AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   Dim 25 Mai - 23:11

J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde.

Ty N. Swan & Keziah Cooper

L’enthousiasme de Ty était contagieux, je devais l’avouer. Sa bonne humeur et son franc sourire ne me laissait pas de marbre. Je ne pouvais me laisser aller à de sombres pensées face à tant d’entrain, et je l’en remerciais mentalement.

Je tiquais cependant, lorsqu’il me parla du prix des cours.

Ce n’est pas ma motivation Ty. Je te remercie, vraiment, mais tu paieras aux écuries le prix d’un cours particulier, et moi, je toucherais mon salaire. C’est déjà assez cher comme ça, ajoutais-je en riant.

Je ne faisais pas ça pour l’argent. Trop d’argent dans ce monde qu’est l’équitation.
Ca me désolait. L’équitation était devenu un sport chic plus qu’une véritable passion

La déception du jeune homme quant aux courses était évidente. Peinée, comme si j’avais annoncé à un enfant que le Père Noël n’existait pas, je tentais de me rattraper.

Tu sais, c’est un drôle de monde les courses. Mauvais traitements, dopage, chevaux brisés.. Je suis sûre que tu serais parti au bout de 3 minutes.

J’aimais la philosophie de mon nouvel élève. Un mélange de patience et d’impatience, beaucoup de passion. De la douceur et de l’entrain. Un mélange parfait. J’appréciais aussi le fait qu’il écoute, attentivement, mes conseils, mais par dessus tout, il m’avait questionné sur chaque conseil. Pourquoi telle position des mains, des jambes, etc. Une telle curiosité était, à mes yeux, un gage de qualité.

Nous arrivâmes au box, et Ty me demanda de panser Al.

Je lui tendis le sac, contenant tout le matériel de pansage.

Non seulement tu peux, mais tu dois. Aujourd’hui je te l’avais préparé, mais la prochaine fois, essaie de venir plus tôt. L’idéal c’est 30 minutes avant le cours. Pansage complet, tu le selles, lui mets le filet. Bref, la totale. Evidemment, si c’est chaud avec les cours, on s’arrange, suffit de me prévenir, précisais-je avec un sourire.

Le pansage était une étape primordiale dans l’équitation. Mais quelques jours ici m’avaient appris que la plupart des clients considéraient plus leurs chevaux comme des moyens de locomotions que comme des animaux, des compagnons à part entière. J’avais donc eu pour mission de panser, seller des chevaux, les sécher après le travail, les nourrir, faire les boxs, nettoyer le matériel. Bref, une partie du travail sur le relationnel homme/cheval. Et après, ces gens là nous amenaient des chevaux “brisés”, “dangereux”, “têtus”.. Je soupirais à cette pensée, puis me reconcentrais sur Ty.

En soit, voilà ce que je peux te proposer. Dans un premier temps, je pense, une petite dizaine de séance sur le plat. De la mise en selle, du dressage. Avec et sans selle. Ensuite, on pourra attaquer quelques petites barres, si tu vas bien.

Je souriais, gardant le meilleur pour la fin.

Et, si on arrive à se garder Al pour notre heure, on pourra, si ça t’intéresse également, tenter le travail en liberté ?

Si le jeune cavalier voulait commencer à faire le Sioux, il allait falloir une grosse complicité entre lui et sa monture, rien d’évident pour un cheval “de club”, mais je ne perdais pas espoir si tôt.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   Dim 25 Mai - 22:16

J'étais une radio vivante, mais Keziah Cooper me répondit clairement à toutes mes questions.
La demoiselle me dit donc qu'on allait sûrement travailler le saut avec Al. J'avais hâte de cette initiation : je me voyais déjà comme Petit Nuage dans Spirit, voler pour attérir sur le sol.
Puis, la blonde me dit  en riant: « Tu sais, si c’est une question d’emploi du temps, on peut s’adapter. Je suis à Wynwoodhs aussi, en dernière année, mais mes horaires ici sont calqués sur ceux de cours. On peut trouver une heure qui te conviendrait. Quitte à rester sur du cours particulier, je bosserais une heure de plus, pas grave. »
Alors elle était de Wynwood, elle aussi. Décidément, cette école attirait de plus en plus de monde !

« Tu es en Senior toi aussi ? C'est marrant ! Les cours particuliers, ça me va. Je te payerais...très cher. ». Je lui fis un clin d’œil. Je donne toujours plus que ce que je dois.

Comme j'avais enchaînés les questions, Keziah me demanda de me calmer et ensuite, me remercia du compliment. Je lui fis un sourire puis écoutais toute ouïe la suite de ses paroles.

« Maintenant, les courses et les concours. Pour les courses, tu es trop grand, trop musclé, donc, trop lourd pour un cheval de course. Et ça nécessité une véritable formation. Pour les concours, c’est comme tout, ça s’apprend, et je ne vois aucune contre indication dans l’absolu, mais pour ma part, je ne t’inscrirais pas maintenant. Attend un peu si tu veux vraiment pouvoir profiter de la compétition . »
Je baissais la tête un peu attristé. Pour la première fois de ma vie, je regrettais d'être devenu musclé. Je faisais quand même presque 80 Kg. Je crois que je vais faire un régime draconien. Quand j'avais 14 ans, j'étais maigre comme un clou et je n'étais pas aussi grand.
Je relevais la tête et fis : « Je crois que je vais redevenir maigre. C'est dommage quand même... Mais les concours, ça m'intéresserait ! Je comprend qu'il faille attendre. J'attendrais, je préfère prendre des cours pour être un bon cavalier. »

Puis, la cavalière m'expliqua qu'Al n'était malheureusement pas à vendre, mais que si je comptait m'en occuper, elle pourrait se renseigner pour moi.
Je fis un sourire puis lui dit : « Je crois que je l'achèterais si j'achète une maison avec un pré...donc dans trois ans. »
Ensuite Keziah m'informa que je pouvais venir tous les jours au centre, que je pouvais apprendre à monter à cru et que je pouvais faire de nombreux progrès. La miss rigolait bien avec moi. Je fais toujours les gens rire, enfin, ça dépend. Le fait de rire et de sourire me vient de ma mère. Elle souriait toujours et était optimiste.

« Commencer à 19 ans, ce n’est pas un problème. Ce qui va en être un, peut être, c’est que à notre âge on se rend compte de ce qu’un cheval peut nous faire. La preuve, tu me demandes tout de suite si j’ai fait une chute qui m’a conduit à l’hôpital. Et ça, j’y répondrais, promis, quand tu auras enchainé ton premier parcours de saut. Pas avant. »

La demoiselle rit, me fis un clin d'oeil puis me laissa les rênes du cheval. Je guidais donc Al qui marchait au pas, jusqu'aux écuries, suivant Keziah.

Certains chevaux nous accueillirent avec des hennissements. Je souris, content de voir autant d'animaux aussi majestueux.
Je conduisis Al jusqu'à son boxe puis lui enleva sa selle, ses rênes et demandais à Kéziah : « Je peux le brosser ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   Sam 24 Mai - 13:20

J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde.



Le premier vrai défaut de Ty concernant l’équitation se montra.. à pied. Trop de sucres gâtait les chevaux, c’est la seule friandise qui pouvait les rendre agressifs. Je ne comprend pas pourquoi d’ailleurs. Mais je me tais, on abordera ça s’il revient, il a l’air d’avoir apprécié son heure, c’est ce qui compte pour le moment.

Et en un instant, se déclenche la plus grande pipelette que j’ai vu, au moins depuis mon arrivée à Miami. Je souriais, amusée, mais attentive à ce qu’il me disait.

Je profitais d’une courte pause pour lui répondre, dans un premier temps.

Le CSO.. On essayerait peut être pas tout de suite. Un bon travail sur le plat, c’est primordial, mais c’est noté, je peux axer nos exercices vers une initiation au saut, si c’est ce que tu veux. Al sera parfait pour ça je pense.

Je regardais le jeune homme caresser l’encolure du hongre, placide.

Tu sais, si c’est une question d’emploi du temps, on peut s’adapter. Je suis à Wynwoodhs aussi, en dernière année, mais mes horaires ici sont calqués sur ceux de cours. On peut trouver une heure qui te conviendrait. Quitte à rester sur du cours particulier, je bosserais une heure de plus, pas grave, lui dis je en riant.

Karaté, break, équitation.. Drôle de mélange mine de rien ! J’aimais bien les gens comme ça, un peu à côté des clichés de ce qui doit être, dit, fait, vécu. Déjà, j’imaginais qu’il devait à peu près avoir le même âge que moi. A notre âge, l’équitation est un sport quasi exclusivement féminin, les rares hommes montent depuis leur plus jeune âge et n’ont jamais cessé. Peu de débutants commencent si tard.

Et là, le débit fut trop rapide, je ne me retins pas et explosait de rire.

Mollo, mollo, alors, on va reprendre du début. Tout d’abord merci du compliment, c’est toujours agréable, surtout ici !, ajoutais je, songeant aux petites pimbêches du cours de la veille, qui m’horripilaient.

Je monte depuis.. Tiens c’est une bonne question. J’ai passé ma vie avec des chevaux, je suis pas certaine de connaître la date à laquelle j’ai véritablement commencé en fait.

Maintenant, les courses et les concours. Pour les courses, tu es trop grand, trop musclé, donc, trop lourd pour un cheval de course. Et ça nécessité une véritable formation. Pour les concours, c’est comme tout, ça s’apprend, et je ne vois aucune contre indication dans l’absolu, mais pour ma part, je ne t’inscrirais pas maintenant. Attend un peu si tu veux vraiment pouvoir profiter de la compétition.

Je soufflais, avant de reprendre. Il avait beau avoir mon âge, ou pas loin, j’avais l’impression de répondre à un petit garçon, c’était adorable.

Al n’est, malheureusement, pas à vendre je pense. Je peux me renseigner. Cependant, acheter un cheval, ce n’est pas juste le monter. C’est un engagement sur plusieurs années, 7 jours sur 7. Mais si l’envie est sérieuse, on peut en parler dans le détail, sans soucis ! Je suis là pour aider du coup.

Tu peux évidemment venir tous les jours, et on peut apprendre à monter à cru. Tes progrès n’en seront que plus rapides à vrai dire, parce que si certaines cavaliers font des prouesses à cru, comme les cavaliers Sioux dont tu parles, je t’assure qu’avoir de l’équilibre peut s’avérer délicat.

Je riais, de bon coeur, puis l’écoutait me parler de ses origines, de son travail à la radio, de son envie d’apprendre.
En quelques minutes, à peine, j’adorais ce type.
Il me faisait incroyablement rire. Je répondais, alors, aux deux questions que j’avais volontairement mise de côté pour la fin.

Commencer à 19 ans, ce n’est pas un problème. Ce qui va en être un, peut être, c’est que à notre âge on se rend compte de ce qu’un cheval peut nous faire. La preuve, tu me demandes tout de suite si j’ai fait une chute qui m’a conduit à l’hôpital. Et ça, j’y répondrais, promis, quand tu auras enchainé ton premier parcours de saut. Pas avant.

Je riais, lui fis un clin d’oeil, et l’invitait à me suivre dans les écuries, lui laissant les rênes de Al.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   Ven 23 Mai - 19:44


Aujourd'hui je suis très heureux à l'idée de remonter à cheval.
Depuis le jour où j'étais allé au Everglades et que j'avais monté Pepper-Storm accompagné de Mikah Low qui chevauchait Arabis, je m'étais juré de remonter.
Ce jour là, c'était mon baptême d'équitation on va dire, car je n'avais jamais monté un cheval de ma vie. Bien sûr, ma défunte mère Melissa Tala Yellow Swan était une Sioux Lakota et savais monter, mais malgré mes gênes Amérindiens et mes visites dans la Réserve, je n'avais jamais monté.
Bien que j'étais tombé 3 fois avant de monter Pepper-Storm, un cheval brun et taché de blanc qui me faisait penser à moi par son caractère fougueux et sa vitesse, j'avais apprécié la ballade et surtout les galops, même si j'avais failli être attaqué par un serpent. C'est Mikah qui l'avait fait fuir d'ailleurs...
Je me rappelle très bien de cette journée...Magnifique ! Et...énervante : Mike et Soraya nous avaient découverts juste avant la ballade Mikah et moi, j'avais été presque attaqué par un serpent et pour couronner le tout, nous nous étions perdus dans les Everglades avec les chevaux ! Mais au final, nous étions rentré le jeune AP et moi en faisant une course, dans laquelle je le battis à plates coutures.
J'avais vraiment adoré ça et j'avais eu l'impression de retrouver mes ancêtres en quelques sorte...

Bref. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, j'avais décidé de me rendre à un cours d'équitation, pour reprendre les bases. J'avais pris RDV à l'avance, dans un centre d'équitation à Miami. En fait, je ne savais même pas qu'il y en avait un dans la ville. Je voulais bien en faire tout court, mais entre les cours, les sorties, le Karaté et la Break Dance, je ne savais plus où me mettre.

C'est donc vêtu d'un débardeur blanc couvert d'un chemisier bleu à carreaux et d'un pantalon noir et chaussé de baskets blanches que je me dirigeais dans le centre équestre en voiture, puis je marchais tranquillement vers le manège.

Une jeune-fille arriva vers moi et se présenta. Kéziah Cooper. Un nom pas très compliqué à retenir.
Nous nous miment rapidement au travail. Je montais Al, un magnifique hongre bai très docile qui était milles fois mieux que Pepper-Storm.
J'étais un peu tendu à l'idée de monter Al, mais au fil du temps, il me mit en confiance. Cet animal avait un vrai don : il s'adaptait à mes mouvements. Si j'avais une grande maison et un pré, je l'aurais acheté !
Le cours était vraiment cool. Kéziah était une prof très bien et elle expliquait à merveille.
Pour une fois, depuis tout ce remue-ménage dans le lycée à cause de mon fichu secret et de ma séance de dédicaces, je m'amusais.
J'avais toujours adoré les animaux. Mais les chevaux m'attiraient depuis les Everglades. C'était étrange, mais pourtant, c'était vrai.

Al était une excellente monture et comme j'aimais bien monter, je m'améliorais très vite, suivant les conseils de Kéziah. J’apprends toujours très vite.

Le cours se termina, à mon grand regret. La blonde pris ma longe et je descendis de l'animal. Je caressais immédiatement Al sur les naseaux pour le récompenser et je sortis de ma poche un carré de sucre que je lui donnais, tandis que Kéziah me demandais : «Alors, quelles sont tes impressions ? On remet ça la semaine prochaine ? » . L'animal sentit ma main et prit le morceau de sucre pour le manger. J'émis un petit rire, puis je me tournais vers la jeune-fille : « Excuse moi. C'est que j'aime beaucoup Al. Il est très gentil et intelligent. J'ai vraiment adoré ! ». Je fis un grand sourire et je repris : «J'aimerais bien refaire un cours la semaine prochaine. J'aimerais bien essayer le CSO si ça ne te dérange pas. »
Je fis une pause et caressais l'encolure du cheval bai. Il s’amusait à me donner des coups de tête sur l'épaules, ce qui me faisait bien marrer.
« En fait, j'aimerais bien faire de l'équitation. », confiais-je à ma jeune professeur. « Mais je ne sais pas comment concilier les études à Wynwood, les cours de Karaté et ma passion de la Break. », avouais-je.

Al me poussa un peu et posa ses naseaux sur ma main.
« Quoi ? », fis-je en me retournant pour le regarder. L'animal refit la même manœuvre et j'éclatais de rire. « Tu veux un autre morceau de sucre, c'est ça ? ». Je fouillais dans ma poche et en ressortis un carré de sucre blanc. Al le prit et le mangea. Je lui donnais une petite tape amicale puis je m'adressais à Kéziah : «J'aimerais bien monter, mais j'aimerais avoir de tes conseils. Tu es vraiment très douée ! Tu montes depuis combien de temps ? » Puis j’enchaînais, curieux sur une série de questions : «  Est-ce qu'on peut faire des concours et des courses ? Je peux acheter Al ? Combien coûte les cours ? Est-ce que c'est grave de commencer à 19 ans l'équitation ? Est-ce qu'on peut venir ici tous les jours ? Est-ce que tu as déjà fait une chute qui t'a conduit à l'hopital ? »
Je fini mon interrogatoire par : « Est-ce qu'on peut apprendre à monter à cru comme les Sioux ? Je demande ça parce que j'ai du sang Sioux  en moi. Je suis demi Sioux demi Américain-Blanc. ».
Pause.
« Oui, je sais que je suis un bavard, c'est pas pour rien que je suis Animateur à la Radio...mais...je suis aussi très curieux et j'aimerais que tu m'apprennes tout de cette passion que tu as pour les chevaux ! Moi aussi j'ai...enfin...je crois avoir cette passion ! ».

Je la regardais ensuite avec un sourire et les yeux brillants d'admiration.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   Ven 23 Mai - 18:19

J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde.

Ty N. Swan & Keziah Cooper.


TENUE.:
 
Il y a quelques jours de ça, je m’étais motivée.
Je ne voulais pas oublier ce pourquoi j’étais née : l’équitation. J’étais définitivement douée avec les chevaux, et c’était le véritable moment de détente et de sérénité que je ressentais.
J’étais donc partie en expédition, déambulant dans Miami, avant de finir par me garer dans une somptueuse écurie de propriétaires.
C’était tout sauf mon genre. Je n’aimais ni les allées impeccables, ni l’air hautain des cavaliers et cavalières que je croisais. Mais je fus embauchée, rapidement. Devant ma tenue sommaire, le propriétaire des lieux m’avait regardé assez étrangement.
Puis il m’a collé sur un cheval. Et je n’étais pas encore descendue qu’il m’avait serré la main, me souhaitant la bienvenue dans l’équipe.

Je travaillais là bas tous les jours après les cours, et le week end. Ma vie sociale n’étant pas des plus florissantes, je me disais que c’était une bonne idée, afin de m’occuper l’esprit et de ne pas me laisser le temps de me morfondre dans ma chambre, seule.

Je sortais donc de cours et je m’étais d’abord attelé au travail d’un de nos chevaux ; Whisper. Celui ci m’avait été confié assez rapidement, s’avérant difficile pour les entraineurs déjà présent. En effet, son passif délicat en avait dégoûté plus d’un. Surtout, ils l’avait dégoûté lui, n’ayant pas la patience nécessaire.
Je progressais bien dans notre travail avec lui, ce qui me ravissais.
J’abrégeais cependant notre séance de dressage, me souvenant que je donnais un cours particulier à un jeune homme. Ty N. Swan. C’est tout ce que je savais de lui.

Je le rejoins dans le grand manège, suffisamment grand pour une première fois. Je portais un jean prêt du corps, et une paire de chaussures basses à lacet, idéales aussi bien pour travailler dans les écuries que pour monter. Le tout avec une légère chemise en denim. Le propriétaire m’avait expliqué que Ty avait déjà quelques connaissances dans le domaine, mais qu’il souhaitait reprendre tranquillement sur de bonnes bases. Rien de très complexes donc.

L’heure se déroula sans accroc. Ty montait un hongre placide, nommé Al. Celui ci était parfait, s’adaptant sans gêne à tout type de cavalier. Si son cavalier, dans un premier temps, avait l’air assez anxieux, il se détendit vite. La séance se déroula sans accroc. Nous reprîmes les bases des 3 allures, plus quelques exercices sur le plat de mise en selle, afin de tester l’assiette et l’équilibre du jeune homme. Il se débrouillait bien, et souhaitant terminer sur une note positive, je mis fin à la séance au bout d’une heure, le félicitant pour cette séance plus que réussie.

Il mit pied à terre alors que je tenais son cheval.

Alors, quelles sont tes impressions ? On remet ça la semaine prochaine ?

Ty ne ressemblait pas à la majorité des cavaliers que j’avais vu ici. Et c’était plaisant. Il ne ressemblait pas à cette brochette de petites pétasses friquées qui choisissait leur cheval sur le physique et non pas sur les compétences, le caractère ou le lien entre eux. Je ne supportais pas cette partie du monde de l’équitation, ce qui était la cause, déjà, de nombreuses animosités entre les clients et moi.
Ainsi, rapidement, la différence de Ty s’était avérée bénéfique. Aussi bien pour moi que pour lui, je l’espérais..
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai attrapé une maladie vieille comme le monde - PV Ty N. Swan.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colombe ; « vois comme le monde, le monde est beau. »
» Une vieille pépette à la rue (92)
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: