AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Miami By Night nous attends ! √ Fawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   Mar 2 Déc - 23:50

rp abandonné
Sorry Fawn
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   Dim 9 Nov - 17:06

Cette fois, c'est décidé, je ne recule pas. Je ne recule pas, je ne change pas d'avis, je ne regarde pas en arrière, je fais. Je le laisse m’emmener avec lui, je ne sais où sans prendre soin d'envisager les conséquences. Cette fois, je m'en fou. Cette fois, je n'écoute pas cette petite voix de la raison, comme d'autres l'appelle. Moi, je pense plus à la voix de la prison. Voilà ce qu'elle est véritablement. Une prison. Une dictatrice. Une voix de la raison qui empêche de vivre, n'est pas la bonne voix. Alors non, cette fois, je ne l'écoute pas. Je fonce, je me laisse aller, je fais ce dont j'ai envie ou crois avoir envie. En fait, je n'en sais trop rien. Je veux juste me vider l'esprit. Oublier ce braquage, oublier Siegfried, oublier ce que j'ai vécu. Je ne demande rien de plus, juste ça. C'est pas grand chose quand on voit que certains demandent le monde à leurs pieds. Moi, je ne veux qu'une chose, aller bien ... Aller mieux.

Je lui demande où il compte aller. Et il rit. Sérieusement ? Il rit en me demandant si j'ai peur. Oui, un peu. Abruti. Je te suis comme ça, sur un coup de tête, sans même te connaître réellement. C'est toi, comme ça aurait pu être un autre ...
Le centre ville ? Automatiquement, je me sens un peu soulagée, alors que je ne le devrais peut être pas ... Après tout, il me dit ça, mais pourquoi ne changerait-il pas d'avis ? Non. Fini la paranoïa. J'arrête.J'arrête d'avoir peur, de voir le mal absolument partout. Je change.
A plusieurs reprise, alors que je bégaye, il me rassure, ou essaye de me rassurer. Il fait ce qu'il peut en fait. Le pauvre. Il est amusant, tout en me faisant de la peine. En fait, je n'en sais trop rien ... Il est spécial, c'est sur.
Paytah. Oui, voilà , je me disais qu'il avait un nom particulier. Et dire qu'il s'était moqué du mien ...
Une moto ... Honnêtement, à la vu du truc, j'ai hésité, mais finalement, je décide de monter. Aller. Tranquille. Doucement, il pose sur ma tête un casque, l'attache et s'installe sur sa moto. Je le regarde et me demande si finalement, je ne devrai pas rentrer au chaud mais non ... Je ne renonce pas.

Je m'assoie à califourchon sur le siège. Mes longs cheveux sont balayés par le vent du soir, et j'imagine ce que ça peut faire que d'être à moto. S'accrocher, oui, mais à quoi ? A lui, surement. Hésitante, je passe mes bras autour de sa taille et il démarre.
Il va vite. Très vite même. J'ai froid. Pas étonnant vu ce que je porte. Statique, cela peut passer, mais là, je frissonne. Pire, je gèle. Ouais. Je n'attends qu'une chose, qu'il s'arrête pour que je puisse me réchauffer, mais en fait, j'aime. J'apprécie la sensation, la vitesse. Je sens que tout est possible à cet instant, et ça me fait bizarre. Mais j'aime ça. On roule un bon petit moment. Je ferme les yeux, bercée par la fraîcheur de la nuit et le bruit du moteur. Je pense à Bambi et me demande ce qu'elle doit faire, et ce qu'elle dirait si elle savait. Je pense à mes parents. Au Québec. A ma maison. Je pense à mes balades en forêt. Ça me manque, mais je dois faire avec ...
J'aimerai pouvoir glisser mes pieds dans l'herbe, courir au travers des bois qui bordaient ma maison de vacances. J'aimerai me baigner encore et encore dans la clairière, dans la rivière près du croisement boueux.

Il s'arrête.
Boum, retour à la réalité.


« Nous sommes arrivés !».

Déjà ? Tremblotante, je descends du véhicule, aidée un peu par le jeune homme. Mes jambes sont comme engourdies par le froid, mais je fais comme si de rien n'était, je suis habituée. Comme si m'aider à mettre le casque n'avait pas suffit, il me donne un coup de main pour le retirer. Ma foi, il est galant c'est tout à son honneur non ... Je le regarde et sens le rouge me monter aux joues. Je n'aime pas cette situation, il est près de moi, me fixe avec des yeux que je ne comprends pas ... Je n'aime pas ça. Le seul regard que j'aimais sentir sur moi, était celui de Siegfried, avant ... Non, je ne veux plus repenser à ça, ni même au baiser, et encore moins au hold up. Je zappe.
Sa main s'approche de mon visage et ses doigts effleurent mes cheveux. Dans le même geste, il les arrange derrière mon oreille et ... Et fait apparaître une fleur ... Une hibiscus rose. Il rit. Et moi aussi. Plus discrètement et surement pour une raison différente mais tout de même. Il est mignon. Et un peu niais sans doute. Mais c'est toujours ça. Il ne me fait pas peur. C'est toi qui es naïve, Fawn. Je ne l'écoute pas.

Silence. Il m'entraîne avec lui, dans la ville, jusqu'à un endroit bruyant. Je devine. Je m'en veux d'être venue. Il m'emmène en boite ... Je n'aurai pas du venir. Tu vois, je te l'avais dit. Non, non, et non. Je reste. On entre dans la boite. Musique assourdissante. Lumière aveuglante. Foule abondante. J'ai chaud. Tous mes membres se réchauffent d'un coup, et je commence à me sentir bizarre. Angoisse. Oui, voilà, j'angoisse, soudainement. Mais je ne peux pas faire demi tour. Je n'en ai pas le droit. Je ne peux pas. Je ne le dois pas. C'est interdit. Je fais ce que je peux pour respirer normalement, pour me calmer, mais c'est compliqué. Se sentir bien dans un endroit pareil, c'est compliqué ... Mais je fais ce que je peux.
Il sourit. En voilà, au moins un qui s'amuse. Il se tourne vers moi, encore, puis il hurle. « ON VA S'ECLATEEEEEER ! . Si tu le dis ... Puis il se précipite vers la piste de danse, m’entraînant avec lui au passage. Je heurte des gens déchaînés, bouscule des couples aux airs excités ... J'ai peur. Oui, c'est de la peur ce que je ressens, mais je dois en faire abstraction et quand il me demande si je veux bien danser, je ne peux pas dire non et je hoche la tête furtivement. Je ne m'y connais pas, ne sais pas quoi faire, alors je m'approche et fait en sorte d'être à l'aise, j'ai l'air coincé, je sais mais tant pis.

La danse, si on peut appeler ça comme ça, ne dure pas très longtemps, je me sens faible. Je n'ai rien mangé de la journée en fait. Je m'éclipse et fait signe à Paytah de venir avec moi ...« Je suis un peu fatiguée là et .. J'ai faim .. Tu préfère pas qu'on aille manger un truc ? .» Décider. Je venais de décider de quelque chose. Aller, pourquoi pas ? « Je sais pas .. Même McDo, ça m'irait, tu sais ...

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   Sam 1 Nov - 22:57

Miami By Night nous attends!Paytah & Fawn
Il attendait la réponse de Fawn, mais il n'en reçu aucune.
Il remarqua que la rouquine s'ennuyait et le lui dit. La jeune-fille nia en ne finissant pas sa phrase, car le sosie de Booboo Stewart l'invita à venir avec lui s'amuser. Cette fois, il n'avait pas fait son prince charmant, ni de gentleman forcé. Il avait été NA-TU-REL.
Pour une fois dans sa vie. La 1ère fois.
«Okay. Euh ... Alors, on va où ? »
« Quoi ? Tu as peur ? », lança du tac au tac mystérieusement Pay avec un regard de feu. Il pouffa de rire.
« Non je plaisante. On va au centre-ville. On va s'éclater ! »
Le Sioux lui fit un clin d'oeil.
S'éclater pour Pay se résumait à beaucoup de choses, dont aller en boîte, faire la fête et sortir.
Il se remêttait petit à petit dans le bain d'être un PS et allait de nouveau faire la fête.
Il se pencha en avant, se mettant sur la pointe des pieds, puis dit à la jumelle de Bambi : « Au cas où tu aurais oublié, je m’appelle Paytah. ».
Il se mit à rire, ses yeux devenant des yeux de chinois, en arc de cercle.

«Je ... Euh ... C'est pas grave pour la dernière fois, j'ai l'habitude, donc .. », bredouilla la fille.
« Hé-hé-hé relax okay ? Je vais pas te manger, je ne suis pas un quileute ni mon cousin. »
Pay voulait rassurer la fille qui semblait pas en confiance et encore un peu hésitante.
Il la remercia de lui avoir pardonné, puis l'entraina dans le parking jusqu'à sa moto rouge et blanche. Il prit un casque et le mit à Fawn, puis monta sur sa moto, avant de faire signe à la rouquine qu'elle pouvait monter derrière lui.
Il démarra lorsque Fawn fût sur sa bécanne, puis la prévînt : « Accroche toi ! ».
Contrairement en voiture, Pay roulait très vite à moto.
Il fonça donc sur la route, franchissant les grilles, laissant Wynwood derrière lui.

Il roula jusqu'au centre-ville puis se gara devant un coiffeur, non loin d'une discothèque.
Il lança à Fawn : « Nous sommes arrivés ! », attendit qu'elle descende, puis descendit à son tour. Il ôta le casque à Fawn, lui fit le coup de la fleur et...-REWIND : Pour ceux qui ne savent pas, le coup de la fleur, c'est Pay qui écarte les mèches des cheveux des filles et qui sort de derrière l'oreille de la fille une fleur magnifique qu'il a auparavant cueilli.-.
Il lui fit le coup de la fleur-il lui offrit un Hibiscus rose-, pouffa de rire, puis invita Fawn à le suivre. Il l'entraina dans la rue, tourna au coin de la rue, puis se précipita devant un videur en souriant de toutes ses dents.
Pay fit son sourire craquant et le videur les laissa entrer. Des spots lumineux colorés, l'odeur de l'alcool et de la cigarette, et une musique à en crever les tympans les acceuillit.
Le PS éclairé de lumière rose, bleu et rouge, se tourna vers Fawn et lui hurla à cause de la musique : « ON VA S'ECLATEEEEEER ! ».
Il fit un big smile, montrant ses dents blanches, puis se précipita sur la piste de danse. Il demanda à la rousse : « Fawn, tu veux bien danser avec moi ? », avant de lui faire un sourire trop mignon, comme il savait si bien le faire.


(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   Jeu 30 Oct - 18:41

Des fois, je me demande vraiment ce que je fais là. Pas , appuyée à ce mur, le regard vide. Je me demande juste ce que je fais ici, à Miami. Je me demande ce que je faisais là-bas, à Québec. Je me demande en fait, tout simplement, qu'elle est la raison de ma présence sur cette Terre. Je me demande pourquoi j'existe, si j'ai un objectif, quelque chose à accomplir. Mais je n'ai jamais, jamais trouvé la réponse. Même pas quelques brides, quelques lueurs d'espoirs, quelques ondes positives. Celles de ma soeur. Ouais. Mais ça ne me suffit plus. Siegfried n'est plus là. Enfin, si, mais pas comme je le voudrais. Ma foi, je me suis fait une raison. Après tout, je ne vois aucun intérêt, de m'attacher, de croire, d’espérer. Ils sont tous pareils. Je le savais. Et je n'aurai pas du replonger, me faire encore avoir. Mais qu'est-ce que j'y peux. Je suis comme ça. Je subis et c'est tout. Comme toujours. Ça a toujours était comme ça ... Alors, j'ai dû m'habituer, forcément. Et là, je suis assise contre ce mur, comme une idiote, à ruminer et me repasser chaque période de ma vie, chaque moment douloureux. Ça et le braquage. C'est dur. Dur d'y penser. Dur d'oublier. Parce que quand je crois que c'est fini, ça revient, encore et toujours. Dans mes rêves, partout.

Je ne vais pas bien c'est évident.

Le soleil s'est couché, et je n'ai pas vu le temps passer. Encore. Ça m'arrive de plus en plus souvent. Ces moments d’absences, comme si mon corps restait vide pendant quelques secondes, minutes ou heures. Mais ça ne me dérange pas. J'aime bien. J'ai l'impression d'être au moins en sécurité. Je regarde la montre qui se balade sur mon poignet. Dix neuf heures quarante. Déjà ? Je suis surprise, et paniquée. Ce soir, je devais voir Bambi, manger avec elle, passer une soirée entre filles, entre sœurs jumelles. Et pour ne pas changer, j'allais être en retard. Encore. J'attrape mon téléphone, histoire de prévenir. Prévenir. Voilà, un mot que je connais bien. Un mot que je connais parfaitement même. J'ai passé ma vie à prévenir et à être prévenue, parce qu'il fallait que je me protège et que je sois protégée. Couvée comme un bébé tout juste sorti, comme un oisillon à peine né. Couvée comme un objet fragile qu'on a peur de briser. Oui, c'est exactement ce que je suis et ce que j'ai toujours été. Un objet. Un objet qui se baladait de bras en bras chaleureux .
Je tapote sur l'écran, histoire de le déverrouiller, puis me redresse. Mes jambes sont engourdis. Se tenir, plus d'une heure accroupie, j'avais oublié que ça se ressentait forcément. Vite fait, je m'arrange, dépoussière mon jean et tire sur mon pull. J'ai pas changé. Je me regarde rapidement. Non, vraiment, je n'ai pas du tout changé. Toujours ces longs cheveux roux et doux, toujours cette tenue banale et discrète. Ça c'est bien moi.
Mes doigts trace des traits sur mon Sony Xperia pour former la phrase "Je serai un peu en retard, mais ne t'en fais pas, j'arrive ...". Je m'apprête à l'en voyer, quand je suis interpellée. Au début, je me dis que ce n'est pas moi, alors je lève la tête, quand même au cas où. Puis je le vois. Cet idiot d'indien. Il est là, près de moi avec son sourire de beau gosse, qu'il croit ravageur.

Honnêtement, j'ai un mauvais souvenir de lui. Oui, j'ai l'habitude qu'on se moque de mon prénom, pas banal, mais lui, c'était vraiment trop. Un stupide adolescent qui se prend pour un don juan ... Je le regarde, de côté, sans trop m’intéresser, et j'espère de toutes mes forces qu'il va s'en aller, sinon, il ne ferait que me retarder. Mais, comme un chieur reste un chieur, il ne bouge pas. Il reste là et enchaîne. « Je suis désolé de m'être moqué de toi la... dernière fois que je t'ai vu. Ce n'était pas...très...correct de ma part. Je ne recommencerais plus. ». Des excuses ? Okay je m'en fou. Beh dis le lui. Non, je peux pas. Pourquoi ? Parce que, je ne suis pas comme ça. Eh bien tu devrai ... Oui, c'est vrai. Je le sais. Mais je ne dis rien. Comme d'habitude. « Tu as l'air de bien t'ennuyer !. Euh, non en fait pas vraiment j'allais justement rejoindre ... . « Allez, viens avec moi. On va s'amuser un peu ! » N'y vas pas, Fawn. Ta soeur t'attends, écoute moi ... J'entends cette petite voix dans ma tête. La voix de la raison surement, mais je ne sais pas quoi faire ... J'hésite, j'ai envie de l'écouter, mais quelque chose me pousse à désobéir. A le suivre lui, plutôt que de rejoindre Bambi. Non, ne fais pas ça. Tu sais très bien que ta soeur va s’inquiéter, rentre. Je le regarde. Il a l'air de m'attendre. De m'attendre moi, et personne d'autre. Comme si le reste dépendait de moi. Comme si j'avais le choix, le pouvoir de contrôler cette unique soirée. C'est la première fois. J'ai une boule dans le ventre. Mon téléphone se fait sentir dans ma main qui commence à trembler légèrement. De l'adrénaline ? Oui, peut être.
Fawn, ne fait pas ça. Si, cette fois ci, je vais le faire.

«Okay. Euh ... Alors, on va où ? »

Maintenant, je ne pouvais plus faire demi tour.

«Je ... Euh ... C'est pas grave pour la dernière fois, j'ai l'habitude, donc .. »

En retrait, derrière ce gars, dont je ne me souvenais plus le nom, j'envoyais le message fatidique, la dernière pièce du puzzle. "Bambi ... Je préfère me reposer ce soir, on reporte ça à une prochaine fois, je suis fatiguée, on se voit demain, de toute façon ..". Tu viens de lui mentir ? Oui, c'est ce que je viens de faire ... Tu es sur de ce que tu fais ? Non ... C'est dangereux ? Oui, ça l'est ... C'est pour cela, que tu ne devrais pas ... Rentre. Non, je v'y vais. Je vais le faire, je peux le faire. Ouais, je peux.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   Mar 28 Oct - 21:24

Miami By Night nous attends!Paytah & Fawn
Paytah Yellow sortit du bâtiment des Pi Sigma en claquant la porte, le sourire aux lèvres.
Mains dans les poches de son blouson en cuir noir, il se mit à marcher vers le parking du lycée pour enfourcher sa moto direction le centre ville.
Il faisait nuit noire mais le temps était superbe. Il faisait 24°C et les rafales allaient à 25 km/h.
Le Sioux de Cheyenne River marchait tranquillement dans la cour de son établissement, saluant les filles qui passaient au passage.
Il portait une veste en cuir noire, un t-shirt vert pomme pâle, un jean noir et des baskets blanches. A son cou était le collier avec le pendentif rond et Jésus sur la Croix dessus et à ses poignets étaient sa montre et deux bracelets sillyband qui représente des filles qui dansent. A son oreille gauche était une boucle d'oreille en argent et à son oreille droite étaient deux boucles d'oreilles en argent. Sa frange retombait sur ses yeux. [HRP : En fait faut pas regarder la coiffure de la photo. Pay a une frange qui lui retombe sur ses yeux un peu comme ça : ICI]
Il rayonnait de joie et de bonne humeur et ses yeux étincelaient de joie de vivre. Bref. Il était content.

Il marchait d'un pas rapide, pressé d'aller à Miami By Night. Il avait encore de l’entraînement à faire. Essai numéro 1260 : draguer une fille.
Mais soudain, son regard repéra une jeune-fille qui semblait s'ennuyer à mourir.
Il s'arrêta donc près de la demoiselle et la reconnu. C'était Fawn Rivest, la jumelle de sa souffre douleur favorite, Bambi Rivest.
Étrangement, il trouva que Fawn ressemblait à Bambi Rivest et qu'elle était plus jolie que la dernière fois qu'il l'avait vu. Il se dit alors qu'il devrait la changer dans son classement et la faire remonter un peu. Qui allait la remplacer ? Sûrement Alma Rodriguez ! Pay se demandait souvent ce que Ty avait trouvé à Alma comme ça...Pour Pay...Alma n'était pas très jolie. Ce classement était beaucoup trop compliqué à faire ! Il y avait tant de filles, et puis...à la base elles étaient toutes jolies sauf Tess.
En plus, il y avait de nouvelles filles qui étaient arrivées depuis etil fallait refaire tout le classement de A à Z, ça changerait tout, tout, tout ! Mais personne ne pourrait détrôner Leahna, Ashlyn et Jewel.
Pay se souvînt que la première (et dernière) fois qu'il avait vu la sœur de Bambi, il s'était moquée d'elle et de sa famille au sujet du prénom des deux fausses sœurs jumelles. Il baissa les yeux, un peu honteux d'avoir jugé Fawn sur son prénom. Juger les gens sur leurs prénoms ou noms de famille était la dernière chose à faire !
Qui sait si un jour il appellerait pas son enfant Yakari * ?

Le Pi Sigma trop mignon s'approcha de Fawn, s'appuya contre le mur et lui dit avec un sourire so cute : «Hey salut ! Ça va ? ».
Il fit une pause puis s'excusa : « Je suis désolé de m'être moqué de toi la... dernière fois que je t'ai vu. Ce n'était pas...très...correct de ma part. Je ne recommencerais plus. ».
Paytah se demandait si Fawn se souvenait de ce jour. En tout cas, il s'était excusé.
Le Sioux de Cheyenne River Blanc à l'intérieur détourna ses regards du visage de la rouquine pour regarder le paysage Wynwoodien. Il attendit un moment, puis, lança à Fawn :
« Tu as l'air de bien t'ennuyer ! ».
Il fit un sourire, puis se mit en marche avant de se retourner vers la jumelle de son ennemie juré et de lui lancer avec un sourire craquant, mains toujours dans les poches, en lui faisant un signe de tête : « Allez, viens avec moi. On va s'amuser un peu ! »
Le naturel. Rester naturel. Ça marcherait peut être. En tout cas, Pay ne pouvait pas faire mieux : il était resté naturel pour une fois.
Le Pi Sigma espérait que Fawn accepterait son invitation. Il imaginait la tête que ferait Bambi lorsqu'elle apprendrait que sa sœur était partie en ville avec son « bourreau tyran ».
Si la Québécoise acceptait, Pay aurait bien de la chance, car ce serait la 1ère fille qui accepterait son invitation...Quoi que... Kiseki avait bien accepté son invitation à manger chez lui.
Le Sioux n'avait plus qu'à croiser ses doigts pour Fawn. Il espérait qu'elle accepte .
Miami By Night n'attendait plus qu'eux !

* Clin d'oeil à l'histoire du futur de Pay. Un de ses fils s'appelle Yakari.



(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Miami By Night nous attends ! √ Fawn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Miami By Night nous attends ! √ Fawn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi fêter le 1er mai? Jean Erich René Miami le 1er mai 2009 Nous nous co
» ce que nous faisons : les sauts en image
» NEG MIAMI SOT VE LAVARUCE GAUDET QUAND DU DA POU PREZUDAN !
» Haiti en Marche nous parle de Little Haiti
» Mr Manning Comments at the summit of the Americas: miami herald Jacqueline Charl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: