AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Chalet 05 - Les jaunes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Chalet 05 - Les jaunes   Sam 12 Avr - 14:29

Voici le chalet des jaunes qui est composé de Vicky McFenry , William Harrisson , Scarlett Engel , Li Han , Alma Rodriguez , Tilla Swan , Arizona De Slewer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Lun 14 Avr - 23:52

Mention / interaction passive : Lila March, le chalet Jaune.

9:00 PM.
La route avait été longue, et bruyante. J'étais donc fatigué et agacé sur le plan mental ainsi qu'engourdi sur le plan physique. Cela n'avait, non en effet, rien d'un ensemble propice à une quelconque bonne attitude. Et par-dessus tout enfin, j'avais faim : mon humeur en demeurant donc véritablement massacrante. Observant le paysage à la flore se densifiant, je trépignais d'impatience. Un animal en cage remuant ses pattes en attendant sa liberté ; aux vues de mon incapacité à rester immobile, l'image convenait à merveille. Je venais de passer cinq heures à ruminer le passé tout en observant mes camarades, pour la plupart étrangement intéressants. L'expérience avait donc été enrichissante, certes. Mais éreintante. J'avais, d'un côté pu observer les manies de certains et d'un autre, pu me rabâcher en boucle les événements du mois précédent.
Il me fallait donc de l'air, et vite. Mes pensées m'étouffant presque, je ressentais depuis une heure environ le besoin de courir, de fuir, le plus loin possible ; ce 'loin' n'étant jamais assez, évidemment. Ce serait trop simple auquel cas. Non, mon esprit est bien plus sadique (ou masochiste?) et pervers que ça. Ainsi, je pouvais courir des heures durant sans ne ressentir ne serait-ce qu'un infime sentiment de m'être éloigné de quoique ce soit. J'avais déjà essayé. Parce que ce que je fuyais était en moi, tout simplement.
Quel état pour le moins pratique, effectivement.

Assis au fond de mon siège donc, écoutant d'une oreille distraite les conversations des uns et des autres et les observant de loin, je ruminais, remuant ma jambe frénétiquement maintenant que les grands espaces se rapprochaient. Et je ne croyais pas si bien penser puisque, quelques minutes plus tard, le bus s'arrêta.

Je suis un des derniers à en descendre. Le besoin de grands espaces certes, mais il n'était pas question de me coller aux autres pour autant. Ces derniers en revanche iraient pour certains jusqu'à tuer pour sortir de cet espace confiné capable de tuer un claustrophobe. Cette dernière idée me fait étrangement sourire tandis que je me lève à mon tour, suivant le flot constant d'étudiant.

Dehors, le ciel assombris recouvre de son manteau étoilé le petit groupe qui se forme. Je lève les yeux au ciel tout en marchant, manquant de peu d'heurter une jeune femme aux cheveux courts ébouriffés non loin de là. Sans m'attarder plus sur sa réaction, je continue mon avancée vers le professeur et les autres, observant et détaillant mon environnement provisoire. Je me demande quelles libertés ils vont nous laisser dans les parages. L'idée me vient immédiatement d'aller faire un footing demain matin avant les cours, j'aurais presque hâte. Dans l'instant cela dit, je me concentre rapidement sur les dernières paroles d'Hoffmann, le professeur en charge du voyage qui nous communique les informations propres au séjour. Et je reste sidéré par cette dernière annonce. Des chalets communs.. Certes il fallait s'y attendre.. Mais distribué au hasard.. ? Plantant mon regard dans ceux du coordinateur, j'écarquille les yeux un instant puis lève un sourcil. Ça, c'est pas bon. Pas bon du tout. Scrutant les autres élèves furtivement, je fais de mon mieux pour repérer ma couleur du jour, et pas celle que je préfère d'ailleurs : le jaune.
Rapidement, je repère une.. Deux.. Trois... Quatre.. Cinq.. Six.. Sept....

Sept.

Je recomptes plusieurs fois les bracelets que j'ai pu apercevoir parmi la foule. Cela n'en change aucunement les détenteurs... Ou plutôt détentrices. En effet, c'est bel et bien avec sept filles, et pas une de moins ni une seule autre présence masculine que je vais passer les quatre jours à venir. Je ne sais d'ailleurs pas si c'est la légère brise qui soulève mon t-shirt ou cette précise idée, mais au fur et à mesure que je le réalise, je sens mes poils qui s'hérissent sous mes vêtements. Je vois d'ici les histoires qui se profilent à l'horizon. Un chalet. 7 filles. Un garçon : moi. Certains en rêvent quand on y pense. Mais ce n'est pas mon cas. Personnellement, l'idée me ferai presque tressaillir. En tout cas, cela ne me dit rien qui vaille.

Restant planté en périphérie du groupe d'étudiant, je laisse une des filles aller récupérer la clef et me dirige nonchalamment vers le bâtiment de bois portant la fameuse couleur. J'y arrive le premier et m'installe sur le perron, m'accoudant à la barrière qui fait face à la porte d'entrée. Que les demoiselles prennent leur temps, je ne suis en aucun cas pressé.

Observant les étoiles qui filtrent par la cime des arbres, je prends alors une grande goulée d'air. L'environnement est frais et l'odeur dégagée par une nuit en forêt me fait oublier un instant fatigue, harassement et faim latente. J'aurais presque préféré un véritable camping en fait. J'aurais eu une bonne raison de dormir à la belle étoile au moins. Mais peu importe. Savourant l'air pur au sein de mes poumons ravagés par la cigarette et autres substances bien loin du naturel, j'attends patiemment mes colocataires de voyage, espérant que l'une d'elle au moins, serait de charmante compagnie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Mar 15 Avr - 1:20

Arrivée au chalet.
Interactions : Amber & le Chalet des Jaunes.

Le trajet avait été long, trop long, mais heureusement j'avais pu faire connaissance avec Amber, et découvrir ses passions, son arrivée à Wynwood, et son talent pour le Nail Art, j'étais pas cent pour cent fan du vernis à ongles, j'étais pas bien douée pour me l'appliquer notamment quand il fallait que je l'applique de la main droite. J'étais gauchère, mais parfois j'avais l'impression d'avoir deux mains gauches, mais elle avait su m'expliquer, et me faire part de son talent. Au final, je l'aimais bien et depuis que j'avais intégré les Eta Iota j'avais complètement oublié l'image que je m'étais faite d'elle à mon arrivée à Miami, derrière leur côté populaires se cachaient des filles adorables, aux mêmes passions que les miennes. Finalement, malgré l'importance que j'accordais aux études, elles étaient comme moi, à vouloir plaire, à aimer se coiffer, s'habiller et j'aurais pas imaginé qu'un tel fossé soit rebouché alors que la chef des Eta Iota en personne m'avait humilié publiquement dès mon arrivée. A croire que tout finit par changer.

Une fois descendue du bus, je continuais à discuter avec Amber, tout en balayant la foule, Scarlett était aussi là, je tentait de capter son regard pour lui faire un signe, mais elle ne sembla pas m'apercevoir de suite, j'essayerais de lui parler plus tard, et nous arrivions sur la grand place où le professeur nous fit le topo sur les logements. Les maisonnettes étaient charmantes, et j'avais hâte d'y entrer pour découvrir l'intérieur. Très honnêtement j'avais déjà en tête de passer du temps avec Amber, attraper Scarlett au passage et toutes les autres personnes avec qui je m'entendais bien ici, mais apparemment les profs n'étaient pas d'avis que nous composions nous même nos groupes, puisqu'il commença à distribuer des bracelets à tout le monde. Chaque couleur son groupe et quand je vis Amber avec son bracelet bleu et monsieur Hoffmann m'en donner un jaune, je ressentis une profonde déception.

Oh dommage, on est pas ensemble, dis-je dépitée.

Puis il reprit la parole, et nous souhaita bon appétit et bonne nuit, je me tournais vers Amber : Bon et bien, je suppose qu'on se voit demain matin, bonne nuit, tu me diras avec qui tu es. Puis je partis retrouver le prof en lui demandant la clé du chalet numéro cinq puisque personne ne s'était encore chargé de la récupérer. Je m'avançais vers la foule, mettant en évidence mon bracelet jaune histoire de faire comprendre qu'il fallait me suivre, et vit Scarlett avec un bracelet identique.

Oh on est dans la même chambre, dis-je heureuse, c'est super.

Puis j'arrivais devant le chalet où un jeune homme qui ne m'était pas inconnu attendait sagement sur le perron.

Tiens, tiens comme on se retrouve Will, dis-je pour plaisanter. Tu vas bien? Le voyage a pas été trop long? Le questionnais-je tout en ouvrant la porte pour laisser mon groupe entrer.

L'intérieur était vraiment adorable, et je laissais sortir de ma bouche un "Ouah" avant de faire un grand sourire. Quand je vis les autres arriver, je me rendis compte qu'en dehors de Scarlett et William, je ne connaissais personne, ce pourquoi je me présentais poliment à eux.

Et bien vu qu'on va passer quatre jours ensemble, autant savoir à qui on a affaire, moi c'est Li, enchantée, dis-je poliment tout en posant mon bagage près d'un sofa.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Jeu 17 Avr - 7:02

Un trajet plutôt long et dur à supporter. Entre les frasques de mon père dans le fond, Emma qui n'arrêtait pas de me questionner sur Adam, mon envie de me retourner pour le regarder, mon envie de jouer de la guitare. Je me serais bien enfoncé dans ma bulle pendant 5 heures si je ne devais pas tenir la conversation à ma meilleure amie. Pendant le voyage, on appris la couleur de notre chalet, celle-ci indiqueront les personnes avec qui on allait le partager. J'admets sans honte, ne pas avoir penser au dortoir... Mais j'avais imaginer que je pourrais rester avec mes amis pour me rassurer. Même si Tonio, Seb ou Zack n'étaient pas là pour me rassurer, j'avais assez confiance en Scarlett ou Emma pour prendre le relais... Le bus arrivant, je mets ma peur de la nuit de côté, je n'ai pas que ça à penser maintenant. J'ai vu Arthur dans le bus, peut-être sera-t-il par chance aussi dans mon chalet ?

Je descends du bus, avec ma guitare sur le dos, je prends dans mes mains mon sac à dos. Déçue de ne pas être avec Emma, je la laisse partir avec un sourire triste, tandis qu'une asiatique agitait son bracelet de la même couleur. Je slalomais entre les gens pour sortir du troupeau d'élève et arrivait devant mon chalet. Scarlett devant la porte, mon visage s'éclaircit enfin, heureuse de ne pas être totalement seule. Me débattant avec mes affaires, maudissant Emma d'avoir alourdit ma valise avec des vêtements que je ne porterais surement pas, évitant de me dire que c'était peut-être mon coffret à crayon le plus inutile dans cette histoire. Je m'approche de mon amie allemande, toute sourire.

-Guten tag, prononçais-je maladroitement. Je suis rassurée de savoir que tu es avec moi pour ces 4 jours, ils nous ont séparé Emma et moi.

Je regardais au loin mon père s'en aller vers son propre chalet avec les autres adultes. Le cœur serrer, je repensais encore à ce jour à l'atelier quand on s'est disputé. C'était la première fois de ma vie, que j'allais contre l'avis de mes parents et pire encore, que je souhaitais les blesser volontairement. Ce jour là, il s'était autoproclamer père du jour au lendemain, me rendant si rancunière, que j'ai laissé cette partie sombre de moi s'exprimer. J'aimerai dire que je ne suis pas désolé, mais l'expression de son visage, reste encore frais de ma mémoire. Mon attention fut soufflé par la jeune asiatique de tout à l'heure. Se positionnant comme leadeur dans le petit groupe, son visage m'interpelle un instant. Je me tourne vers Scarlett et lui chuchote. "Ce n'est pas une fille de ta confrérie ?"

Tout en entrant, mes yeux regardent partout, et surtout les issues de secours, fenêtre, porte, couloir, m'assurant même qu'il n'y avait pas de trappe au sol. Et bien vu qu'on va passer quatre jours ensemble, autant savoir à qui on a affaire, moi c'est Li, enchantée.

Je pose ma guitare contre une table, et ma valise au sol en soufflant de soulagement. C'était le moment des présentations, mais ce monde, me mettait mal à l'aise. J'avais déjà du mal avec les cours de dessin ou je devais parler devant beaucoup de personne, que lorsque mon père à repris le cours en main, je ne m'étais jamais sentie aussi soulager. Fuyante, je me présente rapidement. "Moi c'est Vicky." Je vis arriver Arizona et son amie. Si je ne connaissais que de vue Alma, pour sa présence permanente avec mon amie d'enfance et Aiden, nous n'avions jamais eu l'occasion de nous parler. Je souris à Ari. Me sentant de plus en plus à l'aise dans le chalet. Au moins, j'aurais quelqu'un pour comprendre si je me mettais à réveiller tout le monde en pleine nuit. Je reprends ma guitare sur mon épaule et m'esquive du petit groupe en silence, allant chercher un lit. Je constate avec horreur qu'on sera 4 part chambre... Je me frotte le front, contrariée au possible. Faire vivre un enfer à une personne c'est une chose, à 3 autres, encore pire...

Je jette mes affaires dans un lit du bas, le plus proche de la porte. Je m'assois sur le lit, lourdement, profitant de ce moment de solitude, pour sérieusement m'inquiété. Et si j'avais eu tord de venir ? Me rongeant les ongles, je sortais mon téléphone pour checker les messages que j'aurais pu recevoir. Hormis le message de Seb plus tôt dans le bus, rien. Je me laisse retomber contre le mur en soupirant.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Jeu 17 Avr - 11:52

J'avais passé tout le trajet à travailler dans mon coin. Ça ne m'avait pas dérangée d'être seule, au contraire, comme ça j'avais été au calme pour réviser, même si les bruits des idiots au fond du bus arrivaient jusqu'à moi. À la fin des cinq heures, je descendais du bus, comme tout le monde, après avoir rangé mon livre dans mon sac. Une fois hors du bus, je m'étirais et aller chercher mon sac dans la soute. Je me mis ensuite à suivre la foule jusqu'à une place où le professeur nous donne les informations pour la répartition des chalets.

Je recevais alors un bracelet jaune et un prospectus, je le remerciais et attendis que tout le monde ait reçu son bracelet et son prospectus. Je cherchais alors du regard les personnes possédant. Je finis par apercevoir quelqu'un lever le bras de manière à montrer son bracelet qui était jaune. Je remarquais qu'il s'agissait de Li, quand j'arrivais à son niveau, je lui souris, contente de voir que je n'étais pas seule.

« Oui, ça me fait plaisir aussi »

À peine, quelques instants après, ce fut ma correspondante Américaine qui me salua, dans ma langue natale. Je me tournais vers elle et lui souris. Elle me dit qu'elle était rassurée de voir qu'elle n'était pas seule car elle avait été séparée de sa meilleure amie.

« Ne t'en fais pas, vous pourrez sûrement vous voir dans la journée » Tentais-je pour la rassurer un peu.

On entrait ensuite dans le chalet, à la suite de Li et Vicky me demanda alors si elle était dans ma confrérie. Li avait été chez les Khi, mais elle était maintenant chez les Eta, j'ignorais la raison qui l'avait fait partir et ça ne me regardait pas, même si je trouvais ça étrange comme changement. Mais bon, en y réfléchissant, je ne répondais pas à mon amie. J'hochais alors légèrement la tête

« Elle était dans ma confrérie oui, mais maintenant elle est chez les Eta Iota. »

Une fois à l'intérieur, je déposais mon sac contre un mur pour qu'il ne gêne pas et après quelques instants Li proposa que l'on se présente. Elle commença, suivit par Vicky. Comme personne ne prenait la parole, je décidais d'être la prochaine.

« Moi, c'est Scarlett, enchantée »

J'attendis que tout le monde est fini de se présenter pour suivre Vicky dans la chambre. J'allais déposer mon sac sur l'un des lits du bas avant de m'asseoir dessus et de regarder Vicky. Elle m'avait dit quand on ne s'était pas encore rencontrée qu'elle faisait souvent des cauchemars concernant son enfance. Elle devait avoir peur d'en faire durant le séjour, a ce voyait à son visage.

« Ça va aller ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Ven 18 Avr - 22:09

Cela fait maintenant un jour que vous êtes tous aux Everglades. La journée a été plus ou moins longue, vous avez pu profiter d'un cours avec Monsieur Hoffmann en extérieur, en apprendre un peu plus sur les Everglades, et passer une après-midi parfaite en compagnie de vos amis à faire des activités extérieures. Pas à se plaindre jusque là, les nuits sont fraiches, pas un bruit. Mais ce deuxième jour a été gris, de gros nuages épais sont présents au dessus du camping. Les cours se sont déroulés en intérieur et vous avez été confinés dans les salles, bars et chalets pour l'après-midi à cause de grands seaux d'eau qui se déversaient sur les Everglades. Le temps aura gâché votre deuxième journée, et c'est donc exténués que vous rentrez tous à votre chalet respectif et que vous vous couchez, espérant que le lendemain soit plus clément.

Mais alors que vous êtes bercés par le vent contre la vitre, la pluie qui coule sur le toit, vous entendez des bruits sourds, qui vous réveillent en sursaut. Vous avez du dormir une heure ou deux à tout casser, mais vous n'avez pas pu voir ce qui se passait alors dehors. Il est connu que pendant la période pluviale, la région dans laquelle vous vous situez, connaisse des inondations, et c'est ce qu'il se passe actuellement.

Un orage fracassant, coupure d'électricité, et hors de question de sortir dehors. L'eau a augmenté, et c'est une piscine dehors, vous êtes coincés dans le noir, dans l'incapacité de vous rendormir avec la force des éléments. Ce qu'il risque de se passer, vous l'ignorez, mais avec le temps, le vent qui souffle, la pluie qui s'abat sans cesse, et le niveau de l'eau qui monte, vous imaginez le pire.

HRP : Bonsoir, ceci est notre surprise /pan. On voulait mettre un peu de piment dans le voyage, vous voilà donc confronté à une tempête, merveilleux n'est-ce pas? Alors comment ça se déroule, vous expliquer simplement comment votre perso réagit à ça, sachant qu'il ne peut ni sortir du chalet, ni rien faire. En clair vous êtes piégés dans le noir, alors que les éléments font la guerre dehors.

Pour ceux qui n'avaient pas encore répondus au chalet, vous pouvez très bien faire votre rp en deux parties, avec un flashback pour expliquer l'arrivée si vous voulez, puis écrire la suite sur l'évènement surprise. Enjoy.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Sam 19 Avr - 14:25

La journée d'hier avait été particulièrement parfaite, le cours avait été on ne peut plus intéressant, et on avait pu en découvrir davantage sur notre lieu de séjour, qui je devais avouer est paradisiaque. Nous sommes au beau milieu d'une nature intacte, conservée, et merveilleuse. Tout a été fait en fonction, et je m'y plais beaucoup. J'avais passé du temps dehors à visiter un peu, prendre quelques photos pour ne rien oublier et en faire profiter ma mère quand elle reviendrait en lui envoyant une sorte d'album, elle qui a toujours été très nature et aventurière dans l'âme, elle aurait certainement apprécié une sortie de la sorte. De plus, j'avais entendu que nous n'étions pas que des humains à résider au campement, mais qu'on pouvait croiser des animaux, et pas juste un lapin farouche ou des biches, ou je ne sais quoi encore, mais des petits alligators de la taille d'un teckel, mais sincèrement, contrairement à un chien ils sont bien plus flippants. D'un coup de mâchoire ils peuvent arracher la jambe, alors je préférais éviter tout ce qui pouvait s'y approcher, et je regardais parfois plus mes pieds que le reste, de peur de tomber sur un reptile. A dire vrai j'avais étudié en détail le prospectus du professeur de physique, et j'avais été un peu refroidi par toutes les bestioles horribles qui résidaient dans les Everglades. Au début, j'avais pensé qu'on en aurait pas affaire, mais après avoir surpris une jeune fille parler avec Mr Hoffmann, j'y croyais moins. C'était un cas courant de se promener et tomber sur ses créatures, je comprenais vite pourquoi ça la rebutait.

Enfin, sinon tout s'était bien déroulé, je faisais davantage connaissance avec Amber, et passait du temps avec les gens de mon chalet. Tout se passait relativement bien en réalité, ce qui ne semblait pas être le cas. L'ambiance qui résidait dans notre chalet semblait tellement paisible comparée à d'autres.

Mais aujourd'hui, le temps n'était pas de notre côté, il avait plu une bonne partie de la journée, et j'avais passé mon temps dans la salle commune à déprimer. J'avais rêvé faire une petite sortie canoë, mais les rivières seraient certainement inaccessibles pour les jours qui suivent, ce qui me dégouta un peu, mais nous ne décidons pas de la météo.

Avec les colocataires du chalet, on avait fini enfermé dans notre chambre, avec comme unique solution dormir et espérer qu'un soleil resplendissant soit au rendez-vous le lendemain. Mais alors que j'avais réussi à bien dormir, deux heures après je fus réveiller par un coup de tonnerre terrible. En sursaut, je tombais de mon lit, dans un grand fracas poussant un cri aigu au passage qui en réveillera plus d'un. Je me frottais la tête, qui s'était malencontreusement cogné contre le parquet. Je m'asseyais sur le sol, et vis par la fenêtre des éclairs qui transperçaient le ciel. D'un bond, je me levais. Il pleuvait encore, et c'était une véritable tempête qui s'abattait sur nous.

Quand un autre bruit de tonnerre se fit entendre, je courus dans mon lit et me blottis sous la couette, morte de trouille. J'avais peur des orages, et je priais pour que ça s'arrête, rouler en boule dans mon lit, les larmes coulant sur mes joues.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Mer 30 Avr - 3:10

Aujourd'hui j'ai vu mon père plus souvent qu'en six années complète. Tout ce que ça m'a apporter, c'est plus d'effort pour l'ignorer, la rancœur bien trop présente dans mon cœur. J'ai tellement de chose horrible à lui reproche que je ne peux plus lui parler, plus lui adresser la parole, plus le regarder dans les yeux. Emma et Scarlett me distrait beaucoup, ça m'aide. Emma est rigolote et pas vraiment à l'aise dans cet environnement, ça me fait sourire. Les regards furtifs que j'échange avec Aiden m'aide aussi. Nous nous parlions jamais en publique au final, j'étais connecté à lui désormais. Je pouvais sentir à chaque fois quand Adam me regardait, c'était grisant et inquiétant à la fois. Les cours de la matinée, je n'ai pas du tout été concentré sur le professeur et mon carnet en main, je m'étais surprise à dessiner une fois de plus l'écossais. Dans l'heure du midi, j'échange des sms avec Seb et ça remplis mon cœur, il me manque, j'ai envie de le voir et de le serrer dans mes bras.

J'échappe à l'attention de ma meilleure amie et de mes bienfaiteurs pour quelques heures. L'endroit est inquiétant, voir plus qu'un bois sombre. Mais il était sujet à créativité. Au loin, j'entendais les autres et les bruits s'atténuait, chacun se séparant pour se mettre à leurs activités. Je suis donc rentré au chalet pour profiter de ce moment de répits. Je ne me suis jamais qualifié de solitaire, car en partie, me retrouver seule me terrifie. Mais la seule personne que je voulais voir étant absente, je n'avais pas envie de me forcer à sourire. Je voulais juste sa tendresse et le sentiment qu'il me faisait ressentir quand j'étais dans ses bras. Je pouvais passer des heures à me reposer contre lui, sans un bruit, sans même un mot. C'était plus reposant que toute mes nuits.

Le temps se couvre et me pousse à rentrer au chalet plus tôt que je ne le voudrais, moi qui espérait pouvoir profiter un peu. Je retrouve Scarlett, Ari avec Alma. Jetant mes affaires sur mon lit, la soirée s'annonce simple, beaucoup de mon par rapport au duo qu'on formait dans ma chambre le soir chez les AP.

Lorsque tout le monde se couche, je fais de même, restant éveillée dans le noir à fixer le plafond. Je n'arrive pas à dormir, j'appréhende mes rêves, j'appréhende les conséquences si je m'endors. J'attends une heure, les personnes dans chambre s'endorment doucement, je sors de mon lit sur la pointe des pieds. J'emporte mon carnet de dessin et un crayon, posé au pied de mon lit, mon téléphone et mes écouteurs, et me voila dans le salon à m'asseoir sur un canapé en allumant la lumière. J'entends la pluie tomber, ça ne m'inquiète que très peu. Je mets ma musique et une musique épique coule dans mes oreilles. De coups de crayon frénétique, je dessine les bois de mes cauchemars, les monstres qui s'y cache, le corps maigrelet d'une fillette squelettique. Combien de temps avais-je passer sous perf quand j'y repense. Un éclair illumine soudainement la pièce malgré la lumière tamisé de la pièce. Puis soudain, un bruit qui transperce mes écouteurs et me fait sursauté, les lumières sautent et me laisse dans un noir complet. J'entends un cri provenant de la chambre et je commence à m'affoler. Ma respiration à pris trois vitesse supérieur et je regarde dehors, la pluie tranquille avait changer en un torrent inquiétant. Je m'enfonce dans le canapé et un éclair illumine encore la pièce, lui donnant pour l'espace d'une seconde, des ombres inquiétantes. Pourquoi a-t-elle crier, quel horreur, j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ce genre de cri. Je ferme les yeux et le tonnerre me fait sursauté, je me recroqueville et bouche mes oreilles de mes mains. J'essaye de respirer et je ne sais pas qui appeler à l'aide. Un troisième éclair, un troisième boum assourdissant. D'instinct, j'appelle la personne que je pensais le plus proche de moi, si on pouvait croire que c'était Scarlett, il y avait une autre personne que je connaissais de longue date.

-ARIIIIIIIIIIIIIIIII !!! Terminais-je en pleurant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Jeu 1 Mai - 16:47

Le voyage avait été très long et j’étais à deux doigts de péter un câble avec le manque de nicotine. J’avais arrêté la drogue, certes, mais j’étais pas prête pour arrêter la cigarette. Malgré les tentations d’alma, je voulais relever le défi de rester 5 heures éveillée et sans fumer, ç’avait été très dur, mais j’avais fini par y arriver. Une demoiselle que je ne connaissais pas nous montrait qu’elle avait la clé de notre chalet, je grattais une clope à Aiden puis l’embrassais avant de rejoindre mon groupe accompagnée d’alma, vu que nous avions au moins le même bracelet. Je me tournais vers ma meilleure amie :

« C’est con qu’Aiden soit pas avec nous quand même, m’enfin on est ensemble c’est déjà ça »

Je suivais le groupe et remarquais qu’un peu plus à l’avant, Vicky était avec une de ses amies. Au moins, j’étais aussi avec une autre demoiselle que je connaissais, quant aux autres elle ne me disait absolument rien. Dans notre groupe, il n’y avait qu’un garçon, un seul, le pauvre. Au moins, il était bien entouré, lui. Le chalet était un peu rustique, mais mignon, on n’avait pas vraiment de quoi se plaindre. Je déposais mon sac dans un coin du chalet pour pouvoir le monter un peu plus tard et rendais le sourire à Vicky quand la passe-partout du groupe se présenta :

Et bien vu qu'on va passer quatre jours ensemble, autant savoir à qui on a affaire, moi c'est Li, enchantée

Vicky prit ensuite la parole assez rapidement, comme si elle avait peur qu’on la morde et puis ce fut au tour d’une dénommée Scarlett quand je fis de même.

« Arizona » leur annonçais-je d’une voix neutre.

Enfin, je me dirigeais vers la porte, montrant la clope à Alma pour qu’elle comprenne que je sortais fumer. Je m’asseyais sur les marches et regardais le reste des étudiants s’installer dans leur propre chalet.

-------------------------

La journée avait été intéressante. On avait d’abord eu cours et ensuite on pouvait faire ce qu’on voulait pendant l’après-midi. J’avais dans un premier temps été faire un tour dans les environs avec Alma et ensuite, on avait fini par faire du Canoë avec le reste du groupe SM. En gros, on s’était bien amusée. Lila avait, comme d’habitude fait la folle et avait bataillé avec Matt. Certains s’étaient même retrouvés dans l’eau et finalement, j’avais fini mon après-midi par une autre balade, mais avec Aiden cette fois. Le temps avait été un peu nuageux pour ensuite finir par pleuvoir, nous obligeant à rentrer. Avant de rejoindre mon chalet, j’avais voulu rendre visite à Grace pour voir si elle tenait le coup depuis sa dispute avec Matt, ca avait l’air plutôt compliqué, mais au moins j’avais pu lui dire que cette après-midi, Matt ne l’avait pas passée avec Kaira, mais bien avec les membres de sa confrérie ce qui devait être plutôt une bonne nouvelle. Cependant, cette histoire de place dans le bus lui restait toujours au travers de la gorge, ce que je pouvais comprendre. Finalement, j’étais partie en lui donnant un peu de courage et j’avais couru jusqu’à mon chalet en essayant de passer entre les goutes.

J’avais passé le reste de la soirée à feuilleter un magazine tout en discutant tantôt avec Alma, tantôt avec Vicky, m’assurant que la jolie brune se portait bien. J’avais l’impression que de notre groupe de 4 quand on était enfants, on était à trois à se relayer, bien qu’on était en fait plus que deux. Avant, Zack prenait lui aussi soin de Vicky à sa façon, à Miami c’était au tour de Seb de le faire et j’imaginais qu’ici, c’était le mien. J’étais probablement pas aussi forte ni aussi réconfortante que les deux garçons, mais j’essayais de l’être malgré tout et à ma façon. Finalement, on s’était tous endormis, se laissant bercer par la pluie qui frappait le toit de notre chalet.

En pleine nuit, je fus, dans un premier temps, réveillée par des éclaires qui perçaient la pénombre de notre chambre. Alma avait l’air de dormir encore à point fermés. Je me levais pour allumer la lampe du couloir, mais rien, aucune électricité. Mon réflex fut d’aller chercher mon briquet dans la poche de mon short quand un premier cri retenait mon attention. Il provenait de l’autre chambre. J’allumais le briquet et entrais dans cette dite chambre où Li s’était enroulée dans sa couette. Je m’accroupissais près de son lit et lui fis remarquer ma présence en posant ma main sur son épaule. J’avais pas spécialement peur des orages, j’avais déjà eu l’habitude. Ce n’était que du bruit et un peu de lumière. D’une voix à peine audible pour ne pas réveiller les autres, je m’adressais à elle :

« Li, n’aie pas peur il ne va rien t’arriver, c’est qu’un peu de bruit. Ca s’entend fort parce que ce n’est que du bois, mais t’inquiètes pas. Tu veux que j’allume une bougie pour mettre un peu d’éclairage dans votre chambre ? » lui demandais-je calmement

J’étais pas la plus douée pour rassurer les gens, mais je faisais ce que je pouvais. Je me rendais compte que j’avais changé et que l’Arizona SM était bien loin. Avant, j’aurais probablement laissé cette fille que je ne connaissais pas du tout dans sa peur et dans ses pleurs et aujourd’hui, je me surprenais à vouloir la rassurer. Un autre cri arrivait jusqu’à mes oreilles, mais cette fois, c’était d’une voix que je connaissais et qui plus est, m’appelait moi. Instinctivement, je tournais la tête vers le lit où se trouvait, normalement, Vicky, totalement vide. Je m’adressais à Li :

« Je dois aller voir en bas, viens on va voir après Vicky et puis au pire on reste toutes les trois en bas »

Je me dépêchais de rejoindre l’alpha Psi, elle aussi en pleure. Je m’installais à côté d’elle et la pris dans mes bras pour qu’elle puisse se calmer et se sentir un peu plus en sécurité :

« Vicky, calme toi c’est que de l’orage et Li qui a eu peur, arrête de pleurer ma belle »

Je gardais encore un peu Vicky près de moi, j’aurais voulu appeler Seb pour qu’il puisse la calmer, lui aussi, mais probablement qu’où il se trouvait, il n’y avait pas d’orage et qu’il dormait à point fermé. Je regardais cependant mon téléphone, voulant joindre Aiden, mais pas de réseau. Je réfléchissais à ce qu’on pouvait faire, quand finalement, une idée me vint à l’esprit. Je me décollai de mon amie d’enfance, lui caressant la joue pour essuyer ses larmes et la rassurer en lui disant que j’en avais pas pour longtemps. Je me mis à fouiller dans les tiroirs et armoires, puis pris les bougies trouvées pour les allumer un peu partout sur les meubles à l’aide de mon briquet. C’était pas l’éclairage parfait, mais ca donnait une certaine ambiance un peu plus rassurante. Je m’approchais ensuite de la cheminée dans l’idée de faire du feu :

« Vicky tu me donnes une ou deux feuilles de ton bloc de dessin s’il te plait ? »


J’allumais les feuilles avec mon briquet et les déposais sur les deux ou trois buches présentes dans la cheminée. Veillant à ce que le bois prenne feu, je poussais ensuite la table basse sur le côté dans le but de rapprocher face à face les deux divans, pour n’en faire plus qu’un endroit confortable. Enfin, j’allais chercher ma couette, celle de Li et Vicky et les installais sur les deux divans collés l’un en face de l’autre avant de reprendre ma place auprès de Vicky. On avait comme ça assez de place pour 5, du confort, de la chaleur, un peu de lumière et de la présence. C’était un peu plus rassurant, plus chaleureux et plus réconfortant pour les personnes effrayées par l’orage.

« Li, viens près de nous ! »

J’attendais que la petite chinoise nous rejoigne dans les couvertures avant de lancer une conversation :

« Bon, comme on a rien à faire, je propose qu’on fasse connaissance ou qu’on se raconte des histoires ou des trucs comme ça. Si vous voulez, je commence »

J’attendais un peu puis repris :

« Alors donc je m’appelle Arizona, j’ai 17 ans. Je suis en junior. Avant j’étais chez les Sigma Mu, mais j’ai décidé de changer, après la fusillade parce que… j’en avais besoin, même si je me suis rendue compte dans le bus que cette confrérie me manquait beaucoup. Euh je viens de Las Vegas, en partie parce que mes parents sont divorcés. J’ai un grand frère, j’ai un chéri depuis presque un an, qui est chez les SM et qui s’appelle Aiden. Je fais du hip hop, mais moins qu’avant et j’aimerais faire psychologie pour ados en sortant du lycée, mais principalement pour les jeunes touchés par la drogue… Voilà à vous ! »

C’était un jeu un peu stupide, certes mais ça nous aidait à en savoir plus l’une sur l’autre et en plus, ça détournait notre attention de l’orage ou des pensées négatives de Vicky.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Sam 3 Mai - 14:58

Le voyage à l'arrière du bus avec les SM, Ari' et le prof de dessin, avait été des plus fun. Nous nous étions bien éclaté, et comme d'habitude lorsque nous étions de sortie: on entendait que nous dans tout le bus ! Les nombreux rappels à l'ordre ne nous avait pas empêcher de boire, et fumer, si bien que le trajet était passé très vite. Une fois arrivé, on nous attribua nos bracelets de couleur. Je fus ravie de voir que je partagerais le chalet des jaunes avec ma meilleure amie, mais pour le reste, ce n'était pas vraiment ca...

« C'est nul y a que des meufs ! »

Déclarai-je à Ari lorsqu'elle m'annonça être déçu qu'Aiden ne soit pas avec nous. Je ne connaissais personne d'autre, à part Vicky, l'amie d'enfance d'Ari. Le pire pour moi, c'était qu'il n'y avait qu'un seul mec. On allait se faire chier. Un peu déçu, j'entrai dans le chalet, trainant ma valise. Moi qui ne traine habituellement qu'avec des gars, ca allait me changer.
Une Eta un peu trop coincée à mon goût se présenta poliment, ce qui me donna déjà envie de partir en courant. Elle se prenait pour qui la miss monde? Vicky se présenta brièvement, ainsi que Scarlett. Que de bonnes manières ici, ca changeait vraiment des SM. Ari se présenta aussi, et je me sentis un peu obligée de faire de même.

« Et moi c'est Alma. »

Mon ton rentre dedans de mec manqué voulait clairement dire que je me fichais de ce qu'on pouvait dire ou penser de moi. Contrairement à Vicky, je me sentais déjà comme chez moi ici. Le chalet n'était pas très luxueux, mais pour moi qui avait vécu à la rue, c'était cool ! Je sortis fumer avec Ari, puis on monta s'installer dans les chambres. J'étais donc avec Ari, Vicky et Scarlett. Que des filles !! Ca me changerait de Ty qui ronfle comme un loup. Ty... A cette pensée je ne peux qu'afficher un sourire face à la connerie de ce type. Je saute ensuite sur le lit pour tester le matelas, ne prenant pas la peine de me déchausser.

« Dément le pieux !! »

M'écriai-je en piquant un fou rire. Je voulais détendre l'atmosphère. Vicky avait l'air un peu anxieuse. Elle était bizarre cette fille... Je voulus la mettre à l'aise.

« Trop classe ta guitare, je peux? »

J'avais appris à jouer toute seule, ca passait le temps.

***

Le lendemain, nous avions fait les fous durant le cours le matin, mais il nous restait encore de l'énergie pour aller faire du canoë, entre SM. Avec Ari en plus... J'avais poussé Lila à la flotte, et pour se venger, elle avait réussi à renverser mon canoë. Quelle force de bonhomme ! Mon portable était définitivement HS, mais je n'y étais pas accro, donc ce n'était pas si grave. Le plus important était que nous nous soyons éclaté. La plupart des SM avait finis par faire une bataille d'eau. Il régnait une vraie ambiance de colo, et ca faisait du bien de sortir de l'école.

Plus tard, j'étais retournée au chalet, attendant le dernier moment pour me séparer de mes potes. Il y avait plutôt une bonne ambiance dans notre chalet, mais ca manquait de folie... Je m'ennuyais à vrai dire. Heureusement qu'Ari était là, même si elle était devenu plus sage... On alla se coucher et je mis un moment avant de m'endormir, car dans la confrérie on allait au lit bien plus tard. Cependant, quand je dormais, j'avais le sommeil lourd. Pourtant des cris de filles me réveillèrent.

« C'est quoi ce bordel? »

Grognai-je encore a plat ventre sous ma couette. S'il n'y avait pas eu la voix d'Ari, je ne crois pas que je me serais levée. La couette enroulée autour de moi, je regardai par la fenêtre, l'orage tonnait fort !

« Wouah le truc de fous ! »

Déclarai-je un sourire aux lèvres. J'avais presque l'impression d'être encore dans un rêve, mais non, c'était bien vrai, c'était apocalypse là dehors.

« Hé, vous avez vu un peu ca? »

Je me retournai et constatai que j'étais toute seule à être réveillée ici. Les filles étaient descendues. Je descendis donc également, avec ma couette. Dans les escaliers, j'entendis Ari qui racontait son changement de confrérie. Je restai cachée dans les escaliers, à l'écouter. Quand elle avoua que les SM lui manquait, un sourire nostalgique s'afficha sur mes lèvres. Je n'avais pas vraiment compris son choix, et elle me manquait beaucoup, surtout dans la chambre. Quand elle eu finis de raconter un peu sa vie, je descendis complétement, me faisant volontairement entendre pour leur faire savoir que j'étais là, comme si je venais d'arriver. Voyant les bougies, je déclarai:

« On se croirait à la messe ici ! »

J'allai m'installer à côté d'Ari, et rajoutai:

« Sans rire, vous appelez les esprits ou quoi? »

Avec l'ambiance qu'il régnait et la tempête dehors, je trouvais cette idée cool. J'aimais me faire peur, ca aurait pu être fun. Mais je doutais que les autres soient partantes.

« Au fait, c'est qui qui a crié comme une truie qu'on égorge? J'ai presque cru que Trent était de retour... »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   Mer 7 Mai - 16:42

Rien de spécial n'était arrivé depuis notre arrivé, j'avais pu discuter un peu avec mon ancienne colocataire et avec mon ancienne correspondante. En fait ce voyage était plutôt intéressant, nous avions eu cours en pleine air le premier jour et ce matin c'était en intérieur, le temps étant trop mauvais pour que l'on puisse l'avoir en extérieur. J'avais ensuite passé l'après-midi au chalet à lire et à travailler. Le temps était beaucoup trop mauvais pour que j'aille lire dehors. L'après-midi s'était passé ainsi, calmement et dans des livres. Le soir, j'étais parti me coucher tôt.

Alors que j'étais en train de dormir, un bruit sourd suivit d'un bruit de chute et d'un cri me réveilla. Je me relevais lentement et tournais mon regard vers la personne qui avait crié me rendant compte qu'il s'agissait de Li. J'allais me lever pour aller la rejoindre, mais quelqu'un s'en chargea à ma place. J'étais restée dans lit le temps de me rendre compte de ce qu'il se passait. Lorsque je me levais, j'étais directement descendu et j'avais vu Vicky, Li et deux autres jeunes femmes assises autour d'un feu improvisé dans le salon. Je m'approchais d'elles et m'assis à côté de Li, lui souriant légèrement pour la rassurer. Personnellement, je n'avais pas peur de l'orage, la seule chose qui me faisait peur, c'était qu'un éclair tombe et mette le feu.

« Ça va ? »

Le mieux était de savoir si l'on était plus nombreux à ne pas avoir peur qu'à avoir peur. Je passais ensuite un bras autour des épaules de Li pour la rassurer. J'avais bien vu qu'elle n'était pas rassurée, sûrement à cause de la tempête. Je frictionnais légèrement son bras avant de tourner la tête vers elle.

« Ne t'en fais pas Li, ça va passer »

Je tournais ensuite le regard vers les deux jeunes femmes qui semblaient les plus confiantes. Ça me faisait plaisir de voir qu'il y en avait qui n'était terrorisée par l'orage. Mon regard se tourna ensuite vers Vicky que je questionnais du regard pour savoir si ça allait. Mon regard se posa ensuite de nouveau vers Arizona.

« Qu'est-ce que vous étiez en train de faire ? »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chalet 05 - Les jaunes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chalet 05 - Les jaunes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ah la recherche de cailloux jaunes (libre)
» Je n'ai tué personne, excepté une fois au chalet ...
» Page Jaune haitienne ? ( Yellow page)
» Douillet contre Bakchich
» Rougets sauce au pastis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Events passés :: Voyage Scolaire Everglades-
Sauter vers: