AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Ven 28 Nov - 18:13

N'importe quel parent aurait été scandalisé ou terrifié de voir ainsi son enfant faire de la voltige avec la mort. Mais pour dire, si Ritchy le faisait, c'était parce qu'il le pouvait ! Déjà, Ritchy n'avait plus de père qui risquerait de lui botter le derrière à chacune de ses redoutables absurdités. Ensuite, le niveau de tolérance maternel étant élevé à l'infini, il y avait bien longtemps que la mère du jeune homme lui avait laissé carte blanche à sa vie. En voilà une drôle d'éducation ! Il était certain que cela cachait quelque chose, connu de toute la famille Taylor ! Mais aucun des quatre fils ne pouvait se plaindre d'un tel revirement de la part de leur mère, même si le départ du père les avait tous bouleversés. Cela aurait-il un lien ? Même pas. C'était autre chose. Quelque chose qui ne concernait que Ritchy, malgré le fait que chacun des enfants avait son grain de folie personnel ! Il y avait tout d'abord Ryler, l'aîné, bien que le plus mature et responsable, il était un adepte de la drogue et ancien dealer. C'était d'ailleurs lui qui avait plongé Ritchy dans le puit si on pouvait dire cela comme ça. Ensuite, il y avait Kyle, le deuxième, inventeur fou à ses heures perdues. La plupart de ses créations, fabriquées avec ce qui se trouvait à portée de main, se déviaient généralement de leur objectifs premiers, devenant soit complètement inutile soit dangereux. Ritchy suivait sur la liste de la famille mais lui, pas la peine d'en faire un résumé pas vrai ? Il était tout simplement intenable. Le petit dernier, Kellyan, était le geek, fanatique de jeux vidéos sur toutes les plates-formes. En tout, une bien drôle de famille. Cela ne voulait pas dire que madame Taylor n'en avait rien à faire de ses enfants. Au contraire, ils étaient chouchoutés comme pas deux et semblaient donc pouvoir faire ce qu'il leur plaisait. Elle leur faisait juste trop confiance.

« Balade sur le toit d’un train ? » interrogea Nicholas, abasourdi, « comment t’as fais pour monter sur les toits ? Personne n’a remarqué que tu étais perché là-haut ? »

- Hihi ! pouffa Ritchy, alors ça ! C'est une histoire assez particulière. En fait, c'était une blague d'un pote à moi. Un jour, alors que je me baladais avec lui, je suis allé m'acheter un cheese-burger au McDo du coin, tu vois ? Puis nous sommes allé traîner du côté de la gare et c'est à ce moment là que mon petit malin de Marvin m'a chipé mon cheese pour le jeter sur le toit d'un wagon ! Oarf ! Tu te rends compte ?? Enfin bref, je suis donc monté pour le récupérer parce que bon, j'avais faim moi en attendant et puis, je trouvais ça drôle aussi, il m'avait lancé un défi tout de même. Seulement voilà, le train a démarré alors que j'étais dessus et BIM ! Je pouvais plus rien faire !

Ritchy haussa les épaules avant de poursuivre :

- Du coup, j'ai mangé mon burger sur le toit d'un train. Ce n'était pas très pratique, autant te le dire ! Mes rondelles de tomates n'avaient pas arrêter de glisser entre les tranches à cause de la vitesse et je m'étais mis du fromage plein la figure ! Puis au bout de trois heures, j'ai débarqué à Sebring. Bon, au retour, j'ai quand même pris un billet car si c'est fun de voyager sur les toits des trains, ce n'est pas très confortable pour autant ! Je ne crois pas que quelqu'un m'ai vu...On m'a rien dit alors !

« Ca fait vraiment comme dans les films ? »

- Ah ! C'est bien mieux que de regarder un écran !

« Mais la perspective que ça tourne mal, ça te freine même pas un peu ? »

La réponse était pourtant d'une évidence sans faille. Ritchy n'était pas le genre à douter sur ce qu'il faisait, sinon il ne les ferait pas ! D'ailleurs, Ritchy garda le sourire à la question de son camarade et répondit d'un ton joyeux :

- Ca serait dommage tu ne crois pas ? Ce genre de perspective comme tu dis, me fais seulement penser à ne pas me jeter du haut d'un gratte ciel sans parachute !

Le lambda s’esclaffa. Il n'y a pas grand chose qui pouvait contrarier ce jeune homme. Pour le prouver, il n'hésita pas à se jeter sur la route vagabondé de véhicules. L'idée pour lui n'était pas de se faire passer pour un mec complètement suicidaire. Il n'avait pas pour loisirs de traverser à pleine vitesse les routes mortelles. Il voulait simplement montrer de quoi il était capable et surtout sa confiance en lui. Là, en ce moment même, il se disait juste "avec de bons réflexes, on ne risque rien." Et effectivement, le garçon l'échappa belle. Sa mort risquée lui avait offert un fou rire, drogué à l'adrénaline. Nicholas se hâta, néanmoins prudent, à le rejoindre, mort d'inquiétude.

« Ca va, t’as rien ? Il ne t’a pas touché ? »

- Hihihi ! T-T'as vu ça-ahahaha ! Le camion comme il est....Hahaha-arrivé ! Puis la voiture qui...hahahaha ! Dieu ! J'ai eut un de ces bols !

Complètement hilare, Ritchy se noyait dans son fou rire incontrôlé.

« Oh mon dieu, j’ai vraiment cru que t’allais y passer… »

Mais Ritchy ria de plus belle, laissant un sifflement aigu sortir de sa gorge alors qu'il se tenait le ventre. L’inquiétude si sérieuse de son camarade de Wynwood le rendait euphorique. Quand il défiait la mort devant ses frères ou des potes, ces derniers le connaissaient bien et ne réagissaient pas tellement. Quand il s'agissait d'inconnus, on le traitait plus de cinglé qu'autre chose. L'attitude angoissée de Nicholas était une nouveauté rare. Si Ritchy devait mourir, il aurait probablement encore un sourire attaché à son corps ! Quand il fit un peu calmé, le jeune homme laissa son compagnon lambda l'aider à se relever en répondant enfin à ses questions :

- Ca va, ça va ! Je vais bien !

Il essuya une larme à l'oeil, ça faisait du bien de se marrer un bon coup quand on avait failli y passer.

« Tu crois pas qu’il serait temps de faire une petite pause, et de faire pendant deux secondes des choses sans danger ? Du genre, je ne sais pas, regarder un film, aller à la plage ? Bon c’est certainement moins excitant que toutes ces galipettes, mais c’est bien aussi. »

Ritchy récupéra sa planche et se tourna vers le jeune homme avant de poser une main sur son épaule.

- Je sais le faire aussi !

« Enfin, j’imagine qu’une fois qu’on a commencé tout le reste semble futile et pas digne d’intérêt, je me trompe ? »

- Tu as parfaitement raison ! Euh non enfin, qu'est-ce que tu crois ? J'ai une vie bien remplie ! Bon ok, ce n'est peut-être pas ton genre ces trucs là. Tu préfère quoi ? Ca te tente un karaoké ? Le plus proche est relativement loin cela dit mais avec nos planches et ça -il désigna les voitures sur la route- on y sera en un rien de temps !

Ritchy reposa son skate au sol et monta dessus.

- Contrairement à mon frère, ces caisses là respectent les limitations de vitesse. Allez, te fais pas prier !

Aussitôt, le jeune homme se rendit sur la route avec sa planche et s'accrocha à l'arrière de la première voiture qui passa en mode "Marty McFly" de "Retour vers le futur".
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Ven 28 Nov - 11:14

L'ennui est le malheur des gens heureux.

Etre intrépide n’était pas quelque chose dont Nicholas pouvait vraiment se vanter, et ce malgré son côté un peu casse-cou de temps en temps. Il aimait parfois faire monter l’adrénaline, mais il gardait toujours du recul, et ses limites étaient plus proches qu’on ne le pensait. La sécurité étant de mise et surtout une peur inavouée. Nicholas n’était pas aussi courageux qu’il se laissait dire. Et cela ne concerne pas sa maladie, non, mais tout le reste autour. C’était un petit monsieur bien peureux quand il le fallait, et la soirée des Sigma Mu restera la preuve ultime, que même de faux cadavres pouvaient le faire fuir la queue entre les jambes. Ce n’était donc pas Nicholas que l’on verra slalomer entre les voitures qui circulent sur une grande avenue de Miami. Ritchy, lui, semblait trouver ça normal, et d’ailleurs ne semblait pas plus effrayé que ça à l’idée qu’au moindre dérapage il pourrait finir écrasé sous les rues d’une des voitures, qui à ce moment précis n’aurait jamais le temps d’éviter le jeune homme. Rien qu’à cette idée, Nicholas déglutit. Non, il était clair que jamais il ne pourrait faire ça, et puis rien qu’à l’idée que cela inquièterait ses parents… C’était impensable, même si au fond de lui, l’envie de tester, de découvrir, le titillait. Par ailleurs, il voulait poser pleins de questions à Ritchy, mais tout se bousculait, si bien qu’il ne put sortir qu’un misérable « T’es malade. » qui fit sourire le concerné comme s’il venait de lui adresser un compliment, au même titre qu’un « tu es jolie aujourd’hui ». Ce qui décontenança davantage Nicholas. Mais pas dans le mauvais sens, au contraire, il admirait un peu cette force de caractère et ce courage sans faille du jeune homme. Dans un sens il l’enviait, parce qu’au moins rien ne l’arrêtait, et il pouvait vraiment tout faire, sans se poser de questions. Et c’était ces questions qui ralentissaient Nicholas, et le faisait hésiter, voire rebrousser chemin à chaque fois –quand ça n’était pas la maladie qui était un obstacle-.

Par ailleurs, le jeune Lambda n’hésita pas à demander à son ami ce qu’il avait ressenti une fois là-haut. Nicholas savait qu’il aurait été mort de trouille au point de perdre tous ses moyens, mais Ritchy non, lui c’était une façon pour lui de se créer des sensations, comparables à des montagnes russes selon lui. Bien sur, les montagnes russes c’est le rêve de tous les mômes, et Nicholas acquiesçait bêtement, comme s’il comprenait, alors qu’il n’avait jamais pu monter là-dessus. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait, mais souvenez-vous de ces merveilleuses consignes de sécurité affichées juste avant le début de l’attraction ! « Déconseillé aux femmes enceinte, ayant une insuffisance cardiaque, ou des problèmes de santé. » Et faisant partie de la deuxième et troisième catégorie, il n’a jamais été en mesure de connaître le plaisir d’une descente à 360 sur un wagon suspendu sur un rail. Mais il imaginait quel bonheur ça pouvait être. Et des étoiles plein les yeux, il continua à jongler entre l’avenue, qui grouillait de véhicules, et Ritchy. Il était impressionné, et ne savait pas vraiment trop quoi dire. « Balade sur le toit d’un train ? » Les yeux de Nicholas s’écarquillèrent. De suite le jeune new-yorkais revoyait des images de films où les personnages sont amenés à se taper sur le coin de la gueule sur le toit de train, et il revoit très bien les chutes qui peuvent être fatales en vue de la vitesse du train. « Comment t’as fais pour monter sur les toits ? Personne n’a remarqué que tu étais perché là-haut ? » Non décidément, Ritchy ne cessait de l’épater de jour en jour, et bien que Nicholas ait toujours su qu’il était un peu dérangé, il n’aurait pas imaginé à ce point, et surtout il n’aurait pas imaginé l’ampleur d’une telle imprudence. « Ca fait vraiment comme dans les films ? » Demanda-t-il même naïvement. Nicholas, lui se contentait des films d’actions dont il raffolait, et n’était pas vraiment du genre à imiter les cascades de ses héros, ce qui semblait être plus du ressort de Ritchy.

Lui semblait plus à même à faire tout au moment où ça lui venait, c’était d’ailleurs ce qu’il expliquait à Nicholas. Le danger le stimulait, et ne pouvait donc pas s’empêcher, à la moindre grande occasion de foncer tête baissée. Après tout ça restait la meilleure solution : foncer. Le doute pouvait être mortel. En tous les cas, Nicholas buvait littéralement les paroles de Ritchy, comme étrangement captivé par quelque chose qu’il ne devrait même pas cautionner. Au lieu de lui conseiller d’arrêter, Nicholas semblait vouloir en savoir plus, ce qui était dingue en soi. « Mais la perspective que ça tourne mal, ça te freine même pas un peu ? » Il fallait qu’il la pose, cette question. Bien sur ce n’était pas la plus joyeuse, mais ça faisait partie du risque après tout. Mais il changea vite de sujet, sentant que les problèmes et la mort étaient loin d’être le plus agréable à parler, pour demander à son camarade de lui montrer deux-trois trucs, ce qui de toute évidence ne plut pas trop à Ritchy, du moins il ne semblait pas trop enclin. En même temps, qui voudrait jeter dans la gueule du loup Nicholas en sachant ce dont il souffrait ? Bien sur ça touchait le Lambda, qui se disait qu’au moins on faisait attention à lui, mais dans un sens ça le chagrinait, il ne pouvait définitivement pas être comme les autres.

Alors qu’il allait répliquer, tirant sa moue légendaire, Ritchy jeta son skate à terre, et repartit de plus belle, et ce malgré les contestations de Nicholas qui trouvait cela bien trop dangereux, d’autant plus que la circulation s’était quelque peu intensifiée. Il tentait de le rappeler au bord, quand tout à coup un énorme camion fonça droit sur Ritchy, et Nicholas plaqua ses deux mains sur ses yeux, ne pouvant pas voir ça. Quand il les retira, il n’y avait plus de Ritchy. Du moins, sur la route il n’y avait plus personne, et Nicholas commença à paniquer, si bien qu’il prit son courage à deux mains et s’élança sur la grande avenue, la traversant dans le sens de la largeur pour atterrir sur le trottoir d’en face. Trottoir où se trouvait d’ailleurs Ritchy, par terre, mort de rire. Ce qui n’était pas le cas de Nicholas qui se précipita vers lui. « Ca va, t’as rien ? Il ne t’a pas touché ? » Nicholas était en mode panique. « Oh mon dieu, j’ai vraiment cru que t’allais y passer… » Fallait dire que la situation avait été limite, et Nicholas n’avait même pas osé regarder. Il aida son ami à se redresser sur ses deux jambes. « Tu crois pas qu’il serait temps de faire une petite pause, et de faire pendant deux secondes des choses sans danger ? Du genre, je ne sais pas, regarder un film, aller à la plage ? Bon c’est certainement moins excitant que toutes ces galipettes, mais c’est bien aussi. » Le Nicholas qui avait demandé d’essayer avait bel et bien disparu, laissant place au Nicholas inquiet, encore une fois. « Enfin, j’imagine qu’une fois qu’on a commencé tout le reste semble futile et pas digne d’intérêt, je me trompe ? »
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Sam 1 Nov - 14:19

Ritchy avait tout eu le temps de récupéré son souffle perdu sur la route à slalomer entre les voitures comme un skieur autour des drapeaux. Le jeune asiatique devant lui restait véritablement figé par l'exploit. Ritchy pouvait y lire autant de frayeur que de stupéfaction. Le jeune homme donna un coup à son skate pour le faire sauter jusque dans la main avant de le loger sous son bras, attendant que Nico récupère ses esprits apparemment égarés aussi sur la pente de la grande avenue. Le geste de l'adolescent sembla l'aider à retrouver l'usage de la parole.

« T’es complètement malade. »

Pour seule réponse, Ritchy étira un large sourire, dévoilant ses dents blanches et correctement alignées, qui aurait probablement séduit une demoiselle au passage. Mais là, c'était surtout un sourire de fierté et de satisfaction. En effet, qu'on le traite ainsi de grand malade, c'était presque un compliment pour lui. Et puis, il aimait bien voir les gens avec cet air étonné. Surtout Nico, parce que c'était un camarade de Wynwood qui avait aussi de l'énergie à revendre, et ce, malgré son problème de santé, ce que Ritchy trouvait secrètement admirable.

« Mais c’était géant. Tu n’as pas eu peur quand tu t’es retourné tout-la-haut et que tu t’es retrouvé face à toutes ces voitures ? »

Toujours souriant comme jamais, Ritchy s'empressa de lui répondre :

- Bien sûr que non ! Arf ! Mais tu n'imagine pas une seule seconde ce qu'on ressent quand on est sur le terrain, c'est d'une extase ! Tu vois le plaisir des gens sur les montagnes russes ? Eh bien, multiplie-le par cent quand tu fonce tête baissée dans une pente raide avec des bagnoles qui te chargent inconsciemment !

Il serra les poings, complètement agité, les muscles crispés à souhait :

- C'est juste incomparable ! Wow ! Je pense même que c'est encore plus déchirant que la fois où j'ai fait une balade sur les toits d'un train !

Il s'étira, les bras pointés vers le ciel, pour calmer ses ardeurs de boules de nerfs qui ne lui donnait que envie de refaire l'aventure...ou simplement courir comme un dératé dans la rue histoire de laisser son excitation incontrôlable s'épuiser d'elle-même.

« Ca t’arrives souvent de faire des trucs aussi dangereux ? »

- Je ne me sens jamais aussi vivant que lorsque ça m'arrive ! lança le jeune homme, dès que j'y vois une occasion, je la prends sans hésiter !

« Tu crois que tu pourrais me montrer deux trois trucs ? »

- Pas sûr que tu puisses...

Il jeta un regard vers la route avant de jeter sans convenance son skate à terre.

- Tiens regarde, je vais te montrer !

Et prouver qu'il faisait tout ce qui pouvait lui passer par la tête se dévoila rapidement. Abandonnant son camarade et sa planche, il s'élança sans retenue au beau milieu de la route. A nouveau, un tonnerre de klaxon l'incitèrent à arrêter sa folie avant qu'un accident n'arrive mais rien n'y fit. Ritchy passait devant, derrière et même par dessus les voitures en traçant sa route en courant comme un cinglé. Si la police se pointait, s'en était finit de lui, mais il était fort possible qu'il ai repéré les lieux avant de se décider à s'élancer. Alors que dans sa course folle, il était presque arriver de l'autre côté de la route, un énorme camion se rua sur lui en klaxonnant furieusement. Ritchy fut contraint de faire un bond en arrière, frôlant la catastrophe quand le monstre passa à deux centimètres de lui, ébouriffant ses cheveux déjà en bataille par le souffle de son passage. Mais Ritchy dû presque se plaquer à lui pour esquiver une voiture qui passait derrière lui en contre-sens. Après le passage du camion, il se jeta sur le trottoir, essoufflé, le coeur battant presque hors de sa poitrine. Celle-ci se levait et s'abaissait rapidement sous sa respiration saccadée. Il ne prit que quelques secondes son souffle avant d'éclater d'un grand rire, probablement plus nerveux qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Mer 29 Oct - 15:25

L'ennui est le malheur des gens heureux.

Rien de plus agréable que de faire du skate par un temps pareil. Se laisser porter par le vent, la brise tout droit venue de la mer, et le soleil qui cogne sur la peau. Un jour normal à Miami, mais qui change énormément du climat New-Yorkais auquel Nicholas était habitué. Il était certes en Floride depuis trois ans maintenant, il lui arrivait fréquemment de se souvenir de cette température aléatoire et ce temps qui n’était jamais aussi stable qu’ici. Tandis qu’à Miami le temps semble figé sur journée ensoleillée, à New York le climat changeait, et les saisons imposaient un certain rythme. Alors que là il pleuvrait à verses à New York, ici on pouvait encore sans aucun soucis sortir en t-shirt sans craindre un rhume, et c’était quelque chose que Nicholas appréciait par dessus-tout, parce qu’il n’aimait pas le mauvais temps. La pluie qui frappait sur les carreaux, et obligeait à rester enfermé chez soi. Il avait horreur de ça, parce que généralement ça menait toujours à ce même ennui qu’il évitait à tout prix. La journée, étant seul, il ne pouvait même pas compter sur ses parents pour faire des parties de jeux de société, éclairés à la bougie –puisque le courant avait sauté-, il devait se contenter d’attendre et trouver une autre occupation. Ici, aucun soucis pour que ça arrive, il avait toujours quelque chose à faire, et il pouvait toujours profiter d’une petite balade à l’extérieur. Un petit bol d’air frais par jour était tout ce dont il avait besoin.

Et aujourd’hui, il profitait bonnement et simplement, avec comme bruit de fond la circulation et ses roues qui grinçaient sur l’asphalte. Il se laissait aller, laissant le hasard décider de sa route, jusqu’à ce que ce dernier le fasse heurter un passant, lui aussi en skate, qui devait sans doute avoir la tête ailleurs, comme notre cher Lambda trop heureux de s’imaginer toutes les choses qui l’attendaient. Désormais à terre, ayant atterri sur son postérieur, il releva la tête pour constater les dégâts. Rien de trop grave visiblement. Il s’empressa alors de se remettre debout pour aider celui qu’il avait percuté, et de s’excuser jusqu’à reconnaître un bon ami à lui. Décidément, le hasard faisait bien les choses, et malgré cette chute assez brutale, tous deux ne semblaient en rien amochés, et riaient presque de cette bousculade qui avait attiré le regard de nombreux passants. Plus de peur que de mal. Au final, ça se termina en début de conversation, une retrouvaille de deux connaissances qui se sont croisées par hasard, de façon assez originale. « Tant mieux alors si tu n’as rien. » Répondit-il, soulagé de ne pas avoir fait de tort à qui que ce soit. Suite à ça, il lui demanda s’il allait bien, en dehors de ce petit incident. « Oui je vais très bien aussi, dur de ne pas avoir la pêche avec un temps pareil. » Nicholas attendait alors une réaction de son interlocuteur quand un garçon qu’il ne connaissait ni d’Adam, ni d’Eve, fit son apparition, apparemment pressé. Curieux, le jeune Lambda allait demander à Ritchy qui était ce curieux personnage, quand il le devança. C’était donc son frère. « Enchanté Riley » Fit-il poliment, lançant un signe de main à ce dernier qui malgré tout semblait impatient, et n’avait pas que ça à faire, saluer un jeunot de 15 ans qui avait fait valser son frangin en skate.

Au volant de sa voiture, il semblait attendre que le dénommé Ritchy monte à bord, ce pourquoi Nicholas s’empressa de lui demander s’il avait quelque chose de prévu, ayant dans l’espoir de passer du bon temps avec son camarade, qui était également un lambda. Les lambdas n’étaient pas une confrérie à part entière, mais on pouvait parfois en douter, puisque ceux-ci faisaient partie d’un groupe malgré tout, ceux qui faisaient ce qu’ils voulaient, qui avaient leurs propres opinions sans jugements possibles, et qui pouvaient être tout et n’importe quoi à la fois. « Et toi bouge pas d’ici, je suis à toi dans deux secondes ! » Nicholas arqua un sourcil, pas sur d’avoir compris. « Euh… D’accord. » Dit-il hésitant, un peu perturbé. Il ramassa son skate, qui était allé s’échouer quelques pas plus loin, contre une marche d’escalier d’un commerçant, et garda un œil sur Ritchy, qui pouvait être parfois sacrément imprévisible, mais c’était sans doute la raison pour laquelle Nicholas l’appréciait tant. Il vivait comme bon lui semblait, rien ne semblait l’arrêter, et il se fichait bien de ce qu’on pouvait penser. Nicholas l’enviait un peu, il aurait aimé parfois être comme lui, mais parfois trop sage, et trop attaché à certaines valeurs qu’on lui avait inculquées, Nicholas restait en retrait, malgré le fait qu’il soit une vraie pile électrique.

Ritchy tenait désormais entre ses mains une ceinture reliée au pot d’échappement de la voiture de son frère, qui démarra, Ritchy trainé violemment à l’arrière. De son emplacement, Nicholas riait, trouvant ça carrément fun, jusqu’à ce que ce dernier lâche la ceinture et fit demi-tour de façon brutale, ce qui eut le don d’effacer le sourire sur les lèvres de Nicholas, qui désormais avait peur pour son ami. En contre-sens, il commençait à paniquer, et ses yeux ne quittaient plus la route, ils slalomaient en même temps que la planche et au final Ritchy arriva à bon port, face à lui, tout sourire, comme si ça avait été la chose la plus normale au monde. « Ben quoi ? » Nicholas était bouche bée. « T’es complètement malade. » Lâcha-t-il. « Mais c’était géant. Tu n’as pas eu peur quand tu t’es retourné tout-la-haut et que tu t’es retrouvé face à toutes ces voitures ? » En fait cette témérité impressionnait au plus haut point Nicholas, qui même s’il était le mieux placé pour dire qu’il jouait avec la mort, n’aurait jamais osé accomplir une telle chose. « Ca t’arrives souvent de faire des trucs aussi dangereux ? » Ca intriguait plus qu’autre chose le jeune New-Yorkais, qui au fond rêvait de pouvoir un jour oser une telle chose, mais savait ô combien ses parents seraient inquiets de le voir dans une telle position. Déjà qu’ils avaient peur quand ce dernier allait seulement à la plage, qu’en serait-il s’il devait jouer au casse-cou en zigzaguant entre des voitures sans être vraiment sur de son coup. Là il était clair que l’adrénaline était pour beaucoup, et Nicholas était connu pour son imprudence, et surtout pour ce côté « je veux tout tester au moins une fois dans ma vie, avant que celle-ci ne s’arrête ». Il voulait vraiment profiter, mais la peur l’en empêchait, comme à cet instant précis.

« Tu crois que tu pourrais me montrer deux trois trucs ? » Finit-il par se lancer, bien qu’on voie de suite qu’il n’était pas sur de son coup.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Sam 11 Oct - 19:39

- Ritchy ! Tu compte hiberner tout le week-end ??

Ce n'était pas cette voix lointaine qui allait sortir l'adolescent de sa grasse matinée. Le soleil était déjà haut dans le ciel, midi n'était pas loin. Les stores de sa fenêtres ne filtraient pas tous les rayons de l'astre du jour. Quelques un parvenaient à passer entre les bandes métallisées, formant des lignes jaunes sur les murs et le sol de la chambre en désordre. Malgré la chaleur environnante, Ritchy ne pouvait s'empêcher de s'emmailloter d'avantage dans sa couette, afin d'esquiver la voix qui ne cessait de l'enquiquiner depuis quelques minutes. Il se refusait à se lever. Pas un samedi matin, non ! Il avait à peine remarqué que la voix présente appartenait à son frère aîné, enfin, le premier frère, le plus âgé de ses deux aînés : Ryler. Haut de ses 1m90, se tenait dans la même pièce, à côté du lit, les bras croisés, l'air irrité.

- Ritchy ! Il est presque de midi là !

- Qu'est-ce que tu m'emm...C'est le week-end juste pour information...ronchonna l'adolescent, le visage enfoui dans l'oreiller.

- T'es gonflé ! C'est toi qui me harcèle depuis hier soir pour m'accompagner en ville aujourd'hui ! Tu crois que je vais t'attendre ??

Il n'eut que pour réponse, un grognement incompréhensible. Il soupira, roulant les yeux au ciel, il abandonna. En pivotant vers la porte ouverte, il eut juste le temps de voir passé Kyle, son autre frère et l'interpella :

- Eh oh, Kyle !

Le jeune homme freina brusquement avant de tourner les talons et apparaître à l'encadrement de la porte, interrogeant son aîné du regard qui lui répondit :

- Dis-voir, tu veux pas m'accompagner en ville ? Non parce que ça sera plus rapide à deux.

- Oh non pas aujourd'hui mec ! Emmène donc Ritchy, je croyais qu'il voulait lui.

- T'es marrant toi, j'arrive pas à le sortir du lit ! répliqua Ryler en arrondissant les yeux et désignant avec frustration le lit derrière lui.

Kyle considéra rapidement la situation puis fit signe du doigt à Ryler de patienter avant de disparaître dans le couloir. Le frère aîné soupira une deuxième fois en se passant la main sur le visage. Le samedi, sa mère travaillait, il avait décidé de faire des courses pour compenser un peu et ce n'était pas le petit dernier de la famille qui sortira de ses écrans de jeux vidéos pour lui donner un coup de main. Tout à coup, le jeune homme entendit un petit bruit sourd. Dans la chambre, un petit hélicoptère télécommandé entra, volant grâce à sa petite hélice. Kyle ne tarda pas à faire son entrer également, télécommande en main qu'il conduisait le plus précautionneusement possible. Ryler haussa un sourcils en observant le jouet qu'il pointa du doigt :

- L'hélico de Kelyan ?

- Ouep ! répondit le jeune cadet.

- Qu'est ce que tu lui as fait ?

Le grand frère venait de remarquer une sorte de ballon qui pendouillait par une ficelle au petit engin.

- J'ai dû le bricoler un peu parce que sinon il décollait jamais avec un poids pareil, tellement nul de qualité ces engins là...répondit Kyle en se concentrant sur ce qu'il faisait, puis j'ai rajouté un bouton à la télécommande aussi.

- Ah bon ? Pourquoi faire ?

Ryler suivait toujours le petit appareil qui arrêta sa petite course alors qu'il se trouvait au dessus de la tête de Ritchy qui avait dû se rendormir pour ne pas avoir fait attention à la récente conversation. Kyle pressa un bouton sur sa boîte noire et le ballon gorgé d'eau s'écroula en chute libre et explosa dans le lit violemment agité par un Ritchy qui se redressa en sursant, agitant les bras partout :

- OH P**TAIN !!

- Voilà, il sera debout dans un instant, lança Kyle en étirant un grand sourire avant de décamper.

Ryler rattrapa l'hélicoptère avant qu'il ne se casse la figure, trop éloigné de son maître pour lui obéir tandis que Ritchy fit un bond hors du lit et disparu comme un éclair dans le couloir. Il haussa les sourcils, posa l'objet et quitta la chambre à son tour :

- Efficace.




***



- Déconne pas Ryler, t'as vu ce temps ? J'ai vraiment pas envie de rentrer, tu peux ramener ça tout seul non ? T'es un grand garçon maintenant !

- C'est drôle, quand je pense qu'on a été obligé de te noyer pour te bouger à sortir.

- Je serais venu mais il fallait me laisser un peu de temps quoi !

- Genre un ou deux jours, c'est ça ?

La voiture de Ryler était garée juste en face du supermarché. Le coffre ouvert, les deux frères faisaient des aller et de retour pour déposer les gros sacs de courses que l'aîné venait d'acheter. Le soleil était à son zénith. Il faisait chaud et beau et personne ne pouvait croire que l'automne était là. Désireux de profiter d'une journée sans cours, Ritchy avait emporté son fidèle skate. Une planche où de l'autre côté du grip se trouvait des motifs ondulés, couleur fushia. Une fois de dernier sac mit dans le coffre, Ryler retourna au volant :

- Bon ça va, lança-t-il, Kyle prendra la relève.

Ritchy afficha un sourire :

- N'oublies pas de m'attendre avant de démarrer !

Le jeune homme sortit une longue ceinture de sa poche qu'il s'empressa de dérouler lorsqu'il fut soudainement percuter par quelqu'un venu de derrière.

- Wow !

Les deux concernés se cassèrent la figure au sol, accompagné du fracas de leur skate respectif. Ils n'avaient pas l'air très malin désormais.

- Alors ça, c'est du choc mon gars ! lança Ritchy en se frottant la tête tandis que l'autre garçon se remit rapidement debout.

Ritchy vit une main se tendre à lui et la prit pour se relever, tiré vers le haut. Ce ne fut seulement maintenant que les deux jeunes gens se reconnurent :

« Oh Ritchy, excuses-moi je regardais pas où j’allais. Je t'ai pas fais trop mal? »

- Si ce n'est pas ce cher Nico ! Ne t'inquiète donc pas, moi non plus je ne regardais pas où t'allais ! On est fautif tous les deux.

« Tu vas bien ? »

- Oh ouais, ça va, ça va, je vais toujours bien moi, répondit-il en remettant son skate sous une de ses chaussures et récupérant la ceinture qu'il avait laissé tomber, toujours derrière la voiture de son frère qui avait jeté un oeil sur la scène, et toi comment tu te porte ?

- Bon j'ai pas la journée Ritchy ! lança le frangin depuis la voiture.

- Ca vient !

Il jeta un oeil à son camarade de Wynwood, avant de lui dire :

- C'est mon frangin Ryler, lui dit-il avant de se tourner vers le concerné, hey Ryler ! C'est Nico, un pote du lycée, dis bonjour !

Le jeune homme au volant se contenta d'un sourire à l'étranger avec un salut de la main tandis que Ritchy retourna à ses occupations en commentant pour lui même :

- Comme ça au moins les présentations sont faites.

Qu’est-ce qui t’amènes ici ? T’as un rendez-vous quelque part ? demanda le jeune asiatique.

- Ouais mon grand, répondit Ritchy en attachant la ceinture au pot d'échappement de la voiture, rendez-vous avec le destin ! Vas-y fonce Ryler ! Et toi bouge pas d'ici, je suis à toi dans deux secondes !

Aussitôt, la voiture démarra et s'engagea dans la grande avenue. Ritchy, agrippé à la ceinture sur son skate, se faisait tirer. La voiture ne fit pas dans la demi mesure et accéléra grandement sa vitesse. Pas très loin, l'avenue montait en une large pente, sur laquelle le véhicule s'engagea à pleine vitesse. Quand Ritchy arriva au sommet de la pente, il lâcha tout, laissant s'en aller la voiture avec la ceinture pendouillant derrière. Il vit volte face sur sa planche qui retomba aussitôt le long de la pente à pleine vitesse. Cheveux au vent, Ritchy dirigeait néanmoins le skate avec habileté pour ne pas se prendre une voiture en contre sens. Furieux, les chauffeurs klaxonnèrent en le croisant, craignant l'accident. Mais Ritchy les évitait et fonçait toujours plus vite, même une fois de retour à plat, l'élan le propulsa loin sur la route droite. L'adolescent poussa un cri, emporté par la sensation forte. Il dépassa l'endroit où se trouvait Nicholas jusqu'à ralentir au fur et à mesure. Une fois proche de l'arrêt, il retourna sur le trottoir et fit rouler son skate jusqu'à son compagnon.

- Me revoilà !! lâcha-t-il.

Il remarqua le regard en soucoupe du jeune homme et ajouta :

- Ben quoi ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   Sam 11 Oct - 0:02

L'ennui est le malheur des gens heureux.

Il devait être dix heures du matin, en ce samedi, et personne ne daignait bouger à Wynwood. L’établissement semblait mort. En week-end, c’était normal, tout le monde profitait pour dormir, et c’était le cas de Nicholas qui dormait encore à poings fermés dans le lit de sa chambre à l’internat des Lambdas. Il savait qu’il n’avait rien de prévu, et donc il avait désactivé son réveil la veille, et à l’heure actuelle il était en train de faire un très beau rêve. Le genre de rêve tout droit tiré d’un film, avec un décor trop blanc pour que ça soit possible. Une atmosphère qui puait le bonheur à trois kilomètres à la ronde, et Nicholas qui se tenait au milieu de ce paradis, en compagnie des personnes qui lui étaient chère. C’était un rêve banal, voire même une image, celle qu’il voudrait garder et voir en dernier, mais c’était tout juste ce qui lui suffisait.

« Cause tonight I’m feeling like an astronaut, sending SOS from this tiny box… » Et c’est ce qui le tira de son sommeil profond, la sonnerie de son téléphone, oublié d’être mis en silencieux la veille, posé loin de lui sur le bureau de sa chambre. Il marmonna dans sa couette, et tenta d’abord de tendre le bras vers sa table de chevet, sans succès, puis dut se résoudre à sortir la tête hors de la couverture. Il soupira. Loin, il était trop loin le téléphone, et pourtant il continuait de sonner, la musique continuait de tourner. « Et merde. » Il posa un pied, puis deux sur le sol, et se traina deux mètres plus loin, attrapant le téléphone, qu’il cala au creux de son oreille. « Ouui ? » Répondit-il d’une voix molle et endormie. C’était sa mère à l’autre bout, inquiète comme jamais. Et merde, voilà ce qu’il avait oublié de faire hier : rentrer chez lui, comme il l’avait conclu avec ses parents. « Tu n’as rien ? » Il soupira, décidément, il avait vraiment la tête ailleurs ces derniers temps et c’était bien la première fois qu’il oubliait ce genre de choses. « Oui, j’ai oublié de rentrer hier, pardon. » S’excusa-t-il tout en se tapant le front avec sa paume. Quel imbécile ! Il s’en voulait, et savoir que ses parents avaient du tourner en rond toute la soirée l’énervait davantage. « Je rentre pour midi. » Conclua-t-il avant de raccrocher et se laisser tomber sur son lit.

Désormais, il était incapable de se rendormir, et surtout incapable de tenir en place maintenant que cette annonce l’avait bel et bien réveillé. Pour bien commencer sa journée, il partit prendre une douche, tout ce qu’il y a de plus normal, et s’habilla. Attrapant un sac, il y bazarda ses affaires pour le week-end, sous-vêtements, trousse de toilette, devoirs et ordi, avant de quitter sa chambre et la fermer à clé.

Seul dans les longs couloirs de l’internat, on entendait que ses semelles qui claquaient sur le sol, et sa respiration régulière, c’était vraiment nul d’être seul, personne à qui raconter des blagues, personne avec qui se fendre la poire… Nicholas regrettait ce côté de l’internat. Il savait qu’il pouvait aisément rester chez ses parents la semaine, mais il avait toujours voulu voler de ses propres ailes, et tant qu’à faire découvrir les joies de la colocation, ce qui ne lui était pas encore offert pour le moment. Il devait se contenter d’une chambre trop grande pour lui, et d’un lit vide qui avait fini par lui servir de « dépose bordel », entre autre sa guitare et partitions qu’il apprenait à lire grâce au Music Club. C’était un peu le foutoir c’est vrai, et pour quelqu’un comme lui qui n’était pas trop désordonné c’était étonnant, mais il passait la plupart de son temps, seul sur ce lit à essayer de jouer ce morceau de Oasis si connu, n’ayant jamais véritablement envie de se coller à ses devoirs le soir après les cours.

Nicholas attrapa le premier bus qui s’arrêtait au coin de la rue de Wynwood, et s’installa au fond, écouteurs sur les oreilles. Même le bus était incroyablement vide, alors que d’habitude l’agitation régnait, et il n’avait jamais la place pour s’asseoir, devant se contenter des barres pour se tenir, et des mauvaises odeurs de ses voisins. Cette fois-ci pourtant, il avait même la banquette pour lui tout seul, il pouvait s’y allonger à sa guise, et même piquer un somme. C’était limite déprimant. Le trajet, heureusement, jusqu’à chez lui n’était pas très long, et il était bien heureux d’arriver devant la porte où il savait que derrière il retrouverait l’animation qui lui manquait tant. Des sourires, des fous rires, et des conversations agréables. Il sonna, une fois, puis deux, jusqu’à ce qu’on lui ouvre. Il salua ses géniteurs, et passa à table. Il se sentait revivre. Seulement le repas dura trop peu longtemps à son goût, et très vite il se retrouva à trainer, à faire les cent pas. Il s’ennuyait. Et il avait horreur de ça, l’ennui. C’est un mot qu’il affectionnait guère, et qu’il tentait tant bien que mal de bannir de son vocabulaire, en vain. Alors que ça faisait la troisième fois qu’il descendait à la cuisine pour boire un coup, il se décida enfin à sortir. Il finirait bien par trouver quelque chose à faire de toute façon.

Armé de son skate, il sillonnait les rues de Miami, dans l’espoir de trouver de quoi s’occuper, jusqu’à ce qu’à force de regarder ailleurs, il finisse par trébucher et se ramasser la gueule sur quelqu’un. Il se releva, et s’excusa aidant le jeune homme à se remettre debout, et ce jeune homme c’était Ritchy. « Oh Ritchy, excuses-moi je regardais pas où j’allais. Je t'ai pas fais trop mal? » Il se dépoussiéra et ramassa son skate, avant d’ajouter. « Tu vas bien ? » L’occasion n’était que trop parfaite, tomber sur un camarade à Wynwood, un compagnon parfait pour passer l’après-midi, à condition qu’il soit libre. « Qu’est-ce qui t’amènes ici ? T’as un rendez-vous quelque part ? » Demanda-t-il curieux.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ennui est le malheur des gens heureux - PV Ritchy
» La balade des gens heureux [Livre 1 - Terminé]
» Le malheur rapproche les gens / ZADIG & ENORA
» La balade des gens heureux...Ah non, pardon, c'est pas ça. (Chidori & Yumiko)
» CMF || Les gens heureux n'ont pas de vie, ils s'emmerdent. [finiche]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: