AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.   Dim 6 Avr - 21:40


Pv Louis
❝ Ne prenez pas les enfants pour des adultes ❞

Orlando sortir de la salle de cours avec sa flemme habituelle. Il ne se demandait plus pourquoi il allait en cours puisqu’il savait à présent qu’il n’avait plus le choix. S’il voulait arrêter de repiquer sa Senior Year, il allait devoir se mettre sérieusement à travailler et c’était ce qu’il était en train de faire. A présent, il assistait à tous ses cours, sans exception et arrivait presque à l’heure, enfin, presque. On ne change pas les bonnes vieilles habitudes du jour au lendemain.

L’Italien sortait de la salle de cours du directeur et se rendit à son casier afin d’y laisser toutes ses affaires. En ouvrant ce dernier, un petit papier en tomba. Perplexe, les sourcils froncés, il se pencha pour le ramasser. S’attendant à un mot doux d’une admiratrice secrète, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il se rendit compte que le message venait du conseil des enseignants ?

L’Italien fouilla dans les tréfonds de sa mémoire dans le but de se souvenir de la dernière fois qu’il avait ait une telle connerie. Puis, un doute vint à lui, s’était-il inscrit à ce Life Skill ? La réponse était non. Une autre question lui est alors venue, qui avait commis cet acte impardonnable de l’inscrire à quelque chose dont il ignorait tout, tout simplement ? Orlando continua sa lecture et lut que son binôme était un dénommé Louis Martin. Le nom sonnait français, mais semblait également plus masculin que féminin. Il serait donc avec un homme pour s’occuper d’un faux bébé ? Sa journée venait de se transformer subitement en cauchemar.

Il froissa le papier et le jeta dans son casier. Il ferma la porte et laissa sa main appuyée dessus durant un cours moment, avant de souffler. L’Italien se mit par la suite en route, direction le panneau d’affichage. Dans son malheur, il chercha à se consoler. Le nom de Martin était un nom typiquement français, ce qui signifiait très certainement que ce serait un jeune de bonne famille. Il y aurait donc très certainement moyen pour qu’isl s’arrangent tous les deux. Pour lui, il n’y avait que deux solutions, soit son collègue s’occupait de tout, soit il engageait une nounou pour la durée de ce stupide évènement.

Une fois arrivé au panneau d’affichage, il patienta durant de longues minutes, cherchant du regard un homme de son âge. L’Italien avait des idées très arrêtées et était persuadé que ce serait un homme, de sa classe et habillé comme un français, ou plutôt, avec l’élégance d’un français. Je vous laisse imaginer sa tête, lorsqu’il réalisera qu’il avait tout faux, du début à la fin. Son cauchemar deviendrait réalité et il allait très certainement atteindre le trente-sixième dessous en une fraction de secondes.

Pensant déjà que l’affaire était bouclée, il préparait déjà son programme pour la soirée. Après son entretien avec ce Louis, il irait dans les bâtiments de sa confrérie, puis se rendrait très certainement sur son yacht, afin de préparer une soirée qui aurait lieu en fin de semaine. Jamais il n’aurait imaginé que cet exercice imposé allait lui gâcher la vie, après tout, à part son père, personne ne savait faire cela.


© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.   Lun 7 Avr - 20:39


Objet : Moi ? Mère ? Je crois pas non...

DE : louis.martin@gmail.com
A: julien.petit@gmail.com


Cher Mangeur-De-Grenouilles,

Ça ne pourrait pas être pire. Jamais journée ne m'a parut si longue est éprouvante, pour finalement être encore pire que ce que je pensais. Pourtant, ce matin, quand je me suis levée, je ne pensais pas une seule seconde que ma journée allait se dérouler comme ça.

7h., le réveille sonna. J'étais tellement bien sous ma ouverture, j'aurais pu y rester toute la journée. J'aurais dû peut-être. J'enfilai un short en jean, une pair de chaussettes hautes rayées de toutes les couleur et un tee-shirt des Rolling Stones appartenant à ma mère, qu'elle avait eu durant l'un de leur concert dans le Kensas. C'était une relique ce t-shirt, et je le portais pour me donner du courage quand je sentais la fatigue psychologique me peser. En Amérique, l'école était beaucoup moins regardante sur les vêtements et disons...ce qu'ils cachent. Deux jours auparavant, j'avais pu voir une fille se balader en soutient gorge. Alors pourquoi pas...

Ma toilette terminée je descendis au rez-de-chaussé pour manger un bout quand je croisai Evan. Un « bonjour » échangé et des formules de politesse banales. Ni l'un ni l'autre étions bavards, surtout le matin. Je n'arrivais toujours pas à croire que je cohabiter avec un PS. J'avais un peu de mal à m'y faire, mais Evan était différent, du moins, il ne me traitait pas comme une moins que rien comme la plupart des Pi Sigma et des Eta Iota. La Voice n'arrangeait rien. J'étais tour à tour une travestie et une honte pour ma confrérie. Sans compter qu'elle étalait mon tout récent couple. Du plus avec Eric, qui ne se faisait pas particulièrement remarqué par sa sympathie envers les personnes dites « populaires » . Ma vie n'en était que plus infernale, seul Evan ne m'emmerdait pas à ses heures perdues, et encore, devant ses amis il redevenait un beau gosse sans cervelle.

J'enfourchai mon scooter, et c'est parti les amis, partons sur les grands chemins de la connaissance, nous faire exploser la gueule à coup de maths, d'anglais, de physique et de toutes ces matières inutiles. Arrivée, je m'allumais une cigarette en marchant tranquillement à travers le parking et la jetai juste avant d'entrer dans le bâtiment. J’ouvris mon casier brutalement, dedans, des affiches de groupes en tout genre, ça passait par Nirvana, Iron Maiden pour finir aux Daft Punk et Joachim Garrot, seuls choses en j'avais ramenées de France : la musique électro, et mon accent. Seulement cette fois, il y avait autre chose dans mon casier, un petit mot de la part du conseille des profs qui me disait de me rendre au Panneau d'affichage pour rencontrer mon partenaire pour le Life Skills. Life Skills ? Qu'est-ce que c'est ? Je retournais le nom dans ma tête, mais ça ne me disait rien. Puis d'un coup, ça m'est revenu, Eric c'était inscrit à cette connerie il y a quelques jours. Je m'étais inscrite pour rire, pour déconner, je ne pensais même pas que je projet allait être lancé pour de vrai. Je pensais que ça n'arrivait que dans les séries !

Moi ? Mère ? Je crois pas non... Je n'ai absolument pas l'âme d'une mère, j'en ai rien à foutre des mômes, je les supporte pas, je ne veux strictement rien avoir avec un gosse, surtout s'il est en plastique. Hors de question. Je ne comptais pas y aller. Puis je me suis dis que ce serait con de laisser mon binome tout seul, quand même, je m'étais inscrite et il fallait tenir ses engagement. Je décidais donc d'y aller, tout en me demandant qui pouvait bien être cet « Orlando ».

Sauf que voilà, Orlando, ce n'était pas du tout celui que j'imaginais. J'attendais depuis quelques minutes quand il arriva. C'était un PS. Garanti sur facture. Grand, classe, l'air sûr de lui, et surtout, cet air prétentieux, pédant qui caractérise si bien ces abrutis. Hors de question. Jamais de ma vie, il aurait fallu qu'il me menace avec un couteau.
Bon écoute, si je suis ici, c'est pas du tout parce que j'en ai envie je te préviens, alors, enchantée, Louis Martin.

Dis-je en tendant ma main. Je ne voulais absolument pas lui faire la bise, si nous devions collaborer, c'était dans le politiquement correcte, si la Voice venait à balancer que je sors avec un Pi Sigma, je n'avais plus qu'à oublier toute forme de crédibilité. Auprès d'Eric, mais surtout auprès des SM. Merde, une co-déléguée quoi 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.   Dim 27 Avr - 16:32


Pv Louis
❝ Ne prenez pas les enfants pour des adultes ❞

S’il avait été plus fragile, il se serait purement et simplement évanoui, au lieu de cela, il resta impassible. Louis était une fille. Soit. Louis était une fille qui ne savait pas s’habiller et cela allait nettement moins bien.

Il la regarda de haut, la dévisageant presque. Tout en elle était incompréhensible, son prénom, sa façon presque criminelle de se vêtir et sa façon de parler. L’Italien regarda la main qu’elle lui tendit, hésitant entre la saisir et faire ainsi honneur à son éducation ou tout simplement l’ignorer et préserver ainsi son image. C’est la seconde qu’il choisit, sa réputation étant bien plus importante pour lui. Le simple fait qu’il soit dans un lieu public en train de converser avec cet énergumène le mettait mal à l’aise et il ne voulait que des personnes s’imaginent qu’il trainait avec des personnes de cette espèce.

« Ainsi donc, voilà la fameuse Louis Martin. Le plaisir est partagé, ne te fais aucun soucis à ce propos. »

Comment allait-il faire ? S’il attaquait directement, elle allait se braquer et ce serait la fin pour lui. Il ne pouvait pas se permettre de se faire repérer par le conseil une fois de plus car ce serait la fois de trop. Il fallait donc la jouer finement s’il ne voulait pas se faire avoir. Il reprit donc d'une manière plus posée et moins agressive que précédemment.

« Bon, étant donné que nous n’avons pas le choix, mieux vaut aborder le problème de la manière la plus mature possible. »

Poser les bases de suite était la chose la plus importante à faire. Par la suite, il allait devoir tenter de l’amadouer un minimum, même s’il doutait du succès de cette entreprise.

« Qu’est-ce que tu proposes pour la garde du jouet ? Tu as certainement une idée non ? »

Dans la tête de l’Italien, c’était clair et net, hors de question pour lui d’avoir le " bébé " le soir, sinon il traînerait dans le frigo de la confrérie, là où il ne dérangerait personne. Il n’était pas question pour lui de l’avoir au travail, pendant les cours à la rigueur, mais pas tous les jours non plus, ce qui limitait grandement ses disponibilité, à supposer que la dénommée Louis accepte sans broncher … Autant rêver car sa première impression de la jeune femme lui laissait étrangement croire qu’elle n’était pas du genre à dire amen à tout. L’Italien allait devoir batailler ferme mais il était prêt à tout pour obtenir ce qu’il voulait et il se battrait pour cela.


© Mzlle Alice.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orlando & Louis - Un bébé ? Nous ? Hors de question.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un cheval, ce n'est pas une girafe. (Pauline Hemson) || Terminé
» "A boire tavernier!" [Louix XIV, Elodie de Froulay, Louis de Mortemart]
» (M) Louis Tomlinson - Nous nous détestons mais je t'aime quand même
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Events passés :: Life Skills-
Sauter vers: