AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Prenons l'air [Aya <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Prenons l'air [Aya <3]   Ven 26 Sep - 16:49


Prenons l'air
Shin & Ayase
Aujourd'hui, la jeune femme devait passer son après-midi en compagnie de sa meilleure amie et du fils de cette dernière. La Japonaise était déjà folle de lui, il était tellement mignon en même temps. La matinée s'était passée plutôt normalement pour la jeune femme qui s'était préparée. En début d'après-midi, sa voisine était venue frapper pour qu'elles puissent y aller. Les deux jeunes femmes se saluèrent avant que la nippone se baisse pour saluer Kyang Ja. Il souriait quand elle lui parlait. Il était encore plus mignon maintenant, il la faisait craquer encore plus. Elles sortirent ensuite pour se diriger vers le parc. Alors qu'elles marchaient Shin proposa à la jeune femme de pousser le landau. Pousser un landau était moins dangereux selon elle que le tenir directement dans ses bras, elle accepta donc et se plaça derrière pour le pousser.

Alors qu'elles marchaient, Ayase fit remarquer à sa meilleure amie qu'elle avait l'impression qu'il était toujours aussi calme qu'au début et que donc Shin et Ki avaient beaucoup de chance. Cela sembla amuser la Coréenne puisqu'elle rit légèrement. Elle lui expliqua ensuite qu'il était moins calme qu'avant, mais qu'il était quand même adorable. Mais elle était lucide, elle savait qu'il ne resterait sûrement pas comme ça pour toujours. Ils avaient déjà de la chance qu'il soit resté calme aussi longtemps.

« À l'adolescence quand il ne voudra plus vous écouter »

Elle avait dit ceci en plaisantant, même si ce serait sûrement vraiment le cas. Après tout, tous les enfants, ou presque, devenaient insupportable quand ils arrivaient à l'adolescence. Elles continuèrent leur chemin et après quelques mètres un écureuil passa devant elles. Ayase le montra alors à Kyang Ja le pointant du doigt pour que le petit garçon le remarque, enfin si il en avait envie, qui sais ce qu'il pouvait se passer dans sa tête à cet âge-là. Lorsque l'écureuil eu disparut dans un arbre, elle se remit correctement derrière le landau et se remit en route avec Shin et recommença à discuter avec elle, lui demandait si elle allait mieux avec Kyang Ja. Elle lui répondit par un sourire avant de lui dire que ça allait mieux et qu'elle s'était habituée. Elle lui annonça même qu'il commençait à dormir un peu plus durant la nuit, même si il ne les faisait pas encore complètement. Elle demanda même à la japonaise si elle ne l'entendait pas la nuit.

« Tu sais, j'ai dormit avec Adam durant des mois. Plus rien ne peut me réveiller »

Elle rit légèrement en disant ceci. Il n'était pas rare qu'Adam rentre tard donc heureusement qu'elle avait pris l'habitude de ne pas se réveiller au moindre bruit. Puis même si il lui arrivait d'être réveillé, elle ne pouvait pas blâmer sa meilleure amie, c'était normal pour un bébé de pleurer durant la nuit. Après ceci, elles arrivèrent enfin au parc, ils y avaient quelques personnes qui se promenaient, mais c'était tout à fait normal dans un arc, surtout aussi près du lycée et de l'université de Wynwood. Les étudiants venaient se détendre où réviser avant leurs examens. Même si ce n'était pas encore la période des examens, certains étaient sûrement des Khi en train de réviser leurs cours de l'année passés pour reprendre sur de bonnes bases cette nouvelle année. Ayase venait souvent elle aussi pour se retrouver au calme et pouvoir écrire. Enfin, elle avait commencé à le faire quand Adam était arrivé dans la chambre avec elle parce qu'elle n'aimait pas qu'il vienne lire par-dessus son épaule ce qu'elle écrivait, même si il ne devait absolument rien comprendre étant donné qu'elle écrivait dans sa langue natale. Même maintenant qu'Adam était parti elle continuait de venir ici de temps en temps pour écrire, elle avait pris cette habitude. Shin finit par reprendre la parole pour lui annoncer qu'elle était pressée que Ki revienne. Elle semblait gênée de lui avouer ça puisqu'elle se mit à rougir. Elle lui expliqua aussi les progrès de Kyang Ja qu'elle voulait que Ki voit. Je la comprenais, elle devait avoir hâte que le père de son fils voit les progrès de leur enfant.

« Je suis sûre qu'il sera vraiment fier de voir les progrès de Kyang Ja. Il est vraiment adorable cet enfant. »

Elles continuèrent de marcher toutes les deux jusqu'à ce que Shin lui annonce qu'elle devait lui poser une question. Cela intrigua la jeune nippone. Qu'est-ce que Shin pouvait avoir à lui demander de si important pour qu'elle se comporte ainsi. La jeune femme s'était arrêtée quelques pas devant la coréenne, n'ayant pas fait attention tout de suite au fait que son amie s'était arrêté. Elle regarda donc son amie d'un air interrogateur. Elle avait une boule à l'estomac. Elle n'aimait pas ce genre d'ambiance tellement pesante selon elle.

« Qu'est-ce qu'il y a Shin-chan ? »

Elle me demanda alors ce que je pensais de ce qu'elle et Ki avaient fait. Elle lui précisa qu'elle parlait d'avoir un enfant à leur âge. Ce qu'elle pensait d'eux, du fait qu'elle soit partie et surtout elle lui demanda d'être sincère, même si ce qu'elle pensait devait être négatif. Elle était prise au dépourvue avec cette question. Jamais elle n'avait eu une image négative de Shin ou de Ki vis-à-vis de cet enfant.

« Je dois avouer que je t'en ai un peu voulu quand tu es partie sans raison, mais je m'y suis fait... Quand tu es revenue j'étais tellement contente que tu sois là. J'ai été vraiment surprise d'apprendre que tu attendais l'enfant de Ki-kun. C'est vrai que je vous ai trouvé un peu jeune pour avoir un enfant, mais je me suis dit que vous aviez du y réfléchir et que si tu l'avais gardé c'est que tu le voulais. Donc j'étais contente pour toi. Il n'y avait aucune raison que je prenne mal votre décision si c'était ce que vous vouliez. »

Je reculais des quelques pas qui me séparais de Shin. Quand je fus à son niveau, je lâchais le landau et la prit dans mes bras en souriant. Je la serrais doucement pour la rassurer. Je ne voulais pas qu'elle pense que je pouvais la juger de manière négative. Au contraire, je trouvais qu'elle avait beaucoup de courage d'avoir accepté de garder l'enfant alors qu'elle avait ses cours. Il fallait peut-être qu'elle lui dise qu'elle le pensait, ça la rassurerais sûrement, ou au moins un minimum.

« Tu sais, je suis même plutôt respectueuse de ton choix. Tu as beaucoup de courage d'avoir gardé Kyang Ja alors que tu savais que ce serait difficile pour toi avec les cours. »

Elle lui sourit et la lâchait ensuite son amie. Elle remit ses mains sur le landau et après s'être assuré qu'elle se sentait mieux, elle se remit à marcher. Elle tournait de temps en temps son regard vers la jeune femme pour s'assurer qu'elle allait mieux. Elle comprenait que le jugement des autres puisse être important pour sa meilleure amie, tout le mode n'acceptait pas ce qui lui était arrivé et Ayase était persuadée que si ça c'était passé au japon, sans qu'elle ne soit venue faire ses études ici, elle aurait aussi jugé Shin négativement. Mais ce pays avait quelque peu ébréché son éduction très traditionnelle. Alors qu'elle continuait de marcher, elle remarqua un banc un peu plus loin, à l'ombre et tourna son regard vers Shin.

« Ça te dit que l'on aille s'asseoir à l'ombre un instant ? »

Elle attendit la réponse de son amie en souriant. Quand celle-ci lui eut répondu de manière positive, la jeune femme se dirigea vers ce banc et s'assit. Elle garda le landau devant elle.

« Ça fait du bien de sortir un peu toutes les deux, tu ne trouves pas ? »

Elle ne comptait pas Kyang Ja, il était tellement calme que c'était comme si il n'était pas là.
electric bird.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Prenons l'air [Aya <3]   Mar 16 Sep - 12:09



Prenons l’air - Ayase

Aya et moi avions prévu de passer l’après-midi toutes les deux. Dernièrement, ça n’était pas beaucoup arrivé. Je devais m’occuper de Kyang Ja, qui avait un peu plus de deux mois, et il demandait beaucoup de temps. J’avais vu ma meilleure amie, mais à chaque fois je faisais autre chose en même temps. Mais cette fois, je n’allai me consacrer qu’à elle, même si mon fils était avec nous. Elle aimait beaucoup le petit, ça se voyait. Elle faisait partie des seules personnes à ne pas nous avoir jugés, au contraire, elle était heureuse pour nous. J’étais contente qu’elle l’accepte aussi facilement, ce n’était pas le cas de tout le monde. Les gens portaient un jugement sur nous, sans même se rendre compte de tout ce que j’avais traversé depuis que je savais que j’étais enceinte. Sans oublier Ki qui avait dû faire face à ses peurs. Lorsque je lui demandai si elle allait bien, elle me répondit que ça allait et me retourna la question. Moi, ça allait parfaitement. J’allais retrouver Ki ce soir !
Je m’étais préparée et j’avais frappé à sa porte. Nous nous étions saluées puis elle avait dit bonjour à notre enfant. Il commençait à faire des sourires, et je la laissai découvrir ce détail. Après quoi nous sortîmes pour nous diriger vers le parc. Je lui proposai assez rapidement de s’occuper du landau. Lors de sa première visite à l’hôpital, elle avait voulu refuser de le prendre dans ses bras, et je savais que c’était parce qu’elle avait peur de lui faire du mal. Je ne lui avais pas vraiment laissé le choix et elle l’avait tenu pendant quelques toutes petites minutes. Tout s’était très bien passé. Elle accepta et je lui laissai la place en souriant.

- J'ai l'impression qu'il est toujours aussi calme. Vous avez eu beaucoup de chance avec Ki-kun.

Je ris légèrement. Oui, Kyang Ja était un bébé plutôt calme, ce qui était étonnant. Quand j’étais enceinte de lui, il était tout sauf calme et ne faisait que bouger. Mais maintenant, il était discret. Bon, il l’était bien moins qu’à sa naissance, à croire qu’il avait enfin découvert qu’il pouvait pleurer. Alors ça lui arrivait quand quelque chose ne lui plaisait pas, particulièrement quand il avait faim et que je n’étais pas prête. Dans l’ensemble, il ne passait pas sa vie à pleurer, et c’était agréable. Mais il n’avait que deux mois, les choses allaient certainement changer.

- Il est moins calme qu’avant, tu sais … Mais c’est vrai que c’est un amour, il ne fait pas que pleurer. Je me demande quand ça va changer.

Je jetai un œil à notre fils, qui s’agitait tranquillement. Il avait l’air de somnoler en même temps, ce qui était amusant à voir. Dans quelques heures, son père allait revenir à Miami. J’étais tellement pressée de pouvoir me blottir dans ses bras et de retrouver sa chaleur et son odeur. J’avais peur, aussi, à cause des photos reçues durant son absence, mais j’étais vraiment heureuse de le revoir, ça passait un peu au second plan. Un écureuil passa devant nous et Aya me le fit remarquer. Je regardai le petit animal passer tandis qu’elle essaya d’attirer l’attention du petit. Pour l’instant, il regardait les choses, mais n’arrivait pas vraiment à les fixer. Il était curieux de ce qu’il voyait. Je me demandais ce qu’il voyait exactement. Sa vision était-elle devenue comme la nôtre ou avait-il encore du mal à bien distinguer ce qu’il l’entourait ? Toujours était-il qu’il était souvent intéressé par ce qu’il y avait autour de lui, peu importe la manière dont il le percevait. Nous nous remîmes en marche et nous nous mîmes à discuter. Mon amie me demandait si ça allait mieux avec le petit, j’avais l’air moins fatiguée. Je lui souris.

- Oui, ça va mieux. Je commence à m’habituer et puis il fait mieux ses nuits. C’est pas encore parfait, mais on est sur la bonne voie ! Tu ne l’entends pas pleurer la nuit, au moins ? J’ai l’impression que les murs ne sont pas très épais ici …

Elle me répondit et nous finîmes par arriver dans le parc. Les grands arbres projetaient leurs ombres sur l’herbe tendre ou les petits chemins de promenade. Il y avait quelques personnes présentes, profitant du soleil et du beau temps. Ce parc était souvent animé, ce qui était normal. J’aimais m’y rendre depuis mon retour à Miami. C’était une minuscule bouffée d’air ici, même si je n’étais pas seule. Avant, j’aimais me retrouver vraiment seul pour passer du temps à réfléchir ou à dessiner, mais étant enceinte, j’avais pris l’habitude de ne pas rester seule, au cas où il se produirait quelque chose. Et maintenant, je n’allais pas m’amuser à sortir des sentiers battus et à marcher dans les hautes herbes avec le petit. Ça me manquait sans me manquer, c’était une autre vie qui me plaisait tout autant.
Je baissai de nouveau les yeux sur le landau. Si je regrettais ce bébé ? Pas le moins du monde. Si on me donnait l’opportunité de revenir à ce jour où nous l’avons conçu en me prévenant de tout ce qu’il se passerait, je crois bien que je l’aurais quand même fait. Je n’avais pas fait que de bonnes choses, j’étais partie en abandonnant Ki. Ça, j’en avais honte, même si je l’avais fait pour nous protéger tous les trois, en partie. Je ne pouvais assumer ce que j’avais fait et aller faire face à lui. Pourtant, je l’aimais, mais j’avais du mal à soutenir son regard à l’époque. J’avais gâché nos vies, j’étais tombée enceinte. Il se voyait coupable de tout, je me voyais de la même manière. Je savais que nous prenions des risques à ce moment, mais je me disais que pour une fois, une minuscule fois, ça ne pouvait pas arriver, ça n’arrivait que dans les films de toute façon. Puis j’avais attendu d’être devant l’évidence, comme si ça allait changer quelque chose d’ignorer le problème. Pas une fois je ne lui avais parlé de la possibilité que je tombe enceinte, pas même avant de coucher avec lui, ni après. J’avais fait comme si le risque n’existait pas, tout simplement. J’avais eu envie de lui et c’était tout. C’était assez difficile sachant que je n’avais aucune expérience sexuelle avant lui, il était le premier, et avant ce jour je n’avais couché avec lui que deux fois. Maintenant, c’était trop tard et nous avions un magnifique petit garçon. J’étais fière d’avoir mis au monde son fils. C’était tellement étrange de me dire que j’avais sous les yeux un être vivant qui partageait une moitié avec lui et une moitié avec moi. Un parfait mélange de nous deux, le symbole de tout l’amour que je ressentais pour lui malgré moi. La preuve d’un lien des plus forts.

- Je suis pressée que Ki rentre, avouai-je en rougissant légèrement. Il me manque énormément. J’ai hâte qu’il voit les progrès de Kyang Ja ! Je ne lui ai pas dit qu’il souriait, je veux qu’il le découvre tout seul. Et depuis quelques jours, il fait des bruits comme s’il voulait communiquer …

J’étais fière de ce que mon fils faisait. Il n’avait pas trois mois et j’étais déjà gaga avec lui. Je n’imaginais même pas ce que ça allait donner quand il se mettrait à ramper, à marcher à quatre pattes puis à marcher, ou qu’il prononcerait « maman » ou « papa » pour la première fois. A bien y penser, c’était fou le nombre de choses que les enfants apprenaient dans les premières années. A la naissance, ils ne savaient rien faire, et ils emmagasinaient un nombre incroyable de choses. La marche, la parole, les gestes, la politesse, tout. Tout ce qui était tout à fait normal et automatique pour nous étaient des choses qu’ils apprenaient, parfois grâce à nous, d’autre fois en autonomie complète. Les bébés étaient tout bonnement stupéfiants, si on s’attardait sur eux. Ils n’étaient pas de simples larves bonnes à pleurer, manger et remplir la couche. Ils connaissaient une telle évolution que j’en était très surprise, et nous ne nous en rendions même pas compte. C’était ce genre de petits détails merveilleux que je découvrais au contact de mon fils, et j’en étais plus qu’heureuse. La vie m’avait donné la chance depuis que j’avais croisé la route de Ki. Il ne soupçonnait pas à quel point sa présence me faisait du bien et me rendait heureuse.

- Ayase … Je … j’aimerais te poser une question.

Je baissai les yeux et m’arrêtai. Je m’empêchai de jouer nerveusement avec mes mains. Aya avait accepté ce bébé à la première seconde sans jamais nous juger, c’était ce qui m’était apparu. Mais j’avais besoin de lui poser cette question, de lui demander et d’avoir une réponse sincère. J’hésitai un instant mais elle m’encouragea à continuer. Je relevai le regard vers elle.

- Qu’est-ce que tu … penses de ce que nous avons fait. Je veux dire, du fait que nous ayons un bébé à notre âge, par accident. Qu’est-ce que tu penses de nous ? De tout ce que j’ai fait moi, en partant comme je l’ai fait sans rien dire … Réponds sincèrement … s’il te plaît. Même si c’est négatif.


HRP : En fait, je me suis rendu compte que dans mon premier rp ça n’allait pas par rapport à la poussette, c’est mieux un landau parce qu’il est tout petit. Pardon pour la bourde, on peut repartir sur le landau et faire comme si je ne m’étais pas trompée ?
J’avais un deuxième truc à dire mais j’ai oublié le temps de finir mon rp /pan/ Ah si ! Pardon pour l’attente ♥
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Prenons l'air [Aya <3]   Ven 15 Aoû - 12:27


Prenons l'air
Shin & Ayase
La jeune nippone et sa meilleure amie s'étaient organisée pour passer l'après-midi toutes les deux. Elles devaient aller se promener au parc avec Kyang Ja. Elles avaient d'ailleurs de la chance, la météo avait prévu qu'il fasse beau. Le matin, la jeune femme avait fait le ménage à fond dans la chambre et dans sa salle de bain et avait mis pleins de choses qui pouvaient être dangereuses en hauteur au cas où Shin et Kyang ja restent dans sa chambre après la promenade. D'accord Kyang ja ne se déplaçait pas encore, mais on ne savait jamais donc elle préférait être prévoyante. Elle alla ensuite prendre une douche et s'habilla. Elle alla ensuite s'installer dans la chambre et se mit à écrire un peu en attendant l'heure de déjeuner puis le moment où Shin et le petit bout viendraient la chercher.

En début d'après-midi, alors qu'elle était en train de relire ce qu'elle avait écrit un peu plus tôt, quelqu'un frappa à la porte. Elle se douta que c'était sa voisine. Elle rangea donc son calepin d'écriture et alla ouvrir la porte. En voyant Shin et Kyang Ja, elle leur offrit un grand sourire. Shin lui fit la bise et la salua.

« Bonjour Shin-chan. Ça va et toi ? »

Shin lui répondit et la jeune femme s'accroupi devant la poussette de Kyang Ja. Elle lui tendit le doigt pour qu'il l'attrape et le bougea un peu pour amuser le petit garçon.

« Bonjour Kyang Ja. Tu as encore grandi depuis la dernière fois, je suis sûre que maman est au petit soin avec toi. »

Il était tellement adorable. Ella approcha son visage et déposa un bisou sur la joue du petit garçon. Elle récupéra ensuite son doigt et se releva. Avant qu'elles sortent, la jeune japonaise alla chercher son sac dans la chambre puis la ferma avant de quitter le bâtiment avec sa meilleure amie. Une fois en dehors de celui-ci, Shin rabattit la capote de la poussette pour protéger Kyang Ja du soleil. Alors qu'elles marchaient di rection du parc, Shin proposa à son amie de tenir la poussette. Bien-sûr, elle accepta, ce n'était pas comme le tenir dans les bras, là, elle ne risquait pas de le faire tomber, il était bien attaché. Shin se décala donc et Ayase se mit donc derrière la poussette et se mit à avancer doucement pour que Kyang Ja puisse observer les alentours.

« J'ai l'impression qu'il est toujours aussi calme. Vous avez eu beaucoup de chance avec Ki-kun »

Elle disait cela en plaisantant parce qu'elle savait bien, grâce au métier de sa mère que généralement les enfants en bas âge étaient de vraie pile électrique. Peut-être que Kyang Ja en deviendrait une en grandissant, alors autant en profiter maintenant. Alors qu'elles marchaient dans une des allées du parc, Ayase remarqua un petit écureuil dans l'herbe, elle prévint donc son amie avant de s'arrêter et de s'accroupir à côté de Kyang Ja pointant du doigt l'écureuil.

« Regarde Kyang Ja, il y a un écureuil là-bas. »

Elle suivit du doigt l'écureuil pendant quelque secondes avant qu'il disparaisse dans un arbre. Elle se remit ensuite derrière la poussette et se remit à marcher avant de tourner son regard vers sa meilleure amie, elle savait que Ki n'était pas là en ce moment, ça faisait plusieurs jours qu'elle ne l'avait pas croisé à la confrérie.

« Ça va avec Kyang Ja ? Tu me sembles un peu moins fatiguée, ça fait plaisir »

Quelques questions trottaient dans sa tête, comme par exemple, est-ce que i avait finalement accepté Kyang Ja ? Elle savait qu'il n'avait pas été des plus ravi d'apprendre la grossesse de Shin et elle lui avait d'ailleurs fait la tête quelques semaines à cause de ça. Mais maintenant ça allait mieux et elle lui reparlait. En même temps, elle n'osait pas demander, elle se disait que ça ne la regardait pas, que c'était quelque chose de privé.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Prenons l'air [Aya <3]   Mar 5 Aoû - 16:11



Prenons l’air - Ayase

Ki allait rentrer ce soir. Il m’avait envoyé un message pour me prévenir de la date de son retour et de l’heure d’arrivée de son vol. Depuis, je l’avais eu au téléphone. Plus le temps passait, plus il me tardait de le retrouver. Et en même temps, j’appréhendais le moment où j’allais le revoir. Ça faisait un peu plus d’un mois que je ne l’avais pas vu, et il me manquait. Pendant ce temps sans lui, j’avais travaillé un peu mes cours, je m’étais aussi occupée de notre fils, qui grandissait à vue d’œil. Et j’avais reçu des messages étranges d’un inconnu. Ces messages étaient des mises en garde envers Ki, des photos de lui avec une autre femme. J’avais confiance en lui, mais ces photos ébranlaient un peu cette confiance. Après tout, j’avais accouché il y avait peu de temps, et je n’avais pas perdu tous les kilos gagnés avec le bébé. Encore moins quand il était parti. Lorsque j’étais enceinte, il ne m’a pas touchée une seule fois, comme si je le repoussais. Pouvait-il aller voir d’autres filles ? Non, ça ne lui correspondait pas. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me demander qui elles étaient et quel lien ils entretenaient. Depuis réception de ces photos, je rassemblais tout mon courage afin de les lui montrer et de lui en parler. Ce soir serait nos retrouvailles, mais aussi le temps des questions. Si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferai jamais.

En attendant qu’il revienne, j’avais prévu de passer l’après-midi en compagnie d’Ayase. J’aimais aller au parc avec Kyang Ja pour le promener. Il faisait beau et il ne risquait pas d’être malade si je le couvrais assez. Et puis je pouvais prendre l’air, ça me faisait du bien. J’avais quelques courses à faire après ça, les derniers détails pour le retour de Ki. Je pensais qu’il allait être fatigué en arrivant, et j’avais prévu que tout soit prêt. Je me débrouillais un peu mieux en cuisine, même si je n’étais pas un cordon bleu. Ça ne serait pas aussi bon que si c’était lui qui l’avait fait, mais il aurait un repas fait maison en rentrant à la maison.
Kyang Ja venait de finir de manger, et j’entrepris de le changer. Il allait avoir bientôt deux mois et c’était fou les progrès qu’il avait faits. Il faisait mieux ses nuits, je me levais moins souvent pour lui donner le sein. Ses mouvements étaient moins saccadés, j’avais l’impression qu’il me suivait du regard parfois. Sans oublier ses petits sourires. Depuis une ou deux semaines, il commençait à me sourire quand je lui parlais. Je n’avais rien dit à Ki, je voulais lui faire la surprise quand il rentrerait. J’étais émerveillée à chaque fois que mon fils faisait quelque chose de nouveau, et ce n’était que le début. Les mois qui allaient suivre allaient être une succession d’apprentissages.

Une fois qu’il fut habillé et prêt à sortir, je le pris dans mes bras pour le déposer dans la poussette qui l’attendait. Il émit un gazouillis et je souris en entendant sa petite voix de nourrisson. Ça, ça ne faisait que quelques jours qu’il le faisait. Il émettait des sons qui ne ressemblaient à rien, mais il faisait du bruit, et c’était tellement adorable. A sa naissance, il était un bébé très calme et ne pleurait pas souvent, ce qui m’avait étonnée. Depuis, il avait appris à pousser un peu de la voix quand il n’était pas content, c’est-à- dire quand il avait faim, par exemple, et que ça ne venait pas assez vite. Dans l’ensemble, il restait quand même plutôt silencieux et ne m’en faisait pas voir de toutes les couleurs. Je me baissai à son niveau et le regardai, un long sourire aux lèvres.

- Tu es prêt pour une petite promenade ? Lui dis-je en coréen. On va chercher Tata Ayase dans la chambre juste à côté, et après on va voir le soleil, d’accord ?

La plupart du temps, je lui parlais dans ma langue natale. Il n’y avait qu’avec Ki et Jun que je ne parlais pas anglais, et bien sûr à mon fils. Je savais que Ki et moi voulions tous les deux lui apprendre cette langue dès la naissance, puisque nous allions retourner en Corée un jour ou l’autre. Sans oublier que les enfants bilingues étaient généralement plus ouverts d’esprits, plus intelligents et plus généreux que les autres. Et puis connaître l’anglais en plus de sa langue d’origine allait être un avantage pour lui, avantage non négligeable. Je vérifiai que j’avais bien toutes les affaires dont il aurait besoin avant de récupérer mon sac avec mes papiers. Je vérifiai que rien n’était resté ouvert avant de sortir en fermant la porte à clef. Puis j’allai frapper à la porte voisine.
En attendant qu’elle ouvre, le vérifiai ma tenue. Je portais une robe d’été avec des ballerines. Elle me tombait au-dessus du genou. Je venais de l’acheter pour le poids que j’avais perdu depuis mon accouchement, et je la portais pour la première fois. Elle devait être la robe la plus courte que je possédais, bien que je n’en possédais pas beaucoup. Il allait falloir que je m’y habitue, elle me plaisait bien sinon. Et à Ki, allait-elle plaire ? J’inspectais mes ongles, ça faisait des mois que je n’avais pas mis de vernis. J’avais pris quelques minutes pour faire une petite manucure rapide afin d’être impeccable pour le retour de Ki. Si je faisais attention, ça tiendrait même pendant que je ferai à manger. La porte finit par s’ouvrir sur mon amie et je lui souris. La poussette était à côté de moi et ne me gêna donc pas pour que je lui fasse la bise.

- Coucou Aya ! Comment tu vas ?

Elle me répondit et s’accroupit pour dire bonjour à Kyang Ja. Je la regardai faire en souriant. Il lui rendit ses sourires en gesticulant, ce qui me fit légèrement rire. Il semblait la reconnaître quand il la voyait, ou alors il reconnaissait sa voix. Nous finîmes par sortir du bâtiment des Alpha Psi et par prendre le chemin vers le parc. Ce n’était pas très loin à pied, et ça allait certainement nous faire du bien de marcher. Je vérifiai que mon bébé n’était pas agressé par les rayons du soleil et finis par rabattre légèrement la capote de la poussette au-dessus de sa tête. Je ne voulais pas qu’il attrape une insolation, lui qui était encore si jeune et si fragile.

- Tu veux tenir la poussette ? Finis-je par proposer à mon amie en souriant.

Elle accepta avec enthousiasme et je la laissai prendre place derrière la poussette, gardant un œil sur le petit qui somnolait à l’intérieur.


HRP : Comme je te l’ai dit, je me suis permis de PNJiser un tout petit peu Aya, si tu veux que j’enlève ou rajoute quelque chose, je le ferai avec plaisir ^^
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Prenons l'air [Aya <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prenons l'air [Aya <3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours Scientifique #3] Prenons le taureau par les cornes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: