AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   Jeu 8 Mai - 15:43

Dwight, un étudiant en économie était venu éclairer ma lanterne. Mais qu'avais-je fait ? Bien que je venais d'arriver, il suffisait d'avoir des oreilles et des yeux pour savoir que les Khi et les Pi sigma n'étaient pas compatibles. Or, je le savais, les Khi seraient ma confrérie. C'était mon désir, et c'était la confrérie qui me ressemblait le plus. Mais la petite future Khi, et le grand PS, tout nous opposait. Peut-être la raison pour laquelle nous étions nous rapprocherait jusqu'à effacer les préjugées ? En attendant, mon "prof" improvisé avait lâché un soupir assez fort pour que je l'entendes. Je n'étais pas sourde, surtout quand ça me concernait. Bien que le plus souvent, être sourde m'arrangeait bien. Muette, il n'y avait pas besoin je l'étais déjà, un peu.

Le Running Back se leva et se mit à faire les cents pas de l'autre côté de la table. Comme je devais m'y attendre, ce que je lui avais dit ne lui avait pas plus, pas plus du tout. Les Khi n’avaient pas l’air d’être sa tasse de thé : j’étais mal barrée.

Alala Miranda, j'ai bien fait de te prendre sous mon aile en fait parce que la c'est la merde, y'a pas à dire. Avant de partir dans un sempiternel débat sur l'inutilité profonde de la confrérie des Khis, je te poserais une question. Cette question c'est "Pourquoi ?" et une fois que j'aurais eu ta réponse, je te donnerais mon avis. Je crois que personne ne t'as vraiment rencardé sur les Khis, sur l'impact que ça va avoir sur ta vie estudiantine et surtout sur ta santé morale. Concernant les Nu Zeta, être écologiste, c'est bien, je suppose que cela fait parti de tes convictions, je respecte ça, mais la encore ce que j'apprécie, c'est ton sens aigu de la droiture j'imagine ? Oui tu as l'air sérieuse, tu le portes sur toi. Par contre, si justement tu es comme ça, je suis vraiment curieux de savoir en quoi te correspond les Khi.

Son ton était intrigué tout en restant assez léger. Mais tout dans ce récit allait contre les Khi. Or, je me voyais mal aller ailleurs. Hormis les écologistes, à la rigueur, bien que j’avais un peu de mal avec certaines de leur idées, c’était pour moi la seule confrérie qui me correspondait en tous points. Je partageais certaines convictions des NZ, mais ils étaient « too much » à mon goût. La nature, l’environnement, c’est bien. Mais il y a des choses qui se doivent de passer avant et ce n’est pas en se privant de steak que l’agriculture va mieux se porter. Ce régime alimentaire sera peut-être utile dans 50, 80 ans, mais pour l’instant, si un tiers de la planète devenait végétarien les éleveurs se casseraient la figure, tout comme les bouchers et toutes les entreprises qui touchaient à la viande de près ou de loin.
Ensuite, les Alpha. Il y avait quelque chose d’extraordinaire chez, eux, je dois l’admettre. Une façon de penser, une imagination, que je rêverai d’avoir. De plus, ils sont réunis dans une même confrérie tout en étant à la fois si proches et si éloignés les uns des autres. Les danseurs, chanteurs, cohabitait avec les dessinateurs et les photographes, en étant unis par le même point commun qui était toute leur vie : l’art. Oui, c’était une sorte de modèle, un modèle absolument fascinant. Néanmoins, je n’avais demandé cette confrérie que par défaut, et je savais bien que je n’y rentrerais pas.
Les autres, étaient encore plus éloignés de moi, de ma façon de penser, de ce que j’étais. Les Sigma Mu étaient tout à fait mon opposé. Quoique, leur façon de dire merde à la société à quelque de chose de... magique ? Mais là encore, comme les NZ, je les trouve « too much ». C’est une chose de dire ce qu’on pense, de s’en foutre ou de vouloir changer la société, mais il faut rester ouvert. Et c’est pas en fumant du chit ou en se saoulant que vos convictions se font entendre. Non, il faut suivre la démocratie, formidable invention et avancer de manière intelligente, en se respectant soi-même et pas en s’autodétruisant.

En tout cas c'est bien, tu sais attiser la curiosité, ça tu vois, c'est un peu plus indéniable ! Maîtrise de la langue, attiser les convoitises, ça passe par le langage, la tenue, l'expression, le maintien du corps, et la en tout cas tu es bien partie. En plus tu es jeune, donc la dessus tu as tout le temps devant toi pour prendre confiance et te mettre à l'aise. Par contre, j'ai une autre question pour toi.

Après une courte pause, il avait repris. Malgré le fait qu’il m’avait vexé sur la confrérie que je comptais rejoindre, je notais avec minutie ses conseils dans ma petite tête. Ils étaient tous précieux, et je savais qu’il avait raison. Pour réussir, il fallait se démarquer, avoir une « truc en plus » que les autre non pas. Et oui, je le suis sur ce point : le language, l’espression, la tenue, et tous ces petits détails, étaient en fait primordial.

Bien, j’ai compris et retenu. Il faut que j’arrive à effacer ma timidité. Ahah, mais que c’est marrant, je ne suis pas sortie de l’auberge. C’est pas aussi facile que de changer de pantalon ! La meilleure solution serait peut-être … après tout, oui pourquoi pas. J’avais lu sur un prospectus de l’établissement qu’il y avait un club de théâtre. C’était bien connu, le théâtre était parfait pour vaincre sa timidité. Encore fallait-il qu’ils m’acceptent. Enfin, on verra ça plus tard.

Pour l’instant, mon second prof d’économie a une question pour moi. Je ne sais pas pourquoi mais je le sentais pas. Il chercha mon regard, et finis par le trouver. Je le soutiens 2 secondes, et finis par lâcher. Trop dur.

Tu aimes la politique, l'histoire, les maths et pleins d'autres choses, c'est bien. Tu es studieuse. Mais moi, j'aimerais savoir autre chose de toi Miranda. Tu aimes quoi dans la vie de tous les jours ? C'est quoi tes passions, tes occupations, tes passes temps ? Tu m'as cité des choses très sérieuses présentement, c'est bien, mais tu vois en économie et en commerce, ne perds jamais de vu QUI tu as en face de toi. Ici je suis un jeune, comme toi, ton aîné certes, mais un jeune. Donc pas de vouvoiement, adapte ton langage par rapport à la personne que tu as face à toi. Tu peux être respectueuse et polie en me tutoyant, ça te permet de briser la glace tout en restant ouverte. Puis personnellement, je veux en savoir plus sur toi. Miranda, la jeune fille. Pas sur ta passion des maths. Mais dans un sens c'est bien, ça peut t'ouvrir des portes de dialogue tout ça, si la personne en face de toi partage tes idées, c'est un plus ! Mais vas-y je t'écoute, et la, vends moi du rêve.


Oui, c’est ça. Du rêve. Heuu …Quel magasin déjà ? J’ai pas ça en stock, moi. Je me base sur du concret, j’aimerai bien savoir rêver mais je sais pas. Je ne sais juste que penser, réfléchir. Le rêve ça peut être bon mais faut pas en abuser non plus. A forte dose, c’est toxique. M’enfin, c’est pas avec moi qu’il va en mourir, ça c’est sûr.

D’abord, je voudrais répondre à ta … première question. « Pourquoi ? ». Eh bien, figure toi que ce principe de « caser » les gens par groupe ne me plait pas forcément. Mais après tout, ce n’est peut-être pas le but. Il s’agit peut-être simplement de regrouper les gens qui pensent de la même façon, pour obtenir une sorte d’harmonie, pour qu’elles avancent ensemble. Ou pour éviter des meurtres, aussi. Moi, je me reconnais dans la philosophie des Khi. Certains arrivent à s’échapper, à penser à autre chose en dessinant, ou en faisant les magasins, et ben moi c’est en travaillant. Pour moi, faire les magasins est une corvée, pour dautre c’est faire ses devoirs qui est une corvée. Alors tout, est relatif. C’est pour ça que tu ne peux pas dire que les Khi sont inutiles. Ça peut te paraitre dingue, mais tous le monde est différent et tu ne peux pas nous empêcher d’exister. Tu peux essayer de nous changer, mais ça serait mal. C’est comme si je te forçais à passer ta vie à la bibliothèque. Quant à la santé morale des gens qui sont passionnés par leur études, encore plus que TOI. Eh bien, je dois dire que moi ça va. Ce n’est pas parce que je ne sors pas en boite que je suis malade ou dépressive. C’est un choix, je n’aime pas ça. Ensuite, pour ta seconde question, j’y est déjà répondu, en quelque sorte. Miranda, la jeune fille, aime étudier. Lire, suivre les débat politiques, les affaires de justice, la bourse tout ça …. Je n’ai jamais vraiment essayé quelque chose. Bien sûr, il y a des choses qui m’attirent, mais voilà. J’adorerais savoir dessiner, chanter ou un truc du genre. Ou encore être douée en sport et faire du patinage artistique. Mais non, je suis moi et j’y changerais rien. C’est ma philosophie, on ne change pas une personne, sa personne on l’a prend comme elle est.

Je reprends moi souffle, et poursuis :

Ça te va ? Je sais que je ne vends pas de rêver, mais j’ai pas ça, désolée
.

Il y a des fois ou je m’étonne moi-même. C’est fou, quand je m’emporte dans mes récits je ne suis plus la même. Le temps d’un débat, ma timidité avait disparue. Peut-être que je finirai par y arriver. Arriver à prendre sur moi pour vaincre ma peur des gens. Mais pas là, tout de suite. Oui, je sais, je me contredis. Néanmoins, pour moi, la timidité est une peur. Et même si les peurs font aussi parties de notre être, les éliminer nous rends plus fort.

Sauf que pour l'instant, j’ai un pressentiment un peu trop fort que la suite ne sera pas aussi belle que les contes de fées.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   Jeu 8 Mai - 11:18


Parfois, j'aimerais partir

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ft Miranda



HRP: J'ai rencentré sur les dialogues plus que la narration ici, c'est un choix volontaire afin de dynamiser encore plus le rp ! Dwight étant un perso faisant passer plus de chose à l'oral.

Je suis assis, de façon décontracté, ma lourde et imposante veste me gênant je n'hésitais pas à l'enlever tandis que mes yeux ne lâchaient pas Miranda du regard. Elle est jeune, mais ce n'est pas un problème, on voit sur les traits fins de son visage que c'est une fille qui deviendra très jolie plus tard. Pour une fois je ne la regarde pas autrement, impossible, c'est une petite à mes yeux, et je ne suis pas comme certains ici, pédophile. Puis j'ai Leahna, et elle devra se lever tôt la fille qui me fera tourner la tête. La discussion et ma mission envers Miranda était simple, lui vendre l'économie, le commerce et principalement ce sport oral qu'était la vente. Oui, le tout est indissociable, et tout cela passe par une aisance orale sans précédent, afin de pouvoir captiver, de séduire la personne à qui l'on veut vendre un produit ou un service. Ici je n'attends pas de Miranda qu'elle se transforme en parfaite Traders, mais c'est plutôt un exercice pour la mettre en condition. Sa petite voix s'éleva et elle obtint ainsi toute mon attention !

"Je m’appelle Miranda Park, je suis en Freshman A. Mes choix de confrérie sont Khi Omikron, Nu Zeta et Alpha Psy mais je préfère de loin les Khi. C’est la confrérie qui me correspond le plus, de mon point de vue. Ah … Et je m’intéresse beaucoup à l’économie, comme vous le savez, je souhaite en faire mon métier plus tard. J’aime également la politique, la littérature, l’histoire, les langues je fais de l’anglais, du français et du chinois. Les maths également. J’ai des convictions, je défends la cause écologique mais toujours dans le bon sens, je ne souhaite pas que ça nuise à la société. A vrai dire, je suis plutôt timide, réservé. Heu … Que dire d’autre ? Je viens juste d’arriver à Wynwoodhs, je suis interne et je viens d’Angleterre, de Londres, plus précisément. "

Je la regarde et la je fais une grimace bien visible et un "tssss" assez audible. Oui j'avais crissé des dents à l'entente de ses choix de confrérie. Enfin surtout une concrètement. Les Khis. Putain y'a personne dans cette école qui est foutue de la renseigner sur l'inutilité profonde de cette confrérie ? Bordel les Khis ils loupent le meilleur moment de leur vie, ils loupent leur jeunesse, tout ça pour quoi ? Les études ? Oui c'est important les études, mais quoi ? C'est tout ? Et la fougue de la jeunesse dans tout ça ? On ne sera jeune qu'une fois, à quoi bon se tuer pour une cause unique quand on peut faire les deux à la fois ? Je n'ai jamais compris et je ne comprendrais jamais ces débiles pas foutu de se botter le cul. Nina et moi, Dwayne aussi, nous sommes les parfaits exemples. On peut sortir, s'amuser, faire la fête, faire des rencontres, et finir dans le top 10 des étudiants de Wynwood. Puis je trouve ça d'un ringard de passer sa vie dans une bibliothèque. Je me lève alors de ma chaise, faisant les 100 pas devant la table. Je regardais ensuite Miranda, au moins une chose était positive, elle faisait un effort ! Être jeune est un désavantage dans ce genre d'exercice. On a de la réserve, on est parfois plus timide, quoique ça dépend des personnalités après, ici c'était le cas.

"Alala Miranda, j'ai bien fait de te prendre sous mon aile en fait parce que la c'est la merde, y'a pas à dire. Avant de partir dans un sempiternel débat sur l'inutilité profonde de la confrérie des Khis, je te poserais une question. Cette question c'est "Pourquoi ?" et une fois que j'aurais eu ta réponse, je te donnerais mon avis. Je crois que personne ne t'as vraiment rencardé sur les Khis, sur l'impact que ça va avoir sur ta vie estudiantine et surtout sur ta santé morale. Concernant les Nu Zeta, être écologiste, c'est bien, je suppose que cela fait parti de tes convictions, je respecte ça, mais la encore ce que j'apprécie, c'est ton sens aigu de la droiture j'imagine ? Oui tu as l'air sérieuse, tu le portes sur toi. Par contre, si justement tu es comme ça, je suis vraiment curieux de savoir en quoi te correspond les Khi."

Je marque un court temps de pause puis je reprends sur ce même ton à la fois intrigué, mais jovial.

"En tout cas c'est bien, tu sais attiser la curiosité, ça tu vois, c'est un peu plus indéniable ! Maîtrise de la langue, attiser les convoitises, ça passe par le langage, la tenue, l'expression, le maintien du corps, et la en tout cas tu es bien partie. En plus tu es jeune, donc la dessus tu as tout le temps devant toi pour prendre confiance et te mettre à l'aise. Par contre, j'ai une autre question pour toi."

Je marque un temps de pause afin de chercher son regard, cette question, je ne sais pas si elle s'y attend, mais sa réponse va déterminer grandement mon comportement avec elle.

"Tu aimes la politique, l'histoire, les maths et pleins d'autres choses, c'est bien. Tu es studieuse. Mais moi, j'aimerais savoir autre chose de toi Miranda. Tu aimes quoi dans la vie de tous les jours ? C'est quoi tes passions, tes occupations, tes passes temps ? Tu m'as cité des choses très sérieuses présentement, c'est bien, mais tu vois en économie et en commerce, ne perds jamais de vu QUI tu as en face de toi. Ici je suis un jeune, comme toi, ton aîné certes, mais un jeune. Donc pas de vouvoiement, adapte ton langage par rapport à la personne que tu as face à toi. Tu peux être respectueuse et polie en me tutoyant, ça te permet de briser la glace tout en restant ouverte. Puis personnellement, je veux en savoir plus sur toi. Miranda, la jeune fille. Pas sur ta passion des maths. Mais dans un sens c'est bien, ça peut t'ouvrir des portes de dialogue tout ça, si la personne en face de toi partage tes idées, c'est un plus ! Mais vas-y je t'écoute, et la, vends moi du rêve."

Finalement, je me prenais au jeu plus que je ne le pensais, bon le fait qu'elle veuille devenir une Khi est une tare, mais elle ne l'est pas encore non ? Je peux encore faire pencher la balance ! Je peux en faire mon poulain de cette gamine ! Enfin ça dépendra de ses réponses du coup, parce que si elle reste Khi, elle aura un ennemi supplémentaire de taille qui se fera une joie de pourrir son existence.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   Mer 23 Avr - 19:29

Visiblement, mon visiteur n’était pas du genre discret. Ses baskets grinçaient sur le sol, et sa marche sonore. Il avança jusqu’à moi, pour finir par se poster en face. Il n’avait pas l’air très content, et je craignais un peu la raison de sa venue. Un nouveau persécuteur ? Je ne serais tranquille nulle part, donc ? Je levais les yeux de mon livre, séparait ma pile de livre en deux pour plonger dans le regard du grand black. Je priais de toutes mes forces pour qu’il ne me veuille aucun mal, dans le cas contraire, j’étais foutue. Je le saluais poliment, en bégayant néanmoins.

Bonjour Miranda. Je suis Dwight, Dwight Young, c'est la mère Palmer qui m'envoie.


Quand il me salua, j’ai bien faillis faire une crise cardiaque. Voyez-vous, quelqu’un qui vient vous adressez la parole alors que vous ne le connaissez pas –dans une bibliothèque en plus- et qui vous salue avec votre nom, ça fout les jetons ! Finalement, je me détendis. Ainsi, c’était Mme. Palmer qui l’envoyait. Il n’avait pas l’air ravi, et j’étais assez altruiste pour le plaindre. Le pauvre, il avait rien demandé et on l’envoyait informer une petite jeune, ridicule par-dessus le marché. J’avais bien conscience qu’il aurait préféré une jolie blonde.

Mme.Palmer... Vraiment une femme très gentille. La veille, à mon premier cour d’éco (ma matière préférée, vous vous en doutez), j’étais allée me présenter à la fin du cours. Elle avait été très sympa, et m’avait promis de me renseigner sur les métiers du monde économique. Et bah nous y voilà.

Désolé, Madame Palmer vient seulement de me prévenir il y a quoi, dix minutes que je devais te rejoindre ici, et ce n'était pas prévu, du coup je tirais un peu la tronche mais t'en fais pas tu n'es pour rien, je ne t'en veux pas à toi ! Il sourit, sincèrement d’après ce que je pouvais décrypter de son expression. Malgré tout, je me sentais quand même coupable.

Non c’est de ma faute … Tu peux y aller si tu veux, je veux pas te... déranger. Merci…en tout cas.

Elle m'a dit que tu t'intéressais au commerce et à l'économie, et que peut être tu envisageais une carrière la dedans c'est ça ? Pour ma part et tu t'en doutes, elle m'a demandé de te parler un peu de tout ça, et de veiller un peu sur toi. Donc que dirais-tu de faire connaissance avant que l'on entame la partie sérieuse ? Vois le comme une sorte de teste ! Si tu veux faire carrière dans ce genre de milieu, la timidité tu dois la laisser au placard, avoir confiance en toi, te vendre et vendre tes idées ! Tu apprendras aussi à avoir un sourire de circonstance ! Mais la je n'en ai pas rassure toi, même si elle m'a pris au dépourvu, ça ne me dérange pas de m'occuper de toi ! Je sais ce que c'est de débarquer dans un campus aussi grand où l'on ne connait personne, encore plus pour une jeune fille comme toi.


Sa voix était plus joyeuse, je voyais bien qu’il faisait des efforts. Ça me plaisais, c’était très sympa de sa part. Je hoche la tête avec le plus de conviction possible. En tout cas, pour vendre ses idées, il est bon. Si il me ventait les bienfaits d’un aspirateur, je l’aurais acheté sans hésiter !

-C’est ça. Je souris.

Bien, ça me parait déjà mieux. Il essaie de me mettre en confiance et ça marche.

Alors je reprends, je suis Dwight Young, 19 ans, étudiant en section économie/commerce avec une spé en relations internationales. A côté je fais partie des Pi Sigma et de l'équipe des Cannonballs dont je suis le Running Back titulaire. Et toi Miranda, parle moi un peu de toi.


Eh bien je crois que personne à part Mme. Palmer n’aurais pu mieux me renseigner que Dwight. Etudiant en économie et commerce, spécialisation en relations internationales, c’est la section qui m’attire le plus pour le moment. Mes parents ne cesse de me répéter de j’ai le temps, et blablabla, mais c’est plus voir que moi, j’ai BESOIN de me renseigner. Le contraire serait contre ma nature.

J’inspire un grand coup et me lance, avec mon plus beau sourire et la voix la plus entrainante possible.

Je m’appelle Miranda Park, je suis en Freshman A. Mes choix de confrérie sont Khi Omikron, Nu Zeta et Alpha Psy mais je préfère de loin les Khi. C’est la confrérie qui me correspond le plus, de mon point de vue. Ah … Et je m’intéresse beaucoup à l’économie, comme vous le savez, je souhaite en faire mon métier plus tard. J’aime également la politique, la littérature, l’histoire, les langues je fais de l’anglais, du français et du chinois. Les maths également. J’ai des convictions, je défends la cause écologique mais toujours dans le bon sens, je ne souhaite pas que ça nuise à la société. A vrai dire, je suis plutôt timide, réservé. Heu … Que dire d’autre ? Je viens juste d’arriver à Wynwoodhs, je suis interne et je viens d’Angleterre, de Londres, plus précisément.

Je reprends ma respiration et lui lance, pleine d’espoir :

Alors, c’est mieux ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   Mar 1 Avr - 13:58


Parfois, j'aimerais partir

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ft Miranda



HRP: Pardon Miranda pour ce long retard

La cloche sonna, je fermais le clapet de mon ordinateur, poussant un long soupir de bien être. Le cours était enfin terminé. J'étais en économie avec la mère Palmer et purée qu'est ce qu'on chôme pas avec elle. C'est abusé. Me pressant de ranger mes affaires parce que j'avais qu'une envie c'était rentrer chez moi, une voix un peu trop familière, celle de ma charmante enseignante, parvint à mon oreille.

"Dwight mon garçon, viens me voir s'il te plaît."

*Putain elle me veut quoi encore ....*

M'approchant de mon professeur, je réajustais ma tenue, prenais ma sacoche d'ordinateur et me plaçait face à la meilleure amie de ma mère.

"J'ai besoin que tu me rendes un service. Une petit vient d'arriver hier, elle est en Freshman, très talentueuse, très intelligente, et elle s'intéresse beaucoup au commerce et à l'économie, elle envisage même, éventuellement, de faire carrière dans ce milieu. Comme tu es un de mes plus brillant étudiant, j'aimerai que tu t'occupes un peu d'elle, que tu la guides, que tu lui parles un peu du milieu en quelque sorte."

Je la regardais, étonné, à moitié en fait, mais comme si je n'avais que ça à faire sérieux, m'occuper d'une fille que je ne connais pas ...

"Ann.. Madame, y'a pas moyen de demander ça à quelqu'un d'autre ? Je suis un peu occupé ces temps-ci. Puis je ne suis encore qu'un étudiant, je ne sais pas vraiment ce que je peux lui dire moi."

Elle me lança un regard noir, le genre de regard comme celui de ma mère, qui veut dire en somme que je vais me faire défoncer sous peu.

"Dwight, ce n'est pas une question, si je te demande à toi c'est qu'il y a une raison. Je sais parfaitement que ton père commence à te donner des dossiers pour son entreprise, certes ce sont encore des cas mineurs, mais c'est la preuve de sa confiance en toi. Tu es celui qui peut lui vendre le mieux cette section et ses perspectives d'avenir. Donc rends moi ce service s'il te plaît. Sinon je devrai employer d'autres méthodes, et je ne doute pas une seconde que Meïly sera déçue d'apprendre que tu m'as planté pour aller fricoter avec Leahna.... Au boulot ! Dépêche toi, fais ça pour moi s'il te plaît, en plus j'ai déjà dit à Miranda de t'attendre à 15h à la bibliothèque et comme tu peux le voir, il est déjà presque l'heure de t'y rendre. Merci Dwight tu es un amour !"

Ni une ni deux elle pliait bagage, me plantant la avec mon

"M'dame ça s'fait pas d'utiliser ma mère en prétexte !"

Pour remonter les escaliers de l'amphi et partir comme une fleur. Purée elle est vraiment comme Nina celle-la, plus sans gêne tu meurs quoi ! Du coup la si j'ai bien compris, je devais aller à la bibliothèque voir une certaine Miranda Park à en croire le nom complet que Anna m'avait adressé. Enfin j'avais beau me plaindre, je savais que je rendrais ce service à Anna, surtout parce qu'elle est un peu comme une tante pour moi. Me dirigeant donc vers la bibliothèque je devais chercher une petite nana de Freshman year fraîchement débarquée. La barbe, j'avais envie d'aller voir Leahna moi, pas me coltiner une pseudo vente de l'avenir dans le commerce. Bon relativisons, elle n'y ait presque pour rien elle, donc tâchons d'être sympa avec elle, elle vient d'arriver après tout. Tant que c'est pas une Khi à la con, tout ira bien ! J'arrivais à la bibliothèque d'un pas lourd et sonore, mes baskets grinçants au sol au grand damne de la vieille de la biblio. Je tournais la tête et voyais ce qui semblait être ma cible.

Une touffe de cheveux improbable se cachant derrière une montagne de livre, une silhouette de gamine que je n'avais jamais vu. Une fois à sa hauteur elle releva le visage vers moi. Mouais pas mal, je pense que c'est le genre de petite qui finira en bombasse plus tard, ou pas, parce que la il va y avoir du boulot. Elle prit alors la parole, niveau confiance en soi on repassera aussi. Quoique je peux la comprendre, avoir un grand black comme moi, tirant à moitié la tronche devant elle, ça donne pas envie de sourire de toutes ses dents. J'attrapais une chaise et posant ma sacoche d'ordinateur sur la table je prenais place face à elle. Plongeant mes ébènes dans les siens, je détaillais chaque recoins de son visage. Elle était plutôt mignonne je ne vais pas lui enlever, mais on verra quand elle aura pris de l'âge. Ma voix s'éleva, j'étais déjà un peu plus commode et accueillant.

"Bonjour Miranda. Je suis Dwight, Dwight Young, c'est la mère Palmer qui m'envoie."

M'apercevant que ce n'était pas la meilleure des approches je reprenais ce coup ci avec un grand sourire, après tout elle vient d'arriver, laissons une bonne impression.

"Désolé, Madame Palmer vient seulement de me prévenir il y a quoi, dix minutes que je devais te rejoindre ici, et ce n'était pas prévu, du coup je tirais un peu la tronche mais t'en fais pas tu n'es pour rien, je ne t'en veux pas à toi !"

Lui offrant un sourire qui se voulait sincère je reprenais sur un ton plus jovial et convivial.

"Elle m'a dit que tu t'intéressais au commerce et à l'économie, et que peut être tu envisageais une carrière la dedans c'est ça ? Pour ma part et tu t'en doutes, elle m'a demandé de te parler un peu de tout ça, et de veiller un peu sur toi. Donc que dirais-tu de faire connaissance avant que l'on entame la partie sérieuse ? Vois le comme une sorte de teste ! Si tu veux faire carrière dans ce genre de milieu, la timidité tu dois la laisser au placard, avoir confiance en toi, te vendre et vendre tes idées ! Tu apprendras aussi à avoir un sourire de circonstance ! Mais la je n'en ai pas rassure toi, même si elle m'a pris au dépourvu, ça ne me dérange pas de m'occuper de toi ! Je sais ce que c'est de débarquer dans un campus aussi grand où l'on ne connait personne, encore plus pour une jeune fille comme toi."

J'essayais de la détendre un peu, le calme avant la tempête on va dire. Prenant alors la parole d'un ton entrainant, je récupérais ma bonne humeur au fur et à mesure.

"Alors je reprends, je suis Dwight Young, 19 ans, étudiant en section économie/commerce avec une spé en relations internationales. A côté je fais partie des Pi Sigma et de l'équipe des Cannonballs dont je suis le Running Back titulaire. Et toi Miranda, parle moi un peu de toi."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   Ven 7 Mar - 21:28





















❝ Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre. ❞
Feat Dwight ~



Vendredi 7 Mars 2014, 15 heures à Bibliothèque. Lendemain de mon arrivée.

Devant moi, une pile de livres en tout genre m’empêchait de voir ce qui se passait en face. C’était volontaire, je n’aimais pas être dérangé quand je lisais ou faisais des recherches, sinon je perdais le fils de ma lecture. La pile de livres était composée de livres tous différents les uns de les autres : des romans que je lisais pour le plaisir, un livre pour un travail d’histoire (portant sur la découverte de l’Amérique), un livre de l’ancien président, Georges Buch qui parle de son mandat, des livres sur l’économie, un livre sur les nouvelles techniques du développement durable, un livre de psychologie et un livre de philosophie. Ma curiosité n’est jamais assouvie, et c’est surement pour cela que la bibliothèque est mon endroit préféré. C’était un refuge, ou on avait peu de chance de croiser des gens qui viennent vous insulter, vous rabaisser. Je n’étais là que depuis hier, mais j’appréciais déjà la bibliothécaire, qui lorsque j’avais emprunté hier pour la première fois, avait discuté avec moi. Nous avions bavardé sur les dernières nouveautés, comme sur les grands classiques. Et elle m'aimait bien, je crois.

Plongé dans ma dissertation d’histoire sur la découverte de l’Amérique, j’entendais malgré tous des pas bruyant et grinçants de baskets. Pour la discrétion, c’était râté ! Je séparais la pile, en deux, laissant ainsi mon visage juvénile exposé aux yeux du nouveau venu.

C’était un jeune homme, noir mais plutôt de couleur chocolat. Il était grand, très grand, minimum 1m80, et imposants. Musclé, mais pas de façon abusé, des yeux était d’un noir charbon. Il ne souriait pas, et tout dans son expression me faisait croire qu’il n’était pas heureux d’être là, « peut-être en était-il contraint ? » pensais-je. Sa stature et son style me faisait hésiter sur la confrérie : Rho Kappa ou Pi Sigma ? Peut-être SM ?

-Bon… bonjour ! Dis-je timidement.

Je me sentais obligée de saluer ce nouveau venu, politesse oblige. Mais comme à chaque fois que je rencontrais un inconnu, ou que je parlais avec une personne dont je n’étais pas proche, je ne pouvais m’empêcher de perdre mes mots, ou de déraper.
Gênée d’avoir, une fois de plus dérapée sur un simple mot, je l’efforçais de me concentrer sur le livre qui était ouvert en face de moi. Je jouais avec les pages, l’ouvrais, le refermais … Et finit par décider de ranger les livres étalés devant moi.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parfois, j'aimerais partir m'exiler dans mes livres, là ou personne ne pourra plus m'atteindre .... [PV : Dwight]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est écrit dans les livres, entre toi et moi, la découverte s'arrêtera là ! [Eden]
» On peut parfois cacher les plus beaux joyaux dans les écrins les plus viles [Eli-Mathi]
» Parfois, j'aimerais revenir en arrière, quand je savais quoi faire ¤ Lilith
» L'amour est une fumée faite de la vapeur des soupirs ♦ Hélène & Lilieth
» Désertion de Akira~Senjutsu du Grizzli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: