AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 We should be a family [Mahina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   Ven 9 Jan - 16:42

Quand Barry parla des membres de ma confrérie en les qualifiants de simples lycéens, je lui fis remarquer que moi aussi, je n'étais qu'une lycéenne. Ceci avant de me rallier à sa cause sur le fait que Bambi pourrait sûrement s'occuper de la confrérie sans moi et qu'Ethan était plus important. Je lui fis aussi part de mon angoisse à l'idée de quitter la confrérie. À ce moment, il se mit à me caresser les cheveux, ce qui me fit sourire un peu, je prenais ça comme une tentative pour me rassurer. Je le laissais donc faire en continuant de le regarder, écoutant ce qu'il dit ensuite. Il n'avait pas tort sur le fait que maintenant, j'étais une mère, mais cela ne changeait pas le fait que j'étais également une lycéenne. Ça passait avant bien entendu, mais ça ne changeait pas ce fait.

Peu de temps après, il reprit la parole pour me rappeler le discours qu'il m'avait fait lorsque je me trouvais encore à la maternité. Bien-sûr je ne l'avais pas oublié et je le lui dis en lui rappelant également que nous devions participer tous les deux et que comme il m'avait dit que ce n'était pas à moi de m'occuper de tous, ce n'était pas non plus à lui, on devait s'occuper des dépenses tous les deux, partager. Pas besoin d'être expert pour voir que ce que je venais de dire n'avait pas plu à Barry, mais je continuais de penser que nous devions participer tous les deux aux dépenses pour notre fils et qu'il n'avait pas à tout payer seul. Je finis donc par lui dire que je voulais bien aller vivre chez lui, mais qu'il fallait qu'il me laisse participer aux dépenses qui concerneraient Ethan et moi.

J'espérais que ça lui irait si je participais, mis jea commençais à bien connaître le père de mon fils et il y aurait sûrement quelque chose qui ne lui conviendrait pas. Bien-sûr ça ne manqua pas lorsqu'il me dit de ne pas dire n'importe quoi et qu'il retira ensuite sa main de mes cheveux. J'écoutais ensuite sérieusement ce qu'il me disait. Je touchais encore un peu d'argent de la part de ma mère qui devait certainement le faire sans que mon père le sache, mais c'était suffisant pour l'aider au moins à payer le loyer ou à faire des courses pour nous trois. Je pouvais au moins payer ce genre de chose. Puis si c'était nécessaire, j'étais prête à travailler.

« Je p... »

Il me coupa pour me dire que je n'avais pas le droit de parler de l'éventualité de travailler à côté, il me connaissait bien. Je comprenais parfaitement pourquoi il voulait que je ne travaille pas et c'était vrai que ce serait dur d'ajouter ceci à mon emploi du temps en plus de mon temps de travail pour les cours et en plus, du temps pour Ethan, surtout que je comptais retourner chez les Cheers rapidement dès que j'aurais perdu un peu plus de poids. Je soupirais alors légèrement en fermant les yeux avant de les rouvrir et de tourner mon regard vers lui, restant assise.

« Je te fais confiance, là n'est pas la question. Je ne peux juste pas supporter de me dire que je vivrais chez toi et qu'en plus, je te laisserais tout payer. Il en est hors de question et si l'on veut vivre tous les deux, il va falloir que l'on apprenne à faire des compromis ! »

Je me levais ensuite et me dirigeais vers le berceau pour regarder Ethan voir si on ne le dérangeait pas trop à discuter. Je me tournais ensuite de nouveau vers son père et m'éloignais un peu du berceau avant de reprendre la parole, je n'avais pas envie de le réveiller.

« Ma mère m'envoie toujours un peu d'argent pour que je puisse m'occuper d'Ethan, elle doit penser que je suis seule puisque je n'ai pas spécialement eu le temps de leur dire plus que le fait qu'ils étaient grands-parents. Donc, je peux utiliser cet argent pour t'aider. Même sans travailler, je veux au moins l'utiliser pour les dépenses qui me concernent et qui concernent notre fils. Je ne t'interdis pas de lui payer des choses sans que je participe, mais il y a des choses pour lesquelles je veux participer, comme la nourriture ou les couches. »

La cohabitation entre nous risquait d'être un peu difficile si l'on n'arrivait pas à se mettre d'accord alors que l'on ne vivait pas encore sous le même toit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   Mer 31 Déc - 18:48

    Les yeux de Barry se perdent sur le berceau le temps d'une seconde et il n'arrive pas à regretter sa naissance. La chance d'un nouveau départ, la chance d'une famille et tout ces situations qui ont fait éclore ces sentiments à l'égard d'une femme qu'il considérait comme sa meilleure amie. Il l'avait vu jeune, il l'avait forte et aussi vulnérable dans cette hôpital. Il la savait douce, aimante, il la savait courageuse. Tout ce qu'il voulait pour elle, c'était la protéger, lui donner l'avenir qu'elle a toujours mérité, qu'en bien même son père pense le contraire. Il avait beaucoup de ressentiment pour le père de Mahina, qui aurait souhaité qu'Ethan ne vienne jamais au monde. Comment peut-on souhaiter une telle chose d'un enfant. Comme le père de Liam qui aurait préférait qu'il soit le seul à vivre, au lieu d'avoir à choisir entre deux jumeaux.

    « "Juste une bande de lycéen". Je te rappel que je suis aussi juste une lycéenne. Mais tu as raison, Ethan est plus important et Bambi pourrait s'occuper de la confrérie, mais ça me fait un peu peur de quitter la confrérie... Je me dis que c'est là qu'il va se passer quelque chose... »
    Il passe immédiatement sa main dans ses cheveux dans une caresse qui se veut tendre, c'était plus fort que lui.

    Je suis content de l'entendre, mais tu n'es plus juste une lycéenne maintenant, tu es une mère.

    Il sourit, c'est vrai qu'il n'avait pas imaginer tenir ce discours avant une petite dizaine d'année à Mahina. Elle était promise à beaucoup de chose au final. Ça inquiétait Barry qu'elle soit réticente à venir habité avec lui. Et il voulait sincèrement qu'elle décide de venir par elle même. Intérieurement, il réprimait son envie de la forcer et de poser un ultimatum. Ça détruirait leur relation. Et pas sûre que la Nu Zêta lui pardonne son excès de contrôle.Il insiste sur le discours qu'il lui avait déjà donné quelques semaines auparavant, puisqu'elle semblait ne vouloir en faire qu'à sa tête. Mais elle arrive à marcher dans son sens. Enfin pas totalement.

    « Je n'ai absolument pas oublié, mais comme tu l'as dit "c'est toi et moi", donc c'est normal que je t'aide dans les dépenses qui nous concerne tous les trois. Je comprends aussi que tu prennes ton rôle de père à cœur et ça me fait plaisir que tu t'impliques autant, mais ça ne veut pas dire que c'est à toi de tout payer. »

    Sa machoire se contracte et il se sent légèrement agacé par l'illogisme de Mahina. Son père pouvait subvenir à tout ses besoins, mais quand il s'agit de lui elle refuse. Pourquoi ?

    « Je viens vivre avec toi, à une condition ! Tu me laisses t'aider dans les dépenses quand ça concerne Ethan et moi. »

    Il voulait vraiment pas s'énerver, surtout avec Ethan à côté, mais elle était vraiment bornée et Barry n'en avait plus l'habitude. Les filles qui trainait autour du club était du genre plus docile et moins indépendante.

    « Arrête de dire n'importe quoi Mahina. » Il rompt son contact pour serrer le poing. C'était nouveau pour lui d'être en désaccord avec Mahina, c'était nouveau pour lui, de devoir argumenter sur les pans de sa vie. « Tu es lycéenne, comme tu pense subvenir à tes besoins. Je travaille, je gagne assez d'argent pour nous trois, même pour payer tes études à Wynwood. J'ai une nouvelle voiture, et les affaires marche bien pour moi, je t'assure, tu n'as pas à t'inquiéter d'autre chose que tes études et la santé de notre fils ! »

    Il se lève du lit, pour prendre de l'espace entre la Nu Zêta et lui. Il avait peur d'agir en ce connard qu'il s'était transformé après avoir quitter Miami. Il devait se rappeler que Mahina et lui, ça ne tenait qu'à un fil et que même s'il n'était pas prêt à la laisser gérer, il devait au moins faire semblant. « Et me parle pas d'aller travailler à côté, car tu sais toi comme moi, qu'il faudra garder Ethan pendant que je travaille. Je peux m'occuper de lui pendant tes cours, mais il y a certaines choses à mon travaille que ne m'autorise pas à avoir un enfant dans les pattes. Et c'est là que j'ai besoin de toi justement. Je t'assure, tu n'as pas à t'en faire pour l'argent, je t'en supplie, fais moi confiance. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   Mar 25 Nov - 18:22

La personne qui venait de frapper à la porte et réveiller Ethan n'était autre que son père. Mais il se rattrapa en me prenant Ethan des bras et en le calmant avant de le remettre dans le berceau. Il m'avoua avoir quelque chose à me dire qu'il ne pouvait pas me dire par téléphone. Il m'annonça alors qu'il voulait que j'aille vivre en ville avec lui, qu'il avait un appartement qui pourrait convenir pour nous trois. Il était vrai que sa proposition était intéressante et il avait raison, je ne serais plus seule pour m'occuper d'Ethan la nuit et je pourrais me concentrer un peu plus sur mes études, mais quelque chose me bloquait. J'étais chef de confrérie, je ne pouvais pas juste partir et les abandonner comme ça. J'expliquais donc à Barry ce qui m'empêchait de dire oui. Il soupira alors avant de me dire que ce n'étaient que des lycéens et que je ne leur étais pas indispensable, que ma déléguée pouvait s'occuper de ça.

« "Juste une bande de lycéen". Je te rappel que je suis aussi juste une lycéenne. Mais tu as raison, Ethan est plus important et Bambi pourrait s'occuper de la confrérie, mais ça me fait un peu peur de quitter la confrérie... Je me dis que c'est là qu'il va se passer quelque chose... »

Il pouvait se passer n'importe quoi et est-ce qu'il accepterait que je quitte l'appartement en pleine nuit pour aller dans la pièce secrète ? Après tout ça faisait déjà deux fois qu'on nous faisait lever en pleine nuit pour nous donner des missions. Là encore être avec Barry serait mieux pour Ethan, je n'aurais pas besoin de l'emmener, mais ce n'était pas sûr qu'il apprécie. Je repris ensuite la parole pour lui dire que si je venais vivre avec lui, il était hors de question que je le laisse tout payer et qu'il dorme sur le canapé alors qu'il s'agissait de son appartement. Il me reparla alors de ce qu'il m'avait dit lorsque j'avais accouché. Non, je n'avais pas oublié, mais justement, il fallait que l'on partage et les dépenses faisaient partie de ce que l'on était censé partager. Je ne réponds pas assez vite et alors qu'il vient de regarder le berceau, il reprend la parole pour me dire qu'il est de son devoir de s'occuper de son fils et moi. Je ne réponds pas assez vite et alors qu'il vient de regarder le berceau, il reprend la parole pour me dire qu'il est de son devoir de s'occuper de son fils et moi. Il semble lui-même perturbé par ce lapsus qui a failli lui échapper, il change alors de sujet en m'assurant que le canapé était convertible et que je semblais fatiguée, qu'il fallait que je me repose, qu'il pouvait m'aider, que maintenant il s'en sortait, que ça avait changé pour lui.

« Je n'ai absolument pas oublié, mais comme tu l'as dit "c'est toi et moi", donc c'est normal que je t'aide dans les dépenses qui nous concerne tous les trois. Je comprends aussi que tu prennes ton rôle de père à cœur et ça me fait plaisir que tu t'impliques autant, mais ça ne veut pas dire que c'est à toi de tout payer. »

Comment est-ce que je suis censée lui résister lorsqu'il se comporte comme ça avec moi ? Comment je suis censée dire "non" à sa proposition de vivre ensemble quand j'en ai autant besoin et que je sais que ça nous irais à tous les deux ? Je soupirais doucement alors qu'il portait ma main à ses lèvres et fermais mes yeux pour réfléchir. Je le déteste parce que je finis toujours par craquer avec lui. Il faudrait tout de même que je parle à Bambi pour voir avec elle si elle serait capable de s'occuper de la confrérie si je n'étais pas là. Bien-sûr je lui laisserais mon numéro pour qu'elle puisse me contacter dès qu'elle en aurait besoin.

« J'espère que tu sais que je te déteste » Je rouvrais les yeux et les poser sur lui avant de sourire en coin « Je viens vivre avec toi, à une condition ! Tu me laisses t'aider dans les dépenses quand ça concerne Ethan et moi. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   Mer 19 Nov - 21:57

Mahina avait l'air si fatiguée, il se sentait coupable de la laisser tout gérer toute seule. Sa demande d'emménagement était égoïste, mais pour lui, ça résonnait comme la moindre des choses qu'il pouvait faire. Après tout, le plus difficile c'est Mahina qui l'avait vécu, l'accouchement prématuré, l'angoisse de sa survie, le retour à la confrérie. Pourquoi a-t-il été aussi con en attendant si longtemps. Il aurait du faire les choses plus rapidement. Mais au moins, il était sur que son lieu de vie et son business étaient clairement séparés. S'il devait croiser Mahina dans les rues alors qu'il faisait ses affaires, il ne sait pas comment elle réagirait. Pire, elle lui retirait tout droit sur l'enfant, et ça il ne peut le supporter. Alors il lui sort son discours sur l'enfance d'Ethan. Sur ses besoins de bébé, sur les avantages que ça lui donnerait. Il eut un sourire, ironique cela dit, à l'écoute de sa position de chef. Il lacha un soupire agacé. Ce n'était pas ce qu'il voulait entendre et il était bien décidé à repartir de cette chambre avec Mahina, valise en main.

« Mahina, tu entends ce que tu dis ? C'est juste une bande de lycéen, ce n'est pas comme si il avait besoin de toi pour survivre. Tu n'as pas besoin de les materné et notre fils est plus important que ces gars là ! Puis, il me semble que tu as un délégué non ? Il est censé servir à ça. »

Il connaissait Mahina, pour savoir qu'elle avait tendance à vouloir endosser tout sur ses épaules, c'était une de ses qualités, mais parfois, ça avait le don de sérieusement les lui brisé. Bornée, elle n'en faisait qu'à sa tête et se laisser submergés par les responsabilités. Il fallait que Barry lui montre ses ordres de priorités. « Puis je ne veux pas venir vivre chez toi sans participer aux dépenses. Ce serait totalement hors de question que je te laisse tout payer et que tu dormes sur le canapé alors que c'est ton appartement.  » « Dite pas n'importe quoi ? » A ces mots, il plonge sa main dans ses cheveux, dégageant son visage. Dieu qu'elle avait l'air fatiguée, ça lui faisait mal au cœur. « Aurais-tu oublié ce que je t'ai dis le jour de l'accouchement ? On est plus à compter, qui paye l'addition au restaurant dans cette histoire. C'est toi et MOI ! »

Il tourne la tête vers le berceau. Ne comprenait-elle pas ? « C'est mon fils Mahina. Si je ne m'occupe pas de vous, quel genre d'exemple je montrerai à Ethan hein ? Je sais qu'il n'a pas été voulu, qu'on pourrait penser que je suis le genre de mec qu'on appelle géniteur. Mais je veux être bien plus que ça. Et ça commence par donner une vie décente à mon fils et ma fe... et sa mère. » Il avale péniblement sa salive, s'étant laissé emporter sur les mots, il avait presque faillir trahir ses pensées quand au statut de la Nu Zêta et il était hors de question que ça influence dans le mauvais sens la belle brune.

« Et puis le canapé c'est un convertible, c'était toujours mieux que dans certains lits ou j'ai pu grandir. Regarde toi, tu es épuisée. Combien de temps tu vas tenir. Et puis me parle pas de ta confrérie, je t'en pris. Ils peuvent très bien s'en sortir sans toi pour le moment. Tu as d'autre priorité, comme ton avenir. Tu as besoin de force et besoin de mon aide. Ce n'est plus comme avant, je m'en sors dans la vie, même correctement. J'ai un appartement, une voiture, ma moto, j'ai même tout ce qu'il faut pour Ethan. Tu vois bien que les choses ont changés chez moi. »

Il essaye de sourire, il retient cette main délicate. Il la porte à ses lèvres pour l'embrasser avant de rehausser ses yeux sur elle. « Je veux que tu te repose sur moi Mahina, que tu me fasses confiance. Je veux juste que tu sois heureuse... Avec moi... »


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   Mer 19 Nov - 8:39

Le week end était enfin là, comme toutes les semaines, j'étais exténuée lorsqu'il arrivait enfin. Mais je n'allais pas pouvoir me reposer. Je devais travailler mes devoirs et tenter de m'avancer et je devais m'occuper de mon fils. Ce matin comme tous les jours, que ce soit en semaine ou non, j'étais levée relativement tôt pour nourrir Ethan. Je m'étais ensuite occupée de lui, j'avais joué avec lui, m'amusant du fait qu'il commençait à saisir ce que je lui tendais et j'étais restée avec lui jusqu'à le laisser un peu dans son berceau pour travailler un peu. Cela n'avait pas duré longtemps puisqu'il était l'heure de lui donner son deuxième biberon de la journée. Je l'avais ensuite gardé un peu avec moi, marchant dans la chambre. Je tentais de le bercer pour qu'il aille faire sa sieste, mais il ne semblait pas décider à aller dormir. Il me fallut une bonne vingtaine de minute avant qu'il commence à montrer des signes de fatigue. Je le déposais donc dans son berceau avant de lui mettre de la musique pour qu'il s'endorme.

Je retournais ensuite à mon bureau et profitais qu'il dorme pour travailler un peu mes devoirs. Je n'avais pas travaillé longtemps, peut-être à peine trente minutes avant que quelqu'un vienne frapper à la porte. Cela réveilla Ethan qui se mit alors à pleurer et je maudissais intérieur la personne qui venait de le réveiller. Je me levais et aller vers le berceau pour le prendre dans mes bras, le berçant en lui parlant pour le calmer. J'allais ensuite ouvrir la porte et vit le père d'Ethan, je le maudissais alors encore plus puisque c'était lui et qu'il savait qu'Ethan faisait la sieste l'après-midi. Il s'excuse du regard et mon regard devient moins dur, je ne peux pas lui en vouloir quand il me fait ce regard. Je soupire donc et le laisse prendre son fils. Je referme la porte derrière Barry et le regarde s'occuper de son fils. Un vrai papa poule. Il s'excuse ensuite d'être venu à l'improviste et me demande si il a réveillé Ethan. J'hoche alors la tête.

« Oui, il était en train de faire sa sieste. »

Je suis attendrie en le voyant embrasser le front d'Ethan, mais il faut que je continue de montrer que je n'aime pas qu'il passe comme ça sans prévenir, je n'ai rien contre le fait qu'il vienne voir Ethan, mais j'aurais préféré qu'il prévienne, ainsi j'aurais pu lui dire qu'Ethan dormait et qu'il fallait qu'il soit discret. Ethan semble encore plus petit que d'habitude quand il est dans les bras de Barry, il semble encore plus fragile, mais je fais confiance à son père, je sais qu'il sait comment d'y prendre avec son fils. Alors que je pense à ça, il me donne la raison de sa venue sans vraiment m'expliquer, il me dit juste qu'il doit me dire quelque chose. Qu'est-ce qu'il peut bien avoir à me dire qu'il ne veut pas me dire par téléphone ? Je pensais alors au fait qu'il doive peut-être partir de Miami. Je n'aimais pas le fait qu'il me dise que ce dont il voulait me parler, il ne voulait pas m'en parler par téléphone. Je sortis de mes pensées lorsque Barry prit ma main. Je relevais alors le regard vers lui et le suivis jusqu'à mon lit. Il entrelaça nos doigts et je le laissais faire.

Je l'écoutais ensuite et le regardais surprise lorsqu'il m'annonça que selon lui Ethan et moi n'avions plus à vivre ici. Je comprenais pourquoi il n'aimait pas que son fils vive ici. Il avait raison, une confrérie n'était pas l'endroit idéal pour un bébé, mais j'étais chef de la confrérie, je ne pouvais pas les laisser et je ne pouvais pas non plus laisser Ethan. Après quelques secondes de blancs, il me proposa d'aller vivre avec lui, dans son appartement en ville. Il me précisa qu'il y avait une chambre pour Ethan et bien-sûr aborda le sujet de mes études que je devais réussir et le fait qu'il serait plus présent pour m'aider si je vais vivre chez lui.

« C'est vrai que ce sera beaucoup plus simple si l'on vivait ensemble. Mais je suis chef de confrérie... J'aurais l'impression de les abandonner si je ne vivais plus à la confrérie. »

L'idée de vivre avec lui était vraiment tentante, il avait raison, je ne serais plus seule à devoir me lever la nuit et puis il pourrait voir son fils beaucoup plus souvent que maintenant. Mais mon devoir envers la confrérie était trop important. Je savais que j'avais le droit de vivre ailleurs, même en étant chef, mais je pensais à si il arrivait quelque chose. Bambi pourrait sûrement s'en occuper, mais... Je ne savais pas pourquoi, c'était l'idée de la laisse s'occuper de tout ça toute seule qui me bloquait. Et à part ça je n'avais pas vraiment d'argument pour refuser de vivre avec Barry.

« Puis je ne veux pas venir vivre chez toi sans participer aux dépenses. Ce serait totalement hors de question que je te laisse tout payer et que tu dormes sur le canapé alors que c'est ton appartement. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: We should be a family [Mahina]   Mar 11 Nov - 15:01

Des mois que le jeune Barry était père. Certainement trop jeune, mais pourtant prêt. Travaillant de longues heures, au garage comme ailleurs. Ses journées étaient souvent lourde dans tout les sens du terme. Sauf ces moments où Mahina lui demandait de l'aider avec Ethan. Ces moments où il se sentait père, ces moments où il réalisait qu'il avait enfin une famille, SA famille. Depuis lors, il n'avait plus sentit le besoin récalcitrant de se bourré la gueule sur la tombe de Zane. Il voulait être responsable, avoir les idées claires, éviter de tout foirer, éviter qu'on lui enlève ce qu'il avait de plus cher au monde. Son enfant. Quand à Mahina. Plus il la voyait, plus son image restait ancré en lui. Il ne la voyait pas dans les bras d'un autre, il ne le voulait pas, pire encore, il ne voulait pas qu'un autre homme est le rôle de père auprès d'Ethan. C'était SON fils. Par conséquent, Mahi était SA femme. Et c'est comme ça qu'il parlait d'elle auprès de ses nouveaux amis. Pour cette nouvelle vie, il avait également fait des compromis. Acheter une voiture, ou plutôt un gros pick up 6 places, qu'il n'aurait jamais pu se payer si Barry n'avait été qu'un simple garagiste. Mais voilà, il ne l'était pas et il pouvait se le permettre. Encore un bijou qui allait faire voir rouge à la belle Nu Zeta. L'idée le fit sourire. Il était l'opposé de Mahina dans un sens, mais il ne pouvait s'empêcher de penser que c'était ce qui faisait tout son charme, ce qui l'attirait irrésistiblement. Elle lui tenait tête tout en sachant faire des compromis, elle n'était ni soumise, ni rebelle. Elle était la balance parfaite, pour un homme comme lui.

Jour de week end, il avait passé une bonne partie de son temps libre à réaménager son appartement dans un seul but. Faire venir la mère et son enfant vivre chez lui. Il ne pouvait plus imaginer son bébé dans un internat de lycée, imaginer ces fumeurs de joints autour des poumons fragile de leur fils. Il se gare non loin de l'entrée de la confrérie des Nu Zeta. Retourner au lycée, lui donne des sentiments mitigés. Très sombre quand il réalise ce qu'il a perdu, mais il n'arrivera pas à nier qu'il y a trouver aussi beaucoup. A commencer par Mahina, puis Liam. Trouver une partie de son identité quand on est orphelin de naissance, n'était pas donné à tout le monde et ça il le savait. Il entre dans le bâtiment des verts sans complexe, connaissant le chemin jusqu'à la chambre de la brunette, il ignore ces regards interrogateur sur sa personne. Le souvenir d'Harmony l'effleure, mais elle n'est pas là. Il se souvient de cette fille frêle dont il avait eu envie d'apprendre à devenir plus forte. Mais la pensée passe comme elle est venue et c'est à la porte de la belle brune qu'il frappe avec empressement.

Le bébé se met à pleurer, merde, il aurait du y aller plus mollo, c'était peut-être l'heure de la sieste. Mais quel con. Il aurait du appeler aussi, pourquoi n'était-il pas capable d'agir comme n'importe quel homme de son temps. La porte s'ouvre, son regard se fait tendre, lui demande pardon silencieusement. Il avance d'un pas, entrant sans attendre d'invitation et embrasse sa joue. Puis lui prend Ethan des bras, en train de pleurer, pour il ne sait quel raison. Le berçant, essayant de le calmer. Il se tourne vers Mahina. « Pardon de passer à l'improviste comme ça. Je l'ai réveillé ? » Il embrasse le front de son fils, il sentait bon, sa chaleur était un miracle, si il n'était pas si fragile, il le serrerait aussi fort qu'il le peut. « Fait pas cette tête Mahi, j'avais quelque chose d'important à te demander et je pouvais pas attendre au téléphone ta réponse... » La vérité, était qu'il voulait voir le visage de SA femme lorsqu'il le lui demanderait. Lorsqu'elle y réfléchira pour la première fois. Car il ne voulait pas lui laisser le temps d'avoir de seconde pensées à ce sujet. L'enfant s’apaise, pose sa tête assoupi contre le torse de son père. Barry sourit. Qu'est-ce qu'il aime cette petite tête blonde. Malgré tout, il espérait qu'il reste blond, comme lui. Prouver qu'il s'agit bien de son fils. Au moins, il gardait ses yeux bleus, ce qui le rendait fier. Il tourne sur lui même et trouve le berceau dans lequel dormait Ethan depuis sa sortie d’hôpital. Il le pose délicatement dedans, non sans le regarder encore quelque seconde, attendrit par le spectacle.

Il revient près de Mahina et lui prend la main pour l'amener à s'asseoir sur le lit avec lui. Il ne la relâche pas pour autant. Il ne veut pas. Il entrelace ses doigts aux siens. « Mahi. Tu ne peux plus vivre ici. Je ne veux plus que tu vives ici. Surtout parce qu'Ethan est là maintenant, il n'a rien à faire au milieu de lycéen... » Il se retint de dire drogués au sirop d'érable comme ça lui avait effleuré l'esprit. Il passe une seconde sa langue sur ses lèvres et se demande comme il allait formuler la chose pour que ça ait l'air le plus normal possible. C'était plus simple dans son imagination. « Voilà, j'ai un appartement en ville, c'est pas le grand luxe, mais il est assez grand pour tout les trois, il y a même une chambre pour Ethan, le quartier ne craint pas, il reste quelque travaux à faire, mais je m'en occuperais. Je dormirai dans le canapé et je te laisserai la chambre. Ne t'en fais pas. Et puis. Ça sera plus simple pour toi. » Il sourit un instant, passe ses doigts libres sur le visage de la Nu Zeta en une caresse. « On sera deux pour se lever la nuit, le temps que le petit fasse ses nuits. Tu as tes études à terminer, pas la peine de te fatiguer encore plus non ? » Avant même qu'il lui laisse le temps de répondre, il était déjà en train d'argumenter contre une réponse négative de sa part. « Je sais ce que tu vas dire, que c'est complètement dingue, que ça va vite. Mais pense à notre fils, il aura une vie plus simple comme ça. Puis si vraiment ça ne marche pas, tu pourras toujours revenir ici. Mais s'il te plaît... » Merde, à l'imaginer comme la mère parfaite, la femme qui partagera son toit, il avait envie de l'embrasser, de clamer qu'elle était à lui, à personne d'autre. Sa demande cachait son propre égoïsme, mais il craignait que ses sentiments, s'ils n'étaient pas partager, rendent réticente Mahina au sujet de leur cohabitation.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We should be a family [Mahina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
We should be a family [Mahina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}
» •• MODERN FAMILY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: