AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Days of Future Past-Nolan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Days of Future Past-Nolan   Lun 9 Juin - 15:14



Days of Future Past-Nolan
 

Ce serait faux de dire qu'il n'y a rien qui compte dans ma vie, c'est juste que les choses qui comptent vraiment pour moi, qui sont vraiment importantes pour moi je ne les montre pas, je suis très secrète sur tout ce qui m'anime, déjà parce que j'ai peur que l'on se moque de ce que j'aime, de mes passions et puis surtout c'est que ces passions sont très personnelles pour moi, elles reflètent tout ce que je suis. C'est pour çà que je ne dis à presque personne que je dessine, parce qu'en effet j'ai peur qu'on se moque de ce que je fais comme dessin et qu'aussi j'ai peur que si je montre mes dessins je montre en même temps qui je suis, une fille de seize ans, un peu paumée dans son monde qui vit toute sa vie en demie-teinte à essayer tant bien que mal à oublier son passé et certains tristes événements, à maintenir son fragile équilibre mental en se plongeant dans le dessin, en remplissant des centaines de pages blanches, pages qui maintenant jonchent le sol de notre chambre à la Confrérie, à Shin et à moi.

Je sais que je veux faire quelque chose dans l'art plus tard parce qu'au fond de moi je sais que je ne suis pas vraiment douée pour autre chose : les mathématiques autant ne même pas y penser les mats et moi c'est comme les deux pôles d'un aimant qui se repoussent, l'économie me barbe et ne parlons même pas des sciences physiques. Il y a bien l'histoire qui me passionne mais je ne me vois pas me spécialisé la dedans, c'est un coup à finir professeur d'histoire, ce n'est en rien une critique envers ma tante qui est prof d'histoire mais je ne me vois pas passer toutes mes journées à réciter toujours les mêmes leçons devant des élèves qui globalement n'en n'ont pas grand chose à faire. Alors oui je veux devenir une artiste, c'est beau de dire çà, tout de suite on s'imagine les grands chanteurs qui font des tournées gigantesques et qui roulent sur l'or, les grands peintres mondialement reconnus qui vendent des tableaux et qui font des expositions dans de grandes galeries d'art, ces gens là font rêver, ils sont reconnus pour ce qu'ils font, mais je sais que la vérité est toute autre, qu'être artiste c'est autre chose, être artiste c'est galérer à se faire connaître, galérer à payer ton loyer tout les mois parce que tu n'a vendu que deux trois dessins au prix fixé par le client lui-même, mais être artiste selon moi c'est vivre selon des idéaux un peu plus importants que l'argent ou la reconnaissance, il y a des idées pour lesquelles les artistes se battent qui valent mieux qu'une valise remplie de billet, même si il ne fallait pas se voiler la face, une bonne petite valise de billets ça aide toujours à finir les fins de mois.

Mais en fin de compte toute cette dissertation philosophique sur la vie d'artiste, si oui ou non il faut accepter le pognon quand on vous le temps alors que ça va contre votre morale, ne m'approchait pas plus de la réponse à la question « Artiste d'accord, mais tu veux faire quoi dans le monde artistique ? » Bon je sais que je veux bosser dans le dessin ou dans la peinture et même là çà reste trop large pour bien me faire une idée. Alors bien que contrainte et forcée de me rendre à une des portes ouvertes de Wynwood par le lycée, ça me rassurait un peu de devoir faire cette démarche et d'aller voir ce qui m'attend plus tard, j'allais pouvoir discuter avec quelqu'un qui suit des études en art et confirmer ou infirmer ce que je sais ou ce que je pense des études en fac d'art, mais en gros je ne me faisais pas d'illusions. La personne en face de moi allait soit me dire que c'est merveilleux la fac, tout rose, la liberté et tout et je ne le croirai pas, ou alors il allait me dire que ce ne sont que des cours magistraux assommants dans lesquels on apprend rien d'utile, et çà je serai plus encline à le croire.

Toujours utile que devant l'énorme grillage de la faculté je n'en menais pas vraiment large, je me disais que c'est çà qui m'attendait, des grands murs en béton brut qui vont encercler ma vie pendant au moins trois ans, voir cinq ans si j'ai le courage de suivre mes études jusqu'en master et puis après quoi ? Tu peux faire quoi quand tu sors de fac d'art ? Professeur d'art plastique au collège ? Heureuse perspective. Voila tout ce qui trottait dans ma tête alors que je remontais la longue allée menant à la faculté d'arts. Je me dirigeais vers l'accueil et on me dirigea vers un jeune homme qui devait avoir grosso modo deux ou trois de plus que moi, alors que je m'approchais j'avais peur qu'il me prenne pour une jeune fille timide, une des milles étudiantes qui allaient passer ici pour les portes ouvertes. Je ne voulais pas qu'il me voit comme quelqu'un qui se fond dans la masse, je ne savais pas pourquoi, mais je n'aimerai pas qu'il pense çà de moi. La façon dont il me dévisageait me mit mal à l'aise au départ, mais je ne dis rien, de mon côté je faisais la même chose, le dévisageant silencieusement, m'imaginant quel dessin je pourrais faire du beau visage qu'il avait. Il me proposait de partir faire un tour dans la fac, à çà je ne répondis pas je me contentais juste de hocher la tête en signe d'acquiescement. Il me montra le bâtiment photo en premier, je souris et dit, un peu plus fort que prévu : « Ah ah je suis une taule en photo, c'est trop complexe pour moi, mes photos moi je les prend avec un crayon de bois et du fusain. » Je me maudis instantanément d'avoir pensé à voix haute, il n'en avait sûrement rien à faire de ce que je faisais de ma vie, après tout il était juste là pour me faire visiter la faculté, rien d'autre. Il me demanda ensuite ce qui m'emmenait là aujourd'hui. Bonne question, même moi je ne saurai pas y répondre exactement. Pourquoi j'étais là ? Voir à quoi ressemblera mon futur ? Pour me rassurer ? « Et bah à part que le lycée nous oblige à venir voir des portes-ouvertes et qu'il n'y a que l'art qui m'intéresse c'est peu pour çà que je suis venue, pour voir ce qui m'attend si je viens ici un jour pour étudier. » J'ai hésité et j'ai ajouté. « Et j'ai besoin d'un avis sur quelque chose, en fait sur mes dessins, je préfère que la critique vienne de quelqu'un que je ne connais pas. Enfin si ça te dérange pas bien-sûr. »

Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Days of Future Past-Nolan   Sam 10 Mai - 13:59

Les murs se rapprochaient dangereusement. Le plafond commençait à descendre. J'avais l'habitude de ce rêve. Le genre, qui revenait tout le temps dans ma cellule. Claustrophobie, ils ont appelé ça...n'empêche que depuis ma sortie il revient sans arrêt. Et vas y que les murs arrivent, et que mon cœur bat à fond. J'ai peur, je cris, je tombe à genoux, je repense à tout ce que ma vie a pu m'offrir sans trouver. Je repense à ma mère, à ma sœur..aux innombrables mères et sœurs que j'ai eu en réalité. Je repense à un gamin qui était mon pote au collège. Je repense à cette fille pour qui j'aurais fait n'importe quoi ado. Je repense, et je m'accroche au moindre petit souvenir agréable avant que les murs se rapprochent de trop près.

7heures. Le réveil sonne. Samedi matin, j'ai la tête prête à exploser et des nausées affreuses. Moi ? Sortir un vendredi soir ? Certainement pas, j'étais juste passé à cette soirée d'une fille de ma classe. Je n'y étais pas resté longtemps, mais assez pour me réveiller ce matin dans un mauvais état. J'aurais tout fait pour rester un peu plus longtemps dans mon lit. Ne serait-ce que dix minutes. Mais dans une heure c'était le grand jour, le truc qu'une centaine de lycéens attendaient avec enthousiasme et appréhension : la journée portes ouvertes de la fac. Étant un L3, j'étais normalement dispensé de devoir présenter l'école à un lycéen intéressé...mais malheureusement, je m'étais vu attribuer quelqu'un en raison de mon arrivée récente. J'aurais sans doute droit à un ado, tout plein de boutons et avec une voix peu stable qui allait me demander en mâchant un chewing gum quel cours il allait pouvoir suivre et sur quoi cette formation l'amènerait. Ca me saoulait rien que d'y penser. Je n'avais pas envie de mentir, de dire que la fac d'art était le plus bel endroit du monde, qu'il allait y voir des choses passionnante et être en relation avec des gens géniaux qui allaient le mettre sur la voie de la connaissance. La vérité ? Des cours longs, ennuyeux, sur des profs qui t'apprennent à te masturber intellectuellement en prenant soin de piétiner le peu de talent et de passion que tu emportais avec toi. Voilà comme je vivais mes deux premières semaines à la faculté d'art de Wynwood High Scool. Et j'étais sensé faire de la pub à un gamin, qui aimait autant le dessin que les maths ou le tricots. Moi c'était différent, j'aimais le dessin. D'un amour intense, pas comme les maths ou le tricot.

L'eau chaude me réconforta quelques instants. Je repensais à mon arrivée, à ma rencontre avec Lila. Mon cœur se serra. Lila...qui aurait cru qu'un jour je retrouverais ma sœur. Je repensais à cette rencontre fortuite à l'infirmerie, à la façon qu'elle avait de parler, ses yeux et son nez qui étaient les mêmes que ceux de notre mère. Je m'habillais en vitesse avant de choisir avec soins ce que j'allais emporter. Je pris mon carnet à croquis, quelque prospectus sur les autres écoles d'art de la région, au cas où. J'y allais à reculons, le simple fait de me dire que je devais mentir à quelqu'un qui aimait sûrement ce qu'il faisait...ça me rendait fou. J'étais ici, parce que je n'avais pas le choix, j'avais la passion, j'avais l'ambition de devenir quelque chose...mais ici, j'avais juste l'impression d'être enfermé dans une grande boite. Mon esprit fit un tour du côté de Fred, qui me disait qu'il imaginait toujours que les humaines étaient des hamsters. Il partait du principe que quelque part, quelqu'un nous observait, et allait un jour nous acheter pour nous rendre notre liberté. Ca aurait été une hypothèse intéressante s'il n'avait pas fumé juste avant. Enfin me voilà...Nolan, sweet à capuche, bonnet, clope au bec, pochette à dessin sous le bras, près à recevoir mon boutonneux attitré.

Je suis entré dans le hall, j'ai salué Grace, la femme de l'accueil. Oui...je commençais à la connaître Grace. «  Bon, il est où mon boutonneux que je le dégoûte une bonne fois pour toute de venir ici ? » lui demandais-je un sourire en coin. Elle ria, je la trouvais adorable cette Grace, une vieille femme toute gentille, qu'on imaginait bien tricoter un pull pour ses enfants. «  Tu n'as qu'à attendre là bas, on l'enverra te voir » . Elle me montra un coin vague du doigt, je me posais donc contre un mur en attendant. Finalement c'est une jeune fille qui s'est avancée timidement vers moi. Je m'y attendais pas trop à celle là, elle était toute petite, quinze ou seize ans. Elle n'osa pas vraiment m'abordé mais se lança quand même « Bonjour, je suis M... Maira Muños, pour la visite de la Fac, tu es Nolan c'est çà ? » Y'a pas à dire, le bon Dieu l'avait gâté celle là, je me surpris à penser que la proportion écartement des yeux/ nez et bouche étaient parfaits. Enfin, après quelques minutes de dévisagement, je me décidais à répondre : «  En effet, Nolan Pierce, en troisième année. Bon, je propose qu'on s'attarde pas trop par ici, à part Grace, y'a rien à voir ». Je saluais encore une fois Grace de la main qui me répondit du même geste un immense sourire collé au visage. Cette femme, c'était la mamie du Joker, du bon côté de la force.

Je commençai donc à marché, la nouvelle sur les talons. «  Bon...par là c'est le bâtiment de photo » dis-je en montrant le bâtiment à notre droite. C'était drôle de faire visiter l'école alors que je l'avais découverte il y a pas moins de deux semaines. «  Qu'est-ce qui t'as donné envie de venir, dis moi ? Tu dois pas encore être proche des questions d'orientation... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Days of Future Past-Nolan   Mar 6 Mai - 14:18



Days of Future Past-Nolan Pierce
 


Je ne sais pas ce que je veux faire de ma vie, c'est la pensée qui m'a tirée de mon sommeil ce matin, joyeuse pensée pour commencer la journée que de se dire qu'arrivée au lycée je ne sais pas ce que je veux faire plus tard, ou plutôt j'ai trop d'idées et je sais qu'aucune de ses options ne sont viables, du moins pas si l'on veut être riche et dans une bonne condition une fois adulte. Tout ce que je veux faire tourne autour de l'art, oui je veux être une artiste, j'ai dis quelque chose de mal ? C'est fou dès qu'on dit qu'on veut devenir artiste tout de suite on vous voit comme quelqu'un d'anormal, voir d'inconscient, de vouloir de jeter dans cette voie précaire à corps perdu. Moi, personnellement, ces personnes je ne les écoutes même plus, pendant toute ma jeunesse à Porto-Rico, j'ai entendu dire, que l'art ça ne servait qu'à faire sourire les personnes dans les musées, que l'on ne peut pas en vivre. Et bien tant pis moi je compte bien vivre de mon art, je ne sais pas encore comment, mais je le ferai.

Le dessin c'est tout pour moi, avec ma famille bien entendu, mais le dessin a littéralement sauvé mon équilibre mental à une période, j'aurai totalement sombré dans la dépression sans mes crayons et sans mes feuilles de papier. C'est toujours le cas aujourd'hui, un peu moins bien entendu, mais ils sont toujours pour moi ce à quoi je me raccroche quand je suis totalement perdue, quand tout vas mal et que je suis complètement seule et que mes sentiments ou mes impressions prennent le pas sur la raison. Le dessin c'est aussi ce qui me permet de garder un souvenir de mon père, je n'ai aucune photo de lui, juste ce portrait fait au crayon et à l'encre noire le soir de mon départ, un de mes biens les plus chers.

Toujours est-il que de me dire que je veux faire un métier artistique plus tard ça ne m'avance pas vraiment plus dans ma réflexion. Il y a une bonne centaine de métiers qui tournaient autour du dessin et de la peinture, et je ne savais pas lequel choisir, comment à seize ans pouvais-je savoir si je voulais être graphiste, réalisatrice de Story-boards, illustratrice de comics ou bien peintre ? Mais non, dès cet âge on nous demande de tout savoir sur nous, ce qu'on aime, ce qu'on déteste, ce qu'on veut faire plus tard, à les écouter il faudrait avoir une personnalité toute faite, précise et déterminée, et que dans la mesure du possible çà ne bouge plus. Mais moi, n'en déplaise aux puissants qui contrôlent notre joli monde, je ne veux pas qu'on me détermine, je ne veux pas savoir qui je suis et qui je serai alors que je suis encore qu'une adolescente. Alors oui j'allais me plier aux règles du lycée et trouver une journée porte ouverte dans une université pour pouvoir remplir mon dossier pédagogique, mais qu'on ne compte pas sur moi pour faire d'avantage d'efforts.

J'ai donc fait le tour du planning des portes ouvertes dans les différents facultés, une seule a attirée mon attention, la faculté d'arts. Je ne suis pas portée sur les études, mais si je devais continuer à étudier c'est là bas que je m'épanouirai le plus, même si je soupçonnais que Fac d'Arts ça avait l'air d'un beau slogan pour cacher des cours purement théoriques, aucune pratique et à la fin tu ressors de cinq ans de faculté, en ayant toujours toujours le même niveau de dessin. Enfin, ne pas juger trop hâtivement, je verrai bien sur place. J'appelle donc la faculté pour me renseigner sur la journée porte-ouvertes, là on me dit que toutes les premières années qui devaient accueillir les lycéens étaient déjà attribués et que ce serait un L3, un certain Nolan qui me ferai visiter la Fac et qui m'expliquerait le Cursus en arts. Tout d'un coup je me suis sentie toute timide, c'était un tout grand qui allait me faire visiter, moi une toute petite fille de 16 ans, sûrement qu'il avait d'autre chose à faire que de s'occuper de moi, en somme tout d'un coup j'avais un peu peur, je me sentais toute petite.


Faculté d'Arts, D-Day :

Je me trouve donc les portes du bâtiment de la Faculté d'Arts de Miami, bâtiment assez impressionnant, et encore une fois je me sens comme une toute petite fille, facilement impressionnable qui va entrer dans un nouveau monde. Je serre mon carton à dessins sous mon bras et j'avance vers l'entrée du bâtiment, je traverse la cour et pousse les portes. Le hall est bondé de monde, je me dirige vers l'accueil pour demander ou je pouvais trouver Nolan Pierce, le L3 qui devait me faire visiter la faculté. On me pointe un garçon, assez grand, blond aux cheveux cours, appuyé contre un mur dans le hall. Timidement, je me dirige vers ce garçon, je viens me planter devant lui et d'une petite voix je dis : «  Bonjour, je suis M... Maira Muños, pour la visite de la Fac, tu es Nolan c'est çà ? » Ok je devais avoir passée pour une petite fille coincée, pas sûre d'elle en moins de cinq minutes, une super première impression pour celui qui devait me faire visiter sa Faculté.

Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Days of Future Past-Nolan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Days of Future Past-Nolan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» X-Men: Days of Future Past
» X-men - Days of The Future Past
» Day of Future Past [ PV Midorima ]
» in this bright future you can't forget your past. ▲ (08/02 - 14:50)
» [M] ▲ ALEXANDER SKARSGARD - The past screams louder than the future. The future is mute, but it’s not deaf.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: