AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Quand Babar invite sa danseuse étoile préférée à faire du croquet. (Jack ♥︎)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Quand Babar invite sa danseuse étoile préférée à faire du croquet. (Jack ♥︎)   Jeu 28 Aoû - 20:28



Mon défi du jour : jouer une partie de croquet dans la bibliothèque sans se faire choper. Pour une fois, j’étais heureuse de devoir faire un tel défi et je savais pertinemment qui j’allais soudoyer comme compatriote. C’était toujours pareil, toujours le même avec qui je voulais faire mes 400 coups, toujours celui que j’avais envie d’emmerder ou sur qui je voulais passer mes nerfs. Le sourire aux lèvres, je pianotais rapidement sur mon portable : « Une partie de croquet dans la bibliothèque, chiche ? » à l’intention de Jack. Le message envoyé, j’accourais jusque la remise où prendre les accessoires pour mon défi. Je fouinais un peu partout, mais impossible de mettre la main sur ces maillets et boules. Voyant Emeric passer par là, je lui criais :

« EMERIIIIC ! J’trouve pas les trucs pour le croquet. C’est Tchernobyl cette remise là » terminais-je légèrement exaspérée.

« CONCHITAAAAA ! Fais-moi plaisir et arrête de gueuler comme une pucelle en chaleur. Je ne suis pas sourd, et je sais déjà que tu craques pour mon corps de rêve. J'ai pas besoin que tu me le fasses remarquer comme ça. »

Il m’entraina vers la remise en haussant un sourcil dubitatif auquel je répondis par un sourire hypocrite.

« Tu t'es mise au croquet, toi ? »

Je le regardai en grimaçant. Kürschner, j’ai une tête et un physique à faire du croquet ? Sérieusement ? Et finalement, plus calmement, faisant abstraction de sa connerie précédente, je répondis :

« C’est pour mon défi dans la bibliothèque, avec Jack »

« Ah ! Aaaah ! » Il s’arrête, acquiesce sur sa seconde onomatopée et reprend :

« Attends, tu cherches dans la mauvaise remise. »

J’arquais un sourcil, mais le laissai chercher, croisant les bras sur ma poitrine dans la deuxième remise. Enfin, il me montre une boite rose de la marque « Barbie ».

« Là »

J’observe la boite et comprends rapidement que j’étais trop petite pour l’attraper. Voyant qu’il ne bougeait pas et donc, ne daignait pas la prendre à ma place, j’attrapai une caisse et montai dessus :

« Putain, tu fais 2,10 mètres, c’est trop te demander de la prendre ? »
« T'iras te plaindre chez ton adorable partenaire. Je suis pas garant de sa fainéantise chronique. » Alors que je redescendais de la caisse avec la boite Barbie, il me demanda « Avec Putassier, t'as dit, hein ? » J’ouvris la boite en espérant qu’il n’y avait qu’elle qui était rose et de la marque Barbie et répondis « Ouaip, ton puceau quoi » Je grimaçai en voyant la couleur des accessoires « Emeric… T’es sérieux là, avec tes Barbie ? » Le chef adjoint ne me répondit absolument rien, parlant à lui même, ce qui me faisait comprendre que oui, il était sérieux. « Ouais. Ce petit enfoiré. Nouvelle règle ! » Une fois de plus, j’arquais un sourcil, me demandant de quoi il parlait quand il me tendit un costume de danseuse, rose avec un tutu « Pour lui » J’éclatai de rire à l’idée d’imaginer Jack en Tutu, mais lorsqu’il me lança le deuxième costume, d’éléphant en tutu lui aussi, je repris mon sérieux, choquée. «Et... pour toi !» Je restai là, sans dire un mot, choquée de ce qu’il me donnait comme déguisement, mais c’était rien comparé à ce qui suivait : « Il ira à ravir avec le stock de graisse qui s'est fait un nid dans tes fesses après toutes les heures que t'as passées à glander sur le canapé. » Enfin, il s’éloigna, sourire aux lèvres m’adressant un signe de la main « Amusez-vous bien ! ». Il commençait vraiment à m’énerver, lui. J’attrapai la boite Barbie et les déguisements et courrai jusqu’à le rattraper « Tu sais c’est quoi ton problème ? T’es jaloux de ne pas pouvoir toucher mes fesses ou même, les admirer parce que tu sais qu’au fond de toi j’ai un cul de compet’, mais j’peux te dire qu’une fois que j’aurais passé mon baptême, j’vais retapisser les murs de ta chambre avec des photos de mes fesses au point que ta bite qui te sers en même temps de cerveau se lèvera toute seule, mais tu sais quoi ? Tu pourras te gratter ! » Enervée, je repris le chemin jusqu’au bâtiment principal, quand il s’arrêta et se tourna vers moi, souriant, toujours en se prenant pour le saint-graal de cette confrérie. Il leva la main gauche et claqua des doigts. J’arquais un sourcil, me demandant une fois de plus quelle connerie pouvait être en train de germer dans sa tête, quand il m’expliqua :

« J'ai juste ça à faire… » il claqua ses doigts une deuxième fois « et POUF ! J'en ai 10 comme toi dans mon lit. J'ai juste à faire ça » il recommença son geste une fois de plus et reprit « et POUF ! 50 pompes pour toi. Et je prendrais bien un petit café, aussi. Bien sûr ça ne veut pas dire que je ne prends pas les photos. J'aime savourer ce que je me ferais un plaisir d'arracher à ta dignité. »

Je rigolai, on ne me l’avait encore jamais faite celle-là. Avançant vers lui avec un sourire aguicheur, je m’exprimai sur le même ton :

« Tu viens subtilement d’avouer que j’avais un cul de compet’, c’était tout ce que je voulais. Gracias jefe » Je lui adressai un grand sourire vainqueur et précisai « Par contre, tes pompes et ton café tu te les gares dans le cul, querido »

Le rho kappa s’approcha de moi et commença son discours sur le même ton que moi, aguicheur : « Tout le monde sait ici que je prêche la tolérance et la diversité. Cul de compet' ou cul adipeux, je fais pas de jaloux. Après libre à toi de jauger dans quelle catégorie se trouve le tien. » Il tapota ma joue, me forçant à pousse sa main en grimaçant et repris « Un indice : c'est pas dans la première. » Je le laissais partir, sans rien ajouter quand il reprit de plus belle « t'expliqueras à Syphillis pourquoi elle doit récurer le sperme qui jonche les chiottes avec ses sous-vêtements ! » J’étais choquée de ce que j’entendais. Comment un homme pouvait avoir des pensées aussi dégueulasses ? Comment pouvait-il infliger ça à une gamine de 14 ans ? Furieuse, je le laissai partir. Enfin, je pris le même chemin que lui et une fois dans la salle commune, je fourrais tous le matos qu’il m’avait filé dans un sac de sport. Je me dirigeai vers la cuisine lui servait un son café et le lui apportai « Tiens, ton café. T’as trois seconde pour le prendre, sinon je le laisse tomber. Comme ça, tu pourras continuer à prêcher ta diversité et ta tolérance. Puis les chiens ne sont pas du genre à faire des chichis. Dans une tasse ou par terre, c’est kiff kiff non ? » Je pris mon sac et me tournai pour partir quand j’ajoutai « Et pour ta gouverne, elle a 14 ans, t’as intérêt à t’en rappeler, si tu veux pas que je revienne sur ce que j’ai dit à Cobb. Ca serait dommage qu’il te vire de la confrérie pour comportement indécent envers une gamine de 14 piges » je fis deux pas et une dernière fois, je repris « Ah ! Et aussi, les pompes, c’est un jeu d’enfant pour une personne qui fait de l’escalade, trouve mieux » Il saisit la tasse toujours avec son sourire que je ne pouvais plus voir en peinture et se contenta juste d’un « Merci Conchita. C'est gentil de ta part. » avec une politesse tellement exagérée pour un mec comme lui que ça infligerait la gerbe à n’importe qui. Je le foudroyai du regard et fini par sortir en direction de la bibliothèque où je devais retrouver Jack, comme convenu.

La vielle à l’entrée me regardait avec des yeux ronds, à mon arrivée. Apparemment, elle n’avait jamais vu de sportif dans sa vie, ou alors peut-être pensait-elle que j’allais monter un camp dans sa biblio. Je cherchai les rho Kappa du regard et une fois dans le viseur, toujours énervée je m’avançai vers lui en lui lançant le sac dans les bras.

« J’ai des envies de meurtre, je peux plus me l’encadrer, Emeric »


Me rappelant les tenues que Kürschner m’avait si gentiment balancées, je tirai Jack jusque dans les toilettes voisines situées au fond de la salle. Je commençai à enlever mes chaussures, ma blouse et mon short sans même donner aucune explication à Jack et repris en lui montrant mes fesses à travers le tissu de mon boxer sur lequel il était inscrit « à faire bander les plus frileux » :

« J’AI des fesses de compet’ ! »

Enfin, j’attrapai dans le sac le déguisement d’éléphant et commençai à l’enfiler quand je me rappelai que Jack aussi avait son déguisement. Je lui lançai le sien :

« C’est pour toi, ça. C’est de la part de ton mentor. Nouvelle règle pour un enfoiré, il paraît »
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand Babar invite sa danseuse étoile préférée à faire du croquet. (Jack ♥︎)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une danseuse étoile à terre - Alessandro
» Momanga ! heu ... j'aime les mangas. Ha merde ... Barbie danseuse étoile ?
» Isara Makoto, danseuse... étoile !
» Quand une tel créature te saute dessus, faut mieux ce laisser faire ;) - TERMINER
» Astuces pour faire apprendre Jackpot à Queulorior.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: