AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Dim 7 Sep - 11:48

Mauvaise Première Impression
Marie J. River & Eric D. Lawner





Il ne faut pas être un génie pour voir que je suis un gosse à problèmes, je veux dire par là qu'il ne faut pas attendre longtemps pour remarquer que je ne peux pas rester longtemps sans faire quelque chose pour me faire remarque, mais soyons honnêtes quelques minutes et surtout il faudrait que je sois honnête avec moi quelques minutes aussi, j'aime me faire remarquer en faisant les pires conneries possibles, j'aime cette sensation de marcher sur un fil toujours entre le bien et la menace de me faire virer, l'adrénaline que procure le fait de faire quelque chose de cet acabit là, je n'ai pas honte de dire que je suis content de faire ce que je fais, de mener la vie dure aux professeurs et à toutes ces personnes qui se croient tellement supérieurs, après tout ce n'était qu'un juste retour des choses selon moi. Bien sur le fait de sortir avec Louis m'avais adouci, j'étais un peu calmé, bien plus serein et moins enclin à faire des bêtises. Alors oui je peux dire sans crainte de me fourvoyer, que je regrettais totalement maintenant de m'être comporté comme çà avec Marie, car si je suis quelqu'un qui aime faire comprendre que je ne suis pas quelqu'un d'inférieur, différent certes et je l'assume totalement, mais pas inférieur, donc oui j'aime faire comprendre ça, mais de là à me montrer injuste comme je l'avais été avec elle, à lui hurler dessus alors que fondamentalement elle ne m'avais rien dit, ni rien fait, oui je regrettais totalement d'avoir fait ça et oui je me suis excusé ça me paraissait totalement normal de le faire.

Et puis Marie semblait différente vraiment, elle n'était pas comme toutes ces personnes qui jugeaient, elle voulait aider, cela se lisait dans son regard, dans sa façon de sourire que ce qu'elle me disait était totalement sincère, il y avait chez cette fille une gentillesse qui émanait c'était clair et net et ça je devais le respecter, je ne pouvais pas envoyer bouler quelqu'un qui voulait m'aider pour le simple prétexte que cette personne a de l'argent et moi pas. Je devais absolument passer par dessus ces idées préconçues que j'avais sur la richesse, les gens riches n'étaient pas tous mauvais, enfin si l'on exceptait mes deux abrutis de cousins de Kyle et Gregory, ces deux là étaient des gosses de riche de la pire engeance, deux teignes, mais Marie River n'était pas comme çà et j'avais été stupide de ne pas le voir plutôt, je ne referai plus la même erreur deux fois, maintenant j'observerai plus longtemps mes interlocuteurs, j'attendrai d'en savoir un peu plus sur eux avant de lancer les hostilités. Nous parlons de mes bêtises et elle me propose de m'observer, pour savoir comment je me comporte, pour mieux me connaître dirons nous, j'accepte bien volontiers à la seule condition qu'elle ne répète à personne ce qu'elle verrait. « Ah oui tiens tu as peur que mes bêtises déteignent sur toi ? Enfin c'est tout à fait légitime je te comprend mais bon à quoi bon une vie sans piquant et sans danger, après chacun ses choix, si tu ne m'empêche pas de chercher les ennuis, je ne vais pas t'imposer d'en subir les conséquences » Je disais mais j'aurai bien voulu voir cette fille se rebeller un peu, de la voir balancer ses cahiers et de sortir un peu des clous mais cela c'était une autre affaire.

Le sujet de l'argent est bien entendu revenu sur le tapis, on ne pouvais pas y échapper, puis ce que c'était de là que tout était parti, ça a été notre tout premier sujet de discussion et c'était sur qu'il reviendrai encore quelque fois et qu'à chaque fois nous ne serions pas d'accord, elle m'a exposé son point de vue et lui ai fait entendre le miens, le débat était clos, cela ne servait à rien que l'on en discute pendant des heures de rangs si c'était pour ressortir toujours les mêmes arguments, après tout chacun est libre de penser ce qu'il veut. Le temps passait et nous abordions plusieurs sujets, j'en venais à mon addiction au poker, elle ne dit rien mais je savais qu'elle désapprouvait ce comportement mais le fait qu'elle ne dise rien montrait que malgré çà elle respectait mes choix ce dont je lui était gré. Nous arrivâmes au café et nous installâmes, commandant nos boissons, elle me demandait ce qui avais fait que j'étais arrivé à Wynwood, vaste question mais importante et à y réfléchir il fallait que j'y réponde sincèrement pour que ce que nous avions prévu fonctionne, elle ne pourrais pas m'aider si de mon côté je me mettais à passer des détails important alors je lui fit un résumé le plus complet possible de ce qui avais fait que je débarque à Wynwood, mes problèmes au lycée, avec mes parents, le psy, le fait que mes parents me « demandent » de partir de la maison, ma bourse scolaire. Tout, je lui ai tout raconté, jamais je n'avais parlé de moi à quelqu'un comme çà auparavant et je dois avouer que ça faisait du bien et quelque part je savais que je pouvais faire confiance à Marie, qu'elle ne répéterait rien et que tout ce qu'elle dira ne sera que pour aider et en aucun cas pour me juger. Apparemment mon histoire ne la laissait pas indifférente, d'un côté j'étais content par ce que ça prouvais que ça l'intéressais mais de l'autre je ne voulais pas qu'elle me plaigne, c'est quelque chose que je ne supporte pas que l'on s’apitoie sur mon sort, généralement ça ne fais que me faire sentir encore plus mal et ça ne fais pas avancer les choses. Elle devait savoir ce genre de chose car pas une seule fois elle ne me dis « mon pauvre » ou quelque chose du genre, non elle chercha juste à me rassurer tout en essayant d'établir qui je suis vraiment, elle me dit que je ne suis pas un gosse à problèmes, ça j'en doutais, ma vie m'avait prouvée que m'attirer des ennuis était une de mes spécialités mais c'était peut-être un comportement que j'avais intériorisé à cause de ce que l'on pensait de moi au final, qui sait ? C'est vrai que pour la bourse scolaire elle avait raison, il faut dire que j'avais bossé un maximum, révisé mes examens comme jamais pour pouvoir réussir à décrocher cette bourse, jamais dans ma vie je ne m'étais donné autant à fond. « J'aimerai bien que ce soit vrai ce que tu dis, que je ne sois pas ce gamin turbulent qui n'a fais que causer des problèmes à tout le monde, mais vu ce que j'ai vécu j'ai du mal à le croire, tu n'imagine pas les embrouilles dans lesquelles je me suis plongé. Après peut-être que je me comporte comme çà parce que c'est ce qu'on a vu en moi, comme une espèce de déterminisme social tu vois ? Pour la bourse scolaire oui j'ai beaucoup travaillé pour l'obtenir, je ne croyais pas que c'était possible pour moi de faire autant d'effort et quelque part obtenir cette bourse scolaire m'a fais du bien, ça m'a redonné le moral tu vois ? »

J'espérai que tout ce que je lui racontais ne l'ennuyais pas, je pouvais vite partir dans de très longs discours et perdre les gens facilement mais là ce ne semblait pas être le cas, elle m'écoutait attentivement, comme si elle prenait des notes mentales de tout ce que je disais, je souris, content de la savoir si attentive, c'est rare de nos jours les gens qui savent écouter. La question qu'elle me posa ensuite me prit de cours, je n'y avais jamais vraiment réfléchis, à ce que je voulais faire plus tard, je ne savais déjà pas ce que j'allais cuisiner ce soir, alors ce que je voulais faire de ma vie c'était bien là un grand mystère. « Et bien pour te dire c'est assez complexe parce que tout ce que j'ai toujours voulu faire m'a toujours été un peu interdit parce que j'avais pas les moyens, à part le sport mais ça ne compte pas, je sais que je veux pas faire un métier ordinaire, enfin je veux dire que je ne veux pas passer ma vie derrière un bureau, je veux faire quelque chose d'artistique plus tard, de la musique possiblement, ou du théâtre, quelque chose qui puisse me permettre de m'exprimer tu vois ? »

Oui j'avais conscience que c'était les rêves d'un jeune garçon qui ne sais pas quoi faire de sa vie et qui ne se raccroche qu'à des idéaux, à des rêves, un gars qui quelque part est resté un gosse qui a besoin d'être un peu guidé, oui je sais qu'à ce moment là je devais faire trois ans de moins, comme un élève de collège qui va pour la première fois chez la conseillère d'orientation, je savais que cette orientation surprendrait Marie mais j'étais curieux de voir sa réaction face à ces choix.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Lun 30 Juin - 15:46

Nous étions donc en train de marcher, Éric l’inconnu qui m’avait quelques minutes plus tôt « agressée » et moi, toute nouvelle moi, qui avait essayé de communiquer. C’est assez étrange d’ailleurs, ce n’est pas dans mes habitudes. En réalité, je suis plutôt la fille discrète qui ne s’intéresse à rien à part à son frère et à ses études, considérant l’Université – et ici aussi lycée- par une unique fonction, sa principale, celle d’être un lieu d’instruction pur et simple. J’avais toujours fait abstraction des gens qui m’entouraient, à cause de nos nombreux déménagement j’avais considéré le fait d’avoir des amis comme futile et inconstant, ce pourquoi j’avais arrêté d‘essayer de me lier d’amitié avec toute sorte de personnes. Il faut bien comprendre que lorsqu’on déménage souvent avoir des amis c’est difficile. Mais maintenant nous avions déménagé pour la dernière fois j’espère, uniquement Matthew et moi afin de venir étudier dans cette somptueuse école et ainsi nous ouvrir les portes sur un avenir considérablement réussi. Mais la réalité était différente ici, avoir des amis était presque nécessaire pour survivre. Oui car ici la réputation est importante et vous suit toute votre vie, passer pour une personne froide et hautaine ne me dérangeait pas le moins du monde, puisque je respectais, en cela, mes principes. Mais être prétendue solitaire, égoïste et je cite « coincée du cul et pétée de tune » était du plus mauvais effet. Louis m’avait aidée, en soit, à me construire et à m’ouvrir aux autres. Cela n’avait pas été simple, mais maintenant j’arrivais à discuter avec de véritables inconnus et je m’étais même découvert de nouveaux centres d’intérêt. Ce jeune-homme donc, Éric, m’ayant insultée délibérément, j’avais décidé de comprendre pourquoi, et de faire taire les envies grossières des autres jeunes comme lui qui avaient de mauvaises opinions de moi. Il y avait aussi le fait qu’il ressemblait beaucoup à mon frère, quelque peu immature et jugeant les autres, se fiant aux rumeurs et son penchant pour la bêtise.  Après notre petite altercation je lui avais proposé de prendre un café, pour qu’on discute de tout cela. Pour moi cala semblait assez normal de partir discuter pour régler un problème, et je voulais aussi, et surtout, découvrir d’où venait ce problème. Logique de scientifique oblige. Nous nous étions donc rendus à pied à un bon café près de l’école, et tout en discutant avons d’abord abordé le sujet des bêtises, il m’avait donc révélé qu’il avait du mal à se contrôler surtout quand il était énervé, et j’avais trouvé cela intéressant. Je lui avais d’ailleurs dit, en évitant bien sûr de lui révéler mon avis sur ses pratiques peu recommandables. Mon but après tout n’était pas de juger, mais bien de comprendre le problème, pour au final aider le jeune-homme. Bien sûr il me dit que je pourrais aller l’observer, mais que si je ne « caftais » pas, je ne pus m’empêcher d’avoir un sourire sur les lèves.

« J’aurais rien vu, rien entendu, et je serais muette. Enfin je ne sais pas si je t’observerais au sens propre, me trouver avec toi alors que tu fais des bêtises ne serait pas du meilleur effet pour moi si cela se saurait… Je devrais plutôt t’en empêcher d’ailleurs, mais bon, là n’est pas le sujet de discussion. »

Je lui souris, je veux qu’il ait confiance, je suis sincère et je ne lui veux en aucun cas du mal, vraiment. Nous entamons ensuite le sujet de l’argent, nous avons bien sûr deux avis différents puisque nous provenons de deux milieux sociaux contraires. Lui étant pauvre, moi riche, lui disant que l’argent aide et peut rendre les gens heureux, alors que je pense que l’argent est un poison. Nos points de vue sont justifiés, je pense, nous avons tous deux souffert, pour différentes raisons, de l’argent. Mon avis se confirme quand il me dit :

« Un poison ? Si tu le dis je te crois, je peux pas vraiment te donner mon avis sur la question, du fric j'en ai pas et quand j'en ai je le garde rarement, le poker me perdra un jour... »

Je n’ai pas envie de le sermonner là non plus, je n’en vois pas l’intérêt, bien sûr dépenser tout son argent au poker est une mauvaise chose et ça peut très vite mal tourner, mais c’est un loisir comme un autre après tout. En un sens disséquer ou faire des expériences sur des animaux n’est pas mieux, et voir pire et pourtant si utile à la science, alors si le poker est sa thérapie, qu’il en soit ainsi. La comparaison peut paraitre brutale mais j’ai l’impression que son terrain de jeu est la vie alors que le mien est la science, en soit les deux sont liés et c’est cela qui m’intéresse en lui. Il me propose ensuite pour qu’on arrive à parler, le système de question/réponse. Evidement je suis enchantée, ce sera un très bon moyen pour le guider doucement dans sa démarche, tout en allant vers les points essentiels. Cependant, ne m’y étant jamais exercée je ne sais trop par où commencer et pour ne pas risquer d’envahir les sujets sensibles comme la vie privée je décide de lui demander la raison de sa venue ici à Wynwood. En voyant son attitude et la façon dont il avait bu une gorgée avant de reposer sa tasse doucement, je devinais que je n’avais pas posé une question simple. J’étais donc très attentive quand il commença à parler. 

« Alors, avant d'évoquer pourquoi je suis ici à Wynwood, il faut que je te dises quelques trucs sur moi. Comme tu t'en doutes je viens d'une famille assez pauvre de New-York, mais ce n'est pas la principale raison de mon départ. Dans tout les lycées que j'ai fréquenté j'ai été considéré comme un élève turbulent et désintéressé, rebelle avec un problème avec l'autorité et diagnostiqué d'un syndrome d'hyperactivité avec trouble de l'attention. Joli tableau hein ? »

Il me regarde et d’un petit coup d’œil je lui fait signe de continuer, j’avais du mal à me dire que le garçon que je voyais devant moi pouvait être comme ça. Certes il avait peut-être de l’hyperactivité, ce qui causait surement tout le reste mais était-ce vraiment une raison pour le cataloguer directement comme les adultes l’avaient fait ? Je ne pense pas, et je trouve ça même inadmissible. 

 « Toujours est-il que j'accumulais les conneries, jusqu'au jour où j'ai éclaté la vitrine du bureau du psychologue scolaire avec sa lampe de bureau. Cet événement a été un truc de trop, on m'a collé l'étiquette gosse instable sur le front et on m'a renvoyé aussi sec. Mes parents... mes parents ils ont pas voulu que je reste non plus, ne te méprend pas, ils m'ont pas chassés ils m'ont juste dit que ce serait mieux pour moi de partir autre part pour que je m'épanouisse. Alors avec la bourse d'étude je suis parti de chez moi pour Wynwood. »

Et là, je suis presque choquée. Personne n’a essayé d’aider ce gosse, ils l’ont délibérément mis dans la catégorie de jeune instable, qui en soit briserait surement son avenir professionnel. Ils avaient diagnostiqué la pathologie de l’hyperactivité et directement ce qu’ils ont choisis de faire c’est de l’emmener chez un psychologue scolaire, ce qui est pour moi le moins adapté à la situation. Résultat ce gosse s’est surement sentis nul et se rentre dans la tête depuis longtemps qu’il est instable et que cela ne changera surement jamais. J’espère au plus profond de moi qu’il ne pense pas ça, car le garçon que j’ai en face de moi est loin d’être ce qu’ils disent, son dossier a été bâclé pour l’unique raison de fainéantise et pour le bien d’une école de quartier. Ça me révoltait oui c’était le mot, et j’en toucherais un mot certainement un jour aux responsables. 

« Tu n’es pas un jeune-homme comme ça. Ecoute, moi j’ai déjà fait des stages en hôpitaux et là-bas il y a des enfants qui ont été diagnostiqués comme toi, et je peux te dire que tu es à vingt mille lieux d’eux. On serait pas en train d’en parler maintenant sinon. Enfin peut-être que tu as changé, mais je n’y crois pas, tu as vraiment l’air d’être quelqu’un d’intelligent. D’ailleurs ta bourse tu l’as eu grâce à quoi ? Ce n’est pas donné à tout le monde d’entrer ici, comme quoi. »

Je lui souris franchement. En fait avec un dossier comme le sien il n’aurait jamais pu entrer ici en temps normal, alors je me dis qu’il doit avoir quelque chose de spécial, comme Matt et le football américain. Je bus une gorgée de thé en écoutant sa réponse et en réfléchissant à une autre question qui ne tarda pas à venir. 

« Dis-moi, tu veux faire quoi de ton avenir ? » 

C’était une question intéressante, beaucoup de jeunes sont paumés à cause cette fameuse question. Et contrairement à l’idée reçue ce n’est pas parce qu’on ne sait pas ce que l’on veut faire qu’on est forcément un raté. Certaines personnes aiment bien mettre cette idée en tête aux jeunes, je trouve ça adhérant. Je me demande ce que peut bien vouloir faire Éric plus tard, à vrai dire j’ai même pas un petit avis, ça réponse me surprendra dans tous les cas. 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Jeu 15 Mai - 17:41



Mauvaise Première Impression-Marie
 


Je ne sais pas pourquoi mais sur le chemin du bar j'ai eu comme un léger instant de panique, je me suis demandé ce que j'étais entrain de faire en ce moment précis, j'allais parler de moi à quelqu'un que je ne connaissais absolument pas, j'allais sûrement lui raconter des choses sur moi que je n'avais jamais dites à personne,en somme cela n'était pas inquiétant, comme je vous le disais mes anciens professeurs ont déjà essayé de me faire voir un psychologue. Mais ce qui m'inquiétais c'est qu'au fond je ne savais pas pourquoi je le faisais, j'ai toujours détesté de parler de mon cas personnel, je me suis toujours refusé à faire passer moi avant les autres considérant qu'il y avait des problèmes plus important que les miens. Mais il y avait quelque chose chez Marie qui le faisait le sentir confiant, comme quelqu'un qui me dirait que je peux tout lui dire, qu'elle ne dira rien à personne et surtout qu'elle ne me fera pas de reproches sur ma vie passée et sur les conneries que je peux faire dans le présent. J'allais bien sûr éviter de lui dire que les récents tags sur les murs du lycée et sur les voitures dans le parking résultaient d'un petit jeu entre Sasha, un Sigma-Mu moins désagréable que la moyenne et moi. Non il y a des choses qui doivent rester secrètes sous peine de devenir un peu trop compromettantes. Aussi alors que nous marchions je prenais la décision de ne pas lui parler de certains pans de ma vie New-yorkaise, ses aspects un peu plus « sombres » de mon passé, je n'étais pas prêt pour en parler et si il y a une personne à qui je devais en parler en premier c'est Louis et personne d'autre, un jour il faudra que j'aborde ces sujets avec elle, un jour, mais pas tout de suite, dans quelques mois peut-être. Toujours est-il que le temps d'arriver au bar tout sentiment d'inquiétude ou d’appréhension m'avait quitté, j'allais parler à Marie, en toute honnêteté, et si il y a des choses que je ne souhaite pas lui dire et bien je les garderai sous silence, c'était aussi simple que ça, je ne pense pas que Marie s'attende à ce que je lui révèle tout mes petits secrets de son côté. Je crois que Marie est une des rares personnes en qui je peux avoir totalement confiance, elle est intelligente, j'en suis sûr et certain et c'est pour ça que je sais que ce n'est pas le genre à aller raconter sur la place publique tout ce que j'aurai pu lui dire pendant nos conversations.

Elle aime observer me dit-elle quand je lui dit que je suis du genre très prévisible quand je fais des conneries. Elle aime observer, il fallait donc que je fasse attention à ce que je lui dit, je suis sûr qu'elle serait capable de deviner beaucoup de choses sur moi si je commençais à en dire trop d'un coup, alors en plus de lui cacher certains détails il allait falloir que je reste un peu à la surface des choses au début, ne pas trop rentrer dans les détails, si je lui racontait certains trucs, en plus elle serait obligé de me juger et elle partirai sûrement en détallant. « Mais moi non plus je ne veux pas faire de conneries mais c'est plus fort que moi tu sais, il faut que je me fasse remarquer, et je te cache pas que je trouve ça très amusant. Si tu veux observer je ne te l'empêche pas, je te demande juste de ne pas aller cafeter si tu me surprend à faire une ou deux bêtises dans l'enceinte du lycée c'est tout. » Rebelle oui, enclin à faire le plus de bêtises possibles bien sûr mais de là à vouloir passer d'inombrables heures en colle parce qu'on m'a balancé très peu pour moi, alors autant que les choses soient claires dès le début, elle peut observer si elle veut mais hors de question qu'elle parle de quoi que ce soit qu'elle aurait vu ou que je lui aurait dit.

Ma remarque sur l'argent la fait rire, réaction habituelle quand j'aborde ce sujet généralement, on pourra ma dire pendant des heures que l'argent ne fais pas le bonheur, que ce peut-être une chose terrible parfois, on ne m'otera pas de la tête que certains en ont beaucoup trop et que ça ne les tuerai pas de partager avec les plus démunis, et puis ne plus penser avec leur portefeuille leur ferait sûrement le plus grand bien je pense, ça rendrait ces gens plus intéressants si eux en retour ils s'intéressaient aux gens. Mais bon je ne pense pas que Marie soit du genre à reposer que sur l'argent et qu'elle fasse partie de ces gosses de riches prétentieux qui paradent dans les couloirs. « Un poison ? Si tu le dis je te crois, je peux pas vraiment te donner mon avis sur la question, du fric j'en ai pas et quand j'en ai je le garde rarement, le poker me perdra un jour... »

Oui je joue au poker, une fois tout les mois, je joue au poker dans un bar, parfois je gagn ais, parfois non et les fins de mois étaient difficile mais c'était une mauvaise habitude que je n'arrivai pas à perdre, ça et la clope bien sûr. Nos boissons arrivèrent. Marie avait l'air emballée par l'idée du question/réponse. Fonctionnement simple et je n'aurai pas le choix que de répondre hônnetement. Si je m'attendais à la question qu'elle me posa, c'était une question très délicate, très personnelle et qui me touchait très directement. Je pris une gorgée de mon café tout en réfléchissant aux mots que j'allais utiliser, lentement j'ai reposé ma tasse avant de prendre une grande inspiration. « Alors, avant d'évoquer pourquoi je suis ici à Wynwood, il faut que je te dises quelques trucs sur moi. Comme tu t'en doutes je viens d'une famille assez pauvre de New-York, mais ce n'est pas la principale raison de mon départ. Dans tout les lycées que j'ai fréquenté j'ai été considéré comme un élève turbulent et désintéressé, rebelle avec un problème avec l'autorité et diagnostiqué d'un syndrome d'hyperactivité avec trouble de l'attention. Joli tableau hein ? » J'ai fais une pause, regardé Marie, elle n'avait l'air de vouloir interrompre donc j'ai continué. « Toujours est-il que j'accumulais les conneries, jusqu'au jour où j'ai éclaté la vitrine du bureau du psychologue scolaire avec sa lampe de bureau. Cet événement a été un truc de trop, on m'a collé l'étiquette gosse instable sur le front et on m'a renvoyé aussi sec. Mes parents... mes parents ils ont pas voulu que je reste non plus, ne te méprend pas, ils m'ont pas chassés ils m'ont juste dit que ce serait mieux pour moi de partir autre part pour que je m'épanouisse. Alors avec la bourse d'étude je suis parti de chez moi pour Wynwood. » Je n'ai rien ajouté, j'ai attendu qu'elle digère l'information, qu'elle me réponde, qu'elle réagisse ou bien qu'elle me pose une nouvelle question, moi j'ai perdu mon regard dans mon café.

Code by Drakunet (Scienta Magicam)

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Mer 30 Avr - 20:56

Je regardais Eric alors que nous marchions. C’était vraiment un beau jeune-homme, il devait plaire à pas mal de fille. Pas très grand mais assez musclé, un joli sourire, des yeux mesquins comme beaucoup de filles aiment. Pourtant je voyais quand même qu’il y avait autre chose derrière cette apparence, je ne sais pas encore quoi mais je le saurais surement bientôt. Je ne pense pas que ce soit un garçon méchant, ça m’étonnerait, vraiment, mais c’est vrai qu’il avait été assez agressif lors de nos premiers mots échangés. Cependant, il s’est radoucit et je le trouve mieux comme ça, l’attitude ça compte beaucoup en fait. L’apparence, le mental c’est ce qui fait un homme et il m’est impensable de juger quelqu’un sans avoir pris connaissance des deux. Bien sûr il y a des situations où on fait ça par reflexe, c’est un instinct de méfiance animal et primitif, un besoin de protection mais c’est souvent un mauvais avis. En fait il faut procéder un peu scientifiquement : observation, hypothèse, recherches, résultats, interprétation, conclusion. Pour l’instant avec Eric j’étais dans la phase recherche, on verra la suite plus tard, quand on aura assez d’informations.

« Toujours se méfier oui, enfin en ce qui me concerne quand je suis énervé et que je vais faire une connerie, on me voit arriver à cinquante kilomètres généralement. Et pour le côté écologique en effet ce n'est pas vraiment le fort de notre confrérie, pour ce qui est de la nature j'ai plutôt tendance à la fumer ouai. » me dit-il en rigolant.

Je souris, il était vraiment mignon quand même. Bon vous l’aurez deviné je n’aime pas trop le fait qu’il fume et qu’il ne respecte pas la nature, mais je ne dis rien. Je ne vais pas faire comme avec Louis… Je vous ai raconté ? En fait, je l’avais surpris dans un local en train de fumer un joint avec des bières, tout seule, et je ne sais pas j’étais un peu à cran ces jours-là alors j’avais écrasé son joint… Ce qui lui avait peu plus et après quelques insultes de sa part je l’avais giflée… Oui oui moi j’ai giflé une inconnue. Enfin après nous étions allées boire un truc à la cafétéria et tout c’était arrangé, nous étions même meilleures amies maintenant. Elle se contentant d’essayer « de me décoincer » et moi de lui apprend un peu plus les bonnes manières… Pas chose facile mais regardez, maintenant j’arrive à parler sans envoyer chier des inconnus, avant je n’aurais jamais fait ça !

« J’aimerais bien voir ça… Enfin pas que je veuille que tu fasses des conneries mais j’aime bien observer les comportements. »

Je risque de passer pour une grosse folle mais c’est vrai j’aime observer l’attitude des gens, et les gens en général. Je trouve ça passionnant, comment untel ou untel réagit à telle situation, comment se caractérise la peur chez bidulle et la joie chez chouette, vous voyez ? L’étude des comportements quoi. En fait moi ce que j’aime vraiment c’est la cardiologie, c’est le métier que je veux faire plus tard, mais ce que j’aime en attendant de pouvoir pratiquer c’est ça, étudier ce qui m’entoure.

« Oui si tu veux tu pourra me raconter des choses sur toi. » me dit-il en souriant avant de reprendre : « Par contre tu vas avoir du boulot pour me convaincre qu'avoir du fric ça aide pas à avoir la belle vie »

Je souris à sa remarque. Oh que non le fric ça n’aide pas à avoir la belle vie. Enfin je ne dis pas qu’être pauvre est mieux hein, en fait avoir une situation moyenne est le mieux. Je ne vais pas vous dire non plus que de pouvoir acheter tout ce qu’on veut, faire tout ce qu’on veut avec son argent est pire que de se priver pour pouvoir finir le mois. Mais personnellement dans ma famille, l’argent avait tout ruiné. Nos parents travaillaient non-stop pour gagner encore plus d’argent, nous les voyions jamais, nous vivions au rythme des déménagements, bref aucun lien jamais tissé nulle part, aucun point fixe même pas les parents. Enfin il y avait bien notre gouvernant mais ça ne compte pas vraiment.

« Ca aide, mais c’est un véritable poison aussi ! J’ai pleins d’exemples en tête si tu veux ! » continuais-je en rigolant.

Nous arrivons enfin au bar. Nous nous installons au bar et un serveur vient directement prendre notre commande, surement peu surpris de nous voir ici à cette heure vu tous les élèves qui trainaient dans le coin en séchant les cours. Il y eut un assez gros silence le temps que nos commandes arrivent, un thé pour ma part, je n’étais pas vraiment douée pour faire la conversation. Heureusement Eric avait l’air de s’y prendre un peu mieux et rompis le silence.

« Je ne sais pas trop comment commencer tout çà, je n'ai pas l'habitude de parler de moi, les seules fois ou j'ai essayé çà a plutôt mal tourné, ce que je te propose c'est que tu me poses des questions, sur moi et je te répondrai du mieux que je peux, tu en pense quoi ? »

Question – réponse, génial, j’adoooore ce jeu ! Comme ça au lieu de me poser des questions dans ma tête je pourrais directement le guider là où je voulais savoir des choses. Bien sûr faut pas non plus que ça fasse trop genre la grosse curieuse qui veut tout savoir pour revendre ça à la Voice par exemple, non je m’intéressais vraiment à lui, et pas seulement parce qu’il me faisait penser à Matt.

« Ca marche j’aime bien ça ! » souriais-je.

Je réfléchis ensuite à quelles questions je pourrais bien lui poser… On pourrait peut-être commencer par d’où il vient et ensuite enchainer sur sa situation familiale où je ne sais quoi. Je ne voulais pas non plus trop faire d’incruste dans sa vie privée, j’avais envie qu’il se livre à moi naturellement, sans trop que j’ai a forcé. Je n’avais pas envie de passer pour une voyeuse où je ne sais quoi.

« Et bien tu n’as qu’à commencer par me parler un peu de comment tu es arrivé ici ? »

Ca c’était la bonne option, d’abord parler de l’actuel et creuser petit par petit un peu dans son passé. Je faisais ça aussi pour lui, parler ça fait du bien. C’est un truc que je n’applique pas pour moi bien entendu mais bon, je suppose que je suis un peu altruiste, le bonheur des autres avant le mien. Tant qu’on ne fouille pas trop dans mes affaires et que je n’ai pas à faire de grands sourires hypocrites et des câlins koalas à tout le monde, moi ça me va.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Mar 29 Avr - 20:11



Mauvaise Première Impression-Marie
 

Je vous ai parlé de ma petite altercation avec mon psychologue scolaire, elle m'avait valu mon de mon ancien lycée, mais ce n'était qu'un petit événement isolé au milieu de pleins d'autres, à New-York j'étais beaucoup plus turbulent que maintenant à Miami, beaucoup plus dissipé, j'étais celui qui était différent, celui qu'on pointe du doigt, et en réaction à tout cela je lançais des représailles, surtout au collège d'ailleurs. C'est au collège que je me suis forgé un caractère, c'était un choix, plus jamais on me marchera sur les pieds, plus jamais ne laisserai quelqu'un m'ostraciser parce que je ne suis pas comme eux, à rentrer dans les catégories. Mon côté rebelle comme je me plais à l’appeler vient de là, quand j'ai compris qu'il n'y avais pas que les élèves qui me cherchaient des poux, les adultes aussi, les professeurs en tête de liste d'ailleurs, à partir du collège, puis mes premières années lycée, tout ce qui représente l'autorité, la richesse à outrance est devenu l'ennemi pour moi, des gens qui ne me réduiront plus à ce que je n'étais pas, des gens qui ne me feront plus me sentir inférieurs, dus-ai-je me battre pour çà. Sa réplique sur l'écologie me fit rire, non effectivement je n'étais pas un grand écologiste, je roule en break, je balance mes mégots un peu partout et je passe un peu sur le tri-sélectif.

« Toujours se méfier oui, enfin en ce qui me concerne quand je suis énervé et que je vais faire une connerie, on me voit arriver à cinquante kilomètres généralement. Et pour le côté écologique en effet ce n'est pas vraiment le fort de notre confrérie, pour ce qui est de la nature j'ai plutôt tendance à la fumer ouai. » dis-je en rigolant. Et encore je ne mentionnai pas les sorties camping que Lila March et moi avions pu faire il y a quelques années, les quelques feu de camps et bouteilles de vodka jetée ça et là dans la forêt, c'est pas ce qu'il y a de plus respectueux pour la nature. Toujours est-il que je ne regrette rien de ce que j'ai fait dans ma vie, à part partir de chez mes parent bien entendu, mais comme tout le monde le sait, ce choix n'était pas volontaire, c'était çà ou vivre à la rue à New-York. Bien sûr que j'allais lui parler de moi, mais je ne voyais pas ça comme une psychanalyse non plus, loin de là, écouter et ne pas juger, c'est tout ce que je demandais.

« Oui si tu veux tu pourra me raconter des choses sur toi. » je souris : « Par contre tu vas avoir du boulot pour me convaincre qu'avoir du fric ça aide pas à avoir la belle vie » Ce n'était qu'une boutade, pas une provocation ni rien, une plaisanterie juste comme çà. Nos pas nous emmenèrent jusqu'au bar que Marie avait choisit, nous nous installâmes à la terrasse, pendant un instant nous ne dîmes rien, un serveur vint prendre nos commandes, je décidais de rompre le silence.

« Je ne sais pas trop comment commencer tout çà, je n'ai pas l'habitude de parler de moi, les seules fois ou j'ai essayé çà a plutôt mal tourné, ce que je te propose c'est que tu me poses des questions, sur moi et je te répondrai du mieux que je peux, tu en pense quoi ? »

HRP:
 
Code by Drakunet (Scienta Magicam)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Lun 21 Avr - 21:07

« En tout cas merci beaucoup Marie, ça serai super si le lycée comptait plus de personnes comme toi, l'atmosphère serait carrément plus vivable ici. Pour ce qui est de la Voice, je ne m'inquiètes pas trop pour l'instant, et puis je ne suis pas totalement contre le système, mais ça c'est mon côté rebelle solitaire qui parle. Pour le café je ne suis pas contre y aller à pied si ça ne te dérange pas, on est enfermé ici toute la journée, autant prendre un peu l'air. »

Je souris, c’est vraiment un bon garçon mais j’ai vraiment envie d’en savoir plus pour son choix de rebelle solitaire et tout ce qui s’en suit. Je vous parlais d’égoïsme tout à l’heure mais je pense que dans mon cas c’est plus compliqué que ça. Tout est question de point de vue comme j’adore dire. 
« Toujours se méfier de l’eau qui dort comme on dit. Et je suis d’accord pour y aller à pied, j’adore la nature et  l’air pur… pas toi ? Enfin d’habitude les rebelles ne sont pas vraiment pour l’écologie tout ça. » je souris, bienveillante. 
Ma remarque n’est pas du tout méchante ou malveillante non c’est juste de la curiosité. Pourquoi ci, pourquoi ça, ça m’a toujours intéressé. Les fondements des pensées morales, les agissements des gens en général, les motivations, tout en fait. Tout acte et toute chose à une raison ou une explication, c’est un fait. On commence à se diriger en marchant tranquillement vers la sortie du lycée. 
« Au fait si je dois te raconter des choses sur moi j'espère que tu ne me verra pas d'un mauvais œil, je suis un peu plus calme maintenant mais j'ai fais des trucs pas super cool étant plus jeune, mais quelque chose me dit que tu ne me jugera pas, c'est étrange je dois te l'avouer, mais je pense que je peux te faire confiance là dessus. »
Ca remarque m’emplie de fierté mais je ne fais pas un grand sourire béat non plus, d’un ce n’est pas mon genre et de deux il risquerait de revoir sa position. Je suis contente qu’il pense ça de moi, je me dis que le pas que j’ai fait vers lui va être récompensé et ce n’est pas toujours le cas, on s’avance parfois tout en se prenant en mur en retour. Non vraiment ça me fait chaud au cœur, surtout que depuis quelque temps Matt n’est plus du tout comme ça avec moi.
« C’est gentil de dire ça tu sais ? Et t’inquiètes pas avec mon frère j’en ai déjà vu de toutes les couleurs ! M’enfin le principal c’est d’aller de l’avant, pour le meilleur et pour le pire… Mais le meilleur c’est mieux. » finis-je en plaisantant. 
Et là je me dis que je serais surement prête à m’ouvrir à lui car lui le fera pour moi, et m’indiquera des faits sensibles de son passé. J’avoue que dans mon cas je ne l’ai jamais fait, trop dur ou surement trop renfermée… Je ne sais pas trop. J’ai pas envie qu’on rentre dans mon intimité, qu’on se permette de juger, ou même de donner son avis. C’est MA vie, il n’y a rien à dire, à critiquer, si je fais des erreurs je les vois pas besoin d’enfoncer le clou. Mais j’ai l’impression qu’avec lui ce sera différent, qu’il m’écoutera comme je l’aurais écouté et qu’il en sortira plus grand, instruit surement. 
« Tu sais… Si tu veux pour équilibrer les choses je pourrais te raconter quelques trucs. Tu connais mon nom mais pas mon histoire et tu verras qu’être pété de tune ce n’est pas toujours la belle vie. » lui dis-je très sérieusement tandis que nous avancions. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Jeu 3 Avr - 15:36

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric Lawner.



Je n'ai pas l'habitude d'accepter de me faire aider, ce n'est pas mon genre du tout même, je ne supporte qu'on vienne comme çà se mêler de ma vie, qu'on se puisse se dire à un moment "tiens ce pauvre garçon à besoin d'aide, il est totalement paumé". Ça me mettait absolument hors de moi, je n'ai pas besoin d'aide moi, je vais parfaitement bien qu'est ce que vous croyez ? Bon d'accord, c'est un peu le Eric qui s'est construit une armure qui parle, le Iron Man qui est en moi, celui qui vient gueuler avant de réfléchir, celui qui parle fort pour ne pas voir qu'en fait il ne va pas bien du tout. Une fois dans mon ancien lycée, ils avaient décidés de m'envoyer chez le psychologue scolaire, je n'avais pas tenu une seule séance: j'avais à peine dit deux mots que ça y'est j'étais un jeune à problème, avec tendance sociopathe et au comportement schizophrénique. Pour lui montrer que chez moi tout allait bien je crois que j'ai balancé sa lampe de bureau dans la baie vitrée et que je suis sorti sans rien dire, étrangement il n'avait plus demandé à me voir, le lycée non plus n'a pas demandé à ce que je revienne, c'était une es principales raisons pourquoi j'avais dû partir à Miami.

Donc d'une manière générale je ne supporte pas qu'on me dise que j'ai besoin d'aide. Mais Marie, je ne sais pas c'est différent, il n'y a aucun sous-entendu sur ma santé mentale dans sa démarche, elle ne semble pas penser que j'ai un problème que je dois soigner, que je suis un élément dangereux pour les autres. Non je pense que Marie est tout à fait honnête et qu'elle cherche vraiment à aider à ce que je me sente mieux dans l'univers parallèle qu'était Wynwood High School. Je crois que c'est une des premières fois que l'on cherche à m'aider, sans me juger en même-temps, sans me dire qu'en fin de compte c'est moi le problème.

Elle me parle de la Voice, cette fameuse Voice qui faisait trembler tout les élèves de Wynwood High School, cette Voice qui fait peur même aux plus populaires, qui fait trembler la hiérarchie sociale, d'une certaine façon la Voice ne me dérange pas, une personne inconnue qui réussit à massacrer la réputation des populaires, des personnes qui se croient intouchables et au dessus de tout, je trouve le concept assez intéressant, non la Voice ne me dérangeait pas tant que çà. Après je dis çà parce que je ne me suis jamais retrouvé dans un communiqué de la Voice, mais bon pourquoi cela devrait-il arriver, je n'ai rien à ne me reprocher et je n'ai rien fait qui sorte de l'ordinaire depuis mon arrivée, bien que je pense que la Voice ne se contentait pas que choses vraies. De toute façon je comptait bien trouver qui était derrière cette mystérieuse Voice, et croyez moi que je découvrirai la personne qui tient cette plume acérée.

"En tout cas merci beaucoup Marie, ça serai super si le lycée comptait plus de personnes comme toi, l'atmosphère serait carrément plus vivable ici. Pour ce qui est de la Voice, je ne m'inquiètes pas trop pour l'instant, et puis je ne suis pas totalement contre le système, mais çà c'est mon côté rebelle solitaire qui parle. Pour le café je ne suis pas contre y aller à pied si ça ne te dérange pas, on est enfermé ici toute la journée, autant prendre un peu l'air."

Je lui ai souris et ai commencé à marcher vers la sortie du lycée pour aller au café avec Marie. " Au fait si je dois te raconter des choses sur moi j'espère que tu ne me verra pas d'un mauvais œil, je suis un peu plus calme maintenant mais j'ai fais des trucs pas super cool étant plus jeune, mais quelque chose me dit que tu ne me jugera pas, c'est étrange je dois te l'avouer, mais je pense que je peux te faire confiance là dessus."


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Lun 24 Mar - 13:52

« Je suis tout à fait d'accord avec toi, il faut que les efforts aillent dans les deux sens et personnellement, même si je suis pas un exemple dans le domaine de faire des efforts, je pense que c'est parce qu'on a pas fait d'efforts envers moi à une certaine période que je suis chiant et méfiant avec tout le monde, mais tout le monde peut changer ne désespérons pas ! Et pour le café je suis toujours d'accord, allons-y je te laisse me guider ! »

Pendant qu’il parle il rigole et ça me fait sourire. J’aime bien voir les gens heureux, ça fait du bien. Peu à peu j’en découvre un peu plus sur le garçon qui se tient devant moi, visiblement son caractère de cochon est dû aux autres. Comme Matt, je pense que ça doit être pareil pour Eric une sorte de carapace contre les gens méchants. Pour Matt ça tourne en vinaigre en ce moment, sa carapace prend carrément partie de son corps et il devient méchant, même avec moi vous vous rendez compte ? J’ai beau être une fille intelligente, curieuse, avec l’envie de vivre et de découvrir de nouvelles choses, de résoudre les maux, chez Matt je n’y arrive pas. J’aurais beau ouvrir des livres, me renseigner il n’y aura jamais rien qui me dira comment faire puisqu’il faut laisser couler. Mais ça fait mal. Et voilà que je trouve ce petit Eric, qui me fait tellement penser à mon ancien petit Matt, et j’ai envie de l’aider, de ne pas le laisser tomber, de lui ouvrir les yeux sur le monde. Ne pas le faire sombrer comme Matt le fait en ce moment. Même si je n’y arrive pas pour Matt peut-être que je réussirais avec Eric ? 

« Moi ce que je fais en temps normal c’est que je me coupe du monde, je ne m’intéresse plus aux autres. Ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent de moi, peut-importe non ? On est là pour avoir un avenir pas ce batailler comme des enfants. Et puis d’un côté je suis un peu vieille pour ça non ? Le seule chose dont tu dois te méfier c’est de la Voice, car tout ce qui est dit par elle dépasse parfois les murs du lycée. » je m’arrête pensive puis reprend la parole. « M’enfin pour la café tu préfères t’y rendre à pied ou en voiture ? C’est au centre-ville. »

A pied comme en voiture ce ne sera pas un long trajet. En voiture je pourrais lui montrer ma mini noir décapotable, toute normale, et on pourra parler de musique sur un air de Mozart, enfin si il aime. Le trajet sera court et on pourra plus parler à l’intérieur de café. Si on y va à pied on pourrait surement plus parler du temps, des beaux endroits de la ville, tout ça tout ça. Par contre le risque c’est qu’une fois à l’intérieur du café nous n’ayons plus rien à nous dire. Mais ça m’étonnerait même s’il paraissait assez renfermé sur lui-même il s’ouvre un peu. Et peu importe s’il ne veut pas parler de lui et de ses problèmes on aura qu’à parler de tout et de rien. Je veux juste qu’il sache qu’il peut compter sur moi. 

Je sais ce que vous vous dites. Je suis gentille avec ce petit uniquement parce qu’il me fait penser à Matt et que si j’arrive à le « sauver » je me sentirais moins coupable. Mais non ce n’est pas vraiment ça, c’est plus une envie normale de pouvoir aider quelqu’un, d’être une épaule pour supporter un fardeau ou tout simplement une amie. Depuis que Matt et moi ne nous parlons plus je me sens complètement seule, j’étais son épaule et il était la mienne mais maintenant je ne l’ai plus alors que lui c’est trouvé des remplaçantes. Au-delà du fait que j’ai l’impression d’avoir échouer et d’être nulle, comme un vieux jouet qu’on jette après qu’il ait fait son temps, je me sens inutile. Et s’il y a bien un truc que j’ai horreur c’est de me sentir inutile. A quoi sert notre existence sur terre si nous sommes inutiles hein ? Dites le moi. Peut-être que je suis un peu égoïste, oui, et que je pense d’abord à me sentir mieux avant les autres. Peut-être que je suis possessive aussi, sûrement. Et peut-être que je ne m’ouvre pas assez aux autres, c’est vrai. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Jeu 13 Mar - 15:40

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric Lawner.


Bien sur vous me connaissez, mon côté rebelle et je m'en fous de tout reprend vite le dessus sur moi, parce que d'un côté je me dis que Marie veut vraiment m'aider et que je devrai lui faire confiance. Mais de l'autre côté je me dis que ce n'est pas moi et que ça ne me ressemble pas, normalement je suis quelqu'un qui ne parle à pas grand monde si ce n'est pour gueuler, et qui surtout ne fais confiance à pas grand monde et qui ne lie pas de lien comme çà au détour d'un couloir.

Force est de constater que j'ai changé, que je me suis adouci et sûrement assagis d'ailleurs, mais pas avec tout le monde bien sur. Disons que je l'ouvre plus à certaines personnes qui me semblent dignes de confiance, différentes des abrutis qui peuvent parcourir les couloirs de ce lycée. Marie faisait partie de ces personnes différentes qui cherchent à vraiment connaître les personnes avant de les juger, une personne vraiment digne d'intérêt.

Mais ne vous inquiétez pas, l'autre Eric ne disparaît pas pour autant, ma personnalité ne change pas comme çà, si je savais que Marie est quelqu'un en qui je peux avoir confiance cela ne voulait pas dire que je devais relâcher ma garde avec les autres personnes, ne vous attendez pas à voir Eric, tout gentil tout mignon et sympathique avec tout le monde, ce jour n'est pas prêt d'arriver, loin de là.

« Tu sais, il y a pas mal de gens méchants ici et qui ne serons pas prêts de faire des efforts. Alors ce que tu veux faire, fait le d’abord pour toi et pas pour les autres. Pense à toi et pas à ce que peux dire untel ou untel ! Et dis-toi que toi au moins si tu es là ce n’est pas parce que papa ou maman est riche mais parce que tu le vaux vraiment ! Enfin je pense que c’est une meilleure vision des choses pour ne pas se prendre la tête et arrêter de se faire du souci quant à ce que pensent les autres de toi. Bon sinon, le meilleur café du coin est dans le centre-ville, ça te dit toujours ? »

Elle marquait un point ici, les efforts doivent aller dans les deux sens sinon ça ne sert à rien, tu peux te démener pour paraître agréable, si de leur côté les autres continuent à être impossibles et insupportables, ça ne sert à rien et c'est très mauvais pour les nerfs. Du coup c'était décidé, je ferai des efforts mais que pour les personnes qui en vaudront vraiment la peine, les autres et bien, ça ne changera pas, je resterai le Eric bougon et de mauvaise humeur, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. J'ai souri à Marie.

"Je suis tout à fait d'accord avec toi, il faut que les efforts aillent dans les deux sens et personnellement, même si je suis pas un exemple dans le domaine de faire des efforts, je pense que c'est parce qu'on a pas fait d'efforts envers moi à une certaine période que je suis chiant et méfiant avec tout le monde, mais tout le monde peut changer ne désespérons pas !" J'ai ris, puis j'ai ajouté: "Et pour le café je suis toujours d'accord, allons-y je te laisse me guider !"


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Jeu 6 Mar - 20:21

« Enchanté Eric. On peut dire que nous sommes quittes, oui. Après tout on a tous nos humeurs hein, ce n’est pas grave, j’ai vu pire t’inquiète pas. Et puis je n’ai pas été très correcte non plus. En tout cas, c’est gentil d’accepter mon invitation, j’ai bien cru que je n’allais pas réussir à te faire céder dit-donc ! Pour ce qui est des idées plus personnelles ne t’inquiète pas je suis pareille, voire pire, en tout cas sache que je serais là pour t’écouter et pour t’aider, d’accord ? Sinon pour les cours ce n’est pas trop grave aujourd’hui mais… Bon laisse on en parlera plus tard, je ne vais pas t’embêter avec ça, ce n’est pas vraiment mon but. On repart sur de bonnes bases ? »
 

C’est ce qu’on appelle une question rhétorique je ne lui laisse pas vraiment le choix à vrai dire. Enfin si, je lui fais un petit sourire confiant, pour le rassurer. Il peut refuser, il a le choix mais je fais tout pour ne pas qu’il refuse. J’essaye de jouer un peu plus dans la finesse, je me dépasse, d’habitude je ne suis pas comme ça, c’est presque une première pour moi. Les inconnus qui m’envoient des pics d’habitude je les ignore ou alors je leur rends leurs méchancetés, je m’en fiche de ce que les gens pensent de moi. Ça devient plus difficile quand on s’attaque à ma famille, les gens jugent souvent trop vite les choses, et la famille c’est un sujet sensible pour moi, c’est pour ça que les gens qui s’y frottent s’y piquent souvent. Mais là ce n’est pas pareil, même si il a vraiment mal commencé, il m’a vite fait voir une autre facette, plus sensible, ce qui a provoqué une part d’affection pour le garçon, enfin Eric. Oui je l’ai déjà dit il me fait un peu penser à un mini Matt, un mini Matt que j’ai envie d’aider, plus un défi personnel qu’autre chose en fait.

A ce moment-là, je le sens plutôt serein comme si je l’avais en quelque sorte rassurer. Je fais si peur que ça ? Bien sûr que non… Si ? Bon bref passons. Je pense qu’il a compris que je n’étais pas qu’une bourge prétentieuse comme il a l’air de le penser. En fait, beaucoup de monde ont des préjugés et beaucoup de monde pensent que les riches vois très riches personnes sont hypocrites, arrogantes et désagréables avec les autres qui ne sont pas leur « espèce ». Evidemment j’aurais pu l’être mais même si au fond je suis froide en apparence, je suis quand même quelqu’un de gentil, non ? Et puis vous savez bien que je veux faire médecine, alors si je ne voulais pas être gentille et aider les gens ce serait un peu le comble non ? Le jeune homme du nom de Eric me répond alors :

« Et bien oui repartons sur de bonnes bases alors, promis je referais plus mon numéro et je réfléchirai avant de juger les autres. »
Je rigole légèrement à sa remarque, plutôt comme un rire un peu « maternel », vous voyez ? Il sourit aussi, j’aime bien comment ça se déroule pour l’instant. Tout va bien, il est gentil, il s’est excusé, il veut s’améliorer… Que demander de plus ? Vous allez me dire qu’on peut toujours avoir plus, mais pour moi c’est déjà un bon début, comme une pré-victoire, en fait. Mais je ne veux pas parler trop vite, histoire que ça se passe bien. C’est comme le « le jamais dire jamais » vous voyez ? Je me décide enfin à lui répondre :

« Tu sais, il y a pas mal de gens méchants ici et qui ne serons pas prêts de faire des efforts. Alors ce que tu veux faire, fait le d’abord pour toi et pas pour les autres. Pense à toi et pas à ce que peux dire untel ou untel ! Et dis-toi que toi au moins si tu es là ce n’est pas parce que papa ou maman est riche mais parce que tu le vaux vraiment ! Enfin je pense que c’est une meilleure vision des choses pour ne pas se prendre la tête et arrêter de se faire du souci quant à ce que pensent les autres de toi. Bon sinon, le meilleur café du coin est dans le centre-ville, ça te dit toujours ? »
Je lui souris toujours en espérant qu’il perçoit ce que je veux lui dire. Au pire on aura du temps pour en reparler, enfin s’il est toujours d’accord pour aller boire un truc. Je ne m’attends pas à ce qu’il s’ouvre à moi comme ça, non loin de là, je veux juste qu’on fasse connaissance. Le reste viendra petit à petit. On ne peut pas se confier à une inconnue comme ça, parce qu’elle a l’air sympas ou autre, non, il faut un truc en plus, une sorte d’alchimie. Et j’espère que je l’aurais avec Eric car ça à l’air d’être un garçon chouette et j’ai vraiment envie de l’aider. Du mieux que je peux.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Mar 4 Mar - 16:46

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric Lawner.


C'est vrai que pour tout homme quelque soit son âge, lancer un commentaire sur sa virilité et vous obtiendrez plusieurs réactions possibles: soit ladite personne devient violente parce qu'elle ne supporte pas les commentaires ou bien parce qu'elle ne connait pas le sens de second degré. Ou bien et c'est mon cas vous obtenez un curieux mélange de gêne et d'amusement. Parce qu'en même temps et ben comme pour tout les mecs c'est un commentaire qui peut déplaire mais je savais aussi qu'elle disait ça gentiment sans chercher à me blesser.

J'ai donc souris à sa remarque, ne voulant pas passer non plus pour le jeune adulte mal dans ses pompes qui passe son temps à se lamenter sur lui-même, ça donne pas vraiment une bonne image de soit. C'est vrai que je suis connu pour être Eric, le rebelle, le mec qui fait vivre l'enfer aux autres pour se faire remarquer, celui qui se bat en permanence contre ceux qui se croient supérieurs. Je suis sensé avoir un moral d'acier imperméable à toute épreuve alors autant jouer cette carte.

« Enchanté Eric. On peut dire que nous sommes quittes, oui. Après tout on a tous nos humeurs hein, ce n’est pas grave, j’ai vu pire t’inquiète pas. Et puis je n’ai pas été très correcte non plus. En tout cas, c’est gentil d’accepter mon invitation, j’ai bien cru que je n’allais pas réussir à te faire céder dit-donc ! Pour ce qui est des idées plus personnelles ne t’inquiète pas je suis pareille, voire pire, en tout cas sache que je serais là pour t’écouter et pour t’aider, d’accord ? Sinon pour les cours ce n’est pas trop grave aujourd’hui mais… Bon laisse on en parlera plus tard, je ne vais pas t’embêter avec ça, ce n’est pas vraiment mon but. On repart sur de bonnes bases ? »

Sa réponse confirmait bien que je m'étais trompé à son propos, et que je n'aurai pas du m'énerver contre elle comme çà. Plus que çà, je me rendis compte aussi que je jugeais surement mal une bonne partie des gens du lycée, que moi aussi j'étais bercé dans les préjugés comme tout le monde, même si je refusais de le voir, mais en jugeant les gosses de riches comme méchants et arrogants je me rabaissais au niveau de ceux que je critiquais tout les jours. Je ne remercierai jamais assez Marie pour m'avoir ouvert les yeux là-dessus.

J'avoue que je me sentais rassuré à cet instant, je savais que je pouvais parler à Marie et qu'elle n'en dirait rien aux autres et surtout qu'elle ne se moquerait parce que je viens de la banlieue, que je suis pauvre et que je vis dans un taudis dans les rues de Miami et que je vis d'une bourse scolaire que je touche une fois par mois. Je savais que je pouvais lui dire toutes ces choses, je le savais, mais il était clair que je ne pourrais pas lui dire tout çà comme çà, comme je lui ai dit je ne me confie pas facilement et il va falloir du temps pour que je lui parle de ce qui ne va vraiment pas chez moi, pourquoi je suis autant paranoïaque, le sujet que je n'ai jamais abordé et qui a faillit me coûter tant.

"Et bien oui repartons sur de bonnes bases alors, promis je referais plus mon numéro et je réfléchirai avant de juger les autres."

J'ai souris une nouvelle fois, pour faire comprendre que j'acceptais son aide, que je m'excusais de m'être comporté ainsi et que ça ne se reproduirait plus de si tôt, que j'allais faire de mon mieux pour ne pas juger les gens, mais il fallait pour çà que les autres fasse un effort aussi, car je me vois mal faire des efforts pour des personnes qui n'en font aucun et qui continuent à traiter les gens comme des moins que rien inférieurs à eux, je veux bien être gentil mais il y a bien sûr des limites. Je n'ajoutais rien, attendant que Marie me dise où nous allions car je n'avais aucune idée où se trouvait le café où elle voulait aller.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Ven 28 Fév - 18:44

Si l’argument de la gourmandise ne marche pas, celui marchera bien je pense. Tous les garçons aux monde ont se problème de… je ne sais pas comment dire. De virilité ? Oui on peut dire ça je suppose. Bon j’ai tenté de l’embêter un peu ça devrait le faire réagir, j’espère qu’il ne le prendra pas mal, sinon c’est foutu pour moi… Enfin pour aujourd’hui, je ne lâcherais pas l’affaire. Je crois que je me suis prise d’affection pour ce garçon, j’ai envie de le prendre sous mon aile. Qu’est-ce qu’il t’arrive Marie ? Aaaaah je ne sais pas, me regardez pas comme ça, je vais bien ! Non ? Je parle encore toute seule ? Je suis peut-être dérangée en fait. Bon mission du jour : aider ce garçon.

Mission qui est en bonne route, je vois que je le laisse dubitatif, il ne sait plus où se mettre. Mais merde je ne fais pas si peur que ça si ? Après m’être excusée il esquisse un petit bruit indescriptible, visiblement il est vraiment déboussolé. Ça m’embête, vraiment. Alors je renchéris avec deux autres arguments l’un comme dit précédemment, la gourmandise, le bon donut auquel personne ne résiste. Pourtant il ne répond pas, sûrement hésitant ce que je peux comprendre. Lui il m’agresse et moi je l’invite à prendre un café. En même c’est vrai que le lui est proposé de se confier à moi, je n’aurais peut-être pas dû, ça risque de le faire fuir, visiblement plutôt rebelle, pourquoi ce confierait-il à moi ? 

Alors en dernier coup de force, je tente de jouer sur sa virilité, de le défier. Aucun mec, surtout pas les jeunes ne résistent à une provocation sur ce point, allez comprendre pourquoi. Bon là si il refuse je suis vraiment dans la merde, enfin rien n’est en jeu, mais vous comprenez j’aime bien tout contrôler, arriver à tout dans ce que j’entreprends et donc un refus c’est difficile à encaisser. De toute façon je ne le laisserais pas, je m’acharnerais jusqu’à ce garçon accepte ma proposition et veuille bien ouvrir sa coquille. 

« Bon tu ne vas pas te défiler quand même, t’es un homme ou pas ? »

Après cette dernière tentative il se retourne, je vois une lumière s’éveiller dans ses yeux. J’avais raison il va réagir. Je définirais la lumière comme malicieuse, enfin peut-être pas, je ne sais pas, je ne sais plus. 

« Et bah euh disons qu'on est quittes alors ? Non ? Et je suis d'accord pour aller boire un café, de toute façon je ne comptais pas aller en cour aujourd'hui... Et pour euh te dire pourquoi je suis sous tension, pourquoi pas, mais je te préviens je ne me confie pas facilement. »

Il était quand même vachement hésitant dans ses propos quand même. Mais c’était mignon de le voir comme ça. Après deux secondes il ajoute :

"Ah au fait moi c'est Eric Lawner, enchanté."

« Enchanté Eric. On peut dire que nous sommes quittes, oui. Après tout on a tous nos humeurs hein, ce n’est pas grave, j’ai vu pire t’inquiète pas. Et puis je n’ai pas été très correcte non plus. En tout cas, c’est gentil d’accepter mon invitation, j’ai bien cru que je n’allais pas réussir à te faire céder dit-donc ! Pour ce qui est des idées plus personnelles ne t’inquiète pas je suis pareille, voire pire, en tout cas sache que je serais là pour t’écouter et pour t’aider, d’accord ? Sinon pour les cours ce n’est pas trop grave aujourd’hui mais… Bon laisse on en parlera plus tard, je ne vais pas t’embêter avec ça, ce n’est pas vraiment mon but. On repart sur de bonnes bases ? »
C’est ce qu’on appelle une question rhétorique je ne lui laisse pas vraiment le choix à vrai dire. Enfin si, je lui fais un petit sourire confiant, pour le rassurer. Il peut refuser, il a le choix mais je fais tout pour ne pas qu’il refuse. J’essaye de jouer un peu plus dans la finesse, je me dépasse, d’habitude je ne suis pas comme ça, c’est presque une première pour moi. Les inconnus qui m’envoient des pics d’habitude je les ignore ou alors je leur rends leurs méchancetés, je m’en fiche de ce que les gens pensent de moi. Ça devient plus difficile quand on s’attaque à ma famille, les gens jugent souvent trop vite les choses, et la famille c’est un sujet sensible pour moi, c’est pour ça que les gens qui s’y frottent s’y piquent souvent. Mais là ce n’est pas pareil, même si il a vraiment mal commencé, il m’a vite fait voir une autre facette, plus sensible, ce qui a provoqué une part d’affection pour le garçon, enfin Eric. Oui je l’ai déjà dit il me fait un peu penser à un mini Matt, un mini Matt que j’ai envie d’aider, plus un défi personnel qu’autre chose en fait. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Mer 26 Fév - 23:13

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric Lawner.


Et attention Mesdames et Messieurs, dans un instant, sous vos yeux ébahis Eric Dereck Lawner va reprendre le contrôle de son cerveau, pour enfin agir comme un jeune adulte. Si cela vous étonne croyez moi, je ne m'y attendais pas non plus. Si sa première réaction m'avais prise de cour, je me suis aussi rendu compte que je n'étais pas doué pour comprendre un changement d'attitude soudain.

J'étais tellement sûr que Marie allait soit juste m'ignorer, après tout c'est ce que tout le monde fait quand je me conduis comme çà, ou alors je pensais qu'elle ne me laisserai pas m'en sortir comme çà, qu'elle allait continuer à me faire comprendre à quel point j'ai été débile comme çà de la juger et de parler ainsi. Mais non, encore une fois Marie me pris totalement par surprise, en changeant totalement d'attitude.

Comment aurais-je pu prévoir après les tirades qu'elle m'avait servie, qu'elle allait m'attraper le bras pour me retenir? A ce moment là, je me suis dis que j'étais bon pour entendre une autre réplique sur le fait que j'étais immature et bourré de préjugé, mais non, rien de tout çà, juste: « Non c’est moi qui m’excuse, j’ai été un peu sèche. Et non je laisse pas tomber !» Pardon ? Je ne comprend plus rien du tout, je croyais qu'elle m'en voulait de l'avoir agressée comme çà, là c'est elle qui s'excuse, trop d'informations pour moi d'un seul coup.

"Je..." Pas un seul mot de plus ne franchit mes lèvres, qu'est ce qui se passait aujourd'hui? Normalement, je trouve toujours quelque chose à répondre aux gens, mais là non, rien, le vide intersidéral dans mon cerveau. Mais bizarrement, ses mots me font reprendre confiance en moi et voir Marie sous une autre lumière. La suite de ses paroles, vont me conforter sur cette vision. « Bon allé vient on va boire un café au centre-ville et on reparlera de tout ça ok ? Tu me diras qui tu es, d’où tu viens et ce qui t’amène dans un lycée pareil et puis pourquoi tu es sous-tension hein ? Allé vient, je vais pas te manger ! En plus ils font des bons donut’s ! »

Bon d'accord, j'ai d'abord hésité à accepter son offre, je ne la connaissais pas vraiment, et puis je venais quand même de l'agresser sans raison comme çà au détour d'un couloir, j'avais peur de me sentir un peu mal à l'aise d'aller boire un café comme çà avec elle, alors que je venais ni plus ni moins de l'insulter. Mais elle avait l'air tellement sincère, et elle avait l'air tellement l'air de vouloir m'aider que je me suis laisser convaincre, peut de gens veulent me parler et encore moins pour m'aider. Et puis elle a évoqué des donuts et là bien sur je n'avais plus aucun argument pour refuser, alors que j'allais dire que j'accepte son invitation, elle a ajouté: « Bon tu ne vas pas te défiler quand même, t’es un homme ou pas ? »

Si elle mettait ma virilité en question alors je n'avais plus intérêt à refuser, question de fierté de sportif vous comprenez. "Et bah euh disons qu'on est quittes alors ? Non ? Et je suis d'accord pour aller boire un café, de toute façon je ne comptais pas aller en cour aujourd'hui... Et pour euh te dire pourquoi je suis sous tension, pourquoi pas, mais je te préviens je ne me confie pas facilement." Ceci dit, je sentis que j'oubliais quelque chose: "Ah au fait moi c'est Eric Lawner, enchanté."



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Mar 25 Fév - 15:43

«Qu'est ce qu'il y a River? Sérieusement t'a rien d'autre à faire que de me regarder avec un regard du genre: le pauvre il a pas assez de fric pour se fringuer. Ca me saoule vraiment ! »

La voix du jeune-homme me sort de mes pensées. Oui je sais vous allez encore dire que je suis trop souvent dans mes pensées mais bon ça m’apprendra. Comme je suis prise au dépourvu par cette attaque, ça m’agace. La tension monte en moi, c’est assez inhabituel. Je ne sais pas trop pourquoi, sûrement parce que ce jeune homme ce permet de ma cataloguer juste de par mon nom et de ma condition familiale. Enfin ici on était dans un lycée de riches quand même fallait pas qu’il s’attende à autre chose ! Et puis d’où il me connait d’ailleurs ? Je ne suis pas une peste, je suis même plutôt discrète certes je fais partie de l’équipe des Cheers du lycée mais bon quand même. Je crois que c’est quand même bien la première fois qu’on me parle comme ça dès la première rencontre, un ado en plus. Fille de riche, je sais me contrôler et ma bienséance reprend le dessus. Je me décide à répondre au garçon en prenant une voix sévère mais contrôlée, et inévitablement je le vouvoie.

 « Je crois qu’on ne se connait pas jeune-homme. De un il me semble que vous êtes habillé, plutôt bien d’ailleurs, de deux j’en ai strictement rien à faire que vous soyez pauvre où quoi que ce soit d’autre et de trois vous n’avez pas à me parler sur ce ton. Après si je vous regardais c’est uniquement car je remarquais que je ne vous avais jamais vu avant alors la prochaine fois réfléchissez avant d’agresser quelqu’un, ça a du plus mauvais effet. »

Forcement je remarque alors ma bêtise. Il me prend déjà pour quelqu’un de hautain et en plus je le vouvoie non, pas bien joué là, Marie. Mais je suis préparée à tout et je sais anticiper et régler les problèmes, alors je décide de poursuivre ma phrase en étant plus dans son registre. Parler avec des mots réfléchis et bien pensés à un jeune-homme énervé n’est toujours pas la meilleure solution, non, avec eux il faut aller droit au but. Comment je sais ça ? Ben par principe ce garçon est de l’âge de mon petit frère Matt, il doit réagir un peu pareil, d’ailleurs ils le sont un peu, dans les genres impulsifs et agressifs c’est la même chose donc je m’y connais.

« Vu que tu sembles assez familier avec moi et connaître mon nom et ma situation, je vais à mon tour te demander te présenter. A moins que ça aussi ça te dérange ? Puisque Monsieur à l’air d’aimer les préjugés, peut-être qu’une gosse de riche n’a pas le droit de lui parler ? »

Là je le regarde dans les yeux, toujours sévèrement, le jeune-homme à l’air déstabilisé. Je réprime un sourire, je lui ai bien cloué le bec à ce petiot. Bon j’y étais peut être allé un peu fort mais en même temps comme je vous l’ai dit, j’ai horreur qu’on me juge et les préjugés en général ce n’est vraiment pas ma tasse de thé. Finalement le garçon ne semble plus savoir quoi dire et je me sens un peu mal de l’avoir envoyé bouler comme ça, ce n’était pas très cool. Après tout moi non plus je ne connaissais rien à sa vie, si il avait dit ça c’est certainement parce que quelque chose l’avait poussé à le faire. On dit souvent en médecine que les ados les plus turbulents sont ceux qui ont le plus de problèmes familialement. Rien que Matt est un bon exemple mais bon lui c’est une autre histoire, qui ne vous regarde pas d’ailleurs.

« Ecoutes désolé de t'avoir parlé comme çà Marie, tu m'a rien fait et j'ai mal réagit excuse moi, c'est juste que je suis sous pression en ce moment. Comprend moi, d'habitude, les gosses de riches comme tu dis me cherchent des poux... Et maintenant j'ai l'air ridicule à m'expliquer... Bref laisse tomber, une fois encore désolé »
Vous voyez j’avais raison ! Enfin en parti. Sa réaction me prend au dépourvu je ne sais pas quoi faire, j’y suis vraiment allé fort pour le coup. En me parlant il baisse même la tête et commence à partir, non je n’allais pas le laisser s’en tirer comme ça. Si il est vraiment est sous pression comme il le dit ou qu’il a des problèmes avec les autres pétés de tunes égocentriques du lycée je me devais de l’aider. Gentille vous dites ? Non pas tellement c’est juste qu’il me fait penser à Matt et puis l’adolescence est une période difficile alors autant l’aider, surtout que apparemment il a l’air d’être plutôt perdu ici. Je lui attrape le bras l’empêchant ainsi de partir.

« Non c’est moi qui m’excuse, j’ai été un peu sèche. Et non je laisse pas tomber !»

Ah ça fait bizarre de s’excuser, vraiment. Je le vois hésitant alors je me décide à poursuivre. Après tout je suis encore qu’une gosse de riche qui l’a remis à sa place alors je dois forcer un peu la porte pour qu’il veuille bien l’ouvrir. Trouve une idée, trouve une idée. Ah oui c’est bon ! Allé on tente au pire on essaiera autre chose. Il me tourne toujours à moitié le dos mais je lui souris quand même pour qu’il perçoive mon envie d’être « gentille ».

« Bon allé vient on va boire un café au centre-ville et on reparlera de tout ça ok ? Tu me diras qui tu es, d’où tu viens et ce qui t’amène dans un lycée pareil et puis pourquoi tu es sous-tension hein ? »

J’arrive même à lui faire un sourire. Observez bien la scène ça se reproduira rarement les amis ! Bon du coup comme je ne sais pas trop comment m’y prendre j’ai été un peu directe, il va me prendre pour une folle. Mais bon je fais ça pour lui : parler ça fait du bien parfois… M’enfin je ne sais pas pourquoi je m’intéresse tant à ce garçon je ferais mieux de retourner en cours. D’ailleurs si il accepte ma proposition on va devoir sécher deux trois cours mais bon ça se rattrape non ? Au pire je ferais un mot d’excuse ils accepteront bien ça. Alalalala. Bon allé argument de choc pour qu’il accepte.

« Allé vient, je vais pas te manger ! En plus ils font des bons donut’s ! » lui dis-je en lâchant son bras.

Bon là il ne pouvait plus refuser aucune personne au monde ne peut refuser un bon donut’s si ? Surtout pas un ado hein ? Priez avec moi s’il vous plait. Avec ce garçon j’ai envie de bien faire pourtant je ne le connais même pas, et puis l’échec ce n’est pas dans mes habitudes, s’il refuse je le harcèlerais jusqu’à ce qu’il accepte mon invitation, après tout c’est pour son bien ! Bon dernière tentative, plutôt… osée.

« Bon tu ne vas pas te défiler quand même, t’es un homme ou pas ? » le taquiné-je.

Si l’argument de la gourmandise ne marche pas, celui marchera bien je pense. Tous les garçons aux monde ont se problème de… je ne sais pas comment dire. De virilité ? Oui on peut dire ça je suppose. Bon j’ai tenté de l’embêter un peu ça devrait le faire réagir, j’espère qu’il ne le prendra pas mal, sinon c’est foutu pour moi… Enfin pour aujourd’hui, je ne lâcherais pas l’affaire. Je crois que je me suis prise d’affection pour ce garçon, j’ai envie de le prendre sous mon aile. Qu’est-ce qu’il t’arrive Marie ? Aaaaah je ne sais pas, me regardez pas comme ça, je vais bien ! Non ? Je parle encore toute seule ? Je suis peut-être dérangée en fait. Bon mission du jour : aider ce garçon.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Lun 24 Fév - 17:38

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric Lawner.


Il y a des fois où je suis vraiment le roi des abrutis, et le plus souvent c'est par ce que j'ouvre ma grande bouche avant de réfléchir aux conséquences de mes paroles. Et c'était de pire en pire ces derniers temps, vraiment je suis pas comme çà d'habitude, normalement je réfléchis bien, mais en ce moment je ne sais pas pourquoi mais les remarques des gens, les remarques me touchent plus qu'avant, au point que je ne contrôle plus du tout mes réactions.

Il fallait que je me calme, et sérieusement, parce que pour l'instant çà allait à peu près mais ça risquait de dégénérer si ça continuait. L'autre jour par exemple, si je n'avais pas crié quand on m'a bousculé dans la file de la cafétéria je n'aurai pas récolté d'oeuil au beurre noir. La situation devenait incontrôlable et ce qui s'est passé avec Marie le prouve totalement.

C'est un peu pour çà aussi que j'ai été surpris par sa réaction, d'habitude personne ne fait attention à moi, même quand je gueule ou que j'embête les gens, on lève les yeux au ciel et on fait semblant de ne pas m'avoir entendu. Alors qu'elle me réponde avec autant de vigueur m'a totalement déstabilisé.

« Je crois qu’on ne se connait pas jeune-homme. De un il me semble que vous êtes habillé, plutôt bien d’ailleurs, de deux j’en ai strictement rien à faire que vous soyez pauvre où quoi que ce soit d’autre et de trois vous n’avez pas à me parler sur ce ton. Après si je vous regardais c’est uniquement car je remarquais que je ne vous avais jamais vu avant alors la prochaine fois réfléchissez avant d’agresser quelqu’un, ça a du plus mauvais effet. »

Impact direct, comme un uppercut dans le ventre, me laissant pantelant et sans voix. Je ne trouvais rien à répondre, sûrement parce qu'elle avait totalement raison, sur toute la ligne, même si le fait qu'elle me vouvoie comme çà avait tendance à fortement m'agacer, je ne pouvais pas nier le fait qu'elle avait raison, je n'eu pas le temps de répliquer qu'elle repartit à l'attaque.

« Vu que tu sembles assez familier avec moi et connaître mon nom et ma situation, je vais à mon tour te demander te présenter. A moins que ça aussi ça te dérange ? Puisque Monsieur à l’air d’aimer les préjugés, peut-être qu’une gosse de riche n’a pas le droit de lui parler ? »

Ground Countrol To Major Tom, on a perdu le contact avec Eric Lawner, Eric vous nous recevez ? Ok, le deuxième m'a prise de cour encore plus que la première. Je devais trouver quelque chose à répondre, ne pas perdre la face, mais là rien ne venait, parce que je savais qu'elle avait raison et que quoi que dise j'allait me ridiculiser.

"Ecoutes désolé de t'avoir parlé comme çà Marie, tu m'a rien fait et j'ai mal réagit excuse moi, c'est juste que je suis sous pression en ce moment. Comprend moi, d'habitude, les gosses de riches comme tu dis me cherchent des poux... Et maintenant j'ai l'air ridicule à m'expliquer... Bref laisse tomber, une fois encore désolé" dis-je en baissant la tête, m'apprêtant à repartir pour ne pas avoir à subir sa réaction.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Dim 23 Fév - 21:59

Aujourd’hui je n’ai rien de prévu. Juste des révisions, de la musique encore et encore. Enfin je devais quand même aller en cours, inévitable pour réussir mes études. Et puis bon j’aime apprendre. OUI ça existe les gens qui aiment apprendre et NON ce n’est pas bizarre. J’avais toujours le nez dans les bouquins de médecine ou alors on me voyait faire de la musique ou profiter de l’extérieur, les seuls endroits autres que ceux-là où on pouvait me trouver était au club de boxe ou à un entrainement de cheerleading. Bizarre une fille intelligente qui fait du cheerleading et de la boxe? Et qui en plus fréquente des filles superficielles et des brutaux ? Premièrement pourquoi une fille intelligente serait moche ou n’aurait pas le droit du sport ? Et pourquoi une fille intelligente devrait avoir peur des autres ? Et ensuite pourquoi une fille intelligente ne pourrait pas être superficielle ou brutale ? Le problème chez les gens est les stéréotypes. Juste vous avouez que vous ne me pensiez pas comme ça. Mais en quelque sorte vous avez raison, je n’aime pas les personnes superficielles, pourquoi ? Parce que c’est un monde assez limité, vous voyez encore un stéréotype, non plutôt un monde fermé, qui juge trop. 

Enfin vous allez peut-être encore dire que je philosophe trop mais même si on se dit que l’on ne juge pas, qu’on n’a pas de stéréotypes, on en a toujours. En fait la société nous oblige à en avoir. C’est dur d’y résister et de penser autrement puisqu’on est élevé comme ça.   Vous voyez ou je vous éclaire ? Bon ok je vous éclaire. Par exemple tout simple, les riches apprennent à mépriser les pauvres et les pauvres apprennent à envier les riches. Ou alors on nous apprend à être intelligent et que les artistes sont nuls. Enfin ça on nous le dit pas on nous le fait comprendre. Quelqu’un qui est plus créatif qu’intelligent est voué à l’échec selon le monde actuel. Débile hein ? Et puis souvent on juge quelqu’un par son physique mais ça vous connaissez bien non ? Moi je pense que juger n’est pas bien, mais pas beaucoup de monde pense comme moi et c’est pour ça que je me méfie des gens. En fait j’ai horreur qu’on me juge moi, ou ma famille sans qu’on me connaisse. Qu’on puisse se permettre d’être méchant ou hautain et changer son comportement car on s’adresse à une personne qui nous SEMBLE comme si ou comme ça. Si par exemple demain je m’habille en jean pour aller à une vente aux enchères privées de riche, tout le monde me jugera comme une pauvre ou une folle alors qu’en fait je suis plus riche que la plupart des gens dans la salle. 

Cependant être riche m’offre-t-il  plus de droits que les autres gens ? Non. Plus de bonheur ? Non plus. Je ne comprends pas la plupart des riches, comme si l’argent pouvait tout résoudre. L’argent est un poison, ça provoque l’envie, la jalousie, l’avarie même pour certains. Et puis par exemple mes parents ne se sont jamais occupés ni de moi ni de Matt. Enfin ça ça ne vous regarde pas. Je ne sais pas quoi dire d’autre à part que les préjugés ce n’est pas bien, pour personne. D’ailleurs en parlant de ça, je suis tranquillement en train de me balader dans les couloirs du lycée, comme à mon habitude dans mes pensées. Puis je remarque un beau jeune-homme que je n’ai jamais vu auparavant, il doit avoir à peu près l’âge de Matt, plutôt mignon. Mais forcement il le remarque et réagit très vite, me prenant au dépourvu il me lance :

«Qu'est ce qu'il y a River? Sérieusement t'a rien d'autre à faire que de me regarder avec un regard du genre: le pauvre il a pas assez de fric pour se fringuer. Ca me saoule vraiment ! »

Oula déjà lui ça va pas le faire. Non mais vraiment pour qui il se prend ce petiot ? Déjà comment il connait mon nom ? Décidément je les collectionne les gens bizarres en ce moment. Bon Marie ne t’énerve pas si il dit ça c’est qu’il a une raison. Certes il n’a pas le droit de te parler comme ça mais bon après tout ton petit frère est pareil hein, non ? OUI je parle toute seule mais je dois relativiser, sinon je m’abaisse à son niveau. NON Marie là tu juges, a-t-il vraiment un niveau ? BON arrête de penser et répond lui. 

« Je crois qu’on ne se connait pas jeune-homme. De un il me semble que vous êtes habillé, plutôt bien d’ailleurs, de deux j’en ai strictement rien à faire que vous soyez pauvre où quoi que ce soit d’autre et de trois vous n’avez pas à me parler sur ce ton. Après si je vous regardais c’est uniquement car je remarquais que je ne vous avais jamais vu avant alors la prochaine fois réfléchissez avant d’agresser quelqu’un, ça a du plus mauvais effet. »

Bon sale habitude je vouvoie les inconnus, avec lui ça va pas être bon, il va se braquer et me rejuger en me prenant pour une grosse riche qui le toise. Bon, avant qu’il ne reprenne de plus belle et me fasse un nouveau reproche j’enchéris : 

« Vu que tu sembles assez familier avec moi et connaître mon nom et ma situation, je vais à mon tour te demander te présenter. A moins que ça aussi ça te dérange ? Puisque Monsieur à l’air d’aimer les préjugés, peut-être qu’une gosse de riche n’a pas le droit de lui parler ? »

Vous voyez quand je vous parlais des mauvais préjugés ? C’était le bon exemple. Et vous voyez aussi que les riches n’ont pas le meilleur effet sur tout le monde et que même quand on n’en cherche pas, les ennuis viennent quand même. Alalalala, sacré vie. Mais bon hein qui vivra verra comme on dit ! 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   Dim 23 Fév - 19:34

Mauvaise Première Impression.
A Story With Marie J. River & Eric D. Lawner.



Les préjugés, je passe mon temps à me battre contre eux, toute mon enfance, j'ai subit les remarques des autres au sujet de mon origine sociale. Je suis pauvre c'est un fait, mais qu'on me le rappelle tout les jours, c'est un peu poussé non ? Qu'est ce qu'on les gens à se croire si puissants juste parce que leurs portefeuilles sont pleins de billets verts ? Moi je touche à peine 800 dollars par mois pour ma bourse, j'ai du mal à finir les fins de mois, mais c'est pas pour çà que je me sens inférieur pour autant, j'ai juste une façon de vivre différente des autres, c'est tout.

Mais force est de constater que des préjugés j'en ai aussi, le principal étant de croire que tout les gosses de riches sont des mauvaises personnes et des profiteurs: au fond de moi je savais que ce n'était pas vrai, que c'était parce que je trouvais injuste qu'ils soient nés avec beaucoup d'argent et moi pas. Ça m'a conduit à faire pas mal d'erreurs dans ma vie d'ailleurs, certaines plus graves que d'autres. J'ai conscience que vous raconter tout çà n'a pas vraiment grand intérêt mais c'est important pour la suite des évènements.

C'était une journée comme les autres: ennuyante à mourir au lycée, des cours, encore des cours et la menace de finir en retenue. Bref, une journée toute à fait normale en somme. Si on met de côté une rencontre. Marie J. River. J'avais entendu parler d'elle pendant mes deux premières semaines ici, elle est riche, et donc pour moi c'était sur que je ne lierai jamais d'amitié avec elle, pour moi ça semblait totalement impossible. Je sortais de cour ce lundi, j'arrivait dans le couloir pour me diriger vers mon prochain cour, quand je vis Marie me jeter un regard que je ne sut pas interpréter. Forcément je démarre au quart de tour et je lui lance.


"Qu'est ce qu'il y a River? Sérieusement t'a rien d'autre à faire que de me regarder avec un regard du genre: le pauvre il a pas assez de fric pour se fringuer. Ca me saoule vraiment !"

Mode préjugé activé et j'allais apprendre très très rapidement à quelles points mes idées sont fausses et j'allais pas tarder à la regreter.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]
» La première impression est toujours la bonne ... [Maddy ♥]
» Première impression [Libre]
» [L-7] Une première impression
» La première impression est toujours la meilleure • ft. Gron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: