AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   Mer 24 Déc - 17:38

Cela faisait à peine 10 minutes que le professeur de sport nous avait jeté dans la gueule du loup et il était évident que je tiendrais difficilement jusqu'à la fin du périple. À nous voir tous les deux suffoquer parce que l'on respire la même air, plusieurs doutes et questions trottaient dans ma tête. Pourquoi ne pouvions-nous pas passer l'un à côté de l'autre dans les couloirs sans devoir retenir notre souffle ? Mais oui, pour quelle raison ? Nous n'étions que des ex après tout, et ce n'était pas normal qu'on se déteste autant. Pourtant, Sasha avait été mon petit-ami, alors il ne pouvait pas être aussi mauvais que ça. Qu'avais-je vu en lui qui m'avait poussé à entamer une relation ? Il avait le physique, oui, mais au-delà de ce détail, il n'avait rien de différents des autres.

« Comment pourrais-je t’en vouloir, voyons, on essaie tous de ne pas reproduire ses erreurs. Malheureusement avec toi ça a été difficile, je n’ai pas réussi à éviter l’erreur. »

Je croisais son regard et soudain le souvenir de tout ce qui clochait avec lui me frappa en pleine figure. J'avais essayé de le ménager, mais peu importe à quel point je tentais de le pardonner, mes opinions négatifs envers lui finissaient par refaire surface.

« Enfin, à ce stade, faudrait peut-être que tu changes ton point de vue sur qui est vraiment le problème dans cette histoire. »

En même temps, le Pi Sigma avait raison. Il m'avait fait des avances. Pour lui, je n'étais qu'une fille comme les autres, pas plus, pas moins. Il m'avait tendu un piège recouvert de jolies fleurs et j'avais fait l'erreur de tomber dedans Il n'avait fait que ce qu'il avait à faire, me refoulant les dommages par la suite. Au moins, il m'avait fait comprendre quelque chose de très important. L'amour était un mirage qui ne vallait pas la peine d'y croire. Par conséquent, Sasha m'avait quelque peu aidé à bâtir le caractère que je possédais en ce moment.

Le restant de la course provoquait principalement du gaspillage de salive envers des points qu'on avait déjà discuté et qui ne faisaient que tourner en rond. Je ne pouvais pas m'arrêter : il osait me provoquer et je contre-attaquais de façon automatique. Tout ce qu'on voulait au fond, c'était se montrer supérieur à l'autre et ne surtout pas montrer un moment de faiblesse. Cette guerre devait absolument avoir un gagnant et une bataille sanglante détermineraient le vainqueur.

« Ah et question, tu te ranges dans quelle catégorie au juste ? Parce que pour moi t’étais pas ma petite amie. »

J’éclatais de rire, non parce que c’était drôle, mais parce qu’il venait de marquer un point et je n’avais pas le droit de déclarer forfait. Il me regardait avec des yeux meurtriers et je me contentai de lui sourire afin de calmer la tension.

« Comment elle va, Blu ? Ça fait un bail que je n’ai pas entendu parler d’elle ! Tu sais si elle est retournée dans son centre de malades mentaux ? »

Je me doutais bien que j'étais en train de m'aventurer sur un terrain dangereux, sauf que les dés étaient déjà lancés et il ne restait plus qu'à subir les conséquences. J'étais prête. Mon bouclier avait déjà reçu plusieurs coups et je réussissais de mieux en mieux à les éviter.

Plus que nous nous enfoncions dans la forêt, plus nos prises de tête n'avaient ni queue ni tête. J'essayais tant bien que mal de suivre l'homme devant moi sans émettre de commentaire inutile, mais je ne pouvais décidément pas faire deux choses à la fois. Suite à mes protestations sans fin, le Pi Sigma concéda à me remettre la carte. Je roulai des yeux, puis observai le bout de papier. Je n'étais jamais partie en randonnée et savais encore moins comment lire une carte. Seulement, je n'étais pas blonde et il devait avoir un moyen de se répéter dans cette jungle. J'analysai attentivement les informations avant de soupirer.

« Ok, je l'avoue, j'y comprends pas plus que toi. Mais je vois un sentier sur la carte et ça serait peut-être une bonne idée de le trouver. On le suit et ça devrait nous mener quelque part. Oh, merci je suis flattée. »

Nous avancions nerveusement et tandis que j'étais mal à l'aise à l'idée d'être dans une forêt, Sasha se moquait de moi sans retenu.

Typique réaction d'un enfant de primaire.

Les branches me coupaient la peau par plusieurs et mon pied trébuchait presque sur un tronc d'arbre qui était sorti de nulle part. C'était après avoir pilé sur une marée de boue que je me mettais à perdre patience. Un bruit étrange retentit et je sursautai de peur une nouvelle fois. Le rire espiègle de mon partenaire retentissait entre les arbres et par honte, je manquais d'exploser. Une réplique venimeuse me traversa l'esprit et alors que j'ouvris la bouche pour la spéculer, une idée plus intéressante me frappa.

Changement de tactique.

« Bon, t'as raison, merde. Je supporte pas la forêt : y'a trop d'arbres, c'est sale et ça contient plein d'espèces étranges à l'intérieur. Je veux pas être là, ok ? Je veux sortir de là, alors dépêche toi de trouver la fichue bonne route, s'il te plaît. Merci. »

Il m'invita à le suivre et je pris la décision d'arrêter de rouspéter. Ça ne servait à rien et je détestais perdre mon temps. Nous finissions par se rendre jusqu’au sentier, un silence presque apaisant s’installant entre nous deux. Mettant en revue tout ce qui s’était déroulé lors des dernières minutes, je pouffai de rire.

« Dis, t'as pas envie d'enterrer la hache de guerre ? Mais oui, tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est se lancer des briques*** et regarde ce que ça a donné ? Rien du tout. Je sais que c'est moi qui ai commencé et je m'excuse. J’en ai un peu marre, là, alors on devrait faire la paix, t’es pas d'accord ? Wow, j’aurais jamais cru dire ça un jour. »

Quelque temps plus tard, le son de la civilisation parvint finalement à nos oreilles. J’étais si soulagée que mes jambes manquaient de s'écrouler. Aucun adulte n’était à l’horizon, ce qui était une bonne chose.

Ironie, nous étions revenus au point de départ.

Peu importe si on se trouvait au départ ou à l'arrivée, je n'en pouvais plus. Il était hors de question de débuter une nouvelle tentative. Je lançais à peine un regard au Pi Sigma avant de disparaître rapidement pour ne pas avoir à affronter qui que ce soit.


--------

*** OMG BRIQUES. BLU. JE SUIS MORTE DE RIRE.
Encore désolée pour le retard, Sashou <3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   Lun 8 Sep - 3:25

Mon sourire collé au visage je m’avançais vers Kaira. A première vue, on pouvait penser que j’étais heureux d’être là, et par conséquent heureux de me la taper comme binôme, sauf que derrière les apparences ça me faisait bien chier, mais le montrer était comme perdre en quelque sorte. Devoir me refarcir toutes mes ex commençait à clairement me faire chier, parce qu’entre nous, revoir Rose avait déjà été relativement compliqué, mais Kaira n’était pas Rose, elle était bien pire. Qui sait ce dont elle était capable. Les filles pouvaient être sournoises, et totalement vicieuses, pourtant je ne me laissais pas démonter, arborant un sourire hypocrite.

Parfois j’avais l’impression de subir un châtiment, une punition divine ou je ne sais quoi. Comme si je devais me faire pardonner pour mes actes de parfait connard auprès de ces filles. Et le pire c’est que les professeurs semblaient complices de ce complot infâme à mon égard. Les preuves étant que Rose et moi étions camarades de classe, et que maintenant Kaira l’était aussi, et mon binôme pour toute une journée. Il n’y avait pas plus beau cadeau que ça, non vraiment. Heureusement, dans un sens, qu’elle semblait tout aussi contente que moi, mais les protestations ne servaient à rien, ce pourquoi je la laissais gaspiller de la salive dans le vent, me contentant juste de jouer la carte du sarcasme. « Comment pourrais-je t’en vouloir, voyons, on essaie tous de ne pas reproduire ses erreurs. Malheureusement avec toi ça a été difficile, je n’ai pas réussi à éviter l’erreur. » Ajoutais-je cynique. Parce que oui être sorti avec elle avait été clairement une grosse erreur. Rose aussi d’ailleurs, toutes les autres aussi d’ailleurs. Les coups d’un soir me correspondaient bien mieux par ailleurs, qu’une relation où je tente de promettre monts et merveilles à mes conquêtes. Trop banal, et trop chiant, ça avait toujours fini en rupture.

Cependant à nous disputer, les autres s’étaient déjà dirigés vers la forêt, et je tentais de lui demander sans trop m’énerver de me suivre, même si sa compagnie ne me réjouissait guère, car il allait falloir que je survive à ses piailleries incessantes. « C’est pas comme si j’avais envie que tu me suives aussi, mais je crois que y a pas le choix. » Tentais-je comme argument, avant que le prof n’en sorte un, qui lui rabattit le caquet. « Mademoiselle Jacobs Zéro – Monsieur Sport 1 » Dis-je pour l’emmerder, en ricanant dans mon coin, tout en dépliant la carte, pour savoir quelle était notre première étape. « Et oui je sais lire une carte, pour ta gouverne. » Avant d’ajouter, clairement décidé à ne pas me laisser parler comme ça : « C’est sur que toi t’as été plus intelligente que moi… » Plein de sous-entendus, avant de commencer à avancer, sans trop faire attention à si elle me suivait ou non, à vrai dire si je pouvais la paumer ça m’arrangerait tout autant. Surtout qu’elle ne comptait pas la fermer. Ah ces filles, toujours la gueule grande ouverte pour dire de la merde. « Dis-moi, t'as eu des petites-amies depuis ou tu t'en tiens toujours à des pauvres prostituées ? » « Dis moi t’as conscience de tes paroles, ou t’essaies juste de déverser ta colère sur moi ? » J’essayais de lui faire comprendre qu’en gros, ce qu’elle venait de dire était tout sauf bon pour elle, et que ce qui allait suivre allait être franchement violent. « Ah et question, tu te ranges dans quelle catégorie au juste ? Parce que pour moi t’étais pas ma petite amie. » Dis-je avant de continuer à avancer, sachant que je venais clairement d’ouvrir le feu d’une guerre sanglante. Je venais d’oser, clairement, de l’insulter, tout comme elle insultait clairement Blu. Allusion qui revenait souvent à son sujet, qui n’était certes pas totalement faux dans le fond, mais que je n’acceptais guère, du moins dis d’une telle façon.

Le temps avançait, et la situation ne s’arrangeait guère, les piques cinglantes fusant de toute part, alors que nous avancions sans trop savoir vers où, puisque cette querelle monopolisait toute mon attention, et que j’avais fais passé la carte en second plan, sans préciser que j’avais pas une orientation hors du commun. D’ailleurs, je ne savais même pas où nous étions, mais je ne pouvais pas le dire, pas maintenant, mon égo en prendrait un coup, c’était tout vu, j’allais me faire défoncer la gueule à coup d’ongles. Pourtant, elle commence à douter, nous sommes seuls, au milieu de nulle part, et elle refuse d’avancer. « Pire qu’une gamine » ne pus-je m’empêcher de dire, alors qu’elle se fige sur place. « Pourquoi ? Tu veux savoir pourquoi ? Parce que t’as fais ton caprice de diva au départ parce que j’étais ton binôme et qu’ils ont eu le temps de faire trois fois le circuit. Voilà pourquoi. » M’emportais-je alors qu’elle me courrait clairement sur le haricot. Je finis même par lui tendre la carte. « Tiens démerdes-toi, tu me fais chier, voyons si madame s’en sort mieux. » La défiais-je, alors qu’elle continuait à râler. « Que je comptais quoi ? Te perdre comme dans le Petit Poucet ? Crois-moi ça m’aurait bien arrangé, mais malheureusement non le plan n’était pas celui là, mais bel et bien d’arriver en vie, avec une audition intacte si possible, puisque t’as pas l’air de te rendre compte que ta voix est aussi insoutenable que ta propre personne. » Surtout qu’en plus, à cause d’un simple piaf elle venait de faire vriller mes tympans. « Un oiseau ! C’était un oiseau ! Bordel, t’es vraiment qu’une grosse trouillarde en vrai. Tu ne survivrais jamais dans la forêt toi. » Dis-je pour me moquer, même si mon ton était toujours aussi sec et rempli de reproches. « Tu sais, y a aussi des ours, et des loups, et même des sangliers tiens, qu’est-ce que ça serait drôle d’en croiser un. » Continuais-je dans ma lancée, alors qu’un drôle de bruit se fit entendre dans mon dos. « Tiens regarde, ils sont même venus te chercher, pour te dire de te taire un peu, tu les as réveillés. » Je riais maintenant à gorge déployée. « Bon tu viens, où je te laisse ici à ton propre sort ? » Lui dis-je l’incitant à me suivre, alors que je pris la première route à ma droite, pensant bien faire, suivant juste mon instinct, n’étant pas forcément la meilleure solution, je l’admets.

HRPG : Désolée pour le retard .__.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   Sam 5 Juil - 2:35

J’essayai tant bien que mal de ravaler la frustration qui me montait à la gorge. Avec le nombre d’élèves présents sur le terrain, on avait dû me jeter avec mon connard d’ex. Il n’y aurait eu aucun problème si cela avait été l’un de mes anciens petits-amis, sauf que ce Cobb m’était insupportable. IL était insupportable. Et arrogant, et hautain, et méprisable. Comment avais-je pu tomber amoureuse d’un sale con comme Sasha ? J’en étais dégoutée rien qu’à y penser. C’était ces horribles erreurs comme celle-ci qui me rendait fière de ne pas croire en la futilité qu’était l’amour. 

« Alors comme ça tu refuses d'être avec le grand Sasha Cobb? C’est pas ce que tu aurais y a encore quelques années de ça. »

Et voilà, il ne pouvait s’empêcher de me balancer des remarques toutes sauf pertinentes et désagréables à la figure.  Cependant, j’avais appris que rien de bon n’arrivait lorsque l’on tombait dans son piège. Il adorait ça, mais hors de question de lui donner ce plaisir. 

« J’évite simplement de faire les mêmes erreurs qu’avant, tu peux pas m’en vouloir. J’ai tort ? »

Un beau grand sourire apparut sur mon visage afin de masquer la puanteur de mes paroles.

« Bon allez viens, essayons de suivre les autres pour le moment. »

« C’est pas comme si j’avais envie de te suivre. »

Mes bras se croisèrent sur ma poitrine, puis mes sourcils se froncèrent. Me balader en forêt en sa compagnie dans la forêt ne me disait rien qui vaille. Je n’allais pas commettre la même stupide gaffe que le petit chaperon rouge, celle de faire confiance au grand méchant loup. Je l’avais fait une seule fois et c’était bien la dernière, vu ce qui se passait là, en ce moment même. 

« Vous préférez peut-être passer la période en colle, mademoiselle ? »

« Merci de proposer, mais non. »

Il ne restait plus que nous deux, les autres étaient partis depuis des lustres. Je me forçai à me dire que si l’occasion venait à moi, je prendrais un grand plaisir à le faire tomber dans la boue ou à le pousser dans la première falaise qui se montrerait sur mon chemin - ce qui était encore mieux. Malgré toutes ces années, je possédais toujours cette dent contre lui, cette haine qui ne semblait pas vouloir disparaitre de sitôt.

« Bon la carte dit qu’il faut prendre ce chemin à droite »

« Nooon, tu sais lire une carte ? fis-je d’un ton exagérément sarcastique. La dernière fois que je t’ai laissé, t’étais pas le plus intelligent. »

Et pourtant, lui et moi étions sortis ensemble. Plus mes yeux le dévisageaient, plus  mon dégoût en lien avec ce... demeuré s'intensifiait sans relâche. Pourtant, le jeune homme était toujours aussi craquant, quel affreux gâchis. Il était totalement mon genre, alors s'il n'y avait pas eu des problèmes dans le passé entre nous deux, nous aurions pu avoir quelques aventures purement sexuelles, voire même être de bons amis. En fin de compte, lui et moi aurions très bien pu enterrer la hache de guerre depuis un bon moment cependant, nos orgueils étaient bien trop grands afin que l'on puisse faire la paix. 

« Dis-moi, t'as eu des petites-amies depuis ou tu t'en tiens toujours à des pauvres prostituées ? » lançai-je avec tout le sérieux du monde.

Il était inutile de préciser ma phrase pour lui faire savoir où je voulais en venir. Au moins, j'essayais de faire la conversation pour écraser ce lourd silence.  Sasha marchait devant moi, carte en main, tandis que je pilais dans ses pas sans grande conviction, l'ennui s'empreignant sur mon visage. Il faisait chaud, beaucoup trop chaud, et je commençais à regretter de ne pas avoir choisis d'enfiler mes shorts moulants qui m'arrivaient au ras des fesses ainsi qu'un haut plus léger s'arrêtant au-dessus de mon nombril.  Mon esprit vint à penser que peut-être avec si peu de tissu, le Pi Sigma se mordrait les doigts d'avoir laisser passer une si grande opportunité. Je souris à l'idée. 

Cela faisait maintenant un peu plus de cinq minutes que notre escapade dans la nature s'était entamée. Mes sourcils se froncèrent alors qu'aucun autre signe de vie humaine semblait se faire remarquer à l'exception de nous. Nous étions partis quelques temps après les autres, certes, mais nous aurions tout de même dû les rattraper depuis. Je m'arrêtai net et croisai les bras contre ma poitrine, refusant de faire un pas de plus en sa compagnie. 

« Bon tu peux m'expliquer pourquoi on n'a pas encore retrouver les autres ? Comme tu sembles si bien savoir où est-ce qu'on s'en va. »

Puis, une idée me vint en tête. Je m'approchai du Pi Sigma et me retiens afin de ne pas lui cracher au visage. 

« C'est quoi ton plan là ? Salopard je suis certaine que tu comptais... »

Un cri d'effroi provenant de ma gorge interrompit mon monologue. Un oiseau venait de passer au-dessus de moi et je pouvais maintenant sentir un liquide blanchâtre répugnant dégouliner sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   Mar 8 Avr - 2:02


Mercredi 2 Avril.

"I'm gonna pop some tags; Only got twenty dollars in my pocket ; I-I-I'm huntin'. Lookin for a come up. This is fucking awesome." Depuis que je programmais mon téléphone pour chanter au lieu de bipper ou émettre toutes sortes de bruits infects, je me portais bien mieux au réveil. Etrangement je préférais la voix du chanteur plutôt qu'une vieille sonnerie métallique qui ressemble aux sonneries des téléphones fossiles. Fossiles, oui, parce que sérieusement devoir tourner une roue pour composer un numéro ça devait être sacrément épuisant, surtout si tu te trompais. Je préfère encore sélectionner mon appli Contacts et sélectionner la personne désirée, ce qui allait dis fois plus vite, que m'évertuer à me péter le doigt dans une sorte de roue pour arriver à appeler quelqu'un. La fainéantise les gens diront, plus l'addiction à une technologie trop évoluée pour vouloir me rabaisser à ce qui est dépassé.

Certes les anciens y ont goûté, mais autant utiliser ce qui est à notre portée plutôt que s'emmerder avec des objets kitsch qui fonctionnent avec un mode d'emploi aussi grand qu'un dictionnaire. De nos jours tout est plus simple, plus fonctionnel. Y a que les conservateurs de nature qui garderont ces vieilleries. Pour preuve, chez moi, mes parents considèrent que tout ce qui est dépassé d'un an c'est has been alors tout est renouvelé constamment. Personnellement, je trouve ça stupide, changer tous les ans, je m'entends bien, parce que c'est pas comme s'ils utilisaient vraiment notre télé home cinéma, ou notre dernier four, non. Mais pour avoir des invités, et pour garder notre belle image, il fallait sans cesse broder dans le détail et mes parents étaient fous du détail. Personnellement, j'avais un iPhone depuis deux ans, et fonctionnant à merveille, pour rien au monde je le changerais, mes parents c'est tous les nouveaux modèles qu'ils s'en acquièrent un autre. Comme quoi jeter de l'argent par la fenêtre ne leur pose aucun problème à eux.

Je me lève, et d'un pas lourd je descends les escaliers en verre qui descendent et donnent un accès direct à la cuisine. Cela faisait une bonne semaine que j'avais déserté l'internat pour me retrouver dans ma bonne vieille chambre, dormir dans mon bon lit douillet, et me réveiller dans un silence de mort tous les matins. Mes parents semblaient ne plus exister dans ma vie, tant leur présence était flagrante. Leurs voyages se faisaient fréquents, et la maisonnée en leur absence me semblait si paisible, mais dégageait tant de richesse que j'avais l'impression qu'ils n'étaient jamais vraiment partis. Je les voyais me dire "N'oublies pas de faire la vaisselle" ou encore "Va chercher le courrier". Quand ils étaient là ça se résumait à peu près à ça. Si j'étais autre chose qu'un être humain, je serais certainement leur robot à tout faire, perspective qui m'enchante guère.

Je m'étire, je baille, et j'entre dans la cuisine, pas plus gêné que ça de me trimballer en sous-vêtements. Pas d'employés de maison à cette heure, donc aucun soucis à me faire. J'ouvre la porte de notre frigo et en sort le lait, avant de saisir les céréales dans le placard à côté. Basique, banal mais au moins les Crunch de chez moi ont meilleur goût que les pétales toutes molles de la cantine. Je profite de mon petit déjeuner, dans le calme. Même si je préférais parfois l'effervescence de la cantine, de mes potes le matin, j'aimais avoir ce petit moment de paix.

Après avoir soigneusement nettoyé mon bol, je remontais prendre une douche, une bonne longue douche sous un jet d'eau bien chaud. Trente minutes de pur bonheur, et une salle de bains plongée dans un brouillard, une purée de pois, et les miroirs recouverts d'une épaisse couche de buée. Serviette accrochée autour de la taille, j'ouvre la porte et me plante face à mon dressing. Plus grand, plus complet, je mets davantage de temps à sélectionner les tenues. A l'internat je n'ai qu'un choix limité, mais ici, j'ai tout un stock, et ça m'aide guère à gagner du temps. Finalement, j'opte pour mon habituel sobriété. Rien de bien flashy, ni même d'extravagant, mais néanmoins classe. Un t-shirt bol avec un col rond, un jean noir et des chaussures en cuirs marrons. J'assortis le tout avec un blaser noir et un collier. J'entoure mon poignet de ma montre en argent, et me regarde une dernière fois dans le miroir, avant de me diriger vers mon bureau.

Sac posé sur la chaise, j'y glisse quelques feuilles, ma trousse, une tenue pour le sport, et file au rez-de-chaussée ou je prends les clés de ma voiture, direction Wynwood. Le trajet est le même chaque matin, et chaque matin j'ai le droit aux éternels embouteillages qui plombent comme il faut mes journées. Jonglant entre le frein et l'accélérateur, je finis par arriver, pile à l'heure sur le parking, et marche avec nonchalance jusqu'au hall d'entrée. Même si j'étais pas spécialement en avance, me presser n'était pas dans mes habitudes. J'arrivais à l'heure où j'arrivais, pas avant, pas après.

Les premières heures se passèrent dans un calme ancestral, et personne n'était d'humeur à foutre la merde aujourd'hui ce qui était plutôt miraculeux. Après, nous avions sport, et de toutes les matières que j'avais c'était celle qui m'enthousiasmait le plus. Elle ne nécessitait ni contrôles, ni devoirs, ni réflexion, juste du sport. Passant par les vestiaires, j'enfilais un jogging, un débardeur et des baskets, avant de rejoindre mes camarades de Junior. Le prof nous annonça une course d'orientation. Jamais entendu parler. D'après ce qu'on m'expliquait, il fallait retrouver des choses dans une forêt et s'aider d'une carte, et nous étions en binômes.

Bah le pauvre gars, ou la pauvre meuf qui se retrouve avec moi sera pas sorti de l'auberge. J'étais une brêle en orientation, et je ne me servais que de mon GPS intégré dans le téléphone, alors imaginer utiliser une carte, au secours. Il commença à former les binômes et j'espérais sincèrement me taper un Rho Kappa plutôt qu'un Khi, ils étaient tout ce qu'il y a de plus nul en sport. Au final quand j'entendis le nom de Kaira suivi du mien, un large sourire apparut sur mon visage. Un sourire moqueur, puis un rire. Décidément, le destin avait une dent contre mes ex, puisqu'à chaque fois il faisait en sorte que je me retrouve avec. Un peu comme s'il voulait les voir souffrir. Déjà Rose, maintenant Kaira. Quelle bonne blague. Je m'avançais vers la jeune fille, plutôt fier.

Alors comme ça tu refuses d'être avec le grand Sasha Cobb? C'est pas ce que tu aurais y a encore quelques années de ça. Fis-je remarquer.

Oui oui, c'était une de mes nombreuses exs que j'avais eu en Angleterre, et comme toute elle était tombée dans le panneau, faut croire que j'étais bon acteur. Ce qui était le plus drôle, c'est que j'avais l'impression qu'elles finissaient toutes par atterrir ici à Wynwood, pile poil dans ma classe. De mon côté, ça me posait aucun problème, emmerder les gens était particulièrement amusant, mais pour elle ça devait être vraiment emmerdant.

Bon allez viens, lui ordonnais-je d'un ton détaché, essayons de suivre les autres pour le moment.

Autant ne pas lui dire tout de suite que j'y connaissais rien, et laissons voir par la suite ce que ça donnera. Ca pouvait être plutôt comique, la voir paniquée quand je lui annoncerais fièrement que nous sommes perdus et que je sais absolument pas où on est. Enfin, faudrait-il encore qu'on se perde. Le temps qu'elle se décide à vouloir bouger, les binomes s'éloignaient et il ne restait bientôt plus que nous. Et puis elle savait que négocier servirait à rien, le prof semblait bien clair là-dessus.

Elle finit par me suivre, non sans protestations, et nous commencions à nous avancer dans la forêt, un long chemin de terre parsemé par les rayons du soleil qui se divisait à travers le feuillage.

Bon la carte dit qu'il faut prendre ce chemin à droite, annonçais-je, sans être vraiment sur de ce que je disais.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   Lun 7 Avr - 3:58









Chapter 2.
✣ The Past's mistakes.








~ The princess & the wolf


Mercredi 2 avril.

« Voudriez-vous un peu de café, mademoiselle Jacobs ? »

« Ben non, vous savez très bien que je refuse d’en prendre. »

Je m’étais permis d’utiliser le bureau de mon père afin de travailler un peu plus sur mes croquis, vu qu’il était absent ce matin. À chaque fois que je venais tôt dans la journée dans l’entreprise, un employé me proposait du café et ma réponse était la même. Cette boisson me dégoûtait. De plus, j’avais entendu dire qu’elle faisait jaunir les dents, ce que je ne désirais guère. Les miennes étaient déjà parfaites, inutile de les gâcher avec une boisson pouvant en plus être nuisible à la santé si elle était consommée en trop grande quantité.

« Très bien. Vous désirez autre chose, peut-être ? »

« La paix serait bien. »

Un sourire hypocrite se dessina sur mes lèvres, mes yeux étaient fixés sur le vieil employé de mon papa, attendant à ce qu'il prenne la porte. Déconcerté, l'homme finit par hocher la tête avant de quitter la pièce, refermant la lourde porte derrière lui. Maintenant seule, j'ouvris l'un des tiroirs du bureau où j'étais installée, puis empoignai le matériel de dessin s'y trouvant. Ma main saisit la télécommande traînant un peu plus loin afin de mettre en marche la chaîne Hi-Fi. La nouvelle chanson du groupe Hedley, Crazy for you, brisa le silence des lieux. Je commençai par attraper une feuille blanche dans une pile ainsi qu'un crayon au plomb bien aiguisé. La mine de ce dernier marqua le papier, mes mains se mouvant méthodiquement dans le but de créer quelque chose de concret. Je n'étais concentrée que sur le début de mon croquis et sur la musique qui remuait mes méninges. J'avais remarqué que mes oeuvres se perfectionnaient à force d'en réaliser encore et encore. Même ma façon de les dessiner avait évolué. J'avais bien hâte de voir ce qu'allait donner cette création sur un modèle en chair et en os.

J'avais mis un terme à mon esquisse en me rendant compte qu'il était passé 10 heures. Mon père n'aimait pas le fait que sa fille fasse passer le stylisme avant ses études. Il m'aurait sûrement grondé s'il était au courant de ma venue à son entreprise au lieu d'aller en cours. Après avoir empoignée mes affaires, je me rendis au lycée. La pause avait débuté depuis un moment déjà et portait bientôt à sa fin. À peine mon pied déposé sur le plancher du hall d'entrée, la cloche retentit.

« Qu’est-ce que j'ai manqué ? » demandai-je à un Khi en passant près de lui dans l'amphithéâtre.

J'usai de mon charme afin d'envoûter cette pauvre petite personne. Il était éberlué, devant se dire "oh mon dieu elle vient d'adresser la parole à un pauvre type comme moi."

« Euh… Rien d’important, sauf en physique où il faut faire des recherches sur un… »

« Ah mince ! J'aurai pas du tout le temps de faire ce devoir, dis-je avec un air perturbé. Tu pourrais le faire pour moi, s'il te plaît ? Ça m'arrangerait beaucoup, tu sais... »

Je saisis la main de l'adolescent boutonneux, puis lui fis des yeux implorants. Il sourit bêtement, me prouvant que je lui faisais déjà effet. Mais quel faible, celui-là.

« Euh oui, bien sûr ! »

« Merci, c'est très gentil de ta part. »

Je lui fis un grand sourire et l'intello sembla être aux anges. Avant de me lever pour rejoindre d'autres personnes, je lui lançai :

« Ah et t’as déjà essayé les produits d'acné ? Non ? Tu devrais, parce que c'est vraiment désagréable de te regarder. Petit conseil d'ami. »

Toujours avec un grand sourire, je le quittai pour me diriger vers le fond de l'amphithéâtre.

Une fois le cours d'anglais terminé, il était temps pour moi de me rendre au prochain, qui était sport pour la prochaine heure. À première vue, je pouvais paraître comme étant la fille refusant de laisser couler une seule goutte de sueur sur son corps, sauf que ce n'était pas le cas, enfin, pour certaines activités physiques. Je pratiquais le surf ainsi que la danse depuis plusieurs années à présent et avais acquis une endurance cardiovasculaire assez élevée. Aussi, vu que mon ventre avait souvent un petit creux, je devais régulièrement brûler mes calories en trop.

« On va faire une course d’orientation en équipe de deux aujourd’hui. Approchez-vous pour bien entendre les explications. »

Je fis une queue de cheval tout en m'avançant vers le professeur. Il nous dévoila une carte et nous donna les directives. Je me plaignis en me rendant compte qu'on allait devoir traverser la forêt, endroit que j'essayais le plus possible d'éviter. Mes bras se croisèrent contre ma poitrine, attendant que l'on m'attribue un partenaire.

« Kaira avec Sasha. »

« Quoi ? Non ! Monsieur, je refuse. » fut ma réponse instantanée.

« Pas le choix, désolé. »

Je tournai le dos au monsieur, choquée par sa décision. Sasha venant vers moi, je le fusillai du regard et refusai de le rejoindre, m'enracinant au sol et roulant un bout de mes cheveux autour de mon index.


made by pandora.----






Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: + Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette   

Revenir en haut Aller en bas
 
+ Lost in the woods with the big bad wolf + Sashette
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Blair Woods [validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: