AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Mar 24 Juin - 16:42

J'étais très content de ma phrase. Mais Alma me dit :
« Ho quelle horreur, ne me dis pas que tu vas te marier ! ». Mon sourire s'évanouit et Alma tira la langue comme si elle voulait vomir.
«Pourquoi tu dis ça ?, me défendis-je, Se marier, c'est trop bien ! Moi j'aimerais me marier plus tard. Dans ma famille on se marie de génération en générations. Je te parle même pas des Swan ! Eux c'est dans l'Eglise qu'ils se marient. Les Yellow aussi. ». Je précisais au cas où elle aurait oublié : « Les Yellow se sont ma famille Sioux de la tribu des Hunkpapas. ».
Car voilà ce que j'étais vraiment : un métis Sioux Hunkpapa Blanc WASP. Quel curieux mélange !
« Quand je me marierais, je serais tout de noir...non tout de blanc avec un nœud papillon noir. Je me marierais sois à la plage ou à l'Eglise et après...Il y aura un lâcher de colombe. Je ferais une méga fiesta dans une grande villa avec piscine. J'inviterais tous mes amis et je... » PAUSE : Et voilà et voilà ! Me revoilà partis dans une rêverie sans fin. RETOUR. « ...ferais un discours trop touchant. Il ya aura un grand buffet mortel et tout le monde plongera dans la piscine. Je danserais avec...avec Mme Swan un slow trop beau qui durera 30 minutes ou plus...ça dépendra. Enfin bref je m'éclaterais ! Et pour la lune de miel, je pense qu'on partira tous les deux dans un autre pays...Peut-être au Canada, à Hawaï....ou bien on fera une croisière ou alors...on restera aux USA mais on ira à... Los Angeles !
On ira dans un graaaand hôtel luxueux 5 étoiles et je payerais. Ensuite je prendrais Mme Swan dans mes bras et j'ouvrirais la porte de la chambre lentement genre comme ça...
(je mimais la scene) et ensuite je la déposerais doucement sur le grand lit avec les 10 coussins. Et ensuite...Censuré ! »

J'éclatais de rire en regardant Alma. La pauvre ! Elle en avait assez entendu pour aujourd'hui.
« Pourquoi tu ne veux pas te marier ? C'est vraiment triste attend...moi qui comptais venir à ton mariage pour être ton témoin. C'est mal barré ! 
En plus imagine, tes enfants porterons même pas ton nom enfin le nom de ton mari...Mais c'est vrai que vu comme je te connais...ça ne t'arrivera pas ! Tu es trop...adepte en coups d'un soir pour t'engager avec quelqu'un.
 »
J'avais dis les deux dernières phrases sur un ton de défi car j'étais prêt à parier qu'Alma ne trouvera jamais son âme-soeur. Enfin je pouvais bien parler, alors que j'étais casi entrain de me séparer de Mikah et d'Ashley.
« Nan sérieux c'est triste... », répétais-je dans un murmure avant de repartir dans un autre délire : « Imagine...Un jour Mme Swan me dira : « Ty tu va être papa. ». Je serais trop content ! 9 mois plus tard le petit naît. Attention ! Pas de fille, hein ! Moi je veux un garçon qui me ressemble comme ça, je pourrais lui apprendre le Karaté et je l'appellerais Taylor. Taylor Swan. Mais si c'est une fille je l’appellerais Kim comme la Kim , mon ex collègue de gang que tu as rencontré dans le bar, ou alors Melissa comme ma maman. Ou bien alors Tina. Tina Swan. Ça sonne bien tu trouve pas ? Et si c'est des jumeaux ce sera Tina et Taylor ou alors Ty Junior et Taylor. Et donc Mme Swan me tendra le petit et je le prendrai dans mes bras et alors là je dirais : « Tu t’appellera Taylor Swan. ». (Je souris de toutes mes dents). Et je l’emmènerais partout avec moi ! Quand il deviendra grand, je lui apprendrais le Karaté, le vélo, à conduire...Je l'emmènerais voir ses ancêtres, et surtout, je le mettrai en garde contre les dangers de la rue, de la drogue, des cigarettes, de l'alcool ect. Je lui interdirais d'être un rebelle parce que je ne veux pas qu'il fasse les mêmes erreurs que moi !!!! » Je poussais un petit soupir, puis je concluais par : « Tout ce que j'espère...C'est qu'il n'héritera pas de mon nez ! Ni de ma connerie ! ».
Sourire niais et éclats de rires. Pauvre Alma ! Elle doit être choquée là.

Puis nous montâmes dans le bus et je proposais à Alma de jouer à Action ou Vérité. Je lui lançais un défi facile : embrasser sur la joue le chauffeur.
« Trop simple ! » , fit Alma avant de se lever et de me dire : « Regarde un peu l'experte, et prends en de la graine ! ». J'haussais un sourcil, un sourire aux lèvres, puis je la désignais de la tête pour lui dire de passer à l'action. Je la suivis du regard au départ, puis je m'avançais dans le bus un peu pour voir mieux.
Elle s'approcha de la Victime qui ne se doutait de rien.
« Au fait Monsieur... Je voulais vous dire... Je sais que vous avez remarqué que je n'avais pas payé le bus, mais vous savez, c'est pas facile pour moi en ce moment... »
Je penchais ma tête sur le côté comme un loup. Je ne pensais paq qu'elle aurait dit des phrases avant d'embrasser le mec. Je croyais qu'elle serait allé direct. Mais, elle avait raison: ça faisait moins louche! Alma m’épatait: elle avait de ces bonnes idées pour s'en sortir! Trop forte!
« Enfin voilà, je voulais vous remercier, vous êtes un homme bien, ca se voit... »
Le bus s'était arrêté au feu rouge. La brunette s'approcha de la joue du chauffeur et y déposa un baiser furtif. Yeux écarquillés, j'étais étonné : elle avait réussi et le chauffeur n'y avait vu que du feu.
Je reculais jusqu'à mon siège. Alma se rasseya sur son siège et me lança : «  Trop simple franchement ! J'aurais même pu l'embrasser sur la bouche s'il n'avait pas été aussi moche... ». J'applaudis. « Wow ! Tu m'a scotché ! ».
Puis, plongeant ses yeux verts dans mes yeux chocolats, elle me dit : « A ton tour de choisir ! ». Je répondis spontanément : «Action ! ». J'étais chaud ! Je voulais moi aussi montrer de quoi j'étais capable ! Je n'avais pas froid aux yeux : Alma pouvait me proposer n'importe quoi, j'allais le faire les yeux fermés !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Lun 23 Juin - 21:18

Quand j'avais parlé de Ty en disant qu'il était une célébrité, c'était ironique bien sur, mais je crois qu'il le comprit au premier degrés, tout comme mon idée de vendre ses autographes. Ma parole mais c'est qu'il se prenait vraiment pour une star. Ca me faisait bien rire en tout cas ! Il accepta de faire mes devoirs, et ne me demanda même pas quoi que ce soit en échange. Il était vraiment nul en affaires lui ! Ou trop gentil... Dans les deux cas, il se ferait avoir. Etais-je en train d'abuser de lui? Non, ce n'était pas mon genre. Je ne lui avais rien demandé moi, c'était lui qui s'était proposé tout seul... Quand Ty me parle de son mariage sur la plage, alors là, je fus carrément morte de rires. Le plus drôle était qu'il avait l'air d'y croire. Pire qu'une fillette de 10 ans. Et encore, moi à 10 ans, j'étais très loin de ce romantisme...

« Ho quelle horreur, ne me dis pas que tu vas te marier ! »

Je tirai la langue, dégoutée. Le mariage, c'était une prison, rien d'autre. Un parfait mensonge. Mes parents s'étaient mariés... et avaient divorcé. Je l'avais très mal vécu et je ne comptais pas me marier. De toute façon, l'amour, s'il existe, ne dure pas toute une vie, c'est certain. Il y a que dans les livres ou les films qu'on voit de telles conneries. Ty me donne un peu l'impression de vivre dans un film, ou un autre monde en tout cas. Il est vraiment bizarre des fois, surtout quand il sort des conneries plus grosses que lui.

Puis, on joua à action ou vérité. J'avais choisi action, et je fus surprise de voir que mon partenaire de jeu trouva rapidement quelque chose... Embrasser le chauffeur sur la joue. Cela me fit sourire d'avance. Évidemment que j'en étais capable.

« Trop simple ! »

Déclarai-je en me levant, puis je lui dis:

« Regarde un peu l'experte, et prends en de la graine ! »

Je traversai l'allée du bus pour aller devant, à côté du chauffeur. Ty m'avait sans doute suivi, histoire de vérifier que je jouais bien le jeu. Il ne voulait pas rater ca, c'était sur ! Je commençai mon baratin auprès du chauffeur, qui n'était plus tout frais: il devait bien avoir une cinquantaine d'années.

« Au fait Monsieur... Je voulais vous dire... Je sais que vous avez remarqué que je n'avais pas payé le bus, mais vous savez, c'est pas facile pour moi en ce moment... »

Je jouais parfaitement la comédie. Un discours de ce genre, j'en avais l'habitude quand je vivais à la rue et que je mendiais pour avoir de la tune. Le chauffeur était plus concentré sur sa route que sur moi, mais il dut s'arrêter à un feu rouge, ce qui me fit saisir l'occasion:

« Enfin voilà, je voulais vous remercier, vous êtes un homme bien, ca se voit... »

Et là, je m'approche pour lui embrasser la joue. Il n'a pas le temps de le voir venir, et surtout il est coincé sur son siège, il ne peut pas faire grand chose. Je fis volte face aussi rapidement que j'étais venu et j'allai me rassoir. Je m'adressai à Ty:

« Trop simple franchement ! J'aurais même pu l'embrasser sur la bouche s'il n'avait pas été aussi moche... »

Il s'il n'avait pas sentis aussi mauvais ! Je me tournai vers Ty et plantai mes yeux émeraudes dans les siens:

« A ton tour de choisir ! »

J'étais impatiente de voir ce qu'il avait dans le ventre ! Je n'avais jamais vraiment eu l'occasion de le tester ainsi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Lun 23 Juin - 20:09

Lorsque je mentionnais ma carrière d'acteur, Alma me sortis : « Ho ! J'avais oublié que j'étais face à une célébrité ! », d'un ton amusée. Je pouffais de rire. « Célébrité ? Avec seulement un film ? Pfff ! ».
La jeune SM me dit pour plaisanter : « Si je ne trouve pas de taf, je pourrai toujours revendre tes autographes sur internet ! »
Je levais le pouce en l'air et lui dis : « Bonne idée ! Je suis preneur ! » . Je croyais que son idée était vraie. J'étais sûr que ça marcherait.
Au sujet des devoir, Alma accepta après avoir réfléchit un instant. « Okay, marché conclu alors, tapes là ! », fit-elle en me tendant la main. Je tapais donc en souriant de toutes mes dents. J'allais dès notre retour m’exercer à copier son écriture pour pouvoir faire ses devoirs.

Puis je partis dans une rêverie extrême. Mlle Rodriguez me demanda alors : « Mme Swan? C'est qui celle là? ». Elle était carrément morte de rire. Je rétorquais : « Mme Swan sera ma femme voyons ! Bon je ne sais pas encore qui ça sera, c'est vrai, mais tu verras quand je t'inviterais à mon mariage sur la plage. » . J'avais même trouvé le lieu  du mariage !
Après ce petit délire, nous redevînmes plus sérieux et nous abordâmes le sujet des cigarettes et les dents. Je demandais à ma colloc' comment elle faisait pour avoir les dents aussi blanches. La Sigma Mu me répondit qu'elle ne faisait rien de spécial pour avoir les dents blanches, mais qu'elle les brossait quand seulement elle y pensait-ce qui m'étonna-. Elle me dit ensuite que mes dents étaient sûrement plus blanches que les siennes. Je me mis à rire et je la remerciait. Pour ma part, je me brossais les dents matin et soir, tous les jours et parfois même le midi si je le pouvais.

Quand dans le bus, je lançais ma devise, Alma s'enthousiasma : « Ha !! Là je te reconnais !! T'inquiète, on va bien en profiter aujourd'hui !  ». Elle me fit un clin d'oeil. Je fis un sourire éclatant puis je dis : « J'y compte bien ! ».
Il fallait que nous nous amusions au max, que nous profitions de cette journée buissonnière. Après avoir compté mon fric et regardé le paysage, je proposais à Alma un Action ou Vérité. La brunette aux yeux verts me dit alors après avoir frappé dans la main que je lui avais présenté: « Ok ca marche ! J'adore ce jeu, ça va nous occuper un peu ! Alors je commence... Je choisis action ! ».
Je me mis à réfléchir un instant. Puis je lançais : «Embrasse le chauffeur sur la joue. ».
Facile. Mais c'était quand même risqué. Alma pouvait se faire crier dessus. Pauvre Chauffeur ! Il n'allait pas comprendre ce qui lui arrivait aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Dim 22 Juin - 11:23

Ty m'avoua qu'il s'était décidé à bosser pour ne pas finir comme son père qui était mort dans un accident parce qu'il avait trop picolé. Face à ca, je ne pouvais rien rétorquer, il avait donc le dernier mot. Il est clair que je voulais vivre ma vie à 200% et pas me faire chier dans des études à n'en plus finir, mais j'avais aussi vécu à la rue et je savais que je ne voulais pas de cette vie plus tard. Il faudrait sans doutes que je me bouge l'arrière train, mais j'avais tellement la flemme que tant que je le pouvais, je préférais m'amuser. Ty m'apprit que si son projet de maitre d'hôtel ne marchait pas, il continuerait sa carrière d'acteur.

« Ho, j'avais oublié que j'étais face à une célébrité ! »

Avais-je déclaré amusée.

« Si je ne trouve pas de taf, je pourrai toujours revendre tes autographes sur internet ! »

Je lui fis un sourire espiègle, j'aimais trop le charrier ce Ty. Quant Ty m'affirma pouvoir m'obtenir la moyenne en faisant mes devoirs à ma place, je déclarai, enthousiaste:

« Okay, marché conclu alors, tapes là ! »

Et je lui tendis ma main pour qu'il tape dedans. Je ne savais pas s'il allait tenir ce pacte, mais sur le moment, l'idée me réjouissait. Cela m'éviterait de faire mes devoirs, et j'aurais de meilleures notes, que demande le peuple? Puis, quand Ty parla de son futur avec Mme Swan, je rétorquai:

« Mme Swan? C'est qui celle là? »

J'étais morte de rire. Non, sans déc, il avait déjà envisagé la possibilité de se marier, avec une madame Swan, pourquoi pas les gosses tant qu'on y était? Ho non, à voir la tronche qu'il me tire, et tel que je le connais, il doit déjà se voir avec un gamin qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau. Moi, je ne préfère pas penser à l'avenir, je n'arrive pas à me projeter, ca me fait peur, je veux rester dans l'instant présent, je ne veux pas devenir responsable, adulte, avec toutes les contraintes qui y sont rattachées. Ty m'avait demandé comment je faisais pour garder les dents blanches, chose à laquelle je répondis:

« Rien, je les brosse quand j'y pense... Mais si ca peut te rassurer, je pense que tes dents sont bien plus blanches que les miennes ! »

Je voulais qu'il puisse dormir tranquille en sachant ca. Moi, je me fichais de mon physique. Pour ce qui était de l'alcool, Ty clama haut et fort qu'il se fichait de son image, et qu'il voulait en profiter.

« Ha !! Là je te reconnais !! »

Déclarai-je satisfaite par sa réponse car c'était ma façon de penser.

« T'inquiète, on va bien en profiter aujourd'hui ! »

Je lui fis un clin d'oeil. Je regardai un peu le paysage, puis Ty proposa de jouer à action ou vérité. Avec moi, il n'avait pas peur !! J'étais prête à toutes les folies possibles. Quand à la vérité... Il m'arrivait souvent de mentir à ce jeu. Qui allait vérifier de toute façon? Il me tendit sa main et je tapai dedans, comme lui peu de temps avant.

« Ok ca marche ! J'adore ce jeu, ca va nous occuper un peu ! Alors je commence... Je choisis action ! »

J'attendis que Ty me propose quelque chose de fou. J'adorais relever des défis, et je voulais tellement prouver que j'en étais capable que je ne me préoccupais pas du reste.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Lun 9 Juin - 23:57

« Eh bien dans ce cas, tu n'as qu'à tout simplement être toi-même. De toute façon tu ne pourras jamais plaire à tout le monde... »
La brunette avait tout à fait raison. J'hochais la tête silencieusement avant de la remercier.
Je savais ce qu'il me restait à faire : redevenir un SM. Les autres n'avaient qu'à m'accepter comme j'étais !
Lorsque je demandais à la rebelle pourquoi elle refumait, elle me répondit que c'était ce que faisait tous les fumeurs qui attendaient un « fucking bus ». La belle excuse ! Elle était tout simplement accro et elle ne voulait pas l'admettre ! Enfin moi je pouvais me taire puisque je cédais à la tentation quelques minutes plus tard.

Lorsque j'essayais d'ouvrir les yeux d'Alma, tirant la sonnette d'alarme sur l'état des Africains, elle s'esclaffa : « 
« Attends, c'est toi qui n'est pas sérieux là? Qu'est-ce que t'as depuis ce matin, t'es trop chelou sans dec, tu me fais peur ! T'es malade ou quoi? »
Je la regardais, mon visage sérieux comme jamais.
Moi chelou depuis ce matin ? Qu'avais-je fais comme ça ? Qu'avais-je dis ? C'est vrai que je lui ai avoué que je n'étais plus tellement SM. J'avais dit que j'arrêtais la clope pour refumer. Et je souriais tout le temps (bon ça c'est normal, c'est naturel.).
Je gardais le silence, une main dans ma poche, le regard rivé sur le trottoir.
Je me contentais d'hausser les épaules en guise de réponse, ne sachant que dire. Oui je pouvais être sérieux et arrêter mon insouciance de la vie. Ça pouvait m'arriver à tout moment. Un moment entrain de déconner et 5 secondes plus tard dire les vérités de la vie ou être pessimiste.

« J'en sais rien ! Je dis juste que l'école, ca crains ! J'en ai trop marre. Je suis pas faite pour les études, je ne pourrai jamais faire un métier de riche, faut être pistonné pour ca de toute façon ! Et puis, on ne sait pas, peut-être que j'aurais mon année, on verra... »
Je comprenais Alma quand même. C'est vrai que toutes ces leçons, ces profs, ces examens et tout ces manuels à lire....c'est ch*ant ! Par contre, je ne comprenais pas Alma pour la question du métier. Elle ne pouvait pas faire un métier de riche...?Moi je peux lui dénicher un boulot de suite. Elle est belle, elle a de la classe, elle est débrouillarde... Je la vois bien actrice ou mieux encore : chanteuse. Chanteuse de chansons de rebeu pour les ados en détresse.
Genre...  « Fucking la vie fais ce qui te plaîs ! ». Je la vois bien chanter sérieux. Ou alors mannequin...ça lui irait vachement.
A moins qu'elle reste danseuse dans les bars. Faudrait que j'aille un jour la voir dans son travail pour voir ce que ça donne.

« Ouaip t'a raison ! C'est pour ça que je bossais pas il y a quelques mois, mais...là je suis obligé. Je veux pas finir comme mon père genre sans emploi avec une bière à la main scotché tous les jours dans la TV pour enfin mourir dans un accident parce que j'aurais trop picolé. Non, non, non ! Je veux faire un métier respectable. Maître d'hôtel c'est cool. Si ça marche pas, je reprendrais ma carrière d'acteur. »
Mon film d'action Juste Pour Un Champs de Maïs avait bien marché. J'avais tellement de fans que je ne les comptais même plus!

Puis, je proposais à Alma de lui faire ses devoirs, car je ne voulais pas qu'elle redouble ! Elle s'étonna de ma proposition : « Sérieux tu ferais mes devoirs? Ca claque ! Si j'avais su je te l'aurais demandé plus tôt !». Je pouffais de rire. « Mais attends, t'es bon à l'école au moins? Je ne voudrais pas voir mes notes encore plus basses... »
Je lui fis le salut militaire et je lançais : « Mademoiselle, quand je bosse sérieusement, j'arrive à avoir la moyenne. Alors je saurais vous faire remonter la dure pente ! ».
C'était bien vrai. Si je me dépêchais d'apprendre les leçons, je serais sûrement le 8ième ou 5ième de la classe.

Ne voyant pas ce qu'il y avait de mieux à faire dans la vie, je le demandais à ma colloc', qui m'assura : « Tout ! Tout est mieux que les cours ! Je vais te donner un avant goût avec cette journée, on verra si ce soir tu tiens le même discours ! »
« Ouais...on verra ! », fis-je d'un ton peu convaincu.
C'était clair que je perdais de vue le chemin des Sigma Mu.
Puis, restant sur cette perspective d'école, je me mis à parler du futur. Alma dit alors en riant 'n'importe quoi', me trouvant sûrement trop rêveur. Pourtant, elle me rejoignit dans mon rêve : «  J'espère bien que si j'allais à ton hôtel, j'aurais au moins le privilège de dormir dans ta chambre de luxe personnelle ! Colloc' un jour, colloc' toujours ! ». Elle me fit un clin d'oeil.
J'éclatais de rire et celui-ci grimpa aux aigus. Je secouais la tête de gauche à droite avant de la baisser, riant toujours. J'imaginais Alma, débarquant dans ma chambre faite toute d'or avec vue sur la mer, alors que je serais entrain d'écrire sur une feuille de papier les nouvelles exigences pour mon hôtel, vêtu tout de blanc avec une énorme classe.
Cette idée ne me déplaisait pas, mais j'espérais tout de même qu'elle n'allait pas venir souvent, car je serais déjà marié et j'aurais un enfant qui me ressemblerait comme deux gouttes d'eau qui s'appellerait Taylor Swan et qui lui rendrait la vie impossible.
Je continuais de rire dans mon délire et il fallait bien que j'arrête pour répondre à la brunette aux yeux verts : «Oui j'aimerais bien, mais fait attention à ce que Mme Swan ne te vois pas ! ». Je plaisantais bien sûr. Je ne savais pas si je rencontrerais un jour l'Âme-Soeur avec un grand A.
D'ailleurs, est-ce que je serais fidèle ou toujours aussi infidèle ? No comment ! Vallait pas mieux y penser !

Lorsque je rétorquais ensuit que j'avais arrêté de fumer pour mes dents, Alma me dit alors : « C'est sur que les dents jaunes à côté du cancer, ca a de quoi en faire flipper plus d'un ! ». « Mais comment tu fais pour garder tes dents blanches toi ? », demandais-je, car cette question me brulait les lèvres depuis …. le 21 Octobre 2013.

Lorque je m'énervais, Alma riait. J'étais un mec nerveux, m'emportant pour un rien et bien des gens se moquaient de moi !
Alma émit l'hypothèse que le chauffeur ai séché, ce à quoi je répondis qu'il n'avait pas interêt !
Mais le bus arriva enfin et je payais mon ticket. Je regrettais de l'avoir fait, car Alma n'avait pas payé. Or, j'avais eu l'idée de ne pas payer, mais par politesse, je l'avais fait. 2$ étaient donc partis en fumée pour rien !

Nous nous installâmes au fond du bus, en bon SM et je demandais aussitôt où était la boisson.
« On en achètera en chemin, ca nous évitera de les trimbaler pendant le trajet. On va encore passer pour des alcooliques après... »
J'haussais les épaules. « Et alors ? On est jeunes non ? Il faut en profiter ! », lançais-je. J'avais une nouvelle fois dit ma devise 'on est jeunes il faut en profiter'. C'était si vrai !

Le bus démarra enfin et Alma se mit à regarder le paysage, tandis que je sortis mon porte-feuille pour compter tous mes billets. J'avais assez de fric pour acheter des trucs interressants : 1200$. Et je ne parle pas de mes cartes de crédits !
Puis je regardais moi aussi le paysage de Miami défiler. Passants, cocotiers, monuments, oiseaux, ciel bleu...

Après avoir observé la route pendant 5 minutes, je me tournais vers Alma et lui proposais : « Chiche, on fait un Action ou Vérité maintenant ? ». J'expliquais ensuite : « On se lance des défis de malades dans le bus et on les fait devant tout le monde! I don't care of people, so let's go ! ».
J'hochais la tête de haut en bas et je lui redis : « Chiche qu'on le fait, hein, chiche qu'on le fait ?! ». Je lui présentais ma main pour qu'elle puisse taper dedans si elle était partante.
On allait mettre de l'ambiance un peu dans ce...fucking bus !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Dim 8 Juin - 22:29

Ty se justifia d'être un garçon sage par le fait qu'il devait montrer à certaines personnes qu'il était un bon garçon. Mais pour d'autres, il devait se montrer bad boy. Il était donc confronté à un dilemme, et avait peur de ne pas être apprécié à sa juste valeur. Pour moi, les choses paraissaient simple.

« Eh bien dans ce cas, tu n'as qu'à tout simplement être toi-même. De toute façon tu ne pourras jamais plaire à tout le monde... »

J''espérais en disant ca qu'il allait redevenir plus rebelle, car là franchement ca craignait. Depuis quand se souciait-on de l'image qu'on renvoyait? Ty était en train de me dire qu'il jouait un jeu, ce que j'avais un peu compris étant donné qu'il était très différent de lorsque je l'avais rencontré. Je ne l'avais jamais vraiment considéré comme un vrai SM, déjà il se posait trop de questions... Quand il était étonné de me voir fumer une clope, alors que j'en avais déjà fumé une le matin, je répondis:

« Ben c'est ce que font tous les fumeurs quand ils attendent un fucking bus... Faut bien s'occuper ! »

Ensuite, quand je lui évoquai brièvement mon projet d'arrêter l'école si je n'avais pas mon année, il tomba des nues, me sortant le coup des africains qui n'avaient pas la chance d'être éduqués etc etc. Je esclaffai:

« Attends, c'est toi qui n'est pas sérieux là? Qu'est-ce que t'as depuis ce matin, t'es trop chelou sans dec, tu me fais peur ! T'es malade ou quoi? »

Il me demanda ce que je comptais faire de ma vie. Me parlant de quand je vivais à la rue...

« J'en sais rien ! Je dis juste que l'école, ca crains ! J'en ai trop marre. Je suis pas faite pour les études, je ne pourrai jamais faire un métier de riche, faut être pistonné pour ca de toute façon ! Et puis, on ne sait pas, peut-être que j'aurais mon année, on verra... »

Il m'affirma qu'il était prêt à m'aider, à faire mes devoirs s'il le fallait. C'était plus que je ne l'espérais.

« Sérieux tu ferais mes devoirs? Ca claque ! Si j'avais su je te l'aurais demandé plus tôt !»

Dis-je comme s'il me proposait le plus beau des cadeaux. Ce n'était sans doute pas me rendre service, mais qu'est-ce que l'idée était bonne ! J'allais la mettre en pratique, c'était sur !

« Mais attends, t'es bon à l'école au moins? Je ne voudrais pas voir mes notes encore plus basses... »

Le charriai-je un peu, et puis, ca sentait le piège son truc. Personne ne m'avait jamais proposé un tel plan. Il me demanda ce qu'il y avait de mieux à faire, c'était évident.

« Tout ! Tout est mieux que les cours ! Je vais te donner un avant goût avec cette journée, on verra si ce soir tu tiens le même discours ! »

Ty parla ensuite de son projet d'hôtel, se projetant déjà dans l'avenir, s'imaginant qu'il me laisserait passer gratuitement la nuit dans une chambre.

« N'importe quoi... »

M'exclamai-je en riant. On ne savait pas de quoi était fait demain, et franchement, j'évitais de trop y penser. En fait, l'avenir me faisait peur, je voulais rester dans le présent, et vivre l'instant à fond, tant pis pour le reste. Carpe diem. Je marchai tout de même dans son délire:

« J'espère bien que si j'allais à ton hôtel, j'aurais au moins le privilège de dormir dans ta chambre de luxe personnelle ! Colloc' un jour, colloc' toujours ! »

Je lui fis un clin d'œil, espiègle. Ensuite, je lui filai ma clope, et lorsqu'il me dit qu'il arrêtait pour garder ses dents blanches, je répondis:

« C'est sur que les dents jaunes à côté du cancer, ca a de quoi en faire flipper plus d'un ! »

Je me mis à rire. Ty était vraiment dingue ! Il me disait d'être patiente, et deux secondes après, il s'énervait lui même. Quand je l'entendis se demander si le chauffeur était mort, je me mis à rire bêtement tellement ca faisait trop pour moi.

« Peut-être qu'il a sécher, lui aussi !! »

Répondis-je presque aussitôt. Si tout le monde agissait comme nous deux, le monde aurait du mal à tourner, c'était certain. Ty proposait de faire du stop, idée que j'approuvai aussitôt, mais finalement, le fucking bus arriva. J'attendis que Ty paie le bus en prenant un chewing gum, puis je le suivis, sans payer. Depuis quand un bus ca se payer franchement? Autant essayer de gruger tant qu'on le pouvait ! Un contrôle n'arrivait pas si souvent. Je me mis au fond à côté de lui, et mis également mes pieds sur le siège, sans me soucier d'en détériorer l'état, mastiquant tranquillement mon chewing gum. Ty me fit remarquer qu'on n'avait pas de picole.

« On en achètera en chemin, ca nous évitera de les trimbaler pendant le trajet. On va encore passer pour des alcooliques après... »

Je me fichais royalement de mon image, mais je savais que pour Ty, ce n'était pas le cas. Et puis, je ne sais pas si le chauffeur nous aurait accepté si on s'était ramenés avec de la gnôle ! Le fucking bus démarra et je commençai à regarder défiler le paysage à travers la vitre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Dim 8 Juin - 16:25


Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater!
AVEC ALMA RODRIGUEZ

Lorsque que j'avouais à Alma que j'avais arrêté mes conneries, elle fit une grimace, puis lâcha : « Beurk ! Quelle horreur. ». Je regrettais de lui avoir dit ce que j'étais devenu réellement. La pauvre, en plus, elle n'est même pas au courant pour mes tattoos !
« Fais gaffe, si tu continues comme ca, tu vas te faire virer des SM pour aller tout droit chez les bonnes soeurs... Enfin, je veux dire, les Khi. »
Elle n'avait pas tord. Les Sigma Mu sont des rebelles, or, j'étais entrain de faire mon KO. Je ne m'amusais plus autant comme avant et j'essayais de ne pas sécher. Je m'étais permis de m'amuser seulement le soir du bal de la Promo avec Carry.
Mais je ne sortais plus. J'avais mon boulot, mais je n'allais plus dans les bars ni en boîte. C'est pour cela que je voulais absolument m'éclater aujourd'hui. Je bossais et apprenais mes leçons depuis quelques temps alors que nous étions en fin d'année. C'était pour m'habituer au rythme car l'an prochain, j'ai décidé de travailler pour avoir de bonnes notes. Je conseillerais études et fêtes, sérieux et amusement, légumes et alcool, famille et filles.
« Tu as raison...Je devrais sérieusement me remettre à faire des conneries et profiter de la vie, mais...je dois montrer à certaines personnes que je suis un « Bon Garçon » alors qu'avec d'autres je dois être un Bad Boy. Je ne sais plus comment faire. J'ai peur de ne plus être apprécié comme le gars que je suis réellement, tu vois ce que je veux dire. »
Je demandais en réalité un conseil à Alma, indirectement. J'espérais qu'elle me donnerait des idées pour satisfaire à la fois Mikah, Ash et ma famille et en même temps les SM et elle-même.
Je poussais un soupir en pensant à Ashley Jones. Je l'avais perdue, c'était clair ! Quand à Mikah...Faudrait que je trouve quelque chose pour nous conserver, nous rapprocher. Mais en même temps, je veux m'éclater comme Alma.

Nous allâmes ensuite à l'arrêt de bus. Je m'étonnais tout haut qu'elle refume une nouvelle fois.
« Oh pardon chéri, la fumée te dérange? », me demanda la jeune-fille aux yeux émeraudes en me défiant du regard et en tirant des lattes.
« Pas du tout. J'adore. C'est juste que tu as a peine fini une clope et hop, tu en refûme une autre ! »

J'étais accro à l'odeur des cigarettes depuis un certain temps. Mes yeux bruns aux éclats dorés par le soleil, fixaient la cigarette d'Alma depuis un bon bout de temps. J'avais vraiment trop envie de refumer. J'avais arrêté par amour. Pour Mikah et pour Ashley. Mais, hélas, je sentais bien que j'allais retomber.

Puis je parlais de ce que j'aimerais prendre comme matières si on nous avait laissé le choix. Alma se joignit à moi : «  Ouais ce serait trop bien ! Musique, danse, dessin, photographie... cours de sexe aussi ! Avec les travaux pratiques qui vont avec ! On se ferait moins chier ! »
Je pouffais de rire. Cette Alma alors ! Ce qu'elle était perverse...comme moi en fait. Donc j'ai rien dit. J'imaginais un instant les cours de sexe et je me mis à rire sans pouvoir m'arrêter.
«Comme ça, au moins, on serait éduqués et on serait des incollables. Lol. »
J'avoue que cette idée me plaisait bien tout de même. On aurait tous eu des A. Alma aurait A+.
Trêve de conneries.

Nous retrouvâmes notre sérieux, enfin, moi je souriais toujours, et Alma me confia : « N'empêche j'ai vraiment pensé à arrêter l'école quand j'ai eu mon job de danseuse... Je pense que si j'ai pas mon année, j'arrêterai. Je me vois pas passer ma vie en salle de cours alors qu'il y a pleins d'autres choses mieux à faire. ». Mon sourire s'évanouit de mon visage. «Attend ? Tu plaisante j'espère ? Tu veux arrêter tes études juste parce que tu pense redoubler ? Dis moi que t'es pas sérieuse ?! Dis moi que t'es pas aussi inconsciente ! » Je secouais la tête en faisant 'non'. C'était pas possible. Quand même, stopper les cours juste parce qu'elle pensait redoubler.
« Tu te rend compte qu'on a une opportunité de malade de pouvoir étudier, alors que des pauvres petits enfants africains rêvent d'être à notre place ?! ».
Je me tournais vers Alma et lui dis plus doucement, car j'avais élevé la voix : « Tu pense faire quoi de ta vie Alma ? Tu préfère pas...devenir une mannequin, une photographe ou je sais pas moi...une directrice d'une entreprise comme ça tu gagnera tout plein de fric ? Tu préfère vivre comme quand tu étais à la rue ou bien rester femme au foyer ? Non sérieux, je ferais les devoirs pour toi en copiant ton écriture, je t'aiderais mais je ne te laisserais pas redoubler ton année ! Tu peux pas dire que tu ne pense pas continuer tes études. »
ça y est. Me voilà en mode Jacob Black, et quand c'est comme ça, dur, dur de m'arrêter ! J'étais presque entrain d'engueuler ma sex-friend. En fait, je tentais de lui ouvrir les yeux. J'espérais de tout mon cœur qu'elle comprenais ce que j'essayais de lui faire comprendre.
« Et puis, qu'est-ce qu'il y a de 'mieux' à faire ? », demandais-je pour conclure sur ce sujet en penchant ma tête comme un loup.
Je plaquais ma langue contre ma joue puis baissais la tête. Je m'appuyais contre l'abri-bus.
« Moi, je bosserais dur. Comme ça, un jour, je deviendrais maître d'hôtel, et un soir, lorsque tu seras crevée comme pas possible, tu viendras dans l'hôtel TyTy, et tu demanderas une grande chambre de luxe. Comme je suis sympa et comme tu es une pote, ce sera gratos pour toi. »
Je lui fis un sourire et un clin d'oeil, puis je mis mes lunettes. Alma m'imita en disant : « T'as raison, on sera plus discrets comme ca ! ». Nous ressemblions à des stars ou des gens en cavale qui fuyait un quelconque danger. La phrase d'Alma m'arracha un petit rire. Ensuite, je demandais à ma collocataire si elle pouvait me passer sa clope. Je tendais la main, tel un mendiant. Alma me sortit donc : « Haha on dirait un clochard ! ». Je tournais la tête vers elle, visage sérieux. Elle baissa un peu ses lunettes et ses yeux verts m'observèrent un moment.
« Je croyais que t'avais arrêté la clope? »
« File s'il te plaît ! J'en meurs d'envie d'en fumer une...Ouaip je suis censé avoir arrêté, mais j'aimerais bien fumer de temps en temps. Je compte garder mes dents blanches. »
Je lui fis un sourire pour qu'elle puisse voir mes dents impeccablement blanches. J'avais fini par la faire, la pub de Colgate. Il sortira bientôt sur tous les écrans de télé. J'avais tourné aussi une pub pour les rasoirs. Mais bon, ça c'est une autre histoire.

Alma me fit un sourire puis tira une dernière bouffée de cigarette avant de me tendre la clope : « Allez tiens, tu me fais de la peine. Ma bonté me perdra... »
« Merci la miss. », fis-je en attrapant la cigarette et en la portant à mes lèvres.
Ça faisait tellement longtemps ! Ça m'avait manqué.
Je me mis à faire des cercles avec la fûmée comme à mon habitude. Alma s'impatienta : « Bon il vient ce fucking bus ou quoi? ». Je fis un sourire en coin et déclarais : « Patience ma petite sœur de confrérie ! Patience ! ».
Alma étant plus jeune que moi, je la surnommais ainsi.
Mais bientôt, moi aussi je me mis à m'énerver : « P*tain, mais sérieux qu'est-ce qu'ils foutent, m*rde ! On n'a pas que ça a faire quand même ! ».
Je jettais le mégot sur le sol et l'écrasais.
« Il est mort ou quoi le chauffeur ?! ».
Je guettais le bus qui n'étais toujours pas là.
« Bon, t'sais quoi Al' ? On va faire du stop, parce que là, c'est un peu du n'imp... »
Tout en parlant, mes yeux fixaient la route, et je vis au loin, un truc qui ressemblait vachement à un bus.
J'ôtais mes lunettes et je plissais les yeux.
« Ah c'est pas trop tôt ! Je crois qu'il arrive. »

Nous patientâmes un peu, jusqu'à ce que le bus arrive enfin à notre arrêt.
Les portes s'ouvrirent. Des passagers descendirent, et Alma sur mes talons, je grimpais dans le bus.
« Yo ! », lançais-je au chauffeur comme si c'était mon pote.
Je lui balançais 2$65 (le prix du ticket) sur le comptoir. L'homme sembalit agacé par mon comportement, tandis que je souriais aux anges. Il me tendit le ticket et je lui fis un timide « merci » avant de me diriger droit vers les sièges du fond.
Je me retournais pour voir si Alma me suivait, puis je m'installais sur le deuxième siège du fond. Je mis mes pieds sur le fauteuil qui était juste devant moi, jambes croisées.
Alma s'installa à mes côtés et je lui demandais : «On aurait pas oublié l'alcool par hasard ? »






© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Dim 8 Juin - 10:49


Quand Ty m'apprit qu'il avait arrêté la clope, la drogue, la boisson, et tout ce qui allait avec, bref qu'il s'était refait un look de gentil garçon, je fis une grimace.

« Beurk quelle horreur ! »

Puis je j'affichai un sourire dégouté.

« Fais gaff, si tu continues comme ca, tu vas te faire virer des SM pour aller tout droit chez les bonnes soeurs... Enfin, je veux dire, les Khi. »

La confrérie des intellos, très peu pour moi. Je crois que je préférais encore les Etas. Quoi que, en fait ca se valait. Bref, nous étions passé à la confrérie déposer nos affaires de cours pour prendre d'autres affaires bien plus intéressantes, et nous étions maintenant là, à cet arrêt du bus, à attendre qu'un véhicule veuille bien nous prendre. C'était toujours mieux que d'attendre en cours. En fait, tout était mieux que d'être en cours selon moi. Quand j'allumai ma clope, il déclara un 'encore' auquel je répondis aussitôt:

« Oh pardon chéri, la fumée te dérange? »

En fait, je pensais qu'il était jaloux. Ayant arrêté la clope, j'étais persuadé qu'il n'avait qu'une envie: fumer lui aussi. Mais peut-être n'en avait-il plus sur lui. Il allait craquer avant la fin, c'était sur. Je le narguai, tirant bien dessus en le regardant. Quand il me dit qu'on devrait choisir nos matières à l'école, je partis dans son délire:

« Ouais ce serait trop bien ! Musique, danse, dessin, photographie... cours de sexe aussi ! Avec les travaux pratiques qui vont avec ! On se ferait moins chier ! »

Puis j'annonçai à Ty plus sérieusement:

« N'empêche j'ai vraiment pensé à arrêter l'école quand j'ai eu mon job de danseuse... Je pense que si j'ai pas mon année, j'arrêterai. Je me vois pas passer ma vie en salle de cours alors qu'il y a pleins d'autres choses mieux à faire. »

Je mis mes lunettes de soleil comme mon colloc.

« T'as raison, on sera plus discrets comme ca ! »

Dis-je comme si nous partions en mission commando. Puis, je le vis me tendre la main et craquer pour la clope.

« Haha on dirait un clochard ! »

Me foutai-je de lui. Je descendis mes lunettes pour l'analyser de mes yeux verts.

« Je croyais que t'avais arrêté la clope? »

J'affichai un sourire de satisfaction sans vraiment savoir pourquoi. Je crois que j'avais une certaine influence sur Ty. Je tirai une dernière latte, puis lui tendit la clope -ou ce qu'il en restait:

« Allez tiens, tu me fais de la peine. Ma bonté me perdra... »

Puis je regardai la route et déclarai:

« Bon il vient ce fucking bus ou quoi? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Dim 8 Juin - 1:28


Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater!
AVEC ALMA RODRIGUEZ

Alma fumait sa clope, comme toujours. Elle me salua par : « Salut Vieux ! ». Je pris de ses nouvelles, et elle m'appris qu'elle avait passée une soirée d'enfer et qu'elle en avait encore mal à la tête. Ah sacrée Alma ! Ça ne m'étonne pas d'elle. Moi je me suis calmé niveau sorties. Je sors juste pour le boulot...rien que pour le boulot.
« Toi t'as l'air en forme ! », me fit Alma en m'observant.
Je fis un petit sourire : « Oui. Ça fait longtemps que je ne dors plus aussi tard et que je fais mes devoirs. J'ai laissé un peu à part mon côté Sigma Mu depuis quelques temps. Et puis...J'ai arrêté la clope, la drogue, la boisson enfin pas trop la boisson, et surtout je me suis refais un look de gentil garçon. J'ai en quelque sorte rajeunit. »

La brunette me répondit enfin en acceptant ma proposition : «  T'as raison ! C'est une bonne idée ! Il fait beau, autant en profiter ! Et puis, ca se fait pas d'arriver en retard... » .
Je pouffais de rire. Alma était toujours en retard...comme moi d'ailleurs !
Je ne m'inquiétais pas des conséquences de ces cours manqués. Je m'en fichais un peu à vrai dire. Si j'étais collé, tant pis.

Ravie de cette idée, Alma me lança en rigolant« Allez viens on se casse ! ». Je me mis à rire aussi en baissant la tête et en mettant mes mains dans mes poches. Je la suivais et me mis à ses côtés. J'étais ravi de cette excursion. Ma colloc' était une vraie rebelle dans l'âme et j'adorais ça. Toujours partante
pour une nouvelle connerie. Drogue, boisson, sexe, école buissonnière.
Un bon exemple pour moi.

« On va prendre le bus, comme ça on pourra picoler tranquille ! Avec cette chaleur, c'est important de s'hydrater... »
Je pouffais de rire et je ne pouvais plus m'arrêter. Alma dit de ses conneries ! Je suis un cas, mais...elle aussi. Mais c'est ce qui est cool chez elle.
« Ok, Ok je te suis ! », fis-je en essayant d'arrêter mon rire.
J'allais chercher mon sac puis je rejoignis ma pote et nous passâmes dans notre bâtiment de confrérie. Nous déposâmes nos sacs, et, tandis qu'Alma prenait un petit sac, je pris mon porte-feuille plein à craquer de carte à crédits et d'argent en liquide. Je le glissais dans une des poches avant de mon pantalon et j'attrapais mon portable.

Nous partîmes pour de bon et nous allèrent à l'arrêt de bus. Le bus, je déteste ça. Mais comme je suis avec Alma, je vais affronter ma nausée et faire comme si de rien n'était.
Alma s'assit sur le banc et alluma une autre clope. « Encore ?!! », m'exclamais-je. Elle venait à peine d'en fumer une que déjà elle en fumait une deuxième.
Je restais debout, mains dans les poches et pris mes lunettes de soleil que je posais sur mon nez.
J'aborais un look plus classe.
« Quand je pense qu'Ari, Vicky, Louis et les autres doivent se faire chier en cours de chimie à l'heure qu'il est ! »
J'acquiessais en faisant un petit « hm » avec ma gorge.
Quand Alma ajouta que la chimie ne servait à rien, j'approuvais : « C'est clair ! Je me demande pourquoi on peut pas choisir nous même nos matière. Moi par exemple j'aurais pris que Sport, art et anglais. Les autres matières, ça n'en vaut pas la peine ! »

Je tournais la tête ensuite la tête vers la route. Aucun bus à l'horizon.
Nous étions tels des touristes, attendant le bus désespérémment.
Tendant la main vers Alma, regard vers la route, je demandais : « Tu pourrais me filer ta clope please ? Tu sera gentille bellissima. »

© EKKINOX

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Sam 7 Juin - 17:58

Eh merde, j'étais encore en retard ! Quand je me réveillai ce matin là, Ty était déjà partis en cours. Il ne m'avait pas réveillé. En même temps, il ne le faisait jamais. Sans doute avait-il bien trop peur de ma réaction s'il osait m'approcher alors que je dors à poings fermés. J'avais le sommeil plutôt lourd, et j'avais fait une de ces nuits ! Comme d'habitude, j'étais allée au lit tard, et comme d'habitude, j'avais du mal de me réveiller le matin. Je me disais toujours que je me coucherais plus tôt le lendemain, pourtant je ne le faisais jamais. Vive les bonnes résolutions ! Je m'habillai à l'arrache avec ce que je trouvai dans mon armoire, pris mon sac et sortis du bâtiment de ma confrérie, la clope déjà à la bouche. Ben quoi? J'étais en retard, certes, mais je n'allais pas me priver de ma clope du matin quand même? Déjà que je n'avais pas pris de douche...

Arrivé à l'école, je tombai nez à nez sur Ty qui m'accosta.

« Salut vieux ! »

Répondis-je en tirant les deux trois dernières tafs de ma clops avant de balancer le mego. Il me proposa de sécher et d'aller s'éclater en ville. Je regardai les bâtiments de l'école, puis Ty. Je ne fus pas bien longue à hésiter. Non mais franchement, je n'avais jamais aimé les écoles, c'était pas mon truc. J'y aurais bien mis le feu d'ailleurs... Ty, qui fait toujours les choses à l'envers, me salue et me demande si ca va.

« Ouais, j'ai passé une de ces soirées hier... J'en ai encore mal à la tête ! »

Répondis-je en m'amusant.

« Toi t'as l'air en forme ! »

Constatai-je en l'observant, le faisant attendre exprès car il était tout fou à l'idée de sécher les cours, chose que je faisais régulièrement. Je répondis enfin:

« T'as raison ! C'est une bonne idée ! Il fait beau, autant en profiter ! Et puis, ca se fait pas d'arriver en retard... »

Mieux valait sécher tout court ! Quitte à être punie, autant que ce soit pour quelque chose. Et puis, si j'étais collée, Ty le serait également, alors qu'à cela ne tienne ! J'étais du genre influençable, il m'en fallait peut pour suivre quelqu'un dans des idées de ce genre. Ne pas suivre les règles était mon passe temps favoris, il n'y avait que comme ca que je m'éclatais.

« Allez viens, on se casse ! »

Déclarai-je en rigolant, faisant demi-tour pour repartir aussi vite que j'étais venue, mon colloc' à mes cotés. Ty était un peu un boulet sur les bords, ok, mais au moins, je ne m'ennuyais jamais avec lui ! On allait surement faire des trucs de fous, j'avais envie de m'éclater ! Je lançai à Ty:

« On va prendre le bus, comme ca on pourra picoler tranquille ! Avec cette chaleur, c'est important de s'hydrater... »

Nous passâmes à la confrérie poser nos sacs de cours, puis je pris un autre petit sac où j'avais tout mon nécessaire pour passer une journée -et peut-être soirée- en ville. Ensuite, nous nous rendîmes à l'arrêt du bus le plus proche et je posai mes fesses sur le banc, m'allumant une clope pour patienter.

« Quand je pense qu'Ari, Vicky, Louis et les autres doivent se faire chier en cours de chimie à l'heure qu'il est ! »

Imaginer ma classe en cours et ma chaise vide me réjouissait.

« En plus ca sert vraiment à rien la chimie... »

Indice
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    Ven 6 Juin - 19:58


Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater!
AVEC ALMA RODRIGUEZ

Ce matin, je me suis réveillé et j'ai découvert avec joie que tous mes tatouages avaient enfin disparus !
Tous mes tatouages étaient des faux, fait au JAGWA, que je refaisais toutes les trois semaines sans que personne ne le sache. Maintenant c'est terminé : je ne les referais plus ! Le seul tatouage qui est resté est le cygne sur ma cheville car c'est un vrai tatouage. C'est le seul que j'ai décidé de faire avec une encre indélébile.
Maintenant, je n'ai plus de flingue sur le bras, de marque de mon ancien gang ou quoi que ce soit. Je suis enfin libre !
Je compte en faire un autre, sur ma cheville gauche, un M comme Mikah. Ce sera un vrai. Et je pense faire un faux tatouage de loup sur mon épaule gauche, mais j'hésite encore.

A part cet événement que j'attendais avec impatience, j'ai remarqué avec dégoût que j'avais toujours la cicatrice sur mon pied droit. Cet imbécile de Silver Lawyer m'avait donné un coup de couteau dans le pied à New-York. Je le déteste ! C'est un vrai danger public ! J'avais souffert le martyr ce jour là, boitant dans toutes les rues de NYC pour chercher l'appart' des Swan et oncle Sam Yellow avait été obligé de me panser avec l'aide de sa femme. Mon petit cousin Ohitakah avait été inquiet malgré notre relation tendue depuis la sortie de mon autobiographie, un vrai livre à scandale.
Je passais main sur la cicatrice en faisant une grimace puis je marchais sur la pointe des pieds pour m'éclipser hors de la chambre numéro 5. Alma dormait toujours.
Elle a bien de la chance et je parie qu'elle dort mieux depuis que j'ai trouvé la solution miracle à mes ronflements : Ronflexterminator, un médicament qui vient de sortir, anti-ronflements. Il est efficace, mais me donne la migraine de temps en temps.
Autre chose que j'ai remarqué, c'est que mon grain de beauté est toujours là sur ma joue. C'est super ! Comme si j'en avais besoin. Je n'en vois absolument pas l'utilité.

Aujourd'hui, au lieu de grimper aux escaliers pour me ranger en avance devant la porte de ma salle, je restais appuyé contre mon casier. J'étais coiffé de ma coiffure habituelle c'est à dire avec du gel et j'étais rasé parfaitement. Je portais une chemise à carreaux rouges, grises et noires par dessus un t-shirt gris à col v, un pantalon gris pâle et des chaussures grises. (LIKE THAT) Depuis quelque temps, je ne porte que des chemises à carreaux . Des lunettes de soleil sont accrochés au col de mon T-Shirt. Je porte au poignet droit le bracelet Amérindien que m'a offert ma petite sœur de cœur tissé de fils rose, jaune, bleu que je ne quitte jamais. J'avais juré de l'enlever à chaque fois que je prendrais ma douche, mais une fois j'ai oublié de l'ôter, je me suis douché avec et c'était toujours aussi résistant. Je ne l'enlèverais jamais. Le bracelet est dissimulé sous ma manche.

La sonnerie sonne. Mais je reste là, comme un vrai Bad Boy, nonchalant, regardant les filles qui passent et restant sans bouger. J'ai pas du tout envie d'aller en cours. C'est la fin de l'année bordel !
J'ai envie de faire une connerie ou bien me balader. C'est décidé : je sèche de toute la journée !
J'ouvre mon casier et abandonne mon sac noir à l'intérieur puis le referme après avoir longuement contemplé ma mère et inspecté mon look. Que faire un Vendredi matin à Miami ?

Je mets mes mains dans mes poches et marche dans le corridor joyeusement vers la sortie. Soudain je freine car quelqu'un vient de passer tout près de moi. Je pivote sur moi même et remarque que c'est Alma, visiblement en retard. A quoi ça sert qu'elle aille en cours, sérieux ? Ça n'en vaut pas la peine. C'est bientôt le Week-end et écouter des profs philosopher, c'est pas une bonne idée.

« Hey la retardataire ! », criais-je en mettant mes mains en porte-voix. Ma collocataire se retourne et je m'approche d'elle de ma démarche de Chat Potté, un sourire collé aux lèvres.
« ça te dirait de sécher avec moi ? Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! »
Je suis toujours aussi vulgaire. Il semblerait que je n'ai pas retenu la leçon que m'a donné Silver en me donnant un coup de couteau dans le pied ! Je ne salue même pas Alma, non, je lui parle direct ; nan mais quelle impolitesse !
Je me reprend donc : « Bonjour au fait. Ça roule ? ». Je la regarde de mes yeux bruns aux éclats dorés.
Puis je tourne la tête vers la porte de sortie. Il fait beau, très beau même. C'est un temps idéal pour sortir un peu.
Je me retourne puis tout excité je m'écrie : « Alors, alors t'es partante ? Allez viens il fait beau en plus ! On va pas rester toute la journée enfermés dans une salle de classe à se faire ch*er quand même ! ».


© EKKINOX


code rep Ty:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma    

Revenir en haut Aller en bas
 
Viens on se casse de cette école de m*rde et on se tire dans la ville pour s'éclater ! PV Alma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un clique sur cette page, revient à faire un don de 10 Gallions dans mon coffre fort de Gringotts [Basch Zwingli]
» Es-tu sûre que cette eau est bien hygiénique ? Tout cela me plonge dans la perplexité... ~ Rémy [TERMINE]
» Le club école des Nordiques sera possiblement... dans ma ville!!!!!!!!
» Viens, on va jouer à casse-bonbon ! | PV Ironie Funeste |
» Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer l'école ? ♫ ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: