AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   Sam 11 Oct - 21:39

- « T’as raison, c’est deux minutes de trop »

Meika soupira intérieurement mais à vrai dire, elle ne s'attendait pas à autre chose venant de la part d'une SM. Elle n'avait pas pour habitude de mettre tout le monde dans le même panier, mais après tout, les élèves étaient classés dans les confréries selon des critères précis, alors de toute évidence, tous les SM devaient être pareils.

- « Ouais, bah écoute si t’as que ça à foutre de tes journées, tant mieux hein. Moi j’ai un peu autre chose à faire qu’aller me snifer au pollen dans les quatre coins du monde ou dans cette forêt aussi paumée que ta confrérie à me niquer les fesses sur un cheval »

- Cesse donc de traiter ma confrérie de la sorte. Si elle ne te plais pas, soit, c'est ton droit mais garde tes avis pour toi. J'ignorais que les SM étaient aussi douillets.

Meika avait gardé un ton des plus calme et placide en disant cela. Elle avait de la patience en elle mais aussi un sacré caractère, pour le moment, c'était le premier qui prônait. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'elle entendait ce genre de discours. A force, on était las et habitué.

- « D’accord… »

Non ? Elle l'acceptait sans broncher ? Mais quand la SM se mit à rire, Meika voyait ce tableau plus logique. Les caucasiens ne pouvaient pas la comprendre après tout.

« T’es pas sérieuse ? En fait tu te paies ma tête, c’est des conneries tout ce que tu me racontes ? Ou alors t’es encore plus atteinte que je ne le pense, ce qui serait vraiment inquiétant vu ce que je pense déjà… Peut-être que tu me diras après, que t’as été élevée par les loups comme Mooglie, que les animaux font le ménage dans ta confrérie, comme blanche neige et pour aller plus vite tu passes de liane en liane comme Tarzan ? Non parce que on nage en plein délire là. Tu connais pas un lapin toujours à la bourre non plus ? On sait jamais…t’as vu, je connais même mes classiques. Merci la télévision ! Mais j’imagine que toi ça ne te parle pas. »

Meika fixait Leahna en silence puis haussa un sourcils et hocha doucement la tête en répondant :

- J'ai l'impression que le délire ne vient pas que de moi...Cela dit, t'es gentille, c'est pas la peine de me traiter de la sorte d'accord ? Je veux bien que tu n'aimes pas te retrouver chez les NZ, ni avec moi mais ce n'est pas ma faute non plus si on t'as assigné à moi.

Elle haussa les épaules à l'adresse de la jeune fille tout en poursuivant le chemin tracé dans les profondeurs de la forêt. Elle continuait de lui expliquer sa façon de voir les choses mais quand on avait pas grandi de la même manière, c'était presque impossible.

- « De toute façon, tu veux quoi ? Partir faire la guerre avec on arc et tes flèches ? T’iras loin et pour la famine, ça va être une chaine sans fin. On va tous se démener à leur donner de l’eau ou de quoi se nourrir et puis nous serons dans le besoin mais eux, probablement qu’ils n’en auront rien à secouer. C’est bien mignon de penser aux autres, mais parfois c’est tout aussi bien de ne rien faire. C’est impossible d’aider tout le monde, peut-être que tu devrais redescendre de ton petit nuage et arrêter de croire qu’on peut sauver le monde. Et puis je te signale qu’avec toute la nouvelle technologie, on peut aussi guérir des maladies qui, justement, viennent de ces pays là. Tiens, pour ça tu vas me dire que la modernité, c’est bien ? T’as pas un discours très cohérent, en fait t’es vieux jeu juste pour ce qui t’arrange alors arrête de jouer les mères Thérèsa.

- Il faut toujours que tu vois tout tout noir ou tout blanc. "Puisque je ne peux pas sauver le monde alors je ne fais rien du tout". C'est pas un peu lâche comme discours ? J'aime autant dire que j'essaye de faire de mon mieux, même si tout le monde n'en profite pas, un minimum, c'est déjà bien. Même si on me dit que c'est impossible d'aider tout le monde, que c'est une perte de temps, une idée perdu d'avance, au moins, j'aurais fait ma part. Je ne suis pas complètement contre la modernité, c'est bien si des maladies peuvent être guéries, mais d'un autre côté, si vous ne connaissiez pas le tabac, l'alcool et la malbouffe, il y a déjà la plus grande majorité des maladies de cette époque qui pourraient être inexistantes.

- tiens d’ailleurs, pourquoi t’y vas pas toi au lieu de prêcher toutes ces belles paroles ? Ben non, à la place tu préfères t’emmerder sur un cheval au beau milieu d’une forêt. Alors au final, t’es pas plus parfaite qu’un autre être humain. T’es juste 2 siècles en retard, c’est tout »

Meika s'arrêta à son tour et fit pivoter son cheval vers Leahna. Elle l'observa longuement, secouant lentement sa tête de droite à gauche, elle afficha un faux sourire avant de répondre d'une voix doucereuse :

- C'est incroyable...C'est amusant de voir que ceux qui te reproche toujours de ne rien faire au lieu de parler sont ceux qui se préoccupe le moins des sujets concernés. Qu'en sais-tu au juste Leahna ? Que sais-tu de ce que je fais ? Tu n'en a aucune idée, moi si. Et je fais ma part bien plus que la majorité des élèves de Wynwood. Je m'emmerde sur un cheval, comme tu dis, j'ai deux siècles de retard ? C'est ton avis. En t'écoutant, je ne regrette rien...

Elle reprit son chemin en ajoutant sans regarder la jeune fille :

- Ah et aussi ! Aucun être humain n'est parfait !

La balade se poursuivit dans un silence certain. Au bout d'un moment cela dit, la conversation reprit. Meika expliqua l'importance de la nature sur la planète mais ça ne rentrait toujours pas dans la tête de la SM

« Ah mais rassure toi, j’y touche pas à la nature. D’ailleurs, je ne tonds jamais la pelouse, j’en ai juste rien à secouer. Dis moi, quand tu marches dans l’herbe tu t’y prends comment ? Tu te sens en difficulté pour respirer ou bien quoi ? »

Cette fois ci, Meika décida de ne pas répondre. Elle n'avait pas grand chose à répondre à cela, ça ne brillait pas de beaucoup d'intelligence. Il était vrai en revanche que la SM était ni braconnier ni bucheron dans la forêt amazonienne. Elle ne lui reprochait en rien le fait qu'elle ne touche pas à la nature, tout ce qu'elle voulait, c'était lui faire comprendre certains trucs.

- « Ouais bon, ne te méprends pas non plus. On ne se tape pas dessus, on s’exprime et voila. Tu dis toi même qu’il faut savoir se rebeller, bah c’est ce qu’on fait chez nous. On dit aux autres quand ça nous plait pas. Faut pas croire que dans ma confrérie c’est le Bronx, il n’y a encore jamais eu de meurtre rassure toi. Et c’est pas en buvant un verre de temps en temps ou fumer deux trois pet’ qu’on va se ruiner la santé. En fait, peut-être que toi aussi tu devrais venir une semaine dans ma confrérie. T’arrêterais surement de te dire que ce sont des monstres ivrognes. Par contre tu devras ranger tes discours de bisounours parce que ça risque de ne pas plaire. »

- Du calme, je n'ai jamais traité ta confrérie de la sorte, je répète simplement ce que tout le monde en dit. Peut-être bien qu'un jour ce sera mon tour de venir qui sait.

L'idée ne l'enchantait pas mais Meika était une fille ouverte à tout. Elle n'était pas prête d'apprécier les SM mais ne les détestait pas pour autant. Elle cherchait elle même à s'intégrer parmi les blancs, mais la plupart tel que Leahna ne l'aidaient pas beaucoup pour cela, préférant la dénigrer sous prétexte qu'elle pensait d'une autre façon. Au bout d'un moment, la jeune fille arrêta soudainement sa monture. Le remarquant, Meika en fit de même, se tourna vers elle en l'interrogeant du regard.

- « Ahhhh ben je peux te dire que rien des Nu Zeta serait intéressant chez les Sigma Mu. Même s’ils planent de temps en temps, ils ont quand même un côté terre à terre si tu vois ce que je veux dire. Comme quoi ta confrérie ne sert à rien puisque sauver le monde est impossible. CQFD »

- Au moins elle a un but. Quel est celui de ta confrérie ? Aucune cause n'est perdu quand il y a encore quelqu'un pour y croire. Nombre de chose qui n'aurait pas changer dans notre société si personne n'avait tenu bon pour approuver ces idées.

Puis, voyant la SM se dépatouiller avec son téléphone, Meika eut dans l'idée de le lui confisquer mais la jeune fille se rebiffa tout de suite comme si l'amérindienne l'avait agressé avec un revolver :

- « Là ma pauvre, tu te fourres le doigt dans l’œil. Je suis chef d’une confrérie et contrairement à toi, je ne vis pas deux siècles en retard, donc il est hors de question que tu me prennes mon portable. Pendant que toi tu joues à compter les brindilles qu’il y a dans cette forêt, à bouffer de la terre ou à dormir dans une grotte, moi j’ai des responsabilités alors la nature, la pollution et ta paranoïa, tu te les gardes, mais t’auras pas mon portable. »

- Oh c'est bon ! Garde le ton précieux. De toute manière, il n'y aura pas de réseau avant un bon moment.

Elle reprit la marche. Encore pendant un temps, seul le bruit des sabots des chevaux s'entendait. Puis Meika rompit ce nouveau silence en demandant :

- Si tu as tant horreur des NZ, pourquoi es-tu là ? Je veux dire, t'es une rebelle, t'es même la chef des rebelles alors qu'on t'oblige ou non, si tu ne voulais vraiment pas, tu n'avais qu'à faire valoir ta parole comme tu sais si bien le faire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   Mer 8 Oct - 22:45

- L'ennui c'est que pour toi, je n'ai pas l'impression que deux minutes vont déjà...

Leahna chipotait toujours à son portable, essayant en vain de le faire fonctionner. Elle voulait appeler n’importe qui, mais elle voulait quelqu’un et si possible, quelqu’un qu’elle appréciait. Elle ne connaissait pas Meika, mais sans en savoir plus, elle se doutait que ça n’allait pas être demain la veille qu’elles arriveraient à s’entendre.

- « T’as raison, c’est deux minutes de trop »

En effet, la nature elle s’en contre-fichait, les chevaux aussi : ça puait, ça bavait, c’était plein de mouches et en plus de ça, ça faisait mal au cul. La sigma mu enviait Eric de se défouler chez les Rho Kappa ou même Shane de se farcir une Khi Omikron, Mike d’avoir Nina ou encore Elena d’avoir Mahina. Les yeux toujours rivés sur son portable, elle écouta néanmoins les paroles de la Nu Zeta.

Effectivement, avec de plus beaux paysages, ça serait encore mieux mais certainement pas devant un écran. Voir de ses propres yeux, respirer un air dépourvu de pollution, tant qu'on ne l'a pas connu, on ne saura jamais ce que c'est.

- « Ouais, bah écoute si t’as que ça à foutre de tes journées, tant mieux hein. Moi j’ai un peu autre chose à faire qu’aller me snifer au pollen dans les quatre coins du monde ou dans cette forêt aussi paumée que ta confrérie à me niquer les fesses sur un cheval »

Leah finit par capituler et rangea son portable dans la poche de son short

- Je viens de Pine Ridge, une réserve amérindienne dans le dakota. Mon peuple a hérité du monde moderne, ça l'a perverti, plongé dans la misère. Ma mère a voulu m'épargner ça en m'élevant...Autrement, avec mon frère, un peu à la manière de...nos ancêtres.

" Réserve ", " Mon peuple ", " ancêtre " en entendant ces mots, Leahna avait vraiment l’impression de se trouver dans un disney. Bientôt Meika lui dira que son animal de compagnie est un raton laveur ou un colibri comme cette arriérée de Pocahontas qui, depuis le temps, n’a toujours pas compris que dans le monde d’aujourd’hui on pouvait allumer un feu à l’aide d’un briquet par exemple. On épargnait de l’énergie.

- « D’accord… » Leahna rigola, se demandant si ce n’était pas plutôt une blague idiote « T’es pas sérieuse ? En fait tu te paies ma tête, c’est des conneries tout ce que tu me racontes ? Ou alors t’es encore plus atteinte que je ne le pense, ce qui serait vraiment inquiétant vu ce que je pense déjà… Peut-être que tu me diras après, que t’as été élevée par les loups comme Mooglie, que les animaux font le ménage dans ta confrérie, comme blanche neige et pour aller plus vite tu passes de liane en liane comme Tarzan ? Non parce que on nage en plein délire là. Tu connais pas un lapin toujours à la bourre non plus ? On sait jamais… » elle tourna la tête vers la Nu Zeta affichant un sourire jaune « t’as vu, je connais même mes classiques. Merci la télévision ! Mais j’imagine que toi ça ne te parle pas. »

Non justement, sans ton téléphone, sans votre technologie, vous seriez complètement perdu. La modernité détruit cette planète, le plus triste étant que personne ne s'en soucis...On préfère regarder la misère au journal de 20h, disant que c'est bien malheureux tout ça, sans pour autant agir

Leah roula les yeux. Quel discours de mère Thérésa encore. Dans quel monde elle vit cette fille ?

- « De toute façon, tu veux quoi ? Partir faire la guerre avec on arc et tes flèches ? T’iras loin et pour la famine, ça va être une chaine sans fin. On va tous se démener à leur donner de l’eau ou de quoi se nourrir et puis nous serons dans le besoin mais eux, probablement qu’ils n’en auront rien à secouer. C’est bien mignon de penser aux autres, mais parfois c’est tout aussi bien de ne rien faire. C’est impossible d’aider tout le monde, peut-être que tu devrais redescendre de ton petit nuage et arrêter de croire qu’on peut sauver le monde. Et puis je te signale qu’avec toute la nouvelle technologie, on peut aussi guérir des maladies qui, justement, viennent de ces pays là. Tiens, pour ça tu vas me dire que la modernité, c’est bien ? T’as pas un discours très cohérent, en fait t’es vieux jeu juste pour ce qui t’arrange alors arrête de jouer les mères Thérèsa. »elle s’arrêta, la fixa et puis reprit« tiens d’ailleurs, pourquoi t’y vas pas toi au lieu de prêcher toutes ces belles paroles ? Ben non, à la place tu préfères t’emmerder sur un cheval au beau milieu d’une forêt. Alors au final, t’es pas plus parfaite qu’un autre être humain. T’es juste 2 siècles en retard, c’est tout »

Leahna ne supportait pas trop les discours de ce genre, elle trouvait ça trop beau, trop naif, trop rempli d’espoir. A quoi ça servait de se battre pour quelque chose qui ne changera jamais ? Elle préférait ne pas perdre son temps pour du vent et profiter de l’instant présent pour vivre ce qu’elle avait à vivre.

- - C'est bien ça le plus triste au fond. Sans nature, il n'y aurait pas de vie sur la planète. Sans les plantes, tu ne respirerais même pas. C'est loin d'être banal.
« Ah mais rassure toi, j’y touche pas à la nature. D’ailleurs, je ne tonds jamais la pelouse, j’en ai juste rien à secouer. Dis moi, quand tu marches dans l’herbe tu t’y prends comment ? Tu te sens en difficulté pour respirer ou bien quoi ? »

- Et c'est si bien que ça ? Se quereller, se battre, perdre sa santé à boire et fumer ?

Leah désespérait de plus en plus

- « Ouais bon, ne te méprends pas non plus. On ne se tape pas dessus, on s’exprime et voila. Tu dis toi même qu’il faut savoir se rebeller, bah c’est ce qu’on fait chez nous. On dit aux autres quand ça nous plait pas. Faut pas croire que dans ma confrérie c’est le Bronx, il n’y a encore jamais eu de meurtre rassure toi. Et c’est pas en buvant un verre de temps en temps ou fumer deux trois pet’ qu’on va se ruiner la santé. En fait, peut-être que toi aussi tu devrais venir une semaine dans ma confrérie. T’arrêterais surement de te dire que ce sont des monstres ivrognes. Par contre tu devras ranger tes discours de bisounours parce que ça risque de ne pas plaire. »

Je sais bien que nos confréries sont très différentes mais je pense que chacune d'entre elles a un point intéressant, instructif, à enseigner aux autres, une leçon. Si je devais chercher chez les SM, je dirais leur côté rebelle, car c'est important de savoir se rebeller, faire part du fond de ses pensées, car c'est comme ça qu'on change un monde.


Après ça, Leahna stoppa net le cheval en tirant sur les rennes de celui-ci. Elle n’en croyait pas ses oreilles, mais finalement se contenta de répondre

- « Ahhhh ben je peux te dire que rien des Nu Zeta serait intéressant chez les Sigma Mu. Même s’ils planent de temps en temps, ils ont quand même un côté terre à terre si tu vois ce que je veux dire. Comme quoi ta confrérie ne sert à rien puisque sauver le monde est impossible. CQFD »

Leah sortit à nouveau son portable n’écoutant presque plus les dires de la Nu Zeta, de toute façon c’était impossible de parler avec cette fille. Elle tenta à nouveau de capter du réseau, mais sans succès ce pourquoi elle demanda à rejoindre la civilisation afin d’appeler Dwight, Shane ou même Eric. Elle regarda la main de l’amérindienne s’avancer vers elle, fronçant les sourcils. Elle voulait lui prendre son portable, elle rêvait en couleur, celle-là

- « Là ma pauvre, tu te fourres le doigt dans l’œil. Je suis chef d’une confrérie et contrairement à toi, je ne vis pas deux siècles en retard, donc il est hors de question que tu me prennes mon portable. Pendant que toi tu joues à compter les brindilles qu’il y a dans cette forêt, à bouffer de la terre ou à dormir dans une grotte, moi j’ai des responsabilités alors la nature, la pollution et ta paranoïa, tu te les gardes, mais t’auras pas mon portable. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   Lun 29 Sep - 22:44

« Noooooon putain c’est pas vrai ».

Meika fit ralentir un peu l'allure de sa monture, jetant un regard par dessus son épaule. La SM était en train de tirer en l'air son téléphone dans tous les sens dans l'espoir d'avoir du réseau mais rien à faire. Meika avait bien choisit l'endroit, elle savait pertinemment que les appareils ne seraient d'aucune utilité ici. C'était bien trop éloigné de la ville, c'était la cambrousse pour la jeune SM ! L'amérindienne regarda de nouveau devant elle, ne pouvant cacher un sourire amusé au comportement de sa camarade pour qui le monde s'écroulait parce que son portable ne pouvait rien capter ici. L'humanité était bien malheureuse ! Meika demanda ensuite l'avis de la jeune fille :

« Disons que la nature, ça va deux minutes. Après si tu m’avais mise devant Ushuaia nature les paysages auraient surement été plus intéressants »

- L'ennui c'est que pour toi, je n'ai pas l'impression que deux minutes vont déjà...Effectivement, avec de plus beaux paysages, ça serait encore mieux mais certainement pas devant un écran. Voir de ses propres yeux, respirer un air dépourvu de pollution, tant qu'on ne l'a pas connu, on ne saura jamais ce que c'est.

- « Qu’est-ce que t’as contre le monde moderne, en fait ? Tu viens d’où ? »

- Je viens de Pine Ridge, une réserve amérindienne dans le dakota. Mon peuple a hérité du monde moderne, ça l'a perverti, plongé dans la misère. Ma mère a voulu m'épargner ça en m'élevant...Autrement, avec mon frère, un peu à la manière de...nos ancêtres.

Mais pour des jeunes urbaniser, cette histoire ne pouvait que paraître ridicule, d'où la gêne de Meika d'en parler. Cependant, elle avait tout de même un minimum de fierté en son héritage pour oser le faire.

- « Moi je pense que c’est bien d’avancer dans le monde moderne, justement. Regarde le portable, qu’est-ce qu’on ferait sans ? Remarque si j’avais pas eu mon portable le jour où j’ai été convoquée pour cette mission, je ne serais pas ici à me faire chier sur un cheval »

Meika baissa le regard, silencieuse un temps. Puis elle répondit d'une voix très calme et assurée :

- Non justement, sans ton téléphone, sans votre technologie, vous seriez complètement perdu. La modernité détruit cette planète, le plus triste étant que personne ne s'en soucis...On préfère regarder la misère au journal de 20h, disant que c'est bien malheureux tout ça, sans pour autant agir. L'argent rend l'homme arrogant et égoïste, pourtant même moi je pense que si on avait su en faire meilleur usage, l'argent n'aurait pas été une si mauvaise idée. Les appareils et autres objets complètement inutiles rendent les gens matérialistes, qui ne pourraient plus vivre sans leur voiture, leur portable ou leur ordinateur. Pourtant il y a quand même plus grave et vital à penser dans le monde.

- « Honnêtement, je ne sais pas. Ca peut – être intéressant si vraiment ce ne sont pas deux confréries extrêmes. Moi je suis pas ce genre de personne qui s’exclame devant des animaux, devant des plantes. Ça ne m’intéresse pas, c’est banal à mes yeux. Rien que dans votre confrérie, c’est calme. Dans la mienne, le matin tout le monde dort et au final on se retrouve tous à midi dans la salle commune pour déjeuner, ça parle, sa rigole, ça râle ça se dispute. Il y a toujours des Sigma mu pour faire tout et n’importe quoi, c’est le boxon souvent, mais au fond même si parfois j’ai envie de les frapper, je peux pas m’empêcher de me dire qu’une semaine sans eux ça va être dur. Surtout que chez vous vous n’êtes pas beaucoup et vous n’êtes pas tous très loquaces. Un échange Alpha psi Khi Omikron ou Alpha psi Nu Zeta, pourquoi pas ? Mais Sigma mu /Nu Zeta c’est à la limite du suicide »

- C'est bien ça le plus triste au fond. Sans nature, il n'y aurait pas de vie sur la planète. Sans les plantes, tu ne respirerais même pas. C'est loin d'être banal.

Quand elle parlait de la confrérie des SM, Meika resta silencieuse un moment, puis regarda la jeune fille avant de lui demander :

- Et c'est si bien que ça ? Se quereller, se battre, perdre sa santé à boire et fumer ? Je sais bien que nos confréries sont très différentes mais je pense que chacune d'entre elles a un point intéressant, instructif, à enseigner aux autres, une leçon. Si je devais chercher chez les SM, je dirais leur côté rebelle, car c'est important de savoir se rebeller, faire part du fond de ses pensées, car c'est comme ça qu'on change un monde.

- « Tu vois, chez nous l’herbe on l’admire pas, on la fume. C’est différent »

- Très différent...Tu sais, je ne te demande pas d'admirer, vénérer ou je ne sais quoi mais au moins un minimum respecter et reconnaître ceux grâce à quoi tu es en vie.

- « T’as pas envie qu’on rejoigne la civilisation pour que je puisse au moins appeler mon copain ? Ou quelqu’un de ma confrérie… »

Meika eut soudain une idée, qui fera regretter la demande de Leahna. Après tout, la jeune amérindienne était comme un mentor pour la SM, c'était à elle de décider et gérer sa vie dans sa confrérie et elle avait bien l'intention de la changer au maximum, quitte à la traumatiser !

- Non, répondit-elle avant de se tourner vers la jeune fille et de lui tendre la main, et d'ailleurs je vais récupérer ce précieux petit appareil pour l'instant. N'ai crainte, je n'ai pas l'intention de lui faire la moindre éraflure. Allez !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   Lun 29 Sep - 21:15

Leahna était en train de vivre sa première semaine dans sa confrérie d’immersion : les Nu Zeta. Confrérie pour laquelle elle ne portait aucun intérêt de près ou de loin. En clair, elle s’en contre fichait totalement et pour cause, elle vivait entourés de rebelles qui s’en fichaient tout autant qu’elle de la nature, des plantes et des animaux. Ils n’avaient d’ailleurs aucun animal chez eux et il était hors de question que l’un d’entre eux ait le culot d’en ramener un. De toute façon, il n’y avait qu’à voir la durée de vie du furet de Ty : 2 mois à tout casser. Probablement que s’ils leur prenaient le délire de vouloir un chien, qu’il allait crever de faim au bout d’une semaine et encore, elle était gentille. Avec un peu de chance, il tomberait sur un mélange détonnant d’alcool ou autre connerie du genre et il mourrait d’un coma éthylique. La première journée, la jeune fille avec qui elle devait passer la semaine, Meika, lui avait un peu expliqué le fonctionnement de sa confrérie. Leahna savait déjà que ça allait clairement lui changer de la vie qu’elle menait avec ses rouges. Ils étaient certes plus emmerdants voir même plus casse pieds. Elle avait souvent envie de leur frapper dessus, mais maintenant qu’elle se trouvait chez les sauvages, ses sigma mu lui manquaient, leur présence et même leur côté totalement déjantés.

Le petit déjeuner dont Leah avait eu droit l’avait déjà rebutée. A ce tarif là, elle allait se briser en deux à chaque fois que qu’une personne oserait la toucher. Comment savait-ils vivre comme ça ? Elle avait refusé de manger et avait suivi Meika jusqu’aux écuries. L’odeur des chevaux lui donnait envie de vomir. Lorsque la nu zeta lui expliqua les bases de l’équitation, Leahna comprit que sa semaine serait beaucoup plus longue que prévue. Au programme : matinée équitation et promenade à cheval, chose qu’elle ne faisait jamais. Chez les SM, le matin existait à peine. Ils se réveillaient tous dans les environs de midi après une soirée arrosée la veille au bar des pirates. Néanmoins, Leahna se prêta au jeu et écouta les explications de sa monitrice pour la matinée. L’idée de grimper sur le dos d’un cheval ne l’enchantait pas vraiment. La voiture, c’était quand même beaucoup plus pratique.

L’après-midi était réservé à cette fameuse balade en foret toujours à dos de ce cheval dont elle avait déjà oublié le nom. La blonde était bien trop occupée à essayer d’avoir du réseau sur son portable pour s’occuper de mener correctement sa bestiole. Elle essaya tant bien que mal de joindre tous les Sigma Mu de sa confrérie. Juste histoire de taper la discute. Elle s’en fichait pas mal d’écouter le chant des oiseaux, c’est pas comme s’il allait changer de toute façon. Elle avait réussi à avoir Shane, à peine 1 minute elle avait aussi tenté Eric mais sans réponse non plus et enfin Dwight. Lorsque la voix de son petit ami retentit dans son oreille, Leahna sourit, heureuse de pouvoir le joindre, le problème était qu’il ne la comprenait pas. Lorsque la conversation coupa en affichant sur l’écran « Pas de réseau », elle s’exclama « Noooooon putain c’est pas vrai ».

- Tu vois ? Ce n'est pas difficile, même si tu dois trouver cette sortie ennuyeuse, c'est pourtant l'une des activités que je préfère le plus.

Leahna rangea son portable dans sa poche et écoutait ce que lui disait Meika

- « Disons que la nature, ça va deux minutes. Après si tu m’avais mise devant Ushuaia nature les paysages auraient surement été plus intéressants »

Ca me permet de m'évader, de penser à chez moi, de me sentir loin du monde moderne, même si je sais qu'il est juste aux portes de la forêt.

Interpelée, Leahna lui demanda :

- « Qu’est-ce que t’as contre le monde moderne, en fait ? Tu viens d’où ? »

Leahna ne connaissait rien de Meika, en même temps elles n’avaient pas vraiment eu le temps de faire connaissance et ça n’allait surement pas être avec la mauvaise foi de la blonde qu’elles y arriveraient.

- « Moi je pense que c’est bien d’avancer dans le monde moderne, justement. Regarde le portable, qu’est-ce qu’on ferait sans ? Remarque si j’avais pas eu mon portable le jour où j’ai été convoquée pour cette mission, je ne serais pas ici à me faire chier sur un cheval »

Que penses-tu de cette semaine d'intégration ? Tu penses que c'est une bonne idée ?

Elle n’en savait rien, à première vue, ça ne lui plaisait pas. Elle avait beaucoup de mal à s’y faire et probablement que c’était compréhensible. Les Sigma Mu et les Nu Zeta étaient totalement différent, de plus Leahna n’était pas ce genre de personne qui mettait la nature avant tout.

- « Honnêtement, je ne sais pas. Ca peut – être intéressant si vraiment ce ne sont pas deux confréries extrêmes. Moi je suis pas ce genre de personne qui s’exclame devant des animaux, devant des plantes. Ça ne m’intéresse pas, c’est banal à mes yeux. Rien que dans votre confrérie, c’est calme. Dans la mienne, le matin tout le monde dort et au final on se retrouve tous à midi dans la salle commune pour déjeuner, ça parle, sa rigole, ça râle ça se dispute. Il y a toujours des Sigma mu pour faire tout et n’importe quoi, c’est le boxon souvent, mais au fond même si parfois j’ai envie de les frapper, je peux pas m’empêcher de me dire qu’une semaine sans eux ça va être dur. Surtout que chez vous vous n’êtes pas beaucoup et vous n’êtes pas tous très loquaces. Un échange Alpha psi Khi Omikron ou Alpha psi Nu Zeta, pourquoi pas ? Mais Sigma mu /Nu Zeta c’est à la limite du suicide »

Leahna pensait malgré tout à sa confrérie. Probablement qu’à l’heure qu’il était ils étaient tous en train de se lever. Elle ne savait pas vraiment comment elle allait retrouver sa confrérie, mais elle savait déjà que ça n’allait pas lui plaire, mais elle s’en fichait un peu au fond, elle serait contente de retrouver tous ses cons.

- « Tu vois, chez nous l’herbe on l’admire pas, on la fume. C’est différent »

Se rappelant du réseau absent sur son portable, elle demanda à Meika

- « T’as pas envie qu’on rejoigne la civilisation pour que je puisse au moins appeler mon copain ? Ou quelqu’un de ma confrérie… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   Sam 27 Sep - 11:42

- Allez viens ! s'exclama la jeune amérindienne.

En cette heure où les cours n'avaient pas lieu d'être, la jeune fille avait décidé de profiter de cette journée radieuse de début d'automne pour s'occuper plus attentivement de la Sigma Mu qu'on lui avait attribué pour cette semaine d'intégration. Pendant une semaine en effet, Leahna allait être en quelque sorte, un genre d'élève désigné pour suivre la vie d'une Nu Zeta. Meika s'était très vite rendu compte lors de leur rencontre que la jeune SM ne s'intéressait ni de loin ou de près à la nature. Non seulement, elle trouvait ça affreusement triste, mais en plus, elle allait devoir faire preuve de patience et sans doute de fermeté pour montrer à la jeune fille à quel point la nature était la chose la plus importante de cette planète. Quoi de mieux qu'une jeune amérindienne ancrée dans ses origines pour cela ? Meika n'avait encore jamais eu affaire à ce genre de situation, mais elle s'en donnera les moyens de réussir, ne serait-ce que d'éveiller un minimum, même une microparticule, la conscience de la SM.

Dès ce matin, elle avait contraint Leahna à la suivre aux écuries, à l'écart de la ville. Toutes deux avaient loué un cheval. Une jument pour la part de Meika, à la robe pie blanche et noire, nommée Moondance. La jeune amérindienne n'appréciait guère la façon dont montaient les hommes d'aujourd'hui. Trop de ferrailles et de cuir si inconfortable pour l'animal. Enfin, il fallait faire avec, elle n'était pas dans sa réserve et n'avait pas le choix de se conformer à ce type de matériel. Experte en équitation, elle entama la matinée en offrant à Leahna les bases de l'art. Après quoi, quand la jeune fille su manier la bête au mieux, elle proposa une balade dans la forêt. Le soleil était haut dans le ciel mais n'affectait que de peu les deux jeunes filles qui parcouraient les bois sur leur monture, protégées par les hautes frondaisons. Meika veillait à rester au côté de la deuxième cavalière, histoire de l'aider si besoin. Seul le gazouillement d'oiseaux invisibles troublait le silence qui s'était installé entre les deux élèves de Wynwood.

- Tu vois ? Ce n'est pas difficile, même si tu dois trouver cette sortie ennuyeuse, c'est pourtant l'une des activités que je préfère le plus. Ca me permet de m'évader, de penser à chez moi, de me sentir loin du monde moderne, même si je sais qu'il est juste aux portes de la forêt. Que penses-tu de cette semaine d'intégration ? Tu penses que c'est une bonne idée ?

(HRP : Désolé si c'est nul^^')
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come with me listen spirits of the nature [Leahna-mini-rp d'intégration]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Le protecteur de la nature~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: