AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 2:57

Tout le monde
Ils n’étaient pas toujours d’accord, en fait ils n’étaient jamais d’accord sur rien, ils se bagarraient tout le temps et ils se testaient mutuellement mais en dépit de leurs différences ils avaient une chose très importante en commun ils étaient fous l’un de l’autre...

Interactions: Gautier, Mike, Dwight, Isobel
Mention: Kaira, Leahna, Nathan

Le pire était à venir, ou non, peut-être que pas. Intérieurement, j’étais à deux doigts d’aller demander Hoffmann en mariage pour avoir demandé à Mike de faire partie de ce voyage, alors qu’extérieurement, la seule chose que je laissais paraître était mon désarroi le plus total. J’avais pas envie de laisse paraître quoi que ce soit et encore moins devant le diable en personne. On passait notre temps à nous chamailler, à se lancer des piques tantôt plus blessante que d’autres, en fait on était peut-être en train de jouer à un jeu dangereux et comme disaient souvent les grandes personnes « jeux de main, jeux de vilain ». Peut-être qu’au bout d’un moment, on allait véritablement se blesser, peut-être qu’en le cherchant comme je le faisais, je cherchais à lui en vouloir au point de ne plus pouvoir le supporter alors que d’un autre côté, c’était tout l’inverse que je désirais réellement.

Je t’ai manqué chérie ?


Je regardais le sigma mu avec étonnement, puis sur le même ton qu’il avait emprunté, je posais mon avant-bras sur son épaule, passant une main sur sa joue puis rétorquais :

« Dis-moi, Satan, aurais-tu oublié le prénom de ta plus fidèle victime ? C’est triste »

Je me reculais écoutant ce qu’il me disait, croisant les bras au fur et à mesure de ses dires :

Et non je ne me suis pas perdu, qu’est-ce que je viendrais foutre dans un bus sinon ?

Je haussais les épaules et d’un air détaché, je répondais :

Bah je sais pas.. Tu montes dans ce bus et la première chose que tu fais, c’est venir planter tes jolies fesses sur le siège à côté du mien. Je suppose que tu voulais me dire quelque chose d’urgent ? Ou alors t’aimes tellement me casser les pieds que t’es en manque là ? Ah non pire, t’as été payé par ma tante qui se trouve dehors pour jouer les gardes du corps ? Dis moi, si j’ai froid, tu me passes à nouveau ta veste où c’était juste un instant de gentillesse dans ta vie, aussi rare que la comète de Halley ?


Le Sigma Mu prit ensuite mon écouteur et le vissa dans son oreille avant de l’enlever aussi vite en qualifiant ma musique de « merde ». Je me demandais bien ce qu’il écoutait lui, tiens. Il enchaina toujours avec les mêmes piques qui commençaient à devenir de plus en plus blessantes. Je fronçais les sourcils :

T’es franc de venir te planter là comme si de rien n’était, de traiter ce que j’écoute de « merde » et d’en plus me qualifier d’écervelée. Parce que toi avec ton appareil photo tu te crois plus intelligent ? La preuve, tu me dénigres comme de la merde et t’es encore là à me coller au lieu d’aller voir ailleurs, dis moi qui est le plus écervelé des deux ?

J’avais ensuite demandé confirmation à Hoffmann concernant Mike, j’étais en plein rêve. Je regardais le sourire satisfait du Sigma Mu, puis posais mon regard sur le professeur.

« ouais fin sans ce voyage j’aurais pas eu à le supporter à côté de moi. 4 jours avec lui, c’est plus une punition à ce tarif… C’est Satan en personne ce mec, monsieur. Si vous le mettez dans ma chambre, il va me violer. Vous ne voulez pas en arriver là quand même ?! » terminais-je avec une touche d’humour.

Je repensais à ce qu’il m’avait dit concernant ma musique, laissant le professeur s’éloigner je portais à nouveau mon attention sur Mike

« Et pour ta gouverne, je suis portoricaine et ma langue maternelle est l’espagnole. Ce genre de musique, c’est ce qui s’écoute chez moi alors non, c’est pas de la merde, ça s’appelle du reggaeton et ça déchire. Je te ferai une démo un jour, tu verras t’aimeras ! Puis je peux savoir ce que t’écoutes toi, au juste. C’est bien beau de critiquer les goûts des autres, mais je parie que t’’écoutes des musiques de Hippies. Tu sais, Janis Joplin, Woodstock et toute la panoplie. »

Je regardais dans le fond du bus, cherchant après Kaira qui avait pris place à côté d’un garçon que je ne connaissais pas trop et lorsque Mike lâcha sa remarque concernant Aurore, mon regard se posa illico presto sur lui.

Ca tombe bien, j’ai d’autres femmes dans ma vie, et tu sais j’ai vu que cette fille, Aurore, était présente aussi, du coup si tu veux bien m’excuser, je vais aller la rejoindre.

Ce qu’il avait dit avait eu l’effet d’une bombe, m’empêchant de lui sortir une quelconque réponse. Je baissais la tête sur mon portable, cherchant quelque chose à lui dire. Mon orgueil me disait de lui répondre « T’as raison casse-toi ça me fera des vacances », mais au fond j’avais juste envie de lui demander de rester quand un type que je ne connaissais ni d’Adam, ni d’Eve se pointa à côté de nous.

"Justement c'est ma place Harper, tu peux exaucer les ordres de mademoiselle et laisser la place à l'homme de sa vie, ici moi ? Tu déranges la. En plus ça tombe bien , tu as une autre fille à aller voir il me semble, comme ça tout le monde est content !"


Inconsciemment, je lançais un regard noir à l’inconnu. Je lui en voulais d’inciter Mike à rejoindre l’autre rousse. D’autant plus que lui, là, je ne savais même pas son prénom, je le regardais avec étonnement, ne comprenant pas du tout ce qu’il m’arrivait ni d’où il était tombé, celui-là. J’eus à peine le temps de relever, qu’une voix que je connaissais m’interpella. Pour le coup, Isobel me sauvait la vie. Je regardais toujours le black avec le même air d’incompréhension

« Toi au moins t’es venue, c’est bien. Je vois que tu t’amuses déjà bien. Tu ne me présentes pas ton copain ? »


Sur sa dernière phrase, je manquais presque de m’étouffer. Quoi ? de quoi elle parlait ? ou plutôt de qui. Je regardais Isobel qui avait l’air de parler de Mike.

« Haha, lui ? C’est pas mon copain, c’est juste Satan en personne, mais ça va je commence à m’y faire et l’autre, là… »


"Madame McCoy, enchanté, Dwight Young, je suis un excellent ami de Nathan, quel plaisir de vous rencontrer ! Je comprends mieux maintenant de qui tient votre fils en tout cas !"

«...C’est Dwight Young, un excellent ami à Nathan… »


Tout comme Isobel, j’en apprenais plus sur cet étranger. Ma tante me regardait perplexe et n’avait pas l’air de plus comprendre la situation que moi, puis tourna les talons pour reprendre sa place à l’avant du bus. Je posais ensuite mon regard sur les deux garçons et avec une mine boudeuse, je croisais les bras sur ma poitrine.

« Faites ce que vous voulez, tant que vous me laissez tranquille. »

Je me concentrais à nouveau sur mon maquillage en attendant qu’ils se décident entre eux, puis repris :

« En fait, initialement, la place elle était pour aucun des deux, mais après j’imagine que premier arrivé, premier servi. »

Je m’adressais ensuite à Dwight :

« Puis toi, ta meuf t’attend pas derrière ? J’suis sure qu’elle serait heureuse de savoir que tu veux passer les 5 heures qui suivent avec une autre meuf qu’elle. C’est pas vraiment son genre à Leahna, je me trompe ? »



Tenue de Soraya

©clever love.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 7:13

Interactions : Dwight, Luke, Arizona, Alma, Dana
Mentions : Matt, Grace, Kaira, Leahna


Dwight en tant que cadre, faite moi mourir de rire. C'est comme embauché un chien pour faire cours ! Je le salue en répondant à son check, tout en levant les yeux au ciel. "Comme quoi ce bahut à des façons étrange d'embaucher les gens ! Ta vu ta gueule !" Lui rétorquais-je. Très vite, beaucoup de monde nous rejoins, sans doute parce que ce qui était un petit groupe au départ, devenait de plus en plus gros chaque jours. Je souris à Leahna, contente qu'elle m'est remplacée comme chef. Je me retrouve surprise, en voyant la fille qui s'installe à côté de Matt. Inconnue au bataillon, j'aurais tendance à aimé qu'il se désintéresse de l'autre pouf... Mais si c'est pour en voir une autre cogné à la porte pas vraiment, je lève les yeux au ciel. Après avoir jetée un élève que je ne connaissais pas, une vieille tête s'assoit à côté de moi, m'écrasant presque les jambes. Alors que j'étais en train de boire dans mon coin, ce con m'arrache ma flasque des mains. "Mais... hey !" Je sentais déjà le laius sur l'alcool et ses dégats, je ne connaissais pas ce mec, vu que je n'étais pas du tout une artiste et que les gribouillage, j'en avais rien à foutre.

- Ecoute, cocotte, la situation est simple : soit tu partages soit je te balance.

Je le dévisage avec des yeux ronds. La ok, il me surprend. Alors que l'arrière se peuplait de mes confrères et des nuisances qui allait avec, pensant à Grace notamment, je me demandais sincèrement ce qu'un adulte veuille foutre avec nous. Le voyant boire sans cligné des yeux, MA TEQUILA, j'avais du mal à savoir si j'étais contente ou outré. "Allez y faite comme chez vous" répondis-je finalement d'un ton monocorde, regardant mes amis tour à tour, visiblement, eux aussi surpris.

- Haaa, putain, y a rien à dire c'est le meilleur remède contre la gueule de bois. Moi c'est « Monsieur Mc Fenry », professeur de dessin. Mais je t'en prie, fais comme tout le monde, appelle moi Luke.

J'avais un sourire perdue, non pas parce que il buvait mon alcool, mais parce que j'étais partagé entre l'idée qu'il soit prof et vienne squatter mon double siège. Ok, si il y tient, je le considérerais pas comme un adulte ! "Ok Luke ! Sérieux faudrait pensé à la crème anti-ride !"Plaisantais-je rapidement. Ari trouva vite ma sympathie quand elle s'adressa à Luke, je les regardais tour à tour, ils se connaissent ?! Pensais-je surprise. « Dis-moi Lila, tu regrettes à ce point là d’avoir céder ta place de chef au point de foirer ta colo ? » Bon au moins, mon nouvel ami du troisième âge connaissait mon nom maintenant. "Dixit celle qui a quitté la confrérie parce qu'elle était pas à la hauteur !" Je lui fais un clin d'oeil et me reconcentrais sur le prof. "Le monsieur il a intérêt à avoir une bonne conversation et pas s'envoyer tout dans le nez dans ce cas !" Je devenais finalement amicale, retrouvant un sourire conquérant. J'étais entourée de mes confrères, Matt, Aiden, Alma, pour le peu qu'Eric nous rejoigne. J'allais pour prendre la flasque, quand cette connasse, de pute de conseillère d'orientation, me la prends des mais. "Whaaaaat !!!" Et en plus, elle se permets de remettre en cause mon imagination. La pétasse, déjà frustrée qu'on est volé mon "jus de fruit", Ari en rajoute. Je pousse un soupire et je regarde Luke.

« Oups. T’as entendu ce qu’à dit la Dame Lila, fais travailler ton imagination un peu ! Le brun ça ne te réussit pas »

Je soupire en la regardant, pas méchamment, on avait dépassé nos différents je pense. Elle savait qu'Aiden n'était rien d'autre qu'un ami et que je ne toucherais jamais à Matt d'une façon autre qu'amicale. "Putain la conne quoi ! Je te jure, la prochaine fois je prévois une bouteille ou deux de rechange ! Mais merde ! Elle va niquer mon voyage."

Alors qu'on démarrait et commençait notre voyage, le bruit environnant devenait assourdissant. En même temps, avec des énergumènes comme nous dans les parages, le calme fallait l'oublier. Je me tournais vers Arizona et surtout Alma, dans l'espoir de. Cette fille, était largement pire que moi, si j'avais une réputation de déglingé, la sienne était certe plus discrète, mais seulement parce qu'elle ne l'ouvrait pas autant. Je vous jure, elle est bien pire ! "Alma ! " L'interpellais-je discrètement. "T'as rien à faire tourné s't'eu plait ?"

Je regarde Luke et j'hausse un sourcil "Si vous croyez qu'une conseillère d'orientation va m'empêcher de faire passer le temps ! C'est qu'elle à oublier de quel confrérie j'étais !"

J'étais aussi frustrée, je me serais bien envoyé un cachet d'oxy à défaut de pouvoir boire, mais Matt était pas loin, Dwight un peu plus. Mais si l'un me chopper, l'autre me tombait dessus également. Pire que des frères ces deux là, surtout depuis l'année dernière.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 10:32


La mort ou la soute
f*ck!


Interaction : Hopy ♥
Mentions : Luke


De tous les moyens de transport possibles et imaginables, le bus devait être très loin le pire dans la liste. Evan n'avait jamais supporté les trajets en bus scolaire, c'était juste une sainte horreur et une de ses hantises. Sérieusement, ce n'était pas que ça le rendait malade, loin de là, c'était tout simplement que les élèves, quel que soient leurs âges, étaient généralement intenables et ne parvenaient pas à se contrôler. Du coup, la majorité du temps de trajets se déroulaient dans une cacophonie de cris et d'hurlements confus et disparates. Les seuls trajets qu'Evan avait réussi à supporter sans avoir l'envie d'arracher des têtes à mains nues, c'étaient le peu de trajets qu'il avait fait de nuits, les personnes tentant de lutter contre le sommeil étant beaucoup moins énergiques que la normale. Heureusement, la technologie était là pour aider Evan et la musique au maximum de son Ipod, posé dans un coin du bus, devrait faire l'affaire.

C'était donc dans cette optique là qu'il s'était levé cette après-midi, s'étant inscrit simplement pour prendre l'air loin de Miami, il était plutôt content et bienveillant vis-à-vis de l'excursion qu'il s'apprêtait à faire. Même si le jeune homme n'avait jamais été un grand fou de la nature -il y était même plutôt insensible- il avait tout de même pris l'habitude de ne pas rester très longtemps au même endroit et, de ce fait, il avait développé un espèce de mal-être à rester posté dans la même ville un peu trop longtemps. Après une douche et une préparation qu'il croyait consciencieuse de sa valise, il enfourcha son sac sur son épaule et sortit de sa chambre en direction du lieu de rendez-vous. Evan était arrivé bien en avance, bizarrement, et avait donc pu choisir sa place après avoir salué d'un signe de tête M. Hoffman et avoir posé son sac dans la soute à bagages.

Il décida de se poser au milieu du bus, espérant ainsi ne pas être trop près du brouhaha du fond du bus sans se placer non plus trop près du corps enseignant. Après être ressorti fumer une cigarette devant le bus, l'adolescent remonta et entreprit de directement s'installer confortablement, musique dans les oreilles pour éviter d'avoir à discuter avec qui que ce soit, le fait qu'il ne soit pas quelqu'un du matin -quand on se couche à 7h du matin, 15h est aussi dans le matin- n'arrangeant pas vraiment les choses. C'est à ce moment-là qu'il se rendit compte que la préparation de ses affaires n'avait pas été si consciencieuse que ça.

*Bordel*

Dans le brouillard de son cerveau au réveil, il avait oublié une chose primordiale, son casque audio. Il aurait préféré oublié sa valise entière plutôt que ça. Le jeune homme fulminait intérieurement, ne comprenant pas comment il avait pu être aussi bête. Il entendit alors le professeur de chimie qui demandait aux élèves de se réunir autour de lui devant le bus, agacé mais respectueux de ce prof-là, qu'il n'avait d'ailleurs pas souvent vu, il redescendit et écouta ce qu'il avait à dire. Les Everglades, intéressant, malgré le côté un peu marécageux. Une fois tout la procédure faîte, il regagna sa place au plus vite, toujours tendu de son oubli. Bien entendu, il lui aurait été facile de se lever et de demander une paire d'écouteurs autour de lui mais il n'en avait aucune envie.

C'est ce moment que choisit Luke pour pénétrer dans le bus à son tour, rien que sa vue accéléra les battements du cœur d'Evan. Il avait peut être même rougit si on considérait les légers picotements qu'il ressentit dans les joues. Il ne fallut que quelques secondes à Evan pour comprendre qu'il avait clairement la gueule de bois, même si c'était assez subtil, sa démarche était mal assurée et il gonflait légèrement trop les poumons pour que sa respiration soit naturelle. Bien sûr, s'il voyait tout ça, c'était uniquement parce que ce n'était pas la première fois, et que l'animal commençait à lui être familier. Malgré tout, il fit mine de ne pas le voir, ni même de le regarder, son amant en fit probablement autant. Depuis l'épisode de l'infirmerie, il l'avait revu plusieurs fois, les deux hommes n'étant que très rarement vêtus d'ailleurs. C'était, du coup, un petit peu étrange pour l'ado de devoir se raisonner et faire comme s'il n'était qu'un élève et un professeur. Mais Evan était tout de même persuadé de tenir bon. Malgré le fait que ledit prof alla s'asseoir bien au fond du bus, sa voix lui parvenait tout de même comme un écho, il l'entendit s'asseoir à côté d'une fille, commençait à s'amuser avec la moitié des singes du fond du bus. Même avec tous les efforts du monde, le jeune britannique eu du mal à contenir sa rage, il le trouvait sot et stupide d'agir comme un étudiant alors qu'il était un prof, avec sa fille dans le même bus, qui plus est. Ce mec avait un besoin de pavaner comme un coq, dans l'intimité, Evan trouvait ça attirant et mignon, mais dans ce bus et dans un contexte scolaire, c'était tout bonnement agaçant.

Le vieil homme méritait clairement une petite vengeance, et celle-ci était déjà toute trouvée. Evan regarda rapidement autour de lui, une fille qu'il ne connaissait pas était assise à côté de-lui, mais elle ne ferait pas l'affaire. Il se leva, s'excusa de la bousculer comme ça, avant de se diriger un peu plus vers l'arrière du bus. L'adolescent vit alors un jeune homme, T-shirt blanc, tout seul lui aussi et qui semblait plongé dans ses pensées. Il s'avança jusqu'à son niveau avant de s'asseoir. Luke n'étant plus que quelques rangs derrière, il semblait juste impossible, de ce qu'il en connaissait maintenant, qu'il ne l'ait pas vu. Il se tourna alors vers le mec et lui tendit la main.

"Désolé de venir t'importuner, j'avais prévu de rester dans mon coin sans faire de vagues mais j'ai oublié mon casque et je vais pas supporter de passer le voyage seul. Moi c'est Evan en tout cas, enchanté."





© Cacadum
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 11:54

Interactions : Lila, Arizona, tous ceux qui sont dans cette bande. (Flemme de vous citer mais je vous aime ♥︎ Si vous marchez avec moi, je vous offre des lapins en chocolat 8D)


Your education ain't complete. Teacher gonna show you how to get an A. Spare me your attitude, listen to me, baby, that's all you gotta do. ABC, it's easy as one, two, three.

Sur la route ...

Luke semblait avoir trouvé d'instinct le coin du bus qui rassemblait tous les rebelles du Lycée. Ça l'arrangeait beaucoup. D'une part parce qu'il était, ainsi, assez loin d'Evan pour éviter toute tentation et, par là même, tout soupçons extérieurs sur leur relation. D'une autre parce qu'il avait toujours aimé ce genre de gosses, se sentant beaucoup plus à l'aise en leur compagnie souvent exubérante, rarement dans la demi-mesure. Des jeunes dignes de ce nom, quoi. Non pas qu'il aie l'espoir incongru de se faire accepter comme l'un des leurs – il était bel et bien un adulte, malgré son attitude légèrement ambivalente – mais parce qu'il les comprenait et ressentait l'envie de veiller sur eux sans les étouffer. Il se sentait capable de faire ça. Il n'avait certainement pas oublié son adolescence et en avait retenu une leçon importante : empêcher un jeune de faire ce qu'il veux ne lui donnera qu'encore plus envie de le faire. Du coup, puisque ces élèves allaient de toute façon fumer et boire, autant que ce soit en la compagnie d'un adulte, presque, responsable.

Autour de lui les conversations allaient bon train mais il ne les écoutaient pas vraiment. Sa tête lui tournait encore et il devait faire des efforts pour se concentrer sur la fille à côté de lui, celle à qui il avait volé la flasque de téquila. Heureusement que l'alcool allait arranger ça, lui remettre les idées en place, même si ce n'était que post-poser la gueule de bois à plus tard. Il répondit à son sourire perdu par un sourire taquin, de défi. Il se surprenait à aimer la perturber, surtout qu'elle n'avait pas l'air d'être la plus prude du bus et que la tâche n'en était donc que plus ardue.

- Ok Luke ! Sérieux faudrait penser à la crème anti-ride !

Il laissa échapper un rire franc, ravi de constater qu'il ne s'était pas trompé sur son compte : l'adolescente n'était pas du genre à se laisser faire et encaisser en silence, elle avait un minimum de répartie. Au sens relationnel du terme, elle était « facile » et c'était franchement appréciable. En tout cas, si ses amis étaient comme elle, ça ne présageait que du positif pour ce voyage. Un ou deux scandales, certainement, mais rien de bien méchant. On ne pouvait s'attendre à rien de moins pour un voyage scolaire de cette envergure, de toute façon.

C'est alors qu'au dessus des sièges, il reconnu Arizona.

- Wow, je ne savais pas que les SM recrutaient les vieux, Mr Mc Fenry, ça fait longtemps ! Toujours en pleine forme je vois, votre fille ne veut pas se joindre à nous apparemment, c’est dommage

C'était la première fois qu'il la voyait depuis qu'il était à Miami. Il l'avait vue grandir, cette petite, et il l'appréciait. Malheureusement, depuis qu'il avait divorcé, il n'avait plus eu l'occasion de la croiser, ses parents étant des amis à Charlotte. Quelque part, il était rassuré d'être en sa compagnie à l'arrière de ce bus : il allait pouvoir veiller discrètement sur elle, sans passer pour un adulte super lourd.

- Espère pas, Ari, je suis là en espion infiltré. Je re-transmet tes moindres faits et gestes à tes parents.

Il sourit et lui fit un clin d'oeil rassurant parce que, bien sûr, rien de tout ça n'était vrai. Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'étaient devenus ses parents, d'ailleurs. S'il passait sous silence son allusion à Vicky c'était parce que le sujet était trop sensible. Et que si elle avait eu le malheur de la glisser exprès pour le foutre en rogne, elle allait passer un sale quart d'heure. Heureusement, il ne pensait pas que c'était le cas.

C'est le moment que la conseillère d'orientation choisit pour venir foutre ses gros souliers boueux dans le space cake. Sans aucune subtilité, elle leur pris la flasque et se mit à leur faire la moral. Oh, si ce n'était qu'un différent sur les techniques d'éducation des jeunes, il ne s'en serait pas formalisé. Sauf que là, elle se permettait de lui faire la morale à lui aussi. Et ça, ça n'allait pas passer. Oui, il était en tord. Il le reconnaissait sans aucun problème. Seulement, il était assez vieux pour faire ce qui lui chantait. 41 ans, putain ! Si c'était pour se faire remettre en place par une blondasse coincée du cul, autant considérer ses bonnes années derrière lui et se suicider tout de suite.

Réellement choqué – personne n'avait osé lui parler comme ça depuis des années – Luke ne répondit rien et la regarda partir, presque bouche bée, avec leur précieuse boisson. Il bouillonnait de l'intérieur, retenant ses pulsions de se lever et d'aller lui foutre une gifle. Il en fallait beaucoup pour l’énerver et elle était sur le point de réussir. En un temps record, qui plus est. Il était cependant moins stupide qu'il n'y paraissait en cet instant et savait que suivre son impulsion n'aurait que des conséquences négatives. Ne fut-ce que parce que Victory était dans ce bus également et qu'il ne voulait pas la mettre dans l'embarra. Cette pensée fit fondre sa rage instantanément mais ne put l'empêcher de dire :

- Dites moi que j'ai rêvé. Elle vient pas de faire ça.

Et puis, en direct live sous ses yeux, Luke assista à la confirmation de sa théorie de tout à l'heure : l'envie de se déglinguer des élèves avait subitement décuplée. Lila – puisqu'il avait compris que c'était son prénom – se mit même à demander autour d'elle si une certaine « Alma » n'avait pas quelque chose à faire tourner. Le peintre du se concentrer sur sa respiration pour rester de glace. Cette connasse de conseillère d'orientation allait entendre parler de lui. Elle avait sucé qui pour l'obtenir son diplôme, celle là ?! « Bon, Luke, calme toi, tu ne la connais pas. Elle a pas assuré du tout sur ce coup mais elle n'a pas l'air bien méchante. Calme toi ». Il soupira et c'est à ce moment là que Lila eut la bonne idée de le distraire, apportant une nouvelle preuve à sa thèse :

- Si vous croyez qu'une conseillère d'orientation va m'empêcher de faire passer le temps ! C'est qu'elle a oublié de quelle confrérie j'étais !
- Je serais plutôt d'accord de dire qu'elle mérite une bonne leçon. Seulement, les jeunes, ce monde est dominé par les cons. Rendez-vous compte que ce genre de petite pé... femme, peux vous attirer de gros ennuis. Il va falloir la jouer fine.

S'adressant à eux tous, il essayait tant bien que mal de « rattraper la sauce ». S'il pouvait les empêcher de se venger de Dana et transformant ce bus en véritable fourrière, ce serait déjà un exploit. Il sortit son matériel à rouler de sa poche et le posa devant lui.

- Voilà ce que je propose : Lila, tu roules un joint, un seul, on fait tourner. Ça sera assez pour nous détendre sans que ce soit trop visible non plus. Je vais ouvrir la trape du toit, pour masquer l'odeur. Pour le reste, soyez raisonnables, vous connaissez vos limites. Les règles du jeu sont simples : si vous n'arrivez pas à vous tenir malgré ce que vous aurez ingéré/fumé, vous êtes collés jusqu'à la fin de votre scolarité. A partir de là, vous imaginez bien que celui qui vomit, je le fais virer de l'école. Oh et, bien sûr, je me désolidarise à la seconde même où vous vous faites choper. Montrez à cette « conseillère » que vous n'êtes pas des imbéciles et qu'elle est à la limite de la faute professionnelle en vous traitant de la sorte.

Avait-il le pouvoir de les faire virer ? Pas si sûr. Quoi qu'il en soit, il se leva pour ouvrir l'aération qui se situait sur le toit du bus. Il était persuadé d'avoir réussis à contenir leurs envies de foutre la merde. S'ils ne fumaient qu'un joint et faisaient attention à eux pour ne pas se faire coller, ce serait peut-être même moins grave que ce qui se serait passé si Luke ne s'en était pas mêlé. Il pensait avoir touché du doigt une bonne technique pour les responsabiliser. Peut-être qu'il se trompait gravement, l'avenir le lui dirait, mais il était prêt à apprendre de ses erreurs. Et au moins, lui, il essayait quelque chose d'un peu innovant.

Alors qu'il était sur la pointe des pieds pour ouvrir la trape, son regard fut attrapé par Evan. Il avait bougé de place ! Il était à présent beaucoup plus proche. Des papillons maléfiques envahirent l'estomac du professeur. Ça le torturait d'être si loin et si proche en même temps, de ne pas pouvoir aller le rejoindre. Mais ça lui faisait encore plus mal de le regarder parler avec un autre adolescent comme si de rien était. C'était qui ce type ? Il le connaissait ?! Est-ce qu'Evan faisait ça exprès pour le provoquer ? Le doute sur son comportement s'instilla en lui : qu'est-ce qu'Evan en pensait ? Dieu ce que ça l’énervait d'être si fragile dès qu'il s'agissait de lui ! Ça ne lui ressemblait pas de s'en faire à ce point de ce qu'on pouvait penser de lui ! Il se mordit la lèvre. Il souffrait et était en colère en même temps.

C'est donc la mine renfrognée qu'il se rassit et dans un élan stupide de vengeance, demanda à la ronde :

- Celui ou celle qui me file à boire, je le « sauve » à sa prochaine retenue. A comprendre : je viens le « réquisitionner » pour des « tâches ingrates et chiantes digne d'une heure de colle » et, à la place, je l’emmène au restaurant. A mes frais.

Disparu, l'adulte raisonnable. Il comptait tout faire pour se distraire et ne pas penser à son jeune amant. Ce que sa passion pour lui le rendait con ! Il aurait du corriger son comportement, pas l'aggraver. Mais que voulez-vous ? Il avait trop de fierté et maintenant il en souffrait horriblement, ses entrailles se déchirant dans une douleur à vous couper le souffle.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 12:20


Intéractions: Aiden, Lila, Grace, Kaira, Dana, Luke
Mention: Luke, Gautier


Devant le car, j’écoutais à moitié ce que Hoffmann racontait, clope à la main qui se consumait petit à petit. Je jetais un œil aux personnes présentes. Beaucoup de Sigma Mu faisaient partie du voyage et c’était un des points positifs. Dans la foule, je cherchais après Kaira, j’avais hâte de voir si oui ou non elle comptait relever le défi que je lui avais lancé, ou si au contraire, elle avait préféré rester chez elle. Kaira était une fille que j’appréciais beaucoup que j’avais aidé à s’amuser et à passer à autre chose lors de sa rupture avec Son ex l’année dernière. Depuis, quand je le pouvais, je passais un vilain plaisir à l’ennuyer et à la taquiner sur son côté Eta Iota. Rien de bien méchant en soi. Je regardais la tête du professeur. Décidément, aussi bien lui que son cours ne me revenait pas quant aux autres profs… ils étaient venus en meute ou quoi ? Je tirais un coup sur ma clope puis m’adressais à Aiden

Putain autant de prof en plus des universitaires comme encadrement. Il manque plus qu’à se donner la main deux par deux, en file indienne et on est retombé dans les maternelles.

Dans les universitaires, je remarquais ma jolie brune à qui je lançais un regard. Je terminais ma clope avant de jeter le mégot et de monter dans le bus où je prenais place à l’arrière, pas loin de Lila. Déjà énervé de me trouver là, je passais mon temps à jouer avec mon briquet. Lila m’interpela me montrant le fond de son sac. Je souriais en voyant l’alcool qu’elle avait ramené.

« Olé, pense à faire tourner au moins, radine »


Toujours le briquet en main sur lequel une flamme apparaissait puis disparaissait, je regardais ma meilleure amie s’affaler sur le siège. Sans la regarder, elle me posait une question concernant Grace.

« Ouaip, pour ton plus grand plaisir. Je lui ai supplié de venir rien que pour t’emmerder. Nan, mais elle est avec les unifs dehors, j’imagine qu’elle ne va pas tarder à arriver. Déroule-lui au moins le tapis rouge »

Je savais que Lila n’aimait pas Grace et je prenais un vilain plaisir à lui rappeler le côté populaire de Grace, qui énervait particulièrement la Sigma Mu. Je laissais échapper un soupire, j’en avais déjà marre de me trouver là. Rester 5 heures dans ce bus allait tout simplement devenir un vrai calvaire. J’étais loin d’être le genre de gars capable de rester enfermé dans un bus pendant 5 heures. Je passais une main sur mon visage quand une voix féminine m’interpela. Je levais les yeux vers Kaira à qui je souriais.

« Ahhh quelle bonne surprise. Mademoiselle Kaira Sexy Jacobs en personne ! C’est bien, tu ne t’es pas dégonflée »

La jeune fille prit place à côté de moi. Je laissais échapper un rire suite à sa remarque.

« T’as peur de rien, toi. Ma copine va avoir des envies de meurtres en te voyant là. T’as enfilé un gilet par balle j’espère ? »


Je posais mon regard sur la jeune fille quand elle surenchérissait :
« Ma survie à ce voyage se trouve entre tes mains, j'espère que t'en aies bien conscient. »
« J’imagine ouais, donc si tu te fais bouffer par un crocodile, je dois me sentir responsable ? T’es dur-là, j’ai intérêt à enfiler ma cape de super-héro. Ou alors, à toi de faire en sorte de ne pas patauger n’importe où, n’importe quand ni avec n’importe qui, non ? Par contre si on n’est pas dans le même chalet, tu devras veiller sur toi toute seule, tu crois que t’en es capable ? » ponctuais-je avec humour.

Je tournais la tête suite à la remarque de Grace qui venait tout juste d’arriver. Je laissais les filles « faire connaissance » pendant plusieurs minutes. J’en profitais pour lancer un regard à Lila qui s’amusait avec un prof quand une femme que je n’avais jamais vu de ma vie nous demandait en claire de la fermer et d’être moins cons. Elle se prenait pour qui, elle ? Sans même faire attention à la possibilité qu’elle m’entende ou pas, je demandais clairement à Lila :

« Hey, c’est qui elle ? »

Ensuite, le prof de dessin encore inconnu au bataillon prit la parole, s'adressant à nous autrement que la façon dont nous avait parlé l'autre femme inconnue:

- Je serais plutôt d'accord de dire qu'elle mérite une bonne leçon. Seulement, les jeunes, ce monde est dominé par les cons. Rendez-vous compte que ce genre de petite pé... femme, peux vous attirer de gros ennuis. Il va falloir la jouer fine.

Ne faisant même pas attention à la dispute qui se tramait juste à côté de moi, je rigolais aux remarques de l'homme à côté de Lila. Je regardais ensuite la réaction de cette conseillère quand il reprit la parole.

- Voilà ce que je propose : Lila, tu roules un joint, un seul, on fait tourner. Ça sera assez pour nous détendre sans que ce soit trop visible non plus. Je vais ouvrir la trape du toit, pour masquer l'odeur. Pour le reste, soyez raisonnables, vous connaissez vos limites. Les règles du jeu sont simples : si vous n'arrivez pas à vous tenir malgré ce que vous aurez ingéré/fumé, vous êtes collés jusqu'à la fin de votre scolarité. A partir de là, vous imaginez bien que celui qui vomit, je le fais virer de l'école. Oh et, bien sûr, je me désolidarise à la seconde même où vous vous faites choper. Montrez à cette « conseillère » que vous n'êtes pas des imbéciles et qu'elle est à la limite de la faute professionnelle en vous traitant de la sorte.

Il se leva ensuite pour ouvrir la trappe se trouvant au-dessus de nos tête. Je le regardais d'un air ébahi, j'avais jamais vu un prof comme ça.

" Oh putain, m'sieur, vous voulez pas être notre prof à tous les cours sérieux? Ca nous changerait de Hoffmann et toute la clique !"

- Celui ou celle qui me file à boire, je le « sauve » à sa prochaine retenue. A comprendre : je viens le « réquisitionner » pour des « tâches ingrates et chiantes digne d'une heure de colle » et, à la place, je l’emmène au restaurant. A mes frais. ajoutait-il en s'installant à nouveau.

"Vous faites un prix de groupe? Putain Lila file lui de quoi boire !"


Finalement, mon regard se posa à nouveau sur la dame. J’étais pas honteux de ne même pas connaître cette femme, sans doute que j’étais pas assez présent en cours pour pouvoir mettre un nom ou un statut à ce visage, puis m’adressais à elle alors que Grace et Kaira réglaient toujours leurs comptes non loin de mes oreilles

« Au pire vous pouvez bouger si ça vous emmerde. Vous voyez bien, on a un prof avec nous qui nous surveille, c’est bon pas besoin d’une gardienne d’enfants en plus »



« Alors maintenant que les présentations sont faites, tu dégages ! »


Je regardais Grace puis à peine une seconde après je réagissais :

« Oooh on se calme les filles »

Je les regardais l’une après l’autre et repris en m’adressant à la Lambda :

« T’énerves pas, elle a rien fait Grace, elle s’est juste assise là »


Je tournais ensuite la tête vers Kaira à qui je m’adressais ensuite :

« Je t’avais prévenue ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 15 Avr - 15:05

Mention : Sienna; Vicky
Intéractions : Qui qui veut ?




7h00des bruits de fringues froissés dans cette petit chambre Alpha investi quelques jours auparavant par Ugo, pour une fois il saluait la magnifique idée du corps enseignant de faire une sortie de 4 jours aux Everglades, un parc national très quoté dans le monde entier. C'était une formidable occasion pour plusieurs choses. Premièrement il allait pouvoir changé d'air, deuxièmement il laisserait de côté pendant quelques jours cette histoire de bébé en plastique, troisièmement apprendre en plein air était une formidable expérience, enfin c'est ce qu'il pensait. Et bien sur étant un Pi Sigma, ce détacher un peu du même environnement pour chasser des proies facile était juste une obene magnifique.

Ces affaires a peine emballer il patienta dans cette chambre, s’imaginant les paysages et autres choses improbable pouvant ce passer aux Everglades. A part le fait de s'éloigner d'une monotonie sans précédent, ce voyage permettait de voir un paysage rare et surement somptueux. Il était clair que peu d'endroit sur terre abritait encore une flaure et une faune si luxuriante et en adéquation avec les paysages environnant. Les heures passait plus ou moins vite pendant que Ugo tournait et virait dans la chambre. Il attendait le retour de Sienna pour au moins lui dire au revoir mais rien, pas un bruit, il lui écrivit donc un mot rapide lui disant qu'il rentrerait dans 4 jours et qu'il lui souhait bonne chance avec le gosse.

14h, il s'empressa de prendre son sac et d'ouvrir la porte par chance, Sienna arrivait a peine, il lui fit un signe de main en courant vers la sortie du bâtiment, le beau était toujours la en cette saison. Mais au vu des plusieurs photos des Erverglades qu'il avait pu admirer, l'humidité était hallucinante. rien qui ne fasse bien peur bien sur mais une chose était sur, c'était un épece de paradis humide remplis de crocodile. 30 minutes après déjà pas mal de gens était la, surement la quasi totalité ou presque. Ugo jeta son sac dans la soute, après tout a part des fringues il n'y avait rien de bien cassable. Ugo monta les marches pour entrer dans le bus a deux étages et repéra rapidement les places seules. Il se posta a mi chemin entre l'avant et l'arrière du bus. Il cala son bras contre la vitre posant son menton dessus et fermant les yeux écoutant les mots du professeur. Quelques minutes plus tard, un vrombissement de moteur se fit entendre et le voyage commençait. Il rouvrit les yeux rapidement et vit quelque tête connu faisant déjà leurs lois. Certaines tête faisaient toujours leurs apparitions. Toujours les même, Ugo soupira repérant juste une tête un peu plus connu que les autres. Vicky, une rencontre agréable qu'il avait faite au hasard des douches chez les Alpha.

Certains avaient du comprendre qu'on venait ici pour faire les cons et picoler. Une chose étaient sur, le voyage n'allait pas être agréable.



Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mer 16 Avr - 14:20





















❝ C est parti ! Sur la route , tout la sainte journée.❞




Il était 9h45. Déjà ? Il fallait que je pense à ma lever. Même si on était dimanche je ne pouvais pas passer ma journée dans sous ma couette. Pourquoi ? Tout simplement car c'est aujourd'hui qu'on part pour le voyage scolaire ! Je n'avais pas encore préparé ma valise. J'avais encore un peu de temps étant donné que l'on partait à 15h00 pile. D'abord , direction la salle de bain. Une fois à l'intérieur je traina bien une trentaine de minutes sous la douche , histoire de bien me réveiller , et en profité pour me laver les cheveux. Je me sécha les cheveux plus rapidement que d'habitude , et sortis de la salle de bain , une serviette blanche m'enveloppait. Je me pointa devant me penderie ouverte , choppant rapidement une chemise sans manche en jean ainsi qu'un leggins noirs un peu épais. J'enfila rapidement ma tenue , prenant ma valise noirs qui était rangé sous mon lit. J'avais regardé vite fait la météo sur mon portable , il était censé faire plutôt bon. Alors autant ne pas s’encombrer de truc chaud , qui m'étoufferait. On ne partais que 4jours , le choix ne serait pas vraiment compliqué. Une chemise en jean , un débardeur noir un autre blanc , un haut bustier bleu , un t-shirt gris , et au cas ou une autre chemise noirs avec un sweat bleu foncé. Ensuite en bas... Deux jeans , un plus clair et un autre plus foncé , deux mini-shorts , deux jupes , un leggings et bas de sport. On ne sais jamais ce qu'ils auraient la bonne idées de nous faire faire. Voila , je rajouterai peux-être une ou deux paires de chaussures , mais sinon pour les fringues c'était bon. J'avais encore pas mal de temps , il était tout juste 10h20.

Je repassa vite fait à la salle de bain. Tout d'abord pour préparer mes affaires de toilettes , mais j'avais aussi eu l'envi soudaine de me lisser les cheveux , alors pourquoi pas. Une fois le lisseur branché je m'attaque à mes cheveux , aplatissant bien les mèches rebelles , c'était le plus énervants , je du bien passer une vingtaines de minutes pour bien me lisser les cheveux. J'appliqua rapidement de l'eye-liner au-dessus de mes cils , et j'étais paré. Il ne me restait plus qu'à bouclé ma valise. J'avais rempli ma trousse de toilette , d'une brosse à cheveux , une brosse à dents dentifrice , crème pour le visage , shampoing , lait pour le corps , et autre chose du genre. Ce que j'avais pris en maquillage ? Un tube de correcteur , mon eye-liner noirs et un ou deux tubes de rouge à lèvres léger , il ne m'en fallait pas plus. Direction la valise. Ensuite , de quoi passer le temps. Je pris deux trois bouquins , des DVD , mes écouteurs et mon casque , on ne sais jamais si un des deux lâches , mon lecteur MP3 , mon portable , un lecteur DVD , et mon ordinateur portable. Avec ça j'étais paré , et je ne risquais pas de m'ennuyer , du moins je l'espérais ce serait vraiment le comble. je repartis ses affaires entre ma valises et ma sacoche bleu foncé que j'aurais dans le car. Avec tout ça je boucla ma valise à 11h52. Qu'est-ce que j'allais faire pendant tout ce temps ? Bah je verrais bien.

14h42. J'étais de retour dans ma chambre , il ne me restait plus qu'a prendre mes affaires et aller au point de rendez vous pour le départ. Valise en main , sacoche sur l'épaule. Je suis prête ! Je sortis du bâtiments me dirigeant vers le point de rendez-vous. Il y avait déjà du monde , et je ne connaissais presque personne , j’aperçus juste Joy. En même temps avec 1 semaine d'ancienneté j'étais sur de connaitre tout le lycée. Non sérieusement , ce voyage sera la moment pour faire de nouvelle rencontre. Je grimpa rapidement dans le bus. Deux étages ! La classe. Direction le 2eme étage. J'écouta d'une oreille le petit discours du directeur , tandis que Joy s'asseyait à côté de moi. J'afficha un sourire plutôt large , j'étais contente de la voir , et ce voyage m'excitais.


Tu as un bracelet quel couleur ?

Bracelet ? Ah oui ! J'avais oublier , on nous avait brièvement parler du systéme du groupe pour les chalets , chaque élèves aura un bracelets de couleur qui définira son chalets et avec qui il sera.

_Hey ! Euh... Bonne question , je n'en ai pas la moindre idée. Et toi ?


Je posa ma sacoche qui était à mes pieds sur mes genoux , l'ouvrant rapidement , montrant le contenue à Joy.

_Sinon , quelque chose te tante pour le trajet ? Dvd , musique , Ordi portable , portable ? En tous cas , j'ai de quoi faire !



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mer 16 Avr - 22:30

Interactions: Ari, Lila, Luke.
Mention: Grace, Matt, Kaira.


Lorsqu'Ari parla de lancer les paris pour le conflit entre sa cousine et le bouche trou de Matt, j'affichai un grand sourire, et déclarai:

« 1 paquet de clope sur De Slewer ! »

Je ne pensai même pas qu'Ari allait jouer le jeu, puisqu'elle devait miser sur elle également, au moins par solidarité pour la famille. Il faut dire que Grace était très forte quand il s'agissait de se faire respecter, tout comme Ari, d'où ma comparaison. Ma meilleure amie m'apprit que Grace avait du soucis à se faire, j'haussai un sourcil. Grace n'était pas vraiment ma grande amie, mais comme Ari l'était, ca nous rapprochait forcément, et bien sur, j'étais plus de son côté. Surtout que les poufs, je ne pouvais pas les voir ! Ari me présenta ma nouvelle ennemie, ce qui me fis rire d'avance car les filles de son genre ne me faisaient pas peur du tout.

« C'est quand elle veut la petite ! Si elle n'a pas trop peur de se casser un ongle... »

Je fis des gestes exagérés en imitant les pimbêches de Wynwood. Toutes ces Etas faisaient vraiment pitié... Quelle confrérie de greluches !! Ari fit ensuite remarquer qu'elle n'avait pas de clopes. Je lui tendis une roulée, contenant du shit, et lui dis:

« Tiens, c'est cadeau ! »

Je n'étais pas sure qu'elle l'accepte car elle avait pris des bonnes résolutions, mais au pire, je l'aurais pour moi. Puis, Ari me fit remarquer que le directeur serait de la partie. Elle me connaissait assez pour savoir que j'avais toujours eu un faible pour les hommes murs... Alors forcément, le directeur était loin de m'être indifférent. Je soupirai, un sourire aux lèvres.

« Hoo oui... !! Ce cher Mister Cobb !! Celui là, c'est où il veut, quand il veut... »

Le problème était qu'il ne voudrait sans doute jamais, comme ces autres profs que j'avais voulu séduire.
Ensuite, comme si le discours rasoir du prof de maths ne suffisait pas, la conseillère d'orientation vint nous faire un speech, lui piquant la palme du plus rabat joie. Mais lorsque Madame Fuller rembarra la nouveau prof -qu'Ari avait l'air de bien connaître, what??- alors là c'était trop fort. La honte pour lui de se faire retirer la bouteille de Lila comme si c'était sa mère.

« Ouha ce qu'elle vous a mit ! »

Déclarai-je pour enfoncer le clou. Ben quoi, Lila et Ari lui parlaient à la cool, pourquoi ne pas en faire autant? Il avait l'air différent comme prof, du genre à être encore ado dans sa tête, ou à le faire croire. Quand la conseillère rajouta qu'elle prendrait toute autre boisson alcoolisée qu'elle verrait, je jetai aussitôt un regard inquiet vers ma bouteille miniature que j'avais fait tourner, et qui était bien planquée, ouf ! Quand la blondasse repartit, je fis remarquer à ma meilleure amie:

« Depuis quand t'es pote avec les profs toi? »

C'était presque une trahison qu'elle connaisse ce nouveau prof de dessin, aussi alcoolique soit-il.

« Tu me fais trop flipper là ! En plus, il a pas parlé d'espion infiltré? »

Rajoutai-je en chuchotant, le regardant d'un nouvel oeil, tout comme Ari. Son changement de conf', puis ca... Il y avait de quoi se poser des questions. Comment faire confiance à ce prof? Mais quand je l'entendis dire que ce monde était dirigé par des cons, et qu'il insultait presque la conseillère d'orientation, je me détendis. Lila me demanda ensuite discrètement si j'avais quelque chose à faire tourner.

« Tu sais à qui tu t'adresses là? »

Lui fis-je remarquer. Évidemment que j'avais quelque chose, et c'était même déjà en train de tourner !! Je récupérai ma petite bouteille de vodka, puis narguai Lila avec:

« T'as de quoi payer ma belle? »

Je voulais la faire chanter un peu avant de lui passer, gratos bien sur, entre SM, normal. Surtout que je m'entendais bien avec elle. C'est alors que le prof de dessin proposa que Lila nous roule un joint qu'on partage tous ensemble, normal quoi !! Il ouvra même toit pour nous y inciter. Je regardai Lila avec de grands yeux.

« Vous êtes sérieux là? »

Demandai-je étonnée, car comment ne pas croire à un piège? Mais j'étais trop naïve et trop enthousiaste à cette idée pour ne pas plonger dedans. Surtout qu'il proposa un marché pour celui qui lui donnerait de l'alcool. Matt avait raison, je voulais bien l'avoir à tous mes cours celui là !! Je bondis sur l'occasion, lui tendant ma bouteille de vodka -tant pis pour Lila ! :

« Payez votre resto Monsieur ! Et je veux la moyenne en dessin aussi !  »

Autant négocier, j'avais le sens des affaires, même si souvent je me faisais rouler.

« Lila, te déranges pas, j'ai ce qu'il faut ! »

Je fouille dans mon sac et en sort un joint que je tends également au prof. La scène me paraît surréaliste.

« Et soyez discret cette fois si vous voulez pas vous faire gronder... »

J'avais utilisé ce verbe exprès, plutôt que 'engueuler' qui faisait plus partie de mon vocabulaire. C'était pour me moquer de la façon dont il s'était fait rappeler à l'ordre, pris en flagrant délit comme un gosse.

« ...Sinon ca va être la fessée. En plus, j'en n'ai pas cinquante en réserve ! »

Fis-je remarquer. Fallait savourer, mon sac n'était pas celui de Marie Popins, à mon grand regret d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Jeu 17 Avr - 18:17

Interactions : Samuel, Bae, Soraya, Isobel, Dana & les élèves. (si j'ai oublié quelqu'un pardoooon ._.)
Mention : Nathan.

Les journées précédent celles-ci avaient été stressantes en tout point. Je ne suis pas quelqu'un qui laisse facilement transparaitre ses émotions, et j'avais donc gardé cette impartialité qui me qualifiait tout du long, mais au fond, j'étais anxieux. J'avais tout programmé, tout bien préparé, de A à Z, revoyant à la hausse tous les détails importants que j'aurais pu omettre, mais une telle organisation, qui était de mon ressort était une première. Jamais on ne laissait l'opportunité à un simple enseignant de prouver qu'il pouvait s'en sortir d'habitude, du moins depuis que j'enseigne, jamais on ne m'avait fait preuve de confiance, si ce n'est Mr Cobb. Je le respectais pour ça, et je ne voulais en aucun cas le décevoir, ni quiconque d'ailleurs. J'avais mis du mien pour y parvenir, et bien que j'ai tout vérifié, j'avais l'appréhension que quelque chose allait être oublié, et poser problème, mais comme d'habitude, pas se faire de sang d'encre pour rien. Après avoir préparé ma valise, je me rendis donc sur le lieu de rendez-vous, saluant le chauffeur, et préparant le terrain. Peu à peu mes collègues arrivaient, je les saluais et vis Isobel se diriger vers moi.

Bonjour Isobel. Je vais très bien et toi? Un peu angoissé quand même, cette sortir m'en aura fais voir de toutes les couleurs, j'espère que ça ira. Je lui fis un sourire avant d'ajouter : En tout cas, tu verras cette sortie te fera le plus grand bien, alors profites-en toi aussi, d'accord?

J'avais, au cours de ma conversation à la maison avec Isobel, fait part de cette idée de voyage, et au départ, elle n'avait pas l'air très convaincue, ce pourquoi j'avais sorti tous les arguments plausibles que j'avais en réserve pour qu'elle fasse partie des nôtres. Avec tout ce qu'il se passait dans sa vie en ce moment, je ne pouvais pas la laisser là à Miami, alors que cette escapade lui changerait les idées, et ainsi elle penserait à autre chose. Prendre le grand air, s'évader un peu, rien de tel pour se sentir bien.

Peu après, les élèves se placèrent en rang d'oignon devant moi, et j'énonçais mon discours, un blabla habituel que je jugeais utile pour eux. Des informations de ci et là, peut-être barbant, mais ça finissait toujours par servir. Puis nous montions, où plutôt je laissais monter tout le monde dans le bus avant de moi-même rejoindre la troupe et me saisir du micro pour énoncer quelques dernières règles, mais ils avaient déjà abandonnés toute idée d'écouter, ce que remarque Mademoiselle Fuller qui s'empressa de vouloir rétablir l'ordre.

Ne vous en faite pas Dana, ils sont impatient, puis la route risque d'être longue. Je tenais à vous remercier d'avoir répondu présente également, de nous tous vous êtes celle qui est la plus proche des élèves.

Puis après ça, avant de m'installer définitivement, je partis faire un tour dans les rangs, vérifier que tout le monde s'attache et soit installé avant de lancer le signal du départ. Je saluais quelques élèves au passage, et me retrouva face à Mike, l'élève que j'avais assigné à la tâche de cadre et Soraya, cousine de Nathan. Celle-ci ne semblait pas disposée à accepter le Sigma Mu parmi nous, malgré le fait que je lui ai dis que j'avais trouvé son aide comme indispensable.

Dans votre chalet? Oh mais quelle brillante idée, merci Soraya, je vais y songer pendant que je formerais les groupes avec mes collègues, dis-je un brin cynique. Sérieusement, tâchez de vous entendre, et il est censé être la pour te surveiller, alors reste tranquille, je retourne à l'avant, bon voyage, dis-je avec un sourire sarcastique sans noter le passage où elle jurait finir violée. Des supplications dans ce genre, je n'en avais que rarement, mais c'était franchement amusant de la voir, alors que sincèrement, ça se voyait au milieu de la figure qu'ils s'entendaient bien derrière les frasques qu'ils se faisaient.

Je me retrouvais à l'avant du bus, m'installant, et un élève que je connaissais particulièrement bien, vint s'assoir pile à mes côtés, le très cher Samuel. Je ne le portais pas dans mon coeur, non, en fait je ne supportais pas ses agissements envers Bae, un élève remarquable et adorable que je connaissais depuis plusieurs années maintenant. Evidemment, en tant que prof, je me tiens à carreau, mais en tant qu'adulte en dehors de Wynwood, je ne manque jamais de lui faire part de mon mécontentement.

Bonjour Samuel, quel plaisir de te voir. Dis-moi, tu n'as pas d'amis, pourquoi ne vas-tu pas les rejoindre plutôt que de t'assoir à côté de moi? Lui demandais-je, avant d'ajouter : Et bien j'accepte tes remerciements, je ne pensais pas que tu puisses être intéressé un tant soit peu par cette sortie, me voilà surpris, dis-je avec un sourire sarcastique. Je regardais autour de moi. Dis-moi, t'es pas venu ici par hasard, qu'est-ce que tu me veux encore?

Il tacha de me répondre, à sa manière, le plus simplement et calmement possible.

Une évaluation? Tu crois que je vous ai tous emmenés pour vous noter? Je ne fais cours que le matin, et je ne compte pas passer ma journée à vous suivre, vous êtes assez grand, cependant si je devais noter en fonction de vos comportements, je risque fort de devoir être trop subjectif à ton sujet. Ton cousin est du voyage, et ça risque fort d'être incompatible avec ta patience, si tu vois ce que je veux dire. Cependant, tu n'es pas venu pour ça, bien que je trouve ça étrange et pas du tout crédible, mais que veux-tu savoir par rapport au cours? Ce que je vais vous faire subir? Demandais-je.

Intelligent et rusé ce gosse, rien à dire la dessus, il savait manipuler et jouer avec les autres, mais erreur il en avait un pire face à lui. Il me répondit, et au bout d'une heure de trajet, les élèves commençaient à s'impatienter si bien que Bae vint me trouver.

Et bien, on fait une pause dans une demie-heure, ça ira jusque là? Ne t'inquiète pas, j'ai demandé à faire des pauses fréquentes, le voyage risque pas d'être de tout repos, lui répondis-je avant qu'il parte s'assoir en soupirant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Jeu 17 Avr - 20:29


Mention: Alma, Kohana, Mikah, Joy, Alexandra
Interaction: Le chauffeur


Je HAIS le bus.
Tête appuyée contre le siège, bras croisés contre ma poitrine, je regardais le paysage, les pensées vagabondantes. Ce matin à trois heures, mon furet avait rendu l'âme. J'étais allé l'enterrer à quatre heures du matin quelque part dans Miami.

Aujourd'hui j'étais tout excité-enfin je masquais ma joie- parce qu'on faisait un voyage scolaire, plus précisément une classe verte. Assis dans le bus, loin de tous, tout seul, je me faisais discret.J'avais mauvaise mine au premier abord. Pas un mot. Pas un sourire. On ne voyait pas du tout mon regard, puisque j'avais des lunettes trop la classes qui masquaient mes yeux. Je mastiquais un chew-gum depuis je-ne-sais-combien de temps.
Je portais mon collier en argent qui était glissé sous mon t-shirt noir, un jean bleu et des converses noires. A mon poignet droit il y avait quatre bracelets : une chaîne en argent, un bracelet clouté, un bracelet Amérindien, un autre en plastique noir. A mon autre poignet se trouvait ma montre et le bracelet qui indiquait la couleur de mon châlet : violet.

Me glissant sur le fauteuil, je tournais la tête pour voir si je voyais des gens que je connaissais. J'avais aperçut Joy en entrant dans le bus mais, étant entré discret, sac noir jeté sur une épaule, baissant le regard j'avais marché très vite jusqu'à un siège près de la vitre.
Ma casquette avec les initiales de ma ville natale NY mon sac étaient posés à côté de moi.

Mon sac contenait quelques affaires simples et pour une fois, je n'avais pas emporté toute ma chambre avec moi. Un sweat marron, un jean noir, un legging et un short, deux t-shirt, deux débardeurs, ma veste en cuir marron, deux t-shirts à manches longs, des sous vêtements, quatre serviettes de bains, mon rasoir-je ne vois pas pourquoi je l'ai emmené-, mon gel, mon parfum, des baskets, mon arme (nan je plaisante. Celui-là est toujours sous mon oreiller. Je ne suis pas un tueur.), une mallette de secours (on ne sait jamais),le livre de loups garous que Joy m'avait offert-pour lire la nuit-, le médiator que m'a offert Alexandra, des kitkats, des smarties (oui, oui), des chips, des boissons énergisantes, des mitaines, du shampoing, du gel douche, mon carnet avec toutes les histoires amérindiennes, sans oublier mon sac de cours avec tout le matos dedans . J'étais trop prévoyant.
J'avais en plus de tout ces objets, emporté aussi ma guitare acoustique(on ne sait jamais).

J'avais acheté une guitare électrique et une acoustique afin de remplacer celle que j'avais brisée quand j'étais avec Mikah. Mikah...je me demande bien ce qu'il fait en ce moment.
Je me redressais en poussant un soupir. Le paysagae était magnifique, mais j'avais personne à qui parler et puis c'était tellement long ce voyage. J'entendais la voix d'Alma de la place où j'étais et je me retournais pour la regarder. Ah toujours entrain de se faire remarquer les SM!
Soudain je réalisais que...je n'avais PAS pris mes cigarettes. Oh Boy!
"Oh merde! Oh non! Mes cigarettes! Oh non,merde, non!", m'écriais-je paniqué, oubliant que j'étais censé me faire Discret!
Je plaquais ma main contre ma bouche, puis décidais de manger. J'ôtais le chew-gum et le collais sous un siège. Puis j'ouvris le paquet de KitKat. Tout en croquant dans le chocolat, je me levais, posais ma casquette NY sur mes cheveux gélifiés et marchais droit devant jusqu'au chauffeur.
Je lui tapotais l'épaule et lui demandais: "Bon, vous pouvez pas aller plus vite? La vitesse, y a qu'ça d'vrai!". Puis je remontais le couloir en regardant presque tous les élèves. Mon regard s'arrêta sur Mikah mais je fis comme si je ne l'avais pas vu et continuais ma route jusqu'à mon siège.

Je saisi ma guitare, mon médiator puis me mis à accorder.
Il manquait de l'ambiance dans ce car...
Je cherchais une chanson cool à chanter et à jouer et je trouvais finalement.
Je me mis à sourire au fur et à mesure que je chantais, battant mon pied au rythme de la musique. Je sais que je vais me faire assassiner par certains élèves. Frappez moi si vous l'osez! Je me défendrai...ou pas!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Jeu 17 Avr - 22:29




Sur la route


Chapitre 5


Mentions ~ Tout le groupe qui fait du bruit, Ty et sa guitare
Interaction ~ Evan

M'énerver ? Non c'est pas du tout mon genre.Au contraire... Et puis cette bande d'adolescents bornés ne méritent aucun énervement. Je me demande simplement si nous faisons partie du même monde. Ai-je sauté une génération ? Ou peut-être que j'ai un problème mental. Un truc qui cloche chez moi... On m'a souvent dit de consulter. C'était toujours la réaction du mec borné à qui j'expliquais de A à Z pourquoi il avait tord. C'est simple de remettre les gens à leur place. Ils ont tous cette qualité incroyable de ne penser qu'à leur petite personne. Et si, rien qu'une fois, vous essayez de vous taire et vous écouter ce qui vous entoure ? Rien qu'une petite minute... Laissez-moi réfléchir.

Ils parlent tous pour ne rien dire. Et vas-y que je veux de l'alcool ! Embrouillons-nous pour une histoire de confrérie ! Parlons coupe de cheveux ! Mais vous allez grandir un jour ? Vous allez réfléchir un peu au sens de vos vies ? Croyez-vous sincèrement que les personnes avec qui vous parlez en ce moment auront de l'influence dans une dizaine d'année ? Vous allez vous perdre de vue. Vous oublierez cette fille avec qui vous étiez supposé être ami. Vous ne vous rappellerez même plus du nom de la personne qui vous a donné votre premier baiser. Alors s'il vous plaît, arrêtez de parler.

Passons passons puisque tout passe 
Je me retournerai souvent 
Les souvenirs sont cors de chasse 
Dont meurt le bruit parmi le vent.

La musicalité des mots d'Apollinaire m'aide à me concentrer. Réfléchir à des citations permet d'oublier le bus. Je ne pense à rien d'autre. J'oublie les bruits, la foule, les mots. Je m'analyse. Je réfléchis. Avez-vous déjà voulu revenir en arrière ? Si nous pouvions changer une petite chose de notre passé. Le feriez-vous ? Le risque que tout change du tout au tout est si grand... Pourquoi changer ? Pourquoi décider de modifier un événement ? Le nouveau scénario nous plaira-t-il ? Voudrions-nous alors retourner à la situation initiale ? Ce n'est pas le fait de changer qui changera justement les choses. Il faut agir. Uniquement agir... Mais pour cela il est parfois mieux de réfléchir. Sommes-nous en tous capables ? Avons-nous la capacité de prendre conscience de nos actes au moment où nous les réalisons ?

Une personne s'assoit à côté de moi. Brutalement je retourne sur Terre et me rend compte que j'étais entrain de griffonner une équation sur un ticket de caisse. Je me laisse trop souvent accaparer par mes pensées. Je pars si loin que j'en oublie le temps qui défile et ce monde dans lequel je vis. Je suis ailleurs comme dans une autre galaxie. Quand j'étais jeune, ça m'arrivait bien plus souvent... Les autres élèves me traitaient de taré, de monstre, d'imbécile. Je n'écoutais pas les professeurs. J'étais ailleurs. Mes parents pensaient que j'avais un problème. J'ai redoublé une classe alors que j'ai tout appris moi-même. Le système scolaire ne me convient pas et pourtant... Pourtant je me suis inscrit à Wynwood. Pourtant j'ai décidé de faire ce voyage scolaire comme un étudiant normal. Le suis-je vraiment ? Je me pose souvent la question. La réponse étant souvent qu'il n'y a pas de normalité. Les normes ont été inventées pour nous mettre dans les cases. J'ai tendance à penser que ce sont ceux qui ont pérenniser ces cases qui sont les plus fous.

Enfin bref. Il y a un mec assis à côté de moi. Si je veux rentrer convenablement dans le rôle du parfait étudiant normal, il faut que j'arrête de l'ignorer. « Désolé de venir t'importuner, j'avais prévu de rester dans mon coin sans faire de vagues mais j'ai oublié mon casque et je vais pas supporter de passer le voyage seul. Moi c'est Evan en tout cas, enchanté.» Monsieur connaît le verbe importuner ! Je n'ai même pas eu le droit au : « Désolé si je te fais chier mec ! » Ce qui est, je trouve, un bon signe. Mais il gâche tout en me disant qu'il n'a pas envie d'être seul pendant le voyage. C'est quoi le problème avec la solitude ? Il n'y a rien de mieux pour pouvoir entrer dans un moment d'introspection. Il aurait même pu lire un livre ! Ou tout simplement regarder le paysage... Il y a assez d'animation dans ce bus pour occuper tous ceux qui n'ont rien d'autre à faire que d'écouter des imbécillités.
« Et c'est vers moi qui tu te tournes pour combler ta solitude... Mauvaise pioche ! » Soit gentil Adam ! On s'est promis que le petit écossais que tu aies allait rencontrer des gens et en apprendre sur la vie à Miami. « Mais maintenant que tu es là.... Moi c'est Adam ! » Je sais que mon accent fait tâche dans ce cadre mais je ne peux rien y changer.

Ce n'est qu'après cette brève présentation qu'un mec commence à jouer de la guitare. « Ne me dîtes pas que c'est pas vrai ! » Dis-je dans un soupire. J'écrase pas tête contre le dossier du fauteuil. « On est à High School Musical ou je rêve ? » Je regarde mon nouveau voisin. « Je crois que c'est à ce moment-là que tu te dis que tu es tombé sur le mec le plus négatif et chiant du bus... Tu trouveras une excuse bidon dont on saura la véracité tous les deux. On se lancera nos sourires les plus hypocrites et tu partiras loin en annonçant à tout le monde qu'il y a un écossais bizarre à qui il ne faut pas parler. » Quoi ? J'extrapole peut-être mais c'est réaliste au moins ! Et puis comme ça, il n'aura pas besoin d'hésiter. Il sera gêné sur le moment mais ce dira qu'il n'a pas besoin de chercher un quelconque mensonge et surtout que je ne lui en voudrais pas !

fiche par century sex.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 19 Avr - 3:59









Chapter 3.
✣ Route interminable.








~ Everybody

Interactions : Matt, Grace, Soso, Ugo
Mentions : Lila et sa bande (les sauvages /pan), Mike, Ty

« Ahhh quelle bonne surprise. Mademoiselle Kaira Sexy Jacobs en personne ! C’est bien, tu ne t’es pas dégonflée »

Ce genre de réplique avait parfois tendance à m’irriter. Pourtant, puisqu’elle venait de sortir des lèvres du charmant Sigma Mu, je ne fis que rouler des yeux, d’une manière faussement exaspérée.

« Ces quatre jours auraient été pénibles sans toi, alors je préfère encore t’avoir dans les pattes. »

Mes fesses se posèrent sur le siège trop dur de l’autobus auprès de Gage et mes deux mains arrangèrent ma queue de cheval. Son rire parvint à mes oreilles. L’idée que ses ricanements pourraient dévaster une armée de filles en chaleur me traversa l’esprit le temps d’une seconde et me fit sourire à mon tour.

« T’as peur de rien, toi. Ma copine va avoir des envies de meurtres en te voyant là. T’as enfilé un gilet par balle j’espère ? »

« Ouais ben tu lui diras que tu me préfères à elle. Toute façon je vois pas ce que tu lui trouves, à cette grognasse. »

Mon manque de tact pouvait laisser à désirer, mais je ne regrettais pas mes paroles. Elle et moi n’avions jamais vraiment pris le temps de faire connaissance, mais même en l’observant de loin, on pouvait remarquer que cette fille devait absolument descendre de ses grands chevaux. Pourtant, nous nous ressemblions sur plusieurs points, hormis le fait que j’étais loin de faire pitié contrairement à elle.

Alors que l’adolescent se remettait à se moquer de ma situation, je me tournai complètement vers lui afin de l’écouter, un coude déposé sur le support et une main sous le menton, ayant un sourire malicieux au visage.

« Tu voudrais « patauger » avec moi, toi ? Ou t’es beaucoup trop fidèle ? » avais-je sorti presque dans un sensuel murmure. « Et si on nous met pas ensemble, c’est clair que je vais y laisser ma peau alors t’espère bien que ça n’arrivera pas. »

« On peut savoir ce que tu fous là toi? »

Nos deux têtes tournèrent simultanément vers la fille qui venait tout juste de lâcher ces propos. L’un de mes sourcils s’arqua, observant avec dédain la nouvelle venue venant gâcher ce moment. Ma bonne humeur ne s’envola pas pour autant, ayant pour but de profiter de la situation pour me foutre de cette pimbêche.

« J’te dérange, peut-être ? »

M’attendant à voir une réaction de la part de son chéri, je fus surprise de constater qu’il ne s’intéressait guère à nous deux, préférant participer à une affaire de dingue qui se déroulait derrière nous. Cela voulait clairement dire « réglez vos comptes toutes seules ». Je souris à Grace, défiant ses airs de fille jalouse. Elle se mit à faire les présentations et je pouffais sarcastiquement de rire en guise de réponse au lieu de compléter les présentations comme souhaité.

« Alors maintenant que les présentations sont faites, tu dégages ! »

Je m’apprêtais à lui divulguer ma façon de penser, mais l’homme assis à côté de moi daigna enfin à s’intéresser à la situation dont il était la principale cause. Il me lança l’un de ses regards qui me faisaient rouler des yeux. Puis, je m’adressai finalement à Grace.

« Écoute, chérie, on va quand même pas retourner en maternelle, hein ? Alors si tu veux pas paraître plus connasse que tu l’es déjà, arrête de t’exciter comme une enfant de 10 ans et grandis un peu. C’est peut-être ton petit-ami, mais ça veut pas dire que tu dois le coller à la peau 24h sur 24. D’ailleurs, je sais même pas comment il fait pour te supporter, il doit faire semblant pour te faire plaisir... Passe ton chemin maintenant, tu pourries ma vision. »

Je me calai un peu plus sur ma chaise et croisai mes jambes pour montrer que je n’avais pas l’intention de m’en aller. Après quelques protestations, elle finit par accomplir ce que je lui avais suggéré et je fus plus tranquille. Ma tête se retourna vers Matthew.

« Tu devrais l’échanger pour une fille plus fraîche, t’as vu comment elle est usée ? »

Lors des minutes suivant l’altercation, j’avais placé des écouteurs dans mes oreilles et discutais avec Matt de temps en temps, puis laissais la musique m’atteindre. Le Sigma Mu passa la plupart de son temps avec ses amis de confrérie en arrière de notre siège et leur grabuge commençait à m’irriter. En temps normal, j’évitais de fréquenter les rebelles ayant des tendances « sauvages », parce qu’eux et moi n’avions certainement pas les mêmes intérêts. Même notre façon de voir les choses était différente. Ils étaient comme la peste : à éviter. Il y avait tout de même des exceptions comme Gage, mais bon, ce n’était pas la même chose.

Une mélodie tonitruante couvrit celle qui parvenait déjà de mes écouteurs. Fronçant les sourcils, je libérais une oreille et cherchai à l’aide de mes yeux la personne qui se mettait à jouer de la guitare. Ty, bien sûr. C’était le seul étant capable de réaliser ce genre de conneries. Je décidai de ne pas réagir, me disant que quelqu’un d’autre s’occuperait de lui informer que sa façon de jouer était exécrable.

« Les profs doivent être fous pour l’avoir laissé participer à ce voyage, celui-là. »

J’usai de nouveau mon téléphone pendant un moment. Le bus s’arrêta et un professeur nous annonça que quinze minutes de pause s’offraient à nous. Je me levai de mon siège, saisissant mon sac à main au passage. Matt quitta sa place à son tour et lorsqu’il fut assez près de moi, mes lèvres s’approchèrent de son visage avant de déposer un baiser sur ses joues.

« Je te quitte sinon je vais faire une overdose de toi alors que le voyage n’a même pas vraiment débuté. »

Mes jambes dévalèrent les petites marches qui menaient vers l’extérieur du bus. Enfin, de l’air frais ! J’allai rejoindre ma cousine se trouvant un peu plus loin, accompagnée d’un homme plutôt sexy. Je m’approchai d’eux avec un grand sourire.

« C’est qui ce beau gosse, Soso ? Tu me le présentes ? »

Enfin, j’avais du respect pour la Rho Kappa, alors n’allais pas prendre ce gars comme proie si elle l’avait déjà classé comme étant sa propriété.

À la fin de la pause, je retournai dans le bus comme tout le monde. Ayant l’intention d’aller rejoindre une connaissance, mon attention fut attirée par un magnifique jeune homme dont le siège à sa gauche était libre. Resplendissante, je comblai l’espace vide en allant le rejoindre.

« Coucou ! Je peux rester avec toi ? Y a rien d’intéressant dans ce bus pourri et je m’ennuie à mort. Au fait, je m’appelle Kaira, enchantée. »


made by pandora.----






Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 19 Avr - 12:51



Interactions: La clique qui fout le bronx dans le fond :roll: , Bae & Mahina
Mentions: Les profs, les élèves, Sasha.

Gautier avait mis en place un voyage scolaire. Il m’avait présenté un projet très concret et c’est sans aucune contrainte que j’avais accepté. Il s’était donné pour l’organisation de ce séjour aux Everglades et les élèves avaient plutôt l’air ravis, eux aussi. J’avais proposé mon aide et lui avais apporté tout mon soutien et ma confiance, lui promettant d’être de la partie moi aussi. Pendant ce séjour, j’avais pour objectif d’ôter un peu mon rôle de directeur, tout en restant bien présent pour encadrer les jeunes. Cependant, n’ayant que 26 ans, j’avais pas spécialement envie de garder mon titre de « monsieur le directeur » pendant ces 4 jours à l’extérieur, c’est pourquoi il était question que ces étudiants ne m’appellent pas « monsieur » mais bien Eden tout en gardant les limites du respect.

J’avais préparé mon sac en y emportant de quoi être à l’aise pendant 4 jours, ni plus ni moins. J’avais prévenu Sasha de mon absence et lui avais laissé un double des clés de mon appart, au cas où préférait le confort d’un grand appart luxueux avec une indienne à sa disposition, à sa chambre de confrérie, puis avais rejoins les autres sur le lieu de rendez-vous. Habillé d’un jeans, un t-shirt blanc et une chemise par dessus, laissant de côté mon traditionnel costard, j’écoutais les indications de Gautier. Je finis par attendre que tous les élèvent soient installés dans le bus avant de mettre à mon tour mon sac dans la soute et rejoindre les profs accompagnants. Je discutais avec l’un et l’autre pendant que Gautier faisait le tour du véhicule pour vérifier que nous n’avions oublié personne et pour répondre aux quelconques questions des différents étudiants. Après une bonne heure de route, je signalais le prof de physique que j’allais à mon tour voir que tout se passait bien auprès des jeunes qui faisaient, pour certains, un grabuge du tonnerre.

Arrivé dans le fond du bus, je remarquais que la plupart étaient des Sigma Mu, comme si ça allait m’étonner. D’un ton calme mais direct je m’adressais aux perturbateurs :

« Un peu de calme ici, svp. Vous n’êtes pas tout seuls et 5 heures comme ça, on va pas y arriver. En plus, vous pourriez au moins attendre d’être dehors pour fumer et boire vos conneries. D’ailleurs, c’est pas un conseil mais un averto si vous ne voulez pas une mise à pied en rentrant à Wynwood. Contrairement à Madame Fuller ou Monsieur Mc Fenry, j’ai le pouvoir de vous éjecter, moi. Vous savez rester 5 heures sans faire les mariolles quand même, non ? Puis comme vous n’avez pas l’air de saisir le sens du mot « groupe », ça sera toute la confrérie qui sera mise à pied, comme ça vous comprendrez qu’il n’y a pas que vous sur terre, ou dans ce bus. Bonne chance pour expliquer à vos confrères absents le pourquoi. Que je n’en surprenne pas, vous êtes prévenus. »

Les autres étudiants n’avaient pas besoin de supporter leur cacophonies ou encore l’odeur de leurs joints. Qu’ils se bousillent la santé, à la limite j’en avais pas grand chose à faire, c’était pas de mon ressort, d’autant plus que j’avais été jeune moi aussi et j’avais encore un petit frère qui enchainait parfois les conneries, mais que les autres doivent le supporter je le tolérais beaucoup moins. Je préférais ne pas relever l’état du prof de dessin et repartais d’où je venais, m’arrêtant un instant près de Mahina. La jeune fille avait eu quelques soucis au niveau scolarité et c’était rien comparé à ce qui allait arriver. J’étais pas sûr qu’un tel voyage pour une fille enceinte était approprié, mais elle n’en était pas à 8 mois non plus. J’acquiesçais un sourire à la jeune fille, attendant la fin de sa discussion avec l’asiatique.

« Salut les jeunes. Ça va, c’est pas trop long le voyage ? Mahina, tout va bien ? Vous avez déjà été visiter les Everglades ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 19 Avr - 12:57



Sur la route !

Voyage scolaire
Dimanche 13 Avril 2014
Interaction : Li


*HRP :Je tiens à m'excuser pour mon côté vulgaire, c'est juste une Amber en colère, en rogne que vous voyez x)*

Je n'en revenais pas ! Un PS ! Un crétin de PS ! Un crétin de PS qui embettais ma nouvelle amie ! Oh le con ! Il lui tenait un de ses discours en plus, comme si il la traitait comme une petite fille. Mais là, la réponse de Li me fit sourire. Vous savez, un des sourires en mode *je suis trop fière de toi louloute, fait lui bouffer sa connerie*. Elle était sarcastique, et c'était un bonheur de l'entendre démonter ce pauvre de con de PS. Déjà de un, je n'aimais pas les Pi Sigma, et de deux, celui là avait vraiment une tête de con. Je suis désolée pour tous les gros mots que je vais dire, mais au bout d'un moment, un con est un con, et on ne peut rien y aire. Ce mec s’appelait Dwayne, à moins que ce ne soit son frère et qu'il ne s'appelle Dwyght. Bref, un Young. Un crétin de Pi Sigma, narcissique, égoïste, dragueur et briseur de cœur. Bref, un mec que je ne pouvais pas encadrer. Déjà, de base, je n'étais pas super fan des garçons écumeurs de soirées, en mode je chasse des minettes ou les fanatiques de parties de jambes en l'air. Mais là, quand de surcroit ce genre de personne s'avérait être un Pi Sigma, là, je perdais mon sang froid. Les garçons de cette confrérie était réputé pour être des coureurs de jupons et surtout, des briseurs de filles. Par briseurs de filles, j'entends par là des mecs qui vont jouer avec les sentiments d'une fille, lui faire croire au paradis, pour ensuite la larguer comme une grosse merde. Ca, je ne supportais pas. Même si la fille était une trainée, une moins que rien ou juste une fille avec un balais dans le derrière, elle ne méritais pas ça. Et après les mecs se plaignent de tomber sur des chiennes quand ils rêvent du BIG love. Moi je dis qu'il ne faut s'étonner.

Mais là, de voir que ma nouvelle amie avait souffert à cause d'un pauvre con comme ce que j'ai décrit plus haut, puah, je lui en aurait fourré son paquet de mouchoir dans le cul tiens.

Li, garde ce paquet de mouchoir bien précieusement. Si sa ce trouve, un jour, ce grand idiot tombera sur une fille dégeullasse qui lui fera la même chose que ce qu'on t'a fait. Et ce jour là, quand il chialera toutes les larmes de son crétin de corps, tu arriveras avec ton petit paquet de mouchoir et tu lui jettera à la figure en lui rappelant aujourd'hui. D'accord ? Allez, sois forte trésor.

Après lui avoir déposé un rapide baiser sur le front, je me levais et me mettais dans l'allée, face à ce crétin de Pi Sigma.

Hey pauvre con, qu'est ce que tu attends pour dégager ? Reste encore là 5 minute et je jure que te fourre mon paquet de mouchoir dans le cul. Allez, barre toi !

Le mec me regardait bizarrement Faut dire qu'il avait raison J'étais asiatique, je faisais 1m62 et j'étais en quelque sorte un petit poids plume face à ce grand bonhomme. Mais ce n'est pas ça qui allait me faire peur. On était au milieu du bus, soit pas très loin des professeurs et du corps enseignant qui nous accompagnait. Ce qui en cas de problème pourrait être utile.

T'es sourd ou quoi ? Je t'ai dit de te barrer. Allez casse toi, va plutôt voir tes potes au lieu de te fritter avec plus petit que toi. Ta mère t'as jamais dit que c'était pas bien ? Oh mais j'oubliais, pour avoir engendré un fils comme toi, ta mère ça peut être qu'une chienne. Allez, zou, dehors

Ne lui laissant pas le temps de répondre, je retournais à ma place, côté fenêtre, à la droite de Li. Une fois le crétin partis, je la vis se détendre. Elle me répondit alors à ma question de toute à l'heure, avant l'intervention du singe Pi Sigma.

Sinon, pour en revenir à ta question, ce qui m'a motivé c'est de partir dans les Everglades, en pleine nature, c'est sur c'est pas un luxe, mais j'ai toujours aimé me promener dans les bois, courir dans les champs, observer les étoiles et pour une fois qu'on nous donne l'occasion d'aller s'évader dans un des plus beaux parcs du monde, je ne dis pas non. C'est sur dis comme ça, je passe pour une Nu Zeta, mais en dehors de la mode et des vêtements, j'ai trouvé trouvé la nature magnifique, et puis bon on est là aussi pour s'amuser, non? Oh c'est super joli, tu fais du Nail Art?

Oui c'est du nail art ! Tu as l'oeul petite Eta va ! Je l'ai fait hier après midi. Mais tu sais, c'est très simple à faire. J'ai fait ma base, puis j'ai appliqué la couleur rose crème, pour le fond, puis j'ai choisis un rouge prune/bordeaux pour faire les petites pommes. Au début, j'ai juste fait des ronds, puis après, avec ma couleur de base, tu sais le rose crème, j'ai dessiné les contours et les formes des différents pommes. Pour ça j'ai utilisé de vieux pinceaux à aquarelle, tu sais, ceux avec des poils en soie. C'est le top du top ! Mais attends, si tu veux j'ai du vernis là ! Attends deux secondes !

Je foullais alors dans mon sac à main, en sortais un premier vernis bleu clair, ainsi qu'un vieux vernis blanc. En fouinant un peu plus, je sortais également un dotting tool, une sorte de tube en plastique avec à chaque embouts un rond pour faire des points, de taile différentes. Je montrais mes petites trouvailles à Li, avec un grand sourire en disant :

Partante ?
:
© charney

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 19 Avr - 14:42

Interactions: Li, Amber, Arizona, Leahna, Soraya, Mike.
Mentions: Isobel, Aiden, Grace, Matthew.

Parce que j'ai l'air de pleurer ton frère là? Au final quand je vois les ordures que vous êtes, je suis bien contente de ne plus avoir à le fréquenter. Vous semblez tellement parfait derrière votre sourire, mais la réalité est toute autre. C'est fou, on dirait que ça vous amuse de jouer aux salauds à plein temps, mais ce qui me console c'est qu'un jour vous le paierez d'une manière ou d'une autre, dis-je d'un ton détaché. Et ça risque pas que je te saute dessus, tu peux être rassuré, le désespoir ne me ferait pas tomber aussi bas, ce serait dommage de toucher le fond, tu crois pas?

"Tu connais pas le dicton "les aigles ne volent pas avec les pigeonnes ?" Ouais je remix un peu tu comprends, histoire que dans ta petite cervelle bridée ça entre. Personnellement si on est des ordures, je comprends que Dwayne ait fait du tri sélectif .... Toujours vider les ordures dans la même poubelle c'est chiant je peux le comprendre. T'étais même pas sa chaussette en fait, t'étais rien."

Je la regardais avec un oeil méprisant, de toute ma hauteur, elle était pitoyable en fait. Au début je l'aimais bien, elle avait l'air plutôt sympathique, elle était même gentille je trouve, et j'aurais même pu être compatissant, mais la non, elle me cherche, graaaave erreur. J'allais donc avancer et la, je sais pas, y'a un truc, semblable à un thon, ouais vu sa tête de poisson ça ne pouvait être que ça. Je la regarde, elle est minuscule, invisible limite, pas de poitrine, corps de mec fragile et encore des yeux bridés ??? Mais merde foutez moi la paix les moches ! Je la fixe, et la elle OSE prendre la parole. Je la regarde, interloqué, surpris par toute la bêtise humaine qu'incarne ce transexuel Thailandais.

"Li, garde ce paquet de mouchoir bien précieusement. Si sa ce trouve, un jour, ce grand idiot tombera sur une fille dégueulasse qui lui fera la même chose que ce qu'on t'a fait. Et ce jour là, quand il chialera toutes les larmes de son crétin de corps, tu arriveras avec ton petit paquet de mouchoir et tu lui jettera à la figure en lui rappelant aujourd'hui. D'accord ? Allez, sois forte trésor."

Et la j'explose littéralement de rire, puis je la regarde elle, et ensuite Li.

"Excusez moi les moches, mais contrairement à vous, les éternelles pigeonnes vides couilles destinées à se marier à un pauvre asiat qui a plus de féminité que vous. Je vous présente ma chère et tendre, que j'aime plus que tout, que je respecte et qui est au moins infiniment plus belle que vous. Ouais je chiffre pas en fait votre échelle de beauté, elle est en dessous de zéro. Touchez le fond tu disais Oreiller ? (Li ici) ouais c'est bien ce que je disais, vous y êtes déjà. On compare pas la merde et les sushis d'un volonté chinois ... Oups pardon Li, c'est vrai que Dwayne t'as consommé à volonté.... Où avais-je la tête."

Je me retourne vers Leahna et lui dit d'un ton presque désolé.

"Pardon ma belle, mais la elles me cherche ..."

Voulant tranquillement continuer mon chemin, je n'aurais pas pensé que le trans Thailandais oserait me défier en fait. Je l'écoute, en plus elle est d'un vulgaire....

"Hey pauvre con, qu'est ce que tu attends pour dégager ? Reste encore là 5 minute et je jure que te fourre mon paquet de mouchoir dans le cul. Allez, barre toi !"

"Oh mais c'est qu'il est vulgaire le Transsexuelle Thaïlandais ! Ouais t'as tellement pas de forme et apparemment pas de fond que ça m'étonne même pas au final. Je me demande comment Nina peut tolérer un LadyBoy comme toi dans sa confrérie. Faut dire que niveau féminité, tu montres pas grand chose planche à maki. T'es sûre que t'es une Eta toi en fait ? En tout cas tu m'arrives à peine à l'entrejambe, donc si t'as pas envie de finir avec trauma crânien qui sera causé par autre chose que ma main, je te conseille fortement de rétrograder la moche, c'est clair ? Sinon je prends le paquet de mouchoir, je te le mets profondément et je t'offre un débridage des yeux gratos !"

Elle commençait à me saouler les deux sacs de riz, sentant alors mon téléphone vibrer dans ma poche, je n'y prête pas attention mais je reconnais à la sonnerie qu'il s'agit de Dwayne. Purée si il avait été la lui mais ça aurait été presque épique en fait ! Dantesque ! Enfin, le truc qui ressemblait à rien reprit la parole, et la j'avoue mon sang ne fit qu'un tour.

"T'es sourd ou quoi ? Je t'ai dit de te barrer. Allez casse toi, va plutôt voir tes potes au lieu de te fritter avec plus petit que toi. Ta mère t'as jamais dit que c'était pas bien ? Oh mais j'oubliais, pour avoir engendré un fils comme toi, ta mère ça peut être qu'une chienne. Allez, zou, dehors."

Et PAF. Ma main, énorme au passage, vint s'écraser d'un geste sec et ferme sur la joue de la bridé. J'avais promis un débridage non ? Je lui fais ressortir les yeux de la tête ! Ma vocation, chirurgien esthétique pour Chintoc en mal de testostérone ! Je la regarde, à cause de mon geste elle s'était écroulée sur le siège près de Li. Conscient pleinement de ce que je venais de faire je pris la parole d'un ton faussement surpris, en regardant Lila.

"ON AVAIT DIT PAS LES MAMANS !!!"

Après un échange de regard avec la Sigma Mu, je déposais mes yeux sur le tas informe qu'était Amber, et je pris la parole d'un ton virulent ce coup-ci.

"C'est clair que t'es en dessous de moi le bol de riz. Et j'ai même pas honte de t'en avoir décoller une, t'es un Trans après tout, pas une fille. Tu veux jouer au bonhomme ? Attends toi à une réaction de bonhomme, maintenant un conseil, ferme bien ta gueule, reste assise, sinon tu t'en prends une seconde, je me suis bien fait comprendre ?"

Suite à cela je partais directement, sachant très bien que Leahna en rajouterait une couche parce qu'elle ne supporte pas la violence, mais la elle l'a cherché. On ne traite pas la matriarche des Young ainsi. C'est la femme de notre vie à Dwayne et moi, celle que l'on respecte le plus au monde. Elle est classe, élégante, raffinée, magnifique, avec du caractère, de la prestance, du charisme. c'est le chef de famille chez nous, et elle a su et sait se faire respecter des trois grands gaillards que nous sommes. C'est pas une petite bridée immonde qui va lui manquer de respect, et puis quoi encore ? Suite à cet incident passager, je repensais au message de Dwayne et je m'arrêtais pour le consulter, bloquant le passage à Leahna. Un large sourire s'afficha alors sur mon visage et j'appelais Li.

"Hey latte de Li, mate ça, la nouvelle copine de Dwayne.... Tu peux pleurer maintenant !"

La jeune femme était assez proche de Leah et moi pour voir le smartphone d'ou elle était, je lui montrais alors la bombasse qui semblait être la nouvelle copine de mon frère, ça va il s'emmerde pas lui ... Puis une fois que je m'étais assuré qu'elle l'ait vu, je m'en allais.J'allais surement subir les remontrances de Cobb et Hauffman je m'étais dirigé dans le fond du bus, histoire de laisser passer l'orage et me calmer. C'est après plusieurs minutes que j'étais parti voir Arizona, qui semblait fulminer de ne pas avoir ses clopes. Je rigolais avec la lambda suite à son commentaire et j'ajoutais d'un air plein de compassion envers Aiden.

"Bonne chance mec, paix à ton âme ! Et tu vas survivre Ari t'inquiètes, ça peut que te faire du bien !"

Oui je ne fumais pas donc pas de soucis à ce niveau. Une fois installé dans le fond, je voulais parler avec Munos, la cousine de McCoy, comme ça histoire de faire connaissance et voir si elle était plus intelligente que cette chose sans intérêt. J'en profitais donc pour demander à Harper de me céder la place, pensant que Soraya serait réceptive, mais c'était sans compter sur la présence d'esprit de navet de la portoricaine. Enfin j'étais surtout déstabilisé par la mère de Nathan qui venait d'arriver. Après m'être bien rincé l'oeil et présenté donc j'entendais Soraya faire sa McCoy. Je la regardais d'un air blazé et avec toute la pitié du monde dans les yeux.

"Ouais tu te trompes, décidément la misère intellectuelle c'est de famille chez vous. Je voulais juste te parler cinq minutes, histoire de, mais comme tu as l'air de bien connaître Leahna, tu devrais te douter que justement elle en a rien à foutre de me voir assis à côté de toi pour faire la causette. Mais c'est pas grave, je comprends mieux d'un coup l'intérêt de Harper pour l'autre meuf..."

Je regardais Harper puis lui lançait un regard compatissant.

"Bonne chance vieux, limite je te plains la ..."

Suite à cela je repartais m'asseoir près de ma chère et tendre avec qui je comptais bien passer un bon moment, mon casque autour du cou après avoir fouillé dans mon sac, je posais ma tête contre le dossier de mon siège, regardant Lila faire son cinéma et Grace qui semblait vouloir buter la meuf près de Matthew. Décidément c'est vraiment un zoo ce bus Monsieur Hauffman ! Cherchant quand même à me calmer, j'attrapais la main de Leahna et la gardais dans la mienne, puis je fermais les yeux quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Dim 20 Avr - 22:51

[hj: sympa ta réponse Keira, mais ca ne laisse pas trop de mouvement pour Grace qui du coup est obligée de partir alors que ce n'est pas forcément ce qu'elle aurait fait... C'est bien d'avancer dans l'rp, mais là je ne suis plus libre avec mon perso donc c'est pas terrible à jouer...]

Alors que Grace était en pleine altercation avec la nouvelle miss monde du lycée qui apparemment se croyait tout permis, elle constata que Matt préférait rire de ce qui se passait derrière entre SM plutôt que de rattraper son erreur. Car si cette pouf s'était retrouvée là, c'est qu'il l'avait laissé faire, il était donc en partie responsable de ce qui se passait. De toute évidence, il n'avait pas bien compris que son attitude blessait la lambda. Sans parler de cette greluche qui en rajoutait une couche, ne voulant pas bouger. Comme la situation dégénérait, Matt finit par demander aux filles qu'elles se calme, mais il lui demanda de ne pas s'énerver puisqu'elle n'avait rien fait.

« Très bien, je vois. »

Répondit-elle le voix éteinte, franchement déçue de ne pas avoir le soutien qu'elle attendait de son copain. Il ne voulait pas passer ce voyage à côté d'elle? Il préférait cette pétasse? Et bien qu'à cela ne tienne, elle n'allait pas se faire prier. Il était du côté de cette pouf de toute évidence, inutile de perdre son temps, et elle ne se voyait pas virer l'hippopotame de force. D'abord, parce qu'un hippopotame, c'est très lourd à bouger, et ensuite, parce que comme elle le lui avait si bien fait remarquer -et il y avait de quoi le rappeler en voyant la façon d'agir de cette fille qui ne pouvait être qu'une Eta- elles n'étaient plus en maternelle. Cette pauvre fille, plus jeune qu'elle, lui parlait de grandir... Cela la faisait presque rire, à voir comme elle l'insultait déjà alors que c'était elle le trublion de l'histoire. L'eta n'attendait qu'une chose, qu'elle s'énerve encore plus, vu comment elle la provoquait.

Grace n'était pas du genre à se laisser faire, mais puisque le bus allait démarrer et que cette fille ne valait de toute évidence pas plus que la dernière bouse d'un mammouth, elle lui rétorqua simplement:

« Ta vision n'a pas besoin de moi pour être pourrie ma pauvre fille, tout comme le reste... »

La répartie de l'Eta était tellement décevante franchement. Elle demandait à Grace d'arrêter de s'exciter, alors qu'elle la provoquait volontairement, avec toute l'immaturité qui la caractérisait. Elle tentait d'évoquer pitoyablement le fait que Matt faisait semblant de la supporter pour lui faire plaisir... Cette fille ne connaissait rien de leur relation, c'était tellement aberrant qu'elle se ridiculisait plus qu'autre chose. Le niveau volait tellement bas que Grace ne prit pas la peine de justifier quoi que ce soit, cela aurait été une perte de temps et d'énergie. Des cas comme cette brune, elle en avait croisé des dizaine dans sa vie, c'était surement irrécupérable. Pas étonnant qu'elle connaisse tant la maternelle et qu'elle en parle, puisqu'elle devait en être resté là dans sa petite tête de fi-fille à papa qui pète plus haut que son derrière. Bien que le derrière d'un hippopotame ne soit guère très élevé.

Grace préféra ignorer ce stupide animal qu'elle avait en face d'elle, tant elle ne valait rien -elle n'était même pas jolie en plus !-, et elle s'adressa à Matt cette fois, car c'était surtout lui qui la décevait:

« Je te laisse en tête à tête avec ta nouvelle amie, puisque que ca n'a pas l'air de te déranger. C'est vrai qu'elle a l'air tellement intéressante... »

La lambda aurait voulu qu'il la contredise, la retienne, lui dise qu'il l'aime, vire hippopotame de malheur à coups de pieds dans le derrière s'il le fallait, mais rien ne se passa. Tant pis, elle irait s'asseoir devant, de toute façon, ca craignait trop par ici avec cette carne. Grace était très maligne, elle savait pertinemment que la vengeance était un plat qui se mangeait froid, inutile de faire un scandale comme ca, devant tout le monde, le moment était mal choisi. Elle avait sa fierté, et partirait dignement. Cette fille ne payait rien pour attendre, c'était certain. Et vue l'extrait d'intelligence de poisson rouge qu'elle venait de lui démontrer, ce serait tâche facile. Comment Matt pouvait fréquenter une fille comme ca? Elle s'était permise de prendre sa place, pour mieux l'insulter ensuite, comme une sauvage, alors qu'elle ne la connaissait même pas. Avait-elle reçu une éducation dans sa vie? Elle en doutait fortement. Elle n'avait de toute évidence aucune valeur. Matt allait s'éclater à côté d'elle, c'était certain... En fait, Grace l'aurait presque plaint si elle n'était pas énervé contre lui. Elle ne pouvait pas comprendre qu'il la préfère à elle -tant la comparaison n'était même pas possible-, mais une chose était certaine, c'est que la londonienne venait de se prendre une sacrée claque dans la figure, qu'elle n'était pas prête d'oublier.

Elle planta son regard émeraude dans celui de son copain et lui dit froidement, de façon à lui faire comprendre son erreur:

« Reviens me voir quand le Matt que je connais sera revenu. Tu sais, celui qui a une copine, et qui prétend l'aimer. Celui là n'aurait jamais laissé qui que ce soit m'insulter et me manquer de respect comme ca. »

Non, le Matt qu'elle connaissait se serait battu pour qu'elle s'assoit auprès de lui. Grace s'adressa à l'hippopotame qui de toute évidence avait une influence sur lui:

« Tu peux la garder ta place, je ne la veux plus. »

Pas dans ces circonstances. Elle lança un dernier regard noir à Matt et tourna les talons pour se mettre à l'avant du bus, avec des adultes qui seraient sans aucuns doutes plus intéressants. Grace s'était proposée pour encadrer ce voyage afin de passer du temps avec Matt, mais apparemment ce n'était pas réciproque. Elle s'assit à l'avant de bus et essaya de tout son possible de rester de marbre. Il ne fallait surtout pas craquer maintenant. La lambda avait l'habitude de contrôler ses émotions en public, au moins une chose que sa noble famille lui avait enseigné.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Lun 21 Avr - 4:05

Intéraction : Kaira
Mention : Un vaste peuple




Le regards embrumé et les pensées tout autant, Ugo continuait de somnolé totalement pendant la première partie du voyage, il s'imaginait différente chose au pays des rêves, il avait plutôt la vie facile, du coup il pensait surtout au voyage qui était en train de ce dérouler en ce moment. C'était avec stupéfaction qu'il avait réussi a expulsé tout le bruit de ça tête et a en faire abstraction. Quelques unes de ces pensées allaient vers Wynwood, le reste allaient vers la suite de l'aventure, c'était en quelque sorte son moyen d'évasion avant l'heure. Du peu qu'il avait lu sur les Everglades c'était plus ou moins un marécage immense en plusieurs endroits ,un coin très sauvage et mine de rien plutôt dangereux au niveau faune et flore. En même temps ce qui est sauvage est toujours dangereux vu que c'est un minimum ce qui faut pour se protéger de la brutalité humaine et de la cruautée du reste de la nature sauvage.

Au bout de quelques dizaine de minute, il se réveilla de ce sommeil pénible mais plutôt agréable, toujours le même vacarme ce faisait entendre, ils n'avaient absolument rien d’intéressant a ce dire ou alors c'était vraiment pour emmerder le monde qu'ils gueulaient comme ca. Ils ce croyaient surement d'une intelligence rare et en effet ils étaient d'une intelligence rare vu qu'avoir le QI d'une huître atrophié était aussi rare que de trouver une chèvre sous marine.

Au bout de quelques heures une pause ce mit en place pour quinze petites minutes. Ugo s'étira de tout son long la place a côté de lui étant resté libre pour son plus grand plaisir. Il avait fait le point et était maintenant d'attaque. Il prit son téléphone qu'il glissa dans sa poche et descendit calmement du bus observant les multiples personnes qui pour la plupart avait une folle envie de se dégourdir un peu les jambes. Ugo inspira une grande bouffée d'air et envoyer un message a ça colocataire du mois pour savoir si tout ce passait bien avec le gosse en plastique. Bizarrement il prenait son rôle très très a cœur Il c'était un peu pris d'affection pour sa la "maman" de ce calvaire.

Une quinzaine de minute plus tard et un air frais dans les poumons c'était l'heure de repartir malheureusement. Le temps passait assez vite ce qui était une bonne chose pour un voyage aussi pénible que celui la, Ugo pris une dernière grande inspiration et remonta dans le bus ce dépéchant de rejoindre la place ou il était assis 15 minutes plus tôt.

Il essaya plus ou moins de replonger dans ces pensées avant d'être interrompu :

« Coucou ! Je peux rester avec toi ? Y a rien d’intéressant dans ce bus pourri et je m’ennuie à mort. Au fait, je m’appelle Kaira, enchantée. »

Ugo fut plutôt surpris de voir a quel point elle était a l'aise avec quelqu’un au hasard, d'habitude c’était lui qui faisait le pas vers les autres mais la tout devenait beaucoup plus intéressant. Elle avait tout de la belle femme parfaite, et un charisme certains qui plus est. Autant dire qu'il fallait plus l'avoir de con côté que l'inverse. Une Eta a en juger par son attitude. Tout ce qu'il y avait de mieux pour un Pi Sigma.

Salut, je t'en prie c'est avec plaisir. Je préfère largement que ce soit toi qui prenne cette place que n'importe qui d'autre. Je crois que pour sa on est deux, d'autant plus que les débiles a l'arrière me gave. Mais on va faire avec.

Après une petite pause et un sourire il se présenta a son tour :

Moi c'est Ugo, enchantée aussi ! Alors Kaira, une Eta Iota et un Pi Sigma dans un bus rempli. Je trouve que c'est une heureuse coincidence. Mais dit moi tu es dans ce bus par obligation ? Moi je ne te cache pas que je suis ici par intérêt personnel. J'ai eu une certaine envie de découvrir d'autres horizons. Après tout on ne me refera pas.

Après un petit regards dans les yeux il s'approcha un peu plus d'elle:

Si tu me dis que tu es la seulement pour tes notes je ne te croirais pas. Après tout on fait partit du même type de confrérie, alors dit moi tout. Je meurs d'envie d'en savoir plus sur toi. Il y a une histoire de mec pas vrai ? Tu me parais intéressante. Et peut être que si tu m'en dis assez je te parlerais de ce que j'envisage concernant la suite des événements aux Everglades.

La parole ça Ugo en avait énormément et il savait s'en servir, seulement c'était la première fois qu'il parlait vraiment avec une Eta, il fallait sans doute qu'il s'habitue un peu a ce genre de fille qui trouvait pour la plupart tout a fait a son gout.Peut être avait-il été trop direct en fin de compte mais bon ce n'était pas un drame non plus. Au pire dès cas elle fuirait. Les histoires intéressantes commençaient enfin a arriver.



Fond by Obsession ; Codage by Bird for all forums ©
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Lun 21 Avr - 13:21

« Ces quatre jours auraient été pénibles sans toi, alors je préfère encore t’avoir dans les pattes. »
« Ohh j’suis presque flatté là »

La jeune fille s’installa à côté de moi, se recoiffant au passage. La conversation dévia sur Grace, visiblement Kaira ne l’appréciait pas trop et je mettais ma main à couper que ça allait être réciproque

« Ouais ben tu lui diras que tu me préfères à elle. Toute façon je vois pas ce que tu lui trouves, à cette grognasse. »

Je laissais un rire s’échapper, choqué de ce qu’elle venait de dire à propos de ma copine et continuais sur un ton toujours aussi calme.

« Juste comme ça, tu te rends compte que tu parles de ma copine ? Vous avez des points communs pourtant, et plus que tu ne pourrais le penser, crois moi jeune fille »

C’est vrai que Grace et Kaira avaient plusieurs ressemblance, elles faisaient toutes les deux attention à leur physique, elles avaient le même caractère, ou presque et pourraient toutes les deux se trouver chez les Eta, bien que Grace avait préféré ne pas se mêler aux confréries. Cependant, j’étais persuadé que si une confrérie devrait la recruter, les Eta l’emporteraient haut-la-main.


« Tu voudrais « patauger » avec moi, toi ? Ou t’es beaucoup trop fidèle ? »
« Ah, t’es pas le genre de fille à plonger dans le grand bleu toi ? Je croyais, j’en suis presque déçu là. Et ça fait un an que je suis avec Grace, donc oui, on peut dire que je suis fidèle » avais-je répondu sur le même timbre de voix qu’elle avait emprunté.

Dans la minute qui suivait, Grace fit son apparition toujours aussi charmante avec les inconnues. Je tournais la tête en même temps que Kaira vers ma copine. Les deux filles se crêpaient clairement le chignon alors que mon attention se posait sur le groupe de ma confrérie qui faisait les clowns. Finalement, je leur avais demandé qu’elles se calment. Ca commençait un peu à saouler leur prise de tête pour une place.

« Je te laisse en tête à tête avec ta nouvelle amie, puisque que ca n'a pas l'air de te déranger. C'est vrai qu'elle a l'air tellement intéressante... »
« Grace, c’est bon là. Si tu lui avais demandé plus gentiment aussi… »

J’échangeais un regard avec Aiden qui lui, avait l’air de se porter à merveille avec l’autre De Slewer puis reportais mon attention sur la Lambdas suite à ses mots :
« Reviens me voir quand le Matt que je connais sera revenu. Tu sais, celui qui a une copine, et qui prétend l'aimer. Celui là n'aurait jamais laissé qui que ce soit m'insulter et me manquer de respect comme ca. »
« Putain on parle d’une place dans un bus là et tu remets tout en question ? pour une place ? Cool, vraiment »

Finalement, Grace décida de bouger à l’avant du bus, je la regardais s’éloigner quand Kaira m’interpella à nouveau, ne répondant pas à sa question, je la regardais écouter sa musique et en fis de même .

« Les profs doivent être fous pour l’avoir laissé participer à ce voyage, celui-là. »
« Sincèrement je le préfère à l’autre folle qui nous a pris pour des débiles taleur quand même »

Après un long moment, le prof nous annonçait qu’on allait faire une pause et le bus s’arrêta. J’attendais que la jeune Eta bouge pour pouvoir sortir fumer. Elle approcha son visage du mien pour me déposer un baiser sur la joue.

« Je te quitte sinon je vais faire une overdose de toi alors que le voyage n’a même pas vraiment débuté. »
« Ca serait vraiment problématique ? » ponctuais-je avec un sourire détaché.

La jeune fille disparu à l’extérieur et j’en fis de même. Première chose : Fumer. Je sortais mon paquet de clopes et en allumais une, puis cherchais Grace du regard. Je m’approchais de la jeune lambda et l’interpelais :

« Faut que tu m’expliques ce qu'il t’a pris. Elle avait fait quoi de mal au juste ? Elle était assise sur un siège ou, effectivement t’aurais pu t’asseoir, mais lui demander gentiment ça t’aurais pas tuée »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Lun 21 Avr - 14:19

Interaction: Zona, Alma, Matt.
Mention: Vicky, Dana, Matt, Lila, Dwight, Grace, Gautier, Luke, Eden, Ty.


Faire 5 heures de bus était un fait qui était loin de m'enchanter, moi qui ne tenais jamais en place plus d'un quart d'heure et qui avais même des tendances claustrophobe. Alors pourquoi m'étais-je porté volontaire pour accompagner ce voyage me direz-vous? Et bien tout simplement parce que l'idée de passer quelque jours en compagnie de ma copine, Zona, me faisait accomplir des choses de dingue. Je montai dans la bus en sa compagnie, et mon regard croisa celui de Vicky. Nous n'avions pas besoin de parler pour nous comprendre, notre relation était devenu vraiment singulière. Nous connaissions certains secrets de l'autre, pourtant, nous ne trainions pas ensemble. Nous n'étions ni de la même confrérie, ni du même âge, et pourtant, cette jeune femme était devenue une confidente, quelqu'un qui avait rapidement pris de l'importance à mes yeux, en toute discrétion.

Nous allâmes nous installer au fond du bus, là où il y avait déjà Matt, Alma et Lila. Il y avait également la copine de Matt, que je vis se prendre la tête avec une fille qui avait pris sa place. Zona me demanda pour qui je pariais entre les deux.

« Ta cousine est surement la plus futée, mais l'autre n'a pas l'air de vouloir bouger... Moi je paris que Matt aura des problèmes dans les deux cas. »

Zona déclara qu'avec cette fille, Grace avait du soucis à se faire. Je ne m'inquiétais pas vraiment pour ca. Pour moi, Matt savait ce qu'il faisait, mais je remarquai tout de même le regard de détresse qu'il m'adressa, ce qui, sur le coup, m'amusa presque. Chacun ses histoires, moi, en ce moment, ca allait très bien avec Zona et je comptais bien en profiter. Ma copine m'appris qu'elle avait oublié ses clopes, et Alma lui tendit un pétard.

« Alma qu'est-ce qu'on avait dit? Tu ne l'incites pas, ok? »

Réprimandai-je la sigma mu qui ne manquait jamais une occasion de dévergonder quelqu'un. Zona ne voulait plus de cette vie, elle avait quitté la confrérie des SM, et j'avais enfin compris ses raisons. Même si l'on se voyait moins qu'avant, j'acceptais désormais ses bonnes résolutions. Je trouvais même cela courageux et mature de sa part. Elle me demanda si je voulais devenir son punching ball, car elle n'avait pas ses clopes. Elle m'embrassa, j'allais rétorquer, mais Dwight vint me saluer en me faisant un tcheck, j'étais content qu'il ait accepté de faire le voyage également, je ne serais pas le seul universitaire avec lui et Grace. Zona déclara que ca allait saigner si elle se servait de moi comme punching ball, et amusé, je déclarai:

« Oui c'est sur, tu risques de te faire mal aux mains... »

Je n'étais pas du genre à me venter sur ma carrure certes impressionnante, mais j'aimais trop charrier Zona sur sa force de mouche pour passer à côté de cette perche qu'elle me tendait. J'échangeai un regard complice avec Dwight, qui était également musclé et qui, je le savais, s'amuserait de la plaisanterie, prenant mon partis. Hoffman commençait son discours, que j'écoutai d'une oreille distraite. Il faut dire que les SM étaient très bavard, lorsque leur bouche n'était pas occupée à boire de l'alcool, que la plupart avait emmené.

Le nouveau prof de dessin, qui avait l'air vraiment cool pour un prof, se prenait même pour l'un des nôtres. Ari le connaissait, et pour cause, c'était le père de Vicky !! La psy vint le réprimander, ce qui me révolta presque, sans savoir si c'était par rapport à Vicky ou le fait qu'il soit cool. Elle se prenait pour qui elle de lui faire la leçon comme ca? J'avais presque envie de défendre Hoffman, mais je trouvais ca tellement bizarre de défendre un prof que je ne dis rien, je ne voulais pas avoir plus de problème. Surtout que monsieur monsieur Mc Fenry était assez grand. Zona charria Lila, et je lui fis remarquer qu'elle était dure avec elle. Lila était une femme que j'appréciais, et que je savais sensible, sous ses apparences de rebelle. Je ne voulais pas que l'attitude de Zona lui fasse du mal, même si c'était pour plaisanter, certains sujets étaient sensibles.

Comme la psy nous avait prit la picole, le père de Vicky prit les choses en mains, et Alma lui tendit sa bouteille de vodka. Elle était folle elle, il allait lui confisquer, non? Je sentais que ce prof n'avait pas fini de m'étonner... Moi, en tant qu'accompagnateur, je n'avais pas ramené d'alcool... mais je connaissais trop bien les SM pour savoir que j'aurais de quoi faire avec eux. Apparemment, on devait vraiment faire un bordel sans nom car le directeur en personne vint nous rappeler à l'ordre, s'en prenant une fois encore au père de Vicky, qui prenait des risques à vouloir être l'un des nôtres. Sans parler de Ty, le nouveau SM, avec sa guitare...

Lorsque fut venu le moment de la pause, je n'attendais que ca. Nous sortîmes prendre l'air, et j'en profitai pour m'allumer une clope. Je vis Matt passer devant moi et aller tout droit vers Grace, je lui lançai un:

« Doucement vieux... »

Pour essayer de le canaliser car je savais qu'il était impulsif, même si ce n'était pas grand chose comparé à moi. Je savais aussi que Grace avait autant de caractère que sa cousine, et qu'il valait mieux la prendre avec des pincettes s'il ne voulait pas se prendre la tête avec.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Mar 22 Avr - 22:20

Interactions: Soraya, Kaira, Dwight, Isobel et et et personne d'autre je crois /pan

Le voyage allait être long, trop long aux yeux de Mike qui n'aimait pas beaucoup les trajets en bus. Il trouvait ça confiné et surtout ça ressemblait à une bonne caisse de résonance, suffisait que tous se mettent à parler en même temps et ça finirait par bourdonner comme un gros insecte. Bruit, chose que déteste Mike. Et il y allait en avoir, parce qu'apparemment ses confrères avaient décidé d'ouvrir une boite à l'arrière du bus avec alcool et drogue à volonté, comme quoi les Sigma Mu savaient mettre l'ambiance partout où ils allaient, même dans une vieille bicoque. Mike en sourit, et était bien tenté par un petit verre, accompagné d'un joint, histoire de faire passer les cinq heures, mais il se retint, se devant pour une fois de montrer l'exemple puisqu'il venait en tant que cadre. Dure tache, mais c'était un peu comme une punition pour avoir accepter rien que pour elle.

Non, je n'ai pas oublié son prénom, à ma victime, simplement j'ai jugé bon de lui attribuer un petit surnom sympathique à elle aussi, puisqu'elle affectionne le prénom de Satan pour son bourreau.

Bien que chérie ne soit pas totalement le surnom qui convienne à la jeune fille, il avait surtout fait ça pour voir comment elle réagirait, mais bien évidemment son habitude à lui était de l'appeler Soraya, ou ma pauvre, tout dépendait de la situation, même si actuellement ils commençaient déjà à se renvoyer la balle comme à une partie de ping-pong.

Hé doucement avec tes questions, dit-il en pouffant. Tu as faux en tout point à un détail près je dirais. Hoffmann m'a gentiment demandé de vous accompagner pour ce voyage, et comme j'ai un projet pour le cinéma avec comme thème la nature, j'ai jugé bon de venir, et puis je dois vous surveiller. Et quand j'ai grimpé dans le bus, j'ai vu que des têtes de con, aucune digne d'intérêt, puis je t'ai vu toi au fond, seule, alors je suis venu, pour t'embêter aussi j'avoue, c'est un grand passe-temps, avoua-t-il. Si t'as froid, je te la donne ma veste, c'est pas ça qui va me tuer, mais je peux aussi faire le crevard, ça me correspond bien je trouve.

Bien sur, il n'y avait pas d'histoire de projet, bien sur, il n'avait pas accepté au hasard, mais ça ne devait surtout pas se savoir, qu'est-ce qu'on pourrait bien dire à son sujet sinon. Le diable en personne qui a une faiblesse, une fille du nom de Soraya. La seule d'ailleurs. Mais personne et surtout pas elle ne devait le savoir. Heureusement, c'était quelqu'un qui calculait coup pour coup ce qu'il faisait et allait dire, et pour le moment à part montrer une grande indifférence et toujours faire croire que c'était le grand méchant loup, il n'avait fait encore aucune gaffe, mais il savait au fond de lui que ça arriverait tôt ou tard, parce que Soraya était imprévisible et avait des coups d'avance sur lui, elle était la seule qui pouvait le tromper, et qui l'intriguait autant. Mais moins il voulait le montrer, moins il se comportait bien pour éviter qu'on ait des soupçons, ce qui l'amenait à être blessant.

Je suis Satan, non? C'est pas le but de ma vie de venir pourrir la vie des autres avec ma franchise? Demanda-t-il calmement. Et je n'ai jamais prétendu être plus intelligent que toi, ne déforme pas mes propos.

Hoffmann débarqua alors et Soraya le suppliait presque de lui demander de partir, et Mike souriait en coin, en voyant que le prof en avait carrément rien à cirer, et qu'au contraire il pourrait tout faire pour qu'ils finissent par s'entendre.

Bien joué Soraya, tu viens de nous gagner la clé d'un séjour parfait. Je t'assure qu'avec tes supplications il va nous mettre ensemble pour le restant du voyage, bravo, je te félicite. Si tu voulais te débarrasser de moi, c'est raté.

Et au fond, ça l'arrangeait bien.

Et pour ta gouverne, je suis portoricaine et ma langue maternelle est l’espagnole. Ce genre de musique, c’est ce qui s’écoute chez moi alors non, c’est pas de la merde, ça s’appelle du reggaeton et ça déchire. Je te ferai une démo un jour, tu verras t’aimeras ! Puis je peux savoir ce que t’écoutes toi, au juste. C’est bien beau de critiquer les goûts des autres, mais je parie que t’’écoutes des musiques de Hippies. Tu sais, Janis Joplin, Woodstock et toute la panoplie.
Ouais chacun ses goûts, le reggaeton j'aime pas du tout, et bon ça aurait pu être Hoffmann que je lui aurais dis que c'est de la merde, faut pas te sentir victimisée, Satan il a une préférence pour la Rho Kappa, mais il se comporte pas mieux avec les autres, dit-il avec un sourire cynique. Ce que j'écoute, ça a rien à voir avec le mouvement hippie, très chère, moi c'est le mouvement Grunge. Le rock, le punk, le hard. Mais je t'entends venir, vas-y venge toi, dis que c'est de la merde.

Alors qu'il pensait pouvoir être tranquille assis sur son siège à taquiner Soraya comme il avait toujours l'habitude de le faire, et parce que c'était surtout une bonne raison pour avoir à la côtoyer, quelqu'un arriva, un des frères Young, un Pi Sigma comme Mike les déteste. Il s'auto-proclama comme propriétaire du siège sur lequel reposait désormais Mike, ce qui ne lui plut pas. Evidemment, il venait tout juste de dire qu'il partirait voir Aurore pour tester la Rho Kappa, et il aurait pu ne pas se faire prier et dégager, mais comme Mike était quelqu'un de chieur et pas particulièrement obéissant, il jouait au gars versatile. Se tournant vers Dwight, il dit.

Ben c'est bizarre, pour quelqu'un qui se proclame comme l'homme de sa vie, elle a pas l'air de beaucoup apprécier la demoiselle. Tu la connais vraiment, ou c'est juste pour venir foutre la merde. Mais comme je suis curieux, et surtout que j'aime faire chier mon monde, je vais rester là et écouter avec attention ce que tu as à dire. D'où tu la connais? Parce que vu son regard, elle a pas l'air au courant elle.

En réalité, il ne supporterait pas de voir un autre assis là où il était, et était décidé, et avait l'excuse parfaite pour ne pas bouger. La prof d'histoire arriva alors et Mister Dwight fit son faux-cul avec, juste avant que celle-ci ne vienne parler à Soraya, lui demandant de présenter Mike, son supposé petit copain. Mike fit de grands yeux, puis se retint, posant ses bras sur sa poitrine, jouant au mec qui en avait rien à foutre.

En effet m'dame, c'est pas ma copine, je suis considéré comme son bourreau, et c'est ma victime, voyez plus ça comme deux ados qui aiment se prendre le chou, dit-il simplement.

Il se redressa, voyant la prof partir, mais Dwight qui restait là, tandis que Soraya continua à parler.

T'as entendu, la place elle t'es pas réservée, alors va plus loin avec ta meuf, ce serait dommage que j'ai à m'en occuper à ta place, lui lança-t-il.

Il finit par partir, laissant les deux jeunes tous seuls.

Décidément, les gens ils ont décidé de nous foutre la misère, c'est toi qui les a appelé? Tu me déteste au point de tout faire pour que je change de place? au pire demande-le gentiment, je ferais peut-être un effort.

Le temps passa, et au bout d'une heure et demie le bus s'arrêta à une aire de repos. Soraya demanda à Mike de la laisser passer, il descendit alors en premier et s'alluma une clope, en restant pas trop loin du car. Soraya était non loin, et une jeune fille arriva vers eux. Mike la sentait pas trop, mais préférait rester en retrait.

Au moins une qui sait reconnaitre mon charisme, dit-il en imitant un PS, alors qu'il avait horreur de ça. Le beau gosse, il s'appelle Mike, enchanté.

Allez, jalouse un coup pour voir, pensa-t-il à l'égard de Soraya. Tout ça n'était que dans le but d'une chose, toujours voir quelles seront ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Jeu 24 Avr - 18:18

Interaction: Dwight, Amber, Leahna.

Vraiment moi qui comptais passer ce trajet dans le bus tranquillement et faire connaissance avec Amber, ben je pouvais me mettre le doigt dans l'oeil, comme s'il avait pas pu juste rester dans son coin et m'ignorer. Mais non, en bon PS qui se respecte il fallait qu'il se donne en spectacle devant tout le monde, et que je me rabaisse à ses insultes à deux balles, il pouvait toujours rêver. J'avais horreur de ces types répugnants et blessants qui n'étaient méchants que pour leur propre plaisir. Et ça m'agaçait sérieusement, parce que la du coup, si on n'étaient pas les stars du bus, je ne comprenais plus rien. A bloquer la circulation juste pour critiquer, il était vraiment pitoyable, et apparemment il en avait rien à foutre, puisqu'il en rajoutait.

Ca va? T'as fini? Tu peux partir maintenant? J'y crois pas que t'arrives encore à te trouver intelligent et intéressant alors que ce que tu fais est stupide, si tu crois que c'est drôle de rabaisser les autres juste pour montrer que t'es le meilleur ben t'as tout faux, parce que tu passes plus pour le connard de service qu'autre chose. Mais si t'es fier continue, vas-y, j'en ai rien à cirer, j'ai rien à faire avec toi, et je vois même pas pourquoi t'es venu gaspiller ta salive avec une "tronche de bridée" comme tu le dis, plutôt que de passer ton chemin.

Comme quoi les apparences étaient bien trompeuses. Dire qu'au début j'avais imaginé bien m'entendre avec le frère de mon copain, j'avais pas imaginé qu'il soit si salaud, mais j'allais certainement pas me laisser insulter et rien dire pour lui faire plaisir, là il pouvait toujours rêver, j'étais pas de ce genre là, et même si on m'avait poussé à bout, j'avais toujours su montrer que je ne me laissais pas marcher dessus, quitte à bien souffrir derrière. Qu'il l'apprenne, il m'aura pas si facilement avec ses remarques à deux balles qui ne me faisaient dorénavant plus aucun effet.

Alors que je lui tendais son vulgaire paquet de mouchoir, Amber me le confia à nouveau m'expliquant que j'en aurais bien besoin au cas où il lui arriverait la même chose, sauf que je savais que pour le moment ça allait être dur puisqu'il s'entendait très bien avec Leahna, et que ce genre de situation ne lui arriverait pas à lui, mais bon c'était pas une raison pour en s'en prendre à quelqu'un qui n'avait pas demandé à ce qu'on se foute de sa gueule. Amber se leva alors et défia du regard le Pi Sigma. Je l'enviais pour son courage, parce que même si j'étais pas du genre à me rabaisser à ce genre de gars, elle était un cran au-dessus, et je l'encourageais mentalement, alors que je sentais bien que pire allait nous tomber dessus après. Tant pis, il avait commencé, et il méritait amplement de se faire traiter de con, puisque c'en était un. Il répondit, comme je m'y attendais, et continuais à être de plus en plus blessant, ce que je ne pouvais et ne voulais surtout pas tolérer.

Désolée Leahna, mais là il va trop loin, dis-je avant de me tourner vers Dwight. Ca te va d'insulter comme ça ouvertement les autres? T'es vraiment pitoyable, le pire c'est que dans le fond ça t'amuse d'être dégueulasse et de t'en prendre aux autres avec une telle lâcheté, parce que vas-y dis moi, qu'est-ce que je t'ai fais pour que j'ai le droit de subir tout ça? Rien à ce que je sache, jusqu'à preuve du contraire c'est avec ton frère que j'étais pas avec toi, et même si c'était que du vent cette relation, je t'ai jamais cherché, c'est toi qui viens, alors si t'as cru que j'allais me soumettre et acquiescer alors que tu me parles sur un ton aussi désagréable tu te trompes, j'ai une fierté, alors maintenant si tu pouvais fermer ta grande gueule et aller là où tu devrais être tout se passera bien.

Mais bien évidemment il continuait à insulter Amber, et j'allais pas laisser passer ça, solidarité féminine oblige, et surtout qu'elle avait rien à voir dans l'histoire alors je voulais pas qu'elle souffre à cause d'un crétin dans son genre.

Qu'est-ce que t'as pas compris dans "ferme ta gueule" au juste? T'es quand même pas con au point de pas comprendre l'anglais, si? Encore que tu t'en prennes à moi ça passe, mais laisse la en dehors de tout ça compris? Tout ce qu'elle fait c'est te remettre à ta juste place, rien de plus, alors maintenant dégage.

Sauf que la partie était lancée et pas prêt de s'arrêter le conflit continuait cette fois-ci entre Amber et Dwight, c'était pas beau à voir, ni à entendre, mais je soutenais l'Eta Iota avec ferveur, ne tolérant pas de me faire traiter comme de la merde par un moins que rien. Mais alors que je ne m'y attendais pas, la main de Dwight vint se coller sur la joue d'Amber. Je poussais un cri d'effroi portant mes mains au visage.

Mais ça va pas? T'es complètement cinglé? De quel droit tu la frappes toi? Lui hurlais-je. Si t'avais un tant soit peu de cervelle tu m'aurais ignoré au lieu de venir chercher la merde, tu la récoltes et tout ce que tu trouves à faire c'est donner des gifles, t'es vraiment qu'un pauvre con.

J'étais complètement sous le choc, j'écoutais même plus ce qu'il disait, puisque le seul réflexe que j'eus sur le coup c'est lui envoyer le paquet de mouchoir en pleine face ne pouvant l'atteindre et lui en coller une à son tour. J'étais pas fan de la violence d'habitude, mais là il avait vraiment pousser le bouchon trop loin. Puis après qu'il se soit enfin barré, je me précipitais sur Amber l'aidant à s'assoir.

Oh mon dieu, ça va? Tiens, passe toi ça sur le visage, dis-je en lui tendant ma bouteille d'eau fraiche. Celui-là, il va finir dans la mare aux crocodiles je t'en fais la promesse.

Et alors que je pensais en avoir fini avec le Pi Sigma, celui-ci m'interpela une nouvelle fois pour me montrer la soit-disant nouvelle copine de Dwayne. Plein de haine, je me tournais vers lui.

Ben écoute si son kiff c'est de se taper des putes c'est pas mon problème, alors range cette photo, j'en ai rien à foutre.

Je me retournais et continuais à m'assurer qu'Amber aille bien, la tenant dans mes bras pour la calmer. C'était vraiment dingue ce que ce mec pouvait être horrible.

Plusieurs minutes après, quand tout avait repris son cours, on continua à parler tranquillement et de nail art cette fois-ci. Elle avait retrouvé le sourire et avec un enthousiasme inattendu, elle commença à tout m'expliquer et sortit sa panoplie, ce qui me fit sourire.

Plus que partante oui! Dis-je tout en regardant les ustensiles qu'elle avait ramené. Oh ce rose est trop mignon, je peux essayer?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Jeu 24 Avr - 22:11

Une cigarette ou la vie

Interactions: Alma, Lila


J'avais fini de jouer à la guitare depuis un bon moment. J'avais entendu quelques protestations, mais rien de grave. Un des membres du personnel est même venu nous engueuler pour rétablir le calme. Mais, il ne sait pas qu'avec les SM, le calme, c'est perdu d'avance !

J'avais envie de fumer. Je ne pouvais pas tenir sans cigarettes ! Cette fois, c'était mort car je ne pouvais pas retourner à Wynwood pour un paquet.
Je me demandais si c'était une bonne idée de fumer. J'avais un peu réduit ma consommation excessive qui était passée de 8 à 1 cigarette par jour. C'était ma résolution du mois ; arrêter de fumer et de me droguer !
L'alcool restait par contre, toujours un problème.

Je poussais un soupir en regardant la route. Nous étions toujours en chemin vers les Everglades. C'était long, très long même.
Je tournais la tête pour regarder les SM au fond dans le bus.
J'étais placé non loin de Mikah et non loin des Sigma Mu, c'est à dire pratiquement au fond du bus. Enfin presque.

Je me levais et craquais mes doigts, puis me dirigeais vers le groupe où il y avait Lila, Alma et Aiden je crois. Enfin bref.

Je relevais mes lunettes de soleils sur mes cheveux, me penchais un peu et chuchotais « Salut hum...Lila ou Alma hum...vous n'auriez pas un pt'it joint à me refiler par hasard s'il vous plaît? Ou bien une cigarette normale. Enfin bref, donnez moi n'importe quoi, je veux juste fumer ! J'ai oublié mes cigarettes dans ma chambre. C'est ballo, je sais, mais la mort de mon furet à tout chamboulé ! Et j'ai... »
Je sortis un billet de 50$ de ma poche : « ...50$ ça vous va ? S'il vous plaît juste une seule cigarette ! Une ! Je vous rembourserais en rentrant, je le jure sur les Sioux et mon ancêtre Sitting Bull ! ».

Voilà à quoi je suis réduit : mendier des cigarettes !
J'attendis patiemment qu'une âme généreuse me donne ce que j'avais demandé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 26 Avr - 18:45

Quand fut venu le moment de la pause, Grace hésita à sortir mais elle n'avait pas vraiment le choix après tout. En fait, elle ne décidait de rien ici, et ca commençait sérieusement à l'énerver. Elle ne s'était pas calmé de la séance de tout à l'heure, sa prise de tête avec l'hippopotame. Elle n'avait pas adressé un mot à qui que ce soit, et mieux valait ne pas la déranger lorsqu'elle se trouvait dans cet état. Elle ne voulait pas sortir pour ne pas voir Matt, bien décidée à lui montrer son mécontentement. Alors elle n'alla pas le voir durant la pause, elle se dirigea vers sa cousine pour discuter un peu, mais ce ne fut pas bien long car Matt la rejoignit pour s'expliquer. Il ne comprenait pas son attitude, et bien ils étaient deux à ne pas comprendre.



« Un siège où -effectivement- j'aurais pu m'asseoir? Non mais tu t'entends là? »

Grace était offusquée. Matt prenait la défense de cette fille, et apparemment, il préférait être à côté de cet hyppopotame plutôt que de sa copine. Pourtant, c'était SA place, à elle, et personne d'autre. C'était elle qu'il aimait, c'était donc à côté d'elle qu'il aurait du vouloir s'asseoir. Juste elle.

« Je suis venue à ce voyage pour passer du temps avec toi, même si j'avais des tonnes de devoirs à faire. Je n'ai pas hésité une seule seconde, parce que tu passes avant tout le reste ! Et toi, tu te laisses embarquer avec la première pouffe qui passe ! »

Elle avala sa salive difficilement, car elle l'avait toujours en travers, puis elle rajouta:

« Ce n'est pas juste un siège, Matt, c'est bien plus que ca ! C'était ma place ! Elle le savait très bien et elle l'a fait exprès. Je ne vois pas pourquoi j'aurais du me montrer gentille avec elle... T'as entendu comment elle m'a parlé? Elle m'a manqué de respect, elle m'a insulté, et toi, tu n'as rien fait ! Et là, tu prends encore sa défense? »

Grace fit le signe 'non' de la tête, ne comprenant pas l'attitude de Matt. Ses yeux étaient larmoyants. Elle ne voulait pas se prendre la tête avec l'homme qu'elle aimait, et pourtant, à cause de cette connasse, c'était ce qu'il était en train de se passer.

« Elle a bien réussi son coup on dirait ! »

Déclara t-elle sombrement. Matt était-il vraiment aveugle? Le faisait-il exprès? Il ne comprenait pas que cette fille faisait tout pour l'éloigner d'elle. A moins que ce ne soit ce qu'il veule? Il n'avait plus l'air de tenir tant que ca à elle apparemment. Si Grace se mettait dans cet état, c'était parce qu'elle l'aimait, plus que tout. Elle avait peur de le perdre. Et lui, il ne comprenait pas, il avait l'air de s'en foutre. Comment aurait-il réagis si elle était allée s'asseoir à côté d'un Pi Sigma? Surement pas comme elle.

« Peut-être que tu devrais la rejoindre. »

Grace lui en voulait de n'avoir pas réagit comme il aurait du, de ne pas lui avoir prouvé, par les actes, que la seule avec qui il voulait passer du temps, c'était elle. Surtout que cette fille avait l'air tellement conne... Comment pouvait-il la supporter? La préférer à elle?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    Sam 26 Avr - 20:20



Sur la Route Toute la Sainte Journée
 



Il n'y a rien de plus que je préfère que quelqu'un qui répond aux provocations, mais pas de façon irréfléchie et spontanée, non ça c'est le genre de réaction qui m'énerve, qui ne servent à rien et qui ne font que détériorer l'atmosphère, non je préfère les réactions réfléchies, non gratuites qui apportent au débat. Je vous l'ai déjà ma vision du monde est aussi simple qu'un jeu d'échecs, hors les échecs requièrent certaines qualités d'observations et une bonne dose de réflexion, il faut sortir le bon mouvement au bon moment et prévoir le mouvement qui allait suivre. N'allez pas croire que je vois tout le monde comme des adversaires potentiels ma vie serait bien triste si c'était le cas, c'est juste que j'aime les challenge, la compétition, c'est quelque chose qui me motive au plus haut point.

Gauthier Hoffman, voilà quelqu'un qui réfléchi avant de parler et de rétorquer à ses élèves les plus turbulents, dont je fait parti vous vous en doutez bien, globalement je n'ai rien contre Monsieur Hoffman, ses cours sont intéressant, il sait capter l'attention de ses élèves, c'est un bon professeur et il n'y a rien à redire là dessus, le seul détail qui me chiffonne, c'est qu'en tant qu'ami de la famille, il se croit obligé de me faire la morale au sujet de mon comportement envers mon cousin Bae, premièrement ce n'est pas ses affaires, du moins quand ça se passe en dehors des murs du lycée, et deuxièmement, il ne me semble pas que mon cher cousin soit un véritable ange avec moi non plus, seulement, c'est plus facile de mettre tout les torts sur le dos de celui qui parle plus fort et qui semble le plus méchant, un grand classique, pour une histoire de Disney en tout cas, une vision manichéenne des choses, touchante certes, mais légèrement dépassée. Un petit jeu s'était développé entre moi et Monsieur Hoffman, un jeu de répartie, à chaque cour, se répétant inlassablement, pour le bonheur des autres élèves qui profitaient de nos joutes verbales, parfois plus que du cour en lui-même. Moi de mon côté je jouais les élèves modèles, attentif, à la limite de l'hypocrisie et lui en retour jouait le professeur bienveillant, nos répliques fusaient ainsi devant tout le monde, sans jamais vraiment hausser le ton, mais chacun faisant comprendre à l'autre que l'on se défiait, et qu'aucun de nous n'abandonnerait.

Voyage scolaire ou non, je ne vois pas de raison à ne pas continuer ce petit jeu entre lui et moi, dans un autre cadre certes, mais lui montrer que je suis toujours présent et que je ne compte pas me taire de tout le séjour. Alors quand je viens m'asseoir à côté de lui pendant le trajet vers les Everglades, ce dernier n'est pas dupe, il me connaît beaucoup trop pour çà, il m'a venu venir à des kilomètres, cependant je ne peux m'empêcher de déceler chez lui un agacement à me voir, peut-être même une certaine crainte de ce que j'aillais encore pouvoir inventer de nouveau. « Si bien sur que j'ai des amis, quelle question, mais ils sont occupés là, alors je me suis dit que j'allais venir discuter un peu avec vous » dis-je d'un air très sérieux. « Ah bon ? Vous ne pensiez pas que ça m'intéresserai pas cette sortie ? C'est fou quand même le jugement que tout le monde a sur moi, regardez, j'ai à peine ouvert la bouche que vous vous demandez ce que Samuel Steenvenson a encore pu inventer »

Jouer la carte de la victimisation, je savais très bien qu'avec Monsieur Hoffman ça ne fonctionnerai pas, ça aura toujours l'effet de l'énerver un peu plus, cette fois un sourire vont s'étaler sur mon visage quand il se met à parler de notation. « Vraiment ? Pas de note ? Rien du tout, juste des cours le matin ? Je sais pas, moi je pense que j'en aurai profiter pour mettre des notes, un peu comme évaluation sur le terrain, quelque chose dans les genre, après cela ne regarde que moi. » Un soupir m'échappa quand il évoqua mon cousin. « Ma patience va très bien merci beaucoup Monsieur Hoffman. Et puis je me répète mais Bae n'est pas vraiment angélique envers moi non plus mais bon... » Là j'étais sincère, c'est vrai, ce n'est pas parce que je suis le  »Méchant » dans l'histoire qu'il n'y avait que moi à blâmer, mais passons ce n'était pas prêt de changer. « Pourquoi çà je suis pas crédible, je veux vraiment savoir ce qu'on va faire pendant ce séjour, qu'on ne me reproche pas de ne pas m'intéresser après. » dis-je sourire à l'appui, sourire que devait achever de me rendre non crédible, Bae vint trouver Monsieur Hoffman, je fis semblant de ne pas le voir et mis mes écouteurs sur mes oreilles. « Ca ne vous dérange pas que je reste ici ? Les fauteuils sont mieux ici et à l'arrière il y a trop de bruit » dis-je en fermant les yeux et en mettant la musique à fond dans mes oreilles, mon sourire ne quittant pas mon visage.

Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur la route, toute la sainte journée. (ft. Inscrits au voyage)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» J'étais sur la route toute la sainte journée....
» ♪ Et j'vais être sur la route toute la sainte journée ...♫
» si j'avais des seins, je les regarderais toute la journée -> LUKA
» Parfois, je regarde la télé toute la journée, c'est chiant. Mais quand je l'allume, c'est pire !
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Events passés :: Voyage Scolaire Everglades-
Sauter vers: