AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   Ven 29 Aoû - 0:55

Le Pi Sigma encore à l'essai dans sa confrérie s'était précipité vers la jeune fille qui vendait des bonnets, des gants et des écharpes pour l'hiver.
Très pudique et innocent, le pauvre jeune Sioux qui n'était pas habitué à voir les filles à moitiés habillées, détournais les yeux du reste du corps de la vendeuse, fixant son visage.
Au moins, là, il était sûr de ne pas pécher. Mais entre nous, le Catholique "si fervent" faisait quand même d'autre trucs de pas bien, comme mentir par exemple. En plus, il avait des photos de filles sexy collés sur à l'intérieur de son casier, dans sa chambre et dans son salon  !
La demoiselle lui dit : « Rassure toi, ce n’est qu’une poitrine. Ça ne mord pas, mais bonjour ! ». Pay baissa la tête et esquissa un timide sourire.
Il était très respectueux et préférait quand même ne pas regarder autre part que le visage de la brunette. Il demanda donc en regardant droit dans les yeux la bomba (certainement latino)  si elle n'avait pas quelques bonnets et gants pour lui. Il donna les couleurs également, comme si il comptait en faire une collection.
La fille aux longs cheveux bruns ondulés s'étonna d'une commande aussi nombreuse : « Ben j’espère que tu prévois une expédition en montagne pour acheter tout ça ».
Le Sioux Lakota pouffa de rire et expliqua : « Je ne suis pas d'ici et je ne sais pas comment cet hiver sera.On ne sait jamais ! Il vaut mieux être prévoyant ! Imaginez qu'une tempête s'abatte sur Miami !  Je suis plutôt frileux. Et puis...je peux mettre un bonnet juste pour le style.».
Paytah Yellow était quelqu'un de très frileux, contrairement à Ty qui, lui, de son vivant avait tout le temps chaud.
Juste pour le swag, Pay mettait des bonnets quand c'était l'hiver, rude ou doux. A Cheyenne River, il neigeait et quelque fois, il y avait même eu de grandes tempêtes de neige. Bien sûr à Miami, c'était très peu prévisible une tempête de neige, mais Pay décida quand même d'acheter de bons bonnets et des gants. Peut-être irait-il cet hiver à Cheynne River voir ses parents et Ehwakan, à Los Angeles voir Ehawee, à Las Vegas voir Matoskah et à New-York voir Lootah. Ses frères et ses sœurs s'étaient séparés de leur parents, sauf Ehwakan, mais ça n'allait pas tarder. Il allait partir à Seattle ou à Honolulu (il hésitait encore) bientôt.

La brunette sortit tous les coloris des articles qu'avait commandé le jeune Sioux et le posa sur la table. Paytah les regarda et les toucha pour admirer la qualité. C'était parfait, exactement ce qu'il lui fallait !
« Et comme t’es un de mes plus fidèles clients, je t’offre une écharpe de ton choix ! Tu veux quel coloris ? ».
Paytah réfléchit un instant. Il hésitait entre jaune, bleu, rouge ou blanc.
« Bleu ! ».
Le Bleu était décidément une de ses couleurs préférées.
La jolie brune se mit à calculer puis annonça la somme : « Ca fera 60 dollars sans compter l’écharpe et tes deux paires gratuites. Por favor. »
La brunette sexy lui confia ensuite:
« C’est cool, grâce à toi j’peux remballer le tout et décamper d’ici ! »
« Tu n'a pas l'air de vouloir vendre tout ça ! », fis le garçon brun en se rendant compte que la demoiselle ne devait pas aimer vendre des articles d'hiver habillée avec un maillot qui découvrait tout son corps ou presque. Elle avait peut-être accepté ce job avec des contraintes.
Le client fouilla dans la poche de son jean et tira un porte feuille.
Un jeune-homme musclé bien plus âgé que Paytah et qui devait avoir l'âge de Ty (ou bien plus) s'approcha des deux jeunes et lança à la brunette : «Hm hm Conchita, c'est trop facile ! » Le jeune de 16 ans attrapa un billet de 50 $ puis un autre billet de dix. Il les tendis à la jeune-fille avec un grand sourire, puis, empila les bonnets et les gants les uns sur les autres. « On ne valide pas quand c'est les doigts dans le nez. Vends encore une écharpe, à une fille cette fois, et ça sera considéré comme ok. Avec mon respect, qui plus est.». 
L'Amérindien aux origines amérindiennes et asiatiques mit l'écharpe autour de son cou, puis, attrapa ses achats. Il jeta un regard au garçon qui était venu les rejoindre et lui adressa un bref salut d'un signe de tête. Pay compris que la bombe qui était juste devant lui avait été obligé de vendre les articles. Peut-être même avait-elle été obligé de vendre habillée de cette tenue ridicule !
Le mec filmait ou prenait en photo la pauvre jeune-fille qui avait été obligé de vendre en ce matin des articles pour l'hiver. Paytah eut pitié de la pauvre créature qui avait été humiliée.
Il la regardait d'un air compatissant, un sourire de grenouille aux lèvres (non sérieux ce sourire me fait penser à une grenouille) tout en jouant avec son médaillon noir qui avait une représentation de Jésus sur la croix dessus.
« Un petit sourire ? C'est pour ton Mentor ! Tiens, mec, pose avec elle pour immortaliser cet instant, s'teplait ! »
Pay tourna la tête vers l'inconnu. Il lui avait adressé la parole. Paytah ne se fit pas prier deux fois. Il se plaça à côté de la brunette et fit le plus beau sourire du monde. Il était très photogénique, alors ça passait.

A la fin de la photo, il serra la main du mec et en lui disant : « Au revoir et merci. ». Puis, il se tourna vers la jeune fille trop jolie et lui dit : « Au revoir mademoiselle, merci pour tout. Bon courage. ».
Il fit quelque pas en avant, puis se tourna vers les deux jeunes et leur lança : « Bonne journée. A bientôt. ».
Le petit Sioux leur fit un sourire, leur fit un signe de la main puis s'en alla, écharpe bleu au cou et une pile d'article pour l'hiver dans les mains.
Il alla les déposer dans sa voiture, puis revînt sur la plage.
Il retourna à son stand et continua sa vente, joyeusement. Il pria pour que la jeune-fille réussisse son épreuve.
Elle réussirait, il n'y avait pas de doute.
En tout cas, il avait fait une belle affaire ! Il aurait de bons accessoires pour l'hiver !
Il ne lui restait plus qu'à acheter des manteaux.
Ça, c'était encore une autre histoire !
Pay leva ses yeux un instant, regardant si il voyait au loin la vendeuse et son chapron. Personne. Il toucha tout de même son médaillon en souhaitant de tout son cœur qu'elle réussisse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   Jeu 28 Aoû - 23:42

« Trey ! J'ai besoin de toi pour une épreuve ! »

Je relevai le nez du match de basket que j'étais en train de regarder, et lançai un regard interrogateur à Matthew.

« Mhh ?
Soraya doit aller vendre des écharpes et des bonnets sur la plage en tenue de Borat, mais j'avais complètement zappé que je devais être à l'Univ' pour un match, du coup je ne saurais pas aller valider le défi... tu peux prendre ma place, pour cette fois ?
Hahaha, quelle question ! Avec PLAISIR ! » m'exclamai-je en rigolant d'avance rien qu'à imaginer Conchita dans son beau maillot.

« Oublie pas de faire des photos ! 
Tu m'étonnes ! »

Nos rires goguenards s'élevèrent dans la salle commune, et il fut alors entendu que je chapeauterais Soraya le lendemain, lors d'un des 50 Travaux. Sûrement l'un de mes préférés, d'ailleurs, allez savoir pourquoi.
Le lendemain, je me réveillai de bonne humeur. Notre Pucelle était déjà prête, et je dois bien avouer qu'il me fallait me forcer pour ne pas lui mater les seins en bavant sur mon débardeur. Elle avait beau être une sale tacos mexicaine – ou portoricaine, ou peu importe d'où elle sortait –, cette nana avait le corps d'une vraie Rho Kappa. Avec un « maillot » pareil, c'était tout juste si elle ne me faisait pas bander. Même avec les gants et le bonnet ! Elle récupéra le sac de trucs à vendre, et nous partîmes pour la plage dans un silence tendu. Elle devait penser que c'était parce que je la détestais, mais pour aujourd'hui, j'avoue que c'était simplement pour éviter de lui faire un compliment sans le faire exprès. Une fois sur la plage, elle me lança un regard noir.

« Allez Conchita, c'parti ! Et avec le sourire, s'il te plait ! » la narguai-je.

« Tu te rends compte de ce que je dois faire ? Le prochain défi, ce sera quoi ? Ce balader mono-kini dans les rues de Miami et récolter le plus de billets possible dans le string, ou quoi ?!
Hm, c'est une idée, je la soumettrai à Matt' et Emer' si tu te sens de le faire ! »

Elle s'éloigna de moi... me laissant tout le loisir d'observer ses fesses. Emer' et moi, on prenait un malin plaisir à critiquer son cul, mais c'était vraiment parce qu'on adorait l'emmerder. Rien à redire, elle était bien gaulée pour une étrangère. Je m'assis par terre et sortis mon téléphone. Pas le dernier cri, mais j'avais accès aux trucs de base : Instagram, Twitter et Facebook. Je pointai mon téléphone vers Soraya qui s'éloignait, appuyai sur le déclencheur et envoyai la photo en message privé sur Twitter à mon meilleur ami, en prenant soin de légender : « jme la frè bien qd mm put1 ». Elle, de loin, était déjà en train d'essayer de vendre sa camelote. En bonne commerciale, je l'entendais crier en parlant de la météo. Même un crétin comme moi savait qu'il faisait beau à Miami, même en hiver... l'épreuve ne devait donc, à priori, pas être facile. Mais c'était sans compter sur l'espèce de type qui servait de cousin à Ty. Je ne savais pas son nom, il était beaucoup plus discret que feu son cousin, mais ils avaient vraiment la même tronche tous les deux. Trop bronzés, cheveux bien noirs et un air d'abruti fini sur le visage. Je n'entendis pas la demande du type, mais quand je vis Soraya se baisser vers le sac et en sortir plusieurs paires de gants, des écharpes et même des bonnets, j'écarquillai les yeux. On était là depuis 5 minutes, même pas ! Je me relevai et m'approchai des deux adolescents, histoire d'entendre ce qu'ils se disaient et de voir si cela suffisait pour valider le défi.

« C’est cool, grâce à toi j’peux remballer le tout et décamper d’ici ! » entendis-je en m'approchant.

« Hm hm Conchita, c'est trop facile ! » m'exclamai-je en lançant un coup d’œil au Pi Sigma qui lui payait la note. « On ne valide pas quand c'est les doigts dans le nez. Vends encore une écharpe, à une fille cette fois, et ça sera considéré comme ok. Avec mon respect, qui plus est ».

Je lui fis un sourire narquois, tout en pointant une fois de plus mon téléphone sur elle.

« Un petit sourire ? C'est pour ton Mentor ! Tiens, mec, pose avec elle pour immortaliser cet instant, s'teplait ! » ajoutai-je à l'intention du cousin de Ty, qui ne me semblait pas des plus à l'aise et tripotait sans arrêt un truc qui pendait à son cou.

Soraya ne croyait quand même pas que j'allais la laisser s'en tirer aussi facilement ! Vraiment, ça aurait été très mal me connaître... et elle avait le droit à un traitement deux fois plus sévère que les autres, parce qu'elle avait à mes yeux deux fois plus de choses à prouver, mais également parce que quand elle serait Baptisée, je lui foutrais une paix royale. Alors, pas question de la laisser accéder aussi facilement au statut de membre de la famille des Baptisés ! Et puis quoi, c'est Noël ?!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   Jeu 28 Aoû - 15:41

Trey rigolait très certainement. Peut-être même qu’il était en train d’envoyer des photos sur le portable de Matt et quand je rentrerai à la confrérie, j’allais très probablement trouver ma photo dans cette tenue horrible placardée sur tous les murs de la salle commune. Au moins, mon anatomie n’aura plus de secret pour eux.

Je me baladais toujours au milieu de cette plage, au milieu de ces gens qui admiraient très probablement mon corps à moitié couvert. En fait, mon anatomie n’aura plus de secret pour tout Wynwood. Merci la confrérie. Voyant un type dégainer son portable pour très probablement me prendre en photo, je l’agressai:

« N’y pense même pas si tu ne veux pas que je t’étrangle avec ces charmantes écharpes »


Le sable était bouillant et c’était un vrai supplice de me balader avec ce bonnet sur la tête et ses moufles. J’avais trop chaud, c’était pas pratique et j’étais totalement ridicule. Enfin, je commençais mon speech de marketing auprès d’une fille. Elle fut assez choquée par mon accoutrement et à sa place, je le serais très certainement aussi. « Non, mais rassurez-vous. Ca c’est seulement la mode des Puceaux chez les RK. C’est loin d’être la nouvelle collection automne-hiver ». Je lançai un autre regard à Trey qui vérifiait que je réalisais mon défi comme demander. De toute façon, si jamais me venait l’envie d’enlever ce maillot, je me retrouvais à poil. Tu crois vraiment que je vais prendre le risque, Seyton ?!

Je leur sortais un baratin concernant la météo et visiblement, c’est ce qui marchait le mieux. Ils avaient très probablement oublié qu’à Miami, même en hiver il fait 20 degrés, mais tant mieux pour moi. J’avançais quand un gamin s’approcha de moi, me fixant. Je lui adressai un sourire narquois et tentait de le rassurer « Rassure toi, ce n’est qu’une poitrine. Ca ne mord pas, mais bonjour ! »

« J'ai entendu que vous vendez des bonnets et des gants. Auriez vous par hasard des bonnets pour les hommes ? J'aurais besoin quelques bonnets et des gants aussi pour cet hiver. J'aimerais bien un bonnet bleu foncé, un bonnet bleu pâle, un bonnet gris, un bonnet noir et des gants rouges, des gants marrons, des gants noirs et des gants gris. Si vous auriez tout ça vous seriez vraiment un amour ! ».

A la demande du jeune homme, je tirais une tête surprise.

« Ben j’espère que tu prévois une expédition en montagne pour acheter tout ça »

Enfin, elle chercha dans son sac, qu’elle déposa sur le sable. Elle sortit un bonnet bleu foncé, pâle, gris, noir et des gants rouges, marron, noirs et gris.

« Et comme t’es un de mes plus fidèles clients, je t’offre une écharpe de ton choix ! Tu veux quel coloris ? »

Soraya calculait le total et enfin, lui annonça la somme :

« Ca fera 60 dollars sans compter l’écharpe et tes deux paires gratuites. Por favor »

Toujours à genoux je lui demandais :

« C’est cool, grâce à toi j’peux remballer le tout et décamper d’ici ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   Mer 27 Aoû - 21:58

Paytah Yellow s'était levé de bonne heure ce matin. Il avait fait une heure de Karaté avant de prendre une douche et de se rendre sur la plage pour vendre des glaces. Il avait repris son travail après avoir arrêté de bosser pendant deux mois après la mort de Ty .
Il vendait toujours avec le sourire et un mot gentil. Il adorait par dessus tout servir les enfants et les jeunes filles sexy.
Vêtu d'un t-shirt blanc et d'un jean noir, chaussé de ses converses et portant un son collier-crucifix autour du cou, sa montre à son poignet gauche et ses bracelets noirs et son bracelet porte bonnheur à perles jaunes à son autre poignet, ses boucles d'oreille rondes noires, le jeune-Sioux était remarqué sur la plage. Il avait beaucoup de clients et de clientes, surtout des clientes.
Il servait Milk-shakes et glaces avec joie. Tous les parfums y passaient. Il rajoutait pour ceux qui le désirait de la chantilly. Certaines clientes revenaient même acheter d'autres glaces exprès. Paytah savait bien qu'elles faisaient ça parce qu'il était mignon et qu'elles voulaient faire la conversation mais était très content de recevoir les 2$. L'argent s'entassait dans sa caisse et il savait qu'il aurait une bonne paye à la fin de son travail.

Le Sioux en profitait pour draguer les filles et les inviter au restaurant ou bien au cinéma. Son travail était très utile et servait à plusieurs choses : remplir son compte, satisfaire les clients et avoir de l'expérience en matière de Pi Sigma. Il avait écouté les conseils de Nina et avait amélioré son langage. Si une fille faisait allusion à plus, Pay faisait semblant de n'avoir rien entendu ou s’arrangeait pour changer de sujet en épatant la fille avec un tour de magie.
Ce matin, il y avait un peu moins de monde car les vacances étaient bel et bien finies. Paytah avait donc des moments où il n'y avait aucun client à son stand. Pendant ces pauses, le jeune-homme regardait la mer, les touristes, les habitués ou les enfants jouer sur la plage. Il avait déjà rejoint des enfants plusieurs fois pour jouer avec eux sur la plage, leur construisant des châteaux de sable majestueux et monumentals ou pour jouer au ballon.
Mais ce matin, il n'avait aucune envie de bouger de son stand. Appuyé contre son comptoir, il regardait les passants et les venants.

Soudain, une jeune-fille attira son attention. Elle portait des gants d'hiver, un bonnet de laine et un maillot de bain vert complètement...
« Oh for the life of me ! Qu'est-ce que je vois ? Oh for the life of me ! C'est quoi ce bout de tissu que porte cette fille ? C'est pas un maillot c'est pas possible ! », s'écria tout haut Paytah en ouvrant grand ses yeux autant qu'il pouvait, bouche grande ouverte. Il était choqué ! Il n'avait jamais vu ça de sa vie ! Jamais ! Il ne pensait pas qu'un tel maillot était vendu dans des magasins. La fille était presque à poil. Non en fait elle l'était...parce que vu ce que recouvrait le maillot...c'était très minime. Elle était quasi à poil.
Ty serait très content de voir ça. Mais pas Pay. Il détournais les yeux, se demandant si il avait été propulsé à Sodome et Gomorrhe.
Mais la voix de la jeune-fille arriva quand même à ses oreilles : « Bonnets et gants confortables, armez-vous pour l’hiver ! Les météorologues le prévoient rude et ce, même à Miami ! Deux bonnets achetés pour 20 dollars, le troisième gratuit ! ».
Pay ne pu s'empêcher de pouffer de rire. Cette fille vendait en plus ! Elle vendait des bonnets et des gants !!! Le Sioux se mit à rire un moment, se tenant les côtes et n'en pouvant plus ! C'était du grand n'importe quoi !
Mais soudain, il s'arrêta net et repensa aux paroles de la jeune-fille.
Elle vendait des bonnets et des guants ?
Vite !
Paytah sauta par dessus le comptoir de son stand et courru vers la fille qui s'adressait déjà à quelqu'un d'autre.
Il attendit qu'elle eût fini de parler, braquant son regard sur les cheveux bruns de la vendeuse pour ne pas voir le reste de son corps.
Il racla sa gorge lorsqu'elle eut fini et la salua : « Bonjour mademoiselle. ».
La brunette se retourna. C'était une jeune-fille bronzée très belle.
Lorsque Paytah la vit, il voulu bien lui pardonner son look ridicule à la minute.
Il fixait tout de même toujours le visage de la vendeuse et lui demanda : « J'ai entendu que vous vendez des bonnets et des gants. Auriez vous par hasard des bonnets pour les hommes ? J'aurais besoin quelques bonnets et des gants aussi pour cet hiver. J'aimerais bien un bonnet bleu foncé, un bonnet bleu pâle, un bonnet gris, un bonnet noir et des gants rouges, des gants marrons, des gants noirs et des gants gris. Si vous auriez tout ça vous seriez vraiment un amour ! ».
Bon...il avait sans doute exagéré sur la fin de sa demande.
Il fit un énorme sourire à la demoiselle, espérant de tout son cœur qu'elle ai les articles qu'il avait demandé.
Ses doigts effleurèrent le crucifix qui pendait à son cou.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   Mer 27 Aoû - 16:44

Ce matin, un nouveau défi m’était tombé sur le nez et c’était très probablement la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Ralant dans mes dents, je quittais la confrérie énervée, au moins le temps de me calmer. Il fallait que je cours, que j’escalade, que je m’entraine à l’escrime ou même que je me défoule sur du reggaeton, mais il fallait vraiment que je fasse quelque chose. Matt avait l’air de saisir comment je fonctionnais, et peut-être même qu’il arrivait à me gérer mieux que moi je ne pouvais le faire. Il savait que je pétais un cable pendant une demi heure et puis je revenais, calmée acceptant n’importe quel défi. Celui-là me demandait beaucoup d’effort, mais après tout, je m’étais déjà faite passer pour une pute une fois, pourquoi pas une deuxième fois. Surtout que là, c’était plus comme vendeuse de bonnet et gants sexy. Habituellement, ça ne me posait pas vraiment problème, si ? Ne pouvant pas venir valider mon défi, il avait demandé à ce que ce soit Trey qui le fasse. Lorsqu’il m’avait annoncé la nouvelle, mon visage c’était totalement décomposé sur place en lui disant que j’étais contre. Trey était raciste et s’il pouvait me faire ramer, il le ferait avec grand plaisir. Quel raciste allait accepter de valider mon défi, moi, la pure portoricaine ? J’avais du sang américain, ma mère était américaine, mais j’étais même pas sûre que ce soit assez suffisant pour que ce goujat raciste ne tienne en compte qu’en plus d’être une fille portoricaine, j’étais aussi une personne, sportive comme lui faisant partie de la même confrérie. Plus le temps passait et plus je supportais de mieux en mieux Emeric. Le directeur m’avait subtilement laissé une chance de le faire dégager de la confrérie. La Soraya toute nouvelle RK aurait sauté sur l’occasion et pourtant, moi, j’avais donné mon avis sur sa façon de procéder quant aux jeunes puceaux de la confrérie.

A l’heure d’aujourd’hui, je me demandais encore pourquoi je l’avais fait, mais ça c’était probablement la connasse qui régnait en moi, qui se posait la question. Finalement, ce que j’avais dit à Cobb était ce que je pensais vraiment. Peut-être qu’en surface, ils font ça pour nous emmerder et peut-être même nous dégouter, mais au fond, ça changeait les personnalités, les caractères et surtout, ça les forgeait et depuis, même si je râlais pendant une demi heure tous les matins où tombait un défi, je finissais par le faire haut la main. En fait, je crois que cette confrérie m’apprenait à avancer dans la vie, dans le sport et me réinculquais des valeurs sures oubliées depuis plusieurs mois maintenant. J’allais chercher la tenue adéquate pour ce défi, ou du moins la tenue exigée : un maillot de Borat vert pomme totalement ideux et ignoble avec lequel personne ne ferait 5 mètres, mais ce n’était pas tout. Il me fallait aussi enfiler un bonnet et des gants et enfin, me balader sur la plage comme ça, avec tout un stock de ces mêmes accessoires et surtout, les vendre. C’était donc ça le but de mon défi. Je le trouvais totalement ridicule et voir Matt et Trey se moquer de ma tenue me donnait juste envie de leur en coller une, mais avec beaucoup de self contrôle, j’arrivais à me contenir.

Sur la plage, je soufflais une bonne fois, alors que Trey me demandait en plus de sourire. Il voulait vraiment m’énerver, y’a pas de doute. Je le regardais une dernière fois :

« Tu te rends compte de ce que je dois faire ? Le prochain défi, ce sera quoi ? Ce balader mono-kini dans les rues de Miami et récolter le plus de billets possible dans le string, ou quoi ? ! »


Enervée et donc, sur un coup d’adrénaline, j’avançais sur la plage, sourire forcé aux lèvres. J’avançais à l’aide d’une démarche totalement volontariste mais aussi, séduisante : à défaut d’être ridicule, autant l’être totalement. Je criais sur la plage:

« Bonnets et gants confortables, armez-vous pour l’hiver ! Les météorologues le prévoient rude et ce, même à Miami ! Deux bonnets achetés pour 20 dollars, le troisième gratuit ! »

J’avançai et ensuite m’arrêtais près d’une personne que je ne connaissais pas vraiment et lui proposais ;

« Un bonnet et des gants pour l’hiver ? Ils sont très chauds, très doux. Ils sont à la taille de n’importe qui et avouons-le, sans ce maillot ridicule, j’ai la classe quand même. En plus votre copain ou copine rêvera de passer sous la douceur de ce tissu ! Laissez-vous tentez ! »

HRP: Soso doit vendre des bonnets et gants à n'importe qui en se balandant sur la plage avec le maillot de Borat ici

Vous pouvez répondre à plusieurs si vous voulez, ça n'a pas d'importance :roll:
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plus ridicule tu meurs... (QUI VEUT M'AIDER POUR MON DEFI?)
» Célibataire ? En couple ? Amoureux(se) ? On veut tout savoir ^^
» Le Canada ne veut pas payer pour une armée en Haïti
» Je promet de t'aider pour ce que tu fais pour moi. ~ ['Nox ♥]
» Amoureux ne veut pas forcément dire sages ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: