AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mer 2 Juil - 13:28

Lorsque je rétorquais que je n'avais pas inventé l'expression « Faire un Boeuf », Ritchy me  rétorqua que «ce n'était pas bien de voler les expressions des autres ». Mais pourquoi donc me disait-il cela ? « Je ne vole pas les expressions des autres! », dis-je en élevant un peu la voix et en fronçant les sourcils. Que ce jeune-homme était difficile à comprendre et à suivre !!! Il était archi- complexe, et parlait de tout et de n'importe quoi. Il mélangeait tous les sujets et parlait quelques fois de sujets qui n'avaient pas lieu d'être dans un autre.
Il était un peu insupportable quelques fois, mais attachant de l'autre. C'était un gamin en réalité.
Soudain, il rajouta : « Et puis tu sais, personne n'aime les Madame-Je-Sais-Tout. ». J'haussais les épaules et lui tirais la langue.
« Et alors ? Au moins je ne suis pas ...inculte ! Le Savoir, c'est très, très, très important !!! », lui lançais-je.
C'était très vrai. J'étais une petite surdouée et j'adorais apprendre de nouvelles choses, même complexes pour un enfant. Mais j'étais une enfant surdouée et très artiste.
Voyant que Ritchy ne semblait pas comprendre l'expression « Faire un Boeuf », je le lui ré-expliquais, espérant que ça lui rentrerait un jour dans le crâne. Il répliqua qu'il savait cette définition.
Je rêve où il fait exprès de me tourner en bourrique ?
Je poussais un énorme soupir, et je me rendis au piano pour faire des mélodies superbes.
Je vivais mes mélodies, je m'étais tout mon talent en œuvre. Je me débrouillais plutôt très bien et les mélodies étaient agréables à attendre.
« Alors, tu veux jouer oui ou non ? T'a qu'a suivre ma mélodie. », demandais-je en remarquant qu'il était planté avec sa guitare et qu'il ne bougeait pas d'un pouce.
« Mais oui vas-y, je n'attends que toi depuis tout à l'heure ! ».
Je secouais la tête en faisant un sourire. Je croyais réellement qu'il allait comprendre qu'il fallait qu'il joue avec moi, mais bon...apparemment ce n'était pas le cas !
Le garçon très bizzare s'empra de son instrument et me rejoignit. Au début, je dois avouer que c'était ...très étrange et que j'eus envie de stopper. Mais, au fur et à mesure, nos deux instruments s'accordaient à la perfection !
Nous restâmes 3 minutes à jouer. Je faisais des variations de la mélodie et du thème ainsi que de l'improvisation. C'était superbe !
A la fin de notre duo-donc de notre boeuf- , Ritchy me lança joyeusement et avec fierté : « Alors ? Qu'en penses-tu ? Hey c'est pas mal non ? On s'accorde bien finalement, tu es vraiment étonnante pour un microbe. ».
Au début des paroles de Ritchy, un sourire était affiché sur mon visage, mais au mot 'microbe', il s’évanouit.
Microbe ! Alors c'était ça que j'étais à ses yeux ? Un microbe ! Et pourquoi pas un vers de terre pendant qu'il y était ?
Je descendis du siège du piano, m'avançait vers lui en colère et je lui criais au visage : « Microbe ? Moi un microbe ? NON MAIS POUR QUI TU TE PREND ? ». Je levais mon index et d'un air menaçant, je repris : « Attention Ritchy ! Attention à ce que tu dis ! ».
Je croisais mes bras et le toisa un instant de mon regard colérique. Il avait de la chance, car quand j'étais en colère, généralement, je piquais de grandes crises et je pouvais taper du pied, crier des cris aigus, et casser des objets.
Je restais à bouder un moment. Soudain, un bruit retentit. C'était la sonnerie.
Silver se leva et s'écria : « Alors ça, c'est pas cool du tout ! Je suppose qu'une Madame-Je-Sais-Tout telle que toi, doit prendre son pied à rester assise à une table à écouter un prof palabrer pendant des heures non ? Moi j'ai horreur, on s'ennuie, on a des fourmis dans les jambes, c'est soporifique et irritant à la fois ! Ouais, ouais, je sais ce que tu vas dire ! C'est pour apprendre des trucs, et tout et tout. Dommage que j'en ai rien à faire. Ca m'oblige à inventer un tas de truc pour ne pas trop souffrir d'ennui, du genre récolter les petites billes qu'il y a dans les cartouches d'encre et maintenant, j'en ai toute une collection ! Faire des petits dessins dans les marges de mes cahiers aussi mais comme je suis nul en dessin, ça n'amuse pas longtemps. Non, ça reste plus drôle de faire semblant de ne pas faire exprès de faire tomber des objets par terre genre un stylo ou une règle. Je ne sais pas pourquoi mais ça à le don de mettre les profs rapidement sur les nerfs, encore plus vite que si tu étais accusé de bavardage ou d'utilisation de portable en classe. ».
Ce qu'il était bavard ce Ritchy quand même  Je secouais la tête ou souriait de temps en temps en entendant son bavardage ou du moins son monologue.
« Ritchy, demandais-je, Tu fais du théâtre ?  Parce que si tu n'en fais pas, inscris toi vite ! Je pense que tu serais un bon élément dans la troupe ! », fis-je en arquant un sourcil, bras toujours croisés sur la poitrine.

Ensuite, le jeune adolescent fouilla dans sa poche et en tira un bonbon qu'il me tendit. Je regardais tour à tour le bonbon, puis lui.
« Tiens, tu en veux ? Relax ! Il n'est pas drogué ! ».
Je pris le bonbon et je répliquais : « Je n'ai jamais cru un seul instant qu'il serait drogué ! ».
« Bon, allez, faut que je file mine de rien. Ca m'a fait plaisir de te rencontrer gamine, on se reverra, je le pense, je l'espère aussi, je t'aime bien mine de rien même si tes morales, tu pourrais te les garder (Je roulais les yeux) ! Allez ma belle ! Et euh...Bah bosse bien va ! »
« Au revoir Ritchy ! Moi aussi j'ai été contente de te rencontrer même si tu es...étrange ! Mais je tiens à te dire que tu as un réel talent, et j'aimerais bien te revoir pour refaire un bœuf avec toi ! ».

Je fis un sourire sincère puis je le saluais de la main, avant de le regarder partir comme si il était super en retard.
Pour ma part, j'ouvris l'emballage rose et je pris le bonbon, que je mis dans ma bouche. Il était bien délicieux.
Tout en gambadant, je sortis de la salle, puis me mis à courir dans les couloirs avant d'aller dans mon casier prendre mon sac pour ensuite monter en cours.

FIN POUR CYNTHIA
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Sam 28 Juin - 0:01

La gosse resta figé suite à mes paroles. Ben quoi ? Qu'est ce que j'avais dit ? Ouais nan ok j'avais probablement encore raconter trop de connerie et sur certaines personnes, il y avait un niveau où ça ne passait plus. Bah, fallait pas m'en vouloir, c'était une question d'habitude ! Et puis d'abord, ce n'était pas toujours des conneries hein ! Je n'avais pas raison pour le coup des expressions ou des définitions ? Alors quoi ? Ca ne vous ai jamais arrivé à vous d'entendre un mot sans en connaître le sens ? Ou encore de vouloir dire quelque chose sans savoir quel mot y était égal ? Ah ! Si vous saviez combien de temps j'avais mis avant de savoir ce que voulais dire "satirique" "élitiste" ou encore "prosaïque"...Euh non, celui là, je ne savais toujours pas ce que ça voulait dire ! A cela, la gamine répondit alors :

« Je n'ai pas inventé cette expression. Elle a été inventé en 1925 à Paris par Jean Cocteau. »

Alors que mon joint était presque achevé (ça finissait toujours trop vite ces trucs là, pourquoi personne n'a inventé un joint gros comme un cigare ?) Je répondis alors, faisant mine de faire la morale :

- Eh bien ce n'est pas bien de volé les expressions des autres !

Je lui fis un petit clin d'oeil pour bien lui montrer que je plaisantais parce que cette gosse là semblait tout prendre au premier degré. Fallait pas prendre les choses au premier degré avec moi sinon on s'en sortait pas ! J'étais un idiot et je ne le cachais pas mais ma nature était-elle et puis voilà. J'avais décidé de vivre une vie comme ça, sans contrainte mentale, ni autre d'ailleurs. Prendre le monde pour un terrain de jeu, c'était juste génial et le reste, je trouvais ça désespérant de voir les gens tourner comme des moutons dans un enclos. Personne en tout cas ne pouvait s'imaginer, en me voyant ainsi, que je n'avais pas toujours été comme ça. Comme pas mal de personne sur terre, j'avais également eu une sale période dans ma vie, mais je ne m'étalerais pas là dessus. Revenons à la gosse vous voulez-bien ? J'ajoutais aussitôt :

- Et puis tu sais, personne n'aime les Madame-Je-Sais-Tout.

Je fis un sourire puis tira une dernière fois sur mon joint avant de viser une poubelle située à l'autre bout de la pièce et de marquer le panier ! Par la suite, la gamine repris au sujet de son boeuf là. Jamais plus je ne regarderais les vaches de la même manière désormais :

« Faire un Boeuf, c'est faire une improvisation....mais ensemble. ».

Bah je sais, elle venait de me le dire. Je n'étais pas id...Enfin, juste que je lui avais demandé de commencer pour mener la danse, 'fin vous voyez le genre non ? Prenant mes grands airs, je répondis, un peu solennel :

- Mais...Je le savais.

La gosse se rendit alors au piano et commença à jouer. Moi je restais planté près de la guitare à la regarder, avant qu'elle ne me dise :


« Alors, tu veux jouer oui ou non ? T'a qu'a suivre ma mélodie. »

- Mais oui vas-y, je n'attends que toi depuis tout à l'heure !

Lançais-je en souriant d'un ton théâtral avant de m'emparer de la guitare. Elle avait de la chance que je l'aimais bien ! Quoi que...C'était rare que je déteste une personne, très rare, surtout dans ce genre d'endroit. J'étais peut-être un crétin fini mais mon côté pro de la musique me permettait d'écouter avec attention les notes produite par la gamine. Je laissais couler un moment, le temps de m'en imprégner puis entama avec la guitare à mon tour. Le résultat était étrange au départ mais au fur et à mesure qu'on avançait dans la mélodie, ça finissait par donner quelque chose de plus sympathique. Pourtant, je n'étais pas un adepte de ce que faisais la gosse, mais mélanger à de la bonne guitare, ça donnait bien. J'achevais le tout sur une dernière note qui traîna en longueur avant de m'exclamer :


- Alors ? Qu'en penses-tu ? Hey c'est pas mal non ? On s'accorde bien finalement, tu es vraiment étonnante pour un microbe.

Encore une fois, ma façon spéciale de traiter les gens, il valait mieux le voir comme un signe affectif. Soudain, la sonnerie retentit. Eh m***** ! La reprise des cours ! Je reposa la guitare et me leva en disant :

- Alors ça, c'est pas cool du tout ! Je suppose qu'une Madame-Je-Sais-Tout telle que toi, doit prendre son pied à rester assise à une table à écouter un prof palabrer pendant des heures non ? Moi j'ai horreur, on s'ennuie, on a des fourmis dans les jambes, c'est soporifique et irritant à la fois ! Ouais, ouais, je sais ce que tu vas dire ! C'est pour apprendre des trucs, et tout et tout. Dommage que j'en ai rien à faire. Ca m'oblige à inventer un tas de truc pour ne pas trop souffrir d'ennui, du genre récolter les petites billes qu'il y a dans les cartouches d'encre et maintenant, j'en ai toute une collection ! Faire des petits dessins dans les marges de mes cahiers aussi mais comme je suis nul en dessin, ça n'amuse pas longtemps. Non, ça reste plus drôle de faire semblant de ne pas faire exprès de faire tomber des objets par terre genre un stylo ou une règle. Je ne sais pas pourquoi mais ça à le don de mettre les profs rapidement sur les nerfs, encore plus vite que si tu étais accusé de bavardage ou d'utilisation de portable en classe.

Puis, je fouilla dans ma poche et sortit un bonbon dans un petit emballage rose fushia que je tendis à la gosse en lui disant :

- Tiens, tu en veux ? Relax ! Il n'est pas drogué !

Lançais-je en riant. J'avais souvent des bonbons sur moi, autant les joints me rendaient raplapla, autant j'étais toujours ravi d'avoir une source de sucre pour satisfaire mes dépenses énergétique et puis, c'était tellement bon ces machins là !

Bon, allez, faut que je file mine de rien. Ca m'a fait plaisir de te rencontrer gamine, on se reverra, je le pense, je l'espère aussi, je t'aime bien mine de rien même si tes morales, tu pourrais te les garder ! Allez ma belle ! Et euh...Bah bosse bien va !

Je la salua rapidement puis me sauva de la salle en courant comme un dératé, m'envolant à tombeau ouvert jusqu'à la salle de mon prochain cours et évidemment, je n'étais pas en retard !



Indice
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Jeu 26 Juin - 14:09

Je me moquais de Ritchy parce qu'il avait dit qu'il penserait à moi n'importe où. Il était vraiment très drôle ! Il ne me connaissait pas, m'avait vu juste une fois et pensait penser à moi n'importe où.
Ce fût pour cette raison que je rétorquais : « N'importe quoi ! » avant de rire. Le pire, c'est que Ritchy se joignit à moi pour rire aussi, et je redoublais mes rires tant il était drôle. Il n'avait pas compris que je me moquais de lui.
Puis je proposais au jeune-homme un bœuf. C'était une expression bien sûr. Mais il ne comprit rien. Je lui ré-expliquais, en espérant qu'il comprendrait. Il me répondit alors : «  Oh...Oh ! Je me disais aussi. C'est étrange cette expression. Tu l'a inventé ? N'ai pas honte hein, moi aussi je m'amuse à inventer toutes sortes d'expression, des mots aussi figure toi ! Par exemple, tu sais ce que ça veut dire "tenzier le pensoir" ? Non ? Bah moi non plus en fait. Je l'ai oublié, mais ce n'est pas grave, je le reprendrais pour une autre définition à laquelle je n'aurais pas de mot associé. Oui car je peux avoir des mots sans en connaître la définition et des définitions sans en connaître le mot. »
Je le regardais, un peu perdue, bouche-bée. De quoi parlait-il ? Qu'est-ce que ça avait avoir avec le bœuf ? Et puis ça voulait dire quoi son expression là...Tenzier le pensoir ? Sur le coup, je trouvais Ritchy très étrange, très bizarre. Il fallait mettre ça sur le compte de la drogue.
Il fumait toujours son joint....ça devait expliquer pourquoi il racontait n'importe quoi. Je répondis telle une Khi Omicron : « Je n'ai pas inventé cette expression. Elle a été inventé en 1925 à Paris par Jean Cocteau. »
J'avais raison de lire des livres et des encyclopédies.
« C'est d'accord ! A toi de choisir. »

Je fronçais un instant les sourcils. Puis je compris qu'il n'avait toujours pas compris. Je lui dis après avoir levé mes yeux au ciel et soupiré : « Faire un Boeuf, c'est faire une improvisation....mais ensemble. ».
J'insistais bien sur le mot Improvisation. Je crois que le brun n'avait pas entendu ce mot.
Je courru au piano et je me mis à commencer une mélodie toute seule. Elle était bien sûr inventée, faite au feeling. Je la répétais plusieurs fois pour que Ritchy l'écoute et qu'il puisse à l'oreille, jouer de sa guitare électrique.
« Alors, demandais-je, tu veux jouer oui ou non ? T'a qu'a suivre ma mélodie. »
Je lui fis le sourire charmant d'une enfant de treize ans pour l'encourager.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Ven 20 Juin - 23:14

Cette petite était amusante à observer, encore plus quand on avait l'esprit quelque peu embrouillé par un bon joint ! Si j'avais su qu'un jour, je jouerais les nounous avec une gamine qui était plus doué que moi dans tout les domaines du monde...J'atteignais mais le noyau de la honte !

Heureusement que je n'en avais rien à battre. Bon, elle était un peu chiante car contrairement aux autres gosses, elle avait des propos d'adulte tout à fait déplaisant et j'en avais un peu marre qu'on me fasse la morale. Déjà Elena qui m'avait fait le coup, j'en avais pas cru mes oreilles eh ! Elle qui me disait que c'était pas bon de fumer ? Non mais elle devrait retourner quelques années en arrière, ça lui fera du bien. Elle devrait réessayait aussi, ça lui ferait encore plus de bien et au moins, elle serait enfin capable de voir le monde comme moi. Taquinant la gosse après avoir récupéré "mon précieuuux...", elle rétorqua :


« N'importe quoi ! »

Avant d'éclater de rire et comme un boulet, je m'y joignais également, sans trop savoir pourquoi cela dit. Ensuite, elle me parla de boeuf. Je savais bien que j'étais sous l'influence d'un joint mais je n'étais pas sourd pour autant, elle avait bien dit un boeuf non ? Les joint ne m'avaient encore jamais fait d'hallucinations auditives ! Pour dissiper le malentendu, la gamine m'expliqua :

« Mais non ! Je voulais dire...ça te dit qu'on joue tous les deux un morceau au feeling ou un morceau connu ? Toi à la guitare électrique et moi au piano. »

- Oh...Oh !

Je venais de comprendre ! Mais c'était quoi alors son histoire de beauf ? Un langage codé connu seul des musiciens ? Non parce que je savais bien joué c'est vrai mais je n'étais pas un pro pour autant.

- Je me disais aussi. C'est étrange cette expression. Tu l'a inventé ? N'ai pas honte hein, moi aussi je m'amuse à inventer toutes sortes d'expression, des mots aussi figure toi ! Par exemple, tu sais ce que ça veut dire "tenzier le pensoir" ? Non ? Bah moi non plus en fait. Je l'ai oublié, mais ce n'est pas grave, je le reprendrais pour une autre définition à laquelle je n'aurais pas de mot associé. Oui car je peux avoir des mots sans en connaître la définition et des définitions sans en connaître le mot.

Je retirais le joint de ma bouche et le fixa un moment. Je songeais. Au fait. Jouer un morceau au feeling ? Nous n'avions pas du tout les même goût en matière de musique. Cela dit, je décidais de prendre cela pour un défi de la part de cette satanée gosse. Ne vous méprenez pas, loin de moi l'idée de l'insulter, mais par moment je prenais plaisir à user de terme péjoratif pour désigner des personnes que j'appréciais ! Doté un grand esprit de compétition, je me disais que cela pouvait être amusant de voir comment nos...goûts se mélangeaient. J'afficha un sourire, puis lui dit :

- C'est d'accord ! A toi de choisir.

Lançais-je à propos d'un éventuel morceau de musique que la gosse aurait été tenté d’exécuter avec moi. Mais si jamais je ne connaissais pas le dit morceau, il faudra qu'elle trouve le moyen de m'en faire parvenir les notes. Ou alors, je la laisserais jouer d'abord, retenant les notes, puis après on le ferait ensemble. Oh balèze ! J'ai su faire preuve de réflexion !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Jeu 19 Juin - 17:23

Je complimentais le brun. Il me dit : « T'es gentille toi en fait. », comme si je n'étais pas censé l'être. Je secouais la tête comme le faisais souvent ma cousine Alma.
Ritchy rétorqua qu'il avait dit ce qu'il avait dit par rapport aux chevaux parce qu'il ne voulait pas que je me fasse mal. J'étais sûre qu'il disait ça pour sauver son ego.
Puis, je pris le joint dans les mains de Ritchy. C'était pour l'embêter mais aussi pour lui ouvrir les yeux concernant la nocivité du tabac. Je lui dis en courant que je ne fumerais jamais de ma vie. Je ne voulais pas fumer comme ma cousine Alma (bien que je l'admire et que je la trouve sympa).
« Tu as encore la vie devant toi pour t'y mettre ! ».
Je ne comptais pas m'y mettre ! « Jamais ! », fis-je.
Ritchy me rattrapa et repris son joujou. C'était incroyable de voir à quelle point une addiction rendait aveugles les gens.
A ma remarque concernant sa santé, Ritchy me dit qu'il pensera à moi n'importe où, me qualifiant même de « belle ». Puis il me fit un clin d'oeil et un sourire. Je dis : « N'importe quoi ! » avant d'éclater de rire.
C'est vrai que j'étais belle. Je ressemblais aussi à ma cousine. Je me dis que je lui ressemblerais encore plus lorsque j'aurais 20 ans et que je serais encore plus jolie.
Cynthia quand elle sera adulte + Explications:
 
Comme le jeune rebelle ne voulait pas m'écouter, je croisais les bras et me mis à faire la gueule. La main du brun m'ébourrifa mes cheveux châtains et il me dit : « Tu sais, selon les statistiques, faire la gueule est également bien mauvais pour la santé. ».
Il n'avait pas tord.
Lorsqu'il se retournais, je lui tirais la langue, puis je le rejoignis.
Je lui proposais qu'on se fasse un beuf, mais visiblement, il ne compris pas un traître mot de ce que je lui dis. Je pensais que le joint y était pour quelque chose.
Roulant les yeux, je lui répondis aussi calmement que d'habitude : « Mais non ! Je voulais dire...ça te dit qu'on joue tous les deux un morceau au feeling ou un morceau connu ? Toi à la guitare électrique et moi au piano. »
Je le regardais avec mes yeux brillants et battis des cils pour qu'il puisse accepter.


HRP: INTERDICTION DE ME REPONDRE AVANT DEUX SEMAINES!!!! INTERDICTION!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Dim 8 Juin - 18:12

« Ne te sous-esthime pas. Je t'ai vu à l'oeuvre et tu es super ! »

Je restais un moment silencieux, observant la gamine, avant de dire :

- T'es gentille toi en fait.

Douce innocence des mômes. Cette fillette là était vraiment bien mignonne mais j'avais l'impression qu'elle ne savait pas de quoi elle parlait vraiment.


« Moi aussi j'ai un hamster ! Il s'apelle Crunch. J'ai aussi un petit canari du nom de Fifi. Il me réveille le matin. Crunch est trop marrant ! Il aime faire sa roue et faire des réserves de nourriture. Il est un peu timide le jour, mais il est sympa la nuit. Il aime monter sur ma main. Je l'adore ! T'a pas a avoir peur des chevaux. Il sont super, tu sais! Ce n'est qu'un film ce que tu as vu ! Bon, je sais que les films se veulent proches du réel, mais quand même... ».

- N'importe quoi, j'ai jamais dit que j'avais peur de ces bestioles ! Juste que, c'est plutôt dangereux. Ce serait dommage qu'une gamine comme toi se fasse mal à cause d'un canasson.

Par la suite, je voulus m'allumer un joint qu'elle me chipa au passage. Je lui courais alors après tout en lui en proposant un pour qu'elle me rende celui là mais elle s'exclama :


« Je ne fumerais jamaaaaaiiiiiis ! ».

- Tu as encore la vie devant toi pour t'y mettre !

Je finis enfin par la rattraper et l'attraper, tout en récupérant mon bien précieux malgré la gosse qui s'agitait. Je finis par la lâcher et elle se releva, tout comme moi je suivis le mouvement. Enfin, je sortis mon briquet, fit apparaître la p'tite flamme et alluma le joint qui élit domicile entre mes dents tandis que la gamine me rétorqua :


« C'est pas une bonne idée ! Tu te souviendra de moi lorsque tu iras en chimio ! »

- Je me souviendrais de toi n'importe où ma belle !

Lançais-je en souriant et lui faisant un clin d'oeil avant de relâcher la fumée d'une première inspiration. La gosse croisas les bras et se mit à bouder sous mon regard amusé. Je restais un moment à contempler les caprices enfantin de cette jeune demoiselle en songeant également à la belle femme qu'elle deviendra dans quelques années, j'étais carrément impatient de voir à quoi elle ressemblera ! Je finis par poser une main sur sa petite tête et ébouriffa ses cheveux en disant :

- Tu sais, selon les statistiques, faire la gueule est également bien mauvais pour la santé.


Je gardais mon sourire puis alla m’asseoir sur le banc du piano pour profiter pleinement de mon joint. Le silence qui suivit avait quelque chose d'agaçant mais j'arrivais à faire avec, grâce à mon herbe notamment. Au bout d'un moment, la gamine me rejoignit en me demandant :

« Tu veux qu'on fasse un beuf ? Je m'adapterais à ton style musical, promis ! »

- Faire un boeuf...? Tu veux qu'on se fasse un boeuf ? Non mais tu n'as pas honte de dire des choses pareilles à ton âge ? Puis où tu veux qu'on trouve un boeuf ? Non mais t'es défoncé toi !

Wouah, elle m'avait scotché la gamine ! Je la pensais saine d'esprit, en fait elle était pire. Je comprenais maintenant pourquoi elle avait plein d'animaux, c'était flippant ! Cette gamine revenait des tréfonds de l'enfer ! Oh merde alors !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Dim 8 Juin - 17:27

Ritchy me raconta qu'il avait prié pour que la fée des dents arrive un jour. Il avait longtemps attendu, espéré et rien. Il avait même collé un papier mais, toujours rien.
Je poussais un petit soupir. Il n'avait pas connue la fée car ses parents n'avaient pas de sous pour lui donner de l'argent. Je le comprenais.
Lorsque je parlais de ma cousine et de mes dons, Ritchy me dit : « Ben y'a de quoi...N'importe qui doit être fier d'avoir un gosse surdoué dans la famille. Moi j'suis super doué en sport, je crois que ça compte aussi. Mes frangins sont super doué en rien, sauf aux jeux vidéos peut-être. On dit que je suis doué en musique aussi mais mon frère Ryler est encore meilleur que moi. »
« Ne te sous-esthime pas. Je t'ai vu à l'oeuvre et tu es super ! »
J'expliquais ensuite au brun que je faisais de l'équitation, tout en m'étalant sur ma passion.
Ritchy me confia qu'il n'aimait pas trop les chevaux. Il avait tout simplement peur de mourir sous le sabot d'un cheval, comme dans un film qu'il avait vu.
« Faut se méfier de ces bestioles je pense, c'est vicieux et instable. Je préfère les hamster moi. Alors ok, on ne peut pas monter dessus mais c'est drôle et mignon, ça fait couic, et ça dort toute la journée pour pas t'embêter. J'avais un hamster une fois mais il faisait tellement de bruit la nuit que je l'ai mis dehors et le lendemain, il était plus là. Le chat de la voisine l'avait mangé. J'étais tellement triste et coupable que j'ai plus jamais voulu avoir de hamster ! Mais en plus c'était même pas de ma faute ! C'était lui qui faisait trop de bruit. »
Je m'exclamais : « Moi aussi j'ai un hamster ! Il s'apelle Crunch. J'ai aussi un petit canari du nom de Fifi. Il me réveille le matin. Crunch est trop marrant ! Il aime faire sa roue et faire des réserves de nourriture. Il est un peu timide le jour, mais il est sympa la nuit. Il aime monter sur ma main. Je l'adore ! »

Puis, je répondis aux sujets des chevaux : « T'a pas a avoir peur des chevaux. Il sont super, tu sais! Ce n'est qu'un film ce que tu as vu ! Bon, je sais que les films se veulent proches du réel, mais quand même... ».

Puis je piquais le joint à mon nouvel ami. Il s'écria : « Eh ! Non ! », et désespéré, il se mit à me suivre, partout dans la salle. Je me mis à rire, car il ne pouvait pas m'attraper. «Je t'en fais un si tu veux mais celui là il est à moi ! ».
« Je ne fumerais jamaaaaaiiiiiis ! ».
Puis d'un coup, je me retrouvais sur le sol. « Laisse moi partir ! », fis-je en agitant les pieds. Ritchy m'avait plaqué sur le sol. Il me prit dans se bras et repris son joint.
« Et voilà ! Désolé ma belle mais ça, c'est sacré pour moi ! Pas touche ok ? Tu peux pas comprendre, c'est nécessaire à ma survie ce truc. Je sais que tout le monde ne peut pas aimer mais moi c'est mon kiff, aussi kiff que toi c'est...La danse par exemple ! Tu capte ? Ooook ! Bah t'en fais pas pour ma santé, je connais le discours ! ». Je poussais un soupir et me relevais.
« C'est pas une bonne idée ! Tu te souviendra de moi lorsque tu iras en chimio ! »
Je croisais les bras puis me mis à bouder.
Un peu plus tard, je lui demandais : « Tu veux qu'on fasse un beuf ? Je m'adapterais à ton style musical, promis ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Ven 30 Mai - 22:49

« Peut-être que tu ne croyais pas assez en elle ! On raconte que la fée des dents ne vient que si les enfants croient en son existence ! »

- Qu...Oh ça se discute ! J'arrêtais pas de prier limite pour qu'elle vienne ! Je comprenais pas pourquoi elle voulait pas faire avec moi ce qu'elle faisait avec les autres. J'en devenais malade ! Au début, je pensais qu'elle m'oubliais à chaque fois alors je collais une feuille sur le carreau de ma fenêtre avec une dent dessinée dessus pour lui montrer. Comme elle venait toujours pas, je pensais qu'elle m'aimait pas et j'étais triste à chaque fois que je perdais une dent parce que je savais qu'elle allait pas venir. Bon, c'était le même topo pour mes frangins alors au moins comme ça, y'avais pas de jaloux mais personne ne comprenait sauf mes deux grands frères qui au bout d'un moment n'en avaient plus rien à foutre alors j'ai finis par faire pareil qu'eux et mon p'tit frère à suivit aussi.

J'étais vraiment con quand j'étais môme moi. Je crois que je l'étais encore.

« C'est peut-être parce que je suis une enfant prodige. Ma cousine Alma est super fière de m'avoir comme membre de sa famille.

J'haussais les sourcils :

- Ben y'a de quoi...N'importe qui doit être fier d'avoir un gosse surdoué dans la famille. Moi j'suis super doué en sport, je crois que ça compte aussi. Mes frangins sont super doué en rien, sauf aux jeux vidéos peut-être. On dit que je suis doué en musique aussi mais mon frère Ryler est encore meilleur que moi.


« Tu ne crois pas si bien dire Ritchy ! Je fais de l'équitation depuis mes 5 ans. J'ai commencé à monter des poneys, puis ensuite des chevaux jusqu'à ce que mon père m'offre ma jument palomino pour mon anniversaire l'an dernier. Je l'ai appelé Sunlight. Elle est très jolie, gentille et douce. Je te la montrerais un jour si tu veux. Je fais du dressage, du cross, et du saut d'obstacle ! Tu pourra venir me voir un jour à mon concours CCE si tu veux ! »

- Si tu veux...J'suis pas fan de ces bêtes là moi. Sans doute depuis que j'ai vu c'film là...Me souviens plus de son nom mais le mec il montait un cheval et à un moment il est tombé et le canasson l'a piétiner à mort. Faut se méfier de ces bestioles je pense, c'est vicieux et instable. Je préfère les hamster moi. Alors ok, on ne peut pas monter dessus mais c'est drôle et mignon, ça fait couic, et ça dort toute la journée pour pas t'embêter. J'avais un hamster une fois mais il faisait tellement de bruit la nuit que je l'ai mis dehors et le lendemain, il était plus là. Le chat de la voisine l'avait mangé. J'étais tellement triste et coupable que j'ai plus jamais voulu avoir de hamster ! Mais en plus c'était même pas de ma faute ! C'était lui qui faisait trop de bruit.

Niveau bavardage, je pense que je ne valais pas mieux que la fille. Plus je parlais, plus je me rendais compte que c'était parce que un seul joint, ce n'était pas suffisant. Je m'en étais donc refais un mais à peine finit, je n'eut pas le temps de l'allumer que la gamine me le prit en disant :

« On ne fume pas ! C'est mauvais pour la santé ! ».

- Eh ! Non !

Elle se mit à courir et je me lança à sa suite. On ne devait pas avoir l'air très malin à tourner en rond dans la salle de musique.

- Je t'en fais un si tu veux mais celui là il est à moi !

Sans crier gare, je fis un bond comme un chat sautant sur une souris et attrapa la gamine en tombant à terre. J'étais retombé sur le dos, la fille sur le ventre, pour éviter qu'elle ne se fasse mal dans la chute. Je n'étais pas le mec le plus futé du monde mais je savais que j'avais l'instinct de ne pas blesser un enfant. D'un bras, j'enserra la gamine contre moi, de ma main libre, je récupéra de force le joint avant d'étirer le bras pour le tenir hors de sa portée d'un air fier.

- Et voilà ! Désolé ma belle mais ça, c'est sacré pour moi ! Pas touche ok ? Tu peux pas comprendre, c'est nécessaire à ma survie ce truc. Je sais que tout le monde ne peut pas aimer mais moi c'est mon kiff, aussi kiff que toi c'est...La danse par exemple ! Tu capte ? Ooook ! Bah t'en fais pas pour ma santé, je connais le discours !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Ven 30 Mai - 20:49


If you wanna friends, doesn't matter when
AVEC RITCHY TAYLOR

Ritchy refusa de répondre à Cynthia au sujet de ses paroles dont elle avait entendue, en disant : « Rien, rien ». Cynthia haussa les épaules et fit un petit soupir, un peu déçue que sa curiosité n'eut été satisfaite par une réponse.

Elle se présenta puis parla de la Fée des Dents. Malgré ses 13 ans, Cynthia y croyait toujours puisque toutes ses dents n'étaient pas encore tombées et qu'elle recevait de l'argent. Elle savait pourtant que c'était ses parents qui étaient « La Fée des Dents », mais elle trouvait la légende trop chou pour la gâcher en disant que c'était ses parents.
Elle avait longtemps dessiné la fée des dents sur du papier à dessin. Elle aimait beaucoup cette idée de fée qui venait récupérer les dents de laits des enfants et qui remplaçait la dent par des dollars.

«  Non ?! J'y crois pas ! Elle n'est jamais passé me voir moi ! Pourtant j'en perdais des dents, j'avais le goût du sang dans ma bouche c'était vraiment pas bon ! Mais au bout d'un moment ma mère m'a dit que ça servait à rien car elle venait pas donner de l'argent à des personnes qui en avait déjà tout plein ! J'étais très jaloux des autres enfants qui en avait mais maintenant c'est passé. »
« Hi hi ! », fit Cynthia avant de répondre : « Peut-être que tu ne croyais pas assez en elle ! On raconte que la fée des dents ne vient que si les enfants croient en son existence ! »

Après son numéro de ballerine et son explication sur ses talents, Cynthia fût ravie d'entendre Ritchy lui dire : « Oh woah p*tain t'en fais des choses à ton âge ! Pour moi il me faudrait plusieurs vies pour faire tout ça ! ». Cynthia rétorqua : « C'est peut-être parce que je suis une enfant prodige. Ma cousine Alma est super fière de m'avoir comme membre de sa famille. »

Puis, elle demanda au brun ce qu'il aimait faire dans la vie. Il lui répondit qu'il aimait profiter de la vie tant qu'il pouvait mais qu'il aimait bouger, courir et grimper.
Il ajouta même : « Faire de la grimpette c'est le fun aussi, t'es peut-être un peu petite pour ça toi, quoi que monter sur une bestiole ça doit pas être évident non plus. C'est surprenant que tu saches faire tout ça toi, t'irais peut-être chez les sportifs aussi même si t'en a pas la carrure. »
« Tu ne crois pas si bien dire Ritchy ! Je fais de l'équitation depuis mes 5 ans. J'ai commencé à monter des poneys, puis ensuite des chevaux jusqu'à ce que mon père m'offre ma jument palomino pour mon anniversaire l'an dernier. Je l'ai appelé Sunlight. Elle est très jolie, gentille et douce. Je te la montrerais un jour si tu veux. Je fais du dressage, du cross, et du saut d'obstacle ! Tu pourra venir me voir un jour à mon concours CCE si tu veux ! »

Véritable pipelette, on avait du mal à faire taire la jeune Cox, surtout si elle s'étalait sur ses passions.
Les sourcils de la petite se froncèrent lorsqu'elle aperçut le joint que fumait Ritchy. Elle le lui pris et le gronda en agitant son index : « On ne fume pas ! C'est mauvais pour la santé ! ».
Puis, elle s'enfuit dans la salle en courrant pour que Mr Taylor n'attrape pas le joint.
Certes, sa cousine Alma Rodriguez fumait, mais cela attristait toujours Cynthia. Elle pensait chaque jour que sa cousine enlevait 5 ans à sa vie et qu'elle s'approchait de plus en plus de la mort ou d'un cancer.


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mer 28 Mai - 22:30

« Mais de quoi tu parle ? »

- Rien, rien...

Je n'étais pas motivé à lui faire de long discours, quoi que, c'était ma spécialité d'après certains qui me trouvaient trop bavard. Quand je lui demandais au sujet de sa classe, elle me répondit tout joyeuse humeur :


« Ah bon ? Pourtant je suis bel et bien en Freshman Year A. J'ai 13 ans et toutes mes dents ! Enfin... il me reste une dent de lait. Il y en a une qui est tombée l'an passé. *La fée des dents m'a donné 50$. J'espère qu'elle me donnera le double cette année ! »

- Non ?! J'y crois pas ! Elle n'est jamais passé me voir moi ! Pourtant j'en perdais des dents, j'avais le goût du sang dans ma bouche c'était vraiment pas bon ! Mais au bout d'un moment ma mère m'a dit que ça servait à rien car elle venait pas donner de l'argent à des personnes qui en avait déjà tout plein ! J'étais très jaloux des autres enfants qui en avait mais maintenant c'est passé.

Après, ce fut donc le morceau de piano hyper ennuyeux. J'eus le temps de finir mon joint pendant ce temps. Par la suite, la gamine euh...Cynthia et moi, enchaînions la conversation. Quand je lui avais dit que je venais de Miami également, elle répondit :

« C'est cool que tu sois aussi de Miami! J'aimerais bien être dans la confrérie des Artistes. En plus de la musique, je suis très forte en danse. J'en fais depuis mes 5 ans. Regarde. »

Et elle se fit maintenant miss ballerine en personne. Ah, l'innocence de l'enfance...Ca faisait bien longtemps que je l'avais perdu moi. Elle n'allait pas rester pure longtemps la gamine dans un lycée pareil. On disait école prestigieuse et tout ça mais...J'avais un doute sur les fréquentations qu'elle allait avoir ici, à commencer par moi ! J'observais la gamine en souriant avant qu'elle ne s'arrête pour me dire :

«A part la danse classique, je fais de la danse moderne et j'ai déjà fait du cheerleading l'an dernier. J'espère pouvoir en faire ici ! Mais je ne fais pas que ça ! Je chante, je fais de l'équitation, du rollers, du vélo et du karaté. »

- Oh woah p*tain t'en fais des choses à ton âge ! Pour moi il me faudrait plusieurs vies pour faire tout ça !

« Et toi Ritchy tu fais quoi à part du métal-rock ? »

J'eus un petit rire. Qu'est ce que je faisais ? Strictement rien.

- Oh moi tu sais, je profite de la vie comme je peux.

Je sortis de quoi me refaire un joint avant de lui en dire un peu plus :

- Tu sais ce que j'adore moi ? Moi j'aime beaucoup hummm...Bouger. Vouay bouger, comme bouger on bouge quoi ! J'aime beaucoup courir même si ça sert à rien mais s'il y a une balle à attraper, ça donne un but, c'est encore mieux. Oui j'aime bien les balles, on peut s'éclater de n'importe quelle façon avec elle. Faire de la grimpette c'est le fun aussi, t'es peut-être un peu petite pour ça toi, quoi que monter sur une bestiole ça doit pas être évident non plus. C'est surprenant que tu saches faire tout ça toi, t'irais peut-être chez les sportifs aussi même si t'en a pas la carrure.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mer 28 Mai - 21:48


If you wanna friends, doesn't matter when
AVEC RITCHY TAYLOR

Le jeune-homme fixait la demoiselle longuement, puis finalement dit : « Ca alors...C'est la première fois que ça me fait voir des gamines en peau de léopard dans un lycée ce truc là... ». La petite Cynthia fronça les sourcils, ne comprenant pas ses mots. Elle lui fit donc la remarque : « Mais de quoi tu parle ? ».
Puis, après qu'elle se fût présentée, l'élève lui fit une petite révérence et se présenta à son tour, comme étant Ritchy Taylor.
La caucasienne aux cheveux châtains se mit à rire lorsque qu'il lui dit : « Pour te servir. », le trouvant très amusant.

Puis il lui dit : « Maintenant dis moi, je savais que Wynwood prenait de nombreuses classes mais je suis presque sûr qu'il ne doit pas encore y avoir la tienne. ».
« Ah bon ? Pourtant je suis bel et bien en Freshman Year A. J'ai 13 ans et toutes mes dents ! Enfin... il me reste une dent de lait. Il y en a une qui est tombée l'an passé. *La fée des dents m'a donné 50$. J'espère qu'elle me donnera le double cette année ! »., lui répondit Cynthia joyeusement.

Puis, elle proposa de jouer un morceau. Ritchy l'encouragea: «  Eh bien vas-y mélomane, pianote donc. ». La miss couru jusqu'au piano et se mit à jouer.
D'abord du Chopin, puis For A Thousand Year.
Elle mettait tout son cœur à jouer ce morceau qu'elle aimait bien. Elle l'avait interprété l'an dernier lors d'une audition et lors d'un spectacle scolaire.
Elle avait réussi l'audition et été applaudie au spectacle.
Ses parents lui disaient souvent qu'elle deviendrait une grande pianiste plus tard. Mais la jeune Cox désirait avoir un métier autour de la mode, une de ses passions.

Lorsqu'elle eût fini, elle se tourna vers son auditeur avec un grand sourire.
« Alors, ça t'a plu ? », demanda t-elle
«  T'es doué gamine, encore une qui va finir chez les artistes non ? Y'en a déjà bien assez. J'ai rien contre eux bien sûr, si ça se trouve, j'irais moi aussi. Je suis nouveau également mais j'ai demandé à aller chez les sportifs, seulement fallait faire trois choix alors l'autre j'ai pris artistes mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit vraiment mon domaine. Tu dis venir de Miami ? C'est drôle, moi aussi, t'as vu ? On a plein de point commun. »

Cynthia éclata de rire puis se leva du tabouret et s'approcha du brun.
« C'est cool que tu sois aussi de Miami! J'aimerais bien être dans la confrérie des Artistes. En plus de la musique, je suis très forte en danse. J'en fais depuis mes 5 ans. Regarde. »

La jeune fille se déplaça dans la pièce en faisant de la danse classique dont de nombreuses pirouettes, sauts (dont le saut de chat) et grands écarts.
A la fin de sa démonstration, elle fit une révérence majestueuse, puis repris la parole :  «A part la danse classique, je fais de la danse moderne et j'ai déjà fait du cheerleading l'an dernier. J'espère pouvoir en faire ici !  Mais je ne fais pas que ça ! Je chante, je fais de l'équitation, du rollers, du vélo et du karaté. »
La fillette repris son souffle, battis ces cils puis demanda : « Et toi Ritchy tu fais quoi à part du métal-rock ? »

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mar 27 Mai - 22:19

Je n'avais pas remarqué que j'étais vu, écouté. J'étais à fond dans ma musique, chaque fois que je jouais je m'en imprégnais comme d'un joint bien roulé. J'avais les yeux fermés et les doigts qui se promenaient sur les cordes de la guitare automatiquement, c'était comme incontrôlable, une transe de laquelle je ne pouvais m'arrêter une fois commencer. Je finis par m'arrêter, laissant bien résonner la dernière note et quand je rouvris les yeux, je vis une gamine devant moi qui se mit à applaudir en s'exclamant :

« Salut ! Moi c'est Cynthia. Cynthia Cox. Mais mon nom complet c'est Cynthia Cassie Cox. Je suis nouvelle à Wynwood mais j'ai toujours habité à Miami. Tu joue très bien. Comment tu t'appelle ? »

Je restais un moment immobile, fixant l'enfant. Je fronçais légèrement les sourcils d'un air décontenancé qui retira le joint de ma bouche et l'observa en disant pour moi même :

- Ca alors...C'est la première fois que ça me fait voir des gamines en peau de léopard dans un lycée ce truc là...


Je le remis en bouche puis agrippa la guitare et la pointa vers la petite fille, la taquinant du coup du manche. Mince, elle était réelle ! Mes yeux s'agrandirent un peu, ok, tout aller bien ! Je n'avais pas d'hallucination, c'était déjà un bon début. Quand à savoir ce que faisait une gosse ici, c'était encore un autre point. Je rangeais la guitare puis fit une petite révérence à la mini demoiselle en me présentant puisqu'elle me l'avait demandé :

- Ritchy Taylor pour te servir !

Je me redressa.

- Maintenant dis moi, je savais que Wynwood prenait de nombreuses classes mais je suis presque sûr qu'il ne doit pas encore y avoir la tienne.


Après, je pouvais me tromper hein ! Peut-être qu'elle avait vingt ans mais ne faisait pas son âge ! Oui, ça devait être ça, ou alors c'était chopé une maladie du nanisme, l'un des deux.

« Je peux te jouer un morceau ? »

Elle était plutôt mignonne cette petite. Je souffla à nouveau la fumée de mon joint. Si mes pensées étaient divulguée, j'aurais eu l'air d'un véritable pédophile. Heureusement que j'avais un minimum de respect. Jamais je ne ferais de mal à un enfant ou une femme. Sauf peut-être s'il le mérite, à vrai dire, je n'avais jamais eu à subir de telle situation alors je ne saurais dire. Tout ça pour dire que pas parce que je fumais et buvait et d'autres que j'étais un truand des rues. Souriant, je lui répondis :

- Eh bien vas-y mélomane, pianote donc.

Mais je n'aurais peut-être pas du accepter. La musique qui sortit du piano était peut-être toute zolie toute mignonne comme la gamine mais ce n'était pas du tout mon genre. Non je n'étais pas contre ce genre de musique, disons que c'était la meilleure à mettre avant de se coucher. Cependant, je ne pouvais pas nier qu'elle jouait bien. Attendrissant. Mais rien de plus. Heureusement que j'avais mon joint, c'était la seule chose qui me calmait, qui m'empêchait d'être un surexcité de la vie. J'en avais bien besoin à cause des cours, sinon je devenais fou et piquer une crise devant toute une classe n'était pas la meilleure des choses à faire. Du coup, j'étais apaisé par l'herbe, autant dire que la mélodie de la gosse menait le même rôle, mais je la trouvais tout de même ennuyeuse à mourir. La seule différence, c'était que c'était supportable. Quand elle termina, je lui dis :

- T'es doué gamine, encore une qui va finir chez les artistes non ? Y'en a déjà bien assez. J'ai rien contre eux bien sûr, si ça se trouve, j'irais moi aussi. Je suis nouveau également mais j'ai demandé à aller chez les sportifs, seulement fallait faire trois choix alors l'autre j'ai pris artistes mais honnêtement, je ne pense pas que ce soit vraiment mon domaine. Tu dis venir de Miami ? C'est drôle, moi aussi, t'as vu ? On a plein de point commun.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mar 27 Mai - 21:34


If you wanna friends, doesn't matter when
AVEC RITCHY TAYLOR

.
Cynthia referma doucement son casier. Son sac était posé à l'intérieur ainsi que ses livres. Elle était nouvelle à Wynwood et avait eu ce jour même sa première journée de cours. On était Mardi et elle avait eu une matinée bien remplie : Sport, Histoire, Biologie puis une nouvelle heure de Biologie après la pause, Histoire et Chimie.
Elle était allée ensuite manger seule à la cafétéria, mais ça avait été difficile avec tous ces grands qui la poussait ou la regardait de haut. Elle était la seule fille de tout Wynwood a être aussi jeune : 13 ans seulement.

Maintenant elle avait une pause et était prête à explorer son lycée. Elle avait entendu parler d'une salle de musique. Elle espérait de tout cœur qu'il y ait un piano, car elle n'avait pas jouer depuis deux semaines, préparant sa rentrée.

La petite puce portait aujourd'hui une robe léopard, des collants noirs, des mitaines noires en cuir et des bottines noires. Ses cheveux châtains étaient lâchés sur ses épaules et ses yeux étaient verts car il faisait beau aujourd'hui. Cependant, lorsqu'elle passait dans des endroits à l'ombre, ses yeux émeraudes devenaient marrons noisettes.
Tenue de Cynthia:
 

Cynthia se rendit donc en salle de musique, joyeusement, gambadant comme une enfant.
Arrivée près de la porte, elle entendit une musique faite à la guitare électrique. C'était très rebelle.
Il manquait de la douceur.
Curieuse, la jeune demoiselle poussa la porte et passa la tête à travers l'ouverture pour voir qui jouait aussi bien. Même si le style et l'instrument ne lui plaisait pas, la miss devait reconnaître que la personne qui jouait était un véritable virtuose.
Les yeux bruns de Cynthia repérèrent un garçon au look excentrique qui jouait de la guitare. Il était à fond.
La demoiselle poussa un peu plus la porte et entra dans la salle. Elle s'avança doucement jusqu'au brun et l'écouta.
Quand le morceau fût fini, elle applaudit les yeux brillants d'admiration. Puis, elle le salua : « Salut ! Moi c'est Cynthia. Cynthia Cox. Mais mon nom complet c'est Cynthia Cassie Cox. Je suis nouvelle à Wynwood mais j'ai toujours habité à Miami. Tu joue très bien. Comment tu t'appelle ? ».
La demoiselle fit un battement de cils puis alla explorer un peu la salle, regardant les instruments et les touchant un peu.
Elle repéra un piano, et toute excitée, elle s'écria au garçon : « Je peux te jouer un morceau ? ».
Sans lui laisser le temps de lui répondre, elle fila s'installer sur le tabouret puis pris une grande inspiration.
Elle posa doucement ses doigts sur les touches puis, elle se laissa aller. Elle interpréta un morceau de Chopin, puis enchaîna avec For A Thousand Year de Christina Perri.

Le garçon n'avait qu'à être patient. Cynthia y mettait tout son cœur et toute son attention.


© EKKINOX


Code reponse:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   Mar 27 Mai - 20:31

C'était à peine mon deuxième jour ici et j'en avais déjà marre. Enfin, ce n'était pas pire que l'autre école, là n'était pas la question, mais les cours en soi, c'était ça le problème. On avait vraiment plus de jeunesse à cause de leur étude à la noix. Ouais je sais, ce n'était pas terrible comme insulte, d'autant plus que les noix, c'est bon. Et c'était drôle aussi parce qu'à chaque fois que j'ouvrais une noix, je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que l'intérieur ressemblait à un cerveau, ce qui rendait le décorticage des noix juste hilarant, j'avais l'impression de décortiquer un crâne. Maintenant grâce aux noix, je savais qu'elle sensation éprouvait un zombie quand il avait une tête pour le repas du soir.

Nous étions mardi. Logique, puisque j'étais rentré à Wynwood lundi, donc hier et donc aujourd'hui on était mardi. Vous voyez ? Je n'étais pas si débile que ça. Inutile que la matinée était des plus ennuyeuse. Je n'avais aucun détail à dire sur le sujet. En fait, j'ai passé plus de temps à roupiller en bavant sur les tables qu'à écouter le prof, ce qui n'était pas pour me déplaire. Ensuite, vint le repas de midi, enfin un moment un peu plus sympa, j'avais mangé en quatrième vitesse et maintenant, j'avais un bon moment de pause qui allait me permettre de jeter un oeil à des endroits que je ne connaissais pas encore.

Alors que j'arpentais un couloir complètement déserté, je sortis de quoi me faire un petit joint que j'allumais par la suite. Bon sang, ça faisait du bien ! Je savais bien que c'était interdit mais ça ne faisait de mal à personne si personne n'était au courant. De toute façon je ne pouvais pas tenir bien longtemps sans donc c'était ça ou alors...J'en savais rien mais rien de bon en tout cas. Je pris mon pied de rejeter un peu de fumée dans le long couloir, au moins ça ferait un peu de bonnes senteurs, j'étais persuadés que ça allait plaire à la plupart des élèves, une grande partie devait fumer de l'herbe, j'en mettrais ma main à couper.

Alors que je venais de recoincer le joint entre les dents, je remarquais une salle qui ne me disait pas grand chose. Il y avait marqué "salle de musique" dessus. Une salle de musique ? Sérieux ? Ils avaient pensé à tout dans cette école ! Entrant dans la salle, je remarquais le fait qu'il n'y avait personne mais qu'elle était rempli d'instrument en tout genre. Je relâchais un peu de fumée en admirant. Voilà un excellant moyen de passer le temps. Parcourant les lieux, mon regard s'attarda immédiatement sur une magnifique guitare électrique. Je m'approchais du dit instrument, je savais jouer de cette bestiole, mon frère m'avait appris. La musique était une chose génial, la plus grande invention du genre humain de tout les temps mais qui se battait la place avec la marijuana. Branchant la bête, je me mis à jouer sans compter, le joint en bouche.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» If you wanna friends, doesn't matter when [Cynthia]
» Friends, we need your feedback
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» 08. That's what friends are for

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: