AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]   Lun 8 Sep - 15:06

Dire qu’il y avait encore tout juste deux minutes je dormais paisiblement, me laissant griller au soleil, paisiblement. Et voilà que tout est ruiné en deux trois mouvements. Sans trop comprendre ce qu’il se passe je sens quelque chose m’appuyer frénétiquement sur le bide, et une voix qui parvient à mes oreilles, sans pour autant comprendre ce qui était dit. Je finis par ouvrir les yeux, un peu décontenancé, et coupé en plein rêve, et relève mes lunettes de soleil, pour voir qu’une blonde me parle. Au début, je ne fais que voir des lèvres bouger, sans en comprendre le sens, puis la voix me paraît plus claire. « … la marée va te bouffer les pieds. » Je ne saisis pas bien ce qu’une marée pouvait bien foutre, puis mon cerveau fait TILT. Je me relève, brusquement d’ailleurs, et vois que je suis à deux doigts de me faire avaler au sens littéraire du terme par la mer, qui monte tout doucement. Et dire qu’il y a deux heures elle était encore si loin… Je prends mes affaires en catastrophe et les fourre dans mon sac sans plus attendre, avant de remercier la jeune fille. « Si l’eau m’avait réveillé ? Je ne parierais pas là-dessus, parfois j’ai un sommeil tellement lourd que j’aurais pu finir noyé comme un con. » Avouais-je. Le sommeil c’était sacré, et il était vrai que la nuit rien ne me réveillait, pas même une fanfare en répétition à côté de mon lit. Après l’eau c’était sans doute différent, ce n’était pas du bruit, mais bien une sensation. Enfin, je ne veux pas m’imaginer, je suis juste bien content qu’elle ait été là à ce moment précis. Si ça n’avait pas été le cas… Et bien je ne veux même pas y penser.

Alors qu’un blanc s’installe, et que dans un sens je me sens redevable, je finis par reporter toute mon attention sur le bar, où l’effervescence règne, mais qui m’appelle au loin. Se poser, à l’ombre et se rafraichir, c’est tout ce que mon corps brulant réclame après ces heures d’exposition. Je vois des gosses courir inconsciemment des glaces en main, et me voilà attiré. J’en profite pour lui demander de m’accompagner, et comme je m’y attendais elle accepte. En même temps qui n’aimait pas les glaces dans ce monde ? Surtout ici à Miami ? La glace c’était le bonheur extrême, comme du nectar d’Ambroisie pour les Dieux. Le moyen entre autre de mieux supporter la chaleur étouffante.

Suite à ma demande, nous voilà en direction du bar, les pieds qui brulent sur le sable chaud, et pas un pet de vent. Le ciel est bleu, parfait, et le soleil rayonne, chauffe, tape, tel un charbon ardent. Ce n’est presque pas supportable. Une fois arrivés sous les parasols, je lorgne sur les glaces, et sur les filles présentes. Bien gaulées, je peux m’empêcher de reluquer, tandis que la file se vide peu à peu devant nous. Je me tourne alors vers ma nouvelle rencontre et finis par me présenter. « Nawel, mais appelle moi Nana. » Nana ? Ce surnom me dit quelque chose, et je me mets à creuser dans ma petite tête d’où j’ai pu entendre ce surnom. Puis je frappe mon poing au creux de la paume de mon autre main. « Mais bien sur, t’es une amie à Nina pas vrai ? » Bon je n’en savais pas plus, mais j’avais entendu vaguement parler d’elle, discussion entre Nina et Nathan si je me souviens bien, mais bref, au moins ça m’évite d’avoir à y réfléchir toute l’après-midi.

Les gens d’avant nous partent et nous voilà face à la vitrine, et face à un choix considérable de parfums, je ne sais où donner de la tête, tout me donne envie, et si possible je prendrais une boule de chaque. Je salive devant, quand Nana m’interpelle. « Après j’imagine que trois ou quatre ça doit pas changer grand chose pour eux, puis c’est tout bénèfe pour eux, tu crois pas ? » Dis-je, avant de continuer à faire mon choix. Chocolat, c’était sur, mais les deux autres goûts, j’en avais aucune idée. « Tu sais déjà quoi prendre ? » Lui demandais-je sans pour autant quitter des yeux le bac où était marqué Smarties. « Glace Smarties ça doit pas être mauvais ça. » Marmonnais-je, parlant à haute voix. J’avais l’air d’un fou, et les gens s’impatientaient derrière moi, tandis que ma nouvelle connaissance s’empressa d’appeler une serveuse, pour commencer à commander. « Non vas-y toi d’abord, je suis face à un énorme dilemme là. » Dis-je comme si c’était un cas d’extrême urgence et que j’allais devoir choisir entre couper le fil rouge ou le fil bleu. Pourtant, c’était sérieux ce choix de glace, quoiqu’après je pouvais toujours venir en payer une autre…

Finalement, après plusieurs minutes d’hésitation, je finis par décréter que le gout caramel salé serait plus judicieux que Nutella vu que chocolat s’en rapprochait déjà énormément. Du coup, après qu’elle ait fini sa commande, je me plaçais face à la nana. « Une boule chocolat, une Smarties et une caramel salé. » Elle acquiesça et s’exécuta à faire nos glaces. J’étais ravi parce qu’en plus elle nous mettait pas des doses de pédé. Après avoir payé, et récupéré nos biens, on s’installa à une table bien à l’ombre. « Bon, j’allais te demander si t’étais nouvelle par ici, mais si t’es une pote à Nina, tu dois être à Wynwood toi ici. Seulement, j’ai pas souvenir de t’avoir croisé, pourtant tu dois être une Eta Iota, non ? » Lui demandais-je pour engager la conversation, tout en commençant à piocher dans ma glace à l’aide de la micro cuiller en plastique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]   Lun 1 Sep - 15:22

Idiot, la marée va te manger les pieds si tu restes là !

Sasha & Nawel



He oh le narvallo, faut se réveiller ! Sinon ta la marée qui va te bouffer les pieds.

Et là, le grand dadais à les yeux ouverts. Et comment dire, il c'est relevé d'un bond, en jurant, tout en rattrapant ses affaires. En se levant, il avait même faillis me mettre un coup à la tête, geste que j'avais esquivé en reculant rapidement.

Si t’avais pas insisté, je pense que je serais parti avec la vague. En tout cas merci, parce que pas beaucoup feraient ça, se soucier des autres.

Oh tu sais, j'aurais aimé que quelqu'un le fasse comme moi, donc bon. Au pire, l'eau t'aurais p'tre réveillé à temps non ?

Je lui adressais un sourire franc pour constater que je n'attirais nullement son attention. Il était tout simplement occupé à lorgner sans retenue sur le bar de la plage.

Bon, je sais ça va te paraître cliché, mais à voir tous ces mômes courir dans tous les sens avec une glace, ça m’a donné envie, t’en veux une ? Vois ça comme une façon de te remercier.

Une glace ... Une glace ? Oh oui ! Par cette chaleur accablante, un peu de fraicheur serais la bienvenue. J’acquiesçais de la tête, me mordillant légèrement la lèvre inférieur, mes papilles frémissant d'avance. Cela faisait même bien longtemps que je n'avais pas craqué pour la douce saveur d'une glace, faisant attention à ma ligne. Mais bon, je pouvais bien faire une entorse à ce petit régime que je suivais non ? Allez zou, ça ne me ferais pas de mal !

Sur le chemin vers le bar de plage, j'en profitais pour observer le jeune homme que j'avais peut-être sauvé d'une catastrophe. Il était grand, une coupe de cheveux digne des chanteurs adoré par des gamines de douze ans, ainsi que des petites muscles à croquer. Il marchait quelques pas devant moi, je pouvais donc l'observer à loisirs. Un vrai plaisir pour les yeux ce jeune en tout cas.

Alors que j'étais en train d'observer son dos, et il se retourna prestement, et se mit à marcher à reculons le temps que je sois à son niveau avant de se remettre dans le sens de la marche.


Au fait, moi c’est Sasha, et tu es ?


Encore un petit bleu qui ne me connait pas. Brr, ça fait mal quand même. Un tout petit peu certes, mais quand même. Dire que j'avais était la chef des Eta Iota pendant presque une année scolaire, et que maintenant plus personne ne savait qui j'étais. Au moins, je pouvais repartir de zéro avec ces gens là. Jamais il ne saurait que j'étais une vieille coincé ou que je n'avais jamais était attiré par l'alcool. Allez, nouvelle Nana, nouveaux amis.

Nawel, mais appelle moi Nana.

Nana. C'était comme ça que m'appelais Nina. Petit surnom qui maintenant est resté et que je préfère même à mon vrai prénom. En tout cas, ce charmant jeune homme s'appelais Sasha. Ca me disait quelque chose, sans toute fois rien me rappelais. Peut-être qu'en creusant un peu ça me reviendra.

Nous sommes maintenant devant le bar, et je regarde les différents parfums disponibles. Il y a en tant que l'on pourrait faire un arc-en-ciel avec les couleurs. Le choix va être dur. Je me tourne alors vers Sasha et je lui demande :

Combien de boules ? Une, deux ou trois ? Je doute qu'ils aient des cornets à quatre, mais on ne sait jamais.

Le voyant prendre son temps à répondre, je me penche sur le comptoir du bar, appuie sur la sonnette. Une jeune fille se redresse alors de dessous le comptoir et nous adresse une grand sourire tout en nous demandant ce qu'elle peut faire pour nous.

C'est possible d'avoir des boules de glaces s'il vous plait. Un cornet gaufré pour chacun s'il vous plait.

Je me retourne alors vers Sasha et lui dis :

Alors t'as fait ton choix ? Sinon je commence.

Devant sa mine déconfite, je lui tire doucement la langue, juste de quelques petit centimètre, comme le ferais un enfant.



made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]   Ven 4 Juil - 13:16

Nana ∞ Sasha
La marée va te manger les pieds :P
Quoi faire ? Je crois que cette question revient trop souvent pour que je puisse me souvenir quand exactement je ne me la suis pas posée… De toute façon, il fallait s’y attendre, les vacances c’est ça : si t’as rien prévu, tu t’ennuies, tu restes seul dans ton coin, et tu te fais littéralement chier, tournant en rond dans ta chambre pendant vingt minutes à enfin te décider. Bon, la plupart du temps je finis sur Facebook, et tous les réseaux sociaux à actualiser mes pages toutes les cinq minutes, et c’est pas très constructif.

Avec tout ça, j’arriverais presqu’à regretter les cours, et je dis bien presque, parce qu’à part meubler le temps, et ne pas avoir à se demander sempiternellement comment on va occuper ses journées, ça me soule tout autant que rien faire. Compliqué, chiant, et bien oui, mais qui ne l’est pas. Quand on est en vacances, on râle, quand on est en cours aussi. Comme ça, on est tous d’accord sur le fait qu’on n’est jamais content. C’est du joli.

Et encore aujourd’hui, je trainais en sous-vêtements dans ma chambre à me demander ce que j’allais faire, entrainant dans mon questionnement tout un raisonnement philosophique à deux balles. L’enfermement doit me rendre dingue, ce n’est pas possible autrement, je ne vois pas d’autres raisons qui pourraient me pousser à faire monter la réflexion à un tel niveau que je serais opérationnel pour aller en cours. Enfin bon. Après une matinée à déambuler telle une âme en peine dans les couloirs des Pi Sigma, j’ai entrepris de regarder par la fenêtre, m’aveuglant au passage par la très forte lumière émise par le soleil. Il fait beau, il fait chaud, c’est l’été. La saison que j’aime le moins. Quoi ? Vous ne vous y attendez pas à celle là, pas vrai ? Et pourtant, je ne suis pas un grand fan de la période estivale. Alors oui certes, y a les fêtes, les vacances, les voyages, la plage, la mer, on peut bronzer, se baigner, et très franchement j’adore ça, sauf la chaleur qui vient ponctuer le tout. Enfin, vous me direz, sans chaleur ça donne tout de suite moins envie. Mais trop étouffante, je ne peux pas. J’ai l’impression d’être un cadavre, qui transpire jour et nuit, incapable de bouger de peur de mourir de chaud, à se terrer dans un coin bien frais de la cave, et à dormir avec un ventilo aussi compétent qu’un moteur d’avion. Franchement, c’est trop. Et le pire, c’est que même à poil, y a aucune différence. Tandis qu’en hiver, si on a chaud, on peut toujours enlever son pull, son écharpe, mais en été, tu peux pas enlever ta peau. Et les solutions sont diverses : passer sa journée sous une douche froide, ou rester cloitré entre quatre murs –pièce équipée d’une clim je précise, sinon c’est pire qu’un four-, ou alors aller à la piscine, à la plage, ou toute activité liée à l’eau, et donc le rafraichissement.

Enfin, tout ça pour dire, que j’avais fini par me décider à aller à la plage en cette après-midi ensoleillée, ou la température avait très certainement dépassée les quarante degrés. Mon seuil de tolérance déjà dépassé depuis au moins vingt degrés, j’avais passé ma matinée à m’asperger de l’eau en spray, en vain.

J’enfilais un maillot de bain,qui faisait également office de bas -ou presque-, un marcel, un sac avec serviettes, crème solaire, huile, bref tout le tsoin tsoin, et pris la direction de la sortie de Wynwood, équipé d’un couvre-chef et de mes lunettes de soleil. La plage n’était pas trop loin, et de peur de me cramer le cul en m’asseyant sur les sièges en cuir de ma voiture, je préférais encore me déplacer, et ne pas avoir à gérer en plus un sauna mobile.

Une fois sur la plage, je posais mes effets dans un coin assez isolé, relativement paranoïaque quant à la possibilité qu’un fouineur vienne faire ses emplettes dans mon sac, puis ôta mon t-shirt avant de me diriger sans plus attendre vers la mer. Elle m’appelait, me tendait les bras, et je plongeais dedans sans plus attendre. Et qu’est-ce que ça faisait du bien !

Je barbotais ainsi pendant deux bonnes heures, à nager de ci et là, faire des allers retours, et c’est seulement quand le froid commença à se faire ressentir que je me décidais à sortir la tête de l’eau, me dirigeant vers ma serviette où je m’asseyais dans un premier temps. Très soucieux de mon corps, je n’hésitais pas à me tartiner de crème, histoire d’acquérir un beau bronzage, et non une couleur rouge écrevisse comme je redoute tellement. Mais en tant qu’anglais, avec une peau blanche de nature, je n’avais pas réussi à tant m’adapter au soleil de Floride. Certes, j’avais une peau quelque peu halée, mais comparé aux autochtones, j’étais un cachet d’aspirine. Ce pourquoi, pour compléter la crème de protection, j’ajoutais un peu d’huile, histoire de me faire dorer comme une pomme de terre au four, puis m’allongeais sur le dos, enfilant mes lunettes et mon chapeau pour ne pas que mon visage soit exposé.

Et je dois dire qu’à partir de ce moment, je n’ai pas trop de souvenirs. Apparemment, je m’étais endormi, et c’est une voix féminine qui me sortit de mes rêves. Au début, je choisis de ne pas faire attention, pensant que ça ne me concernait pas. Puis surtout narvallo, c’est quoi ? En tout cas, ça ne me concerne aucunement, ce pourquoi je ne fais pas mouche, et tente de me concentrer sur autre chose, comme les nuages et leurs formes changeantes. Je me sens bien ici, et l’air marin me souffle dessus, me rafraichissant davantage qu’à mon arrivée.

Je ne bouge pas, et la voix s’amplifie elle continue d’appeler, jusqu’à ce qu’un orteil vienne se pointer pile dans mon ventre. Ca je m’y attendais pas. Seulement je ne bronche pas, espérant que l’auteur de ce geste se casse vite, et bien, cependant, elle est persistante, et se permet de retirer mes lunettes. Là c’est bon, c’en est trop.

He oh le narvallo, faut se réveiller ! Sinon t’as la marée qui va te bouffer les pieds.

Sur le coup, je la regarde incrédule, me demandant dans quel délire elle était, à venir me voir en me parlant de bouffe. Puis, deux secondes plus tard, je comprends. Je me redresse, les yeux bien ouverts, et je vois que la marée a monté, et à un tel point que si je restais ici, dans deux minutes j’étais englouti par les vagues.

Oh putain, lâchais-je, avant de me lever d’un coup sec, attraper mes affaires, et les fourrer dans mon sac. Je me tourne vers la demoiselle : Si t’avais pas insisté, je pense que je serais parti avec la vague. En tout cas merci, parce que pas beaucoup feraient ça, se soucier des autres.

Je me reculais un peu, voyant l’eau s’approcher de plus en plus, puis je regardais autour de moi, jusqu’à méchamment loucher sur le bar de la plage.

Bon, je sais ça va te paraître cliché, mais à voir tous ces mômes courir dans tous les sens avec une glace, ça m’a donné envie, t’en veux une ? Vois ça comme une façon de te remercier, dis-je.

Plus cliché, y avait pas. L’idée de la glace, ou du verre, sauf que là c’était vraiment une action sincère de remerciement, pas un truc mal placé pour la pécho ou un truc dans le style, non vraiment pas.

Au fait, moi c’est Sasha, et tu es ? Demandais-je ensuite, curieux de savoir à qui j’avais à faire.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]   Lun 30 Juin - 22:28

Idiot, la marée va te manger les pieds si tu restes là !

Sasha & Nawel


Samedi 28 Juin 2014, 16h30

Je regardais mon portable, allumant et éteignant l'écran toutes les deux secondes pour vérifier l'heure. Pourquoi ? J'en savais rien... J'étais sur la plage, allongée sur le sable, à dorer doucement au soleil. J'avais déjà une peau avec un jolie teint de pêche, et je fais bien attention à l'entretenir sans attraper un seul coup de soleil. Ayant une vraie peau de blonde, je passais généralement de la phase cachet d'aspirine à celle d’écrevisse écarlate pour ensuite peler et reprendre ainsi le cycle infini. C'était même un miracle que j'arrive à avoir cette teinte. Merci l'écran total avec petite aide au bronzage.

Mais voilà, cela faisait depuis le début de l'après midi que j'étais là, à bronzer sur la plage. J'avais finis mon bouquin, feuilleter trois fois mon magazine people et glamour, mais seul résider le fait que je m'ennuyais mortellement. J'avais même fait une sieste, cela n'avait servis qu'à me faire gagner une demie heure. Mais pourquoi, si je m'ennuyais tant, je ne rentrais pas ? Pourquoi ? Vous me le demandez ? Mais avez-vous déjà mis les pieds chez les lambdas ? C'est la pagaille, les chambres sont petites, il y a pleins de gens qui sont là, à attendre d'être admis dans une confrérie ou bien à se lamenter car ils n'appartiennent à aucun groupe, ne rentre dans aucune case. Je me sens mal là bas, ma confrérie me manque, les Eta me manque, ma Ninou me manque. Je serais bien aller chez elle, mais je n'avais pas envie de tomber sur le prétentieux chef des Pi Sigma. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais je ne pouvais pas le voir, c'était presque physique. Le voir revenait à l'envie de mettre un poing dans sa petite tête d'ange bâtard. P'tre parce que ce débile avait brisé le bonheur de mon ancienne coloc, qu'il avait pris la place d'un autre dans son coeur, qui l'a faisait souffrir. Bref, je sais pas si un jour je pourrais l'aimer, ou même tout simplement l'apprécier.

Mais là n'était pas le problème. J'étais cantonné chez les Lambdas, dans le 'Dortoir', en attendant que je me trouve un appart si l'an prochain je restais à Wynwood. Je ne m'y sentais pas à l'aise, du coup, j'y passais le moins de temps possible.

Samedi 28 Juin 2014, 16h45

FUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU*K ! J'en ai marre. Trop c'est trop. Je rentre vite fait au dortoir, je me prends un autre bouquin et des écouteurs et je reviens. J'en peux plus de m'ennuyer à mourir ici.

Je me relève, secoue ma serviette, époussette mon maillot et range mes affaires sous le bras. De toute façon, il était temps de bouger, la marée était en train de remontée. La mer ne se trouvait plus qu'à quelques mètres, et je ne voulais pas risquer d'être réveillé par le chatouillement de l'eau sur mes pieds s'il m'avisait de m'endormir encore une fois. Je vérifiais que je n'avais rien oublié sur le sable, tournait sur moi même quand là je le vis. Un idiot, un abrutis profond je crois même. Il était là, allongé sur le sable, la mère à moins d'un mètre de lui. La personne avait une grosse touffe de cheveux, du coup, je ne voyais pas forcément super bien si c'était une fille ou un garçon. Mais en me décalant un peu, je vis que la personne était torse nu. Donc à moi que ce ne soit une fille maigrichonne comme Kristen Stewart avec pas de sein au possible, qui plus est monokiniste, ce devait être un mec. Je m'approche doucement, à pas de velours sur le sable brulant pour voir de plus près l'énergumène. Bof, encore un crétin obsédé par son corps : abdos bien dessiné, p'tit bermuda qui se met bien pour aller à la plage, grosse touffe de cheveux bouclés, bronzage impec. Bref, un mec narcissique. Je me retourne, voit la marée qui remonte, et du bout du pieds touche les côtes de l'énergumène. Aucune réaction ! Je retente, un peu plus fort, en parlant :

He oh le narvallo, faut se réveiller !

Toujours aucune réactions. Changement de tactique. Je lève un peu plus haut mon pieds, je le frotte doucement contre ma jambe pour en retirer le sable. Ce serait bête que du sable se coince dans le caleçon de monsieur hein ? Je pose mon gros orteil sur son ventre, à quelques centimètres du nombril, et appuie plusieurs fois en répétant ce que j'ai dis juste avant :

He oh le narvallo, faut se réveiller !

Aucune réaction. Non mais vraiment, c'est pire que dormir là. P'tre qu'un coup de pieds au milieu des bijoux de famille le ferait réagir non ? Mais c'est p'tre un peu trop extrême. Je veux juste le prévenir que la marée est en train de montée et qu'il va finir emporter au loin, dans les vagues, puis mourir noyé dans le courant.

Et si il avait eu un problème, un AVC ou un je ne sais quoi ? C'était pas un bodybuilder, mais s'il avait pris des médocs, p'tre qu'il avait fait un malaise ? Brusquement inquiète, je m'accroupis en vitesse à côté de lui et tâte son poignet à la rechercher de son pouls. Ouf, je le sens sous mon index. Bon maintenant, il faut vraiment que je le réveille. Je me place derrière lui, mes genoux derrière sa tête, lui ôtes ses lunettes de soleil et lui beugle dessus :

He oh le narvallo, faut se réveiller ! Sinon ta la marée qui va te bouffer les pieds.

Et là, le grand dadais à les yeux ouverts.


made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Idiot, la marée va te manger les pieds [ Sasha ♥ ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Un étrange marécage : Qu'allons nous y découvrir ?[FlashBack Berenice, Tatsou, Phoebe Bellamind, MS]
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» batailles du Maréchal NEY
» Les maréchaux de l'empire Soult

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: