AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 This is how we do (PV Lance)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   Lun 26 Jan - 0:29

Le dénommé Sasha avait l'air soupçonneux. Douterait-il de la valeur de Lance simplement parce que ce dernier avait été recommandé à lui par Paytah ? Ce n'était pas de la parole de Paytah dont il fallait prendre part mais bien à celui qui a été recommandé après tout. Le Pi Sigma devrait être honoré d'avoir fait suffisamment bonne impression sur un recalé pour que ce dernier conseille un futur PS à lui. Non vraiment, le jeune indien avait-il été si laborieux que ça ?

« - Dérangé, c’est le mot. Je me suis toujours demandé s’il avait un cerveau constitué comme le notre, ou s’il marchait à l’envers. Enfin bon, j’imagine que tu considères un peu ça comme un malheur qu’il soit venu à toi ? »

Lance afficha un sourire aux évocations de Sasha concernant la capacité intellectuel de l'indien. Mais pourtant, il n'était pas pour autant d'accord avec ce que lui demanda le Pi Sigma par la suite. Le jeune New-Yorkais se passa la langue sur la lèvre inférieure avant de répondre :

- Figure-toi que...Pas tant que ça.

Il s'attendait de ce pas à voir une expression plutôt étonné sur le visage du Pi Sigma. Ce fut pourquoi il se hâta de s'expliquer.

- Au moins il aura le mérite que grâce à lui, j'ai pu savoir à qui m'adresser pour venir ici. Mais je ne lui donne pas le flambeau pour autant, je suis du genre débrouillard. Avec ou sans lui, tu m'aurais vu à ta porte un jour ou l'autre. Je ne lui jette pas la pierre non plus. Ce mec a peut-être un boulon vissé de travers dans le ciboulot mais mine de rien il est sympa et réglo, un peu trop, je te l'accorde, mais je suis persuadé qu'il y a bien plus chiant dans ce bahut comme énergumène. Je m'en rendrais assez vite compte par moi-même.

Lance n'avait rien contre Paytah. Il le trouvait bizarre mais sympa. Au final, l'indien faisait un bon ami. Lance savait qu'il pouvait lui faire confiance. Néanmoins, Paytah ne devrait pas pour autant faire trop confiance à Lance car tout n'allait pas forcément dans les deux sens avec lui. Le jeune homme prenait même un certain plaisir à sortir l'indien de sa coquille pour lui faire découvrir le dangereux monde des adultes. Il aimait, encore et toujours, avoir ce sentiment de supériorité, d'avoir le beau rôle. C'était agréable. Paytah ne le connaissait pas depuis longtemps et pourtant, il avait la sensation que ce dernier l'admirait pour son expérience. Par ailleurs, il ne pu s'empêcher de sourire à nouveau devant l'expression de stupéfaction qui figea le visage de Sasha au moment où ce dernier apprit que Lance avait permit à Paytah de se faire dépuceler. Preuve qu'il venait d'accomplir un miracle. De quoi flatter d'avantage son ego.

« - Dépucelé ? Vraiment ? »

- Ah ! Vraiment.

Lance dévoila sa dentition, fier comme un paon en fixant d'une lueur hilare le regard du Pi Sigma qui menaçait de sortir les yeux de leur orbite.

« - J’y crois pas, dire que tout le temps qu’il était chez les Pi Sigma c’était impossible de parler fille avec lui, et la POUF. C’était quel type de fille ? Enfin je veux dire, quelle fille a bien voulu faire ça avec lui ? »

Lance pouffa de rire avant de répondre simplement :

- Une serveuse chanteuse. Ca va, elle était mignonne.

« - Enfin quoiqu’il en soit, respect. »

Lance haussa les sourcils puis hocha la tête en signe de remerciement. Voilà qui était presque à inscrire dans les annales. Il pourrait même devenir une légende. Lance Booker : L'homme qui a permit à Paytah Yellow de se faire dépuceler. Autant de bruit pour un indien, c'était pas croyable tout de même. Enfin, cela ne pouvait qu'améliorer son entrée chez les Pi Sigma si on y réfléchissait bien. Le voilà pourvu d'un titre légendaire, c'était fun, s'attribuer un tel mérite. Les deux garçons s'installèrent dans des fauteuils près d'une tv, canettes de bière à la main. Sasha se plaignit à nouveau de Paytah sur sa faculté à ne consommer aucune goutte d'alcool.

« - Oui c’est sur, moi qui savais pas quoi en faire, c’est le seul type à avoir aidé à baisser les stocks. Une des seules choses utiles qu’il a pu accomplir ici. »

- A ce point là...C'est presque effrayant. Mais les choses changent et je pense qu'il est sur la bonne voie. Même si c'est un peu tard pour ça.

Sasha demanda par la suite pourquoi Lance était désireux d'intégrer les Pi Sigma mais au final, lui même répondit à la place du New-Yorkais. Lance ne se fit pas prier pour l'en informer.

« - Ah voilà ce que j’aime entendre ! Je ne pouvais pas attendre meilleure réponse. »

- Ravi de t'avoir satisfait alors.

« - Bon on a rien d’administratif à remplir, alors je pense qu’on va faire ça à l’ancienne, une poignée de main, et un bienvenu en espérant que tu te plaises chez les Pi Sigma. Si jamais t’as un souci, ou un truc particulier à demander, c’est vers Sean ou moi qu’il faut se tourner, généralement on est les médiateurs pour tout ce qui est bordel administratif, compte rendu de la confrérie, et requêtes auprès de l’administration, bref tout le ramassis de trucs lourds. Mais bon voilà, je crois que je t’ai tout dit. Les chambres sont à ta disposition, tu peux t’installer ou tu veux, bref, cette confrérie est ton nouveau chez toi. »

- Merci, je ne perdrais pas de temps pour m'installer alors. J'ai même pas défait mes affaires dans ma chambre provisoire. Ah et je ne suis pas mécontent d'éviter l'administratif. La paperasse, c'est pas mon truc.

« - Ah dernière info, au sous-sol on a ce qu’on appelle le King Place, c’est la spécificité de la confrérie, on peut y organiser nos fêtes, y a bar, musique, casino, billards, bref tout le nécessaire pour s’amuser. On a également acquis récemment un yacht, qui est amarré au port de Miami. Il nous est réservé, donc si jamais un jour tu veux partir faire une virée, n’hésites pas. »

Lance fixa Sasha en haussant les sourcils :

- Oh, yearh ! Un yacht, rien que ça ? Je me plais déjà ici, c'est validé.

Sur ce, Lance finit sa canette cul sec puis se leva du fauteuil et tendit la main à Sasha.

- Tu viens de faire un mec heureux, sois-en fier. Si tu permets, je vais de ce pas récupérer mon bazar dans l'autre chambre et m'en trouver une de dispo ici.

Après quoi, le jeune homme écrasa la canette dans sa main et la jeta dans la première poubelle en vue avant de quitter le bâtiment de la confrérie des Pi Sigma. Il ne revint que quelques instant plus tard avec sa petite valise et le sac qui était censé lui servir pour les cours. Il n'avait pas emmené grand chose à Miami à vrai dire, tout pouvait tenir dans si peu. Tout le contraire de la gente féminine capable d'emporter leur maison entière pour une soirée à l'hôtel. La nouvelle recrue des Pi Sigma demanda tout de même à Sasha de lui indiquer une chambre disponible, sans colocataire de préférence, n'importe laquelle. Lorsque le New-Yorkais pénétra son nouvel antre, bien plus spacieux et beau que le précédent, il y avait de quoi être satisfait mais il allait falloir que Lance pourrisse un peu l'endroit pour s'y sentir à l'aise ! Il jeta son sac sur le lit, et s'approcha d'une commode avant d'ouvrir le premier tiroir. Il ouvrit sa valise, la souleva et vida tout son contenu à l'intérieur.

- Et voilà ! J'ai rangé mes affaires.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   Dim 25 Jan - 17:32

This is how we do

Fallait être honnête, que ce Lance soit envoyé par Paytah en personne, ça me foutait de sacrés doutes sur sa personne. Faut pas m’en vouloir, vu l’énergumène, on pouvait s’attendre à vraiment tout, et encore il était toujours capable de surprendre et de trouver un truc tellement improbable qu’on finissait sur le cul à chaque fois. Et j’espérais que m’avoir recommandé auprès de Lance n’était pas un plan déjanté de sa part. Enfin, quand j’y pensais, ce petit jeune était quand même pas assez malin pour concocter un plan, du moins je ne le voyais pas comme une tête pensante, et je ne le verrais jamais comme tel. Pour moi c’est encore qu’un gosse immature qui a tenté de devenir quelqu’un qu’il n’était pas. Il voulait être Pi Sigma, mais comme tout enfant qui se respecte, il ne comprend encore rien aux adultes.

Lance m’expliqua alors vite fait la rencontre entre lui et Paytah, et encore une fois ce gosse me surprenait, donner un dessin à un parfait inconnu qu’on vient de croiser, c’est assez fou quand on y pense. Après il a jamais vraiment eu de culot, et même s’il se cache derrière une soi disant timidité maladive, il sait se faire entendre quand il veut. Et là il venait de le prouver encore. Il n’hésite pas à aller à la rencontre des autres, et ce même pour se ridiculiser, bien qu’il ne doive pas s’en douter.

« - Dérangé, c’est le mot. Je me suis toujours demandé s’il avait un cerveau constitué comme le notre, ou s’il marchait à l’envers. Enfin bon, j’imagine que tu considères un peu ça comme un malheur qu’il soit venu à toi ? »

Du moins, moi je l’avais un peu vu comme un boulet pendant son séjour chez les Pi Sigma. Incompétent, et surtout avec une tête dure comme de la pierre. Rien n’y rentrait, et tout frôlait sans rentrer dans les oreilles, comme si je parlais à un putain de mur. Lance continua alors son récit qui consista à m’apprendre une nouvelle qui eut le don de me rabattre le caquet et afficher une mine de surprise. Dépuceler Paytah ? En un soir ? Sur le coup j’avais encore du mal à y croire. Dire qu’il y avait même pas une semaine chez Nina il se figeait quand on parlait juste de préliminaires, là il avait passé le cap, ce qui eut le don de me surprendre au possible. Vraiment, imprévisible.

« - Dépucelé ? Vraiment ? »

Mes yeux devaient être gros comme des soucoupes à l’heure actuelle.

« - J’y crois pas, dire que tout le temps qu’il était chez les Pi Sigma c’était impossible de parler fille avec lui, et la POUF. C’était quel type de fille ? Enfin je veux dire, quelle fille a bien voulu faire ça avec lui ? »

J’étais un peu mauvaise langue c’est vrai, mais quiconque entendrait ça, Nina ou même Nathan aurait la même réaction, j’en suis persuadé. Et je pouvais même leur demander s’il le fallait. En tout cas, même Lance qui ne le connaissait pas disait ça comme s’il avait accompli le miracle de l’année, même si pour le coup c’était le miracle du siècle.

« - Enfin quoiqu’il en soit, respect. »

Il le méritait bien, il avait accompli en un soir ce que je n’avais pas réussi pendant plusieurs mois. Et pourtant je m’étais démené pour y parvenir. Après on me l’avait livré avec l’option Sainte Nitouche à son arrivée à Miami. Du genre, je bois que de l’eau, et je suis aussi pur que possible. Limite j’étais face à un moine qu’il fallait que je convertisse à la réalité. Et Dieu sait à quel point cette tache peut être rude.

Suite à ça, je l’invitais à s’asseoir plutôt que de rester yeux dans les yeux, bras ballants et lui proposais une cannette, qu’il accepta sans peine. Ce qui me rassura déjà plus, étant donné que Paytah était plus du genre à réclamer eau et jus d’orange à longueur de journée.

« - Oui c’est sur, moi qui savais pas quoi en faire, c’est le seul type à avoir aidé à baisser les stocks. Une des seules choses utiles qu’il a pu accomplir ici. »

En vrai, ce mec m’avait tellement donné de fil à retordre, que je ne pouvais m’empêcher de dénigrer tous ces faits et gestes. En d’autres circonstances, peut-être l’aurais-je trouvé moins agaçant, mais tout s’était déroulé bien différemment.

Enfin, revenons à nos moutons, et en l’occurrence Lance, pour la question qui me semblait la plus simple, pourquoi il voulait être Pi Sigma. Je n’étais pas un chef exigeant, et j’avais pas de formulaire ou QCM ou exigences particulières, on est une confrérie libre, faut juste pas s’appeler Paytah pour l’intégrer. Pourquoi il voulait être PS. Je lui fit un topo rapide, et il me frappa la jambe ce qui eut le don de me surprendre.

« - Eh bien voilà ! Tu as tout résumé mec, tu as répondu parfaitement à ma place. A vrai dire, je n'ai pas grand chose à ajouter à cela, je sais que c'est encore la meilleure confrérie se trouvant à Wynwood. Il y a le style, la classe et le regard des autres, surtout quand il est entouré de mascara. C'est simple et cool. Je sais que je ne pourrais pas aller ailleurs. Je n'ai ni l'intelligence ni le talent pour aller ailleurs. »

Bon une chose était sure, il pensait comme moi et comme tous les mecs qui logeaient dans cette confrérie. Un bon point supplémentaire. Et puis je me retrouvais un peu en lui, puisqu’à mon arrivée j’avais raisonné de manière tout à fait similaire avant de porter mon choix définitif sur les Pi Sigma. Je suis nul en musique, je n’aime pas les cours, ni la nature, donc on pouvait virer les Alpha Psi, les Khi et les Nu Zeta, ensuite je n’étais pas une fille donc les Eta étaient à proscrire, il me restait les Rho Kappa, mais je ne fais pas assez de sport pour prétendre être un sportif, je fais juste partie des CB, mais ça ne fait pas de moi un adhérant. Au final j’avais Sigma Mu et Pi Sigma, mais mon narcissisme exacerbé a voulu être reconnu, et la popularité était le meilleur moyen pour moi de retrouver une notoriété et être connu. Du coup, c’est suivant ce simple cheminement que je me suis retrouvé membre, et aujourd’hui chef, et quand je le voyais, je ne le voyais pas autre chose, sinon peut-être Sigma Mu. Du moins le problème allait vite être réglé.

« - Ah voilà ce que j’aime entendre ! Je ne pouvais pas attendre meilleure réponse. »

Globalement il avait ce qu’il fallait, et finalement m’étendre et tourner autour du pot n’était pas mon genre.

« - Bon on a rien d’administratif à remplir, alors je pense qu’on va faire ça à l’ancienne, une poignée de main, et un bienvenu en espérant que tu te plaises chez les Pi Sigma. Si jamais t’as un souci, ou un truc particulier à demander, c’est vers Sean ou moi qu’il faut se tourner, généralement on est les médiateurs pour tout ce qui est bordel administratif, compte rendu de la confrérie, et requêtes auprès de l’administration, bref tout le ramassis de trucs lourds. Mais bon voilà, je crois que je t’ai tout dit. Les chambres sont à ta disposition, tu peux t’installer ou tu veux, bref, cette confrérie est ton nouveau chez toi. »

Oui c’était aussi simple, du moins, d’habitude on nous envoie les dossiers, et on doit plancher dessus, mais quand ils viennent d’eux-mêmes, c’est quand même plus simple. Et j’avais pas spécialement envie de passer trois cent ans sur ce cas.

« - Ah dernière info, au sous-sol on a ce qu’on appelle le King Place, c’est la spécificité de la confrérie, on peut y organiser nos fêtes, y a bar, musique, casino, billards, bref tout le nécessaire pour s’amuser. On a également acquis récemment un yacht, qui est amarré au port de Miami. Il nous est réservé, donc si jamais un jour tu veux partir faire une virée, n’hésites pas. »

Et je crois que c’était vraiment tout cette fois-ci, j’attendais néanmoins ses réactions, tout en continuant à boire ma bière.


© Sashette

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   Mar 2 Déc - 21:28

Lance toisa le jeune homme qu'il avait devant lui. Aux alentours, le bâtiment avait l'air plutôt calme, mais il ne pouvait pas comparer la sérénité des lieux avec les autres bâtiments des autres confréries étant donné qu'il n'y avait jamais mit les pieds. Le Pi Sigma devant lui adressa un sourire avant de lui souhaiter la bienvenue. Des formules de politesses qui avaient si peu d'intérêt aux yeux de Lance. Ce n'était pas en grandissant dans les rues délabrées de New-York qu'on apprenait tout le protocole bourgeois. Un éventuel merci ne parvenait pas à faire sa place dans l'esprit du jeune homme, qui répondit à l'autre d'un hochement de tête. Lance résuma en gros la raison pour laquelle il était là ainsi que le comment il était arrivé là. Ce fut alors que le dénommé Sasha lui demanda :

« D’où tu connais Paytah ? Et oui je vois qui c’est, il est gentil, mais un peu con. Il t’a raconté quoi ? Parce que si j’étais toi, je n’accorderais pas trop de crédit à ses paroles. »

- On s'est rencontré il y a peu, répondit Lance, enfin, disons plutôt que c'est lui qui m'a trouvé par hasard, en voulant me donner un dessin qu'il avait fait et dont la seule utilité que j'aurais pu lui trouver soit de remplacer le papier toilette en cas de besoin. Je ne l'ai même pas accepté d'ailleurs. Hum...Bref, tout ça pour confirmer qu'il est bien gentil mais sacrément dérangé.

De plus, être gentil n'était pas forcément une qualité ou un compliment pour Lance. On pouvait être sympa, cool, mais pas gentil et mignon.

- Il m'a dit qu'il était à une époque un Pi Sigma et quand il a su que je voulais en faire partie aussi, il s'est mis à me donner des conseils. Entre nous, je m'en serais bien passé. M'enfin, ne connaissait pas encore vraiment Wynwood, je me suis dit que je ne perdais rien à l'écouter mais j'ai pensé comme toi en sachant qu'il était un recalé de cette confrérie. Mais bon, il est quand même sympa et a une meilleure place chez les artistes. Quand j'ai su qu'il ne savait pas s'occuper des filles, dans un sens du terme que tu comprends j'espère, je me suis dit que je pourrais lui donner un coup de main. Ce mec a été dépuceler la nuit qui a suivit.

Sans le cacher, Lance s'en vantait. Il aimait bien ça, se voir attribuer le beau rôle. En plus, en ce qui concernait Paytah, il avait l'impression d'avoir réaliser un vrai miracle.

« Mais bon de nouvelles recrues, ça fait toujours du bien, et tu m’as l’air d’entrer déjà plus dans le moule que ce zébulon. Lui il faisait à chaque fois tout le contraire, une vraie catastrophe, comme son cousin d’ailleurs… Fin bref. »

- Eh bien, je vais prendre ça pour un compliment. Que veux-tu ? Y'a des cas partout.

Lance haussa les épaules. Il suivit du regard le Pi Sigma qui était allé récupéré deux canettes de bière avant de désigner deux fauteuils face à une télé que Lance n'avait pas encore remarquer auparavant. Cette confrérie était bien fourni ! Sasha tendit l'une des canettes à Lance en lui disant :

« Tiens t’en veux une ? Et viens t’asseoir ça sera mieux que rester debout comme deux glandus. Si tu bois de l’alcool, ce que j’espère, parce qu’on fait pas beaucoup de boissons soft par ici, y avait que Paytah pour vider le stock d’eau minérale. »

- Au moins cette eau a servit à quelque chose, répliqua le New-Yorkais avant de prendre la canette, j'avais justement besoin de me rafraîchir un peu le gosier.

Lance ouvrit la canette et englouti déjà une première gorgée avant de rejoindre le jeune homme. Il prit place dans le deuxième fauteuil, face à lui.

« Bon alors dis-moi tout, pourquoi les PS ? »

Paytah n'avait pas trop menti quand il s'agissait d'un interrogatoire pour les candidats à la confrérie. Au moins grâce à lui, Lance s'était un peu attendu à ce genre de question. Toutefois, avant qu'il ne puisse répondre, Sasha ajouta :

« La question peut te paraître con, mais c’est important de savoir pour moi ce qui te motive à vouloir nous rejoindre. Parce que sinon nous on est pas bien compliqués, on a pas besoin que t’aies un dossier scolaire béton, une connaissance en arts appliqués, ou je ne sais quelle merde, nous ici on s’éclate, on passe du bon temps, j’ai juste envie de voir que t’as envie d’être là, rien de plus. »

Lance se mit à fixer Sasha puis se donna une tape sur la cuisse avant de désigner le jeune homme de la paume de sa main libre, lâchant :

- Eh bien voilà ! Tu as tout résumé mec, tu as répondu parfaitement à ma place. A vrai dire, je n'ai pas grand chose à ajouter à cela, je sais que c'est encore la meilleure confrérie se trouvant à Wynwood. Il y a le style, la classe et le regard des autres, surtout quand il est entouré de mascara. C'est simple et cool. Je sais que je ne pourrais pas aller ailleurs. Je n'ai ni l'intelligence ni le talent pour aller ailleurs.


Lance bu une nouvelle gorgée de sa canette avec une bonne descente, laissant le temps au jeune Pi Sigma de répondre ce qu'il en pensait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   Mar 2 Déc - 15:25

Il était rare que les personnes qui franchissaient les portes de ma confrérie, soient des inconnus à mes yeux. D’habitude, j’apprends à les connaître, avant qu’ils débarquent sans crier garde, et ce type, je ne le connaissais ni d’Adam ni d’Eve, pourtant il semblait bien sur de lui, et avait l’air de bien savoir et vouloir où il se rendait. J’ignorais la raison exacte, mais je ne pouvais rester là sans rien faire, ce pourquoi je m’étais levé, dès son apparition, pour aller à sa rencontre. Il était nouveau, fraichement débarqué depuis deux semaines. C’était bon à savoir, même si ce lycée était on ne peut plus bizarre, à accepter des nouveaux au compte goutte, tous les jours de l’année, sans se soucier du retard qu’ils prendraient dans l’année scolaire. Je souriais néanmoins, en guise de bienvenue. Il ne me cherchait pas les noises, je ne voyais pas de raisons de déclencher une guerre. « Bienvenue à Miami alors. » Lui lançais-je de façon neutre, sans paraître trop amical, trop bisounours, mais sans être froid et totalement acide dans mes paroles.

Ce dernier m’expliqua alors vite fait la raison de sa venue ici, et j’étais la personne qu’il cherchait. Et bien comme ça, nous étions fixés, il se pointait pour faire partie des PS. Ma foi, il n’avait pas trop l’air de s’éloigner de nos critères. A première vue, il me semblait confiant, sur de lui. Ce qui était déjà un bon point. Puis il me fit comprendre que le conseil lui venait de Paytah. Qu’est-ce que Paytah était en train de faire ? Prêcher la bonne parole alors qu’il n’était pas un PS ? Et il s’imaginait avoir les droits de faire la leçon aux autres alors que lui-même était incapable de se l’imprimer dans son crane ? Décidément ce jeune garçon mériterait de bonnes paires de baffes pour lui rappeler que la terre ferme c’était ici, et pas loin là haut dans les nuages. Mais ça c’était une autre paire de manches pour lui faire comprendre… Enfin, je me demandais comment ce grand gaillard avait pu se fier à un gringalet comme Paytah, qui ne fait pas PS du tout, et donc ne semble pas vraiment bien placé pour l’ouvrir. « D’où tu connais Paytah ? Et oui je vois qui c’est, il est gentil, mais un peu con. Il t’a raconté quoi ? Parce que si j’étais toi, je n’accorderais pas trop de crédit à ses paroles. » Lui dis-je. « Mais bon de nouvelles recrues, ça fait toujours du bien, et tu m’as l’air d’entrer déjà plus dans le moule que ce zébulon. Lui il faisait à chaque fois tout le contraire, une vraie catastrophe, comme son cousin d’ailleurs… Fin bref. » Je m’arrêtais, ne voulant pas m’égarer dans ces histoires qui me rappelaient de pas très bon souvenirs.

Avant cependant, de me pencher sur son cas, j’attrapais deux bières, et désignais les deux fauteuils face à la télé. Je lui tendis la première cannette « Tiens t’en veux une ? Et viens t’asseoir ça sera mieux que rester debout comme deux glandus. » Je le regardais, et ajouta vite-fait. « Si tu bois de l’alcool, ce que j’espère, parce qu’on fait pas beaucoup de boissons soft par ici, y avait que Paytah pour vider le stock d’eau minérale. » Lançais-je moqueur avant de prendre place sur un des fauteuils, attendant qu’il me rejoigne.

En tout cas, niveau première impression, ce jeune homme me plaisait bien, enfin pour le moment, je ne le connaissais pas plus que ça, mais j’étais pressé de savoir ce qu’il s’était passé avec Paytah, je l’imaginais bien s’être foutu de sa gueule. Faut dire aussi que ce n’était pas bien compliqué. Il est vrai que c’était un PS avant, mais une recrue un peu étrange, et malgré le fait qu’il pouvait être très gentil et très dévoué, il était vraiment niais, et agaçant. Ce pourquoi il était très bien chez les artistes, à jouer ses poèmes à deux balles. Il avait plus de chance de conquérir des nanas en usant de ses talents, plutôt qu’en essayant d’être quelqu’un qu’il n’était pas, c’est-à-dire un coureur de jupons.

« Bon alors dis-moi tout, pourquoi les PS ? » Je m’enfonçais sur mon fauteuil, décapsulant ma bière avant d’en boire une première gorgée. « La question peut te paraître con, mais c’est important de savoir pour moi ce qui te motive à vouloir nous rejoindre. Parce que sinon nous on est pas bien compliqués, on a pas besoin que t’aies un dossier scolaire béton, une connaissance en arts appliqués, ou je ne sais quelle merde, nous ici on s’éclate, on passe du bon temps, j’ai juste envie de voir que t’as envie d’être là, rien de plus. » Dis-je pour conclure, lui laissant le temps de parole. Il fallait dire qu’on n’était pas les plus sélects de tout Wynwood. Nous on voulait surtout des gars courageux, franc, qui aimaient faire la fête, qui savaient s’imposer, et qui n’étaient pas des mauviettes. On avait pas de restrictions particulières, du genre « tu sais pas jouer d’un instrument, tu passes pas » Nous étions les plus libres, et sans doute la raison pour laquelle nous étions les plus populaires, et la confrérie qu’on cherche à intégrer plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   Ven 14 Nov - 23:29

- Énoncé de calcul mental.

Rien de ce qui suivit ne passa dans les oreilles de Lance. Affalé sur sa chaise au fin fond des abîmes de la salle de classe, il avait su se faire oublié, et par la même occasion, avait su oublié le cours en lui-même. Le professeur voulait simplement fait tourner les neurones de ces chers élèves mais ça ne fonctionnait pas avec tout le monde. Tandis qu'il récitait une histoire à dormir debout que personne dans la vraie vie ne calculerait à ses heures perdus pour savoir combien de journaux le livreur peut-il livrer en x temps et autres, Lance somnolait. A vrai dire, on pourrait même dire qu'il dormait les yeux ouverts, comme les poissons. Il était accoudé à la table devant lui et cherchait en vain dans la salle quelque chose à regarder de plus intéressant que le professeur qui faisait son cours. Il ne remarqua même pas un des élèves donner la bonne réponse. "Sans doute un crâneur" songea-t-il quasiment par automatisme. Crâneur étant le terme évoqué ici pour désigné les Khi.

- Correct, lança l'enseignant à l'élève inconnu, en vous exerçant chaque jour vous verrez qu'à la fin de l'année, vous le calculerez en moins de vingt secondes.

- Ouais c'est dingue, marmonna Lance, dès que j'ai le temps je m'en pose une équation...

Il ne faisait toujours pas plus attention au devant de la salle mais il avait maugréé suffisamment fort pour être entendu par la majorité des personnes présentes, y comprit l'enseignant.

- Bien, lança ce dernier, alors à vous l'honneur Booker.

Lance se rendit compte qu'on s'adressa finalement à lui. Il pivota son regard vers le professeur avant de répliquer d'un ton las :

- Nan pas aujourd'hui...

L'enseignant eut un léger sourire névrosé avant d'ajouter avec insistance en maintenant calme et patience :

- Allons, ne vous faites pas prier Booker.

Les autres élèves s'amusèrent de la scène et incitaient même l'élan du professeur avec des encouragement narquois au New-Yorkais. Ce dernier finit par soupirer, s'avouant vaincu. Il se redressa sur sa chaise et joignit ses mains sur la table avant de fixer le prof et de commencer :

- Hum...Si...Mike peut en moyenne voler environs un autoradio toute les demi-heures pour être raisonnable et qu'il doit en refourguer dix à son receleur habituel, combien il va mettre de temps et...

Soudain, l'un des élèves de la salle, un petit voyou probablement, se prit au jeu en demandant :

- Hey ! Ca dépend ! Est-ce Mike doit fracturer la serrure de chaque caisse ??

Les rires se poursuivaient à chaque réplique.

- Ah ouais d'accord, répondit Lance, si on considère qu'il vole dans une fourgonnette.

Mais la sonnerie retentit l'instant d'après. C'était fini. Le professeur soupira et rappela à tout le monde de ne pas oublier leur devoir pour la prochaine fois. Une matière de la journée de faite. Lance était déjà las à passer à la suivante. La plupart du temps, quand il n'avait rien de mieux à faire, Lance lorgnait sur les demoiselles durant le cours. Il les voyait surtout de dos, étant donné qu'il se mettait toujours à l'arrière, mais ça lui offrait néanmoins un joli point de vue. Durant une des heures interminables de biologie, une belle brunette croisa son regard en jetant un oeil par dessus son épaule. Lance, qui s'ennuyait à mourir, lui fit un clin d'oeil. Elle rougit. Peu de temps après, chose qu'il ne pouvait pas voir, elle se mit gribouiller un petit quelque chose sur un bout de papier qu'elle glissa sous son bureau, demandant à sa voisine de derrière de le faire passer jusqu'au jeune homme au fond. Hélas, l'enseignant remarqua le petit manège et réceptionna le petit papier.

- Eh bien mademoiselle, je suis persuadé que toute la classe meurt d'envie de savoir ce que vous racontez à votre camarade.

L'homme déplia le bout de papier avant de lire à voix haute :"Salut, tu veux qu'on se voit après les cours ? Ta voiture elle est garée où ça ?"

- Quelle affreuse faute de syntaxe, lança t-il, c'est décevant. Si déjà vous écrivez de petits mots secrets en classe, vous pourriez faire un effort pour qu'ils signifient quelque chose. "Ta voiture est garée où ça" Ca ne choque personne ?

L'enseignant se tourna vers Lance qui haussa les sourcils avant de lui demander :

- Eh bien Booker, faites nous part de votre savoir linguistique. Que faut-il dire dans ce cas là ?

Lance fixa l'homme avant de tourner son regard vers la jeune fille. Tous les autres élèves avaient leur attention sur la scène.

- Elle est garée sur la première rangée du parking près de...

- Bon, bon ça suffit Booker ! coupa le prof avant de froisser le papier entre ses doigts en regagnant son bureau sous les rires des autres élèves.

Le cours reprit son train train d'ennui, jusqu'à sa fin et jusqu'à la fin de la journée, Lance ne rêvait qu'à la fin. Après tout, il avait encore un petit programme cette après midi. En effet, une fois les cours terminés, le jeune homme regagna sa chambre temporaire dans le bâtiment des élèves en attente de confrérie. Sa chambre n'était pas la plus clean du monde mais elle avait un minimum de rangement. Bien que le lit n'était jamais fait et qu'on pouvait trouver des affaires y traîner, Lance ne laissait jamais rien traîner par terre. Il jeta son sac sur son lit avant de ressortir aussitôt de la pièce. Lance se dirigea à pas certains vers le bâtiment de la confrérie des Pi Sigma. Paytah Yellow, un garçon qu'il avait rencontré récemment, lui avait dit qu'il devait d'abord voir le chef de la fratrie avant de pouvoir espérer y entrer. Bien qu'il avait reçu son numéro de téléphone, le jeune New-Yorkais avait préféré le face à face.

Il entra dans la bâtisse. C'était la première fois. Il inspecta les lieux pour se repérer et avança par ci par là au hasard. Aujourd'hui, il était vêtu d'un débardeur noir et simple. Il faisait chaud comme chaque jour et il avait laissé tombé la veste pour cette fois. On pouvait ainsi voir sa musculature rouler sous la peau à chaque mouvement de bras. Son pantalon bleu comblait le reste. Au bout d'un moment, il arriva devant une porte qu'il ouvrit sans gêne, pénétrant ainsi dans la salle commune de la fraternité. Il n'y avait personne. Personne mise à part un autre garçon assit sur un fauteuil non loin. Lance parcouru les lieux du regard lorsque l'autre lui demanda :

« Tu cherches quelqu’un ? Tu m’as l’air d’être nouveau toi.

- Ouais depuis deux semaines au moins, répondit Lance en s'aventurant un peu plus dans la pièce.

L'inconnu finit par se lever pour se mettre face à lui en lui disant :

« Je suis Sasha, chef des Pi Sigma, et tu es ? »

Lance l'observa de haut en bas.

- Génial, c'est justement toi que je cherchais. Lance Booker, nouveau candidat pour être accueillit parmi vous. C'est une de vos anciennes recrues qui m'a conseillé à toi. Paytah Yellow qu'il s'appelle. Un petit rigolo avec une tête d'indien. Bref, il m'a donné ton numéro de phone et donc, me voilà.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: This is how we do (PV Lance)   Ven 14 Nov - 21:31

Mercredi. C’était mercredi, alias la journée où je finissais le plus tôt, mais aussi celle que j’aimais le moins. Il n’y avait qu’à lire mon emploi du temps pour le constater. Physique, Anglais, Histoire, deux heures de Bio et une seule et unique heure de sport pour compenser le tout. Une torture. Puis commencer avec une matière aussi chiante que la physique était une vraie torture. Je sors tout juste de mon sommeil, et je n’ai donc pas vraiment envie de me retrouver face à des équations, ou autres calculs destinés à calculer la masse de l’air ou autres composants chimiques. J’avais bien plus de facilités dans des matières où il ne fallait pas réfléchir. Mais là était le hic, à part le sport il n’y en a aucune. Toutes nécessitent un minimum de jugeote, et j’avais tout sauf envie d’en avoir puisque j’avais une sainte horreur des cours. Mais ça tout le monde le savait. Et d’ailleurs tout le monde savait également que je n’avais vraiment aucune ambition dans la vie. J’entamais ma dernière année de lycée, la Senior donc, mais une perspective d’avenir me semblait encore flou. Quels genres d’études j’avais envie de faire ? Aucune, évidemment, je voulais en finir avec les cours, mais ça le dire à mes parents, c’était impensable. Eux qui me voyaient déjà faire des études de management pour devenir comme eux…

Enfin, ne parlons pas études, c’est loin d’être ce qu’il y a de plus intéressant comme sujet, et ça n’aide même pas à passer le temps, qui me semblait incroyablement long. Les aiguilles semblaient figées sur le cadran, et ne voulaient pas bouger d’un millimètre, pas même celle des secondes, qui bizarrement quand on a pas le temps tourne comme une folle. Du coup je me retrouvais là, au fond de la salle –comme à mon habitude- à rêvasser, griffonnant sur mon cahier, jusqu’à simplement m’assoupir. Ce cours m’intéressait à un point phénoménal. « C’est la nuit qu’il faut dormir monsieur Cobb » Lança alors le professeur, ce qui eut le don de me tirer de mon sommeil. J’avais la trace de ma montre sur la joue, et j’avais du mal à rester éveillé. Les rires s’élevèrent dans la salle, mais j’en avais rien à faire. « Heeein ? » Fut la seule réponse que je fus en mesure de trouver. « Si mon cours ne t’intéresses pas, ça sert à rien de venir tu sais. » « Oui oui je sais, mais il paraît que j’ai pas le choix. » « On a toujours le choix, et le mien est de te demander de partir. » « Si vous insistez. » Je rassemblais alors les quelques affaires que j’avais sorti pour faire genre, et descendit les marches de l’amphi une à une, repérant parmi les élèves Soraya qui avait l’air de bien se foutre de ma gueule. « Comme quoi même quand on s’appelle Cobb, on peut se faire dégager. » Je lui montrais avec le plus grand sourire mon majeur, avant de prendre la porte et rejoindre ce bureau que je connaissais si bien. Limite les surveillants m’attendaient de pied ferme. « Tu es en retard Cobb. » Mais à la place, ils tiraient la gueule. « Encore toi. » « Oui, vous m’aviez manqué. » « Bon tu connais la route, tu pourras retourner en cours après la sonnerie. » « J’peux pas rester ici toute la matinée ? » « Non. » « J’aurais essayé. » Puis j’allais me placer plus loin sur une table, attendant dans le vent. C’était comme ça quand on se faisait virer à plus de trente minutes du début du cours, et puis surtout ils savaient que ce n’était pas en m’envoyant en colle que ça arrangerait les choses.

La matinée se déroula de façon tout aussi chaotique. En Anglais, vu que c’était mon frère, aucune chance qu’il craque et me vire, et en sport je me donnais un minimum, puis en Biologie j’arrivais à me faire suffisamment discret pour éviter d’avoir à bouger encore. Au final, la journée se passait comme chaque journée de cours. Une bataille constante entre les profs et moi. Je n’écoutais jamais, je ne suivais jamais, je ne prenais jamais note, et ça les agaçait, alors que moi je trouvais ça drôle de les voir tourner en rond. C’était un petit jeu qu’ils perdaient à chaque fois. Ils s’énervaient, et je riais, parce que j’avais encore gagné.

Après avoir fini tous les cours de ma journée, je me dirigeais sans plus attendre en salle commune des Pi Sigma. De un pour envoyer valser mon sac à l’autre bout de la pièce, comme moyen de me dire « ENFIN FINI » et de deux pour me prendre une bière bien fraiche. Nous possédions une véritable réserve. Bouteilles fraiches, et bouteilles vides. Cadavres de soirées passées. Nous étions une confrérie composée uniquement de garçons, donc pas franchement disposés à faire le ménage régulièrement, si vous voyez ce que je veux dire. Un peu de bordel, oh ce n’est pas trop grave. On est rarement des maniaques. Du moins, personnellement je suis loin de l’être. Je nettoie quand il n’y a pas le choix et qu’on décide de nous faire une visite surprise pour inspecter les lieux, mais sinon on peut rester plusieurs semaines sans vraiment se débarrasser des bouteilles et autres débris. C’était un peu chaotique, mais comme pour tout, ça fait partie du charme de la confrérie. Chez les Eta Iota c’est des miroirs à profusion, ici des bouteilles. Chacun son truc.

Alors tranquillement posé au fond de mon fauteuil, j’étais seul, mais je savourais cet instant de silence. Qui pourtant ne dura pas longtemps. Celui-ci fut brisé au moment même où la porte s’ouvrit. Et c’était un jeune homme que je n’avais jamais vu. Grand, baraqué, le regard dur. Il semblait chercher quelque chose, ou plutôt quelqu’un. « Tu cherches quelqu’un ? » Lui demandais-je alors. « Tu m’as l’air d’être nouveau toi. » Je me levais et me mis face à lui. « Je suis Sasha, chef des Pi Sigma, et tu es ? » Demandais-je alors bien curieux de savoir qui était le jeune homme qui venait de mettre les pieds dans mon antre.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: This is how we do (PV Lance)   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is how we do (PV Lance)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: