AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeSam 22 Mar - 9:29



Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires.



Ilyès & Harmony

.



HRP: depuis le temps qu'on l'a ouvert et avec ton absence j'ai préféré amorcer la fin. Et vu le peu que j'ai ajouté, peut-être qu'on peut conclure avec mon post... c'est toi qui vois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeVen 21 Mar - 10:33

Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires


Harmony & Ilyès

Oui, sur le coup, le jeune homme aurait pu se faire plus mal, beaucoup plus mal. Mais ce n’était pas ça qui allait le déranger. Il aurait sans doute des bleus, quelques égratignures en retirant ses vêtements, mais rien d’extraordinaire. Et puis il n’était pas du genre à ruminer pendant 150 ans « Mon dieu, mais j’aurais pu me tuer ! ». Ça n’avançait à rien, c’était inutile, c’était du passé. La jeune fille, répondant au doux nom d’Harmony, se présenta et lui proposa de chercher ce qu’il avait perdu avec lui. Il partit d’un côté, elle de l’autre, et la brunette sortit victorieuse de ses fouilles. Elle lui rendit ses objets et il constata avec joie qu’ils n’avaient pas subi de dégâts importants. Il repartit dans un mini monologue tout en la remerciant. Presque comme quelqu’un qui tiendrait à lui, elle lui conseilla de faire attention, que ça serait dommage qu’il se casse quelque chose. il faillit sortir « encore » dans un rire jaune mais il se retint. Il n’avait pas spécialement envie de revenir sur les circonstances de sa dernière blessure. Il n’était pas traumatisé à l’extrême, mais la fusillade n’était pas un souvenir très plaisant à évoquer.
La jeune fille le questionna sur l’établissement où il suivait ses études et il fut très étonné quand elle évoqua Wynwood. La connaissait-il ? Il n’en avait pas le souvenir, mais en même temps, il n’avait pas une super mémoire et il laissait échapper beaucoup de détails au cours de ses journées. Il avoua être en sénior et lui demanda s’ils s’étaient déjà vus.

-Non je ne pense pas ou alors de loin. Je suis en senior aussi.

Il l’avait sans doute aperçue dans les couloirs, ou dans un amphithéâtre, raison pour laquelle elle savait qu’ils étaient dans le même établissement. Mais ils n’avaient pas le même groupe d’amis il supposait, donc ils ne s’étaient jamais parlé. A l’avenir, il se souviendrait d’elle, sans problème. Il révéla sa confrérie et essaya de deviner la sienne. C’était tout à fait arbitraire comme jugement, mais il en vint à la conclusion qu’elle appartenait aux artistes. Il ne savait pas pourquoi, sans doute à cause de son appareil photo, qu’il montra pour justifier son cheminement. Elle secoua énergiquement les mains pour faire comprendre qu’il se trompait à ce sujet.

-Ah non c'est flatteur mais je ne peux pas adhérer à cette confrérie, je n'ai aucun talent. Je suis une simple Nu Zeta.

A l’entendre parler, on pouvait presque sentir qu’elle aurait bien aimé faire partie des Alpha pourtant. Les Nu Zeta, finalement, ça ne l’étonnait pas trop. Elle semblait simple, elle devait aimer la nature à la voir se promener et en prendre des photos. Ilyès aima apprendre ce petit détail sur elle et fut quand même un peu triste de voir qu’elle se jugeait pas assez « à la hauteur », il était persuadé qu’elle se trompait, même si ce n’était peut-être pas le cas. Il acquiesça sans commenter et préféra lui poser des questions sur la photographie, curieux. Le jeune homme aimait bien poser des questions, il aimait bien savoir. Ce n’était pas forcément du commérage, puisqu’il oubliait la plupart des choses qu’on lui disait, c’était plutôt de l’intérêt.

-Oui j'aime prendre les animaux et la nature en photo, je trouve ça fascinant. Je sais pas si on peut parler de passion mais j'aime énormément ça, c'est paisible ici, je m'y sens chez moi. Avec la musique, la lecture et l’équitation c'est surement la 4eme chose que je préfère faire. Et toi, tu pratiques quel genre de sport?

A l’entendre, il était presque persuadé qu’elle aurait pu faire partie des Alpha Psi, mais après tout, il ne connaissait rien à cette confrérie, il n’y avait pas d’ami d’ailleurs, et ça ne suffisait peut-être pas au chef pour accepter la demoiselle dans ses rangs. Il nota dans un coin de sa tête qu’elle faisait de l’équitation, même si ça ne lui suffirait sans doute à rien et qu’il rayerait bien vite ce détail.

- Comme beaucoup de sportifs, la base, je fais du jogging, fin pas juste 10 minutes par jour, je veux dire que je peux bien courir, même si je suis plus performant niveau endurance que vitesse. J’ai voulu m’essayer au basket mais je crois que je suis trop petit pour ça, c’est pas trop mon truc. Sinon, j’ai appris la boxe, mais ça, c’est surtout pour me défendre. Mon réel dada, c’est le tennis, c’est vraiment LE truc qui a fait que je me suis mis au sport. Mais en ce moment j’en fais pas parce que je me suis cassé le bras. J’attends d’être bien remis pour recommencer, je veux pas aggraver les choses en forçant et devoir attendre encore plus longtemps. Rien d’extraordinaire quoi.

Des fois, il se demandait ce qu’il faisait chez les Rho Kappa. Bien sûr, il faisait plusieurs activités sportives et tout, mais bon, il avait l’impression que les autres étaient beaucoup plus investis. Par exemple, lui, il ne faisait pas de compétitions, ou très rarement. Ça, ça venait surtout du fait que ses parents ne voulaient pas qu’il soit sportif de haut niveau et qu’il en fasse son métier. Et puis surtout, il ne se pensait pas assez bon, parce qu’il s’y était mis tardivement. Il n’était pas sportif depuis qu’il avait trois ans. Il remettait souvent en cause sa place au sein de la confrérie, mais jamais il ne l’avait quittée. Tout bas, il fit une remarque idiote, se reconcentrant sur sa rencontre avec la brunette. Elle rit, ce qui n’était pas recherché, mais plutôt bienvenue. Elle qualifia même ça d’original, en affirmant qu’il était le premier et le dernier. Ce qui valait mieux pour elle quand même, parce que bon, une pluie d’homme sur la tête, ça devait faire mal.

- de toute façon, ça ne risque pas... je veux dire... que tous les mecs de Miami me tombent dessus et c'est pas plus mal à dire vrai mais au moins, j'aurais pu faire ta connaissance. Tu viens souvent courir dans cette forêt? C'est la première fois que je te vois.

- Non, d’habitude je me contente de la ville ou du stade de l’école, pour une fois, j’ai eu envie de changer. J’habite juste à côté en fait, j’ai mon appartement, et j’étais jamais venu, je sais pas pourquoi. J’ai voulu découvrir un peu, je me suis lassé des buildings, ici c’est beaucoup plus apaisant quand même. Peut-être qu’on se recroisera ici alors !

Il lui fit un grand sourire alors que les yeux d’Harmony se reposaient sur lui.

- Si tu es un rho kappa, tu dois connaître Kevin, Mattew, Emeric ou même Trey?

Visiblement, elle, elle semblait en connaître quelques-uns des Rho Kappa. Le garçon réfléchit un instant, surtout au sujet de Matthew. Quand enfin il mit un visage avec le nom, il lui répondit.

- Bien sûr, Kevin est un super ami, il m’aide beaucoup en plus de ça, très chouette type. Emeric, c’est le chef, alors forcément. Matthew, j’ai dû le croiser, comme tout frère ou sœur de confrérie, mais sans plus. Comme je ne vis pas là-bas, déjà, ça aide pas. Et Trey … Qui ne connait pas ce tocard homophobe ?

Il émit un petit rire pourtant dénué de joie. Malheureusement, tout le monde connaissait cet abruti, et lui, il faisait en plus les frais parce qu’il aimait les hommes. Indirectement, il venait de laisser supposer à la jeune fille son orientation, même s’il fallait être sur le moindre détail pour le deviner. Il y avait tellement de trucs concernant Trevor qu’on s’attachait à ce qui nous était le plus personnel. Sans doute que si Ilyès avait eu d’autre origine, il aurait dit raciste à la place d’homophobe, il se serait adapté.

- Si tu veux mon avis, vaut mieux l’éviter celui-là. Mais il est tellement pote avec le chef que bon, c’est pas facile facile. Je regrette pas de pas avoir de chambre dans le bâtiment commun, au moins, j’évite de croiser ça.

Ilyès n’était pas d’une nature méchante, mais là, il n’arrivait pas à se montrer gentil envers son confrère, c’était au-dessus de ses forces. Il regrettait un peu d’avoir été dur, il ne voulait pas montrer une image erronée à la jeune fille, mais au final, elle était assez intelligente pour se faire un avis sur lui sans se baser sur juste les 2-3 mots dits à un moment dans une conversation. Au pire tant pis, les gens qui jugent juste sur une seule impression à un moment n’en valaient pas la peine, mais il était persuadé que ce n’était pas son cas à elle.

-Tu connais quelque Nu Zeta ou pas du tout? Enfin je veux pas te déranger plus longtemps, tu veux surement reprendre ton activité où elle s'est interrompue.

Il réfléchit de nouveau, mais cette fois-ci, il n’avait pas à le faire beaucoup. A vrai dire, il n’en connaissait aucun, à moins qu’il ne le sache tout simplement pas.

- Non, pas du tout. Toi maintenant ! Et tu me déranges pas, j’ai toute ma journée pour courir et je crois que je vais arrêter là pour aujourd’hui, ça suffit comme ça.

Avec sa chute, il préférait ne pas forcer, ce n’était pas très prudent. Surtout avec son bras, même s’il ne s’en servait pas pour courir, il valait mieux ne pas continuer. Mais il n’avait pas spécialement envie de rentrer chez lui, de s’enfermer dans son appartement trop grand, il était bien dehors, il était bien à discuter même si la demoiselle semblait gênée. Elle ne le dérangeait absolument pas. Il eut une idée, il ne savait pas si c’était une bonne idée mais il s’en fichait un peu. Il n’était pas du genre à se poser des questions avant, ce qui pêchait souvent.

- Dis … j’aimerais quand même me faire pardonner pour mon entrée en matière brutale. Je t’offre un verre quelque part ? T’es pas obligée d’accepter, c’est pas du tout une technique de drague hein, juste une invitation … amicale.

Ce qui était strictement vrai. Il ne rajouta pas que de toute façon, il n’était pas intéressé par les filles, mais dans sa tête, c’était quand même très clair. Bien sûr, la demoiselle ne pouvait pas le savoir mais tant pis.

- Et si ça te dérange vraiment, je peux te laisser payer ton verre. Faut que je repasse chez moi chercher un peu d’argent, comme ça, ça te laissera le temps de t’enfuir si tu changes d’avis !

Il lui offrit à nouveau un grand sourire innocent. Il n’avait aucune mauvaise intention et ça se voyait sur son visage et dans son attitude. Il voulait se faire « pardonner » dans un sens mais il voulait aussi discuter avec cette jeune fille qui ne le trouvait visiblement pas débile ou tapant sur les nerfs.
(c) Arwy



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeMar 25 Fév - 14:57



Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires.



Ilyès & Harmony

.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeVen 21 Fév - 21:53

Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires


Harmony & Ilyès

-Vous avez de la chance de ne pas vous être blessé gravement alors si vous êtes si maladroit.

Elle ne pouvait pas mieux dire ! Ilyès réussit même à lui arracher un sourire, même s’il ne se rendait pas compte de l’exploit que ça représentait. Le garçon avait toujours cette innocence collée sur le visage, celle qui le caractérisait tant, ainsi que son sourire d’ange. En le voyant comme ça, il était impossible de le penser méchant, même en étant le plus parano au monde. Il respirait la sincérité, la gentillesse et la bonne énergie. Il respirait aussi le ridicule, avec sa feuille collée sur la joue. La jeune fille le lui fit gentiment remarquer d’ailleurs. Il s’empressa de la retirer et de remercier la jolie brune. Il la mit même un peu plus en confiance. Il avait développé ce don, même s’il ne s’en rendait pas compte. Il remarqua alors les jolies fleurs qu’il avait littéralement écrabouillées, pulvérisées même. Il entreprit donc de s’excuser pour ça, mais comme souvent, il se perdit tout seul dans son flot de paroles. Ça le rendait presque louche alors que c’était justement de cette image dont il voulait se défaire. La demoiselle l’observa avant de lui répondre.

-Tu ne l'as pas fait exprès, ce ne sont que des fleurs ça aurait été pire si tu t'étais cassé quelque chose. Pour un détraqué tu es bien lucide sans compter que tu parles plus que tu agis. J'étais juste surprise, je voulais pas te donner l’impression que je te prenais pour un détraqué même si l'idée m'a traversée l'esprit.

Il ne savait pas comment il devait le prendre. Peut-être que c’était un automatisme, que d’avoir l’idée pour lui traverser l’esprit. Il ne répondit rien, il n’allait quand même pas discuter de sa condition de détraqué ou de non détraqué avec une inconnue ! Et puis, il se rendit compte qu’il avait perdu des affaires dans sa chute. Il les chercha du regard mais ne trouva rien. Comme c’était impoli de partir les récupérer comme ça, il se présenta d’abord et tenta de s’assurer qu’il ne la ferait pas fuir en faisant un geste brusque. Il avait déjà assez fait de faux pas pour le moment, pas la peine d’en rajouter à la liste. Visiblement, elle n’était pas du même avis que lui.

-Enchanté Ilyès, je m’appelle Harmony. Je ne trouve pas que cette première impression est si désastreuse.

Etait-elle sincère ou lui disait-elle ça juste pour le rassurer ? Ilyès n’en savait trop rien mais il préféra croire qu’il n’avait pas été aussi ridicule qu’il le pensait.

- Enchanté Harmony.

-Tu as perdu quelque chose? Tu veux qu'on le cherche ensemble? Ça sera plus facile à trouver.

Le jeune homme ne gratta la nuque, un peu gêné. Il ne lui en demandait pas tant, elle était vraiment sympathique de vouloir l’aider. Ou peut-être voulait-elle s’assurer qu’il avait vraiment quelque chose à chercher ? Parce qu’il pouvait très bien vérifier qu’il n’y avait personne autour, lui sauter dessus, la violer, l’étrangler et la laisser là … Mais soyons objectifs, tout le monde sait qu’il n’en serait pas capable.

- Euh … oui, ma gourde avec mon eau et mon lecteur de musique. Ils ont dû s’arracher quand je suis tombé, dans quel état je vais les retrouver !

Après tout, on pouvait très bien penser qu’il s’en fichait, qu’il pouvait repayer, ce qui était tout à fait vrai. Mais non, ces objets avaient une valeur sentimentale. La gourde, c’était la première qu’il s’était achetée, quand il s’était mis au sport, après sa période difficile et sa tentative de suicide. Quant à sa Play List … Elle représentait bien qui il était, la vie qu’il menait, la musique qu’il écoutait tous les jours. Ça lui tenait donc à cœur de tout retrouver, même si ça pouvait paraître stupide.

-Très bien je pars à droite et toi cherches à gauche.

- Ok chef !

Il émit un léger rire et lui obéit sans rien dire de plus, même s’il aurait pu grommeler, comme tout homme qui se respecte en recevant des ordres d’une apparente douce jeune fille. Lui, il s’en fichait un peu, il partit donc à gauche et se baissa pour fouiller le sol, pousser les feuilles, les branches d’arbre, tout ce qui aurait pu cacher ses précieux objets à retrouver. Lui, il avait un avantage sur elle, il savait à quoi ils ressemblaient, même si, dans l’ensemble, une gourde ressemblait à une gourde, sauf quand on parlait de femmes … euh … et un baladeur ressemblait à un baladeur. Rien de bien compliqué en soit. Ilyès cherchait toujours, en silence, quand la voix d’Harmony parvint à ses oreilles. Elle les avait trouvés. Il se releva donc et retourna auprès d’elle, vérifier ses dires et vérifier que tout était encore en état.

-Voilà. Dis dons c'est vrai que tu as fait une sacrée chute depuis là haut, comment tu t'es débrouillé? C'est même de l'ordre du miracle que tu n'ais que des égratignures.

Il récupéra ce qui était à lui, remit tout en place en coupant la musique et sourit aussi. Il lui était très reconnaissant, même s’il aurait sans doute fini par les trouver s’il avait cherché tout seul.

- Merci beaucoup. Euh, on va dire que je suis assez distrait, et les racines aiment me tendre des pièges … Du coup, j’ai basculé et atterri devant toi, je m’excuse encore, c’était pas du tout au programme et c’était un peu … bizarre. Le sol pas trop dur a amorti me chute je pense. Et je suis solide !

Il fit presque le beau, même si ça ne lui correspondait pas vraiment, tout en continuant de sourire. Lui, il ne pouvait décidément pas se tenir tranquille, il fallait toujours qu’il trouve une connerie à dire ou une connerie à faire, et c’était encore mieux quand c’était les deux en même temps. Oui, à croire qu’il était devenu plus résistant, au fil de ses chutes. Et ça, c’était rien, pas de quoi lui faire très mal, rien de comparable à son saut du 5ème étage de son petit immeuble, qui, il avait espéré sur le coup, aurait pu être mortel. Toujours les lèvres étirées, il remarqua qu’elle l’observait et la laissa faire sans rien dire. Certains auraient pu être gênés mais pas lui.

-Tu es aussi un étudiant à Wynwood, je me trompe? Dans quelle confrérie?

Et en plus, elle était perspicace. Ainsi, elle l’avait déjà vu ? Pour en conclure ça, ça ne pouvait pas être autrement, il ne portait rien sur lui qui le rattachait à l’école, et ce n’était pas la seule dans les alentours de Miami. Même, vu son âge, il pourrait déjà être diplômé, donc ne plus être scolarisé dans un établissement comme Wynwood. Par contre, lui, il ne se souvenait pas du tout avoir déjà vu ce visage. Il en croisait tellement dans une journée ! Entre ses camarades de classe, les gens qu’il croisait quand il faisait du bénévolat, les patients et familles à l’hôpital, ou même dans la rue quand il rentrait chez lui, bien que là, ça ne soit plus le même type de personnes qu’il rencontrait.

- Oui, c’est ça. Je suis en senior. On s’est déjà vus ?

Question idiote. Pourtant, il n’avait pas une si mauvaise mémoire, s’il l’avait déjà croisée, il ne lui avait jamais parlé, il en était presque certain.

- Je suis chez les Rho Kappa, les sportifs, et toi ? Alpha Psi peut-être ?

Il montra la photo pour qu’elle comprenne son raisonnement, pourquoi il avait proposé ça. Après, il ne la connaissait pas, il se trompait sans doute, mais au moins, il avait essayé. Il se demandait s’ils avaient un ami en commun, peut-être était-ce de là qu’elle l’avait déjà vu ? Ou alors en cours. N’avaient-ils pas eu un cours avec d’autres séniors dernièrement ? Il l’avait croisée dans le petit amphithéâtre, mais trop occupé à fuir ce troll de Trevor, il n’avait pas plus fait attention à ce qu’il s’était passé autour de lui. Il réfléchissait à ça et il ne trouvait pas, ce qui l’agaçait un peu. Il décida de zapper l’idée, elle aurait peut-être une réponse, elle. À la place, il décida de la questionner, puisqu’elle ne semblait pas tout à fait fermée à l’idée de discuter avec lui.

- Tu fais souvent des photos dans la nature ? C’est ta passion ?

Il aurait bien aimé voir à quoi ressemblaient lesdites photos d’ailleurs, mais chaque chose en son temps, il ne la connaissait pas. Et puis parfois, il était bien trop curieux pour sa propre sécurité.

- Je suppose que des types comme moi, tu dois pas souvent en voir tomber du ciel …

Il avait plus murmuré sa dernière phrase qu’autre chose. Vraiment, en y repensant, il se sentait totalement stupide. Il savait qu’il en rirait en rentrant chez lui, mais pour le moment, il avait plutôt envie de se mettre un sac sur la tête pour lui apprendre à être aussi maladroit. Comment ça se faisait que personne ne l’ait jamais aidé à faire plus attention ? S’il avait eu un autre mentor que Kevin, surement qu’il aurait eu des ennuis à cause de ça, certains ne rigolaient pas dans la confrérie … Encore moins avec un mec comme lui.

- En même temps, vaut mieux pas pour toi que tous les mecs de Miami te tombent dessus. Tu finirais par avoir peur et il y aurait plus de fleurs dans la ville !
(c) Arwy



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeLun 10 Fév - 12:40



Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires.



Ilyès & Harmony


.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeVen 7 Fév - 12:19

Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires


Harmony & Ilyès

Ilyès, même s’il avait voulu y changer quelque chose, n’aurait jamais pu être d’une adresse exemplaire. C’était presque ancré dans ses gênes, sous sa peau. Dans presque tous ses faits et gestes, on pouvait voir qu’il n’était pas le plus adroit des types et il s’était retrouvé dans des situations similaires à plusieurs reprises. Ce qui ne le dérangeait pas outre mesure, tant qu’il ne se blessait pas physiquement. Parce que mentalement … si le ridicule tuait, il serait effectivement mort depuis un petit moment. Enfin, on ne refait pas les gens.

C’était vrai qu’il avait dégringolé d’une hauteur non négligeable, mais ce n’était pas non plus un ravin, et il avait juste roulé, sans percuter d’arbre. Donc ce n’était vraiment pas trop grave. S’il avait été tout seul, à coup sûr, il serait parti dans un délire. Ou même s’il avait été avec Ely. Mais là, les pieds devant lui l’en dissuadèrent. Déjà qu’il passait pour un con, incapable de regarder où il mettait les pieds, si en plus il enfonçait le clou ! Il tenta donc de faire à peu près bonne figure, de regarder qui se trouvait devant lui et qui avait fait un bond en arrière, et il lui dit bonjour. La jeune fille sembla très surprise et il y avait tout à fait de quoi la comprendre. Franchement, si elle se mettait à rire, il ne le prendrait même pas mal.

-euh Bonjour... vous allez bien? Vous avez fait une sacrée chute!

Wow, en plus, elle le vouvoyait ! Il n’avait pas l’air d’avoir 40 ans pourtant ! Et il n’allait pas la manger non plus, alors pourquoi le regardait-elle comme s’il allait lui sauter à la gorge ? Il se releva tranquillement, vérifiant au passage qu’il n’avait effectivement rien de cassé. Tout semblait bon et il n’avait même pas si mal que ça à son bras blessé.

- T’inquiète pas, je suis entier ! Et j’en ai connu des pires des chutes. Fin pas que des chutes d’ailleurs, je me suis déjà fait plus mal que ça, et franchement, c’était pas beau à voir. Là, c’était rien du tout, de la rigolade, un saut de trois centimètres.

Et elle s’en fichait totalement alors tais-toi Ilyès. Encore, elle avait eu de la chance, il n’avait pas encore beaucoup parlé. Mais ça n’allait pas tarder, on ne pouvait jamais le retenir bien longtemps. Oui, il avait fait des chutes plus hautes que ça, comme du 5ème étage de son immeuble par exemple. Bien que sur ce coup, c’était tout à fait volontaire. Il regarda un instant autour de lui, cherchant à savoir où il était. Toujours dans la forêt, juste en dessous du sentier qu’il suivait avant de se ramasser comme une merde. Il reporta finalement son attention sur la jeune fille qu’il ne connaissait pas et vit qu’elle aussi le fixait avant de baisser les yeux en parlant.

-Vous avez un morceau de feuille morte sur la joue droite.

Ok, là, il avait vraiment l’air d’un crétin. Ce qu’il était par ailleurs, mais il n’aimait pas quand ça se voyait. Surement parce que ses parents n’aimaient pas non plus, il était en quelque sort conditionné par la manière dont il avait été élevé, même s’il s’en était pas mal éloigné. Un peu brusquement, il porta la main à sa joue et frotta, sans même être sûr de retirer ce qui gênait tant la brunette. Elle semblait avoir peur de lui, alors que franchement, il n’y avait pas de quoi. Il n’y avait pas plus doux et plus sympathique qu’Ilyès. Mais ça, on ne pouvait pas forcément le savoir comme ça, malgré son grand sourire d’ange.

- Ah, merci !

Elle regardait par terre, à côté de lui, et il suivit son regard … vers des fleurs écrasées. Ok, dans sa maladresse, il avait aplati les pauvres petits végétaux. Ce n’était pas possible, il ne pouvait rien faire de lui-même sans tout gâcher ! Comme souvent, il ressentait de la colère contre cette part de sa personnalité, mais il n’arrivait pas à changer ça. Il avait pourtant essayé, plus d’une fois, mais rien à faire. à croire que sa joie devait forcément être avec la maladresse. Jamais l’un sans l’autre.

- Je suis désolé pour ça … je comptais pas abimer les fleurs. Ni tomber d’ailleurs, c’était pas dans mes projets. Mais tu sais, tu peux me tutoyer, je vais pas te manger, je dois à peine être plus âgé que toi. Je sais, je suis qu’un inconnu, mais je vais pas te faire du mal. Et en fait, c’est exactement ce que dirait un détraqué pour t’attirer non ? Je m’enfonce là, pas vrai ?

Il fit un petit sourire timide. Un jour, il suivra vraiment ses propres conseils, il se la fermera. Ou il demandera à son mentor de lui apprendre, ça rentrera peut-être mieux dans sa cervelle de piaf. Ce fut à son tour de baisser les yeux, se sentant un peu con. Il remarqua alors qu’il n’avait plus rien autour du bras et que sa musique s’était effectivement arrachée de ses oreilles. Il regarda un peu à ses pieds mais ne trouva rien du tout. Sa gourde d’eau aussi n’était plus attachée à sa taille, heureusement, il n’avait pas perdu son pantalon dans la bataille ! C’était à peu près tout ce qu’il lui restait, la dignité l’ayant déserté depuis déjà un moment. Tant pis, il cherchera plus tard. Il n’osait tellement plus bouger de peur d’effrayer la jeune fille qu’il n’en fichait un peu d’avoir perdu ses affaires. Lui, il ne voulait absolument pas qu’elle le craigne ou parte en courant en le voyant. De toute façon, elle n’avait aucune chance de le semer si elle courait, il n’avait pas la prétention de courir plus vite qu’elle, la peur faisait faire bien des choses extraordinaires, mais il avait l’endurance de son côté. Il s’imagina un instant en train de courir derrière elle, gesticulant des bras en hurlant « non mais attends, je te veux aucun mal ! ». Il réprima un sourire devant le ridicule de la scène et la fixa de nouveau, ne sachant pas vraiment s’il devait essayer de lui montrer qu’il en lui voulait rien, discuter un peu, faire connaissance pourquoi pas, ou alors tout simplement continuer son chemin comme s’il ne s’était rien passé, à la différence près qu’il aurait des remords sur les fleurs écrasée et la photo qu’il avait probablement gâché. Il avait très bien vu l’appareil et si elle s’intéressait aux fleurs, c’était pour les immortaliser.

- Pardon pour cette très mauvaise première impression. Désastreuse même. Je m’appelle Ilyès.

Et je suis un boulet qui insiste par-dessus le marché.
(c) Arwy

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeDim 2 Fév - 11:14



Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires.



Ilyès & Harmony

.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitimeLun 20 Jan - 19:14

Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires


Harmony & Ilyès

Ilyès finit de renouer les lacets de ses baskets et se releva brusquement. Des fois, il avait envie de tout plaquer, d’arrêter le sport, de quitter la confrérie. Ça avait déjà été la jambe, il y a presque un an, et maintenant, c’était le bras. Il n’avait plus de plâtre à présent, mais il avait quand même mal. Et il avait dû arrêter le tennis. Peut-être même qu’il ne pourrait jamais recommencer, il ne savait pas. Ça l’énervait. Le sport, avec sa joie de vivre et son envie d’aider ceux qui en avaient besoin, était tout ce qui lui restait dans la vie. Ses parents se fichaient de lui, il n’avait pas de frère et sœur, il n’était pas amoureux. Il avait bien des amis, dont Nina, mais elle avait ses propres problèmes et il ne voulait pas l’embêter avec ça. Alors comme chaque fois quand il avait envie de tout envoyer valser, il allait courir. Oui, c’était son moyen de se défouler, de recharger la batterie, et ça lui permettait de se rendre compte qu’il ne pouvait pas arrêter et qu’il aimait quand même la vie qu’il avait.
Le jeune homme tira un peu sur son t-shirt gris pour qu’il cache un peu mieux l’élastique de son jogging de la même couleur. Il attacha la bande sur son bras, celle qui lui permettait d’emmener son I-Pod et d’écouter sa musique alors qu’il n’avait pas de poche où le mettre. Il glissa ses clés, accrochées à un ruban, autour de son cou et les cacha sous son haut. Il aurait très bien pu les laisser au concierge de l’immeuble, mais le vieillard avait tendance à s’endormir et il ne comptait pas attendre dehors que le bonhomme se réveille de sa sieste quotidienne. Il sortit alors de chez lui, claquant la porte doucement pour qu’elle soit bien fermée. Il commença donc tranquillement son échauffement dans la rue, il n’y avait pas grand-monde. Aujourd’hui, il n’avait pas envie de zigzaguer dans les rues, il préférait jouer à l’explorateur, il allait rejoindre la forêt. Par chance, ce n’était pas très loin, et de toute façon, il était motivé à courir. C’était début janvier et il avait pris quelques bonnes résolutions. Attention, pas le genre de résolutions impossibles à tenir. Parce que oui, déclarer comme chaque année, depuis vingt ans « je vais arrêter de fumer » ou dire alors qu’on mange McDo tous les soirs et qu’on élimine en regardant la télévision « je vais faire attention à ma ligne », ne nous leurrons pas, c’était juste presque infaisable. Non, lui, il voulait juste faire un peu plus attention à sa santé, et surtout, éviter de se casser quelque chose à nouveau. Ce n’était pas non plus comme suivre les 4 règles toltèques, c’était juste être un peu moins distrait. Et ne pas se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Parce qu’une jambe et un bras dans la même année, ça commençait à faire beaucoup, il trouvait. Donc il allait faire attention. Même si les deux fois, il n’avait rien fait, ça avait été indépendant de lui.

Après quelques minutes, et en étant sûr qu’il n’allait pas se froisser un muscle ou autre chose. En bref, qu’il ne manquait pas d’entrainement. C’était peu de choses, mais ça contribuait déjà à ce qu’il ne se fasse pas mal. Il prit donc la direction de la forêt, une chanson dans les oreilles et l’envie d’aller mieux. Il ne tarda pas à arriver et à s’enfoncer parmi les arbres. Il y avait déjà des sentiers, qu’il suivit sans problème. Il était bien capable de se perdre, doué comme il était. Que ça soit volontaire ou non d’ailleurs. Il se souvenait d’une fois où il se baladait avec Eléonore. Ils avaient décidé de partir en vacances avec les parents de la jeune fille, dans un coin de campagne reculée. Toujours plein d’énergie, ils s’étaient levés à l’aube pour aller se balader un peu dans le village et dans les bois aux alentours. Et évidemment, ils s’étaient perdus. Déjà à l’époque, il ne fallait pas le laisser faire, sous peine de dormir à la bonne étoile. Ils avaient dû se débrouiller pour sortir de là, à l’aveuglette, avec une bonne frayeur d’ailleurs. Ils étaient arrivés au milieu de nulle part et avaient demandé à ce qu’on appelle les adultes, restés dans la maison. Ils avaient quinze ans et ils avaient eu la plus grosse peur de leur vie, en même temps que leur meilleur fou rire. Parce qu’évidemment, ils avaient tous les deux détalés au moindre bruit, surtout qu’à certains endroits sous les arbres, il faisait très sombre.

En repensant à tout ça, Ilyès ressenti de la nostalgie et de la joie en même temps. Des fois, il se demandait si elle pouvait le voir, de là où elle était, et si elle n’était pas trop déçue de son changement. Et puis il essayait de ne pas trop y penser, pour ne pas se miner le moral, il avait ses fragilités et elle en faisait partie, même s’il n’avait pas peur de parler de sa mort. Il s’arrêta quelques minutes pour se reposer et boire un peu d’eau, qu’il transportait dans une gourde, accrochée à une espèce de ceinture. Il se sentait déjà mieux, plus détendu, mais il lui fallait encore parcourir quelques kilomètres avant de se sentir réellement bien. Et si c’était ça sa vie maintenant ? Juste courir, rien d’autre. il n’était plus un Rho Kappa dans ces cas-là, il n’était plus rien. Il lui fallait partir donc ? Pour aller où, chez les Lambda ? Et puis, il ne voulait pas décevoir Kevin, son mentor. Non, il savait déjà ce qu’il pouvait faire. Il allait attendre que son état de santé s’améliore un peu, pour savoir ce qui lui était possible de continuer ou non. Là, il trancherait. Mais il ne voulait pas prendre de décision à la hâte, il ne voulait pas se tromper parce qu’il avait précipité les choses. Il avait réussi à continuer la première fois, il n’allait pas plus arrêter là. Il repartit avec la ferme intention de ne pas se laisser abattre et de tout faire pour continuer le sport, qui l’avait sauvé après sa dépression, parce que c’était bien ce qu’il avait fait.

Il était sur un chemin un peu en autour et à sa droite, il y avait comme un fossé, qui menait à nouveau parmi des arbres. L’espace d’une seconde, il quitta le chemin des yeux pour regarder en bas. Mais c’était beaucoup trop pour lui. Il eut le temps de remarquer qu’une jeune fille, à en juger par la longueur de ses cheveux, était en train de se promener, et probablement en train de prendre ses photos. Quand il tourna la tête de nouveau et posa ses yeux sur le sol, il vit bien la racine sauvage qui venait soudainement d’apparaître, mais il ne put pas l’éviter. Son pied se prit dedans, il perdit l’équilibre et bascula sur sa droite. Il fut donc emporté dans la pente, par trop haute ni trop brute, mais assez pour qu’il roule jusqu’en bas. Par chance, il ne se prit aucun arbre. Et voilà que, sans faire le guignol en plus, il se retrouvait le nez dans les feuilles mortes et la terre humide ! Il avait un peu mal au bras, mais rien de bien grave à déplorer. Il se retrouvait sur le ventre, avec la furieuse envie de hurler au sol d’arrêter de l’attirer à lui. Heureusement qu’il ne le fit pas d’ailleurs, parce qu’il y avait une paire de chaussure devant lui. Avec quelqu’un dedans. Il leva la tête et aperçut la jeune fille qui l’avait un peu déconcentré. Et là, pour une fois, il ne fit pas un grand discours débile pour s’excuser avec pour seul résultat de s’enfoncer encore plus. Non, mais ce qu’il dit, ce n’était pas spécialement mieux.

- Euh ..… bonjour !?
(c) Arwy

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Empty
MessageSujet: Re: [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]   [Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Lorsqu'on sourit à la vie, elle vous rend ses sourires [Harmony]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tahanie ✞ « La douleur change les gens, mais elle les rend également plus forts »
» Qu'elle vous éclaire dans les endroits sombres, quand toutes les autres lumières seront éteintes
» Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? [Liliana ~Terminé~]
» La solitude est à l'esprit ce que la diète est au corps, mortelle lorsqu'elle est trop longue, quoique nécessaire. - Terminé
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: