AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Dim 25 Mai - 21:48

« Vous plaisantez j’espère ? »

Je jetais un regard à la jeune femme qui avait pris très mal mes propos. Elle répliqua :

« Ai-je dis à un quelconque instant que je soutenais cela ? Il ne me semble pas. Cessez de vouloir entendre ce que vous voulez entendre. Il n’existe pas qu’une solution pour s’en sortir mais qu’elle est la vôtre alors ? Je vous écoute ? Quelle est la solution que vous proposez pour permettre à des gens qui ne possèdent rien du tout d’arrêter un commerce illégal ? Vous pensez véritablement qu’en leur disant que c’est mal qu’ils arrêteront ? Arrêteriez-vous de respirer si on vous disait que c’est mal pour la planète ? Arrêteriez-vous d’utiliser un pont alors que des centaines de personnes sont mortes pour le construire ? Arrêteriez-vous de vendre des animaux que d’autres pays achèteraient pour des milliers de dollars si cela peut vous permettre de soigner un de vos enfants gravement atteint d’une maladie que nous soignerions en deux jours ici ? »

- Je n'ai jamais dit le contraire. Vous êtes une personne que je respecte pour ce qu'elle fait, vous m'avez mal compris.

Autant rester calme, je ne m'énervais jamais pour me faire entendre, ça signifierait mon tord.

- Hélas, si c'était aussi simple, il n'y aurait plus de misère dans le monde non ? Nous ne sommes pas obligé de maximiser la souffrance d'un côté pour promouvoir le bien être d'une autre. Il n'y a aucune égalité là dedans.


« Vous ne cherchez pas l’égalité pour tous mais vous cherchez à prôner la suprématie des animaux, ce que je peux comprendre mais ne vous méprenez pas sur mes intentions et je vous permets encore moins de porter un jugement sur ce que je fais. Ne pensez pas que ces problèmes me soient étrangers, j’ai fait dans l’humanitaire, je suis déjà allée dans certains pays ou ces pratiques se font et je doute que vous puissiez véritablement concevoir la misère qui s’y cache. Vous ne semblez voir que les braconniers et les truands, mais vous êtes-vous déjà demandés s’ils faisaient cela de gaieté de cœur ? »

- La suprématie ? Je crois que vous vous méprenez lourdement. Je ne juge pas ce que vous faites, je me contente de les chercher vainement ces solutions. Je sais que vous avez fait dans l'humanitaire, seriez vous étonné de savoir que moi aussi ? Dans une certaine mesure ? Vous pensez que je parle sans savoir ? C'est bien la dernière chose que je ferais. Vous me voyez bien mal juger les gens, mais je ne juge personne. Je n'insulte personne et je ne sortirais pas une carabine pour assassiner un braconnier ou un violeur d'enfant. Je ne suis pas contre des gens, je suis contre des idées, des principes barbares. Je ne suis pas contre les braconniers, je suis contre le braconnages. Je ne suis pas contre le rasciste mais contre le rascisme, je ne suis pas anti sexiste, mais anti sexisme. Il y a une nette différence.

Encore une qui ne comprenait pas ma façon de faire ni de pensée, j'aurais presque du m'en douter.

- Ce n'est pas grave...Navré que vous ayez mal perçu mes opinions. Je suis tout autant outragé de la vie des gens à travers le monde, à ne pas en douter. Vous pensez que je ne m'inquiéte que des animaux ? Ce n'est pas faux, mais selon moi, nous sommes tous des animaux. Pour moi, tout être vivant, humain ou non humain, sont égaux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Dim 25 Mai - 21:34


Jeremy & Sidney
Laissons le passé derrière


Devant les paroles du jeune homme, Sidney ouvrit grand les yeux. La comparaison qu’il venait de faire était fort mal choisie et qui plus est, il venait de la blesser. Ce qu’il venait de dire la choquait purement et simplement. Elle ne comprenait pas qu’il puisse avoir une telle image d’elle, ou même, qu’il puisse oser faire une telle comparaison.

« Vous plaisantez j’espère ? »

Le tutoiement avait été abandonné pour repasser au vouvoiement. Qu’il ne soit pas d’accord avec elle pouvait se concevoir, mais il était totalement déplacé et même hautain de se permettre ainsi de dire que ses paroles ne tenaient pas la route.

« Ai-je dis à un quelconque instant que je soutenais cela ? Il ne me semble pas. Cessez de vouloir entendre ce que vous voulez entendre. Il n’existe pas qu’une solution pour s’en sortir mais qu’elle est la vôtre alors ? Je vous écoute ? Quelle est la solution que vous proposez pour permettre à des gens qui ne possèdent rien du tout d’arrêter un commerce illégal ? Vous pensez véritablement qu’en leur disant que c’est mal qu’ils arrêteront ? Arrêteriez-vous de respirer si on vous disait que c’est mal pour la planète ? Arrêteriez-vous d’utiliser un pont alors que des centaines de personnes sont mortes pour le construire ? Arrêteriez-vous de vendre des animaux que d’autres pays achèteraient pour des milliers de dollars si cela peut vous permettre de soigner un de vos enfants gravement atteint d’une maladie que nous soignerions en deux jours ici ? »

Elle marqua une pose, regardant droit dans les yeux ce jeune homme qui pensait tout connaitre de la vie alors qu’elle s’intéressait déjà aux autres avant même sa naissance.

« Vous ne cherchez pas l’égalité pour tous mais vous cherchez à prôner la suprématie des animaux, ce que je peux comprendre mais ne vous méprenez pas sur mes intentions et je vous permets encore moins de porter un jugement sur ce que je fais. Ne pensez pas que ces problèmes me soient étrangers, j’ai fait dans l’humanitaire, je suis déjà allée dans certains pays ou ces pratiques se font et je doute que vous puissiez véritablement concevoir la misère qui s’y cache. Vous ne semblez voir que les braconniers et les truands, mais vous êtes-vous déjà demandés s’ils faisaient cela de gaieté de cœur ? »

Sidney n’était pas véritablement hors d’elle mais elle sentait que la colère n’était pas loin. Sans le savoir, il l’avait blessé en la prenant pour une femme superficielle et ignorante et en se permettant de porter ainsi un jugement sur elle. L’infirmière laissa son café de côté. Elle n’avait plus envie de le boire et préférait juste le laisser de côté. Si elle s’en débarrassait de suite, elle aurait très certainement le droit à un sermon sur le gaspillage et étrangement, elle souhaitait éviter cela. Au final, Sidney était légèrement déçue. Elle s’était trompée sur le jeune homme et n’avait pas pensé un seul instant qu’il pourrait agir ainsi, qu’il pouvait se montrer aussi peu réfléchi voir même blessant dans ses propos.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Dim 25 Mai - 20:59

Je n'avais rien contre les personnes qui se battaient et mourraient pour défendre un pays. C'était très louable de leur part et courageux. Mais si les humains étaient un peu plus malin, il n'y aurait pas de guerre. La guerre existait que pour des choses banales, futiles, sans interet. On se battait pour un territoire, une religion, un parti politique ou une couleur de peau. C'était abject. La Terre était encore assez grande pour tous nous abriter, si on était moins égoïste, le problème d'avoir chacun son pays n'aurait pas lieu d'être. Les religions en tenaient une bonne couche aussi. Pour moi, chacun croyait ce qu'il voulait, là n'était pas le problème, c'était l'idée même qui me rebutait. Le fait de croire à un dieu masculin donnait tout les droits aux blancs, donnant l'autorisation de dominer les femmes, les enfants et les animaux, tel était la tolérance de ce dieu si grand. Je ne parlais pas non plus de la politique. On préférait largement protéger un partit insignifiant plutôt que de défendre la planète sur laquelle on vivait. Enfin, on se battait pour un oui, pour un non et on laissait tout le reste de désagréger. Mademoiselle Jefferson était courageuse de s'être lancé dedans mais je la respectais de promouvoir la vie des hommes.

« Oh, je ne savais pas qu vous étiez un chanteur ! En tout cas, je suis vraiment surprise de voir que vous voulez vous attaquer à quelque chose d’aussi gros que le Gabon. Cependant, je tiens à vous mettre en garde. Pour être au courant de ce qui se passe là-bas, le trafic est malheureusement une source de revenu pour certaines familles qui vivent dans des conditions déplorables. Les gens ne vendent pas les animaux pour se faire de l’argent facile, ils le font car c’est une nécessité pour eux, un moyen de survivre et de ne pas mourir au fin fond d’un bidonville à 28 ans. »

- Il y a bien plus gros que le Gabon. Et vos dires tiennent difficilement la route, de penser que des êtres doivent mourir pour d'autres. Ce serait comme dire que vous êtes ravi qu'il y ai des blessés et des malades pour pouvoir exercer votre métier et gagner votre vie. La pauvreté dans le monde, est un sujet que je partage autant que d'autres tels que les victimes animales, la guerre, l'hypersexualité, l’esclavage et bien d'autres. Mais il n'existe pas qu'une solution pour s'en sortir. Le cercle vicieux est présent, c'est vrai. Mais ce n'est pas une raison pour abattre la cruauté afin de compenser celle qu'on reçoit. Je suppose que vous êtes pour défendre tout ses pauvres gens, je le suis également mais je ne cherche pas à défendre et donner raison qu'à une catégorie, je cherche l'égalité pour tous.

Je vidais ma tasse avant d'avoir un petit rire et de lui demander :

- Mais je suppose que c'est un sujet que vous voyez utopique non ? Impossible ? Trop oser ? Vous n'avez pas forcément tord...Mais il faut au moins un pauvre fou pour la défendre...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Dim 25 Mai - 20:38


Jeremy & Sidney
Laissons le passé derrière


La réponse de Jérémy semblait indiquer qu’il ne portait la guerre en haute estime, pour ne pas dire qu’il n’appréciait pas le moins du monde cette pratique. Sidney n’avait pas un avis très impartial vis-à-vis de cette question. Si elle s’était engagée, c’était d’une part pour suivre l’amour de sa vie, mais également pour se rendre utile. La guerre est quelques chose d’horrible mais les soldats ne sont que des pions au service du gouvernement et ils méritent plus que tout homme de recevoir des soins médicaux, de recevoir un peu de tendresse après l’horreur des massacres. Rien n’était pire que l’armée, il avait raison sur ce point, mais tort également. L’armée ne se résumait pas uniquement au combat. C’était également solidarité, entraide et une approche différente de la vie.

Les militaires étaient généralement plus sensibles aux petits plaisirs de la vie, plus attentifs à certaines choses dans la majorité des cas, droits, impliqués et dévoués entièrement à la protection de leur patrie.

Cependant, Sidney ne souhaitait pas entrer sur ce terrain-là avec lui et préférait de loin se concentrer sur l’autre sujet qui n’était autre que les astuces pour voyager moins cher. Les raisons qui motivaient son voyage lui semblaient fort louables mais malheureusement, elle ne se faisait guère d’illusions. Elle savait très bien que les écologistes qu’ils soient radicaux ou non avaient bien du mal se faire entendre dans ce monde ou l’argent et le bénéfice étaient maitres mots.

Le fait que ce surveillant soit un chanteur surprit agréablement la jeune femme qui trouvait que les chanteurs engagés avaient le don d faire des textes marquants et puissants.

« Oh, je ne savais pas qu vous étiez un chanteur ! En tout cas, je suis vraiment surprise de voir que vous voulez vous attaquer à quelque chose d’aussi gros que le Gabon. Cependant, je tiens à vous mettre en garde. Pour être au courant de ce qui se passe là-bas, le trafic est malheureusement une source de revenu pour certaines familles qui vivent dans des conditions déplorables. Les gens ne vendent pas les animaux pour se faire de l’argent facile, ils le font car c’est une nécessité pour eux, un moyen de survivre et de ne pas mourir au fin fond d’un bidonville à 28 ans. »

La misère dans ces pays était bien réelle et elle n’était nullement feinte. Combien de mère perdaient leurs enfants avant leur premier anniversaire ? Combien d’enfants étaient orphelins car leurs parents avaient été emportés par une maladie face à laquelle les citoyens des pays développés riaient au nez ? Bien trop selon l’infirmière. Elle comprenait le point de vue de Jeremy mais ne tomberait certainement jamais d’accord avec lui, ils étaient trop différents et leurs objectifs divergeaient bien trop pour cela.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Jeu 8 Mai - 23:51

« Vous savez, je ne suis de retour depuis très longtemps, c’est la première fois que je suis exposée à ses rumeurs mais bon, quand on a connu la guerre et qu’on a été dans l’armée, ce n’est pas une gamine cachée derrière un micro qui peut vous briser. »

- En effet, je suppose que rien n'est pire que l'armée...

Répondis-je d'un ton un peu...Triste ? Quelque chose comme ça, je ne trouvais pas le bon terme. Mais l'armée, se rallier à la guerre, un sujet qui me rendait malheureux dans bien des angles. Non, mon passé n'avait rien à voir avec la guerre, pas même que ma famille ou ma vie en général. Mais je n'avais pas besoin de ça pour avoir mal de la guerre. La guerre était une chose horrible, qui détruisait les peuples, la planète entière. Savez-vous combien d'argent était investi chaque année dans l'industrie de la guerre ? 1 464 milliard de dollars...C'était parfaitement minable quand on savait à quel point des humains souffraient de la pauvreté, du manque de soin et de malnutrition. Au lieu de ça, on préférait investir dans le massacre d’innocents.


« Pour voyager à bas prix, il est plus facile de surveiller régulièrement les prix des vols, et surtout, il faut être prêt pour partir du jour au lendemain presque. Les compagnies aériennes ont tendance généralement à baisser fortement leurs prix pour remplir les avions, donc au dernier moment. »

Bon. Et bien j'allais surveiller cela alors si ça pouvait m'aider à épargner un peu d'argent trop inutilement. De toute façon, j'allais voyagé en basse classe, ça s'était certain. Etre prêt à partir du jour au lendemain allait être difficile si besoin mais bon, on était jamais assez prêt dans la vie non ? Ce n'était pas ça qui allait m'empêcher d'arriver à mon objectif. J'avais prévu de partir durant les vacances d'avril, donc d'un autre côté, je n'avais pas beaucoup de choix. Enfin, je paierais le prix qu'il faudra. Alors que je bu une nouvelle gorgée de café, la jeune femme me demanda :

« Puis-je demander pourquoi ce pays en particulier ? As-tu quelque chose de particulier à y faire ou est-ce juste pour visiter ? Si ce n’est pas trop indiscret évidemment. »

Je reposa la tasse sur mes genoux en regardant l'infirmière avant d'esquisser un petit sourire et lui répondre :

- J'ai quelque chose à y faire en effet. J'essaye d'user au mieux des quelques talents artistiques que j'ai pour dévoiler des vérités au monde. Certaines sont déjà connu mais si peu approfondi. Je me rends au Gabon pour capturer entre autre la vérité sur le trafic d'espèces animales. J'ai l'habitude de composer des chansons pour dénoncer la détresse qui s'empare de notre monde, en particulier concernant les animaux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Jeu 8 Mai - 18:17


Jeremy & Sidney
Laissons le passé derrière


« Vous savez, je ne suis de retour depuis très longtemps, c’est la première fois que je suis exposée à ses rumeurs mais bon, quand on a connu la guerre et qu’on a été dans l’armée, ce n’est pas une gamine cachée derrière un micro qui peut vous briser. »

En y repensant, Sidney avait agi sans aucune retenue, se laissant totalement déborder et battre par la Voix, mais en y réfléchissant et en y repensant à tête reposée, elle n’en valait pas la peine. En étant dans la Navy, Sidney en avait connu des vertes et des pas mûres, elle avait souffert, avait été rabaissée et ses années de formations militaires n’avaient pas été les plus belles de sa vie. Heureusement pour elle, elle avait toujours pu compter sur le soutien de son cher Fox pour garder la tête hors de l’eau, le temps de s’habituer lentement à tout ceci.

A présent, elle était seule mais au final, les attaques étaient nettement moins véhémentes et bien moins difficiles à vivre.

Sidney fut rassurée lorsqu’il lui dit qu’il lui confirma qu’ils pouvaient reprendre leur conversation laissée en plan. Parle de voyages était quelque chose qui lui tenait tout particulièrement à cœur et qui l’intéressait grandement. Jeremy ne lui demandait pas son avis sur les endroits qu’elle avait visité mais il cherchait tout simplement à trouver des astuces pour voyager le moins cher possible.

Elle réfléchit un moment, recherchant dans ses souvenirs et les conversations qu’elle avait eu avant de lui donner une réponse qui pourrait l’aider, ou du moins elle l’espérait.

« Pour voyager à bas prix, il est plus facile de surveiller régulièrement les prix des vols, et surtout, il faut être prêt pour partir du jour au lendemain presque. Les compagnies aériennes ont tendance généralement à baisser fortement leurs prix pour remplir les avions, donc au dernier moment. »

C’était le seul conseil qu’elle pouvait lui donner, étant donné qu’il n’en avait pas grand-chose à faire de son avis. Elle lui sourit avant de boire à nouveau son café. Elle se demandait pourquoi le Gabon, pourquoi ce pays en particulier, qu’est ce qu’il pouvait bien avoir pour attiser l’intérêt de cet homme ? Sidney ne pensait pas que c’était un choix fait sur un coup de tête car comme il venait de le rappeler, il n’avait pas de gros moyens, ce qui signifiait donc qu’il y allait plus par besoin, comme si une mystérieuse mission l’y poussait.

« Puis-je demander pourquoi ce pays en particulier ? As-tu quelque chose de particulier à y faire ou est-ce juste pour visiter ? Si ce n’est pas trop indiscret évidemment. »

A tous les coups, il en voulait pas expliquer le pourquoi du comment mais au moins, l’infirmière aurait essayé de le faire parler pour en apprendre plus sur lui.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Ven 2 Mai - 23:20

« Oui, ça va aller, ne t’inquiètes pas pour moi. J’ai juste été surprise par cette Voix mais j’ai connu bien pire. »

J'haussais les sourcils en baissant le regard vers ma tasse avant d'affirmer :

- Bien pire ? Cette Voix cherchera toujours à être "bien pire". C'est la première fois qu'elle vous fait ce coup là ?

Je n'étais pas très discret. Où était passé mon respect pour la vie privé des autres ? Remarquez, si elle n'avait pas envie de répondre, elle était dans son droit. Moi personnellement, la Voix ne m'avait jamais affecté. Est-ce que je ne l'intéressait pas ? Ma vie n'était pas grandement passionnante et il n'y avait que depuis peu de temps que j'étais pion dans cette école. J'étais également très discret et semblait avoir une vie dénué de toute chose à reprocher, ce qui n'était évidemment pas le cas même si j'essayais très au mieux correct. Ce n'était pas facile étant donné mon ambition à faire valoir mes idées et ne pas vouloir laisser notre pitoyable société dicter ma vie et devenir un mouton comme tout les autres. Si j'avais le pouvoir de renverser le gouvernement, je l'aurais probablement fait. J'en pouvais plus de supporter cette civilisation qui se disait "moderne" alors qu'elle prônait le meurtre et l’esclavage à tout bout de champ sans s'en rendre compte, comme si tout était normal. Ma foi en l'humanité était très limité mais je la conservais en ceux qui me soutenais et dieu merci, ils étaient pas mal nombreux quand même.


« Je suppose que reprendre la conversation que nous avions tout à l’heure est proscrit. Cependant, vous avez parlé de voyages et je voulais juste que vous sachiez que si vous avez besoin de conseil sur des destinations, je peux aisément vous renseigner. J’ai eu la chance de faire le tour de monde, et quand je dis le tour, ce n’est pas une façon de parler. J’ai visité les cinq continents et bien souvent ce n’était pas les zones les plus touristiques, au contraire. »

Je bus une gorgée de mon café, qui n'était pas des meilleurs mais bon. Je lui répondis quand elle parlait de proscrire la question :

- Non non du tout.

Puis, elle me parlait de notre sujet de voyage. Il était vrai que j'avais beaucoup voyagé dans ma jeunesse mais maintenant la plupart de mes voyages se résumaient à un séjour dans ma famille en France. Cependant, ce qu'elle m'annonça m'intéressa tout de même. Un intérêt qui se voyait sans doute dans mon regard que j'avais porté sur elle alors qu'elle parlait.

- Conseils, peut-être pas. Mais vous pourriez peut-être m'aider. Si vous connaissez des compagnies aériennes à d'assez bas tarif, ça m'arrangerait. J'ai un voyage à faire au Gabon de prévu mais c'est assez difficile à organiser avec mes faibles moyens. Bien sûr, je pense m'en sortir sans aide mais si jamais j'avais une chance de payer le moins possible, ça m'arrangerait.

Mon prochain projet : partir au Gabon et faire un clip sur le trafic animal. J'avais prévu de travailler la chanson plus tard mais pour le moment, je devais me concentrer sur ce voyage là que je devais faire avec mon ami monteur vidéo. C'était lui qui réalisait les clips, moi je me contentais de chanter et faire la musique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Ven 2 Mai - 21:19


Jeremy & Sidney
Laissons le passé derrière


Sidney avait fermé la salle d’examen et s’était dirigée par la suite vers la cafétéria en compagnie de Jeremy. Sur le chemin, ils n’avaient que peu parlé, attendant d’être à l’infirmerie pour pouvoir reprendre leur conversation, comme s’il était d’une importance vitale que personne ne l’entende.

Dans les couloirs, les quelques personnes présentes avaient tendance à dévisager Sidney, ce qui la mettait mal à l’aise. Cependant, la jeune femme ne disait rien, préférant garder la tête haute et ignorer tous les bruits de couloirs. Arrivée à la cafétéria, elle commanda un latte machiato et une fois servie, elle se dirigea vers l’infirmerie en compagnie de Jeremy.

Une fois entrés dans la pièce, elle lui désigna la chaise installée face son bureau, avant qu’elle ne se laisse elle-même tomber dans son fauteuil, après avoir déposé son gobelet sur le bureau. Son geste n’avait pas dû être assez explicite puisqu’il préféra s’installer sur l’un des lits réservé aux malades. Elle le laissa faire et s’installa plus confortablement dans son fauteuil. Elle prit une gorgée de sa boisson chaude, la savourant avec plaisir.

C’était peut-être stupide mais cette boisson lui avait fortement manquée. Durant toutes les années où elle avait été à l’armée, elle n’avait eu à boire que du café sans goût et plus qu’imbuvable. Le genre de breuvage qu’on préférait même éviter ou que l’on consommait comme cela, sans aucun plaisir. Après avoir quitté l’armée et durant ses longues années d’errances à travers le monde, le café était également proscrit la majorité du temps, alors pour avoir un latte, il aurait fallu qu’elle se lève de bonne heure et qu’elle le fasse elle-même. Pour bon nombre de personnes, ce n’était pas grand-chose, ce n’était qu’une boisson mais quand on avait appris à connaître la valeur des choses, on n’y accordait plus la même importance, tout simplement.

Jeremy lui demanda par la suite si elle allait mieux à présent. C’était peut-être stupide mais le fait d’être de retour dans son petit cocon qu’était l’infirmerie la rassurait grandement et la mettait à l’aise, alors oui, elle pouvait se permettre d’affirmer qu’elle allait mieux.

« Oui, ça va aller, ne t’inquiètes pas pour moi. J’ai juste été surprise par cette Voix mais j’ai connu bien pire. »

Lorsqu’elle était étudiante ici, elle ne se souvenait pas que la Voix était présente également, ou alors elle avait eu la chance de toujours passer à côté de ces rumeurs, pour son plus grand plaisir. A présent, Sidney avait l’impression de retrouver l’horrible sensation qu’était celle de se retrouver sous le regard des gens. L’impression qui rend mal à l’aise les gens et qui leur donne l’impression d’être un animal de foire. Cette horrible impression qui l’avait hanté durant quelques-unes de ces années au lycée.

Elle sortit son portable et le déposa sur son bureau, ainsi, elle n’oublierait pas d’envoyer un message à Dana, une fois que Jeremy serait parti. Elle reporta son attention sur le surveillant, après avoir pris une nouvelle gorgée de sa boisson.

« Je suppose que reprendre la conversation que nous avions tout à l’heure est proscrit. Cependant, vous avez parlé de voyages et je voulais juste que vous sachiez que si vous avez besoin de conseil sur des destinations, je peux aisément vous renseigner. J’ai eu la chance de faire le tour de monde, et quand je dis le tour, ce n’est pas une façon de parler. J’ai visité les cinq continents et bien souvent ce n’était pas les zones les plus touristiques, au contraire. »

Les bidonvilles ou les petits villages d’Asie et d’Afrique ne constituaient pas en premier lieu les endroits que l’on pourrait qualifier de touristique, bien au contraire. Pourtant ces endroits avaient profondément marqués Sidney et l’avaient conforté dans son choix de rester au service des autresDe temps en temps, durant les rares moments où elle ne savait pas quoi faire, il lui arrivait de songer à eux, à toutes les personnes qu’elle avait rencontré et fréquenté dans le passé, à toutes les personnes qu’elle avait appris à connaître au fil de ses missions.
.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   Dim 30 Mar - 0:30

« Hum, ce que je peux vous proposer c’est qu’on aille se chercher un café à la cafétéria et que nous poursuivions notre conversation à l’infirmerie, ainsi, en cas d’urgence, je serai sur place. »

Pour résumer les faits, je devais surveiller une classe en examen avec la jeune infirmière de l'école. Une intervention de La Voix chamboula les deux heures d'examen prévu en lançant une rumeur bien mauvaise sur mademoiselle Jefferson. Rumeur que je me refuserais à rediffuser dans ce scénario là. Enfin bref, nous avions alors quitté la salle de classe avant de se diriger vers la cafétéria pour prendre un petit quelque chose. Je penchai pour un simple café, sans une goutte de lait et à peine un sucre. Non pas que je n'aimais pas le café au lait, mais étant donné que je ne consommais que du lait végétal, je ne pouvais pas me permettre de mettre mes goûts en avant pour cette fois. Ce n'était pas bien grave, ceci m'allait parfaitement. J'attendis que la jeune femme fasse son choix et la laissa me conduire jusqu'à l'infirmerie, son antre.

Personnellement, ce n'était pas un endroit que j'appréciais vraiment. Tout ce qui étaient médecins et tout ça, ça n'avait jamais été mon truc. Pourquoi ? Eh bien parce qu'ils étaient tous ancré dans notre société consumériste et défendaient les lobbys actuels comme si leur vie en dépendaient. Je ne vous racontais même pas le nombre de toubib ayant annoncé ma mort prochaine sous prétexte que j'étais vegan. Ils faisaient peur à tous ceux désireux de m'imiter, leur faisant croire aux carences et autres débilités de ce genre. Enfin, je préférais tout de suite oublier ce sujet là avant de m'énerver tout seul. Ne sachant pas trop où me poser, je pencha pour le lit destiné normalement aux malades. Je bus une gorgée de mon gobelet de café et observait la pièce. C'était calme et je savais apprécier ce genre de moment. Mon regard s'attarda sur ma montre, indiquant qu'il restait une petite heure encore normalement consacré à un examen déjà raté. Après cela, j'allais devoir retourner à mon boulot de pion, pas franchement passionnant mais tant qu'il me permettait de gagner ma croûte, ça m'allait très bien. Finalement, je jetais un oeil à la jeune femme et demanda :

- Ca va mieux ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il arrive que l'extrémisme d'une époque devienne la vérité d'une autre [Sidney]
» Anthony arrive
» Un train, et il(s!?) arrive(nt...)
» Elle arrive !!!
» Arrive en furie [PV Céline]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: