AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Quelques jours à Pine Rigde [Ty]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 3 Juil - 20:20

Ty pensait qu'Hakan vivait dehors. Disons que ce loup était libre d'aller où bon lui semblait. Il lui arrivait des fois de rester dehors plusieurs jours de suite, mais la plupart du temps, il se plaisait bien ici. Ici, c'était son territoire et nous, nous étions sa meute, ses alphas. Ty était un intrus pour lui, d'où son comportement. Ty et moi avions faim et ma mère répondit qu'elle avait des restes de sagamité. J'adorais ce plat, c'était mon préféré ! Ma mère en faisait toujours de trop d'ailleurs car elle savait que je me resservirais plusieurs fois. Cette fois ci, elle en avait gardé car nous étions rentré plus tard et que la famille avait donc mangé avant nous et par chance, il y en avait assez pour Ty. Ce dernier d'ailleurs, demanda :

« Sagamité, c'est quoi ça ? »

Je lui répondit alors le plus simplement possible :

- C'est une sorte de potage avec du maïs et de la viande, tu verras, tu ne seras pas déçu.


J'ajoutais un sourire tandis que ma mère nous servait. La grimace de Ty était hilarante, il avait l'air dégoûté par la tête du plat et j'avais juste envie de lui dire "On ne dit pas qu'on aime pas tant qu'on a pas goûté !" comme on le disait à un enfant. Quand Isha débarqua à la maison de je ne sais où, il n'accueillit pas très bien Ty, manquant même de respect et de politesse pour un invité. Mais je savais moi ce qui se passait dans sa tête. En fait, il portait bien son nom, car Isha signifiait "protecteur" et lui était vraiment du genre frère-poule avec moi. Cela ne me dérangeait pas, mais du coup, il avait des tendances sceptique vis à vis de personne que je connaissais et pas lui. Il détestait mon absence à la réserve, il s'ennuyait de ne plus pouvoir courir les plaines avec moi et de devoir attendre les vacances pour me revoir. Je pensais grandement la même chose que lui, tout me manquait ici quand j'étais là bas, trop loin à mon goût, dans un monde si différent. Isha me signala qu'il allait à présent mettre son cheval avec les autres et quitta la maison. Je retournais alors près de Ty et pouvait enfin manger tranquillement et rassasié mon estomac.

« Oh Boy ! C'est trop bon ! »

S'écria soudainement Ty, je me mis à rire. Il en doutait vraiment ou quoi ?

« Qu'est-ce qu'il y a exactement dans ce plat ? Et puis c'est quoi comme viande ça ?

- Oh majoritairement du maïs et ça, c'est de la viande de perdrix. On met également de la farine de maïs, du laurier, poireau, carotte et d'autres petits trucs.

Mon assiette fut rapidement terminé. Je fis par la suite rapidement la vaisselle une fois que Ty eut également terminé de manger. Finalement, on avait fini tout les restes ! Une fois la cuisiner rangée, je me tourna vers Ty et lui dit :

- Je vais te montrer ta chambre.


Je récupérais ensuite mon gros sac qui traînait dans l'entrée et fit signe au jeune homme de me suivre dans un escalier qui faisait suite au petit couloir qui perçait la maison. Faisant visiter l'étage à Ty, je lui dévoilais la salle de bain mais les toilettes, par contre, était au rez de chaussée. Il y avait également la chambre de mes parents, les grands parents restaient dans des chambres en bas. La mienne était également en haut, ainsi que la récente chambre d'Isha. Enfin, il y avait cette petite chambre d'ami qui ne servait pas tant que ça à vrai dire. Ouvrant une porte, je dévoilais alors la chambre à Ty, vraiment petite mais contenant le nécessaire.

- Voilà ! Fais comme chez toi. C'est l'ancienne chambre de mon frère et maintenant, elle sert pour de rares occasion où quelqu'un vient à la maison.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mer 2 Juil - 12:49


« Oh...Je pensais que tu étais au courant de la vie qu'on pouvait trouver dans les réserves. », fut la réponse de Meika au sujet de ma remarque sur la pauvreté des Sioux. Elle retira sa main de mon bras.
C'est clair que j'aurais pu être au courant quand même puisque j'allais quelques fois à Cheyenne River voir les Yellow.
Le père de ma sœur de cœur m'appris que les Lakota avaient demandés leur indépendance (ce que j'ignorais). Il me demanda de ne plus être triste, me raisonna au sujet des dons et me rappela que j'avais du sang Lakota dans les veines, et que le monde actuel ne tournait plus qu'avec l'argent. Moi même j'étais riche et je dépensais beaucoup d'argent tous les jours. Mon petit cousin Paytah, lui, est pauvre mais cupide et avare.

Lorsque nous fûment arrivés, je demandais à Mme Cloud si elle était une pure Lakota. Elle me répondit qu'elle était née dans la Réserve et ne l'avait jamais quitté. Elle me parla même de la rencontre avec son mari. Je trouvais que c'était une belle histoire, et ça me fit penser à la rencontre de mes parents, même si c'étaient pas les mêmes circonstances ni la même ville.
Mme Cloud nous sourit avant de nous faire entrer et je vis un loup. J'étais très content, mon rêve se réalisait !!! Meika me rappela qu'elle m'avait dit qu'il y en avait un. Je répliquais que je croyais qu'il vivait dehors.
Je plaisantais un instant, en ironisant sur le fait que le loup ai mangé ou non, rétorquant que je ne voulais pas être son repas. Meika rejoignit ma plaisanterie en disant que je ferais l'affaire. Je me mis à rire un instant en secouant la tête.
Puis je dis à voix haute que j'avais une faim de loup lorsque Mme Cloud vint nous demander si nous avions faim. Meika ajouta qu'elle aussi avait faim.
« Vous avez de la chance, il me reste un peu de sagamite. Vous n'avez qu'à vous servir autant que vous voulez. », dit la mère de la jeune Sioux.
« Sagamite, c'est quoi ça ? », fis-je à Meika, lorsque Mme Cloud parlait à son mari et que celui-ci lui répondait, en faisant une grimace et en fronçant les sourcils tant le nom de ce plat était étrange. Paytah devait sûrement connaître ce plat. J'étais un réel ignorant de ma propre culture...C'était ...flippant !

Après que Meika m'ait répondu, j'allais caresser pour la première fois le loup, puis, je demandais à Meika son nom. Le loup s'appelait Hakan. Mme Cloud revînt et nous appela pour manger.
Meika alla s'installer à la table, alors je fis de même, m'asseyant à côté d'elle. J'observais le plat étrange qui était simple et maigre à côté des plats que j'avais l'habitude de manger. Mme Cloud me dit alors, pour me rassurer ou me consoler de ma surpise : « Nous n'avons pas grand chose c'est vrai, mais le peu que nous avons, nous le partageons avec plaisir. ». Je levais la tête vers la femme aux cheveux courts et je lui fis un sourire en lui disant : « Merci. ». De toute façon, je n'avais pas une si grosse faim de loup que ça puisque j'avais mangé une tonne de nourriture en ville précédemment.
Mme Cloud me sourit à son tour, puis s'en alla. Le père de Meika revînt et emmena les grands-parents de sa fille dans une autre pièce.
Alors que je m'apprêtais à goûter le Sagamite, j'entendis un bruit de sabots. Tiens, qui ça pouvait bien être ? Je n'eus pas à me poser la question longtemps, car la porte s'ouvrit et un beau gosse -Hum Hum pardon je recommence- et un jeune-homme au long cheveux entra. Meika se leva et se précipita vers lui. Je fronçais les sourcils, me demandant qui ça pouvait bien être pour elle. Son cousin ? Son frère ? Son petit-ami ?

L'inconnu avait l'air très heureux de retrouver Meika. Il lui dit avec grande joie : « Te voilà enfin ! », tout en la soulevant.
He bien, quel accueil chaleureux pour la jeune demoiselle !
Comme je les observait, je vis que le superbe sourire du mec s'était envolé en posant le regard sur moi. Quoi ? Qu'est-ce que j'ai encore fais ?
« Qui est-ce ? », demanda t-il d'un ton peu aimable.
Meika fit de nouveau les présentations. Le mec était le grand frère de Meika, du nom d'Isha. Isha était un beau nom à l'oreille, mais je me demandais bien ce qu'il signifiait.
Isha me toisa avant de continuer son ton peu aimable : « Et pourquoi il est là ? ». Mon regard changea un instant, il commençait à lancer des éclairs. Du calme Ty, ne t'énerve pas, pas pour l'instant...Il ne t'a rien fait alors du calme.
Je ne sais pas pourquoi mais le frère de Meika...Je ne le sens pas...Il a l'air...hautain. Enfin, c'est ma première impression.
Meika expliqua la raison de ma présence à son frère. Ces paroles semblaient rassurer le brun et il me salua d'un hochement de tête que je lui rendis.

Je plongeais ensuite ma cuillère dans le bol de Sagamite et je goûtais le plat avec de l'appréhension. Mais au final...
« Oh Boy ! C'est trop bon ! », m'exclamais-je.
Puis, curieux comme tout, je demandais à Meika : « Qu'est-ce qu'il y a exactement  dans ce plat ? Et puis c'est quoi comme viande ça ? (Je lui montrais un morceau de viande marron dans mon bol) ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Dim 29 Juin - 1:12

Quand on évoqua le nombre d'amérindien à Wynwood, Ty rajouta après ma réponse :

« Oui mais mon cousin sera bientôt le troisième ! »

Je jetais un regard à Ty, trois amérindiens, ce n'était pas grand chose mais il fallait se dire qu'avec un peu de chance, on arrivera à avoir une vie plus intéressante en faisant des études là bas. Moi, ça ne me gênait pas de vivre dans la misère, mais bon, mon père avait su me faire aller là bas tout de même. Je ne pouvais pas lui en vouloir, il faisait ça pour mon bien. Plus tard, je remarquais les larmes de Ty, ce qui me poussa à lui demander ce qui n'allait pas car ça m'avait un peu surprise de le voir si triste. Il me répondit alors :

« Non ! Je n'arrive pas à croire que ma tribu soit aussi pauvre et miséreuse comme ça ! C'est injuste ! Pourquoi personne ne fait quelque chose ? Si personne ne fait rien ! Moi j'agirais ! Je vous ferais des dons ! Je suis riche ! Je vous donnerais des millions, comme ça, vous ne serez plus pauvre ! »

- Oh...Je pensais que tu étais au courant de la vie qu'on pouvait trouver dans les réserves.

Répondis-je en retirant doucement ma main. Mon père jeta un coup d'oeil à Ty par le biais du rétroviseur de sa camionnette. Son sourire s'effaça un peu mais il répondit tout de même à Ty d'une voix calme :


- Tu sais mon garçon, notre vie est peut-être pauvre et miséreuse comme tu dis et nous sommes effectivement délaissés du gouvernement mais s'il y a une chose que les lakota ont demandé, c'est bien leur unique indépendance. Ne soit pas si impulsif, faire des dons serait très généreux de ta part mais même un jeune homme comme toi est incapable de changer la destiné d'un peuple, et n'a certainement pas l'argent nécessaire pour revigorer toute une réserve. Ne sois pas triste veux-tu. Toi même a du sang de lakota dans les veines, tu devrais alors savoir que nous ne sommes pas autant attaché à cette folie de l'argent que les peuples caucasiens. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas au courant que désormais, le monde ne tourne plus que par ces bouts ronds de métal et ces papiers verts.

Arrivé à la maison, Ty fit la connaissance de ma mère qu'il salua, ayant retrouvé un peu de son sourire si beau. Ma mère se présenta à lui le plus gentiment possible et Ty lui demanda alors :

« Vous êtes une pure Lakota ? »

Et elle répondit alors :

- En effet, je suis née dans cette réserve et je ne l'ai jamais quitté. J'ai rencontré Chayton alors qu'il venait de Pierre (capitale du Dakota du Sud) avec son père afin de faire un compte rendu sur la vie dans les réserves.

Elle sourit avant d'inviter tout le monde à rentrer. Ma mère était plutôt bavarde et ne voyait jamais d’inconvénient à discuter avec quelqu'un. Nous nous rendions ensuite dans la salle à manger. J'étais ravi d'être de retour ! Quand Ty remarqua le loup qui lui grondait dessus, il s'exclama :

« Oh Un loup ! »

- Je t'avais bien dit qu'il y en avait un.

Répondis-je avec le sourire mais veillant tout de même à ce que Ty ne se risque en rien. Ca serait dommage qu'il se fasse mordre. Un loup restait un animal sauvage, même apprivoisé.


« Vous êtes sûr qu'il a déjà mangé ? Je veux pas lui servir de repas ! ».

- Et pourquoi pas ? Tu serais une bonne contribution !

Lançais-je en rigolant tandis que l'animal s'éloigna du garçon. Ty fit ensuite la connaissance des trois grand parent qui restaient encore dans cette maison. Mon père lui ayant déjà expliqué que mon grand père paternel nous avait quitté l'année dernière. Je présentais alors Ty à tout le monde avant que ma mère ne nous propose de manger et Ty répondit alors :


« Oh que oui ! Le voyage ça creuse ! J'ai une faim de loup! ».

- J'avoue que j'ai faim moi aussi.

Ajoutais-je. Ma mère sourit avant de dire :


- Vous avez de la chance, il me reste un peu de sagamite. Vous n'avez qu'à vous servir autant que vous voulez. Mon chéri, tu en veux aussi ?

Ajouta-t-elle en s'adressant à mon père, qui lui répondit :

- Non merci, je suis simplement exténuer et je n'ai pas très faim.

Il s'éloigna et disparu dans un couloir tandis que ma mère sortit un plat du petit frigo qui se trouvait dans un coin de la cuisine et le mit à chauffer. Pendant ce temps là, Ty essaya une nouvelle tentative pour s'approcher du loup qui était resté dans la pièce. Ce dernier restait méfiant envers Ty qui lui murmurait :

« Non ! Calme-toi ! Je ne veux pas te faire du mal ! »

J'observais la scène, prête à intervenir si jamais ça se passait mal, mais sinon je laissais Ty faire car s'il devait rester quelques jours ici, il devra de toute manière se faire accepter de l'animal. A force de patiente et calme, il parvint enfin à lui caresser le pelage. Je souris.

« Je reviendrais te voir cher... C'est quoi son nom ? »

- Il s'appelle Hakan.

Répondis-je, les bras croisés en observant le garçon. Puis ma mère, qui avait mis nos couvert sur la table, servit nos deux assiettes avant de dire :


- Allez, venez manger tant que c'est chaud !

J'allais m'installer à la table. Pauvre Ty, lui qui avait tant manger dans le restaurant à Winner, je me doutais bien qu'il avait un gros appétit mais cette fois ci, il n'aura d'abondance parmi nous. Ma mère d'ailleurs, semblait l'avoir remarqué. Elle devait se douter qu'un garçon des villes, devait connaître mieux que ça. Elle lui dit alors avec le sourire.

- Nous n'avons pas grand chose c'est vrai, mais le peu que nous avons, nous le partageons avec plaisir.

Elle sourit puis alla ranger un peu la cuisine tandis que je commençais à manger. Hakan était retourné s'allonger dans un coin de la pièce et quand mon père revint, c'était pour aller aider les grands parents à aller se coucher. Tout à coup, on entendit des bruits de sabots au dehors. Hakan releva subitement la tête et la porte d'entrée se fit entendre au bout d'un moment. Un jeune homme, d'une taille assez grande, cheveux long, débarqua dans la cuisine. Il afficha un grand sourire en me voyant que je lui rendis bien. Je me levais de table et m'en alla le retrouver. Voilà, la famille au complet ! Un vrai bonheur.

- Te revoilà enfin !

Lança t-il en me soulevant du sol un court instant. Son sourire se retira cependant en croisant le regard de Ty.

- Qui est-ce ?

Demanda t-il plutôt suspicieux. Une fois de plus, je me devais de faire les présentations. Au moins, Ty aura fait le tour comme ça.

- Je te présente Ty, c'est un ami de ma nouvelle école. Ty, je te présente Isha, mon frère.

Les sabots qu'on avait entendu tout à l'heure devait être Hanska, son cheval pie de marron et de blanc. Isha toisa un instant Ty du regard avant de dire :

- Et pourquoi il est là ?

- Je lui avais promis un jour de lui montrer la réserve. Il va rester ici quelques jours alors soit un peu plus...amical veux-tu.

Répondis-je avec un petit sourire. Dans le silence qui suivit, Isha regarda de nouveau l'étranger en face de lui avant de le saluer d'un hochement de tête.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 26 Juin - 23:16

Mr Cloud demanda si il y avait beaucoup d'Amérindiens dans notre école. Sa fille lui répondit que nous étions que deux pour l'instant. Je m'empressais d'ajouter : « Oui mais mon cousin sera bientôt le troisième ! ». Ce dernier devait en effet arriver très bientôt dans l'établissement.
Durant le trajet, je regardais les paysages et les habitants de la ville de Pine Ridge. Ils me fendirent le cœur et je fus très énervé contre les hommes Blancs de les avoir fait devenir ainsi et de ne pas les aider aujourd'hui.
Meika remarqua que je pleurais, alors elle posa sa main sur mon épaule et s’inquiéta à mon sujet : « Ty ? Quelque chose ne va pas ? ».
Je tournais mon visage baigné par les larmes vers elle et je lui dis de ma voix triste : « Non ! Je n'arrive pas à croire que ma tribu soit aussi pauvre et miséreuse comme ça ! C'est injuste ! Pourquoi personne ne fait quelque chose ? Si personne ne fait rien ! Moi j'agirais ! Je vous ferais des dons ! Je suis riche ! Je vous donnerais des millions, comme ça, vous ne serez plus pauvre ! »
Peut-être que mon projet était trop utopique...Mais je voulais les aider ! Je voulais aider les miens ! C'était si horrible !

Ensuite, nous arrivâmes enfin. Je fis le tour de la maison, puis demandais à Meika ce que signifiait les inscriptions sur les murs de sa maison bleue. La Sioux m'expliqua que c'étaient surement les anciens proprios qui avaient fait ça. Je fis un petit sourire.
Soudain, la porte de la maison s'ouvrit et je tournais la tête vers celle-ci. Une femme aux cheveux courts sorti et vînt à notre rencontre.
Meika alla la serrer dans ses bras, et elles se mirent à parler en Lakotas. Je préférais ne pas chercher à traduire car j'étais vraiment nul en Amérindien, ayant peu d'apprentissage.
La femme devait être le mère de Meika. Elle regarda Chayton, puis celui-ci dit simplement que j'étais un camarade d'école de Meika qui a voulu visiter la réserve.
Meika me présenta sa mère et elle me présenta à cette dernière.
Je souris à Mme Cloud et je la saluais : « Bonsoir Mme Cloud. Enchanté. ».
La femme s'approcha de moi et se présenta : « Je m'appelle Winona jeune homme, Meika nous a déjà parlé de toi dans ses lettres mais je suis heureuse de pouvoir enfin te connaître. Bon sang, vous devez être épuisé par ce voyage, entez donc ! »
Je demandais ensuite : « Vous êtes une pure Lakota ? », en bon curieux.
Nous entrâmes ensuite dans la maison et nous allâmes dans la salle à manger. C'était plutôt moderne. J'imaginais les Cloud manger et vivre dans des tipis. Tandis que je regardais la déco avec attention, j'entendis un grognement. Je baissais les yeux vers la source de ce bruit et je vis...
« Oh Un loup ! », m'écriais-je tout joyeux. Mais mon sourire disparu quand je remarquais que l'animal encore sauvage ne m'appréciais pas.
Il aurait pu sauter sur moi. Or, j'adorais les animaux, et j'avais toujours voulu voir un loup en vrai de près. Et aujourd'hui mon rêve se réalisait ! Je voulais m'accroupir près de l'animal et le caresser, mais hélas, il n'était pas acceuillant. J'ironisais pour masquer la petite peur que j'avais eu : « Vous êtes sûr qu'il a déjà mangé ? Je veux pas lui servir de repas ! ».
Meika s'approcha du loup, l'enlaçais le cou et lui murmurais des mots amérindiens, certainement des mots d'apaisement.
Soudain, une voix de vielle femme retentit : «Eh bien...Il y en a du boucan. ». Le salon était relié à la salle à manger. Je me retournais alors qu'un vieil homme parlait en Sioux et je m'approchais un peu plus des personnes âgées. Ils étaient trois : un homme et deux femmes. Sûrement les grands parents de Meika.
« Pourquoi pas ? On a un invité j'ai l'impression. », repris celle-qui avait dit qu'il y avait du boucan. Je fis un sourire timide à la vieille dame.
Le grand-père demanda : « He tuwe he ? ». Je compris que ces trois mots. Il demandait qui j'étais. Meika me devança dans mes paroles et répondit à ma place : « He Ty Swan e. Il va rester quelque jours ici, c'est un ami de là où je fais mes études. ».
L'autre grand-mère qui n'avait pas encore parlé, me dit chaleureusement : « Bienvenu à la maison Ty Swan. ». Je fis un sourire, un signe de la tête suivi d'un timide : « Merci madame. ».
Puis, Mme Cloud nous demanda à ma sœur de cœur et moi si nous avions faims.
Je dis : « Oh que oui ! Le voyage ça creuse !  J'ai une faim de loup! ».
En, parlant de loup...
Je me retournais face à l'animal qui s'était calmé. J'avançais à pas de loup jusqu'à lui puis je m'arrêtais à quelques centimètres de l'animal. Celui-ci grogna.
« Non ! Calme-toi ! Je ne veux pas te faire du mal ! », murmurais-je, ayant peur qu'il ne me mode ou qu'il ne me saute à la gorge.
Je m'accroupis lentement puis j'avançais ma main toutes les 5 minutes, lentement et doucement pour ne pas l'effrayer. Je lui fis sentir tout d'abord ma main, pour qu'il puisse s'imprégner de mon odeur et je lui caressais doucement la fourrure. Je fis un sourire et je me relevais doucement, puis je reculais jusqu'à Mme Cloud.
« Je reviendrais te voir cher... » Je m'arrêtais un instant. « C'est quoi son nom ? », demandais-je.
Puis je baillais une seconde fois.
Je voulais vraiment manger et dormir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Lun 23 Juin - 1:21

(désolé si le rp paraît merdique et vite fait mal fait mais j'en avais fait un super long mais la page à planté et j'ai eu trop les nerfs et pas parvenu à le refaire correctement)

« Oui c'est normal : il prépare la scolarité de son fils à Wynwood. Il va bientôt revenir normalement. »

Répondit Ty à mon père qui demanda aussitôt avec une vive curiosité :

- Il y a beaucoup d'amérindien dans cette école ?

Je répondis alors :

- Euh...Non, en fait, je crois bien que nous sommes les deux seuls.

Je jetais un regard à Ty comme pour voir s'il désapprouvait ou non mais il me semblait qu'à notre première rencontre, il m'avait dit cela. Vint ensuite la conversation de la famille ou je restais silencieuse tandis que mon père cloua le bec à Ty qui s'apprêtait à se rabaisser tout seul. Durant le temps qu'on traversait la réserve, je remarquais que Ty pleurait. Sans comprendre, je posais ma main sur son épaule en lui demandant :

- Ty ? Quelque chose ne va pas ?

Puis, nous arrivions devant ma maison et mon père gara la camionnette sur le trottoir. Nous n'avions pas de garage et n'en voyons pas l'utilité. Alors que je récupérais mon sac, Ty me demanda la signification des graffitis sur le mur de la maison. Je lui répondis alors :

- Oh ce n'est rien. Probablement les anciens propriétaires qui ont fait ça, tu en verrais sûrement d'autres dans le quartier.


Et même au centre de la réserve, on pouvait en voir. Les jeunes de nos jours n'avaient plus le même sens du respect. Tout à coup, la porte de la maison s'ouvrit et une femme souriante en sortit. Ravi de la revoir, je me jetais dans ses bras et toutes les deux échangions des paroles de retrouvailles lakota jusqu'à ce que la femme aperçu Ty. Elle interrogea alors mon père du regard qui lui répondit :

- C'est le camarade de l'école de Meika, il a voulu venir découvrir la réserve.

Dit-il avant de pénétrer dans la maison. Je me chargeais de faire les présentations :

- Maman, je te présente Ty, Ty, voici ma mère.

Celle ci s'approcha du jeune homme pour le saluer et ajouter :


- Je m'appelle Winona jeune homme, Meika nous a déjà parlé de toi dans ses lettres mais je suis heureuse de pouvoir enfin te connaître. Bon sang, vous devez être épuisé par ce voyage, entez donc !

Ma mère retourna dans la maison suivit de moi et Ty. Toutes les autres maisons étaient allumées dans l'obscurité de la nuit qui prenait place. On voyait au loin, un peu à l'écart, la lueur d'un feu de camp entouré de silhouette. Je n'étais pas mécontente d'être de retour chez moi. Nous arrivions dans la salle à manger qui était relié au salon mais à peine Ty franchi le passage qu'il fut accueillit par un grondement féroce. En effet, le pauvre venait d'être pris en grippe par Hakan, notre loup apprivoisé qui n'aimait guère les étrangers. Ce dernier venait de se lever alors qu'il somnolait sur un tapis et gronda en direction de Ty d'un air menaçant.

Je m'accroupis alors en enlaçant le cou de l'animal :

- Kaskapiya ! Sni oyazone iye, miye kola ye.
(Arrête ! Ne lui fais pas de mal, il est mon ami.)

Hakan coucha les oreilles mais cessa de gronder. Toutefois, il se recula de Ty. Ce fut alors qu'une voix s'éleva, en provenance du salon :

- Eh bien...Il y en a du boucan.

Il s'agissait de ma grand mère maternelle qui reposait dans un fauteuil du salon. Elle était accompagné de mon grand-père et de ma grand mère paternelle. Mon grand père d'ailleurs railla d'un air un peu las :

- Wasicu iya sni ye...(Ne parle pas la langue des Blancs...)

Ce à quoi ma grand mère maternelle répondit calmement :


- Pourquoi pas ? On a un invité j'ai l'impression.

Son regard vieux, ridé mais encore clairvoyant s'attarda sur Ty et suscita l'attention des deux autres grands parents. Mon grand père le fixa un moment avant de demander :

- He tuwe he ? (Qui est-ce ?)

- He Ty Swan e.
(C'est Ty Swan.) Il va rester quelque jours ici, c'est un ami de là où je fais mes études.

Répondis-je alors que mon autre grand mère ajouta en souriant :


- Bienvenu à la maison Ty Swan.

Puis, ma mère demanda à Ty et à moi même :

- Bien ! Est-ce que vous avez faim ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Dim 22 Juin - 21:56

Chayton Cloud connaissait mon oncle, mais ne l'avait pas revu depuis quelque temps. C'était tout à fait normal puisque celui-ci avait décidé de passer plus de temps avec sa famille et de préparer l'arrivée de son fils à Wynwood.
« Oui c'est normal : il prépare la scolarité de son fils à Wynwood. Il va bientôt revenir normalement. », répondis-je à la remarque du père de Meika.

Celui-ci mis une musique trop cool pendant le trajet, que je ne connaissais pas. Nous parlions famille Chayton et moi, et lorsque j'eus raconté brièvement qui était mon père, l'homme sage fis cette remarque : « Tu dois être fier alors. Qu'un homme avec autant de défaut ai pu mettre au monde un jeune homme tel que toi. ».
Je m'apprêtais à dire que je n'étais qu'un gars qui vivait des malheurs, qui faisait conneries sur conneries et qui était la honte de la famille, un vrai hédoniste, un vrai rebelle.
Mais le Sioux me devança par ses paroles : « Je ne suis pas du genre à me faire de fausses idées. Je lis très bien dans l'âme des gens. Je dois tenir ça de ma mère, elle sait très bien sonder les âmes elle aussi. Il est vrai que personne n'est parfait, mais je suis convaincu que si Meika t'apprécie, il doit y avoir une bonne raison. ». Instinctivement, je tournais la tpete vers Meika, puis je regardais de nouveau Chayton. Il avait raison. Je dis donc : « Oui, c'est vrai. ».
Puis, comme j'avais soif, je demandais à Meika si elle n'avait pas une bouteille d'eau. J'étouffais avec cette chaleur, et il me semblait que je m'étais desséché et que je n'avais plus aucune eau dans mon corps. Ce n'était qu'une impression, or, c'était bien désagréable ! De plus, ma langue était sèche, et comme je parlais beaucoup comme une pie, il me fallait de l'eau.
La jeune demoiselle commença une phrase qu'elle ne pu finir, car Chayton la devança et me tendit une bouteille d'eau entamée qu'il avait pris dans la boite à gant. Je le remerciais dans la langue des Sioux, puis j'ouvris la bouteille et versais dans ma bouche l'eau rafraîchissante. Je pris soin de ne pas tout boire et je remis la bouteille au conducteur en le remerciant de nouveau en Sioux.

Puis, je posais deux questions sur la réserve. L'homme métis m'appris que la réserve était très grande, mais qu'elle était également la plus pauvre du pays. Je sais que Cheyenne River est pauvre, mais je pense qu'elle n'est pas aussi pauvre que Pine Ridge. Mon portable sonna et j'appris autre chose grâce à Jeremy Otto : les amérindiens étaient à la fois les amérindiens du Nord et du Sud. He bien, je me coucherais moins bête ce soir.
J'écrivis en guise de réponse à Jerem' : « Ah ok. Je ne le savais pas. Merci de ta réponse. ».
Puis, je me mis à observer le paysage, préférant économiser ma salive pour plus tard. Je regardais de temps en temps l'heure sur le portable.
Une heure plus tard , je pu lire sur un panneau : « ENTERING Pine Ridge Indian Reservation. Land of the Oglagla Sioux. Chiefs Red Cloud, Black Elk, Crazy Horse. NO HUNTING WITHOUT TRIBAL PERMIT. ». Au moins c'était clair.

Puis, je vis des chevaux, des cavaliers sur d'autres chevaux qui nous regardaient arriver, des maisons. Puis, au centre ville, je pu voir de mes yeux bruns aux éclats orangés par le soleil couchant des gens qui semblaient miséreux , des voitures, des chats et des chiens errants, des maisons insalubres et des jeunes Amérindiens qui seraient dignes d'être SM que j'irais peu être rejoindre vu notre addiction commune : la cigarette.
Mon regard était cependant triste car je ne m'attendais pas à voir mon peuple dans un tel état ! C'était horrible ! C'était inadmissible ! Ils étaient si pauvres, si ...souffrants, si...miséreux, ils semblaient si tristes ! Les jeunes étaient au chômage alors ils ne trouvaient rien d'autre à faire que d'oublier leurs soucis avec le tabac et la drogue.
Pour la première fois de ma vie, je compris que ma vie n'était pas si à plaindre que ça ! Eux souffraient plus que moi ! C'étaient eux les Caliméros, pas moi !
Personne ne les aidaient ! Promis, je ferais un don d'un gros chèque pour les aider ! Pourquoi le gouvernement ne faisait rien ? Pourquoi les Blancs riches ne les aidaient pas ? C'était INADMISSIBLE !!!!!!! Je n'avais jamais visité un endroit aussi pauvre. Même chez les Yellow, c'était un peu mieux !
J'étais confronté avec la réalité, et ça m'avait fait un choc. Sans m'en rendre compte, des larmes étaient venues s'échouer sur mes joues. Je les essuyait en reniflant un peu. J'étais tellement triste pour eux. C'est aujourd'hui que je compris que j'avais de la Chance en réalité. Mes parents étaient morts et j'avais échappé à cette vie dure. J'étais riche au lieu d'être pauvre. J'avais de la chance, oui, beaucoup de chance !!!
C'était pas juste que les Amérindiens se retrouvaient dans cet état. Tout ça c'était la faute des Visages Pâles ! Si ils n'étaient pas venus prendre les terres des Amérindiens, ils ne seraient pas pauvres aujourd'hui !!!
J'étais révolté, indigné, touché au plus profond de mon être et c'est pour cela que je continuais de pleurer. J'étais en colère contre cette injustice ! Ils ne méritaient pas ça ! Il fallait les aider ! Si personne ne le ferait, moi je le ferai ! Je me battrai pour eux jusqu'à ce que mon cœur cesse de battre. Je leur donnerais de l'argent et si il le faut, toute ma fortune ! Je devais le faire pour les miens ! Je ne pouvais pas laisser ça comme ça ! Il fallait agir ! MAINTENANT !

Nous poursuivîmes la route, nous dirigeant vers des plaines superbes, des rivières et d'autres maisons. C'était un peu mieux que le centre ville et je fus ravi de voir comment les maisons étaient répartis dans la plaine. Il y avait aussi une grande colline rougeâtre qui me faisait penser un peu au Grand Canyon.
La camionnette s'approchait d'une maison bleue. Meika me la montra du doigt et je compris que c'était là où elle habitait avec sa famille. Chayton se gara et nous descendîmes de la camionnette.
Ça faisait du bien de se dégourdir les jambes après de nombreuses heures de voyage. La fatigue se faisait aussi sentir. Je baillais à m'en décrocher la mâchoire tant je voulais dormir. Je m'étirais ensuite et fis bouger un peu mes jambes avant de prendre mon sac et de suivre les Cloud. J'observais un moment avec curiosité la maison bleue que je trouvais sympa. J'en fis le tour et je couru rejoindre Meika pour lui demander quelles étaient les inscriptions étranges en noir, écrites sur sa maison. C'était semblait-il des graffitis.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Sam 21 Juin - 21:08

Quand mon père autorisa Ty à venir (le contraire aurait été bien dommage avec la route qu'il avait du faire !), ce dernier répondit :

« Je n'ai malheureusement jamais pu visiter une seule réserve à part celle où habitent les Yellow. Ma mère est morte quand j'avais deux ans et elle n'a pas pu me montrer les coutumes. Vous connaissez sans doute mon oncle, Sam Yellow ? »

Je restais silencieuse à laisser les deux hommes parler, à la fois par politesse mais aussi parce que je n'avais rien à dire sur cela. Mon père restait très attentif aux paroles de Ty et lorsque ce dernier posa la question, mon père réfléchit un instant au nom énuméré. Il réfléchissait d'ailleurs à voix haute :

- Ce nom ne m'est pas inconnu...Moui ça me revient maintenant.

Puis, comme convaincu qu'il avait parlé dans sa tête, il se reporta à Ty pour lui répondre :

- Ca fait un bon moment que je n'ai pas revu ou entendu la venue de cet homme à la réserve.

Et mon père qui tenait une petite boutique amérindienne pour les rares visiteurs qu'on avait, en avait vu passer du monde à la réserve. Personne ne lui aurait échappé du regard. C'était un métier bien mince mais il n'avait pas su trouver mieux. Ma mère s'en était mieux sortit, elle était médecin. Mon frère aîné était encore très indécis sur son avenir mais il était sûr et certain de ne pas quitter la réserve. Ceux qui le faisaient, il les voyait bien mal par la suite. En tout cas, il prenait plaisir à aider un proche ami à lui à réparer des voitures dans un garage. Je me demandais si mon frère allait voir son avenir les mains sales d'essence et d'huile ! Une fois installé dans la camionnette, mon père démarra et quitta le village. Durant le trajet, mon père mis l'un de ses CD préféré : l'album Mohicans chapitre 2, qui démarra sur Under The Moon
Pendant ce temps, il conversait avec Ty qui lui dit avec un brin d'étonnement :


« ça alors ! Mais moi aussi je suis amérindien du côté de ma mère ! Elle était 100% Sioux ! Moi je suis effectivement métis. Ma mère a craqué sur un Blanc WASP alcoolique, fainéant, rebelle et chômeur. Mon père, je ne sais pas trop ce qu'il pensait des Sioux...il était très matérialiste. Je suis heureux pour vous qu'un Blanc soit aussi impliqué pour la cause de notre tribu. C'est vraiment cool d'entendre ça ! »

Sans quitter la route des yeux, mon père souriait. Il attendait un moment avant de répondre, jetant un bref regard dans le rétroviseur pour apercevoir le regard de Ty :

- Tu dois être fier alors. Qu'un homme avec autant de défaut ai pu mettre au monde un jeune homme tel que toi.

Et comme s'il s'attendait à une réponse pessimiste de Ty, il ajouta :

- Je ne suis pas du genre à me faire de fausses idées. Je lis très bien dans l'âme des gens. Je dois tenir ça de ma mère, elle sait très bien sonder les âmes elle aussi. Il est vrai que personne n'est parfait, mais je suis convaincu que si Meika t'apprécie, il doit y avoir une bonne raison.

Je souris légèrement puis me tourna vers Ty qui me demanda :

« Dis moi tu n'aurais pas une bouteille d'eau par hasard s'il te plaît ? »

- Elles sont devant...

Commençais-je, mais avant de pouvoir conclure, mon père, qui avait entendu, ouvrit le compartiment à gant qui se trouvait devant la place à côté de lui, qui servait également de "glacière" quand la clim était activée, et en sortit une petite bouteille d'eau, déjà entamée, qu'il tendit en arrière sans quitter la route des yeux. Par la suite, Ty demanda :


« Il y a combien de personnes dans votre réserve à peu près ? Est ce que c'est grand ? »

- Oh, c'est la deuxième plus grande réserve des Etats Unis mon garçon avec un peu moins de quarante mille habitants. Enfin, il ne faut pas te méprendre, c'est également l'une des réserves les plus pauvres du pays. L’espérance de vie y est courte, le chômage élevé, bref, de rudes conditions de vie. Cependant, nous faisons partie aussi de ceux qui maintiennent le mieux nos nobles traditions afin de les préserver.

A ce moment là, le téléphone de Ty sonna à nouveau :

1 nouveau message:
 
THANKS XO MONSTER

La route se poursuivit. Elle semblait interminable, mais au bout d'une heure, la voiture croisa un panneau de bois.
Au loin, à l'orée d'une forêt de pins, on pouvait apercevoir l'enceinte des troupeaux de chevaux. Oh ! J'arrivais même à voir Akecheta ! C'était un ami d'enfance qui passait plus de temps avec les chevaux qu'avec les humains malgré son air de garçon rebelle. En parlant de chevaux, la camionnette passa non loin d'une petite colline où un groupe qui chevauchait nous observait en compagnie de leur berger allemand. Il faisait tard mais comme nous étions au abord de l'été, c'était encore clair malgré qu'il n'était pas loin de 19 heures. Cependant, on voyait le soleil qui descendait tout doucement à l'horizon et qui illuminait le ciel d'un halo orangé. Plus loin encore on voyait les maisons qui commençaient à se montrer. Nous pénétrons finalement le centre ville qui ressemblait étrangement au village de Martin et sans doute à beaucoup d'autre village de l'état. Mais au fur et à mesure qu'on s'enfonçait dans la réserve, on arrivait aux endroits plus pauvres qui étaient perdu parmi les plaines alentours, encerclée d'une petite rivière nommée Wolf Creek. Là, on apercevait des gens au dehors et des chiens et chats errants. Il y avait également quelques chevaux et poneys. Ce n'était pas le quartier le plus pauvre. En effet, le pire des quartiers était jonché de déchet, les gens vivaient dans des maisons insalubres et étaient soumis aux dures règles de l'alcool et du tabac. Ca ne les empêchaient pas de rester dans la misère afin d'être au côté de la tribu. Sur le chemin qui menait à ma maison, nous croisions un groupe de jeunes qui fumaient. Heureusement que nous ne vivions pas dans ce quartier mais j'étais bien contente de ne pas vivre dans le centre non plus. Nous étions les plus proches des plaines et de la rivière, dans des maisons correcte sans être de grande qualité non plus. J'étais persuadée que si les Etat Unis prenaient un peu plus notre sort en considération, nous vivrions bien mieux. Je ne plaignais pas plus cependant. J'avais toute ma vie ici, d'ailleurs, nous arrivions enfin à mon domicile, une petite maison bleue. Je la désigna à Ty pour le lui faire comprendre. C'était partie pour deux semaines dans mon endroit préféré au monde. Car même s'il y avait de la misère, beaucoup de misère, nous avions notre héritage, nous avions nos terres, nos paysages. Ici, c'était chez moi !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Ven 20 Juin - 20:33

Dans le train, Meika me dit alors quelque chose qui m'éclaira : « J'ai l'impression que tu essaie de te voiler la face...Tu n'y es pourtant pour rien dans ce que tu ressens. Si être hétéro est vraiment ce que tu veux, ça ne devrait pas être si dur que ça. S'il est dur de combattre sa nature, il est encore plus difficile de lutter contre la volonté des gens. Tu devrais y réfléchir à deux fois. Réfléchir à ta situation. Veux-tu vraiment être hétéro parce que tu le désir ? Ou bien parce que le monde ne te vois plus pareil parce que tu es bi ? Penses-tu que les gens t'aimerais plus ainsi ? Quand on aime réellement quelqu'un, c'est pour ce qu'il est réellement. »
Je voulais être hétéro parce que je le voulais vraiment. Pas parce que je me faisais détester parce que j'étais Bi. C'était pas un problème : je m'en moquais pas mal. Mais vrais amis et même ma colloc' et aussi Carry, s'en moquaient que je soit « Bi ».
Quand je parlais de mon choix assez difficile entre Mikah et Ashley, la jeune-fille me dit : »Hm...Je prônerais toujours la franchise envers tes proches si j'étais toi. »
Elle n'avait pas tord. Je crois que j'irais parlé à Mikah et lui dire la vérité en face.
J'entendis mon portable vibrer. C'était de nouveau Jeremy. Il n'en revenait pas que je retournais à mes origines. Il ne faisait pas le tour du monde mais tournait des clips pour dénoncer des choses et il m'enverra des vidéos. Cool !
Il repassera à Miami sûrement pour me voir. Par contre il ne regarderait pas la Coupe du Monde de foot car ils faisaient de l'argent sur le dos des pauvres.
Je répondit à l'SMS : « Oui je retourne aux sources ! Mon cousin lui, préfère s'émanciper chez les Visages Pales. Cool pour tes vidéos :) Mais pourquoi dis-tu amérindiens ? C'est pas des amérindiens ça ! C'est des Brésilliens ! x). Je compte bien m'amuser. Merci. PS : Je compte rompre avec Mikah.»


A Winners, je demandais à Meika si elle avait parlé de moi à son père. Elle me fit pour toute réponse un sourire, alors je compris qu'elle l'avait fait.
Ensuite je demandais la permission à Mr Cloud de venir dans la réserve. Il me dit : « Ah oui ! Meika m'avait dit que tu étais tenté de venir à la réserve avec elle. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit déjà le cas...Mais bien entendu, tu es le bienvenu. Enfin, Si tu connais les réserves, il ne faudrait pas s'attendre à des merveilles. Le monde est plus ce qu'il était. ». Je répondis : « Je n'ai malheureusement jamais pu visiter une seule réserve à part celle où habitent les Yellow. Ma mère est morte quand j'avais deux ans et elle n'a pas pu me montrer les coutumes. Vous connaissez sans doute mon oncle, Sam Yellow ? »
J'espérais qu'il l'avait déjà parlé au moins une fois de sa vie, car mon oncle allait partout dans les réserves s'occuper des chevaux. Meika ne connaissait pas, mais Chayton devait sûrement connaître quand même!
Chayton nous encouragea à monter dans la camionnette, précisant qu'il y avait de la route à faire. Meika et moi nous montâmes et nous nous installèrent sur la banquette arrière. Mon sac était posé sur les genoux.
Chayton démarra et nous fûmes partis.
Absorbé par l'observation du paysage, j'entendis soudainement Mr Cloud me dire : « Alors jeune homme ! Il paraît que tu es métis ? Comme moi. Moi je suis amérindien du côté de ma mère. C'était mon père le blanc américain mais qu'est ce qu'il aimait notre peuple ! C'est bien malheureux qu'il nous ai quitté l'année dernière à peine ! C'était un homme qui se rendait un peu partout pour promouvoir notre survie à tous. ».
Je m'exclamais : « ça alors ! Mais moi aussi je suis amérindien du côté de ma mère ! Elle était 100% Sioux ! Moi je suis effectivement métis. Ma mère a craqué sur un Blanc WASP alcoolique, fainéant, rebelle et chômeur. Mon père, je ne sais pas trop ce qu'il pensait des Sioux...il était très matérialiste. Je suis heureux pour vous qu'un Blanc soit aussi impliqué pour la cause de notre tribu. C'est vraiment cool d'entendre ça ! ».
Je secouais mon débardeur marron, car il faisait très chaud, surtout dans la voiture.
Je tournais ma tête vers Meika et lui demandais : « Dis moi tu n'aurais pas une bouteille d'eau par hasard s'il te plaît ? ».
Puis, m'adressant au conducteur je demandais : « Il y a combien de personnes dans votre réserve à peu près ? Est ce que c'est grand ? ».
Je n'avais pas fini de poser des tonnes et des tonnes de questions, tant j'étais curieux et heureux deretrouver mes origines.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 19 Juin - 23:04

Ty me remercia quand je lui répondis sincèrement. Puis il m'informa de la dureté de sa famille amérindienne à propos des homosexuels. Chacun pensait comme il voulait, mais je m'attendais à ce que les familles sioux développent plus ou moins la même sagesse et tolérance. Nous n'étions vraiment plus dans les mêmes époques. Puis, il rétorqua :

« Comment ça ? Tu crois que je suis Bi et que je vais le rester ? Ah ça alors là pas question ! Non non non et re-non ! Tu ne comprend pas Meika ! C'est dur pour moi d'être un gay en plus d'être hétéro. Tu sais quoi ? Ça me dégoûte presque maintenant, ça me donne envie de vomir. Sincèrement ! Je ne peux plus continuer à être gay en même temps qu'hétéro. Je dois choisir mon camp ! En plus tu sais quoi ? Je suis plus hétéro. Pourquoi ? Parce que je SUIS hétéro en fait. Je pense qu'on m'a jeté un sort ou un truc du genre. »

- J'ai l'impression que tu essaie de te voiler la face...Tu n'y es pourtant pour rien dans ce que tu ressens. Si être hétéro est vraiment ce que tu veux, ça ne devrait pas être si dur que ça. S'il est dur de combattre sa nature, il est encore plus difficile de lutter contre la volonté des gens. Tu devrais y réfléchir à deux fois. Réfléchir à ta situation. Veux-tu vraiment être hétéro parce que tu le désir ? Ou bien parce que le monde ne te vois plus pareil parce que tu es bi ? Penses-tu que les gens t'aimerais plus ainsi ? Quand on aime réellement quelqu'un, c'est pour ce qu'il est réellement.

« Oui ça me fait de la peine mais...je n'arrive pas à choisir entre Mikah et Ash...Je ne veux pas les perdre tous les deux...C'est vrai que Mikah m'a dit qu'il vaudrait mieux pour moi que je sorte avec une fille, mais je ne veux pas le perdre tu comprend ? Et Ash c'est...la fille de NY que j'ai perdu de vue. Je l'aimais avant. Mais je n'avais pas eu le courage de le lui dire avant que je ne parte de NY. Alors...les années ont passées....Mais je l'ai retrouvé et je lui ai demandé de sortir avec moi, puis je lui ai avoué que j'étais Bi. Et...je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles ! Cool non ? »

- Hm...Je prônerais toujours la franchise envers tes proches si j'étais toi.

« C'est bien ça le problème...Je crois que je ne suis pas fait pour m'engager. A chaque fois mes histoires d'amours se terminent mal ou brusquement... Je suis fais pour les coups d'une nuit qui ne durent pas...J'ai l'impression que mes sentiments pour Mikah et Ashley se sont...éteints...ont disparus... totalement.».

Je restais silencieuse cette fois ci. Qu'est ce que j'y connaissais dans ce domaine après tout ? Bien peu de chose. Le reste du voyage se passa plus calmement et je me disais que toutes les pensées de Ty avaient de quoi rendre fou. Est-ce que je subirais ça moi aussi si un jour je rencontrais quelqu'un ? Ce qui était certain, c'était que je ne me contenterais pas d'un soir moi. Si je devais me lier à quelqu'un, ce sera pour longtemps, toujours de préférence. Dans le bus, une nouvelle sonnerie retentit, venant du téléphone du jeune homme.

1 nouveau message:
 
THANKS XO MONSTER

Bref. Nous arrivions ensuite à Winners où je retrouva mon père. Celui ci détailla Ty du regard avant de le saluer. Salut auquel Ty répondit avec un grand sourire :

« De même. Enchanté Mr Cloud. »

Mon père lui répondit d'un nouveau sourire avant que Ty ne me murmure à l'oreille :

« Tu lui a parlé de moi dans une lettre ? Tu as dit quoi exactement ? »

Je lui fis un petit sourire taquin. En réalité, pas grand chose. Juste notre rencontre, le fait qu'il m'avait aidé à me repérer, le fait qu'il était demi amérindien, qu'il était quelqu'un de gentil et qu'il m'avait même offert un bracelet. Je lui avait également énoncer le fait qu'un jour, il viendra avec moi à la réserve. Mais je ne pensais pas que ça viendrait aussi vite. Mon père non plus d'ailleurs. Je gardais le silence, histoire de taquiner un peu le garçon. On perturbait un grand bavard que par le silence. De toute façon, ce dernier se tourna vers l'homme pour lui demander :

«Est-ce que...je pourrais passer quelques jours dans votre réserve ? Je suis ravi de pouvoir venir chez vous. Je suis curieux de voir votre habitat, de connaître vos coutûmes et vos légendes. »

Mon père eut un petit rire avant de répondre rapidement :

- Ah oui ! Meika m'avait dit que tu étais tenté de venir à la réserve avec elle. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit déjà le cas...Mais bien entendu, tu es le bienvenu. Enfin, Si tu connais les réserves, il ne faudrait pas s'attendre à des merveilles. Le monde est plus ce qu'il était.

Ce qui avait tendance à rendre mon père un peu triste d'ailleurs. Combien de temps encore les coutumes amérindiennes existeront ? On avait tous peur que cela disparaisse. Mais nous ne pouvions pas revenir dans le passé. Mon père finit par plaquer une main sur l'épaule de Ty avant de l'amener en avant vers sa camionnette en s'exclamant :

- Allez montez maintenant ! Il y a encore de la route à faire !

Je suivis immédiatement et m'installa avec Ty sur la banquette arrière de la camionnette pendant que mon père fit le tour pour se mettre au volant. Il démarra et traversa la ville sur l'avenue principale avant qu'un nouveau paysage de plaine ne se présent à nous avec un horizon infinie et une route en ligne droite. Pendant au rétroviseur, il y avait une sorte de mini capteur de rêve qui se balançait sous les mouvements du véhicule. La banquette sur laquelle on était était recouverte d'une sorte de couverture brodée dans de la laine rouge et blanche avec des motifs d'aigle noir dessus. Au bout d'un moment de silence, mon père lança tout à coup :

- Alors jeune homme ! Il paraît que tu es métis ? Comme moi. Moi je suis amérindien du côté de ma mère. C'était mon père le blanc américain mais qu'est ce qu'il aimait notre peuple ! C'est bien malheureux qu'il nous ai quitté l'année dernière à peine ! C'était un homme qui se rendait un peu partout pour promouvoir notre survie à tous.

Je restais silencieuse de tout le temps où mon père parlait. De toute façon, je connaissais maintenant les histoires de ces deux là, Ty depuis aujourd'hui j'en savais beaucoup sur lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 19 Juin - 19:28

Meika me rétorqua que si elle était à WHS c'est qu'elle n'était pas pauvre. Elle n'avait pas tord, mais je sais que les Amérindiens ont des difficultés financières !
Puis elle me dit qu'elle avait remarqué que j'avais faim. Ce n'était pas compliqué : j'étais toujours grognon quand le repas se faisait attendre.
Quand je lui demandais pourquoi elle ne me croyait pas, Meika rétorqua que je pouvais dire cela au hasard. Bon elle n'avait pas tord tout de même.
Lorsque je lui dis qu'elle devait être dégoutée de savoir que j'étais un débauché, elle me répondit que non, mais qu'elle ne s'y attendait pas. Tu m'étonnes ! Elle m'avait vu comme un gentil garçon, mais maintenant, elle me voyais sous un autre angle. Peut-être qu'elle se méfiait de moi à présent !
Je lui demandais alors si elle me détestais. Mais à ma grande surprise, l'Amérindienne me répondit : « Honnêtement Ty, si je devais te détester pour quelque chose parmi tout ce que tu as cité aujourd'hui, c'est loin d'être en rapport avec...ton orientation sexuelle...Mais tu as de la chance. Parmi tout ce que tu m'as dit aujourd'hui, rien n'a valu un sentiment de haine. D'un autre côté, on ne m'a pas élevé dans le but de trouver de quoi haïr les autres. ». La chance. Les Visages Pâles m'ont pervertis.
Je fis un sourire et je lui dis : « Merci. » . Puis, je parlais de mon cousin Paytah et de la haine terrible qu'il me vouait. Meika baissa les yeux et dit tristement : «Eh bien, je ne sais pas ce qu'on apprend aux enfants Yellow, mais ça m'a l'air bien différent des Cloud... ». Je pris la défense des Yellow : « Ne t'en fais pas, ils sont bien élevés. Mais ce crétin de Paytah a décidé de me détester. C'est sûrement parce qu'il a vraiment honte de moi ! Tu sais, chez les Yellow, il est interdit de devenir gay. Mon oncle Sam est homophobe. »
Finalement, au lieu de prendre la défense des Yellow, je les critiquais.
« Mais tu ne peux pas rejeter ce que tu es. »
« Comment ça ? Tu crois que je suis Bi et que je vais le rester ? Ah ça alors là pas question ! Non non non et re-non ! Tu ne comprend pas Meika ! C'est dur pour moi d'être un gay en plus d'être hétéro. Tu sais quoi ? Ça me dégoûte presque maintenant, ça me donne envie de vomir. Sincèrement ! Je ne peux plus continuer à être gay en même temps qu'hétéro. Je dois choisir mon camp ! En plus tu sais quoi ? Je suis plus hétéro. Pourquoi ? Parce que je SUIS hétéro en fait. Je pense qu'on m'a jeté un sort ou un truc du genre. »

Puis, je parlais de ma polygamie à Meika. La pauvre, ne comprenait rien. Elle était perdue, c'était clair ! Sinon elle n'allait jamais me dire : « Euh...Je connais ni l'un, ni l'autre. Mais je me demande si c'est une bonne idée de jouer ce double jeu...Tu n'es pas un peu triste pour ceux que tu trompe ? ».
« Oui ça me fait de la peine mais...je n'arrive pas à choisir entre Mikah et Ash...Je ne veux pas les perdre tous les deux...C'est vrai que Mikah m'a dit qu'il vaudrait mieux pour moi que je sorte avec une fille, mais je ne veux pas le perdre tu comprend ? Et Ash c'est...la fille de NY que j'ai perdu de vue. Je l'aimais avant. Mais je n'avais pas eu le courage de le lui dire avant que je ne parte de NY. Alors...les années ont passées....Mais je l'ai retrouvé et je lui ai demandé de sortir avec moi, puis je lui ai avoué que j'étais Bi. Et...je n'ai plus jamais eu de ses nouvelles ! Cool non ? »
Je poussais un soupir de tristesse. Que dirait Mikah si je l'abandonnerais. Le pauvre...
Je repartis dans une longue tirade et je demandais conseil à ma petite sœur de tribu. Elle me dit de sa voix douce : « Tu ne mens pas. Mais moi, j'ai l'impression que tu cache beaucoup. Si tu commençais déjà par exposer tes sentiments aux personnes concernées ? ».
Tout en fixant mon plat, je déclarais : « C'est bien ça le problème...Je crois que je ne suis pas fait pour m'engager. A chaque fois mes histoires d'amours se terminent mal ou brusquement... Je suis fais pour les coups d'une nuit qui ne durent pas...J'ai l'impression que mes sentiments pour Mikah et Ashley se sont...éteints...ont disparus... totalement.».
Mes yeux baissés, je plaquais ma langue contre ma joue.
C'était bel et bien vrai. Je n'allais plus voir Mikah depuis un moment. J'avais trop de choses à faire d'une part et d'autre part, je sentais bien que ça n'était plus aussi enflammé qu'au début entre nous. C'est donc aussi pour ça que j'avais décidé de l'emmener en vacances à Sydney, mais avec la future venue de mon petit cousin, ma participation à l’événement des PS et des SM, je n'étais plus certain de faire le voyage...
La voix de la Sioux me tira de mes pensées : « Sois heureux afin de vivre vieux. Les soucis te rendent malade, se mettre en colère est une mauvaise habitude. Si l'innocent ne se met pas en colère, il vivra longtemps. Celui qui a quelque chose à se reprocher, perdra la santé à cause de ses pensées négatives. S'il est vrai que le bonheur est bon, il est également source de santé. ».
J'hochais la tête.
Le bonheur. Ça j'étais pas prêt à l'avoir. Depuis que j'étais redevenu Bi (car au début de l'année, je ne l'étais plus), j'étais devenu malheureux, en plus de mes autres galères. Il fallait que ça change ! Je devais tout faire pour redevenir souriant et avoir une vie cool.

Dans le bus, je reçus un SMS de Jeremy. Lorsque je dis à Meika que c'était un ami qui était un surveillant de WHS, elle fût étonnée : « Oh, tu es même ami avec les surveillants du lycée. ». Tout en riant, je fis : « Ouais ! ».
Puis je regardais le paysage. Je déteste le bus. C'est mon moyen de transport le plus détesté après le train.
Je me concentrais sur le paysage et la musique country. Je demandais, trouvant le temps long, à Meika si on arrivait bientôt à son village. Celle-ci me dit qu'on y était presque.
Quelques bonnes minutes plus tard, alors que je regardais les résultats du match de foot au Brésil, Meika s'exclama : « On y est ! ».
Je mis mes lunettes que j'avais ôté pendant le resto et le trajet et je descendis du bus, suivant Meika, ne la lâchant pas d'une semelle.
Nous étions donc à Winners.
Je regardais les environs, m'arrêtant en chemin.
Après avoir observé tout autour de moi et changé mon sac à bandoulière d'épaule, je rejoignis Meika qui était en compagnie d'un grand homme d'à peu près ma couleur (et encore ! Il est plus pâle que moi!), aux cheveux longs (plus longs que ceux d'oncle Sam).
Celui-ci m'observa avant de dire à Meika : « Tu nous as ramené quelqu'un ? ».
Oh Oh ! Peut-être n'étais-je pas le bienvenu. En bonne fifille sage, Meika répondit :
« Oui, c'est Ty Swan. Je t'en avais parlé dans ma lettre. Ty, je te présente mon père, Chayton Cloud. »
Chayton... ça voulait dire Aigle je crois. Enfin, peu importe.
Chayton Cloud était donc le père de Meika.
L'homme me tendit la main et me fit un sourire en disant : « Ravi de faire ta connaissance jeune homme. ». Je fis mon sourire de chat de Cheschire puis je dis : « De même. Enchanté Mr Cloud. ».
Il fallait être poli.
Puis, je chuchotais à Meika : « Tu lui a parlé de moi dans une lettre ? Tu as dit quoi exactement ? ».
Je tournais la tête vers Chayton et relevais mes lunettes sur mes cheveux avant de lui demander : «Est-ce que...je pourrais passer quelques jours dans votre réserve ? Je suis ravi de pouvoir venir chez vous. Je suis curieux de voir votre habitat, de connaître vos coutûmes et vos légendes. ».
On aurait dit un parfait paumé ou bien un côlon qui n'avait jamais entendu parler des Sioux.
Je manquais de connaissances au sujet de ma tribu, et cela se voyait.
Oh maman, pourquoi ne m'as-tu pas laissé vivre chez les Yellow  en le précisant dans ton testament? Pourquoi es tu partie trop tôt ? Pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mer 18 Juin - 2:40

Lorsque j'annonçais à Ty que j'étais capable de payer, il me répondit :

« Tu ne peux pas payer ! C'est au dessus de tes moyens : tu es pauvre ! Moi je suis plein aux as, je suis riche. Alors je claque mon argent. Comme là par exemple...Et je suis toujours comme ça : j'offre des restos, des places, ect aux gens. Alors t'inquiète, c'est un cadeau. ».

Je pris un air un peu vexée. Je n'étais peut-être pas aussi riche que lui, mais j'avais tout de même assez d'argent pour me payer de quoi manger non ? Loin d'être le genre de fille qui laissait passer les affronts, je rétorquais néanmoins sans brutalité dans la voix mais juste assez de ton concerné pour lui faire comprendre l'effet de ses paroles :

- Si j'étais si pauvre que ça je ne serais pas à Wynwood.

Mais bon. Puisqu'il voulait payer et faire pavaner son argent en masse, je n'insista pas plus. Quand il s'énerva alors que j'essayais de le calmer parce qu'il hurlait sur les serveurs, il s'exclama :


« Nan mais moi J'AI FAIM !!! »

- Je m'en suis aperçue.

Répondis-je calmement et une fois encore, je n'insistais pas plus car de toute manière, les serveurs arrivèrent avec les plats monumentaux du jeune homme. Alors que nous entamions le repas, je lançais le sujet à propos de ses dires dans le train. Ty se mit à rire. Je ne voyais pas pourquoi, mais il me demanda :

«Pourquoi ? Tu ne me crois pas ? »

- Ben...Tu étais paniqué. Tu aurais très bien pu dire n'importe quoi au hasard.

Sans toutefois avoir eu envie de mentir. Je ne pensais pas que ce garçon verrait de l'intérêt dans le mensonge, quoi que, dans ce voyage, j'avais le sentiment de le connaître un peu plus à chaque seconde et pas forcément à cause de ce qu'il m'avait dit dans le train. Il riait tellement qu'il avala de travers. Une fois son hilarité calmée, il ajouta :


«Tout ce que j'ai dit dans le train était vrai. Absolument tout. Pourquoi ? »

- Je te l'ai dit. Peut-être que tu aurais pu sortir ça au hasard. Ca peut arriver.

«Pourquoi ? Tu ... Tu dois chêtre dégouchtée de chavoir que je chuis un véritable... Pervers. Un vrai débauché !

Je restais silencieuse un moment avant de répondre :

- Non. Mais disons que je ne m'y attendais pas.

Qu'est ce qu'on pouvait réellement connaître de quelqu'un après tout ? J'agissais souvent comme la fille modèle et je pense que ça devait en irriter plus d'un. Ty n'était pas si différent de bon nombre d'adolescent à la réserve qui perdait leur voie à cause de la pauvreté. Ce n'était pas pour rien que le taux de suicide chez les amérindiens, du nord ou du sud ou des îles ou autres, était le plus élevé de toutes les ethnies d'Amérique. Les jeunes étaient déboussolés entre les divers cultures, entre nos traditions de rêve et la dure réalité du monde moderne. Certains voulaient fuir, d'autres tenter de s'adapter en vain. Et s'adapter de quelle façon ? En touchant à l'alcool, la drogue, en allant s'intoxiquer dans les fastfood. Ma famille avait toujours voulu éviter que cela nous atteigne, voilà pourquoi on était resté aussi proche de notre culture d'origine.

« Tu me déteste ? »

Me demanda tout à coup Ty, me sortant de mes sombres pensées.

« Tu me déteste parce que je suis Bi. Tu me déteste oui ou non ? Parce que si tu me déteste, autant me le dire tout de suite ! Ça mettra les choses au clair. Pour que ça devienne pas comme mon cousin Paytah. »

- Honnêtement Ty, si je devais te détester pour quelque chose parmi tout ce que tu as cité aujourd'hui, c'est loin d'être en rapport avec...ton orientation sexuelle...Mais tu as de la chance. Parmi tout ce que tu m'as dit aujourd'hui, rien n'a valu un sentiment de haine. D'un autre côté, on ne m'a pas élevé dans le but de trouver de quoi haïr les autres.

Je fis un petit sourire puis continua de manger jusqu'à ce qu'une question m'arrive en tête. Je me stoppa alors et regarda Ty avant de lui demander :

- Mais qui est Paytah ?


« Paytah, c'est mon cousin. Le plus jeune. C'est un Yellow, un Sioux de pure souche. Il était très très très proche de moi. Il m'admirait...Je lui ai tout appris côté Karaté, moto... Mais quand il a lu dans ma biographie que j'étais bi, il me voue une haine atroce. Je ne l'ai rien fait pourtant ! En plus, tu sais quoi le pire ? C'est que j'aimerais ne plus être Gay et Hétéro à la fois. C'est pas fait pour moi cette double vie. Je suis plus hétéro, alors pourquoi tant d'histoires ?? »

Je baissais un temps le regard :

- Eh bien, je ne sais pas ce qu'on apprend aux enfants Yellow, mais ça m'a l'air bien différent des Cloud...

Puis je le regardais de nouveau :

- Mais tu ne peux pas rejeter ce que tu es.


« C'est vrai, m*rde ! J'aimerais bien retourner en arrière et m'interdire de trouver B mignon. Mon cousin aussi il est mignon. Il est plus mignon que moi. Une vraiiii tête de beau gosse. Je te le présenterais si tu veux. Il est gentil.
Mais si...si je reste gay c'est pour Mikah. C'est mon 'petit-ami'. En fait je suis sur deux plans : Ashley et Mikah. C'est pas bon ça... Bref, si je reste gay c'est pour Mimi. Bah oui, le pauvre, sinon il sera largué et c'est pas bien. J'ai réfléchis tellement pour savoir quoi choisir. Ma famille Sioux ou Mikah ?
Mon cousin ou Mikah ? Ashley ou Mikah ? ...Mais le pire c'est que le pauvre Mikah, je le trompe. Mon dernier coup d'un soir remonte au bal de promo. Carry Chainsaw. Tu connais ? Trop canon. Une bombe. »


- Euh...Je connais ni l'un, ni l'autre. Mais je me demande si c'est une bonne idée de jouer ce double jeu...Tu n'es pas un peu triste pour ceux que tu trompe ?

Après tout, comment pouvait-on se vanter d'aimer quelqu'un, si par derrière on brisait sa confiance ?


« Non tout ce que je t'ai dis dans le train, c'était la vérité. Je ne sais pas cuisiner, j'ai un cousin qui me déteste et qui va bientôt débarquer à Wynwood, je suis Bi et je suis un accro au coups d'un soir. Tu me dis de faire quoi ? Tout plaquer et perdre Mikah ? Rho làlà...je ne sais pas quoi faire...Le pauvre ! Il mourrait sans moi. Le pire, c'est que j'ai besoin de lui. Mais je ne peux pas rester dans cet état là. C'est mon père adoptif qui m'a emmené dans ce mauvais chemin. Je ne voulais pas être gay moi ! Et j'aimerais tant ne plus l'être...Tout le monde me déteste à WHS. Y en a même qui croivent que je me tape des mecs. Ah ! Ah ! Tu me vois me taper un mec ? Non ! Moi c'est que les filles. Embrasser un mec oui, mais plus, alors là, non merci....Bon...c'est vrai que je t'ai dit tout à l'heure que j'aimerais bien me donner à Mikah, mais...justement, je flippe ma race. Tu vois ce que je veux dire ? Sérieux...T'a pas un conseil à me donner la miss ? ».

Ty n'avait pas sa langue dans sa poche. L'ennui étant que je n'avais pas encore une seul fois toucher à l'amour moi. Qu'est ce que j'y connaissais ? A part l'amour familial, fraternel, amical, l'Amour avec un grand A m'était inconnu. Comment pourrais-je le conseiller ? Par la foi lakota, probablement.

- Tu ne mens pas. Mais moi, j'ai l'impression que tu cache beaucoup. Si tu commençais déjà par exposer tes sentiments aux personnes concernées ?

Moi, je considérais que si un sujet de conversation était en rapport avec quelqu'un, ce quelqu'un était en droit d'en connaître les moindre détail. Car à partir du moment où nos paroles étaient dirigées sur une personne, elles appartenaient à cette personne. Je repris, avec de sages paroles héritées du peuple :

- Sois heureux afin de vivre vieux. Les soucis te rendent malade, se mettre en colére est une mauvaise habitude. Si l'innocent ne se met pas en colère, il vivra longtemps. Celui qui a quelque chose à se reprocher, perdra la santé à cause de ses pensée négatives. S'il est vrai que le bonheur est bon, il est également source de santé.

La conversation se poursuivit donc jusqu'à la fin du repas où Ty, impatient de repartir, me dit :


« Bon alors, on y va ? La route nous attend ! »

Je souris et hocha la tête. Une fois dans le bus, Ty reçu un sms, y répondit et m'informa :

« C'est un surveillant de WHS. Il est parti y a pas longtemps ! »

- Oh, tu es même ami avec les surveillants du lycée.

A vrai dire, ça ne m'étonnait même pas. Ty était suffisamment gentil pour se faire des amis chez n'importe qui. Mais ses défauts enfantin l'empêchait parfois de se lier facilement avec les rabat-joie de l'établissement. La route se poursuivit sans encombre. Il faisait chaud mais heureusement qu'il y avait la clim dans le bus. Le chauffeur avait mis la radio, une petite musique faible de country était diffusée dans le véhicule. Au bout d'un moment, Ty me demanda :


"On est bientôt arrivé?"

J'avais le regard vague, perdu dans les paysages qui défilaient, impatiente de rentrer, je m'imaginais déjà dans ma vraie chambre avec ma vraie maison, et ma famille. Quand Ty me parla, je reporta mon attention sur lui et lui répondit :

- Oui presque.

Bien que je ne savais pas avec exactitude quand nous atteindrons le village de Martin. Encore une bonne demi-heure passa avant que je ne m'exclame :

- On y est !

En effet, au bout de la route se dressaient déjà des maisons et des avenues, semblables à celles de la ville de Winners. Toutes les villes se ressemblaient de toutes façons, la réserve n'était pas loin d'en avoir la tête également. Ty et moi descendions du bus et je me mis à chercher activement du regard une camionnette ou un visage familier. Généralement, les deux étaient ensemble. Enfin, je le vis. Un amérindien, du moins, il en avait la tête mais il était métis comme Ty, plutôt de grande taille, vêtu d'une veste de cuir ornée de plume, le visage doux, de grands yeux expressif et de longs cheveux raides et noirs, se tenait devant une camionnette. Nos regards se croisèrent et on s'échangea un sourire avant que je ne me précipite dans ses bras en guise de salut. Laissant le pauvre Ty tout seul mais ce dernier ne tarda pas à nouveau rejoindre. Le regard curieux, l'homme toisa le lycéen du regard :

- Tu nous as ramené quelqu'un ?

Demanda-t-il. Et ce fut alors que je lui répondis :

- Oui, c'est Ty Swan. Je t'en avais parlé dans ma lettre. Ty, je te présente mon père, Chayton Cloud.

Spoiler:
 

L'amérindien tendit la main à Ty en souriant :


- Ravi de faire ta connaissance jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 17 Juin - 19:40


Je commandais une quantité de plats à vous faire tomber évanouit. J'avais très faim, d'autant plus que j'avais l'estomac vide.
Je déclarais un peu prétentieusement à Maika que je paierais son plat.
« Ty, tu es sûr ? Enfin, je peux payer tu sais. », me fit Meika.
Je bougeais mon index en faisant 'non' avec les lèvres. Je secouais la tête et dis : « Tu ne peux pas payer ! C'est au dessus de tes moyens : tu es pauvre ! Moi je suis plein aux as, je suis riche. Alors je claque mon argent. Comme là par exemple...Et je suis toujours comme ça : j'offre des restos, des places, ect aux gens. Alors t'inquiète, c'est un cadeau. ».
Meika pris un repas simple : une salade, du poulet et un milkshake.
Je payais donc, puis je criais sur les serveurs pour qu'il bougent un peu leur c*l. Je crevais la dalle, et quand je crevais la dalle, je devenais rognon. Ma petite sœur de cœur, me calma, défendant leur cause. Je répliquais : « Nan mais moi J'AI FAIM !!! ».
Néanmoins, cette petite altercation fût nécessaire ! Les serveurs nous apportèrent nos commandes. Je frottais mes mains en voyant ma commande prête. Je me jetai presque sur la nourriture, commençant par la laitue et le pain grillé.
Tandis que je mâchais ma laitue, tête baissée, Meika Cloud me demanda : « Dis-moi Ty...Tout ce que tu as dit, dans le train, c'est vrai ? ».
Je pris une feuille de laitue, relevais mon regard vers elle et me mis à pouffer de rire. Je fis le geste de la main d'attendre et que ça allait, avant de continuer de rire.
Je ne savais pas pourquoi je rigolais au juste. Enfin si je savais : pourquoi elle me demandais si ce que j'avais dit était vrai ? Me prenait-elle pour un menteur ? I'm not a liar !

«Pourquoi ? Tu ne me crois pas ? », demandais-je à Meika toujours en riant.
J'avalais ma laitue de travers et me mis à tousser. Je ne pouvais plus m'arrêter. Et voilà ce qui arrive quand on parle et rit en mangeant !
Je me précipitais sur mon verre pour me servir en eau et bu au moins trois verres.
« Wouh ! », fis-je en posant le verre avant de me remettre à rire, juste en posant le regard sur Meika.
Je plaquais mes deux mains sur mon nez et ma bouche et renversais la tête en arrière. Je riais toujours. J'essayais de me calmer en vain.
Puis, au final, je redevins sérieux (enfin presque, car je pouffais de temps en temps), et je finis par répondre enfin à Meika : «Tout ce que j'ai dit dans le train était vrai. Absolument tout. Pourquoi ? ». Je fis une pause pour attaquer mes begels car j'avais fini ma salade.
«Pourquoi ? Tu ...(Je pris une bouchée de begel) Tu dois chêtre dégouchtée de chavoir que je chuis un véritable... »
Je bougeais mes yeux de droite à gauche avant de les poser sur Meika, de les détourner et de les reposer sur elle avant de dire : « Pervers. ».
Je mâchais mon morceau de begel, puis l'avalais avant de rectifier : «Un vrai débauché ! ».
Je fini mon begel en trois coup de dents, et attaquais ma mini pizza aux quatre fromages.
« Tu me déteste ? », demandais-je.
J'arrêtais de couper ma pizza, puis continuais de parler, en regardant droit dans les yeux la Sioux : « Tu me déteste parce que je suis Bi. Tu me déteste oui ou non ? ». Je repris mon couteau, puis tout en bougeant mon poignet qui le tenais en cercle, je repris : « Parce que si tu me déteste, autant me le dire tout de suite ! Ça mettra les choses au clair. Pour que ça devienne pas comme mon cousin Paytah. ».
TCHIC TCHIC TCHIC, je me remis à couper la pizza en quatre parts, faisant du bruit sur l'assiette. Mon plateau était un vrai champ de bataille, et je débordais sur la table, à cause de tous mes plats commandés.
« Paytah, c'est mon cousin. Le plus jeune. C'est un Yellow, un Sioux de pure souche. Il était très très très proche de moi. Il m'admirait...Je lui ai tout appris côté Karaté, moto... Mais quand il a lu dans ma biographie que j'étais bi, il me voue une haine atroce. Je ne l'ai rien fait pourtant ! En plus, tu sais quoi le pire ? »
Je plaquais ma langue contre ma joue avant de mordre dans une part et continuer ma discussion : « C'est que j'aimerais ne plus être Gay et Hétéro à la fois. C'est pas fait pour moi cette double vie. Je suis plus hétéro, alors pourquoi tant d'histoires ?? ».
Finalement, je me mis à parler à Meika comme si elle était ma confidente : « C'est vrai, m*rde ! J'aimerais bien retourner en arrière et m'interdire de trouver B mignon. Mon cousin aussi il est mignon. Il est plus mignon que moi. Une vraiiii tête de beau gosse. Je te le présenterais si tu veux. Il est gentil.
Mais si...si je reste gay c'est pour Mikah. C'est mon 'petit-ami'. En fait je suis sur deux plans : Ashley et Mikah. C'est pas bon ça... Bref, si je reste gay c'est pour Mimi. Bah oui, le pauvre, sinon il sera largué et c'est pas bien. J'ai réfléchis tellement pour savoir quoi choisir. Ma famille Sioux ou Mikah ?
Mon cousin ou Mikah ? Ashley ou Mikah ? ...Mais le pire c'est que le pauvre Mikah, je le trompe. Mon dernier coup d'un soir remonte au bal de promo. Carry Chainsaw. Tu connais ? Trop canon. Une bombe.
 »
Je me rapprochais du visage de Meika, plissais les yeux et lâchais : « Une nuit d'en-fer ! Sérieux ! J'ai pas regretté. Une seule seconde. D'ailleurs, j'ai toujours sa marque dans le dos. Ça ne veut pas partir. ».
Je me mis à rire, puis je repris sérieusement : « Non tout ce que je t'ai dis dans le train, c'était la vérité. Je ne sais pas cuisiner, j'ai un cousin qui me déteste et qui va bientôt débarquer à Wynwood, je suis Bi et je suis un accro au coups d'un soir. ».
Malgrè tout ce blabla, j'avais fini ma pizza en entier. Je continuais de manger, engloutissant tous les plats, un à un.
« Tu me dis de faire quoi ? Tout plaquer et perdre Mikah ? Rho làlà...je ne sais pas quoi faire...Le pauvre ! Il mourrait sans moi. Le pire, c'est que j'ai besoin de lui. Mais je ne peux pas rester dans cet état là. C'est mon père adoptif qui m'a emmené dans ce mauvais chemin. Je ne voulais pas être gay moi ! Et j'aimerais tant ne plus l'être...Tout le monde me déteste à WHS. Y en a même qui croivent que je me tape des mecs. Ah ! Ah ! Tu me vois me taper un mec ? Non ! Moi c'est que les filles. Embrasser un mec oui, mais plus, alors là, non merci....Bon...c'est vrai que je t'ai dit tout à l'heure que j'aimerais bien me donner à Mikah, mais...justement, je flippe ma race. Tu vois ce que je veux dire ? ».
Je fis une pause. Mon plat principal était vide.
« Sérieux...T'a pas un conseil à me donner la miss ? ».
J'étais un vrai moulin à paroles, mais je devais lui expliquer tout ça.

Je passais aux desserts.Je fini mon milkshake, puis passais à la glace. Après ce dessert rafraîchissant, j'avais fini de manger. Je raclais ma gorge, puis demandais à Meika : « Bon alors, on y va ? La route nous attend ! ».
Nous prîmes le bus, et alors que je regardais le paysage défiler, j'entendis une sonnerie. Mon portable ! Je le pris et lu le message. C'était Jeremy Otto. Il ne m'avait pas oublié ! Un sourire se dessina sur mes lèvres et je me mis à lui répondre :
« Hello Jerem'. Ça va comme sur des roulettes. Je suis en compagnie d'une Sioux et elle va me faire visiter sa réserve. Sinon, il y a eu le bal de promo il n'y a pas longtemps et je me suis bien amusé. Mon cousin viendra boentôt à WHS. Sinon RAS. Content que tu ailles bien ! Tu es en Israel ? He ben dis donc ?!! Tu fais le tour du monde ou quoi ? Amuse toi bien et fais crier ta voix. Je veux entendre le retour à Miami ! Looool ! C'est bientôt la Coupe du Monde de foot au Brésil. Tu regardera ? A plus. Ty. ».
Je relevais la tête vers Meika, fit un sourire. « C'est un surveillant de WHS. Il est parti y a pas longtemps ! ».
Je poussais un petit soupir nostalgique puis je demandais: "On est bientôt arrivé?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Ven 13 Juin - 20:56

«ça tombe bien ! J'ai une faim de loup ! »

Me répondis le jeune homme quand je lui proposa d'aller manger quelque chose. J'étais ravi de le voir retrouver l'appétit et l'humeur mais j'espérais qu'il se doutait bien qu'il faudrait bien retourner dans le train pour le retour. Je me demandais si ces voyages sur chemin de fer n'allaient pas le dégoûter de la réserve...Nous nous installions au premier restaurant venu pour ne pas trop s'éloigner de l'arrêt de bus. Ty fit une commande énorme, je me demandais où il allait calé tout ça ! J'espérais qu'il n'était pas malade en bus non plus sinon ça ne serait pas beau à voir. Mais tout de même, il faudrait être surhumain pour réussir à avaler tout ça. Je ne savais pas pourquoi mais j'avais cependant la nette impression que Ty en était bien capable.

« Prends ce que tu veux, ne te gène pas ! C'est moi qui paye baby ! »

- Ty, tu es sûr ? Enfin, je peux payer tu sais.

Je n'avais pas envie qu'il se sacrifie pour moi, j'ignorais son état banquier, bien que je supposais qu'il était plutôt imposant pour qu'il étudie à Wynwood. Chez nous, nous étions tous pauvres à la réserve, cet endroit était plus un ghetto aux yeux des autres qu'autre chose. On pouvait s'estimer heureux d'avoir du travail là bas, ce n'était pas pour rien que les jeunes préféraient partir. Moi j'avais de la chance, mon père avait acquis un héritage du côté de sa famille américaine et il avait eu la gentillesse d'user de ce trésor pour mes études. N'ayant pas l'estomac aussi vide que celui de Ty, je me pris simplement une entrée de salade, un peu de poulet pour le repas et un milkshake fraise pour le dessert. Je demandais ensuite à Ty de se calmer un peu quand il se décida à crier sur les serveurs, ce n'étaient pas eux qui cuisinaient, par conséquent, l'attente n'était pas de leur faute ! Alors que nous avions commencer à manger, je m'arrêta un moment puis tourna le regard vers Ty :

- Dis-moi Ty...Tout ce que tu as dit, dans le train, c'est vrai ?

Je ne voulais pas qu'il le prenne mal, qu'il pense que je le vois comme un menteur ou autre, c'était simplement...Une façon de savoir le pourquoi du comment il m'avait dit tout ça et puis dans la panique, il aurait très bien pu débiter n'importe quoi. D'autant plus que le peu de chose que j'avais su comprendre de ce discours étaient assez...impressionnante, dont je n'aurais jamais songé de sa part.

Nous poursuivions notre repas jusqu'à l'heure proche du départ du bus. Nous nous empressons alors de le rejoindre, payer les places et nous installer pour deux heures de route. Il n'y avait que nous et deux autres personnes dans le bus. C'était un genre de navette entre Winner et Martin donc peu de personne le prenait. Le bus démarra finalement après cinq minutes d'attente supplémentaire, le temps que le chauffeur face le plein. Tout à coup, le téléphone de Ty sonna.


1 nouveau message:
 
THANKS XO MONSTER
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 12 Juin - 15:46


Je désirais me reposer après l'épisode de mon estomac, mais Meika ne l'entendait pas de cette oreille.
Nous priâmes les esprits de nous aider. Je ne croyais pas aux esprits, n'étant pas élevé dans les coutûmes Sioux. Je croyais seulement en Dieu, étant sois disant Catho. Pourtant, les « esprits semblaient nous entendre » car je me sentais mieux : je ne manquais plus d'air, je respirais normalement, j'étais devenu calme et je n'avais plus envie de vomir.

Ma soeurette m'offrit un sourire lorsque je la remerciais. J'étais si content d'être remis de mes maux, que je me mis à écouter une chanson de Miley Cyrus. Cette américaine m'avait choqué lors de son apparition scandaleuse, mais j'aimais tout de même ses chansons, bien que je ne suis pas fan d'elle comme je le fûs pour Selena Gomez.
Je donnais un de mes écouteurs à Meika qui le pris et je lui fis écouter la fameuse chanson que je chantais à tue-tête en hochant la tête.
Je lui fis découvrir d'autres musiques comme celles de Maître Gims, Beyonce, Shakira, Demi Lovato.
Nous arrivâmes finalement dans la gare de Winner. Le voyage était finalement passé vite avec la musique mais aussi avec le superbe paysage varié que nous traversâmes en train.
Je descendis joyeusement (car j'avais des fourmis dans les jambes) en prenant bien soin de récupérer mon bagage et je suivis Meika.
La petite ville était vraiment cool. Je restais un moment à regarder les autos et les enseignes des bâtiments en bois, mais la jeune Sioux m'interrompis pour me proposer de manger, m'apprenant également que le bus arriverait dans une heure.
Nous avions donc le temps de manger un peu.
«ça tombe bien ! J'ai une faim de loup ! », m'écriais-je joyeusement.
C'est clair qu'avec mon estomac qui s'était retourné, je n'avais plus la nourriture du matin dans mon ventre. J'allais donc manger comme 20 et pas comme 10.

J'emboîtais le pas à Meika, pour me précipiter dans le restaurant. Je me jetai presque sur la carte et commandais un café, des frites, du poulet, de la laitue, du pain grillé, une mini pizza, une salade de tons et de fromage, des beggels sans oublier une tarte, un crumble et une glace.
Je proposais ensuite à Meika avant de lui faire un clin d'oeil: « Prends ce que tu veux, ne te gène pas ! C'est moi qui paye baby ! ».
Je criais ensuite aux serveurs de se dépêcher, car j'avais faim ! Je mourrais de faim il fallait absolument que je mange ce que j'avais commandé. C'était une commande monstrueuse certes, mais elle allait être savoureuse à coup sûr !

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Jeu 12 Juin - 13:42


« Pas question Meika. Je veux juste me reposer ! »

M'avait répondu Ty mais j'insista tout de même car je savais pertinemment qu'il n'arrivera pas à se reposer de toute manière. Parfois, on ne pouvait pas toujours faire tout tout seul. Je le força donc à se concentrer sur autre chose et tout deux finirent par réciter une prière amérindienne. Si des gens passaient devant notre compartiment, ils se poseraient mille et une questions idiotes mais ce n'était pas grave puisque nous les voyons pas, trop ancré dans nos paroles. En tout cas, ça avait l'air de marcher. Je pouvais le reconnaître grâce au ton de sa voix. Lorsque nous avions terminé, le jeune homme me dit :

« Wow...Je me sens mieux. Merci. ».

Je répondis d'un sourire. En voilà une bonne nouvelle. Pourquoi les gens ne voulaient jamais nous croire quand on disait quelque chose ? Ty pris ensuite son téléphone et mis ses écouteurs pour écouter de la musique. Il faudrait que je pense moi aussi à m'acheter un mp3 pour passer le temps dans les transports en commun. Ty se mit à chanter, je restais un moment à l'observer avant qu'il ne me présente un écouteur. J'allais alors m'asseoir à ses côtés pour plus de facilité et écouta avec lui la chanson que je trouvais juste trop bien. Ce n'était pas parce que j'étais amérindienne que je n'appréciais rien du reste du monde, il y avait beaucoup d'autre type de musique que j'adorais. Et celle ci en faisait maintenant partie, bien que je ne connaissais pas. Le voyage se poursuivait durant des heures et des heures, on voyait le soleil se lever dans le ciel au fur et à mesure, les paysages changeant assez rarement, on voyait des villes et des villages défiler de loin ou de près, des collines, des montagnes, des prairies, des rivières, le Missouri ! Ty me faisait découvrir les musiques qu'il avait avec lui et je m'en donnais à coeur joie pour cela.

Il devait être dans les deux heures de l'après-midi environs. Tout à coup, une voix dans les hauts parleurs du train annonça :

"Nous arrivons en gare de Winner"

Et finalement, le train s'arrêta en gare. Ty, tout comme moi, il fallait l'avouer, descendions avec impatience. Je n'aimais pas forcément passer ma vie dans un train et se dégourdir les jambes faisait un bien fou. Winner était une petite ville de l'état plutôt classique.

Le bus que nous devions prendre par la suite se trouvait juste à côté de la gare mais ne venait pas avant une heure. Je me tourna donc vers Ty en lui proposant d'aller manger un petit quelque chose dans un restaurant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mer 11 Juin - 22:39

J'avais posé la question à Meika parce que j'avais peur du train. Meika me répondit tout de même que nous avions besoin de son père pour nous rendre dans la réserve, me rappelant que le voyage était très long. Elle me demanda ensuite si il y avait un souci.
Je ne répondis pas, puis la panique me gagna et les paroles sortirent d'un coup. Je ne pouvais pas arrêter de me calmer.
Meika essayait en vain, mais n'arrivait pas ! Elle me reprocha même de ne pas lui avoir dit que j'avais peur des trains avant.
Dans ma panique, je m'excusais à ce sujet mais la Sioux me déclara : « Oui en effet Ty mais ce qui est fait est fait alors calme toi voyons ! ». Mais je ne pouvais ! Et tout empira. Je me mis à dire tous mes secrets les plus profonds. Ma vie était contée dans un train. Super !

Sentant mon estomac se soulever, je me levais de mon siège et me précipitais aux toilettes le plus vite possible.
Je rendis tout ce que j'avais mangé quelques heures plus tôt c'est à dire tartines et chocolat. Je me sentais très mal. Je sentais le liquide acide dans ma gorge, dans mon nez, et on dirait que j'allais rendre l'âme. Je tremblais comme une feuille en vomissant et je m'agrippais au rebords de la cuvette. On aurait dit que j'étais là depuis une heure, mais en réalité, c'était juste depuis 5 minutes.
« Oh Bo... »
Je n'eus pas le temps de finir, car un autre liquide venait. C'était THE catastrophe !
Quelques instants plus tard, j'essuyais mes lèvres avec du papier et je tirais la chasse. Je sentais mon estomac se tordre. J'étais malade. Malade du train.

Je poussais faiblement la porte et je tombais nez à nez avec Meika qui se trouvait devant la porte, m'attendant. Je la regardais comme un chien abattu. Elle voulu me raccompagner, mais je la suppliais de me laisser partir du train. Elle refusa et insista si bien que je me laissais accompagner. Nous nous rasseyâmes et je fermais les yeux un instant. J'avais mal au crâne, au ventre. Le liquide acide était toujours entre ma trachée. Yurk ! Dégueu !
Je rouvris mes yeux et fixait le paysage.
« Je pense bien que c'est dur mais il faut prendre ton mal en patience Ty...Tiens, tu sais quoi ? Nous allons vider ton esprit pour l'apaiser avec une prière ! »
« Quoi ? Qu'est-ce ce que c'est que ce charabia ? », fis-je en faisant une moue dégoûtée. J'étais pas bien. J'avais pas envie d'entendre du blabla avec des esprits ou je sais pas quoi.
Meika pris mes mains dans les siennes. Puis, elle me demanda de fermer mes yeux, de ne penser à rien (comment faire avec mon mal?) et de répéter des paroles après elle.
« Pas question Meika. Je veux juste me reposer ! »

Ma sœur ne bougea pas d'un poil, alors je fermais les yeux et essayait de penser à la mer.

Je répétais donc après la brunette.
« Créateur, c’est moi qui te parle. Merci pour le lever du soleil d’aujourd’hui, pour le souffle et la vie en moi, et pour toutes tes créations. Créateur, entend ma prière, et honore ma prière. Esprit Gardien du Sud, Loup, Sois avec moi. »
Loup ? Dès que ce mot magique fût prononcé, je me sentis nettement mieux. Je répétais les autres phrases avec plus d'entrain. Pour finir, nous répétâmes : « Esprit Gardien de l’Ouest, Ours Brun, Sois avec moi. Apporte la guérison à ceux que j’aime et à moi-même. Apporte l’équilibre entre le physique, le mental et le spirituel, pour que je puisse connaitre ma place sur cette terre, dans la vie et dans la mort. Guéris mon corps, guéris mon esprit et apporte lumière, joie et conscience à mon esprit... »

Meika me lâcha les mains et me fit un sourire. Je le lui rendit et je murmurais : « Wow...Je me sens mieux. Merci. ».
J'allumais mon portable et enfonçais les écouteurs dans mes oreilles à fond. J'écoutais Party On the USA de Miley Cyrus.
Je me mis donc à chanter et danser, hochant la tête comme un idiot, sous le regard de Meika qui ne pigeais rien : «Movin my head like "yeah" Movin' my hips like "yeah" I got my hands up They're playin my song I know I'm gonna be ok. Yeah, it's a party in the USA!  Yeeeeeeeeaaaaaah it's a party in the USA ! ».

Comme la Sioux ne pigeait pas ce qui m'arrivait, je lui mis un de mes écouteurs dans l'oreille.
J'espérais qu'elle allait aimer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mer 11 Juin - 1:52

Installée près de la fenêtre, j'avais posé mon sac à côté de moi. Encore une petite manie de ma part de ne pas vouloir le mettre sous le siège ou sur la plate forme au dessus de nos têtes destinée à cela, j'avais toujours peur qu'on me le vole au moindre signe d'inattention de ma part. Je regardais les gens affluer sur les quais alors que le train s'apprêtait à partir puis expliqua les détails à Ty. Celui ci me répondit d'une voix faiblarde :

« C...Cool. P...Pourquoi t..ton père nous y attend avec sa camionnette ? »

- Mais voyons Ty, tu n'imagine même pas. Pine Ridge est perdu au milieu de nulle part, dans le paysage du Dakota du Sud, il n'y a pas de bus pour y aller et le village le plus proche à porté de bus après le train est Martin, après, il faut une voiture car c'est très...loin...Est-ce qu'il y a un soucis ?

Il était vraiment pâle et stressé, crispé sur lui même comme un animal chez le vétérinaire. Quand le train démarra, il lâcha même une plainte.

« Ooooh Boooy. Tu n'a pas un sac en papier ou un sachet ? Je sens que je vais vomir...Non oh boy ! Je...Je n'arrive plus à respirer ! J'étouffe ! Il me faut de l'air ! De l'air, de l'air vite ! Je vais MOURRIR ! Non, on va TOUS MOURRIR ! »

- Mais qu'est ce que tu raconte ?

« Meika...Il y a une chose que je ne t'ai pas encore dite...qu'il faut que tu sache. J'AI LA PHOBIE DES TRAINS ! »

Oh super !

- Quoi ? Mais tu aurais pu me le dire avant !

Quoi que ça n'aurait pas changé grand chose, sans train, on ne pouvait pas aller aussi loin sur le territoire, il y avait de nombreux états à franchir en plein désert même des fois alors on n'avait pas vraiment le choix. Cela dit, ça n'aurait pas été de trop de me le dire tout de même.


« Mei...Meika, je...Je veux redescendre. J'ai trop peur ! Je ne veux pas mourir jeune ! Je veux profiter de la vie ! »

Hélas, on ne pouvait pas grand chose contre la peur maladive des gens. C'était comme essayer un arachnophobe de faire un calin à une araignée. Il était mal loti, il n'y avait aucun moyen de redescendre une fois le train en marche.

« Vite, il faut briser la vitre, j'étouffe ! Je ne respire plus ! J'ai peur ! Je veux que tout s'arrête. Je suis désolé Meika...j'aurais du te le dire plus tôt. »

- Oui en effet Ty mais ce qui est fait est fait alors calme toi voyons !

Peine perdue, il se mit à me débiter un discours hallucinant et j'essayais en vain d'en comprendre le sens jusqu'à ce que je me rende compte qu'il n'y en avait pas. Il parlait tellement que la moitié m'échappa, il sortait des noms que je ne connaissais pas. J'avais su percevoir que certaines chose comme le fait que la Voice avait dit vrai sur son sujet, qu'il n'aimait pas la pluie et euh...Plein d'histoire avec des filles puis il a même parler de moi un moment mais de toute façon, il disait tellement de chose que j'avais lâché le fil depuis longtemps, n'arrivant pas à suivre. Puis j'aimais pas ça en plus. Ecouter des choses qui ne me regardaient pas, même si ce n'était pas de ma faute. A la fin de tout ça, il décampa aux toilettes, sans doute pour y vomir. Eh bien...Le voyage promettait d'être amusant...On en avait pour une matinée complète de trains, voire plus, je ne me souvenais plus trop bien. Une fois arrivée à Winner, nous en avons encore pour un peu moins de deux heures de bus jusqu'à Martin pour finir avec trois quart d'heure de voiture avec mon père.

Finalement, je me levais de mon siège et me rendit aux toilettes où je patientais à la porte. Dès que Ty en sortit, je le raccompagna à nos places, le forçant même s'il ne voulait pas, il n'avait pas le choix. Une fois assis, je lui dis :


- Je pense bien que c'est dur mais il faut prendre ton mal en patience Ty...Tiens, tu sais quoi ? Nous allons vider ton esprit pour l'apaiser avec une prière !

Je lui pris les mains et les garda dans les miennes.

- Tu vas fermer les yeux et ne plus penser à rien. Et tu vas répéter après moi mes paroles. Ai confiance.

Je fermais ensuite les yeux et me mit à réciter une prière propre à notre clan Olgalas :

- Créateur, c’est moi qui te parle. Merci pour le lever du soleil d’aujourd’hui, pour le souffle et la vie en moi, et pour toutes tes créations. Créateur, entend ma prière, et honore ma prière.

Je laissais de temps en temps des pauses pour laisser le temps à Ty de répéter après moi.

- Esprit Gardien du Sud, Loup, Sois avec moi. Aide-moi à me rappeler d’aimer et de ressentir de la compassion pour tous les Hommes. Aide-moi à parcourir mon chemin avec joie et amour pour moi-même, pour les autres, pour les êtres à quatre pattes, les êtres ailés, les plantes et toutes les créations sur la Terre-Mère. Montre-moi qu’il est bon pour moi de prendre des décisions avec le cœur, même si parfois, mon cœur est blessé. Aide-moi à accroitre et à nourrir mon estime de moi-même par tous les moyens.

Je ne savais pas pour Ty mais moi, les prières m'avaient le plus souvent aidé à surmonter mes obstacles. Est-ce que Ty croyait à Wakan Tanka, je n'en savais rien, mais je l'espérais.

- Esprit Gardien de l’Ouest, Ours Brun, Sois avec moi. Apporte la guérison à ceux que j’aime et à moi-même. Apporte l’équilibre entre le physique, le mental et le spirituel, pour que je puisse connaitre ma place sur cette terre, dans la vie et dans la mort. Guéris mon corps, guéris mon esprit et apporte lumière, joie et conscience à mon esprit...

A la fin de la prière, alors que mon esprit s'était envolé avec elle, le bruit du train revint en moi. Les prières m'aidaient à m'échapper de la réalité. Je finis par lâcher les mains de Ty et lui souris.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 22:23

Meika me fit un sourire et nous entrâmes dans le bus. Celui-ci démarra et je mis les écouteurs dans mes oreilles pour écouter A Good Life, Shake your body don't stop, A nos actes manqués et J'me Tire, n'ayant pas envie de parler pour l'instant.

Le bus s'arrêta à la gare, nous descendîmes et j'ôtais mes écouteurs. Ma sœur de cœur paya son billet, puis je fis de même. Elle semblait vouloir se dépêcher, alors que je voulais être relax. Pourquoi se presser alors qu'on a tout notre temps ?
J'étais un peu nonchalant sur les bords aujourd'hui, je vous l'accorde. On était en vacances, non ?
Je suivais lentement Meika sur le quai et nous montâmes à bord...de mon pire cauchemar.
Ne sachant pas que je prendrais un train, je n'avais pas pris mes anti-dépresseurs. Or, j'avais une peur BLEUE des trains !!!!

Nous nous installâmes sur des sièges vacants. Meika m'expliqua l'itiniraire : « Ce train va nous emmener dans une ville qui s'appelle Winner. De là bas on prendra un bus pour le village de Martin. Mon père nous y attendra avec sa camionnette. »
« C...Cool. P...Pourquoi t..ton père nous y attend avec sa camionnette ? », demandais-je. Mais j'étais terrorisé, pas dans mon état normal. Mon cœur battait à 100 à l'heure, mon visage avait perdu sa couleur, je tremblais.
Je m'agripais au siège comme un chat qui s'agripait aux rideaux.

Le train démarra, et ce fut encore plus la panique. Je respirais bruyamment, mes yeux me piquaient, je sentais que je ne respirais plus. Je sentais ma peau moite, je sentais des frissons et j'avais le vertige.
« Ooooh Boooy », fis-je en sentant mon estomac se retourner.
Je suis malade en train.
Je plaquais mes mains contre ma bouche. Je déglutis puis demandais à Meika : « Tu n'a pas un sac en papier ou un sachet ? Je sens que je vais vomir...Non oh boy ! Je...Je n'arrive plus à respirer ! J'étouffe ! Il me faut de l'air ! De l'air, de l'air vite ! Je vais MOURRIR ! Non, on va TOUS MOURRIR ! »
Je suffoquais, je toussais, je me sentais mal.
J'attrapais la main de Meika et la lui serrais si fort, qu'elle aurait pu se briser.
« Meika...Il y a une chose que je ne t'ai pas encore dite...qu'il faut que tu sache. »
Je marquais une pause, essayant de respirer.
« J'AI LA PHOBIE DES TRAINS ! »

C'était ainsi depuis mes 7 ans, à chaque fois que je prenais les trains. Seuls les anti-dépresseurs me calmaient. Mais là, j'en avais pas.
« Mei...Meika, je...Je veux redescendre. J'ai trop peur ! Je ne veux pas mourir jeune ! Je veux profiter de la vie ! »
J'haletais comme un chien, il me fallait de l'air.
« Vite, il faut briser la vitre, j'étouffe ! Je ne respire plus ! J'ai peur ! Je veux que tout s'arrête. Je suis désolé Meika...j'aurais du te le dire plus tôt. »

Dans ma panique je me mis à raconter mes secrets  et des choses dont personnes ne devrait savoir, comme étant hynoptisé, ne pouvant plus m'arrêter: « Je ne sais pas cuisiner...Je sais juste faire chauffer du lait et mettre des céréales dans un bol...
J'étais toujours puceau à 19 ans...Tu te rend compte ? C'est grave, nan ? C'est Alma qui m'a dépucelé. Elle est vraiment trop sympa...
...J'ai trompé ma petite amie pour un coup d'une nuit mais, c'était tellement bien...
J'ai peur de mourir! Je veux pas mourir! Je veux paaaas!!!
J...je veux pas devenir handicapé, ni aveugle, ni défiguré.
J'ai été dans 4 confréries avant d'être chez les SM : PS, RK, Lambda, NZ...et PS...
Je déteste mon père p*tain ! Je suis heureux qu'il soit mort !
Ma famille m'a rejetté et j'ai soudoyé le prêtre pour qu'il puisse leur mentir...
….J'ai été dans un gang pendant plus de trois mois...
J'ai voulu épouser une meuf mais elle m'a largué pour aller en ESPAGNE SANS MOI ! C'est mon ex maintenant...
Jeremy Otto me manque !...
…..J'ai couché avec pleins de filles...Je ne sais pas combien, mais je crois que ça doit être mille ! Je suis un peu accro...
J'ai menti à ma famille pour sortir toujours avec Mikah....
J'ai un autre secret....Tu ne devinera jamais c'est quoi, mais j'ai peur qu'on le découvre !
Je fume en cachette. Je suis dépendant à la cigarette, à l'alcool...
….Je déteste ce con de Silver Lawyer ! Il m'a donné un coup de couteau dans le pied ! Tu te rend compte ???
….J'aime la viande. J'en mange tous les jours...
Je suis Bi depuis mes 14 ans...
….Me suis fait drogué et abusé d'un mec...Me souviens pas de ce qui s'est passé mais je me suis réveillé dans son lit et j'ai vu un cafard. Yurk...
…....J'adore les chevaux.
….J'ai fait de la muscu avant....
J'ai été adopté à Sydney par un policier sévère et une policière cool....
J'aime mordre les filles ou les lécher la joue...
Je voudrais adopter un petit loup à Wynwood !
Mon fantasme : que les filles me caressent les cheveux.
….Je kiffe les boites de nuits ! J'aimerais y habiter !
Je sais pas combien de temps que je tiendrais à être BI...J'aimerais tant ne plus l'être.
J'adore Robert Pattinson !
Quelques fois, j'aimerais tout plaquer pour vivre dans une réserve...
J'adore dominer les filles...Oui je suis un obsédé, tu peux le dire !
J'aimerais me marier et avoir un fils qui me ressemble que j'appelerais Taylor...
J'ai fais une pub pour les dentifrices ! J'adore mes dents ! Je ne pourrais jamais les donner à la science !
Je voudrais être incinéré et qu'on jette mes cendres dans la mer....de Sydney ou de Miami ou de NY. J'adore la mer !
Je détestais Twillight, mais maintenant je suis fan.
Chut ne le dis pas mais je suis bon à l'école ! Je fais semblant d'être mauvais pour rester SM.
Je voudrais bien tester le plan à 3 un de ces quatres....
Je suis chrétien mais seulement pour faire plaisir à ma famille...Chut ne leur dis pas.
Je ne supporte que les boxers. J'ai une belle collection de boxers noirs...
J'ai menti à Carry...enfin pas vraiment en fait....
Je voudrais qu'Alma se trouve un mec...Un vrai. Elle croit pas en l'amour ça me déprime.
La pluie...je déteste ! Ça existe encore des danses de la pluie chez vous ?
J'aimerais bien me donner à Mikah. Mais j'ai peur!
…..Je déteste mon nez de chien !
Je ne sais pas trop compter...En fait je déteste les maths!
J'aimerais bien me trouver une nouvelle copine.
J'adore tes yeux.
Si t'étais pas ma soeur, j'aurais eu un faible pour toi.
J'adore la vitesse! J'aime l'adrénaline.
Mon point faible...c'est mon nez!
J'aimerais changer ma vie et recommencer à zéro....
 »

Je fis une pause, étant toujours blanc comme un vampire. Je me sentais si mal. « Oh boy ! »
Je me précipitais hors du siège et je couru aux toilettes du train pour vomir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 21:16

Quand je lui demandais si ça allait après sa maladroite chute de la moto, Ty me répondit :

« Oui, plus de peur que de mal ! »

Bah oui, il en fallait plus que ça pour le mettre KO. Enfin, c'était ce que sa carrure laissait supposer, puis il me semblait qu'il était du genre sportif. Il paraissait complètement décontenancé quand je faisais mine d'hésiter à accepter sa requête. Je me demandais bien comment il aurait réagit si j'avais réellement refusé. Il aurait été si triste ! Raison de plus pour ne faire que lui jouer un petit tour. De toute manière, avec son "mais", il était déjà prêt à insister. Je pense même qu'il m'aurait tenu la grappe jusqu'à l'arrivée du bus.

« Oh Boy oh merci merci petite sœur ! »

Il se jeta alors à mon cou et heureusement que physiquement, j'étais forte car sinon, je pensais bien qu'une frêle jeune fille serait tomber à la renverse. Il s'éclipsa rapidement pour aller préparer ses affaires et je le suivis du regard sur sa moto qui disparu au loin. Jamais je n'aurais pu le lui refuser. Ce garçon était réellement trop adorable et puis, je lui avais promis alors autant le faire si déjà il s'ennuyait à l'école. Cependant, il y avait des détails qui me chiffonnaient grandement. En effet, récemment, j'ai eu connaissance enfin de cette fameuse Voice qui hantait l'école. Le nom de Ty dans ses paroles avait résonné et ne m'avait pas échappé. Elle avait osé dire de lui qu'il était gay et bien que je savais qu'il ne s'agissait que de rumeur, je ne cessais de me demander où se situait la limite de la vérité. Elle avait même dit qu'il se servait d'un élève, enfin, je n'avais vraiment pas trop compris ce qu'elle disait. C'était tellement ridicule ! Et Ty qui jouait la victime pour cette Voice...Mais ces dires étaient-ils vrai ? Je n'eus pas le temps de faire plus de réflexion que je vis le bus au loin, ce qui me tira de mes pensées. Tout à coup, Ty arriva de justesse, essouflé, un sac à l'épaule et des lunettes de soleil sur le nez, il lança avec fierté :

« Tu vois, je t'avais dit que j'aurais fait vite ! »

Je repris mon sourire qui était parti le temps que je me perde dans mes pensées. Tout deux pénétrions le bus, payons nos places avant de nous installer. Le bus démarra, c'était le début de notre voyage !

Quelques instants après, le bus arriva à la gare. Je m'empressa de descendre, suivit de Ty et de me rendre au guichet pour me prendre un billet. Je me pressais toujours pour les transports en commun car j'avais toujours peur de les perdre et plus gros ils étaient, pire c'étaient car ils étaient plus strict dans le respect des horaires. Une fois arrivée sur le quai, je montais avec Ty dans le train et trouva une place où il n'y avait encore personne. Une fois assise, j'expliquais l'itinéraire au jeune homme :

- Ce train va nous emmener dans une ville qui s'appelle Winner. De là bas on prendra un bus pour le village de Martin. Mon père nous y attendra avec sa camionnette.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 20:35


« Ouais c'est vrai. Je prend cette réponse comme un oui. »
« Evidemment. », me répondit Meika en souriant. Puis elle repoussa une mèche de ses cheveux.
Je lui avouais mon ennui, alors elle fit un « Oh » qui me disait toute sa compassion et sa compréhension.
J'eus soudain la bonne idée d'aller à la Réserve. Je l'exposais tout haut, ce qui étonna ma petite sœur. Puis je la suppliais de me laisser venir avec elle, comme un enfant. Elle était carrément étonnée, voire peut-être gênée.
Puis je fis ma chute monumentale. Meika se précipita près de moi, inquiète : « ça va ? ». Je me relevais en riant puis je la rassurais: « Oui, plus de peur que de mal ! » .
Je me remis à la supplier de m'emmener, lui faisant même mes Puppy Eyes dont nul ne résistait. Meika se mit à rire, devant mes supplications, alors je lui fis mon sourire d'hamster.
«  Ce serait idiot... », commença l'Amérindienne.
Qu'est-ce qui serait idiot ? De venir avec elle ?
Un silence s'installa entre nous que je rompis pour dire...
« Mais... », commençais-je.
« ...De refuser alors que je t'avais promis de t'y emmener un jour. ».
Sacrée Meika Cloud!
« Oh Boy oh merci merci petite sœur ! », m'écriais-je en me jetant à son cou et en la serrant fort dans mes bras. Je reculais ensuite et lui rendit le sourire qu'elle me faisait.

L'Amérindienne me dit quand même : « Si toutefois, tu arrive à te préparer avant l'arrivée du bus. »
« C'est comme si c'était fait ! », lançais-je en m'élançant sur ma moto et en le démarrant rapidement, avant de disparaître de la route.
Je me garais vite fait, courru jusqu'à ma chambre à la vitesse d'Hermès, entrais en trombe dans ma chambre puis tirais de mon lit un grand sac noir à bandoulière dans lequel je jetai pêle mêle un jean noir, un jean crème et un autre bleu, un sweat marron à capuche et un t-shirt de la même couleur, un t-shirt noir et gris, un débardeur vert, une chemise à carreaux rouge et bleu, des boxers (tous noirs) , des chaussettes, mon chargeur, mon I-Pad, ma veste marron, un t-shirt bleu, un rasoir, mon carnet dans lequels j'écrivais des infos sur les Sioux (et des légendes), une serviette de bain bleu, un stylo, une paire de chaussures marrons, mon parfum et mon gel.

Je pris au vol ma casquette de NY, mes lunettes de soleil, mon portable et mon porte-feuille que je glissais dans ma poche, et balançais mon sac à bandoulière puma sur mon épaule, puis sortis en courant du bâtiment tout en rangeant ma casquette à l'intérieur puis en fermant le sac avec la fermeture éclair.

Je posais mes lunettes de soleil noires sur mon nez et j'arrivais en courrant à l'arrêt de bus.
A peine avais-je posé le pied sur le trottoir que le bus arrivait au loin.
« Tu vois, je t'avais dit que j'aurais fait vite ! », fis-je essoufflé, un peu de manière prétentieuse à Meika.
Le bus s'arrêta et nous montâmes, moi le dernier, suivant Meika.
Je saluais le chauffeur poliment, payais ma place (2$65) et je suivis Meika pour aller nous asseoir quelque part.
J'avais hâte d'être à la réserve. C'était comme partir dans une grande aventure ! Je sentais que j'allais bien m'amuser !

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 18:49

« Ouais c'est vrai. Je prend cette réponse comme un oui. »

- Evidemment.

Répondis-je avec le sourire. Je repoussais une mèche de cheveux en arrière qui me gênait. Miami aurait pu être une ville de canicule alors que l'été approchait à grand pas, mais fort heureusement, elle bénéficiait des vents marins grâce à l'océan qui la bordait. Le climat de cette ville était, de ce fait, bien agréable et nouveau pour moi. Bon, pour éviter toutes inquiétudes à Ty, je lui expliquais aussitôt la raison de ce sac et de ma présence à l'arrêt de bus. Celui ci avait l'air mitigé entre le soulagement et la déception. Il baissa la tête en murmurant :

«C'est cool. »

Je l'interrogeais du regard. Je voyais très bien que quelque chose n'allait pas, mais pour une raison qui m'échappait encore, je n'osais pas lui demander de quoi il retournait. Un long silence s'ensuivit et je me sentais un peu mal à l'aise car j'avais l'étrange sentiment d'être la principal raison qui lui donnait cet air là. Pour briser ce silence qui me perturbait et qui sait, lui changer les idées, je lui demandais s'il avait un programme pour les vacances de ce mois. Il me répondit alors :

« Rien et je m'ennuie vraiment ! »

- Oh...

Je pouvais le comprendre ! Rester dans une école pendant des vacances, il y avait vraiment de quoi devenir fou. Moi je n'aurais pas pu, mes racines étaient ailleurs, bien loin d'ici. Observant le jeune homme, j'eus un petit soupire de compassion. Ce n'était vraiment pas drôle pour lui. Mais tout à coup, il se redressa sur sa moto en s'exclamant :

« Je sais ce que je vais faire ! Je vais partir avec toi à la réserve ! ».

J'écarquillais les yeux en lâchant un "quoi ?" au dépourvu, alors le garçon me supplia :

« S'il te plaît! »

- Mais...Oh !

Je n'eus rien eu le temps de dire qu'il se cassa la figure devant moi de sa moto et que je fis un pas en arrière de surprise avant de refaire le pas en avant et de m'accroupir devant lui en lui demandant :

- Ca va ?

Mais ça avait l'air d'aller très bien puisqu'il se mit à rire de sa maladresse, m'étirant également un sourire amusé. Il se releva aussitôt, épousseta ses habits puis se tourna vers moi :


« Allez dis oui ! Dis oui ! Je me ferais aussi discret qu'une petite souris ! Promis ! Accepte, accepte s'il te plaît ! Je peux faire mon sac en cinq minutes, même pas, deux secondes ! Dis oui ma p'tite sœur ! S'il te plaît Meika ! »

Ouh là. Comment refuser avec ça devant les yeux ? Mais j'eus un rire malgré moi parce que je trouvais ce garçon trop mignon. En venant à Wynwood, je craignais de ne tomber que sur des brutes épaisses, mais on dirait que j'avais trouvé l’exception qui confirmait la règle. Taquine, je lui répondis :

- Ce serait idiot...

Je laissais durer un court temps de suspens avant d'ajouter :

- ...De refuser alors que je t'avais promis de t'y emmener un jour.

Je gardais mon sourire puis jeta un oeil à la route un moment avant de regarder de nouveau le jeune homme et d'ajouter :

- Si toutefois, tu arrive à te préparer avant l'arrivée du bus.

Qui ne devrait hélas par tarder à venir. Il devait rester moins de dix minutes, peut-être cinq à peine.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 15:22

« Salut Ty, c'est plutôt toi qui roule bien on dirait. », me répondit amusée, Meika.
J'éclatais de rire avant de baisser ma tête, sourire figé sur les lèvres.
« Ouais c'est vrai, admis-je. Je prend cette réponse comme un oui. »
Ma petite sœur avait l'air radieuse. Elle portait un vêtement marron, des bijoux bleus turquoises vraiment trop la classe. Elle avait du goût la jeune Sioux ! Elle pourrait devenir couturière ou créatrice de mode 100% Amérindienne !!

Soudain, mes yeux bruns aux éclats dorés repérèrent le sac aux pieds de Meika. Je lui demandais avec tristesse si elle partait définitivement de Wynwood.
La jeune-fille aux longs cheveux noirs releva ses yeux vers moi. Ils étaient rouges, ce que j'aimais voir le plus. Ça lui va bien je trouve.
Meika me répondit : « Non Ty, ne t'en fais pas. Je retourne simplement chez moi pour les vacances de juin. » Je poussais un soupir de soulagement et je retrouvais le sourire. « Tu sais, je n'apprécie pas plus que ça cet endroit et les miens me manque. Il était convenu que j'y retourne dès que j'en ai la possibilité, entre autre, pendant les vacances scolaires. »
J'hochais la tête puis murmurais un : «C'est cool. ».
Je la jalousais un peu, car j'avais été éjecté de ma famille Amérindienne, les Yellow. J'avais pourtant dis à oncle Sam que mon histoire avec Mikah était terminé, que je n'étais plus Bi. Pur mensonge, évidemment mais je n'avais pas le choix ! Pour les Swan, j'avais appelé Tata, et je lui avais raconté un mensonge également, disant que j'avais confessé mes péchés au prêtre. J'avais soudoyé le religieux pour qu'il puisse mentir, et il alla dire en personne à ma tante , que c'était bel et bien vrai et que je n'étais plus Bi.

En réalité, j'aimais toujours Mikah en secret. J'avais décidé de ne pas l'abandonner, car ça me ferait mal au cœur. Mais je le trompais cependant avec des filles. De toute façons, il savait que j'étais BI et plus attiré par les filles.
Revenons à nos moutons : Etant éjecté des Yellow mais pardonné, j'essayais de reprendre contact avec eux, mais c'était très dur. La plus part se méfiaient de moi. J'avais un petit cousin qui me haïssait plus que tout au monde, alors qu'avant nous étions comme les deux doigts de la main, des quasi-frères.

Soudain, Meika me sortit de mes pensées : « Et toi ? Tu as prévu quoi de beau pendant ces deux semaines ? »
Je secouais négativement la tête en avouant : « Rien et je m'ennuie vraiment ! ».
Je posais mes mains sur les guidons de la moto, détournant la tête de Meika pour réfléchir à ce que je pourrais bien faire pendant les vacances.
Rester à Miami, ça craint ! C'est pour ça que je vais bientôt partir en Australie avec Mikah. On s'amusera bien tous les deux. Je lui ferais visiter Sydney, puis lui, sa ville.

Soudain, une idée traversa mon esprit et je me mis à sourire.
« Je sais ce que je vais faire !, m'exclamais-je, ayant retrouvé ma gaieté, Je vais partir avec toi à la réserve ! ».
Devant l'air étonné de Meika, j'hochais la tête. Puis, je me penchais en avant pour lui faire mes yeux de Chat Potté en joignant mes mains et en suppliant : « S'il te plaît! », mais, je ne regardais pas ce que je faisais, et ce qui devis arriver arriva : je tombais sur le sol, entre la moto et le trottoir, tête la première.
Je me relevais en riant, secouais mes habits et m’attardai sur mes cheveux. Je ne voulais pas qu'ils soient salis.

« Allez dis oui ! Dis oui !  Je me ferais aussi discret qu'une petite souris ! Promis ! Accepte, accepte s'il te plaît ! Je peux faire mon sac en cinq minutes, même pas, deux secondes ! Dis oui ma p'tite sœur ! S'il te plaît Meika ! », continuais-je en faisant les yeux doux.
J'espérais qu'elle allait finir par céder avec mes caprices digne d'un enfant. Je mourrais d'envie d'aller dans son habitat, parler avec sa famille, découvrir de nouvelles choses.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 13:26

En jetant un oeil à l'affiche qui indiquait les horaires de bus, je vis malheureusement que le prochain ne passerait pas avant un bon quart d'heure. Mais j'étais patiente. Je prenais mon mal en patience en songeant à mon retour auprès des miens. Tout à coup, j'entendais un bruit de moto au loin et si au départ je n'y faisais pas attention, je m'aperçu bien vite que le son devenait de plus en plus fort. Sans doute un jeune de l'école qui s'amusait sur son engin. Je n'appréciais pas vraiment les véhicules, que ce soit voiture, moto, bus ou autre. Je ne niais pas que c'était pratique, maintenant le monde ne tournait plus que comme ça, mais il tournait tout aussi bien sans. Les gens était devenu accro à toute cette modernité.

Tout à coup, une moto apparu soudainement dans mon champ de vision, apparaissant d'un seul coup tout en freinant, devant moi. Surprise, j'eus un petit sursaut puis je me rendis compte que celui qui était au volant portait un visage familier. C'était Ty. A ce moment là, j'affichais un sourire, j'ignorais qu'il était fan de moto mais ça lui allait étrangement bien. Disons que je n'en étais pas étonnée. Dans le feu de l'action, le jeune homme me lança :

« Salut Meika ! Alors ça roule ? »

- Salut Ty, c'est plutôt toi qui roule bien on dirait.

Lançais-je d'un ton amusé. Aujourd'hui, j'étais vêtu tout en légèreté, ne craignant pas pour autant la chaleur, avec quelques bijou de turquoise fabriqué dans ma réserve :
Spoiler:
 
Tout à coup, l'humeur de Ty pourtant si joyeuse s'abaissa, son regard avait quelque chose de paniqué, et il avait jeté un oeil au sac que je tenais à mes pieds avant de me demander :


« Tu nous quitte déjà ? Ton père a décidé que tu ne devrais plus rester à Wynwood, c'est ça ? »

Je baissais à mon tour le visage vers le gros sac qui prenait le soleil au sol. J'étais tout de même touché que Ty s'inquiéte d'un éventuel départ de ma part mais qu'il soit sans crainte, je pense que ce n'était pas demain la veille que mon père changera d'avis, sauf peut-être si quelque chose de grave se produisait à Wynwood. Redressant mon regard rougeoyant vers le jeune homme, je lui répondis d'une voix rassurante :

- Non Ty, ne t'en fais pas. Je retourne simplement chez moi pour les vacances de juin. Tu sais, je n'apprécie pas plus que ça cet endroit et les miens me manque. Il était convenu que j'y retourne dès que j'en ai la possibilité, entre autre, pendant les vacances scolaires.


J'observais un moment Ty, puis lui demanda :

- Et toi ? Tu as prévu quoi de beau pendant ces deux semaines ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Mar 10 Juin - 12:41

Je m'ennuyais à mourir. J'étais couché sur mon lit, douché, rasé, parfumé, coiffé et habillé comme quelqu'un qui voulait partir, mais je ne savais pas où aller. Je portais le bracelet que m'avait offert Meika, un débardeur kaki, un pantacourt noir et des baskets. J'ai fait hier un faux tatouage sur mon épaule gauche qui ressemble à celui de mon cousin. C'est deux loups qui sont face à face avec une flamme entre eux. (LIKE THAT)

Poussant un énorme soupir, je me levais de mon lit puis passais ma main dans mes cheveux qui étaient au naturel. J'avais juste fais la houpette avec de l'eau et l'avait laissé séché au naturel. J'avais coupé mes cheveux il y a trois jours, en ayant assez avec cette masse de cheveux qu'il fallait à tout prix enduire de beaucoup de gel.

Ne sachant que faire, je sortis du bâtiment des SM et marchais jusqu'au parking pour enfourcher ma moto noire puissante. En criant : « WAHOOOU C'EST LA LIBERTEEEEE ! » je démarrais et fonçais hors de l'école. Je fis un petit tour dans les environs de Wynwood, puis je revins en cabrant ma moto, faisant mon malin et criant toujours : « WOUHOU ! ». Je fis même le cri des Sioux en faisant tourner ma moto en cercle en pleine route.
Tout prouvait que je me faisais ch*er ! Fallait que je trouve une activité.

Je refis un tour puis j'arrivais à l'arrêt de bus où j'apperçus Meika, ma soeur de coeur.
Je roulais vers elle puis freinais tout près de l'arrêt. Toujours sur la moto, je la saluais joyeusement en souriant de mes dents blanches : « Salut Meika ! Alors ça roule ? ».
Je plissais les yeux en remarquant qu'elle avait ses bagages à la main.
« Tu nous quitte déjà ? », demandais-je un peu horrifié, yeux écarquillés. Ma joie avait disparue.
C'est vrai qu'on s'ennuyait, mais quand même, de là à partir de WHS pour ça ! A moins que son père l'ai rappelé chez elle, préférant une meilleure éducation pour sa fille.
« Ton père a décidé que tu ne devrais plus rester à Wynwood, c'est ça ? », demandais-je en la désignant du menton, le regard et la voix triste.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   Lun 9 Juin - 19:47

Après avoir mis les dernières petits affaires au fin fond de mon gros sac de voyage, je refermais ce dernier. Il n'était pas aussi gros qu'à mon arrivée à l'école, la majorité des choses qui s'y trouvaient, étaient encore dans la chambre. Nous étions le 10 juin et nous avions droit déjà à deux semaines de vacances. Quelle joie ! Cela faisait que quelques jours que j'étais arrivée à l'école et j'avais bien envie de retrouver la famille. Depuis mon arrivée, j'avais déjà écrite deux lettres à la réserve. Je leur avait déjà un peu parler de ma vie là bas, qui n'était pas si terrible que cela dieu merci. Et je leur avait fais savoir à quel point ils me manquaient. Je n'avais pas pris grand chose au final, pour deux semaines.

J'avais également prévenu tout le monde que je reviendrais pour ces quelques jours et le moment était désormais venu, j'étais vraiment heureuse. Cet endroit de Wynwood n'était pas l'enfer, mais ce n'était pas génial non plus, trop bizarre à mon goût, avec des histoires pas possible, cette Voix qui rabaissait les gens, des confréries pour nous trier comme des objets...Enfin, je devais faire avec après tout. Moi, je n'avais pas encore de confrérie, mais j'avais demandé celle des Nu Zeta, parce qu'ils s'approchaient un peu de ce que je vivais et j'étais curieuse de savoir la vision de la nature des Blancs, même si je craignais d'être déçue.

Le sac était bouclé, je passa la lanière que mon épaule et quitta la chambre sans la moindre once de regret mais n'oubliant pas évidemment de la fermer à clef. Les Blancs avaient de sales manies de voler que je ne comprendrais jamais. Je traversais le couloir, quitta le bâtiment réservé à ceux qui n'avaient pas encore de confrérie puis passa dans le bâtiment principal. En cette heure de la matinée plutôt bonne, il n'y avait pas vraiment de monde. Les élèves voulaient profiter de leur premier jour de vacances sous la couette. Ceux qui repartaient quelques part à la limite, furent les seuls que je voyais au loin. Et voilà, je quittais finalement le domaine de Wynwood et marcha tranquillement sous les rayons matinaux du soleil jusqu'à la route principale qui passait devant le portail. Il y avait un arrêt de bus à quelques pas, là où j'étais descendu à mon arrivée, j'allais le prendre pour repartir finalement. Une fois arrivée, je posais mon sac par terre et patienta tranquillement, appréciant le calme de la ville encore à moitié endormi.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quelques jours à Pine Rigde [Ty]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques jours à Pine Rigde [Ty]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des cas miraculeux du séisme; Montana et autres
» SOS le refuge du MUY (Var ) inondé cherche FA quelques jours
» Quelques jours loin de la Cour [PV : Monsieur et Philippe de Lorraine]
» Pendant quelques jours, un Pokemon Center à Paris !
» Je m'absente

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: