un enfant à eux, mais ils étaient trop jeunes pour le moment, et Arwen voulait être un peu plus stable professionnellement. Sans compter qu'il y avait déjà la petite Léa, dont il fallait s'occuper.

- Oui, nous sommes toujours mariés ! Tous se passe bien, et nous avons décidés de revenir dans le coin avec la petite. A vrai dire, la ville me manquait, et certains de mes problèmes personnels ont été réglés, alors voilà.

Son beau-père était hors d'état de nuire. La vie lui tendait enfin les bras, elle n'y croyait même plus. Comme quoi, il ne fallait jamais baisser les bras, parce que tout pouvait arriver, au final. C'était tellement étrange qu'elles se retrouvent ici, alors qu'elles ne s'étaient pas vues depuis des mois, et que la dernière fois qu'elles s'étaient croisées en ces lieux, ça ne s'était pas très bien passé. Mais c'était il y a longtemps.

- Merci. C’est Nathan, toujours. Je ne sais pas s’il est vraiment heureux, mais en tout cas il est l’élu.

Nathan ? Elles avaient bien le même Nathan en tête ? Parce que celui qu'Arwen connaissait, il n'était pas du tout du genre à devenir père, comme ça, tout de suite, maintenant. Oui, les choses devaient avoir vraiment changées en son absence, pourtant pas si longue que ça.

- Eh bien, si on m'avait dit ça avant que je parte, je n'y aurais pas cru !

Elle n'avait pas vraiment grand-chose à rajouter, sur le coup, c'était déjà une grande nouvelle à assimiler. Puis finalement, elle ne connaissait pas le garçon tant que ça, alors elle ne pouvait pas tirer de plan sur la comète sans savoir plus d'informations sur celle-ci.

- Et toi, comment tu vas ? Tu fais quoi pour le moment, d’ailleurs ? Tu travailles ici ? Ca ne te dis pas qu’on aille boire un truc à la cafet ou au café du coin ? Les toilettes c’est pas très glamour quand même.

Mme Evans était plutôt d'accord avec ça. Les toilettes, ce n'était pas le must, surtout connaissant leurs antécédents. Elle n'avait rien de prévu juste après, sa journée était libre, pour pouvoir s'adapter facilement avant de commencer justement. Puis un bon café ne lui ferait pas de mal, même avec le soleil qui tapait haut dans le ciel.

- Pas de refus pour un café, du coup je te raconterai tout ça une fois installées, et toi aussi, tu pourras me raconter tout un tas de choses. Le café du bout de la rue est toujours ouvert ? Je n'ai pas eu le temps de vérifier encore. J'ai toujours l'impression de courir partout et de ne rien faire !

Les deux jeunes filles allèrent donc au café, souvent bondé d'étudiants quand ceux-ci n'avaient pas cours et avaient envie de sortir un peu de l'enceinte de leur établissement scolaire. C'était un endroit pratique pour se retrouver et passer un peu de temps à discuter sans trop s'éloigner. Une fois arrivée, elles s'installèrent à une table, dans le fond, là où le brouhaha était moins présent. Ça faisait très bizarre à Arwen, qui n'était pas si proche que ça de Nina, et se retrouver à discuter avec elle, tout sourire, et mine de rien contente de la revoir.

- Ici on sera tranquille. Eh oui, je travaille à Wynwood maintenant, je suis passée de l'autre côté ! Enfin, je suis plutôt intervenante, pas vraiment professeur, et surtout, continue à me tutoyer et à m'appeler par mon prénom hein !

En effet, la demoiselle était jeune et elle ne supporterait pas de « madame » et de « vous ». Elle n'était pas prof à part entière, elle était là pour aider les élèves à gérer leur stress, elle pouvait être une confidente si besoin, enfin non, elle ne voulait pas de barrières entre eux et elle.

- J'ai fait une formation avant de revenir, et je suis toujours supervisée par votre infirmière. J'aide à la relaxation, yoga, massages, j'ai aussi ouvert une petite garderie en bas de chez moi, parce qu'à côté de l'école, j'ai un cabinet. Passe quand tu veux d'ailleurs, je suis sûre que Carter serait heureux de te voir ! Puis avec Nathan aussi, il a été son chef, faut pas l'oublier. Donc voilà, nous sommes de retour, pas pour une semaine ou un mois, mais définitivement.

Elle marqua une petite pause. Le grand-père de Léa pouvait la voir beaucoup plus souvent, et Arwen était de retour parmi ceux qu'elle appréciait. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas la vie ailleurs, mais dans le fond, c'était Miami qu'elle considérait comme chez elle. Pas l'Angleterre, pas un autre endroit, Miami.

- Et toi donc ? Pas trop difficile de suivre les études ? Vous savez déjà si c'est un garçon ou une fille ? D'ailleurs, si jamais t'as besoin de conseils plus tard et que tu t'en sors pas, tu peux venir toquer à ma porte. Pour ce qui est de la grossesse, je peux pas vraiment t'aider, je n'ai jamais connu ça !

La jeune fille rigola, mais un peu jaune.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   Jeu 20 Nov - 20:06

Profondément endormie, je profitai d’avoir bien avancé dans mes cours et du congé de Nathan pour m’octroyer une grâce matinée en sa compagnie. Il n’y avait pas un bruit ni dans la chambre, ni dans la maison et avec les deux ours en bas, c’était une chose plutôt rare. La chaleur qui se répandait dans la chambre nous berçait toujours plus, de quoi dormir jusqu’en début d’après-midi, ou presque. Un vibreur me tira de mon sommeil. Pensant au portable du Pi Sigma, je ne fis même pas attention et ne bougeait pas plus… comme Nath, d’ailleurs. Devenant de plus en plus bruyant, j’y portai mon attention, ou ce qu’il me restait « Doudou, ton portable ». Le Pi Sigma, pas plus réveillé que moi ne se levait pas plus, persuadé qu’il ne s’agissait pas du sien « ‘Pas le mien », en me montrant le sien dormant tout autant que lui. Je me levai, portant toute ma flemme sur les épaules et me dirigeai vers le meuble sur lequel vibrait l’appareil. Sur l’écran, la photo de ma mère avec comme indication un appel de « Maman ». Je décrochai et sans même avoir le temps de dire quoi que ce soit, ma mère me prit de cours :

« Nina, j’ai signé ton papier, mais il faut que ton père le signe aussi. Mais tu dois te grouiller il ne sera pas là du week-end, il part ce soir avec Damon & les garçons à Vegas et tu dois renvoyer ça pour lundi au plus tard, donc viens le chercher et apporte lui maintenant »
« Oh merde, en plus il a une réunion cette aprem je pense. »
« Raison de plus pour te grouiller »
« Mais j’viens de me lever là, tu peux pas me l’apporter pendant que je file sous la douche. Passe par derrière si jamais, la femme de ménage doit avoir ouvert la porte fenêtre pour les chiens »
« J’ai pas le temps, là Nina, je mets l’enveloppe dans la boite au lettre »

J’acquiesçai et raccrochai avant de me rendre jusqu’au dressing pour choisir un simple jeans et une blouse blanche, plus large avec un col large lui aussi et filai jusqu’à la salle de bain pour me doucher. Je ne pris pas le temps de faire quoi que ce soit dans mes cheveux préférant garder les 5 minutes qui me restait pour appliquer un peu de mascara afin d’éveiller un peu mon regard, puis descendis dans l’idée d’enfiler mes tennis blanche en bas. Alors que je tentais tant bien que mal d’éviter les chiens qui accouraient comme des dératés, je les caressais juste dans l’idée qu’ils me foutent la paix après. Je saluai la femme de ménage qui était occupée à faire les poussières dans le salon et m’empressai de mettre mes chaussures, prendre mes clés, mon sac et disparaître. Dehors, j’allais récupérer l’enveloppe dans la boite au lettre que ma mère avait déposé un peu plus tôt et puis retournai jusqu’à ma voiture pour prendre le chemin du lycée.

A l’école, les couloirs étaient vides, les étudiants probablement en cours. Je me dépêchai de me diriger vers le bureau du directeur et tombai nez à nez avec sa secrétaire ce qui promettais encore d’être folklorique.

« Qu’est-ce que vous voulez, mademoiselle Palmer ? »

« A votre avis »
« Votre père n’est pas là, il est occupé avec une nouvelle demoiselle ainsi que monsieur Cobb »
« Ben j’attendrai, j’imagine qu’il en a pas pour une heure »
« Quand je vous dis de prendre rendez-vous, c’est pas pour les chiens »
Je roulais les yeux, elle comptait vraiment me faire la remarque à chaque fois ?
« J’vais pas prendre rendez-vous avec mon père, puis quoi encore »
« Les autres personnes le font bien »
« Oui, mais je ne suis pas les autres. Il n’a qu’une fille et c’est moi. Déjà quand il était directeur d’entreprise, je ne prenais pas rendez-vous alors ça ne va pas commencer parce qu’il est bêtement dirlo dans une école »

Je m’assieds sur une des chaises qui permettaient aux visiteurs de patienter et chipotai sur mon portable quand une autre dame s’approcha. Probablement qu’elle, elle avait rendez-vous, mais manque de bol, il était question que je passe avant. J’en n’avais pas pour 50 ans, juste le temps d’une signature. A peine 10 minutes plus tard, la voix des deux hommes à la tête de l’école résonna dans les couloirs jusqu’à parvenir jusqu’au bureau. Je me levai pour me diriger vers mon père pour lui demander un autographe en précisant que ça ne lui prendrait que 3 minutes même pas. Il prit le temps de survoler le document et finit par le signer avant de me le rendre. Non sans un baiser sur ma joue, il me laissa partir. J’hésitai entre rentrer chez moi et commencer à travailler sur mes cours en attendant que Nath daigner se lever, ou aller faire un tour à la confrérie. La deuxième idée me tentant bien plus, je m’empressai de rejoindre les toilettes, dans le but de me maquiller un peu, maintenant que le temps me le permettait. Une légère touche de fond de teint pour me donner un peu de couleur au visage. Un peu de fard à paupière et enfin une fine couche de rouge à lèvres discret. Je tentai d’arranger un peu mes cheveux quand une voix féminine me fit sursauter. Je me tournai vers cette voix, me remettant doucement de la peur qu’elle m’avait faite et reconnu Arwen. Il y a quelques mois d’ici, elle s’était envolée je ne sais où avec Carter et depuis, plus personne n’avait de nouvelles. Je fus toute aussi étonnée qu’elle de la voir là, bien que contrairement à elle, moi c’était presque normal, mais j’étais pas sûre que ce soit ma présence qui l’a choque.

« Arwen, tu m’as fait peur ! Ca fait longtemps. Vous êtes de retour à Miami ? »
Je ne savais même pas si elle était toujours mariée à Carter d’ailleurs « Enfin, si t’es toujours… avec Carter »

Il y a un an d’ici, ces toilettes étaient très certainement un lieu où l’ancienne lambda détestait se rendre et j’en étais en partie responsable. Au jour d’aujourd’hui, c’était à peine si je me rappelais de cette histoire. Je pris appuie contre le lavabo et la regardait. Elle n’avait pas changé, elle était toujours aussi jolie. J’avais toujours trouvé sa simplicité époustouflante et puis cette fille dégageait une douceur rare. Lorsqu’elle me demanda qui était l’heureux élu, je lui adressai un léger sourire. C’est vrai, qui l’eut cru que Nina Palmer finirait enceinte un an plus tard et que le futur père ne serait autre que Nathan McCoy. J’adressai un sourire à la jeune fille

« Merci » je marquai une courte pause « C’est Nathan, toujours. Je ne sais pas s’il est vraiment heureux, mais en tout cas il est l’élu »

Dans un sens, au vue de la première réaction du Pi sigma, je ne pouvais m’empêcher d’avoir des doutes. D’un autre côté, on ne parlait pas d’un chien, d’un chat ni même d’un bête caprice. C’était un bébé et il fallait réfléchir, à deux normalement et pourtant j’avais dû réfléchir toute seule, de mon côté et lui tout seul du sien. On était resté quelques jours sans même s’adresser la parole quand finalement il était revenu en m’annonçant qu’il était d’accord pour garder ce bébé qui lui, n’avait rien demandé. Depuis, j’avais un jeune homme que je prenais pour l’homme de ma vie qui était toujours au petit soin pour moi. « Et toi, comment tu vas ? Tu fais quoi pour le moment, d’ailleurs ? Tu travailles ici ?»

Remarquant que nous restions toujours dans les ces toilettes, je lui proposais :

« Ca ne te dis pas qu’on aille boire un truc à la cafet ou au café du coin ? Les toilettes c’est pas très glamour quand même »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   Sam 15 Nov - 22:19

La jeune fille ne savait pas vraiment par où commencer. Ce lieu lui semblait si familier et si étranger à la fois. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas foulé les couloirs de cette école, mais en même temps, elle avait l'impression que l'empreinte de ses pas était encore imprimée sur le sol. Ça lui faisait du bien. De revoir ce soleil, cette plage, les bâtiments des confréries. Certains professeurs qu'elle avait dû supporter, d'autres qu'elle avait regretté de quitter. Ses camarades aussi, et de nouveaux visages : la prochaine génération était en place. Arwen n'était pourtant pas partie depuis des années, mais voilà, les choses avaient changées, elle était désormais de l'autre côté du miroir, là où les choses étaient sérieuses.

La jolie brune passa une main dans ses cheveux et sourit. Ça la mettait de bonne humeur, quoi qu'elle en pense, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir bien. Elle devait visiter son local, celui où elle pourrait recevoir les élèves et les aider. Elle n'était pas psychologue, mais elle aidait à la détente, et ça lui faisait plaisir d'être utile. Être au contact des autres, ça avait toujours été une voie qui l'attirait, alors c'était logique qu'elle en arrive ici. Elle avait eu un rendez-vous avec le principal et le principal adjoint et elle jouait avec les clés qu'ils lui avaient remis entre ses doigts fins. Elle inspecta la salle avec l'impression d'être importante. Elle était adulte, elle avait se propre affaire, même si elle n'était pas totalement lâchée. Elle avait son mari, et ils élevaient l'enfant de ce dernier. Son beau-père n'était plus une menace. Elle ne pouvait rien demander de plus à la vie.

Elle sortit plusieurs papier, histoire de noter tout un tas d'informations. Mettre tel meuble dans tel coin, ouvrir de telle heure à telle heure, laisser des prospectus à tel endroit. Pourquoi pas faire un passage dans les classes pour se présenter ? Ça ne pouvait pas faire de mal, et au moins, les élèves ne pourraient pas dire qu'ils n'étaient pas au courant. Bizarrement, elle n'avait pas peur. Elle avait confiance en elle, elle savait que ça allait bien se passer, il ne pouvait pas en être autrement. Elle rangea tout dans sa sacoche et se leva. D'ordinaire, elle aimait plutôt être décontractée, mais quand ça touchait le boulot, elle essayait d'être un peu plus classe. Là, elle portait un tailleur noir qui mettait en valeur sa fine silhouette. Elle portait de petits talons, juste histoire de. Par contre, pas de coiffure extravagante ou trop sophistiquée : ses simples boucles sur ses épaules et le tour était joué. Son plus beau « maquillage » était son sourire d'ailleurs.

Perdue dans ses pensées, elle ne regarda pas spécialement où elle allait, et surtout qui elle rencontrait. Oui oui, je vous vois déjà arriver avec les clichés, elle va renverser quelqu'un, ou se cogner à lui, ou renverser ses livres, un truc du genre, parce que sinon, ce n'est pas drôle. Non, elle a seulement eu à rentrer dans les toilettes pour avoir une impression de déjà vu et comprendre que cette journée n'était pas comme les autres. Elle garda bien ses affaires en main, mais ce n'était pas l'envie qui lui manquait de les lâcher, parce que devant elle, il y avait Nina Palmer. Enceinte.

- Nina ?!

L'Anglaise se rappela plus d'une année auparavant, quand elle avait surpris cette même jeune fille avec Carter. Mais c'était du passé, et beaucoup de choses avaient changé, pas vrai ? Elle ne détestait pas Nina, loin de là. A vrai dire, elle ne la connaissais surtout pas beaucoup, et leurs chemins s'étaient séparés assez vite, raison pour laquelle on ne pouvait pas vraiment dire qu'il y avait de l'animosité entre elles, sans non plus affirmer qu'elles étaient les meilleures amies du monde. Arwen se sentit un peu mal à l'aise quand même, mais elle essaya de ne pas le montrer, ça n'avait rien à voir avec Nina en elle-même, et c'était juste le choc de la rencontrer là, dans ces circonstances. Elle lui sourit doucement, contente tout de même.

- Eh bien, j'ai dû en rater des choses depuis mon départ ! Félicitation à toi ! Qui est le futur chanceux ?

La brunette était bien placée pour savoir qu'un enfant, ce n'était pas de tout repos, et que parfois, il n'était pas voulu. Mais elle espérait tout de même que pour son ancienne camarade, ça ne soit pas un sujet difficile à aborder ou douloureux. En tous les cas, dans un sens, ça lui faisait quand même très plaisir de la recroiser, après tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'un petit habitant, lui f'sait sous le nombril ♫ [Nina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À l'école quand j'étais petit. Les grands se cachaient sous leur lit. Pour fumer en cachette une cigarette [28.12 à 14h30]
» Peinture Habitant des Ténèbres.
» A quels autres jeux sympa jouez-vous sous Android ?
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: