AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque    Mar 11 Nov - 11:01

Il y a une chose que l'on puisse dire sur ce réveil c'est qu'il m'a rarement étant donné l'occasion de subir un traitement aussi violent à une heure si peu avancée de la matinée. Moi je suis plutôt habitué aux bonnes matinées de sommeil, vous savez ces matinées pendant lesquelles vous dormez jusqu'à au moins dix heures du matin, si ce n'est midi, ces matinées où vous profitez à fond de la chaleur de votre couette, la douceur de votre matelas, avec les rayons du soleil qui vous chatouillent les yeux depuis au moins quatre bonnes heures. Mais visiblement ce n'était pas la vision d'une bonne matinée chez les Rhô Kappa, pas chez mon cher mentor en tout cas qui lui semblait vénérer les réveils en fanfare à six heures et demies du matin, que du bonheur en somme. Mais il allait bien falloir que je m'y fasse comme il le disait, sinon ce séjour d'une semaine allait être assez désagréable et je préférais limiter la casse, bien sûr que Siegfried et moi n'allions pas nous entendre et je doute très fortement que nous soyons amis un jour où l'autre, mais autant faire que cette semaine le mieux possible et sans trop d'éclats, après il viendra chez les Sigma Mu se sera pareil et dans deux semaines on en parlerai plus, fin de l'histoire. Ce sera un beau combat de chefs en tout cas, parce que oui bien sûr ils m'ont collés le futur chef des Rhô Kappa, donc potentiellement le plus drôle de la bande et comme je suis connu pour avoir un sens de l'humour assez aigu quelque chose me dit qu'on allait bien s'amuser.

Quand j'ai su que j'allais devoir passer une semaine chez les sportifs je me suis automatiquement demandé ce que j'allais devoir subir là bas, d'après ce que j'avais entendu leurs méthodes d'intégration étaient plutôt gratinées, même si je n'étais pas d'un naturel sensible ou même douillet, je n'étais pas contre éviter les dégâts collatéraux dirons nous. Mais je crois que rien ne pouvais me préparer au réveil en mode casserole que Siegfried me réservait, qu'il frappe sa casserole il ne payait rien pour attendre. Bien entendu je suis tout sauf réjouit de ce réveil en fanfare, ça me rappelait un peu les lendemains de ces soirées quand je bosse en boîte en tant que barman et que je charge un peu trop la mule, ces lendemains sont toujours difficiles et pourtant mes gueules de bois paraissaient tellement douces par rapport au réveil Rhô Kappien. Clairement il me teste, il doit se demander combien de temps encore, je pourrais feindre d'être endormi, il se demande sûrement quand j'allais me réveiller et entrer dans son jeu, je sais que je ne tiendrais pas longtemps devant cette petite provocation, que tôt ou tard l'agacement finirai par se lire sur mon visage et trahirait le fait que je ne dors plus et je décide de prendre les devant en lui demandant de cesser tout son boucan ou plus familièrement, de se la fermer. Ce à quoi il me répondit que j'avais l'air « du matin », je grimaçais à cette remarque. « Ouah mais tu es perspicace dis donc ! Un truc de fou » Oui je n'ai aucune répartie au réveil mais il fallait que j'évacue la frustration de ne pas avoir mes huit heures de sommeil, tant pis si ça passait par des répliques creuses et inefficaces, au moins il saura que je tire la tronche pour de bon. Même mon analogie sur le fait que son comportement me rappelait vaguement la délicatesse d'un char d'assaut Patton, ça m'apprendra à faire de l'esprit dès le matin. « Hyperactif ou pas il y a des moyens quand même moins radicaux pour faire comprendre aux gens que tu aime te lever tôt le matin, c'est un miracle si tout Wynwood n'est pas réveillé avec tout ton boucan, faut se calmer mon vieux, le matin y'en a qui sont un peu plus long à la détente, d'autant plus que si tu me promet une longue journée, si tu veux pas que je te la pourrisse tu as intérêt à pas trop me brusquer dès le début. »

Totalement réveillé maintenant, je me levais et entreprit de m'habiller sous l'oeuil inquisiteur de mon hôte ce qui avait le don de m'agacer royalement, et le voilà qu'il regarde sa montre, il devait être en train de préparer chaque minute de son diabolique plan, plan dont je n'étais pas pressé de connaître surtout si comme il le disait ça passait par le choix d'un surnom qui allait me suivre toute la semaine, vu le réveil qu'il m'avait prodigué, je me doutais sans peine que ce garçon devait déborder d'imagination quand à l'invention de surnoms débiles. Je le menaçais ensuite gentiment sur ce sujet avant de lui dire que le petit déjeuner avait intérêt d'être mieux que le réveil mais je ne me faisais pas vraiment d'illusion sur le sujet. Ma remise en cause de son autorité le fait même rire, ce qui inconsciemment me vexe légèrement, il dit avoir vu pire que moi, je ne connais pas son histoire mais je le crois, je répondis donc un simple : « si tu le dis » d'usage mais débattre sur un sujet comme çà pouvait mener à une discussion totalement stérile que je voulais éviter à tout prix, surtout à sept heures du matin. Quoi que je ne suis pas sûr que mes paroles restent sans effet, une lueur de défi nouvelle apparaît dans les yeux de mon interlocuteur, intéressant, il serait donc du genre à réagir à brûle pourpoint à toutes les remarques qu'on lui fait, un mince sourire s'étendit sur mes lèvres, on a pas fini de rigoler toi et moi. Nombreux sont ceux qui comme lui à douter de notre réputation de rebelle, nous les Sigma Mu c'est pourquoi sa remarque ne me faisais ni chaud ni froid. Il allait bien voir quand à son tour il viendrait une semaine dans notre Confrérie ce dont quoi les SM sont capables, il allait avoir de belles surprises, mais je gardait le secret du fait qu'il devait venir chez nous pour le moment opportun, en mode bombe atomique. « Je pourrais te surprendre ne me sous estime pas trop Wade, je peux être un parfait crétin borné quand je veux, je dis çà je dis rien et pour le petit dej' vu le réveil je me doute bien que ce sera pas la grande classe avec maître d'hôtel et tout le cérémonium, alors montre moi la cuisine qu'on embraye avec cette fameuse journée. »

La cuisine Rhô Kappienne est pas si différente que la nôtre, seules les têtes changent, je ne prend même pas la peine d'essayer de retenir les noms, ni même de paraître sympathique, dans une semaine jour pour jour je serai hors de cet enfer et on en parlera plus. « Et ben c'est la super ambiance le matin chez vous, une belle bande de rigolos à ce que je vois » dis-je en me servant une tasse de café avant de m'asseoir à mon tour et en boire une gorgée. J'écoute d'une oreille ce qu'il me dit d'une oreille seulement, il me parle d'Arès et Artémis et d'épreuves que doivent accomplir les Rhô Kappa, ils peuvent pas comme tout le monde faire des concours de vidage de bières ? Il me parle de criquet et là je relève ma tête de ma tasse, il a piqué mon intérêt, il fait une pause, sûrement pour savoir ce que j'en pense, je lui fais simplement signe de la main de continuer, laisse moi voir tout le film Wade je te dirai ce que j'en pense après. Une partie de croquet dans la bibliothèque, là ça commence à devenir intéressant ! Il me laisse le choix de jouer le jeu ou de l'emmerder et nous faire chopper par la bibliothécaire. La perspective de faire toutes leurs épreuves ne me faisait pas plus peur que çà par contre j'avais autre chose à faire que de passer mes soirée en colle toute la semaine avec Wade, j'avais des choses bien plus constructives en tête, dormir en tête de liste. « Là tu m'intéresse Wade, tu m'aurai dit çà directement tout à l'air au lieu de marteler ta casserole comme un fou je me serai sûrement levé avec plus d'entrain, et comme je suis bon et miséricordieux et que surtout j'ai la flème de me manger une semaine de colle je ferai de mon mieux pour ne pas nous faire chopper, après ne crois pas que j'en serai sympathique, l'idée de faire tes petites volontés pendant une semaine me saoule toujours autant » dis-je finissant ma tasse de café. Mon optimisme retombe directement quand ce dernier m'annonce mon surnom : « Grumpy Cat », c'est d'un original… Mais soit je devrai réussir à supporter çà pendant une semaine sans que je lui hurle dessus pour qu'il arrête de m'appeler comme çà. « Oh mais je n'en doute pas cher mentor, comme des petits fous, j'ai toujours rêvé faire mon service militaire, franchement tu peux pas savoir comment je suis content. » dis-je en me levant. « Bon y vas, je fais ton truc dans la bibliothèque et je retourne me coucher, alors le plus tôt possible sera le mieux. » Bien sûr qu'il n'allait pas me laisser me recoucher après mais tant pis j'aurais essayé. « Me dis pas que tu es déjà fatigué Wade, parce que je ne fais que commencer à être chiant, je suis pire que deux heures de sport intensives, je m'attaque directement aux nerfs. » Puis je fis un signe de main aux autres. « Bon c'est pas que je vous aime pas mais mon mentor doit me faire jouer au croquet. » Dis-je un sourire franc s'étalant cette fois ci sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque    Ven 17 Oct - 13:57


« Oh Bordel la ferme ! C’est bon j’ai compris que je devais me lever alors met là en veilleuse Wade ! 
- T’es du matin toi, à ce que je vois. » répondit Siegfried en frappant légérement la casserole avec sa cuillère en bois.
« Punaise, t’es aussi agréable le matin toi, c’est pas vrai, on t’a jamais appris le réveil en douceur ? »
Char Patton ? What is it ? Siegfried réfléchit un moment et capitula. Ici, pas de leçon de vocabulaire. Pas le matin dans tous les cas.
« Je suis du genre hyperactif, vois tu. Alors le matin je me lève très, très tôt pour remplir ma journée. Comme ça le soir, je me couche et je dors. C’est long et dur une journée chez les Rho Kappa. Je ne sais pas vraiment si tu tiendras le coup mais, autant essayer. »
Sourire en coin, il s’assied sur son bureau, calme et patient. Un œil sur sa montre, il fixa d’ores et déjà le moment où il annoncerait le sobriquet. Sept heure pile. Déjà parce qu’il n’avait pas encore d’idées et surtout car à sept heures, Lawner aura sans doute  pris son petit déjeuner. Peut-être. Ses yeux bruns suivaient chaque mouvement du Sigma mu. Ho c’était peut-être parce qu’il était beau garçon mais Siegfried préférait la compagnie des femmes. Non, à vrai dire, il le fixait avec insistance. Chaque faits gestes furent largement étudiés. C’est chiant de se faire fixé comme ça hm ? C’est agaçant parce que ta petite intimité, t’en auras plus un gramme avant la fin de la semaine. Allez, allez. Le Sm grommelle davantage. « Fais bien gaffe au choix du surnom, il se peut qu’après un réveil comme celui-là je sois légèrement susceptible… Bref le petit déjeuner a intérêt d’être bien, mais vu la gueule du réveil, je me doute que non, tant pis, je vais t’emmerder toute la semaine, je suis sûr que tu viendras même à regretter que je sois venu. »
Le français lève les yeux au ciel. Oui tu seras chiant, c’est un peu pour ça qu’on t’a foutu chez les RK puisque nos confréries sont rivales. Il sort des sentiers battus et il râle. Ses menaces d’être chiant n’atteignent même pas le futur chef des RK puisqu’il s’est heurté à pire. Pire ? Hum, Lawner a quand même du potentiel. S’il en arrive à devenir déjà agaçant pour un simple réveil costaud, qu’est-ce que ça sera lorsqu’il devra subir une des épreuves Rho Kappienne ou pire, la chasse ? Cela promet d’être amusant, ça.
« Alors chef ! C’est quoi le programme, non parce qu’il faudrait psa que je t’impressionne et que tu en perdes ton autorité hein, je m’en voudrais affreusement. »
Ho ? Impressionné ? Il hausse le sourcil et émet un léger rire perché entre l’amusement et la moquerie. Impressionné… c’est quand la dernière fois qu’il s’est laissé impressionné par quelqu’un d’autre ? Cela en fait un moment…
« Pour m’impressionner, il faudra te lever de bonne heure, mon grand, crois moi. J’ai vu pire que toi, sois’en sure. »
Réalité tristement réelle puisque deux mois auparavant, c’est dans un hold up qu’il se dressa envers un des braqueurs. Le plus fous, le plus dangereux des quatre. Terrifié certes. Mais trop hardi. Et c’est cette même hardiesse provoquée par les « menaces » de Lawner qui s’infiltra dans ses veines afin d’en enflammer le sang comme le feu parcoure l’essence. Une lueur dangereuse s’éveilla dans les yeux du français alors qu’il répondait au Sigma mu.
« Ton petit dej, tu t’en occupes toi-même comme un grand. Après tout, t’es un « rebelle » non ? » Murmura t-il en mimant des guillemets. « T’as besoin de personne pour cuire tes œufs et boire ton café. Alors viens dans la cuisine. Je vais te dire ce qu’on fait aujourd’hui. Ca va te plaire… »
Il l’entraina alors dans la cuisine où il prit place au buffet. Son café bouillant avait perdu de sa température. D’une main, il indiqua la place à côté de lui. Dans la pièce, plusieurs personnes. Emeric déjà, avec son café comme à son habitude. Puis Trey avec sa bière matinale. Evangeline aussi. Cette petite lueur d’espoir de l’humanité. La jolie Evangeline… brrrr… ho et Ashlyn aussi. Mais depuis quelque temps, la jeune cavalière avait mis ses distances par rapport au français. La cause en était… cette farce du cours d’anglais. Là où Siegfried s’était attendu à de l’amusement, il n’avait trouvé que de la colère. Pour elle, il n’était qu’un Rho Kappa de plus, un connard qui prendra plaisir à humilier les têtes d’ampoules. Il eu un serrement au cœur en la voyant passer à coté de lui. Elle lui adressa un simple sourire mais rien de plus. Rien de ce qu’il avait trouvé à Forever Florida.
Il but une gorgée de café et invita Lawner à se servir. C’est bon, pas besoin  de traire des vaches pour avoir du lait hein. Y’a du café et des toasts. Comme d’hab. C’est pas un cinq étoiles.
« Bien », dit-il d’un ton calme. « Aujourd’hui, nous allons commencer cette semaine avec un petit jeu, hm ? Tu vas me montrer ce dont les Sigma Mu sont capables. Alors grosso merdo, chaque membre de cette confrérie doit remplir un quotat d’épreuves : Ce sont les travaux d’Arès et d’Artémis. J’en suis presque à la fin. M’enfin, c’est pas le sujet. Mon épreuve est simple. Plus simples que celles que je te réserve. Le but est amusant, tu vas rire ! Il suffit de faire une partie de croquet… » Il fit une pause et regarda la réaction de Lawner. Il sourit puis rajouta « …. Dans la bibliothèque. Evidemment. Sinon, ce n’est pas marrant. Alors, tu as le choix. Soit tu fais tout pour m’emmerder et nous faire choper par la vieille morue gardienne de livres et tu finis en retenue avec moi, soit… tu fais un effort et tu me montres un peu ce que t’as dans le pantalon. Tu as le choix. Mais fais gaffe, parce que si on commence la semaine avec des retenues, je vais me sentir légèrement désappointé et je te ferais passer TOUTES les épreuves des RK. Et en une semaine, c’est un peu fatiguant. Alors ? »
Il le fixa, fermement décidé à ne pas se laissé marcher dessus. Ho, il est sept heures.
« Ho et je te nomme… Grumpy cat. Ca te va bien, et encore, même Grumpy cat a l’air plus joyeuse. Santé ! » dit-il en heurtant son café à celui de Lawner. « Tu vas t’amuser cette semaine, c’est moi qui te le dit Grumpy cat."
 
 
 
 
 
 
 
Hexamètre dactylique – Virgile eneide.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque    Mer 8 Oct - 10:19

Mission I: L'Epreuve de la Bibliothèque:
Siegfried Wade & Eric Lawner.




Crédit Musique: Green Day: Holiday
J'avais réussi à échapper aux scouts et leur morale à deux ronds sur la vie au grand air, petit, mes parents ne m'avaient jamais emmenés à l’Église parce ce qu'ils ne sont pas croyants pas comme mes abrutis d'oncle et tante, j'ai même réussi à échapper à l'armée à cause de ma correction de vue, mais devoir me payer une semaine chez les RK sous les ordres d'un inconnu je ne pouvais pas y échapper, et je savais déjà que je n'allais pas aimer. Je me souviens vaguement d'avoir demandé cette Confrérie à mon arrivée à Wynwood, je fais pas mal de sport et ça a une place assez grande dans mon emploi du temps, mais les méthodes et l'organisation des Rhô Kappa n'étaient pas au final ce que je cherchait dans une Confrérie, levé tout les matins à 6h30 par des méthodes aussi drôles qu'un film de Terrence Malick, train de vie quasi militaire et un sens de la hiérarchie qui me repoussait bien comme il fallait. J'étais très bien chez les rebelles, et je ne voyais même pas pourquoi, pour une raison ou une autre j'aurai pu/dû m'intégrer chez les Rhô Kappa. Et bien à cause d'une mystérieuse force agissant sur Wynwood, qui non contente de nous faire péter nos portables et nous lever à 3 heures du mat' nous menait par le bout du nez et nous forçait à changer de Confrérie, c'est donc par ce coup du sort que je me retrouvais pendant une semaine sous les ordres d'un illustre inconnu chez les Rhô Kappa, pas besoin de vous faire un dessin pour vous dire que je me réjouissais déjà comme un petit fou de devoir me plier à toutes les lubies d'un des sportifs pendant tout ce temps. Oh il y avait une réjouissance que je me garderai bien d'annoncer à mon « mentor », durant cette semaine, quelque chose que je ne lui dirai que le dernier, le fait qu'il y aura un match retour le lendemain, c'est lui qui viendra crécher chez nous et je sens que je vais bien m'amuser, tiens toi prêt mon petit mentor, les choses drôles ne font que commencer…

Rien que notre petit échange de textos donnait le ton de ce qu'allait être ma semaine, ce mec avait l'air d'être un vrai rigolo, je n'en attendais pas moins, d'après ce que j'ai compris il voulais m'apprivoiser et il m'appelai « mon canard », comme c'est touchant, il espère vraiment que je vais me laisser faire en plus, très bien il va apprendre à ses grands dépends qu'on ne fait pas plier un Sigma Mu comme çà, il va avoir de la résistance, on verra si il m'appelle encore mon canard au bout d'une semaine, il paraît que je peux être tout à fait entêté quand je veux. Je lui répondis quelque chose du genre : « je suis impatient que ça commence j'ai toujours rêvé de faire l'armée mais que malheureusement je n'avais pas de treillis. » J'espérais qu'il saisisse là toute l'ironie de mon message, néanmoins dans un ultime message j'acceptais le rendez-vous le lendemain chez les RK, j'imagine que mon mentor était déjà à réfléchir à des plans machiavéliques, t'inquiètes pas Siegfried Wade, car c'est ainsi que se prénomme mon mentor, je te réserve quelques petites surprises moi aussi...

Bon autant déterminé que j'étais à en faire voir de toutes les couleurs à mon mentor d'une semaine j'avais quand même une certaine appréhension sur cette semaine, je savais de quoi les RK étaient capable et c'était pas du joli, les défis qu'ils lancent à leurs « puceaux » étaient réputés comme assez durs et dégradants, alors que je faisais ma valise pour une semaine je me trouvais furtivement entrain de penser que comme Leah j'aimerai bien aller cueillir gentiment des pâquerettes chez les NZ. Ceci dit je n'étais pas du genre à me défiler comme çà, j'allais faire cette semaine et advienne que pourra j'y survivrai en lui ayant rendu la vie la plus pourrie possible, j'en suis totalement capable.

Mais rentrons dans le vif du sujet, pas notre rencontre parce qu'il n'y a pas grand-chose à dire la dessus en vérité, non sautons directement au matin, 6h30, enfin pour moi c'est encore la nuit à cette heure là, plus habitué à me réveiller trois quatre heures plus tard. Punaise il caille dans cette chambre tout d'un coup, il ouvert la fenêtre ou bien ? Instinctivement je me recroqueville sur moi-même pour chercher de la chaleur, en vain, un petit moment passe et je suis encore endormi, juste cette sensation de froid qui me titille et m'agace inconsciemment.

Et puis un vacarme horrible déboula dans la chambre, quelque chose de métallique et répétitif, je feignais de rester endormi me doutant bien que c'était Siegfried qui essayait de me réveiller à la manière forte en beuglant comme pas possible en frappant sur une casserole, punaise il avait rien d'autre à foutre que çà, je sais pas moi comme dormir par exemple ? Mais non ce dernier criait toujours autant, des trucs à propos de travaux, de puceau et de truc à accomplir, mais surtout qu'il était 6 plombes du matin et ça c'était inacceptable.

« Oh bordel la ferme ! C'est bon j'ai compris que je devais me lever alors met là en veilleuse Wade ! » Me frottant les yeux je m'étirais doucement. « Punaise tu es aussi agréable qu'un char Patton le matin toi c'est pas vrai, on t'a jamais appris le réveil en douceur ? » Difficilement je me relevais, enfilant mes vêtements mécaniquement je lui dis : « fais bien gaffe au choix du surnom il se peut qu'après un réveil comme celui là je soit légèrement susceptible… Bref le petit dej' a intérêt d'être bien, mais vu la gueule du réveil je me doute que non, tant pis je vais t'emmerder toute la semaine, je suis sûr que tu viendra même à regretter que je sois venu. » Souriant espiègle je me tournais vers lui : « Alors chef ! C'est quoi le programme, non parce qu'il faudrait pas que je t'impressionne et que tu en perde ton autorité hein je m'en voudrais affreusement. » Mon sourire ne me quittait, maintenant c'est la guerre Wade, çà commence tout de suite...

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque    Lun 29 Sep - 19:48

Deux semaines depuis le braquage. Tout va relativement bien. Les blessures se referment lentement. Seul le temps est un remède et maudit sois celui qui tente d’accélerer le processus. Siegfried trouve une tranquilité relative dans l’exercice de ses devoirs. Il faut bien prouver aux professeurs qu’on en a dans la ciboulette n’est ce pas ? Hé bien, trigonométrie, à nous deux !
Il ne comprend que la moitié. C’est vague dans sa tête mais au moins ses exercices avancent assez vite. Ce n’est pas ce qu’il préfère mais tant pis. Mais voilà, il faut bien un élément perturbateur dans le récit de sa soirée. Cet élément prend la forme d’un sms. Was ? Il consulte. Et le texto a de quoi le faire sourire.
 
« Bon, bon, me demande pas comment j’ai eu ton numéro mais le fait est que pendant une semaine je suis sous ta responsabilité je dois devenir pendant une semaine complète un véritable RK c’est y pas beau tout ça ? Ah au fait moi c’est Eric, c’est peut-être utile que tu saches ça. Bref Salut. »
 
Chef des SM hein. Humm… hé bien, hé bien, pourquoi pas ? Siegfried acquiesce pour lui-même et répond en souriant doucement :
 
« Un petit rebelle à apprivoiser ? Pas de souci mon canard, je serais ton entor pour toute la semaine. Tu m’aimeras et tu ne voudras plus quitter les RK. Prêt à souffrir ? Je t’attend devant le bâtiment des  RK demain soir à… 19H. La vie des RK commencera dès ce moment-là. Tu vas aimer.
Ton mentor d’une semaine. »
 
« Oh chouette un mentor je ne demandais que ça, en plus il parait que je suis mauvais élève, l’armée ça me fera du bien, j’ai pas de trailis par contre. A demain mon petit mentor J »
Et voilà. A présent, l’enseignement de Trey va peut-être porter ses fruits. Il reposa son portable et reprit son style pour attaquer le dernier exercice, non sans surveiller la sonnerie de son portable. Répond, répond… que je sache un peu à qui j’ai affaire….
Bip !
Il repose son stylo. Parfait. Eric accepte le rendez vous. Bien, ce n’est  pas comme si tu avais le choix après tout, jeune homme. Siegfried prend un air songeur, se demandant bien ce qu’il pourrait faire comme activité pour son apprenti puceau.
Il sourit intérieurement.
Un autre sms. Celui de son mentor cette fois-ci. Confirmation de l’initiation d’Eric. Toi, tu prendras cher, mon grand.
 
Ma poule s’est le moment de montré que t’est un vrai RK ! Me demande pas pk mais on te colle Lawner (un PS) H24 pour klkes jours, jconte sur toi pour lui en faire bavé !! Sois mon digne puceau chéri, ok ? <3 xx » 
 
 
C’est le matin, il est Six heures trente. Azrael n’a pas dormit dans son lit, par conséquent, Sieg laissa son lit à Eric. Ce dernier dormait d’un sommeil apparemment lourd. Mais profite s’en cher puceau : Siegfried estime sa chance immense d’être déjà mentor, même s’il ne le sera qu’une petite semaine. Que tu es mignon à dormir dans cette position fœtale. On dirait un petit chiot qui n’a pas encore ouvert les yeux. Tu te recroquevilles sur toi-même d’ailleurs… pourquoi ? Il doit faire froid d’un coup, parce que ton mentor retire douuuucement la couverture de ton corps. Tu cherches encore un peu de chaleur mais tu n’en trouveras que dans la tasse de ton café du matin, parce que dans deux secondes tu seras réveillé. Impossible de te rendormir car le réveil sera aussi stressant que celui d’un animal à l’affut. Prêt ?
Siegfried se demanda comment le réveiller ? Une manière douce ou fracassante ? Il se souvint de son premier réveil. Trey l’avait réveillé d’une sonnerie retentissante. Il en entendait encore les tympans. Et ça, c’était clairement l’esprit Rho Kappa. Mais maintenant, à lui de marcher sur les pas de son mentor. Alors que vas-tu subir comme réveil jeune homme ? Ha je sais !
Rainbow dash sortit de la chambre et s’en alla dans la cuisine chercher le matériel adéquat et revint dans la chambre. Le français se rapprocha du lit du Sigma mu de sorte à ce qu’il l’entende bien du plus profond de ses rêves.
 
« On se réveille le Sigma Mu ! » Déclara t-il à haute et intelligible voix en frappant une casserole d’une cuillère en ferraille – ce qui réveillerait n’importe qui, même un ronflex – « Aujourd’hui, c’est ton premier jour d’initiation ! Dehors il fait plutôt beau et la température est de 25 degrés à l’ombre ! Soleil toute la journée ! Les cours commencent dans quatre heures, ce qui nous laisse le temps de jouer un peu tous les deux ! Allez debout ! » Il continua de frapper la casserole de la cuillère. « Je continuerais jusqu’à ce que tu mettes tes deux pattes arrière sur le sol là. » Bam, bam, bam… ! Il tient le coup ce type là… d’autres auraient craquer… ! « J’ai l’honneur aussi de t’inviter à un des 50 travaux d’’Arès et d’Artémis. Que sont les 50 travaux d’Arès et D’artémis ? Bonne question, merci de me l’avoir poser. » Bam, bam, bam « J’applaudis. Heum. Alors, c’est une suite de travaux que l’on doit tous remplir afin de devenir un baptisé. Avant d’être baptisé, tu n’es qu’un puceau. Ho et comme tu es un puceau, j’ai le droit de te donner un surnom. Je ne l’ai pas encore choisi mais ça va venir. Ne t’en fais pas, tu vas aimer. Et maintenant debout. » Bam !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque    

Revenir en haut Aller en bas
 
MiSsIoN I : L'épreuve de la bibliothèque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission D] Du rififi dans la bibliothèque
» [Mission] L'épreuve du tombeau
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: