AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Premier cours de biologie [Senior + Junior]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Sam 22 Nov - 23:58

7 heures le réveille sonne. Une main lourde vient écraser le buzzer pour l'arrêter et le laisser sonner à nouveau dans 10 minutes. Elle se tortille, se réfugie sous l'oreiller, gémis. La couette est si confortable. Elle veut encore dormir. Une heure, ou deux de plus serait parfait. BIP BIIIIIIIIIIP BIIIIIIIIIIIP. Nouveau coup sur le clapet noir. Ca fait combien de fois qu'elle tape dessus déjà. Putain, il est mal réglé ce truc, on dirait qu'il sonne toute les minutes. Elle ouvre enfin les yeux. C'était comme si elle s'était passé un grand de crains directement sur la rétine tant ça lui faisait mal. 7H45 ! CHIOTTE. Elle se lève à la hâte. « UUUH ! » Horrifiée par son retard, elle enfile un short, des convers, un chemisier à carreau bleu marine, elle attache ses cheveux dans une rapide queue de cheval. Elle mets dans son sac juste de quoi écrire, pas le temps de chercher ses bouquins pour la journée, elle demandera à un voisin de suivre avec lui. Elle cours au toilette, se soulage, passe de l'eau sur son visage et saute l'étape du petit déjeuné, bien trop à la bourre. Elle arrive en cours de bio, pile à temps, avant qu'on ne referme la porte à vrai dire. Elle salue de la tête le prof, discrètement, sans trop en faire. File vers le fond de la classe, avec les distraits et les perturbateurs. Mais seule, elle était mieux seule dans son coin. Loin d'Olivia si possible, la dernière fois, ça lui avait coûté, un billet première classe pour l'émouvant baiser de Sam et d'Olly. Pas masochiste, si elle pouvait éviter réitérer l'expérience.

Elle sort de son sac sa trousse, ses feuilles, réellement volontaire pour le coup. Le prof se présente. A c'était l'infirmier ? Elle n'y était encore jamais allé. Bien sur le visage de Mr Porter lui disait quelque chose pour l'avoir croisé dans les couloirs, comme tout les autres profs. Mais Nat n'en faisait jamais une affaire. Pendant que tout le monde se calme, laisse place au silence, la tête lourde de dormeuse, s'appuie sur son coude, sa main remontant sa joue. La biologie. Qu'est-ce qu'elle pouvait détester les sciences, c'est simple, elle comprenait vraiment rien à rien. La tête s’alourdit encore plus. Sa deuxième main à la rescousse pour soutenir son visage. Les paupières de Natasza ont décidé d'obéir à la loi de la gravité. Elle cligne des yeux, un peu, beaucoup, jusqu'à les fermer plusieurs seconde avant de les rouvrir en reniflant subitement. God, qu'est-ce qu'elle était crevée le matin. Il était quel heure hier quand elle avait fini ses devoirs. Les math en plus. Revenu à la confrérie déjà tard, elle avait du en plus faire ses devoirs jusqu'à minuit, une heure du matin. L'emploi du temps de Nat commençait à se faire lourd et elle était incapable de sacrifier l'une de ses activités artistiques.

Cours d’éducation sexuel ! Parfait ! Mais au fond, on voit quoi quand il s'agit de cours. La conception ? Les moyens de contraception, le coït tout ça. Nat aurait sûrement déjà rigolé avec les autres, si ses bras ne s'étaient pas croisé sur la table et son front ne l'avait pas rejoins pour s'en servir comme d'un oreiller. Mon dieu que c'est bon de dormir. La voix de Monsieur Porter comme berceuse, elle aimait sa voix rauque, rassurante non ? Ses épaules se détente, on pourrait presque entendre la force de sa respiration quand elle dort. Sa bouche s'ouvre légèrement, heureusement, elle a le nez face à son bureau, personne ne la voix bavé contre la surface. Nat était peut-être jolie et féminine, mais quand elle dormait, elle perdait en charme, c'était certain. Pardon Monsieur Porter, ce n'est pas que vous n'êtes pas intéressant, mais Natasza est simplement morte de fatigue, et si elle reste à ne rien faire, son corps lui ordonne de récupérer le peu d'énergie qu'elle peut.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Mer 19 Nov - 22:11


Tout était silencieux. Immobile. Sombre. Le calme plat. C'était le matin mais Lance était profondément endormi dans sa chambre du bâtiment des élèves sans confrérie. Quand soudain...

Le réveil sonna.

Le volume n'avait pas été mit à la légère, aussi, Lance eut un sursaut sous la couette. Bien qu'il était un grand fan des Beatles, ce n'était pas ça qui allait l'empêcher de maugréait sur le fait qu'il fallait se lever tôt quand il y avait cours. Néanmoins, la musique avait le don de le mettre tout de suite dans l'ambiance. C'était un réveil impeccable qui l'aidait à le motiver pour la journée. Ce fut pourquoi il le laissa tourner tranquillement le temps qu'il s'habille et se prépare, la musique dans les oreilles. Aujourd'hui, Lance se vêtit d'un chemisier blanc par dessus il mit une veste noire. Son pantalon tout comme ses chaussures étaient noires. En revanche, il ne changeait jamais les accessoires qui le ornait de toutes part tel que ses petites boucles d'oreilles argenté qui lui donnaient cet air de latino, son pendentif, ses bracelets de cuirs ou ses bagues argentées. Tenue

La fin de la chanson stoppa automatiquement le réveil. Un sentiment de malaise dû au silence soudain apparu mais Lance était prêt à présent et quitta sa piaule. La matinée se passa comme toutes les autres : mortellement ennuyeuse. Le sport était encore la matière ayant le plus d'estime. C'était probablement la seule matière qui lui plaisait un minimum. Tout le reste ne l'intéressait pas assez pour mériter son intérêt. Il faisait juste le minimum pour ne pas finir dernier, mais ça n'allait jamais plus loin. Il y avait d'autres fois où rien ne pouvait le motiver dans la journée. Dans ces cas là, on le retrouvait généralement endormi sur sa table ou plongé dans son propre monde, des écouteurs dans les oreilles avec une musique tellement forte qu'une fanfare à ses côtés aurait peu de chance d'attirer son attention.

Il était onze heure. Peu pressé, Lance alla faire un tour à l'extérieur et s'alluma une cigarette. Chauffé par le soleil, adossé au mur de la bâtisse, il prenait son temps à tirer sur sa clope et relâcher des ronds de fumée paresseusement. Il réfléchissait un moment. C'était quoi le cours suivant déjà ? Il écrasa son mégot au sol. Biologie ! L'une des pires matières qu'on ai eut la stupidité d'inventer ! Non seulement c'est un truc compliqué mais en plus c'est inutile. Bon pour les crâneurs. Enfin, il faut de tout pour faire un monde, c'était bien ça qu'on disait n'est-ce pas ? En plus, le cours avait déjà commencer. Lance poussa un soupire et retourna dans le bâtiment à la recherche de sa salle de classe. Il ne l'a trouva qu'après un moment à déambuler dans les couloirs. La porte était fermée, on entendait le professeur parler de l'autre côté, le cours avait déjà commencer ? Une bonne excuse pour le manquer ? Se faire virer pour retard ? La chance ne tournait pas toujours aussi facilement. Bon, il n'avait rien à perdre après tout. Le jeune homme entra au moment même où le prof de biologie finissait une phrase plutôt déroutante :

- cours de... Hm... D'éducation sexuelle. ça ne m'amuse pas plus que vous mais c'est nécessaire. En conséquence, une fois tous les deux mois vous aurez un cours à ce sujet au lieu du cours de bio classique. Là ça tombe aujourd'hui. Des questions ?"

Lance resta immobile devant les autres étudiants à leur place et le prof au milieu, à son bureau. Venait-il vraiment de dire qu'il allait donner des cours de...Ooh gé-ni-al...Maintenant, Lance regrettait d'avoir ouvert cette porte. Mais au fait, c'était qui celui-là ? Un nouveau prof ? Jamais vu de sa vie.

- Euh...'Scusez du retard, fit le jeune homme au médecin.

Lance s'avança dans la salle et comme à son habitude, choisit une place vers le fond de la salle. Le cours promettant d'être...passionnant...

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Mer 19 Nov - 17:06

Voilà, je me sens mal. Genre... TRES MAL. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il y a un petit peu trop de monde. En temps normal les élèves, je me les farcis un à un dans mon bureau, à l'infirmerie, pour un petit bobo de si ou de mi. Mais là ils sont en surnombre, assis dans cet amphi à me regarder avec des yeux de poisson crevé sur l'étalage, parce que oui, OUI JE SAIS JE SUIS MEDECIN. Mais j'ai accepté ce boulot en me disant que ce serait enrichissant. Hahaha. Qu'est-ce que je peux être con des fois. Azraël me le rappelle assez souvent pour que je ne l'oublie pas, après tout. Et oui c'est vrai, je suis con, parce que lui je le vois entrer, me jeter un petit sourire narquois et un signe de main qui me fait aussitôt remonter la pression. Il y en a d'autres, des visages que j'ai peut-être vus une fois, deux, ou pas du tout. Je reconnais la petite Delacroix. Je reconnais bien sûr Siegfried, qui entre, calme et détaché et qui bloque sur moi. Le "Oh putain" était assez sonnant pour que je l'entende. Et moi je pousse un soupir, parce qu'il va se foutre à côté d'Azraël et moi, moi hé bien... Moi je me dis que là franchement, ça risque de donner. Je reconnais également la jeune Krisztina Stone, cette fille venue me voir pour un vaccin, étrangement curieuse à mon sujet, comme si je cite "elle m'avait déjà vu quelque part" sauf que moi je ne l'avais jamais vue. J'avais oublié cette histoire, et maintenant ça remonte. ça ne peut que remonter de toute façon, parce que je n'en ai jamais eu le mot final. Mais on verra ça plus tard. Ils s'asseyent tous les trois, Azraël entre les deux. Je tique. Oui, oui, parfaitement je tique. Je ne dirais pas pourquoi, mais lui sait parfaitement pourquoi je tire la gueule, d'un seul coup. Mais on verra ça plus tard.

Je laisse les autres rentrer, sans rien dire. Il y a le petit Abramovitch aussi, un gamin perturbé que je vois à l'infirmerie pour des questions d'une précision hallucinante à tel point que même moi je m'en retrouve déconcerté. Il s'assoit près d'Héra qui le salue gentiment et lui demande comment il va. Oui, cette jolie demoiselle a elle aussi beaucoup de choses à cacher au jeune homme au fond de la salle. Elle lui adresse d'ailleurs un regard, à la dérobée et se tourne, très vite. Et moi je trouve cette histoire de confrérie d'une connerie affligeante. C'est désespérant. Finalement, assis sur mon bureau en tailleurs, je finis par lever la tête en me faisant violence pour ne pas regarder la TONNE de papiers qui se trouve sur mon bureau "pour m'aider" comme je dis. En fait le cours au mot près. Et si je m'écoutais je le réciterais comme une machine avant de me tirer. Mais il ne faut pas. C'est pas heu "pédagogue" comme qui dirait. Je fais tout pour éviter le regard du diablotin en fond qui se paye ma tronche vu ma gêne, et de son voisin qui pourrait me tuer d'un seul coup d'oeil. Siegfried, je n'ai pas pu me réconcilier avec lui. Parce qu'il est trop entêté. Parce qu'il a dit certaines choses qu'il aurait mieux valu taire. Il n'avait pas le droit, en aucun cas. Et ça c'est très difficilement pardonnable, pour un homme qui a la dent dure comme moi. Même si c'étaient des mots de colère, je n'ai pas oublié. « Va retrouver ta petite famille. Ou plutôt ce qu’il en reste… »

ça je ne suis pas prêt de l'oublier, mon grand.

Et Azraël pourra penser ce qu'il veut. Oh je sais bien qu'il aimerait que je te rende à mon fils, mais je ne suis pas dupe. Je sais parfaitement que mon ex-femme te l'apporte le plus possible. Je me demande même si l'adolescent qui vit chez moi ne me trahit pas également. Mais pour le moment j'évite d'y penser. Je suis déjà assez stressé par ces PUTAINS DE PAIRES D'YEUX QUI ME MATENT. Tous. Bordel. Je me redresse, debout face à eux à présent, bras croisés, silencieux, en attendant que le brouhaha se calme. Et ils le font. J'ai cette chance d'en imposer naturellement, avec ma tenue de croque mort et mes cernes permanentes sous les yeux. Quand le silence arrive, je tente de parler. Voilà. D'une voix un peu rauque parce que JE STRESSE JE STRESSE JE STRESSE AAAAAAH.

"Hm, bonjour à tous. Je suppose que vous êtes un peu surpris de voir le médecin prendre la place de votre professeur de biologie..."


Nom de Dieu qu'est-ce que je peux me sentir con.

"...Hé bien ce sera pourtant le cas toute l'année. C'est moi qui assurerais ces cours à partir d'aujourd'hui."


Voilà voilà. Ils me regardent, tous, eh. Un peu trop. BAISSEZ LES YEUX SI VOUS NE VOULEZ PAS QUE JE FINISSE TOUT FONDU PAR TERRE. J'aimerais disparaître. Respire Porter, respire.

"Je préfère vous prévenir, que si j'ai été engagé en tant qu'enseignant c'est aussi pour vous donner des cours de... Hm... D'éducation sexuelle. ça ne m'amuse pas plus que vous mais c'est nécessaire. En conséquence, une fois tous les deux mois vous aurez un cours à ce sujet au lieu du cours de bio classique. Là ça tombe aujourd'hui. Des questions ?"


...Pourquoi j'ai dit ça. Le petiot au fond de la classe ouvre de grands yeux gourmands. Et moi je suis déjà en train de griller sur le bûcher des damnés.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 269
Je suis âgé(e) de: : 23
Mes disponibilités pour RP: : Libre
Je fais partie des: : Sigma Mu


Tell more , but not too much .
L'endroit où je vis:
Un peu plus sur moi:
Mon entourage:

MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Jeu 13 Nov - 23:48

J’avais passé une nuit blanche… Comme beaucoup d’autres nuits avant. Buvant du café avant même d’entendre le réveil sonné, surement que j’en étais à ma deuxième tasse d’une nouvelle journée. Mais ce n’était pas une nouvelle journée pour moi. Reprenant doucement du poil de la bête je dormais toujours très peu mais j’allais au moins en cours. J’avais aussi repris une vie sociale.
Trimbalement mon café jusqu’à la salle de bain. Je suis passé sous une douche glacée histoire d’avoir l’esprit plus présent. En sortant de la douche j’avais vite enfilé une chemise bleu claire et l’éternel foulard — cette fois ci un petit carré — nouée autour du cou, un jean noir, ainsi qu’une veste bleu marine. Une fois mon 3eme et dernier café, avant de partir, terminé j’ai attrapé mes écouteurs et enfilé des docs martens vernis.
J’avais sans doute le style de vêtement le plus original des Pi Sigma, mais je ne sais absolument pas comment je me débrouillé, cela rendait toujours impeccable.

Allant de cours en cours le matin et buvant toujours un café entre chaque pose, c’est naturellement à 11h que je suis allé au cours de bio (Et deviné quoi ? le café à la main). J’ai sortie un style de mon besace pratiquement vide, et rapidement Olly est arrivé à coté de moi. Olly et toute son énergie bien sure. Alors que moi j’étais claqué et a coté de mes pompes.

« Salut ! Ca va ? Prêt pour un cours de bio ? »
« Bonjour Olly, dis je avec un grand sourire. Je veux du café encore … Et au faite tu as pas une feuille pour noté ?
« Tu savais que c'était Porter qui donnait ce cours ? A moins qu'on ait encore une de ces séances d'informations pour nous expliquer comment mettre une capote. T'imagines la démo avec une banane haha »
« C’est qui déjà Porter ? Olly me sortie un regard du genre ‘Et mec tu débarque d’ou ? ‘ Puis au final je suis souvenu de justesse que c’était le type de l’infirmerie. Ah la petite intéressé, t’auras cas nous montrer comment on met la capote sur la banane, je suis sure que ce sera beaucoup plus excitant que Porter entrain de le faire, lancai-je pour la taquiner. »

Très vite on a était rejoints par Kaira, une EI que je ne connaissais pas tellement, juste par Sasha qui était sortie avec elle.

« Je sais pas pour vous, mais rien qu’à regarder le prof on dirait qu’il est pas bien. Elle regarda rapidement son portable puis continua. Ton chef compte venir ? Histoire de me préparer mentalement. »

« Franchement j’en ai aucune idée… »

Puis pour finir une magnifique brune nous a demandé pour s’asseoir avec nous. Kaira a accepté, et commencé à faire connaissance avec elle. J’entendais déjà l’EI qui parlait de garçon avec la nouvelle. Gardant une oreille attentive quand mon prénom a surgit dans la conversation.


HRP : Je ferai la mise en page et la relecture demain désolé pour les fautes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Lun 10 Nov - 4:02

Interactions : Kyle, Sean, Olivia, Annabelle

Mes doigts attaquaient impatiemment le volant de ma décapotable. J'avais l'intention de m'arrêter au Starbucks afin de me prendre un petit quelque chose en guise de déjeuner, sauf que ma voiture bougeait à peine dans la file du service au volant. Une main passa dans mes cheveux pour dégager mon visage et un soupir d’exaspération s'échappa de mes lèvres. La nouvelle chanson d’Enrique Iglesias et de Sean Paul passa à la radio et mon bras se tendit pour augmenter le son, espérant que cela me rendrait de bonne humeur. Alors que je faisais de petits mouvements au rythme de la musique, mon tour vint finalement. Je demandai un latté à la crème brûlée au caramel accompagné d’un carré au double chocolat, et le tout suivi d’un charmant sourire au préposé à la caisse. Cela faisait beaucoup de calories, certes, mais malheureusement c’était les meilleurs. Je me permettais de manger tout ce que je voulais en autant que je faisais du sport pour ne pas ressembler à une patate. De toute façon, être maigre comme une aiguille n’intéressait personne, mon corps devait tout de même posséder quelques formes. Aveuglée par le soleil qui battait son plein alors qu’il était à peine huit heures, mes lunettes de soleil se posèrent rapidement sur mon nez tandis que je roulais vers le lycée.

L’après-midi passa sans rien de très extraordinaire. Je me rendis à l’amphithéâtre où se déroulait le cours de biologie et arrivai juste à temps. Je scotchai un beau sourire sur mon visage en voulant saluer le professeur, mais fus prise de court au moment où nos regards se croisèrent. Il semblait être si perturbé que l’ambiance autour de lui donnait presque des frissons. Quoi qu’il en soit, je me repris en moins de deux et lui adressai un faux sourire accompagné d’un « Bonjour ! » un peu trop forcé. Mes cahiers sous le bras, je me rendis jusqu’au haut de la pièce, rejoignant Sean, Olivia et compagnie. Je les saluai avec un sourire avant de m’installer à côté du Pi Sigma

« Je sais pas pour vous, mais rien qu’à regarder le prof on dirait qu’il est pas bien. »

Mon téléphone vibra dans la poche de mon jean moulant et je répondis au message vite-fait avant de le remettre à sa place. Je me tournai vers Sean.

« Ton chef compte venir ? Histoire de me préparer mentalement. »

J’avais toujours cette réaction enfantine et exagérée envers Sasha, mais je l’avais souvent sans le réaliser. S’il comptait se présenter au cours, mieux valait changer de place tout de suite.

« Salut! Je peux m'asseoir là? »

Une jolie brune, qui pourtant n’avais jamais croisé mon chemin auparavant, demandait la place libre à côté de moi. Je lui répondis avec un grand sourire.

« Bien sûr ! On se connait ? Je me rappelle pas t’avoir déjà vu. »

« Je m'appelle Annabelle Eastwood. Je suis nouvelle. »

« Tu peux m’appeler Kaira, enchantée. »

Rien qu’à discuter avec elle, je compris qu’on allait rapidement devenir amies, ou rivales si je sentais qu’elle essayait de me faire de l’ombre.

« Je reconnais cet accent, tu viendrais pas d’Angleterre ? »

Une grande confiance émanait d’elle et il était clair que cette fille savait ce qu’elle voulait. En attendant que le prof daigne à commencer son cours, je discutai avec Annabelle du lycée en général et des informations qu’elle devait connaître.

« Tu devrais aller chez les Eta, t’as le profil pour, je trouve. Ah tiens ! Je te présente Olivia, une Eta, et voilà Sean, le délégué des Pi Sigma. »

Je me penchai vers l’adolescente et ajoutai discrètement :

« Tu pourrais t’en faire une proie, il est libre, enfin je crois. Oh et puis on s’en fout s’il est pris ou pas. Y’a le chef aussi, Sasha, mais bon lui je te le conseille pas, mais ce n’est que moi. »

HRP : désolée c’est court
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Jeu 6 Nov - 22:10






premier cours de biologie
Junior et Senior


Mon premier cours à Wynwood est un cours de bio. Soit. J'aime bien toutes les matières, enfin je les supporte de la même façon. J'ai juste une préférence pour le français et l'économie, mes deux options ici, et deux matières avec lesquelles j'ai grandi. Maman ayant fait de grandes études de commerce et une merveilleuse carrière de mannequin, je prends exemple sur elle, et je ne peux plus me passer de ces deux cours.

Je m'habille avec minutie pour être appréciée au premier coup d'œil, aussi bien par les élèves que par les professeurs. Je passe un cabas marron à mon bras, avec tous mes cours dedans, mon portefeuille, mon iPhone 6 doré et mes clés. Je fais un détour par Starbuck's pour me prendre un café et un muffin, ainsi que par mon casier pour y déposer quelques affaires.

J'arrive à l'heure en cours. Un coup d'œil circulaire me permet tout de suite de savoir à qui j'ai affaire, et ainsi de me rapprocher des membres de la confrérie des Êta Iota, celle que je compte rejoindre. Je me suis bien renseignée, j'ai appris que toutes le reines de WHS y étaient, qu'elles soient aimées ou détestées. Je repère l'une d'elle et je me dirige vers sa place. Pendant que je marche, je mets un sourire qui paraît naturel, spontané et sincère sur mon visage, avec une aisance due à l'habitude. Je m'exerce chaque jour devant mon miroir pour perfectionner mes expressions. Les gens vous diront que je suis expressive et qu'on sait de suite ce que je pense, alors que chaque expression est minutieusement réfléchie.

- Salut! Je peux m'asseoir là? Après avoir eu son accord, je me présente: Je m'appelle Annabelle Eastwood. Je suis nouvelle.

J'attends qu'elle se présente à son tour, puis j'engage une conversation agréable où je parle peu et j'écoute beaucoup. L'avantage des roses, c'est qu'elles donnent une quantité astronomique d'informations à la minute. Elle m'explique absolument tout sur Wynwood en moins de deux minutes. Je l'écoute attentivement, l'air sérieux et intéressé,buvant ses paroles en attendant que le cours commence.

Spoiler:
 


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Mer 5 Nov - 17:35

Une main écrase, à plat un réveil qui sonne à sept heures pile. Des petits yeux de chat s'ouvrent dans la pénombre d'une chambre d'internat, impeccablement nettoyée, jusqu'au fond des tiroirs. La main se retire et passe sous les draps de nouveau, prolongation d'un bras et d'un corps encore engourdi de sommeil. Le jeune Abramovitch ouvre de petits yeux, baille à s'en décrocher la mâchoire. Il se lève, tranquille, et son corps maigrichon finit par émerger de la couverture dans laquelle il s'était enroulé, toute la nuit un peu à la manière d'un nem. Arthur inspecte la pièce, en tâtonnant et trouve une paire de lunettes qu'il enfile rapidement. Ses vêtements, pliés soigneusement et posés sur sa chaise de bureau sont ramassés, dépliés et enfilés à la vitesse de l'éclair. Arthur n'a pas besoin d'un café, ou d'une cigarette pour être en forme le matin : lorsque son corps est réveillé, le jeune garçon peut estimer être totalement opérationnel. Il fait son lit au carré, comme tous les matins, ouvre les volets et aère une quinzaine de minutes, le temps de filer dans la salle de bains se brosser soigneusement les dents. Un petit coup de peigne inutile sur ses cheveux en bataille, un check up complet (cernes ? Peau fatiguée ? Les pupilles, comment vont-elles ?) et finalement le garçon attrape son sac préparé la veille après consultation minutieuse de son emploi du temps, et file.

La matinée de cours se passe dans le calme. Le jeune Abramovitch sait comment raser les murs pour passer inaperçu, il sait également comment se faire aussi discret qu'une petite souris, assis au deuxième ou au troisième rang dans les amphithéâtres, buvant attentivement les paroles de ses émérites professeurs, en prenant des notes soigneuses et propres sur son livre de cours. Arthur fuit précautionneusement tout ce qui porte des talons aiguilles ou des T shirts de sport. Il marche tranquillement dans les couloirs en apparence, mais on sent son stress, au milieu de la foule humaine, à travers sa manie presque compulsive de serrer le bout de ses manches dans ses mains pâles. Il suit le mouvement, veille à rester près d'au moins un membre de sa confrérie à chaque cours. Parce qu'après tout, il fait partie de ces "familles" même si elles ne lui ressemblent pas forcément. Le jeune homme est un solitaire. Ses connaissances parmi les Khi Omikron se limitent à de simples "bonjour", "belle journée" "difficile cette épreuve de physique-chimie" et basta, parce qu'en matière de relations humaines le petit roi n'est pas véritablement un fin connaisseur. Son sac sur le dos, il entre, finalement dans les derniers à cause d'une pause aux toilettes qu'on pourrait aussi surnommer "LE SUPPLICE". Dans l'amphi il y a déjà du monde, et Arthur ne sait pas vraiment où poser ses fesses malingres. Ah, si. Sa chef de confrérie est seule. Il salue le professeur (tiens, mais c'est le médecin ?) d'un "bonjour" respectueux, et file s'assoir à côté d'elle.

Le jeune homme sort ses affaires, à l'affut de la moindre parole de son professeur, à présent concentré. La biologie, oui, ça ça lui plait. Plus encore que la littérature ou l'Histoire, ça ça a quelque chose de véritablement passionnant. Héra l'observe, interrogative mais le salue tout de même avec un sourire. Elle a le regard bleu, de la glace pilée. Et comme de base, Arthur n'est pas forcément un garçon qui dit de longues phrases en regardant l'interlocuteur droit dans les yeux, Arthur la fixe, une ou deux petites secondes pour lui dire bonjour et cale son nez dans son livre. Silencieux et attentif.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Dim 2 Nov - 12:45

"zgmvjcbvfdghfr..."

C'est à peu près la seule chose qui soit cohérente que je puisse dire lorsque mon réveil sonne ce matin. Gueule de bois. Horrible gueule de bois. J'émerge de mon lit, épuisée par la nuit atroce que j'ai passé. En fait je ne me souviens de rien. Je vois juste que ma chambre est dévastée. Il y a des vomissures sur un mur, et moi je ne suis pas dans mon lit mais effondrée au milieu d'une pile de vêtements sales, là par terre, à côté d'une bassine remplie. De... NON NON NE REGARDE PAS CA.

Je n'ouvre les yeux qu'au bout d'un long moment. Je fais le point sur mon état ; ça va à peu près. Au moins assez pour aller en cours. J'ai très mal au ventre, mais je me dis que de toute manière je ne pourrai pas faire grand chose. Je file prendre une douche brûlante et j'attrape, dans un placard, tout le nécessaire pour rattraper le massacre. Il y a une bouteille vide à côté de mon lit. Oh. Je crois que celle ci elle était pleine avant hier. ça a quelque chose de stressant, parce que je me dis que normalement, les jeunes, ils boivent entre eux, pas tout seuls dans leur chambre en faisant leurs devoirs ? J'ai peut-être un petit souci, un tout petit. Bref, en tout cas je dois aller en cours. Parce que malgré ce petit imprévu, rien ne pourra me faire arriver en retard, question de principes. En tant que nouvelle chef des Khi Omikron, ça devient un devoir, pour moi. Je fouille dans mon tiroir à la recherche de l'ingrédient secret qui va me faire passer une bonne journée. Hop, un dans la glotte avec de l'eau, ça passe tout seul. La première heure de cours est difficile à supporter mais la première, seulement parce qu'ensuite, ça va un peu mieux. Dans la matinée je profite de la pause de 10h30 pour aller fumer une cigarette, jeter un oeil du côté du terrain de sport. Pas là. Oui, bien sûr qu'il n'est pas là, tu es STUPIDE Héra. Et t'as un peu mal au crâne aussi. Le café que je bois parait calmer légèrement ce problème. Au moins assez pour que je jette ma clope, termine le gobelet qui finit à la poubelle et file, sac à la main en direction de l'amphi de biologie.

Et.. j'arrive dans les premières comme d'habitude. Kris n'est pas encore là. Les élèves qui sont installés mêlent Seniors aux Juniors et moi... Moi je me tourne vers le professeur pour le saluer. Tiens donc. C'est pas un prof ça. C'est le médecin. Le médecin qui a observé le tremblement de mes mains et n'a pas été dupe, visiblement. Je lui dis quand même bonjour, curieuse de savoir ce qu'il fait là. Porter, je ne le crains pas, il n'est ni méchant ni gentil. Seulement un peu trop austère, peut-être parce que là il ne sourit absolument pas, il répond à nos "bonjour" comme un automate et je me dis que soit il est de TRES mauvais poil... Soit il crève de trouille. Dans tous les cas mieux vaut ne pas trop titiller monsieur aujourd'hui. Je jette un oeil dans la salle ; quelques RK. Merde.

Je reconnais Azraël parce que c'est lui qui s'est battu avec Sieg. Il sourit au prof, un sourire très bizarre et file s'assoir au fond. Suivi par Siegfried, d'ailleurs, qui me regarde un tout petit instant avant de filer derrière à son tour. Un RK, Héra, n'oublie pas que c'est un RK. Respire. Et quand Kris arrive je fais une place pour elle à côté de moi.... EEEET elle file en direction du fond, près d'Azraël et Siegfried. Par-fait. Là ça me contrarie pour le coup. Déjà parce que notre confrérie veut qu'aucun élément ne se fasse remarquer ; et surtout pas qu'on s'acoquine avec les Rho Kappa. Je ne suis pas un exemple, mais à voir Kris discuter avec Azraël je vois très bien qu'elle n'est pas toute blanche dans cette histoire. Il va falloir qu'on discute, elle et moi. Le regard de Porter s'est d'ailleurs tourné vers Azraël, Siegfried et elle. Je ne sais pas qui il fusille du regard, mais en tout cas je n'aimerais pas être à sa place. Et moi ? Moi je suis toute seule. Et j'attends, patiemment, que le cours commence.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Sam 1 Nov - 22:48

Senior, Junior & Dr Porter
Clock is ticking while I'm killing time.

Cours de biologie, l'un de mes préférés.
Sauf que très vite, en entrant en salle de classe, mon enthousiasme fut coupé. Docteur Porter. Qu'est-ce que c'est cette mauvaise blague ? Que fiche le père de Sky ou le tuteur d'Az sur l'estrade du professeur ? Non mais je rêve, ça doit être ça, j'ai mal regardé. Je me pince la peau du poignet, pensant être mal réveillée mais vu la douleur du pincement...

Premier réflexe, tourner la tête vers les chaises. Je repère aisément mon meilleur pote, vers le fond de la classe, tout à fait son genre contrairement à moi. J'étais plus souvent abonnée au premier rang, en bonne Khi Omikron que je suis. Pour cette fois-ci, je ferai exception. Je prenais place à côté d'Az mais, j'eus la mauvaise surprise de voir Siegfried assis de l'autre côté d'Azraël. Ah. Alors lui, entre la bagarre avec Az et la baise avec Héra, je n'avais de cesse de vouloir l'étriper ces derniers temps. Et là, tranquille, je le vois taper la causette avec Az. J'ai loupé quel épisode encore ? Alors que je m'installais, le visage fermé, je faisais de mon mieux pour ignorer Siegfried et m'adressais au seul Rho Kappa qui valait le coup d'être connu.

« Salut Az. On assiste à un poisson d'Avril en Novembre ou bien ? Tu sais ce qu'il fout là le doc ? »

Je jetais un oeil au gars caché sous ses éternelles manches longues et sa mèche brune. Bon dieu qu'il m'agaçait aujourd'hui. Déjà avant d'entrer, malgré la motivation que j'avais pour la bio, je sentais que j'étais levée du pied gauche, je n'avais pas adressé un mot à mes confrères Khi Omikron, pas même à Héra que j'apprécie pourtant plus que n'importe quelle nana du campus. Il faut dire qu'hier, au téléphone, je me suis disputée avec ma mère, elle m'a reproché de ne plus venir la voir, de ne pas répondre à Kim et Rayen, de changer... Sauf que oui, je change, je m'habitue à ma nouvelle vie, j'ai coupé les ponts avec mes anciennes amies avec qui ça n'allait déjà plus trop avant de quitter San Francisco et ma mère... je n'en peux plus de son incompréhension et de son jugement permanent. Je n'ai plus envie de me prendre la tête à la place des autres. Je ressens de plus en plus l'envie de m'occuper de moi, de profiter de la vie. Bon bien sûr, ce n'est jamais aussi simple. Il n'y a qu'à voir les deux crétins qui vont me prendre le chou ce matin, entre le professeur qui sait pas aligner deux phrases et le Rho Kappa qui baise les Khi Omikron quand ça lui prend et tabasse mon meilleur pote.

« Pardon. Je suis de mauvais poil ce matin. Et j'ai même pas mes règles... Tu vas bien toi ?»


Compteur de mots : 468
.
(c) sweet.lips



résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Sam 1 Nov - 22:01

J'avais réussi à prendre le rythme entre Ethan et mes cours. Ça a été vraiment dur au départ, mon fils demandait beaucoup d'attention et en même temps mes cours qui demandaient beaucoup de temps. Sans Barry, je pense que je n'aurais jamais réussi à tenir. Aujourd'hui était donc un jour comme les autres où je devais confier mon fils à son père. J'avais maintenant beaucoup moins de mal à le laisser toute la journée. Une fois que j'avais fini de me préparer et que j'avais laissé Ethan à son père, je partis rapidement en cours. Les heures de cours passèrent plutôt rapidement jusqu'à ce cours que j'avais pour la première fois aujourd'hui : Biologie.

Le cours se ferrait avec les Senior si j'avais bien compris. Ça me faisait plaisir de savoir que j'avais quelques cours en commun avec ceux de la classe où je devrais être, j'avais moins l'impression d'être en retard. Un peu avant onze heure, je m'arrêtais à la machine à café et me pris un café afin de me tenir éveiller, car encore une fois, je n'avais pas eu une nuit complète puisqu'Ethan avait encore besoin que je le nourrisse durant la nuit. C'était donc mon café à la main que je me dirigeais vers la salle de classe.

En arrivant dans la salle, je saluais le professeur et avançais. Je vis Olivia que je saluais d'un signe de la main et d'un sourire avant d'aller m'installer. Comme d'habitude, je ne me mettais pas trop dans le fond pour suivre. Je m'installais donc au troisième rang. Je posais mon gobelet de café sur la table et sortais ensuite de quoi prendre des notes. Je voyais les groupes se former dans la classe et je me rendais compte qu'il était peut-être temps que je reprenne une vie sociale, ce que j'avais complètement perdu en ayant Ethan. Aujourd'hui, ma vie sociale se limitait à mon fils, Barry et les membres de ma confrérie. Et quelques interactions avec les autres chefs lorsque l'on avait des missions, mais rien de plus. Enfin, ce n'était pas le moment de penser à ça, là le cours n'allait pas tarder à commencer et il valait mieux que je me concentre.

HRP:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Sam 1 Nov - 12:02

HRPG: Désolée c'est pourri, je ferai mieux au prochain !

Interaction: Kyle & Sean

Ce matin, pour ne pas vraiment changer, je m'étais levée à la bourre. J'étais pas souvent de mauvaise humeur, mais je détestais me lever si tôt. Ca faisait maintenant 3 mois que les cours avaient repris et je n'avais toujours pas trouvé le rythme qui me facilitait la tâche tous les matins, celui qui m'offrait un réveil normal et non pas celui qui m'obligeait à courir dans tous l'appartement pour m'assurer d'arriver à l'heure, ou presque. Habituellement, je m'y faisais, mais ce matin était particulièrement frustrant pour moi. J'étais arrivée à l'école en courant à travers le parking pour m'assurer d'être à l'heure et éviter l'heure de colle. Ce prof de chimie était strict, trop strict. C'était à se demander si coller les élèves n'était pas son passe-temps favoris. Dans les couloirs qui menaient au local, je courais toujours, ralentissant lorsque je passais près de Cobb et reprenais ma course dans les escaliers. Arrivée à l'amphithéâtre, pas de prof et presque pas d'élèves. « T'es venue pour rien, le prof est absent » et là, c'était le coup de massue. Je m'appuyai sur le mur, blasée voir même essoufflée d'avoir couru, de m'être dépêchée et tout ça pour rien. Déjà bien énervée, là je l'étais encore plus. N'ajoutant rien de plus, je pris la direction de la bibliothèque où j'allais probablement m'avancer. Sur le chemin, je pris mon portable faisant de temps en temps attention à ne pas me prendre un étudiant ou un professeur et dans la bibliothèque, le silence plat. C'était le but d'une bibliothèque et c'était aussi ce que cette vieille peau exigeait, mais elle exigeait beaucoup trop de choses. Me voyant avec mon portable elle m'interpella « Pas de portable ici, Akane » J'avais une sainte horreur qu'on m'appelle par mon nom de famille. Je trouvais ça particulièrement irrespectueux, d'autant plus qu'à mon sens j'avais un prénom qui était doux à prononcer et à entendre. « Je ne connais pas d'Akane. Moi c'est Olivia ». Je continuai à avancer, sans prêter attention à sa remarque. A la fin de mon texto pour Samuel, je repensai à l'e-mail que j'avais reçu un ou deux jours plus tôt. A cette pensée, mes doigts qui se promenaient un peu plus tôt sur l'écran de mon iphone se stoppèrent. Le texto que je voulais envoyer était simple et mignon et pourtant j'étais pas sûre de moi. En repensant à tout ça, j'effaçai le message et écrivis à la place un simple « Sam, faudrait que j'te parle d'un truc... <3 » Une fois le message envoyé, j'avais pas d'autres choix que de lui en parler, là prochaine fois que je le verrais c'est à dire sans doute en fin de journée, ou dans les jours qui suivront. Je relevai la tête vers cette femme qui ne me lâchait pas du regard. Elle voulait vraiment que je range mon téléphone, ce que je finis par faire. Le reste du temps, je le consacrais aux devoirs à rendre pour la semaine qui allait arriver histoire de libérer mon week-end.

L'heure du cours de biologie approchait à grand pas. Je commençai à ranger mes cours et sortis de la bibliothèque sans même prendre la peine de saluer cette vieille peau qui m'exaspérait plus qu'autre chose, à chaque fois que j'osais mettre un pied ici. Avant de prendre la direction de l'amphithéâtre, où allait se dérouler le cours de bio, je pris soin de passer par la cafétéria pour y acheter un jus d'orange. De quoi couper ma faim, mais aussi me donner une dose d'énergie en plus. J'espérais cette fois que le prof soit présent, sinon je promettais de rentrer chez moi et tant pis pour le reste des cours. Passant la porte, je tournais directement la tête vers le prof qui était en fait le médecin scolaire. Je le regardai d'un air sceptique, pas sûre d'être dans la bonne salle « Bonjour monsieur ». Pas encore beaucoup de monde dans l'auditoire, je continuai « Euh... C'est bien le cours de bio ? Je ne savais pas que vous donniez cours aussi... » Je cherchai une place, j'avais l'embarras du choix, mais je décidai de rejoindre Sean, assis un peu plus haut.

« Salut ! Ca va ? Prêt pour un cours de bio ? Tu savais que c'était Porter qui donnait ce cours ? A moins qu'on ait encore une de ces séances d'informations pour nous expliquer comment mettre une capote. T'imagines la démo avec une banane haha »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Ven 31 Oct - 0:09

Spoiler:
 

Premier lundi de novembre, heure locale, sept heure du matin, heure du lever, heure du petit-déjeuner. Petit déjeuner ? Certes. Mais pas pour tout le monde. Certains sont déjà debout, malgré les quatre heures affichées sur le radio réveil. Quiconque passait devant la chambre du nouveau chef des Rho Kappa, pouvait entrevoir une petite lumière sous la porte. Pas de bruit, juste un froissement de vêtements et d’affaires, signe que le voyage à Portland venait de s’achever. Le taxi l’avait déposé devant le pensionnat, laissant un jeune homme bien maussade à la perspective d’être rentré de vacances et de songer qu’il fallait retourner sur les bancs de l’école. Croyez ce que vous voulez, ce n’était pas le cas. Il s’était faufilé dans sa chambre privée qui n’avait plus accueillis de colocataire depuis le départ d’Azraël. Seul. Il devait rester seul maintenant car elle s’avérait être sa seule alliée. Aussi, après avoir rangé ses affaires dans son armoire, cette vieille amie l’accueillit de ses bras constellés d’épines qui lui rappelaient qu’ici-bas, personne ne l’aiderait.
Nous sommes seuls et condamnés de vivre dans l’illusion d’être entouré. Cette illusion s’était eraflée une semaine auparavant, peu avant son départ pour Portland : Le pire moment pour lui. Mais, pensa-t-il, c’était dans ce genre de moment où l’on reconnaissait les personnes sur qui compter. Grosse déception. Immense désillusion. L’espoir tue, parait-il. Oui, mais à petit feu. Il est quatre heures du matin, et dans trois heures, c’est l’heure pour les Rho Kappa d’émerger. Mais lui, il l’est déjà. Son humeur, déjà sombre, tirait vers le noir abyssale. De sombres idées l’assaillaient, ainsi que des regrets, ceux d’avoir fait confiance à un adulte. Il l’avait fait, oui. Ce fichu dossier médical qu’il avait pris avant que Kyle puisse mettre la main dessus. Ce dossier qu’il aurait dû garder pour lui, protégé par ses bras tremblants et protecteurs. Oui, ce dossier là. Un secret qu’il avait longuement hésité avant de remettre au médecin en mains propres, en échange de somnifère.
 
Tu l’as lu, c’est ça. Le coup de la pizza, ce n’était qu’un leurre. Tu l’as lu, et lorsque tu en as saisi le contenu, tu as débarqué chez moi. Coup de bol, tu m’as surpris en train de lui donner une pizza, aliment Ô combien interdit dans son alimentation. Mais que crois-tu ? J’ai tout de suite deviné que tu l’avais LU. Ce n’était qu’un prétexte.
Tout ça pour une pizza… ? Non, jamais tu n’aurais repris la garde de ton fils pour une partie de fast-food.
Je t’ai dis d’attendre novembre et nous étions en octobre.
Les adultes, tous les mêmes.
Tu en fais malheureusement partie. Si tu savais combien je suis en colère à présent. Cette idée m’a effleuré l’esprit mais elle me fit si mal que je l’écartais. Mais elle revenait, sans cesse, telle une harpie, une mouche à  merde qui me vole autour. Tu l’as lu. Tu le sais maintenant, hein. C’est pour ça que  tu es venu reprendre ton fils.
 
Malgré tous les efforts, il ne parvint pas à se persuader du contraire. La peur l’avait assaillit le soir même de cette dispute. A peine sorti  du domicile, il s’était enfermé dans sa chambre et n’en était plus ressorti. On n’avait obtenu de lui qu’un sombre silence durant lequel il songeait aux derniers mots qu’il avait jeté à Kyle. Des mots qu’il voulait blessants. Des mots qu’il ne pensait pas mais la désillusion le rendait mauvais, voir cruel. Le moment avait été mal choisi. Très mal choisi. Son séjour à Portland, ce n’était pas une petite promenade de santé, loin de là. Il aurait cent fois voulu rester  dans le coin pour Halloween, mais il y a des choses qu’il faut faire et dont on ne peut passer à côté. Il avait passé l’épreuve et…
Et rien du tout. Ce n’est pas la peine d’y songer. C’était comme revivre les derniers moments d’une vie. Les moins glorieux… parce qu’il n’était pas un héros, loin de là. Il représentait plutôt ce genre de personnage totalement maladroit d’une fiction, celui qui provoquait les pires calamités. Tout ce qu’il touchait se détruisait, un peu comme le roi Midas. Tout ce qu’il touchait se transformait, non pas en or mais en sable glissant entre ses doigts. Il n’en restait qu’une pincée dans la paume de sa main, lui rappelant que les bonnes choses de la vie sont éphémères. Les deux mois passés dans la petite tribu Porter l’étaient aussi. Mais c’est fini maintenant. Il revient dans la réalité, l’âpre réalité. L’horrible, la mauvaise, celle qui lui rappelait toutes ses erreurs.
Il ne voulait qu’aider, mais Siegfried avait détruit une fois quelque chose de magnifique, de pur et d’innocent. Il avait beau se dire qu’il n’avait que de bonnes intention, mais l’enfer lui, en était pavé. Aussi, la deuxième fois qu’il manqua de détruire, c’était il y a un moment. Contre toute attente, Kyle l’accueillit à bras ouverts. Mais ce ne fut qu’un bonheur de courte durée. Plus d’Ollie. Plus rien… au moment où son être se reconstruisait, un autre coup de vent  répandit les maigres réparations. Même pas le temps de construire, tout est fait pour se détruire. Aussi, il ne chercha même pas à se défendre puisque la fois où il tenta de « régler le problème », cela s’était fini dans le sang et la douleur. Il apprécia l’invitation de Cassandre, un soir avant son départ, mais cela n’en fit que remuer le couteau dans la plaie. Il n’avait pas osé regarder Ollie dans les yeux lorsqu’il lui promit de « tenter de régler le problème ».
 
Non gamin. Si tu savais… je ne peux rien faire. Ton père sait pourquoi et je pense que c’est mieux ainsi. Il te dira peut-être la vérité une fois grand. Il t’avouera pourquoi il n’a pas pu garder ce drôle de type comme gardien.
Même si rien ne m’a autant révolté.
J’ai envie que tout soit comme avant, si tu savais…
Mais je détruis tout ce que je touche.
 
Il regrettait amèrement les mots jetés à la figure de Kyle. Mais lui-même s’était senti douloureusement trahit. Il l’a lu. Il l’avait lu ! Il savait tout ! Ce n’était pas possible autrement… comment justifier tout ça pour une saloperie de pizza ? C’est tout ce qu’il avait trouvé ?
Il en est devenu malade… il ne savait pas si cette théorie avait une part de vrai. Mais il y avait cru, dans l’immédiat. Cela expliquait ses paroles mauvaises et blessantes.
« Va retrouver ta petite famille. Ou plutôt ce qu’il en reste… »
Ses mots sifflants s’étaient formés dans son esprit, comme une nuée de corbeau en colère. Ils avaient franchis ses lèvres avant même que sa conscience n’ait pu arrêter le désastre. C’était fichu. Le regard blessé de Kyle le hanta toute la nuit. Non content d’avoir failli empoisonner son fils, le voilà qui « joue » avec les sujets sensibles. La famille. La cruauté ne lui allait pas. C’était la douleur qui avait parlé à sa place. Le mal était fait, et le voilà à la case départ.
 
Je prierais pour qu’elle me pardonne
Je voudrais m’isoler, ne plus voir personne, je n’ai plus envie, plus envie de rien.
 
Il espérait également que Porter n’ait pas rapporté ces paroles terribles à Azraël. Malgré leur bonne entente, l’américain pouvait devenir  un véritable petit démon. Il en portait encore les traces sur son corps mais passons. C’était du passé et le passé, on l’enterre dans le béton le plus solide.
Le lendemain, il paru en cours, souriant comme à son habitude. Difficile de le faire alors que tout n’est que larmes et désolation. Mais fréquenter une odieuse société forge le caractère le plus faiblard. Il ne pouvait se permettre de fendiller la coquille malgré le contexte. La colère rongeait ses tripes et s’il voulait, il aurait pu foutre le feu à l’infirmerie (lorsque le médecin s’y trouve, bien évidemment). Mais il avait déjà suffisemment de soucis comme ça. Heureusement, depuis… un certain événement, il s’était rapproché d’Azraël. Connaitre le médecin, ça tisse des liens, que voulez-vous ? Il devait sans doute connaitre la nouvelle, car il en avait parlé avec Kyle, la veille. Siegfried avait simplement  répondu que « ce n’était vraiment pas meilleur moment. Non, vraiment pas. ». Il avait brièvement souris – Ou peut-être était-ce une étrange grimace - et haussé les épaules. En détournant la tête parce que ses petits yeux commençaient à devenir humides. Ce n’était pas le but. Aussi, il changea de sujet : hors de question de parler de ce genre de choses en public.
 
 
Lundi 3 novembre donc. C’est le matin et certains puceaux ont oubliés l’heure réglementaire. Le nouveau chef, de mauvais poil en cette nouvelle matinée qui commençait mal, débarqua dans les deux chambres des puceaux présumés, dont le fameux Marcus. Ce dernier se réveilla, tiré par deux mains agrippés à ses deux chevilles de puceau de merde. L’autre, c’était une fille, mais rien à foutre, chez les RK, tout le monde est pareil. Seau d’eau dans la gueule. Avec des glaçons. Dans le lit. Ha ha.
 
« Debout… » ordonne-t-il « C’est l’heure de se réveiller. C’est bien les enfants, je suis fier de vous. »
 
Petit déjeuner. Tout le monde fait la gueule, mais  il s’en branle. Ses yeux à lui sont rouges de fatigues… et d’autre chose. Mais ce qu’il se passe à l’intérieur ne regarde personne. Rien de grave, tout finira par s’apaiser. Il suffit de… d’ignorer. D’oublier. D’enfermer la douleur et de la contrôler. Tout est éphémère. Il n’y a plus lieu d’espérer quoique ce soit puisque tout se détruit entre ses doigts.
Il aurait pu cent fois retenir Kyle, lui demander pardon pour les mots, pour ses cachotteries pour… pour tout. Il aurait du plier fierté et avouer sa faute, promettant de ne plus le  faire. Il aurait tenu parole. Mais… les mauvais souvenirs étaient revenus. Il aurait du… mais il ne l’a pas fait. Qu’il pouvait le regretter à présent… Ces mots, il ne les avait pas prononcés avec plaisir, loin de là. C’était la colère. Mais voilà, tout se détruit. Et maintenant, il fallait aller en cours, car la vie continue, malgré  la fatalité. Et ce matin, ce n’était pas le plus agréable, mis à part les maths à huit heures. Certes, il appréciait mais pas dans son état d’esprit non. Vient ensuite l’histoire. Merci. Deux heures bien entendu. Il pique du nez plusieurs fois mais il tient bon. Les quelques heures dormies dans l’avion lui ont été bénéfiques. De toute manière, c’était son lot habituel. Le sommeil se faisait casse pied. Les ombres furtives étaient devenues plus nombreuses et fréquentes. Les cauchemars, reflets d’une culpabilité nouvelle, l’assaillaient, cruelles et joyeuses à la fois.
Onze heures. Siegfried avait pris soin d’éviter au mieux l’infirmerie malgré l’envie d’y rentrer et de parler avec Kyle.
 
Parce que ce malaise ne pouvait pas durer. Il ne voulait pas que ça dure. Il tenait à ce nouveau quotidien qu’il avait perdu il y a des années et voilà que ses conneries avaient détruit ce maigre projet qu’il pensait avoir. Mais cette envie était partagée par  celle d’entrer et de tout foutre en l’air. Il l’a lu. Il l’a trahit. Il lui faisait confiance… ! Et il l’a lu… c’était intolérable. Tout simplement… !
Cette pensée le faisait trembler à chaque fois qu’il y pensait. Comment demander pardon à un type qui l’avait doublé ? C’était injuste de penser cela, il n’avait pas de preuves. Mais tant pis. Aussi, il franchit le pas de la porte… et de suite un visage bien connu le fit trembler. Un sourire, le premier véritable, traversa son visage. Héra, déjà prête au cour, comme à son habitude. Il savait qu’il ne pouvait pas la regarder ainsi en public mais l’espace d’un instant, il porta sur elle, un œil brulant. La tentation de tendre la main et de frôler ses cheveux blonds le tarauda mais il tint bon. Juste un regard. C’était pas interdit. Si ? Il fit le Rho Kappa moqueur avec son rictus moqueur à la con. Mais au fond, c’était un rayon de soleil. Un rayon de soleil qui l’avait éblouit et fait oublié un instant sa politesse. Le prof. Sans doute un nouveau. Il se tourna vers la silhouette près du bureau, marmonnant un bref  « Bonjour » mais l’identité du « nouveau » prof le laissa interdit. Il s’arrêta de marcher et le fixa un court instant. Ho putain.
 
« Ho putain. »
 
Bon, ne changeons rien, les pensées deviennent toujours des mots avec le jeune Wade. Et en français s’il vous plait. Attendez, quoi ? Qu’est ce qu’il fous là ? Il se reprend. Parce qu’il a l’air un peu con là à fixer le prof comme ça. Il lui adresse un regard torve mais qui se fait noir, parce que dans son esprit, il en est persuadé. C’est injuste, mais c’est la seule explication possible. Il l’a lu. Tu l’as lu !
Il ne sait pas vraiment comment réagir. Alors il détourne la tête et va s’asseoir au fond de la classe sans rien dire, fortement perturbé. Il est là, à quelques mètres de lui. Et il meurt d’envie de…de quoi ? De réparer son erreur ? Oui. De lui dire combien c’est un fichu connard ? Oui aussi. Mais il y a tant d’autres choses dans ses yeux qu’il exprime sans le vouloir. La douleur d’en être arrivé là. De la douleur. Celle de ne plus partager ces moments avec lui. La frustration aussi… parce qu’il aimerait tant construire pour ne plus détruire.
Il y avait aussi de la crainte. Mais ça, c’était pas voulu.
Il reprit contenance en s’approchant d’Azraël qu’il salua amicalement. L’un des seuls à pouvoir lui redonner un peu de joie malgré les évènements. Passer du temps avec ce type, c’était se faire le moins sérieux possible et d’aller toujours plus loin dans ses limites.
 
« Quoi de neuf dans le coin ? j’ai raté quoi cette semaine ? »
 
Il l’avait prévenu une semaine auparavant, qu’il quittait la Floride pour un temps. Besoin de souffler. C’est tout. Rien de plus. Mais bon, Azraël avait bien  compris qu’il y avait un problème. Oui, un énorme. Mais ce n’est pas le moment d’en parler. Le moment est mal choisi. Il demande alors à Azraël, d’un ton presque sifflant :
 
« C’est quoi le problème, là… qu’est ce qu’il fait là ? Attend, il est prof ? Tu déconnes… ? » Soupir.  Il sort ses affaires. Quelle attitude adopter ? En temps normal, il fait ses autres devoirs en cours de biologie. Pour ce que ça lui sert honnêtement. Mais il ne savait pas quel genre de prof serait Kyle ni à quelle sauce il finirait par être mangé. Il pince la lèvre et soupire. « Tu sais ça depuis quand ? Enfin bon… » Il soupire et se frotte un peu les yeux. « Si j’avais su, bordel. »
 
Il releva la tête, et vit Soraya à qui il adressa un signe amical. L’ancienne Rho Kappa avait rejoint les Sigma Mu. Mais ce qu’ils avaient traversés ensemble avait abolies les rivalités entre confréries. Inutiles de se fâcher pour une telle différence. Il se tourna à nouveau vers l’américain.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Jeu 30 Oct - 1:05

C'est le matin. Enfin il faut croire, parce que l'hiver, c'est traître comme saison. Certains disent qu'on est a automne, mais moi je ne suis pas d'accord. L'hiver, c'est quand il fait nuit quand tu te lèves, et qu'il fait nuit quand tu vas te coucher. Là, ca sonne, je me leve, pas trop le choix, parce que sinon c'est le grand type qui vient me reveiller et je ne veux certainement pas voir son sourire narquois aussi tôt le matin. Ca va, je le vois déjà assez comme ca celui là, pas besoin d'en rajouter. Je me lève, et il fait nuit. Alors ca me fait bailler, forcément. La nuit, c'est fait pour dormir. Je suis pas un grand bosseur, j'aime pas tellement ca, l'école. Les seuls cours qui me plaisent, ce sont les cours de sport. Il n'y a pas vraiment a penser, juste a se défouler, courir sans s'arreter. J'éteinds mon cerveau, quand je fais du sport, et ca me va très bien vu ce qui tourne à l'intérieur. Mais voilà, les cours généraux sont une obligation, on ne peut pas y couper. C'est pas un choix, c'est obligatoire, il parait. Je ne vois pas trop comment les maths ou la biologie pourraient m'aider a mieux courir, mais passons. Je ne sais pas du tout ce que je veux faire de ma vie. Tout ce que je veux, c'est pouvoir faire du sport, de préférence de l'escalade, une bombe à la main. C'est a peu près la seule chose qui me motive vraiment. Ca, et même si je préfererais qu'on m'arrache toutes les dents plutot que de l'admettre, le fait d'avoir été intégré quelque part au sein d'une famille. Parce que le type qui va faire cours aujourd'hui et dont je me moque en buvant mon bol de lait, ce type là et ce qui s'approche le plus d'une famille. Et pourtant, on peut pas dire que ce soit l'entente parfaite, lui et moi. Plutot une longue série de crasses en tout genre. Mais ca rapproche, les crasses, faut pas croire. Alors je me fous de sa gueule, parce que lui il a bossé ca comme un malade, et je sais à quel point il flippe. Mais c'est DEBILE EH ils vont pas te bouffer tes élèves, tu le sais ca ? Déjà, t'es pas comestible. La viande humaine, parait que c'est pas très bon à manger. En plus, vu comme t'es, tu vas en imposer, j'en suis sur. Ca a un petit coté flippant, le mec tout rigide avec une expression fixe. Tu vois ? T'es flippant, alors les élèves vont pas moufter, tu penses. Sauf moi bien sûr. Parce que tu me fais pas peur. Je sais ce qui se cache là dessous à force. Alors j'ai pas peur de toi. Pas tout le temps.

Et je vais te pourrir ton cours. Parce que tu vois, bon, je l'aurais peut être fait de moi même. Bon ok, je l'aurais surement fait. Mais j'avais même pas encore l'idée qui avait germé que t'es venu m'agresser pour que je ne le fasse pas. T'as signé ton arret de mort. En plus, comble du bonheur, tu m'as menacé. Tu m'as dit que tu voulais me mettre aux carottes, sachant que j'ai une sainte horreur de ce légume. Tu voudrais quoi, me transformer en lapin moi aussi ? J'ai rien contre les végétariens, enfin je crois pas, mais si tu savai comme t'as l'air con a bouffer ta carotte comme ca et a me regarder en me balancant "tu devrais essayer, ca rend aimable". Parce que toi t'es quand même la preuve vivante que c'est des conneries, tu sais ? tu dois bien en bouffer un demi quintal par jour et tes pas aimable pour autant. ET PUIS TU ME TRANSFORMERAS PAS EN LAPIN. J'aime la viande moi. Merde. Enfin voilà, t'aurais pas dû me dire de ne pas t'emmerder pour ton premier cours, parce que ca m'a forcément donné envie, et t'aurais pas du me menacer, ou en tout cas menacer mon équilibre alimentaire, parce que tu as touché une corde sensible : mon estomac. Et ca, c'est impardonnable. En plus, comme pour me narguer, hier soir, t'as fait des carottes et de la salade. DE LA SALADE PUTAIN. Mais QUI mange ca a part les escargots ? Sérieusement ? Et toi bien sur. Bon, j'ai pas bronché, j'ai mangé ton repas, après tout je suis chez toi pas vrai ? Mais je me suis dit que ma vengeance serait terrible. Et nous y sommes.

Je sais sur quoi va porter ton cours. Je le sais parce que je t'ai vu potasser. Education sexuelle hein ? Tu vas tellement en chier, Porter. Je te quitte devant le lycée, et je disparais, happé par la foule d'élèves. La matinée s'égrène tranquillement. Puis c'est ton tour. Je traîne dans les couloirs. Je ne suis jamais pressé d'aller en cours, le tien ne fait pas exception a cette règle. Je rentre avec les retardataires, juste avant la dernière sonnerie. Je vais m'assoir là ou il reste de la place, au fond. Je vise la place près du radiateur. Il y a un petit renfoncement, ca me permet de dessiner tranquillement pendant que le cours est donné sans que ce soit trop visible. C'est comme si je prenais des notes. Je fais ca souvent, je ne me suis encore jamais fait pincer. Je te fais un petit salut moqueur de la main en passant près de toi, avec le sourire qui convient. Et je m'assois avec mes petits camarades. Je sors mes affaires sagements, et je te fixe, attendant que tu démarres. On va voir à quelle sauce je vais te cuisiner. Je sens que ce cours va me plaire, tiens.

Et puis j'ai une petite vengeance a mener, aussi. Parce que tu vois, je m'entend bien avec ton fils, moi. Et avec Siegfried. Et toi, tu les as séparés. Pour une histoire de pizza. Je te trouve tellement débile avec ca qu'il n'y a même pas de mots. Ton fils, il erre comme une âme en peine sans vraiment comprendre ce qui lui arrive. Parce que t'as beau être un peu présent pour lui, il a un lien trés particulier avec Siegfried, et tu l'en prives. Pour moi qui n'ai pas de famille, c'est inadmissible que tu sois aussi stupide et borné. Je sais que Sieg assiste au cours. Je ne sais pas s'il va t'ignorer ou te faire la vie. J'en sais rien, franchement, c'est lui qui voit. Moi je sais que je vais te faire la guerre, parce qu'il y a pire que de voir une femme pleurer, c'est de voir un marmot pleurer. Je supporte pas les larmes d'Ollie. Je supporte pas de le voir manger tes légumes sans plus se révolter parce que tu lui a pris ce qui comptait le plus dans sa petite vie de collégien, ce qu'il pensait intouchable. C'est vrai, t'aurais pu le priver de 3DS, de pc, de télé même. Nan, toi t'as préféré virer la personne avec qui ton fils s'entendait le mieux, lui interdire de le voir. Tu veux que je te dises ? T'as encore beaucoup de chemin a faire en ce qui concerne les relations avec autrui. Le seul truc que je trouve vraiment lamentable c'est que ce soit ton gosse qui déguste. Mais t'en fais pas, la roue tourne, alors c'est ton tour.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   Mer 29 Oct - 23:31

Une forme se découpe dans l’ombre d’un appartement. Une main se dépose, agile et calme, sur la tasse de café qu’elle porte à des lèvres couvertes d’une petite couche de barbe mal rasée. Le réveil est toujours un peu difficile. Surtout depuis quelques temps. J’allume une cigarette, dans la lumière artificielle de la cuisine, accoudé au comptoir. A table, derrière un monceau de paquets de gâteaux, se trouve un jeune homme à la mine boudeuse, silencieux comme une tombe, les yeux noirs encore à demi fermés. Le réveil est visiblement très difficile. Ça m’arrange, parce que parfois il pépie. Et que je n’ai pas envie d’entendre un mot pour le moment, trop stressé pour tenir une conversation saine. Aujourd’hui je donne mon premier cours de biologie en commun, avec les Junior et les Senior. Ce qui inclut donc que je vais devoir faire cours avec des adolescents que je fréquente en dehors du lycée ; je parle bien sûr de Siegfried, avec lequel je me suis brouillé une semaine plus tôt… Et toi. Toi qui relève la tête, un peu plus réveillé et qui me jette un sourire narquois en pleine figure. Parce que je SAIS que tu vas foutre le bordel, malgré toutes les menaces. C’est peut-être une vengeance, je ne sais pas. Tout le lycée sait à présent que tu as déserté l’internat pour vivre avec le médecin scolaire. Et visiblement ça te plait moyennement, vu que tu sais que le directeur de Wynwood a choisi de me confier un double métier. Que j’ai bien sûr accepté comme un con.

Je laisse la voiture sur le parking du lycée et tu descends. Un bref salut et tu t’en vas, la démarche légère, avec ton sac sur le dos. Je prends le chemin de l’infirmerie. Par chance mon cours de biologie a lieu en fin de matinée, ce qui fait que mes élèves ont tout le temps de se faire mal avant que je commence mon cours. Et moi, ça me laisse tout le temps de stresser. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas un type pédagogue. Je ne suis pas non plus quelqu’un qui aime enseigner. Soigner, pas de problèmes. Aider, ça a toujours été mon grand truc. Enseigner ? La belle affaire. Je sais que je vais perdre patience. Je sais aussi que je ne serai jamais capable d’être suffisamment pédagogue pour expliquer les choses simplement. Les adolescents sont cruels. Et surtout le petit gnome qui est monté dans ma voiture ce matin pour rejoindre Wynwood avec moi. J’ai la trouille, et ça se sent au tremblement de mes mains alors que je répare le bobo d’une jeune fille qui visiblement ne sait pas très bien courir. Lorsqu’arrive 10h30 arrive, l’heure de ma pause, je reste cloitré dans mon infirmerie et je fume clope sur clope pendant une heure, la gorge en feu et le corps agité. Jeveuxpasyaller. Tout simplement parce que ça m’angoisse. Ça m’angoisse de me dire que je vais devoir faire la classe à une bande de mômes écervelés qui ne vont rien faire d’autre que se payer ma tronche. Tout simplement. Ils vont se moquer, parce que je vais bafouiller, parce que je ne vais pas être capable d’aligner deux mots. Toi tu t’es bien foutu de moi parce que j’ai passé des heures entières dans le salon, sur la table, un monceau de papiers autour de moi, à potasser tous mes cours de biologie de la fac et le programme scolaire de l’année. Je prenais des notes frénétiquement, la clope au bec, en essayant d’engranger de toutes mes forces les informations que j’avais mis des années à retenir. Des cours qui dataient de vingt ans et qui, peut-être, ne signifiaient plus rien vu les progrès de la science. Et toi tu te foutais de moi, derrière, en me disant que j’étais déjà con en tant que médecin, et qu’en prof, ça risquait de donner. Pourquoi je t’ai pris chez moi déjà ? Ah oui, sans doute parce que j’ai bon cœur. Mais je n’ai rien répondu. Je me suis contenté de grommeler. Parce que j’étais bien trop stressé pour répliquer quoi que ce soit, de toute manière. Je n’ai même rien dit quand j’ai vu Ollie foncer dans sa chambre en courant avec deux tablettes de chocolat à la main, avant de claquer la porte et de la fermer à clé pour échapper à mon courroux.

Je sais aussi que Siegfried va venir et ça risque de ne pas vraiment être la joie. Son dossier médical trône toujours sur mon bureau. Il n’a pas bougé. Et je ne l’ai pas lu. J’ai promis de ne pas y toucher avant le mois de Novembre. Malgré le fait que je ne lui adresse plus la parole, je tiens ma promesse. Ce petit bonhomme ignore que c’est déplaisant, de ne plus lui adresser de sourire ou de lui parler. Siegfried c’est un peu le deuxième gosse que je n’ai jamais eu. Il sait parfaitement que mon fils ne m’adresse plus la parole à cause de son renvoi. Mais il a enfreint les règles. Et pour moi c’est impossible. Siegfried ne comprend pas que je ne puisse plus lui faire confiance. Et j’espère un jour qu’il comprendra qu’il a eu tort de défier mon autorité et l’éducation que j’offre à mon fils. Il n’a pas à la contester, point barre. Seulement voilà, il a cours aujourd’hui et moi je commence à paniquer, parce que je n’ai pas envie de me confronter à ces deux oiseaux en même temps. Parce que j’ai de la patience. Mais pour eux c’est complètement hors catégorie. Onze heures. L’heure du casse-pipe. J’ai réuni les deux classes et je commence à me dire que ce n’est VRAIMENT PAS une bonne idée. Je tourne la clé dans la serrure. Et j’entre dans la salle, la peur au ventre. Voilà. Le cours commence dans dix minutes. D’un geste, je tire de mon sac un monceau de feuilles de notes et un énorme thermos de café. Et je maudis l’administration d’interdire la cigarette à l’intérieur des salles de classe. Parce que j’en veux une. J’en ai BESOIN d’une. Je m’accoude contre le bureau, les bras croisés, la mine fermée. Silencieux. La porte est ouverte et lorsque la sonnerie de la classe retentit, les premiers bons élèves entrent, et s’installent en silence. Et je repense aux mots d’Eden. Je le HAIS à cet instant.

« Il faudra bien insister sur l’éducation sexuelle Kyle. Après tout les adolescents ont besoin d’avoir conscience du danger, vos connaissances en tant que médecin vont nous être précieuses. »

Je suis dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Premier cours de biologie [Senior + Junior]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier cours de biologie [Senior + Junior]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier cours de biologie [Senior + Junior]
» Premier cours d'anglais - Prise de contact (Junior/Senior)
» Premier cours de Physique-Chimie [Noel, Libre]
» Premier cours d'équitation pour An' [Avec Lorenzo]
» Les codages HTML de tata Melow || PREMIER COURS : création d'une boîte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: