AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   Sam 18 Jan - 23:21



« Qui a parlé d'un moment de détente ? »



Initialement, cette séance de massage devait être un vrai régal. Salma pensait se faire masser par un garçon sexy en petite tenue, et que cela partirait en véritable partie de jambes en l'air déchaînée et dépravée. La séance se serait terminée en un simple signe de tête et un adieu, jusqu'à la prochaine fois, du moins s'il s'agissait d'un bon coup. Au final, la jeune fille avait compris que ses fantasmes étaient tombé à l'eau à la minute où elle s'était aperçue que son masseur n'était autre que Trevor Trey Seyton, dont la réputation n'était plus à refaire. L'un des seuls mâles de Wynwood qui serait capable de repousser ses avances, du moins par véritable dégoût. Optimiste, elle avait pensé transformer ce moment de détente charnelle en un moment de provocation amusant dont elle avait le secret.

C'était sans compter le traitement que son "masseur" - ou plutôt son tortionnaire - allait lui administrer. En effet, cela ressemblait plus à de la boulangerie qu'à un massage professionnel. Sous les doigts de Trey, Salma avait l'impression d'être une véritable pâte à pain qu'il fallait pétrir inlassablement, mais surtout douloureusement. Les doigts du jeune RK s'enfonçaient avec sadisme entre ses os et la faisait grimacer de douleur. Néanmoins, il était hors de questions pour la chef des Êta Iota de se plaindre à son bourreau. Elle avait décidé de jouer à un jeu malsain de provocation, et elle en payait le prix. Salma n'était pas une mauvaise joueuse, bien au contraire. Elle prenait cela pour un défi et comptait bien riposter à la première occasion. Mais pour l'heure, elle laissait Trey faire son travail, et se forçait à penser à autre chose qu'à sa peau meurtrie. Si elle laissait entrevoir son mal aise, ce dernier n'en serait que trop content, et il n'était pas question de lui faire ce plaisir.

Alors que la jeune mexicaine était plongée dans ses pensées et fulminait intérieurement, résistant à l'envie de se retourner et de le gifler promptement, elle sentit alors le pétrissage de Trey s'adoucir. Son massage ressemblait désormais à des caresses, qui faisait naître en la jeune fille une certaine excitation. Elle avait toujours eu un penchant pour les mauvais garçons, les indifférents et ceux qu'elle ne pourrait jamais avoir. Le jeune RK xénophobe était un mixe de ces trois types, il n'était donc pas étonnant que ces caresses sur son corps entièrement nu lui fassent de l'effet. Pourtant, elle senti soudain qu'une main manquait à l'appel, et avant qu'elle ne puisse se rendre compte de quoi que ce soit, ladite main s'abattit violemment sur son arrière-train en une claque retentissante. Un cri aigu s'échappa de ses lèvres malgré elle tandis qu'elle sentait encore le contact brûlant de sa main sur sa peau. Nul doute, elle devait en avoir gardé une sacrée marque.

- Assez fort pour toi, trésor ? lui demanda-t-il l'air de rien, en signe de véritable provocation.

Visiblement, elle n'était point la seule dans cette pièce à maîtriser cet art. Encore choquée par cet acte auquel elle ne s'attendait pas du tout, et un brin excitée par ce contact purement misogyne et irrespectueux - cherchez la logique -, Salma ne réagit pas sur l'instant. Elle s'était contentée de pousser ce cri aigu en se raidissant sur la table de massage, et d'encaisser le choc. Trey avait repris son massage comme si de rien était, mais pour la jeune mexicaine, il était hors de question d'en rester là. Pas après une telle prise de liberté sur son corps. D'un côté, elle aimait l'idée d'être à sa merci, mais de l'autre, elle voulait reprendre le dessus, histoire de le mettre, lui aussi, en fâcheuse posture.

- J'avais demandé de la force, et c'est tout ce que tu as dans le ventre ? lança Salma en relevant le visage de la table de massage.

Elle fixa Trey dans les yeux avant de lever les yeux au ciel de manière exagérée, puis haussa les épaules en faisant la moue. Elle qui souhaitait devenir une actrice célèbre, était une excellente comédienne, et appréciait d'en rajouter des tonnes pour donner dans la caricature. Il n'y avait rien de plus agaçant qu'une Salma qui feignait d'être encore plus garce que ce qu'elle n'est déjà naturellement. Elle se redressa totalement et fit face à Trey, à genoux sur la table de massage, le dominant de sa hauteur malgré la grande taille du jeune homme. Nullement gênée par sa nudité si proche des yeux du RK, la jeune mexicaine fut même amusée d'entrapercevoir un début d'érection dans son caleçon.

- Et bah dis donc, c'est que t'as l'air content de me voir. Ce serait drôle si les autres de ta Confrérie s'apercevait que ta haine des étrangers cache un fantasme profondément refoulé sur les jolies petites mexicaines, tu crois pas ? souffla-t-elle en se rapprochant de son visage tout en lui adressant un clin d'oeil.

Par mesure de sécurité et par instinct de survie, Salma descendit rapidement de la table, et attrapa la serviette qui lui couvrait jadis le corps. Elle se dirigea vers le bac à douche qui se trouvait au fond de la salle, et feignit de vouloir prendre une douche pour retirer l'huile qui lui recouvrait le corps. Elle faisait semblant d'avoir abandonné, et pourtant, c'était bien loin d'être le cas. Elle enclencha le robinet et laissa l'eau s'écouler, mais plutôt que de la laisser ruisseler sur son corps, la jeune mexicaine la laissa imbiber la serviette. Une fois l'action effectuée, Salma entreprit de l'essorer un minimum, puis de la tendre de ses deux mains, avant d'effectuer un mouvement de rotation avec ses bras afin de l'enrouler sur elle-même.

Elle sortit discrètement et aperçu sa proie de dos. Tel un félin, Salma s'approcha de sa victime à pas de loup jusqu'à se trouver à deux mètres de lui. Sans plus de cérémonie, la jeune fille abattit le bout de la serviette mouillée sur le bas du dos du jeune homme. Dommage qu'il n'ait pas été en caleçon, elle aurait pu lui fouetter les fesses, ce qui aurait été véritablement plus amusant et approprié, mais bon, à la guerre comme à la guerre, n'est-ce pas ?

Puis tout se passa très vite. Tout le monde sait qu'une serviette mouillée utilisée en guise de fouet, ça fait mal, très mal, sur le moment. Mais bon, un grand gaillard comme lui allait sûrement s'en remettre. En revanche, une jeune fille comme Salma fasse à un tel gaillard, justement, ne risquait pas de faire long feu. C'est pourquoi elle anticipa sa réaction et s'échappa en courant, toujours entièrement nue, par la porte d'entrée, tout en riant aux éclats, avant de se retrouver dans le couloir désert, Trey à sa suite.

- Ce n'est pas ma faute si tu es une vraie cochonne, Trey ! ne pu-t-elle s'empêcher de hurler, faisant bien attention à ce que toutes les pièces sur lesquelles donnait le couloir, occupées par les masseurs du Pleasure, ne loupe pas une miette de leur "conversation".

Elle reprit alors sa course et courut sans s'arrêter, comme une dératée, jusqu'à se retrouver dans un cul-de-sac, tout au bout du couloir. Salma se mordit la lèvre et ferma les yeux tout en entendant les rugissements de Trey. Visiblement, elle l'avait bien énervé, et elle ne pu s'empêcher de se demander si elle n'avait pas été trop loin... Non, évidemment que non. Salma n'avait pas de limite, et même si la peur la prenait au ventre, elle ne pouvait s'empêcher de rire nerveusement, comme une véritable gamine euphorique.

 

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   Lun 14 Oct - 19:50

Son visage affichait une mine effarée, et elle chuchota que j’étais bon pour l’euthanasie. Évidemment, cela m’énerva… mais j’aurais l’occasion de me venger bien comme il faut en lui faisant un massage digne d’elle : horrible ! Cette salope de Mexicaine qui se prenait pour une Reine allait ressortir de cette salle avec les pires courbatures de sa vie et la peau aussi rouge que si elle avait pris un coup de soleil. Elle demanderait un autre masseur, je serais débarrassé d’elle et j’aurais une nouvelle cliente : que demande le peuple ? Sauf qu’au lieu de m’obéir, la brunette se dirigea vers moi, les seins à l’air… un sourire dévastateur collé aux lèvres. Je fronçai un sourcil, en évitant de poser les yeux sur son énorme paire de mamelles.

« Tu penses vraiment qu'il serait utile de les rembourrer ? » me dit-elle d’un air malicieux, en remuant la poitrine juste sous mon nez.

Je restai une seconde interdit, et elle en profita pour me tourner le dos et s’éloigner vers la table de massage où je lui avais ordonné de se coucher.

« Je parlais de tes fesses… et en effet, c’est inutile, elles sont déjà bien assez grasses comme ça » lui dis-je en laissant glisser mon regard sur la serviette qui lui couvrait le corps.

Satisfait de ma réplique, je m’approchai de la table sur laquelle elle s’était allongée. Elle me suivait des yeux, j’avais bien fait de retirer mon débardeur parce que ça avait l’air de lui plaire. Qu’elle bave, il n’y avait que moi qui la toucherais aujourd’hui, et certainement pas pour lui faire du bien ! J’espérais même la frustrer, tant qu’à faire. Elle attacha ses cheveux pour ne pas qu’ils me gênent, tandis que je choisissais une huile de massage parmi celles proposées par le Club. Je jetai mon dévolu sur l’une d’entre elles, parfumée à l’amande. De toute façon, toutes les odeurs étaient agréables, autant prendre celle qui me plaisait le plus, n’est-ce pas ?

« Tu peux y aller plus fort, te gênes pas, j'adore ça » me dit-elle avec son petit air provocateur.

« Hm, vraiment… ? Tu vas être servie alors » répondis-je en me rapprochant d’elle.

Je fis couler un peu d’huile entre mes paumes et vins ensuite me placer juste en face de sa tête, lovée dans le petit espace prévu à cet effet. Je les frottai l’une contre l’autre et les posai ensuite sur le haut de son dos, puis étalai un peu l’huile… ce qui fit briller sa peau couleur caramel. Le massage commença alors, et je fis bien attention de toujours enfoncer mes doigts en exagérant totalement la pression sur sa peau. Elle ne protestait pas, sans doute par excès de fierté. Au bout d’un moment, je changeai de côté pour m’occuper du bas de son dos, et allai m’installer près de son flanc droit. Je lui serais bien monté dessus histoire de bien l’écraser, mais je n’avais pas envie que mon sexe – même à travers le pantalon – soit en contact avec ses fesses. On ne sait jamais. C’est le moment que Pepita choisit pour se retourner brusquement… et faire tomber sa serviette au sol, découvrant ainsi son corps à ma vue mi-dégoûtée mi-intéressée. L’Eta Iota se replaça ensuite sur le ventre comme précédemment, et je lui lançai un regard noir.

« Pepita a beau aimer les tacos, les tacos ne restent pas dans ses fesses » me dit-elle, me prouvant ainsi que j’avais tort… parce qu’effectivement elle avait un cul du tonnerre. « Tu ferais mieux de t'habituer à toucher ce corps bronzé, parce que je risquerais de revenir très, très souvent, quitte à te ramener un sac pour vomir, on ne sait jamais ».

« Tais-toi, tu me saoules » sifflai-je en reposant mes mains dans son dos.

Je devais lui faire une séance d’une heure minimum… et elle était loin d’être écoulée. Je me remis à pétrir son dos comme s’il était fait de pâte à pain, mais mon regard était irrésistiblement attiré par ses fesses rebondies. Énervé, je serrai les mâchoires et enfonçai mes doigts un peu plus fort dans ses côtes… quand l’idée qu’une fessée sur un cul pareil serait vraiment le sommet de l’excitant. Si ses fesses n’avaient pas été mexicaines, évidemment. Et après tout, pourquoi pas ? Un sourire étira mes lèvres et je glissai les mains vers les deux collines de chair, en arrêtant de martyriser son dos. Mes gestes se firent plus doux, histoire de lui faire croire que je me calmais. Mes paumes suivirent la courbe de son corps avec délicatesse – mais pas mollesse, je restais ferme malgré tout – pour finir par caresser ses fesses à proprement parler. Le corps d’une femme nue, même étrangère… c’est forcément excitant, pour un homme. Je sentais un début d’érection se manifester dans mon pantalon, ce qui ne me plaisait pas. J’avais beau me dire que c’était naturel, j’avais l’impression de pactiser avec le Diable. Je massai les fesses de la brune pendant quelques instants… et finis par craquer. Je soulevai ma paume droite et pris de l’élan, pour finalement l’abattre avec force sur son postérieur. Un joli claquement résonna dans la pièce, et un immense sourire étira mes lèvres lorsque je vis la trace de ma main apparaître tout doucement sur sa peau.

« Assez fort pour toi, trésor ? » lui demandai-je alors, l’air de rien… en reprenant mon massage dans le bas de son dos.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   Sam 12 Oct - 0:06



« Qui a parlé d'un moment de détente ? »



- Me vanne pas Pepita, tu le regrettais. Explique-moi plutôt pourquoi tu es en retard… t’as été chercher des tacos, c’est ça ? T’avais besoin de rembourrage pour tes airbags ?

Salma tenta de réprimer une mine effarée. Pepita, sérieusement ? Et le pire, fut sa vanne sur les tacos. Non vraiment, la jeune mexicaine n'avait jamais rien entendu d'aussi raciste, sans parler du cliché aussi avilissant que possible. Salma n'eut pas le temps de répondre qu'il enchaînait, désignant la table de massage sur laquelle elle était assise, l'air franchement énervé.

- Couches-toi.

L'adolescente écarquilla les yeux. Il avait le culot de la rabaisser pour ses origines mexicaines, et il lui donnait des ordres, maintenant. Ce mec ne mérite que l'euthanasie, pensa-t-elle tout haut, nullement inquiète de savoir si Trey l'avait entendu ou non. Mais à ce moment-là, elle fut bien obligée d'admettre qu'elle avait tord, parce qu'il choisit ce moment pour retirer son débardeur avec une aisance digne des plus beaux strip-tease. Salma changea immédiatement d'avis, se disant que se serait un véritable gâchis de réduire à néant ce corps parfait. Vraiment, parfait. Salma préféra obtempérer et se leva, lui tournant le dos, se retenant sérieusement de baver. En vérité, elle n'était même pas énervée, mais presque excitée, bizarrement, face à cette virilité qui se dégageait de lui lorsqu'il lui donnait un ordre. La jeune mexicaine dénoua lentement sa serviette qui dissimulait son corps nu et l'enroula habilement autour de sa taille, pas pudique pour un sou. Elle fit glisser ses longs cheveux bruns sur le devant de son buste, dissimulant au minimum sa poitrine volumineuse. Salma s'avança vers Trey, s'arrêta à quelques centimètres de lui, et planta son regard azur dans celui du jeune homme.

- Tu penses vraiment qu'il serait utile de les rembourrer ? lança-t-elle pour preuve, un sourire malicieux sur les lèvres.

Puis sans demander son reste, elle se dirigea vers la table de massage, avant de s'allonger sur le ventre, observant son charmant raciste de masseur, occupé à faire craquer ses poings l'un dans l'autre. Irrésistiblement sexy, viril, insensible à son charme, bref, un véritable appel au viol, pour la belle mexicaine. La colère qu'elle éprouvait pour la personnalité du jeune homme était teintée d'une véritable attirance, d'un vrai désir, comme si son machisme et son arrogance le rendait incroyablement plus alléchant que tous les autres garçons qu'elle avait pu croiser.
Alors que Trey s'avançait vers Salma pour commencer son travail, la jeune fille l'observa de haut en bas, contemplant avec plaisir ce joli morceau, et en s'imaginant d'ores et déjà tout ce qu'ils pourraient faire, ici, et maintenant. Elle se mordit la lèvre, s'attacha ses longs cheveux en chignon afin qu'ils ne gênent pas le massage, et se coucha totalement sur la table de massage, n'ayant plus qu'à se délecter du contact de ses mains puissantes sur son corps bien fragile en comparaison.

- Tu peux y aller plus fort, te gênes pas, j'adore ça. souligna l'adolescente d'un ton particulièrement provocant.

Salma savait bien qu'elle n'avait aucune chance de le séduire, encore moins avec son physique tout à fait typé, mais c'est bien cela qui l'attirait, paradoxalement. Elle aimait déjà ce jeu, cette provocation, cette soumission, il faut bien se l'avouer. Être à la merci d'un jeune homme fort, cynique, et dominant, l'amusait fortement. L'odeur et le contact des huiles sur son corps l’enivrait, et elle sentait tous ses muscles se détendre. Au bout de quelques minutes de massage plutôt sportif, la belle brune commença a se lasser de cette situation qui n'évoluait pas, et décida de pousser le vice un peu plus loin. Elle se redressa brusquement, s'arrangeant pour se cambrer un maximum, et se débarrassa totalement de sa serviette blanche, histoire de se retrouver entièrement nue, avant de se replacer sur le ventre.

- Pepita a beau aimer les tacos, les tacos ne restent pas dans ses fesses. lança-t-elle, fière de son joli derrière.

En vérité, la jeune fille avait envie d'éclater de rire. Puisqu'elle avait prévu de s'envoyer en l'air sur cette table encore une heure plus tôt, et que son plan était tombé à l'eau, Salma comptait bien s'amuser encore un peu en le provocant, titillant sa xénophobie au maximum. Après tout, et ce même s'il ne lui témoignait visiblement aucun respect, elle restait sa "chouchoute", et elle ne comptait pas demander à changer de masseur. Pas pour le moment, du moins, car même si la situation était bien loin de ce qu'elle imaginait, cela avait pris une tournure plus qu'amusante pour Salma.

- Tu ferai mieux de t'habituer à toucher ce corps bronzé, parce que je risquerai de revenir très, très souvent, quitte à te ramener un sac pour vomir, on ne sait jamais.

 

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   Mer 9 Oct - 23:38



En ce début du mois d’octobre, j’avais eu la joie d’être contacté par Nathan McCoy, un pote Cannonball qui était également le Président du Pleasure Sigma – et le Chef des Pi Sigma en plus du reste, il cumulait –, qui m’informait que ma cliente venait de m’être attribuée. Il me donna son prénom, mais je n’y prêtai pas spécialement attention, préférant lui demander si elle était bonne. Il me répondit que oui, je ne serais pas déçu… et on pouvait faire confiance à Nate en matière de filles. Je notai la date du rendez-vous ainsi que l’heure… et le jour J arriva enfin. A 14 heures, je me glissai sous la douche et en ressortis dix minutes plus tard, propre comme un sou neuf. Après une séance de speedball dans la matinée, ça faisait du bien. Cependant, j’espérais bien que le sport n’était pas fini pour ma journée ! Vous savez ce qu’on dit : ce qui se passe au Pleasure reste au Pleasure. J’ouvris ma garde-robe et attrapai les premières sapes qui me passaient sous la main : un jeans noir et un débardeur gris-bleu. Je ne fis même pas attention pour voir si ça allait ensemble… de toute façon, je n’avais pas prévu de rester habillé. Je pris en revanche grand soin de bien choisir mon boxer : un blanc avec une bordure rouge, Calvin Klein, qui mettait bien mes attributs en valeur. Quoi que, en fait c’était peut-être l’inverse : mes attributs mettaient le boxer en valeur, surtout ! J’attrapai mon sac bandoulière en cuir et quittai le Bâtiment des Rho Kappa en avance, pour ne pas faire attendre ma cliente. Grave erreur. Ce que Nathan avait oublié de me dire, c’est qu’il m’avait collé avec une Eta Iota. Dans la salle réservée aux masseurs, j’étais en train de m’impatienter lorsque sonna 15h. Les pieds sur la table, je relevai les yeux vers l’horloge et lançai à un camarade qui attendait aussi la sienne, vautré dans le canapé.

« Quelle bande de putes, si elles pensent que ça nous amuse de les attendre comme ça… elles se foutent le doigt dans l’œil. La mienne va regretter de me faire poireauter comme un connard ».

J’étais de mauvaise humeur, ça y était. Et qui dit Trevor de mauvaise humeur, dit forcément moment désagréable à passer pour la personne qui aurait le malheur de recevoir ses foudres sur le coin de la tronche.

« Calme, Trey, elles jouent les Princesses, voilà tout. On est supposés être à leurs petits soins » me répondit l’autre gars.

« Bah sois supposé si tu veux, Dunc’, mais moi je me laisse pas entuber comme ça par une pimbêche. Elle va m’entendre… ou me sentir passer, tout dépendra de sa croupe ».

Je commençai à faire les 100 pas dans la pièce après cette mini-conversation… et un quart d’heure plus tard, le type qui s’occupait de l’accueil vint enfin me chercher.

« Trey, ta cliente est là ».

« Pas trop tôt, putain » lui dis-je en le suivant dans le couloir. « Quelle salle ? »

« La trois ».

Sans un mot de plus, je me dirigeai à grandes enjambées vers la dite salle et défonçai à moitié la porte en l’ouvrant, histoire de donner un aperçu de ce qu’elle allait prendre à la nana qui m’y attendait, techniquement déjà en serviette. Effectivement, c’était le cas. Et lorsque mes yeux se posèrent sur elle, je ne pus que reconnaître la Mexicaine de l’équipe des Cheerleaders. Génial, il ne manquait plus que ça ! Une pute saveur chili. Je refermai la porte derrière moi, ne me gênant pas pour la claquer bruyamment.

« Euh, salut. J'attends un beau et sexy masseur en fait, t'en connaîtrais pas un dans le coin ? » eut-elle le culot de me lancer, avec son petit air de pimbêche étrangère.

« Me vanne pas Pepita, tu le regrettais » répliquai-je. « Explique-moi plutôt pourquoi tu es en retard… t’as été chercher des tacos, c’est ça ? T’avais besoin de rembourrage pour tes airbags ? »

Je lui désignai ensuite la table sur laquelle elle était assise.

« Couche-toi ».

C’était un ordre, mais elle ne méritait que cela. J’attrapai les bords de mon débardeur et les tirai vers le haut, faisant ainsi glisser le tissu sur mes abdos dans un geste très maitrisé puisque pratiqué à de nombreuses reprises. Une fois torse nu, je balançai mon haut sur le côté et fis craquer mes poings l’un dans l’autre, en attendant qu’elle daigne m’obéir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   Mer 9 Oct - 18:26



« Qui a parlé d'un moment de détente ? »



Cet après-midi, Salma avait rendez-vous au Pleasure Sigma Club. Un club tenu par un Pi Sigma, Nathan, qu'elle avait rejoint très rapidement, malgré sa mauvaise entente avec le gérant. Le concept était le suivant : Une jeune fille s'inscrivait comme cliente au club afin de se faire masser par l'un des élèves de Wynwood. Chaque masseur se voyait attribuer une chouchoute en particulier. Salma n'avait aucune idée de qui la masserait, mais elle s'en fichait un peu. Après tout, sur la fiche de son inscription, elle avait bien précisé qu'elle voulait un mec sexy. La beauté est peut-être subjective, mais la jeune fille était persuadée que le Pleasure Sigma Club saurait satisfaire sa demande.

Elle avait pris rendez-vous pour 14h30, et bien évidemment ne se pointa pas avant 15h15. Arrivée de princesse oblige, trois quart d'heure de retard était le minimum exigé dans sa condition. Elle arriva donc comme une fleur dans ce centre de massage plutôt étonnant. En effet, la règle du Pleasure était que ce qui se passait au Club restait au Club. Evidemment, cela avait pu en effrayer plus d'une, comme en ravir d'autres. La jeune mexicaine était de cette deuxième catégorie. Quand on se fait masser par un mec sexy, et qu'on est soi-même sexy, ça peut vite déraper. Il serait mentir de dire que Salma n'avait pas d'autres idées en tête, cet après-midi là, qu'un simple massage relaxant, rien qu'à voir la tenue et les sous-vêtements qu'elle s'était choisi. La jeune brune était réellement dans un esprit de séduction, et comptait bien réaliser un certain fantasme. Assouvir un désir sexuel sur une table de massage, c'était encore inédit pour cette jeune fille de 16 ans.

Salma arriva donc en retard à son rendez-vous, peu inquiète de l'accueil que cela pourrait lui réserver. Elle portait une mini-jupe rose, couleur de sa confrérie adorée, et un haut noir en dentelle qui ne laissait pas beaucoup de place à l'imagination. Pour souligner sa silhouette, elle avait enfilé une paire d'escarpin noir, bien qu'elle ne garderait pas cette tenue très longtemps. Lorsqu'elle arriva au Club, on l'a fit patienter dans une salle plutôt intime, lui donnant pour consigne de se déshabiller et d'enfiler une serviette autour de sa taille. La jeune fille, une fois seule, obtempéra. Elle enleva ses vêtements et les disposa sur une chaise, avant de s'enrouler dans une petite serviette blanche, histoire de ne pas annoncer la couleur trop vite. La belle mexicaine jeta un œil au miroir qui se trouvait contre le mur, et apprécia son reflet, jouant avec ses longs cheveux bruns et admirant comme sa peau bronzée contrastait avec la blancheur de la serviette. Non vraiment, ses origines mexicaines la dotait d'un charme exotique que les américaines ne pouvaient se vanter de posséder. Salma en était fière, vraiment très fière, et savait que cela avait fait de l'effet à beaucoup de jeunes américains.

L'adolescente s'assit sur la table de massage, croisant les jambes et gardant son dos bien droit. Elle avait toujours tenu à ces questions de maintien, et le faisait par automatisme désormais. Elle entendit alors la porte derrière s'ouvrir et un sourire de prédatrice se dessina sur ses lèvres alors qu'elle se retournait vers son masseur. A la minute où son regard croisa le sien, Salma le reconnu. On oublie pas l'ancien capitaine des Cannonballs comme ça, lorsque l'on est une Êta Iota, Cheerleader qui plus est, en quête de pouvoir. Elle n'était pas à Wynwood lorsqu'il était Capitaine, mais on lui avait déjà parlé de lui. Mais son sourire s'effaça quelque peu, car on ne lui avait pas rapporté que sa popularité. On lui avait, en effet, également parlé de sa xénophobie, son dégoût pour les étrangers. Sa hâte se dissipa pour laisser place à une déception, et à une légère angoisse qui lui donna une boule au ventre. Trevor Trey Seyton était exactement son type d'homme physiquement, et l'idée de le répugner physiquement, chose qui ne lui était jamais arrivée, la révulsait.

La colère grimpa un peu en elle, car elle était incapable de comprendre cet état d'esprit. Autant, physiquement, il lui plaisait énormément et pouvait nourrir certains de ses rêves érotiques inavoués, autant son dégoût des étrangers la nourrissait d'une certaine haine. La jeune mexicaine lui adressa alors un regard hostile.

- Euh, salut. J'attends un beau et sexy masseur en fait, t'en connaîtrais pas un dans le coin ? lui lança-t-elle avec une pointe de provocation.

La provocation. Salma ne jurait que par cela. Elle n'avait pas envie que le jeune homme s'en aille, malgré le fait qu'il ne lui inspirait vraiment rien de bon. Salma était joueuse, et elle aimait ce genre de situation. Pour elle, cette séance de relaxation allait se transformer en un véritable terrain de jeu géant. Elle retint un sourire mauvais.   

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est l'abruti qui a parlé d'un moment de détente ? [Trey]
» Quel est votre jeu préféré (en ce moment et depuis toujours) ?
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Quel sport faite vous?
» Quel anime voudriez vous nous faire découvrir?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: