AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]   Sam 13 Sep - 17:47

Le jeune homme était arrivé, sans aucune discrètement, mais pourquoi être discret ? C’était bon pour les timides et ce n’était absolument pas le cas de Meven. Il préférait jouer la franchise, ne pas mâcher ses mots et poser ses coudes sur la table directement. Il se rappelait du visage de la jeune fille se trouvant maintenant en face de lui, mais impossible de revenir sur le prénom. Qu’est-ce que ça pouvait bien faire, de toute façon ? Ah si, juste pour la forme, c’était mieux, mais dans une vingtaine de minute, il aurait déjà oublié tellement ce détail ne l’intéressait pas vraiment. Au mieux, il lui attitrait un prénom qu’il aurait inventé et elle fera avec. Intéressé ? oui, très certainement, mais pas pour sa personnalité : il ne la connaissait pas. Autant le dire cash, ce que Meven recherchait était les jolies plastiques et non pas les caractères potentiellement supportables. Les filles étaient tout bonnement insupportables, il avait deux sœurs, il savait comment elles fonctionnaient. Il avait vécu un an avec une fille dont il n’avait même plus de nouvelle à part encore et toujours cette petite boulette souriante qui lui servait de fille. A cette pensée, il grimaça, préférant oublier qu’en rentrant, la première chose qu’il verrait était cette gamine en train de jouer dans son parc et lui sourire parce qu’elle n’était pas en âge de comprendre que son père pouvait à peine la voir en peinture. Comme d’habitude, elle allait s’aider des barreaux pour se tenir debout dans son parc et tendre ses petits bras vers lui. Il allait la fixer, une seconde, deux secondes, trois secondes et lorsque sa sœur entrera dans la pièce, il détournera le visage, prendra l’escalier sans même se retourner et s’enfermera dans sa chambre. Probablement que Monica la prendrait dans ses bras et une fois qu’il sera assis sur son lit, il entendra les pleurs de cette gamine, blessée par une indifférence si prononcée de la seule personne qui devrait désormais lui servir de repère. Meven chassa cette pensée de sa tête et se reconcentra sur la jeune fille alors qu’elle était clairement en train de lui expliquer subtilement, ou pas, qu’il avait débarqué avec ses grands souliers et qu’il était réellement en train de la faire chier. Elle avait du caractère au moins, mais il en fallait bien plus pour déstabiliser le jeune homme, malheureusement.

« Oh, tu parles. Quelle bonne nouvelle. Pendant 5 secondes j’ai cru que t’étais muette. T’avais l’air tellement plus passionnée par tes pilules. » Revenant sur ce qu’elle lui avait dit, il reprit « oula, rassure moi t’as mieux en réserve que cet éternel sous-entendu "t’es plus intéressant quand tu la fermes" ? T’es plus au lycée ma jolie, trouve mieux »

Il la regardait s’installer confortablement sur sa chaise, comme si la conversation allait commencer à être intéressante, mais au lieu de ça, elle continuait sur la défensive, d’ailleurs ce qu’elle lui lâcha ensuite le fit presque éclater de rire.

« Ben oui, j’ai que ça à faire. Jouer au puceau de 17 ans pour me rendre viril. Si c’était pour ça, honnêtement j’irais chercher une fille un peu plus intéressante. Comme par exemple la bimbo là-bas »

Il lui montra une fille habillé d’une mini jupe et une blouse qui mettait ses formes parfaitement en valeur. Une fille qui pouvait faire rêver n’importe quel mec. Il reposa ses yeux sur la jeune métisse :

« Pas que tu sois totalement insignifiante, au contraire. D’ailleurs, hier t’étais plus généreuse, c’est le lendemain de la veille qui te rend si aimable ou bien… ? Tu sais, il paraît que les carottes rendent aimable, tu devrais essayer et pour ta gouverne, j’ai une gamine qui barbote chez moi et je ne crois pas encore au saint esprit, si tu vois ce que je veux dire. Après si le fait d’être puceau t’intéresse plus, on peut faire comme si, je suis doué à ce jeu : faire comme si. » Il se redressa sur sa chaise « Tu vois, là, je fais comme si t’étais une fille intéressante. Pourtant tu fais un peu partie de ces meufs de la fac dont les mecs se fichent non ? A moins que ce soit des mecs aussi transparents que toi… en journée, bien sûr »

Meven se leva de sa chaise et se dirigea vers le self en lui-même. Il demanda à la cuisinière une carotte toute simple et ensuite revint à sa place. Il prit rapidement possession de la salade de fruit qu’il échangea avec la carotte avant de jeter cette chose qu’elle s’apprêtait à manger. C’était sans doute meilleur et pour lui, pour les fois à venir où il la croiserait, et pour elle parce que non seulement elle se sentirait plus joyeuse, mais en plus elle épargnerait sa santé.

« Tu me remercieras, un jour et … non je ne te rembourse pas ta salade de fruit, je t’ai payé une carotte, j’ai sauvé ton appareil digestif et en plus de ça je t’ai même avoué ô combien t’étais agréable comme nana. Tes potes… » il regarda autour d’elle, cherchant après des potentiels amis et reprit « …toujours aussi transparents n’en feraient pas autant. Bon appétit.. Amiyah » Il se leva de sa chaise dans la but de s’en aller puis se retourna vers elle « t’as vu, j’ai même plus de mémoire que toi visiblement. Il y en a au moins un de nous deux qui tient l’alcool » ponctua-t-il avec un clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]   Mar 26 Aoû - 19:50


Ne me dis pas ça ...


Amiyah rangea sa boite de médocs lorsqu’un bruit qu’elle aurait préféré ne pas entendre lui fit lever les yeux au ciel, avant qu’elle ne dépose un regard agacé sur la personne qui venait de prendre place face à elle, sans aucune délicatesse. Elle n’avait qu’une envie, lui dire de dégager et terminer son repas en paix sauf que Monsieur ne semblait pas en avoir décidé de même. Il se mit à lui parler comme un séducteur de première. Directement, elle le classa dans la catégorie Pi Sigma. Il ne pouvait qu’en être un, le contraire était tout simplement inenvisageable.

En prêtant un peu plus d’intérêt à son interlocuteur, elle remarqua que son visage lui rappelait quelque chose. Quoi ? Incapable de le dire mais une chose était sûre, elle le connaissait. Nul besoin de préciser qu’elle n’appréciait nullement sa façon de lui parler mais elle le laissa faire, souriant presque, amusée par le jeu de ce petit coq. S’il pensait séduire ainsi les filles, il se foutait le doigt dans l’œil jusqu’au coude. La traiter comme toutes les pétasses qui finissaient dans son lit au premier soir n’était nullement flatteur. Bon, entre nous, ce qui dérangeait le plus la Sud-Africaine n’était pas le fait qu’il fasse ce sous-entendu mais plutôt le fait que ce qu’il insinuait était fort probable. Elle ne se souvenait pas du tout comment elle était rentrée chez elle, ni ce qu’elle avait fait avant et il lui rappelait véritablement quelqu’un.

Elle nia successivement devant ses deux tentatives pour se souvenir de son prénom, presque amusée devant ses essais. Si sa migraine ne lui avait pas détruit la tête, elle se serait même permis de rire. Une fois que le petit speech du jeune homme fut terminé, elle posa à son tour les coudes sur la table pour y déposer sa tête au creux de ses mains, regardant l’inconnu un sourire franc sur les lèvres.

« Tu sais, c’est presque dommage. Si on oubli ton arrivé en gros bourrin dépourvu de tact, lorsque je t’ai vu, je ne peux nier que tu m’as fait de l’effet. Sauf que tu as fait une erreur ensuite, tu as ouvert la bouche. »

Elle se recula, s’installant sur sa chaise en prenant son aise avant de poursuivre.

« Tes paroles sont aussi abjectes que ton comportement. Tu te fais passer pour un tombeur mais je parie tout ce que tu veux que tu n’es qu’un puceau qui cherche à se prouver qu’il est viril. »

Elle fouilla une fois de plus dans son sac pour récupérer un antalgique qu’elle avala cette fois ci avec un peu d’eau, avant de terminer.

« Ton invitation au resto, tu te la mets là où je pense et entre nous, ce plateau de bouffe, si tu ne veux pas te le prendre dans la figure, je te conseille vivement de descendre d’un ton. »

La métisse n’allait pas se faire embêter bien longtemps par ce gamin qui avait des airs de petit bourges comme une bonne partie des étudiants ici. Si elle avait été croyante, elle aurait invoqué son Dieu pour que sa sœur se ramène, juste pour voir la tête de cet andouille. Elle aurait pu lui mentir en prétextant que ce n’était pas elle mais sa sœur qu’il avait du rencontrer en soirée mais cela n’aurait rien arrangé, c’était à elle d’assumer ses erreurs. Oui, erreurs car à moins que sa mémoire ne lui joue des tours, elle avait l’impression qu’il y avait eu quelque chose entre elle et lui et elle espérait de tout cœur que ça ce soit arrêté à quelques baisers, même si le personnage semblait bien abject lorsqu’il utilisait la parole et que le fait de les imaginer en train de se toucher mutuellement lui donnait presque la gerbe.

Elle souffla, agacée. N’étant pas à l’origine dans un bon jour, la présence de cet étudiant avec qui elle avait partagé une soirée dont elle n’avait que de vagues souvenirs ne faisait rien pour l’arranger. Elle le regarda de nouveau. Dommage qu’un tel physique cachait une personnalité aussi peu agréable.



© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]   Mar 26 Aoû - 18:33

Meven avait pu dormir jusqu’au moins 11h et demi. C’était pas énorme étant donné la soirée qu’il avait passé hier, mais c’était toujours ça. Après, il y avait toujours les pleurs incessants de Maëva qui, dans un premier temps, le mettaient en colère et de très mauvaise humeur, puis au fur et à mesure de la journée, il finissait par se calmer. C’était le seul jour de congé pour Meven, le seul jour de la semaine où il n’avait pas cours, mais ça ne l’empêchait pas de vouloir bouger et surtout, de rejoindre ses potes sur le campus. Habillé simplement mais toujours avec classe et en suivant une mode simple mais stylée, il ne prit même pas la peine de passer par la case « cuisine », évitant ainsi un quelconque échange avec sa sœur ou encore avec sa fille. Meven s’empressa de quitter la maison, de monter dans sa voiture et de partir en direction du campus où il comptait bien retrouver sa petite bande. La soirée d’hier avait été pour lui un vrai régal. Il n’était pas rentré très sobre et ni même très clean. Il ne se rappelait même pas si une fille était revenue avec lui, mais si tel était le cas, elle s’était volatilisée au petit matin. Encore une de plus à chercher l’identité, ou pas. Le jeune homme s’en fichait un peu des prénoms. C’était à peine s’il ne les mélangeait pas tous.

Sur le parking du campus, appuyé contre le capot de sa voiture, il se remémorait la soirée passée hier en tentant vainement de se rappeler les prénoms, voir même les visages. Tout ça était encore flou et c’était surement ce qui lui plaisait. Sa vie nocturne restait toujours un réel mystère et parfois même, il se surprenait à rencontrer des demoiselles dont il ne se rappelait même plus leur visage. En général, elles, bien. Il ne lui restait plus qu’à profiter de la situation en leur proposant de lui rafraichir la mémoire, par exemple. Il passait aussi son temps à pister et chercher des filles physiquement abordables. Si elles étaient trop mal fagotées ou encore, avec un visage trop simple et trop naturel, elles ne méritaient pas son attention. Il visait mieux, il préférait le high level et à Miami, il n’avait qu’à se baisser pour trouver des filles à son goût.

L’heure du temps de midi approchait et les étudiants se ruaient presque tous vers le Restau U. Meven n’avait jamais compris cette envie d’aller manger à ce restau, lui qui était plongé dans ce stéréotype tout frais conçu de la bouffe dégueulasse dans les cafétérias des lycées et unifs. Peut-être qu’à la fac, l’impression de manger de la merde était moins présente, mais ça ne lui donnait pas beaucoup plus envie de faire la file pendant 20 minutes pour aller chercher de quoi s’intoxiquer. Néanmoins, il décida quand même de s’y rendre. Au restau U, Meven restait plusieurs minutes près de l’entrée accompagné d’un ou deux potes. Ils observaient, regardaient, cherchaient. Ils critiquaient les filles qui passaient, en sifflaient ou draguaient d’autres et ne s’empêchaient pas de lâcher des réflexions sur chacune d’entre elles. Enfin, le jeune homme se décida d’abandonner ses gars et d’avancer vers une table où une jeune fille l’avait tapé dans l’œil la veille. Cette chanceuse devait très certainement faire partie des exceptions, de celles dont il se rappelait au moins le visage, parce que remettre un prénom sur ce visage lui était encore impossible.

Meven s’approcha de la table et tira la chaise bruyamment afin que la fille-dont-il-avait-oublié-le-nom sortit son nez de son sac et fasse un peu attention à lui. Sans aucune gêne, il s’installa en face d’elle et prit appuie sur ses avant-bras. Il la fixa, tentant de lui remettre un nom, mais impossible. Cependant, il y allait cash :

« On se connaît. Je ne me rappelle pas trop ce qu’on a fait ensemble. En fait t’étais peut-être même dans mon lit ce matin, non ? Je pense qu’une meuf était dans mon lit, mais j’ai aucun souvenir. Par contre je me rappelle de ton physique mais pas de ton prénom. »

Il marqua une pause, afin de voir la réaction de la jolie métisse en face de lui.

« Ah si… Melissa ? » Non, ça c’était celle du début de ce week-end. « Ou peut-être Anya ! » Il se mit à rigoler de sa connerie et plus sérieusement repris « non en fait, j’en sais rien. J’étais bourré hier et je crois même que t’étais dans le même état que moi. Mais je me rappelle de ton physique assez généreux, c’est déjà un bon début non ? »

Il baissa les yeux sur le plateau de la demoiselle et grimaçant, il s’exclama d'un air dégouté:

« Oh non, ne me dis pas que tu vas vraiment manger de la bouffe de cet endroit ? T’as vu la gueule de ta salade de fruit ? Tu ne préfères pas que je te paie un restau, ou un snack ou un truc bien plus saint que ça ? » Il pouffa de rire et s’appuya contre le dossier de sa chaise, non sans poser son regard sur les fesses d’un groupe de filles passant à côté d’eux « Je m’en voudrais de te laisser manger ça. Je pourrais me faire arrêter pour non assistance à personne en danger »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]   Lun 25 Aoû - 16:13


Ne me dis pas ça ...


Le brouhaha dans la file du resto U lui broyait littéralement la tête. La danseuse n’avait qu’une envie, retourner se coucher mais elle ne pouvait pas s’accorder ce luxe de suite. Il lui restait un seul TD cet après-midi et elle devait y participer, elle n’avait pas le choix, même si le simple fait de savoir cela lui donnait la nausée.

La veille, la demoiselle était allée en soirée et avait abusé de tout, alcool, fumette et de ses pilules bien évidemment. Elle n’avait que de flous souvenirs de la veille. Elle se souvenait qu’elle avait dansé avec bon nombre de personnes, avait embrassé plusieurs étudiants sans véritablement se souvenir si c’était des personnes de sexes masculins ou féminins, même si elle avait de forts doutes concernant sa soirée. Elle se souvenait également qu’elle avait repeint les toilettes et était rentrée chez elle par une opération du Saint-Esprit très certainement. Inutile de préciser que son réveil avait été difficile suite à sa quasi absence de nuit

Amiyah était dans l’excès ces derniers jours, ayant besoin de se sentir vivante, de se sentir jeune à nouveau, oubliant ainsi les soucis qui l’habitaient ces derniers jours. Elle avait pourtant tout pour être heureuse mais non, il lui manquait quelque chose. Incapable de dire quoi, elle restait pourtant insatisfaite depuis son retour à Miami et elle sentait bien qu’elle n’avait pas besoin de grand-chose de plus pour partir en live.

Miranda tentait de la raisonner lorsqu’elle la voyait revenir dans des états indécents mais en vain, les conseils et avertissements de sa sœur se heurtaient à un mur. Dans certains cas, elle ne prêtait plus attention à rien, se détachant totalement du monde, pouvant rester des heures durant, pour ne pas dire des journées lors des week-ends par exemple à dessiner, à danser ou à chanter, comme si le fait que la tournée se soit arrêtée avait emmené avec elle une partie de la demoiselle.

Le fait est qu’Amiyah ce jour-là était particulièrement épuisée, avait la tête dans le cul et était peu loquace. Vêtue d’un sarouel lui arrivant à mi- mollets, d’un top ethnique et d’un sac en bandoulière du même style. Un foulard dans ses cheveux pour les ramener en arrière et elle était sortie ainsi, sans plus prêter attention que cela à sa tenue. Maintenant, prisonnière de la file du RU, elle fulminait presque. Elle prit son plateau, un morceau de pain et y déposa ses couverts. Elle prit par la suite une salade, une assiette fumante de gratin de pâtes et se dirigea vers les desserts. Son choix se porta sur une coupelle de salade de fruits. Une fois le plateau rempli, elle se dirigea vers la caisse pour régler son repas. Elle sortit sa carte étudiante et accéda enfin, après plus d’une demi-heure d’attente à la salle tant attendue. Elle chercha du regard sa sœur qu’elle ne trouva pas. Ok, la journée était tellement merdique qu’elle aurait vraiment mieux fait de rester au lit. Elle prit place à une table de quatre laissée vide et posa son sac à ses pieds. Elle sortit son portable pour envoyer un message plein d’amour à sa chère jumelle.

« Ramène tes fesses grosse, j’ai pas envie de manger seule à midi, je dois te raconter la soirée d’hier, elle était EPIQUE.
Kiss, ta Jum’s. »


Le seul moyen qu’elle avait trouvé pour attirer sa sœur était de l’appâter avec la promesse de souvenirs qu’elle n’avait pas, pas très propre comme méthode certes, mais elle assumait. La Sud-Africaine regarda son plateau un moment avant de fouiller dans son sac. Elle sortit sa boite de médicaments et fit glisser deux comprimés dans sa main, qu’elle avala d’un coup.

Courage, plus qu’un TD et son lit serait à elle, enfin.



© Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce qui se passe en soirée reste en soirée, capich ? [PV Meven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée Clandestine
» Ce qui se passe sur la CB reste sur la CB. Ou pas.
» Soirée entre filles, soirée pyjama quoi ! ►DYLAN RHODES&LILY-ROSE MEADS◄
» Soirée geek VS Soirée sortie
» Une soirée qui ne se passe pas comme prévue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: