AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mer 13 Aoû - 19:06

Maël Sacha. Page
Id Card
Âge : 20
Date de Naissance : 1994-06-20
Lieu de Naissance : Paris
Classe : L2 Sport

Confréries choisies : Sigma Mu, Rho Kappa, Pi Sigma
Riche ou boursier : Riche
Avatar : Paul Walker
Scénario ou P.I. : P.I.
Forum's Business
Code de validation : Ok by Ninou
Secret envoyé :
Parrain/Marraine souhaité(e) : Non
Code:
→ Paul Walker [color=red]?[/color] Maël Sacha. Page
My Physical is mine
"Miroir miroir ne me cache rien dis moi tout, moi j'm'attends à tout, montre moi tout, nos défauts nos atouts." Rohff

Je ne suis pas le genre de garçon qui porte un regard très positif sur son physique donc ne vous attendez pas à des éloges. Je me sais grand, beaucoup plus que la moyenne européenne d'ailleurs. 1m88 pour être précis. Il est vrai que de la haut, mes yeux bleus, parfois transparents, parfois profonds selon la lumière ou l'obscurité, me permettent de scruter le monde d'assez haut. Mes yeux ? Ils sont remplis d'un voile, tu ne trouveras pas dans mon regard cette lueur pétillante qui fait souvent la qualité et la force des jeunes de mon âge. Pourquoi ? Parce que j'ai vu certaines choses qui m'ont voilé la face. Concernant celle-ci, on peut dire que j'ai un visage on ne peut plus standard, mais mes traits sont en fonction de l'entretien que j'accorde à mon corps. En somme, si je ne suis pas rasé, on aura l'impression que je suis plus dur, plus froid, plus "viril" comme certaines ont tendance à dire. Il est vrai que j'adopte souvent ce look, une barbe de quelques jours, ça m'offre un côté masculin que je ne me trouve pas si je suis rasé. Naturellement, il m'arrive d'être imberbe, auquel cas je ressemble tout à fait à un jeune homme de mon âge, et force est de constaté que cela révèle un faciès sans aucune imperfection, pas de bouton, pas de cicatrice, non juste un visage de minet que je n'apprécie guère d'ailleurs, malgré mon penchant pour ce que j'appelle "la fougue de la jeunesse". Concernant ma couleur de cheveux, je suis blond, pas blond vénitien, juste blond et parfois j'ai des mèches noires, quand j'ai envie de me faire un délire capillaire on va dire. Mes cheveux sont suffisamment longs pour que je puisse les coiffer, mais il m'arrive parfois de me raser la tête façon militaire, question de période je dirais. Ma couleur de peau ne contraste pas avec le tableau que je dresse. Je suis caucasien, autrement dit blanc, mais comme je suis souvent exposé au soleil, j'ai la chance de ne pas être un petit Français du nord, donc j'ai la peau doré, je crois soyons honnête que ça m'apporte une touche d'exotisme.

Selon moi j'ai donc un faciès à double visage, relativement potable pour ne pas vous violer les yeux et un corps qui lui en revanche n'a rien d'exceptionnel. Je paranoie beaucoup sur mon poids et mon alimentation, pourtant il n'y a pas de raison. Je fais 84 kg. Autant le dire, pour certains je suis bien bâti, d'autres utilisent l'adjectif de "monstre" physiquement ou "beau bébé", pourtant je me trouve tout à fait normal. Je suis même un des moins grands de ma bande de pote. Un peu de musculation pour m'entretenir, beaucoup de sport qui font au final que je n'ai pas un pet de graisse, et LA seule chose que je trouve jolie chez moi, mes épaules. J'ai des épaules larges, ce qui m'offre au final une carrure assez athlétique. Je ne suis donc pas un beau gosse, mais je ne suis pas non plus une mocheté qu'on se le dise, je suis le genre de mec qui entre dans la norme, je plais à une catégorie de fille, je ne plais pas à une autre.

Sans avoir une haute estime de mon physique, j'essaye de faire ce qu'il faut pour me plaire un minimum quand je suis devant la glace. D'ailleurs niveau look, je suis avouons le une vraie "pétasse" comme mes potes aiment le dire. Malgré mon mode de vie, je suis quelqu'un qui fait tout de même attention à son apparence, je me dis qu'ainsi, même si on me trouve moche, on ne pourra pas me reprocher d'être propre sur moi. Je suis donc la mode et ce qui se fait, je ne suis pas parisien pour rien après tout. Des fois tu me verras en sweat à capuche et en survêtement, d'autres fois en costume, d'autres fois en tenues stylisées. J'aime beaucoup les accessoires aussi. Je crois que c'est à peu près tout ce que tu as besoin de savoir sur moi et mon physique. Il m'arrive de porter des lunettes par moment, mais c'est extrêmement rare, c'est juste pour la lecture.
Ideas in my head


Laisse moi te parler d'une de mes manies. Les citations. Je les adore, et je trouve certaines puissantes, révélatrices, réalistes et imprégnées d'une implacable véracité. Certaines me décrivent plutôt bien. Aussi je vais en choisir quatre pour te parler de moi. Ne tiens pas compte de l'ordre, il n'y en a pas.

"De toute façon, j'ai tué ma vie d'adulte avant l'enterrement de ma vie d'garçon." Youssoupha.

"Si tu ne lui tourne pas le dos, la jeunesse restera éternelle." Maïto Dai.

"Celui qui lie l’amour et la beauté n’a jamais connu l’amour. Celui qui lie l’amour et l’horreur a déjà aimé." Ichimaru Gin

"Ne te fais d'illusions, seuls les efforts payent." Rohff.

Pour me comprendre, tu vas donc devoir te lever tôt mon vieux, et oui, le monde appartient à ce qui s'lève tôt il paraît, donc je ne suis pas le genre de feignasse qui passe son temps au lit. Enfin ça dépend avec qui. Ma mentalité, comme je te le disais, n'est pas simple à saisir, enfin tout dépend si tu sais te servir de tes yeux et de ton cerveau. Je ne suis pas un garçon que l'on peut qualifier de souriant déjà. Je ne suis pas non plus un mec qui tire toujours la gueule, loin de la. Je suis toujours de bonne humeur, toujours, mais je n'offre mon sourire qu'à de rare personne. Il paraît que "ce qui est rare, est précieux". Je suis une personne qui accorde énormément d'importance à la liberté. Oui je pense que c'est essentiel d'avoir toujours la sensation de se sentir libre, jamais bridé par quoique ce soit, ou qui que ce soit. Je suis souvent qualifié par mes potes de Globe trotters. Pourquoi ? Parce que depuis mes 16 ans, en gros l'âge ou ma mère a toléré que je parte seul, je voyage souvent.

Naturellement, je me cantonnais à la France, où j'allais voir des amis à droite à gauche, dès que c'était les vacances en somme, et si j'avais de l'argent. D'ailleurs concernant l'argent j'ai une mentalité très particulière, je n'y accorde que peu d'importance. Je n'ai pas toujours connu l'aisance financière que j'ai aujourd'hui, aussi je suis un garçon avec le coeur sur la main, donc je partage beaucoup, je donne dès que je peux le faire, ou que je juge que je dois le faire. Donc l'argent, je n'y accorde pas des masses d'importance, quand j'ai je régale, quand j'ai pas, je ne donne pas. Logique. En revanche, fut un temps ou je suis devenu très paranoïaque à cause de ça, la raison viendra plus tard. Je suis donc une personne très indépendante, je ne demande jamais rien à personne, pourquoi ? Parce que je n'aime pas devoir quelque chose à quelqu'un, surtout sur le plan amical, émotionnel et financier. Je n'ai pas beaucoup d'amis, j'ai même assez des doigts de ma main pour les compter, mais ça me suffit. Ce sont mes soldats de l'ombre. Tu vois le genre de personne que tu peux appeler à X heure et qui répondra.

Y'a ceux qui quand tu es bourrée et te vois le long du caniveau qui te ramasse et te raccompagne, et il y a ceux qui prennent d'abord la photo dossier et te chambre, et seulement après il te ramasse ! Mes potes sont de la seconde catégorie, ils sont mon trésor, mais ça ils ne le savent pas. Pourquoi ? Parce que je suis un véritable mur, je ne dis quasiment jamais ce que je ressens sur le plan affectif et amoureux. En revanche, si quelque chose ne me plaît pas, la je n'hésite pas. Je suis connu pour être franc tu vois, trop parfois. Je ne suis pas assez délicat, je ne brode pas assez, du coup je parfois incompris, car je fais du rentre dedans sans tourner autour du pot. Je suis un mec assez cru bien sur, cela va de pair, sauf avec les dames. Ahh les femmes, ma plus grande faiblesse. Pas au sens que vous l'entendez, je ne suis pas un coureur de jupon, je n'ai pas le physique pour ça de toute façon. Je suis le genre d'homme qui pense que l'on ne peut aimer qu'une femme. Pourquoi ? Parce qu'une c'est déjà chiant ! Alors imaginez si on doit en aimer plusieurs !! Vous l'aurez donc compris, je suis quelqu'un d'extrêmement fidèle et loyal. Je ne suis pas du genre à mettre des coups de couteaux, sauf à mes ennemis, qui eux se font rare. Par contre si je dois utiliser mes méninges, sache une chose "Je ne fais jamais de pari que je ne suis pas sur de gagner."

A contrario, j'ai le sens du risque, il n'y a que sur le plan sentimental que ce dicton s'applique. Bah oui tu pensais quoi ? Que j'étais un voyageur du dimanche ? Non pardi j'aime l'aventure, avec un grand A ! J'ai toujours soif de connaissance, à tous les niveaux. Je me dis que j'ai toujours quelque chose à apprendre, de tout le monde, et de tout âge. Homme, femme, gosse, vieux. Ce qui m'amène à vous dire que j'ai un goût prononcé pour l'effort, je ne lâche jamais prise, si j'ai un objectif en tête, je me donne toujours les moyens d'y parvenir. Baisser les bras c'est pour les faibles d'esprit. Je suis donc quelqu'un de déterminé, indépendant, débrouillard bien sur, pourquoi ? Quand tu te retrouves au bout du monde avec juste ton couteau, tes couilles, et des rêves pleins la tête, t'as plutôt intérêt à savoir te démerder. Bien sur pour faire tous ces voyages et surtout en sortir vivant, vous vous doutez bien que j'aime m'entretenir. Je n'ai pas la prétention d'être un athlète, juste j'aime le sport, c'est un peu comme une drogue pour moi, pas plus que les voyages, du coup j'ai appris à concilier les deux. Je suis devenu plus mature grâce à mon tour du globe, c'est certains, mais c'est surtout mes expériences dans ma courte existence qui m'ont permis de devenir celui que je suis aujourd'hui. Oui le garçon blagueur, avec un humour catastrophiquement merdique, profondément gentil, avec une énorme générosité et un esprit vif a toujours été la, mais il n'a pas été toujours aussi aigri, solitaire et avec ce sentiment de vide en lui.

On en vient donc à la partie antérieur à ma vie. Celle ou j'étais jeune et fougueux, mais surtout insouciant et trop bon. Gamin, même si j'en suis toujours un, j'ai goûté à l'amertume qu'offre l'amour et l'amitié. J'étais vraiment naïf à l'époque, disant amen à tout, pensant que l'on serait bon avec moi si j'étais bon avec mon prochain, ce n'est pas le cas de tout le monde. Fut un temps où je faisais confiance à tout le monde rapidement, j'offrais ma confiance aussi, sans réfléchir. Surtout aux filles, je me disais que si l'on était gentil, aimant, conciliant et ouvert d'esprit, il n'y aurait pas de problème. J'ai appris que non. Niveau affectif, j'ai appris que parfois, une amitié peut être fragile, ne tenir qu'à un fil et ça malgré qu'on la pense indestructible. Ahhh les femmes, on en revient toujours à vous, vous n'êtes pas notre plus grande faiblesse pour rien. J'ai perdu celui que je considérais comme un propre frère à cause de vous. Enfin non pas à cause de vous, à cause de moi. Oui, cela m'amène à ce que je pense être une qualité chez moi. La remise en question. J'en étais tout bonnement incapable à l'époque, maintenant, je réfléchis énormément, je me pose parfois des questions à moi même, ce qui fait que parfois justement, je réfléchis trop, et je me prends la tête sur des détails. Pas ma faute, j'ai le sens du détails. J'ai d'ailleurs l'étrange faculté de toujours me souvenir de certaines choses comme les dates, ou des heures marquantes de ma vie. Cela ne m'aide pas toujours, surtout après une défaite sentimentale. En parlant de ça, j'ai pris claque à ce niveau qui fait que je ne porte plus beaucoup de crédit à la gente féminine, même si j'essaye à chaque fois de me dire "Elles ne sont pas toutes pareils" et bien si, elles le sont.

Il me faudra énormément de temps pour faire de nouveau confiance à une femme, je pense que ça, c'est mon côté gamin qui le veut. Enfin, je pense que j'ai assez parlé de moi, ça me saoule, et j'aime garder un peu de suspens. Oui tu verras, je parle peu en général, mais je parle bien, et par dessus tout, je dégage une aura de mystère que j'aime entretenir. Après tout, c'est plus amusant comme ça non ? Donc si tu veux en savoir plus, je t'invite à venir faire ma connaissance, si tu l'oses. Il paraît que j'ai une sorte d'étiquette sur le front avec écrit en gros "FOUTEZ MOI LA PAIX". Enfin ça, c'est valable uniquement pour les filles. Ah oui, j'ajoute seulement un truc, je crois en l'amitié fille garçon, j'y crois dur comme fer même. Par contre une fille avec qui j'ai envie de coucher ne sera jamais mon amie, prenez donc note mesdemoiselles. Pour le reste, à vous de le découvrir, j'ai la flemme d'en dire plus. Oui je ne suis généreux dans l'effort que pour certaines choses.... Te dire mes défauts se serait facile, je préfère te laisser les découvrir, c'est plus drôle. Prends note chérie, tu es déjà en train de comprendre qu'en plus de savoir me servir du cerveau du haut TOUJOURS ET AVANT celui du bas, je suis sadique, cruel, et parfois sans pitié. Surtout avec vous les femmes. Bah oui, on appelle ça la matière grise le cerveau que je sache, pas la matière blanche ... Retiens seulement que j'ai traversé certaines choses, qui m'ont montré une face du monde que j'aurais aimé ne jamais découvrir et qui fait que je suis devenu celui que je suis aujourd'hui.

Story of my life
Hôpital la Salpêtrière, Paris.


Je pousse mon premier cri le 20 juin 1994, à minuit et six minutes dans l’hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris. Je ne suis pas l'aîné de la famille. J'ai une grande sœur. Mes parents ? Une mère aimante, un père aimant, malgré qu'il soit un peu distant avec moi au fil des années. Je suis un garçon qui a vu le jour dans une modeste famille de banlieue parisienne tout ce qu'il y a de plus classique. Nous ne roulons pas sur l'or, ma mère étant atteinte d'une maladie détruisant peu à peu sa santé, ne peut travailler qu'à mi-temps. Mon père pour sa part travaille dans une multinationale américaine, la compagnie Young. Il n'a pas un poste très haut placé, il n'est pas cadre ou directeur de projet, loin de la. Il est quelque chose entre le secrétaire et le manager. Assistant manager, voila je crois que c'est ainsi que se nomme son travail. Le seul avantage qu'il avait avec ce job, c'est qu'il parlait couramment trois langues. Du coup il s'était pris pour passe temps de toujours me parler en Anglais. Ma mère en revanche, ne parlait que le français. Nous n'étions donc pas riche à cette époque comme c'est le cas maintenant. Cependant nous ne manquions de rien, du moins je me satisfaisait du peu que j'avais. Je n'étais pas un garçon capricieux, non, d'aussi loin que je me souvienne mes parents m'ont transmis certaines valeurs, dont l'une était l'humilité et le partage. Je n'ai donc pas eu une enfance difficile, loin de la. Bien sur, j'ai fait une rencontre assez particulière un jour où, du haut de mes 8 ans, je traînais dans la garderie de l'entreprise de mon père. Dans la salle de jeu, je me souviens que je jouais avec mon ballon. C'était mon ballon, celui que j'avais amené de chez moi parce que à la garderie, c'est nul y'a jamais de ballon. Je jouais donc tranquillement dans le petit parc quand deux garçons arrivèrent et commencèrent à me prendre ma balle. Je les regarde, ils étaient noirs de peau, des cheveux courts, et ils se ressemblaient beaucoup.

"Hey rendez-moi mon ballon !!!"

Oui j'étais un peu possessif, c'était MON ballon !

"NO. It's our ball now !"

Je regardais les deux garçons, ils parlaient pas français... Dommage pour eux, je savais un peu parler anglais même si j'avais accent tout bonnement déplorable. Bah oui à 8 ans faut pas non plus croire que j'étais un prodige. Par contre je le parlais parfaitement, enfin comme un enfant le parlerait.

"Vous êtes pas d'ici vous deux ! Je vous ai jamais vu !"

Au moment où je parlais anglais, leurs yeux devinrent gros comme mon ballon et un large sourire s'afficha sur leur visage similaire. Même leur sourire était identique. Tout comme leur vêtement d'ailleurs.

"Je m'appelle Maël, on joue tous les trois ?"

J'observais les deux garçons, ils se regardèrent mutuellement quand celui qui tenait la balle me la tendit avec son grand sourire colgate.

"Oui !! Mon nom c'est Dwight, et lui c'est Dwayne ! On est pas d'ici, on vient des USA, on est rarement ici, mais c'est l'entreprise de notre papa."

C'est ainsi que je faisais l'une des plus grande rencontre de ma vie. La première amitié datant encore à ce jour avec les frère Young.

Cité Pierre Montillet, Le Blanc Mesnil, Seine-Saint-Denis.

Je suis un jeune garçon maintenant âgé de 15 ans. Mon enfance ? Tout ce qu'il y a de plus classique. Oui vraiment, j'ai été à l'école comme tout le monde où je suis un garçon qui a ses facilités et ses difficultés. En revanche, je suis assez turbulent en classe. Tout du moins je me qualifie comme étant un "fouteur d'ambiance". Mon bulletin reste en revanche honorable, assez pour que ma mère me lâche la grappe. Je me suis en revanche trouvé une passion, le Japon. Je suis tombé dedans parce que je regardais des mangas petit sous l'influence de mon père qui souvent regardait Dragon Ball Z. Avec les années je suis tombé dedans jusqu'à devenir une vraie bibliothèque sur patte. De la commence à venir des envies de découvrir le Japon, et le monde m'entourant. Je traîne beaucoup sur les forums, je me fais des potes aux quatre coins de la France et à 16 ans j'entame ma première vraie escapade solitaire pour les Vosges, où je vais rejoindre un ami. Ma mère n'était pas trop pour, mais elle était d'une grande ouverture d'esprit, puis j'étais un garçon de confiance, donc ils m'autorisèrent. C'est à partir de là que commencèrent mes voyages.

Las Vegas, Nevada. USA.

J'ai 17 ans. C'est l'été, je suis en vacances aux USA chez la grand mère de Dwayne et Dwight. Oui avec les années nous sommes restés en contact. Nous nous appellions, nous nous écrivions, puis arriva Facebook, Twitter, Viber. Ce que j'aimais chez eux, c'est que malgré la position sociale que j'avais, ils étaient restés mes amis, fidèles à eux même. Toujours aussi gosse de riche insupportable mais toujours le cœur sur la main et généreux. D'ailleurs, mes parents n'avaient pas les moyens de m'offrir le billet pour y aller, mon père trimait pourtant, mais ce n'était pas possible. Je m'étais alors résigné à devoir attendre une année de plus de pouvoir travailler et rejoindre mes potes la bas. Mais non, chez les Young on fait pas un cadeau d'anniversaire comme tout le monde. Ils m'avaient offert un aller retour pour passer un mois chez eux à Las Vegas. J'étais fou quand j'ai reçu ça. En colère, mais le rire des deux frères m'a vite rassuré et leur "Allez ferme la, prends ton sac et rejoins nous !!! Tu vas passer un été mémorable !!" Et ce fut le cas. Beuveries, soirées, filles, enfin surtout pour eux. Moi je n'y avais fait qu'une rencontre, je n'étais pas le genre de garçon qui sautait sur tout ce qui bouge. Je me souviens encore d'elle en revanche. Elle avait deux ans de moins que nous, mais elle était déjà adorable. Puis elle était magnifique aussi, je dois l'avouer. Son prénom ? Arizona. Arizona de Slewer.

Chambre universitaire 307, Amiens. France

Je reviens des cours. Je suis en première année de Staps maintenant. L'été avec les Young me paraît loin, tout ça me manque. J'ai opté pour la filière sportive parce que c'était ce que je trouvais le plus intéressant. De plus c'était avec des corps de métier mobiles, et j'avais toujours autant cette soif de bouger, voyager, découvrir le monde C'est pour cela que j'avais quitté Paris pour venir sur Amiens, une ville étudiante bénéficiant par la même occasion d'un des meilleurs complexes Staps du pays. Je caressais aussi l'idée d'aller faire un stage au Japon, ou carrément une partie de mon cursus, mais je renonçais rapidement à cette idée, la faute aux exigences trop élevées des universités nippones. Je revenais donc des cours comme je le disais, j'étais avec mon pote Calédonien Camille. Nos sacs sur le dos nous sortions d'un cours de foot. J'avais soif, nous nous arrêtions à la supérette du coin, je prends un soda pour mon ami et moi.

Je mène toujours cette existence aussi normale qu'ennuyeuse. Je parlais à Camille de mon envie de faire le tour du monde si un jour je gagnais énormément d'argent. Oui, c'était mon plus grand souhait. Ce qui actuellement n'était pas près d'arriver vu que j'étais un étudiant, un VRAI. Sans le sou, qui aime les pâtes parce qu'il ne peut pas aimer plus de toute façon ! Mes parents participaient, mais ils ne pouvaient pas couvrir toutes les dépenses de ma vie d'étudiant, cependant je n'étais pas malheureux. Je passais donc devant un bureau de tabac, les mains dans les poches je jouais avec ma pièce de deux euros. Je me stoppe en voyant l'affiche. 280 millions d'euros à gagner ce soir.

"Putainnn ! Tu fais quoi avec autant d'oseille mec ?"

"Tu te fais toutes les putes japonaises de la planète vieux, à l'aise ! Il restera même assez de monnaie ! Abusé ! Allez viens on y va. On se fait du mal pour rien là."

Je fixe la pancarte, j'ai deux euros dans les poches. J'entre dans le tabac.

"Attends, j'ai deux euros à niquer. Ca me saoule d'avoir de la monnaie dans les poches. Au pire si je gagne dix balles je paye mon grecque !"

La suite, vous vous en doutez. J'ai empoché un pactole de 280 millions d'euros. J'étais alors âgé de 19 ans. Je venais de terminer ma première année de Staps.

Nouméa. Un bar quelconque. Nouvelle-Calédonie.

Je suis maintenant millionnaire. J'ai placé une énorme partie de mon argent. J'ai mis ma famille à l'abri, j'ai régalé mes potes et enfin j'ai réalisé mon rêve de gosse. Je suis parti en voyage avec seulement un sac, mon passeport et ma carte bancaire. Ma mère avait du mal à se faire à l'idée que je parte, mais je voulais vivre mes rêves. Avant ce départ, j'étais ici, en Nouvelle-Calédonie, chez mon pote Camille, originaire de cette magnifique île. J'avais arrêté les cours, j'en avais les moyens de toute façon, pour autant j'étais resté fidèle à moi même contrairement à l'idée que j'avais de la richesse. J'étais devenu bien sur parano, je n'avais pas fait n'importe quoi de ma fortune. C'était surtout ma mère qui gérais, donc je ne m'inquiétais pas. Face à Camille, ma combinaison de surf trempée je prenais la parole d'un ton détaché et serein.

"On est pas bien la ? Dans ton bled ! Amiens me paraît bien loin maintenant. Dire que je peux faire ce que je veux, quand je veux sans me soucier de rien dorénavant ... J'ai l'impression que c'est toujours aussi surréaliste. Bon, tu payes ton verre ?"

"Mec t'es un escroc ! T'es millionnaire et t'oses me demander de te payer un verre ??"

"C'est comme ça qu'on le reste mon gars ! Puis fais pas genre, je t'ai mis bien !! T'en as assez pour un très long moment si tu fais pas n'importe quoi !"

"Dégage ! Va chercher les boissons ! Je prends comme d'hab !"

Je me dirigeais alors vers le bar quand une serveuse m'accoste, prenant ma commande elle me tendait une lettre.

"Pourquoi vous me donnez ça ?"

"Je ne fais que remplir la requête d'une cliente. Ouvrez-la, vous verrez bien. Je ne sais pas de quoi il s'agit."

Je retournais alors à ma place puis je commençais à lire la lettre sous l’œil intéressé de Camille. Cette lettre me captivait, plus que ça même, elle m'absorbait totalement. Je m'imprégnais de chacun des mots. Je laissais mon imagination s'envoler, je rêvais tout simplement. Mais qui était-elle ? Je tentais avec sa description physique de me la représenter, elle me paraît sublime. Je parcours toujours la lettre avec autant d'intérêt, celui-ci grandit même à chaque fois. Elle me propose une sorte de jeu de piste. Je relis plusieurs fois le passage histoire de bien comprendre. Elle me laisse même le choix de déchirer la lettre ou au contraire prendre les billets d'avions qui étaient dedans. Je saisis l'enveloppe, il y a un bien un autre papier dedans. Un billet, direction l'Inde. La patrie de mes grands parents. Je regarde Camille qui lit la lettre à son tour. A la fin de celle-ci, il voit la lumière dans mes yeux.

"Pourquoi je suis persuadé que demain t'es dans le premier avions pour l'Inde ?"

"Parce que c'est le cas mon ami !!! Putain y'en a qui ont vraiment de l'argent à niquer pour rien.. Elle a l'air canon en plus !!"

"Ton insouciance est toujours aussi ouf mec ! Enfin, c'est pas comme si tu avais autre chose à faire après tout. En tout cas je rigole si c'est un gros thon ..."

"Pas grave, je voyage à l'oeil !"

Suite à cela, j'entamais un jeu de piste à travers le monde. D'abord l'Inde et son Taj Mahal, puis le Nepal. Ce fut ensuite le tour des USA, de l'Afrique du Sud et son parc Kruger et enfin la dernière destination laissé par mon intriguante mais non moins passionnante inconnue, le Pérou. Je m'étais laissé séduire par ce jeu, ces destinations. Dans un sens grâce à elle j'avais pu voir bon nombre de paysage, c'était enrichissant. Plus le temps avançait, plus je me demandais à quoi elle ressemblait. Qui elle était ? Est ce que nous nous entendrions bien ? Quel est le son de sa voix . Tant de questions restaient sans réponse. Je continuais mon voyage. J'en apprenais un peu plus sur elle, sur sa vie, qu'elle était de New-York, qu'elle avait vécu chez ses cousins par exemple. Assis, un chapeau de paille sur la tête, le soleil de plomb péruvien me réchauffait la peau qui était maintenant doré. Je comprenais que nous étions sur la fin de notre correspondance. Une vague de mélancolie m'emportait. C'était allez si vite, et en même temps si lentement, je ne discerne plus vraiment la chose. Elle met donc un terme à notre correspondance pour reprendre sa petite vie ? Et moi, que devrais-je faire ? Est ce que je devrais moi aussi penser à faire quelque chose de ma vie ? Je pensais que le fait d'être millionnaire résoudrait mes problèmes mais je sens l'ennui me gagner. Je crois que si elle n'avait pas été là, j'aurais fini je ne sais où à faire je ne sais quoi. Tenant donc le morceau de papier, je finis la dernière lettre me liant à elle et mes yeux se posent sur ces dernières lignes.

Voilà, notre correspondance se termine ici, cependant j’ai une petite faveur à te demander, Il est possible que t’aies perdu ton temps pour rien ou encore, que je me sois trompée et peut-être même que tu as juste profité des billets pour te faire un city trip tout seul ou alors, et j’espère que c’est le cas, tu as été bluffé par ce que je t’ai demandé. Dans ce cas, je te laisse une adresse encore facultative où tu pourras me répondre, si l’envie te monte à la tête. Olivia Kim Akane, Wynwood High School, casier 560, Miami, FL 33127. Etats-Unis.

Un sourire se dresse sur mes lèvres. Olivia Kim Akane. C'est donc ainsi qu'elle s'appelle... La consonance asiatique de son nom m'arrache une vague de nostalgie. Je me rappelle mon ancienne vie à Paris, mes envies de Japon et d'ailleurs. J'ai encore l'opportunité de prolonger le voyage qu'est ma vie. Parce que oui je considère la vie ainsi maintenant, comme un voyage. Je rentre donc à mon hôtel ou là j'appelle un vieil ami, parce qu'une information me trotte dans l'esprit.

"Dwight ? Comment tu vas ? C'est Maël !"

"Hey Maël, ça fait plaisir ! T'es où là ?"

"Au Pérou ! Dis moi vieux, tu connais Wynwood à Miami ? Ce nom me dit quelque chose mais j'arrive pas à me souvenir quoi !"

"Bah oui couillon, c'est le nom de mon école !! Mais pourquoi tu veux savoir ça en fait ? Et qu'est ce que tu fous au Pérou ???"

"Nan nan pour rien. Et t'occupes je voyage. Dis, y'a un cursus sport à Wynwood ?"

"Nannnnn me dit pas que t'envisage ce que je pense ?? Bien sur que si qu'il y a une fac de sport !"

"Alors c'est décidé, j'arrive à Miami. Tu peux m'héberger le temps que je trouve quelque chose ?"

"Bien sûr, tu peux rester à la maison autant que tu veux, je préviens mes parents et Dwayne, ils seront fous en apprenant ça ! On va faire du saaaaaaaaallleeee !!! T'arriverais pour quand ?"

"Un peu avant la rentrée, histoire de régler la paperasse et autre connerie, puis faut que je vois si mes crédits sont valables tout ça. Bref tu vois le genre de truc ennuyeux..."

"Ouais je vois la genre, mais pourquoi tu veux venir ?"

"Une affaire à régler."

"Ouais je vois, Monsieur fait le cachottier, y'a forcément une paire de fesse derrière tout ça."

"T'occupes, bon je te tiens au courant dès que je débarque."

"Okay on fait comme ça. POUAHHH j'ai trop hâte que tu débarques !!!! Faut que je te présente à toute l'équipe ! Tu verras, WHS va pas s'en remettre !!!"

Je coupais la conversation. Sirotant un cocktail au bar de l’hôtel, je pliais bagage le lendemain direction Paris, histoire de régler les derniers détails pour la paperasse dont j'aurais besoin et ni une ni deux, j'annonçais à mes parents la reprise de mes études à l'école Wynwood. Ma mère comme toujours n'était pas enchantée, mais elle était tout de même heureuse que je reprenne des études et que je mène une vie un peu plus saine et normale que celle que j'avais actuellement. Une fois mes valises prêtes, je repartais en direction de Miami avec une idée bien précise en tête. Retrouver la fameuse Olivia Kim Akane.



And you ?
Votre prénom ou pseudo : Soma
Votre âge : 25

Où avez-vous connu le forum ?
Je suis un vieux de ce forum maintenant !

Une suggestion/remarque ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 0:56

Rebienvenue KEKE <3 :ola: :coeur1: 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 10:39

Kennyyyyyyyyyyy  :alisa: 

Rebienvenue, fais le assez SM pour que tu puisses m'appeler chef 8)

Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 11:29

Kimb... m'appelle pas Keke  :starw:  merci <3

Mali => LOL ! ultra LOLILOL ! Je vais essayer, ce personnage sera assez particulier et je sens que le conseil va me haïr sévèrement. Mais je pense qu'il sera assez SM pour que tu puisses me lécher les bottes, oui oui 8)

PS: méfie toi, peut être qu'il voudra gratter sa chef ..
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 13:01

Rebienvenue Kekeeee !

Paul...  :-( 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 13:06

Quelle bonne idée, Dwight est un peu trop con pour Leah  :coeur2: 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Jeu 14 Aoû - 16:26

Merci Polo !

Oui Paul  :snif1: 

Mali => Si tu veux, mais Maël sera hard avec elle <3 :jun: 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Ven 15 Aoû - 11:51

Rebienvenue Soma  :sushi: 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Lun 18 Aoû - 21:20

Merci Kevin !

Voila ma fiche est terminée. Je m'excuse d'avance des fautes d'ortho, je viens de finir l'histoire, j'ai écris au fil de la plume on va dire donc aucune relecture et j'ai pas le courage  :peur: 

J'espère que ça sera bon pour vous !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mar 19 Aoû - 11:14

(reee) Bienvenue :3

Bon on se connait pas car je suis discrète ici. Juste.. je veux un lien avec  ton perso. J'en veux un. J'ai juste adoré cette fiche.
Ton perso a l'air cool.
(En plus, entre français ;) on peux s'entendre !)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mar 19 Aoû - 12:26

Merci Siegfried c'est gentil ;)

Pour le lien aucun problème, dès que ma fiche est créée on se concocte ça et le rp qui va avec :D

Nina Palmer est priée de faire son travail s'il vous plaît, Nina Palmer, merci. <3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mar 19 Aoû - 13:03

Ouiiii  :eva: 
Je commence le rp, je suis motivée (Bon quand on aura une idée. Et des idées j'en ai plein. Je te mpotte !)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mar 19 Aoû - 14:37

Wynwood High School



congratulations !
Tu es Validé(e);
« Félicitations te voila validé ! Je n'ai rien à dire sur ta fiche, elle est parfaite et complète et j'ai hâte de découvrir ce personnage et tu peux être sur que je viendrai gratter des liens ! :D Je ne te refais pas le speech sur le 2x2 et sur les Confréries, je te souhaite de bons moments et rps avec ce personnage, félicitations à nouveau !

P.S : N'oublie surtout pas de faire ton choix de cours ici ! »

Tu peux dès à présent faire ta fiche de liens et puis aussi celle de tes RPSs. Pour être plus à l'aise avec les diverses choses qui te sont proposées sur le Forum, je t'invite à aller consulter le Guide complet de WHS. Et si tu as le moindre soucis, ta marraine ou ton parrain, ainsi que chacun des membres sur le forum (surtout du Staff) reste à ta disposition ! Bon jeu (:



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   Mar 19 Aoû - 17:00

Merci pour la validation Eric !

Pour le lien c'est quand tu veux je suis plus que preneur !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fini]Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens
» Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens. || LIBRE
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Je sais une église... écrit sans un seul O
» Petite tornade [fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Gestion des personnages :: Vieilles présentations-
Sauter vers: