AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Ven 17 Oct - 21:35

« Voilà, fais comme chez toi. J’irai te faire faire le tour du propriétaire quand t’auras mangé si tu veux »

Le téléphone d'Eden sonna et il s'éloigna pour répondre après lui avoir sourit.
Jaya suivit Anjali qui de hâta à mettre la table :

« Tu verras, Miami c’est vraiment différent, mais c’est magnifique »

Jaya la regarda déposer toutes sortes de plats connus et méconnus sur la table.

« Voilà, je t’ai fait un peu de tout, je ne sais pas ce que tu aimes. Il y a aussi des plats Américains au cas où tu voudrais te plonger directement dans la culture américaines ou anglaise. »

"Merci Anjali, il ne fallait pas en faire autant."

Jaya lui sourit reconnaissante d'un tel accueil. Eden revint après avoir raccroché.

« Sasha et James sont planqués quelque part ? Ou t’attends quelqu’un ? »

« Eden, fais-moi plaisir et mange. Moi je vous laisse je vais en ville »

Jaya sourit les observant, sans savoir qui étaient Sasha et James. Anjali disparut les laissant seuls et Eden se tourna vers la jeune femme :

« Jaya, j’imagine que t’es pas venue ici parce que tu trouvais que Miami était une belle ville. Si je suis parti sans vraiment dire un mot c’est parce que le mariage, tout ça c’est trop rapide pour moi en plus mes parents n’allaient surement pas apprécier. Bon j’ai 26 ans, je suis un grand garçon, mais ils sont assez… imposants. Ils ne comprennent pas la richesse de l’Inde, pour eux c’est un pays pauvres avec des gens pauvres. Ils ne voient que par leur entreprise, l’argent, la grande classe. Ils veulent pas tenter de comprendre »

Jaya le regarda, écoutant ce qu'il a à dire. Elle n'osait pas lui poser la question depuis l'aéroport mais il s'y était lancé lui même. Et l'entendre dire qu'il ne voulait pas de mariage lui fit mal au coeur. Evidemment. À quoi s'attendait-elle en venant retrouver un fiancé qui s'était enfouit ? Qu'il l'accueillerait a bras ouverts ? Elle était naïve, beaucoup trop.. Eden reprit :

« C’était en aucun cas toi, le problème, mais tout ça, ce mariage aussi rapide pour au final t’offrir une vie de princesse en Amérique, je peux encore te l’offrir sans spécialement penser mariage tout de suite. J’ai 26 ans, t’en as 23 et je suis même pas sûre que tu sois vraiment prête à te marier comme ça, fin bon ça c’est un autre débat. »

Jaya baissa les yeux sur son assiette ne sachant que lui répondre. Il ne lui restait plus qu'à faire demi tour et rentrer chez elle.. Elle aurait du rester avec son père. Eden qui jouait avec son briquet reprit :

« Je suis vraiment content que tu sois là, honnêtement. Je réalise pas vraiment en fait, mais ça me fait plaisir et j’ai pas non plus envie que tu ailles vivre ailleurs, parce que ça montrerait que je ne veux pas de toi dans ma vie, ou que je te repousse et c’est pas ce que je veux. Surtout que je m’ennuie un peu dans cette grande maison, tout seul et je pense que tu peux avoir tout ce que tu veux. T’as une piscine, un jacuzzi, une belle vue, une domestique de ton propre pays. Je peux te faire rencontrer des gens, il faut aussi que je te présente à mes frères et à mes parents, je peux t’offrir tout ce que tu veux et si j’étais capable de te décrocher la lune, je le ferais. Donc voilà, je te laisse le choix. Je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise, ou de côté ni même de trop dans ma vie parce que t’y a clairement ta place et tu l’as toujours eue. J’peux pas t’obliger, Jaya. »

Elle releva la tête et le regarda alors qu'il se tournait vers elle pour lui sourire d'un air coupable. Elle leva la main pour la poser sur sa joue et un sourire se dessina à son tour sur ses lèvres. Finalement elle ne s'était peut être pas trompée. Il semblerait qu'il ne l'ait pas complètement oublié.

"Tu n'as pas besoin de me décrocher la lune Eden. Je ne suis pas venue pour ça, je suis venue parce que je voulais te revoir et aussi des explications. Tu t'es enfouit comme si tu avais le diable à tes trousses. Généralement c'est les mariées qui s'enfouit au mariage, c'est assez surprenant."

Elle eut un petit rire et le regarda, toujours en souriant.

"Je ne veux pas de tout ce que tu penses m'offrir, je ne suis pas là pour ton luxe. Quoique je ne dirais pas non au jacuzzi..Mais d'abord je vais manger, l'avion m'a fait stresser et je n'ai pas avalé grand chose."

Elle déposa un baiser sur sa joue et se tourna vers la table avec appétit, maintenant que les choses étaient claires et qu'elle savait qu'il l'acceptait encore dans sa vie, Jaya se sentait affamée et pouvait manger tranquillement.

Elle attaqua donc les plats, mélangeant indien et américain. Elle était peut etre habitué à manger indien tous les jours mais ça ne lui déplaisait pas cette autre cuisine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Ven 17 Oct - 17:19

"Euh.. Je.. Je n'avais pas prévu d'endroit où m'arrêter. Je pourrais rester chez toi jusqu'à trouver un autre endroit..? J'essaierais de trouver quelque chose rapidement. Et j'aimerais bien manger les plats d'Anjali."

Jaya avait l’air mal à l’aise. Sans doute qu’Anjali avait déjà tout prévu et qu’elle n’avait pas du tout prévenu Eden. Dans un sens, elle avait continué dans la logique des choses et si elle lui avait trouvé un appartement, probablement qu’il l’aurait mal prit. Eden n’avait rien contre le fait que Jaya vive chez lui, bien au contraire, mais ne voulait pas lui imposer sa présence après ce qu’il avait fait. Elle pouvait lui en vouloir, ça serait totalement légitime, bien qu’elle n’en avait pas l’air. Il l’a regarda en souriant

« Si tu cherches un autre endroit, je vais vraiment me vexer »
lui répondit-il sur le ton de l’humour « Non mais t’en fais pas, j’ai largement la place, mais peut-être que tu veux ton petit chez toi ou je ne sais pas. »

ils se dirigèrent ensuite vers la sortie de l’aéroport et puis jusqu’à la voiture. Eden ouvrit le coffre et Jaya s’empressa d’y mettre sa valise avant de monter à l’avant du véhicule. Une fois le contact mis, ils s’éloignèrent de l’aéroport, prenant l’autoroute pour rejoindre la ville où il vivait : Wynwood. Le décor qu’offrait Miami défilait ce à quoi il ne fit même plus attention depuis le temps. Jaya, elle, avait l’air de s’y intéresser. Ca devait vraiment la changer de l’Inde. Beaucoup plus grand, beaucoup plus d’infrastructure et des building lumineux. Les bâtiments étaient tous en bon état, et rien que Wynwood était une ville de bourge, normalement. Les étudiants au revenu limité devaient demander une bourse d’étude pour survivre et pourtant, cette ville était tellement agréable qu’ils ne s’en plaignaient presque pas.

« Ca doit te changer de Bombay »
lui dit-il toujours en gardant les yeux rivés sur la route, tournant la tête de temps en temps pour la regarder. Lorsqu’il prit la sortie qui les menait à Wynwood, il ne restait plus qu’une dizaine de minutes avant de rejoindre la villa où il vivait et probablement où Anjali les attendait. Elle avait surement préparé un repas digne de ce nom. Avec elle, Jaya se sentirait peut-être un peu moins dépaysée. Il lui avait aussi fallut un moment avant de se faire à la vie américaine, mais aujourd’hui, Anja’ était épanouie. Eden la payait largement et lui payait même le loyer de l’appartement qu’il lui avait trouvé. Lorsqu’elle voulait une journée de congé, il n’y voyait aucun inconvénient, ne la prenant pas vraiment pour comme employée, mais surtout comme une amie.

Eden se gara dans l’allée en face d’une énorme villa qui était la sienne. Il sortit de la voiture et Jaya s’empressa de récupérer sa valise qui l’attendait sagement dans le coffre du coupé cabriolet. Il l’invita à entrer alors qu’Anjali vint à leur rencontre. Eden l’avait déjà vue ce matin et de toute façon, elle venait surtout accueillir Jaya. Elle s’inquiéta de savoir comment s’était passé le voyage et lorsqu’elles eurent terminé, Eden s’adressa à Jaya :

« Voilà, fais comme chez toi. J’irai te faire faire le tour du propriétaire quand t’auras mangé si tu veux » finit-il par lui dire en souriant. Son portable résonna dans la poche de son jeans. Il s’empressa de le dégainer et s’éloignait sur la terrasse pour continuer la conversation avec Peter alors qu’Anjali continua la discussion avec Jaya, tout en terminant de préparer le petit déjeuner.

« Tu verras, Miami c’est vraiment différent, mais c’est magnifique » lui dit-elle.

Elle déposa un peu de tout sur la table : des plats indiens, des crêpes et mêmes des spécialités américaines ou anglaises. Sans doute pensait-elle qu’Eden allait lui aussi manger. Il y avait de quoi faire un vrai festin pour une vingtaine de personnes.

« Voilà, je t’ai fait un peu de tout, je ne sais pas ce que tu aimes. Il y a aussi des plats Américains au cas où tu voudrais te plonger directement dans la culture américaines ou anglaise. »


Lorsqu’Eden revint il se stoppa net à la vue de tous les plats se trouvant sur la table. Alors qu’Anjali déposait des couverts et une assiette en face de la jeune indienne, il prit la parole :

« Sasha et James sont planqués quelque part ? Ou t’attends quelqu’un ? »
il lui adressa un sourire moqueur et vint s’installer près de Jaya sans l’intention de manger pour autant « Ben au moins t’as l’embarras du choix » « Eden, fais-moi plaisir et mange. Moi je vous laisse je vais en ville » Elle disparu aussi vite et plus sérieusement Eden s’adressa à Jaya : « Jaya, j’imagine que t’es pas venue ici parce que tu trouvais que Miami était une belle ville. Si je suis parti sans vraiment dire un mot c’est parce que le mariage, tout ça c’est trop rapide pour moi en plus mes parents n’allaient surement pas apprécier. Bon j’ai 26 ans, je suis un grand garçon, mais ils sont assez… imposants. Ils ne comprennent pas la richesse de l’Inde, pour eux c’est un pays pauvres avec des gens pauvres. Ils ne voient que par leur entreprise, l’argent, la grande classe. Ils veulent pas tenter de comprendre » il hésita et reprit « C’était en aucun cas toi, le problème, mais tout ça, ce mariage aussi rapide pour au final t’offrir une vie de princesse en Amérique, je peux encore te l’offrir sans spécialement penser mariage tout de suite. J’ai 26 ans, t’en as 23 et je suis même pas sûre que tu sois vraiment prête à te marier comme ça, fin bon ça c’est un autre débat. » Il jouait avec son briquet et reprit « Je suis vraiment content que tu sois là, honnêtement. Je réalise pas vraiment en fait, mais ça me fait plaisir et j’ai pas non plus envie que tu ailles vivre ailleurs, parce que ça montrerait que je ne veux pas de toi dans ma vie, ou que je te repousse et c’est pas ce que je veux. Surtout que je m’ennuie un peu dans cette grande maison, tout seul et je pense que tu peux avoir tout ce que tu veux. T’as une piscine, un jacuzzi, une belle vue, une domestique de ton propre pays. Je peux te faire rencontrer des gens, il faut aussi que je te présente à mes frères et à mes parents, je peux t’offrir tout ce que tu veux et si j’étais capable de te décrocher la lune, je le ferais. Donc voilà, je te laisse le choix. Je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise, ou de côté ni même de trop dans ma vie parce que t’y a clairement ta place et tu l’as toujours eue. J’peux pas t’obliger, Jaya. »

Il tourna la tête vers elle et esquissa un léger sourire, culpabilisant. Il était pas vraiment convaincu et s’en voulait d’être parti comme ça, mais d’un autre côté il n’aurait jamais pu se marier comme ça, aussi rapidement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Ven 17 Oct - 12:18

« c’est pas grave, t’en fais pas. Je suis là, c’est le principal. T'as fait un bon vol? »

Jaya lui sourit et hocha la tête.

"Oui."

« Je t’emmène où ? T’as envie de quoi ? Si t’as faim on peut aller prendre un petit dej à une terrasse, si t’es déjà en manque de spécialités indiennes, Anjali est chez moi, elle pourra te préparer un truc. Si tu veux te reposer… Je peux te conduire… Tu comptes dormir où au fait ? Fin je veux dire tu t’es trouvé un appart d’Inde ? Tu veux payer super cher pour une chambre d’hôtel ou bien je t’offre l’hospitalité ? »

Jaya fronça les sourcils, un peu perdue avec toutes ses questions. Et puis elle avait cru qu'elle irait chez lui, que c'était tout naturel, logique. Mais maintenant qu'il lui posait la question de où elle comptait loger... Elle se sentit un peu mal à l'aise. Peut-être n'était-ce pas normal tout compte fait, qu'elle reste chez lui ? Peut-être même qu'il ne désirait pas la laisser habiter chez lui.. Elle se sentit honteuse d'avoir débarqué ainsi sans le prévenir et sans lui demander s'il accepterait qu'elle vienne ainsi et réapparaisse dans son pays, sa ville, chez lui, dans sa vie...

"Euh.. Je.. Je n'avais pas prévu d'endroit où m'arrêter. Je pourrais rester chez toi jusqu'à trouver un autre endroit..? J'essaierais de trouver quelque chose rapidement. Et j'aimerais bien manger les plats d'Anjali."

Elle le regarda et se mordit la lèvre. Elle ne voulait pas qu'il lui paie quelque chose, donc préférait manger ce que Anjali aurait préparé. Et elle demanderait de l'aide à la femme indienne pour trouver un endroit où habiter.
Jaya se dirigea vers la sortie tirant sa valise derrière elle et lorsque Eden ouvrit le coffre de sa voiture, elle y mit sa valise avant qu'il n'ait eu le temps de le faire. Elle ne voulait pas être un fardeau pour lui. Pas des son arrivé. Et elle essaierait de ne pas l'être du tout. Mais peut-être rien que sa présence était un fardeau pour Eden..?

Jaya soupira tristement et monta dans la voiture à côté d'Eden. Il démarra et elle observa par la vitre la ville de Miami. C'était si different, si nouveau pour elle. Cette ville semblait si immense, pourrait-elle se retrouver dans ce labyrinthe ? Elle se tourne vers Eden qui conduisait. Elle était heureuse de le retrouver mais en même temps il y avait un sentiment de mal être qui la dérangeait. Car elle ignorait ce qu'il s'était passé. Pourquoi il était partit ? Pourquoi ne l'avait-il pas contacté ? Qu'est ce qui avait changé durant ces trois mois qu'ils ne s'étaient pas vu ? L'aimait-il toujours comme auparavant ? Restait-il encore un peu de cet amour dans son coeur ou l'avait-il complètement oublié ? Elle ne savait pas si elle devait lui poser ces questions tout de suite ou bien attendre un peu. Et les réponses qu'il lui donnerait l'effrayaient. Elle redoutait le moment où elle entendrait ce qu'il avait à lui dire. Et si elle faisait semblant et ne lui demandait rien ? Si elle faisait comme si rien n'avait changé entre eux ? C'était assez difficile à faire. Mais pourtant elle avait l'impression que c'était ainsi. Sinon pourquoi l'aurait-il embrassé ainsi sur le front à l'aéroport ? Ce n'est pas ainsi qu'on salue quelqu'un. Ce n'était pas pour la saluer, elle était sûre qu'il l'aimait encore. N'est-ce pas ? Jaya se détourna et reporta son intention sur la ville qui défilait.

Ils finirent par se garer devant une grande villa et Jaya sortit de la voiture pour admirer l'endroit où vivait son fiancé. C'était tout simplement magnifique. Elle en resta sans mots. Jaya se pressa de récupérer sa valise et suivit Eden à l'intérieur où Anjali vint les accueillir. La jeune femme salua la servante d'Eden qui lui demandait si le voyage s'était bien passé. Jaya la rassura et la remercia.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Jeu 16 Oct - 23:54

Eden attendait là depuis bientôt dix minutes maintenant. Tantôt il regardait par la baie vitrée et puis lorsque les minutes diminuèrent, il se décida à rejoindre les autres personnes, là où on accueillait les nouveaux arrivants. Le jeune homme observait les personnes heureuses à l’idée de retrouver un membre de leur famille ou encore un ami perdu de vue. Lui, au final, il était là parce qu’on lui avait demandé, pour venir chercher une demoiselle qu’il n’avait plus vue depuis plusieurs mois maintenant, il savait qu’il n’aurait pas de mal à la reconnaître, parce que Jaya avait un visage qu’on n’oubliait pas facilement. D’ailleurs, il avait toujours cette photo d’elle dans le tiroir de son bureau, il se surprenait parfois à la regarder, comme s’il avait peur d’oublier le sourire de la jeune indienne et pourtant, là, il se sentait plus stressé qu’autre chose. Il posa ses yeux sur ces gens, certains avec des pancartes afin d’être sûrs de repérer la bonne personne, d’autres rigolaient et préparait déjà leur emploi du temps. Eden, lui, ne savait rien. Il savait qu’il devait la récupérer, mais après ? Avait-elle un endroit où loger ? La ramènerait-il chez lui ? Peut-être même qu’elle voudrait aller manger un truc et se poser un peu, bien que toutes ces heures dans cet avion devaient la rendre allergique à tout sièges ou fauteuils qui se proposeraient à elle. Peut-être qu’elle avait besoin de repos, de dormir dans un lit ou encore prendre une douche. C’était des choses qui se faisaient lorsqu’on avait passé plusieurs heures dans un avion et tout ça, Eden pouvait le lui proposer, lui offrir. Néanmoins, il se doutait que si elle était là c’était pas tellement pour son confort, mais pour avoir des réponses. Comme l’explication à la fuite du jeune homme, sans vraiment donner signe de vie.

Enfin, du mouvement dans le hall d’accueil de l’aéroport attira l’attention de l’ainé des Cobb. Il se tourna et posa son regard sur chacune des têtes arrivantes, sans vraiment trouver celle qu’il cherchait réellement. Il ne perdit cependant pas espoir, et continua à les regarder, un par un, n’hésitant pas à se déplacer pour mieux voir. Tous des indiens, quelques américains et puis enfin, son regard croisa les grands yeux de celle qu’il attendait depuis une éternité maintenant, ou juste 15 minutes. Le fait de la revoir le bloqua littéralement, il avait l’impression de rêver ou d’être 10 mois en arrière, en Inde où quand la voir était presque quotidien. La savoir à Miami était presque surréaliste pour Eden, il ne s’y attendait pas du tout, il n’y avait d’ailleurs jamais pensé et pourtant… Il lui rendit le sourire qu’elle lui adressait et s’approcha de lui, valise à la main.

« Eden… Tu es venu me chercher ? »

Sur le moment, il ne savait pas s’il devait sourire à la question ou pas, mais elle le mit légèrement mal à l’aise. Il était pas certain d’avoir tout compris dans l’arrangement qu’Anjali avait organisé. Pourtant, en se remémorant son réveil, il avait bien compris qu’il devait aller la chercher. Finalement, il lui adressa un autre sourire et s’approcha d’elle doucement. Il attrapa une de ses mèches de cheveux qu’il écarta de son visage et se contenta de répondre un simple

« Oui »

Il déposa un baiser sur le front de la jeune indienne et continua :

« Après, je ne peux pas t’obliger à venir avec moi. Tu peux prendre un taxi si tu préfères, mais bon c’est con j’ai ma voiture juste devant »

Eden était mal à l’aise avec ce qu’il lui en voulait. Dans un sens, il culpabilisait, parce que ce n’était en rien de sa faute. A ses yeux, elle était parfaite. Il ne voulait même pas qu’elle pense qu’elle avait été un problème dans sa vie. Elle serait très certainement un problème pour ses parents à lui, mais au final, même leurs propres fils l’étaient, non ?

« Je n'avais pas ton numéro de téléphone pour t'appeler et t'avertir que j'étais arrivée.. »
« c’est pas grave, t’en fais pas. Je suis là, c’est le principal. T'as fait un bon vol? »

Ne daignant pas vraiment s’écarter, il jeta un coup d’œil aux autres personnes qui commençaient à quitter l’aéroport, probablement presser de goûter au confort américain.

« Je t’emmène où ? T’as envie de quoi ? Si t’as faim on peut aller prendre un petit dej à une terrasse, si t’es déjà en manque de spécialités indiennes, Anjali est chez moi, elle pourra te préparer un truc. Si tu veux te reposer… » il hésita et demanda « Je peux te conduire… Tu comptes dormir où au fait ? Fin je veux dire tu t’es trouvé un appart d’Inde ? Tu veux payer super cher pour une chambre d’hôtel ou bien je t’offre l’hospitalité ? » lui demanda-t-il en souriant.

Ca ne devait pas être facile pour elle d’être ici, sans vraiment connaître personne ni même la ville. Les traditions étaient toutes aussi différentes qu’en Inde et donc, si elle préférait se rassurer en venant chez lui, il n’y verrait aucun inconvénient, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Jeu 16 Oct - 20:13

Jaya raccroche le téléphone et se tourne vers son père et son amie :

"J'ai prévenu Anjali à quelle heure j'arriverais à l'aéroport."

Son père lui sourit et hoche la tête. Jaya entend une voix féminine parler dans les hauts parleurs annonçant en hindi puis en anglais que le vol pour l'Amérique en direction de Miami est prêt et demande aux passagers de suivre les étapes afin de monter à bord de l'avion. Jaya lance un regard chagriné à son père qui vient la prendre dans ses bras, lui disant dans leur langue qu'elle n'a pas à s'en faire pour lui.

"Vas mon enfant."

Elle l'embrasse sur la joue puis serre son amie dans ses bras avant de se diriger vers le lieu pour embarquer.

•••

Jaya s'installe à sa place et écoute les hôtesses de l'air expliquer les règles de sécurité et tout le reste. Elle a une boule dans le ventre à l'idée de prendre l'avion. Elle a peur et elle meurs d'impatience en même temps.
L'avion finit par décoller et elle se retrouve bientôt au dessus des nuages. Elle ne se lasse pas de regarder par la vitre puis pense à Eden. Comment réagira-t-il à son arrivé ? Se pourrait-il qu'il la rejette ? Et s'il ne venait pas la chercher ? Jaya se mordille la lèvre quand une hôtesse vient lui proposer des boissons. Elle prend un café et observe les autres passagers en le dégustant puis sort son livre et continue sa lecture. Elle finit par s'endormir.

•••

Lorsque l'avion atterrit, Jaya sort et se dirige vers le lieu que l'on lui indique pour récupérer sa valise. Dormir dans l'avion n'était pas vraiment confortable, elle a mal partout et elle se sent épuisée d'être restée assise aussi longtemps. Elle se dirige vers la sortie où les voyagers se font accueillir par leurs amis et leur famille. Elle reste plantée là ne sachant où se rendre, et cherche Eden des yeux. Promenant son regard sur l'ensemble des personnes venues accueillir les arrivants. Elle se mordille à nouveau la lèvre inquiète à l'idée qu'il ne soit pas venu. Alors peut-être qu'Anjali était venue à sa place ? Peut-être qu'Eden avait eu un empêchement ? Elle inspire une grande bouffée d'air et expire pour se calmer. Elle est beaucoup trop nerveuse. Nouvelle ville, nouveau pays, nouveaux gens.. Tout est nouveau. Son regard s'arrête sur quelques indiens, attirée par la langue familière elle les écoute se dire bonjour et parler de leur oncle avant de partir vers la sortie où semble les attendre un taxi. Elle soupire et baisse les yeux avant de les relever soudain. Eden. Il est là. Elle l'aperçoit enfin et leurs yeux se trouvent. Jaya le regarde sans oser bouger puis finit par lui adresser un large sourire, rassurée de voir quelqu'un qu'elle connaît parmi cette foule d'étrangers. Elle saisit sa valise et se dirige vers lui à pas pressés. Une fois devant lui elle s'arrête et le regarde.

"Eden.. Tu es venu me chercher ?"

Elle lui sourit reconnaissante. Elle se souvient encore de ces moments en Inde. Sans s'en rendre compte elle s'était attachée à cet homme et en était tombée amoureuse. Elle espérait donc, en venant ici, qu'elle trouverait réponse à ses questions, et retrouverait non seulement Eden mais aussi son amour qui lui avait parut sincère en Inde.

[color]"Je n'avais pas ton numéro de téléphone pour t'appeler et t'avertir que j'étais arrivée.."[/color]

Elle savait bien qu'il y avait une raison pour laquelle il était partit ainsi sans lui donner de nouvelles. Et c'était la même raison pour laquelle Anjali n'avait pas voulu lui donner le téléphone quand Jaya l'avait appeler chercher à joindre Eden. Jaya voulait comprendre si elle était la fautive. Aurait-elle fait quelques chose qui l'aurait contrarié ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   Jeu 16 Oct - 18:06

Eden était encore confortablement allongé dans son lit, profitant de pouvoir faire la grâce matinée, ou presque. Comme d’habitude, le week-end il espérait toujours avoir un peu plus d’heures de sommeil, mais à chaque fois il devait se lever presque à la même heure qu’en semaine, lorsqu’il devait aller travailler. Le week-end passé, sa mère l’avait appelé aux aurores pour lui demander d’aller jusque chez les Pi Sigma afin d’aller réveiller Sasha, son petit frère. Celui-ci avait l’excellente idée de filtrer les appels de leur mère bien trop collante et puis de toute façon, il n’avait certainement rien entendu. Finalement, Eden n’y était pas allé avec le dos de la cuillère et à l’aide d’un seau d’eau froide, avait réussi à sortir Sasha de son sommeil. Tout ça pour quoi ? Lui annoncer qu’il avait 2 heures même pas pour se lever, se doucher, s’apprêter et filer au diner qu’organisaient les Cobb pour leur entreprise. Encore un diner dont les 3 fils se passeraient bien. D’ailleurs, Eden avait rapidement pris la poudre d’escampette en annonçant à sa chère mère qu’il avait un autre diner ailleurs, où la conversation avait été bien plus intéressante que les chiffres annuels de l’entreprise familiale dans laquelle il ne travaillait même pas et dont il se fichait comme de l’an quarante. Aujourd’hui, l’ainé des Cobb espérait vraiment pouvoir profiter de ce week-end, mais c’était sans compter sur Anjali, sa domestique qui vint rapidement le sortir de son sommeil « Eden, il faut que t’ailles chercher Jaya à l’aéroport ». Le cerveau encore un peu endormi, il se contenta de répondre un simple « mmmh mmmh » ne daignant pas sortir le visage de son oreiller, il ne percuta qu’une vingtaine de secondes plus tard ce qu’elle venait de lui dire et réagit aussitôt « Quoi ? ». Le prénom qu’avait cité Anjali avait, lui, réussi à au moins lui faire relever la tête, il insista « J’ai pas compris, je dois aller chercher qui à l’aéroport ? » elle revint sur ses pas « Jaya ». Probablement qu’à l’instant précis, elle craignait la réaction du jeune directeur. Si Jaya était ici c’est qu’elle avait su qu’il était là et la seule personne qui la connaissait à Miami était Anjali. Avant même qu’il ne réagisse, elle se justifia « Cette fille a pris beaucoup de décisions dans sa vie sans te mettre de côté, elle, tu pourrais en faire de même. J’ai pas aimé la façon dont t’es parti sans rien dire, Eden et je pense qu’elle a le droit de savoir où tu te trouves, alors je lui ai dit » Eden soupira, sortant enfin de son lit, torse nu « Je ne comprends pas ce que tu lui reproches, elle est adorable, magnifique » « C’est pas Jaya le problème, mais son père. Puis, je sais pas, tu pouvais pas prévenir plus tôt ? C’est pour quelle heure ? » Alors qu’elle chipotait dans la cuisine, elle lui répondit toujours avec la même crainte « dans une heure » « olééé. Tu sers à rien en fait » finit-il par lui répondre en claquant la porte de la salle de bain alors qu’elle esquissa un sourire. Anjali connaissait le tempérament d’Eden et savait qu’il ne pensait pas du tout ce qu’il disait. Il était juste un peu secoué, un peu énervé et sans doute un peu de mauvaise humeur. Elle le connaissait suffisamment maintenant pour savoir qu’en sortant de la douche, il serait déjà beaucoup plus calme. Eden venait de recevoir une première douche froide quant à l’arrivée de Jaya. Il ne s’y attendait pas, jamais. Il ne pensait même pas que sa domestique était encore en contact avec, mais il n’avait même pas envie de s’énerver. Il aurait pu mal prendre le fait qu’elle lui dise où il se trouvait, mais ça n’arrangerait rien et dans un sens il savait qu’elle avait raison. Jaya était douce, gentille, magnifique et à ses yeux c’était un trésor qu’il avait préféré ne pas voler.

Il sortit de la salle de bain habillé d’un t-shirt à longues manches noir, d’un jeans et opta pour sa veste en cuir noir. « J’imagine que tu ne veux pas manger ? » Il se dirigea vers le meuble sur lequel trainaient ses clés de voiture et avec beaucoup de sarcasme dans la voix, il répondit « ben non, j’ai pas le temps. Bon à plus tard » et puis, finit par quitter la villa sans même se retourner. Il grimpa dans son coupé cabriolet noir et prit la direction de l’aéroport de Miami. Sur la route, il essayait tant bien que mal de se remettre les idées en place. Il se rendait seulement compte de ce qu’il était en train de faire et mine de rien, le stress commençait doucement à se faire sentir. Au même moment, son portable sonna et toujours en gardant les yeux sur la routes, il tenta de consulter le message reçu et qui, au final, lui rappelait aussi la journée qu’il devait se faire avec Sasha et James. Il s’empressa de composer le numéro de son petit frère et lorsqu’il décrocha, Eden finit par lui dire : « c’est moi, oublie pour cette aprem je dois aller chercher quelqu’un à l’aéroport. » « Quelqu'un? Qui est plus important que moi? » « Evidemment. Non mais elle connait personne à Miami et elle connait pas la ville non plus » « Elle? Qui elle? L’indienne ? » « … Elle, La personne » « m'ouais » « Bon je conduis, préviens James » « Ok » et il raccrocha. Il déposa son portable sur le siège passager et se gara en vitesse à la première place libre qu’il pouvait trouver.

Eden entra dans l’aéroport, il était dix minutes à l’avance. Il se dirigea vers les baies vitrée et regardait les avions qui arrivaient et partaient se demandant à chaque fois si Jaya était dans cet avion, atterrissant tout juste sur le sol américain.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya   

Revenir en haut Aller en bas
 
On ne peut jamais tourner une page de sa vie sans que s’y accroche une certaine nostalgie - Jaya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut il tourner la page et oublier ???
» Tourner la page sans oublier le chapitre précédent..| Jethro
» ❤ Il ne suffit pas de tourner la page... Des fois il faut changé de livre. ❤ /Il est décédé suite à un suicide/
» J'étais prêt à tourner la page. C'est la page qui ne veut pas se tourner ~ Lucila
» SKYE + " J’étais prêt à tourner la page mais c’est la page qui ne veut pas se tourner. " (Grey's Anatomy)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: