AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Ven 9 Mai - 22:05

Finalement, je n'ai pas grand chose à ajouter, alors on peut le clore direct^^
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Ven 9 Mai - 20:05

« Euh non, depuis quelques semaines à peine. J'ai quitté l'Angleterre pour venir ici. »

Ah oui, donc il est encore plus nouveau que moi. Je suis là depuis quelques mois quand même, le temps passe vite ! Ça explique que je ne l’ai jamais croisé. Et il vient d’Angleterre, d’où l’accent. J’ai toujours trouvé l’accent anglais snob… Enfin c’est pas un reproche, juste une constatation.

« Ma confrérie ? Ben...Je ne sais pas trop à vrai dire, je n'ai pas vraiment fait de rencontre avec les membres déjà présent mais bon, c'est bien connu qu'elle soit plus calme que la tienne. Au final, j'en pense pas grand-chose mais je ne regrette pas d'y être, c'est celle qui me correspond. »

C’est sûr que les Khi sont moins perturbateurs que les Sigma Mu ! Mais en quelques semaines, c’est plutôt dur de se faire un avis sur les différentes confréries, surtout vu toutes les subtilités et les exceptions dans chacune.

« Bon bah… C’est le moment de se quitter il me semble non ? Je vais descendre par les escaliers. » Dis-je en voyant le monte-charge arriver.

« On dirait bien... »

« En tous cas je suis ravie d’avoir fait ta connaissance et… bah, on se recroisera peut être un de ces jours ! »

« Oui je l'espère. Enfin, ce que je veux dire c'est que, ça serait bien en tout cas. »

Répond-t-il en souriant. Je ne m’attendais pas à cette réponse ! Je pensais… Je ne sais pas ce que je pensais mais pas à ça. Pour moi il était très content de se débarrasser de moi pour enfin être tranquille et pour ne plus avoir affaire à moi. En tous cas, je ne peux pas ne pas lui retourner son sourire.

« Ouais, ça serait cool ! » Après une bref pause, je continue « A une prochaine fois alors ! »

Je lui fais un signe de la main en guise d’au revoir puis attends de voir entièrement disparaître le monte-charge pour m’engager dans les escaliers. Je descends les marches deux par deux puis retourne jusque dans ma chambre.

Quelle rencontre ! Je ne sais vraiment pas quoi en penser… Ça s’est mieux terminé que ce que je pensais parce que c’était très mal parti ! Je n’arrive pas à cerner ce mec… Il m’intrigue autant qu’il m’inspire de la sympathie. Aussi étonnant que ça puisse paraître, je n’ai pas particulièrement envie d’être méchante avec lui, c’est même presque le contraire. Mais ce n’est pas de la pitié. Selon moi, on ne devrait pas avoir pitié des gens invalides. C’est arrivé, c’est arrivé. Maintenant on ne peut plus revenir en arrière et au contraire il faut les aider à vivre normalement avec et c’est pas la pitié qui va aider. Enfin j’aurais appris qu’il ne faut pas non plus vouloir à tout prix essayer de changer les gens du tout au tout, ni les juger trop vite. Et aussi que je ne sais vraiment pas m’y prendre avec les autres mais ça je le savais déjà. Je suis pitoyable pour tout ce qui est mettre à l’aise ou consoler ou tous ce genre de trucs à part avec mes amis vraiment proches. Ah et aussi que je dois réfléchir avant de parler et arrêter de laisser le contrôle à mes émotions.

Bref, mon cerveau est un peu en ébullition en cette fin de journée. Il s’est passé tellement de trucs ! Je me laisse tomber sur mon lit sans même prendre le temps d’enlever mes chaussures et ma veste. Je ferme les yeux et ne tarde pas à plonger dans le monde des rêves… et des cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Ven 9 Mai - 0:21

« Bah ouais écoutes. Je suis pas là depuis très très longtemps mais c’est plutôt cool ici. Après, il y en a toujours beaucoup que je ne peux pas saquer mais, au moins, chez les SM, j’ai pas besoin de faire semblant de bien m’entendre avec tout le monde. Non, j’aime bien ma confrérie, elle me correspond parfaitement. Et toi ? T’es là depuis longtemps ? Et ta confrérie, t’en pense quoi ? »

Ce n'était pas étonnant, je suppose que chez les SM on pouvait tout se permettre, et surtout, ne pas avoir peur d'être soit même. Je m'en étais bien rendu compte avec Ty.

- Euh non, depuis quelques semaines à peine. J'ai quitté l'Angleterre pour venir ici. Ma confrérie ? Ben...Je ne sais pas trop à vrai dire, je n'ai pas vraiment fait de rencontre avec les membres déjà présent mais bon, c'est bien connu qu'elle soit plus calme que la tienne. Au final, j'en pense pas grand chose mais je ne regrette pas d'y être, c'est celle qui me correspond.

Quand le monte charge arriva, je lui jetais un sale regard et déglutis. J'étais un claustrophobe invétéré, mais je n'avais pas d'autres moyens d'accéder au toit alors je devais prendre sur moi. Je me contenter d'y entrer, de fermer les yeux, de me crisper sur mon fauteuil et prier tout les dieux du monde qu'il ne tombe pas en panne.


« Bon bah… C’est le moment de se quitter il me semble non ? Je vais descendre par les escaliers. »

Raah la chance ! Un de ces quatre je ne supporterais plus ce machin. Mais je me voyais mal monté les escaliers comme ça ! Et j'aimais tellement prendre un peu de distance en allant sur le toit...

- On dirait bien...


« En tous cas je suis ravie d’avoir fait ta connaissance et… bah, on se recroisera peut être un de ces jours ! »

Je souris légèrement en regardant la jeune fille :

- Oui je l'espère. Enfin, ce que je veux dire c'est que, ça serait bien en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Jeu 8 Mai - 22:29

Il a l’air un peu embarrassé… Il penche la tête sur le côté puis dit, d’une petite voix, comme s’il ne voulait pas que je l’entende :

« Ce qui...n'est pas totalement faux à mon sujet. »

Oups, j’ai peut-être encore fait une bourde ! Parce que en soit, les intellos me dérangent pas plus que ça… Mais maintenant il va penser le contraire. C’est pas possible ! J’enchaîne les boulettes ! Je suis en train de chercher quelque chose à dire pour me rattraper quand il continue :

« Mais bon, si ça peut te donner une vision plus positive de ma confrérie tant mieux. »

Bon ça va, je ne crois pas qu’il l’a pris trop mal. Je souris pour essayer de le mettre à l’aise (je suis d’ailleurs pitoyable dans ce domaine !). Malgré toutes mes bourdes, je suis quand même contente qu’on se soit ʺréconciliésʺ.

« Tu sais, je suis contente qu’on puisse se parler comme ça, sans malentendu ! Je ne m’étais pas trompée sur ton compte, tu es bien un mec génial ! »

Il faut que je calme mon enthousiasme parce que là, il a l’air plus embarrassé qu’autre chose. Il passe une main derrière sa nuque et baisse les yeux.

« Bah...Je suis content aussi. »

Il a l’air en effet… Je ne sais pas trop quoi dire parce que j’ai l’impression qu’à chaque fois que j’ouvre la bouche je dis des conneries. Je fixe mes pieds, sans bouger, laissant mes pensées divaguer. Kurt ne bouge pas non plus. Ce silence qui s’installe commence à me mettre mal à l’aise. Je cherche quelque chose d’intelligent à dire mais mon cerveau marche au ralenti. Au bout d’un moment, il appuie sur le bouton pour appeler le monte-charge qui mène là. C’est marrant, je ne l’avais jamais remarqué… C’est lui qui finit par briser le silence.

« Alors...Tu te plaît dans ta confrérie ? Ça fait longtemps que t'es à Wynwood ? »

Je relève les yeux. Il n’a pas l’air beaucoup plus fort que moi pour lancer des conversations ! Mais au moins il trouve des trucs à dire, lui.

« Bah ouais écoutes. Je suis pas là depuis très très longtemps mais c’est plutôt cool ici. Après, il y en a toujours beaucoup que je ne peux pas saquer mais, au moins, chez les SM, j’ai pas besoin de faire semblant de bien m’entendre avec tout le monde. Non, j’aime bien ma confrérie, elle me correspond parfaitement. Et toi ? T’es là depuis longtemps ? Et ta confrérie, t’en pense quoi ? »

Le monte-charge arrive. Oula ! C’est pas bien grand, on rentrera jamais tous les deux, surtout avec le fauteuil.

« Bon bah… C’est le moment de se quitter il me semble non ? Je vais descendre par les escaliers. »

J’esquisse un demi-sourire.

« En tous cas je suis ravie d’avoir fait ta connaissance et… bah, on se recroisera peut être un de ces jours ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Jeu 8 Mai - 0:17

« Oh, bah… merci ! »

Hum. Elle pouvait prendre mes paroles de la manière qu'elle souhaitait, je considérais que j'avais dit ce que j'avais à dire et qui plus est, sans mentir. Donc, à partir de là, il n'y avait plus d'effort à faire, le plus dur était passé je pense. Je n'aurais peut-être pas dû lui dire que je m'étais inquiété de sa confrérie, j'avais l'impression d'avoir fait une erreur, d'avoir dit un truc à mon sujet que j'aurais aimé qu'elle ne sache pas. Oui, je ne voulais pas que les gens sachent ce qui m'inquiétait ou non, ou tout autre état émotionnels que je jugeais comme faible et honteux.

« En fait, toi non plus tu n’es pas vraiment comme les Khi que je connais. J’avoue ne pas en connaître énormément, mais pour moi, vous étiez tous des coincés du cul qui passent leur temps plongés dans les livres et qui servent de souffre-douleurs aux PS, aux EI et aux SM. Mais là… tu m’as prouvé le contraire. Après tu es peut être le seul comme ça, plus… comment dire… farouche ? mais tu me réconcilierais presque avec les KO ! »

Je penchais légèrement la tête sur côté, dans un geste d'embarras avant de dire d'une petite voix comme si je ne voulais pas au final qu'elle l'entende mais ne pouvait pas m'empêcher d'en parler quand même :

- Ce qui...n'est pas totalement faux à mon sujet.

Parce que je pouvais passer des livres enfermé dans un livre déjà et je servais de souffre douleur à tout le lycée donc comme ça, c'était clair et net et d'ailleurs, elle aurait dû s'en apercevoir tout de même. Non seulement j'étais Khi, donc petit intello que personne n'aimait, mais en plus j'étais infirme. Il ne me manquait plus qu'à être de couleur noire, de religion juive et d'orientation gay pour dresser le tableau du mec à assassiner en priorité (ou à enfermer dans une cage et servir de bête de foire).

- Mais bon, si ça peut te donner une vision plus positive de ma confrérie tant mieux.

Comment cela se pouvait d'ailleurs ? Avec notre rencontre partit en fiasco...


« Tu sais, je suis contente qu’on puisse se parler comme ça, sans malentendu ! Je ne m’étais pas trompée sur ton compte, tu es bien un mec génial ! »

Je redressais mon regard vers la jeune fille et me passa la main derrière la nuque par embarras. J'aimais pas le surplus de sincérité de ce genre, ça me mettait affreusement mal à l'aise, et pourtant, dans le fond, ça ne me déplaisait pas, loin de là.

- Bah...Je suis content aussi.

Finis-je par répondre en détournant légèrement le regard. Devant notre silence et notre immobilité suite à cela, j'enclenchais le bouton pour faire venir le monte-charge parce que si quelqu'un nous trouvait ici, on était mal barré tout les deux. Patientant, je demanda complètement au pif, n'ayant pas l'art de la conversation en poche :

- Alors...Tu te plaît dans ta confrérie ? Ca fait longtemps que t'es à Wynwood ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mer 7 Mai - 23:28

« Evidemment que t'es pardonnée. »

Je suis quand même rassurée de l’entendre dire ! Je m’en doutais mais ça m’enlève un poids, savoir que la tension est retombée entre nous.

« Au fond, je ne sais même pas pourquoi je me suis inquiété que tu sois une SM, »

Parce qu’il s’en est inquiété ? Oups… Pourtant je ne suis pas la pire des SM, mais ça, il ne pouvait pas le savoir.

« Il y a peu j'ai rencontré un membre de ta confrérie vraiment sympa alors je sais très bien qu'il y a des exceptions partout. J'ai généralisé un peu trop vite sans même penser à ça mais maintenant on peut dire que tu confirmes cette règle. »

Je pense que je dois prendre ça comme un compliment ?

« Oh, bah… merci ! »

Il a de la chance d’être tombé sur deux SM a peu près sympas parce qu’il y a certains de mes confrères que je ne peux pas supporter ! Bon je ne peux pas supporter beaucoup de monde mais quand même ! Ma rencontre avec Ty me revient en mémoire. Lui, je l’ai détesté dans les premières minutes de notre rencontre, c’est compréhensible étant donné qu’il a failli me tuer je ne sais pas combien de fois ! Mais en fait, il est pas si terrible que ça, juste un peu gamin… Je me sors de mes pensées.

« En fait, toi non plus tu n’es pas vraiment comme les Khi que je connais. J’avoue ne pas en connaître énormément, mais pour moi, vous étiez tous des coincés du cul qui passent leur temps plongés dans les livres et qui servent de souffre-douleurs aux PS, aux EI et aux SM. Mais là… tu m’as prouvé le contraire. Après tu es peut être le seul comme ça, plus… comment dire… farouche ? mais tu me réconcilierais presque avec les KO ! »

Un peu plus et je vais me mettre à sourire moi ! Je suis tellement contente qu’on puisse parler sans que ça parte en cacahuètes que je pourrais faire une danse de la joie là, tout de suite, maintenant. Mais je ne le fais pas, je ne suis pas folle à ce point ! Je me contente de lui dire :

« Tu sais, je suis contente qu’on puisse se parler comme ça, sans malentendu ! Je ne m’étais pas trompée sur ton compte, tu es bien un mec génial ! »

Que de compliments venant de moi ! Je m’étonne beaucoup de temps en temps !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mer 7 Mai - 15:07

Je restais immobile alors que la jeune fille se décida finalement à revenir vers moi avant de s'appuyer contre la porte interdite.

« A ce moment, sache que tu es pardonné ! Moi aussi je tiens à m’excuser de pas avoir été très très délicate et de t’avoir brusqué après ce qui s’était passé. Je… je suis désolée d’avoir voulu tout savoir sur toi, et de t’avoir engueulé pour rien et… Enfin bref, désolée pour tout. J’ai pas non plus le caractère le plus facile, je pense que tu t’en es rendu compte, et j’espère que tu me pardonne pour mon approche assez… déstabilisante sûrement. Je suis pas une grande professionnelle pour mettre les gens à l’aise et j’ai la fâcheuse habitude de dire tout ce qu’il me passe par la tête sans réfléchir alors… Les ennemis c'est pas ce qu'il me manque non plus, je ne tiens pas particulièrement à t'ajouter à la longue liste que j'ai déjà. Bref, voilà, désolée. »

Je restais un moment silencieux, méditant attentivement sur ses paroles. Je ne cherchais nullement une faille pour la contredire, ni un prétexte pour lui en vouloir ni encore savoir si ce qu'elle disait était sincère. Je l'entendais et voyais bien que c'était de toute évidence le cas. Non, je réfléchissais simplement et justement à toute cette franchise. Je baissais un temps mon regard pensif avant de le relever vers elle et lui dire :

- Evidemment que t'es pardonné.

J'haussais les épaules, l'air de dire "de toute manière, ce n'est pas si grave maintenant qu'on se comprend". Par la suite, j'ajoutais :

- Au fond, je ne sais même pas pourquoi je me suis inquiété que tu sois une SM, il y a peu j'ai rencontré un membre de ta confrérie vraiment sympa alors je sais très bien qu'il y a des exceptions partout. J'ai généralisé un peu trop vite sans même penser à ça mais maintenant on peut dire que tu confirmes cette règle.

Tout comme il ne devait pas y avoir que des Khi bien sages et bien dociles. Moi j'étais bien sage et intellectuel, en revanche, comme vous aviez pu le constater, je n'étais pas franchement docile, même plutôt farouche, comme un animal sauvage qu'on avait besoin d'approcher avec précaution au risque d'être mordu. Ty avait même été surpris de savoir que je pouvais me montrer plus rebelle que j'en avais l'air, vulgaire et sarcastique. Mais encore une fois, c'était principalement pour me défendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mar 6 Mai - 23:33

Il affiche une tête soulagée. Je crois que ça l’arrange aussi qu’on passe l’éponge sur notre rencontre… relativement foireuse !

« Oui bien sûr. Mais je m'excuse surtout du ton que j'ai employé alors que tu m'as sauvé la vie. C'est stupide de ma part. Je m'emporte facilement, surtout quand je suis sur les nerfs. Mais je ne me vois pas me faire une ennemie supplémentaire, je me sentais mal d'avoir réagi de la sorte avec toi. »

Je reviens vers lui et m’appuie contre la porte qui mène au toit.

« A ce moment, sache que tu es pardonné ! Moi aussi je tiens à m’excuser de pas avoir été très très délicate et de t’avoir brusqué après ce qui s’était passé. Je… » Je fixe mes pieds « je suis désolée d’avoir voulu tout savoir sur toi, et de t’avoir engueulé pour rien et… Enfin bref, désolée pour tout. »

Je suis sur ma lancée et je ne m’arrête plus maintenant. J’ai besoin de parler à quelqu’un.

« J’ai pas non plus le caractère le plus facile, je pense que tu t’en es rendu compte, et j’espère que tu me pardonne pour mon approche assez… déstabilisante sûrement. Je suis pas une grande professionnelle pour mettre les gens à l’aise et j’ai la fâcheuse habitude de dire tout ce qu’il me passe par la tête sans réfléchir alors… Les ennemis c'est pas ce qu'il me manque non plus, je ne tiens pas particulièrement à t'ajouter à la longue liste que j'ai déjà. Bref, voilà, désolée. »

Qu’est-ce qui me prend de parler comme ça de moi !? Depuis quand je raconte ma vie au premier inconnu ? Bon, c’est pas non plus le premier inconnu mais quand même ! Il faut que je me méfie, un jour ça va me retomber dessus ! Quand je perds le contrôle et que mon masque tombe, c’est mauvais.

Je relève les yeux vers Kurt qui me fixe toujours. Je viens de lui donner toutes les cartes. Ça plus quand je me suis effondrée en larmes il y a deux secondes, s’il veut me faire du mal, il a largement de quoi ! Mais franchement, je ne pense pas qu’il le fera. On s’est accordés pour effacer la partie ratée de notre rencontre et je ne vois pas un Khi venir foutre sa merde chez les SM.

En plus il m’inspire confiance. C’est ce que je me disais tout à l’heure, il me rappelle moi-même, tout en étant fondamentalement différent. C’est difficile à expliquer…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mar 6 Mai - 21:51

« Oui ? »

Je déglutis. Je restais planté là. Je finis par m'excuser, ce qui semblait la surprendre. Elle s'était levé et prête à partir et j'étais persuadé qu'elle n'allait pas m'entendre. Mais elle s'était arrêtée. Elle s'était retournée, elle me regardait et me répondait.

« T’as pas de raison. Comme tu l’as si bien dit, on est tous les deux fautifs alors on est quitte. On oublie ça si tu veux bien ? »

Je l'observais, assez étonné. Elle voulait faire la paix ? Elle n'avait pas répliqué à mon petit ton agressif et j'en étais grandement soulagé. J'avais pas mal de difficulté à me contrôler. J'étais caractériel et lunatique, des fois je me demandais si mon accident de train ne m'avait pas paralysé une partie du cerveau ! Enfin bref, j'étais soulagé, profondément, et ça se voyait probablement sur mon visage. Je n'étais pas doué pour cacher mes émotions, la preuve j'avais pleuré tout à l'heure. La jeune fille afficha un petit sourire mais celui ci restait un peu malheureux, preuve qu'elle ne s'était pas encore complètement remise de notre...fracassante rencontre. Je lui répondis alors :

- Oui bien sûr. Mais je m'excuse surtout du ton que j'ai employé alors que tu m'as sauvé la vie. C'est stupide de ma part. Je m'emporte facilement, surtout quand je suis sur les nerfs. Mais je ne me vois pas me faire une ennemie supplémentaire, je me sentais mal d'avoir réagit de la sorte avec toi.

Il n'était pas dans mes habitudes de m'expliquer comme ça. Je n'étais pas aussi franc d'ordinaire mais là, ça valait vraiment le coup.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mar 6 Mai - 21:19

« C'est un peu de notre faute à tous les deux. »

Je trouve que c’est une très bonne réponse. Dans cette affaire on est aussi fautifs l’un que l’autre. Je crois que nos deux caractères bien trempés ont fait des étincelles ! Chacun de notre côté on essaye de se protéger en restant distant (c’est un des seuls trucs dont je suis quasi sûre sur lui !) alors du coup… Qui se ressemble s’assemble, oui mais pas dans tous les cas !

« ‘Fin la prochaine fois, te laisse pas faire comme ça. Même si moi je serais là pour te remonter du toit autant de fois que tu en auras besoin. »

« Tu n'étais pas là quand c'est arrivé, j'aurais aimé t'y voir. »

Oula ! Encore ce ton agressif. Je ne vais pas m’attarder. Maintenant que je me suis excusée…

« Pardon, oublie ça, je vais te laisser tranquille… »

Je me relève et m’apprête à me diriger vers les escaliers quand je suis coupée dans mon élan.

« Nan attends... »

Je me retourne encore une fois vers lui, surprise qu’il m’empêche de partir. Il devrait vouloir se débarrasser de moi au plus vite non ? En fait, il a l’air presque aussi surpris que moi. J’articule :

« Oui ? »

Il doit avoir encore quelque chose à me dire. Sinon pourquoi m’avoir retenue ? Je m’attends à recevoir encore un reproche ou je ne sais quoi dans la tronche, quand, après un moment de silence, il répond :

« Je m'excuse aussi. »

Pardon ? Il s’excuse aussi ? Alors là je n’y comprends plus rien… C’est moi qui n’ai pas été cool dans l’histoire ! Lui… bah, il était encore sous le choc alors c’est normal qu’il n’ait pas été des plus chaleureux ! En fait ce gars est adorable… Il n’a aucune raison de me pardonner et pourtant il s’excuse. Pourquoi ?

« T’as pas de raison. Comme tu l’as si bien dit, on est tous les deux fautifs alors on est quitte. On oublie ça si tu veux bien ? »

J’essaye d’esquisser un faible sourire qui sort un peu triste mais c’est déjà ça. Je suis plutôt contente que ça finisse comme ça. C’est pas le meilleur scénario possible mais c’est pas le pire non plus !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Mar 6 Mai - 1:00

La jeune fille redressa la tête vers moi avant de me répondre :

« Non… Non, pas du tout ! Te rejettes pas la faute dessus ! C’est pas parce que je… je pleure que tu dois tout prendre. Non, c’est de ma faute, j’aurais pas dû me mêler de tes affaire et encore moins t’engueuler, je suis pas ta mère. Enfin, je tiens à te demander pardon. Mais dans aucun cas je ne veux que tu dises que c’est toi le fautif ! »

Malheureusement, elle avait un peu raison. En dépit du bon sens, en dépit du fait que je n'avais pas vraiment envie qu'elle rejette la faute sur elle, nous ne pouvions nous battre contre la vérité. J'hochais légèrement la tête, me sentant de plus en plus stupide.

- C'est un peu de notre faute à tout les deux.

Finis-je par dire d'une petite voix. Mais je m'en étais convaincu. Pourquoi toujours pensé qu'il n'y avait qu'un seul coupable ? J'avais bien compris que nous avions tout deux des caractères plutôt difficile, forcément, ça n'aurait pas pu fonctionner. Et ça n'avait rien à voir avec la dureté de la fille. Carry aussi était une fille froide et pourtant je m'étais bien entendu avec elle. Elena baissa les yeux et moi je gardais cette fois ci le silence mais détournait les yeux de son visage humidifié par les larmes comme si j'avais honte d'avoir provoquer ça. Au bout d'un moment, elle se mit à déplier ses jambes, j'observais souvent ce genre de geste chez les autres...Puis elle me regarda et me dit :

« ‘Fin la prochaine fois, te laisse pas faire comme ça. Même si moi je serais là pour te remonter du toit autant de fois que tu en auras besoin. »

- Tu n'étais pas là quand c'est arrivé, j'aurais aimé t'y voir.

Doucement Kurt, douuuuucement ! Ce n'était pas le moment de recommencer mais rien que de repenser à la scène du toit, ça me tordait l'estomac. Je ne me laissais jamais faire quand on venait m'importuner, jamais ! Mais trois gaillards sur leur béquille contre moi qui plus est paralysé par le vertige, que voulez-vous que je fasse ? La peur me paralysait, j'aurais peut-être pu mieux me défendre dans d'autres circonstance. Je repensais notamment à la fois où c'était Carry qui m'avait aidé alors que j'étais pris par deux caïds qui roulaient les mécaniques. J'avais eu beau lutter, j'avais finit par terre comme un ver de terre.


« Pardon, oublie ça, je vais te laisser tranquille… »

Ajouta t-elle dans un murmure qui me sortit à nouveau de mes esprits.

- Nan attends...

Répliquais-je aussitôt. Pourquoi j'avais dit ça moi ? C'était sortit tout seul. C'était comme avec Aurore, je ne voulais subitement plus qu'elle parte. Pourquoi ? Je crois que j'avais encore peur. De quoi ? Alors là, aucune idée, de moi même peut-être. Quoi qu'il en soit, ma propre demande me coupa le sifflet étant donné qu'au fond, je ne savais pas pourquoi je l'avais formulé.

- Je m'excuse aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Lun 5 Mai - 23:57

J’entends les roues de son fauteuil se rapprocher de moi. Mais pourquoi tu restes ? Je sens sa présence juste à côté de moi mais je laisse mon visage enfoui dans mes mains, essayant de calmer mes sanglots, en vain. Il se passe un petit moment avant qu’il me dise :

« Tu ne dois pas, c'est moi le fautif... »

Je relève lentement les yeux vers lui et reprends ma respiration en hoquetant. Je me trouve moi-même extrêmement pitoyable. Je ne sais même pas vraiment pourquoi je pleure ! Je ralenti ma respiration, ferme les yeux quelques secondes puis reprends le contrôle.

« Non… Non, pas du tout ! Te rejettes pas la faute dessus ! C’est pas parce que je… je pleure que tu dois tout prendre. Non, c’est de ma faute, j’aurais pas dû me mêler de tes affaire et encore moins t’engueuler, je suis pas ta mère. Enfin, je tiens à te demander pardon. Mais dans aucun cas je ne veux que tu dises que c’est toi le fautif ! »

Je baisse les yeux et d’un regard vide, fixe le sol. Je dois être assez peu crédible, comme ça, recroquevillée contre cette porte, les joues trempées de larmes. J’espère que cette fois il comprendra que je suis sincère, qu’il ne croira pas que je joue la comédie, que c’est une énième technique pour me foutre de lui ou n’importe quoi. Sinon, tant pis…

Je n’ai même pas la force de me relever alors je reste là, sous les yeux du jeune homme, honteuse comme tout. S’il y a bien quelque chose que je déteste, c’est craquer en public ! Je viens d’offrir à ce gars une opportunité en or de pourrir ma vie s’il le souhaite. Je ne sais même pas pourquoi il reste ! Il n’a aucune raison ! Je ne pense pas qu’il veuille se retourner contre moi, en guise de vengeance, il a l’air sympa, pas du style à faire ça. Quoi que, je l’ai catalogué un peu vite tout à l’heure alors si je me contente de me fixer à ce que je pense deviner… Je me trompe peut être, même si j’aimerais ne pas me tromper. J’ai l’impression que les rôles s’inversent. C’est pas censé être moi la fille forte et lui le gars que j’ai sauvé ?

Je déplie mes jambes et sèche mes larmes d’une main maladroite. Puis tourne à nouveau mon visage vers le sien.

« ‘Fin la prochaine fois, te laisse pas faire comme ça. Même si moi je serais là pour te remonter du toit autant de fois que tu en auras besoin. »

C’est vrai, je suis prête à l’aider autant qu’il le veut, s’il le veut mais je peux pas non plus le suivre 24/24, ça serait aussi chiant pour moi que pour lui. Oh et puis pourquoi j’ai toujours besoin de le protéger ? C’est un grand garçon, il peut se débrouiller tout seul ! Il me l’a bien fait comprendre ! Je tente de rattraper ma millième bourde et murmurant :

« Pardon, oublie ça, je vais te laisser tranquille… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Lun 5 Mai - 23:13

Face à la porte du monte charge, mes épaules étaient parcouru de secousses, pourtant, je n'avais éclaté en sanglots, il n'y avait que quelques larmes qui coulaient le long de mes joues et dans un silence parfait si je retirais ma respiration plus forte et mon sanglot de gorge de tout à l'heure. La main que j'avais mis sur ma figure s'abaissa légèrement jusqu'à ne cacher plus que ma bouche alors que j'essayais de rester silencieux, de peur que quelqu'un m'entends, me découvre et peut-être parce que j'osais tout simplement pas éclater en sanglot, je voulais éviter cela. Je pensais être seul, jamais je n'aurais songé une seule seconde que la jeune fille quitterait les lieux aussi vite. En effet, alors que je me lamentais en silence sur mon sort, un bruit métallique m'arracha un sursaut, comme un coup de fouet qui disait "Tu n'es pas seul, on t'as vu !" J'eus alors en plus de cela, une sensation d'angoisse, je savais de qui était ce bruit.

Ma tête pivota sur mes épaules et je jetais un regard en arrière pour voir effectivement la SM qui venait de passer à son tour la porte. Je restais figé, elle l'était tout autant que moi, l'un comme l'autre, il semblerait qu'on ai pas souhaité se voir en ce moment même. Je reniflais le plus discrètement possible, avec un peu de chance, elle ne voyait pas bien mon visage de là où elle était. Mais pourquoi me fixait-elle alors ainsi ?

« Je… je vais partir, je… je… j’suis désolée… »

Et tout à coup, elle fondit en larme en se laissant glisser contre la porte de métal, se recroquevillant au sol sous ma surprise. Pourquoi pleurait-elle ? Moi qui pensait pouvoir facilement devenir les pensées des autres, un mur de béton entourait la tête d'Elena. Je pivota mon fauteuil en sa direction, poussé par la curiosité et sans doute un sentiment de reproche, je m'avançais lentement vers elle qui sanglotait. Que faire ? Pourquoi ? J'étais perdu. Arrivant près d'elle en cherchant quelque chose à dire, je trouvais cela disgracieux de lui poser la question. Je passais ma main sur mes joues l'une après l'autre pour sécher mes larmes puis jetais un regard autour de moi comme si la solution allait m'apparaître comme par miracle. J'étais si peu doué pour les relations que j'étais planté à sans savoir quoi faire. Je pouvais être un surdoué dans n'importe quelle matière à l'école, mais pas dans la sociabilité. Je voulu la toucher, je m'y renonça au dernier moment. Je posais ma main devant la bouche, cherchant par moi même la raison de sa réaction. Puis je me souvins qu'elle s'était excusée. De quoi ? De notre querelle de tout à l'heure ? Mais....

- Tu ne dois pas, c'est moi le fautif...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Lun 5 Mai - 22:52

Je me redresse et sors mon portable pour envoyer à Kyle un ʺPourrais pas venir ce soir, j’ai pas trop la forme. Gros bisous ! <3 ʺ. J’ai pas vraiment le cœur à le voir là…

Je descends de mon perchoir et traine des pieds jusqu’à la porte. Kurt est parti, ça ne m’étonne pas. J’aurais dû m’excuser au moins. Et voilà, encore des regrets ! J’aimerais tellement revenir en arrière pour recommencer cette rencontre ! Pourtant ça n’avait pas si mal commencé quand on y pense mais ça a mal tourné. Tant pis… Je n’allais pas le harceler et lui courir après si il ne voulait pas me parler.

Je me rends compte que je suis figée, la main sur la poignée de la porte depuis quelques secondes. Mon cœur se sert. Je m’en veux à mort ! Et en même temps, je n’ai pas compris pourquoi il réagissait comme ça. Enfin j’ai cru comprendre mais j’ai dû me tromper. Je devrais arrêter de penser que je peux tout connaître des gens comme ça, en cinq secondes. Je prends une grande inspiration, les larmes au bord des yeux et ouvre la porte.

Mais là, quelle n’est pas ma surprise quand je tombe nez à nez avec… Kurt. Je laisse la porte se refermer en claquant derrière moi. Je reste bloquée, glacée sur place, le dos plaqué contre le métal froid. Je voudrais disparaître sous terre, devenir invisible. Mais maintenant c’est trop tard, il n’a pas pu ne pas m’entendre. Mais pourquoi il est toujours là ? Je ne pensais pas avoir particulièrement speedé ! Je suis en train de me liquéfier sur place. Je n’arrive pas à détacher mes yeux de lui ou à partir, comme dans les rêves, quand un truc te terrifie mais que tu n’arrives plus à courir. Je vois quelque chose scintiller sur sa joue : une larme. Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Je suis vraiment un monstre !

« Je… je vais partir, je… je… j’suis désolée… »

J’éclate littéralement en sanglots. Toutes ces larmes que je gardais depuis un moment, elles se mettent toute à couler sur mes joues, brouillant ma vision, sans que je puisse les arrêter. Mes jambes se dérobent sous moi, je glisse le long de la porte et me retrouve assise, les genoux ramenés contre moi, la tête dans mes mains pour cacher mes larmes. Mon corps est parcouru de sanglots. Jamais je ne pleure devant les gens, je ne sais pas ce qu’il me prend, sûrement à bout de nerfs… J’aimerais encore plus me faire toute petite et disparaître. Il devrait partir, me laisser là, c’est le minimum que je mérite après l’avoir fait chier comme ça. Il devrait me laisser seule, au moins on serait quittes. Pars, pars, je le mérite, ça sera mieux pour nous deux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 23:21

« Si tu veux… Oui, c’est toi que ça regarde. Mais ça me brise le cœur d’entendre ça… Je me suis peut être trompée sur ton compte, j’aurais peut-être pas du vouloir changer qui tu es. Après tout chacun est comme il est, c’est comme ça… J'ai envie de crier et de pleurer et... »

J'étais à la porte, et je l'avais ouverte mais quand la fille se mit à parler, je m'étais arrêter pour la regarder. J'avais la grande impression que ses paroles n'étaient pas censé m'atteindre mais je restais tout de même un moment à essayer de les interpréter. Finalement, je laissais tomber. Au point ou j'en étais avec elle, il y avait plus vraiment de retour en arrière possible. Mon caractère était tellement compliqué, je n'arrivais pas à faire la part des choses. Pourtant je m'étais très bien entendu avec Aurore, pourquoi ça n'avait pas marché avec elle ? Je la craignais tant que ça ? Non, je ne pense pas que ce soit ça mais alors quoi ?

Je repris mon chemin et passa la porte. Je me retrouvais alors dans le petit couloir avec d'un côté un escalier et de l'autre, le monte charge normalement pas autorisé aux élèves. Tout comme les escaliers en fait puisque le toit n'était pas autorisé. La mine morose, je m'avançais lentement vers les lourdes portes de fer. Je m'arrêtais devant alors qu'une douleur au coeur trahissait le sentiment lourd de désespoir qui s'empara soudainement de moi. Cette conversation avec la SM prouvait une fois de plus ma stupidité. Je fixais le sol sans vraiment le voir et lâcha un profond soupire. Mes mains tremblaient légèrement et se crispèrent sur mes roues avant que je ne me morde la lèvre inférieur. Je sentis les larmes me monter aux yeux, qu'est ce que j'étais faible et lamentable ! Un sanglot bref s'échappa de ma gorge, je plaqua une main sur mon visage comme si je ne voulais pas même que la porte métallique ne me voit mais les larmes qui s'écoulaient sur mes joues était malgré tout bien visible. Mes nerfs avaient lâché. Pourquoi ne m'avait-elle pas laisser tomber dans le vide...?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 23:03

Pendant que je me hisse sur la plateforme, Kurt réponds :

« Je fais encore ce que je veux de ma vie non ? Pourquoi ça t'intéresse tellement ? »

Je décide de ne pas répondre. Oui, il fait ce qu’il veut de sa vie, c’est bien ce que je disais. J’entends les roues de son fauteuil s’éloigner de moi. Alors il va vraiment partir comme ça ? C’est con, je pense qu’on aurait bien pu s’entendre lui et moi mais je m’y suis mal pris, maintenant c’est trop tard, tant pis… Tout le monde ne m’aime pas, c’est comme ça.

J’ouvre les yeux et fixe le ciel bleu au-dessus de moi. Rah ! Je suis déçue ! M’enfin, s’il veut partir, je ne vais pas le retenir plus longtemps, c’est son choix, je l’accepte…

« Ma vie est gâchée depuis longtemps et si j'ai envie de rester dans mon coin et de m'occuper de mes affaires c'est moi que ça regarde, tu devrais en prendre de la graine, ravi aussi de te connaître ! »

« Si tu veux… Oui, c’est toi que ça regarde. Mais ça me brise le cœur d’entendre ça… Je me suis peut être trompée sur ton compte, j’aurais peut-être pas du vouloir changer qui tu es. Après tout chacun est comme il est, c’est comme ça… J'ai envie de crier et de pleurer et... »

Je soupire. Attends ?! Merde ! Je viens de penser tout fort !

Je n’entends plus les roues contre le toit. Il y a deux solutions : soit il est parti, soit il s’est arrêté. Ça m’arrangerais un peu qu’il soit parti, j’aime pas que les gens sachent ce que je pense. Et en même temps…

Je ne comprends pas ce qui cloche chez moi ! Quand j’essaye d’être un minimum sympa, à chaque fois ça foire ! Je suis peut-être un peu trop agressive… Je devrais arrêter de crier sur tout le monde, ça aiderais peut être… Mais bon, c’est moi, je ne peux pas m’en empêcher. Trop directe ? Trop folle ? Trop dans ma carapace ? J’ai beau chercher, je ne trouve pas ce qui cloche. Je ne suis pas sans défauts, loin de là ! Mais pourquoi à chaque fois que je parle avec quelqu’un c’est ces défauts qui prennent le dessus ? Je ne suis pas ce qu’il y a de plus sociable, je suis nulle pour engager des conversations et pour mettre les gens à l’aise. Je crois que cet échec en est encore une preuve…

C’est bon, je vais passer une mauvaise soirée. En plus je m’en veux d’avoir fait chier ce pauvre Khi qui n’avait rien demandé. Surtout que ce n’était pas du tout mon but et qu’il l’a juste mal interprété parce que, comme d’habitude, j’ai tout fichu en l’air…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 22:30

« Oh c’est bon ! Tu vois, tu ne m’écoutes pas ! »

Même si je le voulais je n'aurais pas pu écouter ce qu'elle me disait tellement qu'elle m'avait tuer les oreilles. La jeune fille se mit à faire les cent pas devant moi, quitte à me donner le tournis, j'avais également l'impression d'être quelqu'un qui attendait un châtiment. Mais qu'est ce qu'elle me voulait franchement...Ne pouvait-elle pas agir comme les autres et m'ignorer ? Non mais parce que si j'aimais pas qu'on me malmène, j'adorais quand on faisait comme si je n'existais pas. Dans la foulée, je repensais à Aurore, je ne l'avais plus revu depuis notre première rencontre, je savais bien que mon bonheur n'était que temporaire, j'étais certain qu'elle m'oublierait tout de suite après. Je sortis de mes pensées quand l'autre furie se posta devant moi en croisant les bras.

« Bon je ne sais plus comment faire pour que tu me fasses confiance alors moi je vais rester là. Tu restes si tu veux, tu me parles si tu veux mais sinon, c’est pas de ma faute si tu continues à te renfermer sur toi-même et si tu ne veux pas me croire quand je te dis qu’il va peut-être falloir s’ouvrir aux autres de temps en temps. Gâche ta vie si tu veux, ravie d’avoir fait ta connaissance ! »

- Je fais encore ce que je veux de ma vie non ? Pourquoi ça t'intéresse tellement ?

Demandais-je aussitôt alors qu'elle allait se coucher sur la plate forme. Non mais c'est vrai quoi, si c'était pour m'engueuler, autant qu'elle me lâche la grappe tout de suite, ça m'épargnerais des oreilles. Sur ce, je fis pivoter mon fauteuil pour lui tourner le dos et fit rouler les roues vers la porte qui permettait de retourner à l'intérieur du bâtiment :

- Ma vie est gâchée depuis longtemps et si j'ai envie de rester dans mon coin et de m'occuper de mes affaires c'est moi que ça regarde, tu devrais en prendre de la graine, ravi aussi de te connaître !

Je pensais pas que j'allais me fritter avec ma sauveuse. Mais je ne pensais pas non plus qu'elle me ferait la morale. Pire que les adultes des fois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 22:14

J’essaye de me calmer, de reprendre le contrôle. Le pauvre Kurt reste figé. J’avoue que même moi je me fais peur de temps en temps… Il a dû se recevoir tout ça dans la tronche sans rien comprendre. Oulala, quand je m’emballe c’est jamais bon ! Je crois que je viens encore de réduire mes chances qu’il me réponde et qu’il arrête de penser que je lui veux du mal. Je pense même que maintenant il me prend pour une furie totalement possédée qui a été blessée dans son petit égo… Mauvais pour moi… Au bout d’un moment, il se débloque et porte une main à son oreille.

« Waouh...Mes oreilles... »

Je m’attendais à tout sauf à ça. Quoi que c’est compréhensible, quand je me mets à gueuler, ça fait mal. J’ai pas employé la bonne technique ! Le mec doit être en ʺdouble chocʺ pour avoir vu passer la mort tout près et pour s’être fait exploser les tympans par une folle, alias moi-même. Catastrophe intersidérale !

« Les yeux sont ouverts c'est sûr mais je peux plus en dire autant de mes ouïes. »

Il fait tout pour m’énerver ou quoi ! Je reprends, d’un ton plus calme :

« Oh c’est bon ! Tu vois, tu ne m’écoutes pas ! »

Je commence à faire des aller-retours devant lui comme un lion tournant dans sa cage. Je devrais lui dire que je vais le laisser tranquille, partir et ne plus jamais le recroiser mais je n’arrive pas à m’y résigner. Je ne sais pas trop pourquoi, normalement je devrais déjà être partie depuis une éternité mais là… Non, je veux rester, je veux comprendre pourquoi il est si distant, enfin bref, je ne veux pas partir !

Bon, il m’a dit qu’il était réservé, qu’il avait pas le moral et tout ça mais… Je ne veux pas qu’il gâche sa vie en pensant que le mauvais sort s’est abattu sur lui ! Sa devise, ʺTant qu'on ne vient pas m'enquiquiner, tout va parfaitement bienʺ et bah je ne suis pas d’accord ! Il faut qu’il s’impose un peu ! Et puis toute cette tristesse qui dégouline de lui, c’est pas bon ça ! Alors je vais pas le lâcher tant que j’aurais pas eu au moins un sourire, un vrai sourire !

Je ne sais pas pourquoi sa cause me tient tellement à cœur… Je veux lui faire comprendre qu’il faut qu’il profite de sa vie parce que la vie est courte et tout et tout mais d’abord je veux comprendre pourquoi il s’auto-persuade que je suis une connasse qui veut le persécuter !

Alors, j’ai testé la technique clown qui n’a pas marché, j’ai testé la technique cash, j’ai testé (un peu sans le vouloir) la technique ʺje t’engueuleʺ… Il me reste quoi ? Je suis un peu à court d’idée ! A chaque fois il pense que je me fous de lui ! Comment je peux le convaincre que c’est pas du tout le cas ? J’arrête mes aller-retours et me plante devant son fauteuil, les bras croisés.

« Bon je ne sais plus comment faire pour que tu me fasses confiance alors moi je vais rester là. Tu restes si tu veux, tu me parles si tu veux mais sinon, c’est pas de ma faute si tu continues à te renfermer sur toi-même et si tu ne veux pas me croire quand je te dis qu’il va peut-être falloir s’ouvrir aux autres de temps en temps. Gâche ta vie si tu veux, ravie d’avoir fait ta connaissance ! »

Je fais une petite courbette ironique et retourne à ma plateforme. Je m’allonge dessus et ferme les yeux pour ne plus voir Kurt. Si je lui fais croire que je m’en fous il va peut-être réagir ? Dans le cas contraire, j’essaye de me persuader que je n’en aurais rien à faire mais je sais pertinemment que je n’aurais rempli mon objectif…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 19:50

« J’avoue que ça m’ai déjà arrivé mais franchement, même pas tant que ça. Et puis jamais sans raison. Mais là c’est pas la question ! »

Moui. A la limite si elle avait une bonne raison. J'avouais que moi aussi si j'avais des raisons d'agir, je le ferais. Du moins tant que ça reste dans mes moyens. Au final, ce n'était pas vraiment ça qui me gênait. D'ailleurs rien ne me gênait vraiment en elle mais c'est juste que je n'avais pas le moral et ça me faisais agir de la sorte. Mais tout à coup, la jeune fille hurla :

« Mais moi je viens te parler ! J’te veux aucun mal mais toi tu me crois pas ! Ecoute-moi un peu ! Ouvre les yeux ! Je suis pas là pour te faire chier où je ne sais quoi ! C’est pas une question d’être réservé ! Tu ne veux pas m’écouter, tu ne comprends même pas ce que je te dis ! Arrête de te faire des interprétations bizarres ! J’ai pas d’idée derrière la tête ! Moi je dis ce que je pense sans aucun sous-entendu ! Mon but c’est pas de me foutre de toi ou je ne sais quoi ! J’aurais aussi très bien pu te laisser crever ! Me casser et faire genre je n’ai rien vu ! J’aurais aussi pu me barrer un bon nombre de fois après t’avoir remonté sur le toit mais je l’ai pas fait d’accord ! Alors pense pas que je me force à rester avec toi parce que tu me fais pitié, pense pas que ce que je cherche, c’est que tu te prosternes à mes pieds et que tu me remercies de t’avoir sauvé ! Ça je m’en fous totalement !!! Ce que je cherche c’est pas la gloire ni rien ! Si tu penses ça, tu te trompes totalement !!! Tu te trompes totalement sur mon compte alors ouvre les yeux putain ! Ouvre les yeux !!! »

J'étais figé. Au sens propre comme au figuré s'il y en avait un. Mais là, elle m'avait coupé le sifflet. J'avais les yeux rivé sur elle comme si j'avais un monstre à cinq tête devant moi. J'avais bugué, elle m'avait cassé, brisé, j'étais devenu subitement muet, terrassé, bref, à vous de choisir l'expression qui vous plaisait le mieux. Lorsque je pus enfin bouger, mon premier réflèxe fut d'approcher une main de mon oreille en lâchant :

- Waouh...Mes oreilles...

Je ne savais pas si vous aviez déjà entendu hurler une fille qui avait le ton aigu mais ça faisait pas du bien et elle m'avait littéralement liquéfier les tympans. En fait, je n'avais rien trouver de mieux à sortir que ce genre de remarque. Puis, je releva le regard vers elle en haussant les sourcils puis reposa ma main sur mon accoudoir avant de dire d'une voix qui semblait bien petite par rapport à la bourrasque de tout à l'heure :

- Les yeux sont ouvert c'est sûr mais je peux plus en dire autant de mes ouïes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Dim 4 Mai - 15:12

« Mais je n’ai jamais mangé personne, t’inquiètes pas pour ça ! Et puis ce coup-ci je suis de ton côté. A la rigueur ceux qui auraient pu craindre pour leur peau, c’est les trois peureux qui se sont enfuis. Eux, je leur en aurais bien collé une ! »

« De mon côté ? Dis-moi, tu as déjà martyrisé un Khi ? »

Je lève les yeux au ciel. Pourquoi il ne veut pas me croire ? Je ne m’y prends peut être pas très bien… En même temps c’est pas de ma faute ! J’ai pas l’habitude d’être sympa !

« J’avoue que ça m’ai déjà arrivé mais franchement, même pas tant que ça. Et puis jamais sans raison. Mais là c’est pas la question ! »

Un silence pesant commence à s’installer.

« Hey ! » (claque des doigts) « T’es pas très bavard toi ! Je suis gentille tu sais, t’as pas à avoir peur de moi ! Je pense te l’avoir prouvé non ? »

« Ecoute, je t'ai déjà dit merci alors qu'est-ce que tu attends de plus de moi ?! »

Ouah ! Que de violence ! C’est pas des remerciements que je veux moi, je fais rien pour la gloire ! J’aurais bien aimé lui répondre quelque chose mais le ton qu’il a employé était tellement… hostile que je reste sur le cul, glacée sur place, incapable de sortir un seul son. J’avoue que je ne m’y attendais pas trop et ça m’a foutu une grosse claque. Je le fixe, pleine d’incompréhension et d’un peu de tristesse que j’essaye de masquer tant bien que mal. Je crois bien que c’est pour moi le moment de partir… Je sais pas m’y prendre, j’ai foiré mon coup, c’est tout. Il doit penser que je me fous de lui ou je ne sais quoi, il veut rester seul, tant pis, j’ai compris le message, je m’en vais. J’essaye une dernière fois d’articuler quelque chose mais ça ne sort pas. Alors je saute de la plateforme où je suis assise et je me dirige vers la porte pour redescendre d’ici. Tant pis, j’irais retrouver Kyle qui, de toute façon, ne devrait pas tarder à arriver. Tiens, je vais l’attendre en bas des escaliers…

« Pardon... »

Je m’arrête et me retourne lentement pour faire face à ce Khi. L’incompréhension prend le dessus. J’ai juste envie de lui demander pourquoi il veut pas s’éclater et profiter de sa vie et me parler… Pourquoi il s’obstine à penser que je lui veux du mal alors qu’il se trompe complètement ! Je sors, d’une traite :

« Tu sais quoi ? Non tu ne sais pas mais je vais te le dire. T’as pas l’air très très heureux dans la vie toi. Le prends pas mal hein mais t’as l’air de jamais avoir envie de déconner et… je sais pas moi, juste de discuter ? Parce que sinon, si tu veux être seul dit le moi tout de suite, je partirais ! Mais si tu veux mon avis, je pense que tu devrais ouvrir un peu les yeux et voir le bon côté des choses parce que là, on dirait vraiment que tout le malheur du monde s’acharne sur toi et… Bah c’est pas cool. Moi j’aimerais bien voir à quoi ça ressemble quand tu souris. Je te dis pas ça pour te vexer mais… ça me rend triste les gens tristes. »

J’ai dit ça sans trop réfléchir, à moitié énervée, à moitié blessée. D’ailleurs je me rends compte maintenant que j’ai un peu gueulé. Aïe, encore mes émotions qui prennent le dessus ! Il va falloir que je reprenne le contrôle parce que ça me joue souvent des mauvais tours quand je ne réfléchis pas…

« Tu sais, avec tout ça là, je n'ai pas tellement le cœur à sourire. »

Mais ça je m’en doute ! Ce que tu ne comprends pas c’est que je connais ça et toi tu ne veux pas m’écouter ! Il baisse les yeux avant de les replonger dans les miens, qui commencent malgré moi à se remplir de perles salées. Je suis à bout, je sens que je ne vais pas tarder à craquer. Mais je me force encore une fois à prendre une grande inspiration et à chasser mes larmes.

« Ce n'est pas contre toi. Je sais que tu dois me trouver un peu distant. C'est que je suis plutôt du genre réservé. Les gens viennent pas me parler. Me demande pas pourquoi, j'en sais rien et je ne veux pas le savoir. Ma vie a toujours tourné ainsi avec pour règle : Tant qu'on ne vient pas m'enquiquiner, tout va parfaitement bien. »

Il soupire puis continue :

« Je n'ai pas le moral en ce moment, c'est tout...Et je crois bien que là, c'était la cerise sur le gâteau ! »

Je retrouve la parole et lâche, d’une voix un peu trop aigue parce que ça y est, mes émotions ont décidemment prit le dessus :

« Mais moi je viens te parler ! J’te veux aucun mal mais toi tu me crois pas ! Ecoute-moi un peu ! Ouvre les yeux ! Je suis pas là pour te faire chier où je ne sais quoi ! C’est pas une question d’être réservé ! Tu ne veux pas m’écouter, tu ne comprends même pas ce que je te dis ! Arrête de te faire des interprétations bizarres ! J’ai pas d’idée derrière la tête ! Moi je dis ce que je pense sans aucun sous-entendu ! Mon but c’est pas de me foutre de toi ou je ne sais quoi ! J’aurais aussi très bien pu te laisser crever ! Me casser et faire genre je n’ai rien vu ! J’aurais aussi pu me barrer un bon nombre de fois après t’avoir remonté sur le toit mais je l’ai pas fait d’accord ! Alors pense pas que je me force à rester avec toi parce que tu me fais pitié, pense pas que ce que je cherche, c’est que tu te prosternes à mes pieds et que tu me remercies de t’avoir sauvé ! Ça je m’en fous totalement !!! Ce que je cherche c’est pas la gloire ni rien ! Si tu penses ça, tu te trompes totalement !!! Tu te trompes totalement sur mon compte alors ouvre les yeux putain ! Ouvre les yeux !!! »

C’est bon, maintenant je crie à m’en exploser les cordes vocales. Mais pourquoi il s’obstine à penser que je lui veux du mal ? Pourquoi il ne veut pas comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Sam 3 Mai - 22:18

« Bien, bien… Moi j’ai 16 ans et je suis chez les SM ! »

Oh Sainte mère de D...Une SM bien évidemment ! Mon mixte de désespoir et de frustration se lisait sans encombre sur moi quand je refoula d'un geste nerveux mes cheveux en arrière tout en lâchant un soupire. En fait le destin se foutait complètement de la gueule, c'est ça hein ? Non mais autant que je le sache tout de suite puis que j'aille me jeter du haut du toit une fois fixé parce que là, mes espoir dans l'humanité s'atténuaient de plus en plus vite. Cette fille se moquait de moi. Elle pouvait essayer autant qu'elle voulait de cacher son hilarité, elle était trahit par son regard et les petits détails que j'arrivais à percer.

Je gardais un silence à plaire aux morts, pourtant, elle n'avait pas l'air méchante, elle m'avait sauvé la vie, mais j'avais assez vécu pour savoir que la règle d'or dans ce monde était de se méfier des apparences. Je fronçais les sourcils mais je n'étais pas du genre à piquer une crise. Moi je n'étais pas vraiment de ce sentiment, peut être juste irrité au pire des cas. Je ne me mettais jamais vraiment dans une colère noire sauf en cas de bonne raison. Oui, il y avait de ses sentiments forts qui avaient du mal à monter en moi, car je les jugeais inutiles.


« Mais je n’ai jamais mangé personne, t’inquiètes pas pour ça ! Et puis ce coup-ci je suis de ton côté. A la rigueur ceux qui auraient pu craindre pour leur peau, c’est les trois peureux qui se sont enfuis. Eux, je leur en aurais bien collé une ! »

- De mon côté ? Dis-moi, tu as déjà martyriser un Khi ?

La façon dont elle s'exposait était assez intrigante mais je m'attendais dès lors à une réponse positive à ma question. Je lui avais demandé ça au hasard, au final, je savais bien qu'elle se contentait de se moquer éperdument de ma misérable personne. C'était toujours mieux que d'être haït mais des fois, je me demandais vraiment ce que j'avais fait pour mériter une telle vie.


« Hey ! »

Fit-elle en claquant les doigts devant moi, me sortant de mes pensées funèbres.

« T’es pas très bavard toi ! Je suis gentille tu sais, t’as pas à avoir peur de moi ! Je pense te l’avoir prouvé non ? »

- Ecoute, je t'ai déjà dit merci alors qu'est ce que tu attends de plus de moi ?!

Eh oh Kurt on se calme là ! Maintenant que je savais de quelle confrérie elle était, je me retrouvais davantage sur la défensive, en plus d'être un peu paranoïaque en pensant qu'elle se fichait de moi sans cesse. Mais vous avouerez que c'était l'effet qu'elle faisait effectivement. Ce n'était pas parce qu'elle m'avait sauvé la vie qu'elle pouvait tout se permettre. Pas étonnant que les gens me haïssaient vu comment je leur répondais le peu de fois où j'ouvrais la bouche. J'espérais qu'elle n'allait pas prendre mal mes dernières paroles, j'étais un peu sur les nerfs à vrai dire. Au fond, je ne voulais pas paraître méchant envers elle. D'un autre côté, je n'avais pas vraiment l'habitude d'un tel contact avec autrui, la sociabilité n'était plus de mon ressort. Dans un espoir incertain, je préféra tout de même réparer légèrement mon erreur en lui disant d'un ton plongé dans trouble :

- Pardon...

Il y avait des jours où je ne parvenais pas à me comprendre moi même. Après un lap de temps en suspension, la jeune fille me dit :


« Tu sais quoi ? Non tu ne sais pas mais je vais te le dire. T’as pas l’air très très heureux dans la vie toi. Le prends pas mal hein mais t’as l’air de jamais avoir envie de déconner et… je sais pas moi, juste de discuter ? Parce que sinon, si tu veux être seul dit le moi tout de suite, je partirais ! Mais si tu veux mon avis, je pense que tu devrais ouvrir un peu les yeux et voir le bon côté des choses parce que là, on dirait vraiment que tout le malheur du monde s’acharne sur toi et… Bah c’est pas cool. Moi j’aimerais bien voir à quoi ça ressemble quand tu souris. Je te dis pas ça pour te vexer mais… ça me rend triste les gens tristes. »

J'ouvris la bouche pour lui répondre. Non attends Kurt, réfléchis avant de parler cette fois, tu as fait assez de boulettes comme ça ! Déconner ? Si ça pouvait m'arriver mais c'était rare. La dernière fois que je l'avais fait, c'était avec Ty. Hey, c'était que j'étais un mec studieux moi. Pas fêtard.

- Tu sais, avec tout ça là, je n'ai pas tellement le coeur à sourire.

J'avais baissé le regard en disant cela mais quand je remis mes prunelles dans les siennes, j'ajoutais :

- Ce n'est pas contre toi. Je sais que tu dois me trouver un peu distant. C'est que je suis plutôt du genre réservé. Les gens viennent pas me parler. Me demande pas pourquoi, j'en sais rien et je ne veux pas le savoir. Ma vie a toujours tourné ainsi avec pour règle : Tant qu'on ne vient pas m'enquiquiner, tout va parfaitement bien.

Je lâcha un soupire.

- Je n'ai pas le moral en ce moment, c'est tout...Et que je crois bien que là, c'était la cerise sur le gâteau !

Lâchais-je en repensant à ma potentielle chute dans le vie qui m'arracha un frisson chaque fois que j'y pensais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Sam 3 Mai - 21:01

Je me retiens d’exploser de rire devant la tête qu’il fait ! Un sourcil froncé, l’autre haussé, accompagnés d’une moue soupçonneuse. Je suis obligée de mordre ma lèvre pour ne pas éclater de rire et le vexer ! Il a pas l’air d’avoir un grand sens du second degré ! J’ai l’impression qu’il prend tout au sérieux, il va falloir qu’il se détende un peu ! Il me dévisage quelques instants. Il doit se dire que je suis vraiment folle, et aussi que je suis très curieuse. Bon j’avoue que je suis un peu des deux… Son air soupçonneux toujours plaqué sur son visage, Kurt me répond :

« Euh...J'ai 17 ans et je suis un Khi. »

Oh ! Un petit Khi ! Enfin un grand Khi vu qu’il est plus vieux que moi… A la base j’aime bien martyriser les KO, c’est mon côté sadique de SM ! Mais bon, je ne vais pas passer du côté obscur de la force, je pense que ça l’achèverait ! Je me contente de me présenter à mon tour, c’est la moindre des choses.

« Bien, bien… Moi j’ai 16 ans et je suis chez les SM ! »

Je manque encore une fois d’exploser de rire devant la tête dépitée qu’il fait quand je lui annonce que je suis chez les Sigma Mu ! On dirait qu’il regrette presque que je l’ai sauvé ! Je sais qu’on a pas bonne réputation mais à ce point… Je crois qu’on fait plus peur qu’autre chose, grâce à notre gentillesse légendaire ! Best confrérie ever ! Je me ressaisis en le voyant se décomposer, c’est pas drôle voyons ! (Enfin un peu quand même !) Du coup je m’empresse d’ajouter :

« Mais je n’ai jamais mangé personne, t’inquiètes pas pour ça ! Et puis ce coup-ci je suis de ton côté. A la rigueur ceux qui auraient pu craindre pour leur peau, c’est les trois peureux qui se sont enfuis. Eux, je leur en aurais bien collé une ! »

En fait je crois que s’ils ne s’étaient pas carapatés, ils s’en seraient pris plein la gueule. Ça m’aurait défoulé au moins ! Enfin là je vais me calmer parce que, pour une fois, j’ai décidé d’être la gentille dans l’histoire et ce serait bête de tout foutre en l’air.

Ma victime n’a pas l’air très bavard… Je ne vais quand même pas devoir utiliser la torture si ? En même temps s’il m’y force… Bon dernier essai :

« Hey ! »

Dis-je en claquant des doigts devant sa figure

« T’es pas très bavard toi ! Je suis gentille tu sais, t’as pas à avoir peur de moi ! »

Je souris. En fait je ne pense pas que je lui fais particulièrement peur. Je dois plus le souler qu’autre chose mais, faire chier le monde, c’est ma deuxième spécialité ! Je continue :

« Je pense te l’avoir prouvé non ? »

Je fais une courte pause. En fait je meurs d’envie de lui demander pourquoi il veut pas s’éclater et profiter de sa vie et me parler… Du coup je lui demande !

« Tu sais quoi ? Non tu ne sais pas mais je vais te le dire. T’as pas l’air très très heureux dans la vie toi. Le prends pas mal hein mais t’as l’air de jamais avoir envie de déconner et… je sais pas moi, juste de discuter ? Parce que sinon, si tu veux être seul dit le moi tout de suite, je partirais ! Mais si tu veux mon avis, je pense que tu devrais ouvrir un peu les yeux et voir le bon côté des choses parce que là, on dirait vraiment que tout le malheur du monde s’acharne sur toi et… Bah c’est pas cool. Moi j’aimerais bien voir à quoi ça ressemble quand tu souris. Je te dis pas ça pour te vexer mais… ça me rend triste les gens tristes. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Sam 3 Mai - 1:02

« T’as pas besoin de t’excuser. »

Sans doute que non. Enfin si quand même parce que ce n'était pas très poli de relâcher sa panse au pied des gens. Alors même si ce n'était pas fait exprès, franchement, je devais tout de même montrer que je ne m'en moquais pas. Après, elle prenait la chose comme elle le voulait. Bref. Soupire. Je pense que ma première envie désormais était d'aller m'enfermer dans ma chambre et plonger mon nez dans un manuel. Etudier, c'était encore ce qui m'aidait le plus à oublier. Ca paraissait idiot mais les études me détendaient également et puis, c'était le seul domaine où j'étais vraiment doué. Enfin, il y avait ça et la musique mais l'autre option restait vraiment le passe temps de base.

« Tu veux que je parte ? Parce que moi je ne bougerais pas d’un centimètre ! Pas question ! Déjà tu m’intrigues, je veux en savoir plus sur toi alors je ne vais pas te laisser me chasser comme ça ! Je t’ai sauvé mais maintenant tu es mon prisonnier ! Tu ne sais pas sur qui tu es tombé mon grand ! »

J'ouvris des yeux ronds. Help ! J'étais en train de me faire harceler par ma sauveuse ! Bon, je me sentais un peu mal parce qu'elle avait l'impression que je la chassais mais ce n'était pas du tout le cas ! Quoi que...Quand je n'étais pas bien, je préférais être seul. Ca éviterait déjà à certains de me voir dans des situations délicates comme quand je vomis par exemple. Je restais figé en la regardant esquisser un sourire. J'avais pas perçu la blague, j'avais un humour aussi pitoyable que ma vie. Les blagues, je ne les comprenais pas ou alors je les prenais mal. L'exception était faite de Ty parce que ses blagues touchaient d'autres personnes alors moi, je m'en moquais un peu et je riais avec lui.

- Désolé...C'est juste que je n'aime pas vraiment qu'on me voit comme ça, c'est un peu...Enfin peu importe, si tu pouvais éviter d'en parler, ça serait bien aussi.

Je lui demandais cela comme un service, le ton un peu implorant sans trop l'être non plus. Au point où j'en étais, ça ne changerait pas grand chose pour moi.


« Déjà tu ne veux pas qu’on s’éloigne un peu du bord pour discuter convenablement ? D’après ce que j’ai compris, le vide n’est pas ton meilleur ami ! »

J'approuvais d'un rapide mouvement de tête, j'étais bien d'accord de m'éloigner de là !

- C'est bien peu de le dire, j'ai un vertige horrible !

Lâchais-je par la même occasion même si je pense qu'elle avait déjà remarqué ça. La jeune fille alla s'assoir sur une plate forme plus loin et je la suivis lentement, mes mains ayant repris un peu plus de vivacité pour faire avancer mon fauteuil. Je m'arrêta en face d'elle alors qu'elle me demanda :


« Procédons à l’interrogatoire Kurt Booker ! Tout d’abord je veux savoir ton âge et ta confrérie ! »

J'haussais un sourcils et fronça l'autre. L'interrogatoire ? C'était bien le mot. Elle essayait de rester humoristique mais je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que c'était une petite curieuse. En temps normal, mon premier réflèxe aurait été de l'envoyer balader, bien sèchement d'ailleurs. Mais j'allais me contenir. Je lui devais bien ça et mon expérience d'aujourd'hui m'avait ramolli le cerveau, m'empêchant probablement d'être trop mauvais avec les gens. Enfin, je n'étais jamais mauvais avec eux mais j'étais tellement ancré dans la solitude que j'avais un mal fou avec le contact. N'ayant pas le choix de répondre, je m'exécuta, toujours l'air un peu soupçonneux :

- Euh...J'ai 17 ans et je suis un Khi.

Je pense qu'elle n'était pas loin d'avoir le même âge que moi celle là. Je fixais les traits de son visage pour le découvrir. Quand à sa confrérie, difficile pour le moment de lui en coller une sur le visage. Elle pouvait être n'importe quoi ! Quoi que, je la voyais mal chez les EI déjà. Elle avait un air un peu dur qui me rappelait les SM. Omg, si s'était le cas, c'était encore un mauvais coup du destin ! Je savais Ô combien les PS et SM aimaient s'acharner sur les KO. Après, je lui donnerais un petit air de RK aussi. Bon, en d'autres termes, j'en savais rien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Ven 2 Mai - 19:28

« 'Scuse... »

Je réponds du tac au tac :

« T’as pas besoin de t’excuser. »

Je laisse mes yeux posés sur lui. Je sens qu’il m’observe. C’est assez effrayant de voir à quel point le malheur semble émaner de lui. Ses yeux sont si sombres, tels deux gouffres qui pourraient vous entraîner à tout moment dans les ténèbres. Ce gars serait comme une ombre que la mort essaye d’attirer à elle. Je sens un frisson me traverser : flippant comme vision !

Je reconnais sans difficulté l’expression que prend son visage, pour cause, je l’avais encore il y a peu de temps ! Ça, c’est la tête de quelqu’un qui ne croit absolument plus en la vie, qui pense que la joie des autres lui est inaccessible. Mais je me suis rendue compte, avec un peu de recul, que le simple fait de croire à cette connerie pouvait justement te bouffer. Si seulement ce mec pouvait retrouver le sourire, juste un instant, pour se rendre compte que la vie est toujours là et que s’il le veut, il peut continuer à vivre en faisant un magnifique fuck à la mort, s’il se rendait compte que la vie est courte mais que c’est pas une raison pour s’apitoyer et qu’au contraire il faut en profiter, je suis sûre que tout irais beaucoup mieux pour lui ! On a tous un passé plus ou moins heureux. Le sien a probablement pas été facile. On ne peut pas changer ce qu’il s’est passé hier mais on peut, au lieu de regarder la route déjà parcourue, se retourner pour regarder tout ce qu’il nous reste à vivre, toutes ces belles choses qui pourront nous faire oublier notre passé… Je sais que c’est loin d’être facile et que c’est pas le genre de truc qu’on fait tout seul. Parce qu’évidemment il faut briser la carapace et presque réapprendre à vivre. Il en faut de la volonté pour ça ! Moi c’est mon cousin qui m’a aidée à m’en sortir et je le remercie chaque jour ! Je vois bien que ce gars se rabaisse pour rien. C’est pas parce qu’il est en fauteuil roulant que c’est pas un mec bien ! Au contraire, j’ai l’impression que Kurt est un gars adorable qui n’a juste pas du tout confiance en lui et qui, du coup, reste renfermé sur lui-même.

Je me rends compte que je n’ai pas bougé et que je le fixe toujours, ma main toujours posée sur son bras. Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés comme ça…

« Ça va, te forces pas à rester. »

Pardon ?! Il pense que je me force à rester ? Alors que c’est tout le contraire ! Il m’intrigue, je veux en savoir plus sur lui et il ne m’échappera pas si facilement ! Je me relève et fait mine d’être vexée.

« Tu veux que je parte ? Parce que moi je ne bougerais pas d’un centimètre ! Pas question ! Déjà tu m’intrigues, je veux en savoir plus sur toi alors je ne vais pas te laisser me chasser comme ça ! Je t’ai sauvé mais maintenant tu es mon prisonnier ! Tu ne sais pas sur qui tu es tombé mon grand ! »

Je souris. Je passe en mode ʺElena, humoriste à deux ballesʺ pour le détendre un peu.

« Déjà tu ne veux pas qu’on s’éloigne un peu du bord pour discuter convenablement ? D’après ce que j’ai compris, le vide n’est pas ton meilleur ami ! »

Je me retourne et me dirige vers une espèce de petite plateforme surélevée sur laquelle je me hisse pour m’assoir. Il m’a suivie. C’est bizarre je ne m’y attendais pas *ironie* ! Bon ça me rassure un peu, je ne l’ai pas effrayé tant que ça ! Je souris à nouveau, balançant mes jambes qui ne touchent pas le sol.

« Procédons à l’interrogatoire Kurt Booker ! Tout d’abord je veux savoir ton âge et ta confrérie ! »

Je crois qu’il va me prendre pour une folle mais je veux lui changer les idées. Et puis le clown, je sais faire, c’est ma spécialité ! Enfin, pas avec n’importe qui mais bon, là, je pense que je peux. J’aimerais bien aider ce gars comme Kyle m’a aidée parce que la vie c’est tellement mieux comme ça ! J’ai besoin de lui tendre la main pour le remonter à la lumière. Je sais pas, c’est comme si une petite voix dans ma tête me disait que ça valait le coup. Et puis, je pense que Kurt me ressemble plus que ce qu’on pourrait croire. J’ai un peu l’impression de me retrouver en lui…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   Ven 2 Mai - 1:51

En une phrase top chrono j'avais réussit à vexer celle qui venait de me sortir de la mort. Je l'avais vu, dans son regard, rien ne m'échappait. Deviner les pensées des gens, c'était assez facile pour moi et là, je venais de lui faire l'effet d'un pieu dans le coeur parce que je n'avais pas su décrispé ma voix au moment que je m'énonçais. J'espérais qu'elle ne m'en tienne pas rigueur, j'avais encore les nerfs tendus et c'était la seule raison pour laquelle j'avais usé d'un ton aussi froid avec elle. Je devais également avoir l'air idiot, quand je la vis me fixer sans comprendre le geste que j'avais fait dans l'espoir de bouger un peu mon fauteuil en vain. En fait, l'expérience m'avait pas mal secoué, je faisais et disais n'importe quoi !

A côté de ça, il faisait toujours aussi beau, le soleil brillait, la vie prenait son cours, que je sois là ou pas, rien ne changerais. Je n'étais en aucun cas le héros de ma propre histoire. C'était une histoire qui se traçait et moi je me contentais de la subir. Je laissais mon regard vague se porter sur un point qui n'existait pas, durant un cours lap de temps, je ne pensais à rien. Ca ne faisait pas de mal. J'essayais de repenser à l'après midi que j'avais passé en compagnie de Ty, ce mec était un génie qui avait su m'apporter quelque chose d'essentiel et que pourtant, je ne faisais jamais : m'amuser. Ce mec avait laissé une marque dans mon esprit. Après le caprice de mon estomac, je restais penché vers le résultat en me morfondant sur le sens d'une telle vie mais en réalité, je n'osais simplement plus lever les yeux sur la jeune fille, attendant patiemment qu'elle parte, qu'elle me laisse seul et que je ne sente plus peser sur moi un lourd regard de dégoût. Tout à coup, je sentis une main sur mon bras et rouvrit les yeux.

« Tu… Tu veux peut-être que je t’accompagne à l’infirmerie ou quelque chose comme ça non ? »

J'essuyais ma bouche d'un bref geste avant de me redresser et de pivoter lentement mon visage vers le sien qui avait tout d'un ange tombé du ciel. L'ange qui admirait l'affreux. La belle et le bossu. La colombe et le crapaud. Je ne me trouvais pas moche physiquement, mais tout était intérieur. Je voyais l'intérieur des gens et je voyais mon intérieur à moi. Je me dégoûtais. Je fis non de la tête tout en abaissant mes yeux sur la main qu'elle avait sur moi :

- Non laisse...J'ai l'habitude.

En plus je n'aimais pas traîner dans ces lieux médicaux. J'y passais assez de temps comme ça. Mais j'avais également raison sur mes dires. Il ne me suffisait que d'un minimum de stress pour que ce genre de chose se produise. Comme lors de mon arrivée à Miami en avion, les toilettes étaient devenu un endroit très fréquenté durant le voyage ! Je m'étais limite drogué aux médocs pour survivre à ça. J'avais un appétit des plus lamentable, et pourtant je devais faire gaffe pour pas risquer l'hypoglycémie et choper un malaise, je devais faire gaffe à mes sorties à la plage, pour éviter l'insolation, je devais faire gaffe à ci et ça, bref...Une condition physique que je ne souhaitais à personne. Je faisais pitié et je le savais. La jeune fille essayait de le cacher mais je voyais bien comment elle me regardait, ce qu'elle évitait également.


« Hey, tout va bien, je suis là. »

J'eus un petit hochement de tête. Comment osais-je me montré aussi faible ? D'habitude, je ne montrais que ma force, histoire de dissuader les autres de se frotter à moi. Là, mon cerveau devait plutôt se dire qu'il n'y avait rien à craindre, que je pouvais me laisser aller avec elle. Mais qu'est ce qui ne tournait pas rond chez moi ? Pourquoi restait-elle avec moi ? J'avais presque envie de lui demander, lui dire pourquoi maintenant qu'elle avait accompli son oeuvre de charité, rien ne l'obligeait à rester. J'essayais de trouver autre chose à dire, quelque chose de gentil comme pour me racheter et tout ce que je trouvais à dire fut :

-'Scuse...

Au sujet de ce qu'elle venait de voir. N'importe qui serait partit illico devant un truc aussi repoussant qu'un mec qui régurgite ses boyaux sur le sol. Vu comment elle avait réagit avant suite à mes paroles, je n'osais plus vraiment dire quelque chose, donnant la peur de la briser. Elle était admirablement belle avec ses cheveux blonds platine, les yeux pleins de lumière dans ce monde si obscur et le coin des lèvres tristement abaissés exprimaient ce désappointement amer. Ses yeux, grands, marron, avaient cela d'étrange qu'éteints pour elle, ils brillaient pour les autres. Mystérieux flambeaux allumés qui n'éclairaient que dehors. Si la misère humaine pouvait être résumée, elle le serait par moi probablement. J'étais né dans un compartiment du sépulcre, moi dans l'horrible. Mon existence était faite avec des ténèbres, je les avait sur moi. Le genre humain pour moi, était un fait extérieur. J'étais seul et mon isolement était sinistre. J'étais le banni de la vie. Certes, j'étais désespéré. Le fond de la calamité possible était touché. Un observateur qui m'aurait vu aurait senti sa rêverie s'achever en une incommensurable pitié.

J'observais Elena, ma sauveuse que je considérais bien mal. Elle que, dénuement, angoisse et détresse, elle s'était faite providence, que, le ciel se fermant, elle avait ouvert son coeur, que, perdu, elle avait sauvé, qu'elle s'était faite réconfort, que, dans les ténèbres, elle avait donné cet exemple, que, ne se trouvant pas assez accablée, elle avait bien voulu de la misère d'un autre par surcroît, que, là où tous avait hésité, elle avait avancé, que, là où tous avaient reculé, elle avait consenti. Je déglutis, après ce long silence.

- Ca va, te force pas à rester.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau...(pv Elena)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Voie de la Navigation
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» La voie du Martyre
» Entrevue douloureuse et Souvenirs refoulés. {Achevé}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: