AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   Sam 15 Nov - 20:25


« Qui te dit que je dors encore là? », m'avais rétorqué Alma. Je levais un sourcil : « Ou dormirais-tu alors ? Dans la rue ? ».
Lorsque je vis Alma fumer, je lui rappelais que c'était mauvais pour la santé-je pouvais parler, puisque 4 mois plus tard, je fumerais ma première cigarette avec Lance-.
Je ne comprenais pas pourquoi les gens se tuaient les poumons. Je soupirais après que la Sigma Mu m'est répondu de la sorte.
Vînt ensuite mon angoisse.
« hé, ca va? Respire !! » , s'inquiéta Alma.
Je savais ce qu'il fallait faire : respirer dans un papier. J'allais en chercher un dans la poubelle-bah quoi ? Je n'avais pas le choix-, puis j'inspirais dans le papier. Je me réussis à me calmer, puis je racontais ma mission. J'étais presque sûr que Nina m'avait donné cette mission parce qu'elle savait que j'avais peur.
« Calme-toi, c'est pas si compliqué que tu ne le crois de se taper quelqu'un... C'est la base. Il n'y a même pas à réfléchir, il suffit de se laisser aller, regarde, même les animaux y arrivent ! Non, franchement, il n'y a rien de dramatique, au contraire. »
Je levais mes yeux innocents vers la Sigma Mu : « Oui...c'est vrai mais...mais... ».
Se laisser aller ? Mais...mais comment ? Je ne sais même pas ce qu'on fait quand on se tape une fille. Je suis pire que Ty, je le sais : je suis super innocent.
J'ai vraiment peur. Très peur. J'ai peur parce que je ne sais pas.
« Bon, tout d'abord, est-ce que tu en as envie ou pas? T'as pas à te sentir obligé de le faire. Moi en tout cas, je n'aime pas qu'on me force à faire quoi que ce soit. »
Je ne sais pas, mais j'aimerais bien...Je suis curieux et j'aimerais bien essayer...mais j'ai peur. Je ne crois pas que je vais y arriver.
Je dois faire cette mission pour rester PS. J'ai donné ma parole. Je me suis fais giffler par mon père parce que je lui ai dis que je n'étais plus puceau exprès , pour me taper une fille apres. J'avais souffert, fallait que j'en profite.
« Si j'en ai envie ? Oui... »
J'hochais la tête. Je ne voulais pas finir puceau à 19 ans comme Ty. Tout le lycée savait que j'étais encore puceau. Comme c'était déjà la honte, fallait réparer ça vite fait.
« ho, et puis après tout, c'est une bonne idée. Tu aurais du découvrir tout ca depuis plusieurs années déjà, t'as quel âge au juste? Tu verras, quand t'y auras gouter, t'en redemandera ! »
Je relevais mes yeux bruns vers Alma et déclarais : « 16 ans. Je ne pouvais pas découvrir ça depuis plusieurs années...Je viens d'une réserve Sioux dans le Dakota. ».
Cheyenne River + mon père+ ma famille égal interdiction pour le sujet tabou.
Je répétais ensuite les paroles d'Alma, les dernières. Quand j'en aurais goûté...j'en redemanderais... C'était vraiment...très, très curieux. Est-ce que c'était bien ? Ma curiosité s'intensifiait.
Je ne voulais pas être accro comme Ty quand même !

Alma me proposa de m'emmener dans un endroit où j'apprendrais la vie. J'espérais que c'était un bar ou une boîte de nuit. Une boîte de nuit, ce serait bien comme ça je danserais. Je suivis joyeusement Alma, mains dans ma veste. Nous allâmes bien dans une discothèque. Mais ce n'était pas une discothèque comme les autres. Alma me souhaita bienvenue fans le monde des adultes. Je la remerciais, parce que j'avais pas encore vu l'endroit ou j'étais entré. Lorsque je vis la discothèque, mon sourire retomba.
Lorsque j'entrais, la première chose que je vis c'était des danseurs et danseuses quasi-déshabillés. J'écarquillais mes yeux et entre-ouvrit mes lèvres.
« Mais c'est Sodome et Gomorrhe ici ! », m'écriais-je avant de vite fermer les yeux.
En plus d'avoir été bien élevé, de venir de Cheyenne River, d'être un sainte-ni-touche, j'étais en plus Catholique. Pas de...pas de sujet tabou avant le mariage.
Je me rappelle d'avoir regardé ailleurs lorsque Soraya Munos était en maillot de bain pour son défi. En plus d'avoir vu les gens -oui parce qu'en plus y a des mecs- à moitié nus, j'entendais une musique trop chelou dans la discothèque.
Il ne me restait plus qu'à faire comme les trois singes.
« Viens, on va se rafraichir au bar, histoire de se mettre dans l'ambiance... Allez, détends toi un peu, t'es tout crispé !! Ici, tu trouveras une fille sans problème, même deux si tu veux ! Alors dis moi, c'est quoi ton style? Brune?... Blonde?... », entendis-je, alors que je m'apprêtais à boucher mes oreilles.
Mon style...C'est Léahna, la chef de ta confrérie...ou bien Ashlyn, la RK.
J'ouvris mes yeux bridés, puis regardais Alma avec mes yeux innocents. Mon cœur cognait contre ma poitrine. Je jettais un regard aux filles. Elles étaient trop sexys.
« Moi, ce que j'aime...c'est les blondes...et les brunes aussi mais...les blondes c'est tout à fait mon style. », répondis-je en fixant yeux ronds les danseuses.
Etrange, je n'arrivais plus à décoller mes yeux des filles. En même temps, je n'avais jamais vu ça de ma vie.
Comme j'étais resté en arrière, je courrus rejoindre Alma qui s'était installé au bar.
Je demandais au barman : « Bièrre. C'est pour moi. ».
Je mis de l'argent pour ma boisson et pour celle d'Alma sur la table.
Je tournais mes yeux doux et innocents vers les filles et observais leur danses. Les visages pâles font de ces trucs!
J'étais captivé, hynoptisé. Je n'arrivais pas à détacher mon regard des filles.
Elles étaient trop sexy...
Je fis un sourire. Je baissais les yeux. Je me tournais vers Alma et lui demandais : « T'es sûre que c'est une bonne idée ? T'es sûre qu'elles vont accepter un mec aussi jeune que moi ? ». Si j'avais les cheveux longs, je sais que j'aurais paru vieux, qu'on m'aurait pris pour quelqu'un de 18 ans ou 20 ans.
Je retournais mes regards vers les filles. Une d'entre elle me fit un regard envoûtant. Alors mes iris s'éclairèrent de jaune, rouge et orange, les couleurs des flammes, les couleurs de feu, les couleurs de la braise.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   Ven 14 Nov - 23:14

Pour ce qui était des colocs, Pay me fit remarquer que j'étais forcément solo, vu que Ty n'était pas remplaçable. Pas tout de suite en tout cas. Et il avait raison. Je ne voulais personne d'autre comme coloc', j'avais encore besoin de faire mon deuil. Nous avions tant de souvenirs dans cette chambre... Je n'y avais pas redormis depuis, je préférais aller squater une chambre de mecs, ou en cas de non possibilité: le canapé du salon des SM. Mes camarades devaient vraiment me prendre pour une cinglée. Je n'avais pas peur des fantômes... Mais je ne voulais pas affronter ca. D'ailleurs, il faudrait surement que je finisse par changer de chambre, mais je n'étais pas prête.

« Qui te dit que je dors encore là? »

Avais-je simplement fait remarquer à l'indien qui croyait tout savoir mieux que tout le monde. Il avait tors en tous cas. Bref, j'avais dit à Pay de se taire, car je n'en pouvais plus, et je l'avais presque regretté aussitôt en voyant son air de chien battu, même si ca m'avait fait du bien de sortir de ma passivité. J'avais donc allumé une clope, mal à l'aise, et il m'avait fait remarquer que ce n'était pas bon pour la santé.

« Et ben tant mieux ! »

Avais-je rétorqué cynique. Comme si je n'étais pas au courant que je m'intoxiquais ! J'en avais rien à foutre de ma santé, je ne tenais pas à moi-même, encore moins à mon corps, et j'étais bien décidée à faire ce que je voulais de ma vie de merde. Ensuite, Pay essaya lamentablement de me dire en quoi consistait sa mission, mais il tournait autour du pot, comme s'il avait peur.

« ...quoi?... tu dois quoi? »

Lui demandai-je, perdant un peu patience. Je ne sais pas pourquoi, je préssentais que ca allait être un truc à la noix et qu'il en faisait tout un plat, comme à son habitude. Mais lorsque je me tournai vers lui et que je vis qu'il avait toutes les peines du monde à respirer, après avoir cru à une blague de mauvais goût, je commençai à m'inquiéter sincèrement.

« hé, ca va? Respire !! »

Il réussi à trouver un sac plastique et se calma, heureusement ! Ce mec était encore plus perturbé que je ne le pensais. Ca ressemblait vraiment à une crise d'angoisse. Enfin, je n'avais jamais vu de crise d'angoisse, mais j'imagine que ca ressemble à ca. Je restai près de lui jusqu'à ce qu'il se calme, soulagée qu'il ne tombe pas dans les vapes. Il me confia alors sa mission. Ce n'était QUE ca ! On aurait cru Ty en cet instant... Bon, je me retins de me moquer de lui, parce qu'après cette crise, c'était très mal venu de ma part. Je n'avais pas beaucoup de tact, mais j'avais un minimum de compassion et je voyais bien que c'était un vrai problème pour lui, qui le tenait à coeur.

« Calme-toi, c'est pas si compliqué que tu ne le crois de se taper quelqu'un... C'est la base. Il n'y a même pas à réfléchir, il suffit de se laisser aller, regarde, même les animaux y arrivent ! Non, franchement, il n'y a rien de dramatique, au contraire. »

J'ajoutai:

« Bon, tout d'abord, est-ce que tu en as envie ou pas? T'as pas à te sentir obligé de le faire. Moi en tout cas, je n'aime pas qu'on me force à faire quoi que ce soit. »

En même temps, je n'avais pas beaucoup de limites. J'aimais relever les défis, certes, mais c'était moi qui le voulais, personne ne m'y forçait. Il m'expliqua qu'il devait faire ca pour rester PS, j'affichai un air navré. Ca ressemblait que trop bien à cette confrérie, et je pouvais comprendre ses motivations, même si je préférais être SM. En fait, il voulait s'intégrer, rien de plus.

« ho, et puis après tout, c'est une bonne idée. Tu aurais du découvrir tout ca depuis plusieurs années déjà, t'as quel âge au juste? Tu verras, quand t'y auras gouter, t'en redemandera ! »

Je ne pu m'empêcher de penser à ty en cet instant, et mes yeux passèrent de l'excitation à la tristesse en un rien de temps. Je baissai le regard, ne voulant pas Pay lise mes pensées. Je lui proposai ensuite de me suivre là où il allait découvrir la vie. Il approuva l'idée, ne sachant pas où je comptais l'amener. Nous nous dirigeâmes donc vers une boite, mais ce n'était pas n'importe laquelle... c'était une boite à strip tease ! Ca, il ne le saurait pas avant d'entrer bien sur. Je négociai rapidement avec le videur que je connaissais, et il nous laissa entrer sans mal. Je connaissais des filles qui bossaient la bas, qui m'avaient donné des conseils pour faire mon job de danseuse, et je savais que certaines offraient leurs « services ». C'était tout ce qu'il fallait à ce jeune puceau, une femme expérimenté qui allait lui apprendre tout ca sans lui salir sa réputation puisqu'elle n'était pas au lycée.

« Mon amis, bienvenu chez les adultes ! »

Déclarai-je en entrant, révélant la boite ou des danseuses et danseurs étaient déjà presque entièrement dénudés et se déhanchaient de façon très sensuelle et explicite. Comment allai-il réagir à ca? Je me tournai vers lui, un sourire aux lèvres, essayant de lui donner confiance:

« Viens, on va se rafraichir au bar, histoire de se mettre dans l'ambiance... Allez, détends toi un peu, t'es tout crispé !! Ici, tu trouveras une fille sans problème, même deux si tu veux ! Alors dis moi, c'est quoi ton style? Brune?... Blonde?... »

Je m'assis derrière le bar et saluai certains mecs qui me reconnaissaient. Non pas que je sois une habituée des lieux, je n'irais pas jusqu'à dire ca, mais pas mal de ces gars étaient des coups d'un soir. La drogue, l'alcool, le sexe... Ca créait des liens. Comment Pay le puceau allait-il réagir? Il serait sans doute choqué rien que pas la musique plus que explicite qui ressemblait parfois à des gémissements... Quelle ambiance !!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   Ven 17 Oct - 19:07

Paytah...Shut your trap !Paytah & Alma
RadioPayMiami était en marche et c'était impossible de l'arrêter. Il parlait de tout et surtout de Ty. Tellement, qu'Alma lui demanda : « Tu veux pas arrêter de parler de lui tout le temps comme ca...??? ». Pay secoua négativement la tête et repris de plus belle. Rien ne pouvait l'arrêter. Et blablabla et blablabla.
La Sigma Mu demanda au Pi Sigma ce qui lui faisait dire qu'elle était solo puisqu'il avançait cette affirmation.
« Tu es forcément solo. Ty était bien ton colocataire, non ? C'est impossible que quelqu'un soit déjà installé à sa place. », répondit du tac au tac Paytah Yellow. Ce dernier reprit le bavardage incésent. Il fallait le comprendre le pauvre : il croyait qu'Alma et lui étaient potes, et, de plus, depuis la mort de Ty, il s'était dit que cette fille avait eu un lien avec son grand cousin et qu'il fallait la suivre à tout prix pour devenir son ami et savoir un maximum de choses sur Ty. Il n'avait pas revu Alma depuis une bonne semaine déjà et il fallait absolument qu'il lui raconte les dernières nouvelles de sa vie.
Le Sioux enchaîna avec ses parents insupportable et sa sœur trop embêtante qui avait trouvé l'Amour et pas lui. Il répéta que tout le monde de sa famille avait l'âme sœur, que c'était vraiment injuste et qu'il était un PS, qu'il devait lui aussi trouver une copine, une blondinette de préférence.
Alma lui apprit que la personne qui lui manquait c'était Ty, et que si il pouvait arrêter de parler de lui tout le temps, ça l'arrangerait. Mais le Sioux de Cheyenne River se dit : « Comment arrêter de parler de Ty ? C'est impossible ! », mais se garda de tout commentaire et continua de plus en plus belle.
Ty lui manquait aussi. Il lui manquait horriblement, même si Ty était Ty et qu'il lui avait fait ce qu'il lui avait fait quand il était plus jeune.
Il se souvenait très bien de sa première rencontre avec Ty.

Flashback
« Pay, pay, dépêche toi ! On a de la visite ! », hurlait Ehawee depuis le salon.
Pay se précipita en bas de l'escalier et alla rejoindre toute la famille dehors.
Mr Sam Yellow, coiffé de son éternel chapeau était en compagnie d'un grand gaillard aux yeux pétillants.
« Pay je te présente ton grand cousin Ty Noah Swan. C'est le fils de ma sœur. Ty, voici mon dernier garçon. »
Ty s'avança vers Paytah et le salua de la main en battant des cils au ralenti.
« Bonjour. »
« Salut ! », lança joyeusement Pay chaleureusement avec un grand sourire.
« Tu as la coiffure d'un vrai indien. »
« Merci, je prend ça pour un compliment. Je dirais plutôt que j'ai une coiffure à la Japan Boy. »
Ty éclata de rire.
« Oh ! Tu as des dents de loup mec ! », s'exclama Pay en ouvrant grand ses yeux.
« Des dents de loups ? », fit Ty étonné.
« Tes canines je veux dire. Elles sont hyper prononcés. D'ailleurs...tu ressemble à un loup. C'est effrayant. »
Ty se mit à rire et Pay le rejoignit. Sam secoua la tête.
«Je prend ça pour un compliment, dis plutôt que je ressemble à Jacob Black dans Twillight ! »
« Twiquoi ? Jacob chépakoi c'est quoi ça ? Kézaco ? Je comprend pas ce que tu me dis. »
Ehawee intervînt : « Laisse tomber. Mon petit frère est un inculte de la société. Il connait pas Twillight. Il ne connait que tous les Disney, les Dreamworks et Shake It Up. ».
« Tu connais pas Twillight ? C'est pas possible ! Attend, vient, on va regarder ça de suite ! »
Et voilà comment ils avaient passés leur premiere journée entre cousins : à regarder l'un à près l'autre la saga Twillight, véritable passion pour Ty. Pay avait même pleuré, il était trop sensible, le pauvre.
Fin du Flashback

Paytah Yellow parla même de sa Mission, deuxième Mission confiée par les PS/EI. Cette fois il ne s'agissait pas d'inviter une fille au restaurant...non, c'était beaucoup plus pire que ça, c'était la catastrophe, c'était Mission Impossible.
Curieuse comme tout, l'ex Sex Friend de Ty lui demanda de quoi il s'agissait, mais étrangement le Pi Sigma resta muet, se contentant d'agiter ses yeux , effaré. Il se ré-entendait dire : « Ok je le ferais ! Je relève le défi ! ».
Mais à présent, il écarquillait tant et tant ses yeux de Chinois qu'ils étaient devenus ronds comme des soucoupes et bien noirs de peur. Les jours passaient et il n'avait toujours pas accomplit sa 2e Mission. Il avait de plus en plus peur. Quand il y repensait, il faisait même des crises d'angoisses et il était obligé de respirer en soufflant dans un sac en papier. Tous les jours il faisait des crises d'angoisses en réalité, mais personne ne le savait.

Pay reprit son monologue, en commençant à raconter une histoire qui s'était passé en cours.
« Oh tu sais ce qui s'est passé en cours aujourd'hui ? Y a un élève qui a rendu sa copie déchirée, la prof la regardé et lui a dit : « Qu'est-ce que c'est que ce chiffon Wayne ? », le mec a dit : « Bah mon chien la bouffé m'dame. » et la la dame a dit : «Vous vous moquez de moi ? », et lui il a dit : « Non de toute façon, je m'en fous de votre devoir de ***** » et là la prof a dit... »
«  SHUT....YOUR.....FUCKING.... MOUTH !! »
Silence total.
Pay se mit à regarder Alma avec ses grands yeux noirs innocents et baissa le regard. Une étincelle de flamme traversa son regard rapidement et s'évanouit.
Plus aucun sourire. Plus aucun son. Plus aucune joie.
Le cœur du garçon aux cheveux noirs de jais frappait très fort contre sa poitrine. Alma lui demanda d'arrêter immédiatement son air de chien battu. A ce jeu, Pay n'était pas aussi fort que Ty. Ty avait l'habitude de faire des yeux de Chat Potté. Pay lui, son atout pour que tout le monde lui accorde tout était son sourire. Un sourire irrésistible. Mais là, Pay n'avait AUCUNE envie de sourire. Pour la première fois de sa vie il réalisa qu'Alma en avait assez de lui et qu'il n'était pas son ami.
Alors, doucement il recula.
« Écoute !! j'en ai rien à foutre de ta vie, ok? Je te laisse déjà me suivre, c'est déjà bien, mais si tu continues comme ca je vais péter un plomb moi !! »
Pay continua sa marche de crabe, s'éloignant à reculons de plus en plus.
Alma alluma une cigarette. Pay murmura assez fort pour qu'Alma l'entende : « La cigarette c'est pas bon pour la santé ! ».
Il releva la tête, soupira puis se retourna tristement, mains toujours dans les poches. Il sentait ses yeux lui piquer. La sex-friend de son cousin le détestait.
La colloc de Ty n'était pas aussi « cool, généralissime, superbe, sympa, marrante » que le décrivait Ty dans son roman autobiographique à deux balles, ou il faisait la louange d'Alma depuis le chapitre 16, chapitre qui racontait son dépucelage. Ty n'était qu'un menteur ! Alma était une fille pas du tout sympa en fait.

« Bon, c'est quoi ta mission là? », entendit le Sioux au loin.
Il s'arrêta net et hésita.
Il ne savait pas si c'était une bonne idée de se confier à Alma.
Elle allait se foutre de sa gueule, c'était clair.
Et puis c'était tellement effrayant d'en parler.
Mais en même temps, il avait besoin de son aide pour sa mission.
Il plaqua sa langue contre sa joue, se mordilla la lèvre inférieure puis retourna auprès d'Alma lentement.
« Ma mission...C'est Mission Impossible...Ma mission c'est...c'est... c'est...», commença t-il.
Il se mit à bouger ses yeux comme un animal effaré.
« ...que je dois... »
Son cœur battait vite. Il se sentait mal, très mal. Il lui semblait que le sol vacillait sous ses pieds. Son pouls s’accélérait de plus en plus. Il se sentait oppressé, comme écrasé. Le stress montait. Il n'arrivait pas à dire ce qu'était sa mission. Il n'y arriverait pas. Il n'y arriverait même pas.
Sa respiration devenait difficile. Son teint devînt pâle. Ses yeux devinrent plus sombres. Il ne sentait plus d'air. Il étouffait. Il lui fallait de l'air !
Panique à bord ! Pay respirait bruyamment par la bouche, mais il lui semblait qu'il ne respirait rien du tout. Pourtant, l'air était toujours là. Il tremblait, ses mains étaient moites. Il faisait une crise d'angoisse.
Il lui fallait un sac en papier, et vite.
Le Sioux regarda autour de lui et ne vit rien. Il courut vers une poubelle et fouilla dedans, inspirant toujours aussi bruyamment. Il étouffait, il allait mourir. Il lui fallait un sac en papier !
Il réussit à en trouver un.
Il le saisit, se plaqua contre la poubelle, mis le sac en papier marron autour de son museau et commença a respirer dans le sac en papier, qui était un vieux sac de MacDonald ou alors un sac de course sans doute.
Il inspira un bon nombre de fois dans ce sac, se disant à lui même de se calmer.

Après 20 minutes, il se calma enfin et laissa glisser le sac entre ses doigts. Le sac tomba sur le sol et il se laissa glisser sur le sol.
Comme Alma l'avait suivit, il reprit doucement : « Ma mission est de...de me taper une...une fille. Et j'ai...j'ai vraiment très, très, très peur. Tous les jours, quand j'y repense, je fais des crises d'angoisses. Je sais que c'est très idiot, mais c'est comme ça. Je suis très...sainte-ni-touche, innocent et ignorant. Ty n'est plus là. Je sais qu'il m'aurait conseillé. Mais il est mort...par ma faute en plus et...je n'ai personne pour me dire quoi faire exactement. Si je n'accomplit pas cette mission, je vais me faire virer. Et je ne veux pas être viré. Je veux être un PS. C'est mon rêve ! ».
Il fit une pause et ferma a demi ses yeux de Chinois. Il posa sa tête contre la poubelle. Beurk, ça faisait pas trop PS.
« Alma...dis moi ce que je suis censé faire...Avec...Avec la fille je veux dire...Je ne sais pas...Je n'en ai aucune idée...Je n'ai jamais regardé ce genre de scènes dans les films. Quand ces moments arrivent je ferme mes yeux et j'attend la scène suivante. »

Il attendit qu'Alma lui réponde.
Puis, il se releva et la Sigma Mu lui lança : «Au fait, tu me suis comme ça depuis un moment... Je vais peut-être te dire où on va !! Ce soir c'est no limites vieux !! Je t'emmène dans un endroit où cette fois tu vas connaître ce que c'est que la vie, crois moi !! »
Elle lui fit un sourire. C'était la deuxième fois que Pay voyait Alma sourire.

Flashback
« Alma ! Je te présente mon petit cousin Paytah Yellow. Il est nouveau à Wynwood. »
Alma regarda le jeune Sioux qui se tenait en face d'elle, aux côtés de Ty.
« Bonjour. », dit Pay en tendant la main à la Sigma Mu.
« Salut. », répondit la jeune-fille sans une trop grande joie.
« Je suis le meilleur de la famille. Le plus cool, le plus mignon, le plus drôle, le plus intelligent..., fanfaronna Pay en souriant à la brunette aux yeux verts.
« ...et le plus timide ! », fit Ty en embêtant son petit cousin.
Alma fit un sourire, amusé avant de secouer la tête.
Pay repoussa Ty -comme si il avait la peste- en hurlant : « NE ME TOUCHE PAS  JE TE DETESTE ! ».
Le petit Sioux s'écarta de Ty et alla loin de lui, jusqu'au fond de la pièce et jeta un regard noir à Ty.
Il détourna les yeux et entendit son cousin dire à Alma : « T'inquiète pas...il est juste...mon ennemi juré depuis la sortie de mon livre. »
« Depuis que tu es gay surtout. Enfin...Bi. », cracha Pay avec colère. Ty soupira, desespéré. Son petit cousin se leva et le poussa violemment avant de sortir de la chambre numéro 5 en claquant la porte.
Fin du Flashback

Paytah Yellow fit lui aussi un sourire à Alma, puis lança : « Ok je suis partant ! Promets-moi juste qu'on ne me virera pas chez les PS si on apprend que je suis allé dans cet endroit là avec toi ! ».
Pay était curieux de voir où Alma l'emmènerait. Il n'était jamais sorti en companie de Sigmas Mu. Il s'amuserait sans doute, mais quoi qu'il en soit, il ne toucherait pas à de la drogue!
Il se mit donc aux côtés d'Alma et attendit la suite du programme.

(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   Jeu 16 Oct - 20:12


Je marchais dans les rues sombres de Miami. Jusque là rien d'anormal. Sauf que …. ! Il y avait un tout petit détail en plus: je n'étais pas seule. En effet, depuis plusieurs heures déjà, Paytah me collait aux bask', mais dans le genre super glue dont on ne peut vraiment pas se défaire. Au départ, lorsque j'avais vu son comportement à la mort de... son cousin... Je l'avais carrément viré. Ca avait été agressif même... Je me souviens. Je lui en voulais pour ce qui s'était passé. Je le tenais pour responsable. Je ne voulais pas trainer avec lui. Et encore moins qu'il traine avec moi. Je ne voulais pas qu'il prenne la place de Ty. Il n'étais pas lui. Même si je dois l'avouer, son excentricité et son côté lourdingue s'en rapprochent fortement... Quelle famille !! Bref, quand j'avais compris que je ne pourrais pas me débarasser de lui si facilement que je croyais, car il était du genre TRES insistant, je m'étais fait une raison: pourquoi dépenser toute cette énergie pour cet idiot? Qu'il me suive. On verra combien de temps il tiendrait. Alors finalement, oui, je m'étais un peu habitué à sa compagnie... mais qu'est-ce qu'il était soulant ! Un vrai moulin à parole. Je ne l'écoutais pas parler. Je ne faisais même pas semblant... ce qui ne semblait pas la déranger. A moins qu'il ne s'en soit pas rendu compte? Les monologues, c'était son fort.

Je marchais donc à grands pas, suivi du Pi Sigma. Il semblait se venter de faire partie de cette confrérie. Mouais. No comment. Mais quand il parla de Ty... et qu'il serait fière de lui, je me tournai un instant vers lui, comme si j'allais répondre, puis finalement ne dis rien et refixai mon attention sur ma direction, droit devant. Je n'aimais pas parler de Ty. Or, il avait le don de l'insérer dans tous les sujets de conversations ! Que savait-il exactement de son cousin? A quel point l'avait-il aimé, alors que ce dernier avait donné sa vie pour lui? Paytah n'était qu'un egoiste egocentrique inconscient de sa chance... J'aurais préféré 1000 fois que les choses se passent dans l'autre sens: que Ty se fasse sauver par Pay. Après tout, ce Pay, je ne le connaissais pas jusqu'à l'incident... Je n'écoutais pas la suite de ce que baffouillait Pay, j'entendais des mots, par ci, par là, et cela me suffisait pour savoir que c'était de parfaites idioties.

Je me rendis compte un peu tard que le jeune homme me planta pour aller draguer une blonde, je décidai de poursuivre ma route, pourquoi l'aurais-je attendu? Quand il s'en rendit compte, l'indien préféra me suivre, histoire de s'assurer que je n'allais pas disparaître au détour d'une ruelle et le laisser en plan. Est-ce utile de rappeler que c'était lui qui me suivait, non l'inverse? Il s'excusa, mais je n'en avais que faire. Il aurait pu me laisser en plan, je l'aurais plutôt bien vécu. Oui, il aurait du. Cet idiot me suivait, mais il ne savait même pas où j'allais. Pathétique. Il reparla de Ty, cette fois, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Je soupirai:

« Tu veux pas arrêter de parler de lui tout le temps comme ca...??? »

Mais ce fut comme s'il ne m'entendait pas, et il en remit une couche, parlant de mes activités nocturnes avec son cousin. Ca me fit rire jaune, et je baffouillai pour moi-même 'comme si t'y connaissais quelque chose à nos activités...'. Une fois de plus, il n'entendit pas, et continua dans sa lancée.

« Qui te dit que je suis solo? »

Demandai-je en arquant un sourcil lorsqu'il craignait que je m'ennuie toute seule dans ma chambre. Qu'est-ce que ca pouvait lui foutre sérieux? En plus, il parlait de ce qu'il ne connaissait pas. Et d'ailleurs, je ne comptais pas m'étendre sur le sujet, ca lui aurait fait trop plaisir de connaître les détails de ma vie sexuelle, lui qui était toujours puceau comme au premier jour. Ou non remarque, ca l'aurait sans doute choqué à vie, et il serait partis se faire curé dans une église. Qu'il ne compte par sur moi pour faire ce que j'avais fait avec son cousin en tout cas ! L'indien parla ensuite de sa famille qui lui manquait. Je parlai dans mes dents:

« Moi c'est Ty qui me manque, alors si tu pouvais arrêter d'en parler toutes les 5 minutes, ca m'arrangerait ! »

Allait-il comprendre le message cette fois? Je ne pense pas. Ca faisait bien une centaine de fois que je le lui répétais, et rien n'y faisait. Pay parla ensuite de conseils pour le sujet tabou, et d'une mission qu'il avait.

« C'est quoi de ca encore? Vas y, lâche le morceau !! »

Pour une fois que le sujet pouvait devenir plus intéressant que sa vie d'ado en crise... Mais Pay se mit à me parler de ce qu'il s'était passé en cours, et là, je sentis mon impatience prendre le dessus:

« SHUT....YOUR.....FUCKING.... MOUTH !! »


Articulai-je, à bout. Non mais sérieux, il ne s'arrêtait jamais de jacasser ce dindonneau? Il était trop chiant à la fin !! Certes, sa présence m'occupait l'esprit entièrement et m'évitait de broyer du noir, mais c'était pénible... et épuisant ! Ce n'était pas comme si j'avais demandé sa compagnie... il s'imposait ! Ho et merde ! Voilà qu'il me faisait à présent sa tête de chien battu, me faisant passer pour la plus abominable et la plus intolérante des mégères. Et surtout, me rappelant Ty quand je le grondais, lui aussi.

« Et arrête ca tout de suite ! »

Déclarai-je, ne voulant pas qu'il se fasse passer pour la victime, car ce serait inverser les rôles à mon sens. Je sortais enfin de ma passivité le concernant. Stop !! J'en avais entendu assez !!!

« Écoute !! j'en ai rien à foutre de ta vie, ok? Je te laisse déjà me suivre, c'est déjà bien, mais si tu continues comme ca je vais péter un plomb moi !! »

Je jetai un coup de pied dans le vide, les nerfs à vifs. J'avais rarement eu à faire à quelqu'un d'aussi chiant, il avait le don pour me faire péter un cable. Je soupirai, m'en voulant de m'être emportée ainsi, tout en savourant ce moment, car je me retenais depuis trop longtemps. Ca faisait du bien non de diou !! Je m'allumai une clope, puis rajoutai, le regardant:

« Bon, c'est quoi ta mission là? »


Lui demandai-je histoire de détendre un peu l'atmosphère, car même si j'avais du mal à le supporter, je ne voulais pas non plus qu'il me lâche complétement. Inconsciemment, il m'aidait à surmonter l'absence de Ty, même s'il en était plus ou moins coupable. Il était quelqu'un proche de lui, de sa famille, lui seul pouvait 'comprendre' ce que je traversais. Lui seul avait cette même peine intérieure. Nous devions surmonter ca ensemble.

« Au fait, tu me suis comme ca depuis un moment... Je vais peut-être te dire où on va !! Ce soir c'est no limites vieux !! Je t'emmène dans un endroit où cette fois tu vas connaître ce que c'est que la vie, crois moi !! »

J'affichai un sourire espiègle. Moi, lunatique? Du tout. Mais je voulais rattraper un peu le coup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   Mer 15 Oct - 22:28

Paytah...Shut your trap !Paytah & Alma
« He ben tu vois, c'est pour ça que je suis super content. Parce que je suis devenu un Pi Sigma. Enfin presque, parce que je ne suis pas totalement devenu un mais...voilà quoi. J'aime cette nouvelle vie, cette vie de...de pacha. Je manque de l'expérience juste...Mais j'adore être un PS. Non sérieux, t'a pas vu mon grand changement ? T'a vu mon nouveau look ? Nan sérieux trop la classe hein ? Non avoue que je suis beau gosse quand même. Je suis trop beau, trop mignon, trop...trop. Je suis trop. Tu vois, Ty je pense qu'il serait content quand même. Qu'est-ce que t'en dis ? Non mais c'est vrai. Il serait vachement fier quand même. En plus...je suis sûr qu'il serait tombé encore amoureux de moi. Beurk. Non mais parce que je sais pas si tu sais, mais Ty était amoureux de moi. Sisisi je te jure ! Il m'a même  embrassé un jour. Oh for the life of me. Ce jour là je te jure que j'ai flippé à mort ! Je l'ai repoussé et tout...fin bref c'est depuis ce jour là que je le déteste. Il serait quand même fier que je sois devenu un PS. Avoue que c'est la classe quand même ! Toi qui le connais, sérieux!
Moi je suis trop trop trop content ! Limite je ferais une fête. Oh attend attend attend ! Oh le diamant qui s'approche là bas. Reste là, attend je vais la draguer deux secondes !
 »

ENFIN la personne qui parlait se tût et donna un moment de répit à la pauvre Alma Rodriguez. Cette personne qui parlait comme une radio, n'était autre que Paytah Yellow. Aujourd'hui, il était joyeux. Il collait Alma depuis 17h30 et l'avait suivit dans les rues noires de Miami. Il était 23 heures et il la suivait toujours, lui parlant comme une radio. Il avait l'habitude de suivre Alma tout le temps, mais aujourd'hui, c'était le record ! Il ne la lachait plus durant 7H30 !!! Pendant 7h30 il parlait non stop. Il avait raconté à Alma sa journée, ses nouveaux achats, l'histoire d'amour entre Ehawee ( une de ses sœurs ) et son mec, sa trouvaille sur Youtube de nouveaux clips trop géniaux, ses nouveaux posters de filles sexy, son SMS de son ex Olathe, son projet de se faire dépuceler, sa galère pour faire son devoir de science, sa joie d'avoir fait du Karaté ce matin, son été pourri ou il avait fait une crise d'adolescence et où il s'était mis des extensions, le relooking que lui avait fait Sasha, la nouvelle organisation de sa grande villa (et oui, il rangeait tout et changeait tout de place), son entraînement à la musculation, ses nouveaux bracelets en plastiques , Ty qui lui manquait un peu, qu'il voulait avoir une petite amie parce qu'il n'était sorti avec qu'une seule fille dans sa vie (et que Miss Pretty ça comptait pas), son rêve de devenir un Chef cuisinier et enfin le chew gum qu'il avait failli avaler en dormant avec la veille. De joyeuses anecdotes en somme. Mais la Sigma Mu s'en fichait pas mal. Il avait ensuite enchainé avec ses deux chiens et puis sa joie d'être Pi Sigma.

Il portait aujourd'hui un jogging blanc, un t-shirt bleu et un blouson noir à capuche avec une fourrure sur la bordure de la capuche, des baskets, des bracelets pleins les poignets, un collier en perles blanches comme les surfeurs, et deux piercings en argent. Sa frange retombait sur ses yeux.
Le jeune PS draguait une blonde (et oui...encore une! (Décidément, les Blondes c'est ses préférées) puis, lorsqu'il réalisa qu'Alma partait, il se précipita vers la brunette aux yeux verts (et manqua de tomber).
Il rejoignit Alma et continua de marcher à ses côtés, mains dans les poches, sourire aux lèvres. Il passa sa main sur sa frange puis reprit la conversation : « Désolé de t'avoir laissé en plan comme ça. Je draguais une très belle fille. Bref. Alors qu'est-ce que je disais ? Oh Oui ! Ty serait trop content !
Alors d'ailleurs en parlant de Ty...Tu te sentirais pas un peu seule depuis qu'il a quitté ta chambre...surtout pour
(Pay donna des coups de coudes à Alma) le sujet tabou...enfin je veux dire hum....votre * hum hum* activité nocturne. C'est pas que ça me regarde hein, mais je me disais que tu devais en avoir marre d'être solo comme ça. Pardon si je t'ennuie, je parle, je parle mais je ne suis pas bavard. En fait je parle autant comme ça que lorsqu'un sujet qui me passionne ou bien que je tiens à faire quelque chose à tout prix, mais sinon je suis silencieux et calme d'habitude. On m'entend jamais, demande à Matoskah. (Pay avait présenté toute sa famille de A à Z à Alma. Il lui avait même dit que son père le cognait des fois et lui avait raconté quand il avait menti à ses parents lors de l'anniv' de Ty qu'il avait organisé et que ça avait mal tourné, sans oublier de raconter l'exploit de son chien Boogie-Boo qui avait attaqué son père au bras, d'un simple ordre).
Matoskah me manque un peu. En fait toute la famille me manque. Sauf mes parents. Ils sont nuls, ils comprennent rien. Ils vivent que dans les coutumes et ne cherchent pas à évoluer. Moi et mes frères et sœurs, on en a marre et on s'est tous cassé de la Réserve. Bah oui, rester là ça sert à rien : y a de la drogue, de la pauvreté, des gangs, ect...Je crois même que maintenant y a de la prostitution.
Toute façon, moi, je suis Rouge à l'extérieur mais Blanc à L'intérieur. Ty lui, il voulait retourner aux sources...Pfff ça sert trop à rien. Moi je dis, pour s'intégrer, faut faire comme les Blancs, et puis c'est tout ! 
»

Quand quelqu'un vous parle comme ça toute la journée telle une radio, vous n'avez qu'une envie : le faire taire !
« Dis moi, toi qui es très experte, tu pourrais pas me donner des conseils pour...(Pay jeta ses regards à droite et à gauche) le sujet tabou. J'ai une mission et...hum...je ne suis pas Ty quoi. (Pay éclata de rire). Fin bref. Si tu veux m'aider ce serait vraiment trop gentil, mais si tu veux pas, c'est pas grave.
Oh tu sais ce qui s'est passé en cours aujourd'hui ? Y a un élève qui a rendu sa copie déchirée, la prof la regardé et lui a dit : « Qu'est-ce que c'est que ce chiffon Wayne ? », le mec a dit : « Bah mon chien la bouffé m'dame. » et la la dame a dit : «Vous vous moquez de moi ? », et lui il a dit : « Non de toute façon, je m'en fous de votre devoir de ***** » et là la prof a dit... 
»
Et ce qui devait arriver arriva. Alma le dit. Elle dit un mot qui fit taire Paytah Yellow net. Le pauvre petit regardait la jeune-fille d'un air désolé, comme un petit chien abattu. Il s'arrêta de marcher, mains toujours dans les poches. Il déglutit et ses grands yeux innocents noirs étincelèrent rapidement d'une lueur de feu. Les étincelles rouges, jaunes et oranges disparurent, aussi rapide que l'éclair.
Il baissa la tête.
Il avait un peu trop abusé là.
Depuis la mort de Ty, Pay croyait trop trop qu'Alma et lui étaient potes. Alors il la collait aux baskets tout le temps! C'était un peu comme sa grande sœur. Mais là...Alma en avait assez, mais vraiment assez !

HRP: Matoskah et Ehawee ce sont les soeurs de Pay. En fait j'ai refais le cast des Quilleutes :roll:. Si des trucs te vont pas, dis moi.
Shut your trap= Ta g***le en anglais.
Désolé si c'est long, mais je voulais vraiment que Pay soit lourd.




(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paytah...SHUT YOUR TRAP ! -feat Alma Rodriguez
» (X) Drague la si tu peux-feat Alma Rodriguez [Terminé]
» Alma Rodriguez
» (X) Tu avais raison! PV Alma Rodriguez
» Jersey Benetta (F) MARQUEE - feat Michelle Rodriguez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: