AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Lun 6 Oct - 23:09

Paytah Yellow ∞ Sasha B. Cobb
Don't be affraid and go!
SSasha parut surpris de la réponse de Pay au sujet du verre qu'il refusait de boire.
« Pas prêt à quoi ? Sérieux ? Ce n’est pas faire l’amour au verre que je te demande (Pay pouffa de rire), c’est juste boire une gorgée. Enfin bref laisse tomber. », lança t-il.
Pay refusa encore une fois de boire. Il n'était pas prêt. Boire ? Hors de question !
« Donc en gros, t’attends avec impatience qu’un proche à toi crève pour essayer l’alcool ? Putain ça ne doit pas être bien joyeux chez toi dis donc pour en venir à penser d’une telle façon. »
Pay hocha la tête. C'est exactement ce qu'il attendait pour se lancer. Il lui fallait une occasion.
Le Pi Sigma était très choqué de la réaction du petit Sioux : « Au dessus de tes forces, qu’est-ce qu’il faut pas entendre… », lança t-il par dessus le marché. Pay fit un petit sourire en coin puis soupira. C'était ses choix, non ?
Puis la discussion tourna sur Ty. Pay avoua à Sasha que Ty était son cousin. Sasha lui dit qu'il avait « du mauvais sang dans les veines ». A cela, Pay fronça les sourcils et demanda : « Pourquoi ? ». Puis, il dit que Ty était un petit rigolo.
Quand le jeune innocent annonça au brun aux cheveux bouclé que son cousin était jaloux de lui, le brun se mit à rire. Pay acquiessa en disant que Ty était jaloux de lui parce qu'il était mieux que Ty et qu'il avait plus de talents.
Pay était en effet le plus mignon et le plus cool de la famille Yellow.
Sasha lui confirma que Ty était vraiment un mec inconscient. Pay hochait la tête, montrant qu'il savait de quoi il parlait. Sasha lui appris que Ty avait faillit le tuer deux fois. Le petit cousin du célèbre SM de Wynwood écarquilla ses yeux et dit : « Vraiment ? Mais c'est du n'importe quoi là !  Qu'est-ce qu'il t'a fait au juste ? ».

La conversation tourna sur les PS, confrérie que Pay rêvait d'intégrer.
Il reconnu qu'il était loin d'être un PS. Sasha lui dit qu'il fallait qu'il s'intègre bien vite car la vie des PS allait à 100 à l'heure. Pay hocha la tête et déglutit. Il devrait faire vite pour changer et devenir un PS, mais ce serait dur, très dur !
 « Bienvenue à Miami. D’ailleurs tu viens d’où ? »
« Merci. Je viens de Cheyenne River, une réserve Sioux Lakota dans le Dakota du Sud. C'est pas très connu. Pine Ridge est plus connu. C'est une autre réserve Sioux. », répondit le jeune brun en souriant.
Sasha parla un peu de la confrérie au nouveau wynwoodien. Il lui dit que les PS jetaient les filles et les utilisaient comme bon leurs semblaient. Il fallait en gros manipuler les autres et écraser les plus faibles. Pay écoutait avec attention, absorbé par les paroles de celui qui s'était déguisé en Harry Potter quelques jours plus tôt.
Ce dernier ajouta que Pay devait enlever le mot Fairplay de sa définition. Pay hocha la tête. Les PS n'étaient donc pas fairplay. Pay apprenait beaucoup de choses sur les PS avec Sasha en peu de temps. C'était super ! C'était vraiment super cool !
Sasha revint à la charge sur Ty et cette fois Pay se mit en colère. Le Sioux se disait quelques fois que Ty devait être amoureux de lui, et il se méfiait beaucoup de Ty pour ça. Sasha dit qu'il plaisantait, ce qui calma le jeune Sioux.
Sasha sonna ensuite de précieux conseils à Pay pour sa fête. Le jeune brun retînt qu'il fallait apporter différentes boissons, même des boissons alcoolisées, faire un programme sympa et intéressant, de la bonne musique et de l'animation. Sasha lui demanda si il voyait le truc.
Pay hocha la tête puis remercia Sasha et lui fit un grand sourire.
Puis, il regarda l'heure, et vu qu'il était tard.
« Désolé, mais je dois y aller ! Merci encore ! A bientôt j'espère ! ».
Pay s'était fait peut être un ami. En tout cas, Sasha serait d'une précieuse aide pour l'aider à devenir un PS.
Pay recommanda de l'eau, bu le verre, paya le barman, salua Sasha de la main et disparu dans la foule de danseurs. Il sortit dehors et remonta la rue à pied puis, enfourcha sa moto et disparu dans la nuit, direction sa chambre de PS à Wynwood.

FIN POUR PAY
PS/HRP: Pas grave pour le retard :)
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Lun 8 Sep - 1:44

Sincèrement, je ne savais pas ce que je foutais là, à discuter avec un type qui me faisait clairement sa campagne de pub pour entrer chez les Pi Sigma. Un politique. Ouais, aussi ridicule qu’un politique qui tentait d’avoir des voies pour être élu, sauf qu’il était pas tombé sur la bonne personne –bien que je sois cent mille fois plus indulgent que Nathan-. Il espérait je ne sais trop quoi, avec son sourire commercial et son aspect Sainte Nitouche « je bois pas, je fume pas, je me drogue pas, je suis aussi blanc que la neige ». Les mères Teresa et compagnie n’étaient pas acceptés dans une confrérie, surtout s’ils refusaient catégoriquement d’être pervertis un minimum, parce qu’en l’occurrence, en plus de manquer incroyablement de charisme, me donnant envie de me planter un couteau en plein cœur, il était incapable de boire ne serait-ce qu’une gorgée de mon verre, ne se sentant pas prêt. Ma main menaçait d’aller s’entrechoquer avec mon front, pour montrer ce que je ressentais actuellement, cependant tout ce qui transparaissait était un air surpris. « Pas prêt à quoi ? Sérieux ? Ce n’est pas faire l’amour au verre que je te demande, c’est juste boire une gorgée. Enfin bref laisse tomber. » Ce mec était une blague à lui tout seul de toute façon, vu la façon déplorable qu’il avait de raisonner. « Donc en gros, t’attends avec impatience qu’un proche à toi crève pour essayer l’alcool ? Putain ça ne doit pas être bien joyeux chez toi dis donc pour en venir à penser d’une telle façon. » J’en revenais limite pas, de la connerie incommensurable qu’il venait de me dire. « Au dessus de tes forces, qu’est-ce qu’il faut pas entendre… » Marmonnais-je, continuant à boire sagement mon verre. Je ne savais pas sur quel énergumène j’étais tombé, mais il tenait une sacrée couche, pour le peu que j’avais pu voir. Et dire qu’il nous avait dit à la soirée qu’il espérait devenir PS, alors qu’il était incapable de juste tremper ses lèvres, j’avais peur pour la suite, il allait me dire quoi ? Qu’il était puceau ? Je crois que de toute façon on pouvait pas tomber sur pire crétin, enfin il semblait sur de lui, ce qui était fascinant malgré tout.

En plus, il semblait avoir un lien très proche avec ce qu’on pourrait presque appeler l’ennemi juré de la confrérie : Ty. Après avoir fais un souk monstre, en menaçant Nathan tel un jedi des temps modernes, il avait signé son arrêt de mort auprès de la confrérie, et Paytah semblait le connaître plutôt bien, voire trop. Mais évoquer la possibilité d’une relation entre les deux faillit tuer Paytah sur le champ. « Moi sortir avec Ty ? Tu plaisantes j’espère ? » « Non, je demande ça sérieusement. » « … C’est parce que nous sommes malheureusement cousins. » « Ah cousins, tout s’explique. Fin quoique pas de chance pour toi, t’as du mauvais sang dans les veines du coup, ce type est un peu frapadingue. » Ouais, j’avais pas peur de parler ainsi de son cousin devant lui. De toute façon, j’étais franc, et je disais toujours ce que je pensais, tant pis si les gens le prenaient mal ou pas, j’avais aucun tact, et je ne prenais que rarement des pincettes avec les gens. J’avais une façon de dire les choses plutôt crues, parfois un peu cyniques, voire même méchant, mais j’étais comme ça. « Jaloux ? De toi ? » Sans trop savoir pourquoi, j’explosais de rire. « Pardon. Rire nerveux. » Ou pas, je me moquais ouvertement. « Pourquoi jaloux ? » Finis-je par demander, curieux de voir ce qu’il était capable de me répondre. « Enfin sinon oui pour avoir été un PS raté, ton cousin était vraiment un raté, dans tous les domaines. Instable, il pouvait dégénérer à tout instant, et il est très inconscient aussi, tu sais que de par sa faute j’ai failli crever deux fois ? » Lui demandais-je ne pouvant oublier ces deux jours terribles. Toutes mes rencontres avec Ty se finissaient mal, comme si sa présence était un peu ma faucheuse qui venait me voir « Attention, tu vas bientôt y passer. » Comme un mauvais présage. Un message envoyé par je ne sais trop quoi, un avertissement. En tout cas, depuis que je ne le croisais plus, j’étais sain et sauf.

Paytah arriva tout de même à arriver au sujet que je ne voulais aborder, celui de sa volonté de rejoindre les rangs des Pi Sigma. Très franchement, s’il me demandait une réponse immédiate, c’était un non catégorique, car je me voyais mal de me trainer un tel boulet, qui pourrait entacher la confrérie, alors qu’elle se relevait tout juste de rumeurs déplaisantes, comme quoi on était des clowns et un tas d’autres choses… Tout ça du à une tornade du nom de Ty. « Bon au moins t’as conscience que pour le moment c’est pas gagné, et je reconnais que c’est une bonne qualité, que je respecte, savoir reconnaître, et accepter, ça aide à toujours mieux avancer de toute façon. » Un premier bon point, mais loin d’être suffisant, croyez-moi. « Et bien va falloir que les trouves vite tes repères mon p’tit gars, parce qu’ici la vie va à cent à l’heure. Pas le temps de souffler, les gens vont et viennent, les rumeurs se répandent comme une maladie, et les gens ont vite fait de se faire une mauvaise idée sur toi. » Et c’était exactement ce que j’avais vécu, bien que contrairement à lui je n’aie pas le côté petit gars friable, peureux. « Bienvenue à Miami. » Ne pus-je m’empêcher d’ajouter. « D’ailleurs tu viens d’où ? » J’étais intrigué, je savais que Ty venait d’Australie, mais lui je n’en avais aucune idée. Et je n’avais pas envie de continuer à parler de ce crétin de Sigma Mu de toute façon. « Bon t’as pas l’air totalement inculte sur le sujet, si ce n’est quelques points. Si tu crois que notre confrérie c’est le monde des Bisounours, tu fais fausse route. Parce que comportement irréprochable, je ne suis pas sur que ce soit exactement le terme à employer, parce que personnellement, les filles et les autres gars de Wynwood auraient tendance à me traiter de connard fini. Tu vas te demander pourquoi ? Et bien justement parce qu’on a pas peur d’écraser les autres, et que les filles je les prend, pour les jeter comme bon me semble. L’amour ce n’est pas vraiment la devise de la maison si tu vois ce que je veux dire. » En tout cas, peu d’entre nous suivaient cette idéologie, si ce n’est Nathan qui avait fini par se caser, mais il n’en était pas pour autant pas un Pi Sigma reconnu, parce que malgré tout il restait ce mec un peu instable, détestable, mais respectable. Après, de ceux que je connaissais, le palmarès de conquêtes faisait l’objet de rivalité, et certains même jouaient à désigner le plus grand perdant parmi ceux qui avaient eu de longues relations. Et chez nous un mois c’est déjà énorme. « Enfin bref, tu pourras enlever Fair-play de ta définition en tout cas. » Fut ce que j’ajoutais sans précision, parce que niveau coups bas on était pas mal doués, et quand j’avais quelqu’un dans ma ligne de mire, à bas les principes, je le pourrissais comme un insecte. Finalement, je me mis à lui faire un monologue complet sur les Pi Sigma, pour lui expliquer, et il hocha simplement la tête.

La conversation dériva à son seizième anniversaire et pour le charrier je continuais à parler de sa relation avec Ty, le soupçonnant même d’être son petit copain, même si désormais je savais qu’ils étaient cousins. Mais la consanguinité ça existait. Cependant, il s’emporta cette fois-ci, comme un petit chaton à qui on venait d’écraser les pattes. Il poussa son petit miaulement. « Et du calme, c’est bon j’ai compris, c’était juste pour plaisanter. » Dis-je en riant. « En tout cas, vous devez avoir des principes vraiment importants pour qu’il soit carrément une honte dans la famille, je ne pensais pas à ce point. » Dis-je quelque peu surpris, alors que nous revenions sur la conversation initiale : sa fête. « Ah oui d’accord. » Dis-je pinçant mes lèvres quand il évoqua ses fêtes amérindiennes. J’avais aucune idée de comment ça se déroulait, mais dans ma tête ça donnait quelque chose de carrément chiant. « Ouais, en effet cérémonie traditionnelle ça risque de ne pas vraiment faire un carton. Bon déjà les bases d’une fête, c’est l’animation. Si tu prévois rien d’intéressant, ça fera un bide monstre. Donc de la bonne musique déjà, de l’alcool, parce que même si toi tu n’en bois pas, bah ce n’est pas le cas de tout le monde. Des boissons plus softs, aussi, du coup. Et surtout, plus important, un programme. Alors ça peut être n’importe quoi, mais quelque chose qui permette de rythmer la soirée, parce que danser c’est bien beau mais au bout d’un moment ça peut être chiant, et pas tout le monde aime danser. » Je le regardais me dévisager. « Et oui c’est pas facile de vouloir entrer dans le monde des paillettes, faut prendre en compte tout un tas de détails importants, pour que tout le monde s’éclate. » Et ça c’était le pire. Encore entre PS nous avions les mêmes exigences, mais à partir du moment où il fallait mêler plusieurs personnalités, fallait penser toujours à tout. Au fait que certains étaient des coincés du cul par exemple. « Du coup, si tu veux, tu sépares la fête en deux parties, le coin piste de danse pour ceux qui veulent, et une plus intimiste avec des activités. Bon pas jeux de société et ramis, on est pas en maison de retraite, mais des défis, des trucs amusants qui attirent les jeunes de nos jours quoi, quitte à faire une méga partie tous ensemble, et essayer d’initier les plus timides à monter sur scène en mettant des musiques connus de tous avec des chorégraphies pas trop compliquées pour que tout le monde se sente à l’aise. Tu vois le truc ? Ou pas du tout ? » Lui demandais-je, étant parti dans une explication tout à fait loufoque, ne sachant même pas si j’étais clair ou pas.

HRPG : Désolée pour le retard .__.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Mar 22 Juil - 20:18

Paytah Yellow ∞ Sasha B. Cobb
Don't be affraid and go!
Le verre d'eau posé devant moi, je parlais avec Harry Potter alias Sasha Coob, un PS très haut placé.
Il n'en revenait pas du tout que je ne buvais pas. Il me demanda quand même pour être sûr : « Jamais? Jamais de chez jamais? Va falloir remédier à ça, tu sais si tu entres chez les Pi Sigma, y en a qui risquent fort de t'y forcer. ». Je répétais : « Je n'ai jamais bu ! ».
Sasha me tend son verre en me disant : «  Tiens goûte ça. Allez tires pas cette tête, c'est pas du poison. ». Je prend le verre et mes yeux bruns fixent le liquide à l'intérieur.
Le regard de Sasha m'encourage. Je sens mon cœur battre la chamade : je vais désobéir à mes parents. Je n'ai jamais bu d'alcool de ma vie et j'appréhende.
J'approche le verre de mes lèvres, mais j'ai comme une nausée, alors je repose le verre sur le comptoir.
« Désolé je ne peux pas : je ne suis pas encore prêt ! », fis-je. J'ajoutais cependant : « Peut être qu'un jour, j'essayerais. Peut être qu'un jour je boirais. Mais ce sera seulement si il arrive un truc de grave comme par exemple je sais pas moi...la mort de quelqu'un de ma famille. Mais là je ne suis pas encore prêt. Je te promets d'essayer, mais pas maintenant, là c'est au dessus de mes forces. ».
Ty aurait bu cul-sec, d'un trait cette boisson et en aurait recommandé à gogo. Mais moi je suis pas Ty. Je suis si innocent! Si bien éduqué ! Si pur ! Je ne peux pas, pas encore. Je ne suis pas Ty. Je préfère passer pour un sainte-nitouche plutôt que de franchir le cap. Je ne peux pas encore dépasser mes limites. Pas encore.
Je complimentais le PS pour son prénom. Il me remercia puis précisa que c'était la seule chose que ses parents ont bien fait. Il ajouta qu'il était fier de porter ce nom, ce qui me fit faire un sourire.
« Tu sors avec Ty ou quoi? Non parce que t'arrêtes pas d'en parler, et il semblait pas heureux hier que tu sois venu nous parler, il était jaloux ou quoi? en tout cas, tu pourras lui dire de se calmer de ma part, il est encore plus ridicule quand il est en colère ! », me dit tout à coup le brun.
« QUOI ?, fis-je d'une voix étranglée, Moi sortir avec Ty ? Tu plaisante j'espère ?
Si je n'arrêtes pas d'en parler c'est parce que nous sommes malheureusement cousins.
Je pense qu'il est jaloux de moi et qu'il ne veut pas que je sois un PS tout ça parce qu'il était un PS râté. Je lui ferais passer le message quand il rentrera d'Australie. Monsieur est actuellement en vacances, et pas seul.
 »
Je n'osais même pas penser à ses vacances avec Mikah, ni au jour où il m'avait traîné dans toute la salle en me tirant par les oreilles. Il se croyait tout permis ! Dès fois j'aimerais bien qu'il ne soit plus là...
« T'as de l'ambition ça se voit, mais y a pas que ça qui suffit pour rentrer chez les PS, faut un certain profil, et pour le moment petit, tu l'as pas vraiment. Est-ce que tu sais au moins comment ça marche chez nous? C'est quoi pour toi un PS? J'aimerais avoir ta vision de la confrérie. »
« Je me doute bien que je n'ai pas le profil. Mais promis, je réussirais et je l'aurais un jour le bon profil. ». Ce qu'il me fallait c'était un truc pour m'encourager à me battre, pour me faire repousser mes limites, pour me faire grandir, pour me permettre de m'intégrer et pour stopper cette timidité. « Je promets de me battre mais pour le moment, je viens à peine d'arriver. Il faut que je trouve mes repères... » C'était vrai : l'autre fois, je m'étais perdu à WHS. « Je ne sais pas du tout comment ça marche chez vous. Ty ne m'a rien dit de toutes façons ! Pour moi un Pi Sigma c'est un garçon beau-gosse qui est doué avec les filles, charmeur, fairplay et classe. Il connaît un rayon sur les filles . Il est situé dans les rangs des populaires, donc il doit avoir une conduite irréprochable et il doit être respecter de tous. Un PS doit être un exemple pour tous les autres gars de WHS. Un populaire ne doit pas avoir peur d'écraser les plus faibles pour réussir.».
C'est tout ce que je pensais des PS, personnellement. Ty ne m'avait rien dit sauf : « PS égal crétin !».
Je demandais ensuite à Sasha de me parler de sa confrérie. Il le fit avec plaisir et m'expliqua que les PS étaient les meilleurs. Il me donna les idées reçues et la réalité.
Ils étaient souvent mal jugés mais étaient respectés.
Le PS haut gradé conclu par : «  Compris? Donc les tafioles qui veulent se la jouer bon samaritain, tu oublies, et pas moyen d'avoir peur de t'imposer non plus, sinon ça sert à rien d'espérer quoique ce soit. Voilà, j'espère que ça aura répondu à ta question. ».
J'hochais la tête silencieusement. M'imposer...Voilà ce qu'il fallait que j'aie le courage de faire. J'étais beaucoup trop timide, beaucoup trop réservé, beaucoup trop « sainte-ni-touche ». Si je voulais être un PS, il fallait que je me batte, que je me forge une image d'acier et une bonne. Mais pour cela...il me faudrait un déclic, je pense. Un truc qui m'arrivera et qui me fera remettre tout en question.
J'ignorais que ce déclic arriverait en Juillet. Pour l'instant, je restais là, timidement à WHS. Il fallait que je me rebelle un peu, il fallait que je change...Mais pour l'instant...Je n'étais pas encore prêt.

Le brun fini son verre tandis que je lui parlais de mon futur seizième anniversaire.
« Oh comme c'est mignon, il t'entretient bien en tout cas, ton copain. » Je foudroyais Sasha du regard. Je ne voulais pas lui faire ça, bien entendu, mais sur le moment, mes yeux lancèrent des éclairs et je ne pu m'en empêcher. « En tout cas fais attention à toi, les PS sont pour la plupart homophobes, ce qui n'est pas mon cas, mais je te préviens à titre d'information. ».
Mon visage changea en un instant, et je déclarais de ma voix grave qui avait légèrement monté un peu plus haut que la normale : « Non mais est-ce que tu m'as bien regardé? Moi gay ? Oh quelle horreur ! Beurk ! Moi je suis 100% filles. Ty n'est pas mon copain ! Je ne vois pas pourquoi je serais ami avec un gay...C'est déjà un affront qu'il soit dans notre famille ! Je suis 100% hétéro, 100% homophobe et je déteste Ty. ».
J'eus soudainement envie de vomir, tant cette vision m’horrifiait. Ty me donnais des cauchemars avec son Mikah à deux balles. Il était la HONTE DE NOTRE FAMILLE !
Moi gay ? Non. Je ne perdrais pas mon temps à sortir avec des mecs (oh quelle horreur!!!!!!!!!). Même si je suis timide et que je manque d'expérience, moi je suis toujours attiré par les filles, et heureusement. Je ne suis pas gay, ni même à 0,5%.
Non. Ce n'est pas ça du tout mon secret. Je suis fier d'être hétéro !
Puis, nous parlâmes de la fête. Sasha me posa des questions : « Mais sinon pour ta fête, si tu veux inviter tout le monde, faut prévoir large, mais bon un nouveau qui débarque et qui appelle à la fiesta, généralement ça plaît pas trop. On aime pas aller là où on connaît personne, mais soit. Qu'est-ce que tu préférerais faire? Une soirée simple? Un truc à thème? Ou quelque chose qui puisse permettre d'animer et que personne ne s'ennuie? »
« Une soirée simple en petit comité serait bien pour commencer. Un thème...non. Je pense qu'une fête simple, un peu animée serait bien. Je ne m'y connaît pas. C'est mon imbécile de cousin qui est fort en fête. Je n'ai jamais fait la fête, à part les cérémonies Amérindiennes. Alors je te fais totalement confiance Sasha pour m'aider! ».
Je lui fis un sourire, fini mon verre d'eau, posais le verre sur le comptoir et remerciais le barman. Puis je me mis à attendre la réponse du Pi Sigma.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Lun 21 Juil - 23:16

Les boîtes, ça fait bien des semaines que j'y avais pas mis les pieds. En même temps avec la fin de l'année, les préparatifs pour la soirée, je n'avais ni le temps ni l'envie d'aller perdre mon temps dans une discothèque, parce qu'il faut l'avouer, on perds son temps ici. Certes, on vient pour prendre du bon temps, s'amuser, mais c'est strictement inutile si on prend ça sous un nouvel oeil. Bien sur, fut un temps j'y allais tous les soirs, je passais une grande partie de mes vacances à y aller, rentrant souvent à l'aube, complètement torché, mais beaucoup de choses ont changées depuis mon arrivée à Miami, et cette routine m'ennuie plus qu'autre chose. Devoir y aller fréquemment ne me fait plus autant envie qu'avant, et surtout ça pourrait carrément me rebuter à force. Du moins, j'ai perdu toute motivation à faire la fête ces derniers temps. Non pas à cause de notre soirée de la veille, mais pour une raison toute autre que j'essaie de taire tant bien que mal. Le départ de Blu. Inattendu, et sans avoir le moindre mot à ce sujet. Ca m'avait foutu un sacré coup, et j'avais bien du mal à vouloir m'en remettre inconsciemment. Parce qu' j'avais beau me convaincre, je ne faisais plus les choses avec autant de coeur qu'avant, et n'étant pas dans mes habitudes, ça m'agaçait plus qu'autre chose.

Affalé sur mon siège, à regarder mon verre qui contenait de l'alcool, je ne faisais pas attention à grand chose autour de moi jusqu'à ce qu'un garçon se pointe face à moi. Sur le coup, je ne compris pas trop, puis en voyant son visage, je le reconnus tout de suite : le gamin de la veille qui s'était fait tiré l'oreille par Ty. Il semblait pas dans son élément, avait commandé de l'eau et semblait avoir un balai coincé dans le cul. En tout cas, il avait du mal à se détendre.

Je n'en sais rien ! J'en ai jamais bu de ma vie !
Jamais? Jamais de chez jamais? Va falloir remédier à ça, tu sais si tu entres chez les Pi Sigma, y en a qui risquent fort de t'y forcer. Lui dis-je en guise de conseil : Tiens goûte ça, lui dis-je ensuite lui tendant mon verre. Allez tires pas cette tête, c'est pas du poison. Et oui, j'appliquais à peine deux secondes après ce que je lui avais expliqué. Encore qu'on ne veuille pas devenir dépendant, qu'on ne veuille pas finir torché, je pouvais le concevoir, mais ne même pas vouloir y gouter, j'avais du mal à y croire. Parce que d'un avis purement personnel, tout en me calquant avec les pensées de Nathan, un sainte nitouche ne survivra jamais chez nous, jamais.

Du moins il était clair qu'il allait se faire bouffer, parce qu'il y en avait dans notre conf qui ne faisaient aucun cadeaux, en même temps nous étions des Pi Sigma, et pas des imbéciles de Khi Omicron qui sont aussi tolérants que Mère Teresa. Il était clair que nous étions beaucoup plus caractériels qu'eux, certainement la raison pour laquelle j'avais choisi cette confrérie. La seule qui m'avait attiré, et la seule dans laquelle je resterais à jamais ici à Wynwood. Même si j'admirais les Sigma Mu, jamais je n'aurais pu avoir ma place chez eux, et finalement je m'étais fais à mon statut, et j'étais très attaché à la confrérie, ainsi que ses membres, du coup je ne comptais pas salir sa réputation en acceptant n'importe qui, j'y tenais. Et de toute façon, je savais que Nathan n'était pas du genre à dire oui à tout le monde, il fallait donc que le nouveau venu fasse ses preuves.

Merci, merci, dis-je face à son compliment sur mon prénom. Je dois avouer que si y a bien une chose pour laquelle mes parents n'ont pas merdé c'est bien mon prénom, j'en suis plutôt fier, dis-je, avant qu'il commence à m'expliquer la raison de sa venue.

En gros, dans tout son monologue, j'avais entendu le nom de Ty au moins trois fois. J'ignorais leur relation, mais elle semblait plutôt développée, et il ne devait pas être qu'un simple ami. J'arquais un sourcil, curieux, puis lui demanda le plus sérieusement du monde: tu sors avec Ty ou quoi? Non parce que t'arrêtes pas d'en parler, et il semblait pas heureux hier que tu sois venu nous parler, il était jaloux ou quoi? en tout cas, tu pourras lui dire de se calmer de ma part, il est encore plus ridicule quand il est en colère, me moquais-je presque, préférant ne pas trop vexer Paytah, qui avait l'air d'y tenir, même si à l'accoutumée je ne me gênais pas pour faire des réflexions blessantes. T'as de l'ambition ça se voit, mais y a pas que ça qui suffit pour rentrer chez les PS, faut un certain profil, et pour le moment petit, tu l'as pas vraiment. Est-ce que tu sais au moins comment ça marche chez nous? C'est quoi pour toi un PS? J'aimerais avoir ta vision de la confrérie.

Ca m'intriguait, parce que bien trop souvent on avait le droit à l'image reçu type : coureur de jupons gentleman. Et excusez-moi de le dire, on est loin d'être des gentlemans à penser au bouquet de fleurs avant chaque rendez-vous. Personnellement je trouvais ça cliché et totalement désuet. On est plus dans les années vingt, mais bien en 2014, ce pourquoi j'avais bien du mal avec certains jeunes qui se la jouaient aristo coincés. Il me répondit alors, me demandant ensuite d'en parler à mon tour, il voulait certainement avoir l'avis d'un ancien, et qui plus est adjoint.

Et bien c'est simple, on est les meilleurs, dis-je un sourire aux lèvres. Non, je plaisante, quoique. Nous les Pi Sigma, faut que tu retires de la tête qu'on est que des dragueurs qui ne savent qu'une chose : attirer des meufs dans leur lit. C'est très réducteur et pas franchement bénéfique pour l'image de la confrérie. On est populaires, les plus enviés de Wynwood, mais on a aussi nos bons côtés qui impose le respect, et hors de question d'entendre parler de Q.I, ce n'est pas parce qu'on est accro à notre image et qu'un seul faux pas au niveau physique est intolérable, qu'on est complètement con, c'est une idée reçue. On a quatre membres qui sont en fac de droit, et on a peur de rien. On impose le respect par notre présence, notre assurance, par notre malice et la plupart du temps on aime pas avoir à faire à nous. Il faut savoir que c'est ce qui en partie nous différencie des autres. Compris? Donc les tafioles qui veulent sa la jouer bon samaritain, tu oublies, et pas moyen d'avoir peur de t'imposer non plus, sinon ça sert à rien d'espérer quoique ce soit. Voilà, j'espère que ça aura répondu à ta question. Dis-je pour conclure mon monologue.

Je finis cul sec mon verre, tout en écoutant ce qu'il avait à me répondre à ça, puis il m'expliqua qu'il devait fêter ses seize ans et qu'il ne savait pas comment s'y prendre. Le B.A BA d'un PS est de savoir faire la fête, mais j'osais imaginer vu ses origines, qu'il ne devait connaitre que les fêtes traditionnelles, à festoyer autour d'un feu tout en chantant des incantations, ce qui n'était pas le genre de la maison.

Oh comme c'est mignon, il t'entretient bien en tout cas, ton copain, dis-je en faisant référence à Ty. En tout cas fais attention à toi, les PS sont pour la plupart homophobes, ce qui n'est pas mon cas, mais je te préviens à titre d'information. Mais sinon pour ta fête, si tu veux inviter tout le monde, faut prévoir large, mais bon un nouveau qui débarque et qui appelle à la fiesta, généralement ça plait pas trop. On aime pas aller là où on connait personne, mais soit. Qu'est-ce que tu préférerais faire? Une soirée simple? Un truc à thème? Ou quelque chose qui puisse permettre d'animer et que personne ne s'ennuie? Lui demandais-je, parce que je ne le connaissais pas du tout, et je pouvais pas non plus choisir pour lui. J'attendais sa réponse, alors qu'il continuait à boire son verre d'eau. Sur le coup j'hésitais vraiment à lui payer une bière.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Mer 9 Juil - 10:03

Me voilà donc en boîte de nuit pour la première fois de ma vie. La belle affaire ! La musique me transperce les tympans, mon cœur va exploser, mon sang circule plus vite, je sens que j’étouffe : il y a trop de monde !
Assis au bar, je commande de l'eau. Le barman se moque de moi. Je suis certain qu'il n'a jamais vu des clients lui commander de l'eau à boire. J'hausse les épaules devant la remarque du serveur : j'assume. Je ne suis pas alcoolo comme Ty, et c'est tant mieux pour moi ! L'alcool n'est pas bon pour la santé...et puis je n'ai que 15 ans. Que dirait mon père si il me voyait boire ? Et puis...que dirait-il si il me voyait dans ce lieu ? Il serait profondément choqué. Matoskah, ne le serait pas : elle est déjà allée dans la ville et est habituée aux mœurs des Visages Pâles. Mais pour ma part, je suis perdu dans ce monde inconnu et nouveau. Étrange et Fascinant à la fois. C'est un monde où il faut tout apprendre vite, de peur de se faire écraser. J'ai vraiment besoin qu'on m'aide à m'ouvrir au monde extérieur, à découvrir de nouvelles choses, à me rebeller un peu. Tous les adolescents s'amusent, profitent de la vie...sauf moi. Enfin pas vraiment. Je profite de la vie à ma façon : en aidant ma famille, en apprenant mes leçons, en restant sage et en m'amusant avec mes amis de ma tribu.
Mais là, tout à changé depuis que je suis à Miami ! Je dois m'adapter à cet endroit et aux mœurs des Miamiens. Mon cousin ne m'a rien dit, ne m'a rien appris. Il m'a juste montré son classeur avec la photo des élèves de l'école, c'est tout. En même temps, j'ai refusé qu'il m'aide, lui interdisant formellement de m'adresser la parole dès le premier jour où j'ai franchis les grilles du lycée.

Le barman me sert de l'eau. J'observe le liquide incolore mais bon pour la santé. Le verre est froid. L'eau est donc glacé.
Je m'adresse à mon voisin de comptoir : un jeune-homme plus âgé que moi, semble t-il, avec des cheveux bruns bouclés. Je lui demande si il y a beaucoup de discothèques. Le jeune brun qui me rappelle quelqu'un, me répond que des boîtes, il y en a partout et qu'ici on est à Miami Vice.
Miami Vice est le lieu idéal pour mon secret ! Un endroit où rien ni personne ne pourra soupçonner sur un jeune-homme innocent comme moi. Alors, qu'ais-je bien pu faire ? Ais-je tué quelqu'un ? Ais-je trahi ma famille ? Ais-je volé des bijoux ? Ais-je été adopté ? Mmmh... ? Bonne chance chers amis pour trouver ! Mon secret est si difficile !
Le brun me demande si je tiens l'alcool. Je lui dis d'une évidence incomparable en haussant les épaules : « Je n'en sais rien ! J'en ai jamais bu de ma vie ! ».
Certains Amérindiens d'aujourd'hui noient leur misère et leur chagrin dans l'alcool. Dans les réserves, en plus de la pauvreté, on remarque beaucoup d'alcooliques ou de fûmeurs, de junkies, de drogués. Moi, même si j'ai vécu dans la réserve de Cheyenne River dans le Dakota, je n'ai jamais bu. Personne de ma famille ne boit, à part mon plus grand frère qui boit pour...faire comme les grands. Mais aucun des Yellow ne boit. Mon père est d'ailleurs très attristé de voir son fils aîné dans cette galère pas possible. Après mon grand frère, le seul qui boit et qui 'appartient à la famille' c'est Ty. Mais bon, lui, c'est encore une autre histoire !

Mes sourcils se froncent. Ce jeune-homme c'est le Harry Potter de la soirée ! Je le reconnais !
Je lui demande donc si il est Harry Potter. Bon je l'avoue : j'aurais du reformuler ça autrement !
Le jeune Pi Sigma, me répond qu'il est le Harry Potter de l'event(évidemment) mais qu'il s'appelle Sasha.
« Sasha, enchanté ! C'est un joli prénom. »
Joli prénom...bien que je ne sache pas sa signification ! Comme celui de mon cousin d'ailleurs...
Sasha me demande ensuite ce que je fais ici.
« He bien...mon père a décidé de m'envoyer dans le même lycée que...que... Ty pour que je puisse réussir à m'en sortir dans la vie. Ses autres enfants n'ont pas eu la chance d'étudier dans une bonne école comme Ty. Comme mon père a vu que WHS était plutôt une bonne école, d'après les dires de...Ty, Mon père veut que je réussisse, et moi aussi je veux réussir. Du coup, il m'a envoyé ici et j'ai obtenu une bourse avec mes résultats qui sont , sans me venter, plutôt excellents. ».
Je reposais mes regards sur le verre. Je le pris et bu quelques gorgées du breuvage glacé, avant de re-déposer le verre sur le comptoir.
« J'aimerais entrer chez les PS. C'est mon rêve ! J'ai regardé la liste des confréries, et j'ai trois ont retenus mon attention : les PS, les RK et les AP. Je suis un artiste, mais les PS m'ont plu tout de suite. J'aime beaucoup les filles et je dois avouer que j'ai un côté très galant, mais il me manque de l'expérience malheureusement. Mais je me battrai pour rentrer dans ta confrérie. »
Je baissais le regard, pensant à mon énorme manque d'expérience. Ce serait sans doutes la seule chose qui me ferait défaut. J'avais le physique, l'ambition, mais pas d'expérience. La seule fille que j'avais tenté d'inviter au cinéma était partie le lendemain pour l'Alaska. Et celle dont j'avais eu un béguin, était partie. Mais je l'avais retrouvé dans le classeur de Ty ! Elle était à Wynwood ! J'avais de la chance. Alexandra Wayland...Je pouvais la retrouver.
J'avais eu d'autres béguins, mais ma timidité légendaire m'avait joué des tours.
Il me faudrait quelqu'un qui me conseille, quelqu'un qui m'aide. Sérieux ! C'est urgent ! Primordial !
Ty n'est pas fait pour ça : c'est un ex PS c'est bien vrai, mais c'est un PS RATE !! Je ne veux pas de ses conseils. Je veux que quelqu'un de compétant, de très sérieux et sympathique me vienne en aide. Pas un boulet, un idiot et un malchanceux. Ty est les trois à la fois, et même plus !
Rester dans les pattes de mon cousin, non merci ! J'aimerais plutôt le fuir.
J'aimerais de toute façon tout fuir : ma vie bien rangée, ma famille trop pointilleuse et une de mes sœurs trop mère-poule. Même si je suis attaché à mes coutumes, je rêve de m'envoler et de me détacher de mes coutumes, de m'attacher à celles des Blancs. Je veux me moderniser. Je veux être dans l'air du temps, je veux être glam, chic, cool.
Ty veut retourner aux coutumes amérindienne, moi, je veux les fuir. J'aimerais...être plus occidentalisé. Être mieux qu'un pauvre petit Sioux sortant dans une réserve !

« Tu...T...Tu pourrais me parler de ta confrérie ? », fis-je, curieux. Sasha semblait avoir un poste important dans la confrérie des PS, genre Sous-chef ou Adjoint, un truc du genre.
Non seulement je manquais d'expérience, mais j'étais aussi timide. Ce défaut qui me pourrissait la vie n'arrangeaient pas les choses ! Il fallait que je repousse ma timidité pour oser parler aux autres, m'intégrer, me faire des amis...Et surtout pour devenir PS ! La seule façon dont j'arrivais à me débarrasser de ma timidité, était la musique, le chant, le dessin, la peinture...L'art. On pouvait tellement dire de choses par une chanson ou un dessin.
Après qu'un énorme silence -enfin si on peut appeler ça silence avec la musique forte du DJ-, je m'adressais de nouveau à Sasha. Je lui avouais : « Je vais bientôt avoir 16 ans. Je compte faire une fête car Ty m'a donné de l'argent. Mais le problème c'est que...Je n'ai jamais fais de fête dans ma vie...Heu...Tu pourrais me dire comment en faire, et surtout où est ce que je pourrais l'organiser ? Je compte inviter toute l'école, sans les profs et le personnel, bien sûr ! »
Mes 16 ans approchaient ! Cet événement allait changer ma vie (enfin presque). Et comme mon cousin il y a quelques mois plus tôt, j'avais eu l'idée géniallisime d'organiser ma propre fête et d'inviter tout Wynwood ! De plus, Ty serait ABSENT car il irait en Australie ! Une aubaine pour moi !!!

Je ne sais pas ce que pense Sasha, mais depuis tout à l'heure, il doit se demander pourquoi je parle autant de Ty comme ça. Personne ne sait que Ty est mon cousin. Et personne ne doit le savoir ! J'ai fais jurer à Ty de ne rien dire à personne. Pourtant, nous nous ressemblons quelques fois. Le teint, le type de cheveux...Et je ne parle même pas de mon expression du visage quand je suis triste ! Là, je ressemble trop à mon cousin ! L'HORREUR ! Sasha doit se douter qu'un lien nous unit Ty et moi. Surtout après ce que Ty a osé faire à la soirée : me traîner dans la salle en tirant sur mon oreille.
Nouvelles gorgées d'eau.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Ven 4 Juil - 13:16

Il devait être quoi ? Quatre heures, quand j’ai daigné me réveiller. Quatre heures de l’après-midi je précise. Une heure bien tardive, et probablement un record encore inégalé. En même temps, la veille avait eu lieu la soirée de l’année au parc aquatique et je gardais de graves séquelles de fatigue, à tel point qu’il avait été probablement impossible de me tirer du lit de toute la journée.

La fête avait duré tellement longtemps, et tout le monde était si chaud, qu’elle avait prit fin tôt dans la matinée, alors que le soleil commençait tout juste à pointer le bout de son nez. Tout le monde devait être exténué, moi le premier, et donc la première chose que j’avais faite c’était me coucher, pour qu’au final je me retrouve là sur un des bancs du parc à dormir encore profondément. En ouvrant les yeux, je vis que je n’étais pas le seul, et alors que je m’étirais tout en baillant, je vis le propriétaire du parc venir vers nous, pour nous filer un coup de main pour tout ranger et nettoyer, nous précisant que malgré le bruit, nous avions réussi à garder l’endroit incroyablement propre, en dehors des papiers défis qui jonchaient le sol.

A l’aide de nos mains et d’efforts, nous finissions le travail vers dix-neuf heures, et nous pouvions enfin conclure l’affaire avec le proprio et récupérer notre chèque de caution intact. Je le saluais une dernière fois, et rentrais en voiture à l’internat de Wynwood. J’étais tout collant de sueur, et j’avais pour avoir chaud enfilé juste ma cape d’Harry Potter, j’avais l’air totalement ridicule comme ça. Je puais le clore mêlé à la sueur, c’était désagréable autant pour moi que pour les autres, et je n’avais qu’une envie : me DOUCHER. S’il y avait bien une chose que j’aimais le plus au monde, cette invention qu’on appelle la douche. Je pourrais en prendre trois en une journée que ça ne me dérangerait pas. J’avais horreur de me sentir sale, de sentir la moindre gêne. Un vrai maniaque de la propreté, notamment quand ça concerne mon corps.

Et finalement, je sortis de ma salle de bains après avoir passé une bonne demie heure sous le jet d’eau chaude, à me frotter plus que nécessaire avec mon gel douche. Je sentais enfin l’axe au chocolat, et je me sentais tellement mieux. Je m’allongeais en étoile sur mon lit, avec comme seul vêtement une serviette enroulée autour de ma taille. Je commençais à fermer les yeux, jusqu’à ce qu’on vienne frapper à ma porte.

Ouuuui ? Laissais-je échapper, sans pour autant bouger. J’ouvrais les yeux, et la porte s’ouvrit sur un pote de la confrérie. Sasha, magnes-toi, on va fêter la réussite au bar dans la rue d’à côté. Mes yeux s’écarquillèrent, j’espérais avoir mal compris. Quoi ? Vous êtes encore chaud pour faire la teuf après ça ? Bande de fous, dis-je, avant d’ajouter : laissez-moi deux secondes, le temps de m’habiller. Il me regarda : oh bah tu peux y aller comme ça aussi, paraît-il que les filles aiment bien ton corps. Je fis un rictus : Je crois pas que ça soit le cas du videur, à moins qu’il soit gay.

Ce dernier ferma la porte, et me voilà reparti pour faire la fête encore. Bien sur, c’était mon quotidien, j’aimais ça, mais deux soirs de suite, avant celle d’hier d’une ampleur telle que presque tout Wynwood y avait participé, jamais. Trop dur. Et même si j’étais jeune, et que je récupérais vite, je ne le sentais pas particulièrement bien. Mais soit, il fallait bien que je fasse l’effort où j’allais être traité de Papy.

Je me levais, difficilement de mon sommier, fort moelleux, et me dirigea vers ma penderie, où j’attrapais un boxer Calvin Klein que j’enfilais, avant de faire valser ma serviette à l’autre bout de la pièce. J’attrapais un jean slim noir, un t-shirt col V blanc, et une paire de chaussettes. Basique, mais ajoutez à ça un blaser noir chic, et des pompes cirées, et ça donne tout de suite plus le style, et j’étais presque prêt. Il me restait les ajustements face au miroir, surtout concernant mes cheveux. Oui à force, on sait, mes cheveux c’est de la merde, mais je refuse de finir chauve.

Finalement, après une noisette de gel, et un coup de sèche-cheveux, j’étais fin prêt, et je me rendis à la salle commune, où ils m’attendaient déjà tous.

Ah, l’Eta est prête on peut y aller, lança l’un d’eux. Haha très drôle, dis-je sarcastique.

Grâce au covoiturage prévu, je ne conduirais pas, et donc j’allais pouvoir me permettre de boire un peu, et ne pas avoir peur de conduire ivre. Par contre, ce que je craignais c’est que les énergumènes au volant ne fassent pas attention à ça. On est des PS après tout, et amoureux du risque. Parfois un peu trop d’ailleurs. Enfin, toujours est-il qu’au cas où mon SAM finit par être bourré, je ne monterais pas dans son véhicule, et j’essayerais toute sorte de technique pour l’empêcher de prendre la route. Je connais les dangers, et déjà que sobre on arrive aux catastrophes –cf Ty-, ivre je n’ose pas imaginer.

Une fois devant le bar, en voyant toute la masse de testostérone, le videur nous laissa entrer sans chercher à connaître notre âge. Et alors qu’ils se dirigeaient tous d’ores et déjà vers la piste de danse, je me faufilais dans la masse pour me diriger vers le bar. Je n’avais pas envie de danser, et surtout pas tomber sur une salope pour le moment. M’éclipsant ni vu ni connu, j’arrivais au niveau du barman, à qui je commandais un mojito avant de m’installer sur une des chaises hautes.

Après cinq minutes, j’étais dans mon élément, bien heureux d’être assis, et mort de rire à voir les talents en danse de certains de mes confrères. Puis, alors que je regardais de ci et là, je reconnus le jeune de la soirée, qui avait été tiré par Ty de force. Le pauvre. Celui-ci commanda, et une commande des plus surprenantes : de l’eau ou du jus d’orange. Encore qu’à la soirée il ait voulu commencer doucement, mais là dans un bar… Deuxième fois que je me trouve face à quelqu’un d’illogique. Qu’avaient-ils tous à commander de l’eau dans un bar ?

Je l’observe, il me remarque, et vient vers moi : Salut ! Dis moi, tu connais beaucoup de boîtes cool dans le coin ? Je suis nouveau et je viens d'arriver...

Sincèrement au début, j’avais cru qu’il viendrait me voir parce qu’il m’avait reconnu, mais pas du tout. Finalement, en Harry Potter j’étais plus méconnaissable que je le pensais…

Ecoute mec, on est à Miami ici, je ne sais pas d’où tu viens, mais tu n’as pas trop l’air au courant. Ici des boites, y en a à tous les coins de rues, y en a même une en face de ce bar. Tu sais, on n’appelle pas Miami, la ville du vice pour rien, dis-je en buvant une gorgée de mon mojito. Mais dis-moi, c’est parce que tu ne tiens pas l’alcool que tu commandes de l’eau dans un bar ? Demandais-je une pointe de surprise et d’incompréhension dans la voix. Et alors que je finissais mon discours, il me dévisagea : Hey...Tu serais pas...Harry Potter ? Grillé, repéré. Exact, c’est bien moi. Mais s’il te plait, ne m’appelle pas Harry, j’ai un prénom : Sasha. Et toi c’est Paytah, si je me souviens bien ? Dis-moi, qu’est-ce qui t’as amené à Wynwood, et qu’est-ce qui t’as motivé à vouloir demander à intégrer notre confrérie ?

Curieux, un peu, mais il semblait perdu, autant en apprendre plus sur lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   Dim 29 Juin - 23:13

Paytah Yellow ∞ Sasha B. Cobb
Don't be affraid and go!
Paytah Yellow
Je vais bien ne t'en fais pas. N'oublie pas mon anniversaire Mercredi ! Je sors ce soir et je vais aller pour la première fois de ma vie...en boîte, tout seul. Ne t'inquiète pas : je ne boirais pas d'alcool, je ne toucherais pas à la drogue...Bref, n'oublie pas, je NE SUIS PAS TY !@Ehawee Yellow

Ce soir, j'ai décidé de sortir dans la ville. J'ai enfilé un t-shirt noir, un jean en cuir noir, des bottes noires et une veste en cuir noire. J'ai mis un cache-col également noir, ainsi qu'un collier en argent et mes deux boucles d'oreilles noires. J'ai coiffé mes cheveux en bataille et je me suis parfumé, puis je suis sorti de ma chambre.
Puis, je suis allé sur le parking chercher ma moto que j'ai enfourché avant de démarrer.
En franchissant la grille de Wynwood, j'ai eu une sorte de nausée. Je ne suis jamais allé en boîte de ma vie et j’appréhende. Je ne connais pas ce monde là. Le pire, c'est que j'ai décidé de m'y rendre tout seul, par curiosité.
Je n'ai même pas pris de casque ! Tant pis. Ty n'en mets jamais, et pourtant il roule super vite !!
Je m'arrête au feu rouge en plein centre-ville. Je ne sais même pas où sont les boîtes de nuit dans cette ville ! Je ne connais pas Miami, je suis encore perdu. Il faudrait que je sorte d'avantage ou que quelqu'un me fasse visiter Miami pendant les vacances.

Le feu passe au vert. Je continue ma route et tourne au coin d'une rue. Je me gare puis je descend de ma moto après avoir coupé le contact. Une fois à terre, je m'engouffre dans les ruelles sombres et étroites de Miami. Un chat se bagarre avec un autre chat. On entend leurs cris, ce qui rend la nuit encore plus...effrayante. Des femmes louches m'accostent, alors, je m'enfuis à toutes jambes dans la rue. Elles ne peuvent pas me rattraper : je suis rapide en course ! Elles devaient être des filles de joie. Des filles de joie, c'est pas pour moi, merci !

Je continue mon chemin, bras croisés, un peu inquiet d'une nouvelle rencontre comme celle-ci. J'arrive dans une rue éclairée et très accueillante. Il y a énormément de bars et de discothèques.
Je m'approche d'une queue devant une des boîte. J'ai choisit l'endroit au hasard. Tout le monde rentre, mais quand je m'approche, le videur fronce les sourcils.
« Dis moi mon garçon, tu as quel âge ? »
« Heu... », fis-je, intimidé.
« Les mineurs sont interdits dans cette boîte ! »  aboya le videur.
Après avoir réfléchit rapidement, je tirais sur ma veste et je dis d'une voix assurée : « Désolé monsieur mais vous faites erreur ! J'ai 19 ans. Vous voyez pas que si j'étais plus jeune, ma voix serait moins grave ? Regardez moi dans les yeux. Est-ce que vous croyez que je suis un mineur ? Est-ce que j'ai l'air d'un mineur ? ».
J'y suis allé un peu fort, mais je veux aller en boîte. Ce monde inconnu m'attire. Je veux savoir comment c'est !
Mes yeux ne quittent pas ceux du videur qui soudainement esquisse un sourire. « Tu as raison ! Je suis désolé de m'être trompé. Mange pour grandir plus ! ». Il me tape sur l'épaule puis s'écarte pour me laisse entrer. Fièrement, je le dépasse, faisant mon 'habitué des discothèques'.
Une fois à l'intérieur, je suis rassuré.
Mais....pas totalement.

Il y a un de ses boucans à l'intérieur !!! Des spots m'aveuglent, la musique casse mes tympans, ça sent la cigarette et l'alcool...Pouah ! Tout ce que je déteste. Il y a des filles aussi. Je reste là, figé, bouche entre-ouverte, essayant de m'habituer aux bruits, aux odeurs et à la lumière des spots.
Je ne connais pas vraiment les chansons que le DJ passe. Je suis très ignorant du monde des Blancs. J'aimerais m'échapper de ma culture et m'ouvrir au monde.
Une fois que j'eus calmé mon petit cœur qui battait la chamade et arrêté de reprendre mon souffle, je m'avançais vers le bar. Soudain, une jeune-fille blonde débarqua et m'accosta, me suppliant de danser avec elle.
« Heu...Je suis désolé, mais...Je ne suis pas un bon danseur... », dis-je en faisant un sourire timide.
Mais la fille réussit à m'entraîner sur la piste de danse. Je me déhanchais donc sur la musique, montrant mon talent de danseur caché. Il me manquait juste un peu d'entraînement.
La blondinette était beaucoup trop collante, et je fus obligé de ruser pour m'échapper de cette danse de séduction. Je me tournais autour d'elle puis la fis tourner sur elle même avant de disparaître dans la foule pour aller au bar.

« Barman ! De l'eau ou du jus d'orange s'il vous plaît ! », m'écriais-je en me précipitant sur le comptoir avant de m'assoeir sur une chaise haute.
« De L'eau ? Tu ne veux pas d'alcool mon grand ? »
« Nan monsieur...Je suis allergique à l'alcool. De l'eau ou du jus d'orange ça ira. »
Le barman alla chercher un verre d'eau et me le déposa sur le comptoir.
Je tournais ma tête vers ma gauche et je vis un jeune-homme brun aux cheveux bouclés. Si il était à WHS il serait surement un PS.
«Salut ! Dis moi, tu connais beaucoup de boîtes cool dans le coin ? Je suis nouveau et je viens d'arriver... ».
Je marquais un temps d'arrêt. Ce visage me disait à moitié quelque chose. N'étais-ce pas le Harry Potter  de l'event?
« Hey...Tu serais pas...Harry Potter ? », demandais-je en souriant, ravi de reconnaître une connaissance dans cette boîte où tout m'étais inconnu.
code by Silver Lungs


fiche rep paytah:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut parfois oser rencontrer l'inconnu. Sasha & Paytah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...
» Il faut parfois savoir se montrer déraisonnable… | Philippe d'Artagnan
» Il faut savoir parfois oser l'impossible [LACEY]
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» suis je trop gentille ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: