AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Lun 10 Nov - 23:11

Mikah regardait Paytah lorgner les armes des deux hommes et ne cessait de reprendre panique au fond de lui chaque fois que Paytah ouvrait la bouche, que ce soit pour parler, faire l'idiot ou s'énerver contre les hommes. Il craignait à chaque fois une boulette de sa part qui jetterait le feu aux poudres. On ne pouvait jamais rien prévoir avec des mecs pareils qui faisaient dans la drogue et pas dans la dentelle. Ils ne leur en faudrait pas moins d'une seconde pour dégainer et tirer sur tout ce qui bougeait. Pourtant, pendant que les hommes discutaient entre eux, Paytah fit signe à Mikah que tout allait bien. Mikah ne désirait que le croire, c'était certain. Finalement, les deux hommes les laissèrent partir. Paytah les salua façon gangster mais Mikah ne s'approcha pas d'un centimètre. Il fut un surpris au départ quand Paytah le brusqua pour lui crier après, pourtant il savait parfaitement que c'était de la comédie, une ruse pour donner plus de réalisme sur son...changement de poste vis à vis des autres qui n'en avaient pas grand chose à faire en fin de compte, mais Mikah était comme ça. Une fois hors de vue, Paytah s'exclama :

« VITE ON SE TIRE ! »

"Mais silence ! Si jamais ils peuvent encore nous entendre, c'est fini !" songeait Mikah à la seconde. Il suivit néanmoins le jeune PS jusqu'à sa moto et s'installa derrière lui. La moto démarra et s'enfonça dans la nuit noire.

« WHOUHOU ON A REUSSIS MEC ! Je te l'avais dis !!! »

- Wow, j'avoue que moi même j'ai encore du mal à y croire, répondit le jeune australien.

Quand Paytah lui demanda où il désirait aller, Mikah n'hésita pas un seul instant à lui répondre l'école où il pourra regagner sa chambre d'internat. Quand il y songeait, il se voyait cette après midi encore en plein tourment sur son lit, l'esprit vide, le coeur vide, la vie elle même dénué de sens. Mais étrangement, tout cela avait disparu. Soudainement, il n'arrivait pas à savoir pourquoi ni comment.

« Quel dommage ! tu aurais pu venir à l'anniv' de Tyty t'amuser avec nous !!! »

- Je sais mais...Non, je préfère vraiment rentrer, ce sera pour une prochaine fois.

Très vite, la silhouette familière du bâtiment se faisait voir dans la nuit. Mikah était un peu surpris de voir que Paytah voulait le raccompagner jusqu'à sa chambre. Quand ils furent arrivé, le jeune PS posa sa main sur l'épaule du lambdas avant de le prendre dans ses bras, ce qui étonna encore plus Mikah qui se retrouva bouche bée mais...Bien également.

« Courage vieux ! Ne retourne jamais là bas ! C'est trop dangereux pour toi ! J'ai lu dans le livre de Ty que tu es un artiste ! Toi et moi on a beaucoup de points communs ! Je dessine et danse aussi. On pourra se voir un de ses quatre ! ».

Il était un artiste avant, en effet, mais sa dépression l'avait complètement anéantit et même sa confrérie l'avait recalé au rang de lambda. Mais comme cité précedemment, toute sa misère s'était dissipés étrangement. Pourtant, Ty ne reviendrait pas à la vie. Cependant, il avait été libérer de son fardeau, son secret et ne craignait ainsi plus rien, c'était déjà un grand soulagement mais cette nouvelle amitié que lui avait offert Paytah malgré son aberration pour les gays était une encore plus grande libération. Mikah n'en revenait pas, c'était presque miraculeux et il se sentit revivre.

- Pas de problème Paytah, répondit-il en souriant, chose qu'il n'avait pas fait depuis des jours et des jours.

« Allez, à plus mec ! Et n'oublie pas, hein : pas de bêtises ! Prend soin de toi. Ty...serais fier de toi. Je sais qu'il le serait...Je sais aussi qu'il te ferait son sourire avec ses dents de loups et ses yeux aux éclats dorés seraient pétillants. Moi j'ai pas des yeux aux éclats dorés, mais j'ai un regard de feu. Alors, je te le fais, pour remplacer celui de Ty. »

- Je ne pourrais jamais te remercier pour ce que tu as fait ! lança le jeune blond, aux anges, Ty ne pouvait rêver de meilleur cousin.

Il sourit et salua le PS d'un signe de la main. Intérieurement, il espérait que la confrérie du jeune homme ne découvre jamais son infâmie de s'être lié à quelqu'un...comme lui. Les yeux bruns de Mikah pétillait d'une vie nouvelle. Pour la première fois, il pensait à Ty sans être triste. Il leva même son regard vers le ciel étoilé de Miami tout en pensant joyeusement et reconnaissant :"Toi aussi tu peux être fier de lui."

Mais le jeune homme était exténué comme jamais il l'avait été. Il était passé par toute les étapes aujourd'hui. D'abord corps sans âme puis presque mort avant d'aller chercher les ennuis avec des dealers en compagnie d'un homophobe qui lui en avait fait voir de toutes les couleurs il y a à peine quelques heures. Quelle histoire ! Il tenait à peine debout, aussi bien à cause des émotions que de sa tentative de suicide. Il se hâta de retourner dans sa chambre de triste solitaire mais n'eut le temps de rien faire qu'il s'effondra sur son lit, complètement éreinté.




FIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Lun 10 Nov - 16:27

Indices

Les hommes montrèrent leurs armes. Pay écarquilla les yeux et s'exclama : « Waouh ! C'est des modèles de ouf ça ! Où vous les avez eu ? ». Le Sioux n'avait jamais vu d'aussi belles armes de sa vie. Elles semblaient tirer bien.
L'homme menaça Pay, mais se dernier fit comme si il n'avait jamais rien entendu. Pay avait vu Ty mourir, que pouvait-il bien avoir de pire ? Tuez-moi si vous voulez, je m'en fiche, mais laissez Mikah !
Les mecs demandèrent plusieurs fois au Sioux de se calmer. Il leur lança un regard de défi. Ce n'étaient pas leurs menaces qui l'effrayeraient !
Il décida néanmoins de ne rien ajouter pour Mikah. Le pauvre devrait avoir peur. Pay se tût donc, pour sauver la peau du gay. Les deux bandits examinèrent l'argent fourni par le gosse de 16 ans.
C'était une bonne partie de sa fortune, mais, Pay allait bien vite le remplacer.
Qui l'eut crû ? Un homophobe payant une somme pour sauver un gay !!!
Si Ty serait vivant, il serait fier de son petit cousin.
Les mafieux discutèrent un bon moment et Pay en mode racaille détourna ses yeux d'eux un moment. Il fit à Mikah un discret lever de pouce et un sourire pour l'apaiser et lui redonner espoir. Le Sioux le comprenait et n'aurait pas voulu être à sa place. Lui, il avait beaucoup de chance pour ne pas être comme Mikah. Il avait été averti par Ty des dangers de la rue.

Satisfaits de leur somme d'argent, ils se tournèrent vers les deux jeunes de 16 ans.
« Allez, dégagez ! Et qu'on ne vous revoit plus ! », lança l'un d'eux.
Pay s'approcha des bandits et leur fit un check, avant de saisir Mikah et de lui crier : « Toi, tu va m'écouter maintenant ! Tu va t'occuper du trafic de prostitution. Tu es mignon, ça le fais ! Je m'en fous que tu sois gay, raison de plus. Donc, voilà comment tu va opérer... »
Pay s'éloigna avec Mikah en marchant vite loin des deux hommes, puis arrivés sur un trottoir, Pay hurla à Mikah : « VITE ON SE TIRE ! ».
Il se mit à courir dans la rue avec Mikah. Il ôta sa capuche, cracha sur ses doigts puis effaça la cendre sur son visage. Il regagna la rue, puis sauta sur sa moto. Le blondinet le rejoignit. Pay s'ébouriffa les cheveux puis démarra avant de foncer sur la route. Arrivés loin du lieu de la peur, le Sioux leva les mains en l'air et cria : « WHOUHOU ON A REUSSIS MEC ! Je te l'avais dis !!! ».
Ils avaient eu une chance incroyable.

Le Sioux demanda au Blanc bronzé où il voulait aller. Mikah lui dit qu'il voulais rentrer dans sa chambre à Wynwood.
« Quel dommage !, fit Pay, tu aurais pu venir à l'anniv' de Tyty t'amuser avec nous !!! »
Mais Pay compris que Mikah était épuisé par cette journée riche en émotion.
Il alla à WHS, se gara sur le parking puis raccompagna Mikah jusqu'à sa chambre chez les Lambdas.
Il posa sa main sur l'épaule du gay, puis le prit dans ses bras. « Courage vieux ! Ne retourne jamais là bas ! C'est trop dangereux pour toi ! J'ai lu dans le livre de Ty que tu es un artiste ! Toi et moi on a beaucoup de points communs ! Je dessine et danse aussi. On pourra se voir un de ses quatre ! ».
Pay de dégagea de l'étreinte, puis fit un sourire à Mikah. Il lui tapa dans les mains en lui disant : « Allez, à plus mec ! ». Il recula un peu, puis lui recommanda : « Et n'oublie pas, hein : pas de bêtises ! ». Il ajouta : « Prend soin de toi. Ty...serais fier de toi. Je sais qu'il le serait...Je sais aussi qu'il te ferait son sourire avec ses dents de loups et ses yeux aux éclats dorés seraient pétillants. Moi j'ai pas des yeux aux éclats dorés, mais j'ai un regard de feu. Alors, je te le fais, pour remplacer celui de Ty. »
Les yeux noirs du Sioux s'éclairèrent de jaunes, rouges et oranges. Paytah éclata de rire, salua de la main Mikah, puis s'éclipsa en courrant.

Il rentra dans sa villa.
Ses amis s'inquiétaient de son absence. Lorsqu'ils le virent, ils devinrent joyeux. Li Na avait coupé le gâteau de Ty.
Pay mangea, bu, puis ôta l'arme et la posa sur la table du salon. Le Sioux Hunkpapa se mit à danser avec April.
Sur la table, l'arme était là. Noire. La crosse brillait par la lumière. Pas de violence. La mission avait été accomplie.

Indices.
Fin rp pour Pay
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 9 Nov - 23:04

Mikah était paralysé par la peur, l'angoisse des évènements qui allaient suivre. Un stress profond car il savait qu'avec un PS qui ne l'aimait pas et deux gangsters de quarante ballets, il y avait peu de chance pour que les choses se passent bien. Pourtant, il ne cessait d'espérer au fond de lui même que les choses se passent bien. C'était peine perdue quand, suite aux paroles de l'un des deux hommes, Paytah se mit à répliquer sans ménagement.

"Tu ne me crois pas, c'est ça? J'ai pas peur de toi crétin! Ma mère n'a rien à faire de savoir ce que je fais ok? Alors ferme là et ouvre grands tes oreilles pour écouter ma proposition, sinon ça va barder compris? Ne te fie pas à ma taille et mon apparence de gamin. Je suis très intelligent."

Mais aucune de ses paroles ne furent prises en considération. Les deux hommes ne cessaient de le rabaisser et reprochèrent même à Mikah d'avoir osé leur faire rencontrer ce garçon. Lorsqu'ils s'adressèrent à l'ex-AP, se dernier sentit un douloureux frisson le long de son échine. Il aurait aimé riposter mais une fois de plus, le PS le devança :

"C'EST QUI QUE TU TRAITES DE CLOPORTE LA???? Fais gaffe mec! Je te jure que je vais t'arranger le portrait! TU M'PARLE PAS COMME CA TU ME RESPECTE! Entre businessman illégaux...on devrait s'entraider! En plus, tu peux parler girafe! Bon, écoutez moi les gars et fermez là, ok? C'est moi le meneur.

Soudain les deux hommes écartèrent légèrement le pan de leur chemises pour laisser apparaître deux gros calibres dont ils n'hésiteraient certainement pas à s'en servir comme les deux lycéens devant eux. Ils n'avaient nullement peur de Paytah et avaient probablement déjà eu affaire à bien pire dans leur vie de dealer. Mikah se braqua à la vue des armes, déjà que celle que possédait Paytah ne lui plaisait pas, c'était encore pire quand il y en avait deux dans les mains ennemis.

- Le meneur ? J'en doute ! Alors tu vas te calmer rapidement mon gars sinon tu n'auras bientôt plus l'intention de jeter ta prétention sur qui que ce soit !

Mais son acolyte l'arrêta aussitôt, impatient plutôt de voir un peu quelle somme d'argent était capable de payer l'individu devant lui. Il le pressa alors jusqu'à ce que ce dernier dévoile des paquets de billets qu'il tendit à l'homme. Ce dernier les lui arracha des mains pour faire le compte avec une habilité que tout banquier vénérerait.

"C'est ma dernière offre. Unique. C'est ça ou......Je n'ose pas finir ma phrase. Bref grouillez vous, j'ai d'autres trucs à faire moi! Des filles m'attendent, j'ai des acheteurs à aller voir,...Alors bougez vous ****!!!

- J't'ai déjà demandé de te calmer ? Faut-il que je te fasse taire à ma manière ? lança d'un des hommes.

- Minute vieux, tiens regarde ça, répliqua le deuxième en lui tendant l'argent avec qu'il puisse déduire à son tour de la somme proposée.

Mikah avait toujours sa boule en gorge. Qu'est ce qui empêcherait ces gens de tuer Paytah tout en gardant l'argent et Mikah par la même occasion ? Il espérait que jamais cette idée ne leur traverse la tête. Mais pour l'instant, les deux hommes semblaient coopératifs. Ils se parlaient entre eux, se demandant si ça en valait vraiment la peine, si vraiment Mikah leur était nécessaire et tout un blabla que le jeune australien ne cherchait pas à entendre. Ils vérifièrent également l'authenticité de l'argent grâce à leur oeil d'expert. Au bout d'un moment, l'un d'eux rangea l'argent tandis que le deuxième prit la parole :

- Allez, dégagez ! Et qu'on ne vous revoit plus !

Il ne fallait pas le dire deux fois à Mikah. Ces mots sonnèrent comme une libération pour lui. Les deux hommes quittèrent les lieux, retournant dans l'ombre de la même manière qu'ils étaient venus. Plus jamais Mikah remettra les pattes dans ce coin là en tout cas, c'était certain, de même que tous les endroits où il avait eut affaire à eux. Alors c'était donc bien fini ? Il était donc vraiment libre ? C'était tellement miraculeux pour lui qu'il n'arrivait pas encore à le croire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 9 Nov - 2:12

Pay ne fit pas attention à la question des mafieux. Il les defia de son regard de feu.
Il se présenta comme étant El Belissimo, un malfrat sans pitié. Bon, il avait un peu râté son pseudo. Etant narcissique, il n'avait pas trouvé mieux!
Les bandits ne semblaient pas le croire. Ils le fixaient de leur regard perçants, lui et Mikah.

"Ouais c'est ça, vous êtes du même calibre vous deux en effet ! Tu ferais mieux de retourner chez ta mère El Belissimooooo !"
Pay jeta un regard perçant à celui qui lui avait dit ça. Il s'approcha de celui qui avait parlé, visage sombre puis lui lança à la figure: "Tu ne me crois pas, c'est ça? J'ai pas peur de toi crétin! Ma mère n'a rien à faire de savoir ce que je fais ok? Alors ferme là et ouvre grands tes oreilles pour écouter ma proposition, sinon ça va barder compris? Ne te fie pas à ma taille et mon apparence de gamin. Je suis très intelligent."

L'homme OSA reprendre la parole: "Sérieusement, tu nous a dérangé pour un cloporte pareil, morveux ??". Pay se plaça entre Mikah et l'homme et lui cria: "C'EST QUI QUE TU TRAITES DE CLOPORTE LA???? Fais gaffe mec! (Pay leva son poing et fit comme si il allait frapper l'adulte) Je te jure que je vais t'arranger le portrait! TU M'PARLE PAS COMME CA TU ME RESPECTE! Entre businessman illégaux...on devrait s'entraider!"
Paytah se mit à tourner autour des deux hommes, puis lança au moqueur: "En plus, tu peux parler girafe! Bon, écoutez moi les gars et fermez là, ok? C'est moi le meneur."
"Morveux et cloporte, ça sonne bien ensemble, trafic de jouet, c'est pas dans la même ville"
Pay se mit à ricanner, puis s'avança vers le deuxième homme: "Tu veux finir comme finira ton copain? C'est ça qu't'veux? Je suis un trafiquant mec...Un badboy...comme toi. Donc tu la boucle ok, et tu me laisse parler MERCI.".
Le PS recula, puis exposa son plan. Les deux hommes se moquèrent de lui: "Vas-y terreur, montre-nous donc tes fameux petits papiers verts qui nous combleraient tellement !".
Pay sortit des liasses de billets de son sweat puis les tendis à l'homme. C'était une énorme somme d'argent, et de vrais billets. Le Sioux utilisait sa fortune pour sauver Mikah.
Il toisa les hommes, croisa ses bras, puis cracha: "C'est ma dernière offre. Unique. C'est ça ou..."
Le Sioux passa son index sur son arme cachée dans la poche de son sweat blanc.
"...Je n'ose pas finir ma phrase. Bref grouillez vous, j'ai d'autres trucs à faire moi! Des filles m'attendent, j'ai des acheteurs à aller voir,...Alors bougez vous ****!!!"
Pay gardait ses sourcils froncés. Il regardait sérieusement les deux hommes droit dans les yeux. Il n'avait pas peur d'eux. Il était téméraire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Lun 20 Oct - 22:43

Mikah s'excusa le plus sincèrement possible. Mais cela ne semblait changé en rien la vexation du jeune amérindien. Pourtant il n'y avait aucun mal à avoir des similitudes avec un membre de sa famille. Paytah devait sans doute se faire des idées. S'imaginer des choses. Ty et Paytah étaient les seuls amérindiens qu'il connaissait. Ce n'était pas tous les jours qu'il entendait quelqu'un lui donner une parole de sioux. Mikah avait une mine déconfite. Il s'en voulait d'avoir vexé le jeune PS alors que les deux jeunes gens avaient enfin réussit à discuter un peu plus en paix. La journée se terminait doucement. Les quelques nuages qui ornaient le ciel de Miami étaient caressés d'une couverture rosée, dans des cieux violacés par le coucher du soleil. On ne voyait plus de lui que quelques rayons qui se dressaient à l'horizon, derrière un gratte-ciel. Mikah embarqua sans belle appréhension de l'avenir sur la moto du PS. A ce moment précis, alors que l'engin parcourait les rues de la ville, il se demandait ce qui lui avait prit par la tête. Quel beau naïf de faire confiance à quelqu'un qui le détestait. Et si jamais il lui faisait un mauvais coup ? Si jamais il le livrait sans merci au gang ? Avouant sa traîtrise ? Des réflexions cogitaient dans l'esprit de l'adolescent. Il ne trouvait qu'une seule réponse pour le calmer de ses doutes : Peu importait puisqu'il voulait en finir de toute manière. Alors si le plan marchait, tant mieux, sinon tant pis, il mourra et s'en contentera puisqu'il n'avait plus rien à perdre.

Paytah avait garé sa moto à l'écart du lieu de rendez-vous, pour une raison qui échappait encore au jeune australien. Ce dernier avait une boule affreuse au ventre mais ce n'était pas nouveau. A chaque fois qu'il avait affaire à ces hommes, il avait des crampes d'estomacs. Le trafic de drogue était un milieu effrayant pour le jeune homme. Dire qu'il en avait fait depuis son arrivée à Miami, il y a presque un an de cela. Mais il avait toujours su ravaler sa salive en se disant qu'il avait besoin de cet argent. Mais quand il rentrait chez lui, c'était couvert de honte. Il était ravi de pouvoir arrêter ça, en mourant ou non, il devait faire confiance à Paytah pour savoir ce détail. En parlant de Paytah, bien que Mikah savait qu'il se cachait derrière la cagoule, il devait se rendre à l'évidence qu'il était également un peu intimidant. Mais est-ce qu'un gosse de seize ans allait convaincre des mafieux ? Même s'il avait l'air d'un voyou, son visage d'ange n'en imposait que bien peu. On risquait de lui demander de retourner dans les jupons de sa mère. C'était ce qui s'était passé la première fois que Mikah avait tenté un contact. C'était uniquement parce qu'il était le fils de son père que les hommes l'avaient épargné.

Mikah marchait derrière le jeune amérindien. Il était tendu comme un épouvantail. Sous le soleil couchant, les ombres des immeubles s'étiraient sur la ville. La nuit tombait petit à petit, renforçant l'aspect lugubre du port. Mikah n'avait pas peur du noir mais un rien l'effrayait. C'était un gars de la plage, un gars d'Australie, seul le soleil sur son visage comptait, non pas la clarté livide de la lune. L'odeur salée de la mer et des algues s'emparait des lieux. Il faisait un peu plus frais. Le doux son de la houle embaumait le port. Les mouettes s'étaient éclipsées, le soleil avait été dévoré par l'horizon. Le manteau nocturne s'imposa et la lueur des étoiles le perçaient de toute part. Au bout d'un moment, dans la pénombre de la nuit, sous le faisceau d'un faible réverbère, deux silhouettes se tenaient droites. Mikah savait bien évidemment que ce n'était pas des dockers. Il déglutit. Il rêvait de rentrer sous terre. Ses muscles se crispèrent, ses jambes se raidissaient à chaque pas, ses côtes douloureuses se réveillèrent. Pourtant il connaissait ces hommes. Mais il connaissait aussi la raison de sa venue, ce que eux ignoraient et quand ils le sauront...Quelle sensation étrange. Mikah désirait le suicide, pourtant il craignait la mort plus que tout autre chose.

«Vous deux !
J'ai un marché à vous proposer. ».


Mikah se figea, tentant de dissimuler son angoisse, il défiait les hommes du regard comme il avait si bien apprit à faire. Cela ne servait pas à grand chose, les hommes avaient depuis toujours été au courant de sa couardise. Ils se servaient de sa faiblesse pour le manipuler dans le trafic autant qu'ils le désiraient. Pour le moment, Mikah gardait le silence. De toute manière, une boule lui bloquait la gorge.

«Lui contre...une belle somme d'argent. Un échange. ».

Les hommes échangèrent un regard. Leurs yeux luisant dans l'obscurité s'abattirent dangereusement sur Mikah qui se ratatinait sur lui même. Il savait très bien ce qu'ils pensaient. Pourquoi le gringalet qu'il était leur avait donné rendez-vous si ce n'était pas pour de la drogue ? Mais une autre question jaillit de la gorge de l'un d'entre eux :

- Qui c'est celui là ?!

Mikah sentit un frisson lui parcourir l'échine. Que devait-il dire ? Heureusement, Paytaht parla pour lui :

« Je suis El Belissimo, le mec le plus recherché de Los Angeles. Je me suis cassé ici pour...échapper à la police. La police ne m'a jamais attrapé...pas même une seule fois. Je suis un mec dangereux. Trafics, drogue, prostitution...j'ai tout organisé...Ne vous fiez pas à mon apparence...l'habit ne fait pas le moine ! Je n'ai que 16 ballets et pourtant le monde de la rue est ma vie. Faites pas gaffe à ce pauvre plouc , il ne vous sera pas vraiment utile... Mais dans mon gang il le sera. J'ai besoin de quelqu'un pour revendre quelques trucs illégaux. Pensez les gars à la grosse somme d'argent que vous aurez entre vos mains! Je suis sur que vous serez ravi du marché. Allez les gars, vous n'allez pas refuser une si belle opportunité ? Acceptez mon offre...Vous ne le regretterez pas ! ».

Mais les deux hommes pouffèrent de rire entre eux. Ils n'y croyaient apparemment pas un mot. Mikah en était certain !

- Ouais c'est ça, vous êtes du même calibre vous deux en effet ! Tu ferais mieux de retourné chez ta mère El Belissimooooo !

L'homme qui venait de parler posa son oppressant regard sur le jeune australien qui rêvait en ce moment même de posséder le fabuleux pouvoir de l'invisibilité.

- Sérieusement, tu nous a dérangé pour un cloporte pareil, morveux ??

La main de son collègue se posa sur son épaule, calmant ses ardeurs, le deuxième homme prit la parole :

- Morveux et cloporte, ça sonne bien ensemble, trafic de jouet, c'est pas dans la même ville.

Il gloussa, la situation semblait plus l'amuser qu'autre chose et on dirait qu'il souhaitait jouer le jeu, étant donné que ses petits yeux ombragés par son front proéminent se dévièrent sur l'amérindien :

- Vas-y terreur, montre-nous donc tes fameux petits papiers verts qui nous combleraient tellement !

L'homme fit un pas vers lui. Ses grosses bottines noires résonnantes sur le macadam du port comme une enclume. L'impression d'avoir deux gros gorilles taillés comme des armoires n'était pas à écarter. Pour le moment, la discussion passait plutôt bien, mais si la somme d'argent ne leur convenait pas ? Et s'ils préféraient me garder pour leur cher trafic ? Jusque là, Mikah leur avait été toujours utile. Le laisseront-ils partir aussi facilement ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 19 Oct - 22:12

Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?Paytah & Shinjo
Paytah n'avait pas apprécié le fait que Mikah le compare à son cousin. Le blondinet s'excusa, mais le Sioux fit quand même la tête, car il était vexé.
Le dealer avait trouvé que Pay ressemblait à Ty parce qu'il donnait sa parole.
Pay secoua la tête. Ce n'était pas parce qu'il donnait sa parole -et que comme par hasard son cousin le faisait-, que ça y est, ils étaient pareils.
Le Sioux de Cheyenne River bouda un peu.
Les deux adolescents passèrent leur journée à parler et à planifier leur plan. On les laissa sortir et ils allèrent se préparer pour le face à face terrible qui les attendaient.
Paytah alla se préparer et alla rejoindre les autres dans son salon. Il fit semblant de les attaquer et ça faisait tellement plus vrai que nature que Mikah et ses amis eurent peur.
Mikah demanda avec inquiétude au Sioux de faire attention avec l'arme qu'il maniait, mais le Sioux haussa les épaules et lui lança : « T'inquiète, je sais ! ».
Mikah semblait dans la lune quand Pay l'appela pour le suivre. Ils allèrent dans le garage et Pay prit sa moto noire. Il ne prit même pas de casque.
Tant pis si ils faisaient un accident !
Après tout, ne se jetaient-ils pas dans la gueule du loup ?
Pay détestait les loups d'ailleurs.

Le Sioux roulait très vite sur la route, slalomant quelques fois entre les voitures. Il ajustait aux feux sa capuche, espérant qu'il ressemble à un vrai gangster. Au fur et à mesure qu'il s'approchait du lieu du rendez-vous, il sentait son cœur battre contre sa poitrine. Et si il mourrait cette nuit ?
Pay leva les yeux vers le ciel noir étoilé.
Il ne voulait pas mourir puceau. Et puis...il était trop mignon pour mourir.


.
..

….
…..
…...
…...
…..
….

..
.
.
.

.
.
.

Il marchait d'une démarche classe de BadBoy. On jurerait un voyou des rues.
Chew-gum dans la bouche, mains dans les poches, capuche enfoncé sur sa tête, regard de tueur, visage sombre. Il ne souriait pas, il n'en avait aucune envie. Il faisait peur aux filles qui marchaient dans la rue, il saluait d'un signe de tête les filles de joie qui le regardait d'un air aguicheur, il saluait des mafieux qui étaient debout mais appuyés contre les murs. Il faisait fuir les chiens, il crachait par terre, il faisait palpiter son nez.
Il en faisait peut-être un peu trop là.
Il en faisait un peu trop.
Il marchait, Mikah derrière lui. Il avait décidé de se garer dans une rue près d'une discothèque et de faire le reste du chemin à pied, jusqu'au port.

Il ôta sa capuche et tourna au coin d'une rue tout en passant sa main derrière ses cheveux en fermant presque ses yeux et en faisant un grand sourire (un peu comme ça). On aurait pu mettre cette scène au ralenti. Mais il remit sa capuche, reprit son air de voyou et continua sa marche, espérant que Mikah le suivait toujours et que le blondinet n'était pas un lâche.


..
.
.

Le port...
Pay ne s'en rappelait que trop bien. Il était presque allé là bas le jour où les dix gangsters l'avaient poursuivit. Mais il s'était arrêté sur la plage, près des conteneurs. C'est là qu'on l'avait tabassé. Juste pour du fric qu'il n'avait pas eu sur lui. Il avait été là au mauvais endroit, au mauvais moment.
Pay et Mikah s'approchèrent du port. Le petit cousin de ty à l'allure d'un voyou faisait bien son jeu. Il était à fond. Il avait décidé de faire son voyou dans la rue pour voir si il était crédible . Il l'était, et même trop !
La cendre sur son visage mêlée à la noirceur de la nuit le faisait paraître comme étant un délinquant.
Des bruits de bateaux au loin se faisait entendre. Pay voyait les marchandises se faire transporter. Un petit vent frais marin se faisait ressentir. Le jeune brun ne regrettait pas d'avoir mis son sweat.
Un sweat blanc...
Le Sioux pensa un instant qu'il pourrait bien vite devenir rouge de sang.  Il avala sa salive discrètement et pris une grande inspiration. Il rajusta sa capuche et ses mitaines noires puis leva sa tête.
Il repéra au loin des hommes qui attendaient.
Le Sioux leva ses yeux vers les immeubles éclairés de Miami. C'était peut-être la dernière fois qu'il les voyaient.
Pay repensa à chacun des membres de sa famille. Son père, sa mère, Ehawee, Ehwakhan, Matoskah et Lootah. Il prit son portable et envoya à toute sa famille : « Je vous aime...même si certains de vous ne m'aiment pas apparemment. ». Il écrivit à son père et sa mère un autre SMS qui leur demandaient pardon de les avoir déçus. Puis, il rangea son portable.
Il mit les mains dans ses poches et repris son air de mauvais garçon mafieux.
Lui et Mikah s'approchaient des hommes de plus en plus. Pay les détailla du regard. Ils étaient deux et semblaient être des adultes. Les plus grands terrorisaient les plus petits...classique. Surtout dans les gangs et autre trucs mafieux.
Les deux jeunes arrivèrent face aux deux hommes. Une lueur rougeâtre et orangée éclaira les yeux du jeune Sioux, qui avait les sourcils froncés. Les couleurs de flammes dans ses yeux étaient dues aux réverbères.
Il regardait d'un regard de voyou et de défi les deux hommes. Une quarantaine d'années, ces deux là.
Paytah Yellow s'avança vers les deux hommes et leur lança : «Vous deux !
J'ai un marché à vous proposer. 
».
Le Sioux montra Mikah du doigt et repris d'une voix autoritaire et forte : «Lui contre....(il fit un sourire en coin) une belle somme d'argent. Un échange. ».
Il fit une pause puis lança : « Je suis El Belissimo, le mec le plus recherché de Los Angeles. Je me suis cassé ici pour...échapper à la police. (il cracha par erre.) La police ne m'a jamais attrapé...pas même une seule fois. Je suis un mec dangereux. Trafics, drogue, prostitution...j'ai tout organisé...Ne vous fiez pas à mon apparence...l'habit ne fait pas le moine ! Je n'ai que 16 ballets et pourtant le monde de la rue est ma vie. Faites pas gaffe à ce pauvre plouc (il désigna Mikah), il ne vous sera pas vraiment utile... Mais dans mon gang il le sera. J'ai besoin de quelqu'un pour revendre quelques trucs illégaux. Pensez les gars à la grosse somme d'argent que vous aurez entre vos mains! Je suis sur que vous serez ravi du marché. »
Pay fit un sourire trop mignon avant de s'approcher plus des deux hommes et de lancer d'une voix séductrice et doucereuse : « Allez les gars, vous n'allez pas refuser une si belle opportunité ? Acceptez mon offre...Vous ne le regretterez pas ! ».
Il recula jusqu'à Mikah, mit ses mains dans les poches de son sweat et y croisa ses doigts. Il toucha ensuite la liasse de billets et sa main droite se posa sur son arme...juste au cas où. Le temps était compté pour Mikah, mais pour Pay aussi.


(c) Sashette
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 19 Oct - 4:59

« Ty ? Qu'est-ce que Ty a avoir là dedans ? Et puis je ne suis pas Ty ! »

Se rendant bien compte de son erreur, Mikah ne savait pas pourquoi ce qu'il y avait de mal dans ses propos. Si Paytah aimait vraiment Ty, alors il ne devrait pas se vexer pour si peu. Craignait-il des sous entendus quand Mikah le comparait à son défunt amour ? Quoi qu'il en soit, le jeune ex-Alpha Psi lui répondit calmement :

- Je le sais bien, mais tu me le rappelle quand tu offre ta parole de Sioux. Je suis désolé, je ne voulais pas te vexer...

Par la suite, Paytah exposa un plan au jeune australien qui ne fut guère convaincu mais las des insistances de l'amérindien, il finit par accepter en demandant de l'accompagner. Chose qu'il regretta aussitôt intérieurement quand le jeune homme lui donna son accord. Mikah sentit une boule lui peser sur l'estomac. Il s'imaginait déjà se faire abattre par ces types lui et Paytah ! D'un autre côté, comme il ne voyait plus beaucoup d'importance à la vie, il s'en moquait un peu, mais pas pour Paytah. Si le jeune homme mourrait par sa faute, il ne se le pardonnerait jamais. Ce dernier parvint à convaincre le médecin de laisser sortir Mikah. L'australien sentait toujours ses côtes en bouilli, elles étaient douloureuses à chacun de ses mouvements. Les pneus de la voiture avaient dû lui passer sur le thorax sans ménagement. Il le cacha cependant afin de pouvoir sortir. Malgré sa crainte, il ne voulait pas que Paytah aille régler seule cette affaire. Ce serait encore plus lâche que d'y aller en tant que pur couard. Les deux adolescents quittèrent le bâtiment alors que la ville de Miami était baigné d'une douce lumière orangée dû au soleil couchant. C'était magnifique. Serait-ce le dernier coucher de soleil que verrait Mikah ?

Paytah appela une amie à lui qui vint les chercher tout les deux pour les ramener à la villa. Une fois rentré, Paytah se rua à l'étage tandis que Mikah fut étonné de l'attention que lui portèrent les amis de ce dernier. Il en était néanmoins réconforté. Ces gens là étaient vraiment sympa. Comment Paytah avait-il pu être mauvais quelques heures plus tôt avec un entourage pareil ? Quand le jeune amérindien revint dans le salon, Mikah ne crut pas le reconnaître sur l'instant, si bien qu'il était déguisé. Naturellement, il savait qui se cachait derrière ce masque. Les autres aussi sans doute. Soudain, Paytah sortit son arme :

« LES MAINS EN L'AIR PERSONNE NE BOUGE ! ».

Mikah avait sursauté. Pas vraiment à cause de la mise en scène. Il était naïf mais pas idiot. C'était l'arme pointée sur lui qui l'avait fait réagir de la sorte. Il avait décidément horreur de ces trucs là. Il ne pouvait pas les voir en peinture, c'était tout de même cette affreuse création humaine qui avait ôté la vie à son père. Il se sentait un peu honteux d'avoir été le seul à s'être effrayé, les autres n'avaient pas du tout réagit mais l'amérindien insista.

« J'AI DIT LEVEZ LES MAINS EN L'AIR ! »

Mikah le regardait, incrédule, enfin, c'était surtout le canon du pistolet qu'il regardait. Il avait juste envie de supplier Paytah de faire attention où il pointait ce bidule. Il n'avait pas du tout confiance. Le jeune PS continuait son manège et le fait est que tout le monde se prenait au jeu en lui obéissant.

ET TOI LA TU ME SUIS ALLEZ ALLEZ VIENS A COTE DE MOI MEC, QU'EST CE QUE T'ATTEND ****** ?!!! ».

Cette fois-ci, c'était bien Mikah que l'amérindien visait. Le jeune australien se braqua sur place en croisant l'oeil du canon. Si le coup par accidentellement c'était fini. Même lui qui voulait en finir justement, il ne pouvait s'empêcher d'avoir peur. Au bout d'un moment, Paytah remballa son arme, fier de son petit jeu.

«Vous m'avez cru, hein ? Vous avez eu peur ? Non ? »

Il se mit à rire, Mikah lâcha un profond soupire.

« Avouez que ça le fait trop. Alors tu vois Mikah, t'a pas à t'inquiéter ! JE GERE ! »

- Je t'en prie, fais donc attention quand tu manipule ce machin, c'est pas un jouet !

Pendant que Mikah remit son petit boum-boum en état, Paytah fit une prière. A vrai dire, Mikah aussi priait que tout se passe bien. Même s'il avait la sensation d'une vache se rendant à l'abattoir.

« Bon alors, on y va ? »

- Hein ?! Ah euh oui, j'arrive !

Le jeune australien s'empressa de suivre l'amérindien. Ils sortirent de la villa jusqu'au garage qui contenait un nombre incroyable de véhicules. Le choix du PS fut porté sur une moto noire. Mikah sortit son téléphone et se hâta d'envoyer un SMS à son seul contact du gang. C'était comme cela que ça marchait, un petit message, un lieu de rendez-vous, une rencontre secrète avec un ou plusieurs colosse drogué. Il n'y avait pas lieu de s'en faire, ça répondait toujours dans l'instant ! Ces gars là étaient toujours collé à leur portable, avide de poudre blanche, comptant sur un chétif australien pour faire le sale boulot. Une réponse lui vint aussitôt. Le lieu de rendez-vous se trouvait au port, dans un des recoins les moins fréquenté près de l'eau, d'ici une demi-heure. Mikah lança la destination à Paytah avant de se mettre derrière lui sur la moto.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 19 Oct - 1:42

Payath ∞ Mikah
 Revèle le gangster qui est en toi!
Le blond soupira : « On jurais entendre Ty... ». Pay leva un sourcil.
« Ty ? Qu'est-ce que Ty a avoir là dedans ? ». Il se vexa ensuite : « Et puis je ne suis pas Ty ! ». Il afficha un air boudeur avant de recommencer à exposer son plan et son aide.
Ce fût au tour de Mikah de se vexer, il lui dit qu'il n'était pas son gang. Pay lui rétorqua que c'était pareil. Mikah avait été effrayé lorsqu'il avait vu l'arme, puis, il avait prévenu Pay qu'il n'y avait pas de filles.
Le Sioux reprit la parole. Il eut une idée et en parla à Mikah, qui ne fût pas vraiment convaincu. Il fini par dire après avoir réfléchi : « Je viendrais avec toi. ».
Paytah Yellow ne parut pas d'accord. Il fit la moue et soupira en acceptant à contre cœur la proposition du dealer : « D'accord...D'accord. ».
Le Sioux informa Mikah qu'il allait demander à partir pour eux tous les deux.
Il s'éclipsa de la salle et laissa Mikah seul.
20 minutes plus tard, il était de retour avec un médecin qui examina Mikah avant de lui dire qu'ils pouvaient partir.
Les deux jeunes sortirent des urgences. Le soleil se couchait doucement sur le paysage de Miami. Pay appela Li Na et lui demanda de venir les chercher. Quelques instants plus tard, une jeep rouge arriva et ils montèrent à bord.

De retour dans la villa, le jeune Sioux de Cheyenne River se précipita à l'étage. Ses amis entourèrent Mikah en bas, le parlant et le réconfortant.
Dans sa chambre, en haut, Pay s'habillait en gangster. Il enfila un baggy noir, un t-shirt blanc, un sweat blanc à capuche, des mitaines noires et des baskets blanches. Il échangea son crucifix contre un collier à perles marrons et blanches et mit ses boucles d'oreilles argentées.
Il alla dans la salle de bain numéro 1, se regarda dans le miroir , entreprit de se mettre un peu de cendre en poudre sur le visage, mit sa capuche sur la tête et fronça les sourcils, prenant un air de Bad Boy.
Il alla chercher l'arme de Ty et retourna se regarder dans le miroir. Il refit son air de gangster et prit une position de braqueur avec l'arme. Ça le faisait trop. C'était parfait. Pay fit un sourire, puis reprit rapidement son air de mauvais garçon, avec un regard de tueur.
Le jeune adolescent enfonça plus sa capuche sur sa tête, ajusta ses mitaines puis descendit les escaliers (ou plutôt les dévala).

Il s'arrêta au salon, puis baissa sa tête au maximum, avant de faire son apparition devant ses amis et Mikah qui étaient autour du gâteau.
Pay fronça ses sourcils, tête toujours baissée, puis se mit à marcher d'une démarche de délinquant vers ses potes. Ceux-ci qui rigolaient entre eux, levèrent les yeux et il y eût un silence.
Pay sortit son arme de la poche de son sweat puis hurla après avoir levé la tête : « LES MAINS EN L'AIR PERSONNE NE BOUGE ! ». 
Personne ne réagit. Tout le monde était surpris.
« J'AI DIT LEVEZ LES MAINS EN L'AIR ! »
Pas de réaction.
« TOI LA ! OUI TOI ! (Pay désignait Migina) TU TE METS PAR TERRE ET TU BAISSE LE REGARD COMPRIS ? TOI TU ME DONNE TOUT TON FRIC ! (Il désignait Enapay qui avait les mains en l'air et qui tremblait.)
ET QUAND A TOI !  (Pay s'avança vers April et la saisit par les cheveux) TU ME DONNE TOUT TES BIJOUX. ALLEZ ALLEZ BOUGEZ VOUS J'AI PAS QUE CA A FOUTRE ! SI VOUS ME DONNEZ PAS TOUT CE QUE JE VOUS AI DEMANDE JE VOUS TUE TOUS UN PAR UN ! ET TOI LA TU ME SUIS (Il désigna Mikah. Ses amis s'activaient à lui donner ce qu'il lui avait demandé.) ALLEZ ALLEZ VIENS A COTE DE MOI MEC, QU'EST CE QUE T'ATTEND ****** ?!!! ».
Paytah visait Mikah avec son arme. Ses autres amis, le regardait, effrayés.
Il était sérieux, plus sérieux que jamais.
Ses yeux étaient d'un noir profond.
Mais en une fraction de seconde, des leurs de feu éclairèrent ses iris et un sourire amusé s'élargit sur les lèvres du Pi Sigma . Il mit son pistolet contre ses lèvres, haussa ses sourcils puis dit : «Vous m'avez cru, hein ? ».
Il pouffa de rire.
« Vous avez eu peur ? Non ? »
Le rire de Pay augmenta. Au final il éclat de rire et rit pendant un certain moment.
Il retrouva son sérieux, puis, lança : « Avouez que ça le fait trop. Alors tu vois Mikah, t'a pas à t'inquiéter ! ».
En bon orgueilleux, il se désigna avec les mains et dit  en faisant un clin d'oeil au blond : « JE GERE ! ». Il fit un énorme sourire puis frappa sa poitrine deux fois avant de pousser un cri et de ranger son arme dans la poche avant de son sweat.
Le jeune Sioux ôta sa capuche puis se mit à faire une prière, demandant la protection et la réussite. Puis, il remit sa capuche, lança à Mikah : « Bon alors, on y va ? », avant de lui faire signe de le suivre.
Il sortit de sa villa, Mikah sur ses talons. Il claqua la porte.
L'appel d'air fit éteindre les bougies sur le gâteau de Ty. Les amis de Pay sursautèrent.

L'homophobe et le gay marchaient côte à côte. Ils allèrent dans le garage. Pay hésita entre ses voitures ou ses motos. Il opta pour la moto et choisit sa moto noire pour être plus crédible. La moto blanche et rouge ne le ferai pas du tout !
Pay grimpa sur sa moto, puis fit signe à Mikah de monter. Ce dernier s’exécuta. Il rajusta ses mitaines puis enfonça encore plus sa capuche sur sa tête, prit son air de voyou et démarra. Ils sortirent de la propriété de Pay. Ce dernier roulait super vite. Il s'entait l'adrénaline, mais ça ne lui disait rien. Il était concentré sur sa mission de se faire passer pour un gangster. Dans sa poche, étaient une liasse de billets et le flingue de Ty. Il n'avait pas peur.
Il n'avait peur de personne.
Ses yeux étaient rougêatres et orangés.
Ils devinrent de plus en plus noir au fur et à mesure du trajet.
Ses sourcils se froncèrent encore plus et ses dents se serrèrent.
Il était en colère.
Il avait la rage.
La rage d'un gangster.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 19 Oct - 0:04

« Je ne peux pas te laisser comme ça! ».

Mikah ne comprenait décidément pas le jeune amérindien. Il ne savait pas s'il se moquait de lui ainsi ou s'il avait changé d'attitude à son égard. Ne haïssait-il pas les homosexuels ? Si oui, pourquoi en aider un ? La méfiance de Mikah à ce sujet laissa rapidement place à sa façon de voir le monde toujours avec optimisme, se disant que oui, le PS devait avoir changé d'avis. C'était une façon bien naïve de penser, mais c'était celle du jeune australien. Par ailleurs, il expliqua à Paytah que c'était à lui seul de payer les conséquences de ces actes. Ce qui pouvait paraître tout à fait normal.

« C'est sûr maiiiis... Peu importe ce que dira ma confrérie. Je t'aiderais ! Parole de Sioux ! ».

Mikah observait le jeune PS et poussa un soupire :

- On jurais entendre Ty...

Il n'avait pas remarqué à quel point les deux cousins se ressemblaient. Mentalement du moins. C'était peut-être la raison pour laquelle Paytah se montrait plus tolérant avec lui. Parce qu'il y avait un peu de Ty en lui. Et si Ty guidait l'esprit du jeune homme depuis là où il était ? Quelle idée à la science-fiction ! Mikah n'était pas croyant à la Jésus, mais pourquoi ne pas se réconforter à imaginer l'âme des défunts qui vivaient en leurs proches ?

« Je le ferais pour Ty, car je sais que si il était vivant, il ferait la même chose ! Je ne mourais pas...Je te le promets. Et...tu en vaux la peine Mikah! Arrête de te rabaisser comme ça!»

En même temps, c'était Paytah qui s'était amusé à le rabaisser il y a quelques heures à peine ! Enfin, lui comme bien d'autres d'ailleurs. A force, on finissait par y croire. Même sa propre confrérie ne voulait plus de Mikah. C'était un cercle vicieux car la déprime de Mikah l'empêchait de danser, ce qui lui valut son renvoi, ce qui aggravait sa dépression, ce qui l'empêchait toujours de danser. Soudain, Paytah sortit un révolver de sa veste, Mikah se raidit, non pas par crainte, mais pas étonnement.

«Ty m'a dit à sa mort de prendre son arme et de toujours marcher avec, au cas où on m'attaque. Ty avait un arme sous son oreiller, parce qu'il avait peur qu'on ne le tue. Fin bref. Je sais tirer...je me suis entraîné en jouant aux arcades. Je sais faire du Karaté aussi. Si ça tourne mal, je ferais du Karaté, si ça tourne toujours mal, j'utiliserais ce pistolet.

Mikah soupira à nouveau en posant une main sur sa tête :

- Oh, bon sang...

Il avait horreur de la violence, horreur des armes. Et voilà que Paytah voulait se la jouer héros du jour, tuer des gens à cause de ses bêtises de drogue, il ne manquait plus que ça ! Que faire à présent ? Ca allait vraiment dégénérer s'il y allait de la sorte !

« J'AI TROUVE ! ».

Mikah eut un petit soubresaut qui réveilla sa douleur aux côtes et regarda Paytah avec des yeux ronds. Qu'avait-il encore dans la tête cette fois ?

« Je retourne à la maison, je me change et je m’habille en gangster...ça doit pas être compliqué. Je n'aurais qu'à mettre ma capuche et prendre un air de voyou. Ensuite, je vais voir ton gang et je me fais passer pour un gangster. Je leur parle de toi et leur demande de t'épargner en échange de...fric. Je suis riche. J'ai pas peur de payer une somme en ta faveur. T'inquiète, ça va bien se passer. Je peux toujours ruser...on dit rusé comme un Sioux...c'est pas pour rien... et puis...j'ai un atout, une arme secrète irrésistible: mon sourire ! Y a des filles dans ton gang ? Si y a des filles, ce sera encore mieux. Je les prendrais par les sentiments, je les manipulerais et je parviendrais à mes fins : te sauver. Alors, marché conclu ? »

Mikah était de plus en plus inquiet. Quand l'amérindien lui posa la question des filles, il le regardait en hocha timidement et négativement la tête en répondant maladroitement :

- N-non, enfin je ne sais pas...Enfin je n'ai que vu des mecs à chaque fois, ils font les intermédiaires et puis...

Puis il prit un air un peu plus boudeur :

- Puis ce n'est pas mon gang d'abord !

Il ne supportait pas l'idée d'être comparé à un gangster ! Non vraiment, il aurait dû se jeter d'un pont le jour où il a eut cette idée de dealer.

« On doit s'aider entre...jeunes...au passé de pauvres. La pauvreté, je sais ce que c'est...et...je veux t'aider. Je sais que c'est pas...facile de vivre pauvre. J'ai passé 16 ans dans cette situation. C'est seulement aujourd’hui grâce à Ty et un peu de débrouillardise que je suis riche. Regarde...J'ai fais 3 albums et j'ai eu beaucoup d'argent. Je vends des glaces...Je fais des p'tit boulots par ci, par là et voilà...Et puis j'ai toujours la fortune de Ty.
Les jeunes qui dealent...c'est parce qu'ils ont une vie difficile : pauvreté, famille pourrie, ect...Je saurais leur parler parce que je me dis qu'ils font ça parce qu'ils n'ont pas le choix et qu'ils sont pauvres. Alors bon...voilà quoi. Tu es partant ? Je ferais hyper attention. Je ne suis pas aussi imprudent que Ty. Et j'ai un plan ! C'est pas comme si j'en avais pas. T'inquiète ! Je serais prudent ! Laisse moi t'aider. »


Mikah aurait aimé se rebiffer en annonçant qu'il n'avait jamais été pauvre. Quand ses parents étaient vivant, il vivait dans le luxe. Tout avait changé à leur mort et la seule façon de bien faire vivre sa grand mère qui avait eut la gentillesse de l'héberger lui et sa soeur, c'était de se mettre dans le crime. Quelle honte ! Si sa famille l'apprenait...Il ne sortirait plus qu'avec un sac de pomme de terre sur la tête. Ses parents devaient se retourner dans leur tombe chaque jour en le voyant commettre ses idioties. Mikah baissa les yeux devant Paytah et tourna son visage vers la fenêtre de la chambre. Il songeait. Il songeait longuement. Et si le plan de Paytah fonctionnait sans avoir besoin d'user de la violence ? Mais si ça ne marchait pas...? Mikah se tourna à nouveau vers Paytah et déglutit.

- Je viendrais avec toi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Sam 18 Oct - 22:53

Payath ∞ Mikah
 Tu dois me laisser t'aider!
Mikah n'avait pas l'air d'être convaincu. Pay soupira : il avait tout essayé.
Le blond ne comprenait pas pourquoi le jeune brun lui proposait son aide. Pay soupira et lui dit : « Je ne peux pas te laisser comme ça! ».
Il ne pouvait pas ! Il allait l'aider coûte que coûte !
La conversation se poursuivit et Pay avoua à Mikah que Ty était mort par sa faute. Mais le blondinet lui assura que rien n'avait pu obligé Ty a le sauver, et qu'il n'avait pas regretté son acte. Pay y réfléchit un instant : c'est vrai que Ty-Ty n'avait rien regretté du tout. Il était même mort en souriant ! Il avait donné des dernières recommandations à Pay, lui disant d'être sage et de ne pas faire de bêtises, de faire attention à son secret. En parlant de secret, le Sioux se rappela du dernier secret de son cousin. C'était plutôt marrant en fait...Ty était strip-teaseur. Quoi de drôle là dedans ?
Paytah Yellow avait l'habitude de voir son cousin partir déguisé la nuit et il ne comprenait rien du tout le pauvre. Mais alors que Ty donnait ses recommandations, il avait demandé à Pay d'ouvrir la mallette de son secret pour prendre dans le double fond sa fortune.
Lorsque Pay était entré dans la chambre numéro 5 des Sigma Mu, il avait d'abord prit les lettres cachés dans entre le mur et chaque poster de la Saga Twillight, puis avait ouvert la mallette. Et la surprise : des tonnes de costumes, certains les plus loufoques ou sexy les uns que les autres. C'est alors que le petit couz de Ty avait comprit que Ty était tombé dans le monde de Miami By Night, de plus en plus pire et qu'il était streap-tiseur. Le petit Sioux avait trouvé que les meilleurs costumes étaient ceux de pompier et de cow-boy, mais que les autres craignaient vraiment. Il avait ensuite soulevé le double fond et trouvé des tonnes et des tonnes de billets.
Un sourire s'était affiché sur son visage et ses yeux brillèrent d'une lueur de cupidité.

Alors que le Sioux essayait par tout les moyens de convaincre Mikah ce dernier ne faisait que refuser. Il avait peur que quelque chose arrive au jeune cousin de Ty. Ce dernier demanda par curiosité si Mikah touchait la drogue. Mimi lui répondit que non, il en dealait juste et que c'était déjà beaucoup ! L'ex de Ty était têtu comme jamais et refusait toujours que Pay l'aide. Ce dernier lui dit alors que Ty aurait fait la même chose, à savoir demander à le sortir de ce pétrin.
Le jeune trafiquant de drogue dit qu'il devait payer les conséquences de ses actes.
Pay, pensif lâcha : « C'est sûr maiiiis... ».
« Pourquoi tu le ferais à ma place ? Ce serait...injuste qu'il t'arrive malheur à cause de mon inconscience. Et que dirais ta confrérie si...elle l'apprenait ? ».
Le Sioux jeta un regard à Mikah. Sa confrérie...elle le virerait sûrement.
« Peu importe ce que dira ma confrérie. Je t'aiderais ! Parole de Sioux ! ».
« Tu risque beaucoup trop pour quelqu'un qui n'en vaut pas la peine..., repris Mikah, Si tu meurs...Je m'en voudrais jusqu'au fin fond des Enfers. Tu es le cousin de Ty et je ne l'oublie pas. Tu crois que lui serait d'accord que tu sois aussi imprudent ? »
Paytah Yellow soupira. Ty l'aurait certainement une nouvelle fois crié dessus en lui disant : " PAS QUESTION ! JE T'INTERDIS D'Y ALLER ! C'EST TROP DANGEREUX POUR TOI !" .

C'était ce qu'il lui avait dit le jour où il était allé quand même à Miami la nuit et que Ty avait trouvé la mort.
Ty ne serait pas d'accord. Il s'y opposerait totalement !
Et ce serait une nouvelle fois une occasion de dispute...et/ou de combat.
Mais après tout le monde ce serait calmé et les deux cousins se seraient réconciliés et seraient allés au McDonnald et ensuite au Bowling, ou bien seraient allés regarder un macth de Basket, de baseball ou de foot...a moins de se mettre devant Twillight, Eclipse, New Moon et Breaking Dawn.
Pay réalisa que Ty-Ty lui manquait trop trop trop. Et que si Dawn n'avait pas tiré sur Ty, ils se seraient vachement amusés, puisqu'ils s'étaient réconciliés .

Le sosie de Booboo Stewart leva la tête, le regard décidé : « Je le ferais pour Ty, car je sais que si il était vivant, il ferait la même chose ! Je ne mourais pas...Je te le promets. Et...tu en vaux la peine Mikah! Arrête de te rabaisser comme ça!»
Le Sioux tourna sa tête à droite, à gauche et sortit une arme de sa veste : «Ty m'a dit à sa mort de prendre son arme et de toujours marcher avec, au cas où on m'attaque. Ty avait un arme sous son oreiller, parce qu'il avait peur qu'on ne le tue. Fin bref. Je sais tirer...je me suis entraîné en jouant aux arcades. Je sais faire du Karaté aussi. Si ça tourne mal, je ferais du Karaté, si ça tourne toujours mal, j'utiliserais ce pistolet. ».
Le beau gosse de tous les Yellow rangea le flingue et se redressa bien droit comme un militaire. Il réfléchit à un plan un instant, puis s'écria en claquant des doigts, un sourire illuminant son visage : « J'AI TROUVE ! ».
Pay se précipita au chevet de Mikah et lui exposa son plan : « Je retourne à la maison, je me change et je m’habille en gangster...ça doit pas être compliqué. Je n'aurais qu'à mettre ma capuche et prendre un air de voyou. Ensuite, je vais voir ton gang et je me fais passer pour un gangster. Je leur parle de toi et leur demande de t'épargner en échange de...fric. Je suis riche. J'ai pas peur de payer une somme en ta faveur. T'inquiète, ça va bien se passer. Je peux toujours ruser...on dit rusé comme un Sioux...c'est pas pour rien... et puis...j'ai un atout, une arme secrète irrésistible: mon sourire ! »
Et Pay fit un sourire hyper craquant.
« Y a des filles dans ton gang ? Si y a des filles, ce sera encore mieux. Je les prendrais par les sentiments, je les manipulerais et je parviendrais à mes fins : te sauver. Alors, marché conclu ? »
Pay cracha dans sa main et la tendit à Mikah.
« On doit s'aider entre...jeunes...au passé de pauvres. La pauvreté, je sais ce que c'est...et...je veux t'aider. Je sais que c'est pas...facile de vivre pauvre. J'ai passé 16 ans dans cette situation. C'est seulement aujourd’hui  grâce à Ty et un peu de débrouillardise que je suis riche. Regarde...J'ai fais 3 albums et j'ai eu beaucoup d'argent. Je vends des glaces...Je fais des p'tit boulots par ci, par là et voilà...Et puis j'ai toujours la fortune de Ty.
Les jeunes qui dealent...c'est parce qu'ils ont une vie difficile : pauvreté, famille pourrie, ect...Je saurais leur parler parce que je me dis qu'ils font ça parce qu'ils n'ont pas le choix et qu'ils sont pauvres. Alors bon...voilà quoi. Tu es partant ? Je ferais hyper attention. Je ne suis pas aussi imprudent que Ty. Et j'ai un plan ! C'est pas comme si j'en avais pas. T'inquiète ! Je serais prudent ! Laisse moi t'aider. 
»

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mar 14 Oct - 20:53

Mikah observait Paytah de ses prunelles qui démontraient autant de sincérité que de compassion mêlée à son pur désespoir. Sa poitrine se levait et s'étouffait au fils de sa respiration qui était revenue à la normale grâce à son rétablissement à l'hôpital. La vision de sa tentative de suicide lui faisait froid dans le dos. Pourtant, il ne cessait d'être déçu de l'avoir échoué. Curieusement pourtant, la présence de celui qui le haïssait de tout son être lui offrait un certain réconfort. Il ne su expliquer pourquoi. Mikah voyait du bien en chacun. En Paytah aussi malgré tout. Alors si l'amérindien le détestait, c'était qu'il avait raison de le faire, point barre. D'où le revirement soudain de Mikah pour sa propre vie.

« Je suis passé par là...avec la mort de Ty, le départ de Joy Crawford et ma famille qui ne voulait pas me voir à un certain moment. Je suis tombé dans une sorte de crise d'adolescence pendant tout l'été . Je m'en suis sorti...alors pourquoi pas toi ? Et pourtant, j'ai fais des conneries. J'ai failli perdre la vie en faisant un faux braquage pour jouer aux grands. Alors tu vois...Je suis à tes côtés aujourd'hui... Ce n'est pas pour rien ! N'aie pas des pensées si sombres. La vie est cool. Y a des hauts et des bas mais elle est cool ! Ça s'arrangera je te dis ! Ça s'arrangera ! Fais moi confiance ! ».

Mais comment le croire ? Mikah aussi était un optimiste d'origine. Jamais autrefois il n'aurait songé à se donner volontairement la mort pour échapper à la vie qu'il aimait tant malgré ses hauts et ses bas. Mais même lui avait des limites. Il n'avait pas pu encaisser les récents évènements. Il avait angoissé et n'avait trouvé que la mort pour seule échappatoire. Il expliqua à l'amérindien son angoisse, sa terreur. Il était au bout du rouleau, tous ses espoirs et sa force avaient été usé, il n'avait plus rien en réserve pour se forger un nouveau bouclier de vitalité et de joie.

« Mais les choses sont entrain de changer Mikah... ».

Mikah observait longuement le jeune homme avant de lui répondre d'un air sérieux :

- Je me le demande...

« J'ai pas peur d'eux ! J'irais. Et tu ne m'y empêchera pas. Qui m'y empêchera de toute façon ? »

Le regard de défit de Paytah se heurtait à un regard inquiet de la part du jeune homosexuel. Pourquoi ce garçon risquerait-il sa vie pour sauver celle d'un gars qu'il détestait après tout ? Mikah ne comprenais pas cette soudaine rédemption de l'amérindien. Pourtant, ça lui soulageait le coeur, un tel revirement. Il ne voyait nul lâcheté en Paytah mais pas de courage non plus, rien qu'une imprudence inutile.

« N'importe quoi ! Tu va pas mourir. Je vais tout stopper pour toi et tu verras t'auras aucun problème : ni avec ton gang, ni avec la police !! Je ne mourrais pas. Je sais courir vite. Très vite. Je suis le meilleur en course à Cheyenne River.»

Mikah soupira longuement. Quel étrange jeune homme il avait devant lui. Aussi étrange de Ty...Au bout d'un moment de silence, il fixa Paytah droit dans les yeux et lui demanda :

- Mais pourquoi tu le ferais...?

Pourquoi l'aider lui ? Pourquoi ne pas le laisser se débrouiller comme il le lui avait si bien cracher à la figure lorsqu'il était à la villa ? Etait-ce pour avoir la conscience tranquille envers ce Dieu qu'il admirait et dont il avait apparemment bafoué les principes ?

« Je parle beaucoup juste quand un sujet me passionne ou que je tiens à faire quelque chose à tout prix. Sinon je suis tout le temps silencieux, discret et timide. J'essaie de ne plus être timide...Enfin je ne le suis presque plus. ».

Mikah eut un petit sourire, sincère cette fois-ci avant de poursuivre la conversation qui posait sur Ty désormais. Sanglotant, le cousin lui dit :

« Ty est mort par ma faute. Il est mort à cause de moi . »

Mikah se redressa un peu plus malgré sa douleur :

- Non pas du tout ! Rien n'aurait pu l'obliger à faire ce qu'il a fait. Il a prit seule la décision et je suis sûre qu'il ne l'a jamais regretté. Pas une seule fois...

En ce lap de temps, les rôles étaient inversés, Mikah offrait le réconfort à son grand ennemi jusqu'à insister sur le fait qu'il ne voulait pas que le garçon risque sa vie inutilement :

« Dis moi le nom de ton gang et ou ils habitent et je te promets que je réglerais le problème ! N'aie pas peur pour moi. Je saurais m'échapper. Et si jamais je meure...ce sera pour la bonne cause. Dieu est avec moi et il me protège. Je n'ai pas peur.

- Non, si tu meurs, là ça sera vraiment à cause de moi ! Je n'avais qu'à réfléchir avant de m'engager la dedans.

« Tu ne peux pas m'en empêcher ! Tu es cloué sur ce lit. Je t'aiderais. C'est la moindre des choses quand même ! »

Têtu comme dix mules, Mikah se recoucha sur l'oreille en répondant :

- Bien sûr que si je peux. Il suffit que je ne te dise rien à leur sujet.

Il y eut un moment de silence qui fut rapidement rompu par l'amérindien :

« Au fait...Toi qui deales de la drogue...Tu en a deja goûté? »

- Oh non, jamais ! J'étais déjà assez mal à l'aise d'en faire le trafic alors y toucher, certainement pas.

Paytah éclata de rire. Pour une fois, Mikah ne se sentit pas vexé.

« Tu sais que Ty t'aurais aidé et peut être même pire ? Alors fait moi confiance et laisse moi m'occuper de ton gang ! Tu préfère mourir ou te faire chopper par la police ? Tu n'a pas peur de te faire arrêter, de te faire ficher... ? Ou peut être que tu l'est déjà...Je ne peux pas te laisser comme ça...Tu va te faire tuer mec si tu ne fais rien. Le monde de la rue est dangereux et on ne s'en sort pas aussi facilement que ça... »

Mikah regarda un instant Paytah. Il était pensif et anxieux. Bien sûr qu'il ne voulait pas mou...Enfin ça, ça restait à voir mais il était certain de ne pas vouloir se retrouver derrière les barreaux. Il en frissonnait rien que d'y penser ! Il avait peur mais se sentait prit au piège car évidemment, l'idée que quelqu'un prenne le risque à sa place le dégoûtait. Devant son silence indécis, le PS insista :

« Tu dois me laisser t'aider ! »

Mikah regarda le jeune homme puis détourna les yeux vers la fenêtre de sa chambre d'hôpital. Il ne parvenait pas à prendre de décision. Et si Paytah se faisait tuer ? Il s'en voudrait toute sa vie. Au moins, ça lui donnerait une bonne raison de ne pas se louper cette fois-ci.

- Mais...Je dois payer les conséquences de mes actes.

Il regarda à nouveau Paytah :

- Pourquoi tu le ferais à ma place ? Ce serait...injuste qu'il t'arrive malheur à cause de mon inconscience.

Son regard devint un peu plus grave :

- Et que dirais ta confrérie si...elle l'apprenait ?

Il soupira avant d'ajouter :

- Tu risque beaucoup trop pour quelqu'un qui n'en vaut pas la peine...Si tu meurs...Je m'en voudrais jusqu'au fin fond des Enfers. Tu es le cousin de Ty et je ne l'oublie pas. Tu crois que lui serait d'accord que tu sois aussi imprudent ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Lun 13 Oct - 21:01

Payath ∞ Mikah
 Tu dois me laisser t'aider!
Mikah ne semblait pas remarquer le manège du Sioux qui jouait les hypocrites. Pourtant, le Lakota de Cheyenne River changea à son égard, la compassion l'envahissant. Il se disait que Mikah n'avait pas de chance et qu'il avait souffert.
Paytah Yellow était quelqu'un d'optimiste. C'était bien ce qui le différenciait premièrement de Ty. Il lança donc des paroles pleines d'espoir au jeune blondinet qui semblait désespéré. Mais ce dernier resta pessimiste, disant que la vie ne servait pas d'être vécue parce qu'elle était douloureuse, malheureuse, angoissante, et qu'on y connaissait le deuil et la déception. Pay fit la moue, essayant de trouver d'autres mots. Il fini par dire à Mikah : « Je suis passé par là...avec la mort de Ty, le départ de Joy Crawford et ma famille qui ne voulait pas me voir à un certain moment. Je suis tombé dans une sorte de crise d'adolescence pendant tout l'été . Je m'en suis sorti...alors pourquoi pas toi ? Et pourtant, j'ai fais des conneries. J'ai failli perdre la vie en faisant un faux braquage pour jouer aux grands. Alors tu vois...Je suis à tes côtés aujourd'hui... Ce n'est pas pour rien ! N'aie pas des pensées si sombres. La vie est cool. Y a des hauts et des bas mais elle est cool ! Ça s'arrangera je te dis ! Ça s'arrangera ! Fais moi confiance ! ».
Pay hocha la tête en souriant pour convaincre encore plus Mikah, même si il savait que celui-ci ne l'écouterait pas. D'ailleurs, Mikah confirma ses pensées : «Tu ne comprends pas ! C'est fini pour m-moi ! Tout le monde est au courant et on n'en sors pas comme d'une boîte de nuit ! J'ai perdu Ty...Quelqu'un qui me déteste ne pourras jamais comprendre ce que je ressens...Les gays sont méprisés...Mon père me méprisait...Alors pourquoi rester dans un monde où personne ne nous aime ? Ou...Ne serait-ce nous tolérer un minimum...? ».
Pay baissa la tête. Il repensa à sa relation si tendue et haineuse avec Ty. Puis un souvenir resurgit. Un souvenir qu'il aurait tant voulu oublier. Il ferma ses yeux puis serra ses paupières un moment. Il resta silencieux.
Que dire à Mikah ? C'était vrai que les gays étaient méprisés. Mais quand même, les choses ne changeaient-ils pas ?
Le jeune brun ouvrit les yeux et murmura : « Mais les choses sont entrain de changer Mikah... ».

Ensuite, après un nouveau long silence pesant, Pay tendit la main à Mikah et lui demanda de faire la paix. Mikah ne comprit pas sa demande, car pour lui, aucune guerre n'avait commencé. Pay écarquilla ses yeux, puis baissa les yeux, un peu honteux de son comportement.
Les mots de l'adolescent suicidaire « Je ne te haïs pas. » fit sursauter Pay. Il était étonné par de telles paroles. Mikah était un pacifique.
Pay fit un timide sourire et murmura : « Merci. ».
Puis, le brun tenta de raisonner le blond, qui trouva que Ty ne serais pas fier de ce qu'il avait fait et qui lui demanda de ne pas s'approcher du gang. Mikah flippait pour rien ! Pay savait qu'il réussirait à gérer, il n'avait pas peur.
« J'ai pas peur d'eux ! J'irais. Et tu ne m'y empêchera pas. Qui m'y empêchera de toute façon ? », lança Paytah Yellow d'un ton assuré et en jetant un regard de défi à Mikah. Il le prenait pour un lâche c'est ça ? Il allait lui montrer de quoi il était capable. Les pleurs de Mikah ne servait à rien : il irait voir ce gang !
« Qu'on connaisse ou pas ce coin là...On est jamais à l'abri. Jamais ! Tout est fichu...J'aurais dû me casser une jambe le jour où j'ai pris cette décision idiote...Je pensais pouvoir gérer...Mais finalement, je vais finir comme mon père...Quelle ironie...Il doit me haïr encore plus dorénavant... »
Pay secoua la tête : « N'importe quoi ! Tu va pas mourir. Je vais tout stopper pour toi et tu verras t'auras aucun problème : ni avec ton gang, ni avec la police !!  Je ne mourrais pas. »
Il lança fanfaron : «  Je sais courir vite. Très vite. Je suis le meilleur en course à Cheyenne River.».
Mikah se tourna vers le brun qui fanfaronnait et lui lança qu'il parlait beaucoup quand il voulait et qu'il n'était pas le cousin de Ty pour rien.
Le sosie de Booboo Stewart haussa les épaules et déclara : « Je parle beaucoup juste quand un sujet me passionne ou que je tiens à faire quelque chose à tout prix. Sinon je suis tout le temps silencieux, discret et timide. J'essaie de ne plus être timide...Enfin je ne le suis presque plus. ».
Le jeune garçon fit un geste de la main et fit la moue, avant de reprendre la conversation.
Mikah le rassura en disant que Ty était son seul flash. Pay poussa un soupir de soulagement puis se remit à parler.
Il parlait tellement, que sa langue s'échappa et qu'il révéla un secret entre lui et Ty. Comme il en avait trop dit et qu'il n'avait jamais raconté cette histoire à personne, il se confia à Mikah. Ce dernier s'était inquiété à son sujet lorsqu'il l'avait vu pleurer. Il l'écouta avec attention.
Le Lakota se mit à pleurer et ne put s'arrêter. Il raconta tout de A à Z. A la fin de son récit, il continuait de pleurer doucement, penché au dessus de son jean qui était mouillé de larmes. Mikah ne pu pas faire grand chose, sauf de dire qu'il n'était pas au courrant de cette histoire.
Pay se mit à fixer le sol et renifla en repensant à son cousin. Il repensa au jour ou Ty avait annoncé à tout le monde au grand jour qu'il était Bi. Il repensa au moment ou Sam Yellow s'était quasi battu avec Ty et que Ty était parti puis était revenu en fin de journée avec une énorme blessure au pied, parce qu'un certain Silver lui avait donné un coup de couteau dans le pied (quelle histoire!). Il se souvenait très bien que c'était lui qui était venu l'aider et que sa mère Donoma avait soigné Ty avec des plantes et des cataplasmes.
Il se souvenait du regard qu'il avait adressé à Ty. Un regard de tristesse, de compassion et mêlée à une sorte de haine. Mais au fil des jours et des mois, la haine s'était accrue. Tellement, qu'à Wynwood, les deux cousins s'évitaient....jusqu'à l'acte héroïque de Ty.
« Ty est mort par ma faute. Il est mort à cause de moi . », confia doucement Pay en sentant toujours les larmes couler sur ses joues.

Pay sentit soudainement une main sur une de ses épaules. Il se retourna et vit Mikah qui s'était rapproché et qui lui disait : « Je ne t'en veux pas...Je... Je suis navré pour tout ça...Navré... ». Le blondinet retira sa main. Pay resta très silencieux un long moment. Puis, il proposa de nouveau son aide, mais Mikah refusa : « Non je te l'ai dis ! Je ne veux plus que les gens meurt ! Je ne veux plus...perdre qui que ce soit... ».
Paytah secoua la tête, têtu comme une mule : « Non...Non... ». Il se leva d'un bond et s'écria : « Dis moi le nom de ton gang et ou ils habitent et je te promets que je réglerais le problème ! N'aie pas peur pour moi. Je saurais m'échapper. Et si jamais je meure...ce sera pour la bonne cause. Dieu est avec moi et il me protège. Je n'ai pas peur. »
Pay effleura son médaillon puis hocha la tête. « Tu ne peux pas m'en empêcher ! Tu es cloué sur ce lit. Je t'aiderais. C'est la moindre des choses quand même ! ».
Le beau gosse Sioux tourna sa tête et regarda un instant par la fenêtre, pensif. Puis, il se tourna vers Mikah et lui lança :« Au fait...Toi qui deales de la drogue...Tu en a deja goûté? ».
Pay imagina un instant Mikah fumer un beau gros joint.
Il éclata de rire puis retrouva son sérieux. Il dit de sa voix douce: « Tu sais que Ty t'aurais aidé et peut être même pire ? Alors fait moi confiance et laisse moi m'occuper de ton gang ! Tu préfère mourir ou te faire chopper par la police ? Tu n'a pas peur de te faire arrêter, de te faire ficher... ? Ou peut être que tu l'est déjà...Je ne peux pas te laisser comme ça...Tu va te faire tuer mec si tu ne fais rien. Le monde de la rue est dangereux et on ne s'en sort pas aussi facilement que ça... »
Pay secoua de nouveau la tête négativement puis il plongea son regard brun dans celui de Mikah.
« Tu dois me laisser t'aider ! »
Il lui fit une petite moue avant de faire un tout petit sourire sans montrer ses belles dents blanches.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 12 Oct - 22:41

«Je suis désolé pour toi. »

Mikah fixa le plafond un moment. Il semblait ailleurs et il se pourrait bien qu'il soit ailleurs. Il n'avait pas l'air d'avoir entendu le jeune sioux. Pour le moment, il se demandait intérieurement pourquoi il avait survécu. Mais quand l'amérindien se remit à parler, le ton employé piqua la curiosité de l'adolescent qui n'avait jamais entendu le moindre son de compassion envers lui de sa part :

« La Faucheuse ne te renie pas...Je...Je pense que ce n'est pas ton heure pour mourir. Tu as toute la vie devant toi...pourquoi vouloir mourir ? »

Il cligna les yeux puis pivota doucement sa tête vers le visage du PS. Il l'observa longuement avant de répondre :

- Pourquoi vivre ?

Il regarda à nouveau le plafond.

- Si ce n'est pas mon heure, c'est parce que je suis destiné à une vie aussi douloureuse ? A connaître le deuil, la tristesse, l'angoisse et la déception...? A quoi bon, ce n'est pas pour moi tout ça...Plus maintenant.

« Je suis sûr que tout s'arrangera pour toi ! Je suis sûr que tu...te fera des amis, que tu sortira de ton trafic même si ça...ça n'a pas l'air facile de s'en sortir...Mais je suis sûr que tu y arriveras ! Je suis sûr que tu te trouveras un mec comme Ty. Aussi bien que lui. »

Mikah secoua doucement et négativement la tête avant de regarder Paytah, les lèvres serrées, le cou crispé qui faisait ressortir sa jugulaire :

- Tu ne comprends pas ! C'est fini pour m-moi ! Tout le monde est au courant et on n'en sors pas comme d'une boîte de nuit ! J'ai perdu Ty...Quelqu'un qui me déteste ne pourras jamais comprendre ce que je ressens...Les gays sont méprisés...Mon père me méprisait...Alors pourquoi rester dans un monde où personne ne nous aime ? Ou...Ne serait-ce nous tolérer un minimum...?

Mikah tourna un regard larmoyant à Paytah avant de regarder à nouveau le plafond blanc de la chambre. Un silence s'imposa. Au bout d'un moment, l'amérindien se leva et tendit une main à l'australien qui ne le regardait pas.

«Je déteste les gays. Je suis pas ton pote, Ok ?! Mais je veux quand même qu'on fasse la paix . On fait la paix ? ».

- La paix ?

Mikah tourna à nouveau son regard sur le jeune homme :

- Pourquoi vouloir faire la paix si nul guerre n'a commencé ?

Il soupira avant d'ajouter rapidement :

- Je ne te haïs pas.

« Je ne veux pas que tu te mettes dans des situations pareilles ! Je vais t 'aider à t'en sortir ! Ty ne voudrait PAS te voir dans cet état ! Je t'aiderais pour ton trafic....A t'en sortir je veux dire! Et puis...pour Ty...Je t'emmènerais sur sa tombe et tu feras ton deuil. Ty ne veux pas qu'on pleure pour lui. Il te dirais certainement de lui faire un sourire, alors sèche tes larmes et agis comme un mec, un vrai !...enfin je veux dire...fais ce que tu peux. Je ne veux pas te voir pleurer comme une fillette. La vie est belle, OK ?
Alors souris, lève toi, on se casse d'ici. »

- Je sais...Ty doit m'en vouloir à mort de ce que j'ai fais. C'est plus fort que moi.

«...enfin si tu es toujours mal en point, on sera obligés de rester ici. Mais demain, on va sur la tombe de Ty et je règle cette histoire de trafic...Oh je sais ! Je vais y aller moi et je vais leur parler à ces abrutis ! T'inquiète vieux, je sais comment causer aux ados à problèmes...j'ai un frère insupportable du nom d'Ehwakan et un père qui me frappe quand il ne maîtrise pas sa colère. Je sais pourquoi les trafics se font. T'a pas lu Un été Lakota ? Lis le, c'est très bien comme livre. He bien dedans on explique les gangs plus ou moins. Ty était dans un gang. Dans ma réserve y a un gang. Un groupe de jeunes délinquants font leur loi là bas. Ecoute...Je sais que je suis jeune ...plus jeune que toi. J'ai 16 ballets, ok ? Mais fais moi confiance...J'obtiens toujours ce que je veux...Je n'aurais qu'a faire mon sourire craquant, un peu de tact et je te règle l'histoire. Mais faut que tu me promette de ne plus recommencer ! Ne retourne pas dans ce cercle vicieux ! Tu sais que y a beaucoup de jeunes qui se font tuer dans des gangs pareils ?

Mikah tourna la tête vers le sioux :

- Non, ne t'approche pas de ce gang !

Il grimaça de douleur, l'agitation avait réveillé une douleur au niveau des côtes, mais il poursuivit néanmoins en serrant les dents :

- Pas question que quelqu'un d'autre ne meurt ! Reste à l'écart ! Je ne veux pas que tu m...

La douleur trop forte l'empêcha de poursuivre et il dû se radoucir, prenant le temps de respirer, chose lui faisait mal dans le thorax, avant de reprendre d'un ton plus calme :

- Qu'on connaisse ou pas ce coin là...On est jamais à l'abri. Jamais ! Tout est fichu...J'aurais dû me casser une jambe le jour où j'ai pris cette décision idiote...Je pensais pouvoir gérer...Mais finalement, je vais finir comme mon père...Quelle ironie...Il doit me haïr encore plus dorénavant...

Mikah se tut un instant, puis regarda Paytah :

- Tu parles beaucoup quand tu veux...On dirait Ty. Vous n'êtes pas cousin pour rien...

« Jure le moi ! Ah...et autre chose ...Je tiens à te signaler que je ne suis pas ton copain. Je suis hétéro Ok ? Donc t'a intérêt à ne pas avoir flashé sur moi ! T'a flashé sur moi ? Dis le moi, t'a intérêt, sois franc parce que si j’apprends que tu me kiffe alors que tu m'as menti avant, ça ne va pas le faire ! Si t'as flashé sur moi, tu oublie direct. Je suis pas gay, Ok ? Je te le répète, j'suis pas gay ! J'ai eu un cousin gay, mais je ne suis pas gay. T'a pigé ? Je sais que je suis mignon mais quand même, s'il te plaît, ne me fais pas comme Ty ! »

Mikah ne put s'empêcher d'afficher un petit sourire nerveux avant de répondre :

- Oh oui...Tu es mignon, même si j'ai connu plus mignon que toi. Il paraît que les gays sont poursuivit par les rumeurs lançant qu'ils flashaient sur tous les mecs qu'ils rencontrent...Tu es tellement sur tes gardes. Mais je te rassure...

Il reprit un peu son souffle avant de reprendre :

- Ce n'est pas mon cas...En 16 ans d’existence, Ty a été mon premier flash.

Mikah inspira profondément en repensant à Ty. Le premier et le dernier peut-être. Devant le silence soudain de Paytah, le jeune homme tourna un regard interrogateur vers lui. Il remarqua une larme rouler sur sa joue et fronça légèrement les sourcils.

- Paytah...?

« Ty...c'était mon cousin...je l'adorais au début. On était comme des frères. On était inséparables. Il m'a appris le Karaté...à conduire une voiture...à réparer une moto...Il m'a appris à faire de la moto...à...me défendre surtout contre mon père...On se tapait des délires. On était...tellement heureux tous les deux. On s'amusait bien. Il était mon modèle. J'ai fais une fois sa crète, comme lui. C'était le frère que je n'avais jamais eu. Le genre de frère que j'aurais voulu échanger contre Ehwakahn, mon insupportable de grand frère à la frange de Justin Bieber.
Mais un jour... »


Mikah buvait les paroles de l'amérindien, ne pouvant s'empêcher de sentir son coeur lourd quand il le vit pleurer. Il conserva cependant le silence car Paytah poursuivit. Il expliqua alors une chose terrible qui était arrivé entre lui et Ty. Mikah n'en croyait pas ses oreilles. Il en restait bouche bée. Il n'aurait jamais songé Ty capable d'une chose pareille.

« Tu sais maintenant pourquoi je déteste les gays et pourquoi je détestais Ty. Et je ne suis pas gay ...ni Bi. Quelle horreur ! Oh...for the life of me... »

- Je...Je suis désolé, je n'étais pas au courant de cette histoire...

« Ce n'est qu'après, lors de la sortie de son livre, que j'ai appris qu'il était Bi. Ça a été encore plus pire. J'ai lu dans son bouquin aussi votre histoire.
Ty était Bi à cause de son père. Heureusement que je n'ai pas tourné comme lui ! Tu sais pourquoi je détestais Ty. Tu sais maintenant la vérité. Ne m'en veux pas pour ça. ».


Mikah déglutit, restant silencieux un long moment. Quelques secondes après, il usa de force et de douleur en essayant de se redresser dans son lit d'hôpital. Il grimaça de douleur, une veine palpitait sur sa tempe, ses côtes lui faisait souffrir le martyr, sa respiration douloureuse lui donnait juste envie de se mettre en apnée jusqu'à la mort, ses membres engourdit eurent du mal à bouger selon ses envies, sa tête qui avait jadis saignée lui brûlait, il sentait son coeur battre dans sa blessure à l'arrière du crâne, mais il se redressa pour s'asseoir contre son oreiller et posa une main sur l'épaule du jeune homme :

- Je ne t'en veux pas...Je...

Il baissa un temps le regard avant d'ajouter :

- Je suis navré pour tout ça...Navré...

Il retira sa main et se laissa retomber sur l'oreiller tandis que Paytah lui demanda :

« Bon alors...tu veux que je t'aide à te sortir de ton gang et...de ta tristesse? ».

- Non je te l'ai dis ! Je ne veux plus que les gens meurt ! Je ne veux plus...perdre qui que ce soit...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Dim 12 Oct - 21:26

Payath ∞ Mikah
 Ty était un salaud
Paytah s'assit sur une chaise et posa son regard sur Mikah. Ce dernier ne bougeait pas. Il avait les yeux fermés, il était toujours inconscient.
Pay fixait Mikah, se demandant si il était mort. Mais soudain, le blondinet ouvrit les yeux. Le Sioux fit un petit sourire léger, heureux que Mikah ne soit pas mort.
Lentement, l'ex de Ty tourna son regard vers le jeune Pi Sigma. Ce dernier le regardait de son regard innocent et brun.
« Qu'est-ce qui t'a pris mec ? », réussit-il à dire.
Mikah ferma ses yeux. Le cousin de Ty essaya d'imaginer ce qu'aurait fait Ty si il avait été là. Deux gays aux urgences...Ouh l'horreur ! Pay fit une grimace de dégoût, et son regard devînt haineux. Des éclats rouges et jaunes éclairèrent ses prunelles. Mikah ouvrit ses yeux. Pay fit un sourire amical. Son grand regard brun inspirait la sympathie.
Il devenait un bon Pi Sigma. Il était hypocrite.
La voix faible et tremblante de Mikah raisonna dans la salle : « Je ne suis même pas capable...de mourir...Ou bien...Même la Faucheuse...me renie... ».
Bien fait !
«Je suis désolé pour toi. »
Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent.
Pay se souvenait d'un verset de la Bible. Une parole de Jésus.
Pay attrapa son médaillon qui représentait Jésus sur la Croix et la serra fort dans ses doigts.
Lui, si pratiquant n'observait même pas la Bible en se comportant de la sorte avec Mikah. Que faire ?
Sa conscience le rappelait à l'ordre. Devait-il détester Mikah ? Obéir à Jésus ?
Le pauvre Sioux détourna le regard de Mikah. Il détestait Bambi Rivest aussi...ça revenait au même. Il détestait aussi chaque gays, chaque Khi Omicron et chaque Nu Zeta. C'était le système. On ne pouvait pas changer le système.
Que faire ? Que faire ?
Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 

Le jeune-homme poussa un énorme soupir et desserra ses doigts du médaillon.
Mikah avait l'air si désespéré ! Le pauvre ! Il avait vécut des choses horribles ! Déjà il était gay...ça devait pas être facile pour lui tous les jours ! Il avait perdu Ty... Et puis la Voice avait découvert son secret et tout le monde de Wynwood était au courant maintenant ! Il se fera tuer par son gang. Pay lui avait en plus mal accueillit, viré dans sa maison, l'avait injurié, méprisé...
Il en avait tellement souffert, le pauvre Mikah, qu'il avait tenté de se tuer mais...ça n'avait pas marché.
« La Faucheuse ne te renie pas...Je...Je pense que ce n'est pas ton heure pour mourir. Tu as toute la vie devant toi...pourquoi vouloir mourir ? », lança Pay avec douceur, avant de dire en bon Optimiste, avec entrain, joyeusement, mais quelque fois avec la voix sanglotante : « Je suis sûr que tout s'arrangera pour toi ! Je suis sûr que tu...te fera des amis, que tu sortira de ton trafic même si ça...ça n'a pas l'air facile de s'en sortir...Mais je suis sûr que tu y arriveras ! Je suis sûr que tu te trouveras un mec comme Ty. Aussi bien que lui. »
Pay hocha la tête. Il fit un sourire.
Il en était certain : Mikah allait s'en sortir.
Il détestait les gays, c'était clair. Il n'avait pas changé sur ce point. Mais Mikah avait été le plus proche de Ty à Wynwood après Alma et il avait besoin de son soutien. Ty serait fier de voir que Pay consolerait Mikah. Alors le Sioux de Cheyenne River avait décidé de faire une exception pour Mikah.
Il se redressa de son siege, puis tendis la main à Mikah : «Je déteste les gays. Je suis pas ton pote, Ok ?! Mais je veux quand même qu'on fasse la paix . On fait la paix ? ».
Il plongea son regard brun dans celui de Mikah.
« Je ne veux pas que tu te mettes dans des situations pareilles ! Je vais t 'aider à t'en sortir ! Ty ne voudrait PAS te voir dans cet état ! Je t'aiderais pour ton trafic....A t'en sortir je veux dire! Et puis...pour Ty...Je t'emmènerais sur sa tombe et tu feras ton deuil. Ty ne veux pas qu'on pleure pour lui. Il te dirais certainement de lui faire un sourire, alors sèche tes larmes et agis comme un mec, un vrai !...enfin je veux dire...fais ce que tu peux. Je ne veux pas te voir pleurer comme une fillette. La vie est belle, OK ?
Alors souris, lève toi, on se casse d'ici.
 »
Le Sioux se radossa sur sa chaise puis se tût pendant quelques minutes avant de dire : «...enfin si tu es toujours mal en point, on sera obligés de rester ici. Mais demain, on va sur la tombe de Ty et je règle cette histoire de trafic...Oh je sais ! Je vais y aller moi et je vais leur parler à ces abrutis ! T'inquiète vieux, je sais comment causer aux ados à problèmes...j'ai un frère insupportable du nom d'Ehwakan et un père qui me frappe quand il ne maîtrise pas sa colère. Je sais pourquoi les trafics se font. T'a pas lu Un été Lakota ? Lis le, c'est très bien comme livre. He bien dedans on explique les gangs plus ou moins. Ty était dans un gang. Dans ma réserve y a un gang. Un groupe de jeunes délinquants font leur loi là bas. Ecoute...Je sais que je suis jeune ...plus jeune que toi. J'ai 16 ballets, ok ? Mais fais moi confiance...J'obtiens toujours ce que je veux...Je n'aurais qu'a faire mon sourire craquant, un peu de tact et je te règle l'histoire. Mais faut que tu me promette de ne plus recommencer ! Ne retourne pas dans ce cercle vicieux ! Tu sais que y a beaucoup de jeunes qui se font tuer dans des gangs pareils ? »
Paytah parlait et ne pouvait plus s'arrêter. Il était plus sérieux que jamais et ses narines palpitaient. Il repensait à Ty. A combien de fois il avait risqué sa vie dans son fichu gang.
« Jure le moi ! Ah...et autre chose ...Je tiens à te signaler que je ne suis pas ton copain. Je suis hétéro Ok ? Donc t'a intérêt à ne pas avoir flashé sur moi ! T'a flashé sur moi ? Dis le moi, t'a intérêt, sois franc parce que si j’apprends que tu me kiffe alors que tu m'as menti avant, ça ne va pas le faire ! Si t'as flashé sur moi, tu oublie direct. Je suis pas gay, Ok ? Je te le répète, j'suis pas gay ! J'ai eu un cousin gay, mais je ne suis pas gay. T'a pigé ? Je sais que je suis mignon mais quand même, s'il te plaît, ne me fais pas comme Ty ! »
Pay se tût tout à coup. Il venait de dire quelque chose de trop.
Ty...
Pay ferma ses yeux.

« Arrête de me mentir ! Je sais que t'as changé envers moi ! »
«Oh Boy qu'est-ce que tu raconte ? »
« Tu es...différent avec moi...Tu...tu... tu me regarde comme si tu...comme si tu...
« Comme si quoi ? »
Pay regarda Ty, le regard méfiant. « Comme si tu m'aimais. Ty...tu serais...pas...gay par hasard ? »
Ty éclata de rire en montrant ses canines de loup. Il s'arrêta net et s'approcha très près de son petit cousin, qui recula, ayant vraiment très peur.
Le vent fit bouger ses longs cheveux sur son visage, mais son regard était toujours fixé sur Ty. Il avait peur. Très peur.
« Ty...si t'étais gay...si...tu...si tu avais craqué sur moi...tu...tu me le dirais n'est-ce pas ? Tu me le dirais hein ? »
« Je lis la peur dans tes yeux. »
« Tu peux reculer là ? Tu es...beaucoup trop près de moi. »
« Près comment ? »
« Tu te moques de moi ? »
Pay flippait. Il était au bord des larmes. Ty était à quelques milimètres de lui. Il s'approchait de plus en plus. Il posa sa main sur la joue du pauvre Sioux qui tremblait. Il allait l'embrasser. C'était sûr. C'était sûr à 100%.
Pay frémit. Sa lèvre inférieure tremblait et ses grands yeux innocents étaient remplis de peur. Son cœur battait par peur.
Ty battait ses cils. Comme une fille.
« NON TY ! », cria Paytah en poussant de toute ses forces son cousin et de partir en courant.
Il couru hors du pré, il couru hors de Cheyenne River et se perdit dans le Dakota du Sud.
Il se retrouva dans un grand champ de blé. Il baissa la tête. Une larme coulait sur sa joue. Ty est gay...mais...c'est impossible
Il se coucha dans le champ. Il éclata en sanglots. Ty, son cousin, son meilleur ami...était gay. Et en plus de ça, Ty avait craqué sur lui.
La guerre était déclarée.
Ty était désormais son ennemi.
Mais alors qu'il se jurait d'annoncer cette nouvelle à ses parents, une ombre se fit sur lui. Une ombre qu'il ne connaissait que trop bien. Ty.
« Ty...je t'en prie...Laisse moi...laisse moi tranquille ! »

Pay releva le regard vers Mikah. Il sentit une larme couler le long de sa joue.
Il tremblait en repensant à ce jour. Le jour décisif qui l'avait fait détester son cousin. Pay racontait à tout le monde qu'il détestait Ty à cause du livre « Les Malheurs de Ty-Ty », mais, ça remontait en réalité bien avant la sortie de ce livre. Le jeune Sioux prit la parole et avoua:
« Ty...c'était mon cousin...je l'adorais au début. On était comme des frères. On était inséparables. Il m'a appris le Karaté...à conduire une voiture...à réparer une moto...Il m'a appris à faire de la moto...à...me défendre surtout contre mon père...On se tapait des délires. On était...tellement heureux tous les deux. On s'amusait bien. Il était mon modèle. J'ai fais une fois sa crète, comme lui. C'était le frère que je n'avais jamais eu. Le genre de frère que j'aurais voulu échanger contre Ehwakahn, mon insupportable de grand frère à la frange de Justin Bieber.
Mais un jour... 
»
Pay ne pu pas finir sa phrase. Il se mit à fondre en larmes.
« Un jour...j'ai réalisé, reprit-il d'une voix sanglotante, qu'il était gay. Il avait changé envers moi. Il...Il me draguait mais je réalisais pas au début...parce que j'étais naïf et innocent. Mais quand j'ai réalisé...Je lui demandé de me dire la vérité. Il ne m'a pas répondu mais a tenté de m'embrasser. Je l'ai repoussé et je suis parti. Je suis parti loin. Mais il m'a suivi. Ty me suivait toujours...C'est pour ça qu'il m'a trouvé quand je me suis fait tabassé la nuit de sa mort. Il m'a retrouvé. J'étais dans un champ de blé. Un magnifique champ de blé. Il y avait du vent. J'avais les cheveux longs à l'époque. Je pleurais parce que...j'avais compris que mon cousin avait craqué sur moi.
Et puis, il est arrivé. Au début, je l'avais pas remarqué. Mais quand je l'ai vu, je l'ai supplié de me laisser. Mais il m'a pas écouté. Il s'est penché sur moi et...
 »
Pay éclata en sanglots. Il serra ses paupières tandis que les larmes coulaient sur ses joues telle une rivière. Il réussit à cracher : « Il m'a embrassé. Et après... il m'a dit qu'il m'aimait...et moi je lui ai dis... ''Tu peux pas m'aimer je suis ton cousin et je suis pas gay !''. Et depuis ce jour...Je déteste Ty et je déteste tous les gays sur terre. Je n'ai rien dit à personne. Pas même à mes parents. Je lui ai juré de garder le secret. Je sais pas pourquoi je te raconte tout ça...Mais c'est pour ça...c'est pour ça que je déteste autant les gays. Je ne les appréciait déjà pas trop avant...J'étais quand même un peu plus tolérant, mais là...je leur voue tous une haine. En plus je suis Catholique , alors c'est deux fois plus pire. Ty...c'était un vrai...un vrai salaud mais...c'était mon cousin. »

Le Pi Sigma avait ouvert ses yeux dès sa seconde phrase. Il renifla, puis il murmura : « Tu sais maintenant pourquoi je déteste les gays et pourquoi je détestais Ty. Et je ne suis pas gay ...ni Bi. Quelle horreur ! Oh...for the life of me... »

« Ty...je t'en prie...Laisse moi...laisse moi tranquille ! »
Pay était de nouveau terrorisé. Il ne pouvait plus bouger. Ty se pencha au dessus de lui et l'embrassa doucement sur les lèvres. Pay ne pu rien faire d'autre que d'écarquiller grand ses yeux. Quand Ty termina le baiser et recula doucement, vite vite, Pay s'empressa d'essuyer sa bouche avec la manche de sa chemise, cracha par terre et hurla : « BEURK MAIS CA VA PAS ?!!! ». Ty lui fis un sourire en coin et lui répliqua : « Ce n'est qu'un baiser ! ». Il se laissa tomber aux côtés de son petit cousin terrorisé qui lui hurla en dressant ses poings devant son visage : « NE T'APPROCHE PAS DE MOI ! ».
Ty lui fit un sourire moqueur avant de lui dire : « T'inquiète pas je ne m'approcherais pas de toi. ». Il fit une pause et reprit  avec douceur : « Excuse moi si je t'ai effrayé. ».
Ty-Ty retrouva son sérieux et avoua en regardant droit dans les yeux Paytah : « Je t'aime Pay. ». Ce dernier secouait négativement la tête, effaré, en murmurant : « Non.. .non...non... ».
« Je suis...
« GAY ! Tu es gay !, coupa Pay, ne laissant même pas songrand cousin terminer sa phrase, Quelle horreur ! TU ME DEGOUTES ! JE NE VEUX PLUS QUE TU T'APPROCHE DE MOI ! »
« Ecoute Pay...Ce n'est pas de ma faute.
« Des excuses, toujours des excuses ! Tu ne peux pas m'aimer. Je ne suis pas gay...ni Bi ...ni quoi que ce soit d'autre qu'hétéro...Et jamais je ne veux être quelqu'un comme toi ! »
Le regard des deux cousins changèrent. Ty lisait la haine de son cousin et Pay lisait la colère dans ceux de Ty.
«Pardonne moi de...t'avoir embrassé comme ça..surtout sans te prévenir. Excuse moi si je t'ai choqué...Je...je suis désolé. Pardonne moi. Ne dis rien à personne. Ne dis à personne que je t'ai embrassé. »
« T'es qu'un...Tu me dégoûtes ! »
« Jure le moi. »
« Non...Non.... »
« Jure le moi! »
« Je te le jure. »
« Jure que tu garde le secret...pour...ce que...ce que tu sais. »
« Je te le jure. »
Ty attrapa son cousin par les épaules et le serra contre lui.
« Pardonne moi... »
« Je ne sais pas si je te pardonnerais. Laisse moi partir...Je dois me brosser au moins 50 fois les dents et faire 70 bains de bouches. Je suis vraiment dégouté Ty...Je te déteste. C'est fini le duo Payty. C'est fini ! FINI ! Je te hais ! Toi et moi...c'est la guerre ! Je serais bien content que mon père sache la vérité sur toi ! Tu me dégoûte ! Je ne veux plus te revoir ! PLUS JAMAIS ! NE VIENS PLUS A CHEYENNE RIVER !Va t-en ! Retourne à Miami ! VA T-EN ! »
Ty regarda avec tristesse son petit cousin. Ce  dernier se leva d'un bond, lui jeta un regard noir et lui hurla à la figure : « JE TE DETESTE ! JE TE DETESTE ! ». Puis, il partit en courant pour de bon et retourna à Cheyenne River. Il entra dans sa maison, se brossa 24 fois les dents, se fit crier dessus par ses parents à cause des tubes de dentifrices qui étaient tous utilisés pour un seul jour, se fit 30 bains de bouches, puis, fila dans sa chambre, se jeta sur son lit et se mit à pleurer. Il n'arrivait pas à le croire. Ty était Gay.
Ty lui, retourna tout triste à Miami.

La voix de Paytah Yellow retentit de nouveau dans la salle.
« Ce n'est qu'après, lors de la sortie de son livre, que j'ai appris qu'il était Bi. Ça a été encore plus pire. J'ai lu dans son bouquin aussi votre histoire.
Ty était Bi à cause de son père. Heureusement que je n'ai pas tourné comme lui ! Tu sais pourquoi je détestais Ty. Tu sais maintenant la vérité. Ne m'en veux pas pour ça.
 ».
Pay se tût, puis soupira. Il lança ensuite : « Bon alors...tu veux que je t'aide à te sortir de ton gang  et...de ta tristesse? ».
Il tourna la tête vers Mikah et lui fit un timide sourire en coin.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Jeu 9 Oct - 21:22

C'était bien dommage. La fin de la conversation commençait à peine à tourner en la faveur du jeune australien car il avait su montrer une compassion irréprochable à celui qui ne cessait de l'insulter, de l'humilier et de le torturer mentalement depuis plusieurs minutes. Mais malgré cette gentillesse que l'adolescent apporta à son ennemi, la bataille qui avait précédé laissa de profonde blessure et tel un animal mourant voulu s'isoler pour en finir, Mikah avait décidé de prendre rapidement congé, sous l'étonnement de l'amérindien.

« Quoi, tu pars ? »

Il hocha positivement la tête pour lui répondre avant de s'éclipser aussitôt sans demander son reste.

***
Un vacarme assourdissant. Une mêlée de klaxon et de cri de pneus freinant brutalement. Un son sourd retentit, des passants choqués, des regards effarés, des voix hautes et fortes. L'une d'entre elles dominait toutes les autres :

« NOOOOON ! ».

Il y eu un groupement de personne. Des gens descendirent de leur véhicule dont le coupable qui était complètement dépassé par les évènements, s'étant à peine rendu compte de ce qui venait d'arriver. Ses iris brunes pointées vers le ciel d'azur, Mikah lui même ne se rendait plus compte rien. Bouleversé par la collision, tout son organisme avait déraillé. Il ne sentit même pas une main lui tâter le pouls mais sa tension avait dangereusement chuté.

« Mikah ! Mikah ne meurt pas ! Je t'en prie ! Je t'en prie ! ».

Cette voix qui semblait si lointaine. Elle résonnait dans sa tête, il l'entendait au loin sans vraiment l'entendre. Un visage brisa la couleur du ciel mais la vision troublée de l'adolescent secoué l'empêchait de distinguer quoi que ce soit, il n'y faisait même pas attention. La voix poursuivait dans le vide. L'hypothermie dû au choc s'imposa brutalement, faisant trembler les membres du malheureux sans conscience. Un filet écarlate apparu soudainement sur le macadam, sortant de la chevelure blonde du jeune accidenté, traçant son petit lit comme un ruisseau qui venait de naître. Il y avait eu tellement de vacarme, tellement de peur, et puis finalement, seulement vint la douleur. Le traumatisme était rude. Sa poitrine jadis compressée par les redoutables roues avait trop de mal à assurer son rôle dans le gonflement et la vidange d'air des poumons qui mettaient trop de temps à renouveler leur oxygène. Instinctivement, Mikah se mit à essayer de respirer plus vite, en vain. Perturbé par ce manque, le coeur ne cessait de redoubler d'effort, la pression sanguine faisait des hauts et des bas, tout était chamboulé. Devant ce remue ménage incontrôlable et dangereux, le cerveau n'eut pas d'autres choix que de tout stopper par prudence, pressant aussitôt le poussoir de l'arrêt d'urgence. Mikah sombra dans l'inconscience...

***

.
.
.
.
.
.
.
..
..
..
...
...
....

Obscurité. Silence. Effroi. Un seul sentiment, celui de l'anéantissement. Le néant. L'impression de ne pas exister contrastait avec sa conscience toujours vivante mais incapable de penser. Ca semblait durer depuis une éternité et partit pour l'infinie à venir lorsqu'un léger battement, venu de nulle part, perturba le processus. Calme et régulier, il venait de plus bas mais battait dans la tête.

La tête ? Oui, tout semblait revenir petit à petit, transporté par les battements d'un cœur. Ca revenait. Il revenait. Comme la braise vitale qui reprend feu, c'était comme s'il revenait à la vie. Le silence perdurait et pourtant, il était différent. Le noir était toujours là et cette fois-ci, il en était conscient. Tout à coup, un esprit, une pensée, il savait qu'il était encore vivant. Doucement, un mélange de froid et de douleur l'envahit. Petit à petit, il retrouva ses sens. Malgré son esprit embrouillé, il perçu l'infâme odeur chimique qui régnait autour de lui ainsi qu'un support chaud et moelleux sur lequel il était allongé. La douleur se stabilisa au niveau de la tête, lui donnant une affreuse nausée. Le reste du corps était engourdi mais il sentait qu'il s'étalait de tout son long, dos contre le matelas. Il ne l'avait pas encore remarqué, mais il soufflait par une bouche entrouverte la respiration de la vie.

Sa lèvre trembla légèrement. Elle était douloureuse elle aussi. Elle brûlait, mais ce n'était pas aussi impitoyable que la migraine. Il déglutit malgré lui. Un goût de sang glissa amèrement au fond de sa gorge. Il gémit faiblement. Ses paupières frissonnèrent et tentèrent de s'ouvrir. D'abord mi-close, il finit par les ouvrir alors complètement. Il quitta la noirceur abyssale de l'inconscience et posa son premier regard sur un plafond blanc. Les bip des appareils autour de lui faisait déjà regretter le silence de tout à l'heure. Il dévia ses prunelles vers une forme mouvante à côté de lui jusqu'à apercevoir Paytah. Un premier temps passa sans que Mikah ne réagisse à ce visage. Il cligna plusieurs fois des yeux pour remettre sa vue en ordre jusqu'à se souvenir enfin de l'amérindien.

« Qu'est-ce qui t'a pris mec ? »

Etait-il en train de rêver ? Il finit par deviner enfin où il se trouvait. Il se remémora ce qui s'était passé il y a un temps inconnu pour lui. Il referma les yeux. Il était vivant. C'était...raté ! Le jeune australien finit par rouvrir les yeux et tourna à nouveau son regard sur l'amérindien sans user du moindre muscle de son cou. Il se demandait surtout ce que son ennemi faisait à son chevet. Mikah finit par dévier sur regard du PS. Le silence régnait en maître absolu. Au bout d'un moment, il lâcha un soupire, et dit d'une voix extrêmement faible :

- Je ne suis même pas capable...de mourir...Ou bien...Même la Faucheuse...me renie...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Jeu 9 Oct - 1:23

Payath ∞ Mikah
 Je ne veux qu'il meurt ! Appelez une ambulance ! Appelez une ambulance ! 
Le Sioux était très méchant avec Mikah. Il n'avait aucune pitié. Il s'acharnait sur lui, lui faisant vivre l'enfer. Mais sa victime ne disait rien. Il passait outre.
Il répondit tout de même à la remarque religieuse de Pay : « Dieu n'est-il pas tolérant avec tout être vivant sur Terre...? "Aimez-vous les uns les autres", c'était bien ce qu'il voulait. Penses-tu...Il n'aurait pas fait les...gays, si ce n'était pas bien... ». Pay lui jeta un regard peu convaincant. Il était anti gay, un point c'est tout, même si Jésus recommandait d'aimer ses ennemis et les uns les autres. Il haïssait Mikah depuis la lecture du livre de Ty, et maintenant qu'il le voyait, la haine c'était accrue.
Les deux ados discutèrent ensuite, changeant de sujets et parlant surtout de Ty et des gays. Pay s'étonna de la réaction pacifique de Mikah qui agissait en vrai Jésus, Gandi ou Martin Luther King, restant neutre et impassible dans les injures. Il en fit la remarque au blond, qui lui dit : « Bah oui. ». Pay écarquilla encore plus les yeux. Mikah remarqua que le nez du jeune PS saignait. Il lui demanda ce qu'il avait et le Lakota raconta tout ce qui s'était passé. Mikah lui exprima sa sympathie puis lui fit la remarque qu'il aurait pu dire à ses parents la vérité après. Pay répliqua que si il l'avait dit après, il aurait reçu deux fois plus de punition. Il répéta une nouvelle fois qu'il préférait souffrir maintenant et en profiter après. Pay attrapa le mouchoir que lui avait donné Li Na et alla le mouiller pour pouvoir s'essuyer le nez. Bientôt, on ne vit plus de sang sur le nez du sosie de BooBoo Stewart.
Pay alla se rassoeir aux côtés du blondinet et lui demanda comment c'était d'être gay, parce qu'il trouvait ça tellement étrange.
Le jeune dealer lui répondit que ce n'était pas si différent que d'être hétéro, et Pay fronça les sourcils. Il ne comprenait encore plus rien qu'avant.
Mais soudain Mikah se leva d'un bond et lança rapidement au garçon : « Merci de m'avoir tout de même permis d'entrer ici... »
« Ya pas de quoi. »
Mikah fit un signe de la main.
« Quoi, tu pars ? », fit Pay qui n'avait pas compris que Mikah s'en allait.
Il n'eut pas le temps de se lever et de retenir le blond, car celui-ci s'éclipça rapidement.
Pay voulait savoir comment Mikah avait vécu sa vie de dealer, mais il était déjà partit.
Il n'en était pas question ! Il voulait continuer les questions ! Et puis, il voulait savoir ce que Ty avait dit sur lui à Mikah !
Vite, le Sioux de Cheyenne River sortit de sa villa. Il longea la piscine puis se mit à courir, sortant de sa propriété.
Il courut dans la rue, suivant à distance Mikah qui marchait comme un fantôme.
Pay s'arrêta près d'un bosquet et d'un palmier, observant au loin Mikah qui s'était arrêté près d'une rambarde. Il s'y accouda et se pencha en avant. Il était secoué de spasmes. Il devait sans doute pleurer.
Pay se pinça les lèvres, se disant qu'il avait provoqué la tristesse du petit-ami de Ty. Si Ty était encore vivant, il serait entré dans une grande colère, et lui aurait tiré les oreilles. Ty et Sam Yellow tiraient souvent les oreilles de Paytah.
Le Sioux baissa la tête, fixant ses yeux vers ses baskets. Il se disait qu'il avait été un peu fort, et cherchait les mots pour réparer sa faute.
Il releva les yeux au bout d'un moment. Quand il releva les yeux, il vit Mikah se jeter en arrière sous une voiture.
Les yeux de Pay s'écarquillèrent au maximum à la minute, tandis que retentissait le klaxon de la vouiture, et le Sioux poussa un grand cri, hurlant : « NOOOOON ! ».
Il resta un moment immobile, sous le choc, bouche entre-ouverte, yeux fixés sur Mikah qui gisait sur la route. Le chauffeur n'avait pas pu l'éviter.
Paytah Yellow, l'hermès de Cheyenne River, se précipita en courrant vers le corps de Mikah. Il hurla aux passants qui s'étaient regroupés autour de l'adolescent de se pousser, puis, se baissa lentement au sol pour s'accroupir près de Mikah. Il se pencha par dessus le blondinet, puis, prit son pouls.
Il battait mais faiblement. Les yeux de Mikah était grands ouverts. On aurait dit qu'il allait mourir.
Pay posa sa main sur le bras du jeune-homme et le supplia : « Mikah ! Mikah ne meurt pas ! Je t'en prie ! Je t'en prie ! ».
La voix grave de Pay était devenue étranglée. Ses yeux le piquaient et bientôt les larmes vinrent. Comme il était penché au dessus de Mikah, les larmes tombaient sur Mikah.
Pay murmura un : « Non... », puis ferma ses yeux, serrant ses paupières au maximum.

« Ty ? Je t'en prie dis moi que ça va...Qu'est-ce qu'il y a ?
« Je vais mourir. Ils n'ont touché....Ma jambe ! Oh Boy...Je...Je ne vais pas survivre ! »
« Mais si Ty ! Je vais appeler une ambulance, et tu survivras !
« Tu es trop optimiste. Je vais mourir. Regarde tout ce sang qui coule... »
Paytah baissa ses yeux vers la jambe de Ty et vit le sang qui coulait sur le sol.
« Saperlipopette ! Nom d'un raton laveur ! Non Ty je t'en prie ! Ne me laisse pas tout seul ! »
« C'est fini Paytah...Pardonne moi pour tout ce que je t'ai fais endurer. J'ai pas été le meilleur cousin du monde !
« Non c'est moi qui toi de demander pardon ! Je t'ai détesté pour rien ! Au fond je t'adore Ty ! Tu es mon cousin ! Et jamais je ne t'ai détesté ! Une seule seconde. »


«Je t'en prie Mikah, ne pars pas! Je suis désolé d'avoir été méchant avec toi. Le monde à besoin de toi! Ty a écrit dans son bouquin que tu es un gars talentieux et que tu es un bon dansue »
Pay se mit à paniquer. Il ne savait pas quoi faire. Mikah allait mourir, c'était clair.
« Je ne veux pas culpabiliser une deuxième fois pour quelqu'un. Ty est mort de ma faute. Entièrement de ma faute...je ne veux pas que ça arrive une deuxième fois ! », murmura le petit Sioux en sanglotant.
« VITE APPELEZ UNE AMBULANCE ! IL VA MOURIR ! », se mit à crier Pay aux passants qui étaient là comme des idiots et qui ne faisaient rien.

Le pauvre Sioux perdait son sang froid, lui si courageux d'habitude. Il se leva, courrut dans la rue plus bas, et se mit à crier à un groupe de passants :
« Je vous en supplie, je vous en prie ! Venez vite ! C'est...C'est mon cousin ! Il va mourir ! Venez je vous en prie ! Je ne veux pas qu'il meurt ! Appelez une ambulance ! »

« Je ne veux qu'il meurt ! Appelez une ambulance ! Appelez une ambulance ! »
Comme personne ne faisait rien et que le chauffeur restait dans sa voiture, sous le choc, Pay sortit son portable et composa le 911.

Un autre coup de feu retentit. Paytah se retourna, et vit le groupe de tout à l'heure s'enfuir à toute jambe. Dawn avait tiré une seconde fois. Et cette fois, Ty reçu la balle dans la poitrine.
Paytah essuya rageusement les larmes qui lui coulaient sur les joues, puis attrapa son téléphone pour composer le 911.
« 911 je vous écoute ?
BIP !
Le telephone de Paytah s'éteignit. Le pauvre Sioux perdait son sang froid, lui si courageux d'habitude. Il se leva, courrut dans la rue plus bas, et se mit à crier à un groupe de passants :
« Je vous en supplie, je vous en prie ! Venez vite ! C'est...C'est mon cousin ! Il va mourir ! Venez je vous en prie ! Je ne veux pas qu'il meurt ! Appelez une ambulance ! »
Une jeune femme composa le 911.
La femme à l'autre bout du fil localisa l'appel, et rapidement une ambulance arriva.
Ty était inconscient, il ne bougeait plus. Paytah monta à bord de l'ambulance.
Celle-ci roula bien vite en direction des Urgences.


Paytah Yellow composa le 911.
« 911, je vous écoute !
« Venez vite...venez vite je vous en prie (Pay renifla) c'est...c'est mon ami...il s'est jeté sous une voiture et il va mourir. Envoyez une ambulance ! »
«Calmez vous jeune-homme, vous êtes à quelle rue ? »
« J'en sais rien! J'en sais rien! Mais venez je vous en prie ! »
« D'accord, calmez vous ! Nous allons vous localiser avec votre portable et nous vous envoyons tout de suite une ambulance ! »
Pay remercia la femme qui lui parlait à l'autre bout du fil et attendit. Bientôt, une sirène se fit entendre au loin et une ambulance arriva. Comme Pay était complètement effondrés, une des pompier le calma et le rassura, le prenant même dans ses bras.
Les pompiers emportèrent Mikah et Pay décida de monter dans l'ambulance pour accompagner le pauvre garçon.

Assis dans la salle d'attente, Paytah attendait, capuche baissée. Il pleurait doucement, sentant qu'il n'y avait plus d'espoir. La porte s'ouvrit, et un homme s'avança vers le jeune Yellow.
« Mr Paytah Yellow, je suis navré mais...votre cousin Mr Ty Noah Swan est décédé de ses blessures. »
D'un bond, le PS se leva et s'écria : « C'est faux ! Il ne peut pas être mort ! C'est encore une ruse c'est ça ? »
« C'est la vérité ! »


Assis dans la salle d'attente, Pay attendait, tête baissée, yeux rouges et visage bouffit par les larmes. Il sentait que c'était fini, que Mikah était mort.
Un bruit de porte lui fit tourner la tête. Un homme s'avança vers lui.
« Jeune-homme... »
« Il est mort, c'est ça ? Il est mort ? Alors ça y est c'est fini...il est allé rejoindre mon cousin ? », coupa le Sioux.
« Jeune-homme...vous êtes bien pessimiste ! Votre ami est en vie. Il est sous observations. »
« C'est vrai ? Oh for the life of me ! Je suis temllement content ! », s'écria joyeusement Pay, le sourire aux lèvres.
« Je peux aller le voir ? Oh je vous en prie, s'il vous plait, s'il vous plait !!! », demanda le jeune brun.
Le medecin le lui permit.

Payath Yellow poussa d'une main la porte de la chambre. Mikah était couché sur un lit, recouvert d'un drap jusqu'au cou et branché à tout pleins d'appareils.
« Qu'est-ce qui t'a pris mec ? », demanda Pay doucement en s'approchant de Mikah.
Il s'assit sur une chaise et regarda le blondinet, avec un petit sourire aux lèvres.
Il était heureux : Mikah n'était pas mort !
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mer 8 Oct - 23:55

Qu'est ce qui avait pris à Mikah de suivre cet individu ? Il avait pourtant remarqué à quel point il était haït. Mais le jeune naïf n'avait pas trouvé la force de s'y opposer et passa avec l'amérindien les portes de l'enfer. Expliquant son problème, le jeune homme espérait peut-être atteindre une lueur de compréhension de la part du cousin. Celui ci parla tout d'abord du gang de Ty, dont Mikah avait déjà entendu parler, jusqu'à ce que Paytah ne réplique :

« Bien fait pour toi ! Ça t'apprendra à être aussi naïf et imprudent ! Tu croyais que t'allait t'en sortir d'un coup de baguette magique ? Tu t'es cru où ? Dans le monde des bisounours ? Le monde de la rue est sans pitié, Ty ne te l'a t-il pas dit ? Il me racontait ses histoires de gangs et me disait souvent de faire gaffe, de ne jamais tomber dans un tel piège. Je l'ai écouté, et regarde ! Je n'ai pas de comptes à rendre à qui que ce soit ! Tu ne pouvais pas être discret ? Changer de nom ? De coiffure ? Te teindre les cheveux ? Te laisser pousser la moustache ou en mettre une fausse ? Comme ça t'aurais pas eu tout ça d'ennuis ! Je te plains mon pauvre ! »

Mikah serrait les dents. Parce que Paytah était blanc comme neige ? Pur et innocent ? Non, il en doutait fortement. Mais il se garda ce genre de commentaire. Même harcelé, torturé, Mikah ne pouvait se permettre de se prendre au jeu et agir de la même manière. Malgré tout, il restait humble. Effaré, perdu, désemparé, attristé, désespéré, mais toujours humble. Après tout, Paytah avait raison sur toute la ligne. Cette histoire de drogue était la plus grosse erreur de la vie de Mikah, il en avait toujours eu conscience.

« Au moins, si jamais je veux me droguer, j'aurais quelqu'un à qui demander. T'es vraiment trop con ! Je me demande comment Ty a pu aimer un mec comme toi ? Yeurk répugnant ! Je savais que t'étais un mec naze ! ».

On prend quelqu'un, on l'attache à un poteau sur la place d'une ville et on lui balance des tomates, on le frappe avec un bâton devant une foule hilare. La personne subit et se tait, souffre en silence et reste digne. C'était un peu près ce que ressentait le jeune australien en ce moment même. Ses liens à lui était invisible mais vivement qu'il trouve le courage et la force de s'en défaire pour fuir l'antre du diable. Malgré tout, Mikah ouvrait la bouche pour répondre. Malgré les moqueries, les railleries sanglantes, il parvenait toujours à ouvrir la bouche...et répondre. Très vite, il se retrouva seul à seul avec le PS mais il n'avait de toute façon pas remarqué le départ des autres invités à l'étage.

« Ooooooh non surrement ! Aimer un mec, c'est pas normal ! Dieu à créé un homme et une femme, pas un homme et un homme ! ».

Cette fois-ci, Mikah ajouta, tout en essayant au mieux de garder son calme mais il sentait qu'il allait craquer d'une seconde à l'autre :

- Dieu n'est-il pas tolérant avec tout être vivant sur Terre...? "Aimez-vous les uns les autres", c'était bien ce qu'il voulait. Penses-tu...Il n'aurait pas fait les...gays, si ce n'était pas bien...

Mais même en affirmant qu'il aurait donné sa vie pour Ty, le cousin répliqua :

« Vraiment ? Non sans blagues ! Tu n'aurais rien fait ! T'a tout l'air d'un peureux ! Ty est mort en me sauvant la vie déjà, donc t'aurais pas pu le sauver. Tout s'est passé extrêmement vite, alors arrête de vivre dans un monde de bisounours. T'aurais rien pu faire mon pauvre. «

"Dois-je penser que c'est de ta faute s'il est mort ?" Mais une fois de plus, Mikah se refusait ces sombres paroles qui auraient sans aucun doute le pouvoir de blesser le PS. C'était justement ce qu'il se refusait de faire.

« C'est bien ce que je pensais...t'es qu'un lâche. Tu sais même pas tenir tête à tes dealers à la con. T'es un peureux. T'es une poule mouillée ! »

Les poings du garçon se resserrèrent sur ses genoux, il aurait pu se griffer jusqu'au sang qu'il l'aurait sans doute fait inconsciemment.

«Ty serais vraiment pas fier de toi ! ».

"Serait-il fier de ce que tu me fais ?" Encore une pensée qui passa comme un éclair sans jamais sortir. Elles venaient toutes seules, Mikah se contentait de les chasser rapidement de son esprit. Il n'avait pas à penser ça, il n'était pas comme le cousin de Ty ! Alors que les larmes lui montèrent inconsciemment aux yeux, il fut détourné de tout ce qui venait de se passer, de tous les crachats du PS, par le sang qui perlait de son nez. L'amérindien parut stupéfait mais l'adolescent n'y prêta pas attention.

« Wow ! Quel genre de mec es-tu ? Je te traite de tous les noms et tu reste quasi impassible et...en plus de ça tu...tu me demande ce que j'ai au nez ! Respects. »

Naturellement, Mikah répondit, toujours aussi sincère :

- Ben...Oui ?

Il baissa à nouveau le regard luisant de larmes en ajoutant d'une petite voix :

- Ce n'est pas en rapport avec notre différent après tout...

Mikah était capable d'éprouver de la compassion pour son pire ennemi. Qualité ou défaut ? A autrui d'en juger. Il savait reconnaître l'être vivant en chacun de ceux qu'il rencontrait, qu'il soit bon ou mauvais. A sa grande surprise, Paytah lui expliqua. Il lui racontait que c'était son père, apparemment violent en colère, mais que le jeune homme avait également menti, provoquant cette colère. Mikah était surpris, comment un père pouvait-il faire ça à son fils ? La mémoire de son propre père le haissant parce qu'il était gay lui revint, lui offrant un frisson douloureux dans l'échine. Il jeta un oeil aux molosses quand Paytah les désigna mais resta silencieux.

« Maman m'a renié. Papa m'a frappé. Mon frère m'a raillé. Vive la famille ! »

- Je...Suis vraiment désolé pour toi...Tu n'aurais pas dû mentir je pense... Il aurait suffit d'attendre que le mensonge soit réalité avant de leur annoncer...Le résultat serait le même mais au moins, tu n'aurais pas mentit et tu n'aurais pas été battu aujourd'hui et...Garder un peu l'amour de ta famille...

Mikah avait tout aussi triste pour Paytah que pour sa propre situation actuelle ! Mais en lui, tout ce qui avait été dit par le PS n'avait pas été oublier, loin de là, il l'avait simplement mis à mijoter mais maintenant, la plaque était trop chaude, ça bouillonnait et bientôt, ça débordera, brûlant tout autour.

« Je peux te poser une question ? »

Le jeune homme l'y autorisa d'un signe de tête, plutôt hasardeux, sans trop faire attention à la demande.

« C'est...comment d'être gay ? »

Un silence s'imposa. Mikah restait un long moment immobile. Au final, il regarda Paytah et lui répondit :

- Pas différent d'être hétéro.

Soudain, le jeune homme se leva d'un bond du canapé et jeta un regard à l'amérindien :

- Merci de m'avoir tout de même permis d'entrer ici...

Il le salua d'un signe de la main, le regard vide, dénué de toute lueur vivante et de larmes aussi pour une fois. L'adolescent s'éclipsa hors de la maison d'une démarche rapide sans se retourner. Il ne ralenti pas l'allure le long du trottoir et plus beaucoup de pensées défilaient dans sa tête. Il ne regardait pas les personnes qu'il croisait, ne se dirigeait pas plus vers le lycée, c'était à se demander s'il avait vraiment une destination. Changeant de trottoir, il quitta le quartier pour se rendre sur la grande avenue, toujours apparemment et soudainement pressé. Au bout d'un moment, comme un peu essoufflé de cette marche rapide, il s'accouda à une rambarde qui donnait vue sur un petit parc, dos à la route. D'un geste nerveux, il passa sa main dans ses cheveux blonds, puis sa nuque, grimaçant de sanglots qu'il avait jusque là pu contenir. Des ruisseaux se formèrent silencieusement le long de ses joues pâles. Au bout d'un moment, il finit par se redresser, calmant légèrement ses pleurs. Il prit appuie sur la barrière avant de se jeter en arrière.

La voiture se mit à klaxonner violemment dans la collision en freinant tardivement et stoppant nette la circulation sous le regard effaré des passants qui se trouvaient dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mer 8 Oct - 23:03

Payath ∞ Mikah
Je peux te poser une question? ...C'est comment d'être un gay?
Lorsque le jeune-homme de 16 ans demanda à Mikah ce qu'il faisait dans sa villa, le blondinet lui répondit qu'il pensait que la fête était ouverte publiquement puisqu'il avait vu l'annonce sur le panneau d'affichage.
Pay resta silencieux un moment, jetant un regard hautain à Mikah avant de lancer : « Effectivement, c'était public...Mais j'avais juste oublier d'écrire en bas de la feuille : « INTERDIT AUX GAYS » !».
Le Sioux demanda à Mikah de dégager, mais le gay ne compris pas, alors Pay passa à la force et poussa le blond hors de sa baraque, en lui criant dessus. Il lui plantait des paroles aussi rapide que l'éclair dans le cœur, des paroles méchantes qui fit pâlir et bégayer le petit ami de Ty . Il rentra dans sa maison et claqua la porte bien fort pour montrer son mécontentement.
Li Na lui parla sérieusement, alors, il alla chercher Mikah. Ce dernier avait tenté de placer un mot, il allait sans doute refuser, mais Pay ne lui laissa pas le temps de le faire, car il insista tant et tant que le blond le suivit surement à contre cœur. Pay avait menti à Mikah pour gagner sa confiance afin de savoir plus sur cette histoire de drogue et sur la relation qu'il avait eu avec son cousin.

Pay le fit entrer chez lui, lui dit de se mettre à l'aise, puis ses amis assaillirent Mikah avec des salutations, des sourires chaleureux et avec joie.
Le pauvre blond était un vrai paumé : il ne réagissait pas vraiment avec enthousiasme, on dirait qu'il était triste ou je ne sais quoi, comme si il avait appris une mauvaise nouvelle.
Pay décida d'aller droit au but de lui demander comment il était arrivé dans ce trafic de drogue. Mikah ne répondit pas au début. Il semblait réfléchir à ses prochaines paroles ou à sa vie de dealer. Il prit finalement une grande inspiration et expliqua au brun qu'il ne voulait pas en arriver là, qu'il n'avait pas eu vraiment le choix, qu'il l'avait fait pour avoir un eu d'argent. Pay écoutait avec attention. Il regardait Mikah et buvait ses paroles.
Tout avait dégénéré, Mikah n'avait pas pu contrôler son trafic et il était resté coincé dans la roue du vice. Pay baissa la tête et murmura : « Je comprend...C'était comme...un peu comme...Ty...Quand il était dans son gang. »
Le petit Sioux se rappelait que son cousin lui parlait de son gang avec fierté. Il lui racontait ses ennuis, ses trouvailles, ses joies, ses peines au sein des BlackButterflies.
« Il y a longtemps que je voulais arrêter...Mais si je le fais, si j'essaye...J'aurais des comptes à rendre, c'est à mes risques et périls... », confia Mikah.
Pay eut presque envie de pleurer. Cette histoire était trop triste. Pauvre Mikah ! Son secret avait été révélé, la police courrait certainement à ses trousses, il voulait être délivré du monde de la mafia, mais il n'y arrivait pas. Pay se mordit la lèvre inférieure. Il essayait de trouver une idée pour aider le visage pâle.
Soudain, la voix de Mikah le fit sursauter :
« Mais au final...Ce n'est plus vraiment important...Au fond, c'est mieux pour moi qu'on s'occupe de moi tout de suite...Mettre un terme à tout ça...Il n'y a plus d'autres raisons... Ca m'est égal désormais...de finir ainsi... »
Il ne voulait même pas s'en sortir ! Quel idiot ! A quoi bon l'aider ? Pay qui avait trouvé un plan pour l 'aider à s'en sortir, préféra abandonner et n'en parla pas au Blanc à la peau un peu bronzée.
« Bien fait pour toi ! Ça t'apprendra à être aussi naïf et imprudent ! Tu croyais que t'allait t'en sortir d'un coup de baguette magique ? Tu t'es cru où ? Dans le monde des bisounours ? Le monde de la rue est sans pitié, Ty ne te l'a t-il pas dit ? Il me racontait ses histoires de gangs et me disait souvent de faire gaffe, de ne jamais tomber dans un tel piège. Je l'ai écouté, et regarde ! Je n'ai pas de comptes à rendre à qui que ce soit ! Tu ne pouvais pas être discret ? Changer de nom ? De coiffure ? Te teindre les cheveux ? Te laisser pousser la moustache  ou en mettre une fausse ? Comme ça t'aurais pas eu tout ça d'ennuis ! Je te plains mon pauvre ! », lança avec sarcasme Pay.

Il fit une pause, puis lâcha un sourire en coin : « Au moins, si jamais je veux me droguer, j'aurais quelqu'un à qui demander. ». Il éclata de rire puis jeta un regard hautain à Mikah avant de lui souffler : «T'es vraiment trop con ! Je me demande comment Ty a pu aimer un mec comme toi ? Yeurk répugnant ! Je savais que t'étais un mec naze ! ».
Un long silence ce fit, avant que le Sioux de Cheyenne River ne demande des infos sur la relation d'amour (beuuurk) avec Ty et Mikah. Le dealer lui répondit qu'il aimait Ty « plus que ça ». Pay fronça les sourcils, ne comprenant pas où il voulait en venir.
Puis, le jeune apprenti PS lâcha : « Ty avait l'air...très...heureux avec toi... ». Il fit un sourire à la Ty, puis regarda Mikah, qui souriait aussi, un sourire étrange. C'était surement l'amour... Mikah acquiessa, ajoutant qu'ils étaient tous les deux heureux. Pay pouffa de rire avant de ricanner.
«J'hallucine ! », fit-il avant de plaquer sa main contre sa bouche. « T'es vraiment un gay ! ». Pay se remit à rigoler, se moquant du pauvre blondinet, en se tenant même les côtes.
Les amis de Pay gardaient le silence. Li Na décida d'emmener Yepa loin de cette scène. April, Migina et Enapay la suivirent. Ils allèrent tous à l'étage, dans la chambre d'amis, pour maquiller Yepa et la relooker de la tête aux pieds. La petite cousine de Pay se pretait bien au jeu.
Le brun et le blond étaient seuls au salon. Pay fini par arrêter de rire et reprit la conversation. Il demanda comment on pouvait aimer un mec. Le gay répondit que c'était surement de la même façon que d'aimer une fille. A cela, le Sioux secoua négativement la tête avant de répliquer : « Ooooooh non surrement ! Aimer un mec, c'est pas normal ! Dieu à créé un homme et une femme, pas un homme et un homme ! ».
Pay était Catholique pratiquant depuis l'été 2014, après la mort de Ty. Etant homophobe, la religion le renforçait plus dans son anti-gay. Ty avait été catho aussi, mais sauf qu'il était gay et il avait été rejetté par l'église.

Mikah ressemblait à un ultra-timide, à un idiot ou à un soumis, tant il baissait le regard, voulant être entérré sous terre au max. Pay le reggardait avec un sourire en coin très mauvais. Son regard qui était si doux d'habitude était perçant comme jamais.
« Tu l'aimais ? Jusqu'à quel point ? », demanda t-il ensuite
Mikah lui répondit : « Au point de mourir pour lui. Ce que j'aurais fait, si j'avais été là... »
Nouveau ricannement de l'Amérindien.
« Vraiment ? Non  sans blagues ! Tu n'aurais rien fait ! T'a tout l'air d'un peureux ! Ty est mort en me sauvant la vie déjà, donc t'aurais pas pu le sauver. Tout s'est passé extrêmement vite, alors arrête de vivre dans un monde de bisounours. T'aurais rien pu faire mon pauvre. « 
Pay demanda pourquoi Mikah n'était pas allé sur la tombe de Ty. Le pauvre blondinet expliqua qu'il n'avait pas eu le courage et que de toute façon, tout le monde ce serait moqué de lui et de Ty. Pay ricanna encore une fois puis dit : « C'est bien ce que je pensais...t'es qu'un lâche. Tu sais même pas tenir tête à tes dealers à la con. T'es un peureux. T'es une poule mouillée ! »
Pay se mit à faire le cri de la poule, allant même jusqu'à le crier dans les oreilles de Mikah, avant de lancer une nouvelle lance dans le cœur de dernier : «Ty serais vraiment pas fier de toi ! ».

Un énorme silence glacial s'installa entre les deux jeunes, qui avaient le même âge mais qui l'ignoraient.
Soudain, Mikah attira l'attention de Pay qui pensait à Ty en lui demandant avec inquiètude : « Mais...Tu saignes du nez ? Qu'est ce qui t'es arrivé ? ».
Pay touna lentement les yeux vers Mikah, ouvrit légèrement ses lèvres et écarquilla ses yeux. Après toutes les méchancetés qu'il avait dites sur lui, Mikah était gentil ?
« Wow ! Quel genre de mec es-tu ? », demanda Pay, avec étonnement « Je te traite de tous les noms et tu reste quasi impassible et...en plus de ça tu...tu me demande ce que j'ai au nez ! »
Paytah Yellow applaudit en disant : « Respects. ».
Il soupira, se demandant si ça en vallait la peine de raconter au blond gay et dealer ce qui s'était passé.
Il resta silencieux un moment, puis avoua : «C'est mon père qui m'a fait ça. J'ai ...en fait...menti à mes parents. Je leur ai dit que je me tapais des filles. Mais en réalité (Pay fit un sourire trop mignon avant d'éclater de rire gentil) je suis toujours puceau ! J'ai menti parce que...je veux être un Pi Sigma mais seulement voilà je dois un jour me faire dépuceler... et comme je sais que mes parents sont très durs et qu'ils veulent que je reste puceau jusqu'à ce que je marie, ben... j'ai menti. J'ai souffert maintenant pour en profiter après ! »
Le Sioux fit une pause puis reprit : « Mon père est entré dans une extrême colère. Il m'a balancé contre le mur là bas (Pay montra le mur), puis il m'a cogné. J'ai du appeler Boogie-Boo pour me sauver. Boogie-Boo c'est le gros chien féroce, qui est couché à côté de Praline, le bouvier femelle, qui sont là bas. (Pay montra au pied de l'escalier ses deux chiens qui dormaient.)
Boogie-Boo est toujours en alerte. Il m'a sauvé la vie, mon père m'aurait étranglé et j'aurais surement rejoint Ty cet après-midi. Papa ne maîtrise pas sa colère, ni sa force ! »
Pay fit un sourire en coin, puis dit fièrement : « Mais j'ai souffert maintenant pour en profiter après ! ». Il fit un énorme sourire super craquant avant d'émettre un petit rire. Puis, il retrouva son sérieux.
En profiter après...fallait déjà qu'il trouve la fille ! Mais justement, Pay avait peur de se faire dépuceler. Il était si innocent, qu'il ne savait pas vraiment ce qu'était The sujet tabou. Il savait que Ty voulait qu'il se dépucèle avant ses 19 ans pour ne pas finir comme lui. Ty l'aurait poussé, si il était encore vivant, mais hélas il était mort.
Mais Pay s'était juré de se faire dépuceler avant la fin de l'année, voire avant la fin du mois si il avait le courage. Il ne risquait plus rien maintenant puisque ses parents étaient au courant en avance. Le Sioux rusé était fier de sa petite ruse. Il avait eu une sacré bonne idée : dire en avance qu'il n'était plus puceau. En plus, tout le monde avait gobé ça ! Même Matoskah !
« Maman m'a renié. Papa m'a frappé. Mon frère m'a raillé. Vive la famille ! », lâcha t-il dans un soupir.

Le jeune adolescent redevint sérieux. Une question le titillait. Avant de la poser, il demanda à Mikah : « Je peux te poser une question ? »
Il attendit la réponse du blond, attendit un moment puis demanda :
« C'est...comment d'être gay ? »
C'était une énorme question utile à poser. Ty et Pay n'en avaient jamais parlé tous les deux, ça il en était hors de question. C'était le sujet tabou des famille Yellow-Swan ! 
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mer 8 Oct - 12:21

« Qu'est-ce que tu fais ici ? ».

Ces mots résonnèrent à la manière d'un marteau frappant un plastron de fer. Mikah en fut tout étourdi. Il ne s'attendait pas du tout à un accueil de la sorte comme s'il avait toujours eu des comptes à rendre à ce garçon. Pourtant c'était loin d'être le cas puisque c'était la première fois qu'il le voyait. Comment un membre de la famille de Ty pouvait-il se montrer aussi froid qu'un bloc de glace ? Penaud, l'adolescent s'expliqua le plus simplement possible. L'invitation lui paraissait une évidence. Mais il avait vraiment l'impression de se retrouver devant un chat en colère aux poils hérissés, à la queue gonflée, aux oreilles plaquées contre sa nuque, qui se mit à feuler en montrant les crocs :

« Et ? Enfin je veux dire...tu t'es dis que tu pouvais débarquer comme ça dans ma villa privée sans autorisation et sans prévenir ? »

- Euh...Je suis désolé, je pensais qu'elle était ouverte publiquement pour...Faire entrer les invités, enfin, ceux qui désiraient se joindre à la fête.

Mais peut-être avait-il tord. Peut-être avait-il mal pensé à ce moment là. Mais cependant, Mikah se doutait bien que ce n'était pas la raison première à la haine que lui portait l'amérindien.

« La porte est juste derrière toi ! » s'exclama t-il en désignant la porte d'entrée.

Mikah restait figé. Il essayait de comprendre pourquoi tant de colère. Il cherchait ses mots. Mais alors qu'il s'apprêtait à répondre, le cousin de Ty s'approcha dangereusement de lui avant de le pousser vers la porte. Mikah tituba mais reprit son équilibre une fois hors de la maison.

« Dégage ! Tu n'es pas le bienvenu ici ! Les gays sont interdits dans MA villa. Tu n'a pas de chance...Je crois que tu es gay, non ? En plus...un trafiquant de drogue. Oups ça fait mal hein ? J'aimerais pas que tu pervertisse mes amis avec ta drogue à deux balles. Y a une gosse ici. Merci. »

Mikah se prit plus de poignard dans le coeur et l'esprit qu'il ne pouvait en compter. Ca lui cloua définitivement la voix. Son teint blanchi encore plus. Dans un désespoir maladif, il tenta de s'expliquer :

- Non...Ecoute, je...

« Allez ouste, va dealer ailleurs abruti ! »

Mikah fut rejeté encore plus loin de la porte qui se claqua aussitôt derrière le PS en rogne.

« ET FAIS GAFFE A LA POLICE ! »

Mikah se redressa une fois de plus malgré ses jambes vacillantes qui ne semblaient plus avoir une once de force à lui procurer. Il sentit les larmes lui monter aux yeux et se pinça les lèvres comme pour éviter qu'elles ne parviennent finalement à leur fins. Il étouffa un sanglot de justesse. C'était fini maintenant, tout le monde était prêt à le rejeter désormais ! Il ne se sentais même plus capable de revenir à Wynwood. Finalement, il s'éclipsa assez rapidement de la propriété, manquant de trébucher au passage. Mikah ralentit sa triste course au bout d'un moment. Il finit par s'arrêter, le temps de passer ses mains sur ses yeux larmoyants, la gorge nouée. Les lèvres tremblantes, il reprit la marche quand il sentit qu'il risquait le sanglot à tout instant. Il mit ses mains dans les poches, la démarche traînante, sans même savoir où il se dirigeait. Peu importait d'ailleurs, peu importait désormais...

Tout à coup, une main se fit sentir sur son épaule. Abattu comme à son propre deuil, le jeune homme fit volte face et tressaillit en apercevant le cousin de son défunt bien aimé. Le visage honteux de se dernier le consentit à rester patient malgré ce qu'il ressentait.

« Je...je... »

Mikah l'observait. Il pourrait paraître curieux et incrédule, mais le désespoir dominait tout désormais. Son esprit avait vaciller dans le néant.

« Je suis désolé pour ce que je t'ai dis. »

Mikah eut du mal à comprendre ses mots. Quand ça lui revint, il se demandait s'il était sincère mais conservait le silence. Cependant, son regard déconcerté entrait en conflit avec la colère lisible dans celui de l'autre garçon. Mikah était totalement perdu, désorienté.

« Tu peux venir à la fête. Ne dis pas non, j'insiste ! Je t'invite ! » finit par dire l'amérindien.

- J-Je...

Mikah voulait refuser. Réellement. Il craignait Paytah désormais comme il craignait le monde entier. Il se sentait comme un paria qui n'avait plus rien à faire ici, ni ailleurs. Cependant, le cousin insista et Mikah n'avait plus aucune force pour rien, ni même pour refuser finalement ce pourquoi il était venu. Il suivit timidement Paytah jusqu'à la villa et n'osait croiser le regard de personne. Un cochon qu'on emmènerait à l'abattoir aurait le même regard que lui.

« Installe toi, fais comme chez toi... lui dit l'amérindien ...sauf pour dealer de la drogue ! ».

Mikah resta d'un silence morbide. Le rire de Paytah le mit encore plus mal à l'aise. Diverses personnes arrivèrent près de lui pour le saluer et Mikah se força à leur adresser un regard, les saluant d'une voix sortie d'outre tombe, néanmoins très sincère dans les formules telles que "ravi de te connaître" Il s'efforça à sourire un cours instant, surtout devant le visage innocent de la petite cousine. Le jeune homme qui ne tenait plus beaucoup sur ses jambes, s'assit avec Paytah sur un canapé. Le garçon lui demanda alors :

«Comment en es-tu arrivé avec cette histoire de drogue ? Tout Wynwood en parle ! A ce qui paraît...t'étais bien innocent ! Insoupçonnable quoi ! ».

Mikah mit du temps à répondre. Il en cherchait le courage. Une boule dans la gorge bloquait l'accès à la parole. Au bout d'un moment, il inspira profondément avant de répondre :

- Ecoute...C'est...Compliqué. Crois-moi, je n'ai jamais voulu que les choses se passent de cette manière. Je n'ai jamais voulu devenir un dealer, c'est arrivé malgré moi.

Mikah baissa le regard avant de poursuivre en regardant le sol.

- Tout ce que je voulais...C'était gagner un peu d'argent, juste ce qu'il faut afin de subvenir au besoin de ma grand-mère, celle qui nous a reccueillit ma soeur et moi après le décès de nos parents...Elle n'est pas aussi riche que l'était mon père et je savais qu'on était un fardeau de dépense pour elle. Rien ne l'aidait. Quand j'ai su...Ce pourquoi mon père était aussi riche, j'ai...J-j'ai voulu reprendre un peu son affaire pour avoir cet argent là.

Mikah marqua une pause, prit plusieurs inspirations avant de reprendre :

- Mais tout à dégénéré. Je n'avais pas réalisé ! Une fois pris dans le marché, on en ressort plus. Mon père...a été assassiné à cause de ça...Et je n'avais même pas réalisé...J'ai essayé de m'en échappé mais les gros bras du marché mènent les autres à la baguette, je dois continuer, je n'arrive pas à m'en sortir...

Le jeune homme ne regardait toujours pas Paytah et passa nerveusement sa main dans sa nuque.

- Il y a longtemps que je voulais arrêter...Mais si je le fais, si j'essaye...J'aurais des comptes à rendre, c'est à mes risques et périls...

Il inspira à nouveau et ajouta :

- Mais au final...Ce n'est plus vraiment important...Au fond, c'est mieux pour moi qu'on s'occupe de moi tout de suite...Mettre un terme à tout ça...Il n'y a plus d'autres raisons... Ca m'est égal désormais...de finir ainsi...

Soudain, une chanson qui fendit d'avantage le coeur de Mikah se mit à passer dans la maison. Le jeune homme resta cloué sur le canapé à l'écouter, le coeur au fond de l'estomac. Quelqu'un demanda ensuite à Paytah de chanter quelque chose en l'hommage à Ty. Cette fois ci, Mikah prit la force d'écouter. Paytah chantait aussi bien que Ty, ça devait être de famille...L'amérindien servit une boisson énergisante à Mikah qui ne prit la canette que par politesse sans désir d'en boire la moindre goutte.

« Qui était Ty pour toi ? ».

Mikah tourna vers lui un regard d'incompréhension. Il pensait qu'il savait déjà tout.

« Enfin je veux dire...Est-ce que tu... L'aimait ? Est-ce que tu l'aimait vraiment ? »

Mikah hocha tristement la tête. Ceux qui le connaissaient savaient qu'il était atrocement sincère.

- Et plus encore...marmonna le malheureux.

Il détourna vite les yeux devant le regard perçant de l'amérindien.

«Ty avait l'air...très...heureux avec toi... »

Mikah afficha un étrange sourire mais c'était plus nerveux qu'autre chose :

- Oui, il l'était...Nous l'étions...

Un sourire stressé qui s'effaça rapidement tandis que Paytah lui demanda à nouveau :

« Comment peut-on... Comment peut-on aimer un mec ? »

Mikah resta un instant silencieux. Sans regarder l'amérindien, il répondit, l'oeil hagard :

- Comme pour les filles...J'imagine...Tout aussi naturellement...

Le regard de Paytah empêcha de nouveau l'adolescent de redresser le sien :

« Tu l'aimais ? Jusqu'à quel point ? »

Finalement, Mikah se trouva la force de le défier du regard :

- Au point de mourir pour lui. Ce que j'aurais fait, si j'avais été là...

« Il me semble ne pas t'avoir vu à son enterrement pourtant ! Sais-tu pourquoi Ty-Ty est mort au moins ? ».

Le coeur de Mikah se resserra d'avantage. Si ça continuait, il allait se faire couper en deux par un étau invisible ! Il rabaissa son regard devant lui avant de répondre :

- Je...Je n'en ai pas trouvé la force...Je me suis rendu sur sa tombe aussitôt après...Je n'avais pas le courage de croiser le regard des autres...Tout le monde haissait notre couple...Ils se seraient moquer de lui devant sa sépulture...Je ne voulais pas lui faire ça...

Il marqua une pause avant de d'ajouter :

- Oui je le sais.

Il lâcha un profond soupire, désemparé. Un silence s'imposa, jusqu'à ce que Mikah redresse son regard vers Paytah. Ses yeux se figèrent tout à coup sur quelque chose et il finit par dire, l'air inquiet :

- Mais...Tu saignes du nez ? Qu'est ce qui t'es arrivé ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mer 8 Oct - 2:19

Payath ∞ Mikah
You loved Ty, isn't it?
Le jeune Sioux se remettait à peine de la violente altercation qu'il avait eut avec son père que son chien de garde le prévint de la présence de quelqu'un en aboyant et grognant, montrant bien ses crocs à l'intru qui était sur le seuil de la porte.
Pay se retourna et vit Mikah, le boyfriend de Ty. Pay se souvenait très bien de la photo posté sur l'instagram de ty, une photo ou Mikah faisait un clin d'oeil en souriant de toutes ses dents. Cette photo avait été prise aux Everglades. Pay avait commenté sauvagement la photo, n'hésitant pas à mépriser son cousin. Ce dernier lui avait répondu sur le même ton, si bien que la photo avait eut énormément de commentaires et qu'il y avait eu une « guerre » entre les deux cousins.
L'Apprenti PS lança d'une froideur à glacer le sang au blond : « Qu'est-ce que tu fais ici ? ».
Il n'avait aucune envie de voir Mikah, en personne chez lui. Pay était homophobe et évitait tout contact avec les gays. De plus, Mikah pouvait flasher sur lui, étant le cousin de Ty.
Pay était si adorable, si mignon, qu'il était chouchouté de tout le monde. Si Ty avait craqué sur lui, Mikah le ferait forcément !
Pay toisait Mikah d'un regard perçant. Mikah était un gars mince, avec des cheveux blonds mais des sourcils bruns. Il avait des grains de beautés un peu partout sur le visage. Il était abattu et triste. Il répondit d'une voix encore plus petite que ne parlait Pay : « Salut,  je viens pour l'anniversaire organisé pour Ty, j'ai vu le panneau à Wynwood, je suppose que tout le monde y était convié. »
Pay ouvrit sa bouche et émit un soufflement, yeux écarquillés, avant de plaquer sa langue contre la joue.
« Et ? »
Il arqua un sourcil.
« Enfin je veux dire...tu t'es dis que tu pouvais débarquer comme ça dans ma villa privée sans autorisation et sans prévenir ? »
Le Sioux de Cheyenne River détestait les homosexuels à 100%. Même si Jésus disait dans la Bible d'aimer ses ennemis, il détestait les gays. Il était particulièrement méchant et pas du tout aimable avec Mikah.
Il avait posté l'annonce, et forcément, attendait que du monde vienne à sa fête. Mais pourtant, il n’accueillait pas Mikah comme il se devait.
Si Mikah était une fille, il l'aurait accueillit chaleureusement et lui aurait parlé de Ty. Mais Mikah était un mec.
« La porte est juste derrière toi ! », lâcha Pay en montrant de l'index la porte d'entrée.
Mikah ne bougea pas.
Pay s'avança vers lui et le força a se tourner et le poussa vers la sortie. Pay avait toujours le nez ensanglanté. Il poussa Mikah hors de la maison en lui criant : « Dégage ! Tu n'es pas le bienvenu ici ! Les gays sont interdits dans MA villa. Tu n'a pas de chance...Je crois que tu es gay, non ? En plus...(Pay arqua un sourcil et fit un sourire en coin mauvais) un trafiquant de drogue. Oups ça fait mal hein ? J'aimerais pas que tu pervertisse mes amis avec ta drogue à deux balles. Y a une gosse ici. Merci. »
Comme Mikah ne semblait pas vouloir partir, Pay le chassa encore plus et lui dit : « Allez ouste, va dealer ailleurs abruti ! ».
Puis, il claqua la porte de sa maison et roula des yeux avant de pousser un soupir.
Enfin débarrassé du con gay !
Pay rouvrit sa porte et cria : « ET FAIS GAFFE A LA POLICE ! », avant de claquer deux fois plus forte la porte de sa villa.

Paytah se tourna vers ses amis et s'écria : « Que la fête recommence ! ».
Il mit de la musique à fond, les chansons préférées de Ty. Il y avait Who Says de Selena Gomez. Ty avait été longtemps un Selenator.
Pay se mit à sauter en chantant les paroles. La chanson changea. Le brun se mit à danser, totalement déchaîné. April le rejoignit, et bientôt leur danse se changèrent en une dangereuse danse de séduction. Pay s’entraînait en même temps à draguer et à être un fêtard sans oublier d'être un Pi Sigma. Les deux ados étaient collés-sérrés et Pay draguait la blondinette. Il dansait un peu comme Ty, sauf qu'il faisait quelques fois des clins d'oeils à April, ouvrait la bouche ou était explosé de rire. Mais le reste de ses amis restèrent assis sur le sofa, sans bouger d'un pouce. Bientôt April cessa de danser, laissant Pay s'amuser tout seul.
Etant le seul à s'amuser, le Sioux s'arrêta net et demanda à ses amis ce qu'il y avait.
« Pay...tu es dégueulasse ! Pourquoi tu as rejeté comme ça le pauvre ami de Ty ?, s'écria Li Na
« Ami ? AH AH AH ! C'est son BOYFRIEND ! Je suis homophobe et intransigeant sur ce point.
« Il avait l'air si triste !
« Et alors ? Qu'est ce que je m'en fous !
« Tu crois que Ty serait content que tu fasse ça à Mikah ? »
Pay fixa Li Na puis baissa le regard.

Ty n'aurait effectivement pas du tout apprécié ce geste. Pay se dit qu'il était allé un peu fort. Même si il était homophobe, Pay aurait pu montrer un peu plus de compassion à l'égard de Mikah, qui semblait triste.
Pris de remors, le petit Sioux se précipita vers la porte, l'ouvrit et sortit dehors. Mikah avait disparu. Paytah se mit à courir dans la rue. Il réussit à voir Mikah qui marchait, tête baissée, abattu, au loin.
Il redoubla ses pas et arriva à rattraper le gay dealer. Arrivé à sa hauteur, il posa sa main sur l'épaule de Mikah en faisant une moue.
Mikah se retourna et le sosie de Ken et de Booboo Stewart baissa la tête, un peu honteux. Il se mit à fixer ses mains, jouant avec celles-ci.
« Je...je... »
Il n'arrivait pas à s'excuser à une personne qu'il détestait. Pay détestait Mikah, dès l'instant où il avait lu son existence dans le livre de Ty qui relatait la vie de l'orphelin New-yorkais Sioux.
« Je suis désolé pour ce que je t'ai dis. », se força à dire Pay, qui n'était pas tout à fait désolé, l'étant à moitié.
Le Sioux releva son regard et plongea son regard dans celui du blondinet.
Il lui exprima par le regard toute sa haine et son antipathie mais qui était mêlée à une compassion incroyable.
« Tu peux venir à la fête. Ne dis pas non, j'insiste ! Je t'invite ! », fit Paytah Yellow, avant de faire un timide sourire. Fake Smile.
Pay retourna dans sa villa avec Mikah.
Il le fit entrer puis lui dit : « Installe toi, fais comme chez toi... ». Il fit une pause avant d'ajouter : « ...sauf pour dealer de la drogue ! ».
Un sourire en coin se dessina sur les lèvres de l'adolescent qui se mit à pouffer de rire. April, la rebelle salua Mikah, suivit de Li Na, Enapay, Migina et Yepa la petite cousine de Pay, qui était toujours chez son cousin.
Pay s'assit à côté de Mikah et lui demanda : «Comment en es-tu arrivé avec cette histoire de drogue ? Tout Wynwood en parle ! A ce qui paraît...t'étais bien innocent ! Insoupçonnable quoi ! ».
Paytah était bien curieux de savoir comment Mikah était devenu dealer à plein temps. Comment avait-il réussit à se cacher de ses parents ? Pourquoi il faisait un trafic de drogue ?
Pay marqua une pause. Une autre chanson jouait dans la pièce. C'était My Crush de Chyna Anne McClain, une chanson qu'avait chanté Ty pour Mikah.
Cette chanson devait poignarder encore plus le pauvre Mikah qui devait certainement ne pas l'avoir oublié. Ty l'avait chanté le jour de son double aveu pour Mikah.
Le sosie de Booboo Stewart ignorait cette histoire de chanson, c'est pour cela qu'il écoutait la chanson en bougeant ses pieds au rythme de la musique.
Puis, April demanda à Pay de bien vouloir interpréter un chant en l'honneur de Ty. Pay se leva, prit un micro que lui avait apporté Li Na, mis la musique et se mit à chanter. C'était Hurricane, une chanson qu'avait composé April.
Tout le monde était toute ouïe. La chanson était un peu triste quand même et n'avait rien avoir avec un anniversaire. Enapay fit les « Ho ho ho » vers la fin de la chanson. Pay chantait en bougeant sa tête et en sautant sur place.
Il était à fond. Il était une pile électrique. C'était tout à fait normal, puisqu'il avait bu des boissons énergisantes, une des boissons préférée de son cousin. Il s'était dit qu'il fallait manger et boire tout ce que son cousin aimait pendant cette fête. Pay en avait servit à ses amis au début de la fête. Il n'avait pas encore servit Mikah. Après sa prestation qui fût applaudit, il alla servit Mikah d'une boisson énergisante. Il prit ensuite de la bière pour lui, s'assit à côté de Mikah, se tourna vers lui et lui demanda : « Qui était Ty pour toi ? ».
Pay posait tout le temps cette question aux personnes qui avaient connus Ty. Il l'avait même posé à Elena Willow une fois.
Pay ouvrit sa canette de bière (Du Redbull!) et en bu quelques gorgées avant de faire une grimace et de reprendre : « Enfin je veux dire...Est-ce que tu... ». Pay se pencha à côté de Mikah et lui demanda tout bas : « L'aimait ? »
Il bougea ses yeux à droite puis à gauche avant de continuer : « Est-ce que tu l'aimait vraiment ? ».
Il se redressa, lança un regard un peu noir et froid à Mikah, puis bu sa boisson en penchant la tête en arrière. Il jeta un regard vers Mikah pour voir si celui-ci le regardait (ou le mattait) : on ne savait pas avec les gays !
Avoir un gay à côté de lui lui faisait froid dans le dos !
«Ty avait l'air...très...heureux avec toi... », repris doucement le Sioux après avoir fini sa canette d'un trait. Il fit le sourire de Ty en passant sa main sur son bras exactement comme le faisait Ty, ce qui devait encore plus troubler Mikah, qui avait déjà eu droit à ce sourire et à ce geste.
« Comment peut-on... » Paytah pouffa. « Comment peut-on aimer un mec ? »
Il fit un sourire dégoûté puis froissa sa canette dans ses mains.
Il jeta un regard hautain et autoritaire à Mikah, une regard noir mais très hautain et fanfaron.
« Tu l'aimais ? Jusqu'à quel point ? »
Pay fit une pause et déclara en pouffant : « Il me semble ne pas t'avoir vu à son enterrement pourtant ! Sais-tu pourquoi Ty-Ty est mort au moins ? ».
HRP: Ty me manque trop! Deja rien que d'avoir chercher des gifs de Taylor !:snif1: Et a chaque post, une image de Ty-Ty! :P ;-)
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Mar 7 Oct - 20:40

"Et puis comme on est dans la dénonciation de criminel, je mets ma main à couper que vous ne saviez pas que votre cher ami à tête de chérubin, Mikah était un sacré revendeur de drogue. Profitant des affaires de papa pour garder son portefeuille fourni et pleins de billets."

Mikah eut un frisson en ce remémorant l'un des passages de la Voice. Reclu sur son lit, dans sa chambre d'internat, il n'osait plus mettre une mèche de cheveux dehors. Il était comme une bête traquée au fond des bois. Depuis la mort de Ty, il avait déjà perdu toute enthousiasme de vie. Il n'arrivait pas à s'en remettre, sans doute parce que l'amérindien avait été son premier amour, sans doute parce qu'il avait été si unique en son genre. Mia avait finit ses études. Elle s'était trouvé un petit travail dans un café mais projetait de partir faire un long voyage en France pour accroître les chances d'un bel avenir. Mikah craignait le jour où ça arrivera. Sa grand-mère ne rajeunissait pas, la soeur prévoyait de partir loin de lui, Mikah avait désormais peur de perdre chacun de ses proches dans sa vie. Il avait bien envie de les enchaîner quelques part où il pourra veiller sur eux jusqu'à la fin des temps. Il avait cet atroce sentiment d'une pendule qui défilait, d'une lame rognant le lien d'une épée de Damoclès au dessus de la tête de sa famille, de ses amis...Il avait cette impression meurtrière de la loi de Murphy qui pesait sur lui. "Crois que t'as touché le fond et quelqu'un te tendra une pelle..." Jamais l'adolescent n'était descendu aussi bas sous terre. Son moral baissait autant que la température de France en hiver. Il avait perdu autant en appétit qu'en sommeil. Pourtant, quand il défilait dans les couloirs pour aller en cours, il s’efforçait à ne rien laisser paraître. Toute son énergie était centré sur un faux sourire qu'il distribuait autour de lui alors que son regard fuyait tout les autres. Que penseraient les gens de lui à présent ? Il n'avait jamais été très apprécier à cause de son homosexualité, en temps normal, ça ne le dérangerait pas mais désormais, il savait que les gens le reconnaîtrait. "Le garçon gay qui vend de la drogue." Un gay au lycée, ça passait. Mais quand on était attaché à une affaire aussi délicate, la tendance changeait rapidement. Et la police ? Et si elle venait un jour à être au courant ?? Mikah serra les dents, et si sa vie était finie ???

Ses doigts se crispèrent sur ses genoux qu'il avait replié contre lui, tétanisé à cette idée. Il n'était pas vraiment paranoïaque, mais savait qu'il avait des ennemis à Wynwood. N'importe qui n'hésiterait pas à le balancer pour un peu de gloire ou de sadisme. Et la police était sans pitié avec les affaires de drogue. Mikah jeta un oeil au bracelet orné d'un loup offert par Ty qu'il n'avait jamais quitté depuis. Il mourait d'envie de supplier l'âme du défunt de lui venir en aide, jusqu'à se souvenir qu'il ne croyait pas en ce genre de choses contrairement à Ty. La boule qu'il avait au ventre lui écrasait les boyaux. Il avait tellement mal au ventre qu'il devait avoir l'estomac empli d'ulcère. C'était à cause de ça qu'il n'arrivait plus à s'alimenter comme avant. L'esprit torturé, il avait le sommeil trop agité pour s'avérer réparateur. Un étau lui enserrait le coeur, c'était probablement la blessure la plus douloureuse de toute...

Une sonnerie retentit. Mikah jeta un oeil à la pendule qui était posé sur sa table de chevet, juste à côté de la photo de ses parents. Nouveau serrement au coeur. Mikah déglutit avec difficulté. La tristesse du présent se nourrissait du passé. Il aurait aimé que quelqu'un soit là avec lui, même pour ne rien dire. Mais il avait été recalé des AP, finit chez les Lambda comme un résidu incapable. Nouveau poids au coeur, son estomac se réduisit un peu plus dans une crampe douloureuse. Si seulement Carry était avec lui ! Elle n'était pas agréable tout les jours mais Mikah avait horreur d'être seul. Cette solitude le plongeait encore plus dans les bas-fond donc il ne pensait jamais remonté. "Il faut que j'aille en cours..." songeait-il en se donnant la force et le courage de se lever de son lit, prêt à affronter le monde extérieur. Les mouvements patauds, il avait l'air ankylosé de tous ses membres. Il jeta son sac sur l'épaule, le teint blême, et quitta son antre.

***
Les cours étaient passé à une vitesse...Que Mikah ne serait pas définir. Son premier réflexe était de se rendre à la bibliothèque pour commencer ses devoirs et essayer de penser à autre chose. Tout à coup, alors que son regard se hasarda sur le panneau d'affichage, un nom l'interpella aussitôt. Ses yeux s'agrandirent légèrement et il s'approcha. IL y avait une note, une invitation aux lycéens de Wynwood pour fêter l'anniversaire de Ty dans la demeure de son cousin amérindien. "Pourquoi fêter son anniversaire ?" se demanda le jeune homme, déconcerté. Il resta planté un moment devant le panneau. Son regard s'abaissa. C'était probablement le meilleur moyen que son cousin avait trouvé pour lui rendre hommage...C'était toujours mieux qu'une veillée funèbre. Finalement, l'adolescent retourna dans sa chambre pour y poser son sac. Le jeune concerné n'habitait pas très loin. Mikah n'aura aucun mal à y aller.

Le soleil de Miami était éternellement présent. Mikah longeait une ruelle joliment décoré, adepte de belles villas. Il cherchait la résidence ou avait lieu l'évènement. Au bout d'un moment, il repéra le vaste endroit. C'était une villa somptueuse qui ne manqua pas d'impressionner le jeune lambda. En l'espace d'un instant, Mikah se demandait si c'était bien là mais en arrivant sur le seuil de la porte, les décoration de l'intérieur ne laissaient plus de doutes. Le jeune homme fut brutalement acceuillit par des aboiements féroces. Bien qu'il aimait les chiens, il n'était pas motivé à se faire agresser par un pit bull ou un rott. C'était surtout ce qui le retenait de passer la porte. Tout à coup, un autre garçon apparu dans le champ de vision de Mikah. Ce dernier devina tout de suite le cousin de Ty. Comment passer à côté de son type amérindien ? Il y avait d'autres personnes dans le coin mais le regard de l'adolescent était posé sur le seul cousin. Ne sachant que dire, Mikah cherchait ses mots. L'amérindien devait subir tout autant de peine de la perte de Ty.

« Qu'est-ce que tu fais ici ? »

Mikah manqua de sursauter sur le ton glacial employé par le garçon. Jamais il n'aurait pensé qu'un visage aussi amical pouvait diffuser dans de noirceur dans une seule phrase. L'australien en resta bouche bée un moment. Ce garçon en avait après lui, c'était évident.

- Salut...finit-il par dire d'une petite voix, je viens pour l'anniversaire organisé pour Ty, j'ai vu le panneau à Wynwood, je suppose que tout le monde y était convier.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   Lun 6 Oct - 21:48

Payath ∞ Mikah
Yes Mom and Dad I'm not virgin anymore, so what?
Aujourd'hui, dans la villa de Paytah Yellow, les Siouxx s'affairaient. Ils décoraient le salon et la salle à manger de Paytah Yellow avec des banderoles et des ballons partout.
C'était l'anniversaire de Ty Noah Swan aujourd'hui, et Paytah tenait à faire la fête malgré l'absence de son cousin. Une grande photo de Ty en Noir et Blanc était posé sur la table basse du salon et des petites bougies étaient autour. Il y avait même un gros gâteau sur lequel était écrit : « HAPPY BIRTHDAY TY-TY 20 YO:) ». Il y avait aussi de la grosse musique à fond qui faisait trembler les murs.
Migina, Enapay, April, Li Na et aussi la petite Yepa accrochèrent les dernières décorations, puis s’essayèrent dans le grand sofa blanc de Paytah Yellow.
Ce dernier allumait les bougies du gâteau avec des bougies magiques. Il portait en ce jour d'anniversaire son sweat débardeur marron à capuche et son pantacourt beige avec des baskets blanches. Il ne portait pas de bijoux et sentait le doux parfum masculin d'Axe pour faire tomber les filles comme dans la publicité.
Il avait changé de sweat, car pendant sa journée de cours, il avait porté un sweat à carreaux noirs. Mais il avait mit le sweat marron, le même qu'il avait mit pour voir Meika Cloud et sa famille la nuit.
Lorsque les bougies furent allumées, tout le monde applaudit. Enapay, le Sioux aux cheveux extra longs qui posait toujours des questions stupides, demanda : « Ouais, c'est bien tout ça mais qui va éteindre les bougies ? ».
Pay se tourna vers lui, grand sourire aux lèvres. Il haussa les épaules et déclara : « Le vent ! ».
Il marqua une pause, regardant ses amis, puis reprit : « ...ou elles s'éteindront toutes seules. ».
Puis, il cria: « Que la fête commence ! » en sautant sur place, levant le bras et l'index en l'air.
Tous ses amis se levèrent et se mirent à danser. Pay se donnait à fond, dansant comme jamais.
Mais soudain, un bruit de Klaxon retentit, interrompant les festivités. Il venait de l'autre bout de la rue.
Pay posa le briquet sur la petite table du salon et courut dehors, apr derrière le jardin, comme un petit garçon de 5 ans, joyeusement.
Li Na entreprit de prendre le gâteau et d'aller le poser sur la table de la salle à manger.

Le cousin de Ty longea la piscine, tourna au coin de sa villa et descendit le petit escalier qui donnait chez lui.
« Payyyyyyyyyyyyy ! », s'écria une voix que Pay ne reconnaîtrait que trop bien.
Le garçon s'écria : « MATOSKAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » en courrant. Sa grande sœur courrait vers lui et ils se serrèrent tous les deux très forts dans les bras.
Mr Yellow, sa femme, Ehawee, Lootah et Ehwahkan arrivaient derrière Ehawee, mais plus posément. La famille ne s'était pas revu depuis le mariage de Matoskah.
Ehawee salua joyeusement son petit frère. Lootah également. Mais Ehwakahn boudait. Il faisait bouger sa frange comme Justin Bieber et machait un chew-gum, mains dans les poches.
Sam Yellow prit la parole : « Alors, tu dis pas bonjour à ton petit frère ? »
« Non. Qu'est-ce qu'on fait ici ? C'est ridicule ! Ty est mort ! Pourquoi il faut fêter ses 20 ans ? Osef ! »
Donoma Yellow se précipita sur son fils et le prit par le bras : « Hé ! Hé ! Hé ! Qu'est-ce que c'est que ses manières ? Tu dois respecter Ty et le choix de ton frère ! Dis bonjour à Paytah et tâche de te tenir tranquille ! ».
Ehwakhan souffla puis salua rapidement son frère d'un « Salut. » peu convaincant. Les Yellow entrèrent dans la villa. Pay, fier de son nouveau logis, les fis entrer en disant : « Et voilà chez moiiiiii! », d'un ton théâtral.
« C'est moi ou ta voix est devenue plus grave Pay ? », demanda Matoskah en jouant avec son alliance.
« Effectivement, elle est devenue un peu plus grave. », fit Pay avant d'éclater de rire et de ne plus pouvoir s'arrêter. Donoma était enthousiasmée de la nouvelle maison de son fils. Sam était fier.
« C'est bien..Tu as su prendre tes responsabilités ! », félicita Sam avant de s’asseoir sur le sofa.
Le sourire de Paytah Yellow s'élargit.
« J'aime ta villa Pay. C'est moderne et très joli. », complimenta Donoma en faisant bouger ses longs cheveux lisses.
« Mouais...il aurait pu mettre des affaires Sioux quand même ! Y a pas un truc de notre tribu dans cette foutue baraque ! », marmona Ehwakhan, avachit sur le sofa, bras croisés, regard noir.
« Qu'est que t'a ? Ta tes règles ? », demanda Pay en fronçant les sourcils. « Si ma villa te plait pas, retourne dans ta réserve pourrie, pleine de vice et de délinquants ! »
« C'est cette ville de Blancs qui est Vicieuse ! Je suis sûr que t'es un petit vicieux comme tous les gens ici ! Honte à toi, notre réserve n'est pas délinquante ! T'es qu'un abrutit ! », s'écria Ehwakhan.
« REPETE UN PEU SI TU L'OSES ! », cria Paytah en dressant ses poings devant son visage.
Ehwakhan se jeta sur Paytah et les deux frères se mirent à se battre. Lootah sortit son portable pour filmer, commentant les prises de Karaté de Pay et les coups de poings d'Ehwakhan. Sam du intervenir pour séparer les deux frères et leur demanda de faire la paix. Les deux frangins se firent des excuses rapidement et se jettèrent un regard noir.
« Tu es Rouge à l'extérieur et Blanc à l'intérieur ! Tu ne sais même plus nos coutumes je parie ! Tu as renié et abandonné tes origines ! », cracha Ehwakhan.
« Et alors ? », fit Pay qui s'en moquait totalement d'être devenu un Indien Pomme.
Meika l'avait prédit. Mais tant pis ! Pay était fait pour être un Amérindien Pomme, un Sioux Rouge à l'extérieur et Blanc à l'intérieur.

Paytah Yellow profita de cette discussion de « vices », pour annoncer fièrement à ses parents : « Maman, papa, j'ai quelque chose à vous dire ! ».
Ehawee, Matoskah, Lootah et Ehwakan se redressèrent, yeux fixés sur Pay. Donoma et son mari Sam, se regardèrent puis reardèrent eux aussi Paytah.
« Quoi ? Tu va te marier ? », demanda Sam.
Pay pouffa de rire et secoua la tête négativement. Les amis de Pay regardaient le Sioux, étonné.
Paytah Yellow leva les bras en l'air et annonça : « Je ne suis plus puceau ! ».
Il avait dit ça avec fierté. C'était un pur mensonge. Il annonçait cette nouvelle en avance, pour souffrir maintenant et profiter après.
« QUOI ? », hurla Ehawee avant de prendre sa tête entre ses mains.
« COMMENT ? », fit Matoskah en ouvrant grand la bouche.
« AH AH AH ! , ricana Lootah, mais c'est que c'est un petit cachottier ! »
« Oh Waka Tanka, viens nous aider je t'en prie ! », supplia Ehwakan
« Tu as mis une fille enceinte ? », repris Matoskah
« Non, non heureusement. », répondit Paytah Yellow toujours avec fierté et sourire aux lèvres.
Les parents de Paytah restaient sans voix. La maman avait plaqué sa main sur sa bouche. Le père fixait son fils d'un regard dur, glacial et noir.
Il sentait en lui bouillir la colère.
Pay soutenait son regard, riant toujours.
Sam Yellow se leva d'un bond, attrapa Pay par le col de son sweat et le souleva un peu du sol.
« QU'EST-CE QUE TU AS DIS LA ? TU PEUX REPETER ? JE CROIS QUE JE N'AI PAS BIEN ENTENDU ! »
« J'ai dit que je n'étais plus puceau. Je me suis tapé une fille. Non...plusieurs même ! », répondit sérieusement le Sioux Lakota, essayant de parler le plus naturellement que possible.
Le regard de Sam devînt rouge de colère. Il faisait peur à voir.
« Paytah tais toi ! », souffla Matoskah Doxtator, le prévenant d'un éventuel danger.
Mais Pay rajouta même en souriant encore plus : « Et c'est vraiment bien. ».
Sans crier gare, Mr Yellow envoya violemment son fils contre le mur. Ehawee détourna la tête, Matoskah se leva.
Sam saisit l'oreille de Pay et se mit à le tirer, fort. Le pauvre Sioux ne faisait plus le fier. Il était rouge et des larmes jaillissaient de ses paupières qu'il serrait de douleur.
Quel idiot ! Pourquoi avait-il eu l'idée de mentir à ses parents ?
«Je vais t'apprendre à passer tes nuits avec les visages pâles. (Sam s'adressa à Donoma) Tu vois, je t'avais dit qu'il n'était pas fait pour la ville ! (Il s'adressa de nouveau à Pay) Alors comme ça, tu te fais des filles ? Pourquoi t'ais-je envoyé à Miami, hein ? C'était pour te « taper des filles » ? NON ! Je t'ai envoyé ici pour étudier. Pour t'en sortir ! Pour avoir un bon métier ! Pas pour faire une telle chose pareille ! Tu m'as désobéi ! Tu as désobéi à ta mère. Tu nous déshonores ! C'est la honte sur notre famille ! Tu suis l'exemple de Ty à la trace ! ».
Donoma se leva et gifla Paytah. « Tu n'es plus mon fils ! », lâcha t-elle avant de demander à ses deux garçons de le suivre. Elle s'en alla de la villa, laissant seuls Paytah, Sam, Ehawee ett Matoskah.
Sam craqua ses doigts, Pay en profita pour s'échapper, mais son père le rattrapa, le plaqua contre le mur et se mit à le frapper.
Ehawee ordonna à son père d'arrêter et de se calmer. Mais Sam avait une mauvaise colère. Déjà pour Ty, il avait été vraiment dur lorsqu'il leur avait annoncé sa bisexualité. Mais Pay était son fils. C'était différent. Et c'était plus pire.
Pay suppliait d'arrêter, demandait pardon et jurait de ne plus recommencer. Mais Pay se faisait tabasser par son père. Une énorme correction.
« Arrête papa ! Tu va le tuer ! », supplia Matoskah.
Sam n'écouait toujours pas.
Les amis de Pay ne disaient et ne faisaient rien. Ils avaient peur.
Alors qu'il recevait un énorme coup de poing de son père, le sosie de Booboo Stewart eut une idée. Il siffla et s'écria : « BOOGIE-BOO ! ».
Un molosse apparu dans l'escalier et descendit.
« ATTAQUE ! », ordonna Pay.
Le chien sauta sur Sam qui commençait à étrangler son fils. L'homme de 58 ans reçut une morsure au bras. Le grand Amérindien aux cheveux long lâcha son emprise sur son fils et recula, se tenant le bras. Il donnait des coups de pieds au chien qui ne le lâchait pas.
« Dis à ton chien d'arrêter ! », demanda Matoskah à son petit frère.
Ce dernier était au sol, couché, sweat froissé et visage ensanglanté baigné de larmes. Il secoua la tête négativement en regardant son père qui se battait avec le chien.
Il essuya ses larmes et se releva lentement. Il avait mal partout, et il aurait certainement des bleus.
Son oeil droit lui faisait mal. Il aurait peut être pour la troisième fois de sa vie un coquard. Du sang coulait de son nez et il respirait bruyamment, en sueur.
« BOOGIE-BOO ARRETE ! », ordonna le garçon. Le chien relâcha Sam qui s'écroula par terre, grimaçant de douleur.
« Tu es un bon chien. Je ne regrette pas de t'avoir pris ! », lança le petit Sioux à son chien qui le rejoignit.
Ehawee aida son père à se relever, puis Matoskah salua son frère : « Désolé, nous devons y aller. A bientôt Pay. On se SMS et on se instagramme ! ».
Les deux Lakota sortirent de la maison, soutenant leur père qui était toujours en colère.
Un autre chien arriva dans la pièce. C'était Praline, une femelle Bouvier Bernois. Elle alla droit vers son maître et lui lécha la joue. La chienne le consolait. Pay fit un sourire.
Les amis de Paytah entourèrent le Prince de Cheyenne River et lui demandèrent si ça allait. Li Na lui apporta de la glace au cas où pour son œil et un mouchoir pour essuyer son nez. Mais Pay n'avait plus vraiment mal à l'oeil, la douleur était supportable finalement et ce n'était pas aussi douloureux que les fois où il s'était fait tabassé par des gangsters (une fois à la mort de Ty et l'autre avec le jour où Silver l'avait sauvé).
Pay alla s’asseoir sur le sofa. Il renifla.
Il avait réussit à mentir à ses parents et ces derniers avaient tout gobés. Sa mère l'avait renié, son père tabassé. Super !
Il avait souffert maintenant pour en profiter après.
Soudain, Boogie-Boo se mit à aboyer très fort et sauvagement. Il grognait en plus de tout son tapage.
Paytah se retourna pour voir pourquoi son chien de garde abboyait. Il se leva et vit un blondinet qui se tenait sur le seuil de sa porte, qui était restée ouverte.
Pay reconnu tout de suite Mikah, le petit-ami de Ty. Ty avait posté une photo de Mikah qui faisait un clin d'oeil sur Instagram, et Pay avait fait une polémique autour de cette photo et de Mikah.
"I HATE GAYS SO WHY DO YOU HERE?"

Le brun lança froidement : « Qu'est-ce que tu fais ici ? ».
Pay avait laissé sur le panneau d'affichage de l'université un mot annonçant la fiesta pour l’anniversaire de son cousin Ty. Il avait invité les gens de WHS.
Il ne pensait pas que quelqu'un viendrait.
Surtout...Mikah.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ty's birthday party- Un homophobe et un gay se rencontrent, que se passe t-il?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julia Birthday Party || Ange ou Demon?
» (RP collectif) Birthday Party in the 20s
» Birthday Party - Cupidon secret !
» CHAPTER -XX : THE BIRTHDAY PARTY ! WILL HE BE ABLE TO GIVE HIS GIFT ? [Arihito&Rangiku]
» × Birthday Party × LA PYO FAMILY ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: