AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 The party is on (Eun ♥)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: The party is on (Eun ♥)    Jeu 12 Juin - 16:04



Là où tout le monde chante à l'unisson, les paroles n'ont pas d'importance. ▬ Inconnu.


Fut un temps, Kant disait alors que la musique était la langue des émotions, et que par conséquent, peu importe le timbre, si c’était faux ou juste, le chant et donc la musique en globalité était faite en grande partie pour laisser parler ses émotions, et j’avais toujours perçu ça comme ça. Certes, le karaoké n’était pas un concours national de qui avait la plus belle voix, mais la musique était dès lors utilisé pour l’amusement, le partage, et la joie, et il ne suffisait pas d’être bon pour ce faire, puisque le talent seul ne permet pas de transmettre une émotion, et j’avais fini par l’apprendre au fur et à mesure des années. C’est pourquoi, malgré quelques prestations quelques peu pitoyables de la part des clients qui m’avaient précédés, j’avais éprouvé le même plaisir qu’eux à chanter, et au final seul le grand sourire et l’amusement m’étaient restés en mémoire, et j’avais chanté avec de ma table.

Présentement, c’était à mon tour, sauf qu’à la différence de bien des personnes présentes, j’avais par miracle eu comme cadeau du ciel une belle voix, et il m’avait suffit de quelques années d’entrainements pour la maitriser, et donc techniquement je n’avais pas ma place ici, mais comme eux je voulais m’amuser, et surtout partager avec le public, ce que j’aimais le plus au monde, et puis comme une jolie demoiselle m’avait en prime rejoint, ma décision un peu étrange de m’être rendu à un karaoké seul était finalement une des meilleures, puisque j’allais à la fois faire une nouvelle rencontre, et chanter.

La musique commençait, les paroles s’affichaient, et je dénotais une certaine difficulté venant de ma partenaire à chanter les paroles en anglais, certainement par manque de maitrise de la langue, parce qu’à part ça elle avait une voix douce et agréable, et surtout on voyait qu’elle se donnait à fond, et on oubliait tout le reste. C’est donc le sourire aux lèvres, que je finissais la prestation, acceptant modestement les applaudissements, et complimentant par la même occasion ma partenaire qui s’en était très bien tiré, surtout que d’après mes premières constations elle n’était pas américaine, et avait du donc se dépasser deux fois plus pour accomplir une telle prestation, ce qui n’était pas donner à tout le monde. Chapeau bas pour elle.

Celle-ci me demanda alors si nous continuions notre petit show ou si nous allions nous poser cinq minutes, et vu qu’il y avait du monde au portillon, je préférais laisser la place à d’autre et accepter sa proposition de boire un verre en sa présence, d’autant plus que j’étais venu vraiment seul. J’étais arrivé la veille, et n’avais donc pour ce laps de temps très court pu rencontrer qui que ce soit, si ce n’est le membre du personnel et monsieur Cobb en personne pour les dernières formalités de transfert. Très sympa, d’ailleurs, et jeune à l’écoute, il allait certainement plus me plaire que l’ancien directeur un peu patibulaire de mon école en Corée. Ce dernier se tenait toujours droit comme un i, avec la fâcheuse habitude de froncer ses sourcils, et ainsi enlever l’envie d’éprouver toute sympathie à son égard, de plus il était vieux, un peu gâteux et pas franchement ouvert d’esprit, ce pourquoi nous avions un règlement vieil école, strict, et franchement peu supportable, mais bon. Je ne savais pourtant pas encore comment se déroulaient les cours ici, mais j’avais hâte, et rien que de savoir que je n’aurais plus d’uniforme à enfiler tous les jours je me réjouissais.

Bah oui, forcément, en Corée, c’est uniforme obligatoire, en plus un truc taille unique qui va à tout le monde, et qui du coup rend ridicule bien des personnes. Les petits nageaient dedans, les grands étaient trop serrés, un défilé de pantins. Par chance, j’avais la taille idéale pour ne pas avoir l’eau au cave, et être engoncé dans ma chemise. Bon, ils avaient fini par payer un styliste en cours d’année pour que nous ayons des uniformes sur mesure, mais il a fallu bien longtemps avant qu’on se rende compte que c’était tout sauf agréable. Ici, j’allais pouvoir m’habiller comme bon me semble, suivre mon propre code vestimentaire, et mine de rien, pour vous c’est rien, mais pour moi ça change tout.

Après être descendus de scène, je la suivis à sa table, et m’installais à ses côtés, lui demandant alors si elle était venue seule, ce que je doutais fort. Rarement, d’aussi jolies filles viennent de leur plein gré, seules dans ce genre d’endroits. En même temps, c’était cas d’école, une fille ne trainait jamais seule, ou alors dans des cas extrêmement rares. Enfin me direz-vous, les garçons se trainent pas mal en bande aussi, à croire que seuls ils sont menacés en permanence.

Oh elle a fait une rencontre, et ça ne te dérange pas qu’elle soit partie comme ça ? Bon bien sur j’aurais très bien saisi la raison de son départ aussi, mais certaines personnes ne supportent pas de rester seules comme ça. Et oui, je suis venu seul. Je suis arrivé à Miami hier, je n’ai donc pas eu l’opportunité de faire beaucoup de rencontres, tu es d’ailleurs la première.

Peut-être m’avait-elle imaginé accompagné, mais ça n’était pas le cas. J’avais pris cette décision sur un coup de tête, alors que je faisais les cent pas dans ma chambre, et comme je fuyais l’ennui comme si c’était une maladie, alors du coup j’avais fini par déambuler telle une âme en peine en recherche d’une activité décente, et j’avais vu l’enseigne de ce bar-karaoké, qui m’a de suite attiré, plus que toutes les autres choses à côté. Bien des jeunes auraient privilégiés des boites, des bars et autres choses typiquement jeunes, mais comme je n’étais pas du genre à aller me bourrer la gueule, et que je n’y allais que rarement, et le karaoké ayant capté toute mon attention, je m’y étais rendu sans plus tarder.

Voyant que la langue anglaise la mettait mal à l’aise, et que son accent me rappelait ma langue natale, le coréen, je ne pus m’empêcher de tenter ma chance et de lui répondre dans cette même langue. Après si je me trompais, j’aurais juste le droit à une mine perplexe, et je pourrais m’en vouloir d’avoir mal jugé, mais comme ça ne coûtait rien, je me lançais donc, et bingo elle était coréenne, et originaire de Daegu plus exactement. Je n’y étais jamais allé, préférant squatter Seoul, mais je savais où c’était et au final je trouvais étrange que pour des originaires d’un même pays on se rencontre en Amérique dans un karaoké paumé au milieu d’une rue commerçante. Mais il fallait croire que les hasards ne faisait que trop bien les choses, alors que je n’y croyais jamais en temps normal, considérant les coïncidences comme quelque chose de surfait et totalement débile, m’enfin faut croire que pour le coup j’avais tort de penser à mal.

Haha, non tu as bien raison, je viens également de Corée, mais j’ai toujours vécu à Seoul, lui dis-je. Oh, et ça ne te manque pas trop ? Comment ça se fait que t’aies voulu venir ici ?

Bon d’accord, j’étais un vrai petit curieux qui posait cent mille questions à la seconde, mais ce n’est pas tous les jours qu’on rencontre un compatriote, et il est normal de se demander la raison exacte du déménagement. Faut le vouloir, traverser le globe pour changer de vie. Certes, j’étais pas le mieux placé pour parler, j’avais fais le même bout de chemin, mais c’était mon choix, une envie, un rêve, peut-être n’était-ce pas son cas ? Peut-être n’avait-elle pas eu le choix ? Je ne pouvais m’avancer là-dessus, il pouvait y avoir des millions de solutions ce pourquoi je lui posais clairement la question, après libre à elle d’y répondre ou pas, je ne l’obligeais en rien.

Et bien disons que j’ai eu la chance d’avoir une famille attachée au commerce mondial, du coup apprendre l’anglais était de rigueur, donc j’ai la chance de pouvoir dire que je suis parfaitement bilingue, d’où mon choix de venir dans un pays anglophone d’ailleurs, parce qu’à part un peu d’italien, le coréen et l’anglais, je ne sais rien parler d’autre, lui expliquais-je. Parce que sinon j’ai atterri à Miami hier seulement, et je voulais profiter un peu avant de me lancer dans les papiers administratifs pour intégrer Wynwood, peut-être que tu en as entendu parler ?

Si ça se trouvait, le hasard allait pousser le vice jusqu’à nous envoyer dans le même établissement, et comme elle semblait avoir mon âge, la même classe, mais là encore c’était trop en demandé, les coïncidences n’étaient pas aussi poussées.

J’avoue, c’est une chance de pouvoir rencontrer une coréenne, je ne m’y attendais pas, mais comme quoi la vie réserve des surprises, et de bonnes.

Surtout que ça me faisait déjà pour mon premier soir une connaissance, et si ça se trouve une bonne amie, parce que jusqu’à preuve du contraire nous avions l’air de plutôt bien nous entendre, même si nous en étions seulement à la phase questions/réponses. Mais on ne se jetait pas à la gueule c’était déjà ça de gagné.

Merci, répondis-je à son compliment. Je savais que la vie m’avait fait un don, une belle voix. Certes je ne m’en vantais pas sous tous les toits, mais j’aimais bien qu’on le reconnaisse, c’était toujours un pas en avant pour moi et mes rêves. Et bien même si tu as du mal avec l’anglais, je trouve que tu t’en es très bien tiré, puis faut pas avoir peur, ici c’est surtout pour s’amuser, pas besoin d’être un ténor, même si tu as une jolie voix, cachée par un manque d’assurance, et les paroles, rien de plus, mais ça viendra, avec le temps et en vivant ici tu parleras anglais aussi bien que coréen. Si tu veux, on pourra aller demander une chanson coréenne au DJ toute à l’heure, histoire que tu leur en mettes plein la vue, t’en penses quoi ? Elle fit un commentaire sur les karaokés coréens. Non tu as raison, ils sont beaucoup mieux en Corée, disons que c’est plus privatif, et moins scène avec un public d’inconnus, mais finalement ça revient au même, puisque personne ne cherche à juger, et tout le monde finit par chanter, le sourire aux lèvres.

Certes, pour des soirées entre amis, avoir une salle réservée c’était toujours plus pratique, un esprit plus festif, et pas besoin de s’afficher devant un tas de gens, mais comme je n’avais aucun soucis avec la timidité, c’était pas chanter sur scène qui me posait problème, et c’était un lieu fait pour s’amuser et non une émission de télé réalité basée sur les critiques et juger la plus belle voix, parce que même ceux qui faisaient de sacrées fausses notes transmettaient leur joie à travers leurs larges sourires et c’était suffisant.

Moi c’est Shin, enchanté Eun, c’est un très joli prénom, dis-je. Après je peux les comprendre, pour les gens ici nos prénoms doivent sembler tellement bizarres qu’ils cherchent à les raccourcir au possible pour arriver à les prononcer sans nous froisser, et encore nous n’avons pas les pires des prénoms, on peut s’avouer chanceux, dis-je en riant.

Oui à force, j’avais fini par jouer la carte de l’autodérision concernant la vision des étrangers sur notre peuple. Bien sur, pour nous avoir des noms à rallonge, c’était normal, mais pour les autres la prononciation n’était jamais évidente, et ils avaient toujours des clichés déplaisants sur nous, mais bon, à force j’avais fini par ne plus y faire attention, puisque nous étions tous comme ça, et tant qu’on savait en rire, on acceptait plus facilement la critique.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: The party is on (Eun ♥)    Dim 1 Juin - 9:08



The party is on

Je n'étais pas grande chanteuse, loin de là, mais ça ne m'empêchait pas d'être venue ce soir. Ne serait-ce que pour observer ce qu'il se passait dans ce pays inconnu. Et puis pour passer un peu de temps avec mon amie aussi. J'avouais que c'était bizarre de me retrouver là, je n'avais pas l'habitude. L'ambiance, les gens, les chansons, tout faisait partie d'un autre monde pour moi. Même si ma mère m'avait offert un monde meilleur que celui de ma naissance, j'avais quand même grandi dans un quartier crasseux. J'avais sans doute vu moins de violence que beaucoup de mes voisins, mais j'en avais vu bien assez pour une jeune fille de mon âge. J'avais besoin de moments comme ça, où je pouvais rire, m'amuser, laisser le temps filer sans m'inquiéter, redevenir l'adolescente que je n'étais plus vraiment malgré les apparences.
Emma trouva bien rapidement un jeune homme intéressé et je ne vis aucun inconvénient à ce qu'elle parte avec lui en me laissant seule. Justement, sans elle, j'aurais peut-être ma chance aussi, même si ce n'était pas mon objectif premier ce soir. Sinon, j'aurais mis une robe moins habillée sans doute. Après une énième chanson dont je ne saisissais pas les paroles, un jeune homme monta à son tour sur la scène. Il dégageait un petit quelque chose qui me plaisait bien, il semblait différent des autres, moins minable à mes yeux, tout à fait bien. Visiblement, le DJ semblait vouloir qu'il ne chante pas tout seul, une demoiselle devait le rejoindre. Personne n'était volontaire et j'hésitais à l'être, parce que mon anglais laissait largement à désirer. Mais au bout d'un moment, je ne pus résister et me levai pour le rejoindre, sourire aux lèvres. Il était est content de me voir arriver et tenta de me rassurer. C'est vrai que je n'étais pas super rassurée, parce que je n'étais pas bonne chanteuse, mais surtout parce que j'avais beaucoup de mal avec la langue. Au pire, je m'en foutais, je n'étais pas timide et personne ne m'en voudrait. S'ils m'en voulaient, c'était que j'étais trop bien pour eux, logique simple. Son commentaire me fit rire et je ne résistai pas à l'envie de lui répondre en plaisantant un peu. Il ne manqua pas de répondre à son tour avant que la chanson ne commence, ce qui me plaisait bien. Il ne se laissait pas démonter et semblait très agréable. Charmant en plus de ça.

La musique démarra et ma voix aussi. Bon, ce n'était pas l'exploit du siècle, mais ce n'était pas non plus une terrible catastrophe. Ça se sentait que je n'étais pas à l'aise avec la langue, mais la scène ne me dérangeait pas. J'aimais bien être au devant, me faire remarquer, avoir les yeux braqués sur moi. Et s'ils étaient remplis d'admiration ou de jalousie, c'était encore mieux. Je savais que j'étais jolie, que j'avais un certain charme, que je n'étais pas transparente là où je passais, même si je semblais faire moins d'effet aux garçons aux Etats-Unis. J'avais d'autres atouts que ma pauvre petite voix. Au final, même si je ne maîtrisais pas trop bien, c'était plutôt bien. Lui, il avait une très belle voix en tous les cas. Peut-être qu'avec un peu d'entrainement, autant niveau voix que niveau anglais ... Et puis le plus important pour moi je crois était le partage. S'il n'y avait que des supers chanteurs au karaoké, ça se saurait plus que ça. Il sourit, moi aussi, et les autres nous applaudirent. Simple politesse où ils avaient vraiment apprécié notre petit tour de chant ? En tous les cas, ça me faisait toujours plaisir d'être applaudie, même si je savais pertinemment que je ne ferais pas carrière dans la chanson. Le DJ nous félicita aussi mais je ne l'aimais pas trop, sa manière de nous regarder me donnait envie de lui coller des tartes dans la tronche. Le garçon ne dit rien, alors je gardai le silence aussi. Je lui demandai s'il voulait en faire une autre ou venir discuter avec moi à ma table. Il avait le droit de refuser l'un et l'autre mais j'aurais trouvé ça dommage, au moins pour ma deuxième proposition. A ma grande joie, il choisit de venir boire un verre en ma compagnie.

Après être descendus de scène, il vint s'asseoir à côté de moi. Déjà, j'avais un peu de compagnie pour le reste de la soirée. Je me demandais bien quelles étaient ses origines. J'aurais bien aimé qu'il soit Coréen, comme moi, ça nous rapprocherait un peu et surtout je pourrais lui parler dans notre langue natale, si toutefois il la connaissait. Parce qu'il pouvait aussi n'avoir que des origines, être né ici et ne rien comprendre de ce que je lui disais. Surtout qu'il parlait très bien anglais, donc ça se tenait, ça serait même plutôt logique. Moi, je ne pouvais pas cacher que je n'étais pas d'ici, vu comment je massacrais la langue à chaque fois que je la parlais. Après, il n'y avait pas que la Corée en Asie et s'il me parlait n'importe quelle autre langue, je serais bien incapable de capter le moindre mot.

- Tu es venue seule ?

Encore une fois, pour moi le plus difficile mais l'important c'était de m'exprimer facilement et de pouvoir me faire comprendre surtout. A espérer qu'il comprenne l'idée générale.

- Non et oui. Moi avais amie, mais est partie avec garçon. Alors maintenant je suis seule. Mais toi aussi ?!

J'étais un peu étonnée, parce que j'avais du mal à l'imaginer en solitaire, même si je ne le connaissais pas encore. Et puis même, dans un endroit pareil, souvent, on venait accompagné. Quand je voulais rencontrer des gens, plus que rigoler en compagnie d'Emma, je préférais aller danser en boite de nuit. La danse, je maîtrisais déjà plus, je n'avais aucun mal à bouger mon corps que je savais presque parfait. Nos sodas arrivèrent et il fit quelque chose qui me surprit énormément. Alors que j'aurais choisi de lui poser la question à un moment dans la conversation, lui me parla directement en Coréen. Un énorme sourire remplaça le petit qui avait trouvé sa place sur mon visage. Je me sentais déjà bien avant, mais là, je ne pouvais espérer mieux.

- Tu es bien de Corée, j’ai raison ? Tu viens d’où exactement ? Et ça fait longtemps que tu es ici à Miami ?

Les questions ne me dérangeaient pas, au contraire, j'aimais bien parler de moi et ça prouvait qu'il s'intéressait un minimum. Même si la barrière de la langue ne m'empêchait pas de parler en temps ordinaire, j'allais enfin pouvoir dire tout ce que je voulais, comme je le voulais.

- Oui, je viens bien de Corée, toi aussi apparemment, à moins que tu ne maîtrises la langue que pour une raison obscure. Je viens d'un quartier de Daegu, je viens tout juste d'arriver, il y a 2 semaines tout au plus.

Je profitai qu'il me réponde pour boire un peu. C'était un simple soda et je n'avais pas non plus fait un spectacle de 3 heures, mais ça me faisait du bien de me rafraîchir un peu. A première vue, le garçon ne pouvait pas venir du même endroit que moi, ou alors il avait très bien réussi à s'en sortir, parce qu'il n'avait pas du tout l'apparence de quelqu'un qui avait vécu dans les quartiers infâmes de Daegu. Moi non plus, vous allez me dire. Mais moi je savais comment je m'en étais sortie et il ne pouvait pas avoir fait pareil.

- Et toi ? Tu parles très bien anglais, ça doit faire plus longtemps, non ? Ou alors tu viens d'un autre coin du pays. Ça fait plaisir en tous les cas de croiser un camarade qui vient aussi de Corée, je pensais être toute seule ici, on m'a prouvé par deux fois que non.

Oui, je pensais à Jun, Coréen aussi. Je ne savais pas vraiment d'où il venait lui aussi, je m'en fichais un peu pour le moment, j'avais bien mieux à faire avec lui que de discuter. Et puis j'avais croisé du monde qui venait de partout, donc je n'étais pas la seule étrangère ici, loin de là. Il y avait un certain mélange, même si certains types de personnes se croisaient plus que d'autres dans l'école et dans la ville en général.

- Tu chantes très bien en plus. J'aurais bien voulu monter plus tôt, mais comme tu vois, mon anglais est plutôt minable, alors j'ai hésité. Personne semblait vouloir venir, je me suis lancée ! Je connaissais pas trop les karaoké ici, c'est assez sympa, même si je pense que ceux de Corée sont plus sympas.

Je lui fis un petit sourire d'ange. J'espérais que ça ne le dérange pas que je parle beaucoup. Maintenant que je pouvais m'exprimer à ma guise, je n'allais pas me gêner. S'il voulait, il pouvait m'arrêter. Il pouvait parler aussi, j'en serais contente. J'avais l'impression, même si ça ne faisait que quelques minutes que nous nous connaissions, qu'il y avait un certain feeling qui passait entre nous. J'étais vraiment contente de ma première expérience en karaoké et puis rencontrer des inconnus par ce biais, ça avait ses avantages aussi.

- Je m'appelle Eun Jung, mais si tu veux, tu peux te contenter d'Eun. Ici, tout le monde semble ne vouloir retenir que le premier, même si j'avoue que c'est souvent le seul que je présente.

Je ris doucement. En plus, ce n'était que trois lettres, pas de quoi en faire des cauchemars la nuit. Enfin, je ne pouvais pas forcer les gens d'ici, moi aussi j'avais parfois du mal, surtout à prononcer certains prénoms parce qu'ils me semblaient peu communs. Je continuai ma boisson en souriant, j'étais détendue et je ne regrettais nullement d'avoir laissé Emma partir. Bizarrement, pour une fois, je ne me voyais pas rentrer chez moi avec le garçon. Cependant, je me sentais quand même bien avec lui, alors autant profiter, non ?
(c) Arwy

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: The party is on (Eun ♥)    Mar 6 Mai - 1:52



Là où tout le monde chante à l'unisson, les paroles n'ont pas d'importance. ▬ Inconnu.

Initialement la musique commerciale, ce n’est pas du tout mon truc, ce genre de tube qui se vend à des millions d’exemplaires, puis qui finit au bas du classement la semaine suivante. Ce n’est pas de la musique pour moi, mais une tendance. Pour qu’elle ait de l’importance, et marquer l’esprit, elle doit durer son temps, et il y a des grandes chansons comme ça, qui sont connues depuis toujours, et que tout le monde connaît encore maintenant. Dans ces cas-là, on peut parler de tube, pas de musique éphémère, qui puent les nanas à poil dans les clips à trois kilomètres à la ronde. Ca j’avais clairement horreur de ça. Un clip, d’accord oui c’est sympa, animer la musique, mais être systématiquement obligé de foutre des meufs à poils, ça en devient pathétique et vulgaire. Va bientôt falloir interdire les gosses de regarder des chaines comme MTV, un scandale, même moi qui en aie dix-huit, parfois ça m’horripile. N’ont-elles pas honte de se dénuder à ce point pour faire le buzz ? Enfin me direz-vous, je peux dire ce que je veux, mon opinion ne changera certainement rien, donc pas besoin de s’éterniser sur le sujet.

La musique qui passe est potable encore, non pas que je sois un grand adepte de Rihanna, et heureusement pour nos oreilles à tous, le mec chante encore bien, et évite de monter dans les aigus, ce qui est franchement sympathique venant de lui. Surtout qu’il fait le zouave sur scène, se prenant pour Beyoncé, ce qui est assez déplaisant visuellement, puisque ses gestes sont tout sauf coordonnés. Je me marre de mon siège, dissimulant mon sourire derrière ma main. Je me retiens pour me moquer ouvertement, mais il dansait clairement mal, comme une guimauve qui faisait son show. Je sais, je ne suis pas du genre à juger, mais il y a des limites à ma retenu. Je veux bien comprendre qu’il n’ait pas un talent particulier pour le chant, mais il pourrait au moins se contenir, et heureusement les rires et insultes parvenant de ci et là suffisent à lui faire comprendre de cesser de faire des vagues avec ses bras.

Une fois que le jeune homme a fini sa prestation, je me presse vers la scène, histoire d’éviter qu’un autre coincé se décidé à chanter à son tour une musique bien barbante, passée en boucle au moins dix fois dans la journée sur FUN radio. Je l’écoute rarement la radio, justement à cause de cette raison. Il y a des tonnes de musiques, de chansons, et ils passent trente fois la même dans la journée, à force ça en devient lassant. Si bien que je me suis fais des clés USB que je traine toujours avec moi, pour écouter ma musique sans pub, et sans coupure avec des commentaires absurdes et dénués de sens de la part de commentateurs. Commentateurs qui n’ont d’ailleurs rien d’autre à faire de leur vie, que causer dans un micro, ancré dans leur siège toute la journée, à essayer de rire sur des vannes pourries, et avoir des auditeurs pour lancer des défis aussi cons qu’un mouton. Enfin, la radio, c’est franchement pas la réunion des lumières, et je ne l’écoute que quand je n’ai pas le choix, c’est à dire le matin, puisque mon réveil super high tech a décidé de ne pas prendre en compte autre chose qu’une radio locale qui grésille comme la neige sur l’écran de télé. Des réveils on ne peut plus agréables le matin.

Arrivé sur scène, le DJ décide de me lancer un défi, et lance un duo, une chanson connue elle aussi, à croire qu’ils ne connaissent pas autre chose. Mais là, le problème se pose, je suis venu seul, je n’ai pas de partenaire, et la plupart des filles ne semblent pas emballées, ce qui m’arrange vraiment pas, elles viennent mais ne jouent pas le jeu, quel intérêt. Puis quand je crois que le duo tombe à l’eau, une jeune asiatique se pointe, souriante à mes côtés. Je lui rend son sourire, parce qu’en plus d’avoir une partenaire de chant, elle a les mêmes origines que moi, et je me sens soutenu dans le fond.

Malgré tout, je la sens un peu stressé, pas forcément en confiance, ce pourquoi je lui souffle quelques mots dans l’oreille, et ça a son petit effet, puisqu’elle sourit. J’ignore quel âge elle a, mais je la trouve adorable, et qui plus est, a du mal avec la langue anglaise, on sent bien l’accent coréen, et je suis encore plus heureux. A peine j’arrive, et je rencontre déjà quelqu’un du pays, ça me ramène un peu à Seoul, et dans le fond ça me fait du bien, je suis encore nostalgique. Et pendant encore au moins deux mois, je vais vous plomber avec Seoul, parce que ma ville me manque, oui.


▬ Je trouve que ça passe plus vite que ça en l’air.

Ajoutais-je avant que l’écran ne commence à afficher les paroles. Les gens nous observent, je le sens, ils nous regardent comme si on était un couple, et ça c’est un peu réducteur. Forcément, deux coréens l’un à côté de l’autre, bizarrement ça fait tilt, et ils doivent nous prendre pour des touristes niais venus faire les imbéciles à Miami. Or, elle ne semble pas nouvelle ici, en tout cas pas plus que moi, et puis bon c’est quoi cette façon de toujours se rabaisser au jugement extérieur ? On a les yeux bridés, et on est directement classés dans la catégorie touriste. C’est un peu vexant, finalement, parce que j’avais toujours imaginé l’Amérique comme un pays plus ouvert, riche culturellement parlant, et non réduit à des clichés pareils. Enfin, comme quoi, l’image que renvoie un pays est souvent différente que celle qu’on a une fois sur place.

Les premières notes jouent, et je commence à chanter, elle aussi. Bon ça manque de justesse, certes, et puis elle peine un peu à cause de l’anglais, mais sa voix n’est pas désagréable, et elle s’en sort particulièrement bien. Les refrains, nous les chantons ensemble, et chacun a son petit moment de solo, et au final le rendu est parfait. Les gens nous applaudissent, et je souris, simplement. Devoir chanter avec une inconnue ça a son lot de surprises, et ce n’est finalement pas déplaisant, je serais bien tenté pour renouveler l’expérience, et découvrir à l’aveugle les autres passionnés de chants, ou simple individus lambdas venus s’éclater entre amis.

C’est la fin de la prestation, et nous restons quelques minutes sur scène, le DJ nous complimente, je le remercie, bien que je n’apprécie guère ses sous-entendus un peu trop révélateurs, qui en disent longs sur l’image qu’il a de nous. Bien entendu, qu’on croit qu’elle soit ma petite amie n’est pas une insulte, c’est une très jolie fille, mais je suis quelqu’un qui a horreur des premières impressions, et qu’on se méprenne à mon sujet, je suis pas vraiment fan.


▬ On pourra en faire une autre plus tard, si tu veux, je suis pas contre m’asseoir et boire un peu en fait.

Nous descendons de scène, et elle m’avoue qu’elle s’ennuie, et ce serait dommage de la laisser seule dans son coin, surtout dans un endroit où l’ambiance est à la fête. Je décide donc de la suivre à sa table, et commande deux nouveaux sodas. Je ne suis pas très alcool, je me limite toujours aux boissons gazeuses sucrées, voire même énergisantes, même si je sais qu’hyperactif comme quoi, ce n’est pas une très bonne idée de boire ça en plus.


▬ Tu es venue seule ?

Finis-je par demander, intrigué de savoir qu’elle puisse ne pas être venue accompagner. Du moins c’est surtout rare qu’une jeune demoiselle se retrouve sans escorte. Et puis quitte à faire la conversation, et ne pas se regarder dans le blanc des yeux, surtout que je peux être pire qu’une fille niveau conversation. Je l’assume, j’ai une grande gueule, et surtout je ne peux m’empêcher de débiter à la seconde ce que j’ai en tête de peur de finir par l’oublier, ce qui arrive fréquemment.

Nos verres arrivent, et je finis par prendre les devants. Son accent est typique, son anglais est encore approximatif, je dois savoir, ce pourquoi, je continue volontairement la conversation en coréen, histoire de la mettre à l’aise.


Tu es bien de Corée, j’ai raison ? Tu viens d’où exactement ? Et ça fait longtemps que tu es ici à Miami ?

Je la bombarde de questions certes, mais c’est tout ce que j’ai trouvé pour le moment, bien trop curieux de savoir de quelle ville elle vient exactement. Seoul serait le jackpot, mais il n’y a pas que Seoul en Corée, j’en suis conscient. Enfin, j’espère qu’elle est vraiment coréenne, sinon j’ai pas l’air con à causer coréen tout seul, sans qu’elle comprenne un traitre mot de mon baratin.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: The party is on (Eun ♥)    Sam 3 Mai - 23:26



The party is on

Je regardai mon portable une dernière fois avant d'entrer dans la douche. J'attendais une confirmation de la part d'Emma, pour notre sortie de ce soir, parce que finalement, elle était peut-être occupée. De toute façon, avec ou sans elle, je sortais quand même. Mais l'endroit changeait. Ce soir, elle avait décidé de m'emmener au karaoké, chose que je ne connaissais pas vraiment. Et puis ici, ça devait être différent de chez moi. En fait, je crois que je n'y avais jamais été dans mon pays. Parce qu'avant, j'étais toute seule. Et parce que je n'étais pas très bonne chanteuse. C'était surtout que je n'avais pas de voix, ou comme je n'avais jamais pris de cours, je ne savais pas comment l'utiliser. Toujours était-il que je préférais utiliser mon corps pour danser -ou bien d'autres choses ...- plutôt que ma voix pour chanter. Sauf que ce soir était un exception et que nous comptions bien nous faire remarquer sur la scène ! Et pourquoi pas revenir bien accompagnée, bien que pour moi, je m'en fichais à présent. Je savais que si je n'avais pas de prise, un poisson bien plus intéressant m'attendait toujours et parfois, je revenais bredouille volontairement pour pouvoir retourner dans les bras de Jun. A vrai dire, ces rendez-vous étaient trop quotidiens pour que ça ne dépasse pas les limites que je m'étais fixées mais je m'en fichais parce que c'était trop bien pour que ça s'arrête.

Après une douche assez rapide, je me parai d'une serviette avant de me placer devant mon placard et de chercher une tenue. J'avais vu au passage un message d'Emmalee qui confirmait bien notre sortie. J'avais mis déjà pas mal de choses dans mes valises, en vue de mon départ. Maintenant que j'avais une confrérie, je voulais avoir une chambre avec l'une de mes camarades et vivre avec les autres au quotidien. Je devais bientôt emménager mais tout n'était pas encore prêt. Quelques vêtements trônaient encore sur des cintres, pour mes sorties, mon sabre était dans un coin, attendant que je le nettoie avec amour, mes cours sur une chaises. J'arrivais à comprendre la plus grande partie de ce que les professeurs disaient, en gros, et en demandant des précisions à mes camarades, mais l'école, ce n'était clairement pas ce qui me passionnait le plus. J'avais quand même des camarades très sympathiques et je m'étais fait des amis, preuve en était avec le jolie jeune fille qui m'accompagnait ce soir. Sans compter sur certaines proies que j'avais repéré dans ma classe, mais j'attendais encore un peu pour commencer la chasse. Quand je trouvai enfin un ensemble qui me convenait, je pus l'enfilai avant de me sécher les cheveux et de me maquiller. J'avais fait ma manucure ce matin alors pour ce point, tout était bon. Dans le miroir, je regardai mes cheveux, réfléchissant. Et si je me faisais une couleur ? J'en avais déjà fait et j'avais envie de changer un peu mais je ne savais pas vers quoi m'orienter. Peut-être les éclaircir un peu ? Chocolat ? Au pire, ça attendrait bien un autre moment, me dis-je en arrangeant ma veste sur mes épaules.

Je pris mon petit sac à main, avec mon portable et mes papiers. Je n'avais plus qu'à héler un taxi au passage et attendre Emma devant le karaoké. J'avais juste l'adresse, que je donnai au chauffeur. Pour une fois, je ressemblais à une sage jeune fille. Ce n'était pas pour autant que j'en étais devenue une ... Une fois arrivée à destination, je vis Emma et m'approchai pour la rejoindre. Elle était jolie comme tout, comme à son habitude. Je me demandais si elle savait chanter, elle ne m'avait pas dit. Bah, surprise, je verrai bien. Je la saluai avant que nous rentrions dans le bâtiment. Nous nous installâmes à l'une des tables alors qu'un mec chantait une chanson en anglais que je ne connaissais pas et que je ne comprenais pas vraiment. Sa chanson se finit bientôt et miracle, il était installé juste à côté de nous. Il remarqua bien Emmalee au passage, qui semblait très à son gout. Je regardai plusieurs personne passer en poussant Emma à parler plus au mec, mignon au passage mais pas vraiment mon genre. C'est ce qu'elle finit par faire et me fit faux-bond en s'en allant avec lui, avec ma bénédiction bien sûr. Je me retrouvai donc toute seule mais ce n'était pas pour autant que j'allais partir. Je n'étais pas encore montée sur les planches et je comptais bien à ce qu'on me voit ce soir.
Après quelques minutes de blanc, où personne ne semblait vouloir se porter volontaire et où je sirotais mon verre d'un air distrait, un jeune homme monté sur scène. En le voyant, je me redressai, soudain très intéressée. Celui-là, il me plaisait. Déjà, parce qu'il était bridé, comme moi. Et puis parce qu'il n'avait pas l'air d'être un timide maladive sans être un gros beauf. Et ici, c'était quand même pas gagné de trouver des types comme ça. D'après ce que je comprenais, la chanson qui venait était un duo. Il lui fallait donc une demoiselle. Bien sûr, les paroles étaient encore anglaises, et je ne savais pas me débrouiller. Mais personne ne se joignait à lui et je ne pouvais pas rater ma chance, anglais ou non ! Je me levai et montai sur scène avec lui, grand sourire sur le visage. En avançant, je pus le détailler un peu plus, en constatant que mes yeux ne m'avaient pas trompée. Sans doute pas aussi attrayant et piquant que Jun, mais bien mieux que la plupart des mecs ici et tout à fait convenable à mes yeux. Enfin, pour le moment, ce n'était qu'un duo, ne nous emballons pas ...

- T’inquiètes pas, tout va bien se passer, ça va durer quoi deux minutes, voire trois.

Il m'avait chuchoté ça à l'oreille, ce qui augmenta encore plus mon sourire Ma main à couper que l'assistance allait penser que nous étions venus ensemble. Forcément, deux asiatiques qui chantaient un duo ensemble, ça foutait le doute dans les têtes de ces décérébrés d'Américains. Je comprenais bien mieux que je ne m'exprimais mais j'avais déjà fait des progrès. Je me penchais aussi vers lui avant que la chanson ne commence.

- Jamais bon signe quand dure que trois minutes ...

J'étais joueuse et je ne savais pas comment il allait le prendre. Au pire, j'avais toujours l'excuse de l'étrangère qui ne savait pas parler. L'écran s'alluma et mes yeux se posèrent dessus alors qu'on me donnait un micro. Toute la salle allait pouvoir profiter de mon charmant accent coréen. J'espérais quand même suivre un minimum mais je savais que je ne ferai pas un sans faute. Les paroles de mon cher camarades apparaissaient en bleu et les miennes en rose, bien évidemment, sans surprise. En fait, je crois que je ne chantais pas toute seule, il y avait toujours sa voix pour m'accompagner. Je fis du mieux que je pouvais, c'est-à-dire pas trop mal quand même, mais clairement, je ne ferai jamais carrière dans la musique avec ma voix. Comme il l'avait dit, tout se passa bien et la chanson n'était pas très longue. Certaines, en Corée, pouvaient l'être, mais j'avais l'impression qu'ici, c'était moins courant. J'allais finir par me faire à cette nouvelle vie, c'était certain.
Une fois la chanson finie, quelques uns dans la salle applaudirent, comme à chaque fois que quelqu'un passait et je crois que le présentateur trouvait notre "couple" charmant. Après tout, ce jeune homme était charmant, bien habillé, il avait tout pour lui, du moins en apparence, puisque c'était la seule chose que je connaissais de lui. Je me tournai vers lui, toujours mon sourire sur les lèvres, pas timide du tout. Je ne comptais pas passer par quatre chemins, j'étais plutôt directe quand je décidais de ne pas jouer, et là je ne pouvais pas trop dans un simple karaoké devant bon nombre de paires d'yeux.

- Une autre toi veux faire ou toi venir à ma table discuter ?

Bah oui, je n'allais pas le laisser repartir non plus ! Je ne savais pas s'il était seul après tout, mais ça ne me coûtait rien que de l'inviter. Et puis s'il avait des amis aussi charmant que lui, il pouvait toujours me les présenter. Il ne devait pas être avec une fille à qui il plaisait ou sa copine sinon elle l'aurait sans doute rejoint sur scène. Je supposais donc que j'avais le champ libre, ou presque. Et puis j'avais parfaitement le droit d'apprendre à connaitre un peu plus celui avec qui j'avais partagé un duo. J'ajoutai, histoire de finir de le convaincre si nous ne faisions pas une autre chanson :

- Moi est seule, m'ennuie un peu ...

Est-ce qu'il allait me suivre ? C'était tout ce que j'aimais dans l'attente d'une réponse : découvrir qu'elle était positive. J'étais là pour rencontrer des gens, pas pour les laisser s'en aller sans m'avoir parlé un minimum, bien que moi, je parlais encore très très mal.
(c) Arwy


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: The party is on (Eun ♥)    Lun 28 Avr - 23:31



Là où tout le monde chante à l'unisson, les paroles n'ont pas d'importance. ▬ Inconnu.

Ca faisait quoi, aller deux jours à tout casser que j’étais à Miami, et je n’arrivais toujours pas à m’y faire. J’étais sans cesse à me demander si ce choix avait été judicieux ou non, et si j’allais vraiment réussir à me plaire ici. Evidemment, c’était bien différent de Seoul, ville où j’ai toujours vécu, et je n’avais pas peur du changement, ni même de la nouveauté, mais je n’avais pas envie de finir par me lasser d’une ville qui semble attrayante, pour qu’au final ça ne devienne qu’un quotidien banal et sans rebondissements à la clé. A voir si elle m’offre plus qu’elle n’y paraît, et si Wynwood est un établissement à la hauteur de sa réputation, parce que vu les éloges que m’avait fait ma mère, surtout pour que je finisse par céder, j’espérais qu’au moins je finisse par m’y plaire, même si ce n’est pas pour les cours, parce que je suis pas franchement fanatique de l’école en général. Je n’aime pas avoir un cul assis sur une chaise pendant des heures, sans rien faire. Je suis un hyperactif de premier ordre, et j’ai horreur de devoir stagner là alors que tant de choses m’attendent au dehors, qui me semblent toujours plus intéressantes. Et du à ce trop plein d’énergie que j’ai toutes les peines du monde à canaliser, je ne peux m’empêcher d’être complètement ailleurs, et ne jamais prendre des notes. Je suis un élève qui souffre d’un manque de concentration atroce, parce que je suis incapable de rester sur le même sujet pendant plus de vingt minutes, surtout si quelque chose d’autre s’offre à moi. Je suis un peu ce mec qui pourrait carrément être plus intéressé par une mouche qui survole la salle que le professeur qui débite son monologue, en même temps, qui ne cherche pas à tuer désespérément le temps en cours. Entre ceux qui griffonnent des tornades dans les coins de leurs cahiers et ceux qui dorment, je semblais encore tout à fait normal, juste que j’avais pas une moyenne à casser des briques, mais bon, ais-je vraiment besoin de savoir mes racines carrés pour chanter et danser, ou même faire du saut en hauteur, non, j’en doute fort.

C’est pourquoi, j’avais pour ma deuxième journée ici à Miami, passer le plus clair de mon temps à regarder ce qu’il se passait dehors, au lieu d’écouter attentivement ce que le prof racontait. Physique, ou chimie, ou même anglais, je ne saurais même plus le dire, tellement j’étais captivé par la pluie qui en ce jour déferlait sur les carreaux, et faisaient des petits bruits presque rythmés. Ajoutez à cela mes doigts qui tapaient frénétiquement sur la table, j’avais fini par trouver ça plus intéressant. J’avais trouvé le son des gouttes plus captivant qu’un cours sur des molécules ou la littérature, d’ailleurs. En sortant de la salle après avoir moisi dedans au moins quatre heures, je me rendais avec nonchalance jusqu’à la cantine, ne pouvant repousser davantage le jour où je devrais gouter à leur petits plats mitonnés de la veille. A dire vrai, j’avais toujours fréquenté des écoles où la nourriture était irréprochable, en même temps on fout pas un fils de PDG dans un lycée public, il finit dans un établissement privé, réputé, donc c’est pas de la bouffe qu’on verse dans l’écuelle d’un porc, mais à cause de ça, j’en étais devenu exigeant, et pas franchement attiré par l’aspect repoussant de leurs purées, ou steaks. Du coup, j’y allais presque à reculons, à l’image de certains élèves qui rechignaient déjà, se demandant ce que pouvaient bien leur avoir concocté les cuistots ce jour-là en espérant que ce soit déjà plus comestible que la semaine précédente. Rien que ça, m’avait rebuté, mais j’avais pris mon courage à deux mains, et au bout d’une demi-heure d’attente, j’étais assis, les mains croisées, à en regretter tout le parcours que je venais d’effectuer. Rien que l’odeur me donnait la nausée. Non, vraiment, je m’étais trop habituée à une qualité digne d’un restaurant gastronomique, il allait falloir que je me réhabitue à tout ça.

Comme quoi, même après avoir renié le statut de mon père, le dénigrant au plus haut point, je finissais par devenir comme tous ceux que je méprisais, exigeant. Rien que pour ça, j’avais envie d’aller leur donner des cours de cuisine, mais je me retenais, bien trop mature pour agir d’une façon aussi puérile, comme l’aurait fait le garçon du bar que j’ai rencontré lors de mon premier jour. Du coup, je me levais, saisissant mon plateau, auquel je n’avais pas touché, pas même au verre, qui était lavé à la va vite, et démontrait encore des traces de graisse, et alla le poser au comptoir prévu à cet effet, le ventre vide. J’allais dans la cour m’asseoir sur un banc et chantonner dans mon coin.

L’après-midi étant réservée aux options, j’avais fais connaissance avec mes profs, des élèves, qui enseigneraient ces dites options. Sport et chant, disons que dans les deux je performe pas mal, mais je voyais plus ça comme des points bonus à ajouter à l’examen final, et donc je ne voulais pas m’handicaper avec des options comme les maths, ou encore l’économie, qui même si j’avais des bases, me donnait la migraine. Au moins, le chant je ne me prenais pas la tête, et le sport, je me défoulais sans avoir à trop me poser de questions. C’était certainement la raison principale pour laquelle j’aimais l’art et le sport, ça m’aidait à me défouler, à me dépenser, tout en me permettant de pratiquer ce que j’aimais faire.

Une fois tout ça fait, j’allais prendre une douche bien méritée, après avoir sué pendant une bonne heure, tout en étant trempé par la pluie qui n’avait cessé de s’abattre sur nous tel un châtiment qu’on aurait mérité de recevoir. Mais malgré tout, j’avais couru sans relâche. En sortant de la douche, j’enroulais ma serviette autour de la taille, et regagna ma chambre plongeant mon nez dans l’armoire à vêtements et en attraper deux trois qui me venaient sous la main, avant de les enfiler simplement, et vérifier que mes cheveux ne partaient pas dans tous les sens, avant d’attraper mon portable et sortir. Rien que le fait d’être tout seul dans cette fichue chambre m’agaçait. J’avais personne à qui parler, et avec qui m’éclater le soir, du coup, ne supportant pas de m’ennuyer comme un rat mort, j’avais décidé de filer et trouver un endroit sympa ou m’éclater un peu. J’étais pas un gros fêtard dans l’âme, j’aimais m’amuser, mais de façon posée, et non en m’enfilant un gros pétard et trois shooters de vodka d’affilée. Et comme j’avais repéré un karaoké dans l’angle de la rue adjacente à Wynwood, j’avais décidé de m’y rendre sans plus attendre.

Le seul hic, c’est que les karaokés américains étaient loin de ressembler à ceux que j’avais connu en Corée. Alors que par chez moi, nous pouvions louer des salles et faire ça de façon plus privative, même si nous étions seuls, ici c’est plus une salle où tout le monde se jette sous les regards de nombreux adeptes, qui chantent de bon cœur un verre à la main. Bien sur, j’étais pas à cent pourcent contre ce genre de pratique, mais j’allais avoir du mal à m’y faire, jugeant que le karaoké était quelque chose de plus personnel, qu’une représentation par exemple. Parce que même si on sait pas chanter, on fait du karaoké pour rire, s’amuser entre potes, et devoir s’exposer aux critiques, c’est pas toujours évident. Bien sur pour ma part, je n’avais pas trop de soucis à me faire de ce côté là, mais je préférerais toujours les karaokés asiatiques à ceux occidentaux.

Je pénétrais dans la grande salle ou une scène venait occuper le milieu de la pièce, et tout autour des tables parsemées de ci et là, il y avait déjà pas mal de monde qui était présent, et j’allais commander un verre avant de m’installer et regarder ceux qui passaient actuellement, reprenant un tube de Rihanna. Typique, mais j’avais encore du mal à me faire au type de musique commercial, et un peu trop vu et revu, mais paraissait-il que ça faisait fureur par ici.

Après plusieurs minutes, voyant que plus personne ne semblait attirer par le pouvoir de la chanson, je m’avançais d’un pas confiant vers la scène où le DJ semblait chaud pour nous balancer un duo, alors évidemment un duo seul, ça le faisait pas trop, ce pourquoi il se mit à appeler dans l’assistance une jeune demoiselle pour m’accompagner. Avec tout le mal qu’il s’était donné, une daigna enfin pointer le bout de son nez. Etais-je si effrayant, si intimidant, pour qu’on refuse de faire un duo avec moi ? Ou parce que j’avais la parfaite tête du type qui chante aussi bien qu’une vache parle coréen ? Mais comme pour la rassurer, je me penchais vers elle.

▬ T’inquiètes pas, tout va bien se passer, ça va durer quoi deux minutes, voire trois.

Puis il lança la musique, l’écran sur laquelle s’affichaient les paroles s’alluma, il ne restait plus qu’à se lancer.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: The party is on (Eun ♥)    

Revenir en haut Aller en bas
 
The party is on (Eun ♥)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: