AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Sam 26 Mar - 18:13

Tu es partie en me disant que tu m'aimais. Mais si tu m’aimais réellement tu ne m’aurais pas laissé seul, tu ne m’aurais jamais laissé. Le vide se crée dans mon cœur. Il se serre au point de non retour. Mon passé avec toi est clos n’est-ce pas, plus aucune parenthèses ne s’ouvrira. Je reste longtemps dans mon lit, une heure, deux heures, trois heures? Peut être toute la matinée. Je me lève lentement de mon lit, et vais à la salle de bain. Je tousse, je crache du sang. Les vapeurs chaude me font vomir mes tripes et la tête me tourne. Je vois tout tourner dans la pièce. Je m’effondre au sol, ma tête percute violemment le sol, je porte ma main à celle-ci du sang. Je n’aime pas ça. Je n’ai pas mon téléphone portable sur moi. Je n’arrive pas à me lever, je vais mourir ça y est c’est mon heure? Je n’ai pas le temps de répondre quoique ce soit à ma question, je perds connaissance, deux fois en deux jours. Je vais vraiment mal. Je m’étais perdu dans un sommeil profond, long et sans rêves. Je finis par reprendre conscience. Je suis dans une marre de sang et d’eau. Personne ne s’est aperçut de ma disparition. J’essaye tant bien que mal d’atteindre le robinet de douche et ferme l’eau, un mal de crâne cuisant prend place dans mon cerveau. Je porte de nouveau ma main à ma tête et du sang coaguler souille mes cheveux. Je m’assois dans la douche et essaye d’enlever le liquide poisseux de mes cheveux. Il faut que j’aille à l’hôpital. Je me relevais difficilement. Tout tourne autour de moi, je ferme les yeux et me dirige vers ma chambre. J’entre dans la pièce ouvre les yeux et cherche mon portable. Il fait nuit, je suis rester dans les vapes combien de temps? Je cherche le numéro de Sacha dans mon répertoire. J’appuie sur la touche verte, la tonalité se fait entendre. Le son me vrille les tympans et il ne décroche pas. J’appuie sur la touche rouge pour raccrocher. Et entreprend de m’habiller lentement. Une fois que j’ai finis de me préparer. Je prend un sac et je mets plusieurs habilles à l’intérieur. Je pense que le médecin va vouloir me garder pour un petit moment. Je passe le sac sur mon épaule et sort de ma chambre. Mes derniers ébats avec toi, notre dernier partage. Une page se tourne et tu ne fais plus partie de l’histoire. Des larmes dévalent mon visage. Je ferme la porte et essaye tant bien que mal de descendre les escaliers. Je ne m’étais jamais rendu compte comme ils étaient long ses escaliers. Le souffle me manque, j’ai du mal à respiré, je tousse mais je ne crache pas de sang. J’arrive finalement en bas du bâtiment. Je ne pense pas que prendre ma voiture soit une excellente idée. Je me dirige donc vers l’arrêt de bus. Le bus arrive enfin, je paye mon ticket et m’installe dans un siège, les écouteurs sur les oreilles je n’entends plus rien seulement une musique déprimante. Je regarde l’écran qui affiche que mon arrêt arrivera bientôt. Je me lève de mon siège et attends devant la porte, le grand hôpital que j’ai quitter pas plus tard qu’hier est devant moi. J’inspire un grand coup et entre par les grandes portes. Je demande à voir mon médecin traitant à l’hôtesse d’accueil. Elle me dit qu’il est au bloc opératoire qu’il va falloir que j’attende. Je la remercie et m’installe sur les chaises réservées au clients de l’hôpital. Je remets mes écouteurs dans mes oreilles, et regarde devant moi. Je ne sais pas combien de temps j’ai pu attendre assis sur ma chaise mais mon médecin montre enfin le bout de son nez. Je le salut et lui demande de commencer le traitement de but en blanc, il essaye de me demander le pourquoi de ce revirement de situation. Et je lui dit que cela ne le regarde pas et qu’il devrait être content que son patient veuille enfin se faire soigner. Il m’emmène dans son bureau et me demande de prendre place et je m’exécute. Il me demande si je suis sur de mon choix et que c’est dangereux et éprouvant comme traitement et que ce n’est même pas sur que ça marche. Après tout qui ne tente rien à rien. Je me fait interrompre par mon téléphone qui sonne. Je réponds après avoir lu le nom qui s’affichait. Je m’excuse.

- Allo!
- James!
- Oui c’est moi!
- C’est toi que j’ai choisit.

Et il raccroche, ce n’est pas normal, quelque chose cloche, son ton n’était pas comme d’habitude. La phrase qui m’avait dit hier se répercute dans ma tête. Non tu n’as pas osé. Non c’est pas possible. Sacha! Comment as-tu pu? Je voulais commencer le traitement, je voulais vivre pour toi. Tu n’as pas le droit. Pourquoi avoir fait ça? Je recommence à pleurer et en plus devant mon médecin. Il est sur le point de me demander si quelque chose ne va pas et son biper sonne. Il s’excuse à son tour. Et je sors de son bureau les larmes aux yeux. Le service des urgences s'agite et j’entends des médecin dire qu’un patient arrive pour tentative de suicide. Je vais te tuer de mes propres mains, je vais te refroidir, je vais te décapiter, je vais te torturer, je vais… je vais. Je ne vais rien faire je ne pourrais pas. Une infirmière vient me voir et me demande de la suivre dans une chambre. Elle me dit de m’installer et que se sera ma chambre pendant le traitement. Je m’installe, il est tard, je ne sais même pas l’heure qu’il est. Je tourne en rond, je ne sais pas quoi faire et je décide finalement d’aller le voir. Je demande à une hôtesse de m’indiquer la chambre de Sacha Farmer. Je m’y rend le pas pressé. Je passe ma tête entre la porte et le mur et vois Chase. Je me retourne immédiatement et retourne dans ma chambre je m’effondre en larmes. Je vais faire la même chose pendant trois jours et Chase est toujours là je ne peux rien faire et en plus tu es toujours dans le coma. Mon traitement se passe bien enfin c’est-ce que me dit mon médecin. Mais je n’ai pas fait grand-chose, ils m’ont juste prescrit des médicament pour le moment et fait des prises de sangs. Je demande aussi de tes nouvelles qu’il me donne et j'apprends enfin que tu t’es réveillé, je demande au femmes de chambre de déposer un mots que j’ai écrit pour toi mais qu’elles le fassent une fois que ton ami ne sera plus dans ta chambre. A l’encre bleu je t’écris ces mots sur mon lit d’hôpital:

« Sacha je suis aussi à l’hôpital je ne peux décemment pas te rendre visite tant que Chase est ici. Une fois que tu te sera remis viens me voir! Ou je viendrais à toi mais il faut que tu sois seul. Je t‘aime!»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Ven 25 Mar - 20:11

SORRY CE POST EST VRAIMENT POURRIS
Clic


Adios Mi Corazon.




    Le souffle légers d'une peine qui tue. Une mort intérieure. La fin d'une résistance éphémère empreinte d'une cynisme amère. Les larmes qui tombent et pleuve comme la douleur. Je brule dans un bain d'acide, tentant de coudre les paupière pour empêcher mes yeux de couler. Tu m'assassine. Tu m'assassine de tant m'aimer. Je m'assassine de tant t'aimer. Je me blâme et me juge, écorchant mon âmes sur la boite de marbre de mes illusions, perdus dans mes pensée machistes, mes rêves et mes désirs portent ton nom. Triste victime d'une Inquisition fictive, je reçois mon juste châtiment que je m'infligerais moi même. Je me punirais, non pas par esprit de mortification mais pour alléger ma culpabilité. Je me punirais pour fuir ce que je n'ai pas la force de battre. Fuir pour ne plus souffrir. Mais l'instant présent est éphémère, autant ne pas le raté. Que mon âme me laisse apprécier la symphonie du silence, opéra du néant, vibrato de l'inexistant. J'aimerais me glisser dans l'oublie et perdre ma vie. Ne plus m'accrocher à rien. Pendus à la fumé de mes souvenir, j'aimerais m'évanouir comme la brume. Comme l'eau de source, je veux me glisser et m'infiltrer dans la mort et couler dans le néant. Délivré de mes régurgitations psychiatrique je veux sauter dans l'Après et oublier l'Avant. Oublier le réel et me perdre dans l'Illusion. Je rêverais à toi tandis que des pléthores de démons m'arracheront mes souvenirs. Je veux fané et pourrir, me mourir dans la nuit. Me bruler dans les ténèbres suintant d'un suicide peiné. Viens te perdre dans mes bras tandis que je me friperais. Donne moi me courage puis endors toi sur moi. Laisse moi mourir avec ton odeur que j'adore, avec tes lèvres que j'adule. Ma pauvre âme énamourée transpire du désir de ton corps meurtris par le mille supplices que mes mots t'injectes, les lignes blanches de désespoir qui marbrent déjà ta peau ne seront qu'agrémentées d'une dernière, car je le sais tu voudras me suivre et je ne pourrais pas t'en empêcher. Enchainé à mon désir de mourir, je ne pense qu'a te donner ce que je peux avant de partir. Je ne partirais pas dans ta peine, la mienne m'est assez lourde. J'allègerais ton fardeau. Je suis celui qui peint la nuit en sombre, celui qui se nourrit de peine-ombre, je suis celui qui a été. Je sombrerais dans l'ombre, sous les baisers avide de la mort. Ce seras comme un renaissance, je serais à nouveau craché dans une eau diaphane et trouve d'un monde de néant, disparus et inexistant je serais perdus et ce à jamais. Le monde s'efface, il ne me reste plus que tes yeux et ta voix. Je doigt rejeter ces pensées dans mon esprits qui ne feront que retenir ma main. Je doit me laisser porter. Vivre ou ce laisser porter, marcher ou crever. Je suis tombé. Ta voix s'élève suppliante et gémissante. Rester avec toi? Bien sur. Je resterais avec toi James. Avec toi et rien que toi. Toi et Moi. Je me rappèlerais jusqu'au dernier moments la saveur de ta peau sous mes lèvres et le goût des tiennes. Tes yeux vomissent leur trop plein de peine que je viens cueillir du bout des doigts, et tes lèvres souffles 3 mots d'éternité qui me tue un peu plus tant elle sont saturées de désespoir.

    _ Je t'aime Sacha.

    Nous sommes lié, par nos cœur, par corps, par nos âmes, par nos peines, par nos désirs, par nos secrets. Tu ma confié le tien, il est tant pour moi de te remettre le mien, l'histoire commence sur le bout de mes lèvres. Mon histoire. Celle de ma vie. Elle s'envole vers toi en échappant à toute censure. Je dévoile la triste vie de Sacha Farmer, L'enfant de pute qui se mêle a celle d'Andrew, l'homme au cœur incestique. Mon regards glisse sur ton corps et le caresse, je me pose dans la lit, à côté de toi, et caresse tes cheveux, cueillant tes nouvelle larmes, buvant l'écume de tes yeux.

    _Moi aussi je t'aime

    La nuit se meurt et laisse place au soleil qui vient inonder le ciel de cette journée qui sonne le glas de mon existence. James est nu, allongé sur le lit, mais ne dort pas, je le voit à sa lèvre qui se tord en entendant que je me lève, ses yeux qui se plisse, en m'entendant l'habiller, au gémissements qu'il réprime en sachant que je part. Doucement je caresse ses cheveux et dit à se carcasse éveillée.

    _ Je t'aime.

Puis dans un souffle je lui raconte ma vie, mon frére et je termine par mon secret en lui demandant de rester endormis
Enfin la porte se referme sur la fin de ma vie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Jeu 24 Mar - 20:46

Tu es apparu dans ma chambre, nous avons fait plus qu’un. Mais ce soir mon âme n’est que désespoir. Dans ma mémoire une chose effroyable se reflète. Allonger sur mon lit, mon cœur se gonfle de haine, par tes paroles tu me dis que c’est finis, ce n‘était pas la peine. J’aurais du m’en douter! Je ne comprend pas la totalité de tes mots mais c’est assez suffisant pour moi. Une nuit j’ai sombrer, j’ai sombrer dans ton corps, et je ne m’en remettrais pas. Après avoir déposer tes lèvres sur le miennes pour une énième et dernière fois. Je n’écoute pas ce que tu me dis après ta première phrase j’ai compris: « James, ne cherche pas à comprendre ce que je vais dire tout de suite, attends juste un peu… » Je me lève de mon lit, complètement nu. Je me dirige vers la fenêtre l’ouvre, une belle nuit étoilée, dont la lune éclaire ma chambre. Je prend une cigarette dans ma bouche, je t’en propose une que tu acceptes volontiers. C’est finis hein? Tu m’aimes mais je ne suis pas le seul, Chase est présent dans ton cœur tout autant que je le suis. Un mauvais pressentiment s’empare de moi. Mais je ne trouve pas la raison d’une telle pensée. Mes larmes se perdent sur mon visage, maintenant faut-il que je parle de notre histoire au passé. Mon cœur pourrit lentement dans tes mains. Une vieille image, j’aimerais figé se temps qui coule trop rapidement ou trop lentement je ne sais pas. Je ne peux pas tuer ce maudit temps. Je ne peux pas tromper l’aiguille qui tourne autour du cadran, les secondes passent aussi vite que mes moments de bonheur. Tu es mon seul moment de bonheur mais tu disparaît comme une ombre noire, je n’ai que le temps de t’effleurer que tu te fripes lentement pour qu’il ne reste de toi plus qu’une brise glacé. Je le savais que tu ne continuerais pas avec moi. Mais je me suis perdu dans tes bras, dans tes yeux. Pour une nuit, une seule nuit, une simple nuit. La cigarette se consume comme mes pensées peuvent me briser. Je regarde par la fenêtre et le vide m’appelle. Mais je ne sauterais pas, la vie est si précieuse. Je ne gâcherais pas ce qu’il me reste. Même si ce n’est pas avec toi que je finirais ma vie. Enfermer dans ma solitude je m’en suis sorti jusqu’à maintenant alors je continuerais même si vivre sans lui aujourd’hui m’est impossible je laisserais le futur se charger de moi. Me suicider? À quoi bon? N’est-ce pas lâche je l’ai compris quand je t’ai rencontré. Si tu savais toutes les TS que j’ai pu faire avant de te connaître Sacha. Et tu es apparu dans ma vie et je voulais vivre pour toi pour être avec toi. Alors me suicider il n’en est pas question. Ma cigarette c’est finie. Dans mon tiroir de bureau je cherche un moyen de me détendre. Je vais me rouler un joint, je le partagerais avec toi. Symbole de notre dernier partage? Je pense que oui. Cela va être tellement difficile de te croiser dans les couloirs. Avant je pouvais faire abstraction de tout et rester concentrer dans ma bulle. Sans chercher à comprendre ce qu’il se passait aux alentours mais après cette nuit, après ce que nous venons de faire. Je ne pourrais pas faire semblant de ne pas te connaître. Je ne pourrais plus faire semblant. Je roule la cigarette qui me fera oublié pour au moins quelques instant l’instant présent. Je n’aurais jamais du me laisser aller. Que vais-je pouvoir faire pour Samus, pour l’amour qu’elle m’a donné, pour la confiance qu’elle m’a accordé. Je ne peux pas rester avec elle dans une situation comme celle là, je ne veux pas me jouer d’elle. Mais je veux rester son confident. Je ne veux pas la perdre comme j’ai pu te perdre et comme je te perds encore aujourd’hui. Chase est ton choix? Peut être devrais-je changer d’école. Comme ça je ne serais pas obligé de vous voir tous les deux main dans la main. Ai-je seulement compris le sens de tes mots? Me suis-je tromper? Je ne pense pas, enfin du moins je ne l’espère pas. Ce soir tu n’es plus aussi transparent que d’habitude. Est-ce voulu de ta part ou est-ce moi qui ne te comprends plus?

- J’ai compris Sacha! Le choix t’appartenait et tu as décidé!

Je fume lentement le pétard, la drogue s’insinue en moi et je sens que ça commence à faire effet. La tête me tourne et je tombe sur mon lit. Allongé encore nu, tes yeux se perdent sur mon corps. Regarde-le bien, tu ne le verras plus. Mais n’est-ce pas ton choix? Je me couvre du draps et mes yeux se ferment pour donné naissance à un torrent de larmes. Tu viens à moi et caresse mon visage et tu essayes de faire fuir les perles salées qui coulent sur mes joues.

- Restes avec moi jusqu’à la fin de la nuit, restes dans mes bras au moins pour ce soir. S’il te plaît. Le suppliais-je du regard.

Je t’aime plus que tous ce que je peux chérir dans ma vie. Tes yeux, ton visages, tes cheveux, ton corps, j’ai cru une seconde qu’il m’appartenais. Mais l’espoir fait vivre comme on dit. L’espoir? Un futile mensonge créer afin de ne pas sombrer. Je me répète inlassablement que tu restes avec moi dans ma tête et je part rejoindre le pays des songes. Je n’arrive pas à lutter au sommeil qui me tiraille. J’aimerais tellement pouvoir te regarder dormir une dernière fois. Mais la tourmente de cette journée se rappelles à moi et surtout cette journée fut éprouvant pour un simple gars comme moi. Le médecin ne l’a-t-il pas dit? Que si je continuais comme ça je sombrerais dans un océan de rêves ou de cauchemars, et que je m’épuiserais inutilement. Peut être a-t-il raison finalement. Je ne peux plus autant rester éveillé que quand j’étais plus jeune. Dans un dernier murmure je te dis:

- Je t’aime Sacha…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Jeu 24 Mar - 18:50


theme musico: ici

Les fils de la lune.


    Entends tu? M'entends tu? Entends-tu les mots sifflés? Entendus les mots soufflés? Entends-tu les battement de mon cœur? Entends-tu les orages de mon âme? Entends-tu mon corps qui te supplie? Entends-tu mes désir qui te rêvent? Entends-tu tu tout mon être qui te dessine? Je dessine du bout des doigts sur ta peau quelque lettre qui nous lient. M'entends-tu me répandre? M'entends tu me pendre à toi? M'entends-tu chevaucher cette marre anarchique qu'est mon âme a cet instant? M'entends-tu souffrir en essayant d'oublier quelqu'un pour n'aimer que toi? M'entends-tu te dire que je mourrais demain? Tu ne m'entends pas parce que ma gorge bloque les mots. Tu ne m'entends pas parce que le plaisir annihile toute les pensées qui ne t'imagine pas. Je ferme les yeux pour mieux te voir. J'oublie de pensé et ne fait que croire. Si seulement le monde s'éteignait tout de suite. Si seulement ma vie se terminait se soir. Je mourrais de bonheur plongé dans un utopie cinglante d'un cynisme sulfureux. Je mourrais dans tes bras, il n'y a pas plus belle mort que de mourir près de l'être aimé. Je mourrais demain. Car je ne peux choisir. Je fuirais demain pour ne plus souffrir. Toi tu aura compris pourquoi, mais pas Lui. Il pensera que je l'ai fait pour Lui. Mais je le ferais pour Toi, je le ferais pour Moi. Je le ferais pour Lui. Je le ferais pour Eux. Je le ferais pour tout et pour rien. Je le ferais parce que je dois le faire. Une chaleur saisis tes lèvres et souffle mes oreilles de leur feux ardents. Ton regard glisse sur ma peau comme un pinceau sur une toile, inondant mon corps perçant mon âme. Se fondre et se fendre, se pendre et ce répandre. Se mourir du plaisir qu'apporte le désir. Ta langue déchire la frontière de mon cœur, inonde mes lèvre, d'une triste aigreur et d'amour qui se mêlent tandis que ton corps nu, tout contre le mien me fait frissonner. Manger tes lèvres tandis que tu mange mon corps, une derrière foi unis. Car la nuit aura raison de moi. Nos yeux qui brule du désir ardent, exprimant dans nos prunelles la magie de l'union de nos corps. Nous coulons dans notre désir sadique empreint d'une peine acide. La nuit aura raison de toi. Saisir ton corps, goutter ta peau, mordre ta chair, t'aimer a en oublier mes maux. Nos corps se déchainent tandis que nos cœurs s'enchaine. Nos rêves s'éveillent. Nous sommes esclaves de nos soupirs. L'étreinte s'envole, se perds dans le cieux, un flamme qui brule dans les ténèbres. Petite danseuse de flamme flagellée par la réalité qui mords frappe et viole. Nos corps, joueurs, se répondent. Nous nous courbons, jouons de nos cambrure, tandis que tu glisse jusqu'à moi, sulfureuse chanson de l'amour qui s'allume dans mon corps plein de brume et d'écume. Nos lèvres s'emmêlent et se mêlent, valsant la danse de nos cambrures. Le mal est fait, allons jusqu'au bout, nous sommes maîtres de notre image. T'aimer a en crever, voilà mon destin. Car oui, je vais mourir demain. L'amour est un art, il se dessine du bout des doigt. Se peint se chante se murmure et se cris. Il se caresse du bout de mes doigts trempés. Nos anches dansent le dernier pas et ton corps se perd tout au fond de moi. Aimer jusqu'à la fin. T'aimer jusqu'à Ma fin. Le plaisir s'éteint à l'aune de notre ardent désir. Parce que c'est toi. Parce que c'est oui. La nuit à eu raison de moi. Ma vie suspendue au quelques heure qu'il me reste pleurs de tout laissé quand mon cœur ne veux que s'éteindre. Mes lèvres sur les tiennes une toute dernière foi, brulant ma peau de la douleur de mon adieu, je t'aime. J'ai jamais été doué pour les adieu, je partirais en anonyme sauf pour toi. Nous nous regardons, nous nous mirons, nous perdant dans la profondeur du regard de l'autre. La nuit a eu raison de nous. Je me rappelle que tu aimais ma voix. Tu aimais que je chante après que nos chair fussent retombées. Je connais un légende que je t'ai promise un jour. Tu voulais que j'inspire tes prochaine clichés. La lune inspire mes poèmes, ayons la même muse:

    _ Tu te rappel? Je t'avais promis quelque chose. Voilà pour toi.

    Je crache, je crache ma douleur et ma mélancolie, cinglant les mots avec violence je crache, me fouettant seul avec ma voix, je crache, beauté et douleurs mêlées. Je crache pour t'aimer.

    Tonto el que no entienda
    Cuenta una leyenda
    Que una hembra gitana
    Conjuro la luna hasta el amanecer
    Llorando pedia
    Al llegar el dia
    Desposar un calé
    "Tendras a tu hombre, piel morena
    - Desde el cielo hablo la luna llena -
    Pero a cambio quiero
    El hijo primero
    Que le engendres a él
    Que quien su hijo inmola
    Para no estar sola
    Poco le iba a querer."
    Luna, quieres ser madre
    Y no encuentras querer
    Que te haga mujer.
    Dime, luna de plata,
    ? Qué pretendes hacer
    Con un hijo de piel ?
    Hijo de la luna
    De padre canela nacio el niño
    Blanco como el lomo de un armiño
    Con los ojos grises
    En vez de aceituna,
    Niño albino de la luna.
    "! Maldita su estampa,
    Este hijo es un payo
    Y yo no me lo callo !"
    Luna, quieres ser madre
    Y no encuentras querer
    Que te haga mujer.
    Dime, luna de plata,
    ? Qué pretendes hacer
    Con un hijo de piel ?
    Hijo de la luna
    Gitano al creerse deshonrado
    Se fue a su mujer cuchillo en mano :
    "? De quién es el hijo ?
    Me has engañado, fijo."
    Y de muerte la hirio.
    Luego se hizo al monte
    Con el niño en brazos
    Y alli le abandono.
    Luna, quieres ser madre
    Y no encuentras querer
    Que te haga mujer.
    Dime, luna de plata,
    ? Qué pretendes hacer
    Con un hijo de piel ?
    Hijo de la luna
    Y las noches que haya luna llena
    Sera porque el niño esté de buenas,
    Y si el niño llora
    Menguara la luna

    Para hacerle una cuna …


    Nous sommes les enfants de la lune, bercés par son croissant d'argents, les amantes perdus. Nous sommes les enfants de la lune mélancolique. Les enfants perdus.

    _ James, ne cherche pas à comprendre ce que je vais dire tout de suite, attends juste un peu...

    Les mots coulent entre mes lèvres.

    _ Je t'aime, et ne veux pas choisir, je veux faire de mal à personne. Alors comprend mon choix. Tu me connais par cœur, tu sauras. Pense à moi quand tu verra la lune.

    Ma main glisse doucement sur ta joue, et mes lèvres sur les tiennes.


Somos Hijos De La Luna.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mer 23 Mar - 17:42

Cette nuit, l’insomnie nous éveille, je n’arrive plus à penser. Tes délicieuses caresses me font perdre pied. Depuis quand n’ai-je pas reçut autant d’amour en une nuit? Depuis quand je me noie dans un océan de désir et de luxure? Depuis quand n’ai-je pas ressentit ça avec le corps et la chair. Les simples nuits d’un soir se répercutent dans ma mémoire. Jamais à part avec toi je m’égare. Entre tes mains la folie me guette. Vais-je devenir fou? Fou de toi, fou de ton corps, fou de tes lèvres? Pourrais-je vivre si tu reste à mes côtés, m’accompagneras-tu dans les moments difficiles? Si je pense vivre à tes côté et me fasse soigné, resteras-tu prêt de moi? Ou retournera tu dans les bras de Chase? La mort est si proche, si proche de moi. Va tu me laisser te faire mien pour la vie et jusqu’à l’infini. Je sens ton corps m’aimer de toutes tes forces. Je sans ta langue parcourir mon corps comme un fruit défendu. Ma peau frissonne de t’avoir aussi près de moi. Fantasme qui deviens réalité ou simple rêve qui ne dureras pas? Ma tristesse est dessiné à l’encre sur ma peau. J’aimerais te dire que si un jour j’étais mort sans connaître la joie de goûter à tes lèvres d’entendre ta voix me murmurer aime moi je suis à toi. Je ne souffrirais pas autant que aujourd’hui d’être dans tes bras. Le vent te caresse et parcourt ton corps.

Je murmure tout bas:
- Aime moi, rien que moi je suis à toi et ce pour l’éternité.

Dans mes pensée mes sentiments, mon amour, mon amitié se marque comme sur une lettre, j’y met toute ma sincérité, tous les détails qui font notre histoire mais qui marque le désespoir de ma vie, de notre vie. Après quelque mots qui se sont formés dans mon esprit, dans ma tête. La mélancolie fait partie de ma vie. Un raz de marré de nostalgie. Le passé n’est plus, le futur n’est plus dans tes bras, ce soir, aujourd’hui, avec toi. L’instant présent me submerge. Ton âme m’électrise, ta vie envahit la mienne. Une décharge qui me persuade de t’aimer encore plus. Tu es mon addiction. Ma raison qui me pousserait à vivre et à faire ce qu’il faut pour ne pas dépérir.

- James, je t'aime comme je n'ai jamais aimé, comme je ne l'aimerais jamais. J'ai un choix à faire car tu le sais on ne peut pas être trois. Mais oublions tout ça et bouffons la nuit. Mangeons la ensembles. Oublions tout et offrons nous l'un à l'autre. Rappelles toi avant...

Est-ce que j’avais vraiment rêver ou Est-ce que j’avais compris ce que tu m’avais dis. Tes mots raisonnent dans ma tête comme un écho qui ne s’arrête pas. Je me rappelles bien de notre passé aujourd’hui, des souvenirs que je ne me rappelais seulement sur des photos. Immondice mensonge, le papier n’est qu’une représentation, cela ne vous montre pas les vrais choses, un sourire forcé pour l’objectif, des poses communes à n’importe quelles photos. Symbole d’hypocrisie et de mensonge.
Je m’étais déjà offert à toi depuis le moment ou j’ai foutue en l’air toute mes résolutions et surtout mis bien dans un coin le visage de Chase et Samus. Il s’offre à moi dans un geste plus qu’équivoque.
Je ferme les yeux et me rue sur ses lèvres déjà bien malmenées depuis le début de l’acte.


Dans un torrent de baiser je glisse jusqu’au fruits qu’il nous est interdit. Sans plus de cérémonie mes caresses buccales se font longues, et lentes. Supplice tortueux qui ne fait que monter le désir à son paroxysme. Une fois ma soif de désir et de toi abreuver tu te déverses en moi comme l’eau de la source. N’avons-nous pas toute la nuit? Une seule nuit. Un rêve, un fantasme irréel. Une simple nuit synonyme d’amour partagé et de vie. La vie que j’ai toujours rêver de vivre, avec toi, dans ta chair, dans ton corps, dans ta vie, dans ton esprit, dans ton âme. Laisse moi simplement te faire mien au moins pour cette fois. Je m’insinue en toi comme une âme démoniaque qui ne peut que se repentir en toi. Je te possède entièrement, tu es à moi au moins pour ce délicieux moment. Mes déhanchements se font persistants et heurte violemment ton foyer et dans un dernier cris synchroniser, je me déverse en toi comme un poison mortel qui me fait me souvenir de comment en sommes nous arrivé là? La dure réalité me reviens comme une gifle magistrale dont je n’effacerais jamais la trace.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mer 23 Mar - 15:45

musical: ici


Une dernière fois...



    Briser et étaler je dégouline. Je dégouline comme le pus d'une abcès, je dégouline d'amour. Je dégouline de peine. Je dégouline de culpabilité. Que suis-je en train de faire? Je ne veux pas te briser à nouveau. Mais l'appel du corps et celui du cœur sont plus fort que l'appel de la raison. Je ne maitrise plus rien. Je me subis. Je vais me briser. Je vais te briser. Je n'en peux plus. Je n'en veux. Je veux juste tout envoyer en l'air. Et cette litanie dans ma tête, ce mantra de la peine qui ondule et crache ses ignominies, Cette petite voix qui me dis d'arrêter, de me retenir. En suis-je juste capable? Chase dans tout ça? Au vent, je le jette au vent. Je vais mourir demain. Je mourrais. Je veux mourir. J'en ai ras le bol de ce monde qui pue. J'en ai ras le bol de nager dans la gerbe d'un monde qui pourris. Je n'en peux plus. Les être humains naissent, vivent leur vie, aiment, ou croient être aimé, Ils vivent leur vis trop vite. Ils ne prennent pas le temps. Et quand la mort vient à eux e t qu'ils regardent derrière, ils se rendent compte qu'ils n'ont rien vécu. Qu'ils n'ont été qu'une inutile partie d'un tout. Et là, ils s'éteignent et deviennent vides. Aussi vide que leurs vies fut vide. Mais quand on a aimé et surtout quand on a aimé réciproquement, on se rend compte que la vie peut bien finir demain, on aura vécu le plus important. On aimerait tous changer le passé, maîtriser le présent et détruire le futur. On aimerais tous avoir notre libre arbitre. Mais celui-ci nous est refusé. Et nous le seras toujours. Les êtres humains naissent subissent et crèvent. Sans avoir rien vécu. Il s'éteignent et s'oublient. Il s'efface. Ne restent d'eux qu'un photo qu'on ressort, ou qui reste caché au fond d'un placard. Un stalles que le temps auras blanchis. Ne restent d'eux que des souvenirs qui s'effacent ou se transforment. Ne restent d'eux que ce que les autre ont décidé de garder, mais nous ne restons pas, même dans les mémoires, on se transforme, ce n'est plus nous. Je m'effacerais de vos vie. Je m'effacerais pour toujours. Mais avant, je veux Tout Envoyer En l'air. Je m'éloigne du soleil, et je me détruis, tu pourrais voir dans mes yeux, que je sens la fin. Elle approche. Je me saignerais pour ton sourire. J'ai tellement parler au ciel. J'aimerais cesser de respirer. Brulé par l'ombre de la mort qui l'appel, je vais aimer pour la dernière foi. Et ce sera toi. Je t'ai choisis. Vous ne comprendrez pas mon geste. Enfin si. Toi tu le comprendras. Toi seul le peux. Car toi seul me connais. «j 'aimerai juste être en train d'oublier Glisse tes désirs dans la toile tissée par les fourmis » Laisser la nuit mourir sur nos peaux emmêlé puis ensuite mourir, sans oublier de se rappeler qu'on a aimé. Attendre et se laissé noyer par nos émotions et nos sensations. Attendre et mourir sans oublier qu'on a aimer. Allonger sur lit, je ne veux que penser à nos lèvres qui s'emmêlent. Ne penser qu'à nous. Notre vie ne fut qu'un mensonge. Un mensonge éhonté qu'on nous à cracher à la figure. Il est tant d'oublier le passé, d'ignorer l'avenir et ne penser qu'au présent. A nos mains qui se nouent. Suis-je prêt à vivre? A crever? A saigner? Traverser la frontière comme un fantôme, aucun retour n'est possible. A travers la brume de les lèvres. Faire entrer la lune d'argent dans nos corps emmêlés et nos cœur qui ne font plus qu'une. Un amour coulé dans la peine qui nos tient et nous inonde. Je brûle pendus sur un fil entre la raison et le cœur. Sur ce fil qu'on appel folie. Nos voix chante l'hymne à la lune lubrique. Suant a lumière sur nos deux êtres rassemblés. Je pleurs le bonheur de notre potion d'amour, et le malheur de savoir que j'en inhale les dernière vapeurs. Mon corps s'élève sous ton Carpe Diem, anguille de luxure. Rassemblé en un être unis, le souffle amant, le regard perdus. Fermer les yeux pour mieux te voir. Respirer ton odeur? Fragrance parfaite. Goûter à tes lèvres comme la rosée de l'automne, fleurie et humide. Sentir ton corps chaud, Onduler et danser avec toi la danse des mourants. Nous sommes les fils de la lune et dansons à son honneur. Ton désir dessine sur ton corps le désir et l'espoir qui monte sous mes doigts qui te connaissent. Ton amour est un fruit que je mange. Mon désir s'étanche dans ton corps si chaud. J'arrête de danser et retombe comme un anguille morte, offrant mon corps a tes espoirs les plus. Délivrant par mes yeux les messages de mon corps qui implore le tiens. Les mots se précipitent dans ma gorge , il s'emmêlent et perdent leur sens, ne parviennent pas à sortir, puis enfin, il s'échappent. Comme un souffle de vent sous un porte, ils s'envole jusqu'à tes oreilles.

    _ James, je t'aime comme je n'ai jamais aimé, comme je ne l'aimerais jamais. J'ai un choix à faire car tu le sais on ne peut pas être trois. Mais oublions tout ça et bouffons la nuit. Mangeons la ensembles. Oublions tout et offrons nous l'un à l'autre. Rappelles toi avant...

    Les désirs, les espoirs rythme les vies humaines, ils sont ce qui déterminent nos actes. Un triste accent de notre aliénation intérieur, impossibilité de choisir, juste la possibilité de se trompé. Car aucun choix n'est bon. La mort peut bien attendre demain. Et que la nuit soit éternelle et ne s'arrête jamais. Que nos corps s'emmêlent pour toujours. Laissons nous secouer comme des roseaux. Je te veux en moi. Mes jambes s'écartent et révèlent ce qui t'appartient. Je t'offre ici, les portes de l'enfer. Tu en as la clé.


La mort peut bien attendre demain, je veux bouffer la nuit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mer 23 Mar - 12:29

Je regardais mon vis-à-vis dans les yeux j’essayais de déchiffré ses sentiments comme il y a bien longtemps. Je voulais savoir le taux de sincérité dans ses gestes, dans ses actes. Il me regarde et cherche à me faire comprendre quelque chose, quelque chose que je comprend aisément. Je n’ai pas oublié comment te déchiffrer, je vois dans tes yeux cette lumière d’espoir, l’espoir que je ne te repousse plus comme j’ai pu le faire quelques minutes auparavant. Mais suis-je prêt pour tout ça? Suis-je prêt à te voir dans les bras de Chase. Un amant, pourquoi n’arrive-je pas à me mettre dans la tête que même s’il me partage avec Chase au moins je l’aurais avec moi. J’aurais le droit de goûter ses lèvres. Même si ce ne serait que la nuit. On formerait un couple officieusement? Est-ce vraiment possible? Pourrais-je me cacher éternellement dans la pénombre qui envahit ma vie à chaque secondes? Mon amour pour toi peut-il réellement rester secret? Je t’aime j’en suis certain mais après suis-je assez fou pour être relégué au second plan. Et subir ton amour ouvert au grand jour avec Chase. Est-ce que mon cœur pourrait supporter ça? Est-ce que JE pourrais subir ça. Relégué à la deuxième place je ferais toujours partis de ta vie. Est-ce jouable? La vie n’est pas un jeu, aucune règles n’est valable en amour comme en amitié. Amitié et amour quelque chose de si profond et s’étendant au même échelon sur une échelle. Suis-je prêt à sacrifié tout pour toi? Et suis-je prêt à abandonné tout pour toi? Bien sur que je le peu. Ma vie est à toi autant que peut l’être les racines des fleurs à la terre. Mais Chase dans tout ça n’est-il pas amoureux de Sacha? Il l’est tout autant que moi je suppose alors pourquoi devrais-je demander l’exclusivité? Après tout mon cœur lui appartient alors pourquoi devrais-je me poser toutes ces questions? Parce que c’est Chase, parce que c’est un homme, parce qu’il a des sentiments, parce qu’il aime Sacha, parce qu’il sort avec lui, parce que moi je ne fais plus partis de sa vie. Enfin je ne devais plus en faite partie. Pourquoi ce fichu destin m’a-t-il fait avoir cet évanouissement à ce moment? Ne voulait-il plus me parler? Alors pourquoi me rend-t-il la tâche aussi difficile à supporter. Je l’aime, il m’aime alors pourquoi me refuser à l’homme que j’aime? Parce que tu l’aimes aussi. Parce que je ne voudrais pas que mon petit ami me trompe. Parce que je n’ai pas envie de faire souffrir une autre personne comme j’ai pu souffrir après notre séparation. Parce que le sentiment de culpabilité grandit en moi quand je pense à mon mannequin, quand je pense à la détresse de mon ami quand il parle de Sacha. Parce que je ne veux pas que Chase souffre à cause de moi. Parce qu’un couple doit être deux et pas trois. Parce que ma vie est bientôt finis, parce que même si je connais le bonheur je ne pourrais pas en profiter. Je me perd dans me songes et me fait interrompre dans ma rêverie par toi tu me conte une histoire, on dirais que tu me la chante d’une voix grave et pourtant remplit de tristesse et de désespoir. Un conte qui me fait verser des larmes. Parce que je t’aime et que je ne peux pas réprimé ces sentiments. Parce que j’ai toujours rêver de finir ma vie avec toi. Parce que mes œuvres montraient les sentiments que j’éprouvais et que j’éprouve encore aujourd’hui, les mêmes qu’autrefois. Tu me sors à nouveau de mes pensées.

- Avons nous vraiment besoin de réfléchir? Pour l'instant c'est toi que je choisis.

Pour l’instant? Des frissons me parcourent le corps, pour l’instant tu dis. Qu’est-ce que ça veut dire? Que c’est parce que tu m’as sous la main que tu me choisis. Pourquoi autant joué avec mes nerfs? Pourquoi me faire espérer par le pétillement de tes yeux quelque chose de probable entre nous deux et que tu brises tout par de simple mots? Je ne suis qu’un lot de consolation? Je ne suis qu’un con qui se laisse influencer par ses sentiments. Mais comment peut-t-on manipuler une personne par ses propres sentiments? Je suis naïf. Mais je ne peux plus résisté de nouveau à ses lèvre qui viennent titiller les miennes. Un baiser chaste remplit d’amour. Mais que je ressens comme une gifle amère. Une bêtise c’est-ce que je m’apprête à faire. Mais son corps appelle le mien Comme mon corps réclame le siens. Le baiser devient passionné et remplit de désir. Tes mains se font baladeuses et tu les passent sous ma chemise. J’aimerais te dire d’arrêter mais comment le puis-je? Comment puis-je refuser ton corps que tu m’offre. Les images de notre passé commun me reviennent en tête. Toi dans mes bras, ton corps qui se tortille sous mes caresses, tes gémissements, tes yeux dans nos moments intimes. Je t’aime plus que tu ne peux l’imaginer mais comment te faire voire ce que je ressens pour toi? Des mots sont si ridicule, rien ne peux vraiment définir la dimension de mes sentiments a ton égard. Toutes mes résolutions s’effondre je te veux là maintenant. Nos lèvres sont toujours scellées et les larmes précédemment retenues tombent de mes yeux. J’avais tellement rêvé que tu m’embrasse comme tu le fais aujourd’hui. Je voulais tellement de nouveau être dans tes bras. Mais je ne voulais pas que ça arrive dans ces conditions. Nos deux corps sur mon lit. Je me positionne de manière à te faire face, mes lèvres viennent reprendre place contre les tiennes. Je vais de nouveau souffrir n’est-ce pas? Comme si ma vie ne suffisait déjà pas comme ça à me faire souffrir. L’image de Samus me revint en tête; Pardonne moi s’il te plaît et celle de Chase se positionne sur l’image de l’ange aux cheveux bruns. Pardonnes moi toi aussi. Je ne peux réprimé mes sentiments pour Sacha. Je peux pas les brider. Suis-je prisonnier de lui? Certainement. Est-ce que j’aime souffrir? Certainement. Lentement je déboutonne sa chemise, pour que son torse soit dévoilé à mes yeux. Mes lèvres retournent sur les tiennes et descendent dans ton cou, tu réprime un soupir de bien être et lentement ma bouche parcourt ton corps, le redécouvre, je me remémore tes points sensible quand j’entends un gémissement. J’ai l’impression de n’avoir jamais oublié le goût exquis de ta peau, le parfum magique de ton corps. Rien qu’en regardant ton visage qui change d’émotion, me mets dans un état second. Comme auparavant, ton corps est un aphrodisiaque bien plus puissant que n’importe quel autre subterfuge. Mes yeux scintillent de manière trop peu catholique. Je déboucle sa ceinture, laissant mes lèvres sur son torse, des sillons de salive illumine ton corps. Est-ce que tu m’aimes vraiment? Après tout moi je t’aime. Oui mais Est-ce suffisant pour passé à l’acte? Cette putain de tempête de sentiments ne me laissera donc-t-elle jamais? Je l’aime. Alors ne réfléchis plus James fonce et tu verras bien ce qui arriveras plus tard. Laisse toi aller au moment présent.

- Est-ce que tu me veux? Parce que je suis à toi.

- Carpe Diem! Dis je entre deux baiser pour répondre à ta question.

Cueille le jour et ne pense pas au lendemain hein? Mais serais-je capable d’oublier demain? Sacha renverse la situation et me chevauche. Je le laisse faire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mar 22 Mar - 20:58

theme musical: ici


The Story




    Enfermer. Prisonnier. Je suis enfermer et prisonnier. Perdu dans un monde de peine. Griffant le murs de ma prison, je me retourne les ongles. Je suis le bourreau martyr. L'égoïste amant. Je suis enfermer à l'intérieur de moi même. Sans échappatoire. Enfermer dans mon propre corps. Prisonnier de mes désirs. Prisonnier de mes contradictions, je suis taulard et geôlier à la foi. Triste âme perdue à l'intérieur d'elle même. Je erre dans ma prison d'amour sans savoir quoi faire. Pendu à mon cœur, cloué a James, crucifié a Chase. Je tourne tourne et tourne encore, écrasant sous mes pieds les morceau de ma raison. Je suis fou. Fou d'eux. Je suis fou, fou à lier. Aliéner à mes désir. Je suis une marionnette. Combien d'océan vais-je pleurer avant de m'en sortir? Les portes s'ouvre, on me lance, on me jette dans une arène et j'ondule. J'ondule pour échapper au gladiateur affamé. Quelques soit mes mouvements. Leurs lances pénètrent quand même en moi. Je ne suis plus qu'un pantin de sang, écorché. A vif. Je ne suis plus rien. Rien d'autre qu'un fantôme. C'est mon histoire. Celle de l'enfant de sang. C'est l'histoire du fils de prostitué. L'enfant qui couche avec son frère. C'est l'histoire de l'homme au deux cœur. C'est l'histoire de l'homme au deux amours. C'est l'histoire de l'ange démembré. C'est mon histoire, celle de ma vie. C'est l'histoire de l'enfant de sang et celle de son amant. C'est une histoire classique. Le Beau aime La Bête. Je suis la Bête. Il est le Beau. C'est un conte triste, une légende amère. C'est une tragédie romantique. C'est une nocturne pathétique. C'est la symphonie de la peine. Son cœur que j'ai volé aime le mien. Mon cœur est un monstre bicéphale. Un révolution à l'intérieur de moi. Je dois mentir. Tourner autour du pot comme un loup. Ma seule autre option est d'oublier. Et ça, je ne le veux ni ne le peux. Pour me retrouve je regarde en moi les carcasses de mon passé. Te perdre c'est me mentir. Les choses sont faites, les mots sont dis, je ne peux plus reculer. L'horloge sonne l'heure de mon exécution. Je vais m' exécuter. Avons nous créer un mythe? Avons nous tout imaginer? Tout dessiner du bout des doigts? J'ai envie de craquer et de me déchiré la gueule avec mes ongles. De m'arracher le cœur, de le jeter a terre, le rouler dans de l'acide, l'écraser, le déchirer. Tu veux que je parte. Tu veux que je te laisse. Et bien viens. Prend moi est tue moi, c'est la seule façon, prends moi et déchire moi. Mord mon cœur. Tu aimera la saveur de mon sang autant que tu aime celle de ma peau. Viens et brise moi. C'est la seule façon pour que je parte. Tu m'a déjà bien fissurer. Je me suis donner à toi. Et tu dis que tu veux plus. Viens prendre ce que tu veux. Ouvre ma poitrine et prends le. Tout serais plus facile ainsi. Mais tu sais que l'as déjà. Je n'ai pas la force de choisir, alors choisis pour moi. Viens me tuer et enterre moi avec toi. Regardes dans mes yeux à quel point tu me tues. A quel point tu me détruit. Je suis un bâtard égoïste qui ne rêve que de s'enterrer en toi, s'enliser dans ton cœur, se noyer dans ton âmes. Un chien. Le moment est venu de me brûler les ailes et de tomber, de retomber dans tes bras. Le moment est venus de retourner à celui qui m'aime moi et juste moi. De retourner à celui qui m'aimera sans conditions. Qui m'aimeras à en mourir. Je suis un chien égoïste et couard. Est-ce un rêve? Une de ces photos? Est-ce un cauchemar? Qu'est ce donc? Je veux te garder près de moi, être tien. Je veux te montrer que je peux être beau et que si je t'ai blesser, je m'en excuse. Je pourrais mourir pour toi, j'en suis sur. Je veux mêler nos sang et les étaler à terre. Je veux le retour de notre histoire, le retour du passé. J'aimerais que tu sache à quel point j'aime ton rire, à quel point j'aime te serrer contre moi. Je t'ai brisé et suis partis. Mais je reviens et te choisis. Je te choisis. Du moins je crois. Du moins j'espère. Tu m'a repoussé mais ça ne dura pas, car je te reprendrais.

    _ Maintenant je sais que je peux avoir ton cœur. Mais vois tu dans cette histoire on ne peux pas être trois. Je ne supporterais pas de te partager avec Chase et être ton ami veut dire souffrir en ta présence. Je sais que mon raisonnement paraît égoïste mais je ne pourrais pas supporter une nouvelle fois ta désertion.

    Je ne peux pas te répondre car tu as raison. On ne peux pas être trois. Tu ne partagera pas, je t'ai choisis. Mais je ne trouve pas comment te le dire. Je plonge mes yeux dans les tien. Toi qui me connais regarde ce qui va suivre et tu va comprendre. Comprendre que je suis à toi. Rien qu'à toi. J'espère que ca dureras. Je ne veux pas gâcher. Je ne veux pas te perdre. Quitte à sacrifier Chase, je ne veux pas te perdre. Je ne peux pas te perdre et je ne te perdrais pas. Quitte à tuer je ne te perdrais pas. Je préfère mourir. J'ai jadis écrit une histoire qui me reviens en tête...

    « "Ombre, ombre, viens par ici,
    Un corps attend impatiemment sur cette couche !
    La poitrine, qui irrégulièrement monte et descend,
    Respirer n'apporte qu'une nouvelle douleur... ! "
    Un gémissement, faible, il frissonne dangereusement,
    Son regard trouble n'a plus rien de réel,
    Sa bouche muette dit "laisse-moi partir ! "
    Et chaque fibre de sa chair semble m'implorer
    Mon bien-aimé est étendu dans la douleur
    Comme si le temps avait triomphé de la mort...

    Alors qu'il ferme à nouveau les yeux,
    J'espère qu'il se rejouit de la nuit.
    Sa main est froide, il ne sent pas ma presence... ,
    Cependant il tourne soudain son visage
    Vers moi et me regarde,
    Lève legèrement la tête et puis murmure :
    "Laisse-moi mourir, laisse-moi partir !
    Je peux déjà voir les autres ! "
    Trois fois il dit cela, le regard limpide,
    Puis il retombe sur les coussins...

    Mon manteau est étendu lourdement sur la table,
    Je tire de sa poche
    Le petit flacon, bleu-violet
    Et m'asseoit auprès de lui sur le lit.
    "Voilà du poison, ô mon bien-aimé,
    Cela achevera tes tourments ! "
    Je lui soulève doucement la tête,
    Il est tellement faible, qu'il peut à peine avaler.
    "Aucune goutte ne doit être gaspillée,
    Car cela va pouvoir faire venir la mort ici. "

    Il vide complètement le verre
    Un sourire se dessine sur sa bouche
    Je repose sa tête,
    Il me contemple, le regard serein

    Le soleil du matin rechauffe chambre,
    Je regarde la lumière, c'est comme dans un rêve,
    Car je le vois debout près de la fenêtre ouverte,
    Avec un sourire bienveillant, si merveilleux !
    Je lui rend son sourire, il incline légerement la tête,
    Me fait signe en guise d'adieu et se desintègre...
    J'embrasse la dépouille, touche sa main,
    Ses traits sont paisibles, doux et apaisés.
    Mon bien-aimé est parti, seul son corps est resté... ,
    Je m'en vais l'enterrer.
    "REPOSE EN PAIX... "




    Je t'aimerais jusqu'à la fin. Jusqu'à la toute fin. Je t'aimerais. Je te le promet. Si tu n'arrive pas a croire en mes mots. Apprends à croire en mes actes. Je m'approche de toi, te prend par le épaules et te force à te lever, plantant mes yeux dans les tiens.

    _ Avons nous vraiment besoin de réfléchir? Pour l'instant c'est toi que je choisis.

    Mes lèvres se font admiratrice des siennes et entament un ballet passionné. Nos langues se lient, se délient et se relient. Nos corps s'appellent à grand cris parce qu'ils s'aiment. C'est si beau car si simple. Instinctif. C'est si fort. Mon cœur semble vouloir sortir de ma poitrine, semble vouloir se jeter dans celle de James. Les regards se font langoureux. L'amour dégouline de mes Yeux. Mais mains glissent et révèlent les peaux qui frisonne, désirant s'unir. James tombe sur le lit. Je tombe à côté, ne rompant pas ce baiser. J'aime aimer. J'aime t'aimer. Ma main joue avec ses cheveux et mes lèvres s'ouvre. Dans un souffle je siffle:


_ Est-ce que tu me veux? Parce que je suis à toi.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mar 22 Mar - 17:51

Théme musical:My last breath d'Evanescence


Que pouvait-il bien faire là? Sa désertion ne devait-elle pas me faire comprendre que c’était finis, que rien ne changerais? Que je resterais dans mon monde sans aucune porte de sortis, personne à qui se rattacher. Il y avait bien Samus, mais était-ce vraiment de l’amour que je ressentait pour elle, ou n’était-ce qu’un vide que je voulais combler et que ce vide je pensais pouvoir le remplir dans les bras de Samus. Illusion? Fois? Allez savoir, j’aimais bien Samus, je voulais être plus proche d’elle mais mon amour pour Sacha était beaucoup plus fort, poussé à l’extrême de ce sentiment, au paroxysme du sentiment appelé amour, la passion dévorante que j’ai à l’encontre du brun est beaucoup plus présente que la passion que je pouvais avoir avec la photographie. La photographie quel beau mensonge pour fuir ma vie, mes envies et mes sentiments. Faire transparaître sur le papier glacé mes sentiments incompréhensible aux yeux des gens qui ne me connaissent pas. Il s’était changer et n’avait plus sa chemise que mon sang avait pu tâcher. Je tombait dans ses yeux sombres. Je pouvais y déceler une peine incroyablement grande. Était-ce du à ma vie, à ce que j’avais pu lui dire? Je ne voulais pas que les gens s’apitoie sur mon sort, le destin avait frappé c’était comme ça et cela ne pouvait pas être autrement enfin ça aurait pu si je m’y étais pris avant mais à quoi bon sauver sa vie si elle ne valait plus la peine d’être vécu? Si la chose qui nous rattachait à la vie avait disparut de la vision de votre monde. Je ne comprend pas comment mais je suis dans ma chambre et Sacha me plaque contre la porte.

- Je t'aime et ne veux pas t'oublier. Je ne veux pas te rayer de ma vie. Je veux être avec toi jusqu'à...La Fin. Si tu ne veux pas de mes lèvres, je peux te donner mon corps, si tu n'en veux pas, je peux te donner mon amitié. Mais mon cœur tu l'a déjà. Chase aussi. Il vous appartient à tout les deux. Et vous le malmener bien.


Alors comme ça tu m’aimes puis-je croire en tes paroles. Me laisser ton corps pour que je sois dans ta vie tellement puéril, je ne suis plus un gamin et je ne veux pas le corps de l’homme que j’aime mais je ne veux pas non plus ton amitié. Je ne veux pas être ton amant si c’est pour souffrir davantage. Si dans les couloirs Chase est avec toi. Tu vas faire semblant de me voir? Jusqu’à la toute fin ça veut dire quoi? Tes paroles me déchires quand tu prononces le prénom de Chase. Je ne veux pas te partager, je ne veux pas partager celui que j’aime. Et je ne veux encore moins te faire souffrir. Mais quel choix faire? Souffrance rime-t-elle avec amour. Pourtant non aucune rime avec ces deux mots. Je ne veux pas te faire choisir, mais je ne veux pas non plus avoir à te partager. Je ne veux pas que tu souffre mais je ne veux pas non plus souffrir. Quelle pensée égoïste mais n’ai-je pas déjà assez souffert comme ça et ne souffre-je pas encore. Mon corps souffre le martyr mon cerveau va exploser à cause de mon rythme cardiaque que j’entends tellement bien. Tu déposes tes lèvres sur les miennes. Comment oses-tu faire ça? Comment oses-tu séparé le peu de distance qui nous sépare? Comment peux-tu envoyer balader le peu de retenue qu’il me reste comme simplement avec de simple mots et ton goût de miel. Mon cœur rate plusieurs battements. Des papillons s’emparent de mon ventre. Je ne veux pas que ça aille plus loin mais comment le repousser. De ses mains il me pousse jusqu’à mon lit mes yeux sont sur le point de pleurer. Mais je me retiens, je ne veux pas pleurer pas devant lui. Pas maintenant. Je tombe sur mon lit et il commence à soulever ma chemise laissant balader ses mains sur moi. Nos lèvres sont toujours scellés. Mais je romps cette échange et dans un souffle court je dis:

- Arrêtes s’il te plaît.

Je me recule et me relève je vais dans la salle de bain et nettoie mon visage j’enlève ma chemise et torse nu je vais à mon armoire. Sort quelque chose à me mettre sur le dos. Je marche sur un papier et le ramasse. Mon image sur celle-ci je regarde et des larmes coulent de mes yeux. Pourquoi avoir garder ça. Je ne veux pas le savoir.

- Maintenant je sais que je peux avoir ton cœur. Mais vois tu dans cette histoire on ne peux pas être trois. Je ne supporterais pas de te partager avec Chase et être ton ami veut dire souffrir en ta présence. Je sais que mon raisonnement paraît égoïste mais je ne pourrais pas supporter une nouvelle fois ta désertion.


Je referme la porte de mon armoire et jette la photo dans la poubelle. Ça ne sert à rien de garder quelque chose qui appartient au passé et surtout qui te rappelles moi. Je m’assois à mon bureau et garde mes yeux dans les siens. Que vas-tu faire maintenant?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Mar 22 Mar - 14:41

Thème Musicale:Ici

From Yesterday


    Automate. Avancer. Robot. Ne pas penser. Pantin. Ne pas pleurer. Marionnette. Oublier. Tout ce fond se confond et s'agite dans un capharnaüm apocalyptique. Je suis incapable de penser. Incapable de réfléchir. Je suis pris entre deux mers en plein chaos. Balayé comme une poupée de son. Je tente de ne pas couler mais les abysses m'attire à eux. Mes yeux crachent un océans de confusion. Pris de spasme je ne comprendre plus. Je ne sais plus. Je ne veux plus comprendre. J'aimerais être sourd et aveugle. J'aimerais perdre mes sens. J'aimerais dormir et enliser dans mes rêve toute ces douleurs. Toutes nos douleurs. Les enterrer, le incinérer. Les détruire. Et le ciel est là radieux et soleil me mire, moqueur. Moi, pauvre carcasse sadique, enfant de la peine, crachat indigne d'exister. Je ne veux pas. Non je ne veux pas que tu m'efface de ta vie. Je ne veux pas t'effacer de la mienne, roi des égoïste je veux aimer deux hommes à la foi. «  Vois ça comme une promesse d’adieu. » Je ne veux pas! Je ne veux pas! Je ne veux pas!!! Ce que je veux c'est toi... Est-ce si dur à comprendre? Ce que je veux c'est t'aimer à nouveau. Ce que je veux c'est ton bonheur et le mien à travers le tien. Ce que je veux c'est toi... toi... Et ce que je veux c'est lui. Vos deux visages se mêlent dans ma tête. Je suis perdus. Perdus. Je ne sais plus et je veux plus savoir. Je veux me coudre les yeux les lèvres et raturer mes souvenirs. Oublier pour ne plus penser. Oublier pour ne plus souffrir. Oublier pour ne plus tomber. Oublier pour avancer. Oublier. Un mots. 3 Syllabes. 4 voyelles. Trois consonnes. 7 lettres. Un acte. Un penser. Inaccessible. Fictif. Impossible. Une illusion. Un rêve. L'oublier est un rêve illusoire. Je ne peux ni ne veux t'oublier. Et même si le pourrais je ne le voudrais pas. Pourquoi? Parce que je t'aime j'en suis sur. Je ne veux pas t'effacer. Je ne veux pas t'oublier. SI tu ne veux pas être mon amour soit mon amant. Si tu ne veux pas être mon amant soit mon amis. Mais je t'en supplie laisse moi t'aimer... Tant de mot que je n'ai pas la force de lui dire. Tant de sentiments que je n'ai pas le courage de lui avouer. Tandis que je brule à petit feu, tu me tue. Les mots glissent sur tes lèvres, violents, et m'assassinent aussi surement qu'un balle. Mon cœur explose dans ma poitrine et déverse un tel flot de peine que mes yeux n'ont même pas la force de les recracher. Je brule. Je brule. Tes mots m'ont calcinés. Tes mots m'ont tuer. Tes mots m'ont fini. Tes pèsent sur moi et m'écrasent. Me ratatine. Tandis que la porte de l'hôpital se fermer sur toi, je murmure ton nom comme un prière. Tandis que les flammes me tuent je murmure ton nom pour m'en sauver. Tandis que la mort s'infiltre en moi mes lèvres souffle ton nom pour chasser mes démons. Je me lève, comme un automate. Automate. Avancer. Robot. Ne pas penser. Pantin. Ne pas pleurer. Marionnette. Oublier. Je monte dans la voiture. Je suis vide de tout, je ne pense même pas. Déconnecté de la réalité d'en une sphère ouatée. Mon pied appuis seul sur la pédale. Ma main tourne seule le volant. Mes yeux guident seuls ma main. Je ne suis plus là. Mon corps est vide. Et je me vois, je me revois exhiber ma peine devant James, inconscient de la fatalité de son destin. Inconscient de ces choses qui tremblent en lui. Inconscient de ce qui se passait en lui à chaque instant. Inconscient de son destin. Inconscient de tout. Je m'éveille et réintègre la réalité en rentrant au lycée. Dans un réflexe, je glisse ma main dans ma poche et sort une cigarette. Ma chemise ouverte est recouverte de sang. J'en extirpe un briquet à essence. Ce même briquet que tu m'avais offert. M'adossant à un arbre, je glisse la cigarette dans ma bouche et l'allume, laissant la fumée sainte dégouliné dans ma gorge. Je ferme les yeux et je pense. Je pense au passé. A notre passé. A tout ce que ta révélation explique. Je pense à ce qui c'est passé il y a même pas une heure. Je pense à la vie que j'aurais vécus si j'avais eu moins peur. Je pense au présent. Et il n'y a rien à y penser. Je pense à l'avenir. Que dois-je faire. Dois-je l'oublier comme il me l'a supplié? Non. Non, je dois lui parler avant toute chose. Je dois le voir. Mais avant je dois aller me réveiller totalement. Je me lève et écrase ma cigarette sous mon talon pour aller me laver. Arrivé dans ma chambre. Je prend un jean et un T-Shirt puis me dirige vers la douche. J'entre et glisse mon corps nu taché de rouge sous les baisers de l'eau brulante. Laissant la vapeur me force à fermer les yeux, j'apprécie cette chaleur engourdissant qui m'aide à penser. Presque inconsciemment je caresse mes lèvres du bout des doigts. Me rappelant le baiser que je lui ai donner avant le départ pour l'hôpital. Me remémorant ce que ça avait réveillé en moi. Puis ton secret me reviens en pleine face. Comme une gifle. Je tombe à genoux dans la douche, entourant mon corps de mes bras, mêlant mes larmes a l'eau brulante. Me balançant d'avant en arrière au rythme de mes sanglots. D'une voix hachée je crie de toute mes forces en m'arrachant les paumes avec les ongles:

    _ POURQUOI!

    Recouvrant un semblant de lucidité, je me sèche et m'habille. Mes mains saignent abondamment. Je les rinces puis, arrachant des bout de ma chemise rougie du sang de James, je les bande. J'ouvre le porte de la salle de bain, remplissant ma chambre de vapeur. M'asseyant sur le lit, je prend mon portable, chercher son nom dans mon répertoire. Je reste là comme un débile n'osant pas appuyer sur cette foutue touche verte. Je lève la main et jette mon téléphone à travers la pièce, celui-ci va s'écraser et exploser sur le murs qui me fait face, faisant tombé un cadre. Je me lève pour le ramasser. Un nu de James pris par moi. Avec mélancolie et détermination, je pose mes lèvres dessus, Enfin je sort de ma chambre et vais me poster devant la sienne en gardant plier dans ma main la photo. J'attends qu'il revienne. Espérant qu'il ne reste pas à l'hôpital, je m'enracine devant sa porte regardant l'horloge qui me fait face tourner tandis que son parfum vient faire frissonner mes narines. Mes yeux suivent l'odeur et se posent sur les siens, encore embuer de larmes. Il arrive le teint rouge je le lève. Je passe un main derrière mon dos et ouvre la porte de sa chambre. L'autre le saisis par la manche et l'entraine dans cette dernière. Le plaquant contre le mur, je noie ses yeux dans le miens. Et d'une voix forte et déterminée je dis:

    _ Je t'aime et ne veux pas t'oublier. Je ne veux pas te rayer de ma vie. Je veux être avec toi jusqu'à...La Fin. Si tu ne veux pas de mes lèvres, je peux te donner mon corps, si tu n'en veux pas, je peux te donner mon amitié. Mais mon cœur tu l'a déjà. Chase aussi. Il vous appartient à tout les deux. Et vous le malmener bien.

    Lentement je passe un main sur sa nuque et l'attire contre moi.

    _ Je te veux dans ma vie...


    J'ai trouver le chemin. Je ne suis plus perdus, maintenant, je sais ce que je veux. Je sais pourquoi je le veux. La seule chose que j'ignore c'est comment l'avoir. Comment l'atteindre. Je trouverais une solution, avec le temps. Mais, je l'aurais. Je t'aurais toi et j'aurais chase. Je vous aurais tout deux, qu'importe comment. Je suis à vous et vous êtes à moi. Doucement je glisse ma main dans ses cheveux comme je le faisant avant. Ses cheveux si doux, cette si belle odeur. Et ce corps dans bras. J'aimerais que le temps se fige et que plus rien ne bouge. J'aimerais qu'il n'y ai plus rien d'autre que moi James et Chase. Plus de complexe. Juste l'amour.

    _ Alors veux tu toujours de moi.

    Mes yeux sont plongé dans les tiens dans l'attente de la réponse fatidique.


"L'amour n'est pas toujours un sentiment uni."
Jean Anouilh
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Lun 21 Mar - 23:42

Si je m’écoutais, si mon corps m’écoutais j’irais vers lui. Je le prendrais dans mes bras, je déposerais un baiser sur ses lèvres et l’emmènerais avec moi voir le médecin mais je ne pouvais pas. Non ton cœur est partagé entre deux personnes. Je m’effacerais de ta vie et vit la tienne avec le blond. Vit la vie que je n’aurais jamais. Vit la pour moi. Fais moi le plaisir de retourner voire Chase et de lui dire que tu l’aimes. Malgré le fait est que j’essayais de trouver une excuse pour ne pas aller le voir. Je ne pouvais le voir souffrir davantage je me tourne vers l’interne et lui demande un fauteuil roulant je n’ai plus aucune force pour me soulever et encore moins pour déplacer la chaise. Une fois assis dans cet appareil la femme m’empêcherais presque de le voir. Et me dit qu’il faut que j’aille voir un médecin. Et je lui répond d’un ton ferme.

- Je sais très bien ce que j’ai, j’ai juste envie que vous poussiez ce putain de chariot jusqu’à mon ami. S’il vous plaît.

Elle ne rechigna pas et m’emmena jusqu’à lui retournant dans l’hôpital après m’avoir mis à sa hauteur. Je regardais cet être agenouillé répéter je t’aime comme une prière satanique.

Je me souviens d’une nuit passé avec lui. « Tu me regardais avec intérêt, tes yeux reflétaient une intensité jusqu’ici alors inconnue, tu avais pris mon appareil photo et avait braquer le flash sur moi, j’étais nu comme au premier jour de ma vie. Toute la sincérité se lisait dans tes yeux et dans tes gestes. Tu m’avais dit je t’aime. Tu l’avais pourtant dit plusieurs fois avant ce jour mais ta voix et tes yeux reflétaient toute l’honnêteté de tes paroles. Je m’étais ruer vers toi avait poser mes lèvres délicatement sur le tiennes dans un souffle à peine audible je t’avais dit la même chose Sacha je t’aime et nos corps n’avaient fait plus qu’un »

Aujourd’hui ça n’avait plus vraiment le même ton. Le désespoir était visible dans chacun de nos deux corps. Ce n’était pas une aussi belle soirée que celle jadis passé. Je relevais ton menton de ma main qui je ne sais comment pouvait encore fonctionner et ancra mes yeux dans les tiens inondés de larmes. Je les essuyais de ma main frôlant ta peau délicate.

- Ça ne te vas pas les pleurs, regarde ton visage, il paraît si laid, en tant que photographe je ne pourrait prendre un visage comme le tien en ce moment. Et arrêtes de répéter sans cesse cette phrase les gens vont te prendre pour un fou. Et ses mots me font autant souffrir que tu peux souffrir alors arrêtes s’il te plaît.

Je dépose mes lèvres au dessous de son œil gauche et enroule une mèche de cheveux dans mes doigts. Je ne suis pas heureux, je suis triste, je l’aime et je ne pourrais jamais l’avoir. Je ne veux pas la moitié de son cœur je le veux en entier alors autant que Chase en profite. Je suis égoïste, je ne mérite pas d’avoir Sacha à mes côtés. Je fuis encore. Ne pas créer de lien, ne plus être amoureux, ne pas s’attacher à quelqu’un j’avais déroger mes propres règles. Je n’avais rien suivit de ce que je m’étais imposer.
Je regarde mon ex encore une fois dans les yeux, je sens son odeur une dernière fois, je pose ma main sur son cœur je le sens battre à tout rompre, j’approche mes lèvres des siennes et dépose un baiser chaste sur celle-ci et lui dit?

- Vois ça comme une promesse d’adieu. Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerais jusqu’à la fin de ma vie. Tu n’es même pas sûr de tes sentiments à mon égard. Relèves toi, essuies tes larmes et va rejoindre celui à qui tu penses.

J’approche mes lèvres à l’une de ses oreilles et chuchote:

- Tu te plaignais souvent de ne rien savoir de moi, tu veux vraiment savoir?

Je lui dis mon secret le plus précieux et retourne à l’intérieur de cet enfer. Je demande mon médecin habituel. Il me fit son discours que je connais aujourd’hui par cœur il me file des médicaments que j’avale de suite et me laisse sortir de cet immonde bâtiment mes vêtements sont tâchés de rouge je ferais mieux de rentrer me changer rapidement. Je sors une cigarette de son paquet et l’allume avec mon zippo, je sors mon baladeur et glisse les écouteurs dans mes oreilles. Je trouve un muret et m’installe dessus. Alors tu as décidé de me laissé, quelque part je m’en doutais. Même si l’espoir était rester au fond de moi. Mon cœur se serre et des larmes reprenne leur place précédemment évacuer. D’un revers de ma main je les essuies et pour moi-même je dit à voix haute:

- C’était peut être la meilleure chose à faire…

Je me relève du muret et me tourne pour aller vers le lycée, j’attends le bus patiemment qui me ramenait au lycée. Pendant le trajet j’écoutais des chansons carrément déprimantes, je monte les marches d’escaliers qui monte à mon étage. Je tombe presque à la renverse quand de là où j’étais je te vis assis contre ma porte de chambre. Mon cœur rata un battement et je me dirige vers toi. J’ai du mal à respirer au fur et à mesure que mes pas viennent vers toi. Je manque d’aire ou n’est-ce qu’une impression? Mon visage devient légèrement teinté de rouge.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Lun 21 Mar - 21:51

Thème musicale: ici



Lost


    Marcher. Marcher. Ne pas s'arrêter et avancer. Toujours avancer. Ne pas reculer et avancer. Regarder devant soit et ne pas réfléchir. Avancer sans penser. Comme des marionnette. Avancer et se taire. Avancer. Juste avancer. Pas à pas avancer. Mais dans quel sens? Ou? Comment? Trébucher. S'égarer. Se perdre. Retrouver. Aimer. Ouais Aimer. Aimer comme un fou à s'en arracher le cœur. Aimer comme un malade. Aimer comme tu ma aimé. C'est comme ça que je t'aime. Mais comment est-ce que j'aime James? Je l'aime parce qu'il me connait. Je l'aime parce que... C'est lui. C'est tout c'est comme ça. C'est parce que c'est lui. C'est parce que c'est moi. Aucune explication. Aucune logique. Ça fluctue dans ma tête. A partir du moment ou j'avais quitter ses lèvres, je n'avais qu'une envie, y retourner. Je n'aurais jamais dû le quitter. Tout serais rester si beau, si facile. Tout aurais couler. Mais maintenant. Rien ne seras plus pareil. Le temps de la facilité est résolu. A présent. Il faut pas que je me rate dans mes choix. Je veux chase. Je veux James. Je les aime tout les deux. Mais d'une façon différente. Je suis perdus. Perdus dans mon cœur. Je suis perdu. Planté dans mon siège. J'essaye de réordonner mes pensées éparpillées. J'essaye de comprendre. De comprendre pourquoi j'aime le goût de ses lèvres. Pourquoi j'aime le son de sa voix. Pourquoi j'aime son odeur. Pourquoi j'aime la chaleur de son corps près du mien. Pourquoi j'aime ses yeux. Pourquoi j'aime le grain de sa peau. Pourquoi je le désir. Je cherche à expliquer ce qui n'a pas de sens. Mon passé se traine derrière moi, attendant le moment au je suis faible pour m'attraper la cheville et m'étaler au sol. Je me perds. Ou est donc le Sacha que James a connu? Ou est passé ce gamin en manque d'amour qui voit le messie en ce photographe mystérieux? Ou est donc ce triste martyr plein de rage? Il a suffit d'une baiser. Un baiser pour tout faire ressurgir. Ressortir tout ce que j'avais boucler dans un tiroir fermer à clé. La serrure c'est brisée. James... James... Tant d'amour dans un nom. Tant de souvenir dans un son. Tant d'images sur cinq lettre. Moi qui croyais pourvoir oublier. J'ai été naïf. Terriblement naïf de penser que je l'oublierais. Est-il pire invention que l'amour. James, ce nom perce ma peau. Ce nom me fait saigné. Je saigne tout l'amour que je n'ai pas su te donner. Celui que je vais te donner. Amitié? Amour? Un mélange? Les nom ne veulent rien dire, c'est ce qu'on fait avec qui as un sens. Je vais te rendre ce que je t'aie pris. Ce que je veux c'est ton bonheur. Avec mon amitié? Avec mon amour? J'en sais rien. Je me perds. J'ai eu beau arracher les morceau de ma peau qui porte ton nom. Le croutes m'empêchent de t'oublier totalement. Et je n'en ai plus envie. Je te veux dans vie. J'ai besoin de toi dans cette dernière. C'est si compliquer. Tant de contradictions qui se bousculent dans ma...dans nos têtes. Je brûle. Je brûle au fond de moi. Je ne suis qu'un robot qui avance sur le bitume. Un foutu robot qui n'arrive pas à ouvrir la bouche. Chaque foi que les mots naissent sur mes lèvres, ma gorge empêchent l'air de passer. Je n'arrive pas à parler. J'y arrive vraiment pas.

    _Arrêtes ça Sacha, c’est bon. Tu n’avais aucune envie de me parler avant que je ne m’évanouisse devant tes yeux. Tes sentiments je ne les veux pas. Ton cœur est prit pour lui. 

    Ces mots me font mal. Ils me font si mal. Et je n'arrive même pas à répondre. Pourquoi? Parce qu'il y a de la vérité dedans. Oui mon cœur est à Chase, mais j'ai laissé un partie de ce dernier en toi. Je viens de m'en rendre compte. Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime! Les larmes roule sur mes joues. Je ne dis toujours rien. Incapable de parler. Juste capable de conduire et de souffrir. Juste capable d'aimer et d'en crever. Ce fut ma vie. Avancer souffrir et aimer. La souffrance est notre lot à tous. On a pas à ce plaindre. Avancer et fermer sa gueule. Marches ou crèves, c'est la condition humaine. La vie est un éternel champs de bataille. On se bat contre le autre. Contre soi même. On se bat contre rien. On se bat contre la solitude. On se bat contre tout. Soldats de la peine on se bat sans comprendre. On se bat pour se battre. Ta main se pose que ma poitrine pour signifier accentuer tes paroles. J'aimerais tant pouvoir parler. J'aimerais tant que tu comprenne ce que je ressens. Nous sommes arrivés à l'hôpital. Il ouvre sa porte je vais l'aider mais il ne veux pas. Les infirmière arrive et l'emmènent à l'intérieur. Il me dit qu'il n'a plus besoin de moi et je l'écoute. Je reste planter là comme un statue. Attendant que le pigeons viennent chier sur moi pour me réveiller. Robot mort empaler dans un inertie. A deux doigts de la mort encéphalique. Je suis figer dans mes pieds, figé dans mon corps. J'aimerais lui courir après et le prendre dans mes bras. Le serrer contre mon cœur. J'aimerais lui dire que je suis à lui. Mais ce serais lui mentir. Je ne suis pas qu'a lui. Mon cœur est déchiré en deux. Qui est-ce que j'aime le plus? Je ne peux pas choisir. Aller sacha. Réveille toi. Bouge. Ne le laisse pas partir comme ça. Bouge. Dans ma tête je cris, je hurle. Mais je ne parviens pas à bouger. J'ai l'impression d'être prisonnier à l'intérieur de moi même. Petit à petit. Je me met à avancer vers lui. Puis carrément à courir. Je cris son nom il se retourne. Puis soudain les mots m'échappent. Ceux que je n'avais pas réussi à dire s'envolent. J'ai parler. J'aurais mieux fait de fermer ma gueule.

    _Je t'aime...

    Je tombe à genoux en larmes et martèle le sol de mes mains, criant carrément, et répétant les mots inlassablement comme un mantra sacré.

    _James je t'aime, je t'aime je t'aime


Il me connais par cœur. Il ne se méprendras pas sur le sens de mes mots. Il me connais et il sais que je n'aime pas que lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Lun 21 Mar - 20:44

Je toussais et crachais du liquide rouge qui m’était vitale, une quinte de toux plus ou moins importante s’élevait de ma gorge. Je pensais que j’allais m’étouffer. Je pensais que j’allais mourir. Quoique mourir dans les bras de celui que j’aime était peut être bien finalement. Au moins la dernière personne que je verrais serais toi. Toi qui m’a fait tant pleurer. Est-ce que je manquerais à quelqu’un si je mourrais? A toi peut être qu’un temps, on oublie tout avec le temps, tu m’oublieras. Mais ce qui était sur c’était que au moins j’aurais vu une dernière fois ton visage, ton doux visage tellement de fois caresser. Enfin je préférerais te voir sourire que pleurer. A quelle âge m’étais je poser la question de la mort? Est-ce que cela fait longtemps que je pense au mot mort, m’a-t-on répondu au question que j’ai pu poser? Jamais et là je me demandais si j’allais mourir. Mais qu’est-ce que ça veut dire? Mourir? C’est quoi? Devenir froid, aussi froid que la glace qui se forme pendant l’hiver. Devenir rigide comme la pierre. Finalement pourquoi me poser autant de question si je suis mort je ne me verrais jamais froid et rigide dans un congélateur. Je me fais soulever lentement, je ne sais pas vraiment ce qu’il se passe mais peu à peu l’ouïe me reviens, j’entends des bruits devenus assourdissants. Je me plaque les mains contre mes tempes, je ne voulais plus entendre ce son. Je voulais revenir dans mon silence, dans mon mutisme, dans mon espace vide de toute vie, dans ma bulle qui commence à perdre de l’altitude depuis plusieurs jours déjà. Comment en étais-je arrivé là? Je voulais simplement fumer une cigarette, un peu de nicotine dans le sang pour me laisser réfléchir et surtout pour répéter mon texte. Mais mes pensées se dirigeaient sans cesse vers lui, toi. Je souriais à cette pensée, un sourire qui disparu bien vite quand une nouvelle quinte de toux me surpris. Je fus déposer sur le siège passager. Je regardais ce qui m’entourais, il était si proche de moi. Je pouvais sentir son odeur comme autre fois. Il pris mon menton entre deux de ses doigts pourquoi? Il est si proche de moi. Je peux entendre son souffle caresser mon visage, un frisson me parcourut. Ses lèvres, ses lèvres autrefois douces.

Dans un murmures tu me dis:
- James je ne reviens pas vers toi avec des idées derrières la tète. Je ne comptais pas te parler avant de te voir chuter et là ça m’a fait tilt dans la tête. Moi le gros salaud qui te lâche. Je suis… désolé et je…

Il chuchote presque ces mots qui me rassurent. Mais qui me déchire tout autant, il n’avait pas l’intention de me parler. Jamais, il ne voulait pas me parler, il ne voulait donc plus avoir aucun contact avec moi. Il a fallut que je tombe pour que tu me parles, pour venir à moi. Et si tu n’avais pas été là et si je n’étais pas tomber serais-tu venu à moi? Sans vraiment me rendre compte ses lèvres étaient sur le miennes. Comptes-tu me détruire encore plus que je ne le suis déjà? Des perles salées tombent de mes yeux. Je ne peut plus rien faire, je suis hors du temps, je n’y crois pas. Pourquoi me fais-tu ça? Pourquoi? Je ne peux m’empêcher de prendre part au baiser, je goûte de nouveau tes lèvres celles que j’ai tant rêvées. Ton odeur de vanille, ton goût de miel. Je perds pieds je ne ressens plus que cette pression sur mes lèvres. Ta main sur ma nuque. Mon cœur s’affole… Je n’arrive plus à penser lucidement. Je ne veux plus me détacher de toi, je veux que ce baiser ne se termine jamais. La chair de poule parcourt mon corps. Des images de lui de moi prend possession de mon esprit. Je frissonne et à regret il se recule et reprend sa place de conducteur. Peut être que ce n’est pas plus mal qu’il ai arrêter de m’embrasser. Ne pas se bercer d’illusions, ne pas croire à que ce qui vient de se passer. Je descend le pare soleil et vois mon visage, des tâches rouge foncées souillent mon visage, ma peau est bien plus pâle qu’habituellement. Je fais vraiment peur à voir. Dis moi pourquoi? Pourquoi avoir agis ainsi. N’étais ce pas terminé entre nous deux? Ne me l’avais-t-il pas fait comprendre? Alors pourquoi ce baiser réveillant en moi de nouveaux souvenirs. Et pour continuer de nouveau des larmes correspondants à quel sentiment. Je ne savais pas vraiment la joie, la colère, la mélancolie… A quoi pouvait bien correspondre mes larmes? La déception que ce n’était qu’une erreur de passage. Je ne devait pas croire en quelque chose qui n’arrivera pas. Après tout il était éperdument amoureux de Chase. Je le devinais tellement facilement.

- James... Excuses moi. Je... Je sais pas pourquoi j'ai fait ça... Enfin si je sais... Mais c'est bizarre.. Je t'aime. J'en suis sur maintenant. Et... Il y a Chase et... Pardon... Pardon...

Je tourne la tête vers lui et vois des larmes sur son visage. Ça me fait mal de le voir comme ça, je ne veux pas qu’il pleure à cause de moi et encore moins si c’est de ma faute. Ne doit-on pas toujours donner le sourire au gens qu’on aime?

- Arrêtes ça Sacha, c’est bon. Tu n’avais aucune envie de me parler avant que je ne m’évanouisse devant tes yeux. Tes sentiments je ne les veux pas. Ton cœur est prit pour lui.

Dis-je déposant ma main gauche tellement froide par rapport à lui, sur le milieu de son torse où se trouvait son cœur. Tellement de fois malmené par les gens qu’ils pensaient aimés. Une larme vient échouée dans mon cou. Je m’étais résolut à le laissé partir, il ne m’aimait pas autant que Chase. Et tenter quelque chose avec lui serait bien trop difficile à supporter pour moi ou pour lui. Je ne voulais pas non plus me battre contre Chase. Qui serait mon mannequins attitrés. Je pense à ça mais à vrai dire j’essaye de détendre les muscles de mon corps et mon esprit. Nous arrivons à l’hôpital j’ouvre la porte côté passager, tu te précipites vers moi pour m’aider mais lentement je te repousse. Je ne suis pas un infirme. Je marche lentement ma tête me fait souffrir le martyr. Deux personnes en blouse bleus sont à l’entrée. Tu es derrière moi tu me suis sans rien dire et devant une jeune femme que je suppose être interne je m’écroule de nouveau mes jambes m’ont lâchés. Je n’ai plus de force.

- Vous allez bien monsieur? Demanda la jeune femme.
- Juste un peu fatigué je suppose.

Je me tourne vers Sacha et lui dit que tout va bien que je n’ai plus besoin de lui. Et le remercie de m’avoir emmené ici. Je ne voulais pas qu’il soit présent lorsque le médecin me dise ce que j’avais. Je le savais déjà!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Lun 21 Mar - 16:50

Theme musical: Ici

Quoi?!



    Enchainé. Captif. Aliéné. Prisonnier. Prisonnier de tout. Prisonnier de toi. Je me noie. Je me noie dans tes yeux. Je me noie dans ta peine. Tes yeux crachent un telle souffrance. J'en ai mal et je me hais. Je me dégoutte car je suis la cause de ce feu dans tes prunelle déchirées. J'ai détruit un homme. Je suis le pantin de la douleur. Je t'ai détruit. Je suis un salaud. Je ne vaux pas mieux que mon connard de frangin. Je suis un chien, un vers, une déjection canine. Je suis un sous-homme. Un bourreau de la peine. Guerrier de la douleur. Empalé à mon sadisme. Cloué et à ma cruauté. Attaché à mon égoïsme. J'ai détruit quelqu'un que j'aime. J'aimerais tant tout effacer. Tout recommencer. Effacer mes erreurs. J'aurais tant aimer naitre sans avoir besoin d'aimer, pour pouvoir vivre sans avoir besoin de mourir. Je suis fatigué. Je suis fini. Je n'en peux plus. Je n'en veux plus. De cette qui déchire les gens autour de moi. De la peine omniprésente. Je n'en veux plus de cette pute de souffrance qui vous enchaine. De cet amours merdique qui vous bouffe. Chacune de tes larmes me mordent comme de l'acide. James. Chacun de tes mots brisent mon âmes. Tu pense que je reviens car chase va me quitter... Les larmes roulent sur mes joues. L'amitié. L'amour son deux cadeau que le vie nous offre. Les seuls qui ne sont pas à doubles tranchants. Je les ais gâches. Je les ai gâches tout le deux. J'ai t'ai bouffer puis vomis. Je ne te mérite pas et ne t'ai jamais mérité. Je... non même à moi je ne peux pas m'avouer ça. Mes yeux se mettent à cracher. A cracher cette peine que tes mots de donnent. Je la mérite. Je la mérite empalement. J'ai fait de toi un martyr de la vie. Je t'ai fait mal. Très mal. Trop mal. Je t'ai fait mal... Mes mains glissent de tes épaules, je suis secouer de sanglots. N'arrivant pas à articuler. J'ai mal. Mon cœur est comme écraser sur un route semé d'os aiguisé. Je me rappel de tout. Je me rappel de nous. Un de tes doigts se glisse dans mes cheveux. Je ne ma rappelais plus ça. Cette sensation de bien être. Être avec toi. Soudain, Ta poitrine s'élève prise d'une quinte de tout, elle ondule et racle, dans un bruit sourd elle racle et râle puis se met à cracher. Du sang. Je redeviens esclaves. Esclave de la peur. Je ne m'en suis pas rendu compte mais tu ne va vraiment pas bien, pâle et hagard, tu crache tu sang, et t'effondre au sol. En une fraction de secondes tu es déjà dans mes bras et je cours vers ma voiture. Tu continu de tousser et de cracher. Étalant ton sang sur mon torse cannelle à nu. J'ai peur. Mais cette foi je ne serais as lâcher. Non je ne serais pas lâcher. Ta toux se calme. Avec douceur je te pose sur la banquette passager et saisis ton menton entre mon index et mon pouce. Plongeant dans tes yeux par dessous le voile de douleur. Je te regarde et réapprend à te lire. Puis ma voix s'élève, a quelques centimètres de tes lèvres.

    _ James... Je ne reviens toi vers toi avec des idées derrière la tête. Je ne comptais pas te parler avant de te voir chuter et là ca m'a fait tilt dans la tête. Moi le gros salaud qui te lâche. Je suis... Désolé et je...

    «  La nuit pâle étale ses doigt sur les cieux estivales d'une plage de galets ou la mer glisse ses doigts. La lune couve deux hommes qui se regarde d'une œil bienveillant. Elle semble sourire. Les deux hommes, l'un bruns a cheveux court, l'autre les cheveux long et noir s'observent. Il sont agité par des sentiments encore plus impétueux que l'océan qui les caressent. L'homme au cheveux court s'approche de l'autre. Il lui soulève le menton et plonge dans ses yeux. Ils se mirent. Il s'aiment. Leur lèvres semblent désiré celle de l'autre. De faite, celles du garçon au cheveux court plonge sur celles de l'autre... » Tu me regard, tu me parle à travers tes yeux. Tu ma parle à travers ton visage. Tu me parle à travers ta peau. Tu me parle à travers toi. Nous nous regardons ainsi comme isolés du temps. Puis mes lèvres touchent les tiennes. Elle roule dessus chaude. Le gouts amère du sang sur ma langue ne me dérange pas. Je t'embrasse sans comprendre. Sans chercher à comprendre. Je t'embrasse parce que je le doit. Je t'embrasse par ce que je le veux. Je t'embrasse parce que... Je t'aime. Tes lèvres s'écartent, nos langues se joignent et dansent, c'est la mienne qui mène le bal. Je ferme les yeux. Réponds-tu à mon baiser? Je n'en sais rien. Ma main glisse sur ta nuque et mon corps s'approche du tiens. Appréciant ta chaleur. Je t'embrasse avec passion. La passion du désespoir. Je t'aime toujours. Mais qui est-ce que j'aime le plus ? Toi ou Chase? Je n'en sais rien. Je n'en sais vraiment rien. Je t'embrasse sous le joug d'une force qui me dépasse. Ma main attrape tes cheveux et ma bouche ravage la tienne tandis qu'un goût salé se mêle à ce baiser, un goût de larmes. Les miennes? Les tiennes? Les deux? Au fond, je m'en fou. Je m'en contre fou. Je jette par terre et écrase toutes mes questions en t'embrassant. Je vole. Comme lors de notre premier baiser. J'aime le goût de tes lèvres, la saveur de ta peau. Le baiser j'éteins et meurt. La voix hachée, me rendant compte de ce qui viens de ce passer je prend ma place côté conducteur et sans un mot, j'enclenche la voiture direction l'hôpital. Mon cerveaux ne comprend pas. Il n'y arrive pas. J'aime James. J'aime Chase. Est-il possible d'aimer deux personnes à la foi? Si oui. Comment s'en sortir sans faire souffrir personne?Comment s'en sortir sans souffrir soi même? Ma voix s'élève, atone:

    _ James... Excuses moi. Je... Je sais pas pourquoi j'ai fait ça... Enfin si je sais... Mais c'est bizarre.. Je t'aime. J'en suis sur maintenant. Et... Il y a Chase et... Pardon... Pardon...

    Je sanglote en regardant la route. L'oublie et le passé son des démons. Des putains de démons. Aimer c'est ce damner. Aimer c'est ce tuer. Et c'est ce scarifier. Et le pire. C'est que j'aime ça. J'aime aimer... Les larmes roule encore et encore. Petites perles incompréhension qui me brule comme du feu. Putain mais qu'est-ce qu'il m'arrive?!


I'm Still Loving You...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Dim 20 Mar - 23:54

Je ne savais plus quoi faire, je n’arrivais pas à soutenir le regard de cet être que j’ai tellement aimé et qui m’a rejeté. Les souvenirs m’assaillent et je ne peut rien brider, du premier baiser à la toute fin… fin. Je ne savais plus quoi penser et cet douleur atroce dans ma poitrine qu’étais-ce? J’avais aussi mal que si on me le prenait et on le serrait jusqu’à qu’il explose. Avoir oublier ou plutôt ignorer tout ce que j’avais pu ressentir et d’un seul coup tout recevoir en pleine face. Comme un méchant coup de point bien contrôler. Je ne voulais pas qu’il s’approche de moi je ne voulais pas de nouveau le sentir ressentir son odeur, ses caresses, ses baisers ça me ferait trop mal. A quoi servait mes cours de théâtre? Je n’arrivais pas à les utiliser devant Sacha. C’est lui qui a toujours été le plus proche de moi, jamais personne après toi et avant n’avait réussit à me toucher en plein cœur, à cette époque j’avais cru en cupidon. J’avais toujours cru que j’aurais pu te révéler mon secret, je pensais que tu m’aurais soutenu, je pensais que ma vie je la terminerais dans tes bras, dans ton corps, dans ta chair, je m’étais offert à toi. Tu as bafoué mon existence à la minute ou tu as prononcé des simple mots qui font si mal quand ils sont prononcé par la chose qui nous ai la plus précieuse, l’être pour qui j’aurais tout donné, et s’il l’aurait fallut donné ma vie pour sauver la tienne je l‘aurais fait sans aucune hésitation qu‘aurait été ma vie sans toi si tu n‘étais plus là? Peut être je savais lire comme un livre dans cet être qui était toute ma vie mais la seule raison était que je pensais n‘être plus qu‘un tout avec toi mais apparemment ce n‘était pas ton point de vue. Ça me fait si mal de ressentir toutes ces choses que j’ai trop longtemps refoulé, mes larmes ne cessent de s’écouler, comme si j’étais inépuisable. Ta voix me disant ces mots résonne dans ma tête comme une chanson sans couplets. Un refrain si blessant sortant de ta bouche, de tes lèvres que j’ai tant désirées pendant plusieurs mois. Nos étreintes passent dans ma tête comme un livre érotique. Et je ne peux que pleurer, pleurer à ta perte. Pleurer de ne plus t’avoir dans mon lit, de ne plus t’avoir près de moi, de ne plus avoir ta chaleur si réconfortante quand même si tu ne le savais pas je rentrais des enfers. J’avais vraiment penser que je finirais ma vie avec toi, mais apparemment le destin en à décidé autrement. Je ne suis plus la personne qui compte le plus pour toi, je ne suis qu’un prénom de plus à ta liste. Un trophée, une médaille, pour avoir réussit à faire fondre le cœur de glace qui trônait dans ma poitrine. Ne m’avait-t-on toujours pas rejeté, n’étais-je pas le petit garçon qui doit rester impassible pour ne pas montrer ses sentiments devant un public, ou un client. N’étais je qu’un jouet dans les mains des personnes que j’ai aimé? Est-ce si facile de manipuler quelqu’un comme moi? Sacha m’étreins, j’essaye de me défaire des ses bras mais rien y fait je n’ai toujours pas de force dans tous mes muscles. Je sens ton souffle chaud sur mon cou et dans mon oreille. Essayerai-tu de me dire quelque chose? Je n’entends pas, je ne te comprend pas. Qu’essayes-tu de me dire les larmes aux yeux. À travers ton étreinte je peux comprendre ce que tu me dis. Que tu es désolé de m’avoir brisé, que tu es désolé de m’avoir condamné, que tu es désolé pour tout ce que tu as pu me faire subir.

D’un ton neutre je lui dit:

- Ne sois pas désolé tu es victime de tes propre choix ce n’est pas maintenant qu’il faut que tu viennes t’excuser c’était bien avant que tu aurais du le faire. Tu as assouvis tes envies, pourquoi reviendrais-tu vers moi? Parce que en ce moment tu en as besoin? Parce que la personne que tu aimes le plus t’as laissé tomber ou presque. Ne me fais pas subir une deuxième fois ce que j’ai pu subir au moment ou j’ai ressentit les mêmes choses que tu ressens en ce moment.

Je n’avais laissé paraître aucuns sentiments mais s’il savait ce que je peux ressentir en ce moment. Qu’il soit aussi prêt de moi me torture. Que je ne peux résister à son étreinte parce que ça m’a tellement manqué. Je ne veux pas être ton ami si c’est pour souffrir autant que j’ai pu souffrir de ton abandon de ta lâcheté. Je ne veux pas entendre tes problèmes avec la personne que tu aimes plus que tout au monde. Je ne veux pas non plus te voir enlacé à lui quand je serais dans les parages. Je ne veux pas voir qu’il touche tes lèvres, celles que j’ai du oublier. Je ne veux pas savoir qu’il te touche comme j’ai pu le faire avec un amour démesuré. Est-ce que je t’aime toujours? Je m’étais persuader depuis longtemps que non mais il s’avère que c’est tout le contraire. Je t’aime toujours autant. Je t’aime à en mourir. Et je ne cesserais de penser à toi jusqu’à mon dernier souffle. Tu es toujours dans mes bras mais je ne peux toujours pas te repousser. Et je crois que je suis devenue sourd. Je n’entend plus rien, ni sa douce voix, ni les paroles qu’il à l’air de répéter comme un leitmotiv. Ni même ce qui m’entoure. Les enfants, enfants que je n’aurais jamais. Les chiens comme le mien à pu mourir. Les parents réprimander leurs enfants, chose que je n’ai pu connaître. Les vieux couples sur le banc qui se trouve en face de moi, encore une chose que je ne vivrais pas. Je respire l’odeur de Sacha, toujours cette même odeur qui m’électrisais le cœur quand je la sentais. Il y a bien longtemps que me draps ne se souviennent plus de toi, de ton odeur, de ton corps. Dans un mouvement timide j’entortille l’une de ses mèches de cheveux dans mes doigts, geste affectueux que je faisais une fois que nos ébats étaient passés et où mes bras t’accueillaient volontiers. Si tu savais les heures que j’ai pu passer à te regarder dormis. J’aimais tellement ton visage paisible et non tourmenté par ton passé. Est-ce que tu dors toujours aussi mal quand personne n’est à tes côtés. Est-ce que Chase fait fuir les démons qui te pourchassent? Est-ce que tu l’aimes autant que je peux t’aimer? Des questions que je n’oserais jamais te poser, question qui font de nouveau couler mes larmes. Question qui me broie le cœurs en plusieurs partie, Puzzle que je n’arriverais jamais à reconstituer. Je suis une loque, je ne peux même pas bouger heureusement que le banc derrière ma tête me retiens parce que je serais certainement inerte en ce moment. Ou alors je serais à l’hôpital après qu’une personne de ce parc n’est appelé les urgences. Je pense que c’est un avertissement est-ce que je suis arrivé au commencement d’un long calvaire?
Je toussote dans ma main un peu de sang gicle dans celle-ci et je m’empresse d’essuyer le tout avec ma manche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Dim 20 Mar - 22:33

Theme musical: ici


La fin de l'illusion


    J'ai peur. Très peur. Trop peur. Peur de moi. Peur de toi. Peur pour toi. J'ai peur. Peur de te perdre. Peur de me perdre. Peur de cette expression sur ton visage. Peur de ce que tu viens de dire. Je suis terrifié, comme un enfant qui s'éveille d'un cauchemars. Pantin de la terreur. Je tremble sous les assauts de cette salope qui gronde dans mon ventre et me déchire les tripes. J'ai peur. Peur de t'aimer. J'ai mal. Mal d'avoir peur. Mal pour moi. Mal pour moi. Mal de toi. Mal de peut-être te perdre. Mal à cause de ton visage et de la douleur qui y est dessinée. Mal à cause de ces mots. Mal d'avoir peur. Je suis la marionnette d'une psychopathe sadique. Je sens la douleur. Elle me bloque la gorge m'empêchant de parler. Elle coule sur mes joues m'empêchant de voir. Elle coule dans mon sang, m'empêchant de vivre. Elle est là omniprésente dans mon corps. Je suis un chien apeuré et torturé par son maitre. La vie -ma mère- est un pute. A croire qu'elle prend plaisir à me torturé. « Vas-t'en.  laisse moi seul. Je ne veux pas te voir, je ne veux pas me rappeler, je ne veux pas me souvenir de toi, je veux t’effacer. » Il me tue. J'ai mal par les mots et peur pas son visage qui transpire et suite la douleur comme celui d'un supplicié. Il souffre à se voit mais quelle est donc la cause de cette acide qui brules mes yeux cracher par les siens. J'ai Peur d'avoir Mal. C'est la peur qui a rythmé ma vie. J'ai toujours évoluer selon mes peurs. J'ai toujours été lâche et n'ai jamais osé les affronter. J'ai notre relation à cause la peur. Je me suis fait violer à cause de la peur. Je ne suis qu'une bâtard de peureux. Je ne suis rien. Je t'ai fait mal. J'ai honte de moi. Je t'ai détruit. Je t'ai cassé. Je t'ai brisé. Je t'ai gouter puis cracher. Je t'ai vomis. Et j'en ai honte. Ne pourras-tu jamais me pardonner? De toute façon, je ne mérite pas ton pardon. Je ne mérite rien de ta part. Je ne mérite que tu me punisse. Que tu me fasse la même chose que ce que je t'ai fait. Ce ne serais qu'une juste revers de la médaille. Voilà ce que veut la raison. Mais le cœur lui. Veut que tu lui pardonne. Il veut tout remettre a zéro. Il aimerais remonter dans les temps et recommencer tout en effaçant les connerie. Tout de suite. Il aimerais s'enterrer. Le cœur est égoïste. Le problème c'est lui qui domine chez moi. Tu me supplies de te laisser. Mais je ne peux pas . Pas avant de t'avoir dis que je t'aime. Pas avant de savoir pourquoi tu es si pâle. Pas avant que tu m'aies pardonné. Non je ne peux pas partir. Je ne peut pas te laisser. Je t'ai abandonné une foi. Mais pas deux. Tu as besoin de quelqu'un. Mais comment te dire. Et surtout pourquoi te le dire. Toi qui veut m'effacer. Pourquoi? Parce que je t'aime. Je ne sais pas comment le dire. Comment les faire pour que tu comprennes ce que je veux dire. Que tu interprètes pas mal. La vie n'est pas une pute. Elle ne fait que nous faire comprendre ce qu'on ne comprenais pas. Je ne comprenais pas que je t'aimais. Elle me l'a fait comprendre. Quand je t'ai vu tomber, comme un marionnette qu'on abandonne. Quand j'ai eu peur. Quand j'ai eu mal. Quand j'ai eu peur d'avoir mal. Quand j'ai eu mal d'avoir peur. Tu ne vas pas bien. Ça ce voit. Ça ce sens. Tes lèvres tremblent. Tes yeux s'égarent. Ta peau est pâle. Tes cheveux en bataille. Le corps recouvert d'un voile de sueur. Mais avant de te l'avouer il faut que je me l'avoue: Sacha. Tu aime James d'une folle amitié. Les actes sont plus fort que les mots. Je m'approche de James. Enroule mes bras autours de ses épaules et le serre contre moi en pleurant sur son épaules. La chaleur de son corps. Son odeur. La caresse de ses cheveux. Tout ce que je pensais avoir oublier me reviens. J'arrive même a ma rappeler la saveur de ses lèvres et le goût de son corps. Doucement. Je souffle à ton oreille:

    _ Je ne peux ni t'oublier ni t'effacer et ne le pourrais jamais. S'il te plait. Pardonne moi ».

    «  Le vent souffle et agite les feuille mort. Je suis là Allongé sur ce par terre marrons et craquant. Inondé par le soleil d'automne qui pleurs. Nu sous les larmes radiales d'un soleil triste. La nature caresse mon corps. Je suis là devant Toi, les flash me caresse et m'apprenne. J'attends. Le dernier flash meurt sur ma peau. Tu t'approche et plonge tes yeux dans le mien. Les regards s'échangent. Plus fort que le mots. Ta main se lève et va glisser de mon épaule à mes hanches. Je frissonne sous tes caresses tandis que le désir commence à poindre. Et là tu me souris. J'aimerais tellement que tu me sourisses à nouveau. Tes lèvres s'approchent des miennes puis s'y mêlent. Je sens leur goût sur ma langue. Leur chaleur glisser sur mon menton et dévaler mon corps. Je les sens entamer un course folles pour m'apprendre. Puis je te sens te glisser en moi. » Je me rappel de toi. De tout ce que je voulais oublier. Je me rappel de tout. De tout ce pourquoi je t'ai aimer. « Le soir tombe sur nos deux êtres enlacés après l'amour. Tu sus sures à mes oreille ce que j'ai besoin d'entendre. Tu me connait par cœur et sais ce qui me hante. Tu sais tout de moi. Mes peur. Mes rêves. Me douleurs mes joie. Tu sais tant sur moi. Je sais si peut sur toi. »

    _ Pardonne moi...

    Si Aimer c'est souffrir. Haïr est-ce jouir?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Dim 20 Mar - 21:28

Je ne savais plus ou je me trouvais, mais une voix, une voix m’appelait, je l’entendais mais je n’arrivais pas à ouvrir les yeux j’étais tellement mieux dans cette océan noir. Je ne pouvais relever les paupières c’était trop dure. Je ne pouvais pas. Je sentais quelque chose de chaud contre moi, et aussi des gouttes d’eau. Pourquoi pleuvait-il? Je ne voulais pas qu’il pleuve. Et pourquoi est-ce que j’avais froid? Pourquoi je ne sentais plus mes muscles? Pourquoi je ne ressens que cette chaleur contre mon flanc droit, je n’entend plus rien, même la voix qui m’appelait était devenue un écho lointain était-ce peut être qu’un songe, un rêve? Qui pourrais m’appeler? Après tout ne fuis-je pas la réalité me réfugiant dans la photographie. Alors qui pouvait appeler mon nom comme un leitmotiv, j’étais juste là. Je n’avais simplement pas la force de montrer que je respirait encore. Je me sentais si faible, j’étais faible. Est-ce que j’allais mourir? Je ne veux pas mourir pas maintenant je viens à peine de m’ouvrir au monde. Est-ce que c’était la fin? Non je ne voulais pas, je me forçais à ouvrir les yeux. Ouvre tes yeux James ouvre les! Je n’y arrivais décidément pas. Pourquoi je sentais mon corps aussi lourd? Pourquoi avais-je l’impression de peser une tonne? Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi?
Ce mot je parvenais à le détester, je n’arrivais vraiment pas à bouger. Ma respiration était lente trop lente. Mais il fallait que je sache, à qui appartenait cette voix. Ce timbre me disait vaguement quelque chose. Est-ce que je connaissais cette personne? Mon envie de voir de savoir, venait de se répercuter à mon cerveau, je voulais seulement voir juste voir à qui appartient cette voix. Mes yeux s’ouvrir et malgré la lumière beaucoup trop vive je les gardais ouverts pour voir des cheveux bruns. Je connais cette odeur, j’en suis presque certain. Qui est-ce? Je bouge la tête pour mieux voir celui qui m’avait pris dans ses bras et qui avait hurler mon prénom. Mes larmes viennent se joindre à celle de Sacha, pourquoi était-ce lui et pas un autre, pourquoi ce putain de destin avait mis sur ma route Sacha. C’était terminé entre nous, il avait était très clair le soir du bal, plus rien n’existerait, que ce soit une relation amicale ou amoureuse. Et je ne me souvenais plus c’était simplement un bout de papier qui me rappelait ce qu’on avait pu vivre. Je recula poussé par une force inconnus. Je ne voulais pas qu’il s’approche, mes larmes coulaient le long de mes deux joues. Il se rapprocha de moi je ne fis plus rien. Je n’entendais plus, pourquoi je n’entendais pas. Je le voyais juste articuler les lèvres. Je m’approchais de lui doucement comme une bête apeuré et regarde ses yeux, il avait pleurer? Certainement pas pour moi. Je secouais la tête. Mon cœur battais beaucoup plus vite qu’habituellement, était-ce du au fait de sa proximité? Je fermais les yeux et un violent mal de crâne s’insinuait en moi, je pris ma tête dans mes mains. Essayant de penser à quelque chose d’autre que cette douleur qui me torturait le cerveau. Je regardais aux alentours, des enfants jouaient, des joggers faisaient leur footing, et d’autres promenaient leurs chiens. Je n’entendais rien, ni le cri de la petite fille qui pleure, ni le chien qui aboie, ni même les oiseaux. Je me concentre sur Sacha, il me regardais d’une manière que je n’arrivais pas à définir. Dans un souffle, je ne savais pas si j’avais vraiment parler, je ne savais pas non plus s’il m’entendrais:

- S’il te plaît va-t-en, laisse moi seul. Je ne veux pas te voir, je ne veux pas me rappeler, je ne veux pas me souvenir de toi, je veux t’effacer.

J’avais dis ça sur un ton presque désespéré, finalement peut être que je n’avais pas tout oublié peut être que mon cerveau avait juste brider ces délicieux comme mauvais souvenirs, pour ne pas que je souffre comme j‘ai pu souffrir à l‘époque ou je n‘étais plus avec lui. Mes larmes s’abattaient sur le sol. Je me souvenais très bien du pourquoi du comment de la fin de notre relation. Ça me revenait comme un raz de marré d’informations trop longtemps brider.

- S’il te plaît part…

J’avais aimé une personne, je lui avait donné mon âme, mon esprit, mon amour, ma passion je lui avait tout donné. Et il m’avait arraché tout espoir de futur avec lui le jour ou il prononça « c’est finis ». C’était peut être à partir de ce jour que je m’étais renfermé sur moi-même n’ayant plus aucun contact seulement avec mes photographes et mes mannequin. C’est peut être aussi pour ça que je refusais de prendre ce qui assurerait mon futur. Avais-je envie de mourir? Pourtant je croyais que mes idées de suicide étaient révolus depuis bien longtemps. Est-ce que inconsciemment mon cerveau avait fermer toutes les portes qui portait son prénom et son nom. Et que inconsciemment je ne pouvais vivre sans lui et est refusé toutes aides extérieurs pour m’assurer un futur de toute manière aujourd’hui c’était trop tard. Plus personne ne pouvait rien pour moi. Et comme un fou je répétais dans un souffle:

- S’il te plaît…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Dim 20 Mar - 19:37

Theme musical: ici






Ouvre les yeux





    Penser? Pourquoi pas. Oublier? Toujours. Rêver? En fumant. Écrire? La flemme. Sortir? A mais ça c'est un bonne idée. Sortir pour rêver et penser en fumant... 2 secondes. Penser? Rêver? Je sais tout de suite ou ça va me mener et j'ai pas envie. Bon Sortir et fumer je pense que ca ira. Parfois, l'ennuie m'amène à une sorte de schizophrénie bizarre. Je me parle et me répond. A tout les coups je suis un cas psychiatrique, déjà qu'avec mes humeurs chroniques et ma pseudo-dépression d'ado complexé je suis limite. Allons. Tant que je me met pas a baver ca ira. Je me lève et prend ma veste pour me ruer dans les escaliers. J'ai vraiment besoin de nicotine. Le parc s'étale devant moi, vert tout est vert avec trop de couleur. On dirait de la gerbe. Je ferme les yeux laissant le vents enfiler ses doigts dans mes cheveux égarés. Caresser mon visage comme un mère, comme cette mère que je n'ai pas eu. Ma mère c'est la lune, c'est le vent. Ma mère c'est la pluie et les nuages. Ma mère c'est les rivière c'est les mers. Ma mère c'est le ciel. Ma mère c'est la nature. C'est le temps. Ma mère c'est la joie, c'est la peine. Ma mère c'est la rage, c'est la douleur. Ma mère c'est les rire et les pleurs. Ma mère c'est celle qui a fait que je suis celui que je suis. Ma vraie mère c'est ma vie. Et j'ai envie de dire que je suis un sacré fils de pute, mais vraiment de grosse pute. Ma mère est un cancer. Elle ronge, elle mord. Elle me tue et me mange doucement. Elle me viole. Ma mère est une psychopathe infanticide. Le soleil me couve d'un regard entendu tandis que je chemine dans une partie de ma mère. Sa lumière coule sur moi que de l'eau doré donnant à ma peau marmoréenne un aspect étrange. Il fait chaud. J'ouvre ma chemise. Laissant les radiance de l'astre de feu lécher mon torse nacré. Je me rappel au autre jour comme celui-ci. Un jour de peine. Comme si ma mère sous ses fards de beauté n'était qu'un immonde tas de chair en putréfaction. Le jours ou l'une des histoire d'amour de ma vie c'est fini. Un pugilat de douleurs caressées de douceur. Le jours ou James s'est enfuit de mon cœur. Il est la seule personne qui me connaisse vraiment. La seule personne qui Sacha qui je suis. Il sais tout de moi. À l'époque ca me faisait peur. Et encore aujourd'hui. On a bien vu le jour du bal. Je m'en veux de tout ça. D'avoir essayer de l'effacer de ma vie. De lui avoir fait mal le même soir ou j'ai vécu la meilleur partie de ma vie. Je lève à nouveau les yeux vers les cieux. Ils sont bleu. Comme ceux de Chase. James, Chase. Les deux hommes de ma vie. Il faut que j'arrange tout avec James. Ne pouvons nous pas être juste amis? Oui? Non? Non. Je l'ai effacer, ou du moins j'ai essayer et presque réussi. Je ne cracherais pas sur tout les efforts que j'ai fait pour ne plus penser à lui et... James! Tomber par terre. Mort? Moi. Pantin. Moi robot. Moi courir. Moi avoir peur. L'oublie est une illusion. Quand on aime on ne cesse jamais d'aimer. Et oui. Je l'aime encore. Pas autant que Chase, peut-être même pas d'amour. Peut-être d'amitié. Mais malgré tout ce que j'ai pus dire. Je n'ai jamais arrêté de l'aimer. J'ai eu beau te raturer, te couvrir d'illusions. J'ai eu beau arracher les morceaux de mon cœur qui portent ton nom, je n'ai pas arrêter de t'aimer. J'ai eu de la merde devant les yeux. Je n'aurais jamais du te jeter comme ça de ma vie. Amis. Tu es le seul qui me connaisse vraiment. Amis. Et c'est que maintenant que tu es peut être mort que je m'en rend compte. Le vent se met à siffler. On dirais qu'il ris. Ma mère ris. Je m'en fou. Panique. Robot. Terrifie. Pantin.

    James!


    Je ne sais pas comment. Je ne sais pas pourquoi, mais tu es déjà dans mes bras.

    -Ouvre les yeux James! Par piter Ouvre les yeux

    Prends moi et jette moi a terre. Frappe moi. Étale mon sang empale-moi dans une sauce de martyr. Fait moi souffrir. Crucifie moi. Mêle moi aux immondices de ton monde à l'agonie. Punis moi, je ne mérite que ça. Crache moi. Écrase moi. Tue moi. Mais putain ouvre les yeux. Ouais je l'aime encore. D'une façon différente d'avant mais je l'aime encore. Il compte pour moi. James a pris une partie de moi et ne me l'as pas rendu. Et il ne compte surement pas le faire. Les souvenirs remontent. Notre premier baiser. J'étais nu sur du satin noir. Il s'est approché pour changer mon bras de positions. Il m'a touché et je me suis rué sur ces lèvres. Nous avons coucher ensemble cette nuit là. Et la suivante. Et celle d'après. Enfaite nous avons couché ensemble chaque soir depuis ce jour là jusqu'à la fin. Nous nous aimions et n'avons jamais cessé de nous aimer. Et il est là disloqué dans mes bras. J'ignore s'il est en vie et je pleurs. Et le soleil. Cet enfant de putain me regarde en riant. J'aimerais tant me retrouver sous son regard. Avant tous ça. Avant ce baiser. Comme nous étions avant. Je t'en supplie ouvre les yeux.



_Jaaaaaaames!
[center]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   Dim 20 Mar - 17:43

Je me rappelais inlassablement la soirée du bal. Je n’avais vraiment rien fait à Sacha pour qu’il me traite ainsi. Juste une danse, une simple danse et je me suis retrouvé par terre sans crier garde. Je voulais juste renouer le contact avec lui, parce que le contact j’en avais eu avec plus d’une fois même et je me souviens parfaitement bien de quelques photos qu’on a pu prendre. Des photos tellement artistique, elles faisaient bien sur partie de ma collection privée. Si nous étions pas à notre époque et que l’homosexualité n’était pas aussi tabou j’aurais peut être pu m’élever au rang de l’une de mes photographes préférées Nancy Goldin. Et dénoncé l’homophobie ainsi que le traitement qu’on faisait subir aux pédé comme ils savaient si bien le dire.
Je regardais le ciel une cigarette à la bouche pour ne pas changer repensant aux moments que j’avais pu passé avec le brun. Je ne me souviens plus de la manière dont on s’est séparé. Mais il ne me semblait pas que c’était de manière brutale peut être aussi que mon cerveau avait éluder cette partie de ma vie. C’est vrai que maintenant que je me penche sur la question c’est comme un trou noir. Je n’arrive pas à me souvenir serait-ce du à ce que je redoute le plus? Est-ce que je souffre de perte de mémoire? Je ne l’espère pas, est ce que j’ai oublié d’autre partie de mes souvenirs comme ça. La panique m’envahit, des larmes dévalent lentement mes joues pour venir se nicher dans le creux de mon cou. Est-ce que j’ai oublié des fragment de ma vie, est-ce que je vais perdre aussi les moment heureux que j’ai pu passer, est ce que je vais oublié les personnes qui deviennent aujourd’hui importantes à mes yeux. Pendant que mon corps était parcourut de soubresauts, je regardais ma cigarette se consumer comme se consumait ma vie à petites doses mais surement. Est-ce qu’ils seront là. Est-ce que je garderais des contacts avec eux? Est-ce que… voilà que maintenant je devenais sentimental, jamais auparavant je m’étais projeter dans le futur, jamais je n’avais chercher à savoir si oui ou non je serais seul pour mon départ.
J’étais persuader que je pourrais me complaire dans mon espèce de monde fermer sur toute forme de vie. Mon moyen d’évasion de cette bulle que je m’étais construite se trouvait être l’art et plus particulièrement la photographie. Je me souvenais encore de mon premier appareil photo c’était il y pas vraiment longtemps enfin si quatre ans, j’étais tomber sous le charme de l’appareil photo numérique qui se trouvait dans la vitrine, je m’étais demander comment un appareil aussi petit pouvait faire de si jolie chose. J’étais entrer dans le magasin, bien décidé à me l’acheter mais la vendeuse avait refuser de me le donner parce que je n’étais pas majeur. Et que je ne pouvais pas signer les papier nécessaire à la garantie et à tout ce qui s’ensuivait. J’avais enregistré le produit dans ma tête et étais parti voir la bande de petit junkies du coin avec qui je trainais et m’étais taper une ligne de coke, j‘étais jeune même peut être un peu trop jeune. Qu’Est-ce que j’étais con à cette époque là. Et pas qu’un peu en plus. Et une fois rentré chez moi j’avais demandé au majordome d’aller me chercher l’appareil photo. Et il s’exécuta. Une petite heure après il était de retour et j’avais enfin ce jouet parce que oui pour moi c’était un jouet, j’avais fait des photo de tout et n’importe quoi, mon chien, les bonnes, le jardin et plein d’autre toute débiles les unes que les autres. Mais c’était un bon souvenir. Au moins celui là je ne l’avais pas oublié. Je souris, releva la tête et ouvrit mes yeux précédemment fermer pour mieux me souvenir et laissa la cigarette s’écraser au sol. Elle était finie.
Le visage du brun apparu dans ma tête. Pourquoi je ne me souvenais pas de Sacha enfin pourquoi je ne me souvenais pas de notre rupture. Et pourquoi je n’avais pu vraiment de souvenir contrairement à ce que je pensais, les seules souvenirs s’arrêter à certaines photos que j’avais prise de nous deux et de lui. Je ne me souvenais que de ces moments là ou mon appareil était entre mes mains. Je pris ma tête dans mes mains et soupira un grand coup. Je n’arrivais pas à me souvenir. De nouveau je ne pu réprimé une larme vagabonde qui venait de s’écouler de mon œil.
Ma vie serait-elle en train de m’échapper, n’ai-je pu aucun contrôle sur elle? Suis-je en train de défaillir? Je me leva lentement et un fois debout mon corps vint percuter le sol. J’étais tomber dans les pommes, je sentis une présence au dessus de moi, pourquoi je le savais, simplement parce qu’une ombre m’empêchais de voir les yeux fermés. (Oui je sais on vois pas les yeux fermés mais on distingue quand il y a du soleil et quand il y a une ombre c’est pareil.) Je restais allongé, je ne voulais pas me relever j’avais trop mal à la tête et je n’avais surtout pas de force dans tous les muscles de mon corps pour ne serait-ce que pensé à me relevé. Je ne sentais plus rien. N’était ce pas l’une des premières étapes?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» Quand le Ménestrel vous surveille... tremblez pauvres mortels !
» Quand le temps ne vous réussit pas (Pv Aldaron)
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: