AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Mer 21 Mai - 19:40



http://25.media.tumblr.com/tumblr_lxlf05VmwU1qkhn90o1_500.gif" width="500" align="bottom"> Before the Campfire Light- Louis & Lila
 



Alors que nous entrions dans le salon de chez Lila, celle ci partit se changer et nous proposa de nous servir comme nous le voulions dans son bar. Personnellement, je décidais de ne pas tenter le diable, les souvenirs de nos excursions à Lila et moi me revenaient en tête, me faisant sourire, on peut dire qu'elle et moi nous nous sommes rencontrés autour d'une bouteille de vodka et d'un feu de camps et il semblerait que cette excursion n'allait pas échapper aux traditions, aussi ayant freiné sur les alcools en tout genre ces derniers temps je décidai de ne pas prendre d'avance sur le programme du week-end. Je me souviens de la première excursion que je fis sans mes parents, je devais avoir prêt de 16 ans, qu'importe mon âge après tout, j'étais parti cette été là parce que j'étouffais chez mes parents et que la perspective de passer mes vacances à me morfondre ne me séduisaient guère, alors avec mes économies, une vielle tente et des provisions j'étais parti dans un parc national, histoire d'être un peu seul, et c'est dans ce parc que j'avais rencontré Lila March. Autant dire que nous avions tout de suite sympathisé, si bien que nous avions décidé de nous revoir le plus possible, pendant les vacances, un rendez-vous entre amis pour échapper à la pression des cours, de la famille, juste un moment de détente isolés de tous et de tout. Ces excursions me manquaient et j'étais heureux que l'on puisse à nouveau repartir en camping sauvage et que Louis fasse partie de l'expédition, ce week-end allait être grandiose et les soucis de Wynwood High School, de la Voice allaient être oubliés pendant quelques temps, les règles sont simples, pas de contact avec l'extérieur, perdus en pleine nature à ne penser à plus rien pendant deux jours, que rêver de mieux ? Louis semblait impressionnée par le logement de Lila, si on pouvait appeler cette villa un logement, beaucoup d'esprit mal placés auraient pu dire que Lila reniait la confréries qu'elle vivait dans le luxe et d'autres choses comme çà, je savais à quoi m'en tenir, je connaissais suffisamment Lila pour lui faire confiance de ce côté là.

Oui j'étais comme un véritable gosse devant la voiture que nous allions emprunter pour aller jusqu'au lieu de notre camping, comprenez moi, je roule en vélo toute l'année, la seule voiture que j'ai jamais possédée était un vieux break aux allures de corbillard des années 1990, alors là, d'avoir l'occasion de conduire une si belle jeep, ce serait un crime de refuser, j'étais curieux de voir jusqu'à combien de kilomètres à l'heure je pouvais pousser ce joujou, mais je me suis rappelé que le but était d'arriver dans un terrain de camping et non aux urgences, j'allais donc modérer mes émotions et rouler certes rapidement mais avec prudence tout de même, d'après que je suis une honte à ma confrérie et bien ça fera un ligne de plus à ajouter à mon casier judiciaire de Wynwood High School, que tout le monde l'apprenne : Eric Lawner conduit prudemment au volant d'une jeep, un scandale vraiment, de quoi faire la une de la Voice pendant les cinq mois à venir. Ceci-étant je me retrouvais au volant de cette merveilleuse voiture, Lila était assise sur la place à côté de moi et Louis à la place derrière, sa tête posée sur mon épaule, quand à moi j'avais troqué mes habituelles lunettes avec une paire de lunettes de soleil achetées juste pour l'occasion, pas pour frimer, toujours pour la sécurité routière, éviter les reflets sur la route vous voyez? Bon d'accord c'est aussi pour frimer un peu. Louis visiblement avait l'air très heureuse de participer à ce voyage, ses remarques me firent sourire, elle était comme moi, on étaient tous redevenus des gamins tous excités par ce séjour dans la nature, bien entendu j’espérai que ça ne se passe pas comme dans le Projet Blair Wich, pas que je n'aime pas ce film mais généralement j'aime rentrer vivant de mes vacances. Lila faisait durer le mystère quand à la destination, elle me donnait juste les indications. Je ne pus retenir un éclat de rire quand elle nous indiqua la liste du matériel à acheter, fusées de détresse et protection contre les animaux sauvages, elle cherchait à nous faire un peu peur et je trouvais ça assez drôle. « Moi j'ai pensé à la trousse de secours aussi, au cas où, on sait jamais » dis-je décidant de rentrer dans le jeu de Lila. « Tu te souviens la fois où on avait vu un ours au loin dans une forêt ? Ça c'était absolument dément ! » Je levais un sourcil à sa dernière remarque : « Un fusil de chasse ? On va se nourrir de poissons et gibier pendant deux jours ? » Je regardai Louis dans le miroir de la voiture. « Ne t'inquiètes pas hein on ne se comporte pas non plus comme des cromagnons quand on part en camping. » dis-je en souriant.

Nous continuâmes la route, en nous arrêtant dans un magasin sur le chemin pour compléter nos affaires, sans fusil de chasse bien entendu. Deux heures plus tard, en suivant les indications de Lila nous arrivons sur les lieux où nous camperons les deux prochains jours. « Nous y voilà les amis, deux jours dans la nature sans contact avec le monde ! » dis-je en décidant de la voiture, scrutant les alentours.


Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Sam 10 Mai - 7:39

Qu'Eric sache conduire ou n'ait jamais d'accident, je m'en souciais guère. Mes priorités étaient loin d'être celle de ma sécurité. J'avais juste hâte de retrouver l'isolement en nature. Retrouver le fantôme de mon frère, dans les souvenirs que m'évoquait cette sortie. Trop de disparus, trop de mort autour de moi, trop de partie de moi-même qui s'envolait dans les airs. Je voulais juste une chose, retrouver ces morceaux manquant pour me reconstruire. J'emmenai avec moi les deux nouveaux de la confrérie. Eric et Louis. Un souvenir de d'Eddy lors de mes débuts dans la confrérie. J'aimais croire que ça lui rendrait hommage. En revanche, je détestais tellement cette sensation de grandir, de devenir plus mature. Peut-être était-ce pour cela que je ne pouvais plus avoir Isaac dans ma vie. Je laisse Eric prendre place derrière le volant et je viens prendre la place du mort sans même consulter la jeune fille.

« Alors ? Tout les monde est prêt pour ce grand week-end de liberté au loin de Wynwood et de Miami ? »

Je tourne la tête vers lui, lui répondant d'un sourire amusé. Je me mets à réfléchir, j'avais les clés en mains, les Everglades était le plus près mais il avait employé le terme "loin." Je me laisse distraire par les questions de Louis derrière moi, me rappelant la petite sœur que je n'ai jamais eu.

Alors, on part où ? Dites moi que c'est très loin et qu'il n'y a pas de réseau. Ni de flic. Ni personne en fait, dîtes moi qu'on ne sera que nous, les chamalow, la vodka et la nature à perte de vue... Eric allume le moteur. On arrive quand ? Je veux y être, j'ai trop hâte. Je veux galérer pour monter la tente ! Je veux galérer pour allumer le feu de camps et être récompensés par des chamalow et du pâté en boite ! Je me retourne sur la jeune sigma mu. Elle était volontaire, excité, elle me faisait sourire. Et je me sentais comme une vieille chouette, incapable de ressentir la même excitation, certainement parce que j'avais trop en tête pour ça. "J'avais prévue de nous emmener dans la réserve naturelle la plus proche. Mais Eric m'a fait changer d'avis. Je vois les deux jeunes gens se retourner sur moi. Je hoche la tête en direction de la route. "Conduit jusqu'au péages et prends la 75 ! J'expliquerai plus tard." « Et ce sera quoi comme endroit ? On va pas sur une plage abandonnée hein ? Ce sera quoi ? Une forêt ? Genre Projet Blairwitch avec des poupées vaudous et des symboles aztèques ? Oh pitié ! Dîtes moi qu'il y a des poupées vaudous ! " Je me frottais les yeux encore mal réveillé et je rigole à ses propos. Je me retourne sur elle. "Tu n'es pas allé camper souvent dis moi ?" Je souris à sa réponse et je me retourne, me collant dans mon siège, retirant mes chaussures, posant les pieds sur le tableau de bord pour prendre mes aises.

"On va avoir un petit bout de route les gens. Environs deux heures et demi pour faire large. J'avais prévu de le faire seule, mais vu que vous avez l'air motivés. On s'arrêtera en chemin pour compléter le matériel." Je m'amusais à faire durer le suspens, juste pour les taquiner un peu. "On va avoir besoin de matériel pour sécuriser le camp des animaux sauvages, des fusées de détresses dans le cas où on se perd et deux ou trois autres trucs de survie, juste au cas où."

Je souris débile, en espérant les avoir un peu inquiété. C'était pas sympa je sais, mais c'était plus marrant de passé pour McGyver et voir leurs visages déconfit. "De l'autre côté de la Floride, il y a plusieurs site naturel ouvert aux campeurs. Celle ou j'aimerai mettre les pieds s'appelle Picayune Strand State Forest. Comme elle est à l'orée de Golden Gate, elle est moins fréquenté par les panthères et les ours. Mais elle se confond avec les autres réserves."

Arrivant vers le péages. J'indique à Eric, en me coupant dans mon petit discours, la direction à prendre. "Techniquement, ça devrait être un week-end tranquille, ce sont des étendus plates, couvertes d'arbres, de rivières et de lacs. Il y a également beaucoup de clairière ou étendre son campement." Je fais mine de réfléchir et pour effrayer un peu plus Louis, je parle d'une manière insouciante. "Hmmm je vais voir si je peux avoir un fusil de chasse." Sachant pertinemment que je ne pourrais jamais m'en procurer un, vu mon âge et le manque de licence. Malgré que j'avais déjà chasser avec mon frère.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Ven 25 Avr - 23:12


En voiture Simone !

Objet: Before the camfire light.
DE: louis.martin@gmail.com
A: julien.petit@gmail.com
----------[page2]---------------


« Et oui je suis d'accord pour le scooter, parce que je pense qu'on arrivera ni à l'heure ni vivant sur mon vélo » Je ne pus m'empêcher de rire, de toutes façon, à deux sur un vélo, ça allait être compliqué. Faisant vrombir le petit moteur de mon engin, nous étions partis direction chez Lila. La vieille, elle m'avait donné quelques information, connaissant bien Miami j'avais réussis à visualiser. Arrivés, je coupai le moteur et tournai la tête vers la maison. «  Wow », le seul mot qui s’échappa de ma bouche fut celui-ci. Bien qu'habituée au luxe, il fallait avouer que cette maison ne ressemblait en rien à la petite villa modeste que nous nous partagions avec Evan. Oui, j'étais habituée au luxe, à la richesse, à toutes injustices gerbantes qui font que certains vivent carrément mieux que d'autres, et pourtant, venant de Lila, cela ne me faisait ni chaud ni froid qu'elle vive dans cette certaine richesse. Le personnage m'était si sympathique, que cette maison ne pouvait m'en dégoûter.

Nous sonnâmes à la porte. Le tant qu'elle mit à ouvrir me fit comprendre que j'étais la seule qui avait eu le courage de se lever tôt. Puis soudain la porte s'ouvrit brusquement et Lila nos acceuillit avec un grand "Hey salut !" . Je fis un grand sourire en la voyant avant de me rendre compte de son habillement...partiel.  "Hmm entrez je reviens !" Elle s'en était rendue compte en même temps que moi visiblement, et en grimpant un escalier elle nous invita à aller dans le salon. Je restais prêt d'Eric, qui devait connaître les lieux. Un tas d'équipement jonchait sur le tapis. Décidément, elle devait être une experte. Eric et Lila s'était rencontrés en faisant du camping il me semblait. Toujours est-il qu'ils étaient amis de longue date.

Lila ayant terminée de se préparer ( et de s'habiller), nous embarquâmes tous ces équipements pour les mettre à l'arrière d'une jeep...sur le parking...prêt d'une fontaine. J'ouvris des yeux gros comme des soucoupes quand je vis ça. Je n'imaginais tellement pas Lila, la fille la plus cool que je connaisse à Miami, dans un environnement aussi...aussi... « privilégié ». A vrai dire, ce type de baraque me filait mal à l'aise, me rappelant mon ancien appart' parisien puis mon ancienne maison à Miami. Mon père étant un architecte pas vraiment à plaindre, je n'avais connu que des « environnements privilégiés ». Dans de pareils environnements où j'ai appris que les gosses de riches sont souvent les personnes à fuir. Bizarrement, Eric, n'avait pas l'air impressionné. Lila ne devait pas être une de ces gosses de riches à fuir. Je me fiais à son jugement, de toutes façons, il la connaissait bien plus que moi, et j'étais moi même ce qu'on pouvait appeler une « gosse de riche ». A fuir aussi, certes.

J'entendis un cliquetis de métal et vis les clefs que Lila agitait en l'air : "Qui veut conduire ?" . Eh oui, Louis Martin, française ne détenait pas le permis. Ayant vécu en France je ne pouvais pas passer mon permis, et arrivée à Miami j'étais certainement une des seule jeunes à ne pas pouvoir de voiture et me déplacer en scooter comme tout jeune français qui se respecte. Eric, lui, avait le permis, mais pas la voiture avec. C'était frustrant de le voir se déplacer en vélo alors que mon père aurait pu m'acheter autant de voitures que voulais. D'ailleurs, Eric se transforma en gamin à la seconde où Lila posa la question. Bien sûr qu'il voulait conduire, une voiture c'était tellement plus excitant qu'un vélo. Il prit quand même la peine de contenir son excitation le temps de nous tenir la porte. Et nous voilà installés, Lila devant, moi derrière, et Eric, ravi derrière le volant. Les ceintures ? Merde, nous sommes des Sigma Mu, non ? J'appuyais mes coudes sur les deux sièges de devant, posant ma tête sur l'épaule d'Eric.
« Alors ? Tout les monde est prêt pour ce grand week-end de liberté au loin de Wynwood et de Miami ? »  Oh oui j'étais prête, plus que prête, tellement longtemps que je rêvais de partir loin de Wynwood. Enfin Miami aussi mais ce n'était pas encore faisable. «  Alors, on part où ? Dites moi que c'est très loin et qu'il n'y a pas de réseau. Ni de flic. Ni personne en fait, dîtes moi qu'on ne sera que nous, les chamalow, la vodka et la nature à perte de vue... » dis-je dans un soupire d'espoir. Le camping sauvage, c'était une grande première pour moi, je ne savais même pas monter une tente, ni faire un feu de camps. J'avais hâte, j'avais envie d'y être.
Le moteur vrombit, et je ne laissais pas le temps à Lila de donner les première infos sur le trajet pour exprimer ma hâte : «  On arrive quand ? Je veux y être, j'ai trop hâte. Je veux galérer pour monter la tente ! Je veux galérer pour allumer le feu de camps et être récompensés par des chamalow et du pâté en boite ! ». Ca aurait pu paraître ironique, mais non. Je voulais quitter ce confort de Miami. Dans lequel j'avais été élevée aussi. Tout ce confort si superficiel, matérialiste, envoyons le valser. Tout ce que je voulais c'était la vodka, les chamalow, Eric et Lila. Rien que nous dans l'immensité de … bah de quoi d'aileurs ? «  Et ce sera quoi comme endroit ? On va pas sur une plage abandonnée hein ? Ce sera quoi ? Une forêt ? Genre Projet Blairwitch avec des poupées vaudous et des symboles aztèques ? Oh pitié ! Dîtes moi qu'il y a des poupées vaudous ! ». D'accord...je n'avais pas la classe d'Eric et avait du mal à contenir mon excitation de pure gamine qui va camper pour la première fois. Et de fan de films d'horreur, aussi. Bref, en cet instant, j'avais 8 ans, des images de mon films préféré dans la tête, avec des bonbecs plein le sac.
HRP: pour pas que j'ai la tentation de changer 1000 fois de couleur d'écriture, Louis parle en#00ccff ( en fait le deuxième bleu sur la dernière colone de haut en bas xD).
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Ven 25 Avr - 2:05



Before the Campfire Light -Louis-Lila
 


Récemment j'ai revu Into The Wild, ce film est absolument bouleversant, de toute manière je ne suis pas objectif, pour moi Sean Penn est un dieu, que ce soit en tant que réalisateur que ce soit dans This Must Be The Place ou dans Mystic River. Mais revenons à Into The Wild, ce film exprime un de mes rêves les plus importants : partir loin, loin de tout et de tous. Je me demande ce qu'il se passerait si Louis et moi nous partions comme çà, dans un van loin de Miami et partir dans la nature, à la rencontre de personnes vraiment intéressantes, qui ne sont pas intéressés par le côté ultra-matérialiste de notre cher monde moderne, des personnes qui ne sont pas dans le circuit mondialisé de notre monde, des marginaux, voilà ce que j'aimerai être, un marginal, un vrai, avec un fin un peu plus joyeuse que Christopher dans le film.

Malgré tout ces rêves, je me rend bien compte que c'est légèrement impossible, enfin pour le moment, mais rien n'empêche le camping, retrouver un peu de liberté juste pendant deux jours, c'est un bon programme, Louis, Lila et moi, qui s'échappent loin de Miami. Et tout s'annonçait bien, bon à part que je suis arrivé vingt-minutes en retard au rendez-vous chez Louis. Mais on est tous d'accord que ce n'est pas ma faute, je suis totalement innocent dans cette histoire, premièrement c'est la faute de mon réveil qui ne sonne pas assez fort et puis bien sur c'est la faute de mon vélo, tout le monde me croit ? Non tant pis j'aurai essayé tout du moins. Je suis donc devant la porte de l'appartement de Louis et d'Evan, comment fait-elle pour supporter un Pi-Sigma, vraiment ? Je ne tiendrai pas cinq minutes avec un mec comme çà, je pense qu'à moment je hurlerai et je lui crierai toutes les horribles choses que je pense sur lui et sur sa confréries de gros dragueurs immatures.

La porte s'ouvre sur Louis, elle est heureuse de me voir je peux le dire, un peu inquiètes aussi, sûrement à cause de mon retard, je suis extrêmement heureux de la voir aussi, depuis notre premier baiser dans la Salle Commune des Sigma Mu, le destin, ou peut-être l'équipe pédagogique de Wynwood High School, je ne sais pas, nous a relativement tenus éloignés l'un de l'autre, nous nous sommes vus qu'entre les cours, à la pause déjeuner, autant dire que depuis ce jour-là Louis me manque beaucoup et la voir là devant moi me rempli de joie, vraiment, un énorme sourire vient s'étaler sur mon visage, alors que je me penche légèrement pour l'embrasser. « Bonjour mademoiselle Martin. Vous savez que vous m'avez affreusement manquée cette semaine ? » Nous nous dirigeons vers le scooter de Louis, elle pointe mon vélo du doigt me demandant si c'est à cause de « ce machin » que j'étais en retard. « Nan mais il est très bien ce machin comme tu l'appelle, mais oui c'est en partie à cause de mon fier destrier que je suis en retard » dis-je ne souhaitant épiloguer sur ma panne de réveil. « Et oui je suis d'accord pour le scooter, parce que je pense qu'on arrivera ni à l'heure ni vivant sur mon vélo »

Nous partons donc vers chez Lila, ne parlant pas sur le chemin, je ne voulais pas la déconcentrer pendant que l'on roulait, je n'ai jamais été super fan des scooters et des motos, le vélo c'est plus rassurant, en plus en vélo tu peux rouler sur les trottoirs, enfin techniquement c'est interdit, mais c'est beaucoup plus rapide. Nous arrivons dans la maison où habite Lila, la maison que dis-je, la villa dans laquelle vit Lila, cet endroit était juste immense. Elle nous accueille, visiblement elle n'avait pas encore eu le temps de s'habiller totalement, un sourire traverse mon visage, en me disant qu'au final je ne suis pas le seul à être en retard. « Hello Lila ! Comment vas tu ? » Elle nous invite à renter, au milieu du salon trône toute une montagne de matériel de camping, des souvenirs de nos excursions camping me reviennent en tête et avec elles une certaine odeur de vodka. Lila revient, habillée et nous commençons à tout amasser dans le coffre de la jeep, magnifique Jeep au passage. « Et ben c'est sur que c'est autre chose que le vieux break Volvo que je louais à une époque. » Lila demande qui veut conduire, un de gamin vint se poser sur mon visage. En gentleman j'ouvre les portières pour Louis et Lila. « Je suis partant pour conduire, je vous rassure je sais conduire, jamais eu d'accident, enfin si une fois, mais c'était en vélo, mais c'est une autre histoire » dis-je en m'installant au volant après que Lila m'ait donné les clés. Je mis le contact et nous fit quitter le terrain la voiture, nous rejoignîmes rapidement la route, le week-end commençait officiellement. « Alors ? Tout les monde est prêt pour se grand week-end de liberté au loin de Wynwood et de Miami ? » demandais-je, alors qu'au loin, la ville disparaissait derrière nous, laissant place à un paysage de plus en plus boisé et sauvage.

Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Mar 22 Avr - 18:09

Depuis que j'avais rejoins la catégorie riche de Wynwood, j'avais perdue de vue mes anciennes activités, enfin hormi les soirées. Depuis que j'avais revu Eric, rencontrer lors de l'un camping avec mon frère, je n'avais qu'une envie, reprendre les bonnes habitudes. Miami était loin d'être aussi beau que Yellowstone, mais certains endroits de la plage, n'était pas désagréable. J'étais contente qu'il est rejoins ma confrérie, ainsi que sa copine, qui me rappelait quelqu'un à ses débuts. Au moins, c'était la dernière bonne action que j'ai pu faire en les recrutant parmi les Sigma Mu.

Dans le salon de la villa d'Eddy, je regroupais, tente, glacière, matériel, allumette et briquet, bouteille d'alcool et canettes de bière. Dans un autre sac, j'avais rempli nourriture non périssable, chips, pâtes et quelques conserves. Dans une autres, casseroles cabossés et ustensiles en métal. Une fois tout prêt, je regardais le tas d'affaire fière de moi, n'ayant pas perdu la main. Avant de me rendre compte, que je n'étais même pas habillé et que je trainais encore en débardeur culotte quand on vint sonner à la porte de la villa. En me dirigeant vers la porte, je songeais à combien cette sortie m'allait être bénéfique.

Si j'avais toujours une grande affection pour l'oxy et d'autre substance en tout genre, je faisais de réel effort pour ne pas m'enfoncer. Ok la visite de Sav et Matt y était pour grand chose, mais j'aimais croire que je renaissais de mes cendres comme le phœnix. Je voulais jeter ce passé morbide derrière moi et pourquoi pas le noyer dans la vodka autour d'un feu. Je détestais ces émotions qui me secouais comme un shakeur dans un bar à cocktail. Elles me demandaient des efforts surhumains pour rester le visage emblématique que tout le monde connait, et c'est ce visage que j'aime, ce visage dont je suis fière. Je détestais l'idée que quelqu'un extérieur à mon entourage proche, puisse se douter du château de carte qui résidait en moi. Il en allait de ma fierté !

J'ouvre en grand en voyant le sourire idiot de mon ami et le regard interrogateur de la nouvelle délégués des Sigma Mu. "Hey salut !" Je regarde ma tenue, j'ai encore réussie à oublier comment j'étais habillé visiblement. "Hmm entrez je reviens !"

Je laisse la porte ouverte, sur le hall d'entrée, seul espace épargner par le bordel qui me caractérise. Déjà en train de grimper les escaliers, je hurle à travers le couloir. "Le salon est sur la gauche, ya un bar sentez vous free de vous servir !" J'atterris dans la chambre ou j'ai élu domicile, celle d'Eddy. J'enfile un short kaki, un débardeur simple et noir, des baskets de sport, pas vraiment centré sur mon look à l'heure qu'il est. Je redescends les escaliers 4 à 4 sans passé regarder ma trogne dans le miroir, mes cheveux cours en bataille, se contenteront de le rester. Dans ma poche, un restant de paquet de chewing-gum, j'enfourne dans ma bouche les deux derniers restant, la grosse flemme de me brosser les dents. J'arrive près de mes invités toute sourire. "Bon aller on embarque tout ça et on le charge dans l'arrière de la Jeep sur le parking à côté de la fontaine..."

Putain, je me faisais pensé à ces connards de richissime, mais rien, concrètement n'était à moi. Eddy m'avait tout légué et Sav m'avait donné une somme exorbitante pour mon "avenir". Si elle savait ce que j'en faisais de son argent, elle me mettrait un tuteur sur le dos à tout les coups. En sortant sur le portique, sac de rando sur le dos, la tente accrochés au sac, sanglé à ma taille, je remarque les deux vélos sur le côté. Je pince mes lèvres et me retourne vers eux. "Oui c'est vrai qu'on aurait pu se le faire à vélo, mais j'aimerai vous emmener un peu à l'écart de la ville et on arrivera jamais en pédalant." J'actionne à distance, l'ouverture automatique du 4x4, garé juste à côté d'une décapotable rouge, dans laquelle je me balade de temps en temps... Wynwood avait clairement une mauvaise influence sur mes habitudes de prolétaires, mais j'aimais me rappeler, qu'aussi riche que j'étais, j'étais aussi très généreuse et n'avait rien à faire d'une rayure sur la peinture ou d'un rétro cassé. J'agite les clés en l'air. "Qui veut conduire ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Mer 9 Avr - 19:25


Objet: Before the Campfire Light
DE: louis.martin@gmail.com
A: julien.petit@gmail.com
--------------------------------------

Cher Mangeur-de-Grenouille,

Enfin, le week-end. Deux jours de calme, sans bousculade ou insultes en tout genre, sans heure de colle ou profs qui râlent, sans devoir se lever tôt...enfin...excepté ce week-end. En effet, Lila et Eric avaient prévu un week-end « camping », et c'était tout naturellement qu'Eric m'avait proposé d'y participer. Lila March, tu n'en as jamais entendu parlé. En fait, c''était l'ancienne déléguée des Sigma Mu, nous nous sommes rencontrées quand je suis devenue la co-déléguée. Une fille plutôt cool avec laquelle je n'avais pas eu le temps de parler plus que ça. J'avais hâte de la connaître un peu plus, puis passer du temps avec Eric, c'était pas ce qui me dégouttait le plus. Sauf que voilà, le camping, ce n'était pas mon activité favorite. Loin de là. Pour y avoir grandi une partie de mon enfance, les campings me faisaient fuir en règle général. Mais les règles du jeu étaient clair « camping sauvage », donc, pas de bungalow. En théorie, pas de problème.

Eric devait venir me chercher ce matin là, je me pressais donc pour me préparer. Un sac fait et une douche plus tard, j'étais dans le rez-de-chaussé, fin prête à attendre mon... petit ami ? Quoi ? Sérieusement ? Je devrais l'appeler comme ça ? Pitié...que c'est niais. L'épisode d'il y a quelques jours dans la salle commune était encore frais dans ma tête. Et on ne pouvait plus ignorer qu'entre Eric et moi, ce n'était pas que de l'amitié, mais j'avais encore certaine réserves quand à l'appeler « chéri » ou tout autre surnom de ce genre. Eric... c'était carrément plus jolie, non ? 8h...toujours personne, il devait y avoir du monde sur la route, il devait avoir un problème avec sa voiture...il ne m'avait pas posé un lapin, hein ? Pas lui, hein ? Tournant en rond dans le salon j'observai la pièce un instant, je n'y avais pas passé beaucoup de temps,parce que croiser Evan n'était pas très agréable. Bien que ce soit le seul Pi Sigma que j'arrivais à apprécier, j'avais toujours du mal avec son côté si fier de sa personne.

8h10...mais qu'est-ce qu'il faisait ? J'étais prête depuis bien longtemps... il allait venir au moins ? Ca y est ? Il en a marre de moi, c'est ça... Roh ! Commence pas à penser comme ça, c'est pas parce que t'as un copain que t'es dans les feux de l'amour...oui mais il est toujours pas là, je dois le prendre comment, hein ? MAIS il est en retard de dix minutes, tu vas pas le tuer pour ça !
Evan n'était pas encore levé, heureusement, la première règle qu'il m'avait fixé c'était «  tu ramènes personne » et son caractère colérique et autoritaire n'aurait pas supporter de voir Eric, enfin, mon copain, débarquer sans prévenir dans le salon.
8h15, j'entendis frapper à la porte, enfin, des papillons plein le ventre je me précipitai d'un pas léger vers la porte e l'ouvrit pour y découvrir Eric....il m'avait manqué, y'a pas à dire. Je me noyais dans ses yeux quelques instants avant de regarder autour de lui : à côté de mon scooter et de la porche d'Evan, trônait un vélo. Oui, un vélo. Cela me fit sourire et avant même de lui dire bonjour je montrai le vélo de la tête :

 - Le retard, c'est à cause de ce truc ? Dis-je avec un grand sourire, ça me fait plaisir de te voir

Dis-je avant de l'embrasser une nouvelle fois. Plaisir, c'était un mot bien trop faible pour définir à quel point il m'avait manqué. Quel soulagement d'enfin l'avoir sous les yeux. J’attrapai mon sac et les clés de mon scoot', un vélo, c'était un peu petit pour deux.

- Ca te dis qu'on change de moyen de locomotion ?

couleur de parole:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   Mer 9 Avr - 14:28

Before the campfire light !
A Story With Louis MARTIN, Lila MARCH & Eric LAWNER





Je ne sais plus qui a eu l'idée de cette excursion mais cela ne pose pas de problème, ce qui est plus important c'est ce qui s'est passé pendant ce week-end loin de Wynwood. Oui d'un commun accord, Louis Martin, Lila March et moi-même avions décidés de partir tout un week-end faire du camping dans les bois près de Miami, une idée qui m'avait immédiatement réjoui, la dernière fois que j'avais fait du camping remontait à présent à quelques années, avant mon arrivée à Miami, j'habitais encore à New-York chez mes parents, j'étais parti tout seul pendant trois jours avec une tente faire du camping, et c'était là que j'avais rencontré Lila, on avait immédiatement sympathisé autour d'un feu de camps et d'une bouteille de vodka. Depuis lors, je n'avais pas eu l'occasion d'avoir des nouvelles d'elle, jusqu'à très récemment où j'ai appris qu'elle faisait partie de la même confrérie que moi, j'étais très heureux de la retrouver après au moins trois ans sans nous voir.

Nous partions donc, ce week-end là, dans les bois Louis, Lila et moi. Disons que moi j'ai failli ne pas partir du tout, voyez-vous le week-end, mon horloge biologique se met subitement en mode veille et c'est donc tout naturellement que je n'ai pas entendu le réveil que j'avais fixé pour avoir le temps de me préparer et d'être assez frais pour partir l'esprit serein. Mes yeux se sont ouverts doucement, ma tête tournée sur le côté j’aperçus les chiffres sur mon réveil. Comme si mon corps devenait subitement un ressort je m'éjectait soudain de mon lit pour courir finir mes préparations. Enfin, finir, vous me connaissez, je devait surtout commencer mes préparations pour ce week-end. En fait j'avais tout misé sur ce réveil un peu plus tôt que d'habitude pour pouvoir me préparer tranquillement, prendre le temps de faire les choses, mais bien sur, jamais rien ne se passe comme prévu ça serait beaucoup trop simple si c'était le cas.

Alors me voilà qui court dans tout mon appartement, à la recherche de tout les vêtements dont j'aurai besoin, de toutes les affaires nécessaires au camping, de tout mettre dans un sac à dos plein à ras-bord. Puis prendre une douche, l'eau chaude me achève de me réveiller, trouver les bons vêtements, ne rêvez pas, on part peut-être en camping mais vous ne me verrez jamais porter un short, il y a des limites tout de même. Tout ça pour vous dire qu'il est 11h30, que je suis décoiffé comme jamais, que je n'aurai pas le temps de prendre un café, et que je n'ai dix minutes pour courir d'un quartier à l'autre pour ne pas être en retard chez Louis et malheureusement, même si j'aimerai que ce soit le cas, je ne suis ni Superman, ni Flash Gordon et je n'ai pas de Batmobile moi, juste un VTT, la vraie étoffe des héros !

En moi de temps qu'il ne faut pour le dire, je suis sur mon vélo à rouler à toute vitesse vers chez Louis et son colocataire Evan Aubin. Je pense à Louis et un sourire effleure on visage, cela fait quelques jours maintenant depuis que nous nous étions parlés dans la salle commune de la confrérie, que je l'avais embrassée. Le rouge monta à mes joues en y repensant, chaque instant de cette matinée restait gravé dans ma tête, avec une fidélité assez saisissante. Je gare mon vélo et je me met à marcher, mon cœur accélérait à mesure que j'approchais de chez Louis, un coup d'oeuil à ma montre m'indique que j'ai dix minutes de retard étouffant un juron, je me dis qu'il allait falloir que l'on se grouille pour ne pas arriver trop en retard chez Lila et pour ne pas partir trop tard. J'arrivai enfin devant la porte de Louis, je frappais et je me mis à prier silencieusement que ce ne soit pas Evan qui m'ouvre, quoi de pire que de supporter un PS au petit déjeuner ? Je me demande bien comment Louis faisais pour le supporter celui là. Quinze minutes de retard, j'avais battu un record cette fois ci, je me mis à compter les secondes en attendant que la porte s'ouvre.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Before the Campfire Light [PV Louis MARTIN Lila MARCH]
» Le capitaine Louis Martin plus connu sous l'appelation Loulou Martin .
» A man desespearate with a cutter -PV Louis Martin
» -Présentation de Louis Martin- [Terminée ♥]
» "Il Paraîtrait oui, que toi aussi, tu me Ressemblerait" [With Louis Martin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: