AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Dim 1 Mai - 19:09

[Suite à ma longue absence, je termine un peu abruptement mes anciens sujets. Pour un soucis de logique, on dira qu'Ange à du partir, mais il n'a précisé à personne où et pourquoi. En tout cas, maintenant que nous sommes de retour, nous pourrons refaire un RP! Encore désolée ♥]

-SUJET TERMINE-
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Jeu 17 Mar - 20:02

    Crois tu aux pouvoirs paranormaux ?

    T'observe ciller.
    T'observe rire.
    T'observe crier.
    T'observe hurler.
    T'observe chanter.
    T'observe marcher.
    T'observe jouer.
    T'observe marchander.
    T'observe renverser.
    T'observe râler.
    T'observe sourciller.
    T'observe t'énerver.
    T'observe caresser.
    T'observe pianoter.
    T'observe te démanteler.
    T'observe déprimer.
    T'observe optimiser.
    T'observe chialer.

    Et rit. Rit d'une imposture qui ne domine que toi et ne concerne que toi. Ta voix est un trésor mais personne ne doit l'entendre. C'est pour l'instant ce que toi tu imagines.Tu l'observe. Tu le détailles. Il est étrange. Il est faux. C'est un jeune homme qui sonne terriblement faux, oui. Mais quel intérêt a-t-il pour toi, Eris ? Aucun, oui, c'est exact. Il ne représente aucun intérêt, oublie le. Oublie tout. Oublie absolument tout. Rien n'a plus d'importance. Plus rien n'a d'importance. Je jette rageusement mes affaires sur le sol. Au moins il ne ronfle pas. Avec quelque hésitation, j'ouvre ma valise et étale sur mon lit une impressionnante collection de robes, de collants rayés et de rangers montantes. Ma valise était très lourde, vraiment très lourde. Et on comprend pourquoi. Ma trousse à maquillage posée sur l'étagère, je la vide également... je la monte ensuite dans mon placard et fouille dans les vêtements épars, pour trouver une robe entièrement rouge et déchirée d'un peu partout. La dentelle noire courant sur le tissus donne un air légèrement fou à cette robe. Des collants roses rayés, une paire de rangers noire, et en avant la musique. Je me changerai quand ce crétin des alpes sera parti. Je n'ai pas que ça à faire de me foutre à poil devant lui. Le voyant ainsi, lui, et son coin propret et maniaquement rangé, je songe que décidément, rien ne sera facile avec lui. Heureusement que j'ai laissé tous mes sous-vêtements dans la valise de manière à ne pas les montrer un peu partout. Il m'énerve, rien que de le regarder m'énerve. Je voudrais tout arrêter. J'aurais voulu tout cesser. M'en aller. Mais je n'ai pas d'autre maison. Plus de parents. Plus rien. Même plus d'amant. Plus de... non, je n'en ai jamais eu. Elle n'a jamais existé.

    Me tournant vers Ange, je lui lance un regard torve.

    "J'suis pas sale. Mais bordélique. Si t'es pas content, c'est la même. Je ne changerai certainement pas mes habitudes pour un babouin qui s'amuse à arracher le cou des gens et leur foutre de la glace partout."


    Phrase prononcée d'une traite. Je suis fatiguée de tout ça.

    "Sur ce, tourne toi, je me change."

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Jeu 10 Mar - 22:10

On n’est pas dans la merde, hein. Oui, enfin, on est dans la merde. Eris ne savait pas à quel point, et Ange ne savait sans doute pas tout sur Eris non plus. Peut-être que d’un commun accord, ils n’allaient pas trop se chercher des noises. Ils avaient tous des secrets, dans cette école. Une espèce de promesse secrète ? Oui, on pouvait dire ça comme ça. Une promesse silencieuse, avec le temps. Ils verraient bien comment les choses se profilaient.

« Je ne ronfle pas. »

Non. Il avait beaucoup de défaut mais pas celui-ci. La plupart du temps, il dormait en silence, sagement, sans bruit, sans mouvements. Mais, de plus en plus avec le temps, c’était moins évident… Il se réveillait en sursaut, il avait mal… Il devrait se contenir, éviter les balades nocturnes pour penser à autre chose, cacher certaines de ses affaires, et prier.
Ange continua d’avancer, mais en silence cette fois. Il avait besoin de réfléchir à comment faire mais il ne voyait pas. Il ne pouvait pas s’empêcher de dormir, alors, tant pis. Il verrait une fois sur place. Ils arrivèrent finalement à l’école, et toujours silencieux ce qui ne lui ressemblait pas, Ange emmena la belle à leur chambre commune.

« J’espère que t’es pas sale. »

C’était bizarre non ? Il aurait pu dire bordélique, non ? Mais il avait dit sale. Le bordel, il s’en fichait. La poussière, la saleté, ça c’était autre chose. Il n’aimerait pas. Soit, il poussa la porte. C’était rangé et propre. Ange avait l’habitude de l’autonomie que certains gosses de riches ne connaissaient pas. Mais il ne ferait pas le ménage pour la fille hein ! C’était pas le prince charmant ! Ange s’installa sur son lit, les bras derrière la tête, soupirant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Jeu 10 Mar - 17:42


    Colocataire.

    Co-lo-ca-taire.

    Non, c'est pas possible. Je fulmine de rage intérieurement, me rendant compte que j'allais avoir cet espèce de nain basané comme compagnon de chambre. Comment allions nous pouvoir faire ? Je suis d'une nature très bordélique, et j'ai tendance à laisser trainer culottes, strings, soutien gorges et autres sous vêtements sympathiques un peu partout. Avec une fille, cela n'aurait pas posé problème, mais avec lui ?! Non, je ne pourrais pas supporter ça. Pas son sourire moqueur, pas sa bouille mignonne dégageant une sorte de stupidité mordante et compliquée. Je ne pouvais pas supporter ça. Je ne pouvais pas supporter une telle infâmie. Non, mais c'était à croire qu'ils le faisaient exprès, ils se sont pas demandé qu'un mec chiant et moi ça allait virer au pugilat si on se retrouvait dans la même chambre. Je pensais qu'ils auraient la jugeotte de me mettre seule. Ah, mais j'oubliais. Personne ne connait mes antécédents, personne ne sait ce que je suis, comment je le suis. Personne n'imagine ce que je suis capable de faire pour être tranquille. Je pourrais tuer je pense. Oh oui, ça ne me dérangerait pas. Comment faire pour sauver tout le monde ? Il faut s'en sortir. Il faut que je trouve une solution. Mon visage se décompose, j'attrape mes cheveux et les tire sans pouvoir trouver la moindre once de réflexion. Je cherche une solution. Demander à changer de chambre ? Non, si c'est pour me retrouver avec un colocataire encore plus stupide, non merci. Dormir dehors ? T'as rien de plus débile comme plan, Eris ? Non parce que là je pensais qu'on avait touché le fond, mais il me semble que non. Allons, déplaçons nous. Je fais un pas mécanique, je cherche à trouver un moyen de le prendre bien et zen. Il se marre, cet imbécile. Pour qui se prend-il ? Non mais vraiment, quel imbécile ! Je lui collerais bien une bonne correction, mais il est mon seul moyen de rejoindre Wynwood sans dommages, ainsi que ma... notre chambre. Oui, je sens que cette année ne va pas être une partie de plaisir. Et si en plus il est dans ma classe, alors là je sens que je vais péter un câble... Mais bon, je préfère me taire, ne rien dire, tout dissimuler. Prendre l'information avec recul, c'est la seule manière que j'aie de me protéger de lui. Je reste d'un calme plat, sinon je l'aurais déjà étranglé. Me racle la gorge, je me force.

    "Colocataire, hein. Eh ben on est pas dans la merde..."

    Oups ! Pardon c'est sorti tout seul. Mais n'est-ce pas vrai finalement ? Ce crétin des Alpes va me pourrir la vie. Il faut que nous trouvions un terrain d'entente lui et moi...

    "J'espère que tu ronfles pas."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Jeu 10 Mar - 0:25

Elle se nommait Eris. C’était un nom qu’Ange s’étonna de trouver particulièrement beau. Ça sonnait bien, ça avait sans doute une belle histoire. Ses parents avaient bien choisit, il n’en doutait pas. Contrairement aux siens. Pourquoi Ange ? Pourquoi ce prénom-là ? C’était trop bizarre. Ange, ce mot français, choisit par des argentins dont une japonaise adoptée par des coréens. Pourquoi un mot français ? Pourquoi Ange ? A cause de son destin ? De son caractère à la naissance ? Il aurait été un ange si tout n’était pas devenu aussi difficile… Si il n’avait pas fini là-bas, seul. Maintenant, Ange, ça ne lui allait pas du tout. C’est pourquoi il détestait qu’on le lui fasse remarquer. Ton prénom ne te vas pas ! Et quoi ? tu me prends pour un idiot ? Tu penses que je n’ai pas remarqué ! Soit, il soupira, et la princesse Eris réclama le château.

L’argentin ne voyait pas vraiment de raison de l’y emmener, mais il ne voyait pas de raison de ne pas rentrer. Autant faire d’une pierre deux coups. De plus, elle était colérique et violente. Lui, n’avait pas de force, pas les moyens de se défendre physiquement, alors, autant ne pas la fâcher. Elle sortit un papier pour voir où était sa chambre, lui donnant le numéro. Il y eut, quelques secondes, un air terrifié dans le regard d’Ange. Juste une seconde. Une toute petite. Jusqu’ici il n’avait pas de colocataire. Il était tranquille, quoi qu’il arrive. Son sommeil agité, les autres choses, tout était caché et tranquille. Mais là, comme un char venant détruire une ville, Eris était… Sa colocataire. L’argentin fit un faut mouvement, eut une moue, et frotta nerveusement sa poitrine avant de reprendre son calme.

« Hm, certainement, Madame Eris la Ronchonne qui est aussi ma colocataire. » Annonça-t-il avec un sourire, prenant le chemin de l’école.

Ca n’allait pas du tout. Pas du tout. Il aurait voulu une personne ne sachant pas lui tenir tête. Une personne facile à manipuler et à tenir en laisse. Pas elle. Son quotidien allait devenir un tout autre combat. Horreur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Mer 9 Mar - 21:47


    Ce type m'agace au plus profond de moi. Il me donne envie de le déchiqueter en mille morceaux avec mes dents. Je le méprise et l'adule à la fois ; cependant ce n'est pas réellement une envie de tout détruire qui me prend lorsque je le vois. Il est démoniaque au même titre que moi, mais sur un autre point de vue. Il utilise le foutage de gueule, je suis une adepte du silence. Je suis une adepte du "fais moi pas chier" lui est plutôt du genre "je cherche la merde". On est pas réellement fait pour s'entendre. Tout ce que j'espère c'est de ne pas avoir à le croiser tous les jours dans l'institut, ou je deviendrais vite maboule. Je pense que je le frapperait d'ici à la fin de l'année. Je songe un instant à lui en coller une mais je ne dis rien et serre les dents ; je le laisse se moquer à sa guise, après tout. Rira bien qui rira le dernier. Nous sommes presque pareils, mais finalement nous n'avons rien à voir, tous les deux. Nous allons rire un instant, mettre la pression. La glace dégage une odeur épouvantablement désagréable, trop sucrée, trop forte. Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé. Des objets de dispute. Des instants de souffrance. Soirée écourtée. Blabla intempestif. Amusement dénaturé. Croyances vaudou. Je ne sais pas, mais tu m'amuses. Tu me distrais. Qui sait, peut-être que je vais finir par bien t'aimer, peut-être t'apprécier, on ne sait jamais. Des rites stupides. Je n'ai pas cherché à avancer, encore et encore. Mourir demain et aujourd'hui. Faire semblant d'une présence stupidement abandonnée. Des sacrifices pour les morts. Chasser les mauvais esprits. J'ai voulu vous sauver. Nourrir les morts. Abandonner les vivants. Des jouets abandonnés. Un jouet plein de sens. Tout laisser là, ne rien mettre au hasard. Dominer l'enfance. Dominer la mort. Tu dois être en surface, impunément. Ils sont partis, et n'ont pas disparus. Tout se dénie. Et toi, je ne te comprends pas.

    Madame Ronchonne. Je croise les bras d'un air contrarié. On ne me juge pas ainsi impunément. Je suis si contrariée que rien d'autre ne me laisse ainsi noire. Je ne peux pas penser à autre chose. Quadruple meurtre. Rien n'a plus d'importance. Tout cela pour une lourdeur pesant sur l'esprit, sur le mort et le vivant. Rien n'a plus d'importance. Lavée de tous soupçons. Percée de miliers de fibres. On va vouloir garder le courage d'enfreindre le monde. Pour être ignorée. Nous allons pouvoir partir en croisade. J'attrape machinalement ma valise avec un grognement contrarié, sans rien dire de plus. Je ne peux rien dire de plus. Je n'ai pas pu dire grand chose de plus. Une romance brisée. Tout était une romance brisée. On a massacré tant de gens. Mais pourquoi parles-tu de massacre, Eris ? Non, n'y penses pas. Tu ne dois pas t'en rappeler, finalement, chérie. Tu te tournes vers le jeune homme.

    "Premièrement, je m'appelle Eris. E.R.I.S. Et deuxièmement, on monte au château. J'en ai plein les pattes."

    Je sors de ma poche un papier collant de glace aux fruits rouges. On peut cependant encore y lire les inscriptions. Le lieu de ma chambre, l'endroit. J'essuie la glace sur ma robe avec une grimace de dégout, encore écoeurée d'avoir à faire une chose pareille. Je me hais. Vraiment.

    "1et étage, chambre 1. Tu saurais m'y conduire ?"

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Ven 25 Fév - 17:21

Ange porta doucement sa main à sa bouche pour cacher un sourire doucement amusé par la demoiselle. Il ne pensait pas qu’une femme puisse autant manquer de grâce et de politesse pourtant il semblait évident que celle-ci avait une attitude vraiment garçonne. Mais Ange ne respectait pas assez les femmes pour avoir peur de son attitude. Il n’arrivait pas à avoir peur d’elle et de ses menaces. Il restait Ange. L’ange indécent. La souillure. L’ange aux ailes brûlées. Rien ne pouvait le faire tomber. Pourquoi ? Parce qu’il était déjà tout en bas. Il était déjà avec les abîmes et le chemin pour quitter ce monde n’était plus très long maintenant. Ange y avançait en profitant de ce qu’il lui restait. Il lui restait cette rencontre aujourd’hui. Amusante, avec cette fille bizarre qui parlait comme un garçon de basse banlieue. Cela dit, elle accepta qu’il lui offre une nouvelle robe.

« Bien. Tu verras que j’ai de très bons goûts. »

Il ne doutait pas la dessus. Ange avait un amour modéré pour la mode. Mais un amour quand même. Ce qui allait ensemble, ce qui rendait beau, il connaissait. Tout ça parce qu’il adorait prendre des photos. Capturé des instant. S’abandonner à cette machine qui pouvait attetser de ce qu’il voyait au travers de son objectif. Ange aimait photographier le beau. Et pour la mode, il fallait savoir la rendre belle. Soit, elle lui redemanda le chemin de l’école et l’argentin tiqua un peu. Impatiente. Tu as encore de longues années à vivre ne cours pas ainsi.

« Il faut choisir, hein ! Chambre ou robe ? je ne t’offre pas les deux en même temps, Madame Ronchonne. »

Combien de surnom comptait-il lui donner ? Oh Ange n’avait pas trop de limite ! Tant que ça correspondait à sa vision d’Eris, ça lui allait. Il commença quand même à marcher, histoire d’arrêter d’attirer l’attention sur eux.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Ven 18 Fév - 19:00


    Tu crois tout savoir, tu ne veux rien donner. Tu ne veut rien offrir. Tu crois tout savoir et rien payer. Tu es vraiment un prix nobel, jeune homme. Non mais vraiment, le prix nobel de l'acteur. L'acteur émotif. L'acteur insupportable. Tout ce que j'espère c'est ne pas me le coltiner chaque jour. Quoi qu'il soit beau garçon, les évènements arrivés précédemment m'ont déjà suffisamment dégoûté des hommes. Tu croyais me piéger, en me disant que tu étais marié. J'ai vérifié avant d'agir. J'ai vérifié. Pourquoi ? Parce que je t'aimais. Je t'aimais à en crever, mec. Mais tu m'as craché au visage. Lamentablement. Tu t'es moqué de moi. Tu étais vraiment marié. A une jeune espagnole, philosophe elle aussi. La haine qui me ronge comme des milliers de fibres incandescents, posés sur ma peau et déchirant ma chair. La haine m'avait bouffée. Et toi, petite chose triste, je t'avais étranglé comme un animal. Non ? En fait, je ne me souviens plus de ce que j'ai fait. Mes souvenirs sont si flous. J'observe le jeune asiatique/américain avec une morgue que je ne contiens pas. Je n'ai jamais voulu m'énerver. Pourtant ce jeune homme semble éveiller ma colère. Quand j'y repense c'est plutôt amusant. Cela faisait longtemps qu'une personne n'avait pas éveillé en moi cette colère que je n'avais ressenti depuis sans doute un an ou deux. Mon coeur s'était refermé, je croyais pour toujours, mais finalement on ne dirait pas. On dirait que je suis envahie, embrumée. Oublie tout chagrin, toute volonté. Eris. Eris...

    Demain, demain, demain... tu auras sa main...

    Je fronce les sourcils. Il croit avoir de meilleurs goûts vestimentaires que moi, cet espèce de petit avorton ? On croit rêver. On croit vraiment rêver, voilà qu'un inconnu qui se pointe dans un endroit où Eris ne demandait rien à personne, se permet de faire un vacarme d'enfer puis de lui renverser de la glace sur une de ses robes préférées parmi les heu... 56 de sa garde robe, qui chouine comme une fillette dans les bras d'un rhinocéros avant de lui faire une remarque sur sa tenue vestimentaire. Et qui en plus lui demande d'être plus cordiale ? Non mais vraiment, quelle indécence. Tu crois abandonner mais non. En fait tu ne fais que progresser. Fusiller le jeune homme du regard. Je ne sais pas encore qui tu es, juste que tu es du lycée, n'est-ce pas ? Tu n'es pas hors jeu ? Non, pas encore. Allons. Fixer encore, fixer. Et jeter ces mots ardents. Un sourire narquois aux oreilles.

    "Okay. Mais si la robe me plait pas, je te la ferais manger, en passant par un endroit où le soleil ne brille jamais. Marché conclu mon garçon."

    Croiser les bras, sans quitter ce sourire, qui j'avoue, est légèrement amusé également. Mais ça je ne le montrerai certainement pas. Mais pour l'heure. Juste, parler suffit.

    "Toi, change de ton, parce que je pourrais parfaitement demander mon chemin à quelqu'un d'autre après t'avoir rendu méconnaissable. Alors, c'est par où ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Mer 9 Fév - 12:36

Ange était un acteur. Il savait parfaitement comment marchait les autres. Pourquoi ? Parce qu’Ange avait été enfermé si longtemps. Avait été si loin des hommes, que depuis qu’il les côtoyait, il les étudiait. Il adorait ça. Beaucoup de choses ennuyaient Ange Valera. Beaucoup. Mais les hommes pas du tout. Ils étaient différents, idiots et manipulable au possible. Ange le savait et il notait. Du coup, quand il était question de jouer la comédie alors là, il battait tous les records. Quel mot choisir. Quel ton prendre. Quel visage adopter. La posture, le regard, le sourire, les larmes. Jusqu’ici, tout le monde entrait dans son jeu et personne n’arrivait à s’en sortir. Personne ne pouvait déstabiliser Ange Valera. Peut être parce qu’il était déjà trop malade pour cela. Peut être parce qu’il était déjà trop perdu, trop mort, trop au fond de tout.

Bref, l’incident était clos. Le sauveur était partit, Ange n’avait plus de glace sur le visage. Il avait envie de terminer la sienne par contre mais voilà : l’autre elle en avait partout. C’était délicieusement ridicule tandis qu’il lisait sur son visage les différents stades de sa colère. Ange adorait les personnes expressives. Une des raisons qui faisait qu’il détestait son jumeau était bien son côté taciturne. Il ne parlait que peu, ne s’exprimait pas et était trop difficile à comprendre. Ange préférait les personnes comme cette Eris qui devant lui, passait par les phases de la colère. Ah, elle n’aimait pas les glaces ? Mais pourtant elle s’en était acheté une non ? Ange allait le lui faire remarquer mais voilà que sa majesté boudait. L’argentin passa sa main sur ses lèvres, comme pour s’empêcher un rire franc. Non, il ne fit rien, jusqu’à ce qu’elle réclame une robe et le chemin de cette école qu’il venait lui-même de tout juste intégrer.

« Une robe ? Oui mais je la choisie alors. Tu n’as manifestement aucun goût ! » Lui fit-il remarqué avec un air angélique sur le visage.

« Et puis, parle moi plus poliment si tu veux vraiment que je t’emmène à l’école, Madame red. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Dim 6 Fév - 13:15

    Dieu que tu les aimes, les méchants.

    Je murmure dans mon sommeil. Ma nuit fut dure. Combien de temps restais-je avec toi ? Je n'en ai pas la moindre idée. Je n'ai pas pu compter les heures. Je n'ai pas pu compter les minutes, tout était long, si long. Plongée dans le noir, ce noir si sombre. J'ai peur du noir, je veux en sortir, en partir. Le noir. Le noir, porteur de tous les maux. Attractif et répulsif. Ma seule peur Traverser ce couloir en pleine nuit fut pour moi un véritable supplice. J'ai eu peur, si peur, perdue dans ce gouffre sombre, me dévorant comme un fléau. Je ne voulais pas le sentir. Les envies qui s'envolent, qui dévorent les sens, prennent le corps à bras et à hauts, comme si plus rien ne comptait que le règne de la haine et de la terreur. La peur comme seul ami. Une anagramme, un erratum... Je ne sens plus mes mains, lorsqu'elles plongent dans l'individualité des ténèbres, me dévorant comme un fléau violent. Je vole dans la mesure, la parfaite démesure. Le fil de ma démesure. Encore une fois, plonger ses yeux vers la fenêtre luisante à présent d'une lumière claire. Ondée douce, fine, réchauffant ma peau d'une pâleur cadavérique.. L'angoisse m'a tenue toute la nuit, sans que je puisse empêcher quoi que ce soit. Je n'ai pas pu fermer l'oeil, ou seulement lorsque le ciel s'est éclairci d'une lumière indigo. Entretenue par ma phobie mortelle de la nuit, je n'ai pas pu faire ce que je désirais. Brutalisée par la terreur. Eris, espèce de conne. Tu ne vois donc rien ? Où es ton avenir, Eris ? Comment vas-tu le surmonter, Eris, si tu te fais dessus lorsque seule la nuit tombe ? Tu n'as donc aucune honte, Eris ? De voir que les autres sont capables même de se promener la nuit ? Le fléau dans ma peau, la peur qui domine ma raison. Je suis enfermée dans une prison, je ne peux pas en sortir. Est-ce de ma faute finalement ? Une impulsion vers le soleil, vers la lune et les étoiles. Le chant résonne encore dans ma tête, ne veut pas me quitter. Je suis en plein souvenir du plaisir pris lors d'une nuit. Ma peur ne devrait-elle pas partir ? Non. Personne n'a jamais réussi. Même pas les psychiatres, même pas les psychologues. J'ai peur de la nuit. Je ne peux rien y faire. ça te plait pas, mon chou ? Et bien c'est pareil. Lorsque le soleil chut, les premiers signes de l'angoisse me viennent à l'esprit. Les mains qui tremblent, tapotent nerveusement contre le bois de la chaise. La nuit qui m'étreint et m'oppresse, envahit mon corps d'ondes de peur, encerclent ma poitrine de ses lignes de fer, acides, destructrices. Courant sur le monde comme sur un endroit sombre. J'ai peur de l'ombre. Si peur de l'ombre. Mais à présent ? Je meurs à petit feux.

    On me dessine, on me façonne... Je vous fascine, ça vous étonne ?

    Tu voulais la méchante, à présent tu es servi. Tu voulais la méchante, la méchante qui t'attrape par le cou avec cette envie irrépressible de te faire sortir l'estomac par là où le soleil ne brille jamais. Sa robe blanche est maculée d'un rose barbie typique des glaces à la framboise. Elle colle. A cause de toi. Au moment où elle lève le point pour te coller une dérouillée dont tu te serais souvenu pendant des mois, mon cher. Mais non.

    Un.


    Il pleure.

    Deux.


    Quel crétin.

    Trois.


    Je rêve ou il vient de se réfugier dans les bras d'un mastodonte ?

    Quatre.


    Il se fout de ma gueule en plus. Va falloir le calmer, celui là.

    Cinq.

    Rouge, moi ? Non, mec, c'est ma robe qui l'est.

    Six.


    Pensées confuses. C'est bien parce qu'il y a bien du monde que je me le farcis pas, le "protecteur".

    Sept.

    Gros lard.

    Huit.


    Il y a des enfants ici ? Bah quoi, faut bien leur apprendre la vie.

    Neuf.


    Ces mots, coincés entre mes dents. Allez, respire un bon coup.

    Dix.

    Il tire la langue ou je rêve...

    Onze.


    Je vais me le faire.

    Relâcher la pression. Mon visage reprend une teinte normale, je prend le temps de me calmer, légèrement. Mais rien n'est plus pareil. Rien n'est plus pareil. Tu me proposes quoi ? Une glace ? Tu te fous de moi mec, c'est pas possible. Alerte. Un intrus. Se dirige vers nous comme pour nous promettre une mort certaine. Cet intrus ? Cette intruse plutôt. La face cachée de la mort. La colère; Elle prend mes désirs pour des réalités. Je suis furieuse, absolument furieuse. Je ne ressens rien de plus dans mon corps qu'une rage qui me dévore sans relâche, sans répit. Tu crois que tu peux t'en sortir ? Pauvre type.

    "J'aime pas les glaces, ducon."


    Oh, c'était mimi ça. Croiser les bras, poser ses yeux de cristal sur la mer. Lui tourner le dos. T'es moche, l'argentin. Un faux jeton oui. Tu me gonfles mec. Heureusement que ma valise n'a pas été touchée. Parce que je me voyais mal monter dans ma nouvelle demeure sans fringues. Et avec une valise couverte de glace. Sans un mot de plus pour le moment, j'attrape le lourd objet posé près de la table. Le souffle court. Poser mes yeux furieux vers l'objectif. Et le héler sans cérémonie.

    "En revanche tu me dois une robe mec, et c'est pas donné. Maintenant si tu pouvais m'indiquer le chemin de Wynwood ça serait cool."

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Ven 4 Fév - 13:05

Ange s’attelait à retirer la glace en continuant à rouspéter quelques grognements espagnols lui échappaient. Puis d’un coup, il se sentit relevé par la force de la magie. De la magie ? Non pas vraiment, la force de la demoiselle qu’il avait renversée dans sa chute. Ange était assez surprit elle avait une force inattendue ! Son regard bleu récemment découvert par ses lunettes se fixa dans celui de la miss. Elle n’avait rien de féminin. Enfin si elle portait une robe mais bonjour la robe quoi ! C’était une punk ? Une rebelle ? Ange sentit un petit sourire se poser au coin de ses lèvres, surtout aux paroles qu’elle prononça. Elle pensait à quoi ? A le frapper ? Et puis, quelle agressivité. Ange resta encore un moment à la regarder avant de… Se mettre à pleurer.

« Boouh… à l’aide… elle me veut du mal… j’ai rien fais… Je suis malade et fragile… Si elle me frappe.. je… je… à l’aide… »

Il avait les mains sur ses yeux et tremblotait, voilà que du monde arrivait autour d’eux. Un homme plutôt baraqué les sépara et Ange s’accrocha à son bras, son visage caché dans la manche de l’homme.

« Y’a des enfants ici, faites attention et calmez-vous mademoiselle ! »

Ange sourit, toujours caché dans la manche de son sauveur, son grand numéro d’acteur continuant. Il restait solidement accroché, soi-disant effrayé par Eris, le remerciant d’une voix chevrotante. L’homme le repoussa doucement, lui disant de faire attention et de se rincer le visage. Ange acquiesça, la larmichette à l’œil, et tout revint à la normale. Le garçon terminait de s’occuper des restes de glace non voulu en regardant de temps en temps Eris qui semblait avoir une grande envie de lui sauter dessus pour le tuer mais son sauveur était toujours assit pas loin donc… Soit, l’argentin se permit un petit sourire, il lui tira même la langue.

« Ton visage se rapproche de la couleur de tes cheveux, respire madame. »

Bah non, il ne va pas s’excuser hein. C’est d’Ange Valera qu’il est question. Il ne vit que pour rendre les autres fous. En plus de ça, il était grand et bon acteur ce qui le sauvait de beaucoup de manière possible. Il avait aussi un autre trait de caractère : le jugement rapide. Et il trouvait cette madame amusante. Réactive. Peut-être qu’elle pourrait l’occuper quelques temps. Sans doute même alors, il finit par remettre ses lunettes de soleil.

« Tu vas rester comme ça où tu comptes te changer ? Au pire, je te rachète une glace, ça te dis ? »

Comment ça, il change du tout au tout ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Ven 4 Fév - 12:00


    Tu m'entends ? Tu me comprends ? Tu m'écoutes ? Tu me crois ? Tu m'assimiles ? Tu le sais, ou tu le sais pas. Tu le crois, ou tu le crois pas. Tes yeux d'animal qui fixent l'humaine transformée. Tu dois être un humain toi aussi, pourtant rien ne peut me le prouver. Si, finalement. Nous sommes tous des animaux, mais nous nous le montrons, intérieurement comme extérieurement. Ce grondement qui s'échappe de ta gueule. Je suis ton univers, ton implication dans un monde de fous. Je voulais juste être tranquille, merci les mecs. Je voulais me construire. Tu te manges toi même, tu es aux prises avec le monstre. La mort brutale, destructrice. Regarde toi. Tu voudrais être morte, mais tu ne le peux pas. Tu bouges. Alors tu es vivante, Eris, même si tu n'es qu'un animal. Tu n'es qu'un animal. Rien qu'un animal. Un animal qui ne se construit qu'au fur et à mesure. Démolition. Perdition. De tes sens, de tes appels, de ton corps, de ton âme, de ton être. De tout en toi. De toi, en toi. Tu voudrais. Mais tu ne peux pas. Tu comprends ? Non, tu ne comprends pas. Parsemée. Des fibres. Des lances. Je ne bouge pas. Mais si en fait. Alors je marche. Comme si tout s'était éteint dans mon âme. Je voudrais avancer encore un peu. Je suis riche. Mais pas intérieurement. Alors je suis pauvre. Logique implacable. Nutrition presque indéfendable. Tu te rappelles de tes peurs, Eris ? La noyade. Et surtout... oui, surtout. La nuit. La nuit. Il fait nuit. La nuit qui dévore tes entrailles, ronge tes sens et tes pensées. La nuit qui ne te laissera jamais le moindre répit. Tu ne peux rien faire lorsque la nuit est là et que personne ne te soutient. Une épaule pour te reposer. Ton corps est parcouru de frissons nerveux, tu ne sais pas quoi faire ni où aller. Tu cries, cries à en déchirer les tympans des autres. Mais les autres, tu n'en a rien à foutre. Pour toi, ta peur prime avant ta raison. Le régime de la terreur. Passion. Tu t'enfermes dans la terreur, sans voir ce que font les autres, de toute façon tu t'en fous, Eris, tu en a jamais eu quelque chose à foutre de ces abrutis qui te regardent en chien de faillence cherchant un moyen de te faire fermer ta trappe. Ils s'en foutent de toi aussi bien que tu t'en fous complètement d'eux. Cependant, perdue dans ton hurlement et dans ta terreur de ce lieu sombre, tu te rends compte que quelque chosene va pas chez toi. Tu pourrais t'enfuir, mais tu laisses les pavés défoncer ton crâne en une décharge puissante d'hémoglobine. Tu pourrais t'enfuir, mais ton coeur t'oblige à ne rien changer. Tu es une luciole. Qui brille dans la... dans la quoi ? Non, tu ne veux pas en entendre parler. Enfermée dans la déraison. Tu pourrais. Te faire bouffer. Garce. Mais non. Tu te contentes juste d'observer ce qui se passe, en toi, autour de toi. Tu ne peux pas échapper à ton destin. Eris, tu m'entends ? Explosif. Des milliers d'explosifs. Mais pour l'instant tu n'en as cure. Tu te jettes à corps perdu dans ton monde. Et tu te décides enfin. Tu te décides à... ?

    A sortir, voyons. Bande d'idiots.

    Tu sors, et tes pas te conduisent vers l'extérieur qui te tend les bras. Le soleil, tu l'avais presque oublié. Comment ne pas oublier ce soleil, quand son ennemie jurée te déchiquette à chaque fois qu'il est l'heure d'aller se mettre au lit ? Mais tu n'as rien réalisé encore. Tu n'as rien compris à ce qu'est la vie, et la mort. Pour toi c'est se laisser aller aux songes. Ces cauchemars, tu t'en rappelles ? Ce fou-rire que tu as attrapé, lors de l'enterrement de tes parents et de ta petite soeur. Et cette haine Eris... tu t'en rappelles, de cette haine ? Cette haine que tu ressentis contre lui. Liam. Il s'est bien moqué de toi. Mais tu t'es vengée, Eris. Et tu ne regrettes rien.

    Assise à la table du marchand de glaces, tu en commandes machinalement une petite aux fruits rouges. Il faut savoir se faire plaisir, même si tu n'as jamais aimé les glaces. C'est juste pour emmerder ton subconscient. Gamine va. Tu croyais pouvoir nous échapper, mais non. Puis finalement, tu le vois. Un gosse. Qui gesticule à n'en plus finir. Un soupir d'exaspération s'échappe de tes lèvres, mais il semble ne pas t'avoir entendu. Et ben tiens. Le voilà avachi à sa table comme une vieille chaussette. Oh my god, quelle élégance. Mais attends... il serait pas dans ta classe ce petit mec ? Oh que si, on dirait bien. Un mélange asiatique-argentin. Curieux, d'ailleurs. Mais ça n'a pas d'importance. Pour toi il ne vaut pas mieux qu'un insecte que tu écraserais entre tes doigts. Tu ne peux pas perdre la face. Tu ne peux pas avancer. Tu ne peux pas non plus reculer. Où est ta voie, Eris ? Tu l'ignores. Mais lui, tombe de sa chaise... attrape un pan de tissus pour se rattraper.

    Haha ! Tiens, un tissus rouge et blanc, on dirait le tissus de ta r...

    Patatras. Hahaha. Non, mais quoi ?!

    Tu es recouverte de glace. Lui aussi, il en a plein le visage. Toi, tu en as sur tes fringues. Tes belles fringues, déchirées avec soin... il a pas honte ?! Et il gueule en plus ?! Tu en as partout à cause de lui, et c'est de ta faute ? Non, vraiment, va falloir lui apprendre la vie à celui là. Et c'est ce que tu vas faire, ma belle. Sans dire un mot, tu l'attrapes violemment par le col et le soulève à ta hauteur. Le grondement de l'eau en concert avec le tien. L'eau. Que tu détèstes par dessus tout... Tu le remets debout. Oui, tu as de la force, pour une femme. Mais faut dire qu'il est pas bien gros. Tu le fusilles du regard, de tes yeux de glace. Tu crois que tu vas m'apprendre la vie, mec ? Sans blague.

    "T'as dix secondes pour retirer ce que tu viens de dire et t'excuser, avant que j'éclate ta face de bulot. Je me suis bien faite comprendre ou faut que je me répète ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   Jeu 3 Fév - 11:59

« Il est classe l’asiatique là bas ! »

« Mais tais toi sale laidronne, je ne suis pas chinois ! »

Et une fille qui pleure et un Ange qui continue sa route en souriant. En vérité il n’était pas content. Tout le monde le traitait de chinois c’était fatiguant. Il était argentin ! D’Argentine ! Pas chinois. Tout ça parce que sa mère était bridée. Il ne l’avait pas demandé, sa mère, si ? On ne lui avait pas laissé le choix. Une mère bridé et voilà. Heureusement, il avait les yeux bleus. Mais là, on ne les voyait pas ! Avec le soleil, il avait des lunettes tellement imposantes qu’on ne voyait plus vraiment son visage. Ange portait un pantacourt noir, des petites baskets et un marcel rayé noir et blanc. Il marchait sur un chemin de pierre au bord de l’eau et regardait. Miami était autrement plus riche que Buenos Aires. Il s’y sentait comme chez lui et remerciait le ciel d’avoir eut son enfance pour apprendre plus de langues qu’il n’en faut. Son anglais était bon et pas d’accent espagnol !

Bref, Ange sauta sur un muret pour continuer sa route quand son regard se posa sur un marchant de glace qui lui fit de l’œil. Ah ! Lui qui adorait le sucre, voilà l’occasion d’en manger. En fait, Ange ne mangeait que ça, du sucre. Il n’aimait pas la nourriture salée et ce depuis qu’il était revenu à la civilisation. Donc, des glaces, plutôt oui qu’il en voulait ! Il se précipita devant la vendeuse et lui fit un beau sourire avant de choisir la coupe de glace la plus énorme. Et oui, maigre comme un clou et goinfre comme un ogre, l’argentin se posa ensuite à une table face à la mer en attendant sa gourmandise. Mais bien sur pas question de rester assit, il s’amusa à se balancer, sifflotant un air agaçant, fixant l’eau qui ne l’appelait pas du tout. Il détestait l’eau.

Soit, on lui apporta la glace victime d’une future crise de foi probable. Il n’était pas vraiment à ça prêt. Non, là, il voulait manger et alors qu’il attrapait sa cuillère victorieux, le balancier de sa chaise ne fut pas vraiment son ami. Hop, tête en bas, il se ramassa et entraîna dans sa chute… Une demoiselle qui avait une glace à la main. Glace qui termina sur les lunettes de l’argentin.

« Ahhhhhhhhhhhhhh craaaaade !!!! Noooon ! » il se redressa en retirant ses lunettes, louchant sur une de ses mèches de cheveux elle aussi atteinte par la crème glacé.

« Mais qu’est ce que t’as fais ?!!!! »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]   

Revenir en haut Aller en bas
 
SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» La Bombe humaine
» Candy Shirley Darkflows, la bombe humaine ~
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: