AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Mer 28 Jan - 0:04

Cap ou pas cap?
Gregory... Tu m’exaspère, vraiment et le fait que je n'arrive pas à m'énerver contre toi me fout hors de moi, c'est viscéral, je voudrais pouvoir te gueuler dessus parce que tu es globalement tout ce qui m'insupporte : un gros macho de première qui ne pense qu'à lui, tu devrais tu m'énerver mais pourquoi ça reste bloqué alors, pourquoi avec l'autre abruti de Trey j'avais pu hurler de tout mon saoul ? Et puis là en face de toi, d'accord je me montre méfiante mais je reste gentille, et je ne comprends pas ce comportement de ma part, çà m'énerve. Je n'ai peur, oui désolé de te le dire Gregory Lawner tu ne me fais pas peur, l'autre gros cube de RK était bien plus impressionnant que toi, mais tu m'intrigue, ça oui tu m'intrigue, va savoir pourquoi. Surtout que je ne sais pas ce que tu penses de moi, et ça m'interpelle encore plus, je sais globalement ce que pense tes confrères de moi, surtout ton chef qui me vois comme l'écolo de base, gnan gnan à crever, mais il ne sait rien, vraiment rien de moi et de ce que j'ai pu vivre, je ne fais plus attention à ses remarques, qu'est il comparé à un ouragan ? Non les remarques des Pi Sigma me glissent dessus vraiment, mais toi je ne sais pas encore ce que tu pense de moi, j'imagine que vu mon attitude ce ne doit pas être super positif mais qu'y puis-je ? Je suis méfiante de nature, j'aimerai croire que quand tu viens vers moi et que tu es sincère, que ton sourire reflète la vérité et que tu as vraiment besoin d'aide et que tout ça ne fais pas partie de je ne sais quelle manigance. Mais ça non plus je n'y arrive, toujours ce foutu ouragan qui me hante, pour moi tout semble pouvoir devenir une tempête à tout moment, c'est pour ça que je suis méfiante, à priori je n'ai rien contre toi, en tout cas pas pour le moment, donc oui je me méfie jusqu'à ce que je te connaisse un peu mieux, peut être que je te montrerai alors qui je suis, mais ce n'est pas pour tout de suite crois moi, d'abord tu dois me montrer que je peux avoir confiance en toi, mais je pense que c'est un peu mal parti non ?

Je dois avouer que me faire aborder par un garçon ce n'est pas tout les jours, je peux essayer de faire la fière mais c'est un fait que je ne peux pas nier. Et je suis sûr que tu l'a remarqué aussi, je ne fais par exemple pas forcément attention à comment je m'habille, enfin si mais je ne me ballade pas sur-maquillée, en mini jupe avec des talons de vingt centimètres de haut, je n'essaye pas d'aguicher tout les garçons que je croise et globalement les garçons ne viennent pas souvent vers moi, je ne m'en plains pas du reste, alors du coup quand toi tu viens volontairement vers moi, comprend que ça me surprenne un peu, personne ne vient me poser des questions comme çà, du coup je me met un peu sur la défensive mais je pense que tu l'a remarqué. Mais même si tu l'as remarqué, je ne sais pas ce que tu pense de moi et moi je n'arrive toujours pas à m'énerver pour ton côté exaspérant. Peut être que pour l'instant tu me vois comme une petite fille toute gentille, sage, du genre à suivre en cour et à ne rien dire, une victime potentielle de tes petites blagues, peut être que je joue un peu là-dessus aussi, mais tu te trompes si tu pense çà, tu te trompe très lourdement Gregory Lawner. Quoi que tu puisse penser, quoi que je puisse penser de toi, rien ne pouvait prévoir ce qui allait se passer, rien, même si tu m'énerve, même si comme ton chef de Confrérie tu me prend sûrement pour une espèce d'écolo un peu naïve, l'histoire allait prendre un tournant très très intéressant.

Mais pour l'instant, restons fixés sur ce qui se passe dans le présent, maintenant nous arpentons les couloirs, toi avec ton prétexte de chercher un bureau et moi qui me propose de t'aider, mais pas totalement naïve non plus, pourquoi moi ? Parce que je passais dans le coin et que j'étais la seule fille ici ? Ton excuse comme quoi tes amis ne savent pas non plus ne tient pas une seule seconde, et tu t'étonnes que je me méfie de toi. Je ne suis pas méchante pourtant, oui je réfléchis beaucoup et je pose beaucoup de question, peut être pour ça que d'une façon générale je ne me fais pas aborder par les types comme toi, je parle et réfléchis trop, c'est ce que tu semble vouloir me dire, tu me trouve méfiante, ça y'est j'en suis sûr. « Oui et non, disons que je peux admettre qu'on puisse poser une question comme çà, le truc c'est que toutes tes excuses sont tellement bidon, même moi je mens mieux à mes frères et pourtant ils sont h24 sur mon dos, je suis sûre que tu peux faire mieux Greg' » dis-je en jouant la carte de la familiarité, pourquoi Gregory serait-il le seul à s'amuser ?

Tiens tu ne dis plus rien pendant un moment, c'est un soulagement, toi aussi tu parles beaucoup Greg', tu dois être entrain de réfléchir à ta prochaine réponse cinglante, un petit sourire satisfais viens s'afficher sur mon visage. Moi aussi je m'amuse bien finalement, tu cherche à me manipuler et tu n'as pas de prise et moi certes je parais méfiante mais, détruire l'argumentaire d'un PS comme toi me fais sourire, je ne me moque pas, c'est juste que je ne suis pas aussi extravertie d'habitude, il faut bien l'avouer, décidément de drôles de choses ses passent en ta présence Lawner. Oh je sais maintenant ce que tu pense, tu dois te dire que je suis une vielle frustrée, qui n'arrive pas à trouver un mec à qui plaire, si tu savais à quel point je suis au dessus de ça, pour le moment je me contente de notre discussion, tu joue peut-être un petit jeu, mais si tu restais et que tu ne te barrais pas, blasé par mon comportement c'est que ça t'intéressait aussi, de me parler, peut être pour te moquer, mais ne nies pas ton intérêt mon cher ami.

« Bien sur que si on me demande des choses comme çà ? Je ne suis pas à gueuler sur tout le monde non plus, tu me prend pour un épouvantail ? Mais je ne suis pas trop suspicieuse, je le suis quand c'est nécessaire et puis mieux vaut seule que mal accompagnée non ? » dis-je en souriant une nouvelle fois. C'était stérile comme débat, nous le savons bien, que ça ne mènera à rien, tu martèlera toujours que je suis trop méfiante, je dirai que tu est un gros macho, point barre, mais nous parlons, nous continuons de parler, même si nous ne sommes pas d'accord, tu nies encore un certain intérêt au delà de cette mascarade ? On parle de tout et de rien, comme çà tu me vois comme une petit fille modèle, comme tu es mignon,et bourré de préjugé, mais mignon, je m'arrête un instant pour te répondre, de la façon la plus neutre possible, pour ne pas laisser passer mon exaspération grimpante, encore une fois je voudrais te gueuler dessus et te dire que tu as faux sur toute la ligne mais non ça reste coincé dans ma gorge, tu dois remarquer çà non ? Mon incapacité à m'emporter, je suis sûre que ça te fais rire et que tu dois penser alors que tu as une certaine emprise sur moi, qui sait. Au lieu de cris je m'explique calmement. « Alors comme ça je ressemble à une fille modèle ? Désolée de te décevoir, sur ce point, non je ne suis pas une grande élève, tu sais c'est pas parce que je m'habille pas comme une pouffe que je ne sais pas m'amuser, fais gaffe à tes préjugés Greg' ça peut être dangereux. » Et là je lui fais le sourire le plus suggestif que j'ai jamais fait, et clin d'oeuil, bon sang jamais je ne me saurai jamais cru capable de faire çà, je me tourne pour ne pas que tu vois que je rougis un peu, je me demande comment tu va interpréter ça, tu m'intrigue définitivement beaucoup Gregory.

Tes yeux sur moi me gêne, tu le vois et tu continues, comment veux tu que je crois que tu as des intentions nobles alors que petit à petit tu te découvres. « C'est une qualité pour toi ? Tu juge les filles au mètre de tissus qu'elles portent sur elles ? » Je soupire. « Non ça va merci de te préoccuper de mon bien être » répondis-je, la voix dégoulinante d'ironie. « Dommage alors » je souris. « Si je le veux ? Qui sait ? Tu lis dans les esprits toi maintenant, à moins que je sois trop habillée pour que tu puisse lire en moi. » Je ne me reconnais pas, je ne parle jamais comme çà mais là j'ai cette envie de défi, une envie d'avoir raison et de batailler contre toi, je ne sais pas pourquoi. Nous sommes bientôt arrivés à destination mais j'ai envie de continuer notre discussion, je pourrais ralentir le pas mais ça serait être prise en flagrant délit. « Maso ? Non ça va merci. Mais tu dis toi même que je suis trop méfiante et que je ne suis pas entourée, alors tu vois je te parle, je me socialise, c'est pas ce que tu voulais ? » Tu crois me déstabiliser par ce petit sourire malicieux, tu crois vraiment que ça va me faire fondre ? Bon autant jouer le jeu alors, je réponds par un petit sourire du même genre, en m'arrêtant juste quelques secondes pour te regarder avant de repartir vers notre destination.

« C'est bizarre comme on dirait que tu essayes de chercher à comprendre comment je pense. A ton avis qu'est ce qui peut te faire penser que je veux que tu ne tentes rien, toi aussi on dirait que tu as certain intérêt dans cette discussion, qu'il soit noble ou non d'ailleurs. » Tu es intéressé oh oui maintenant tu ne peux plus le nier, je marque des points et tu te dévoiles petit à petit, mais je dois bien admettre que moi aussi, je dévoilais un peu mon jeu, un peu qui je suis, mais c'est le jeu non ? Le bureau apparaît et on bifurque sur un autre sujet, banal, nos options, enfin les miennes. Qu'est ce que tu en as à faire sérieusement ? Tu m'énerve Greg', tu m'énerve et je n'arrive pas à te le dire. « Allez rentre dans ce foutu bureau et laisse moi donc un peu tranquille. » Tu le fais et moi je reste, je reste devant cette porte alors que je pourrais me barrer sans aucune forme de procès. Mais je reste et le temps passe, pourtant plus vite que prévu tu sors du bureau et tu es étonné de me voir, au moins étonné que moi parce que je ne sais toujours pas pourquoi je suis restée, punaise je commence à me poser trop de questions sur toi Gregory. Et tu demande pourquoi je ne suis pas partie, sous ton charme ? Je ne sais pas, pourquoi je ne sais pas pourquoi je ne suis pas partie. Et là j'ai fais la chose la plus improbable possible, parce que je ne voulais pas que tu ais le dernier mot oh çà non. J'ai pris ta tête entre mes mains et avec une force que je ne me soupçonnais pas je t'ai attiré à moi et est fortement appuyé mes lèvres sur les tiennes, j'ai fermé les yeux et je suis restée là comme çà pendant quelques secondes. Mon cœur battait si fort dans ma poitrine, je ne m'expliquais pas ce geste, j'avais l'impression de faire une énorme connerie mais d'un autre côté je ne pouvais pas nier que c'était agréable comme sensation. J'ai reculé, je devais être toute rouge. Chancelante je t'ai regardé avec un petit sourire. « Voilà j'espère que ça te va comme réponse, ça serait dommage que je doive me répéter ? » Je souris plus franchement. « Tu parlais de café non ? C'est toi qui paye ? » Bon sang Hayley Kent qu'est ce que tu fais ? Je ne me reconnais pas, ce n'est pas moi çà. Je fais quoi avec toi là Gregory, je voudrais te crier que je te déteste mais je n'y arrive pas...

(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Ven 16 Jan - 17:42

Cap ou pas cap?
Etait-il possible qu’elle suspecte quelque chose ? Qu’elle puisse deviner mes intentions ? Pendant un moment, j’hésitais, et préférais simplement la regarder, la fixer, voire tenter de la déstabiliser, même si elle avait l’air franchement coriace celle-là, chose tout à fait rare chez la gente féminine. Elles ont tendance à vouloir en faire des tonnes, tout ça pour m’impressionner. Regards persistants, posture droite et suggestive… Mais elle, rien de tout ça, juste un regard complètement rébarbatif, et une attitude ironique. Ce que je dis ne semble en rien la convaincre, au contraire, j’ai l’impression qu’elle trouve ça drôle et qu’elle essaie de déceler la moindre faille. A son regard, elle s’interroge, se pose des questions. Qui suis-je ? Et qu’est-ce que je lui veux ? Pourquoi fallait-il que les femmes soient dotées d’un cerveau, parce que pire que les hommes, elles sont toujours là à se poser des questions, se faire des films. Penser est sans doute leur activité principale et leur seul but dans la vie. Mais parfois, il est bon de simplement agir sans trop se remettre en question, ce n’est qu’une perte de temps. Je ne dis pas non plus que je suis un benêt, quand il faut je sais me montrer rusé, mais si je peux paraître con, et bien cacher mon jeu, c’est parfait aussi. On me qualifie de pervers, moqueur, dégueulasse, mais personne ne soupçonne que derrière tout ça se cache un vil farceur qui prend parti des faiblesses de l’autre. On ne s’en doute qu’une fois qu’on ne peut plus revenir en arrière. Ma plus grande fierté.

N’étant qu’au début de notre conversation, qui d’après mon instinct n’allait pas durer deux secondes et basta, je ne voulais pas foncer dans le tas et déstabiliser mademoiselle, qui elle, intriguée qu’un beau mec comme moi puisse venir lui parler, se met sur la défensive. Ma question est on ne peut plus banale, et sa réaction, on ne peut plus prévisible. Mon égo en prend cependant un coup, et me voilà forcé d’admettre l’image que je renvoie visiblement. Je ne suis qu’un couillon qui n’a qu’une seule ambition : rester con. Or, malgré ce fait, loin d’être complètement faux, je ne tiens pas à ne rien faire non plus, et quand je veux je peux montrer un intérêt certains concernant quelques sujets, bien qu’en effet les cours et tout ce qui touchait la scolarité ne fassent pas parti de ces sujets en question. Mais soit, tu n’es pas censée le savoir, ma petite, ou alors tu me juges sans me connaître, et c’est une erreur.

« - En réalité, tu ne crois pas une seule seconde qu’un type comme moi puisse te poser ce genre de questions, je me trompe ? »

Elle avait beau être sérieuse, je savais qu’elle mourrait d’envie de me poser la question « pourquoi tu es vraiment là ? » mais elle se retenait, pour une raison que j’ignorais, mais peu importe la raison, je n’allais pas me laisser distraire. Après tout, elle était peut-être désespérée, elle veut montrer qu’elle a fort caractère, mais qu’en réalité elle attend qu’une chose, qu’un mec en pince pour elle. Dommage cocotte, c’est pas demain la veille que ça arrivera, et encore moins avec un accoutrement de nonne. En attendant, tu restes perplexe, à croire que vraiment ma question est la plus imprévisible au monde.

« - Personne vient te demander ce genre de choses ou quoi ? Je demande, étonné. Non parce que si t’es suspicieuse à la moindre question, je comprends pourquoi t’es pas trop entourée comme fille. »

Je fais le gars surpris, et tente un peu de l’emmerder, elle a l’air de pas trop aimer qu’on la taquine, ce qui n’est pas mauvais pour moi. En tout cas, malgré ses soupçons, elle accepte de m’aider, ce qui m’étonne un tant soit peu. Mais je ne dis rien, et continue à sourire.

« - Tu n’es pas dans le peloton de tête en cours, remarque moi non plus.
- C’est étrange, j’étais persuadé que tu avais la tête de l’emploi, tu sais la petite fille modèle qui a des A à tous ses devoirs. »


Je reste évasif sur chacune de mes réponses, je sais qu’elle veut que je me vende tout seul, je sais qu’elle attend l’occasion rêvée pour me prendre sur le fait, mais elle ne va pas y arriver, je sais maintenant qu’elle tente de percer la vraie raison de ma présence ici, et je ne vais pas lui offrir sur un plateau l’erreur qui me trahirait. Elle doit juste croire que je suis là pour un service, point.

En attendant, pendant le silence qui règne, avec juste nos pas sur le sol pour rythmer le tout, je l’analyse, et ça l’indispose.

« - Rassures-toi fillette, vu la couche de vêtements que tu portes, personne risque de te reluquer, je me demandais juste comment tu faisais pour ne pas avoir chaud. »

Puis je continuais à marcher à ses côtés, restant silencieux, alors qu’elle était totalement agacée. Ca la faisait chier, je la faisais chier, mais elle s’exécutait gentiment.  

« - Dis moi juste une chose. Si je t’énerve tant, pourquoi t’as accepté au juste ? T’es maso ? »

J’attends sa réponse, alors que nous continuons d’évoluer dans ces longs couloirs, vraiment trop longs. En proie à un interrogatoire, je m’efforce de répondre, et vois bien que ça l’énerve davantage et je ne fais qu’accroitre ce qu’elle doit déjà penser sur moi : Dom Juan. Mais ça m’éclate, elle tombe bien dans le panneau, elle me fait croire le contraire, mais en réalité, elle est déjà les deux pieds joints bien dedans.

« - Tu vas ramer pour avoir mon numéro mon gars.
- Qui te dis que je veux ton numéro ? »


En plus de ça, complètement parano cette fille. Ou alors…

« - A moins que tu meures d’envie que je te le demande ? »

Je la regarde, avec un petit sourire malicieux au coin des lèvres, et continue à regarder droit devant moi. Tu t’es lancée dans ce petit jeu toute seule, voyons voir comment tu comptes t’en sortir maintenant.

« - C’est merveilleux même. Je réponds sur le même ton ironique qu’elle emploie.
- Je sais très bien que tu ne veux rien tenter Gregory.
- Bien, alors cesses tes sarcasmes, je vais finir par croire que tu sois déçue que je ne tente rien. »


« Genre je serais intéressée par un mec comme toi » était sans doute la première chose qu’elle allait penser. Un mec égocentrique, narcissique, hypocrite, sans doute pas son genre, c’était clair. Mais je voulais l’entendre de sa propre bouche.

On finit par arriver devant le fameux bureau, elle me répond qu’elle fait musique et sport. Bon au moins un cours où je pourrais la faire chier, la musique n’étant vraiment pas dans mes gènes.  

« - Oh ne t’inquiète pas pour ça, le ministre arrive toujours à tout caser dans son emploi du temps. »

Je lui adresse un clin d’œil avant de rentrer dans le bureau. Je m’excuse auprès du mec, chez qui je n’étais même pas censé passer, et choisis malgré tout mes options, cours que je m’étais promis de ne jamais prendre. Promesse brisée à cause d’un foutu défi, et à cause de cette fille qui a l’air d’être aussi suspicieuse qu’un membre du FBI en présence de la CIA. L’entrevue ne dure pas plus de dix minutes, et me voilà dehors, face à face avec Hayley. Je suis assez surpris, je ne le cache pas, et n’hésite pas à lui faire comprendre.

« - Totalement sous mon charme, je le savais. Je le dis pour plaisanter. Dis-moi, t’as attendu pour quoi exactement ? Tu espères que je te paie un café pour te remercier ? »

Je la regarde, sourire mutin sur les lèvres. Vas y Hayley, trouves-moi une bonne raison, une bonne excuse. Que tu m’aies attendu, ce n’est pas toi, il s’est passé quoi dans ta tête à ce moment. Allez, crache le morceau. Je croise mes bras, attendant patiemment sa réponse, seule chose qui me préoccupait à l’instant présent.

(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Jeu 4 Déc - 12:38


Cap ou Pas Cap ? HaGreg ♥
Il y a des gens dont il est facile de deviner les intentions des le premier coup d'oeuil, dès les premières paroles tu sais ce qu'ils ont dans leur tête tellement ils ne savent pas garder leurs émotions et ils se trahissent tout de suite. Toi c'est plus subtil Gregory, je dois avouer que je ne sais pas trop quoi penser de toi, c'est quelque chose d'assez désagréable d'ailleurs de se faire aborder comme çà et de ne pas pouvoir deviner ses intentions, ce que la personne veut vraiment, c'est un peu ce que je ressens face à toi alors que tu m'abordes dans ce couloir Gregory, ça m'énerve, je ne le montre pas mais çà m'énerve au plus haut point. Qu'elles étaient les chances que tu tombes sur moi, que tu viennes vers moi pour des renseignements ? Je veux dire, je suis plutôt discrète, je passe relativement inaperçue et quand je veux j'arrive même à me faire oublier tellement je ne me fais pas remarquer, alors comment un gars comme toi est venu vers moi ? Laisse moi avoir quelques doutes Gregory, laisse moi penser quelques temps que tes intentions sont louables, je n'aime pas avoir des doutes sur les gens mais je ne sais pas, il y a quelque chose chez toi que je n'arrive pas à déterminer. Est ce que tu es différent des mecs avec qui tu traînes ou est ce que tu es juste un mec parmi tout ce troupeau de populaires qui essaye d'aborder, d'une manière plus ou moins subtile ?

Partons du postulat que je te prenne pour quelqu'un de tout à fait honnête, aux nobles intentions, qui cherche vraiment à se retrouver dans ce lycée, je vais te montrer ce que tu cherches mais en retour je compte bien en apprendre plus sur toi, sans vraiment que tu le saches en fait, je veux découvrir tes intentions, je veux savoir pourquoi tu viens m'aborder, moi cette fille timide et réservée, tu as a l'air tellement assuré et tellement confiant en toi Gregory, s'en est déconcertant. Je suis même surprise que tu viennes vers moi, c'est vrai je ne suis pas celle qu'on aborde d'habitude, même pour demander des renseignements, normalement les mecs comme toi ça demande des renseignements à ses potes où à des filles que l'on remarque plus, tu sais de celles que je veux parler, celles qui ne portent pas grand chose, avec leurs beaux cheveux ondulés et des talons à cinq étages, alors pourquoi moi ? Quelle idée as tu derrière la tête ? Je dois paraître vraiment surprise parce que tu as l'air de vouloir sortir une réplique, mais tu t'abstiens avant de demander si nous sommes dans la même classe. A quoi bon poser des questions dont les réponses sont déjà connues de nous deux ? Je crois que ça m'exaspère mais je ne le montre pas, je joue la naïve, en te répondant que oui nous sommes tout les deux dans la même classe. Mais ne va pas croire que ça créé un lien entre nous, pour moi tu es juste le mec qui m'aborde avec des questions pas super crédibles, toi tu dois penser qu'on est dans la même classe que c'est une raison de plus de m'emmerder ? Je n'ai pas l'air comme çà mais je compte bien te tirer les vers du nez, que tu le veuilles ou non. Vu la tronche que tu tire et ce que tu me réponds, pour toi ça n'a pas l'air normal que je ne trouve pas ça sérieux que personne ne t'ai dit où se trouvais le bureau, je te fais sourire alors que tu prend une position de tombeur à la con appuyé contre un casier, je roule des yeux pour te montrer à quel point l'étalage de ta musculature ne m’impressionne pas, des gens musclés j'en ai déjà vu et c'est pas pour çà que je leur saute dans les bras.

« Oui je suis sérieuse, mais bref... » Si je te demande c'est que je suis, enfin bref je n'allais pas m'énerver parce que tu joues les étudiants bravaches qui se prennent pour les rois parce qu'ils parlent plus fort que les autres et qu'ils s'amusent à se faire remarquer, ça ne m'impressionne pas le moins du monde, mais je vais te le laisser croire un petit peu, je ne sais pas si c'est super bon pour ton ego mais tant pis, autant jouer un petit peu avec le feu. « On a du te le dire c'est çà... » Je lui souris. « Mais bon je ne laisse pas mes Camarades comme tu dis dans la merde alors je vais te montrer le chemin. Enchanté Gregory, je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'on va s'entendre à merveille. » Je rigole nerveusement et je reprend. « Je me doute bien que si tu me demande de telles questions que tu n'es pas dans le peloton de tête en cour, remarque moi non plus, mais je ne vais te juger la dessus, ça serait con. » Oui, tellement, con je préfère d'abord savoir ce que tu as en tête mon petit Greg.

Tes yeux me parcourent et je n'aime pas çà, tu me détaille et ça me saoule je dois bien te l'avouer. Mes tes actes te trahissent plus qu'autre chose tu sais ? Petit à petit je me fais une représentation de ce que tu es derrière ce masque et ça me plaît de moins en moins. Nous commençons à marcher et je continue de te poser des questions, c'est fait exprès, peut-être que sous le flot de questions tu finira par te trahir, je n'ai pas à attendre longtemps en fait puis ce que dès la question suivante tu me révèle une nouvelle facette de toi, celui qui demande le numéro des filles avant de leur demander leur nom, sympathique. « Je vois bien le genre oui, un vrai petit cœur, enfin je peux t'assurer que tu va ramer pour avoir mon numéro mon gars, a moins que tes intentions soient vraiment nobles et que ce n'est pas pour çà que tu m'a abordé. » dis-je d'un ton moqueur, ta réaction allait être capitale pour le tableau mental que je peins de toi. En tout cas tu essaye de montrer que tu es quelqu'un de sympathique et de rassurant, tu critiques un peu tes amis et tu dis que je ne suis pas ton genre, crois moi Gregory j'en suis bien désolée. « La porte exit ? Oui c'est en effet l'endroit préféré de tout les lycéens et grâce à moi tu vas en découvrir un autre c'est pas magnifique ? » dis-je forçant l’exagération dans ma voix. « Oh mais je sais très bien que tu ne veux rien tenter Gregory, je te crois tout à fait digne de confiance et te fatigue pas mec, je sais ce que c'est ton style et tu es pas prêt de me voir me pavaner en mini jupe juste pour le plaisir de tes yeux. » ajoutais-je avec un version exagérée de son clin d'oeuil avant de reprendre mon chemin.

Je t'agace et le temps que l'on met à rejoindre ledit bureau t'énerve, ça me fais sourire, tu veux tout tout de suite, aucune patience à ce que je vois, je retiens un petit rire. « T'inquiètes pas beau gosse on est bientôt arrivés » Je joue la provoque, lui montrer qu'il a une prise sur moi, alors qu'en vérité tout ce qu'il peut me dire coule sur moi, il était petit par rapport aux tempêtes de ma jeunesse. « Mes options ? Musique et sport... Et oui aussi chiant que ça puisse paraître, c'est obligatoire, en espérant que ça ne charge pas trop ton emploi du temps de Ministre. » dis-je alors que nous arrivions devant le bureau. « J'imagine que tu n'as pas besoin de moi pour ouvrir la porte ? » Il est entré et moi j'ai fais peut être la chose la plus conne de ma vie... Je l'ai attendue et çà a changé pas mal de choses...

W.B

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Mar 2 Déc - 19:37

Cap ou pas cap?


Ce défi, cette mission, ce n’est certainement pas ce qui allait me faire peur, ou me faire fuir, au contraire, elle me motivait à donner le meilleur de moi-même, aussi futile que soit la mission. Pour moi ce n’était pas quelque chose de grandiose, un grand pas en avant qu’il fallait que j’accomplisse à tout prix, mais juste montrer aux autres confrères que j’étais des leurs, et que moi les défis je les relève pour tenter de les réussir coûte que coûte. Je n’aime pas beaucoup la défaite, et je suis d’ailleurs très rancunier, ce qui signifiait que bien souvent on me laissait tranquille pour avoir la paix, mais je sentais qu’aujourd’hui, ça n’allait pas être si simple que prévu. Fallait dire que d’habitude les nanas sur qui je tombais respiraient la connerie, pas dur de leur faire avaler la pire des énormités, comme le fait qu’un éléphant peut être rose, mais elle, cette fille là, n’était pas comme toutes les autres, à tomber dans le panneau. Et c’était ça le véritable défi aujourd’hui, être crédible.  Bon je devais avouer que c’était pas vraiment mon genre de fille en temps normal, bien qu’elles soient totalement connes les autres, au moins elles étaient bien gaulées, et se laissaient faire. Ok, elle n’était pas moche moche, certes, mais bon y avait un peu trop de tissus à mon goût.

Je m’approchais d’elle, alors qu’elle ne s’y attendait pas. Ca se voit, ça se lit sur son visage. Si ça ne tenait qu’à moi je lui aurais probablement craché au visage « bah quoi tu veux ma photo ? » mais je me contenais pour le bien de l’exercice. Etre violent tout de suite ne mènerait sans doute pas sur la route de la victoire, et mon but était tout de même de mener cette mission à bien. Je commence par une phrase un peu bateau, le genre de questions qui passe ou qui casse. Pourtant là, c’est entre les deux, elle semble perplexe, mais me réponds quand même. Je souris, maintenant que j’étais sur et certain qu’on était dans la même classe. Vous allez vous dire, tu en doutais encore ? Et bien oui, je retiens pas les têtes, encore moins celles des gens à qui je n’accorde aucun crédit, comme elle d’ailleurs, pour moi le confirmer c’était surtout m’assurer que je ne fonçais pas droit dans le mur, puisque je n’avais jamais fais vraiment attention à mes camarades, ou alors je passe plus de temps à mater leurs culs, mais dur de retenir le visage dans ces conditions, pas vrai ? A moins qu’elles impriment leurs prénoms sur l’arrière de leur jean… A voir. Mais je m’égare. Je continue donc ma conversation, me laissant aller aux questions qui ne permettent de douter en rien de mes attentions. Pourtant bizarrement, elle doute, je la vois se méfier, alors que ma question était on ne peut plus banale. Je m’adosse contre un casier, croise les bras, et attends sa réponse, qui me fait d’ailleurs sourire. Qu’elle est naïve. Je plante mon regard dans le sien. « C’est toi qui est sérieuse ? »

Je laisse ma question en suspens, comme si j’allais la continuer dans l’immédiat, mais j’attends un peu. Que pensait-elle de moi en fait ? Que j’étais un petit intello qui se renseigne sur tout dès la rentrée ? Pourtant ça se voyait non, que moi et les cours c’était pas vraiment l’amour fou, je m’y étais rendu rarement, c’était d’ailleurs étonnant qu’elle se souvienne de ma tronche. « J’ai une gueule à en avoir quelque chose à foutre de ça ? » Je pouffe, mais reste gentillet. « On a du me le dire mais je m’en souviens pas. Mais maintenant que j’en ai besoin, je suis dans la merde. » Dis-je faussement embêté. « Néanmoins c’est gentil de ta part. » Dis-je en lui offrant un de mes plus beaux sourires. « Hayley » Ajoutais-je. Décidément, je ne me souvenais vraiment pas d’elle. « Moi c’est Gregory, le gars qui fait le zouave au fond de la classe en général. » Me présentais-je à mon tour. « Enchanté camarade. » Puis cette dernière me fait signe de la suivre, et je m’exécute lançant un dernier regard complice à mes confrères PS qui prenaient la direction de la cafétéria. Les couloirs paraissent longs, et je la regarde. Elle a de longs cheveux bruns, qui lui tombent en cascade dans son dos. Elle porte un jean, et des bottes. Quel gâchis ! De si belles jambes pourraient tellement être mis en valeur avec une jupe et de hauts talons. Je soupire, comme quoi pas toutes les filles ont le sens de la mode. Tout à coup, elle se retourne vers moi, et recommence les questions suspicieuses. Je rigole. « Non ça ne m’arrive pas souvent, pour être franc d’habitude je leur demande leurs numéros. » Ce fut la première chose que je répondis, attendant de voir sa réaction. « Mais bon mes potes sont pas des flèches, et comme ils s’en foutent des cours comme de l’an quarante, c’est pas le genre de truc dont ils ont envie de parler, ils auraient plutôt tendance à m’emmener voir la porte Exit du lycée. Le seul endroit qu’ils connaissent je crois… » Dis-je faisant mine de réfléchir. « Enfin pas la peine de t’inquiéter, ou de te méfier, si j’avais voulu te faire quoique ce soit, ça ferait déjà longtemps que je serais passé à l’acte. Et puis sans vouloir être méchant, t’es pas vraiment le genre de meuf qui m’intéresse en temps normal. » Tout en lui adressant un clin d’œil.

Première étape de mon plan réussi : la mettre en confiance, et lui faire comprendre que mes intentions ne sont pas celles qu’elle croit. Surtout qu’elle avait l’air plutôt maligne, je n’allais pas me vendre tout de suite, autant faire durer le suspense un peu. Elle gobera tout, et le tour sera joué. Nous continuons notre ascension dans le lycée. « Par contre, je sais pas qui est l’architecte de ce bâtiment, mais il est un peu trop obsédé par les couloirs, tu trouves pas ? »  Question qui attire son attention, et se révèle être étrange. « Traduction : On est bientôt arrivés ? » Non pas que ça me faisait chier, mais ça me faisait chier de marcher comme ça dans le vent, alternant les escaliers, les couloirs et encore les escaliers. C’est un vrai labyrinthe ce lycée, et surtout la preuve flagrante que j’y passais presque jamais. « D’ailleurs c’est quoi tes options à toi ? Parce que je ne sais même pas ce qu’il y a, mais c’est obligatoire, paraît-il. » Je faisais mine de m’intéresser, alors qu’en réalité j’en avais rien à foutre, même s’il était vrai que je devais encore choisir mes deux options. Mais bon, déjà que ça me soulait d’aller en cours le matin, me rajouter volontairement des heures l’après-midi, sachant que j’avais entrainement chez les Cannonballs plusieurs fois par semaines, ça me trouait le cul.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Mar 28 Oct - 11:54

Cap ou Pas Cap ?
Gregory Lawner ♥ & Hayley Kent




Crédit Musique: Indochine: Un Ange à Ma Table (Nicola Sirkis/Sue Combaud)
Gregory Zacchary Lawner, car c'est comme çà que tu t'appelles. Est ce que je pourrais qualifier notre rencontre comme quelque chose de malheureux ? Parce que certes ce que tu représente me révulse comment tu te comporte avec les filles, avec les gens, comme si tout t'étais acquis me répugne totalement, mais je dois avouer que je me suis bien amusée avec toi, parce que avec toi ce n'était pas comme avec Trey par exemple, là avec toi il y a un jeu qui s'est installé et je oui je me marre bien même si tu m’insupporte au plus haut point, te rouler dans la farine a été un grand bonheur pour moi mon cher Gregory, oh même si je m'attend à des représailles de ta part, je suis prêtes, ce serait dommage qu'on s'arrête là, je voir de quoi tu es capable Gregory, on va bien rigoler toi et moi. Pourtant qui aurait pu prédire quand tu m'a approché dans ce couloir qu'on en arriverait là toi et moi ? Personne. Mais ne hâtons pas trop les choses et racontons vraiment tout ce qui s'est passé, depuis tout le début.

Il fait beau aujourd'hui, il fait toujours beau à Miami de toute façon, c'est toujours comme çà, ici il fait irrémédiablement beau et chaud, c'est assez lassant d'ailleurs, mais je crois que quelque part çà me rassure ce beau temps perpétuel, je ne suis pas phobique ou quoi que ce soit mais il est vrai que la vue de lourds nuages de pluie ont le don de me faire revenir à une époque pas si lointaine que çà ou le mauvais temps avait faillit détruire ma vie, pour moi désormais, une averse pouvait très bien se transformer en une inondation, le vent en tempête et les tempêtes en ouragan. Même si je ne suis pas froussarde, je ne parle de la pluie et du beau temps à ma légère parce que pour moi ça sous entend tellement de choses atroces que je ne supportais pas qu'on puisse en parler comme si ce n'étais pas important, allez dire ça à tout les rescapés de Katrina, ou des autres ouragans qui ont frappé dans le monde, vous allez voir comment vous allez être reçus et comment ce genre de sujet que l'on minimise au quotidien est important, ce n'est pas parce que ça ne vous touche pas directement, que ce n'est pas important. Juste pensez y avant d'aborder certains sujets. Tout ça pour dire que je ne suis assez contente en me réveillant tout les matins de voir le beau ciel bleu de la Floride, plutôt qu'une armée de nuages menaçant à perte de vue. Je secouais la tête, chassant toutes ces idées de ma tête, comme à chaque fois que j'étais assaillis par des visions de mon passé, je me forçais à les chasser, pensant à autre chose, à ce que je vis à présent, heureuse, avec mes frères qui me protègent, trop d'ailleurs, mais au moins ils sont là, pas comme notre nouvellement millionnaire de père. Nous n'étions pas à plaindre, nous n'étions pas pauvres et plus aucun malheur nous arrivait, nous pouvions tout simplement continuer notre vie tranquillement, profiter, surtout profiter, surtout quand il s'agissait de jouer des tours à des prétentieux de Pi Sigma.

Matin banal donc, comme tout les matins mes réveils étaient calés sur ceux de mon grand frère Jack qui suivait le régime de sommeil des Rhô Kappa, depuis que nous étions arrivés je m'étais mis sur son fuseau horaire même si cela amputait quelque peu mon temps de sommeil, je profitais ainsi de toute ma journée, en intégralité. On ne parle pas beaucoup le matin, pas besoin quand on a pas grand-chose à se raconter je me fiche de quoi il a pu rêver la nuit et je préfère le harceler de questions le soir après une journée bien remplie. Il a fait le petit-déjeuner comme souvent et je n'ai plus qu'à mettre les pieds sous la table, tout se passe dans le silence, je ne commence que plus tard dans la matinée et pourtant j'étais debout à six heures trente du matin, habitude quand tu nous tiens. Ce que j'ai fait en attendant, rien de passionnant je me suis préparée pour les cours (Ici :D) avant de me mettre à lire un bouquin, alors qu'Ethan à son tour partait en cours. Pour une fois j'étais la dernière, une sensation assez agréable de me dire que pour une fois j'allais aller au lycée sans toute mon escorte, j'ai deux frères charmants vraiment mais ils sont un tantinet pot de colle, même si je sais que c'est pour me protéger et tout il y a des limites, quand je pense à Jack qui surveillait toutes mes fréquentations au point de m'accompagner jusqu'à chez Harmony, ça part d'un bon sentiment certes mais c'était assez lourd à la fin. Si par exemple il apprenait ce qui s'était passé avec Trey dans le parking ou même tout ce qu'il y a venir entre toi et moi je pense qu'il péterait un câble, mais je pense qu'il est temps qu'il comprenne que je peux vivre ma vie toute seule comme une grande fille. Après Katrina ça n'est pas un grand costaud et un dragueur bien trop sûr de lui qui allaient me faire peur. Si tu savais Gregory à quel point ton petit numéro allait se retourner contre toi.

Il est prêt de midi quand je débarque finalement au lycée, les couloirs sont déserts, tout le monde est en cour, ambiance calme avant la tempête à venir, celle des centaines d'élèves qui se ruent sur la nourriture comme des morfales, je ne mange généralement pas à la cafétéria mais rester chez moi toute seule, ce n'était pas le meilleur des moyens de se faire des amis et de rencontrer du monde, alors Cafétéria de Wynwood HighSchool me voilà ! C'est là que tu arrives Gregory, je ne fais tout d'abord pas attention à toi, tu discutes avec tes amis, vous avez l'air de rigoler, de quelque chose que je ne saisis pas et puis tu viens vers moi et je me demande ce que tu peux bien me vouloir, on ne se connaît ni d'Eve, ni d'Adam quoi que ton visage me semble familier, en tout cas nous ne nous sommes jamais parlés, ça c'est sûr. Première chose que tu dis et c'est déjà une question pour ne rien dire puis ce que tu connais déjà la réponse, oui nous sommes dans la même classe, tu le sais pourquoi le demandes tu ? « Euh oui je crois que c'est çà. » répondis-je ne voulant pas non plus me montrer hostile, je ne connais pas ce garçon ce n'est pas une raison pour non plus lui témoigner de la méfiance alors que je ne sais rien de lui.

Ta deuxième question Gregory par contre, elle me laisse perplexe, tu es nouveau certes, moi aussi en quelques sortes mais je ne peux pas croire que personne ne t'ai dit où se trouve l'endroit pour les options, que tes amis avec qui tu t'amusais tout à l'heure ne te l'ait pas dit ou tout simplement la secrétaire à ton arrivée, bon c'est raté pour ne pas avoir de doutes sur toi, après les coïncidences ont pu faire que tu ne sais vraiment pas où le local se trouve et même si je ne crois pas en ce genre de choses je veux bien t'accorder le bénéfice du doute. « Tu es sérieux ? Personne ne t'as dit où ça se trouvait ? C'est bizarre mais bon bref je vais te montrer où c'est. » Puis me souvenant que je ne savais même pas ton nom je dis : « Au fait moi c'est Hayley, mais je ne me rappelle pas d'avoir eu le plaisir de connaître ton nom. » Petit sourire et je lui faisais signe de me suivre en direction du bureau qu'il recherchait. « Au fait ça t'arrive souvent de demander ce genre d'information à la première fille qui débarque au lieu de demander à tes potes ? Pas que je méfie hein ? Je me renseigne c'est tout. » Première question pour tenter de révéler tes intentions mon cher, oh tu ne te laissera pas prendre à ce petit jeu j'en suis sûre, quoi que les réactions trahissent bien souvent nos pensées, plus qu'on ne peut le croire. Je t'attends au tournant, prouve moi que tout ceci n'est pas qu'un gros canular et je n'aurai pas être désagréable, nous verrons bien ce que cette visite du lycée réserve.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   Jeu 16 Oct - 12:27

Qui est ce foutu con qui a eu l’idée d’inventer une machine destinée à vous réveiller le matin ? Non mais histoire que j’aille lui dire deux mots, comme quoi c’est une torture sans nom. Franchement, quel plaisir y a-t-il à être tiré comme ça de son sommeil ? Aucun, moi personnellement je n’en vois aucun, Kyle aussi d’ailleurs, et j’imagine chaque élève de ce lycée aussi. Parce que réveil était synonyme avec cours, et je ne voyais pas grand monde qui aimait les cours, sauf bien évidemment ces crétins de Khi Omicron. Mais j’étais loin d’en être un, fort heureusement. De toute façon, je crois que ça se voyait bien que j’étais pas ce mec qui étudie à l’école, qui lève le doigt, et qui fait sagement ses devoirs le soir en rentrant. Non, ça se voit bien que j’en ai rien à foutre, de par mon air toujours désabusé, et ma manie de finir mes nuits dans les cours les plus barbants du semestre, c’est-à-dire presque tous. Voire tous même en fait. Je n’ai aucune matière qui me botte plus qu’une autre, ou du moins peut-être le sport, mais ça reste une option avant tout, et c’est loin d’être considéré comme une matière importante, mais au moins c’est la seule qui a le mérite d’attirer mon attention et me donner envie de bouger.

« Greg, p’tit dèj ! » C’est la voix rauque de mon frère dans la pièce à côté. « J’arrive. » Lui lançais-je alors, affamé. Je n’avais certes pas envie de bouger et d’aller à Wynwood aujourd’hui, mais le réveil avait eu le don d’accomplir son but, et me réveiller sans possibilité de me rendormir, suite à quoi mon ventre s’était mis à grogner violemment. Je bazardais la couette qui était tombée à terre pendant la nuit, et me dirigeais vers la cuisine, vêtu simplement d’un bas de jogging. Une fois sur place, je remarquais que la pièce était vide, et rien n’était préparé. « Putain Kyle, tu te fous de ma gueule ? » « C’est moi qui l’ait préparé hier, à ton tour. » Je rageais, mais m’exécutais malgré tout. Je savais que nous devions un minimum partager les taches mon frère et moi, mais j’étais connu pour être assez pantouflard sur ce sujet là, et je profitais bien trop de fois de lui, et aujourd’hui sonnait comme sa revanche. Pain, confiture, céréales, jus d’orange… Tout était prêt sur la table, quand monsieur daigna enfin arriver, sourire aux lèvres. Je lui lançais un regard noir. « Bah quoi ? » « Quand tu m’as appelé j’croyais que c’était parce que le petit déj était déjà prêt. » Maugréais-je, alors qu’il riait, tout en touillant son café. « J’m’étais dis que ça pouvait être drôle pour une fois de te voir travailler un peu. » Je lui fis une grimace, et pris place face à lui.

Comme chaque matin, nous racontions ce que nous vivions ici à Miami, puisque contrairement aux années précédentes, on commençait à déjà moins trainer ensemble, surtout que nous faisions parties de deux confréries différentes, lui les Rho Kappa, moi les Pi Sigma. Nos connaissances n’étaient donc pas toujours les mêmes, et il fallait qu’on commence par comprendre que je n’étais pas toujours derrière lui, que je savais me démerder seul, et l’occasion était trop belle pour la louper. Non pas que je ne le supporte pas, au contraire mon frère c’est tout pour moi, mais il fallait bien qu’à un moment donné j’apprenne à vivre sans toujours rester dans ses pattes, et ce nouveau départ allait contribuer à changer un peu les règles. Après avoir fini mon bol de céréales, je laissais tout en plan sur la table et partis direction la salle de bains, la seule et unique de l’appartement, puis tira la langue à mon frère avant de me verrouiller à l’intérieur. Je savais qu’il allait mettre un temps avant de comprendre, mais qu’une fois fait il allait me maudire. Du coup, très vite, je me déshabillais en entrais sous le jet d’eau chaude que j’avais mis en marche. On tambourina à la porte. « Greg, tu vas me le payer. » Je fis mine de pas entendre, et continuais juste à rire bêtement. La corvée de vaisselle, c’est pour toi mon coco.

Au moins une bonne demi-heure après, je sortais enfin de la douche, frais comme un gardon. Je m’ébouriffais les cheveux avec la serviette et enroula cette dernière autour de ma taille, avant de sortir de la salle de bains, et de prendre la direction de ma chambre dans laquelle j’enfilais un jean noir, et un débardeur blanc. Il ne me restait plus qu’à aller narguer Kyle, qui du coup allait être en retard vu que j’avais monopolisé toute la salle de bains, et qu’il n’avait pas donc eu le loisir de se préparer. En entrant dans la cuisine, je vis que la table n’avait pas été débarrassée, et que mon frère n’était plus là. Souhaitant revenir sur mes pas pour le chercher, je n’eus pas le temps de comprendre ce qu’il m’arrivait, qu’un seau d’eau glaciale m’atterrit en pleine tronche. « Ice bucket challenge ! » Hurla Kyle en prenant la fuite. « Oh putain… » « Ma douche, je la prendrais à Wynwood, j’ai sport en première heure, dommage pour toi. » Il claqua la porte d’entrée. « Au fait, t’as encore la cuisine à ranger » Avant de partir pour de bon. Je serrais des poings. Il ne me restait plus qu’à me changer, et laver la cuisine, et tout ça en espérant ne pas arriver en retard. Quelle veine !

***

Dans les couloirs, j'errais comme une âme en peine après m’être fait renvoyé du cours pour être arrivé en retard, sans excuse valable à leurs yeux, comme quoi remettre la faute sur autrui n’était pas une bonne solution. J’haïrais bien Kyle pour ça, mais il m’épargnait une matinée barbante réservée à l’histoire et à l’anglais, et au final je ne pouvais que le remercier. « Greg ! » Alors que j’étais en train de pianoter sur mon téléphone, quelqu’un m’interpella : des collègues Pi Sigma. Je me dirigeais donc vers eux, tout sourire. « Salut les mecs. » Tout en leur faisant un check. « Pas en cours ? » Me demandèrent-ils. « Non et vous ? » « Non plus, Cobb nous a renvoyé. » Je riais, décidément y en avait pas un pour rattraper l’autre dans cette confrérie, surtout qu’il paraissait que le palmarès revenait à celui en tête de la conf. Nous parlions de tout et rien, assis par terre au milieu du couleur, jusqu’à ce que l’un d’eux m’attrape l’épaule. « Et le nouveau, cap ou pas cap ? » « De quoi ? » « Ca te dis, un gage là tout de suite ? Et si tu le réussis, à ton tour de nous en donner un. » « Ca me va, bon crache le morceau. » « La première fille qui vient dans le couloir, tu vas lui demander son num, et si possible obtenir un rencard avec. » « Ca marche. » Bien entendu, c’était un peu ce à quoi je m’attendais, tester nos capacités, et honnêtement je faisais ça que pour le fun. Du coup nous étions là, contre le mur à observer les portes battantes. Il était clair que nous ne risquions pas de croiser grand monde à cette heure là, il était midi, tout le monde partait manger, mais on ne savait jamais. Et alors que je m’apprêtais à me lever, ayant mal au cul sur le carrelage froid, les portes battantes qui s’ouvraient résonnèrent dans tout le couloir. Une fille. Les gars me regardèrent, m’encourageant à y aller, ce à quoi je leur répondis avant de me lancer. « Vous avez de la chance, elle est pas trop moche. » Puis me dirigea vers la jeune fille, brune, taille moyenne. Manquait plus que ça soit une Khi ou une mangeuse d’herbe. « Salut. » J’allais commencer doucement, j’étais pas le genre de type, dragueur à deux balles trop lourdos qui démarrait d’emblée par un large sourire, qui faisait surtout plus pervers qu’autre chose. En la regardant avec plus d’attention, je me rendais compte que je l’avais déjà vu quelque part. « T’es en junior non ? On est dans la même classe, non ? » Demandais-je alors. « Enfin c’est pas le plus important. Je suis nouveau ici, tu saurais pas où est-ce qu’on s’inscris pour les options ? » Valait mieux commencer en douceur, nous avions toute l’après-midi devant nous, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cap ou pas cap? (PV Hayley ♥ )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hayley Williams [Serpy]
» LYSANDRA "LEDA" HICKSON ► HAYLEY WILLIAMS
» Hayley ϟ Il n'y a pas de lumière sans ombre.
» (f) loup-garou - Hayley Marshall
» Hayley, the pregnant wolf. [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: