AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Coucou, c'est nous ! [Lulu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Jeu 17 Juil - 0:38

J’aime bien cette meuf.

Etrangement, je sais rapidement si je vais bien aimer quelqu’un. Ou le contraire. Et dans le cas de Lila, qui vient enfin de se présenter, je le sens plutôt bien. Elle n’a pas l’air d’être le genre à trop se prendre la tête – ai-je besoin de préciser que c’est le genre de la majorité des gonzesses ? – et mieux que ça, elle me fait rire. Ce qui n’est pas donné à tout le monde. Et par rire, je veux dire me marrer sérieusement, pas juste me foutre de la gueule d’un ou d’une bouffonne de plus. On n’a pas l’air très différent elle et moi, mais c’est sûrement le but des confréries, rassembler les gens selon leurs goûts, ou leurs philosophie de vie. Et quand je l’entends critiquer les greluches d’Eta Iota tout en m’arrachant une clope de la bouche, je me dis que j’aurais pu tomber pire, vraiment pire.

Bon, je reste moi-même hein, je ne vais pas me jeter sur elle et la prendre dans mes bras parce qu’on a deux-trois points communs, je reste allongé sur mon pieu, l’écoutant vaguement me parler d’un ancien qui ressemblait à un biker, ou un viking, j’en sais rien. Jusqu’au moment où elle pose la fameuse question :

« Tu comptes faire quoi après d'ailleurs ? Tu vas bien rester à Wynwood, non ? »

Je lâche un léger ricanement, et dans une expression faussement crispée, je serre les dents tout en relevant les yeux vers elle.

« À vrai dire… j’en sais rien. Mais genre, strictement rien. Et toi ? »

C’est plus que léger comme réponse, mais malheureusement (ou pas), c’est la stricte vérité. Je ne sais pas du tout ce que je ferai après le lycée, d’autant plus que j’ignorais il y a encore quelques mois que je reprendrai mes études. Alors quand on me parle de projet d’avenir… c’est le néant total. Je crois que je continuerai à mener ma vie comme je le fais depuis un bout de temps. Je continuerai sûrement à refourguer ma came, jusqu’au moment où Henri décidera d’arrêter de produire, alors là faudra trouver autre chose. Je pourrai me consacrer à mes dessins, j’ai toujours une BD à terminer. Ouais. J’pourrais tout autant rester à m’branler, encore et encore. Dans un caniveau ou un squat de junkie, peu importe, jusqu’à ce que ce soient les flics, la morgue, ou même mes vieux qui viennent m’en sortir.

Un temps perdu dans mes esprits, je m’esclaffe à nouveau lorsque Lila me parle de "greluches en migration". À partir de ce moment, je me contente surtout de l’écouter me parler de Wynwood, d’un certain "Aaron" qui se croit supérieur à tout le monde et qui potentiellement pourrait me nuire. Je lève spontanément les yeux, et commence à la fixer, tout de suite plus intéressé.

« Aaron, tu dis ? »

Je sais pas si elle cherche à attirer mon attention, mais pour le coup, c’est en plein dans le mile. Elle me parle ensuite des différentes soirées organisées sur le campus comme si elle les avait toutes faites, me donnant par la même l’occasion le sentiment de parler à la bonne personne.

« Il y a bien les Pi Sigma qui nous concurrencent mais ils font rarement sans les connasses de service, la preuve cet été. Nouveau rire. Les Rho Kappa sont des bons en matière de beuverie. Rarement perchés cela dit, sportifs oblige. »

Tandis qu’elle me tend à nouveau le pétard, je me redresse sur mon lit et l’observe ingurgiter plusieurs médicaments, probablement pour le plâtre qu’elle porte à sa jambe. Ou probablement pas, peu m’importe. Je finis le joint, et je reste un instant mal à l’aise quant à quoi faire du cadavre. Instinctivement, je l’aurais écrasé sur le sol, et je l’aurais ramassé une autre fois (ou pas). Mais je vais devoir admettre qu’ici, c’est chez moi ... mais pas que. C’est aussi chez une gonzesse, et le pire c’est que c’est même pas la mienne. Vu comme ça, ça donne moins envie. Bref. Je daigne enfin lever mon cul pour aller jusqu’à la fenêtre et y jeter le pétard – comme si c’était mieux de polluer le campus que de polluer ma propre chambre.

Je soupire et me dirige à nouveau vers mon lit quand je sens mon estomac se tordre, puis se plaindre dans un gargouillement bruyant.

« Et merde. »

Je résiste à l’idée tentante de me jeter une fois de plus sur mon lit, et attrape mon portefeuille qui se trouvait sous un tas de vêtements faussement pliés.

« Ce pétard m’a donné les crocs, je vais aller me trouver un truc à manger, tu veux venir ? »

J’enfile à nouveau mon tee-shirt, un short, une paire de pompes avant de croiser du regard ma nouvelle coloc’, qui galère avec son plâtre.

« Arrêtes de faire du chiqué ! » dis-je, gentiment moqueur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Sam 12 Juil - 8:31

Arkansas ! Elle rigole à la suite de sa phrase se retenant de lui demander s'il faisait parti des progénitures consanguines. Ses yeux le regardait attentivement entrain de rouler son joint, comme absorbé par le mouvement de ses mains. Alors qu'elle mâchouiller sa barre chocolatés, elle mordit discrètement sa lèvre à la vision de sa langue sorti pour lécher le papier. Renvoyant mentalement ses hormones à la niche ! Ils se font mutuellement rire, pour Lila c'était déjà un bon point. Dans l'attitude du garçon, elle ne voit rien de ce qu'elle n'aurait jamais fait. ça l'a rendait curieuse encore un peu plus. Elle apprends son âge et sa classe.

"Tiens comme un ancien ! Avec son look de biker et sa tronche de viking, on se demandait vraiment ce qu'il foutait dans un lycée ! Tu comptes faire quoi après d'ailleurs ? Tu vas bien rester à Wynwood nan ?"

Lila se mettait à bien l'aimer en l'espace de quelques minutes et elle se sentirait vraiment déçue s'il disparaissait au bout de quelques semaines à peine. Matt partait du lycée et donc de la confrérie, Eddy s'était fait la mal, il ne lui restait plus vraiment de monde avec qui elle aimait passer du temps. Eric certes, mais ce n'était pas pareille. Elle continue pour savoir qui l'a recruté, pensant qu'il s'agirait de Leah mais non. Sa règle d'or, même si quand on y pense il y a bientôt deux ans de ça, elle se gênait pas pour piocher dedans les soirs de solitude. Il est bien loin l'époque où elle sautait homme comme femme. Bien loin le temps où un partenaire ne dormait jamais dans son lit. Comme insatisfaite de ce mode de vie. La mort de Mike avait créer un vide qu'elle cherchait désespérément à remplir. Quand bien même elle ne savait se tenir.

« Si ça peut te rassurer, je méprise tout autant les salopes du genre Êta Iota. Mais je ne vois qu’une seule raison d’en croiser une ici, et si c’est le cas, sois mignonne : assures-toi qu’elle ait finit de me sucer le nœud avant de la noyer. C’est pour la bonne cause »

Elle éclate de rire en retombant sur son oreiller. "Oh merde tu m'as tué !" Ca y est, elle l'adorait ! Si c'était sa vision des choses, ils étaient définitivement fait du même moule. "En parlant de salopes..." La transition la fait sourire, maudissant Matt de loupé un mec pareil. Quoi que, il sortait bien avec l'autre garce en chef de Grace bien qu'elle soit une élève lambda.

"Miami ma poule ! La plage sa ramène pas mal de greluche en migration ! Puis ici, tout est question de popularité et d'image." Balance-t-elle un brun amer sur ce détail.

"Tu fumes machin ?"

Elle relève la tête et il lui fait remarquer qu'elle s'était pas présenter. Merde, elle savait qu'elle avait zapper un truc dans les présentations. Son moi intérieur la pointe du doigt en se foutant de sa gueule.

"Lila ! C'est Lila" Elle attrape le joint en se levant légèrement et prenant appuie sur son pied valide puis se recouche, le cône entre les lèvres, tirant un longue taff, remplissant d'une fumée épaisse et opaque ses poumons.

"Si tu croise l'autre tête de gland d'Aaron un jour, lui m'appelle March, mais c'est seulement parce qu'il se croit supérieur..." dit-elle tout en expirant la fumée, faisant baisser d'un ton sa voix dans l'action. "Un conseil, le lui laisse jamais l'occasion de fouiné dans ton business ! C'est un fennec, il s'en servira contre toi." Ok ça c'était gratuit et dans l'absolu, tout ce que Gray avait fait, c'était l'humilié dans sa fierté, il ne l'avait pas exposé, n'avait pas rapporter ses actes à Sienna ou encore tenté de la discrédité lorsqu'elle fut promu chef. Mais ce mec ne lui revenait pas, quelque chose d'incroyablement faux et hautain.

"Sinon les fêtes ici sont pas mal, celle des SM sont plus chaotiques mais c'est celles que je préfère !"

Elle sourit en se tournant vers lui d'un regard subjectif. Se repenche vers lui pour lui rendre le pétard. Elle ne savait trop pourquoi, mais ça lui plaisait de lui peindre sa vision du lycée. Comme si sa façon voir était la plus juste. "Ya bien les Pi Sigma qui nous concurrence mais ils font rarement sans les connasses de service, la preuve cet été" Dit-elle en roulant des yeux. "Après les Rho Kappa sont des bons en matière de beuverie. Rarement perchés cela dit, sportif oblige."

L'énergie de Lila revenait tout doucement et rester dans son lit commençait à l'emmerder, surtout depuis qu'elle était plâtré. Elle se redresse, s'asseoir sort de son tiroir en bordel une plaquette de médicament. En tire deux cachet qu'elle gobe à l'aide d'une gorgé d'eau. Elle regarde l'heure, c'était encore trop tôt pour commander à bouffer, mais elle rêvait d'un tacos ! Se demandant si elle avait de prendre une douche -ce qui s'avéré une vraie bataille en gardant la jambe dans un sac plastique- et partir en ville.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Jeu 10 Juil - 19:33

« Que tu te prostitue c'est ta vie, mais please, pas de client dans la chambre autrement je vais vomir »

Bon, soyons clairs, sa dernière remarque me plaît moyennement, mais apparemment, c’est le jeu (ma pauvre lucette). À la regarder, et à l’écouter, la nana est tout sauf une sainte nitouche, mais surtout, elle m’a l’air plutôt funky. Si bien qu’elle arrive à m’arracher un sourire, un peu frustré certes, mais un sourire quand même.

« Et désolé, mais quand je pose des questions c'est jamais mal placé mon mignon. »

En plus de ça, elle ne lâche rien apparemment. Un fort caractère contre un autre fort caractère, ça promet ! Mais je ne vais pas m’en plaindre ; si j’avais eu à faire à une coincée du cul, timide, je crois que je ne l’aurais pas supporté, du moins pas indéfiniment. Je manque sûrement de tolérance, mais les gens qui s’écrasent, qui ne s’affirment pas et qui sont craintifs, franchement, ça m’ennuie mortellement. Pire, ça m’emmerde, je ne veux pas avoir à faire à eux. Sûrement parce que c’est trop facile de les écraser, comme s’ils tendaient le bâton pour se faire battre.

Fort heureusement, ça ne semble pas être le style de ma nouvelle coloc’, qui en devient même joueuse, à me provoquer sur mes conditions de colocations. Bon, elle capte quand même que je ne souris plus, et sort un vague « Ca va, je rigole ! », je peux donc passer à autre chose.

Oui, mais à quoi ? Je fais quoi, en temps normal, quand je m’emmerde ? Je me défonce, quelle question.

Je m’exécute alors, me mettant tout d’abord à l’aise, retirant mon tee-shirt, mes pompes et mes chaussettes, que j’envoie valdinguer contre le mur. À ce moment-là, je sais que la jeune fille me matte sans la moindre impunité, mais je fais mine de regarder ailleurs, pour ne pas lui montrer que je sais pertinemment qu’au fond d’elle, elle a déjà envie de me foutre dans son pieu.

Ne me demandez pas pourquoi, je le sais. Imperturbable, je sors tout l’attirail nécessaire, un paquet de feuilles, de l’herbe – la meilleure que j’ai - et mon paquet de cigarettes. Visiblement curieuse, ma nouvelle rencontre relance la discussion, afin que l’on apprenne à se connaître.

« Tu viens d'où comme ça mon grand ? me demande-t-elle, avant d’immédiatement reprendre : Je suis canadienne, mais ça fait un moment que je suis dans le bahut »

Tandis qu’elle fait une pause, cherchant je-ne-sais-quoi dans un tiroir, je réponds :

« Je viens de l’Arkansas. Tu sais, cet état où t’as une chance sur deux d’être un consanguin conservateur … bah c’est ça, chez moi » dis-je, sans quitter mon roulage des yeux. Lorsque je relève les yeux, je vois la jeune fille dévorer une barre chocolatée, avec quoi je lui aurais bien rendu le coup de la cigarette arrachée des mains, mais les miennes sont déjà prises. Je me contente alors de finir de mon rouler mon pétard, et d’éviter de fixer sa friandise avec convoitise.

« Hmm... t'aura pas trop à te soucier pour mes futurs conquête, je le fais rarement dans ce lit ! Il est trop petit et j'ai besoin d'espace. »

Sa dernière phrase me fait pouffer de rire, si bien qu’il me faut quelque chose pour reprendre mon calme. Ca a l’air d’être une sacré gonzesse, ce qui n’est pas pour me déplaire.

« Je serai en Senior l’année prochaine … en espérant en finir avec le lycée. À presque vingt ans, ce serait pas du luxe, il paraît. »

C’est vrai qu’à bientôt vingt ans, il serait peut-être temps de se bouger le cul. Mais pour faire quoi ? Je compte pas stagner à ce niveau-là toute ma vie, après ces deux années passées en dehors de l’école. Et c’est triste à dire, mais je n’ai pas la moindre ambition professionnelle. Vous pouvez demander à tous les conseillers d’orientation chez qui je suis passé, à chaque fois que l’on me demande ce que j’aime ou aimerais faire, la réponse est la même : me faire plaisir. Ou ne rien faire. Je ne me vois pas faire autre chose que continuer à refourguer la came de mon frère, d’ailleurs c’est ce que je fais de mieux. À part peut-être mes dessins, mais bon, est-ce qu’on en fait un métier de ça ?

« C'est Leahna qui t'a recruté ou Louis ? »

Prêt à lui répondre, celle qui s’appelle en réalité Lila me coupe à nouveau la parole : « Oh parlant meuf ! J'ai une règle plus précieuse que les autres, je trouve une seule Eta Iota dans ma chambre, je la noie dans les toilettes ! »

Je pouffe de rire à nouveau, pas mécontent de voir l’humour de ma nouvelle colocataire. Apparemment, elle partage la même aversion que moi pour les pimbèches d’Êta Iota, avec pour seule et unique différence que me concernant, je ne suis pas contre mettre mon aversion de côté le temps de les baiser. Je suis un homme après tout, et cette faiblesse masculine ne m’a pas épargné.

« Si ça peut te rassurer, je méprise tout autant les salopes du genre Êta Iota. Mais je ne vois qu’une seule raison d’en croiser une ici, et si c’est le cas, sois mignonne : assures-toi qu’elle ait finit de me sucer le nœud avant de la noyer. C’est pour la bonne cause » finis-je par ajouter dans un clin d’œil malicieux.

« Et c’est Louis qui m’a recruté. Une sacrée gonzesse elle aussi ! »

Mon pétard enfin roulé, je l’allume aussitôt et m’avachit sur mon lit, dans un étonnant parallélisme avec la position de Lila sur son propre lit.

« En parlant de salopes … ou plutôt d’Êta Iota, pardon, dis-je en faisant mine de reprendre la vulgarité qui me caractérise, j’en ai croisé un tas ici. C’est un rassemblement ou quoi ? Ce devrait être interdit autant de bonnasses au kilomètre carré … Et on attend de moi que je réussisse ma scolarité, bordel … »

J’improvise ensuite un gobelet McDonald’s comme cendrier, et après un léger silence, je tends mon pétard vers ma nouvelle coloc’ :

« Tu fumes, machin ? » dis-je pour la taquiner, comme si on se connaissait depuis des années et que c’était d’usage entre nous de se balancer des petites piques sympa. « Bah quoi, tu m’as toujours pas dis ton prénom ! » ajoute-je en voyant l’expression de son visage.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Jeu 10 Juil - 17:55

Voila une partie des présentations faîte. Lila n'avait pas réellement pensé à donner son nom, tout simplement parce qu'elle avait oublié. Sa mémoire n'était pas très fonctionnelle dans ces moments là, surtout au réveil. Elle instaura la loi du partage. Elle n'avait pas envie de se faire chier à trier les clopes, la bouffe ou même les chaussettes. Elle ne l'avait jamais fait, que ce soit avec Eddy ou Kaegan ou même son frère. Pour elle, fraternité devait porter son nom en particulier dans une chambre commune. Elle lui avait balancé son téléphone pour avoir son numéro et sa réponse lui tire son premier vrai sourire depuis qu'elle a ouvert l’œil. Elle tire sur sa clope, en se jetant sur son lit, abandonnant tout idée de marcher, entravé par son boulet au pied. Elle rattrape son téléphone qui percute ses doigts et tombe sur ses cuisses. Elle le fait sonner une seule fois dans la foulée tout en tapotant sa cigarette au dessus d'un vieux gobelet Mc Donald. Elle range le mobile et le regarde faire, adosser à la tête de son lit, une jambe en tailleur.

« Il se peut qu’un tas de monde défile jusqu’ici, ou que je sois amené à sortir à n’importe quel moment pour … pour quelque chose qui ne te regarde en rien. Alors, pas de questions indiscrètes sur des coups de fils intempestifs, ou de curiosité mal placée, ça marche ? »

"Que tu te prostitue c'est ta vie, mais please, pas de client dans la chambre autrement je vais vomir" Exagère-t-elle, se moquant gentiment de sa réflexion. "Et désolé, mais quand je pose des questions c'est jamais mal placé mon mignon."

Bien que, à regarder son postérieur, elle pourrait avoir autre chose de mal placée. Mais honte à elle. Elle se gifle mentalement, elle ne doit pas oublié Wyatt et ses nouvelles résolutions.

« Et deuxièmement, je veux pas te surprendre en train de fouiller dans mes affaires. Si tu veux quelque chose, tu demandes, un point c’est tout. »

-Et si t'es pas là, rétorque-t-elle du tac o tac avec un sourire immensément "j'ai envie de t'emmerder".

Elle pouffe en le regardant. "Ca va je rigole !" Elle écrase sa clope et s'étire à nouveau. Elle regarde son téléphone, regarde le prénom. Shane se met à l'aise sous ses yeux et un rictus agréable se fend sur le visage de Lila, qui penche la tête sur le côté en regardant la bestiole. Elle se mort la lèvre, Shane était carrément son type, elle devra se tenir à carreau et éviter de rentrer dans la chambre complètement bourrée si elle voulait pas refaire le coup Aiden. Elle redresse son dos avant d'éclaircir sa gorge.

"Bon Shane ! Ok pour les questions trop indiscrètes mais autant qu'on apprenne à se connaitre !" Elle lui sourit. Se souciant guère de l'entrebâillement de son pull entre ses jambes alors qu'elle avait une jambe repliée sous aile. "Tu viens d'où comme ça mon grand ?" Tout en fouillant dans le tiroir de sa table de nuit, elle continuait la conversation, peu importe s'il répond ou non. "Je suis canadienne, mais ça fait un moment que je suis dans le bahut" Sa main s'enfonce jusqu'au bout du tiroir quand enfin, elle sort d'un air victorieux, une barre chocolaté en guise de petit déjeuné. Elle s'empresse de l'ouvrir et croque à pleine dents dans la friandise. La bouche pleine, ça ne l'empêche pas de continuer. "Hmm... t'aura pas trop à te soucier pour mes futurs conquête, je le fais rarement dans ce lit ! Il est trop petit et j'ai besoin d'espace." Elle sourit amusée de sa connerie et finie en une bouchée son mars. "Je finis ma senior et toi ?"

Elle s'allonge sur le lit, regardant le plafond, les mains derrière la tête, le pull remontant et dévoilant ses jambes. "C'est Leahna qui t'a recruté ou Louis ?" Elle se mets de côté, tenant sa tête avec sa main, lui faisant face. "Oh parlant meuf !" Comme si c'était vrai une transition. "J'ai une règle plus précieuse que les autres, je trouve une seule Eta Iota dans ma chambre, je la noie dans les toilettes !"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Mer 9 Juil - 18:27

J’aurais détesté qu’on me réveille de la sorte. Malheureusement pour ma nouvelle coloc’, faire preuve de compassion n’est pas toujours mon fort, je viens d’en faire la démonstration. Tout comme je n’aime pas faire de manières, si cette chambre doit être la mienne, autant prendre directement mes marques, et imposer mon style d’entrée de jeu.

« FUCK »

Les grognements de la jeune fille me font sourire, et je suis étrangement satisfait de l’effet causé. Cette dernière finit quand même par s’extirper de son lit, et une fois debout, je réalise qu’elle est seulement vêtue de ses sous-vêtements, ou du moins d’un short et d’un soutien-gorge, ce qui n’est pas pour me déplaire. Sans la moindre gêne, je louche d’un regard intéressé vers ses formes, plutôt plaisantes, et mon sourire s’élargit quelque peu sur mon visage. C’est le bon plan, ça, de partager sa piaule avec une gonzesse, d’autant plus lorsque celle-ci se révèle peu pudique. Ça me conforte dans ma venue chez les Sigma Mu : non seulement je rejoins les meilleures rencontres que j’ai pu faire ici, que ce soit Mike, Eric ou Louis, mais je rejoins aussi Alma, une nana que j’aime bien culbuter de temps à autres, tout en partageant ma piaule avec ma charmante colocataire en soutien-gorge. J’ai dû toucher le jackpot.

« Hum… tout d’abord, va chier ! » dit la blonde, qui attrape derrière elle une béquille sur laquelle elle s’appuie. C’est à ce moment-là que je remarque sa jambe plâtrée, trop occupé auparavant à loucher sur ses loches. « Et secundo, bienvenue. Et va chier ! » répète-t-elle une deuxième fois, toujours frustrée de ce réveil brutal.

Pas le moins du monde vexé, mon sourire ne me quitte pas, du moins jusqu’à ce qu’elle contourne son lit, s’approche de moi et arrache d’entre mes lèvres la clope que je viens de m’allumer. J’aime pas ce genre d’actions, mais je reste muet pour cette fois, intrigué par ce petit bout de femme qui, à mon grand désespoir, se vêtit d’un pull-over trop grand pour elle.

« Si tu dois vivre ici, il y a deux trois trucs que tu dois savoir... premièrement : ce qui est à toi est à moi... et vice versa » dit-elle, tandis qu’elle se frotte encore les yeux comme un gosse. Je tique un peu lorsque celle-ci énonce que ce qui est à moi est aussi à elle, désormais. C’est pas que je ne suis pas partageur, mais il y a certaines choses que l’on ne pourra pas partager, comme toute la came qui défile autour de moi. D’ailleurs, je suis censé la mettre au courant de ça, non ? Ce serait la moindre des choses, si à partir d’aujourd’hui elle devra supporter les allées et venues, et les coups de fils intempestifs … mais je dois d’abord savoir si il s’agit là d’une camée, ou d’une consommatrice. C’est hors de question que ma petite affaire soit foirée par une junkie. Je la regarde chercher quelque chose sous sa couette, et je patiente, curieux d’entendre la suite.


« Et deuxièmement... Si tu ramène une gonzesse ici, ajoute-t-elle en me balançant son téléphone, que je rattrape d’un réflexe vif, tu me préviens ! Maintenant, rentre ton numéro dans mon cell, t'y collera ton prénom, que je sache à qui je m'adresse tant qu'à faire. »

Pas bête comme idée, ça. Tandis que je rentre rapidement mes coordonnées dans son téléphone, je m’allume une nouvelle clope –espérant que celle-ci je pourrai la fumer.

« Ça tombe bien que tu le prennes comme ça, je comptais pas faire vœux de chasteté pour te faire plaisir, ma grande » dis-je, sans tact, avant de lui re-balancer son téléphone.

Toujours un sourire en coin, je pose ma valise sur mon lit, et c’est sans la moindre organisation que je commence à la vider, répandant un tas de fringues un peu partout autour de moi.

« C’est vraiment trop gentil de ta part de vouloir partager tes soutifs avec moi, l’amie, mais j’ai moi aussi quelques conditions. »

Je lâche les quelques chemises qu’il me reste à vider de ma valise, et l’air plus sérieux, je la fixe dans les yeux.

« Il se peut qu’un tas de monde défile jusqu’ici, ou que je sois amené à sortir à n’importe quel moment pour … pour quelque chose qui ne te regarde en rien. Alors, pas de questions indiscrètes sur des coups de fils intempestifs, ou de curiosité mal placée, ça marche ? »

Bon, c’est pas très précis tout ça, mais au moins les choses sont claires : je ne veux pas avoir à supporter les questions emmerdantes d’une gonzesse trop curieuse. C’est précisément l’une des raisons de ma venue ici, fuir les questions trop dérangeantes et les doléances à n’en plus finir de mes vieux. Et de tout Jonesboro, puisque c’est le cas de le dire, je me suis totalement cramé là-bas. Avec les flics comme avec les autres.

« Et deuxièmement, je veux pas te surprendre en train de fouiller dans mes affaires. Si tu veux quelque chose, tu demandes, un point c’est tout. »

Esquissant un nouveau sourire après ces quelques mises au point, je me jette de tout mon long sur le lit qui est désormais le mien, ma clope en bouche. Je connais pas cette nana, mais j’ai la conviction que ça va bien se passer avec elle. Heureusement pour moi, elle n’a pas l’air coincée, et ses petites tenues ne sont pas pour me déplaire. Le seul bémol, c’est que je ne connais toujours pas son nom.

« Maintenant, si tu permets, j'me mets à l'aise » dis-je avant de retirer mon tee-shirt, mes pompes, et de m'installer sur mon lit, prêt à rouler un joint. Histoire de bien commencer la journée, et de montrer à la demoiselle qu'elle n'a pas à faire à un enfant de cœur.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Mar 3 Juin - 7:26

Lila, sur les coups des 4 heures du matin, était encore debout. Pas vraiment une insomnie mais un profond ennui. Elle est bien rester une heure ou deux, à siffler quelques verres dans le bar des pirates, mais rien à faire. Rester enfermé parce qu'elle devait se limiter, ce n'était pas son truc. Elle est bien resté avec Matt dans sa chambre pour discuter et fumer quelques clopes. Mais c'est affreux comme sa vie lui parait plate depuis le voyage. Elle zone donc dans sa chambre, avant d'être à nouveau collé d'un colocataire. Pas vraiment contre, elle avait juste la nostalgie de la présence d'Eddy dans sa vie. L'ordi sur le bureau, elle balance un son électronique et ambiançant pendant qu'elle se roulait son dernier joint avant de se coucher. Elle ne peut plus s'en passé, la solution de refuge est devenu un geste vitale, elle prends sa boite de cachet et la secoue. Plus que 2 qui se courait après. Il lui faudra retrouver vite des provisions avant d'être à cran. Elle les gobe. Fume son joint et s'endors sur le lit, toujours habillé. Quand à ses rêves, ils sont inexistants, de simple couleurs, le son de la musique, Lila plonge dans le noir, envelopper par l'eau. Elle s'enfonce dans son lit, elle pèse une tonne, ne peut plus bougé un membre, comme crucifié sur la croix.

C'est avec l'impression d'avoir dormi seulement 20 minutes, qu'une lumière l'inonde, lui donne un mal de crâne ignoble et la force à se rouler sur le côté pour s'en protéger. A l'aise dans l'obscurité, ça lui parait comme une agression et elle gémit de mécontentement. "Aaaaah... putain" Arrive-t-elle à grogner, la voix enroué. "Hey ! Désolé pour le réveil matinal, je suis le nouveau."

Lila essaye encore d'ouvrir les yeux et se recroqueville sur elle même, voulant s'enfoncer dans les draps, mais ayant trop la flemme de bouger tout son corps pour s'y faufiler. Mais la lumière est pire que le réveil. Elle gigote en râlant et se fourre sous la couette et passe celle-ci au dessus de sa tête. Mon dieu, elle venait de comprendre, ce qu'elle faisait ressentir à Matt et Aiden, quand elle débarquait à pas d'heure chez eux. "Ca pue la clope ici !" Lila lève les yeux au ciel en soupirant. Trouvant finalement un courage enfoui. Elle se lève, enfin, elle s'assoit sur son lit et s'accoude sur ses genoux en frottant son visage, tournant encore le dos au nouvel arrivant. Elle avait pas prévu d'être associable ou encore chiant. Mais c'était un sacré connard de débarquer aussi violemment. Elle avait la pâteuse, faisait claquer sa langue contre son palet, en désespoir de boisson. Elle se redresse sur ses deux jambes. Elle vacille, manquant de tomber sur le côté gauche en se rappelant qu'elle était plâtrée à cette endroit. "Fuck !" Lila est en sous-vêtement. Un short vert fluo aux coutures rose et un soutien-gorge complètement dépareillé, noir, simple et sans intérêt. Elle se retourne pour rechercher sa béquille et s'étire comme un chat qui a trop dormi. Elle se déplace lentement, se tenant d'un bras à sa béquille et frotte encore son visage comme une gamine. Les yeux complètement déglingués. Elle trouve la bouteille d'eau, qu'elle suppliait d'avoir silencieusement dans sa tête. Après avoir vider la moitié de celle-ci. Elle peut enfin s'exprimer.

"Hmmm, tout d'abord...." Elle continue de parler tout en se frottant le visage avec la même grâce qu'un bulldog. "Va chier !" Ca c'était pour le réveil, elle détestait être violenté de cette manière, elle préférait encore qu'on lui balance "Du Hast" dans les oreilles que ça. "Et secondo, bienvenue... et va chier !" Oui elle avait envie de le redire. Elle se sentait tout grogui, son estomac se tordait mal réveillé elle se les gelait et chercha dans la pile de linge au pied de son placard, quelque chose à enfiler. Elle trouva le vieux sweat à capuche d'Ed, au logo de cannonball et l'enfila. Leurs différences de taille était tel, qu'il lui arriver au milieu des cuisses, et elle devait retrousser les manches pour pouvoir voir ses mains. Elle chopa le paquet de cigarette sur sa table de nuit, juste assez longtemps pour voir qu'il était vide. Elle le jette sur le lit. Se traine jusqu'au lit de Shane. Le regard avec un air mauvais. Mais ce n'était pas tant l'effet voulu, elle peinait encore à ouvrir les yeux à cause de la lumière qui envahissait la pièce. Elle lui piqua la clope qu'il avait entre les lèvres et reparti de son côté comme si de rien n'était.

"Si tu dois vivre ici, ya deux trois trucs que tu dois savoir... premièrement : Ce qui est à toi est à moi... et vice versa" Elle sourit enfin et replante sa clope entre ses lèvres. Accroché à sa béquille, elle soulève le moindre vêtement autour de son lit, l'oreiller, la couette. Visiblement à la recherche de quelque chose. "Et deuxièmement..." Elle trouve son téléphone, contente de l'avoir retrouver. "Si tu ramène une gonzesse ici. " Elle lui balance le téléphone, rassuré qu'il soit assez réactif pour l'attraper. "Tu me préviens ! Maintenant, rentre ton numéro dans mon cell, t'y collera ton prénom, que je sache à qui je m'adresse tant qu'à faire."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   Mar 27 Mai - 17:17


C’est déjà la fin des cours. Je suis arrivé il y a peu à Wynwood, et voilà que la fin de l’année scolaire montre déjà le bout de son nez, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’ambiance dans le campus a tendance à s’électriser, et ça non plus, ça ne me déplaît pas. Le temps des vacances est déjà là, et ça se voit dans les allées de Wynwood : les élèves sortent de plus en plus tard et la pression d’une année scolaire difficile commence à s’estomper, tandis que les festivités estivales commencent.
C’est étrange, mais étant arrivé en fin d’année, c’est aujourd’hui que je m’installe dans le bâtiment de ma nouvelle confrérie : les Sigma Mu , les soi-disant « rebelles ». Si ça veut dire qu’il s’agit de ceux qui foutent le bordel et qui savent faire la fête, alors ça me convient amplement. Même si la qualification de « rebelle » me paraît un tantinet puérile … ça fera l’affaire. Je préfère ça plutôt que de terminer chez les grosses têtes, ou les écolos … qui me semblent être d’une tristesse absolue. Et de toute façon, je me demande bien comment on m’aurait envoyé là-bas. Ca aurait été tout sauf crédible.

Bref, c’est à l’aube que je me suis levé, un fait suffisamment rare pour qu’il mérite d’être souligné. Je sais pas trop pourquoi, mais je suis impatient de m’installer dans mon nouveau « chez moi », et particulièrement dans ma chambre, que je devrais partager avec une nana, d’après ce qu’on m’a dit. Partager sa piaule avec une fille … c’est à double tranchant. Ou bien la nana est une pure bombe, et ça ouvre la porte à des moments plutôt sympa, ou bien c’est une grosse chieuse, attachée à la propreté, et au « savoir-vivre » en communauté. Je pense être un minimum patient –quoi, comment ça c’est faux ?- mais j’espère seulement qu’elle ne me les brisera pas trop. J’espère aussi qu’elle ne sera pas trop envahissante, le genre qui pose trop de questions. Ce serait mal venu, quand on est dealer et qu’on se doit d’être discret. Le pire, ce serait qu’il s’agisse d’une balance … Autant de questions sans réponses pour l’instant.

Mon sac sur le dos, et une valise dans la main, je traverse le parc tranquillement, une clope à la bouche. Autour de moi, le campus se réveille doucement, et pour une fois, j’apprécie le calme matinal qui se fera bientôt bouffé par une horde d’étudiants surexcités. Imperturbable, je m’arrête devant le bâtiment des Sigma, et après avoir patienté quelques secondes devant ce dernier, je me décide à rentrer.

Une fois à l’intérieur, une étudiante, blonde et plutôt jolie, m’aborde et se présente comme étant la chef, ou je-ne-sais quelle responsable. Je l’écoute me présenter rapidement la confrérie et me faire une visite improvisée des locaux, dont le fameux bar des pirates, qui attire toute mon attention. Les cadavres de bouteilles jonchant le sol et l’ambiance « je m’en foutiste » de l’endroit me plaît, il n’y a aucun doute. Une fois notre petite discussion terminée, elle m’indique la chambre qui est désormais la mienne, à l’étage. Je monte aussitôt les escaliers, et ne faisant pas le moins du monde preuve de tact, j’entre directement sans frapper.

C’est en entrant dans la pièce plongée dans l’obscurité que je me souviens subitement qu’il est tôt. Et que la dite-colocataire, la pauvre, est encore en train de dormir. Mais il est trop tard pour faire demi-tour, voilà qu’elle semble ouvrir difficilement les yeux. Je décide alors de jouer la carte du garçon sans gène, qui me colle plutôt bien à la peau.

Je m’enfonce dans l’obscurité jusqu’à la fenêtre, d’où je tire les rideaux pour laisser entrer la lumière.

« Hey ! Désolé pour le réveil matinal, je suis le nouveau. »

Sans perdre de temps, je dépose ma valise sur le lit inoccupé, donc le mien, et entreprends déjà de déballer toutes mes affaires, sans la moindre compassion pour la pauvre fille qui dormait encore il y a quelques secondes de ça. D’ailleurs, celle-ci semble avoir du mal à émerger à la voir se réfugier sous sa couette.

« Ça pue la clope ici ! » dis-je, faussement réprobateur.

On ne peut plus faussement, puisque je m’allume aussitôt une cigarette.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Coucou, c'est nous ! [Lulu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coucou, c'est nous ! [Lulu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oksa, tu nous fais un petit coucou ce soir ?
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: